DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Glorification du nazisme en Ukraine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
joker911



Messages : 2678
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Glorification du nazisme en Ukraine   Dim 17 Mai 2015, 07:28

Le général Waldemar Skrzypczak dénonce la décision de Kiev de glorifier les ultranationalistes de l'Armée insurectionnelle ukrainienne, qui ont tué 100.000 civils polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.


Le conseiller du ministre polonais de la Défense, Waldemar Skrzypczak, qui a récemment salué l'opération militaire de Kiev dans le Donbass, a dénoncé la vague de nationalisme en Ukraine suite à l'adoption par le parlement du pays d'une loi glorifiant l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA). 

Le président polonais reçoit une "gifle" en Ukraine
"Je renonce à tout ce que j'ai dit auparavant au sujet de mon soutien à l'Ukraine (…). J'ai compris que l'Ukraine ne se préoccupe pas du peuple polonais. Je parle du massacre de la Volhynie où 100.000 Polonais ont été tués par l'UPA" en 1943 et 1944, a indiqué le général en retraite Skrzypczak, ancien commandant des troupes terrestres polonaises (2006-2009), dans un article publié par le journal Gazeta Prawna. 

"Les membres de l'UPA ont tué mon oncle. Ils l'ont cloué à la porte d'une grange. Il est mort trois jours plus tard. Leur sauvagerie dépasse l’entendement humain. Même les nazis allemands n'ont pas pu inventer les méthodes que certains Ukrainiens ont utilisées contre nous. Ils ont tué les gens à la hache", a déclaré le général. 
"Quel avenir le président ukrainien Piotr Porochenko construit-il sur la base de ce nationalisme sanguinaire? C'est terrible. Je répète depuis longtemps que les Ukrainiens doivent renoncer au nationalisme sinon la Pologne devra cesser de coopérer avec eux", a-t-il ajouté.

© SPUTNIK. PAVEL PALAMARCHUK
[size]
L’UPA se reconstitue. Gare aux Russes et aux Juifs
En janvier dernier, il a appelé le gouvernement polonais à livrer des armes non létales à l'Ukraine pour aider Kiev à "lutter contre la Russie". A présent, le général estime que certains hommes politiques polonais se font des illusions au sujet de l'Ukraine et ne veulent pas critiquer les autorités de ce pays. 
La Rada suprême (parlement ukrainien) a adopté le 9 avril une loi glorifiant les organisations ultranationalistes OUN-UPA et accordant des garanties sociales aux anciens collaborateurs de l'Allemagne nazie.[/size]


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150420/1015738614.html#ixzz3aN1cTUbG


...................


http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_des_nationalistes_ukrainiens
http://fr.wikipedia.org/wiki/Collaboration_en_Ukraine_durant_la_Seconde_Guerre_mondiale
--------

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/05/08/534x0/4630141_3_7472_iouri-choukhevytch-le-fils-du-fondateur-de_8bfc6dfe610268b3b5f46844ff21da98.jpg

De l’Union soviétique, Iouri Choukhevytch connaît une chose : les camps et les prisons. De sa première incarcération en 1946, à l’âge de 14 ans, à la dislocation de l’empire soviétique en 1991, il aura passé trente et une années enfermé, payant pour un crime unique : son nom. Le père de Iouri, Roman Choukhevytch (1907-1950), fut le chef de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et le fondateur de son bras armé, l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA).
Les deux groupes furent les bêtes noires du régime soviétique, qu’ils combattirent jusque dans les années 1950. Avant cela, ils n’avaient pas hésité à s’allier avec l’Allemagne nazie, qui leur promettait un Etat, et à intégrer des bataillons de l’armée allemande ou de la SS.
Durant cette période sanglante, les nationalistes ukrainiens ont commis d’importants massacres de Polonais, comme en Volhynie (100 000 civils tués), tout en contribuant largement au génocide des juifs.
« N’importe quel peuple privé de son indépendance aurait collaboré, peu importe avec qui », assure Iouri Choukhevytch, aujourd’hui âgé de 82 ans, dans la maison des environs de Lviv, en Ukraine occidentale, où son père fut tué, le 5 mars 1950. « En Occident, on parle beaucoup des crimes de Hitler, moins de ceux de Staline. »
Cette vision de l’histoire est en passe de s’imposer en Ukraine. Le 9 avril, le Parlement a adopté une série de lois dites de « décommunisation ». La priorité était d’instaurer, en...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/08/en-ukraine-le-8-mai-reveille-les-fantomes-de-l-histoire_4630143_3214.html#agjlQQt9CDfyOiTR.99

...........................
Mais où l’Europe a-t-elle la tête ? Alors qu’on joue les démocrates effarouchés envers les pays émergents et qu’on crie à la liberté d’expression, voilà qu’on accepte à nos portes... un régime ouvertement fasciste.

Notre amie l’économiste Natalia Vitrenko, ancienne députée du Parti socialiste progressiste d’Ukraine (PSPU), se trouve désormais, comme de nombreux opposants tels ceux du Parti communiste, dans le collimateur du gouvernement de Kiev.
Après avoir été « interrogée » par deux fois par le SBU (Service de sécurité militaire d’Ukraine), la voilà sur une liste noire où figurent des dizaines de milliers de citoyens catalogués comme traîtres et « ennemis du peuple », menacés avec leurs familles de représailles et donc de mort, par des milices néo-nazies devenues légion.
Présente aux premières heures de la révolution de Maïdan, Natalia Vitrenko s’était vite rendu compte de ses dérives fascistes. C’est alors qu’elle était venue en France (en février 2014) pour alerter les citoyens et les institutions européennes, via internet et depuis nos bureaux, ainsi qu’auprès des élus français et au Parlement de Strasbourg.

Retour officiel du nazisme

Avec Vladimir Marchenko, lui aussi ancien député du PSPU, elle a donc lancé un appel d’urgence le 16 avril 2015 à l’attention du président Porochenko :
Citation :
La démocratie et les valeurs européennes que nous promettait l’Euromaïdan ont été oubliées et foulées au pied. L’essence même de ceux qui règnent aujourd’hui sur l’Ukraine est le nazisme, l’élimination physique des dissidents, la répression, l’intimidation des journalistes ainsi que la destruction sociale et économique de notre pays.
Et d’ajouter :
Citation :
Ces méthodes de lutte, qui ont fait deux millions de victimes civiles innocentes, notamment des femmes, des enfants et des vieillards, ont été examinées par le Tribunal international de Nuremberg sur les crimes de guerre (…) Les atrocités commises par des membres de l’OUN-UPA ont été mises en lumière lors des milliers de procès organisés à la fin de la grande guerre patriotique.
Pourquoi des références historiques si extrêmes (pour lesquelles nos chefs d’Etat, en ce 70e anniversaire de la défaite contre le nazisme, n’ont pas lésiné en discours larmoyants) [[size=10]1] ?[/size]
L’OUN-UPA (Organisation des nationalistes ukrainiens et Armée insurrectionnelle ukrainienne), ayant combattu l’Armée rouge durant la Seconde Guerre mondiale avec Stepan Bandera, collaborateur nazi et auteur de purges cruelles, vient d’être officiellement réhabilitée par le gouvernement ukrainien, en vertu d’une loi datant du 9 avril. Maintenant reconnue pour ses « combattants pour l’indépendance ukrainienne dans le XXe siècle », cette organisation verra accorder à ses membres des avantages sociaux exceptionnels.
Mais ce n’est pas tout : alors qu’une autre loi adoptée ce 9 avril renvoie dos à dos nazisme et communisme et interdit tout symbole « pro-soviétique », le président Porochenko (reçu depuis sans sourciller à l’Elysée) y allait de son révisionnisme, lors d’une cérémonie de commémoration devant un monument de guerre :
Citation :
Hitler et Staline ont commencé ensemble les combats sanglants de la Deuxième Guerre mondiale et ont par la suite essayé de diviser l’Europe.
Rappelons que le 7 janvier dernier, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk (soutenu par la sous-secrétaire d’Etat américaine Victoria Nuland) avait affirmé en direct sur la chaîne ARD, lors d’une visite en Allemagne (sans soulever aucune réaction de la part de la chancelière Merkel) :
Citation :
Nous nous souvenons encore bien de l’invasion soviétique en Ukraine et dans d’autres pays, notamment en Allemagne.

Purges d’opposants

Pendant ce temps, alors qu’à chaque accident, assassinat ou disparition d’avion, un soin tout particulier est mis par nos médias à désigner Poutine, c’est dans l’indifférence générale que se succèdent les disparitions d’opposants ukrainiens.
Depuis janvier, neuf responsables ou militants politiques, pour la plupart liés au Parti des régions (le mouvement de l’ex-président Ianoukovytch), et deux journalistes s’étant attaqués à la propagande et la censure anti-russe, ont ainsi été retrouvés tués ou « suicidés ». Les plus récents sont le député Oleg Kalashnikov et le journaliste-écrivain Oles Buzyna.

L’Europe complice

Mais c’est bien avant l’Euromaïdan que Natalia Vitrenko avait sonné l’alarme. En effet, le retour des mouvements néo-nazis et leur adoubement par le pouvoir sont un fléau qui date au moins de l’ère Iouchtchenko, devenu Président en 2004 à la faveur de la première révolution Orange et avec le soutien américain. L’économiste avait dû mener trois ans de combat judiciaire contre une première loi de réhabilitation de l’OUN-UPA, passée le 28 janvier 2010.
A cette époque, avec ses partisans, elle avait multiplié manifestations, conférences, publications, appels régionaux, nationaux et internationaux pour alerter contre cette menace. Puis, pendant les années Ianoukovytch, qui a délibérément fait monter le parti d’extrême droite Svoboda en vue de gagner le second tour des présidentielles 2015, l’Ukraine est devenue le théâtre de marches aux flambeaux nocturnes, destructions de monuments soviétiques, insultes contre les vétérans de la Grande guerre patriotique, promotion médiatique des grands leaders historiques de l’OUN-UPA.
Leur idéologie ?
Citation :
La nation est comme la nature, seuls les plus forts survivent ; l’Ukraine ne fut forgée que par le combat ; l’ennemi principal est Moscou.
Dans une interview à l’Executive Intelligence Review (EIR), Vitrenko écrit :
Citation :
Dès le 1er décembre 2013, c’est-à-dire aux premiers jours de l’Euromaidan, on vit apparaître dans les manifestations les chiffres raciste et nazi 14 et 88, les drapeaux nazis rouge et brun, les swastikas, croix celtiques et portraits de collaborationnistes (...) Les leaders américains et européens ont visité Kiev régulièrement et ont tout vu de leurs propres yeux. Ils ont également reçu des informations de militants et d’organisations à l’intérieur de l’Ukraine.
Depuis, malgré les accords de Minsk (qui n’ont pas empêché les Etats-Unis d’envoyer des militaires pour former les armées ukrainiennes pourtant coupables d’exactions sanguinaires), on n’a toujours pas fait état de la nature fasciste de ce nouveau régime. Pourtant, ce dernier vient de nommer conseiller du chef d’état-major un certain Dmytro Iarosh, nouvellement élu député et chef du groupe paramilitaire et néo-nazi Pravy Sektor, qui a mené le coup d’état contre Ianoukovytch en février 2014.
Faites circuler l’appel pour soutenir Natalia Vitrenko.



[size=9][[size=9]1
Ce qui n’a pas empêché certains chefs d’Etat européens d’en bouder les commémorations russes.[/size][/size]
Revenir en haut Aller en bas
 
Glorification du nazisme en Ukraine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Glorification du nazisme en Ukraine
» Exaltation des Waffen SS en Ukraine et en Estonie
» Loi martiale en Ukraine - nouveau virus - peste pneumonique?
» superficie de l'Ukraine
» Liens entre l'Apartheid, nazisme et sionisme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: