DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Alimentation, Jeûne et spirtualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Lun 15 Juin 2015, 22:56

Notre alimentation représente souvent la condition de notre esprit "nous sommes ce que nous mangeons".
Elle représente notre manque de compassion et l'expansion de notre ego.

"Que ton alimentation soit ta première médecine"
Hippocrate.

ALIMENTATION :

L'homme semble avoir une capacité d'adaptation ( en cas de nécessité ) vers le régime omnivore. Cependant son régime de prédilection serait plutôt frugivore / crudivore.
Attention c'est différent du végétalisme qui intègre la cuisson des aliments, ce qui entraine des carences ( la cuisson entraine une perte importante des nutriments ).

"La classification des formes, des fonctions organiques et des régimes a montré d’une façon évidente que la nourriture normale de l’humain est végétale comme celle des anthropoïdes et des singes, que nos canines sont moins développées que les leurs, et que nous ne sommes pas destinés à entrer en compétition avec les bêtes sauvages ou les animaux carnivores."Darwin

"La cruauté à l’égard des animaux n’est conciliable ni avec une véritable humanité instruite, ni avec une véritable érudition. C’est un des vices les plus caractéristiques d’un peuple ignoble et brutal. Aujourd’hui, pratiquement tous les peuples sont plus ou moins barbares envers les animaux. Il est faux et grotesque de souligner à chaque occasion leur apparent haut degré de civilisation, alors que chaque jour ils tolèrent avec indifférence les cruautés les plus infâmes perpétrées contre des millions de victimes sans défense." Von HUMBOLDT

"L’homme vint avant la hache et le feu, il ne pouvait donc pas être omnivore." "Le seul animal qui existe ayant une morphologie omnivore est l’ours, qui a quelques dents pointues et les autres plates."
HUXLEY Thomas

Si nous réfléchissons Dieu avait tout prévu pour notre survie mais par notre égo démesuré ( péché ) nous avons tout dénaturé et tout souillé. Ce mauvais comportement est la cause principale de nos maladies : pollution, alimentation non adaptée, surconsommation, stress ( travail intensif et surproductivité ).

Si nous respectons ce que Dieu veut par compassion nous ne tuerons pas d'animaux.
Nous n'exploiterons pas les animaux ( lait, œuf etc... ).
Nous ne mangerons pas de produit transformé.
Et le plus important nous devrons œuvrer uniquement à sa recherche.

Donc en conclusion principalement Fruit, légume et plante.
A bannir viande, laitage, graisse animal, œufs, mauvais sucre, sel, aliment transformé.

LE JEUNE ET L'AUTOLYSE :

Le médecine moderne combat les symptômes sans prendre en compte le terrain.
Mais le corps est une machine formidable qui c'est se régénérer quand il y a un disfonctionnement.

"Il est intéressant de noter que ce contrôle de l'autolyse s'étend également aux tissus malades, tels que tumeurs, dépôts, écoulements, etc. et qu'il n'est pas limité aux tissus normaux. Des enzymes intra-cellulaires qu'il possède, le corps est capable de digérer ses propres protéines, lipides et glucides (...) Le corps est capable de contrôler le processus d'auto-digestion, et il le limite strictement aux tissus non essentiels. Le corps est capable d'utiliser les produits terminaux de la désintégration autolytique de ses propres tissus pour nourrir ses parties les plus essentielles et les plus vitales."

"Au cours de ma popre expérience, j'ai vu de nombreux fibromes de l'utérus et du sein, des lipomes sur diverses parties du corps, des épithéliomes tout un groupe de myomes et d'autres tumeurs être autolysés et disparaître pendant un jeûne entrepris par le malade. J'ai vu des verrues disparaître en cours de jeûne et j'en ai vu d'autres sur lesquels le jeûne semblait n'avoir aucun effet. Je n'ai jamais vu un grain de beauté affecté par le jeûne. J'ai vu des kystes complètement dissous par le jeûne et d'autres réduits."

dans "Le jeûne" chapitre IV "Un menu pour les malades"

"Lorsqu'elle n'a pas de travail digestif à faire, la Nature emploie le loisir longuement désiré à des fins de nettoyage général. Les accumulations de tissus superflus sont examinées et analysées; les parties utilisables sont renvoyées au système nutritif, les déchets sont enlevés complètement et d'une façon permanentte."

" ...la perte rapide de poids durant les premiers quatre jours de jeûne, particulièrement chez les personnes grasses, est due à la tendance de la graisse à se dissoudre rapidement."

" ... La résolution dans la pneumonie est hâtée, le processus se produisant si rapidement qu'il serait souvent difficile d'y croire si on ne le voyait de ses propres yeux. Les tissus 'malades' sont détruits, les tumeurs, exsudats, effusions et dépôts sont absorbés pour être utilisés ou éliminés. Durant le jeûne, le corps utilise tout ce dont il peut se passer, afin de préserver l'intégrité des tissus essentiels. Les choses inutiles et moins essentielles sont sacrifiées en premier lieu."

Le rétablissement des organes et des tissus pendant le jeûne:

Nous avons vu précédemment, à propos des réserves du corps, sa capacité d'autolyser ses réserves et ses tissus les moins importants, sa capacité de transférer ses matériaux d'une partie du corps à une autre. Les tissus et les organes se rétablissent pendant un jeûne; et même qu'ils se réparent souvent plus rapidement que lorsq'on mange.

Le corps a un très grand stock de réserves nutritives destinées à être employées en cas de nécessité. et qui peuvent être utilisées dans ce cas avec une facilité plus grande et avec moins de dépense de la part du corps qu'avec la nourriture assurée par le laborieux processus de la digestion; en effet, il est moins coûteux pour l'organisme de fournir l'alimentation demandée sur ses réserves nutritives, plutôt que de l'élaborer par le mécanisme digestif à partir de matériaux bruts. Ces réserves sont disponibles pour la réparation des tissus.

Mes observations montrent que la pousse des cheveux est lente pendant un jeûne et que la barbe est beaucoup plus douce qu'à l'ordinaire, le corps sacrifiant les poils dans l'intérêt des structures plus importantes, bien que le jeûne arrête fréquemment la chute des cheveux."
Shelton

Dieu à également crée un corps qui peut se guérir de lui même ( quand la gravité n'a pas dépassée le point de non retour ).
C'est à la fois simple, naturel et logique ! Faire confiance a ce que Dieu nous a donné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 05:37

pour ce qui me concerne, j'ai adopté depuis près de 3 ans maintenant le végétarisme (je cuis mais bon... à vapeur douce la plupart du temps).

même pas de manque de fer (souvent l'argument pro viande alors qu'il semble que le fer héminique soit une des causes du cancer colorectal - cherchez l'erreur)
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 07:44

"Donc en conclusion principalement Fruit, légume et plante.
A bannir viande, laitage, graisse animal, œufs, mauvais sucre, sel, aliment transformé. "

le végétalisme est un danger dans l"équilibre du corps humain.
l'homme étant omnivore depuis des lustres, il est omnivore.

une alimentation saine et équilibrée est un pilier d'une vie saine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 07:49

informez vous Jean Luc, il y a des végétaliens en parfaite santé (et même des sportifs de haut niveau). la viande est à bannir (sauf quand on n'a pas le choix, on ne va demander à un esquimeau sur la banquise de manger des salades), le reste pas, ce sera une question de choix. je mange des oeufs et du fromage (mais je ne bois que peu de lait). le danger du végétalisme réside dans la vitamine B12, qu'il faut absolument prendre en complément .... donc, si c'est pour commencer à prendre des compléments alimentaires, autant au moins manger des oeufs (de préférence en ayant ses poules à la maison) ils en sont plein
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 08:12

Etre ou ne pas être végétarien ?



Il n'y a pas un régime végétarien mais des régimes végétariens :
Le régime végétarien avec apports de produits laitiers et d'oeufs (ovo-lacto-végétarien),
avec apports de produits laitiers uniquement (lacto-végétarien),
sans apport ni de lait ni d'oeufs (végétalien).
Seul ce dernier est vraiment très déséquilibré.

Les raisons de suivre un tel régime sont variées :
Idéal écologique, idéal de santé, idéal philosophique, idéal religieux (bouddhisme par exemple), etc.

Il a l'avantage de faire chuter les maladies cardio-vasculaires de par sa pauvreté en cholestérol, d'être riche en fibres et en glucides complexes.

Inversement sa pauvreté en protéine, en vitamine B12, en zinc, en vitamine D (qui se trouve dans le lait) et en fer peut causer de graves problèmes de santé, en particulier chez la femme enceinte et l'enfant où il sera de toutes façons éviter avant 2 ans.
En effet seul les produits animaux peuvent apporter certains acides aminés (tryptophane, lysine et méthionine) et l'apport calorique des protéines animales est nettement plus important, d'autant que la prise en quantité de crudités entraîne un effet de satiété par simple effet de volume dans l'estomac.
Le danger réside dans le fait que l'organisme va utiliser les protéines comme carburant au lieu de les utiliser pour la croissance et pour la réparation des tissus d'où amaigrissement, retard de cicatrisation, etc....
Il faut remplacer la viande par d'autres aliments également riches en protéines : les légumineuses (comprennent les fèves de toutes sortes : soja, pois chiches, lentilles, etc.).
La consommation de laits (et de ses dérivés) et d'oeufs peut pallier en partie ce manque de protéine (se limiter à 3 oeufs par semaine, le jaune d'oeuf étant l'aliment le plus riche qui soit en cholestérol).

La carence en vitamine B12 est presque systématique sans apport médicamenteux (ou de levure de bière) et entraîne une anémie, une atrophie des villosités intestinales et des signes neurologiques allant de simples fourmillements dans un membre à la démence.

L'apport en fer est insuffisant d'autant que le fer des végétaux est moins bien absorbé et nécessite plus de vitamine C, il faudra donc accompagner chaque repas de source de vitamine C (jus de fruit). Rappelons que la carence en fer se traduit par une anémie. La femme et l'enfant sont les plus exposés.

En conclusion, le régime végétarien ne s'improvise pas et son équilibre doit être étudié avec soin.
Il nécessite une supplémentation en vitamine B12, en vitamine D et souvent en fer, en particulier en cas de régime végétalien.
Il est à éviter chez l'enfant.
En cas de besoin accru de l'organisme (grossesse, maladie grave, intervention chirurgicale), tout régime végétarien peut devenir dangereux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 08:26

diversifiez vos sources d'informations. nos scientifiques "agréés" sont formattés par les influences des lobbys industriel et le politique veille à la sauvegarde des éleveurs de viande.

ce qui est vrai, c'est qu'il faut étudier le sujet avant de se lancer. les protéines ne manquent pas dans le régime végétarien (protéines complètes quand on associe céréales et légumineuses- tofu - oeufs - seitan).  les oeufs on peut en manger jusqu'à 5 par semaine et non 3 (n'oublions pas qu'on ne mange plus de charcuterie ni de viande, alors pour le cholesterol des oeufs on repassera). la B12, même les mangeurs de viande en manquent. et çà va s'aggraver avec les élevages aux 1000 vaches qui ne broutent plus l'herbe des pâtures. les animaux manquent de B12, c'est leur estomac qui la fabriquent grâce à la terre ingurgitée en même temps que l'herbe des pâtures.

pour la vitamine D, le lait comme source? c'est une source ridiculement faible, la meilleurs source c'est le soleil.

pour le fer, on en multiplie l'absorption par 5 en mangeant un fruit ou un légume contenant de la vitamine C lors du repas (des poivrons dans la salade, une vinaigrette avec du citron, etc... ) et non du jus, sinon l'humain paresseux qu'il est va ouvrir une boite de jus de fruit industriel. De plus, le corps en absorbe plus ou moins en fonction de ses besoins. s'il y en a tant que çà dans la viande, comment expliquer que bon nombre de femmes qui mangent de la viande au quotidien en manque? en trois ans sans viande, une période mensuelle assez abondante, je n'en manque pas.....

avant la guerre, quasi personne ne mangeait de la viande tous les jours. une fois par semaine, c'était déjà bien et certains quasi jamais. les américains sont arrivés nous sauver de la guerre et nous ont apporté le remède miracle pour développer nos forces : les produits laitiers et la viande. ils n'ont d'intérêt que pour rebooster rapidement un corps affamé. après quoi, il faut se remettre sur une route plus végétale ....ce n'est pas compliqué en fait, ce qui est compliqué c'est de renoncer à toutes les crasses que l'industrie nous fournit. et ne parlons pas des médecins qui n'ont aucune formation en nutrition, sauf à participer à quelques séminaires organiser par Dan...ne ou Nes...é, voire Co ..ola .... où ces gens font surtout de la propagande pour convaincre que leurs produits s'inscrivent parfaitement dans un régime équilibré.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 08:59

Les pro viandes misent sur ce mythes "des protéines".
L'apport en protéine ( acide aminé ) doit représenter simplement 5 pourcent de notre alimentation journalière, voir 10 pourcent pour les sportifs.
Un apport qui reste donc minime comparé à l'argumentation des pro viandes qui conseille souvent un apport bien trop élevé.

Le corps humain n'est pas conçu pour digérer de la viande et encore moins en trop grande quantité.
Sur un régime frugivore / crudivore / végétalien on constate qu'après un repas la digestion est extrêmement rapide. Elle n'entraine pas des lourdeurs et des somnolences pendants 3h à cause de la consommation de viande.

Pour la vitamine B12 Rebelle à effectivement raison, nous retrouvons des carences également chez les omnivores.

Pour la cuisson des aliments  ( fruit ou légume ) il faut plutôt opter pour une mi cuisson comme la vapeur et alterner avec le cru. On peut bien sûre manger cuit mais en général c'est manger uniquement trop cuit qui vient créer des carences par la perte de la qualité nutritive des produits.
Deuxième points toujours surveiller son apport calorique journalier.

Pour les fausses croyances envers les carences :



Dernière édition par dims le Mar 16 Juin 2015, 09:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:03

avant la guerre dans nos belles campagnes françaises on mangeait de la viande ,et en ville c'était un plat de riche.
actuellement même les produits bio sont contaminés certes moins mais il y a une présence non négligeable de chimie lourde.

sources formatées?

Plus végétariens que les végétariens, ça existe ! Il s'agit des fameux végétaliens ou végan. Leur philosophie est de ne manger aucun produit d'origine animale, qu'il s'agisse des oeufs, et même du lait. Mais comment concilier cette éthique alimentaire et un bon équilibre nutritionnelle ? Tour d'horizon…


Selon le derniers Baromètre nutrition santé, 4,1 % des Français ont un régime alimentaire particulier (sans parler des régimes médicaux). Ils sont majoritairement végétariens… ou végétaliens. Mais que cache cette branche du régime vert ?

Un choix très strict

Végétaliens végan extrême Vous connaissez les végétariens : ce sont tous ceux qui refusent de manger de la viande. Les raisons sont multiples, qu'il s'agisse d'éthique, de choix santé ou religieux, etc. Les végétaliens sont en quelque sorte des puristes : ils dénoncent l'exploitation des animaux d'élevage et sont donc opposés également à la consommation d'oeufs, de lait et de tous les produits laitiers : crème, fromages, yaourts… Le miel est également condamné par ce type de régime. Un choix très strict donc et difficile à manier au quotidien. Car si le végétalien est pointilleux, il devra exclure tous les dérivés animaux qui sont utilisés dans les plats tout-prêts et autres produits préparés : tous les gâteaux ou biscuits qui contiennent du lait et des oeufs, tous les additifs issus de produits animaux, etc. Le seul moyen est souvent de préparer soit même ses petits plats, pour contrôler la provenance des ingrédients. Ce qui demande une sacrée organisation…

Quels risques ?

Bien sûr, ce type de repas est difficilement conciliable avec l'équilibre nutritionnel. Dans le livre "La santé vient en mangeant", l'institut National de prévention et d'éducation santé (INPES) souligne : "Sachez que ce type de régime rend très difficile la satisfaction des besoins en acides aminés indispensables, en fer, en calcium et en certaines vitamines. Le suivi d'un régime végétalien à long terme fait courir des risques pour la santé, notamment pour les enfants". Les risques de carences en vitamines et minéraux, ainsi qu'en acides aminés essentiels (les composants des protéines) sont donc importants. Il faut donc privilégier les protéines végétales (le fameux soja par exemple) et ne pas hésiter à se supplémenter en vitamine B12 et D, calcium et fer. Dans tous les cas, il est conseillé de demander conseil à un nutritionniste ou une diététicienne pour éviter la fatigue et ne pas se mettre en danger.

Végan, contre l'exploitation animale

Les végan sont des végétaliens qui ont étendu leur philosophie à tous les aspects de leur vie. En clair, il s'agit de ne pas exploiter les animaux pour quoi que ce soit. Ils refusent, par exemple, d'acheter les cosmétiques qui contiennent des produits animaux, mais également tous ceux qui sont testés sur animaux. Idem pour les produits d'entretiens, ils évitent au maximum ceux testé sur les animaux ou qui contiennent des dérivés (la fameuse cire d'abeille par exemple !). Mais cela concerne aussi le secteur vestimentaire : pas de laine ou de soie, uniquement des fibres et tissus d'origine végétale. La fourrure est bien sûr exclue, mais également le cuir. Inutile de dire qu'il s'agit plus souvent d'un idéal que d'une réalité, car difficile dans notre société d'éviter tous ces produits.

Ne pas se tromper

Si certains végétaliens justifient leur choix par des valeurs éthiques (entre autre les conditions d'élevage ), d'autres avancent des théories plus critiquables. Ainsi, nombre d'entre eux affirment, sans preuve scientifique, que le lait est responsable de nombreuses maladies, cancer en tête… Un argument fallacieux et dangereux, car jusqu'à présent les apports laitiers ont montré qu'ils étaient essentiels pour les os mais aussi la contraction musculaire ou la coagulation et constituaient une véritable source d'énergie pour l'organisme.

Le régime végétarien, s'il est bien équilibré, n'est pas mauvais pour la santé. Mais varier ses apports alimentaires reste le meilleur moyen d'éviter les carences… Végétarien, végétalien ou mangeur traditionnel, l'important est de ne pas vivre son alimentation comme une contrainte, mais comme un plaisir !

A table, faites le singe !

Nos cousins les singes ont des leçons à nous donner en matière d'alimentation ! En effet, consommer un régime alimentaire proche de celui des gorilles et autres macaques nous permettrait de garder la santé : c'est la conclusion de chercheurs canadiens. Ces derniers ont soumis 46 personnes souffrant d'un excès de cholestérol soit à un régime alimentaire inspiré des habitudes simiesques, soit à la diète habituellement préconisée contre les mauvaises graisses ou enfin ont juste pris un médicament hypolipémiant. Ceux qui devaient manger comme des singes ont eu droit à du tofu, de la ratatouille d'aubergines, des oignons, des piments doux, de l'orge et de nombreux autres légumes. Ce régime végétarien a permis, au bout de seulement 4 semaines, de réduire de 30 % le taux de mauvais cholestérol. C'était aussi bien que le médicament (moins 31 %) et nettement mieux que la diète classique (moins 8 %). Cet effet serait notamment lié aux nombreux phytostérols contenus dans les fruits et légumes. Pour les chercheurs, on pourrait ainsi remplacer les médicaments contre le cholestérol par ce régime de la jungle. Difficile dans les faits d'opter pour les plats nets des singes… Mais cette étude souligne néanmoins l'importance de bonnes habitudes alimentaires dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires. Alors que vous ayez trop de cholestérol ou non, une seule règle : au moins cinq fruits et légumes par jour !

Sources :

JAMA. Juillet 2003 ; vol. 290 : p. 502-10.


le seul hic:pas de lait. sauf celui qui vient directement de la ferme.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:09

bonjour les fruits et lègumes,bonjour les métaux lourds:

http://www.consoglobe.com/pesticides-fruits-legumes-pollues-3076-cg
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:15

manger équilibrer c'est plus simple,du tout dans de bonne proportion;et ne pas oublier:

la faim dans le monde.



795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9.


La grande majorité des personnes souffrant de la faim vivent dans des pays en développement où 13,5% de la population est sous-alimentée.


La majorité des personnes sous-alimentées vivent en Asie: 526 millions


Si les agricultrices avaient le même accès aux ressources que les hommes, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde pourrait diminuer de 150 millions.


La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d'enfants de moins de 5 ans chaque année, soit près de la moitié (45%) des causes de décès.


Un enfant sur six, soit 100 millions d’enfants, souffre d’insuffisance pondérale dans les pays en développement.


Un enfant sur quatre souffre de retards de croissance. Dans les pays en développement, ce chiffre peut atteindre un enfant sur trois.


80% des enfants touchés par des retards de croissance dans le monde vivent dans 20 pays.


Dans le monde en développement, 66 millions d’enfants en âge d'aller à l'école y vont le ventre vide, dont 23 millions rien qu’en Afrique.


Selon les estimations du PAM, il faudrait 3,2 milliards de dollars US par an pour nourrir les 66 millions d’enfants en âge d'aller à l'école qui ont faim.

Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:19

coté eau:

850 millions

C’est le nombre de personnes dans le monde qui n’ont pas encore accès à une eau potable de qualité. Ils sont 314 millions sur le territoire africain. Le 28 juillet 2010, l’assemblée générale de l’ONU a pourtant reconnu l’accès à l’eau potable et à l’assainissement comme un droit humain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:29

justement Jean Luc, devenir végétarien, c'est aussi s'occuper de la faim dans le monde. Savez-vous que pour nos élevages d'animaux on squattent les terres cultivables dans les pays pauvres? et on prend leur eau aussi.....
je vous conseille la lecture de "plaidoyer pour les animaux" de Mathieu Ricard - il l'explique très bien. non pas pour vous convertir, car chacun sa route bien sûr. Mais savoir çà fait réfléchir. des gens crèvent de faim à cause de nous.
pour les pesticides dans les légumes, n'oubliez pas la "merd..." qu'on donne à manger aux animaux et qui se retrouvent dans leur graisse... qu'on savoure avec délectation en faisant griller des saucisse et du lard sur les BBQ.....
les légumes contiennent à la fois le poison et le remède (fibres et antioxydant). de plus, la cuisson à la vapeur douce élimine une grande partie des crasses qu'ils contiennent. surtout donc ne pas utiliser cette eau de cuisson.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:31

Pourquoi vos aïeux n’avaient pas d’allergies alimentaires… mais vous oui -

Est-ce-que vos grands-parents avaient des allergies avec l’alimentation ? Les miens non. Une comparaison de l’épidémie croissante des allergies alimentaires, s’aggravant à chaque génération.

Alors, pourquoi vos grands-parents n’avaient pas d’allergies alimentaires? C’est vraiment très simple…

1) Ils ne faisaient pas de régime, et ne jouaient pas à des jeux restrictifs avec leur corps et leur métabolisme. Ils mangeaient de la nourriture lorsque la nourriture était disponible.

Nos grands-parents n’étaient pas victimes de régimes à la mode, du marketing alimentaire, du calcul des calories, et d’autres habitudes alimentaires néfastes qui sont populaires aujourd’hui (en partie parce que l’infrastructure de commercialisation n’existait pas encore). En raison de cela, ils avaient un métabolisme sain, et mangeaient selon les besoins et les envies de leur corps.

2) Ils mangeaient des aliments entiers et de saison.

La nourriture provenaient de fermes et de petits marchés dans les années 1900, et parce que les conservateurs alimentaires n’étaient pas encore largement utilisés, la nourriture était fraiche. En raison de l’absence de produits alimentaires transformés, leur régime étaient riche en nutriments leur permettant d’obtenir la nutrition dont ils ont besoin de par leur alimentation.

Pour les bébés, le lait maternel a été précieux et il était toujours de saison.

3) Ils faisaient cuire leurs aliments à la maison, en utilisant des méthodes traditionnelles de préparation à partir de rien.

L’achat d’aliments transformés n’était pas une option, et manger à l’extérieur était un luxe rare. Heureusement pour nos grands-parents ces habitudes ont réellement amélioré leur santé.

4) Ils ne consommaient pas d’OGM, d’additifs alimentaires, de stabilisants et d’épaississants.

La nourriture n’était pas encore traitées avec des additifs, des antibiotiques et des hormones pour aider à préserver la durée de vie et le remplir les poches des producteurs de denrées alimentaires dans le début des années 1900 au détriment de la santé du consommateur.

5) Ils mangeaient l’animal en entier qui incluait les bouillons d’os et les abats riches en minéraux.

Les os d’animaux étaient gardés ou achetés pour faire des bouillons et des soupes, et les abats avaient toujours une place spéciale à la table du dîner. Ces aliments étaient estimés pour leurs propriétés médicinales, et n’étaient jamais jetés.

6) Ils passaient beaucoup de temps à l’extérieur.

Nos grands-parents n’avaient pas le choix de rester à l’intérieur et de jouer sur leurs téléphones, leurs ordinateurs et leurs consoles de jeu. Ils jouaient sur la station de jeu originale: les vélos, les balançoires et la bonne vieille mère nature!

7) Ils n’allaient pas chez le médecin quand ils se sentaient malades et ne prennaient pas de médicaments sur ordonnance. Les visites chez le médecin étaient réservées pour des blessures accidentelles et les maladies potentiellement mortelles.

Quand ils avaient de la fièvre, ils attendaient que ça passe. Quand ils se sentaient malades, ils mangeaient des soupes, des bouillons et se reposaient beaucoup. Ils n’appelaient pas leur médecin ou une infirmière, et faisaient confiance dans le processus naturel de guérison du corps beaucoup plus que nous le faisons aujourd’hui. Leur nourriture était leur médicament, qu’ils l’aient réalisé ou non.

Et qu’est-ce que ces choses ont à faire avec les allergies alimentaires?

La nutrition affecte chaque cellule de notre corps. La santé de nos cellules dépend de l’alimentation et du mode de vie. Les cellules créent les tissus, les tissus créent les organes, et nous sommes constitués d’un système d’organes. Si votre alimentation est inadéquate, l’intégrité de chaque cellule, tissu et organe de votre corps en souffrira, ainsi vous pourriez être PLUS sensibles à certains aliments.

http://sain-et-naturel.com/aieux-navaient-d-allergies-alimentaires.html

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:44

je précise que le végétarisme n'est pas un régime à la mode, c'est un mode de vie qui concerne la majorité des habitants de la planète. et nos grands parents mangeaient peu de viande mais c'est vrai qu'elle était plus saine que celle d'aujourd'hui.

à l'heure actuelle, la question ne se pose pas en terme de "mode", mais bien en terme de sauvegarde de la planète et de ses habitants. tout le monde se demande comment nourrir toute la planète? ben justement, en réduisant la consommation de viande. on ne peut pas nourrir dix milliards d'habitants selon notre mode de vie qui repose sur l'avidité et non les besoins çà c'est sûr....
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:46

Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:55

rebelle a écrit:
je précise que le végétarisme n'est pas un régime à la mode, c'est un mode de vie qui concerne la majorité des habitants de la planète. et nos grands parents mangeaient peu de viande mais c'est vrai qu'elle était plus saine que celle d'aujourd'hui.

à l'heure actuelle, la question ne se pose pas en terme de "mode", mais bien en terme de sauvegarde de la planète et de ses habitants. tout le monde se demande comment nourrir toute la planète? ben justement, en réduisant la consommation de viande. on ne peut pas nourrir dix milliards d'habitants selon notre mode de vie qui repose sur l'avidité et non les besoins çà c'est sûr....

d'abord combattre l'avidité,le profit et le dieu pognon
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 09:58

"ne pas manger les œufs de poule,c'est du gâchis"
"cela n’arrêtera pas la poule de pondre"

réflexion d'un paysan de ma campagne
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 10:20

pour combattre le dieu pognon, faut "déconsommer" ou consommer mieux..... abandonner certains mode de fonctionnement et en créer ou recréer d'autres plus éthiques.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 10:26

rebelle a écrit:
pour combattre le dieu pognon, faut "déconsommer" ou consommer mieux..... abandonner certains mode de fonctionnement et en créer ou recréer d'autres plus éthiques.

Thumright thumleft tu as raison.
rétablir l'équilibre,l'harmonie
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 10:41

Je dirais plutôt que c'est notre alimentation occidentale qui est un phénomène nouveau.
Phénomène de dégénérescence physique qui entraine systématiquement une dégénérescence spirituelle. Ils sont dépendants l'un de l'autre ! Nous mangeons trop et nous mangeons mal.

L'augmentation fulgurante du cancer est le signe d'une vie inadaptée face à la nature et donc face à Dieu.  
La viande principalement mise en cause dans les cancers. Et sa cuisson la rend encore plus cancérigène.  

Si l'on mange cru et varié ( fruit, légume, légumineuse, plante et bio) et à sa faim, il n y a aucun risque de carence. Beaucoup de sportif de haut niveau on adapté ce régime et se porte très bien voir mieux.
Comme je le dis ce qui serait dangereux serait de ne pas manger à sa faim et de cuire systématiquement les aliments.

D'ailleurs les occidentaux sont formatés et ne peuvent pas sautés un repas. Ne pas manger de viande est bénéfique et jeuner les également.
Le corps à cette capacité de pouvoir se régénérer en cas de privation. L'homme à cette capacité pour se maintenir en vie en cas de disette.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 10:55

Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:14



Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:15

il faut tenir compte que la morphologie des dents a changé avec le temps,l'humain s'est adapté depuis des millénaires.

si manger cru semble être recommandé(Dr Seignalet) il y a néanmoins des problèmes de manque d'enzymes pancréatiques je ne parle pas des germes et parasites qui sont présents dans notre alimentations.
http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/securite/15465-manger-cru.htm

notre physiologie s'adapte aux modifications de notre environnement.
changer trop brutalement cet environnement et c'est la porte ouverte à de gros problèmes.

l'augmentation des cancers n'est pas liée qu'au problème alimentaire;il ne faut pas oublier:
-les polluants de l'air avec les cigarettes...
-les polluants de l'eau avec les métaux lourds
-les polluants de l'alimentation avec métaux lourds,pesticides,engrais....
-les polluants électro-magnétiques avec les ondes,la Wifi......
-les polluants de l'"esprit" avec tout stress.

cela fait beaucoup trop,n'est ce pas?
mettre sur la viande tous les cancers c'est trés léger.

il est prouvé que si vous êtes porteur d'un certain gène vous avez beaucoup de risque de cancer colo-rectal favorisé par la viande.

quand aux sportif de haut niveaux, ils peuvent tout se payer en ultra bio mais comme par hasard ils ne durent pas trés longtemps sauf certains au haut niveau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:16

j'ai vu le film "gros malade et presque mort". j'ai regardé hier le numéro 2.... il y a une suite, dispo sur netflix
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:24

Jean-Luc56 a écrit:
il est prouvé que si vous êtes porteur d'un certain gène vous avez beaucoup de risque de cancer colo-rectal favorisé par la viande.

et l'inverse aussi, il y a une carence en je ne sais plus quoi quand on ne mange pas de viande.
C'était le cas de mon mari lorsque l'on s'est mariés. Pour des problèmes colo-rectaux, il a dû subir une coloscopie et le gastrologue lui a juste prescrit de manger au moins de la viande blanche. Depuis, il n'a plus de problème.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:29

Oui bien sure la pollution, le mode de vie, l'environnement sont un tout qui favorise le cancer.
Mais tout cela montre simplement que notre comportement est inadapté face à nos besoins réels et à notre but réel sur terre.

La consommation de viande est l'une des conséquences d'un mode de vie inadapté. Nous ne sommes pas si loin du cannibalisme.

De plus l'homme sans matériel ne peut pas consommer de viande. Si nous consommons de la viande c'est parce que nous avons donnez les pleins pouvoirs à l'ego ( à son expansion ), nous avons voulu toujours plus et toujours mieux.
Ce qui à donné le résultat d'un déséquilibre, d'une auto destruction. Finalement l'homme agit un peu comme une cellule cancéreuse.

Notre mode de vie est fait pour être extrêmement simple et naturel. Mais tout est tellement dénaturé que le chemin inverse semble impossible.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:35

"De solides données scientifiques indiquent qu'une consommation excessive de viande rouge, comme le bœuf, le porc et le mouton (la volaille - poulet et dinde - n'est pas de la viande rouge) et de viande préparée augmente le risque de cancer du côlon. Le terme « viande préparée », fait référence à de la viande qui a été traitée (fumée, salée) ou à laquelle des conservateurs ont été ajoutés, par exemple le jambon, le bacon, le salami, le saucisson, etc. Diverses études suggèrent également l'existence d'un lien entre la consommation excessive de viande rouge et l'augmentation des cancers de l'œsophage, du poumon, du pancréas et de l'endomètre (utérus). De même, la consommation de viandes préparées serait liée à une augmentation du risque de cancer de l'œsophage, du poumon, de l'estomac et de la prostate. Enfin, les aliments grillés et fumés d'origine animale pourraient favoriser le développement du cancer de l'estomac, même si les données à cet égard sont limitées. Une consommation raisonnable de viande rouge ne devrait pas dépasser 500g par semaine, que ce soit par le biais du plat de résistance ou de garniture de sandwich. Le degré et le mode de cuisson pourraient également accentuer les effets négatifs de la viande rouge sur la santé. Par précaution, il est conseillé de ne pas manger trop souvent de viande cuite au barbecue (maximum 1 fois par semaine) et, de manière générale, trop cuite."

http://www.cancer.be/viande-et-cancers
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:37

rebelle a écrit:
j'ai vu le film "gros malade et presque mort". j'ai regardé hier le numéro 2.... il y a une suite, dispo sur netflix

Je ne l'ai pas encore vu j'irais regarder merci.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:43

Jean luc,

Manger cru uniquement les fruits, légumes et plantes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:45

c'est clair que manger des lentilles pois chiches et autres céréales non cuites.... çà le fait pas.

quant à la viande, seuls les carnivores (qui mangent leur viande crue) ont la capacité à la digérer sans tomber malade. ce n'est pas notre cas, la viande peut nous être mortelle en étant crue.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:57

en reprenant l'article de dims:

De solides données scientifiques indiquent qu'une consommation excessive de viande rouge, comme le bœuf, le porc et le mouton (la volaille - poulet et dinde - n'est pas de la viande rouge) et de viande préparée augmente le risque de cancer du côlon. Le terme « viande préparée », fait référence à de la viande qui a été traitée (fumée, salée) ou à laquelle des conservateurs ont été ajoutés, par exemple le jambon, le bacon, le salami, le saucisson, etc.

Diverses études suggèrent également l'existence d'un lien entre la consommation excessive de viande rouge et l'augmentation des cancers de l'œsophage, du poumon, du pancréas et de l'endomètre (utérus). De même, la consommation de viandes préparées serait liée à une augmentation du risque de cancer de l'œsophage, du poumon, de l'estomac et de la prostate.

- See more at: http://www.cancer.be/viande-et-cancers#sthash.QCxSUtt0.dpuf

il y a notion d’excès!!

""Remplacez régulièrement la viande par du poisson ou des produits végétariens, aussi bien en plat principal qu’en garniture sur le pain. - See more at: http://www.cancer.be/viande-et-cancers#sthash.QCxSUtt0.dpuf""

par ici pesticides,engrais,mercure et autre métaux lourds

et enfin l'hérédité:

""http://www.cancer.be/facteurs-de-risque-h%C3%A9r%C3%A9ditaires
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 11:58

le régime cru tout est cru,poisson et viande comprises study
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:03

attention aux produits végétariens industriels (genre imitations de poulets avec des nuggets végé - burger de légumes et autres) car l'industrie a bien compris le virage que prennent certains consommateurs et proposent déjà des produits végé bourrés de mauvaises graisses et d'amidons modifiés. si on remplace la viande par ces produits, c'est claire qu'ils pourront faire des études sur la nocivité du végétarisme.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:05

Les carnivores et mêmes les omnivores ont un intestin beaucoup plus réduit que le notre.

Physiologiquement nous ne sommes pas conçus pour digérer de la viande et même cuite.
Le corps fait un long travail de digestion pour cela et nous saturons le système digestif.

Alors que les fruits et légumes sont très vites assimilés. D'ailleurs il est simple de le constater après un repas frugivore par exemple que le corps ne tombent pas dans cette torpeur.



Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:07

jean-luc56 a écrit:
le régime cru tout est cru,poisson et viande comprises study

C'est pour cela que je précise crudivore / frugivore.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:10

rebelle a écrit:
attention aux produits végétariens industriels (genre imitations de poulets avec des nuggets végé - burger de légumes et autres) car l'industrie a bien compris le virage que prennent certains consommateurs et proposent déjà des produits végé bourrés de mauvaises graisses et d'amidons modifiés. si on remplace la viande par ces produits, c'est claire qu'ils pourront faire des études sur la nocivité du végétarisme.

C'est le même genre que les steaks de soja ou tofu.
Pour faire simple éviter les produits transformés.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:27

dims a écrit:
Les carnivores et mêmes les omnivores ont un intestin beaucoup plus réduit que le notre.

Physiologiquement nous ne sommes pas conçus pour digérer de la viande et même cuite.
Le corps fait un long travail de digestion pour cela et nous saturons le système digestif.

Alors que les fruits et légumes sont très vites assimilés. D'ailleurs il est simple de le constater après un repas frugivore par exemple que le corps ne tombent pas dans cette torpeur.




c'est l’excès de viande rouge qui n'est pas digéré;notre organisme est conçu pour digérer la viande mais pas en excès.

"Choisir une viande de qualité que vous mangerez en moins grande quantité.

Concernant la qualité : choisissez une viande sans hormones, d’origine locale (moins de transport donc mois de bactéries putréfactrices et d’acide urique) et d’origine biologique (vous vous en souvenez, en mangeant un morceau de viande on mange également les déchets de cet animal : il vaut mieux prioriser la viande d’un animal qui n’a pas été nourri avec des aliments toxiques et/ou malade par le manque d’espace et de vie dans des conditions intensives de production).

Et en termes de quantité : tenez-vous en à une consommation, grand maximum, de 2 à 3 fois par semaine. Et jamais deux fois de suite le même jour ! Sinon votre organisme sera surchargé et les toxines ainsi que l’acide urique ingéré seront stockés pour des dommages sur votre santé à court et à long terme.

Vous pouvez vous aider du principe des « associations alimentaires » pour mieux digérer la viande et rapidement l’éliminer. Les viandes sont des « protéines fortes » qui au moment de la digestion, ne se combinent pas avec des « farineux forts » (pâtes, pain, riz) ni avec des fruits. Si vous mangez de la viande, accompagnez-la toujours de légumes pour mieux la digérer.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:34

Jean luc,

L'hérédité est également la répercution du mauvais mode de vie de nos générations antérieurs.
Certaines personnes ont une génétique plus à risque, cependant le développement du cancer sera également stimulé par un mode de vie toujours inadapté.

La génétique seule ne peut pas être prise en compte, ce n'est pas la génétique seule qui est mise en cause mais l'accumulation de plusieurs facteurs cancérigènes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:43

et l'influence de l'esprit sur le corps.... aller dire à quelqu'un avec grande autorité qu'il va mourir bientô, sur un air de "condamnation" et il risque au moins de tomber très malade.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:50

jean-luc56 a écrit:
dims a écrit:
Les carnivores et mêmes les omnivores ont un intestin beaucoup plus réduit que le notre.

Physiologiquement nous ne sommes pas conçus pour digérer de la viande et même cuite.
Le corps fait un long travail de digestion pour cela et nous saturons le système digestif.

Alors que les fruits et légumes sont très vites assimilés. D'ailleurs il est simple de le constater après un repas frugivore par exemple que le corps ne tombent pas dans cette torpeur.




c'est l’excès de viande rouge qui n'est pas digéré;notre organisme est conçu pour digérer la viande mais pas en excès.

"Choisir une viande de qualité que vous mangerez en moins grande quantité.

Concernant la qualité : choisissez une viande sans hormones, d’origine locale (moins de transport donc mois de bactéries putréfactrices et d’acide urique) et d’origine biologique (vous vous en souvenez, en mangeant un morceau de viande on mange également les déchets de cet animal : il vaut mieux prioriser la viande d’un animal qui n’a pas été nourri avec des aliments toxiques et/ou malade par le manque d’espace et de vie dans des conditions intensives de production).

Et en termes de quantité : tenez-vous en à une consommation, grand maximum, de 2 à 3 fois par semaine. Et jamais deux fois de suite le même jour ! Sinon votre organisme sera surchargé et les toxines ainsi que l’acide urique ingéré seront stockés pour des dommages sur votre santé à court et à long terme.

Vous pouvez vous aider du principe des « associations alimentaires » pour mieux digérer la viande et rapidement l’éliminer. Les viandes sont des « protéines fortes » qui au moment de la digestion, ne se combinent pas avec des « farineux forts » (pâtes, pain, riz) ni avec des fruits. Si vous mangez de la viande, accompagnez-la toujours de légumes pour mieux la digérer.

L'homme peut s'adapter à un régime omnivore en cas de nécessité mais ce n'est pas son besoin primaire.
Il est évidant qu'il a une capacité d'adaptation en cas de disette ou de survie ( capacité provisoire et limitée ), cependant cela ne prouve en rien que l'homme soit omnivore.

Il est très simple de le démontrer l'homme n'a pas été crée avec un corps de chasseur.
Si vous vous trouvez en foret tropicale sans aucune arme et aucun moyen de cuisson qu'elle alimentation allez vous favoriser ?
Ce qui est déjà prêt à l'emploi et à la consommation !

Un animal n'est pas prêt à l'emploi et à la consommation ! D'ailleurs l'homme n'a pas l'instinct de chasseur et cette excitation face au sang alors que les carnivore et omnivore oui. Au contraire cela le répugne et le dégoute car l'homme est doué de compassion.
L'homme à toute les caractéristiques physiques d'un frugivore.

Un carnivore mange la peau et la chair sans être malade. Pour nous c'est impossible !
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:52

rebelle a écrit:
et l'influence de l'esprit sur le corps.... aller dire à quelqu'un avec grande autorité qu'il va mourir bientô, sur un air de "condamnation" et il risque au moins de tomber très malade.

Oui effectivement on connaît l'effet placebo mais il y a aussi l'effet nocebo .
Revenir en haut Aller en bas
Denys



Masculin Messages : 577
Inscription : 15/03/2015

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 12:54

Il faut savoir se faire plaisir. Le jeûne c'est bien, mais le plus important est de ne pas mélanger les lipides et les glucides. Voici une toute petite vidéo(2 min) où deux spécialistes font l'expérience d'une alimentation bien équilibrée. On est loin de l'extremisme de dims.
https://www.youtube.com/watch?v=lp6L76VoiH8
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:01

Il n y a rien d'extrême à agir par compassion Denys, au contraire cela nous est salutaire.
Revenir en haut Aller en bas
Denys



Masculin Messages : 577
Inscription : 15/03/2015

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:10

Tout est dans la mesure, les deux spécialistes le montrent bien dans la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:12

je ne perçois pas d'extrémisme chez DIMS pour ce qui concerne l'alimentaire. simplement des "informations" partagées. après, chacun en fait ce qu'il veut.

Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:39

dims a écrit:
jean-luc56 a écrit:
dims a écrit:
Les carnivores et mêmes les omnivores ont un intestin beaucoup plus réduit que le notre.

Physiologiquement nous ne sommes pas conçus pour digérer de la viande et même cuite.
Le corps fait un long travail de digestion pour cela et nous saturons le système digestif.

Alors que les fruits et légumes sont très vites assimilés. D'ailleurs il est simple de le constater après un repas frugivore par exemple que le corps ne tombent pas dans cette torpeur.




c'est l’excès de viande rouge qui n'est pas digéré;notre organisme est conçu pour digérer la viande mais pas en excès.

"Choisir une viande de qualité que vous mangerez en moins grande quantité.

Concernant la qualité : choisissez une viande sans hormones, d’origine locale (moins de transport donc mois de bactéries putréfactrices et d’acide urique) et d’origine biologique (vous vous en souvenez, en mangeant un morceau de viande on mange également les déchets de cet animal : il vaut mieux prioriser la viande d’un animal qui n’a pas été nourri avec des aliments toxiques et/ou malade par le manque d’espace et de vie dans des conditions intensives de production).

Et en termes de quantité : tenez-vous en à une consommation, grand maximum, de 2 à 3 fois par semaine. Et jamais deux fois de suite le même jour ! Sinon votre organisme sera surchargé et les toxines ainsi que l’acide urique ingéré seront stockés pour des dommages sur votre santé à court et à long terme.

Vous pouvez vous aider du principe des « associations alimentaires » pour mieux digérer la viande et rapidement l’éliminer. Les viandes sont des « protéines fortes » qui au moment de la digestion, ne se combinent pas avec des « farineux forts » (pâtes, pain, riz) ni avec des fruits. Si vous mangez de la viande, accompagnez-la toujours de légumes pour mieux la digérer.

L'homme peut s'adapter à un régime omnivore en cas de nécessité mais ce n'est pas son besoin primaire.
Il est évidant qu'il a une capacité d'adaptation en cas de disette ou de survie ( capacité provisoire et limitée ), cependant cela ne prouve en rien que l'homme soit omnivore.

Il est très simple de le démontrer l'homme n'a pas été crée avec un corps de chasseur.
Si vous vous trouvez en foret tropicale sans aucune arme et aucun moyen de cuisson qu'elle alimentation allez vous favoriser ?
Ce qui est déjà prêt à l'emploi et à la consommation !

Un animal n'est pas prêt à l'emploi et à la consommation ! D'ailleurs l'homme n'a pas l'instinct de chasseur et cette excitation face au sang alors que les carnivore et omnivore oui. Au contraire cela le répugne et le dégoute car l'homme est doué de compassion.
L'homme à toute les caractéristiques physiques d'un frugivore.

Un carnivore mange la peau et la chair sans être malade. Pour nous c'est impossible !


revoyez votre jugement sur l'homme et la viande car nos ancêtres en mangeaient:

Que mangeaient nos ancêtres ?

Premier constat : les produits de la cueillette y abondent : fruits, légumes, plantes sauvages, baies, noix, rhizomes fournissent jusqu’à 70% de la base de subsistance. Les végétaux sont consommés peu après leur cueillette, sans transformation. Les plantes d’alors sont plus riches en protéines que les céréales modernes, et surtout plus généreuses en vitamines, minéraux et composés phytochimiques. Sur la base d’un apport énergétique quotidien de 3 000 calories (kcal), Eaton estime que nos ancêtres du Paléolithique supérieur recevaient 3 à 10 fois plus de vitamines que nous. Pour la vitamine C, que l’homme est l’un des rares êtres vivants à ne plus synthétiser, Boyd Eaton estime que Cro-Magnon en recevait 600 mg par jour, soit 6 fois les apports actuels conseillés. L’alimentation paléolithique apporte aussi significativement plus de calcium (jusqu’à 2 fois les doses recommandées) et surtout de potassium : 10 g au lieu des 2,5 g actuel. Comme le sel est une denrée rare, le ratio sodium/potassium, un marqueur du risque d’hypertension, est au moins 30 fois plus bas qu’aujourd’hui !

A côté des produits de la cueillette, la viande occupe une place importante, indique Marylène Patou-Mathis, chargée de recherche à l’Institut de Paléontologie Humaine (Paris). A partir du dosage des isotopes du carbone et de l’azote dans les ossements retrouvés, mais aussi de l’analyse des stries dentaires par microscope à balayage électronique, se dégage l’image d’ancêtres carnivores, même si la plupart des travaux portent sur les Néanderthaliens, branche cousine de nos Sapiens Sapiens. « Les Néanderthaliens ont un régime de type loup, dit-elle. Mais les Sapiens Sapiens sont aussi très carnivores. » La chasse, mais aussi le charognage des gros animaux fournissent des muscles et surtout des abats, très recherchés pour leur haute densité nutritionnelle. Au total, Boyd Eaton estime que les hommes du paléolithique se procuraient 30% de leurs calories sous la forme de protéines, soit deux fois les apports actuellement conseillés pour la population française.

Mais la viande du Paléolithique n’est pas celle de votre boucher. « Les animaux sauvages qui se nourrissent de plantes sauvages donnent une viande maigre, dont le contenu en graisses ne dépasse pas 4%, au lieu de 25% aujourd’hui» dit le Dr Artemis Simopoulos (Washington, DC). Boyd Eaton en déduit que l’alimentation paléolithique était relativement pauvre en matières grasses : 22% des calories, soit 8% de moins que les apports conseillés. Mais ce niveau a probablement fluctué selon les époques (froides ou chaudes) et les zones géographiques. La fracturation des os longs signe en effet la recherche de moëlle, source de graisse. Marylène Patou-Mathis relève que des femelles ont été chassées, vraisemblablement pour leur viande plus grasse. « A certaines périodes, les Préhistoriques consomment des femelles gravides, pour leur placenta et leur fœtus. De très jeunes animaux sont abattus, là encore pour la richesse en graisses. » Ces graisses réalisent un équilibre quasi-idéal entre les deux familles d’acides gras essentiels, Oméga 3 et Oméga 6. « L’homme préhistorique trouvait ces deux familles dans la proportion physiologique de 1 pour 1, alors que le ratio actuel est de 20 pour 1 en faveur des Oméga 6, » précise Artemis Simopoulos. Les Préhistoriques ne consommant aucun laitage, Simopoulos a calculé qu’ils reçoivent deux à trois fois moins de graisses saturées que l’homme moderne.

A quoi ressemble ce lointain ancêtre ? « Il est grand, 1,70 m à 1,80 m », répond le Dr Bruno Mercier (Perpignan), auteur d’une prochaine thèse sur le sujet. « Il semble en bonne santé, pour autant que les os parvenus jusqu’à nous puissent en témoigner. Pas de caries. Pas de signe de goutte, en dépit du régime très carné. Peu ou pas de trace de pathologies infectieuses, rien qui évoque l’ostéoporose ou les carences nutritionnelles. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:43

comment peuvent ils avoir établi le pourcentage de consommation de viande. on sait qu'ils en mangeaient. ne serait ce que l'hiver, où les plantes et végétaux sont rares.

nous sommes proches des singes et ils sont quasi exclusivement frugivores et crudivores - les chimpanzés mangent parfois des oiseaux mais çà reste rare.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:48

les singes sont nos "cousins"
Le régime alimentaire des hominidés varie d'une espèce à l'autre.
Les chimpanzés consomment des fruits, des graines herbacées et quelques produits d'origine animale tels que des invertébrés (la pèche aux termites) et de petits vertébrés (dont d'autres singes plus petits comme les colobes, et plus rarement d'autres chimpanzés).
Les gorilles ont une alimentation principalement végétale, à l'exception d'une consommation d'insectes comme les termites, les fourmis et, plus rarement, la coprophagie.
Les orangs-outangs consomment principalement des fruits, mais également des insectes, des œufs d'oiseaux, du miel et de la terre à des fins nutritionnelles et probablement médicinales (géophagie).
Proches de celles des chimpanzés, les alimentations des premiers humains chasseurs-cueilleurs ont considérablement évolué à travers les époques et selon les ressources. Le cannibalisme est désormais réduit à l'état d'incidents, par exemple. Il existe aujourd'hui plusieurs sortes d'alimentations, dont la majorité contiennent des produits d'origine animale. L'étude Nutrinet-santé comptait toutefois 1170 nutrinautes véganes en janvier 2014, attestant l'occurrence des alimentations strictement végétales en France

source wiki


Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:49

La révolution agricole

Changement de décor dès la fin du Paléolithique supérieur, avec la percée des céréales, négligées jusqu’alors. « Contrairement aux espèces domestiquées, les céréales et légumineuses sauvages libèrent spontanément leurs graines, qu’il suffit de ramasser. Cette cueillette apparaît vers – 19 000 ans, précise George Wilcox (CNRS, Berrias). Des grains de blé amidonnier, d’orge, de lentilles ont été retrouvés à Ohalo II, en Israël. La domestication de ces plantes s’établira progressivement jusqu’à – 9 000 ans. » C’est alors le début du Néolithique, qui préfigure l’alimentation moderne. « Bien avant que les céréales soient cultivées, il y a des meules dans chaque maison », témoigne Aimé Bocquet, qui préside le Centre de documentation de la préhistoire alpine (Grenoble). « On y prépare un pain bluté, proche de celui vendu dans nos boulangeries. » C’est certes à l’agriculture et à l’élevage que l’humanité doit sa formidable expansion. Mais avec la farine céréalière apparaissent les premières caries. Les dents et les os du Néolithique portent la trace de carences provoquées par le raffinage, mais surtout l’acide phytique des céréales, un composé anti-nutritionnel qui piège les minéraux. Comme l’alimentation carnée et la part des protéines reculent, cette époque est marquée par une nette diminution de la taille moyenne. De nouveaux aliments vont achever de balayer le régime préhistorique : sel, sucre, et surtout laitages. La plupart d’entre nous restent d’ailleurs incapables de digérer le lactose (sucre) du lait, parce que nous ne synthétisons presque plus de lactase, l’enzyme nécessaire à sa transformation, après l’enfance. D’où les manifestations digestives (ballonnements, diarrhées, flatulence) chez la majorité des adultes qui boivent du lait.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: Alimentation, Jeûne et spirtualité   Mar 16 Juin 2015, 13:50

Le régime préhistorique, facteur de santé ?

Pour le Pr Bernard Jacotot (Hôpital Henri-Mondor, Créteil, Val-de-Marne), le régime paléolithique mérite largement sa réhabilitation actuelle. « Les apports en graisses y sont faibles, ce qui est compatible avec la prévention des maladies coronariennes et de l’obésité. Fruits, légumes, noix apportent des fibres, qui contribuent aussi à l’équilibre lipidique. Les farineux sont limités, ce qui est une bonne chose car leurs glucides complexes ont des index glycémiques trop élevés. »

L’index glycémique, c’est-à-dire la capacité d’un aliment à élever le sucre sanguin, a capté récemment l’attention des spécialistes de santé publique. Les IG les plus élevés se retrouvent dans les aliments apparus depuis le Néolithique : pain blanc, pâtisseries, céréales du petit déjeuner, sucreries ou pommes de terre. « Les Américains n’ont cessé de diminuer la part des graisses dans leur alimentation, mais l’obésité n’a fait qu’augmenter, probablement parce qu’ils ont remplacé les graisses par ces glucides modernes, » analyse le Dr Michael Zermel (université du Tennessee, Knoxville). « Nous pensons qu’il est plus facile de contrôler son poids avec des glucides à IG faible qu’à IG élevé. » Le Dr David Ludwig, un chercheur de l’Hôpital pour enfants de Boston (Massachusetts) a montré qu‘après un repas dont l’index glycémique (IG) est élevé, les obèses consomment 81% de calories de plus qu’après un repas préparé avec des aliments de faible IG. « L’absorption rapide du glucose, dit-il, entraîne une montée de la noradrénaline, qui incite à se réalimenter. » Dans une étude publiée en septembre, il a fait maigrir des enfants obèses en modifiant simplement l’index glycémique de leur régime alimentaire. D’autres chercheurs vont plus loin, en conseillant non seulement de choisir de vrais glucides lents, mais surtout d’augmenter les apports en protéines. « Toutes les études montrent qu’adolescents et adultes peuvent maigrir rapidement en consommant 25% de leurs calories sous la forme de protéines, animales ou non, » juge le Dr Stanley Roberts (université de Californie du Sud, Los Angeles), qui suit depuis deux ans une cohorte de patients convertis au régime préhistorique.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alimentation, Jeûne et spirtualité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alimentation vivante : végétalisme à 80% cru
» plaquettes en baisse: alimentation? soja?des rapports entre?
» sclérose en plaques et alimentation
» Phosphates dans l’alimentation : les enfants en danger !
» Les types de crudivorisme / L'alimentation vivante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: