DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 débat autour de l'islam/islamisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 20  Suivant
AuteurMessage
Jesus Christ est mon Dieu



Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 28 Sep 2006, 02:23

france echos marche pas.. Sad
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 28 Sep 2006, 02:57

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
france echos marche pas.. Sad

confused

Ben si...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 28 Sep 2006, 21:06

Citation :
Mouloud, encore et encore

Par Occidentalis, jeudi 28 septembre 2006 à 15:12

Dans un nouveau communiqué ( http://www.mrap.fr/communiques/mosque/view ), le Mrap attaque une fois de plus les sites résistants, les rendant responsables des attaques de mosquées à Quimper et Carcassonne.

Inutile de nier les faits, tout le monde sait bien qu'Occidentalis et les autres sites sont responsables de tout ce qui se passe en France, depuis les attaques de mosquées jusqu'à la grippe aviaire.

Néanmoins, que les critiques viennent d'une personne qui soutient les terroristes palestiniens, les islamistes radicaux, qui alimente la haine raciale et religieuse en France et dans le monde demeure risible.

Nous demandons l'interdiction du Mrap, groupuscule islamo-fasciste qui menace les libertés individuelles, qui poursuit de sa haine et de ses procédures judiciaires des intellectuels, des professeurs déja menacés de mort par ses amis musulmans. L'affaire de la tribune libre publiée dans le Figaro par un professeur de philosophie, qui est aujourd'hui obligé de se cacher, en France, et de vivre sous la protection de la police pour avoir simplement écrit la réalité sur Mahomet et le Coran est symptomatique de la mentalité vicieuse de Mouloud Aounit. En effet, au lieu de soutenir la liberté d'expression, le Mrap s'est empressé... de porter plainte contre ce professeur !!!

En 40, les collabos dénonçaient les résistants. En 2006, grâce à Aounit, rien n'a changé.

Si demain, en France, un résistant est égorgé comme Théo Van Gogh, Mouloud Aounit en portera une part de responsabilité.

Denis Greslin.

http://www.occidentalis-leblog.info/index.php/mouloud-encore-et-encore
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 28 Sep 2006, 21:16

Citation :
Encore un film qui indigne les musulmans…

Voila, c’est le prochain épisode du feuilleton "les musulmans sont indignés". Cette fois, le problème est le nouveau film de Renzo Martinelli, ‘Il mercante di pietre’. Le metteur en scène nous dit en résumé : "Mon film sonne l’alarme contre les multiculturalistes qui justifient tout, et sont d’accord pour ouvrir l’Europe à tout les vents. C’est un signe perçu par le monde musulman comme un aveu de faiblesse. L’Europe multiculturelle béate paiera le prix de ses préférences". Nul doute que nous allons en entendre parler jusqu’à overdose. Ouvrons les paris sur les églises brulées, les déclarations du Mrap, les manifestations, quelques bonnes émeutes, et les appels à la tolérance des gauches européennes, partisanes effrénées et aveuglées du métissage universel. Tout cela devient lassant… (voir aussi ici et la bande annonce ici)

http://www.bafweb.com/2006/09/28/12006
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 01:40

Citation :
Terrorisme: un rapport du comité R met en cause la sûreté de l'Etat

28/9/2006 20:52

BRUXELLES 28/09 (BELGA) = Un rapport du comité R pointe du doigt la sûreté de l'Etat qui serait incapable de fournir des renseignements fiables sur le terrorisme islamique en Belgique, dévoile la RTBF jeudi. Selon ce rapport, la sûreté de l'Etat n'aurait pas de vision à long terme concernant l'islamisme radical. Ainsi, elle ne contrôlerait pas efficacement l'enrôlement de jeunes par l'islamisme radical en ne contrôlant pas systématiquement les mouvements de personnes vers les pays sensibles au niveau du terrorisme. De plus, le système de recherche utilisé par la Sureté de l'Etat ne permet pas d'effectuer des recoupements par mots-clés. (NLE)

http://www.canalz.be/fr/Belga/BelgaNieuws.asp?ArticleID=67205&SectionID=10
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 01:47

Citation :
Le chef d'Al-Qaïda en Irak appelle à "une guerre biologique"

Par Habib TRABELSI

DUBAI (AFP) - Le chef d'Al-Qaïda en Irak a appelé ses partisans à une guerre "biologique" contre les troupes de la coalition dans ce pays et à enlever des Occidentaux pour les échanger contre un religieux détenu aux Etats-Unis, lors de sa première intervention depuis le début du ramadan.

Dans un enregistrement audio mis en ligne jeudi sur internet, Abou Hamza al-Mouhajer adresse un message "aux pionniers, en particulier aux spécialistes des explosifs et de l'atome".

"Nous avons un besoin urgent de vos services, car les bases (militaires) américaines (en Irak) sont le lieu idéal pour se livrer à des expériences non conventionnelles de guerre sale et biologique", ajoute le successeur d'Abou Moussab al-Zarqaoui, l'ancien chef d'Al-Qaïda en Irak, tué en juin dans un raid américain.

Dans ce message, dont l'authenticité ne pouvait être établie dans l'immédiat, Abou Hamza prévient que son réseau veut lancer une "offensive tous azimuts" contre la force multinationale dirigée par les Etats-Unis, mais aussi contre les Irakiens qui la soutiennent.

En Irak, les groupes jihadistes mettent à profit le mois de jeûne musulman du ramadan pour intensifier leurs attaques. Le ramadan a été endeuillé ces dernières années par des séries d'attentats.

Début septembre, Abou Hamza avait appelé tout sunnite à tuer au moins un Américain dans "un délai ne dépassant pas 15 jours".

Le chef d'Al-Qaïda en Irak avait aussi pressé les sunnites de se venger des chiites, traitant ces derniers de "valets", mais les conviant toutefois à "se repentir et à revenir à la raison".

Jeudi, c'est aux chefs tribaux sunnites qui renonceraient à collaborer avec le gouvernement irakien pour rejoindre les rangs de la "résistance" qu'il propose une "amnistie".

L'offre est cependant soumise à deux conditions: "repentir total" et "coopération avec les moujahidine pour repousser l'occupant hors d'Irak", ajoute-t-il.

Dans son message, Abou Hamza appelle aussi tous ses partisans à enlever des Occidentaux en Irak en vue de les échanger contre la libération d'un religieux égyptien détenu aux Etats-Unis.

"Puisse Allah nous permettre de capturer certains des chiens des chrétiens afin de libérer notre cheikh", dit-il en référence à Omar Abdel Rahmane.

Cheikh Abdel Rahmane a été condamné à la prison à vie, en janvier 1996 aux Etats-Unis, pour "complot séditieux".

"L'érudit aveugle Omar Abdel Rahmane reste emprisonné aux Etats-Unis, faisant face aux plus sévères formes de tortures et de douleurs physiques et psychologiques", dit Abou Hamza.

Par ailleurs, dans son message, Abou Hamza avoue que le réseau terroriste a perdu plus de 4.000 combattants étrangers dans sa rébellion en Irak.

"Nous avons perdu énormément de sang en Irak. Plus de 4.000 émigrés", affirme Abou Hamza al-Mouhajer, employant le terme généralement utilisé par le réseau terroriste pour qualifier les combattants étrangers en Irak.

La nationalité du successeur de Zarqaoui n'a jamais été révélée par la branche irakienne d'Al-Qaïda. Selon l'armée américaine, le chef de l'organisation, dont elle avait diffusé une photo en juin, est un Egyptien et s'appellerait Abou Ayoub al-Masri.

Mais selon Yasser Al-Sirri, directeur de l'Observatoire islamique, basé à Londres, Abou Hamza serait en fait un Irakien dénommé cheikh Abou Hamza Al-Baghdadi.

Jeudi, une vingtaine d'Irakiens ont été tués par des rebelles, alors que les services de renseignement américains considèrent que des miliciens infiltrent de nouveau, avec l'assentiment de la police, des quartiers de Bagdad d'où ils avaient été chassés récemment.

Selon un responsable des services de renseignements américains, des groupes armés illégaux sont en train de regagner des quartiers de Bagdad où la sécurité s'était améliorée depuis une opération massive irako-américaine.

Cette opération avait été lancée en juin pour dégager la capitale du cycle de violences intercommunautaires qui opposent sunnites et chiites.

Plus grave, a-t-il dit, il y a des indications selon lesquelles des unités de la police irakienne collaborent avec les escadrons de la mort dont les victimes sont retrouvées chaque matin dispersées dans la capitale.

http://fr.news.yahoo.com/28092006/202/le-chef-d-al-qaida-en-irak-appelle-une-guerre.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 02:22

Islam et Jeux Videos

http://www.dailymotion.com/video/xfs73_islam-et-jeux-videos

(via BAFWEB Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 18:16

Citation :
Le bloc-notes d'Ivan Rioufol : Question sur l'avenir du «9-3»

Ivan Rioufol (irioufol@lefigaro.fr). Publié le 29 septembre 2006

La violence urbaine n'est pas due à la seule « démission » des juges (Nicolas Sarkozy) ou à l'« échec » du ministre de l'Intérieur (PS). Elle est le résultat d'un renoncement. Quand un « animateur » du quartier plutôt tranquille des Tarterêts (Essonne) déclare, après le lynchage de deux policiers dans cette cité (Libération du 23 septembre) : « Que faisaient deux flics seuls, à dix heures du soir ? », comme il ne le dirait plus d'enfants traînant la nuit, se dévoile le champ de ruines.

Le militantisme de certains magistrats, idéologues de l'excuse sociale, contribue bien sûr au sentiment d'impunité des récidivistes. Trop de juges suivent encore la harangue d'Oswald Baudot, figure disparue du Syndicat de la magistrature, qui recommandait en 1974 d'avoir « un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l'ouvrier contre le patron, pour le voleur contre la police (...)».

Mais la Justice - qui ferait mieux d'écouter les critiques plutôt que d'aller s'en plaindre à l'Élysée - est le reflet d'une lâcheté collective. Cela fait plus de trente ans que le consensus antiraciste ignore le problème posé par un peuplement majoritairement musulman. La Seine-Saint-Denis (le « 9-3 ») compte plus de 1,5 million d'habitants, dont les deux tiers sont immigrés ou d'origine immigrée. Le « cefran » (Français) est l'étranger.

Or ce bouleversement est explosif. Dans une note rendue publique, le préfet du département estime que « la situation de la délinquance (...) constitue le continuum des émeutes de novembre ». Il relève « une confrontation permanente entre l'aisance des uns et la pauvreté des autres ». Il observe que les jeunes sont de plus en plus perméables à l'islamisme et que, à chaque réveil de l'agitation, « les « barbus » prennent le relais de la gestion locale ».

Un phénomène de libanisation du « 9-3 » se met en place, avec ses guérillas. Et ce sont les immigrationnistes qui ont amorcé cette bombe. Convaincus que la « France française » doit céder la place et que l'avenir est à l'indifférenciation des cultures dans un Babel « peace and love », ils ont créé un territoire revanchard. Qu'attend le pouvoir pour interroger enfin les Français ? Par référendum, les Suisses viennent de durcir, à 68 %, leur législation sur l'immigration. Cette démocratie-là serait-elle honteuse ?

Curieuse presse

« Au bal des hypocrites, nous sommes tous responsables - politiques, préfets, juges, policiers - de ces enfants des rues sans passé ni avenir », estiment les juges Jean de Maillard et Didier Gallot (Libération de lundi). Cependant, la presse a sa part de démission, qu'il serait trop commode d'oublier. C'est à elle, et non au préfet Jean-François Cordet, qu'il revenait d'alerter l'opinion sur cette situation sécuritaire catastrophique en Seine-Saint-Denis, un an après les émeutes. Mais les médias sont-ils prêts à dire toutes les vérités qui dérangent ? Eux aussi se seront prêtés à l'occultation de réalités. La presse bien pensante aura attendu 2000 pour reconnaître la violence installée depuis des années dans les cités et les écoles. Elle aura longtemps sous-évalué l'antisémitisme dans les banlieues. Elle aura laissé à la commission Stasi le soin de révéler la fracture du communautarisme et au rapport Obin celui de dévoiler l'intégrisme à l'école, tandis qu'il est revenu à Philippe de Villiers d'aligner les preuves de l'emprise islamiste à Roissy. La profession sait-elle être encore curieuse ?

« Ce pays, c'est le nôtre»

Disons-le : si les médias « progressistes » ont rechigné à mettre au jour ces phénomènes identitaires et religieux, c'est parce qu'ils impliquaient la communauté musulmane et contrariaient les slogans sur « l'immigration, chance pour la France » et « l'islam, religion de paix et de tolérance ». Cependant, ce n'est pas rendre service à la nation et aux Français musulmans que de vouloir ignorer des problèmes qui incitent certains d'entre eux à se retrancher dans des ressentiments. Le mépris dont ils se plaignent est dû, en partie, à cette indifférence des bons apôtres.

Dans ce contexte, l'enthousiasme réservé, y compris par l'Élysée, au film Indigènes de Rachid Bouchareb, ressemble à une invite à rendre illégitimes d'éventuelles exigences de la République pour le respect de ses règles (unité, laïcité, tolérance, etc.). Quand l'un des acteurs, Jamel Debbouze, rompt le jeûne du ramadan en direct sur Canal +, l'autre soir, et déclare dans ses entretiens : « Ce pays, c'est le nôtre », il dit une évidence ambiguë. Elle risque d'être interprétée, dans des cités rebelles, comme une incitation à obéir à d'autres règles, d'autres lois.

Le patriotisme affiché par les promoteurs d'Indigènes est sympathique. Et il est heureux que l'injustice des pensions militaires de misère versées depuis la décolonisation aux anciens soldats d'élite de l'armée d'Afrique ait été corrigée, mercredi, par le gouvernement (mais pourquoi avoir attendu un film ?). Reste que l'héroïsme des 300 000 combattants du Maghreb et d'Afrique occidentale, qui participèrent au débarquement en Provence et à la défaite d'Hitler, ne donne pas à tous les musulmans le droit de s'approprier le pays. Or c'est ce sentiment qui reste.

Intimidations (suite)

Il y a quelque temps, la présentation d'une pièce de Voltaire, Le fanatisme ou Mahomet le prophète (1741) avait suscité des violences islamistes à Gex (Ain). Cette semaine, l'Opéra de Berlin a décidé de déprogrammer un opéra de Mozart, Idomeneo, mettant en scène les têtes coupées de Jésus, Bouddha et Mahomet. Quant au professeur de philosophie Robert Redeker, qui a écrit le 19 septembre dans Le Figaro un article critique sur l'Islam, il est depuis menacé de mort. Où sont les pétitionnaires ?

http://www.lefigaro.fr/debats/20060929.FIG000000156_question_sur_l_avenir_du_.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 18:38

Citation :
Chronologie d'une provocation

Fanny et Frédéric Truchelut complètent dans la lettre de Respublica l'historique du coup monté contre eux par les militants pro-voile et le Mrap. Effarant !

Jeudi 17 août 2006 après-midi

Un journaliste de L'Est Républicain appelle à notre domicile. Il ne se présente pas. Il m'assaille (Fanny) de questions à propos du gîte dont j'aurais " refoulé 2 femmes voilées ". Il est très agressif, il est même menaçant me disant " vous allez voir, une plainte a été déposée, vous n'êtes pas sorti de cette affaire, vous risquez gros ". Je réponds, mais je lui interdit de mentionner mes propos et que si plainte il y a, je parlerai de cette histoire au tribunal et non à un journaliste.

Vendredi 18 août 2006

Je prends le train à 9 h à Remiremont avec mes 2 enfants pour les accompagner à Aix en Provence chez leur grande sœur pour une semaine de vacance.

Mon mari m'appelle sur mon portable il me dit qu'une radio vient d'appeler, qu'un article est passé dans l'Est Républicain. A la gare de Nancy où je change de train, j'achète le journal. Le titre en première page : " discrimination raciale dans un gîte de vacances vosgien ".

Dès 14 h, les télés (TF1 - France2 - France3 - Canal+ - RTL) sont venues à notre domicile, les journaux, les radios ont téléphoné, plusieurs fois pour certaines. Comme pour l'Est Républicain, nous avons interdit à tous de mentionner nos propos, certains l'ont fait, d'autres pas.

Parce que certains médias ne respectant rien ni personne ont relayé cette information, un déchaînement médiatique incroyable s'en est suivi. Notre nom a été cité partout, nous sommes traînés dans la boue, traités de racistes, nous tombons des nues.

Notre version de l'histoire

Horia Demiati repère notre gîte sur internet. Elle a lu les explications (salle de convivialité, donc rencontre avec d'autres personnes) et vu les photos de notre site (en particulier celle de la salle de bains où il y a une femme en maillot peinte sur le mur).

Elle nous téléphone, nous l'informons que nous ne louons pas ce gîte cet été, nous faisons des travaux d'isolation dedans. Elle insiste, téléphone plusieurs fois, nous cédons en louant le gîte. J'explique de nouveau le fonctionnement de la maison, et je dis toujours aux gens qui appellent cette phrase : " si vous ne voulez pas côtoyer d'autres personnes, ne venez pas chez nous ". Horia Demiati savait donc exactement où elle venait.

Elle réserve par internet du vendredi 11 août au mardi 15 août, soit 4 jours. Je lui transmets le bulletin de réservation par mail, elle m'adresse par courrier un chèque d'arrhes reçu le 4 août, que je n'ai pas encaissé.

Ils arrivent le vendredi 11 vers 14 h. J'ai fait entrer la famille dans la maison, deux femmes étaient voilées et portaient djellabas. J'ai fait part de mon étonnement du port du voile à la plus jeune qui se trouve être Horia Demiati, j'ai expliqué qu'une autre famille (de Marseille) occupait l'autre gîte, que je ne connaissais pas leur sentiment sur ce sujet et que par égard pour eux, et par égard pour nos enfants et nous car nous sommes laïques, j'ai demandé qu'elles retirent leurs voiles dans toutes les parties communes de la maison.

Elles ont toutes les deux refusé catégoriquement. Horia Demiati me traitant d'intolérante, me disant que je devrais apprendre ce que sont les femmes voilées. Elle a poursuivi en me disant que dans ces conditions, la famille ne pouvait pas rester, elle m'a demandé de rendre les arrhes. Je me suis absentée pour aller chercher le chèque qui se trouvait dans le bureau au 1er étage, mon mari est resté seul avec eux. C'est un homme (35 ans environ) qui a pris la parole en disant à mon mari qu'il utiliserait tous les moyens contre nous, il a ajouté " je vais latté, je vais latté " ensuite ils ont parlé en arabe, je suis revenue, j'ai rendu le chèque. Ils sont partis.

Tout ceci a duré moins de 5 minutes, c'était le vendredi 11 août 2006.

Horia Demiati a dit au journaliste de l'Est Républicain, qu'elle voulait faire passer des vacances exceptionnelles à ses parents. Pourquoi avoir choisi notre gîte, quelque peu " mécréant " au regard de l'islam (photo de la dame en maillot sur le mur), Elle ajoute : " on ne fait pas ça (le port du voile) par provocation, c'est une question de croyance ". Porte t'elle le voile partout et en toute circonstance ?

Passé l'effet de surprise sur ce déchaînement médiatique, nous avons commencé à avoir quelques soupçons, en particulier que le choix de notre gîte n'était pas un hasard (ex : l'insistance de la famille pour louer, la brièveté de la conversation, le choix du week-end - le 15 août -).

Un élément supplémentaire a renforcé nos soupçons, à savoir :

Le 21 août, un internaute nous transmet un message dont il ressort ceci : " Horia Demiati est la belle-soeur de Nasser Demiati " qui est :

- Doctorant en sociologie,
- Chargé de mission à la ville de Grigny,
- Vacataire chargé d'enseignement en sociologie à l'Université d'Evry
- Membre du CESDIP (centre de recherches sociologiques sur le droit des institutions pénales)
- rattaché à l'université de Versailles
- Cofondateur et animateur du groupe CLARIS (agir pour clarifier le débat public sur la sécurité)
- ami intime de FATIMA KOUES, du MRAP
- ami intime d'AIDA CHOUK, Présidente du syndicat de la Magistrature

En dehors du CV ci-dessus, il suffit de taper Nasser Demiati sur Google, nous retrouvons ce personnage dans bien d'autres endroits.

Signataire de nombreuses pétitions (ex : nous sommes les indigènes de la République ou oui à la laïcité, non aux lois d'exception).

Son nom est associé à divers " groupes " ou " associations ".. Il milite pour le port du voile à l'école.

La pétition pour le port du voile à l'école - OUI A LA LAICITE, NON AUX LOIS D'EXCEPTION signée par Nasser Demiati (http://lmsi.net) - que dit-elle :

" La laïcité, telle que la définissent les lois de 1881, 1882 et 1886, est une obligation qui concerne les locaux, les programmes scolaires et le personnel enseignant, et non les élèves. Aux élèves s'imposent des règles comme l'assiduité à tous les cours ou le respect d'autrui, mais il n'est pas légitime de multiplier les exigences pour les jeunes en formation ".

plus loin :

" L'exclusion des élèves voilées s'inscrit dans une surenchère punitive,.......venant redoubler toutes les injustices que subissent déjà, dans leurs quartiers, les jeunes des milieux populaires ".

Je suis issue (Fanny) du " milieu populaire " puisque je viens d'un village ouvrier (comme les quartiers d'aujourd'hui). Dans la rue où j'habitais, il y avait 54 enfants pour 7 familles.

Concernant notre maison/gîte, achetée en avril 2003, (ancienne colonie de vacances abandonnée depuis 25 ans), nous la restaurons seuls mon mari et moi pour créer un lieu qui se veut :

- être une maison de famille pour se retrouver avec nos enfants (29 ans qui vit à Paris, 25 ans qui vit à Aix en Provence, 12 ans et 11 ans, avec nous), leurs conjoints et nos futurs petits-enfants, tous ensemble. Ce que la vie d'aujourd'hui est loin de privilégier.

- notre activité gîte, depuis Noël 2004 seulement, être un lieu d'accueil pour des vacanciers qui aspirent au calme et à la convivialité (vous savez, ce truc, boire l'apéritif le soir accompagné d'une spécialité locale, ...le terroir vosgien et son fumé, c'est dans toutes les brochures touristiques DES VOSGES ! ! ! !

Nous pouvons donc légitimement avec tout cela, nous poser des questions sur les intentions de la famille DEMIATI envers notre famille et envers un sujet de société à part entière qu'est le port du voile.

Nous ne sommes cependant adhérents à aucun parti, nous votons à chaque élection. Les 4 enfants ne sont pas baptisés. Nous sommes profondément laïques et attachés aux libertés.

Les internautes (avec tous les mails de soutien que nous avons déjà reçu - environ 250) ne sont pas trompés, à travers nous, c'est la République et la laïcité qui avons fait l'objet d'une énième et non dernière provocation.

Aussi, continuez à nous soutenir, nous en aurons besoin pour le procès qui aura certainement lieu (date non connue).

Fanny Et Frédéric Truchelut

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10324
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 18:41

Citation :
Le point sur la pétition contre Hani Ramadan

Chères amies, chers amis, vous êtes très nombreux et nombreuses à participer à cette action citoyenne, indispensable aujourd'hui. Nous aurions sans doute pu utiliser un site de pétition en ligne, mais cela aurait été plus anonyme et ne nous aurait pas permis d'avoir vos messages personnels très sympathique et encourageants, vos informations et d'échanger avec vous.

Suite : http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10325
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 29 Sep 2006, 23:47

Citation :
Zaouahri traite George Bush et Benoît XVI de "charlatans"

DOUBAI (Reuters) - Le numéro deux d'Al Qaïda, Ayman al Zaouahri, a déclaré que George Bush ne faisait que mentir en se félicitant des progrès accomplis dans la "guerre contre le terrorisme", dans une vidéo diffusée sur internet.

"Bush, vous incarnez le mensonge et l'échec, vous êtes un charlatan. Cela fait trois ans et demi (depuis les arrestations) (...) Que nous est-il arrivé? Nous nous sommes renforcés et nous sommes encore plus enclins au martyre", a dit l'activiste égyptien.

Al Zaouahri fait référence aux arrestations de plusieurs responsables de la nébuleuse islamiste, dont Khalid Cheikh Mohammed, soupçonné d'avoir planifié les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

"Bush, ô échec et mensonge, pourquoi ne vous montrez-vous pas pour une fois courageux, en faisant face à votre population pour lui dire la vérité sur les pertes en Irak et en Afghanistan?"

Le chef adjoint d'Al Qaïda a également traité le pape de "charlatan", en raison des propos tenus sur l'islam par Benoît XVI lors d'une conférence à Ratisbonne (Allemagne).

"Ce charlatan a accusé l'islam d'être incompatible avec la rationalité, tout en oubliant que son propre christianisme est inacceptable pour un esprit sensé", a-t-il dit.

Dans son discours, le pape avait cité Manuel II Paléologue, empereur byzantin du XIVe siècle, sur le christianisme et l'islam, et notamment une phrase affirmant que le prophète Mahomet n'a apporté que "du mauvais et de l'inhumain", "par exemple en prescrivant de répandre par le glaive la foi qu'il prêchait".

Le souverain pontife avait déclaré qu'une religion basée sur la raison ne pouvait déboucher sur de la violence.

Zaouahri a également appelé à déclencher une guerre sainte contre tout casque bleu qui serait déployé au Darfour, province de l'ouest du Soudan.

"Ô nation musulmane, viens défendre tes terres contre les croisés qui prendraient l'allure de casques bleus des Nations unies. Rien ne te protègera, à l'exception de la guerre sainte", a-t-il déclaré.

Khartoum se refuse toujours au déploiement d'une force des Nations unies, forte de 22.000 casques bleus, qui viendrait remplacer les hommes de l'Union africaine. Le président soudanais voit dans l'offre onusienne une tentative de recoloniser son pays.

http://fr.news.yahoo.com/29092006/290/zaouahri-traite-george-bush-et-benoit-xvi-de-charlatans.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 30 Sep 2006, 11:54

Voici les MP3 de la semaine

Anne-Marie Delcambre du 25 septembre 2006

http://www.libertyvox.com/files/RocKIK_AnneMarieDelcambre_060925.mp3


Super Résistant du 28 septembre 2006

http://www.libertyvox.com/files/RocKIK_SuperResistant_060928.mp3


Elisseievna du 29 septembre 2006

http://www.libertyvox.com/files/RocKIK_Elisseievna_060929.mp3


La Rédaction.


http://www.libertyvox.com/

http://www.rockik.com/fr/index.php?id=
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 30 Sep 2006, 12:44

Citation :
Les jeunes Flamands sont intolérants (journaux Corelio)

(30/09/2006 07:50)


Les jeunes Flamands sont, plus que leurs homologues francophones, intolérants, notamment à l'égard des allochtones. Près d'un quart des jeunes du nord du pays affirment par ailleurs qu'ils voteraient Vlaams Belang s'ils étaient convoqués aux urnes, révèle une enquête menée par la KUL et par l'université canadienne McGill. Près de 10.000 jeunes âgés de 16 et 17 ans ont été interrogés en Belgique et au Canada dans le cadre de cette enquête, dont les résultats sont publiés samedi dans les journaux flamands De Standaard et Het Nieuwsblad. "Plus de la moitié (des jeunes Flamands) estime que les immigrés constituent une menace pour notre mode de vie et pour la sécurité d'emploi", précise le politicologue Mark Hooghe, coordinateur de l'enquête. (VDL)

http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=65922&source=belga&status=

Ne cherchez pas, il n'y a aucun problème, ce sont les flamands qui sont INTOLERANTS !!!

spiderman spiderman spiderman

puker puker puker
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 30 Sep 2006, 13:39

Citation :
L'affaire Redeker ou l'apothéose de la lâcheté

Par Occidentalis, samedi 30 septembre 2006 à 13:15

Un ministre de la République (ou de ce qu'il en reste) se couche devant le conquérant musulman : il désavoue son fonctionnaire menacé de mort par la vermine verte.

Le proviseur, les élèves, les parents d'éléves sont soulagés : le prof maudit est remplacé, le lycée n'a pas été vitrifié par les suppôts d'Allah, et qu'il soit obligé de se cacher aujourd'hui ne les bouleverse pas, il l'a bien cherché après tout...

Les syndicats d'enseignants, les médias, les politiques dissimulent mal leur dhimmitude et leur totale soumission à l'envahisseur derrière quelques timides dénonciations des atteintes à la liberté d'expression...

Que se passe t-il donc en France aujourd'hui ? Comment ces pantins qui s'émeuvent devant le sort mis en scène d'une poignée de délinquants clandestins peuvent-ils rester passifs devant la disparition de notre démocratie, de nos valeurs et de nos grands principes acquis dans le sang ?

Comment peuvent-ils laisser un homme qui a le courage de défendre des idées heureusement de plus en plus répandues être menacé de mort par des fanatiques barbares, incultes et bestiaux ?

Faut-il donc que le sang coule sur le sol français pour qu'une réaction intervienne ? Faudra t-il des martyrs, des victimes innocentes d'une idéologie nauséabonde pour qu'une prise de conscience s'opère ? Nos gouvernants attendent-ils que la guerre civile éclate pour réagir ? Ne faut-il d'ailleurs pas la souhaiter enfin d'en finir avec cette épée de Damoclès ?

Autant de questions qu'il faut se poser aujourd'hui. Depuis des années nous disons que l'islam est dangereux, les événements jour après jour nous donnent raison. La France ne pourra s'épargner ce débat, même si nos dirigeants préférent colmater les brèches et étouffer les bruits de babouches. L'islam s'impose en France, exige, juge, condamne, et aujourd'hui veut aussi exécuter.

Nous n'avons pas retenu les leçons de l'histoire, nous avons en face de nous au travers du Coran un nouveau Mein Kampf, et au lieu de réagir comme nous aurions dû le faire dans les années 30, nous agissons comme nous l'avons fait dans les années 30, en tentant d'éviter un conflit pourtant inévitable, en nous couchant devant l'ennemi, en refusant une guerre que les sectateurs de Mahomet veulent nous faire.

Mais que les nouveaux collabos n'oublient pas qu'après leurs années de gloire, ils prennent le risque de finir comme leurs frères spirituels de la seconde guerre mondiale, emprisonnés ou exécutés.

Denis Greslin.

http://www.occidentalis-leblog.info/index.php/l-affaire-redeker-ou-l-apotheose-de-la-lachete
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 30 Sep 2006, 13:42

Citation :
Le lancer de tête de porc : un sport en pleine expansion

Le 23 septembre dernier, peu avant le début du Ramadan, une tête de cochon a été trouvée à l’exterieur de la mosquée Jamia à Newport (Pays de Galles). Cette nouvelle discipline sportive semble faire de plus en plus d’adeptes. On rappelera en effet que :
• en juillet 2006, une tête de cochon était également lancée dans une mosquée de Lewiston (USA).
• en août 2005, près de Tel Aviv (Israel), une tête de porc portant l’inscription "Prophète Mahomet" fut retrouvée dans une mosquée de Jaffa.
• en juin 2005, des opposants à la construction de la mosquée de Seville déposait une tête de cochon sur le chantier
• en novembre 2004, une tête de cochon coiffée d’un keffieh était projetée devant une autre mosquée à Amsterdam.
• en juillet 2004 , on retrouvait des têtes de cochons plantées sur des piques dans une mosquée de la banlieue de Sidney (Australie)
• en 2001, peu après l’attaque du 11 septembre, des têtes de cochon coupées étaient retrouvées dans le parking du centre islamique d’Exeter (Angleterre)
• en décembre 2000, une tête de cochon accrochée sur la porte d’une mosquée du comté de Yangxin (Chine) déclenchait des émeutes.
• en février 1998, un précurseur israélien avait été arrêté car on le soupçonnait de vouloir jeter une tête de cochon enveloppée dans des pages du Coran dans la mosquée d’Al Aqsa.

On rappelera également, à toutes fins utiles, que les auteurs de ces méfaits ont tous été poursuivis pour crimes racistes ou incitation à la haine raciale et vigoureusement dénoncés par la médiacratie. A l’inverse, les musulmans déchainés, brandissant des pancartes du genre "Ceux qui critiquent le prophète seront décapités","Que le Pape aille en enfer", "L’islam conquérera Rome", "exterminons ceux qui critiquent l’islam" etc… sont mollement observés par les forces de polices dans nos belles et bonnes démocraties, sous l’œil bienveillant et les bravos émus des associations anti-racistes.

http://www.bafweb.com/2006/09/30/12086
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 30 Sep 2006, 23:08

Citation :
Tenez bon !

Rachid. M le 30/09/2006

J’ai envie de vous dire : « Peuple de France ! Réveille toi !! ». N’abandonnez pas cet homme courageux, comme vous avez abandonné les intellectuels algériens, qui ont mis en garde le monde entier contre le danger des fous de Dieu, et qui se sont fait égorger comme des moutons.

Ces métastases qui nous rongent nous dans les pays musulmans, vous ont finalement atteint, à cause de votre naïveté qui frôle souvent l’imbécillité. Nos intellectuels à nous de ce côté ci de la méditerranée ont été les premiers à tirer la sonnette d’alarme sur le danger islamiste, qui est plus virulent et destructeur que le nazisme. Non seulement personne ne les a écouté, mais jusqu’au jour d’aujourd’hui, des "intellectuels" de salon, complètement ignares quand à la véritable histoire de la venue de l'islam, continuent de prôner un dialogue avec cette vermine. Quel dialogue peut-il y avoir avec des gens qui ne vous tolèrent que tant qu’ils sont en position d’infériorité (numérique, technologique, ou autre, peu importe.) mais qui dès que le rapport de force change, ils se mettent à vous imposer leur dictat. Nous en avons eu l’amère expérience avec le FIS ( de pute ) pendent 10 ans ici.

Tenez bon.

Et ne cédez pas un pouce à ces fous furieux. Exigez de vos dirigeants qu’ils mettent au point des lois exceptionnelles, comme par exemple, tout individu condamné pour menaces de mort contre « la liberté de penser, ou s’exprimer », sera expulsé ainsi que toute sa famille vers son pays d’origine. Et là il faudra envoyer au diable (donc aux islamistes) toutes les organisations des droits de l’homme qui crierait au scandale. Car à situation d’exception, mesures d’exception. Croyez-moi qu’une telle mesure refroidirait plus d’un barbu ignare.

Je suis Algérien, j'ai 44 ans. J'habite Oran et je suis oranais de souche, issu d'une famille musulmane pratiquante. Je suis prof de littérature Arabe dans un lycée. J’ai fais 4 ans d’études de théologie islamique, dans l’espoir de trouver des réponses aux nombreuses questions qui me taraudaient l’esprit sur le pourquoi de la folie des hommes. Et la seule réponse que j’ai trouvée, c’est que l’islam, à l’instar des autres religions, n’avait aucune réponse convaincante et rationnelle. Et au lieu de renforcer ma foi, mes recherches théologiques ont fait que je ne suis plus musulman depuis près de 10 ans.

Et je ne crois en aucune autre religion, car toutes foutent la merde et fonctionnent à l'exclusion de l'autre. Mais je ne suis pas athée pour autant. Question de besoin spirituel peut-être, car je crois en une puissance supérieur qui a mit la machine de la création en marche, mais qui apparemment ne s'occupe pas de ce qu'elle est devenue. Pourquoi ? Mystère et « bombe de kamikaze »...

Tous les prophètes ne sont que des illuminés schizophrènes, qui ont fondé des sectes, et Dieu, si jamais il avait voulu s’adresser à ses créatures, n’avait qu’à s’adresser à tout le monde en direct, sans passer par des « va-nu-pieds » (Moise, Jésus, Abraham, Mohamed et tutti quanti ) pour porter « son message », avec tous les risques d’incrédulité des destinataires dont beaucoup ont remit en cause ( et à juste titre ) les critères de choix subjectifs, venant de la part de « l’être le plus sage » de l’univers. Evidemment, vous vous doutez bien que vivant dans un pays musulman, ma « philosophie » je me la garde pour moi, et ne la partage prudemment qu’avec un petit cercle « d’initiés », car si jamais j’en parle à haute voix, l’exécution de la sentence promise à Mr Robert Redeker, serait ici immédiate. Alors, faites attention et tenez bon. Vous êtes le dernier rempart qui reste contre la déferlante de mort qui nous menace tous.

Oran. Algérie.

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1279
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 01 Oct 2006, 15:43

Citation :
L'islamophobie, l'arme des islamistes contre la laïcité.

Publié par Robert Redeker le 1/10/2006

Un néologisme vient de tailler sa place de façon fracassante sur notre scène politique: " islamophobie ". Ce mot, proche accoustiquement de " xénophobie", est autant destiné à faire peur - en évoquant subliminalement la haine, les persécutions, les discriminations - qu'à culpabiliser.

Quelques uns voudraient le voir devenir synonyme de " racisme " et symétrique d' " antisémitisme ", deux monstres qui ne dorment que d'un oil. Son usage, pourtant, est-il bien adéquat à la double exigence républicaine: sauvegarder la laïcité et combattre le racisme? N'engendre-t-il pas des amalgames aux résultats ruineux pour la République, ses valeurs et son héritage?


Une enquête (conduite par Caroline Fourest et Fiammetta Venner dans leur livre: ) sur ses origines et son histoire réserve des surprises, donnant à voir les intentions de ses concepteurs. Il n'est pas innocent que le vocable d' " islamophobie " ait été forgé initialement (dans les années 1970) par des islamistes radicaux s'attaquant aux féministes.

La guerre contre les femmes est le berceau de ce terme; ainsi, Kate Millet, célèbre militante du mouvement de l'émancipation féminine, fut violemment insultée puis traitée d'islamophobe pour avoir incité les iraniennes au refus de porter le voile. C'est à nouveau autour de la question de l'apartheid des femmes - foulard à l'école, dans des institutions, dans la rue, autoségrégation dans des piscines - que se concentre la crispation, et que l'accusation d'islamophobie menace quiconque s'élève contre la tentative d'officialisation de cet apartheid.

Dans les années 1990 le terme d' " islamophobie " a été diffusé plus largement par les islamistes londoniens dans le cadre des campagnes anti-Rushdie. L'écrivain et les défenseurs de la liberté de penser et de publier se trouvaient accusés du crime d'islamophobie tout en étant menacés de mort. Le concept d' " islamophobie " est originairement une arme forgée par les islamistes dans le but d'imposer leur vision totalitaire du monde. Il plonge ses racines dans le plus sordide obscurantisme.

Au départ " islamophobie " était donc un mot de combat - et chacun se souvient de la formule du poète révolutionnaire Maïakovski, " les mots sont des balles "! En le réutilisant naïvement, de sincères amis de la liberté se placent sur le terrain de ses adversaires. Peut-on, comme le souhaitent les islamistes, identifier l'islamophobie avec un racisme et l'équivaloir avec l'antisémitisme?

L'amalagame entre l'islamophobie et le racisme est destiné à se retourner contre toute critique de la religion, si importante dans notre culture depuis Bayle et Voltaire, si importante aussi dans l'élaboration de l'idée républicaine. Est-il " raciste " de refuser les exactions qui se pratiquent, de la Mauritanie jusqu'au Pakistan, au nom de l'Islam? De refuser la charia, les lapidations, les mutilations, l'esclavage (encore vivace dans des sociétés musulmanes), la criminalisation de l'homosexualité, le statut inférieur des femmes, etc?

Est-il raciste de rappeler que dans aucun pays musulman les droits de l'homme ne sont à l'honneur, pas plus d'ailleurs que la démocratie?

Est-il raciste d'estimer que des centaines de millions d'êtres humains vivent quotidiennement sous le joug imposé par cette religion? Est-il raciste de s 'inquiéter des exigences dans notre société d'une religion qui a aussi peu fait la preuve de sa capacité à intérioriser les valeurs issues des Lumières?

Est-il raciste de se poser la question: un Islam à visage humain est-il possible, comme on se demandait naguère si un socialisme à visage humain est possible?

Si le racisme (par exemple: l'arabophobie) est absolument condamnable, le combat contre les empiétements du religieux sur la vie civique, combat dont sont issues les valeurs républicaines, ne l'est aucunement. L'Islam est une religion - un ensemble d'idées, de mythes, de superstitions et de rites - pas une " race " (si ce mot a un sens) ni une ethnie. Il existe des musulmans de tous les types humains; cette religion, semblablement au christianisme, vise l'universalité.

Etant une religion, l'Islam est aussi une idéologie, comme le communisme et le libéralisme. Doit-on condamner l'antilibéralisme ou l'anticommunisme, le refus de leurs idéologies et de l'organisation du monde qu'elles impliquent, comme s'il s'agissait de racisme? L'attitude accusée d' islamophobie n'est pas du racisme dans la mesure où loin d'être la haine de tel ou tel peuple, elle est le refus véhément de ce que certains prêchent et veulent imposer au nom de l'Islam. Elle est le refus des aspects archaïques et incompatibles avec les valeurs républicaines que véhicule une certaine interprétation l'Islam.

L'antisémistisme, pour sa part, ne stigmatise pas une religion, mais un peuple. Or, il n'y a pas un peuple musulman comme il y a un peuple juif; par suite, la mise en parallèle de l'islamophobie et l'antisémitisme est abusive. L'Islam est un attribut accidentel, applicable - du fait de sa nature prosélyte - à tout être humain, quelle que soit son ethnie et sa couleur de peau. Au contraire Juif ne désigne qu'un seul peuple, à cause de son non-prosélytisme. Loin d'être le simple combat contre une religion, l'antisémitisme est la haine immotivée et inextinguible d'un certain peuple, le peuple juif. Les Juifs pourraient bien être athées, changer de religion, que l'antisémitisme persisterait. S'il existe des Juifs athées (parce que le mot " juif " énonce l'appartenance à un peuple, quelles que soient les idées de ceux qui sont ainsi indexés), la locution " musulman athée " s'avère absurde (parce qu'être musulman signifie adhérer à une croyance).

Les islamistes voient dans la bataille du vocabulaire un enjeu d'importance. Le terme d'islamophobie cache le piège tendu aux institutions laïques par les intégristes musulmans pour empêcher la critique de la religion tout en soumettant des segments de l'existence sociale (spécialement celle des femmes) à une emprise totalitaire.
Perdre la bataille sémantique, en réutilisant le vocabulaire mis en circulation par les islamistes comme s'il allait de soi, est désastreux. Le mot " islamophobie " rabat à faux-titres la défense de la liberté et de la laïcité sur l'intolérance et sur la haine. Il réussit à contraindre les valeurs républicaines à demeurer sur la défensive: ce sont elles désormais qui, mises en difficulté par la sophistique d'un tour de passe-passe lexical, se voient accusées d'intolérance et d'intégrisme.

La prestidigitation de ce mot consiste à renverser la réalité en plaçant l'obscurantisme en position de victime et la laïcité d'agresseur. La laïcité doit maintenir le mot " islamophobie " hors du cercle des débats, tout en pourchassant le racisme, en particulier l'arabophobie.

www.robertredeker.net/mondecontemporain_lalaicite,l_islamophobie.htm

(via resiliencetv Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 01 Oct 2006, 17:24

Citation :
La capitulation ?

Les élites françaises ont-elles déjà capitulé face à l'islamisme? C’est la question que pose Paul Landau au regard des 17 ans écoulés entre l'affaire Rushdie et l'affaire Redeker, dans ce premier article sur LibertyVox.

Suite : http://www.libertyvox.com/article.php?id=216
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 01 Oct 2006, 17:29

Citation :
L’alliance occulte des musulmans "modérés" et radicaux

Comment se sortir d’un piège aussi énorme qu’invisible dans lequel nous nous enfermons tous les jours un peu plus ?

L’écrivain algérien Yasmina Khadra, qui est de sexe masculin comme son prénom ne l’indique pas, était l’invité de Laurent Ruquier sur France 2, en ce samedi 30 septembre 2006, à l’occasion de la sortie de son livre "Les sirènes de Bagdad".

Cet ex-officier de l’armée algérienne (1) y décrit l’itinéraire d’un jeune Arabe vers le terrorisme après sa confrontation avec la "brutalité" américaine en Irak. Jusque là, rien de bien original.

Mais ce qui est intéressant dans son discours, appuyé par l’inévitable président du MRAP, Mouloud Aounit, présent sur le plateau, c’est son extrême modération pourtant au service de la justification du terrorisme qu’il qualifie de "résistance".

Selon lui, tous les Arabes sont vus par les occidentaux comme des terroristes potentiels. L’islam n’est porteur d’aucune violence, il n’interdit pas l’apostasie puisque aucun verset ne le mentionnerait et les imams ne sont pas, dans leurs pays, les élites redoutables que nous croyons.

L’Occident, en revanche, est porteur de cette "violence" économique envers les pays "pauvres", créant l’humiliation ressentie, terreau du terrorisme. Autant de propos provoquant l’approbation orgasmique d’Aounit.

Quand lui est opposée, par le journaliste Eric Zemmour, la nécessité pour le monde arabe de revoir sa copie en matière de corruption, de despotismes, de répartition des richesses, de libération du savoir et de séparation entre le politique et le religieux, pour accéder à la modernité, Khadra répond : "De quelle modernité parlez-vous ?". Faisant mine de croire que c’est de modernité technologique qu’il est question, il escamote ainsi un sujet qui porte bien sur une Renaissance nécessaire à la sortie d’un Moyen-Âge musulman interminable.

Yasmina Khadra peut être perçu, à l’issue de cette émission, comme un musulman modéré : visage lisse, vêtements occidentaux, message de paix. Ses geignements sur la difficile arabitude de ce 21e siècle attireront sur lui, au pire de l’agacement, au mieux l’adhésion et la compassion.

Sauf que…

La montée au créneau, régulièrement médiatisée, de ces musulmans "modérés" fait sans doute partie d’un piège redoutable.

Pour eux, les islamistes ne sont pas l’islam mais un avatar fabriqué par l'Occident. Tout en lui trouvant des justifications, ils rejettent le terrorisme et se désolidarisent de leurs auteurs.

Pour les musulmans intégristes, ces "modérés" ne sont pas de vrais musulmans et sont des traîtres à la botte des nations occidentales.

Désarçonnés par ces deux signaux contradictoires, nous ne savons plus que penser de ce monde arabo-musulman et envoyons souvent des réponses confuses ou inadaptées.

Les deux catégories, modérés et radicaux, sont, en fait, les deux faces d’une même pièce, les partenaires complémentaires nécessaires au bon fonctionnement d’une mécanique implacable. Cette dichotomie apparente à l’échelle mondiale doit inspirer la plus grande méfiance. En miniature, le laboratoire qu’est le Proche-Orient produit régulièrement les résultats pervers de cette opposition de façade.

Arafat avait parfaitement compris l’intérêt de la modération du discours. Elle lui permettait d’accéder à une respectabilité et à la prise en compte de revendications, pourtant farfelues et sans fondement historique, par la communauté internationale. Dans le même temps, il faisait ce qu’il fallait pour sécréter d’autres organisations qui prenaient le relais de l’action violente. Cela lui permettait même de disposer de "méchants utiles" à condamner pour paraître, par contraste, bien plus blanc qu’il n’était.

En 2006, le même processus est sur le point de se poursuivre avec le Hamas, pourtant intransigeant dans sa charte quant à ses visées éradicatrices d’Israël, grâce à des chancelleries crédules et amnésiques.

De même, nous n’avons pas une analyse suffisamment pertinente de cette alliance de la carpe et du lapin qu’est l’union opportuniste, qui se construit sous nos yeux, entre certaines forces sunnites et chiites. Celles-ci, de toute évidence, étant donné la haine atavique qu’elles se vouent entre elles, se disent qu’elles s’occuperont de leur problème intestin une fois la "question" judéo-chrétienne réglée.

Pour le moment – mais pour combien de temps encore ? -, seul l’Etat hébreu décode correctement cette stratégie. Dans nos contrées, par peur ou par naïveté, nous continuons à porter au pinacle tous ces musulmans qui nous rassurent et nous permettent d’éloigner de nos esprits le spectre du choc des civilisations.

Malheureusement, nous nous trompons de musulmans.

Des musulmans, vrais résistants ceux-là, formant un front du refus face à l’obscurantisme, existent. L’un d’eux est d’ailleurs vice-président de Primo-Europe. Il a certes un gros défaut : il est laïc et probablement agnostique. Mais il est incontestablement de culture musulmane. De cette culture avec laquelle nous rêvons d’enrichir la nôtre. Mais pas avant qu’elle ne se débarrasse de ses oripeaux médiévaux et obscurantistes.

Si des musulmans se reconnaissent dans cette aspiration, qu’ils se fassent connaître, qu’ils nous écrivent, et qu’ils constituent, ensemble, l’armée pacifique qui renversera les imposteurs qui nous/les manipulent en nous faisant croire que ce sont eux les modérés alors qu’ils sont les complices objectifs et sans doute conscients des égorgeurs de Daniel Pearl, Nick Berg et tant d’autres victimes.

Jean-Paul de Belmont © Primo-Europe, 1er octobre 2006

(1) Il semble qu’il soit encore au service de cette armée dont il nie farouchement toute implication dans les massacres de villageois algériens.

http://www.primo-europe.org/selection.php?numdoc=Do-605407876
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 01 Oct 2006, 17:40

Citation :
Yémen: deux membres présumés d'Al-Qaïda tués, dont le cerveau de l'attentat contre le Limburg

Par Hammoud MOUNASSAR

SANAA (AFP) - Les forces de sécurité yéménites ont tué dimanche à Sanaa deux membres présumés d'Al-Qaïda, dont le cerveau de l'attentat contre le pétrolier français Limburg en 2002, recherchés activement depuis leur évasion en février d'une prison à Sanaa.

"(Fawaz Yahya) al-Rabihi a été tué dans un échange de tirs avec les forces de sécurité dans une banlieue de Sanaa, où il se cachait dans une maison", a annoncé à l'AFP une source de sécurité, qui a requis l'anonymat.

Fawaz Yahya al-Rabihi a été condamné à mort en 2004 pour avoir notamment planifié l'attentat contre le Limburg en 2002, au large d'Al-Moukalla, dans le sud-est du Yémen, qui s'était soldé par la mort d'un marin bulgare.

Rabihi était l'un des hommes les plus recherchés au Yémen. Durant son procès, il affichait une fidélité sans faille à Oussama ben Laden. "Ils veulent que nous retirons notre allégeance à cheikh Oussama. Ce que nous ne ferons jamais, Abou Abdallah (ben Laden), toi qui nous a appris à frapper la tête de la vipère", répétait-il en allusion aux Etats-Unis.

Les "forces de sécurité ont tué aussi Mohammad Daïlami", un autre membre présumé d'Al-Qaïda, condamné en 2004 à cinq ans de prison pour plusieurs affaires, dont une tentative d'attaque en 2002 contre un hélicoptère de la compagnie américaine Hunt, a indiqué la même source de sécurité.

"Mohammad Daïlami se cachait dans la même maison que Rabihi", a-t-on ajouté.

Daïlami faisait partie d'un groupe de 15 Yéménites, condamnés à diverses peines de prison, pour tentative d'attaque contre l'hélicoptère de Hunt, planification pour attaquer cinq ambassades occidentales à Sanaa, assassinat de l'ex-ambassadeur américain à Sanaa, Edmond Hull, et participation à des explosions perpétrées contre des bâtiments gouvernementaux.

Les deux hommes tués dimanche figuraient parmi 23 membres présumés d'Al-Qaïda qui s'étaient évadés le 3 février 2006 d'une prison à Sanaa placée sous la garde des forces de la sécurité politique en creusant un tunnel.

Huit de ces fugitifs courent toujours et les 15 autres ont été arrêtés, tués ou s'étaient rendus aux autorités, selon un décompte de l'AFP.

Le 16 septembre, les autorités yéménites ont annoncé l'arrestation de quatre "terroristes" yéménites, liés à Al-Qaïda, qui planifiaient des attaques à Sanaa, alors que le Yémen était en pleine campagne pour l'élection présidentielle, remportée par le chef de l'Etat sortant Ali Abdallah Saleh.

Ces arrestations ont été révélées au lendemain de l'annonce d'un double attentat à la voiture piégée, déjoué par les autorités.

Quatre assaillants et un garde avaient été tués dans ce double attentat contre la raffinerie de pétrole de Safer à Maareb (250 km à l'est de Sanaa) et des réservoirs de pétrole au terminal d'al-Dhabba, où opère la firme canadienne Nexen, dans la province du Hadramaout (1.100 km au sud-est de Sanaa).

"Fawaz al-Rabihi était le principal instigateur de ce double attentat avorté à Maareb et au Hadramaout", a affirmé à l'AFP une source de sécurité à Sanaa.

Citant "des informations obtenues lors de l'interrogatoire des quatre terroristes arrêtés le 16 septembre", la même source a ajouté que "Rabihi a planifié d'autres attentats à Sanaa, qui devaient viser notamment l'aéroport et Movenpick Hotel dans la capitale".

En outre, "six voitures piégées ont été découvertes ces deux dernières semaines par les autorités de sécurité, qui recherchent toujours une septième voiture piégée", a indiqué dimanche à l'AFP un responsable de la sécurité, sous couvert de l'anonymat.

Après les attentats du 11 septembre 2001 à New York, le Yémen, pays d'origine de la famille d'Oussama ben Laden, s'est rangé du côté des Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme" et a arrêté et jugé nombre de ses ressortissants soupçonnés d'appartenir au réseau terroriste.

http://fr.news.yahoo.com/01102006/202/yemen-deux-membres-presumes-d-al-qaida-tues-dont-le.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 02 Oct 2006, 18:18

Citation :
Lettre ouverte aux dirigeants et élus du Royaume de Belgique et au Peuple Belge

Ainsi qu'aux citoyens de l'Union Européenne et aux démocrates et défenseurs de la liberté partout dans le monde

http://www.france-echos.com/IMG/pdf/Lettre_ouverte_aux_dirigeants_et_elus_du_Royaume_de_Belgique_et_au_peuple_Belge.pdf

(PDF, 126 ko)


La diffusion de ce texte est libre à la condition de le présenter dans son entièreté, annexes, références et liens compris.

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10351
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 06 Nov 2006, 17:13

Opération Témoins : Liège, Belgique :

Citation :
Photos prises ce WE - Ce qu'il faut savoir au préalable:

A Liège, troisième ville de Belgique et première de Wallonie (au moins par la taille...), les Galeries St Lambert sont un centre commercial récent, et très bien situé, en plein centre, face au Palais des Princes Evêques...

Détail qui n'a bien sûr aucun rapport avec quoi que ce soit, je rencontre de plus en plus fréquemment des femmes voilées dans ce coin . Ce n'est pas encore Schaerbeek, mais l'augmentation est notable.

En Belgique, comme dans certaines régions voisines du nord de l'Europe, la fête préférée des enfants est la Saint Nicolas. C'est donc le 6 décembre qu'ils recoivent bonbons et jouets, plus qu'à Noël bien souvent - dans ma famille, Noël, c'était généralement plutôt pour les cadeaux des adultes.

Traditionnellement, les magasins et galeries commerciales rendent hommage au saint-patron des écoliers en décorant leurs vitrines, mais aussi en prévoyant un espace pour que les enfants puissent lui rendre visite. Et c'est ce que feront, bien sûr, les galeries Saint-Lambert dès la semaine prochaine:



Jusque là, pas grand chose à redire... Qu'est-ce qui peut bien me chiffoner dans cette photo?? A la limite, point positif, ils n'ont pas "sucré" le Père fouettard (le bonhomme tout de noir maquillé), comme c'est déjà arrivé ailleurs - vous comprenez, un noir serviteur d'un blanc, ça ne peut être que du racisme). On pourra cependant observer que la mitre du saint semble dénuée de la croix qui l'orne traditionnellement dans l'iconographie enfantine - ou en tout cas l'ornait traditionnellement à mon époque, pas très lointaine. Mais ça, sans que cela me plaise, on ne peut pas dire que cela m'ait choqué: il y a déjà quelques années de cela, j'avais entendu un responsable de la galerie commerciale City2, à Bruxelles, expliquer que si St Nicolas y avait été "dépouillé" de sa croix et de sa crosse, c'était pour ne pas que les gosses musulmans se sentent tenus à l'écart... Mouais...

Non, ce n'est pas l'absence de croix qui me gêne... Mais regardez plutôt l'arrière-plan, le décor dans lequel le grand saint accueillera les mômes:


Sable, palmiers, chameau, architecture islamique: tout est bien entendu là pour nous rappeler qu'il s'agit d'une fête de fin d'année européenne, plongeant ses racines dans le christianisme et - en remontant suffisament loin - dans le paganisme germanique... Rolling Eyes

Inutile de me rétorquer que "St Nicolas était turc": 1) le paysage évoqué par le décors n'est pas vraiment vraiment de par là-bas, 2) St Nicolas, évêque de Myre, vécut à une époque où il n'était auncunement question de "turcs" - alors encore en Asie Centrale, bien loin de l'Anatolie, et au sein de l'Empire Byzantin. Point de décors des 1001 nuits en vue... Je peux d'ailleurs lire ici que
Citation :
(...)Après sa mort, le 6 décembre 326, Nicolas devient un saint très vénéré. Ses conversions et ses voyages le destinent à devenir le patron des pêcheurs et des marins, ce qui assurera son avenir. Son culte se répand dans tout l'Empire byzantin et, en temps utile, soutiendra en Sicile ou en Grèce la lutte contre l'Islam, (...)

Alors?? Et bien alors, cela fait un peu mal de le voir maintenant utilisé pour promouvoir un multicultiralisme béat et aveugle (en admettant qu'il n'y ait pas de volonté eurabienne derrière ce qui n'est, après tout, qu'une futile décoration dans une petite ville d'Europe), ou pour acclimater en douceur la population autochtone et contribuer à l'islamisation de la société.

Le plus "marrant" là-dedans? Je pense que la plupart des gens n'y trouveront rien à redire - "vous comprenez, en ces mois froids, c'est bon de voir évoquer le soleil, les dernières vacances au Maroc, etc... Eurabia? Mais vous êtes complètement parano, ma chère!"

Source : Pistache - Libertyvox :
http://www.libertyvox.com/phpBB/viewtopic.php?t=802&start=75&sid=1f98ebbe674f0954287125c356516690
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 11 Nov 2006, 17:25

Citation :
"Al-Qaida prévoit des attaques sur l'Europe en fin d'année" (CBS)
(11/11/2006 15:35)


Le groupe terroriste al-Qaida se prépare à commettre des attaques en Europe pendant les vacances de Noël, rapporte la chaîne de télévision américaine CBS qui a obtenu ces informations auprès d'employés de la CIA, de diplomates arabes et de fonctionnaires de sécurité pakistanais. Par ces attaques, al-Qaida voudrait accroître "sa pression sur l'Europe". Le groupe ciblerait notamment le réseau ferroviaire et aérien. Al-Qaida envisagerait par ailleurs de mener également des attaques dans les pays arabes mais cette fois sur des infrastructures pétrolières comme des pipelines ou des raffineries. De cette manière, les prix du pétrole augmenteraient et l'économie américaine souffrirait aussi de ces attaques, selon CBS.(FLO)

http://www.dhnet.be/breaking_news.phtml?id=67457&source=belga&status=3

L'article CBS : http://www.cbsnews.com/stories/2006/11/10/terror/main2170878.shtml
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 12 Nov 2006, 15:50

Citation :
LE CREPUSCULE DE LA REPUBLIQUE


La France, championne de la cause palestinienne en Europe, et dont tant de « Jeunes » et de moins jeunes arborent l'écharpe mythique de l'OLP, avait apprécié l'Intafada des Fedayin palestiniens. Elle appréciera celle des « Territoires perdus de la République »... Paris avait si souvent fustigé les « dérives sécuritaires d'Israël » face aux « résistants palestiniens » armés, comme nos « jeunes », de « simples pierres » et de coktails molotov. Elle aura appris à ses dépends qu'une Intifada peut en cacher une autre et que les Fedayin sont bien moins enthousiasmants chez soi que chez les autres !

Mais « l'Intifada française » a ceci de particulier - que, comme jadis dans les camps d'entraînement terroristes palestiniens du Liban, les Guérilleros musulmans « progressistes » en lutte « contre l'injustice » bénéficient de l'appui rhétorique et politique de mouvements révolutionnaires d'extrême-gauche ainsi que de la compassion démagogique de toute une gauche caviar, sans oublier les tirades paternalistes démagogiquement « anti-racistes » d'un président de la République déclinant qui n'ose même plus nommer les voyous et les casseurs par leur nom. Feignant de ne pas voir ni comprendre la légitime indignation des Français, notamment de ceux qui aimeraient être libérés des sauvageons qui terrorisent leurs banlieues,jadis paisibles, le Président de la République a cru bon de plaindre les criminels insurgés plutôt que leurs victimes directes : celles qui ont vu leurs voitures brûlées ! Toute cette nébuleuse politiquement correct s'évertuant à trouver des excuses à des fauteurs de troubles et des barbares que rien n'excuse et qui s'en sont pris de surcroît en premier lieu aux leurs !

Récupération islamiste ou nouvelle trahison des Clercs ?

Pire encore, alors que les émeutiers-pyromanes qui ont mis la République des banlieues à feu et à sang n'ont pas grand-chose à voir avec des Musulmans pieux et observants, intellectuels, médias et responsables politiques sont tombés dans le piège néo-obscurantiste consistant à identifier les Jeunes incendiaires à une rébellion de « Musulmans » et de « Fils de l'immigration ». Outre le fait que la plupart d'entre ces « Jeunes » sont Français depuis bien plus longtemps que l'auteur de ces lignes et que nombre d'entre eux ne sont même pas musulmans (30 à 40% de « Gaulois » et de « Black » non-musulmans), nos dirigeants ont cru bon de livrer une fois de plus en pâture les arrières-petits-fils de l'immigration extra-européenne et les nouveaux « déshérités » des Banlieues aux Organisations islamistes fondamentalistes comme l'UOIF ou de la FNMF. Même si ces dernières ne sont pas les organisateurs directs des émeutes, elles n'attendaient que cela pour parfaire leur image de nouveaux « médiateurs » verts d'une République agonisante qu'ils entendent bien islamiser, à commencer par ses territoires déjà perdus, ceux des « banlieues de l'islam » que les pouvoirs publics ont depuis des années déjà confiées de facto aux islamistes les plus fanatiques mais rompus à merveille aux techniques du double discours, la Takiyya.

Des « Jeunes » ainsi « assignés à islamité » malgré eux que l'on a cru pendant près de quarante ans pouvoir intégrer en les traitant avec un paternalisme hypocrite quasi-néocolonial reposant sur le postulat terrible selon lequel « les Lumières ce n'est pas pour eux » : car ceux là mêmes qui ont lutté contre les Curés et les Rabins en France, ceux là même qui ont tenu à déchristianiser la France et ont exigé de ne pas mentionner les origines judéo-chrétiennes de l'Europe dans le projet de Traité constitutionnel rejeté en mai 2005, ceux là même qui ont été les vigilants continuateurs anticléricaux du Ministère Combes et qui masquent leur inaction derrière des pseudo « Fronts républicains »et un discours hypocritement « anti-raciste », ont été les premiers à livrer nos jeunes concitoyens français « musulmans » en pâture à des Imams.

D'évidence, la facture socio-politique de cette nouvelle trahison des Clercs sera lourde, voire impossible à solder, tant il s'agit d'une bombe à retardement dont la puissance de détonation s'accroît chaque année, à la mesure des nouvelles compromissions et des concessions accordées aux loups théocrates déguisés en agneaux républicains, tels un Tariq ramadan de ce fait réhabilité médiatiquement ou les organisations proches des Frères musulmans qui instrumentalisent le discours « laïc » et « républicain » en France alors qu'ils soutiennent - au nom du Califat théocratique - le Hamas en Palestine et le Jihad, dans des pays que leur idéologie totalitaire a plongés dans la guerre civile (Irak, Algérie, Pakistan, Tchétchénie, Soudan,etc).

En réalité, les « jeunes casseurs » en question sont tous sauf des Musulmans pratiquants. S'ils se sentent « Muslims », ce n'est pas parce qu'ils sont pieux mais parce qu'ils voient dans l'islamisme de type Intifada ou Black Muslim une idéologie « virile » et révolutionnaire justifiant leur nihilisme dévastateur et leur haine sans fondements. L'Islam n'est pour eux qu'une appartenance ethno-communautariste rassemblant la masse de rebelles réfractaires à l'Ordre républicain et « gaulois ». Un ordre qu'ils feignent d'autant plus de dépeindre illégitime et répressif que les rares policiers qui osent encore s'aventurer dans leurs quartiers livrés aux trafiquants de drogue risquent de perturber l'économie parallèle qu'ils ont mis en place depuis des années au détriment des habitants honnêtes de ces cités de non-droit et sur fond de démission d'une République-Etat-Providence qui s'occupe de plus en plus de tout, sauf de ses missions régaliennes prioritaires : assurer la sécurité des citoyens.

Pour nombre d'entre eux, l'Islamisme à la Ben Laden ou celui incarné par les terroristes palestiniens ressemble à un double passeport « pro-palestinien » pour la violence gratuite et la judéophobie, d'où ces cris terrifiants entendus dans les banlieues alors que les voitures flambaient : « Allah OuAkbar », « Sarkozy sale Juif, sale fasciste »... A tort qualifiés par le Président Chirac de « victimes du racisme » et des discriminations », ces nouveaux fedayin des banlieues qui criaient « Allah OuAkbar », « Mort aux Juifs » et « Vive Ben Laden » sont en réalité des fausses victimes et de vrais bourreaux, des faux « anti-racistes » et de vrais néo-racistes, englobant dans une même haine viscérale les « Bourgeois », les « Chrétiens-Gaulois » et les « Sionistes ».

Qui sont les vrais responsables ?

C'est dans ce contexte général de démission des pouvoirs publics qu'il convient de replacer les émeutes-incendiaires de ces dernières semaines. Et plutôt que d'accuser le pompier d'être un pyromane, il convient de rappeler que ce n'est point le Ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, qui a « provoqué » les « déshérités » des banlieues en qualifiant les voyous-barbares de « racailles », mais ces derniers qui ont déclenché des émeutes en réaction à une politique de rétablissement progressif de l'ordre et de la loi courageusement initiée par Nicolas Sarkozy depuis plusieurs mois. En réalité, l'aspect positif de cette grave crise réside dans le fait que les bandes en voie de démantèlement n'apprécient pas que la loi commence à s'appliquer à eux, car pour la première fois depuis des années, un Ministre tente de façon humaine (« sans bavures ») mais ferme et impitoyable, de rétablir l'ordre et la justice dans les banlieues afin que celles-ci ne ressemblent pas aux camps d'entraînement des terroristes palestiniens qui mirent le Liban à feu et à sang dans les années 70-80 et qui étaient eux aussi devenus des centres du trafic international de stupéfiants.

Il est temps de ne plus inverser les rôles.

Car les adeptes de la « bien-pensance » « anti-raciste » de Gauche ou d'extrême Gauche ne peuvent pas ignorer que toute l'action de Nicolas Sarkozy consiste justement à relancer la machine à intégrer, ce qui passe non seulement parles mesures humaines révolutionnaires proposées par ce dernier (discrimination positive, etc), mais également par une nécessaire distinction entre les « Jeunes » et les « Voyous » qu'il est grand temps de ranger dans deux catégories bien différentes, faute de quoi l'amalgame le plus terrible finira par rentrer dans les m½urs pour le plus grand malheur des « Jeunes » honnêtes et des enfants de l'immigration qui aimeraient s'en sortir et rêvent de ne pas être assimilés ni à une « communauté religieuse » islamique néo-tribale ni à une catégorie-épouvantail « Jeune », devenue synonyme d'émeutiers-pyromanes.

Il est grand temps de désigner par leurs noms et non en insultant les Jeunes honnêtes les réels responsables de ces deux amalgames-destructeurs et de la plus formidable opération de déstabilisation de la République depuis Mai 68 : les adeptes de la Révolution permanente, les néo-Gauchistes, les « alter-mondialistes » tiersmondistes radicaux, les Néo-trotskistes et autres Che Guévaristes et révolutionnaires Rouges qui sont parvenus à instaurer, depuis le début des années 80, l'amalgame ravageur Pauvres-Banlieues-Fils d'immigrés=Musulmans=Victimes... Et dont la nouvelle stratégie post-Guerre froide a consisté à opérer une vaste alliance avec tous les milieux subversifs anti-occidentaux, en particulier les islamistes, les organisations arabes pro-palestiniennes radicales et autres Blacks Muslims, avec comme prétexte et nouvelles armées néo-prolétaires d'appoint les forces vives d'une immigration extra-européenne et musulmane qu'ils veulent incontrôlable et pléthore.

Les organisations trotskistes et autres cellules révolutionnaires d'extrême gauche dressant maintes passerelles avec les temples du politiquement correct médiatique (Le Monde, le Monde diplomatique, etc) ont en effet, depuis des décennies, démagogiquement distillé dans les « banlieues de l'Islam » - au nom de l'« antiracisme » et de « l'intégration » - une pensée victimiste visant à faire croire que les « Musulmans » dans leur ensemble seraient « persécutés » ; que nous serions tous des « fils de tortionnaires en Algérie », et que seule une insurrection générale et un retour au communautarisme islamique pourraient les « libérer » du carcan « intolérant » de la République « islamophobe » et « laïcarde ». Véritable bombe à retardement dont seulement un des premiers détonateurs vient d'exploser dans les banlieues.

--------------->
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 12 Nov 2006, 15:51

Citation :
L'alliance du Rouge et du Vert...

Ce front « rouge-vert » extrêmement dangereux a semé dans les consciences des jeunes fils d'immigrés musulmans le virus de la haine révolutionnaire, le venin du victimisme déresponsabilisant, la tentation insurrectionnelle tant glorifiée à travers la figure victimaire rebelle par excellence que sont les Fedayin palestiniens à la fois chers aux agitateurs d'extrême gauche et aux organisations islamistes. Tout cela multiplié par la spirale déresponsabilisante de l'Etat Providence-Assistanat-déclin de l'esprit civique qui, depuis Mai 68, a détrôné le sens de l'effort et le goût du Travail au profit d'un traitement social du chômage, de la « désobéissance civile » et des « politiques de la Ville ».

Il n'y a donc aucune surprise à constater que les quartiers qui s'en prennent violemment aux voitures-symboles de la « société qui travaille », puis aux « Flics » et aux « Gaulois » sont les mêmes que ceux qui ont brûlé des écoles juives, attaqué des synagogues depuis la nouvelle Intifada Al Aqsa, et défié l'Ordre établi au nom d'une « révolte » dont ils comprennent à peine eux-mêmes les contours. Et ceux qui les soutiennent au nom du victimisme sont les mêmes que ceux qui orchestrent l'occupation des Eglises par les « Sans Papiers », en réalité des clandestins en situation totalement illégale violant la loi républicaine qui devraient être immédiatement expulsés si l'on pouvait encore appliquer la dans la République. Mais délégitimée dans ses fonctions régaliennes, celle-ci est de facto dirigée non pas par ceux qui votent les lois après avoir été démocratiquement élus par les citoyens, mais par des Juges irresponsables et des « Ligues de vertu » (MRAP,Ligue des Droits de l'Homme, DAL) autoproclamées et comme par hasard liées à la LCR ou au parti communiste français...

Un Ministre qui dérange : pro-israélien, sécuritaire et libéral !

Il n'est pas non plus trop étonnant que les responsables de Gauche et d'extrême-gauche s'en prennent plus aux dérapages de Nicolas Sarkozy sur les « racailles » ou le « karsher » qu'aux actes de néo-barbarie commis par les Bandes encagoulées défiant la République et dont les premières victimes sont leurs propres familles et les habitants (majoritairement musulmans !) de leurs propres quartiers saccagés. Il est vrai que le Ministre de l'Intérieur, en réhabilitant le sens de l'effort et du Travail puis en qualifiant les voyous par leurs noms ne peut qu'être détesté et diabolisé par les Bobos cinquantenaires installés dans les médias et les partis de Gauche qui ont crié « CRS SS » en Mai 68 et n'ont jamais totalement rompu avec l'idéologie de la Révolution permanente tant que celle-ci ne dévaste pas leurs riches quartiers de la Rive gauche.

Toujours est-il que ce mélange victimiste-révolutionnaire rouge-vert est une véritable bombe qui risque un jour de faire voler en éclats la République. Cette bombe est d'autant plus dangereuse et destructrice que si elle n'est pas d'origine proprement islamique, ses artificiers premiers que sont les révolutionnaires d'extrême-gauche pro-palestiniens lui ont donné une coloration « islamique ». Ceci n'a été que trop favorisé par la sur-médiatisation de l'Intifada palestinienne et l'identification « Gaza-Banlieues », elle-même liée à l'amalgame « Occident-Sioniste-Etat répressif ». Piégés par cette stratégie d'Intifada légitimée par un pseudo « antiracisme » et culpabilisés par la nouvelle arme mise au point par les Rouges-Verts qu'est l'accusation « d'islamophobie », nos leaders politiques croient pouvoir calmer la nouvelle Intifada française en courtisant les organisations islamiques. Aussi les préfets et les responsables politiques de la première République laïque du monde, reçoivent-ils maintenant en grande pompe les « autorités islamiques » en les investissant du rôle de l'appel au calme et du rétablissement de l'ordre « républicain »...

Extraordinaire ruse de l'Histoire, formidable manifestation d'hypocrisie, c'est désormais une organisation pro-palestinienne radicale et fondamentaliste, l'UOIF, qui a soutenu moralement les Jihads palestinien, tchétchène, bosniaque et adhère à une vision salafiste de l'Islam justifiant la peine de mort pour l'apostasie puis la lutte armée pour défendre l'islam (voir le livre de chevet de l'UOIF « Le licite et l'illicite »), qui appelle au calme et déclare que « le Coran condamne la violence »... , lorsque les rapports de force sont défavorables ou lorsque le Jihad n'est pas utile, personne ne faisant obstacle à l'extension de l'Islam, bien au contraire.

A l'instar du Premier Ministre turc Recep Taiyyip Erdogan qui estime que toutes « ces révoltes sont dues à la loi française républicaine qui interdit le voile » (sic), comme si nos concitoyens issus de l'immigration maghrébine étaient tous des pratiquants scrupuleux, l'UOIF et les principales organisations islamistes françaises et européennes ont en réalité exactement la même stratégie que celle de l'Ayatollah Khomeyni en 1979 ou le Hamas palestinien depuis 1996 : utiliser un climat insurrectionnel fomenté au départ par l'extrême gauche tiersmondiste et « anti-impérialiste » pour en prendre finalement le contrôle.

La conclusion est terrible mais bien réaliste : le fait que l'on courtise les Imams obscurantistes pour rétablir l'ordre post-républicain est à mettre en parallèle avec l'ouverture des négociations d'adhésion avec la Turquie réislamisée d'Erdogan et avec la passivité européenne vis-à-vis du danger de l'Iran islamiste en train de se nucléariser: la mentalité néo-munichoise progresse en France et en Europe, et l'esprit de la dhimmitude fait son chemin, au plus grand bénéfice des pseudos « islamistes modérés » qui, en Turquie (AKP d'Erdogan) comme dans les Banlieues (Frères musulmans), ont beau jeu de dénoncer « l'islamophobie » et escomptent récupérer les nouvelles Intifada qui se profilent. Une Intifada réactivée par Téhéran qui appelle à « rayer Israël de la carte » dans la plus grande indifférence de l'Europe. Le postulat munichois est le même dans les trois cas : « mieux vaut avoir les islamistes avec soi que contre soi »...

Alexandre Del Valle

Géopolitologue, Vice président de la « droite libre » (UMP), auteur du Totalitarisme islamiste à l'assaut des démocraties (Les Syrtes, 2004) et du Dilemme turc,les vrais enjeux de la candidature d'Ankara (Les Syrtes, 2005).

http://www.mauricedantec.com/sites/dantec/article/article.php/article/crepuscule
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 12 Nov 2006, 19:28

Citation :
Le viol de l’Europe

October 27th, 2006 by ajmch

par l’Islam, tel que le voit, entre autres, l’auteur allemand Henryk M. Broder. Traduction d’un article de Paul Belien dans le Brussel Journal.

L’auteur allemand Henryk M. Broder déclara récemment au quotidien hollandais De Volkskrant (12 octobre) que les jeunes Européens épris de liberté feraient mieux d’émigrer, que l’Europe telle que nous la connaissons n’existera plus dans 20 ans. Assis à une terrasse de Berlin, Broder hocha de la tête en direction des autres clients et des passants et dit avec mélancolie: «Nous observons ici le monde d’hier.»

L’Europe devient musulmane. Broder a 60 ans et lui-même ne veut plus émigrer. «Je suis trop vieux», dit-il. Mais il exhorte les jeunes gens à s’en aller, à «partir pour l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. C’est leur seule chance d’éviter les plaies qui rendront le vieux continent inhabitable.»

Beaucoup d’Allemands et de Hollandais n’ont d’ailleurs pas attendu le conseil de Broder. Le nombre des émigrants quittant les Pays-Bas et l’Allemagne dépasse déjà celui des immigrants respectifs. Pas besoin d’être prophète pour prédire, comme Broder, que l’Europe devient islamique. Il suffit d’examiner la démographie. Le nombre de Musulmans d’Europe contemporaine est estimé à quelque 50 millions et on peut s’attendre à ce qu’il double d’ici 20 ans. En 2025, un tiers des enfants européens naîtront dans des familles musulmanes. Aujourd’hui, Mohammed est déjà le prénom le plus populaire pour les garçons nés à Bruxelles, à Amsterdam, à Rotterdam et dans d’autres grandes cités européennes.

Broder a la certitude que les Européens ne sont pas disposés à s’opposer à l’islamisation. Il déclara ainsi à De Volkskrant que «l’éthique dominante est parfaitement illustrée par la stupide auteure blonde avec laquelle j’ai débattu récemment. Elle disait qu’il vaut mieux parfois se laisser violer plutôt que de risquer des blessures sérieuses en résistant. Elle pense qu’il vaut mieux parfois éviter de se battre plutôt que de risquer de mourir.»

Dans une récente colonne du quotidien bruxellois De Standaard (23 octobre), l’auteur hollandais (homosexuel et «humaniste» déclaré) Oscar Van den Boogaard commente l’interview de Broder, déclarant que pour lui, l’islamisation de l’Europe est comme «un processus de deuil». Il se sent submergé par «un sentiment de chagrin». «Je ne suis pas un guerrier», dit-il. «Mais qui en est un? Je n’ai jamais appris à me battre pour ma liberté. Je ne suis bon qu’à en jouir.»

Comme Tom Bethell l’écrivait ce mois-ci dans l’American Spectator: «L’option séculaire-humaniste ne fonctionne tout simplement pas au niveau le plus fondamental qui soit, la démographie.» Mais il ne s’agit pas simplement du fait que les personnes peu religieuses ont tendance à avoir moins d’enfants que les gens pieux, car beaucoup d’entre elles préfèrent «jouir» de la liberté plutôt que d’y renoncer pour élever des enfants. Les laïcs me semblent aussi moins enclins à se battre. Comme ils ne croient pas en un au-delà, cette vie est la seule chose qu’ils ont à perdre. Ainsi, ils vont plutôt accepter la soumission que de se défendre. Comme la féministe allemande à laquelle Broder faisait référence, ils préfèrent se faire violer plutôt que de résister.

«Lorsque la foi s’écroule, la civilisation disparaît avec elle», dit Bethell. C’est là la cause réelle du déclin de la civilisation en Europe. L’islamisation n’en est que la conséquence. Le mot Islam signifie «soumission» et les laïcs se sont d’ores et déjà soumis. De nombreux Européens sont déjà devenus musulmans, bien qu’ils ne le réalisent pas encore, ou qu’ils refusent de l’admettre.

Certains des gens que je rencontre aux États-Unis sont particulièrement inquiets au sujet de la montée de l’antisémitisme en Europe. Ils ont raison de craindre que l’antisémitisme ne croisse aussi parmi les Européens non immigrants. Ces derniers haïssent les gens affichant un esprit combattif. L’antisémitisme européen contemporain (du moins celui des Européens de souche) est lié à l’antiaméricanisme. Les gens qui ne sont pas préparés à résister et sont impatients de se soumettre haïssent ceux qui ne veulent pas se soumettre et sont prêts à se battre. Ils les haïssent parce qu’ils ont peur de les voir mettre leur vie en danger. Dans leur vision des choses, tout le monde doit se soumettre.

C’est pourquoi ils en sont arrivés à haïr à tel point Israël et l’Amérique – et les quelques rares «islamophobes» européens qui osent parler de ce qu’ils voient se dérouler autour d’eux. Les Européens de l’ouest doivent choisir entre la soumission (islam) ou la mort. Je crains fort, comme Broder, qu’ils n’aient déjà choisi la soumission — comme autrefois, lorsqu’ils préféraient le communisme à la mort.

http://precaution.ch/wp/?p=220
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 17 Nov 2006, 13:11

Citation :
L'Europe est à bout de course, prédit Mark Steyn

par Daniel Pipes
Jerusalem Post
15 novembre 2006
Version originale anglaise: Europe is Finished, Predicts Mark Steyn

Adaptation française: Alain Jean-Mairet

Mark Steyn, chroniqueur politique et critique culturel, a écrit un livre remarquable, America Alone: The End of the World as We Know It (L'Amérique seule: la fin du monde tel que nous le connaissons, Éditions Regnery). Cet ouvrage allie plusieurs vertus rarement réunies – humour, compte rendu exact et profondeur de la réflexion – pour traiter du thème probablement le plus lourd de conséquence de notre époque: la menace islamique pesant sur l'Occident.

Steyn propose une thèse dévastatrice mais la présente en éléments disparates. Je vais donc en faire la synthèse ici.

Il commence par le legs de deux totalitarismes. Traumatisés par l'attrait électoral du fascisme, les États européens de l'après-Deuxième Guerre mondiale furent édifiés du sommet vers la base, «afin d'isoler presque entièrement la classe politique des pressions populistes». C'est ainsi que l'establishment en est «venu à considérer l'électorat comme des enfants».

Ensuite, pendant la guerre froide, la menace soviétique incita les Américains, impatientés par le manque de réaction de l'Europe (et du Canada) à prendre en mains leur défense. Cette politique bienveillante et prévoyante conduisit à la victoire en 1991, mais elle eut aussi pour corollaire involontaire et moins salutaire de libérer des fonds européens qui ont été investis dans l'édification de l'État providence. Or celui-ci a eu plusieurs effets pernicieux.

L'État paternaliste a infantilisé les Européens, les portant à se soucier de pseudo-problèmes tels que le réchauffement climatique tout en féminisant les hommes.
Il les a également châtrés en annexant «la plupart des fonctions de l'âge adulte», à commencer par l'instinct de reproduction. Depuis 1980 environ, les taux de naissance ont chuté, érodant les chances des travailleurs actuels de toucher un jour leur retraite.
Structuré sans vision à long terme, il équivaut à une escroquerie pyramidale intergénérationnelle par laquelle les travailleurs doivent compter sur leurs enfants pour payer leur retraite.
L'effondrement démographique indiquait que les peuples indigènes de pays tels que la Russie, l'Italie et l'Espagne sont à l'entrée d'une spirale mortelle de dépopulation.
Tout cela a conduit à un effritement de la confiance, lequel a produit à son tour un «épuisement civilisationnel» privant les Européens des aptitudes nécessaires à défendre leurs valeurs.
Pour garder la machine économique en mouvement, il fallait accepter des travailleurs étrangers. Mais au lieu d'élaborer un plan à long terme pour préparer leurs pays aux millions d'immigrants nécessaires, les élites européennes comptèrent sur le hasard et accueillirent pratiquement tous ceux qui se présentèrent. Par l'effet de la proximité géographique, de l'emballement démographique et d'un contexte favorable aux crises, «l'Islam est maintenant le principal fournisseur de nouveaux Européens».


Mark Steyn


En arrivant ainsi dans une période de faiblesse démographique, politique et culturelle, les Musulmans transforment profondément l'Europe. «L'Islam a la jeunesse et la volonté, l'Europe a l'âge et le bien-être.» En d'autres termes: «L'Islam pré-moderne prend le dessus sur le Christianisme postmoderne.» Steyn prédit carrément que la majeure partie du monde occidental «ne survivra pas au XXIe siècle et une grande partie, dont la plupart sinon la totalité des pays européens, disparaîtra pendant notre génération». Et il ajoute, avec un accent dramatique encore plus prononcé, que nous assistons à «la fin du monde tel que nous le connaissons».

(Je pense en revanche que l'Europe peut encore éviter ce sort.)

America Alone aborde longuement ce que Steyn appelle «les forces supérieures en jeu dans le monde développé qui ont affaibli l'Europe au point de l'empêcher de résister à son implacable transformation en Eurabia». La population héritière de l'Europe est déjà dans la place et «la seule question est de savoir à quel point le transfert de propriété sera sanglant». Il distingue dans les attentats à l'explosif de Madrid et de Londres de même que dans le meurtre de Theo van Gogh à Amsterdam les premières salves de la guerre civile d'Europe et déclare que «l'Europe est la colonie à présent».

Le titre America Alone (l'Amérique seule) se rapporte à la prévision de Steyn selon laquelle les États-Unis – grâce à leur «profil démographique relativement sain» – seront l'unique survivant de ce chaudron. «L'Europe se meurt et l'Amérique vit.» Ainsi, «le continent est prêt à être conquis, pas l'Amérique». Le public cible de Steyn est essentiellement américain: prenez garde, dit-il, ou il vous arrivera la même chose. Arrivé à l'essence de sa démonstration, il offre deux conseils:

Premièrement, éviter les «systèmes d'assistance publique surdimensionnés», les déclarer rien moins qu'une menace pour la sécurité nationale, amincir l'État et insister sur les vertus de l'indépendance autosuffisante et de l'innovation individuelle. Deuxièmement, éviter l'«excès de stabilité impériale», ne pas «se recroqueviller dans l'Amérique forteresse», mais détruire l'idéologie de l'Islam radical, favoriser la réforme de l'Islam et étendre la civilisation occidentale en de nouveaux endroits. Les Américains ne trouveront assez de compagnie pour persévérer que s'ils «peuvent réunir la volonté de guider au moins une partie du monde en émergence». Sinon, nous devons nous attendre à un «nouveau Moyen Âge (…), [à] une planète dont une grande partie sera revenue à l'état primitif».

http://fr.danielpipes.org/article/4131
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 20 Nov 2006, 00:28

Oui. On est doucement colonisé en "soft", mais d'une manière redoutablement efficace.
Par exemple les indigènes(de la république) c'est nous les Français de vieille souche. Eux, et bien ils sont les....nouveaux pieds noirs de la colonie : France. Mais pour éviter la comparaison, puisque qu'ils ont viré les pieds noirs de chez eux alors qu'ils sont accueillis en France, VITE ils ont inventé le concept d'indigène de la république pour semer la confusion et éviter la comparaison. Mais dans ce cas, selon leur logique, les anciens pieds noir français étaient les indigènes de l'Algérie ?
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 21 Nov 2006, 23:22

Citation :
Un historien du nazisme se penche sur l’Islam

21/11/2006

L’Islam politique est le mouvement politique le plus dangereux et le plus radical depuis le national-socialisme. (…) Le nazisme est la seule désignation correcte et le seul cadre de référence valable pour l’Islam politique. (…)

Selon Daniel Jonah Goldhaken, historien de Harvard, les deux mouvements partagent une idéologie totalitaire et agressive, mais surtout une mentalité génocidaire, portée au meurtre de masse.

Un discours solidement charpenté répandu en ce moment en Allemagne par un universitaire courageux.

http://www.bafweb.com/2006/11/21/un-historien-du-nazisme-se-penche-sur-l%e2%80%99islam/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 21 Nov 2006, 23:52

Citation :
Wafa Sultan, critique véhémente de l’islam: Bush donne un statut aux terroristes, A. Moore

Wafa Sultan affirme que l’expression "religion de paix", sape ses efforts pour combattre la 'barbarie' de la religion.

Suite : http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-12063-134-6-wafa-sultan-critique-vehemente-lislam-bush-donne-statut-aux-terroristes-moore.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 22 Nov 2006, 11:43

Laurent a écrit:
Citation :
Un historien du nazisme se penche sur l’Islam

21/11/2006

L’Islam politique est le mouvement politique le plus dangereux et le plus radical depuis le national-socialisme. (…) Le nazisme est la seule désignation correcte et le seul cadre de référence valable pour l’Islam politique. (…)

Selon Daniel Jonah Goldhaken, historien de Harvard, les deux mouvements partagent une idéologie totalitaire et agressive, mais surtout une mentalité génocidaire, portée au meurtre de masse.

Un discours solidement charpenté répandu en ce moment en Allemagne par un universitaire courageux.

http://www.bafweb.com/2006/11/21/un-historien-du-nazisme-se-penche-sur-l%e2%80%99islam/

------------->

Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 22 Nov 2006, 14:03

Citation :
« Face à l’islam radical, l'Europe est comme un dattier qui se dépouille... »

par Ayaan Hirsi Ali, Le Figaro Magazine, Samedi 18 novembre 2006

Il y a deux ans, le réalisateur Théo van Gogh était égorgé dans une rue d'Amsterdam au nom de l'islamisme radical. J'avais participé à sa dernière œuvre, Soumission, retraçant au plus juste la condition des femmes musulmanes : tyrannie, humiliations, violences. Dans ce film, nous montrions des musulmanes enfin rebelles, dialoguant avec Dieu sur le ton du défi.

Cela a fait hurler de haine l'imam Fawaz, de La Haye, qui s'est livré à un prêche vengeur. Mon ami Théo, « salaud criminel », a été criblé de balles et achevé au poignard.

En ce début de novembre 2006 s'est ouvert aux Pays-Bas le procès des membres du réseau islamiste. Et c'est toute une société qui s'interroge aujourd'hui sur l'intégration de ses immigrés... Je réside désormais aux Etats-Unis - j'y suis sous bonne garde - mais résonnent encore à mes oreilles les invectives de l'imam appelant au châtiment de Théo, et promettant pour moi une malédiction divine sous forme de cécité doublée d'un cancer de la langue et du cerveau...

Le temps a passé. Après une mauvaise querelle sur ma naturalisation néerlandaise et ma démission du Parlement de La Haye, j'ai été rapidement réhabilitée. Me voici de nouveau citoyenne des Pays-Bas, émigrée en Amérique. Quoi qu'on en dise, les Etats-Unis demeurent à beaucoup d'égards les champions de la liberté : à l'American Enterprise Institute de Washington, j'ai plus de temps et de moyens pour diffuser mes idées. On me demande sans arrêt ce que cela fait de vivre avec de perpétuelles menaces de mort. Cette question m'est le plus souvent posée par des Occidentaux, avec la naïveté de ceux qui considèrent la vie comme naturellement acquise- Née en Somalie, fille d'un opposant à la dictature de Siyad Barré, j'ai grandi dans mon pays, puis en Arabie Saoudite et au Kenya, dans un environnement où la mort s'invitait sans cesse. Un virus, une bactérie, un parasite, une sécheresse, une famine, une guerre civile, des soldats, des tortionnaires : elle pouvait prendre toutes les formes et frapper n'importe qui, n'importe quand. Lorsque j'ai eu la malaria, je m'en suis relevée. Lorsqu'on m'a excisée, ma blessure a cicatrisé.

Lorsque mon professeur de Coran m'a fracturé le crâne, les médecins m'ont sauvée. Un bandit a appuyé la lame d'un couteau contre ma gorge : je suis encore vivante, et plus que jamais insoumise. Je me souviens de l'Arabie Saoudite où, sous le couvert de pureté, le moindre de nos gestes était hanté par le péché et la peur : pendaisons, mains coupées, femmes asservies, lapidées, tel était et demeure le quotidien de ce pays. Le respect littéral des paroles du prophète est incompatible avec les droits de l'homme, en contradiction avec la philosophie libérale.

La suite



« MA VIE REBELLE » chez Nil Editions (520 p., 22 €).

http://www.primo-europe.org/selection.php?numdoc=Tr-410417319
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 25 Nov 2006, 00:47

Citation :
QUAND IMMIGRATIONNISME ET ISLAMISATION SONT SUBVENTIONNES PAR L'UNION EUROPEENNE

Le Commissaire européen à l'Aide et au Développement, Louis Michel, a proposé jeudi un fonds de 40 millions d'euros pour aider à gérer le flux des migrations africaines vers l'Europe.

Pour Louis Michel, qui s'exprimait lors d'une conférence africano-européenne sur les migrations, ce flux est "un phénomène naturel qu'il ne faut pas diaboliser."

Il a affirmé qu'il fallait cesser de recourir à la répression, de se focaliser sur la sécurité et de diaboliser l'immigration qui n'a "rien de pervers ou de criminel".

Le commissaire européen à l'Aide et au Développement a proposé la constitution en Afrique d'un réseau de bureaux d'immigration chargés de réguler les offres d'emplois en fonction des besoins en Europe.

Selon lui, "cette approche aurait l'énorme avantage de sortir du cercle vicieux du sensationnalisme".

Selon les dépêches publiées par l'agence de presse libyenne, le colonel Kadhafi a renchéri mercredi soir lors d'un déjeuner offert aux ministres dans sa résidence de Tripoli en déclarant que l'émigration était un fait que les gouvernements doivent accepter s'ils veulent gérer le flux d'Africains se rendant en Europe en quête d'un emploi.

Le leader libyen a également déclaré


"La Terre appartient à tout le monde et Dieu ordonne à tous les êtres humains de se déplacer sur Terre pour gagner leur vie, ce qui est leur droit".


Mais nous savons que derrière ces considérations qui ne lui coûtent pas trés cher, on sait quelle logique compte pour lui. Pour mémoire, ses déclarations lors de la conférence de Tombouctou du 10 avril dernier:


"Tout le monde doit devenir musulman.Aujourd’hui , ici à Tombouctou, nous rectifions l’histoire.Nous avons 50 millions de musulmans en Europe. Il y a des signes qui attestent qu’Allah nous accordera une grande victoire en Europe : sans épées, sans fusils, sans conquêtes.Les 50 millions de musulmans d’Europe feront de cette dernière un continent musulman.Allah mobilise la Turquie, nation musulmane, et va permettre son entrée dans l’Union européenne. Il y aura alors 100 millions de musulmans en Europe.L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elles ont le choix de devenir de devenir musulmanes, ou de déclarer la guerre aux musulmans."


C'est plutôt clair, non? Le problème, c'est que tout cela devient moins théorique à partir du moment où nos commissaires européens se proposent d'y contribuer indirectement par dizaines de millions d'euros.


Source: La Tribune

http://voxgalliae.blogspot.com/2006/11/quand-immigrationnisme-et-islamisation.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 25 Nov 2006, 01:56

Citation :
Deux juges allemands lancent un cri d’alarme

November 24th, 2006 by ajmch

Traduction d’un article du Tagesspiegel signalé par politicallyincorrect.de.

À propos de la remarque de l’un des juges selon laquelle les agissements criminels des jeunes gens d’origine turque ou arabe n’auraient aucun lien avec leur foi, je suggère de lire ou relire les injonctions de Tariq Ramadan à ce sujet: les actions désagréables des Musulmans doivent toujours être motivées par des raisons politiques ou simplement matérielles. La religion n’a rien à y voir. C’est là un comportement caractéristique de Musulmans, justement.



«Les standards civilisationnels n’ont plus cours»

La haine et l’angoisse deviennent des éléments constants en de nombreux endroits. Les juges [berlinois] Kirsten Heigi et Günter Räcke mettent en garde devant une nouvelle dimension de la violence juvénile.

Il est rare que des juges s’adressent au public. Pourquoi sommes-nous réunis aujourd’hui?

RÄCKE: Parce que nous constatons quotidiennement que beaucoup de choses se passent très mal, notamment dans certains quartiers berlinois de Neukölln, Tiergarten, Schöneberg et Wedding. Dans ces disctricts, le nombre et la gravité des actes de violence augmentent et leurs auteurs sont de plus en plus jeunes. On observe que les standards civilisationnels y deviennent inexistants ou perdent leur validité.

HEISIG: La recrudescence des actes de violence est surtout le fait de jeunes gens d’origine turque ou arabe. Ces déliquants empoisonnent l’atmosphère de leur quartier, également au détriment des familles étrangères qui y vivent de manière intégrée. Les jeunes victimes, essentiellement des Allemands, ont maintenant atteint une sorte de résignation. Ils disent: «On ne peut rien y faire. La violence fait partie du quotidien.» C’est là une dimension que nous ne connaissions pas auparavant. Et la situation a encore empiré ces deux dernières années.

Vous êtes tous deux des juges pour enfants depuis de nombreuses années. Que disent les victimes dans vos salles d’audience?

RÄCKE: Qu’il faut se montrer très vigilant dans les rues. Les jeunes veillent à ne pas approcher certains groupes. Ils craignent d’élever le regard au mauvais moment, ce qui pourrait motiver une réaction. On a le sentiment que certains districts sont sur une très mauvaise pente.

Parce que la majorité des gens y est terrorisée par quelques individus?

RÄCKE: Dans certains parties de Neukölln, les jeunes gens d’origine turque ou arabe forment plutôt la majorité, justement.

HEISIG: Mais il est vrai que les délinquants réguliers dont nous parlons ici ne forment bien sûr qu’une petite minorité.

Constatez-vous d’autres nouvelles tendances?

HEISIG: Depuis quelque temps, nous constatons une hostilité anti-allemande sans détour chez les auteurs d’actes de violence. Les jeunes filles sont insultées, bousculées, frappées et les procès-verbaux font sans cesse état d’invectives telles que «pute allemande!» Je ne voyais jamais des choses pareilles auparavant, excepté en liaison avec des délinquants allemands et la xénophobie.

RÄCKE: Chrétien de merde, bouffeur de porc – ce sont maintenent des notions en vogue. Nous avons récemment été informés par une école que l’une des entrées del ‘institution est officieusement réservée aux Turcs et aux Arabes. Les écoliers allemands n’ont pas le droit de s’en servir. Lorsqu’une enfant a enfreint cette règle, elle a été plaquée contre le mur par un écolier qui fit mine de copuler avec elle, puis elle a été menacée: «Tu n’as pas à élever le regard. Une pute allemande n’a pas le droit de m’observer.»

HEISIG: Cela reste anecdotique.

RÄCKE: Certainement, mais il y a encore quelques années, personne n’aurait seulement rêvé d’assister à de telles scènes. Il faut faire face à cette réalité. Et il faut aussi pouvoir en parler.

Le rapport sur la sécurité du gouvernement fédéral indique que la criminalité juvénile est en recul d’une manière générale. Par ailleurs, des indices suggèrent que les jeunes gens refusent de plus en plus les solutions violentes aux conflits.

(Les deux hommes sourient, puis secouent la tête)

RÄCKE: Dans les districts dont je parle, la situation générale réjouissante en Allemagne n’aide personne. Ces mêmes statistiques indiquent que le nombre des actes de violence n’aurait augmenté que parce que les gens seraient plus disposés qu’auparavant à les signaler. Or mes propres enquêtes révèlent souvent une image inverse. De nombreux vols ne sont jamais signalés parce que les agresseurs menacent les victimes: «Si ça se sait, je te saigne.» La victime se voit dérober sa carte d’écolier, afin de la désécuriser et qu’elle sache bien que son adresse est connue. C’est pour ainsi dire usuel.

Que recommandez-vous aux victimes?

HEISIG: Je ne peux qu’exhorter les personnes concernées à signaler tous les délits.

Vous dites que les choses empirent. Pourquoi empirent-elles?

RÄCKE: Cela tient au fait que nous ne pouvons intervenir que lorsque les délinquants sont âgés de 14 ans et qu’ils deviennent majeurs pénalement. Ceci alors que nous avons souvent affaire à des délinquants qui sont déjà totalement désocialisés en arrivant à cet âge.

HEISIG: Ces jeunes commencent leur carrière de délinquants parfois dès leur huitième ou neuvième année.

RÄCKE: J’ai pu lire dans des rapports de police que ces enfants déclarent tout à fait ouvertement avoir déjà commis jusqu’à 40 vols.

Plaidez-vous en faveur d’un abaissement de la majorité pénale?

RÄCKE: Je doute que cette mesure soit très efficace.

HEISIG: Il faudrait en principe intervenir beaucoup plus tôt, dès l’école. On constate simplement un manque de contrôle de la présence des enfants à l’école. Tolérer cela met en place un cercle vicieux: les enfants n’apprennent pas correctement l’allemand, n’ont pas de certificat d’étude, ne suivent aucune formation…

La scolarisation est pourtant obligatoire.

HEISIG: Cette obligation n’est pas mise en force de manière conséquente.

RÄCKE: Ou elle n’est pas prise au sérieux. Parmi notre clientèle, l’école buissonnière est devenue habituelle dans une mesure effrayante. J’ai récemment entendu une jeune fille me raconter qu’elle séchait déjà le jardin d’enfant. Elle n’a plus mis les pieds à l’école depuis la cinquième. Beaucoup d’entre eux figurent encore sur les listes en tant qu’écoliers, mais sont absents depuis des années. Personne ne s’en soucie vraiment.

Peut-être que les enseignants sont heureux d’être débarrassés des éléments difficiles.

HEISIG: On en a l’impression et ce serait compréhensible, au niveau humain, mais hélas peu judicieux.

RÄCKE: Nous avons aussi fort à faire avec des inculpés qui ont causé de lourds problèmes dans le cadre de leur carrière scolaire. Je lis régulièrement des comptes rendus sur les instruments utilisés par les écoles dans de tels cas et je ne peux qu’en rire – ou en pleurer. La punition n’est autre que l’exclusion de l’enseignement! Et tôt ou tard l’exclusion de l’école. En tant que juge, je peux au moins menacer d’emprisonnement lorsque mes injonctions à fréquenter l’école régulièrement ne sont pas observées.

Comment se comportent ces familles en salle d’audience?

HEISIG: Je ne vois presque jamais les pères turcs ou arabes pendant l’instruction. Ce sont généralement les mères qui viennent, souvent portant le voile et visiblement très préoccupées. Mais elles donnent l’impression d’être totalement dépassées et d’avoir perdu le contrôle depuis bien longtemps.

RÄCKE: Je vois parfois des pères. Mais dans la grande majorité des cas, la communication avec les parents est impossible. Si on veut les impliquer, il faut que l’inculpé, c’est-à-dire le fils, traduise pour eux.

HEISIG: Lorsque l’office de protection de la jeunesse est impliqué et tente de s’adresser à la famille, il s’avère très, très difficile d’établir le contact avec une famille arabe, kurde ou turque. Il serait certainement judicieux de disposer d’une personne issue de ces cultures dans de tels cas. Mais je ne trouve pas qu’on puisse en faire une exigence en soi.

Vous pensez que cela incombe plutôt aux immigrants qu’à la société locale?

HEISIG: Les choses sont rendues si difficiles par le fait que nous ne pouvons pas constater si un consensus avec notre société règne dans ces familles. Il doit être clair qu’il existe ici des autorités et des règles obligatoires pour tous. Mais une attitude s’est maintenant imposée selon laquelle ce serait systématiquement aux Allemands de faire le premier pas, d’apprendre à connaître les caractéristiques culturelles de ces familles et de les accepter – c’est mettre la charrue avant les boeufs. Cela ne peut pas fonctionner.

L’ex-sénatrice Karin Schubert a évoqué la possibilité de menacer ces familles du retrait du droit de garde des enfants. Qu’en pensez-vous de l’idée de séparer les enfants criminels de leur environnement?

RÄCKE: Il vaudrait la peine d’essayer, car nous ne sommes pas tenus ici de respecter la limite des 14 ans. Nous serions alors peut-être en mesure de prévenir certaines choses. Mais je doute que la volonté et le potentiel soient disponibles pour mettre en oeuvre de telles mesures. D’autre part, il faut aussi se demander que faire qu’un criminel de dix ans qui veut se consacrer à ses activités favorites?

Berlin n’a aucun établissement fermé.

RÄCKE: Justement. Alors, le jeune retourne à Neukölln. Les enfants apprennent vite qu’ils n’ont en fait rien à craindre, qu’ils sont intouchables. Je pense que cette situation est fatale pour l’éducation. Il est donc inévitable de créer des établissements fermés.

HEISIG: En tout cas, l’élément crucial est l’éducation, pas la répression. Les établissements fermés ne sont pas le moyen de prédilection, mais ils sont indispensables. Sinon, nous devons nous tourner vers la Bavière pour trouver peut-être des possibilités d’hébergement. L’idée fait toujours une impression très désagréable: arracher des enfants à leur famille et les enfermer dans des institutions. Mais ce peut être la dernière alternative. Rejeter cette éventualité pour des motifs politiques et préférer ne rien faire, c’est fermer les yeux sur la situation.

RÄCKE: Le problème qui se prépare ici prend des allures d’avalanche.

Quelles sont les valeurs de ces enfants et de ces jeunes gens?

HEISIG: Un aspect remarquable est que la foi ne joue visiblement aucun rôle dans cette problématique. Le point central est que ces jeunes se procurent par le violence les téléphones portables et les lecteurs MP3 auxquels ils n’ont pas accès.

Ces jeunes agissent donc pour de pures raisons consuméristes?

RÄCKE: Non, pas uniquement. Ces agissements leur permettent aussi d’obtenir une forme très primitive de prestige social. Une partie du problème réside aussi dans la politique envers les étrangers. Nous avons d’énormes difficultés à expulser les gens qui dissimulent leur identité et qui, en se livrant à des activités criminelles, jettent un discrédit généralisé sur les immigrants. D’un autre côté, nous avons besoin de davantage d’immigrants, qui pourraient réellement profiter à notre communauté, qui pourraient jouer le rôle de modèles.

Vous faites le travail de déblaiement d’un système politique qui ne fonctionne plus?

RÄCKE: Déblaiements? C’est beaucoup dire.

Vous avez déjà mentionné des éléments de solutions: que la scolarité obligatoire soit appliquée, par exemple.

RÄCKE: Mais lorsque des expressions telles que trou-du-cul comptent encore parmi les plus aimables à l’école, quelque chose de fondamental est perverti. Nous pouvons aussi bien nous passer de telles institutions.

La justice des enfants doit-elle être renforcée?

RÄCKE: Nous disposons des instruments légaux dont nous avons besoin. Mais il faut entreprendre quelque chose en termes d’organisation: le Ministère public devrait enfin installer sa présence au niveau régional. Nous aurions alors des procureurs responsables pour certains quartiers, qui pourraient dès lors discerner plus rapidement les individus qui posent problème. Alors, le Ministère public pourrait intervenir plus tôt.

http://precaution.ch/wp/?p=246
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 16 Mar 2007, 20:40

Citation :
Fatwa judiciaire en Chiraquie

« Christian Belmer, enseignant, a été suspendu de ses fonctions pour quatre mois, placé en garde à vue, poursuivi par son proviseur le 24 avril devant la justice du Havre, pour avoir notamment écrit sur un blog, sous un nom d'emprunt, une critique d'un tract en faveur de la Palestine distribué auprès des professeurs de son lycée : « C'est donc au sein même de l'Éducation nationale que l'idéologie anti-occidentale, pro-arabe et donc anti-judaïque s'exprime de la façon la plus ouverte et violente. » Où est le délit ? » (Ivan Rioufol, dans Le Figaro du 16 mars 2007).


Le délit reproché à Christian Belmer ? C'est, au titre de la loi du 29 juillet 1881, d'avoir « porté des allégations ou imputations d'un fait portant atteinte à l'honneur ou à la considération de l'Education Nationale, administration publique ».

Ainsi donc, pour notre « Justice », dénoncer la propagande idéologique commise par certains fonctionnaires « au sein » d'une administration publique, serait lui porter atteinte. On croit rêver devant tant de mauvaise foi ! C'est donc celui qui dénonce qui est accusé, et non les gens qui ne respectent pas l'indépendance de fonctionnaires du service public.

Mais Christian Belmer sera jugé, le 24 avril, pour d'autres motifs tout aussi stupéfiants.

La Justice lui reproche, au titre du Code Pénal, d'avoir « diffusé (…) un message à caractère violent alors que ce message est susceptible d'être vu et perçu par un mineur ». Il avait publié sur son blog « trois photographies, l'une représentant un homme décapité, les deux autres des corps mutilés carbonisés ».

Cachez ces crimes islamistes que je ne saurais voir ! Evidemment, les exactions des fous d'Allah font souvent la une des grands médias, mais il est donc interdit à un « bloggueur » mal pensant d'apporter des preuves de ces crimes qui pourtant éclaboussent nos petits écrans et nos journaux.

Et les autres « délits » reprochés à Christian Belmer sont tout aussi surprenants. On lui reproche, au titre de la fameuse loi de 1881 amendée pour punir le « racisme » envers - entre autres - les « religions », d'avoir « provoqué à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion », selon la formule consacrée.

Ciel ! « Appeler à la haine et à la violence », ce n'est pas rien. L'enseignant aurait-il appelé à une quelconque « ratonnade » ? A-t-il lancé une fatwa de mort sur les musulmans ?

Pas du tout ! Voici les autres « délits » dont on l'accuse, et pour lesquels on le jugera le 24 avril :

- Avoir fait « figurer dans un blog diffusé sur INTERNET en page 34 sur 78 le drapeau européen représenté avec une étoile rouge entourée d'un croissant, sur la même page en représentant une carte de France avec le titre « ISLAMAFRANCE » ».

Où est le délit ? Où est l'appel « à la haine et à la violence » ? Mystère.

- Avoir fait « figurer », sur le même blog, « un portrait officiel du Président de la République modifié en ce que le drapeau tricolore est remplacé par un drapeau vert et que le Président lui-même est représenté porteur d'une barbe et d'un couvre-chef religieux ».

Ainsi donc, il y aurait un « délit de caricature » du Chef de l'Etat… On attend donc le soutien de toute la presse française !

- Et la cerise sur le gâteau : avoir, toujours sur le même blog, fait « figurer un texte dans lequel la plupart des prénoms des enfants présumés être responsables d'incidents en milieu scolaire ont des prénoms d'origine musulmane, de manière à laisser penser que seuls les élèves issus de ce groupe étaient responsables de ce type d'incidents ».

On se demande également où est l'« appel à la haine et à la violence » dans ces faits ! On n'a plus le droit de rapporter des « incidents en milieu scolaire » et de cerner la typologie de leurs auteurs ? A quand un délit de « sociologie » ?

Car enfin, la sur-délinquance très importante des jeunes d'origine musulmane est aujourd'hui reconnue par des statistiques officielles, et la consultation de n'importe quelle rubrique « faits divers » d'un quotidien régional montre cette sur-représentation dans la lecture des prénoms des délinquants présumés ou jugés.

La convocation en justice de Christian Belmer contient d'ailleurs une contradiction flagrante, puis qu'on l'accuse d'avoir rapporté un texte selon lequel « la plupart des prénoms » des présumés « responsables d'incidents en milieu scolaire » sont musulmans, ce qui veut dire que certains prénoms ne le sont pas, et qu'on l'accuse de « laisser penser (sic !) que seuls les élèves de ce groupe étaient responsables de ce type d'incidents ». Il faudrait savoir…

Ainsi donc, ce qui est tout simplement reproché à Christian Belmer, qui comme enseignant doit savoir ce dont il parle, c'est… de dire des vérités qui dérangent sur ce qui se passe réellement dans les écoles de la République. Nous sommes en pleine tyrannie de la pensée : il est interdit de dire la vérité sur des problèmes de société qui comportent, faut-il le rappeler à notre Justice, de véritables délits et de véritables victimes !

Ces accusations relèvent tout simplement de la « fatwa » : il est donc « haram » d'énoncer des faits qui pourtant sont avérés, et qui traduisent la corrélation entre l'origine musulmane et la délinquance, la propagande idéologique de certains fonctionnaires de l'Education Nationale alimentant - et cette fois pour de bon - la haine et la violence d'un « groupe » de jeunes à l'encontre d'autres populations, et la politique de soumission à l'islam de notre gouvernement.

Ca se passe non pas à Moscou sous Staline, non pas à Téhéran sous les mollahs, mais en France, en 2007.

Devant de telles pratiques qui rappellent les heures les plus sombres de notre Justice, pas un soutien démocratique ne doit manquer à Christian Belmer. Que ceux qui ont soutenu Salman Ruhdie, Robert Redeker, Ayan Hirsi Ali, Charlie-Hebdo et d'autres victimes du terrorisme intellectuel lèvent le doigt ! Il en va de la survie de notre liberté d'expression, et donc de l'avenir de nos Droits de l'Homme et de notre démocratie.

C'est pourquoi nous invitons tous les internautes à signer la pétition http://www.resiliencetv.fr/modules/epetitions/petitions.php?petitionid=17 et à la communiquer à leurs proches.

Chico Ray
chicoray@france-echos.com
Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=12042
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Ven 16 Mar 2007, 21:06

Citation :
islam-documents.org : les origines de l'islam

Pour la première fois, voici l'ensemble des documents originaux relatifs à l'élaboration de la religion musulmane.
Cet ensemble de plus de 10 000 textes (soit environ 1700 pages papier) est destiné au public occidental, qui n'a pas accès aux sources, mais aussi au public d'origine musulmane, lui aussi mis dans l'ignorance, et qui pourra enfin juger en connaissance de cause.


L'objectif de ce travail réalisé par des universitaires est ouvertement humaniste, critique et scientifique : la méthode ne s'embarrassera en aucune façon, étant donné l'urgence de la situation, d'une attitude de respect trop souvent répandue et que rien ne justifie, sinon la honte et la peur. Ainsi publiés, les documents dévoilent largement les origines et l'essence de l'idéologie musulmane, en présentant la personnalité de Muhammad, ses paroles et actes, des circonstances politiques, le contexte culturel, les influences religieuses dans lesquelles elle s'est constituée. On insistera notamment sur tout ce qui est d'ordinaire dissimulé, ce qui indique le caractère intrinsèquement violent et totalitaire de la religion musulmane. Ainsi, ils permettront enfin d'effacer un grand nombre de discours hypocrites, lâches et dangereux, de dissiper mensonges et manipulations, de combler le fossé tragique établi entre ceux qui savent et ceux qui ignorent ou croient savoir.



Principes éditoriaux :
1 - L'orthographe des mots arabes et particulièrement de l'onomastique a été uniformisée et simplifiée.
2 - Quelques mots issus de traductions anciennes ont été modernisés.
3 - La traduction du Coran qui a été choisie est la seconde due à R. Blachère, qui est la plus rigoureuse et la plus neutre en langue française.
4 - Les mots restitués par R. Blachère dans sa traduction du Coran sont rendus ici sans les parenthèses qui les isolent, pour faciliter la lecture.
5 - Les citations de la poésie arabe et des extraits coraniques présents dans d'autres textes sont en italique.
6 - Les textes largement postérieurs sont présentés en petits caractères, en position centrée.
7 - Autant que possible, la traduction des mots arabes en français est donnée en note, ainsi que la forme arabe, en capitales, quand le terme est donnée en français.
8 - En note se trouvent aussi les mentions des auteurs des récits, quand ils sont signifiants.
9 - Les textes d'origine non-islamique, arabe, chrétienne, etc. sont disposés en retrait, pour les distinguer des autres.
10 - Le nom du dieu spécifiquement arabe "Allah" remplace le mot œcuménique "Dieu" souvent proposé par les traductions anciennes.
11 - Les initiales majuscules sont rejetées quand elles sont grammaticalement indues. Elles ne doivent pas donner un sens particulier aux noms communs.
12 - Les patronymes immédiats des individus sont présentés, mais rarement les autres éléments du nom.
13 - De même, sauf par volonté de démonstration, les éléments des chaînes de transmission de témoignages (isnad) sont réduits au minimum, alors qu'ils occupent une place considérable dans les originaux.

I L'ARABIE SANS PROPHETE

1 DONNEES DE GEOGRAPHIE
2 LE DESERT MILIEU DE VIE
3 LES RICHESSES DE L'ARABIE
4 ISMAEL ET LES SIENS
5 L'ARABIE DU NORD
6 L'ARABIE CENTRALE
7 L'ARABIE DU SUD
8 LE MIROIR DES ARABES

II LA CIVILISATION ARABE

1 LES SOCIETES ARABES
2 LA MORALE BEDOUINE
3 MARCHANDS ET PILLARDS
4 VESTIGES DE LA CULTURE ARABE
5 L'ISLAM ET LES ARABES

III LA RELIGION DES ANCETRES

1 DES DIEUX PARMI D'AUTRES DIEUX
2 DES IDOLES ET DES PIERRES
3 FETES ET SANCTUAIRES
4 LES RITUELS
5 LA GESTION DU SURNATUREL
6 "LES INTESTINS D'IBN LUBAYY"
7 "L'IGNORANCE"

IV HOBAL, ALLAH ET SES FILLES

Un petit dictionnaire des 360 dieux de la Jahiliyya.

V DES GENS ET DES LIVRES

1 LES JUIFS
2 LES CHRETIENS
3 RELIGIONS PERSES
4 LES SABEENS
5 L'ISLAM SOUS INFLUENCES
6 PROPHETES ET MARTYRS
7 ANGOISSES ET PROPHETIES
8 IMPOSSIBLE ALTERITE

VI "LE LIVRE DES PAYS"

1 LES PUISSANCES VOISINES
2 LES EVENEMENTS
3 LA MECQUE
4 LE SANCTUAIRE
5 YATHRIB OU MEDINTA

VII MUHAMMAD

1 MUHAMMAD ET TOUTE LA FAMILLE
2 MUHAMMAD, FILS D'ABDALLAH
3 MUHAMMAD, LE PUPILLE D'ABU TALIB
4 ABUL KASIM, LE PERE DE FAMILLE
5 "LE PLUS BEAU DES HOMMES"

VIII LES MYTHES DE LA CAVERNE

1 A L'AUBE DU VIIE SIECLE
2 UN PROPHETE SE REVELE
3 ANATOMIE D'UNE MISSION
4 CHRONOLOGIE DU CORAN

IX LA SECTE CONTRE LA CITE

1 L'EXPOSITION DU MISSIONNAIRE
2 LA SUBVERSION DE LA MECQUE
3 L4AFFRONTEMENT
4 LA TENTATION UNIVERSALISTE
5 L'HEGIRE
6 "LE BEAU MODELE"

X LE COUP-D'ETAT DE YATHRIB

1 YATHRIB AVANT MEDINE
2 L'INSTALLATION DES IMMIGRES MECQUOIS
3 LA PRISE DU POUVOIR
4 LES "MUNAFIQUN"
5 LE SABRE ET LE ROSEAU
6 PREMIERS CONTACTS AVEC LES CHRETIENS

XI L'ANTI-JUDAÏSME A MEDINE

1 LES JUIFS DE MEDINTA
2 MUHAMMAD ET SES JUIFS
3 LES "IMPURETES DE MEDINE"

XII MEDINE, LABORATOIRE THEOCRATIQUE

1 LE CARCAN DES RITUELS
2 LA LOI DU MONARQUE
3 LE TOTALITARISME EN ACTION
4 LE PETIT PEUPLE DE MEDINE
5 LE HAREM DU MAITRE
6 ELABORATION D'UNE DOCTRINE

XIII DES CHAMEAUX ET DES FEMMES

1 L'OBLIGATION DU JIHAD
2 UNE RHETORIQUE BELLIQUEUSE
3 LES AGRESSIONS CONTRE LES TRIBUS BEDOUINES
4 L'EXPANSIONNISME CONTRE LES JUIFS ET LES CHRETIENS
5 LE DECOMPTE DES EXPEDITIONS
6 SOUS LE REGARD DU MONDE

XIV LA GUERRE DE HUIT ANS

1 LA GUERRE DES MOTS
2 L'ATTAQUE DES CARAVANES QURAYSH
3 LES BATAILLES
4 L'EPREUVE DE FORCE

XV ORDRE NOUVEAU EN ARABIE

1 LA MARCHE SUR LA MECQUE
2 "AL FATH", LA CONQUETE DE REFERENCE
3 LE CREPUSCULE DES IDOLES
4 EXTENSION DU DOMAINE DE LA LUTTE

XVI DE LA MISSION A L'EMPIRE

1 "LES GENS DU DIMANCHE"
2 LES PROPHETES ARABES
3 "SOUMETS-TOI OU..."
4 LA FIN DE REGNE D'UN DESPOTE ORIENTAL

XVII COMPLEMENT BIBLIOGRAPHIQUE


XVIII SOMMAIRE


Pour télécharger l'ensemble des dix-huit chapitres, faire un clic droit sur le lien puis enregistrer sur le disque de l'ordinateur : format HTML (6,7 Mo) (PDF ultérieurement).

contact@islam-documents.org

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=12024
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 17 Mar 2007, 13:37

Citation :
En Angleterre, la critique de l'islam devient malaisée

De notre correspondant à Londres RÉMI GODEAU. Publié le 16 mars 2007

L'université de Leeds vient d'annuler une conférence sur l'antisémitisme dans le monde musulman.


CENSURE ou excès de zèle ? Mercredi soir, Matthias Küntzel devait donner une conférence sur l'antisémitisme islamique à l'université de Leeds, au nord de l'Angleterre. Mais le professeur allemand n'a pas pu dire un mot. « Pour des raisons de sécurité », la direction de l'établissement a décidé d'annuler son exposé. Habitué à s'exprimer partout dans le monde, le chercheur de l'université hébraïque de Jérusalem n'a pas caché sa colère : « Rien de tel ne m'est jamais arrivé, c'est de la censure. »

Suite : http://www.lefigaro.fr/international/20070316.FIG000000207
_en_angleterre_la_critique_de_l_islam_devient_malaisee.html

Ce texte de M. Küntzel, de 2003, sur Primo Europe :

Citation :
Islamisme et Nazisme

NDLR Primo : Ci-après, l’extrait d’un article de Matthias KÜNTZEL ayant pour sujet : “Islamisme et Nazisme”. A lire pour tous ceux qui croient encore que l'Islamisme est une forme d'intégrisme banale, (traduit en 2003 par A.Capino)

Suite : http://www.primo-europe.org/showdocs.php?rub=4.php&numdoc=Do-465001467
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Sam 17 Mar 2007, 21:15

Citation :
Attentat au gaz en Irak

Submitted by Ram Zenit on Sat, 2007-03-17 14:13.

Selon un communiqué de Reuters de 14:30 heure de Jérusalem, 350 personnes ont été touchées au chlore dans un attentat suicide au Sud de Fallouja.

Si l'information se trouve confirmée nous assistons à une importante escalade du terrorisme à prendre en ligne de compte dans cette guerre mondiale!

L'utilisation d'armes chimiques, biologiques et nucléaires (bombes "sales" non nucléaires mais avec dispersion d'agents radio-actifs ou bombes nucléaires produites par des états "voyoux" ou simplement subtilisées de l'ex-URSS) par les terroristes fait partie des prévisions et des scénarii possibles qui inquiètent depuis longtemps.

C'est une escalade dans les nombre de victimes possibles surtout en milieu confiné comme cela a eu lieu il y a quelques années dans le métro de Tokyo. L'usage d'armes de destruction massive a forcement des effets politiques décroissés par rapport aux méthodes plus traditionnelles: une attaque de tirs de AK-47 sur un vehicule a une signification politique, une explosion dans un marcher une autre et une dissémination de gaz une troisieme! Dans le cas du terrorisme, la donne politique ainsi changée n'est pas tant une escalade dans les buts politiques voulus par l'acteur -les terroristes ont déjà prouvé leurs volontés extrèmes- mais dans les réponses politiques et militaires des systèmes visés. Autrement dit les réponses devront être autrement plus déterminées et sans doute plus violentes. L'exaspération des moyens et des methodes obligera une ré-évaluation des valeurs, des éthiques et des morales qui sous-tendent et refreinent les pulsions violentes et la politique de la violence.

"Quand l'Enfer est plein, le Diable marche sur la Terre!!!"

http://politiquearabedelafrance.net/node/619

Info confirmée :

Citation :
Irak: 350 civils et six soldats américains soignés à la suite d'attentats au chlore

BAGDAD (AP) - Quelque 350 civils et six soldats américains ont dû recevoir des soins à la suite d'attentats suicides au chlore perpétrés vendredi soir dans la province d'Anbar, bastion de la guérilla sunnite, a annoncé samedi l'armée américaine.

Ces violences ont commencé vendredi vers 16h locales quand un chauffeur a fait sauter les explosifs qu'il transportait dans sa camionnette au nord-est de Ramadi, faisant deux blessés, un civil irakien et un militaire américain, précise-t-on de même source.

Une explosion similaire impliquant cette fois un camion benne s'est ensuite produite à Amiriyah, au sud de Falloujah, tuant deux policiers et laissant une centaine de personnes intoxiquées au chlore, avec des symptômes allant de l'irritation de la peau et des poumons à des vomissements.

Un autre kamikaze au volant d'un camion transportant des cuves de chlore a fait sauter son chargement vers 19h15 locales au sud de Falloujah, dans la région tribale d'Albou Issa, a ajouté l'armée américaine. Les GI ont riposté à cette attaque et découvert environ 250 habitants, parmi lesquels sept enfants, souffrant de symptômes liés à l'exposition au chlore.

Selon le commandement américain, la guérilla a utilisé du chlore à cinq reprises dans des attentats suicides depuis le 28 janvier. Un camion piégé contenant un réservoir de chlore avait alors sauté à Ramadi, faisant 16 morts. Avant les attentats de vendredi, la dernière attaque en date de ce type remontait au 21 février à Bagdad, faisant cinq morts tandis qu'une soixantaine de personnes étaient hospitalisées. Gaz irritant pour le système respiratoire, les yeux et la peau, le chlore peut être mortel à forte concentration. AP

http://fr.news.yahoo.com/17032007/5/irak-350-civils-et-six-soldats-americains-soignes-la-suite.html

Là, nous sommes dans le pire des scénarios, à savoir l'utilisation d'ADM à des fins terroristes spiderman
Revenir en haut Aller en bas
Bénédicte



Féminin Messages : 615
Inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 09:11

le titre annonce "débat autour de l'islam" mais ça ressemble plutot à une revue de presse
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80812
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 10:42

Bénédicte a écrit:
le titre annonce "débat autour de l'islam" mais ça ressemble plutot à une revue de presse
Laughing

Et ne vous y trompez pas, chere Benedicte: Ca a sa place dans ce sujet.

L'islamisme politique et eschatologique, tenu par quelques dixaines de milliers de fanatiques s'attaque en premier et de manière extrèmement violent aux musulmans eux-mêmes, reproduisant une technique utilisée par les zélote juifs à l'époque de Jésus.

Ces évènements sont essentiels à observer. Dans 25 ans, ils seront

- soit le fondement du rejet par les jeunes musulmans du monde entier, de leur culture accusée de barbarie,

- soit au contraire ces attentats se généraliseront.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 11:14

Dans 25 ans, cela fera belle lurette qu'ils auront été écrasés Idea

Les menaces se multiplient de façon quasi exponentielle, ca s'accélère de plus en plus, et nul doute que le règlement global de la menace approche.

Soyons optimistes ;)
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 11:46

Citation :
Emeutes suite à l'assassinat d'un Blanc par une policière musulmane

samedi 17 mars 2007

Le Brussels Journal rapporte que des émeutes ont lieu depuis deux jours dans la ville d'Utrecht (Hollande), suite à la mort d'un Hollandais de souche tué par une policière musulmane.

Après la mort de Rinie Mulder, 54 ans, dimanche dernier, des Hollandais de souche (donc pas des immigrés) ont mis le quartier d'Ondiep en situation d'émeute, dressant des barricades, brûlant des voitures, pillant des magasins et incendiant un centre communautaire dans des émeutes "à la parisienne, mais à l'envers."

L'officier de police qui a tué Mulder est une femme d'origine marocaine.

Les habitants du quartier se plaignent depuis des mois des violences dues aux jeunes d'origine marocaine. Les médias hollandais ne rentrent pas vraiment dans les détails ethniques de cette affaire, ne mentionnant pas les origines de la victime et du policier.

Les faits qui ont conduit à la mort de Mulder sont donc à l'origine de ces émeutes, et franchement, si cette version est exacte, il y a de quoi comprendre…

Apparemment Mulder intervenait contre des jeunes musulmans qui "importunaient" une femme enceinte, Hollandaise de souche(…). Il a été capable de prendre le couteau d'un des jeunes. Lorsque la police est arrivée, Mulder a été abattu parce qu'il tenait le couteau en l'air. Des témoins affirment que Mulder a crié à la police que c'est lui qui les avait appelés…

Non seulement la police n'intervient même plus depuis bien longtemps contre les "jeunes immigrés" passant leurs journées à agresser, voler ou se droguer, mais désormais la police tue ceux qui veulent se protéger des exactions de ces envahisseurs !

Ceci n'est qu'un avant-goût de la guerre civile qui nous attend en France (et même en Europe) grâce à la discrimination positive.

Sources :

http://www.brusselsjournal.com/node/1976

http://www.houmous.net/2007/03/15/pays-bas-un-monde-a-l%e2%80%99envers/




Aux dernières nouvelles, les émeutes continuent toujours, depuis 3 jours et 3 nuits. La police a arrêté 130 personnes.

Les médias locaux refusent de reconnaître le caractère ethnique des émeutes et n'ont même pas mentionné l'origine du policier fautif. Ils insistent en revanche sur le fait que les émeutiers sont des "hooligans"***...

Source : "Ondiep has now literally become a no-go area" (Odiep littéralement devenue zone interdite d'accès), http://www.brusselsjournal.com/node/1977

Rammstein

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=12040

*** on croirait entendre Ceaucescu à l'époque de sa chute Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Bénédicte



Féminin Messages : 615
Inscription : 11/01/2007

MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 11:54

Arnaud Dumouch a écrit:
Bénédicte a écrit:
le titre annonce "débat autour de l'islam" mais ça ressemble plutot à une revue de presse
Laughing

Et ne vous y trompez pas, chere Benedicte: Ca a sa place dans ce sujet.

L'islamisme politique et eschatologique, tenu par quelques dixaines de milliers de fanatiques s'attaque en premier et de manière extrèmement violent aux musulmans eux-mêmes, reproduisant une technique utilisée par les zélote juifs à l'époque de Jésus.

Ces évènements sont essentiels à observer. Dans 25 ans, ils seront

- soit le fondement du rejet par les jeunes musulmans du monde entier, de leur culture accusée de barbarie,

- soit au contraire ces attentats se généraliseront.

je parlais de la forme et pas du fond ;)

je suis tout à fait d'accord avec vous pour comparer les islamistes aux zélotes
et l'Empire américain à l'Empire Romain (dans sa vision du monde, sa politique et ses valeurs bonnes et mauvaises)
si cette analogie pouvait aussi signifier l'arrivée prochaine du Christ ! :sage: Smile
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 12:11

Puisque vous parlez de l'Empire romain :

Citation :
Attention: Les nouveaux Goths arrivent ! Notre monde s'écroulera entre 2012 et 2018 Par Olivier Richard le 12/03/2007

Voici un "vieil" article du Sunday Times traduit par mes soins (11 juin 2006) : Un des plus hauts stratèges militaires britanniques a averti que la civilisation occidentale fait face à une menace du même calibre que les invasions barbares qui détruisirent l'empire romain.Dans une vision apocalyptique des menaces sur notre sécurité le Vice-Amiral Chris Parry a dit que les immigrations futures seraient comparables aux Goths et aux Vandales, tandis que les pirates nord-Africains pourraient attaquer les yachts et les plages de Méditerranée d'ici 10 ans. L'Europe, y compris la Grande-Bretagne, pourrait être sapée par la croissance de communautés immigrées avec peu d'allégeance à leur pays d'accueil - une "colonisation inversée" comme Parry la décrit. Ces groupes resteraient étroitement connectés à leur pays d'origine grâce à l'Internet et aux billets d'avion à bas prix. L'idée de l'assimilation était en train de devenir inutile, selon lui.

Chris Parry est le penseur stratégique en chef des forces armées britanniques. Il a 52 ans et a étudié à Oxford. Pendant la guerre des Falklands en 1982, il a été cité pour son service dans l'Aéronavale. Parry est l'un des plus grands spécialistes britanniques de la guerre amphibie. Il a commandé le navire d'assaut HMS Fearless (Sans-Peur), a commandé l'entrainement à la guerre amphibie à la base navale de Portsmouth, et a dirigé une unité Anglo-Hollandaise avant de prendre son poste actuel au Ministère de la Défense.

Ces avertissements déprimants de Parry ont été livrés aux officiers supérieurs et aux experts industriels à une conférence la semaine dernière. En tant que Chef du centre pour le développement des concepts et de la doctrine du Ministère de la Défense, qui comprend plus de 50 analystes et est en pleine phase d'expansion, Parry est chargé de l'identification des plus grandes menaces qui serviront à cadrer la politique britannique de sécurité dans les décennies à venir.

Si une brèche dans la sécurité se passait, dit-il, elle serait vraisemblablement causée par une catastrophe de l'environnement et une explosion de la population, couplées à la technologie moderne et à l'Islam radical. Le résultat pour la Grande-Bretagne et l'Europe, selon les avertissements de Parry, pourraient être "comme l'Empire Romain du 5ième siècle en face des Goths et des Vandales".

Les effets directs d'une instabilité dans le Tiers-Monde se feraient rapidement sentir aux frontières du monde occidental car des gangs de pirates monteraient des opérations de kidnapping sur les vacanciers. "D'ici 10 ans il pourrait être dangereux de naviguer entre Gibraltar et Malte", dit l'Amiral.

Parry ne prétend pas que toutes le menaces se réaliseront. Il avertit, néanmoins, de ce qu'il est probable qu'il se passe sur la base des évolutions actuelles si les dangers ne sont pas prises en compte par les hommes politiques.

Lord Boyce, le précédent chef de l'Etat-Major des armées, a accueilli positivement l'analyse de Parry. "Une telle synthèse prouve que nous avons des challenges très sérieux qui nous attendent", a-t-il dit. "Le vrai problème est de les faire prendre au sérieux au plus haut niveau du gouvenement".

Les mouvements de population massifs déclenchés par des désastres humanitaires au Tiers-Monde, selon Parry, pourraient conduire au "Scénario Rome". L'Empire Romain d'Occident s'est écroulé aux 4ème et 5ème siècles souls les assauts répétés de hordes telles que les Ostrogoths, Wisigoths, Huns et Vandales pénétrant ses frontières. Ce processus culmina par le sac de Rome en l'an 455 par Genseric Le Boîteux, roi des Vandales et des Alains, au cours d'une invasion provenue d'Afrique du Nord.

Parry dit qu'il n'accusait aucun groupe particulier de menacer la stabilité, mais il estima à la conférence qu'il y avait au moins 70 groupes de diaspora sur le territoire britannique.

Un report la semaine dernière de l'OCDE avertissait qu'intégrer les immigrés devenait de plus en plus difficile. Il a aussi découvert que la Grande-Bretagne était la destination Européenne la plus prisée pour les immigrés, accueillant 494 000 personnes en 2004.

Il y a déjà de grandes quantités d'immigrants Africains qui essaient de gagner l'Europe. L'Union Européenne a averti que 80 000 Africains cherchaient en ce moment à immigrer illégalement en Europe.

Dans le futur, Parry croit que des groupes importants qui s'établissent en Europe peuvent développer des "communautés d'intérêt" avec des régions instables ou anti-occidentales, de fait recréant un Etat dans l'Etat. Certaines des conséquences les plus apocalyptiques des menaces détectées par Parry seraient au-delà de ce que l'imagination humaine peut comprendre.

[Le Sunday Times, soumis au diktat de la Pensée Unique Totalitaire comme tout organe de presse Européen, a été obligé de se protéger en accollant de manière totalement artificielle à la fin de ce long article quelques lignes disant qu'une telle invasion barbare serait en fin de compte bénéfique à la civilisation occidentale... Mais cet habillage qui ne trompe personne a quand même permis à un journaliste courageux de bien faire passer le fond du message.]

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1993
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 12:55

Citation :
Les Juifs français se pressent en Floride, Alfonso Chardi

11 mars 2007

Miami Herald

Original anglais : "French Jews flock to area".

Traduction française : Menahem Macina. *

Alors que Rod Kukurudz menait une vie confortable en France, il a pris a décision de se déraciner, ainsi que sa famille, pour aller vivre a Surfside, en Floride quand sa fille de 16 ans, Audrey, rentra, contrariée et apeurée, un soir de 2005, et lui dit :
« Papa, maintenant, même s'il fait chaud, il faut que je porte une écharpe pour cacher mon étoile de David dans le métro parisien ».
Les Juifs français qui vivent en Floride du Sud ont révélé au Miami Herald que, depuis les attaques terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis, l'hostilité des militants islamiques de France les a incités a partir. Les départs ont augmenté depuis l'enlèvement et le meurtre d'Ilan Halimi en France. Halimi, 23 ans, Juif français de parents marocains, a été kidnappé, le 21 janvier 2006, par une bande de jeunes qui se nommaient eux-mêmes « Les Barbares ».

Kukurudz, qui vit maintenant à Surfside avec sa femme et ses trois filles, dont Audrey, témoigne :
"Le climat créé par cet épisode, ainsi que par d'autres incidents, ainsi que l'hostilité générale des musulmans de France envers les Juifs, sont à l’origine de ma décision de partir."
Vanessa Elmaleh fait partie d’un groupe d’avocats, spécialisés dans l'immigration et dont le nombre va croissant, qui aident les Juifs français à obtenir des visas, mais pas nécessairement l'asile. Elmaleh, qui est Juive française, nous explique :
« Demander l'asile peut être risqué ; s'ils refusent votre requête, ils peuvent vous expulser».
Les chiffres des juridictions d'immigration témoignent d’une légère augmentation du nombre de demandes d'asile par des Français, depuis 2003, mais ces chiffres ne précisent pas si les demandeurs sont des Juifs français. Les avocats du sud de la Floride, spécialisés dans l'immigration, mentionnent que la majorité des Juifs français viennent avec des visas d’immigrants, d’investisseurs ou d'affaires. Kukurudz, par exemple, a obtenu un visa d'investisseur avec l'aide d'Elmaleh, et dirige aujourd'hui Citizen Events, qui organise des 'fêtes' pour sociétés et organisations.

Pascal Cohen a laissé sa famille derrière lui en France, et est arrivé a Aventura [Floride], il y a quelques semaines, avec un visa d’affaires, afin d’ouvrir une filiale pour un marque de chocolat de prestige, appelée Cote de France. Sa femme et ses deux plus jeunes filles envisagent de quitter la France et de le rejoindre plus avant dans l’année.

Il n'y a pas de chiffres officiels du nombre de Juifs français qui vivent ici, mais des représentants d’organisations juives aux Etats-Unis affirment qu’il pourrait être de 2.000 à 4.000 en Floride du sud, principalement à Miami-Dade.

Mendy Levy, rabbin de la synagogue The Shul, à Surfside, confie :
«Je pense qu'il pourraient être des milliers aujourd’hui ».
Jacob Salomon, vice-président de Greater Miami Jewish Federation, affirme :
« Nul doute qu'il y ait une augmentation du nombre de Juifs français en Floride du sud. Les Juifs français voient venir la catastrophe et disent : "Nous n'attendrons pas qu'il soit trop tard" ».
Aucun des Juifs français interviewés n'a été agressé en France, mais tous expriment leur peur que le cas Halimi soit un signe avant-coureur de plus de violence à l’avenir.

Le rapport du Département d’Etat sur les droits de l'homme, publié la semaine dernière, mentionne une augmentation du nombre d’incidents antisémites en France, durant les neuf premiers mois de 2006, par rapport à ceux qui ont eu lieu durant la même période en 2005, mais une diminution par rapport à ceux des neuf premiers mois de 2004.

Des responsables français ont condamné les attaques contre des membres de la communauté juive.

Selon une déclaration faite, jeudi, au Miami Herald, par Philippe Vinogradoff, consul général de France :
« La France n’est pas un pays antisémite. Elle fait beaucoup d’efforts, en matière de législation et d’éducation, pour éradiquer définitivement toute trace d’antisémitisme. »
Les estimations de la population juive varient entre cinq cent et sept cent mille personnes, et celles du nombre de musulmans entre cinq et six millions. Mais ici, les Juifs français disent que la communauté juive a été réduite par des départs fréquents, la majorité à destination d’Israël. Les chiffres de l’Agence Juive montrent que près de 14.000 juifs français ont refait leur vie en Israël depuis 2001.

Vinogradoff affirme que 12.000 citoyens français sont immatriculés dans son consulat, qui couvre la Floride, les Bahamas, Porto Rico, les Îles Vierges américaines, et quelques régions des Caraïbes. Selon lui, il est impossible de savoir combien d’entre eux sont des Juifs français, du fait que la loi française interdit au Consulat de demander aux inscrits quelle est leur religion ou leur pays d’origine.

Mais Elmaleh, qui est spécialiste de l'immigration juive française, affirme que les chiffres sont bien plus élevés que ceux qui sont reconnus officiellement, qu’il y a peut-être plus de 50.000 juifs français qui partent, ou projettent de partir pour Israël, et que plus de 10.000 envisagent de faire de même en Floride du sud.

Des parties de certains quartiers du nord de Miami-Dade sont devenues des 'poches' de culture française, particulièrement à Surfside, Bal Harbour et Aventura, où les synagogues ont connu une augmentation importante du nombre de Juifs français au sein de leurs congrégations, tandis que de nouveaux commerces approvisionnent une clientèle grandissante de personnes qui parlent français.

Linda Osberg-Braun confie :
« J’ai vu croître le volume de mes prestations juridiques à des citoyens français fortunés qui sont également Juifs, et qui examinent les opportunités, d’utiliser les Etats-Unis comme un abri sûr, anticipant ainsi les problèmes de leur héritage juif. »
D’autres avocats spécialisés en immigration, comme Roger Bernstein et David Berger, disent aussi qu'ils voient plus de Juifs français dans leur clientèle.

Dans leur for intérieur, bien des Juifs français qui arrivent en Floride se perçoivent comme des réfugiés, et existe un mouvement qui fait pression sur le gouvernement américain pour qu'il leur accorde ce statut. Un groupe a mis en ligne sur Internet une pétition qui insiste auprès du Congrès américain pour qu'il approuve un programme d'accueil des réfugiés pour les Juifs français.

Tant Cohen que Kukurudz ont la nostalgie de la vie en France, mais ils ne regrettent pas leur départ. Ils l'ont fait pour leurs enfants. Et Cohen de conclure :
« Ainsi, ils auront un avenir. »
Alfonso Chardi

© Miami Herald

[Information aimablement transmise par Koira.]

* La traduction de Annika, qui m'a été communiquée était trop fautive et incomplète pour être utilisable, j'ai donc traduit le texte moi-même à partir de l'original anglais.

Mis en ligne le 14 mars 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-12511-110-1-juifs-francais-pressent-en-floride-alfonso-chardi.html

Je remets le commentaire que j'avais émis à ce sujet il y a de cela quelques mois, à savoir que le jour où les juifs quitteront la France et l'Europe en masse, alors ce sera le début de la fin pour ces dernières Idea

Cet article, et ce n'est pas le seul, montre à suffisance que cela est d'ores et déjà en cours.

Il n'y a plus que des aveugles pour ne pas le voir Idea

La nuit approche...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Dim 18 Mar 2007, 13:07

En complément :

Citation :
Bilan et analyse des actes antisémites en 2006

26 février 2007 - Elisabeth Cohen-Tannoudji Chargée de mission au CRIF

Le Service de Protection de la Communauté Juive opère un recensement des actes antisémites sur la base des appels téléphonique passés sur le numéro vert, complétée par un échange d’informations avec le Ministère de l’Intérieur. Le SPCJ a enregistré en 2006 :



213 actions (contre 134 en 2005) soit une hausse de 40%
158 menaces (contre 148 en 2005) soit une hausse de7%
371 actes (contre 300 en 2005) soit une hausse globale de 24 %

Dans ce recensement, la forte augmentation des violences est relativement compensée par une certaine stabilité des menaces qui permet de maintenir le taux global d’augmentation à 24%. Nous ne pouvons nous limiter à ce constat car un tag antisémite et une agression physique ne sauraient être tenus pour équivalents en termes de gravité. Il faut aller plus avant dans le détail des chiffres pour dégager une grille de lecture.

Le début de l’année 2006 a été dramatiquement marqué par l’assassinat d’Ilan Halimi.

Mois après mois, la courbe annuelle a fait apparaître une hausse très nette des violences durant les mois de février et mars que nous interprétons comme des répercussions par sorte de mimétisme de cette affaire. Les semaines de guerre entre Israël et le Hezbollah ont provoqué pendant l’été une augmentation des menaces qui s’est poursuivie pour se fondre dans une augmentation générale des actes en septembre et en octobre, mois de fêtes pendant lesquels la communauté juive est plus visible et le cas échéant ciblée. La tension n’est redescendue qu’en décembre, comme c’est d’ailleurs le cas chaque année. Les actes antisémites sont commis parfois avec une réelle détermination, parfois par simple opportunité. On observe donc que la courbe est aléatoire et que des mois sans actualité particulière peuvent rester chargés en termes de violence antisémite et dénotent ainsi d’une sorte de « bruit de fond » constant.

L’aspect essentiel et le plus inquiétant qui se dégage des chiffres concerne ceux des actes, actions et menaces, contre les personnes qui sont à l’évidence les cibles premières de l’antisémitisme. On observe une augmentation de 45 % des agressions physiques qui passent entre 2005 et 2006 de 77 à 112 et une hausse de 71 % des insultes qui passent quant à elles de 48 à 82.

Cette tendance s’inscrit d’ailleurs dans celle de la hausse des violences contre les personnes, évoquée à propos des statistiques générales de la délinquance. La liste des agressions physiques indique une importante quantité de faits violents à l’encontre de mineurs ou de jeunes. Le mobile antisémite ne fait aucun doute dans la quasi-totalité des cas. Lors de certaines agressions, il aggrave le mobile crapuleux. Les violences physiques occasionnent généralement de nombreux jours d’ITT, parfois jusqu’à 30. Des agressions antisémites sont aussi commises comme telles contre des personnes qui ne sont pas juives, simplement parce qu’on a pu supposer qu’elles le sont. Les insultes sont souvent accompagnées de références à l’extermination des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. D’autres propos dénotent des tensions qui se manifestent sur le plan des identités. Il apparaît enfin que les auteurs des violences agissant pour des motivations mal définies sont de plus en plus nombreux.

Depuis la résurgence des actes antisémites en France, concomitante au déclenchement de la seconde Intifada en octobre 2000, il était apparu à l’examen des courbes annuelles de ces actes que leur survenance était étroitement liée à l’actualité du Proche-Orient. En 2004, le constat avait changé. Les actes antisémites - 974 dans le recensement du Ministère de l’Intérieur, 592 dans celui du SPCJ - étaient survenus de manière aléatoire et apparemment déconnectée du contexte international. Nous avions alors observé que, passé d’une apparence conjoncturelle, l’antisémitisme s’ancrait de manière structurelle, observation que nous avons maintenue en 2005. En 2006, ces deux analyses semblent se rejoindre dans une situation qui puise à la fois dans des causes structurelles et conjoncturelles, alors que les chiffres restent toutefois inférieurs à ceux de 2004. Le dernier trimestre de l’année 2006 indique une baisse de 21% des actes. Cette tendance à la baisse s’est maintenue en janvier 2007. Les aléas qui pèsent sur l’actualité rendent l’avenir incertain et la vigilance doit demeurer entière.

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=6682
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 19 Mar 2007, 19:11

Citation :
L’islamisation d'Anvers

The Washington Times par Paul Belien, article paru le 14 mars 2007

Titre original : Islamicization of Antwerp
Traduction: Objectif-info

La bataille décisive contre les extrémistes islamiques ne se joue pas en Irak, mais en Europe. Ce n’est pas à Bagdad mais dans des villes comme Anvers en Belgique, que l’avenir de l’Occident se décidera.

J'ai récemment rencontré Marij Uijt den Bogaard, une femme 49 ans qui mérite l'appui de l'Amérique, au moins autant que le Président irakien Jalal Talabani et le premier ministre Nouri al-Maliki.

Mme Uijt den Bogaard était fonctionnaire à Anvers dans les années 90 ; elle a travaillé de nombreuses années dans les banlieues d'Anvers peuplées d’immigrés. Là, elle a observé comment les islamistes radicaux s’y prenaient pour prendre le contrôle de la zone. "Ils mettent en œuvre un plan bien défini" raconte-t-elle

Mme Uijt den Bogaard avait l’habitude d’aider les immigrés dans leurs démarches pour obtenir des documents administratifs. C’est pour cela qu’un petit nombre d'eux lui a accordé leur confiance.

Il y a environ trois ans, de jeunes hommes habillés en noir s’introduisirent dans les banlieues. Ils avaient été formés en Arabie Saoudite et en Jordanie et étaient des adeptes du salafisme, une variété radicale de l'Islam. Ils mirent en place des organisations de jeunesse, et prirent graduellement le contrôle des mosquées locales. Pour Mme Uijt den Bogaard, "les salafistes savent débattre et ils connaissent le Coran par cœur, à la différence des personnes d’âge mur qui géraient ces mosquées…De plus, ils ont de l’argent … l'un d'entre eux m'a dit qu'ils avaient des fonds saoudiens". Parce qu’ils maîtrisent l’art de la parole, les radicaux deviennent rapidement les porte-parole officiels de la communauté musulmane, et les interlocuteurs des autorités de ville. Mme Uijt den Bogaard fut le témoin de la façon dont ces dernières cédèrent aux exigences des salafistes, comme les plages horaires réservées aux femmes musulmanes dans les piscines municipales.

Des immigrés inquiets de cette dérive racontèrent à Mme Uijt den Bogaard ce qui était en train de se passer. Sur la base de leurs témoignages et de ses propres observations, elle rédigea des notes (confidentielles) à l’attention des autorités de ville sur la montée du radicalisme. C’est ce qui la mit en conflit, aussi bien avec les islamistes qu’avec ses employeurs municipaux.

La ville l'avertit que ses notes n’étaient pas acceptables, qu'elles ressemblaient aux pamphlets de "Vlaams Belang" (le Vlaams Belang est le parti anti-immigrés d'Anvers) et qu'elle devrait "changer d’attitude." Les islamistes sentirent qu'elle avait été désapprouvée. Ils ont pu également recevoir des informations parce des musulmans travaillent dans l'administration de la ville. Un jour, alors qu’elle était accompagnée de son supérieur, elle fut attaquée par un jeune musulman. Son supérieur refusa de s'en mêler. Quand par la suite elle l'interrogea sur son attitude, il dit qu’elle était responsable de l’animosité qui se manifestait à son endroit.

À la fin elle fut licenciée. Elle est sans emploi à l'heure actuelle et elle est écartée chaque fois qu'elle fait acte de candidature pour un autre emploi de fonctionnaire. La semaine dernière, elle a appris que les autorités de la ville ont confié le poste de l’intégration, qui supervise les 25 mosquées d'Anvers, à l’un des radicaux salafistes. En attendant, ces derniers l'ont menacée des représailles si elle continuait à s’exprimer publiquement.

Après sa révocation, Mme Uijt den Bogaard est allée voir Monica Deconinck, une responsable politique socialiste du service social de la ville d’Anvers, pour lui parler de la situation difficile des femmes musulmanes. Mme. Deconinck lui dit : "vous avez pris votre travail trop au sérieux et voulu le faire trop bien", ajoutant qu'elle ne pouvait pas l’aider, bien qu'elle ait de la sympathie pour elle. Mme Uijt den Bogaard est aussi allée voir les responsables politiques démocrates-chrétiens et libéraux. Ils ont également refusé de l'aider parce qu'ils gèrent la ville dans une coalition avec les socialistes. Le seul parti d'opposition dans la ville est le Vlaams Belang.

Selon Mme Uijt den Bogaard, si les socialistes, qui dirigent la ville permettent aux islamistes de faire ce qu'ils veulent c’est parce qu'ils veulent obtenir les voix musulmanes, qui sont de plus en plus sous la coupe des salafistes, lesquels sont en train de prendre le contrôle des mosquées.

Dans une lettre aux autorités de la ville elle a écrit : "Vous employez des personnels pour accroître la cohésion sociale dans les banlieues de la ville. Mais si vous ne voulez pas savoir ce qui est préjudiciable à la cohésion sociale, il n’est pas nécessaire d’y envoyer ces personnels !... Les employés qui sont confrontés à ce problème [ de radicalisme musulman ] et qui en prennent la mesure sont silencieusement écartés, et perdent à la fois leur revenu et leur réputation. C'est une censure sur le mode des dictatures politiques. Comme ancien personnel de vos services, je suis choquée de me trouver moi-même dans cette situation et de découvrir après des années de service que vous n’avez pas de ligne de conduite, que ce soit au plan politique ou à l’égard de votre personnel."

Malheureusement, ce qui se produit à Anvers n'est pas un cas unique. Les salafistes utilisent la même stratégie dans d'autres villes européennes. Ils se sont vantés de leur victoire sur Mme Uijt den Bogaard dans leur réseau international et dans les pays voisins. Alors que les Américains combattent pour sécuriser l'Irak, l’Europe occidentale devient un foyer du salafisme.

http://www.objectif-info.fr/islamisation-anvers.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Lun 19 Mar 2007, 19:27

Citation :
L’Occident n’a pas inventé le racisme

Combien de temps allons-nous encore nous repentir et nous auto flageller? André Dufour fait voler en éclats quelques mythes.


Suite : http://www.libertyvox.com/article.php?id=242
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 20 Mar 2007, 22:06

Je mets l'article complet, tant le sujet est important Idea

Citation :
Les options peu engageantes de l'Europe

par Daniel Pipes

National Interest
Mars-avril 2007

Adaptation française: Alain Jean-Mairet

À long terme, l'évolution la plus décisive du continent européen, celle de ses relations avec sa minorité musulmane croissante, suivra l'une de ces trois voies: intégration harmonieuse, expulsion des Musulmans ou prise de pouvoir islamique. Lequel de ces scénarios est le plus vraisemblable?

L'avenir de l'Europe revêt une grande importance non seulement pour ses résidents. Pendant un demi-millénaire, de 1450 à 1950, les 7% de la surface des terres émergées qu'elle représente ont décidé de l'histoire du monde; sa créativité et sa vigueur ont inventé la modernité. La région a perdu cette position cruciale il y a 60 ans, mais elle reste d'une importance vitale en termes économiques, politiques et intellectuels. Ainsi, la direction qu'elle prendra aura des incidences majeures pour le reste de l'humanité, et tout particulièrement pour ses nations sœurs telles que les États-Unis qui, historiquement, ont toujours considéré l'Europe comme une source d'inspiration, de peuplement et de biens.

Voici une appréciation de la vraisemblance des trois scénarios.

I. Règne musulman

Feu Oriana Fallaci observa qu'avec le passage du temps, «L'Europe se transforme toujours davantage en une province de l'Islam, une colonie de l'Islam». L'historienne Bat Ye'or a donné un nom à cette colonie – «Eurabia». Walter Laqueur prédit dans son prochain ouvrage Last Days of Europe (Les derniers jours de l'Europe) que l'Europe telle que nous la connaissons sera contrainte de changer. Mark Steyn, dans America Alone: The End of the World as We Know It (L'Amérique seule: la fin du monde tel que nous le connaissons) va plus loin encore et affirme qu'une grande partie du monde occidental «ne survivra pas au XXIe siècle et une grande partie, dont la plupart sinon la totalité des pays européens, disparaîtra pendant notre génération». Trois facteurs – la foi, la démographie et le patrimoine culturel – indiquent que l'Europe s'islamise.

Foi. Une laïcité extrême prédomine en Europe, surtout parmi ses élites, au point que les Chrétiens croyants (tels que George W. Bush) y sont considérés comme mentalement déséquilibrés et incapables d'assumer des tâches publiques. En 2005, Rocco Buttiglione, un politicien italien distingué et un Catholique croyant, a été empêché d'accéder au poste de membre de la Commission européenne pour l'Italie en raison de ses opinions sur l'homosexualité. Une laïcité inflexible va de pair avec des églises vides: à Londres, des chercheurs estiment que les mosquées reçoivent plus de Musulmans le vendredi que les églises chrétiennes le dimanche, bien que la ville compte près de sept fois plus de Chrétiens de naissance que de Musulmans de naissance. Plus le Christianisme pâlit, plus l'Islam attire – le Prince Charles fournit un bon exemple de la fascination exercée par l'Islam sur de nombreux Européens. L'Europe pourrait connaître un grand nombre de conversions à l'avenir, car comme le dit ce mot attribué à G.K. Chesterton, «lorsque les gens cessent de croire en Dieu, ils ne croient pas en rien – ils croient en n'importe quoi».

La laïcité de l'Europe donne à son discours des formes tout à fait inhabituelles pour les Américains. Hugh Fitzgerald, ex-vice-président de JihadWatch.org, illustre ici une dimension de cette différence:

Les déclarations les plus mémorables des présidents américains comprennent presque toujours des passages bibliques aisément reconnaissables. […] Cette source de vigueur rhétorique a été mise à contribution en février dernier (2003), lors de l'explosion de la navette Columbia. Si la navette détruite avait été non pas américaine, mais française, et si Jacques Chirac avait dû prononcer un discours à ce sujet, il aurait peut-être usé du fait que l'engin transportait sept astronautes et aurait tiré un parallèle avec les sept poètes de la Pléiade, soit avec l'Antiquité païenne. Le président américain, intervenant dans le cadre d'une cérémonie solennelle qui débutait et s'achevait par des passages en hébreu biblique, fit les choses différemment. Il prit son texte dans Isaïe 40:26, ce qui permettait de créer une transition harmonieuse entre d'une part le mélange d'émerveillement et d'effroi devant les hôtes des cieux générés par le Créateur et d'autre part la consolation pour la perte de l'équipage.

La foi des Musulmans, avec son tempérament djihadiste et son suprématisme islamique, tranche autant qu'il est possible avec celle des Chrétiens européens non pratiquants. Ce contraste amène de nombreux Musulmans à considérer l'Europe comme un continent mûr pour la conversion et la domination. Il en résulte des revendications suprématistes extravagantes telles que cette déclaration d'Omar Bakri Mohammed, «Je veux que la Grande-Bretagne devienne un État islamique, Je veux voir les couleurs de l'Islam flotter au 10, Downing Street.» Ou encore cette prédiction d'un imam installé en Belgique: «Nous prendrons bientôt le pouvoir dans ce pays. Ceux qui nous critiquent aujourd'hui le regretteront. Ils devront nous servir. Préparez-vous, car l'heure est proche.»[1]

Population. L'effondrement démographique indique également que l'Europe s'islamise. Actuellement, le taux global de fertilité européen oscille autour de 1,4 par femme, alors que le maintien d'une population exige un taux légèrement supérieur à deux enfants par couple, ou 2,1 enfants par femme. Le taux réel n'en représente que les deux tiers – un tiers de la population nécessaire ne vient tout simplement pas au monde.

Pour éviter une chute démographique critique, avec tous les malheurs que cela implique – notamment l'absence de travailleurs pour financer de généreux plans de retraite –, l'Europe a besoin d'immigrants, de beaucoup d'immigrants. Ce tiers importé tend à être musulman, en partie parce que les Musulmans sont proches (13 kilomètres seulement séparent le Marc et l'Espagne, quelques centaines relient l'Italie à l'Albanie ou à la Libye); en partie parce que des liens coloniaux continuent d'unir l'Asie du Sud à la Grande-Bretagne ou le Maghreb à la France; et en partie à cause de la violence, de la tyrannie et de la pauvreté si répandues dans le monde musulman actuel et qui génèrent d'incessantes vagues migratoires.

De même, le taux de fertilité élevé des Musulmans compense le manque d'enfants parmi les Chrétiens indigènes. Bien que les taux de fertilité musulmans soient en baisse, ils restent sensiblement supérieurs à ceux de la population chrétienne indigène. Il est certain que les taux de natalité élevés sont liés aux conditions de vie pré-modernes dans lesquelles vivent de nombreuses femmes musulmanes en Europe. À Bruxelles, «Mahomet» est le nom de garçon nouveau-né le plus populaire depuis quelques années. Amsterdam et Rotterdam pourraient devenir, d'ici 2015, les premières grandes villes européennes à majorité musulmane. L'analyste français Michel Gurfinkiel estime qu'une guerre des rues en France verrait s'affronter les enfants des indigènes (en français dans le texte) et ceux des immigrants quasiment à égalité. Les pronostics actuels prévoient une majorité musulmane dans l'armée russe dès 2015 et dans l'ensemble du pays vers 2050.

Patrimoine culturel. Ce qui est souvent décrit comme la rectitude politique de l'Europe reflète à mon avis un phénomène plus profond, à savoir l'aliénation de leur civilisation que ressentent de nombreux Européens, l'impression que leur culture historique ne vaut pas qu'on la défende, voire qu'on la préserve. Les différences entre Européens sont frappantes à cet égard. Le pays peut-être le moins touché par cette aliénation est la France, où le nationalisme traditionnel reste vivace et où les gens sont fiers de leur identité nationale. La Grande-Bretagne est le pays le plus affecté, comme l'illustre bien le programme gouvernement larmoyant «ICONS - A Portrait of England», qui tente maladroitement de raviver le patriotisme des Britanniques en les réconciliant avec des «trésors nationaux» tels que Winnie the Pooh et la minijupe.

Ce manque d'assurance a eu des conséquences directes négatives pour les immigrants musulmans, comme l'explique Aatish Taseer dans le magazine Prospect.

L'appartenance à la culture britannique est l'aspect le plus purement nominal de l'identité de nombreux jeunes Pakistanais britanniques. […] En dénigrant sa culture, on court le risque de voir les nouveaux-venus en chercher une ailleurs. Cela va si loin dans le cas précis que pour beaucoup de Pakistanais britanniques de deuxième génération, la culture du désert des Arabes revêt plus d'attrait que la culture britannique ou continentale. Arrachés par trois fois au sentiment de posséder une identité durable, les Pakistanais de deuxième génération trouvent une identité disponible dans la vision du monde extranationale de l'Islam radical.

Les Musulmans immigrants méprisent profondément la civilisation occidentale, tout particulièrement sa sexualité (pornographie, divorce, homosexualité). Les Musulmans ne s'assimilent nulle part en Europe, les mariages intercommunautaires sont rares. Voici un exemple pittoresque du Canada: la mère du tristement célèbre clan Khadr, connu pour être la première famille canadienne du terrorisme, retourna au Canada depuis l'Afghanistan et le Pakistan en avril 2004 avec l'un de ses fils. Bien qu'elle ait demandé l'asile au Canada, elle affirmait à peine un moins auparavant que les camps d'entraînement sponsorisés par Al-Qaïda étaient l'endroit rêvé pour ses enfants. «Vous voudriez que j'élève mes enfants au Canada pour qu'ils se retrouvent drogués ou homosexuels à l'âge de 12 ou 13 ans? Vous trouvez que ce serait mieux?»

(Ironie du sort, aux siècles passés, comme l'a documenté l'historien Norman Daniel, les Chrétiens européens méprisaient les Musulmans, dont la polygamie et les harems leur semblaient révéler une obsession du sexe, et se sentaient moralement supérieurs à eux précisément sur ce point.)

En résumé, cette première argumentation avance que l'Europe sera islamisée, qu'elle se soumettra ou se convertira sans résistance à l'Islam parce que le yin de l'Europe s'accorde si bien au yang de l'Islam: faiblesse et puissance de la religiosité, de la fertilité et de l'identité culturelle.[2] L'Europe est une porte ouverte que les Musulmans franchissent librement.

---------->
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mar 20 Mar 2007, 22:06

Citation :
II. Expulsion des Musulmans

Ou la porte leur sera-t-elle fermée au nez? Le commentateur américain Ralph Peters écarte le premier scénario: «Loin de jouir de la perspective de s'approprier l'Europe en y faisant des enfants, les Musulmans d'Europe y vivent leurs dernières heures. […] les prédictions de prise de pouvoir musulman en Europe […] font abstraction de l'histoire et de la brutalité indéracinable de l'Europe.» Sur ce, décrivant l'Europe comme l'endroit «où ont été perfectionnés le génocide et le nettoyage ethnique», il prédit que ses Musulmans «auront de la chance de n'être que déportés», et non tués. Claire Berlinski, dans Menace in Europe: Why the Continent's Crisis Is America's, Too (Menace en Europe: pourquoi la crise du continent est aussi celle de l'Amérique), approuve cela implicitement en désignant les «anciens conflits et schémas de pensée […] qui s'extirpent lentement des brumes de l'histoire européenne» et qui pourraient bien susciter la violence.

Ce scénario veut que les Européens indigènes – qui constituent toujours 95% de la population du continent – se réveillent un jour et imposent leur volonté. «Basta!» – diront-ils, en restaurant leur ordre historique. Cela n'est pas si improbable; un mouvement d'irritation se fait jour en Europe, moins parmi les élites qu'au sein des masses, qui proteste bruyamment devant l'évolution en cours. Ce ressentiment est illustré notamment par la loi antivoile française, par la mauvaise humeur suscitée par les restrictions imposées aux drapeaux nationaux et aux symboles chrétiens et par l'insistance à servir du vin lors des diners officiels. On peut mentionner aussi un mouvement spontané apparu dans plusieurs villes françaises au début de 2006 et qui consiste à distribuer de la soupe au lard parmi les pauvres, excluant ainsi intentionnellement les Musulmans.

Certes, ce sont des affaires mineures, mais des partis ouvertement opposés aux immigrants ont déjà émergé dans de nombreux pays et commencent à exiger non seulement des contrôles efficaces aux frontières, mais l'expulsion des immigrants illégaux. Un mouvement anti-immigration est en train de se former sous nos yeux, de manière largement inaperçue. Si son parcours est encore très discret, son potentiel n'en est pas moins énorme. Les éléments opposés à l'immigration et à l'Islam ont généralement des racines néofascistes mais ont gagné en respectabilité avec le temps, se sont dépouillés de l'antisémitisme de leurs origines et de leurs théories économiques douteuses pour se concentrer plutôt sur les questions de foi, de démographie et d'identité, et pour étudier l'Islam et les Musulmans. Le British National Party et le Vlaamse Belang belge sont deux exemples d'une telle évolution vers la respectabilité, laquelle peut déboucher un jour sur l'éligibilité. Ainsi, la course à la présidence française en 2002 s'est résumée à une compétition entre Jacques Chirac et le néofasciste Jean-Marie Le Pen.

D'autres partis de ce type ont déjà goûté au pouvoir. Jörg Haider et le Freiheitliche Partei autrichien y ont accédé brièvement. La Lega Nord italienne a fait partie des années durant de la coalition au pouvoir. Ces partis vont vraisemblablement progresser car leurs messages anti-islamistes et souvent anti-islamiques trouvent un répondant et les partis du courant dominant vont probablement les adopter en partie (le Parti conservateur danois en est un exemple – il est revenu au pouvoir en 2001, après 72 ans passés dans la marge, essentiellement en raison du mécontentement provoqué par l'immigration). Ces partis bénéficieront sans doute de la situation lorsque l'immigration gonflera encore pour atteindre des proportions incontrôlables en Europe, avec peut-être un exode de masse en provenance d'Afrique, comme l'indiquent de nombreux indices.

Une fois au pouvoir, les partis nationalistes rejetteront le multiculturalisme et tenteront de rétablir les valeurs et les mœurs traditionnelles. On ne peut que spéculer sur les moyens qu'ils utiliseront et sur les répliques des Musulmans. Peters s'attarde sur les aspects fascistes et violents de certains groupes et s'attend à ce que la réaction antimusulmane revête des formes menaçantes. Il esquisse même un scénario dans lequel «des navires américains sont à l'ancre et des Marines sont descendus à terre à Brest, Bremerhaven ou Bari pour garantir l'évacuation des Musulmans d'Europe dans de bonnes conditions».

Depuis des années, les Musulmans s'inquiètent justement de telles incarcérations brutales, suivies d'expulsions, voire de massacres. Déjà dans les années 1980, feu Kalim Siddiqui, alors directeur du London's Muslim Institute, agitait le spectre des «chambres à gaz hitlériennes pour Musulmans». Dans son livre de 1989, Be Careful With Muhammad (Soyez prudents avec Mahomet), Shabbir Akhtar avertissait que «la prochaine fois qu'il y aura des chambres à gaz en Europe, il n'y a aucun doute sur l'identité de ceux qu'on y mettra», à savoir les Musulmans. Un personnage du roman de Hanif Kureishi paru en 1991 et intitulé The Buddha of Suburbia (Le Bouddha des banlieues), prépare une guérilla dont il prévoit l'instauration quand «les blancs se seront tournés contre les noirs et les Asiatiques et tenteront de nous faire passer dans des chambres à gaz».

Mais il est plus vraisemblable que les revendications européennes seront mises en œuvre pacifiquement et légalement, et que les violences proviendront de Musulmans, conformément aux récentes tendances à l'intimidation et au terrorisme. De nombreux sondages confirment que 5% environ des Musulmans britanniques approuvent les attentats à la bombe du 7 juillet, ce qui indique une disposition générale à recourir à la violence.

Quoi qu'il en soit, on ne peut pas s'attendre à ce qu'un redressement des Européens se déroule de manière coopérative.

III. Intégration des Musulmans

Dans le scénario le plus réjouissant, les Européens autochtones et les immigrants musulmans trouvent un modus vivendi et vivent ensemble harmonieusement. Le témoignage peut-être le plus classique de cette perspective optimiste provient d'une étude de 1991, La France, une chance pour l'Islam, par Jeanne-Hélène et Pierre Patrick Kaltenbach. «Pour la première fois dans l'histoire, il est offert à l'islam de ‹se réveiller› dans un pays démocratique, riche, laïc et pacifique», écrivaient-ils alors. Cette espérance persiste. Un article de premier plan paru dans l'Economist à la mi-2006 affirme que «pour le moment du moins, la perspective d'Eurabia semble alarmiste». À la même époque, Jocelyne Cesari, professeur associée à la Harvard Divinity School, discernait un équilibre en la matière: de même que «l'Islam change l'Europe», disait-elle, «l'Europe change l'Islam». Elle estime ainsi que «les Musulmans ne veulent pas changer la nature des États européens» et s'attend à les voir s'adapter au contexte européen.

Mais un tel optimisme est hélas peu justifié. Les Européens pourraient certes encore redécouvrir leur foi chrétienne, faire davantage d'enfants et mieux chérir leur patrimoine. Ils pourraient encourager une immigration non-musulmane ou acculturer les Musulmans vivant parmi eux. Mais ces changements ne sont pas en cours actuellement, et les chances de les voir apparaître sont faibles. Au lieu de cela, les Musulmans cultivent des revendications et des ambitions conflictuelles à l'égard de leurs voisins indigènes. Fait inquiétant, chaque génération semble plus aliénée que la précédente. Le romancier canadien Hugh MacLennan qualifia le fossé anglais-français séparant son pays de «Two Solitudes»; un phénomène similaire apparaît et se développe en Europe, mais de manière beaucoup plus prononcée. Ces sondages de Musulmans britanniques, par exemple, révèlent qu'une majorité d'entre eux perçoivent un conflit entre leur identité britannique et leur identité musulmane – et ils souhaitent l'instauration de la loi islamique.

L'éventualité de voir les Musulmans accepter les restrictions de l'Europe historique et s'intégrer sans heurt dans ce cadre peut être pratiquement exclue. Même Bassam Tibi, professeur à l'université de Göttingen, qui a maintes fois averti que «soit l'Islam s'européanise, soit l'Europe s'islamise» a personnellement abandonné tout espoir pour le continent. Récemment, il annonça qu'il allait quitter l'Allemagne, après avoir y vécu 44 ans, pour déménager à l'université de Cornell, aux États-Unis.

Conclusion

Comme le résume le commentateur américain Dennis Prager, «Il est difficile d'imaginer un autre scénario pour l'Europe occidentale que l'islamisation ou la guerre civile». En effet, ces deux alternatives extrêmement déplaisantes semblent bien définir les choix offerts à l'Europe – prise entre deux forces antagonistes, l'une menant au pouvoir des Musulmans et l'autre à leur expulsion, elle peut devenir une extension de l'Afrique du Nord ou entrer dans un état de quasi guerre civile.

Quelle voie prendra-t-elle? Les événements décisifs qui apporteront une réponse à cette question sont encore en devenir, de sorte que personne ne peut porter un jugement définitif. Mais l'heure de la décision est proche. D'ici la prochaine décennie à peu près, les louvoiements actuels toucheront à leur terme, l'équation Europe-Islam se resserrera et la pente qui déterminera l'avenir du continent devrait apparaître.

Il est d'autant plus difficile d'anticiper cette transformation qu'elle est sans précédent historique. Aucun territoire de grande envergure n'a jamais ainsi glissé d'une civilisation à une autre à la suite de l'effondrement démographique, religieux et identitaire d'une population; et aucun peuple ne s'est jamais redressé à une telle échelle pour prôner son patrimoine historique. Le problème européen est si inédit et si étendu qu'il est difficile de le comprendre, tentant de l'ignorer et presque impossible d'en pronostiquer l'évolution. L'Europe nous entraîne tous en terre inconnue.

Daniel Pipes est directeur du Forum du Moyen-Orient et professeur invité à l'université de Pepperdine. Cet article a été adapté d'un exposé donné au Centre de conférence Woodrow Wilson et intitulé «Euro-Islam: la dynamique d'une intégration efficace».

[1] De Morgen, 5 oct. 1994. Cité dans Koenraad Elst, «The Rushdie Rules», Middle East Quarterly, Juin 1998.
[2] Il est frappant de relever qu'à ces trois égards, l'Europe et les États-Unis étaient beaucoup plus semblables il y a 25 ans qu'ils ne le sont aujourd'hui. Cela indique que leur écart actuel résulte moins d'évolutions historiques remontant à plusieurs siècles qu'à des développements intervenus dans les années 1960. Cette décennie a eu un impact très marqué sur les États-Unis, mais elle a affecté l'Europe beaucoup plus profondément encore.

De http://fr.danielpipes.org | Article original à l'adresse suivante: http://fr.danielpipes.org/article/4395

http://fr.danielpipes.org/pf.php?id=4395
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 21 Mar 2007, 13:20

Citation :
Les yeux de Samira

Samira voulait divorcer. Elle ne supportait plus les coups, les violences et les insultes. Elle n'avait pas imaginé devoir vivre avec un compagnon qui la considérerait comme un simple bétail à cornaquer, un champ qu’on laboure et ensemence, ainsi qu’il est si poétiquement dit dans le Coran.

Pourtant, Samira a cédé à la pression de sa famille. Quittant la France pour quelques jours, elle est partie au Maroc souscrire à la riante tradition des mariages forcés.

La pression sociale sur les jeunes femmes d’origine maghrébine est intense. Les parents, qui ne voient là que la perpétuation d’une coutume dont ils ont eux-mêmes « bénéficié », s’accrochent à ces traditions d’un autre siècle ; souvent par réflexe identitaire et parce que la France n’a pas su, ni voulu, leur enseigner les rudiments de la vie dans une société plurielle.

Les frères de ces jeunes femmes, eux, aiment à se vanter d’avoir des soeurs « saintes et pures » mais se réservent le droit d’aller, eux seuls, visiter d'autres paysages, « d’autres trous », disent-ils de manière imagée. Ils s’autorisent – grand bien leur fasse – ce qu’ils interdisent aux femmes.

Seulement, dans cette enclave culturelle où les lois de la république sont méprisées, les hommes peuvent se permettre à peu près tout, et les femmes n’ont qu’un seul devoir: obéir. Parfois, cela s’appelle “encaisser”.

Les hommes peuvent se permettre à peu près tout.

Si Samira a un jour un enfant, elle ne pourra pas le voir grandir. Elle devra se contenter de suivre de la main les contours de son visage pour tenter de deviner la beauté de ses traits.

Aujourd’hui et demain, Samira est témoin devant la cour d’Assises du Gard. Au banc des accusés, celui qu’elle a épousé au Maroc il y a quelques années et qui l’avait tant violentée et battue lors de la nuit de noces qu’elle avait fini la nuit à l’hôpital de Meknès.

Il est accusé "d’actes de torture et de barbarie ayant entraîné une mutilation et une infirmité permanente".

Après son mariage, Samira avait fui le Maroc et sa belle-famille qui la maltraitait. Elle était revenue en France, à Nîmes dans le quartier de Pissevin. Mais son mari était venu la rejoindre et l’enfer avait recommencé. Coups, blessures, violences.

Elle demande le divorce mais cela n’a pas l’heur de plaire au petit mâle, au caractère fier et ombrageux. Depuis des générations, ses traditions religieuses lui enseignent que l’homme est tout puissant.

Il semblerait que les théologiens musulmans n’aient pas eu le temps de lui préciser qu’une épouse se frappait du plat de la main, sans faire de marques. Il n’a pas probablement pas eu non plus l’occasion de suivre les enseignements de Hani Ramadan à Genève, qui donne de judicieux conseils en la matière, et a certainement accordé l’incrédulité qu’il mérite au moratoire réclamé du bout des lèvres par le frère de celui-ci.

D’où son manque de méthode et de rigueur lorsqu’il frappe. Mais sa stupeur incrédule lorsque sa femme, sa chose, son objet, prétend divorcer ne vient pas d’un manque d’assiduité aux cours des frères Ramadan. Il vit en France mais ne se sent pas plus concerné par les lois de la république qu’un chauffard ivre-mort par un feu rouge: c’est un élément décoratif du paysage destiné aux “céfrans”. Lui, il est outré et vexé. Car chez les petits coqs de son entourage, il passe en plus pour quelqu’un qui ne sait pas se faire respecter.

Le 2 juillet 2003, il entre dans l’appartement que sa compagne est en train de nettoyer pour l’état des lieux. Il frappe à nouveau et, avec son index, lui arrache les yeux.

Samira hurle de douleur, sort de l’immeuble malgré les coups, se cogne aux murs en hurlant « rendez-moi mes yeux ! ».

Le quartier de Pissevin, à Nimes, a la réputation d’être un haut lieu de convivialité, de métissage, de brassage culturel, de lien social. Son marché, appelé le Souk de Nîmes, rappelle, chaque mercredi, et de façon joyeuse, les attaches indéfectibles qu’ont tissées Nîmes et le Maghreb à travers l’histoire. Cela, c’est pour les manuels que l’on distribue aux touristes.

Mais Samira ne pourra plus revoir les étals de safran et de poivrons, de cumin et de tomates. Samira est désormais aveugle.

Dans le quartier de Pissevin, c’est le silence.

Silence, comme à Illkirch où une femme vient d’être brûlée vive par son compagnon jaloux qui voulait la purifier.

Ce silence meurtrier est imposé par le politiquement correct.

Ce silence meurtrier NOUS est imposé parce que faire l’amalgame entre islam et pratiques coraniques de violence contre les femmes est un crime beaucoup plus grave que d’énucléer une épouse “intégrée, qui fait la bises aux clients du restaurant où elle est serveuse”.

Ce silence meurtrier NOUS est imposé parce que critiquer l’islam est qualifié de racisme, dans la France du XXIe siècle.

Ce silence meurtrier NOUS est imposé parce que lutter contre ceux qui transforment la femme en objet de plaisir ou de convoitise et en sujet de servitude pourrait être interprété comme une tentative de jeter l’opprobre sur une religion et relèverait potentiellement des tribunaux.

Ce silence meurtrier NOUS est imposé sur ce procès parce que les analystes politiques, dont la seule audace est de traverser la Seine pour se rendre au studio télé, ont décrété que 2002 avait hissé Le Pen au second tour et qu'il ne fallait pas recommencer cette fois-ci en montrant du doigt les pratiques inhumaines de certains groupes d’individus bénéficiant du non droit, comme on dit de certaines cités de banlieues qu’elles sont des “quartiers de non droit”. Le mari de Samira a arraché les yeux de sa femme à Nîmes, pas à Trappes.


Les barbares

Lâches, veules, couards, ces petits pantins, égocentrés dans leurs certitudes apprises, sont ceux-là mêmes qui guettent à plusieurs le Juif à la sortie de son école, quand ce n’est pas dans la cour de l’établissement.

Ce sont les mêmes, issus de la même idéologie, qui ne ressentent aucune culpabilité, pas l’once d’un remord après avoir torturé Ilan durant 3 semaines pour finalement l’égorger et le brûler. C’était en 2006.

Ce sont les mêmes qui, avec l’approbation tacite des journaux qui n’en pipent mot, énuclent, là aussi, et égorgent un jeune homme, Sébastien Selam. C'était en 2004.

Pourquoi se gêneraient-ils, du reste ? L’assassin de Sébastien est aujourd’hui libre. Il continue à rôder dans le quartier, autour de l'entourage terrorisé de sa victime.


Les autorités n’ont pas donné suite à la demande de la famille de la reloger. Pas un maire, pas un officier de police, pas un juge n’a ordonné la moindre protection. Toutes les demandes de relogement hors de portée de l'assassin ont échoué. Sébastien est mort. Son assassin est en vie. Il est libre. Il menace avec arrogance la famille de Sébastien. Nul officiel ne s'en offusque.

L’époux de Samira, lui, est devant ses juges. Quelle sera la sanction ? Samira a eu le courage d’aller jusqu’au bout de sa plainte.

Mais, pour une qui se bat, combien ne disent rien ? Pour une dont le combat est reconnu, combien vivent dans la terreur de l’autre coup, du poing qui viendra frapper, du couteau qui viendra égorger ?

Samira ne verra plus jamais, et l’on n’a même pas la maigre consolation de se dire qu’elle ne verra pas l’horreur que continueront à déclencher ces traditions meurtrières.

Car, même aveugle, elle reste femme, aux yeux de ces barbares…

Femme, donc coupable, forcément coupable, pour plagier l’expression désormais fameuse de l'apologiste sénile des infanticides ruraux*, en son temps coqueluche des mêmes médias qui se taisent actuellement

Le 24 mars à Paris, 14h, au départ de la place de la Republique, la Coordination Francaise Marche Mondiale des Femmes contre les Violences et la pauvreté défilera aussi pour elle.

Espérons qu’il y aura plus d’une dizaine de personnes et quelques journalistes !

Paul Lémand © Primo, le 19 février 2007

* Pierre Desproges, à propos de Marguerite Duras

http://www.primo-europe.org/selection.php?numdoc=Ed-538455372

UPDATE :

Citation :
Un mari arrache les yeux de son épouse parce qu'elle refusait de faire l'amour


Un homme qui a arraché les yeux de son épouse a été condamné hier par une cour d'assise française à 30 ans de prison.

Mohamed Hadfi, 31 ans, a arraché les yeux de sa femme Samira Bari (23 ans) dans leur appartement nîmois au mois de juillet 2003 après qu'elle ait refusé d'avoir des relations sexuelles avec lui.

Madame Bari, qui avait fait une demande de divorce avant son agression, est désormais aveugle. Après l'agression de sa future ex-femme, Hadfi est parti se réfugier en Allemagne, pensant qu'il échapperait à la justice française. Ce dernier a été arrêté peu de temps après l'agression par les autorités locales et envoyé en France où il a été accusé pour actes de barbaries et de tortures ayant entraîné une incapacité permanente.

Le procureur, en charge de l'affaire, a exigé que Hadfi - qu'il qualifie de "tortionnaire diabolique" - soit condamné à une peine exemplaire de 30 ans de prison dont 20 ans de sûreté.

Une fois sorti de prison, le condamné sera expulsé de France avec une interdiction d'entrée sur le territoire français. L'avocat de la défense Jean-Pierre Cabanes a exigé, lui, d'atténuer les circonstances: "C'est le résultat d'un mariage qui a été arrangé, d'une union non voulue", en se dirigeant vers son client dans le box des accusés et mettant en exergue les différences culturelles qui pouvait exister entre son client venant du Maroc méridional et sa jeune épouse qui avait grandi en France. M. Cabanes a prié le jury d'être clément, évoquant que l'action de son client "semblait provenir d'une maladie mentale".

http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_411842.html?wt.bron=hlnRPArtikels

(Via LV Idea )


Dernière édition par le Mer 21 Mar 2007, 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Mer 21 Mar 2007, 13:31

Bruxelles, première capitale musulmane d’Europe



http://fr.novopress.info/?p=7635

(via le salon beige Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: débat autour de l'islam/islamisme   Jeu 22 Mar 2007, 21:04

Citation :
Caricatures de Mahomet : Charlie Hebdo relaxé

lefigaro.fr (avec AFP). Publié le 22 mars 2007Actualisé le 22 mars 2007 : 13h58

Le tribunal correctionnel de Paris ne voit pas d’injure dans les caricatures publiées par l’hebdomadaire satirique.


Relaxé. Le directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val, qui était poursuivi pour «injures raciales» après la publication en 2006 de caricatures du prophète Mahomet, a été blanchi par le tribunal correctionnel de Paris, jeudi.


La 17e chambre du tribunal, présidée pour l'occasion par Jean-Claude Magendie, a suivi les réquisitions du parquet en estimant que les trois caricatures publiées en février 2006 par le journal satirique et mises en cause par la Grande mosquée de Paris et l'Union des organisations islamiques de France (UOIF) ne constituaient pas une injure vis-à-vis de la communauté musulmane, comme elles le soutenaient. L'UOIF a annoncé qu'elle allait faire appel.


Parmi les trois dessins incriminés figurent deux caricatures qui avaient été déjà éditées dans le journal danois Jyllands-Posten en septembre 2005 et avaient provoqué une flambée de violence anti-danoise dans le monde musulman. L'un représente Mahomet portant un turban représenté sous la forme d'une bombe dissimulant une mèche et un détonateur allumé s'apprêtant à exploser et l'autre, le prophète accueillant des kamikazes au paradis avec la légende «arrêtez, arrêtez, nous n'avons plus de vierges». Un autre est une œuvre de Cabu, dessinateur habituel du journal, représentant Mahomet se prenant la tête dans les mains et déclarant: «c'est dur d'être aimé par des cons». A la gauche du dessin, une légende précise: «Mahomet débordé par les intégristes».

http://www.lefigaro.fr/france/20070322.WWW000000349_caricatures_de_mahomet_charlie_hebdo_relaxe.html

Citation :
Les CRS priés d’éviter certaines banlieues ?

Charlotte Menegaux (lefigaro.fr) avec AFP et AP. Publié le 22 mars 2007Actualisé le 22 mars 2007 : 13h34

Selon des notes révélées par un syndicat de police, les CRS auraient reçu des consignes pour éviter certains quartiers avant la présidentielle. La direction générale de la police nationale dément.


En pleine période électorale, les CRS auraient reçu l’ordre d’éviter d’effectuer des contrôles dans des endroits sensibles de banlieue, selon le syndicat UNSA Police, classé à gauche et majoritaire chez les gardiens de la paix et les CRS. La radio RTL avait évoqué jeudi matin l’existence de deux notes émises par la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de l’Essonne et de la Seine-Saint-Denis, inscrivant noir sur blanc ce type de consigne aux policiers.


Interrogé par lefigaro.fr, le secrétaire général du syndicat, Joaquin Masanet, parle lui, de plusieurs notes : «Quatre notes du 7 et 20 mars demandent qu'aucun contrôle ne soit fait autour des gares SNCF du département de l’Essonne, ainsi que dans le secteur des Bosquets, rue Cézanne, Picasso et Pitriot notamment, en Seine-Saint-Denis». Et de raconter comment il a «récupéré ces documents que personne ne voulait nous montrer». Joaquin Masanet «ne comprend pas comment on peut empêcher les CRS de faire leur travail, d’assurer la sécurité des citoyens». «Il ne peut pas y avoir de zones de non-droit, surtout quand les violences physiques continuent à augmenter» tempête le syndicaliste.


«Eviter des chevauchements»


En fin de matinée jeudi, la direction générale de la police nationale (DGPN) a qualifié ces accusations de «totalement fausses». Selon elle, ces notes sont mises au point de manière hebdomadaire : «Chaque semaine, la cartographie de la délinquance est analysée localement et des réunions se tiennent pour décider des orientations à donner aux actions de sécurisation et de dissuasion», explique la DGPN dans son communiqué.


La direction centrale de la Sécurité publique (DCSP) précise quant à elle que des consignes peuvent être données à une unité de CRS de ne pas se rendre dans telle ou telle partie d'un quartier, si une autre y est déjà affectée. «Il s'agit seulement d'éviter des chevauchements», précise la DCSP.

http://www.lefigaro.fr/france/20070322.WWW000000337_les_crs_pries_deviter_certaines_banlieues_.html
Revenir en haut Aller en bas
 
débat autour de l'islam/islamisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 20Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 20  Suivant
 Sujets similaires
-
» Des musulmans veulent corriger l'islam
» Pourquoi y a t'il tant de messages anti-Islam sur l'Arche de Marie?
» L'ATHEISME, LE JUDAISME, LE CHRISTIANISME ET L'ISLAM
» groupe de rap "section d'assault" le meilleur de l'islam en musique
» Allan KARDEC et les religions: Le christianisme, l'islam, le bouddhisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Histoire, Philosophie et Spiritualité-
Sauter vers: