DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Du judaïsme au christianisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Du judaïsme au christianisme.   Sam 21 Mar 2015, 08:33

Il y a bien longtemps, j'avais proposé a M.B, d'ouvrir un fil sur des juifs devenu chrétiens.
Il y a bien sûr les apôtres et beaucoup de chrétiens du 1er siècle, qui viennent du judaïsme.

Donc à vous tous de proposer une personnalité, et on peut même y poster leur écrits.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du judaïsme au christianisme.   Sam 21 Mar 2015, 08:41

je commence par Ste Edith Stein/Therese Bénédicte de la Croix.

Une courte présentation:


Philosophe et carmélite, Edith Stein vient au monde dans une famille juive le 12 octobre 1891. malgré une éducation marquée par le judaïsme, elle s’éloigne pendant un temps de toute croyance religieuse. Sa vive intelligence l’engage à rechercher la vérité et à mener une vie respectueuse de tous et de chacun.

Edith est l’une des rares femmes de son époque à fréquenter l’université. Édith fut élève de Husserl, dont les travaux philosophiques rende la jeune femme attentive au phénomène religieux. La question de la foi en Dieu s’impose progressivement à elle. En 1921, la lecture de l’autobiographie de Thérèse d’Avila la décide à entrer dans l’Église catholique. Unissant ses compétence philosophique à la lumière que lui donne la foi, Edith Stein se consacre pendant une dizaine d’années à l’enseignement. Son principal souci est de mettre en valeur une vision chrétienne de la personne humaine.

Pleinement lucide sur la signification de la montée du nazisme, elle entre au Carmel en 1933 et y prend le nom de Thérèse Bénédicte de la Croix. Elle poursuit son combat contre le mal qui se déchaîne dans le monde à un niveau de radicale profondeur : avec le Christ, sous le signe de la Croix.

Le 9 août 1942, Edith Stein meurt dans les chambres à gaz d’Auschwitz, à la fois victime de la Shoah et témoin du Christ.

Elle sera canonisée par le pape Jean-Paul II le 11 octobre 1998
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Du judaïsme au christianisme.   Sam 21 Mar 2015, 12:44

David Paul Drach, devenu Paul-Louis-Bernard Drach après son baptême, dit aussi « le Chevalier Drach » (Strasbourg1, le 6 mars 1791 – Rome, fin janvier 1868), est un ancien rabbin français d'origine alsacienne converti au catholicisme. Il fut bibliothécaire de la Congrégation pour la propagation de la foi à Rome.

David Drach fut d'abord instruit par son père, érudit en hébreu et dans l'étude du Talmud. À l'âge de douze ans, Drach entra en premier cycle de l'école talmudique d'Ettendorf près de Strasbourg. Il compléta ce cycle, qui durait normalement trois ans, en un an, et il entra en deuxième cycle de l'école talmudique de Bischheim l'année suivante. Il obtint son diplôme en dix-huit mois et s'enregistra à Westhofen pour être admis comme professeur du Talmud. À seulement seize ans, il accepta un poste de précepteur à Ribeauvillé, où il resta durant trois ans. Dès 1809, il fut nommé rabbin et docteur de la Loi, après quoi il partit exercer un autre préceptorat à Colmar.
Là, le jeune Drach se consacra à l'étude des sciences profanes auxquelles il s'était déjà assidûment appliqué pendant ses études talmudiques. Réformé en 1811, et muni de l'autorisation réticente de son père, il alla à Paris, où il fut appelé à un poste important au sein du Consistoire central et assura simultanément les fonctions de tuteur dans une famille juive. Les résultats de sa méthode d'enseignement incitèrent même des familles chrétiennes à lui confier leurs enfants. Il écrivit : « Électrisé par les exemples édifians d'une tendre piété, dont j'avais ainsi le bonheur d'être témoin journellement, pendant plusieurs années, le sentiment qui m'animait autrefois à l'égard du christianisme se réveilla en moi avec une force nouvelle2. »
Dès lors, il s'appliqua de façon studieuse à la théologie patristique et se spécialisa dans l'étude de la Septante, afin d'examiner l'accusation de certains rabbins pour qui les traducteurs d'Alexandrie auraient trahi le texte hébreu. Ces études débouchèrent sur sa croyance inaliénable en la divinité et la qualité de messie de Jésus-Christ. Le Jeudi saint de 1823, il renonça au judaïsme, en présence de l'archevêque Mgr de Quélen, à Paris, fut baptisé le samedi (saint) suivant, et, le matin de Pâques, reçut sa première eucharistie et le sacrement de la confirmation. Ses deux filles et son fils nouveau-né furent aussi baptisés. Sa femme, la fille du grand rabbin de France Emmanuel Deutz, qu'il avait épousée en 1818, seule de la famille à être restée juive, se serait, selon ce que rapporte la Catholic Encyclopedia, enfuie avec ses trois enfants. Drach obtint leur restitution deux ans plus tard.
Quelques années après, Drach se rendit à Rome, où il fut embauché en 1827 au Vatican comme bibliothécaire de la Congrégation pour la propagande de la foi, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort. C'est là qu'il gagna son titre pontifical de « chevalier ». Sa conversion sembla en inspirer d'autres, y compris certains des frères Libermann ; François Libermann fut particulièrement reconnaissant envers Drach pour ses conseils et son aide dans l'établissement de la Société du Saint-Cœur de Marie. Son propre beau-frère, Simon Deutz, fils du grand rabbin, se convertit à son tour en 1828.
Après son baptême, David-Paul Drach manifesta une nette volonté de convertir les juifs au catholicisme tout en revendiquant son appartenance au peuple juif.
Son fils, Paul-Augustin Drach (né le 12 août 1817, mort le 29 octobre 1895), fut chanoine de Notre-Dame de Paris et bibliste renommé. Il fit ses études au Collège de Propaganda Fide à Rome et y fut ordonné prêtre en 1846. On lui doit un grand commentaire de la Bible en français (La Sainte Bible, Paris, 1869) où il a traité lui-même des Épîtres de Paul (1871), des Épîtres catholiques (1879), et de l'Apocalypse (1879).




Le vénérable Jacob Libermann (François, Paul Marie de son nom de baptême), 1802-1852, fondateur de la Société du Saint-Cœur de Marie, a rejoint la Congrégation du Saint Esprit dans la mission d'évangélisation des Noirs des anciennes colonies.





suite http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Libermann
Revenir en haut Aller en bas
 
Du judaïsme au christianisme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Judaïsme ou Christianisme ?
» Du Judaïsme au Christianisme : une fratrie agitée
» Documentaires sur l'Apocalypse en 12 parties
» Judaïsme ou Christianisme ?
» Islam, christianisme, judaïsme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: