DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fête du Saint-Sacrement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Fête du Saint-Sacrement    Sam 06 Juin 2015, 11:34

Le pain des pèlerins
Pour la fête diu Saint-Sacrement, Mgr Francesco Follo, Observateur permanent du Saint-Siège à l'UNESCO, à Paris, propose ce commentaire théologique et spirituel des lectures de la messe.

Fête du Saint-Sacrement - Année B –  7 juin 2015 - Lectures:

Ez 24, 3-8; Ps 115; He 9, 11-15; Mc 14, 12-16. 22-26.

           1) Présence dans le monde, pour le sauver

           En ce dimanche, où nous fêtons le Saint-Sacrement[1], fête de louange et de remerciement, l’Eglise célèbre non seulement l’Eucharistie mais elle la porte aussi en procession solennellement, annonçant publiquement que le sacrifice du Christ est pour le salut du monde entier. Il faut apporter le Christ sur les routes du monde car Celui que les espèces fragiles de l’Hostie voilent est venu précisément sur terre pour être «  la vie du monde » (Jn 6, 51).

           Cette procession fait de nous des « annonceurs », autrement dit des missionnaires, et des personnes marchant vers une sainte destination, c’est-à-dire des pèlerins.

           Nous sommes missionnaires parce qu’en marchant unis autour du Corps de Celui qui est le Seigneur du cosmos et de l’histoire, nous apportons le Christ au monde entier et avec Lui l’annonce de cette paix qu’Il nous a laissée et que le monde ne peut donner.  Notre procession eucharistique nous permet de témoigner, humblement et joyeusement, que cette petite Hostie blanche, portée par le prêtre avec dévotion, renferme la réponse aux interrogations les plus pressantes. On y trouve le soulagement à la plus atroce des souffrances. En gage, il y a la satisfaction de cette soif brûlante de bonheur et d’amour que chacun porte en soi, dans le secret de son cœur.

           Nous sommes pèlerins parce que nous allons vers la patrie éternelle, la patrie céleste. Nous sommes pèlerins non seulement par souci de l’éternel,  comme tout être humain, mais aussi par vocation. Jésus Christ nous appelle à partager son amitié et sa mission. Nous ne sommes pas seuls dans notre pèlerinage: le Christ marche avec nous. Pèlerin, Il renouvelle la présence de Dieu sur les routes du monde, il est le Pèlerin des pèlerins sur la route d’Emmaüs. Emmaüs désigne l’endroit où Jésus se rompt lui-même comme Pain de la vie, Pain des anges, Pain des pèlerins « panis angelorum, factus cibus viatorum – »   (Séquence de la messe d’aujourd’hui) qui nous donne la force de reprendre le chemin avec Lui, pour Lui, en Lui.

           Donc pour accomplir le chemin de la vie, sur lequel repose tout le sens de la procession d’aujourd’hui, il faut se nourrir de l’Eucharistie, de ce Pain des anges qui s’est fait nourriture pour les hommes, affamés de vérité, d’amour et de liberté.

           Etonnés de la très grande proximité du Christ qui habite nos Eglises, qui est dans nos mains et qui n’attend rien d’autre que pouvoir demeurer en nous, il nous faut juste nous nourrir de Lui qui «  a pris notre chair et  notre sang pour que Sa chair et Son sang puissent être notre vie » (Card. John Henri Newman).

           Essayons d’avoir le même étonnement que la Vierge Marie qui contemplait le visage du Christ avec extase, à Bethléem comme à Jérusalem. Du Berceau à la Croix, la Vierge n’a jamais cessé de regarder avec foi et amour le visage du Fils et de le serrer dans ses bras avec pitié, après sa naissance et après sa mort. Que notre Mètre céleste soit ce modèle d’amour qui inspire notre adoration eucharistique ! De cette manière nous vivrons «  l’Eucharistie non pas comme un simple geste de dévotion, mais comme un geste de vie, un geste qui a de l’influence sur la vie » (Mgr Livio Melina[2]).

        2) Présents à la PRESENCE.

           Le mystère[3] eucharistique a trois aspects: sacrifice, communion et présence. La Fête-Dieu célèbre surtout un de ces aspects, celui de la présence réelle. Nous ne pouvons pas et ne devons pas séparer les trois aspects de ce mystère, mais cela ne nous empêche pas de réfléchir principalement au mystère de la présence réelle, pour être présents  à cette Présence, qui se donne à nous totalement.

           «Chaque fois que nous faisons preuve de foi en la Présence réelle du Christ, nous faisons un acte beaucoup plus grand  que celui d’Israël qui a traversé la Mer Rouge. Dans ce cas-là, Israël est passé d’une terre d’exil à une terre de liberté. Nous, grâce à l’eucharistie,  nous passons de ce monde au monde du Père. (D. Divo Barsotti)

           Le 15 octobre 2005, lors d’une rencontre entre Benoît XVI et les enfants de la première communion, André posa cette question: « Ma catéchiste, en me préparant au jour de ma première communion, m’a dit que Jésus est présent dans l’Eucharistie. Mais comment ? Je ne le vois pas ! ». Benoît XVI répondit: « En effet, nous ne le voyons pas, mais il y a tant de choses que nous ne voyons pas et qui existent et sont essentielles. Par exemple, nous ne voyons pas notre raison, toutefois, nous avons la raison. Nous ne voyons pas notre intelligence, et pourtant nous l’avons. En un mot, nous ne voyons pas notre âme et toutefois, elle existe et nous en voyons les effets, car nous pouvons parler, penser, décider…  De même, nous ne voyons pas, par exemple, le courant électrique ; toutefois, nous voyons qu’il existe, nous voyons que ce micro fonctionne, nous voyons les lumières. En un mot, ce sont précisément les choses les plus profondes, qui soutiennent réellement la vie et le monde, que nous ne voyons pas, mais nous pouvons en voir et en ressentir les effets. Nous ne voyons pas l’électricité, le courant, mais nous voyons la lumière. Et ainsi de suite. Nous ne voyons donc pas non plus le Seigneur ressuscité avec nos yeux, mais nous voyons que là où est Jésus, les hommes changent, deviennent meilleurs. Il se crée une plus grande capacité de paix, de réconciliation, etc. Nous ne voyons donc pas le Seigneur lui-même, mais nous en voyons les effets : c’est ainsi que nous pouvons comprendre que Jésus est présent ; comme je l’ai dit, les choses invisibles sont précisément les plus profondes et les plus importantes. Allons donc à la rencontre de ce Seigneur invisible, mais fort, qui nous aide à bien vivre ».

           Le cœur de la réponse de Benoît XVI va droit au but : «  Les choses invisibles sont précisément les plus profondes et les plus importantes ». Au fonds, c’est le secret que révèle le renard au Petit Prince du joli récit d’Antoine de Saint-Exupéry: « Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux »[4].

           Tout à l’heure j’ai proposé la Vierge Marie comme modèle de personne adorant le Présent, le Fils de Dieu qui avait pris sa chair. Maintenant je propose en exemple une autre Marie: Marie Madeleine. Présentons-nous au Christ dans le tabernacle comme cette femme se présenta aux pieds du Seigneur et se mit à écouter sa parole » (Lc 10, 39). Celle-ci était certainement plus contente de voir Jésus que d’écouter ses paroles. Le saint visage de cet homme, son regard, son sourire, son pardon, touchait le cœur de Marie Madeleine. C’est le même Jésus dans le Très Saint Sacrement. Mettons-nous tout simplement à ses pieds, comme Marie, dans la joie d’être avec Lui.

           Il y a aussi l’exemple d’un paysan, paroissien du Saint curé d’Ars. Cet humble et modeste travailleur de la terre, après une journée dans les champs, passait du temps à l’église et regardait le tabernacle sans ouvrir la bouche. A la question de son saint curé: « Que dites-vous en ce moment d’adoration? », le paysan répondit: «  Je le regarde et il me regarde ». Quand Jésus a regardé une âme,   Il lui donne sa divine ressemblance – disait sainte Thérèse d’Avila – mais il faut que cette âme  ne cesse de fixer sur lui seul ses regards. Quand saint Pierre, en marchant sur les eaux quitta le Christ du regard pour regarder la tempête, il commença à couler. Pierre apprit la leçon et nous enseigne encore aujourd’hui à fixer le regard sur le visage du Seigneur « comme sur une lampe brillant dans un lieu obscur jusqu’à ce que paraisse le jour et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs » (2 Pt 1,19). Si nous donnons du temps au Christ, dans nos prières et tout particulièrement dans l’adoration, nous aurons en don le Christ lui-même qui nous tend la main et nous tire hors de l’eau.

           « L'adoration, dans son essence, est un baiser à Jésus, dans lequel je dis: "Je suis à toi et je prie afin que toi aussi, tu demeures toujours avec moi" » (Benoît XVI). L’adoration du saint sacrement est toujours une préparation et un acte de grâce de la messe. Celle-ci constitue le moment de choix pour développer et faire grandir en nous le don de soi, complètement. En effet l’adoration eucharistique ne signifie pas seulement se mettre à genou devant la présence du Christ dans le sacrement, mais également de nous unir au don pur et parfait de notre Sauveur. L’adoration eucharistique nous donne le désir et la force de nous mettre sans hésitation dans les mains de Dieu, de nous abandonner totalement et joyeusement à Lui.

           Les Vierges consacrées vivant dans le monde sont un parfait exemple du don de soi. Ces femmes manifestent par leur vie que leur cœur croit et adore. Elles témoignent qu’il est possible de vivre eucharistiquement en s’offrant totalement au Christ – Epoux eucharistique. Ces femmes témoignent que toute consécration au Seigneur ne saurait s’exprimer sans se donner entièrement à Lui. « le Mystère eucharistique a aussi un rapport intrinsèque avec la virginité consacrée, en tant qu'elle est expression du don exclusif de l'Église au Christ, qu'elle accueille comme son Époux avec une fidélité radicale et féconde. Dans l'Eucharistie, la virginité consacrée trouve inspiration et nourriture pour sa donation totale au Christ » (Benoît XVI,  Sacramentum Caritatis, 81).

           Par leur existence qui se nourrit du Corps du Christ, les femmes consacrées montrent que la virginité n’est pas seulement être capable de s’offrir complètement à Dieu, mais savoir accueillir le don de Dieu, le choix de Dieu.

           Par leur vie alimentée par l’Eucharistie, elles sont des témoins visibles de l’amour de Dieu invisible, montrant dans la simplicité de la vie quotidienne que la vie humaine peut devenir eucharistie. Elles montrent que la prière devient vie et la vie devient prière.

Zenit
Revenir en haut Aller en bas
 
Fête du Saint-Sacrement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fête du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, commentaire du jour "Le pain des anges,..."
» Vivons notre foi : adorons le Saint-Sacrement
» 14 juin : Solennité du Saint-Sacrement ou Fête-Dieu
» l'Adoration du Saint Sacrement
» LITANIES DU SAINT-SACREMENT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: