DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Lun 16 Mar 2015, 21:31

En Asie, le bouddhisme est parfois responsable d’émeutes et d’exactions

Perçu en Occident comme prônant la non-violence, le bouddhisme en Asie peut se révéler responsable d’émeutes et d’exactions.

C’est le cas notamment au Sri Lanka et en Birmanie, où des mouvements nationalistes bouddhistes s’en prennent aux minorités religieuses.


QUELLES SONT LES SITUATIONS DE VIOLENCE IMPLIQUANT DES BOUDDHISTES EN ASIE ?

En Birmanie comme au Sri Lanka et en Thaïlande, les boud­dhistes – majoritaires – sont en conflit ouvert avec les musulmans – minoritaires (4 % en Birmanie et 8 % au Sri Lanka). Le 1er juillet 2013, l’hebdomadaire américain Time titrait ainsi : « Le visage du terrorisme bouddhiste », avec la photo du moine birman Ashin Wirathu (lire page précédente). Le lendemain, ce numéro était interdit à la vente en Birmanie et au Sri Lanka, un porte-parole des douanes cinghalaises expliquant que « cette couverture pouvait heurter le sentiment religieux » des habitants de l’île.

En Birmanie, depuis les réformes politiques lancées en 2011, plusieurs émeutes nationalistes bouddhistes contre des musulmans ont fait au moins 250 morts et 140 000 déplacés, principalement dans l’ouest du pays où vivent 800 000 Rohingyas musulmans. Ces deux dernières semaines, 10 000 d’entre eux ont embarqué sur des bateaux pour fuir le pays, selon une ONG locale. Un « nettoyage ethnique » dénoncé par Human Rights Watch.

Au Sri Lanka, l’organisation extrémiste Bodu Bala Sena (BBS), créée en 2012 par des moines bouddhistes pour « sauvegarder la culture cinghalaise », a lancé depuis février 2013 une campagne de boycott des produits halal dans l’île, afin de dénoncer l’influence excessive des musulmans. Dans la nuit du 15 juin dernier, à Aluthgama et Beruwala, dans le sud-ouest du Sri Lanka, des militants du BBS s’en sont pris aux musulmans, faisant quatre morts et plus de 80 blessés, et pillant mosquées, commerces et habitations… Depuis, la peur règne dans les quartiers musulmans de Colombo, la capitale.

De même, dans le sud de la Thaïlande, le bouddhisme d’État est en conflit avec la minorité musulmane dont l’insurrection séparatiste déstabilise la région depuis dix ans (avec plus de 4 500 morts dans des attentats et des assassinats).

COMMENT EXPLIQUER CES VIOLENCES ACTUELLES ?

Certes, dans le passé déjà, violence et bouddhisme se sont souvent trouvés associés : guerre sino-japonaise (1937-1945) ; opposition aux dictatures au Cambodge, au Vietnam et au Laos ; guerre au Sri Lanka contre les séparatistes des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (1983-2009)… Mais ces violences anti-musulmanes récentes en Asie du Sud-Est s’inscrivent, selon le sociologue Raphaël Liogier, directeur de l’Observatoire du religieux à l’IEP d’Aix-en-Provence (1), « dans une ambiance mondiale de peur face au terrorisme islamiste ». Une peur qui se nourrit, souligne-t-il, d’une « proximité géographique avec les quatre pays les plus peuplés de musulmans » : l’Indonésie (202 millions), le Pakistan (174 millions), l’Inde (160 millions) et le Bangladesh (145 millions) ; la Malaisie, jouxtant la Birmanie, ne totalise, elle, que 17 millions de musulmans.

LE BOUDDHISME NE PRÔNE-T-IL PAS LA NON-VIOLENCE ?

Le meurtre est l’un des cinq interdits du bouddhisme, du fait des conséquences néfastes que tout acte violent entraîne pour celui qui l’accomplit dans sa vie actuelle et ses vies futures, selon la doctrine de la rétribution karmique. Mais la modernité semble avoir porté les bouddhistes, notamment ceux du theravada en Asie du Sud-Est (Thaïlande, Cambodge, Laos, Birmanie, Sri Lanka), à s’éloigner de plus en plus de l’idéal non-violent de leur tradition.

Au point que, le 6 juillet, depuis la ville indienne de Leh (Cachemire, nord-ouest de l’Inde) où il célébrait son 79e anniversaire, le Dalaï-Lama a expressément demandé aux bouddhistes de Birmanie et du Sri Lanka de stopper leurs violences contre les musulmans. « Ayez à l’esprit l’image du Bouddha avant de commettre ces crimes, les a-t-il exhortés. Le Bouddha prêche l’amour et la compassion. Si le Bouddha était là, il protégerait les musulmans des attaques des bouddhistes. »

CLAIRE LESEGRETAIN

(1) Le Bouddhisme mondialisé, Éd. Ellipses, 2004, 638 p., 45,70 €.


http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/En-Asie-le-bouddhisme-est-parfois-responsable-d-emeutes-et-d-exactions-2014-10-27-1227691

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Lun 16 Mar 2015, 21:32

L’extrémisme bouddhiste se renforce en Birmanie

Deux Birmans et un Néo-Zélandais sont accusés de blasphème depuis décembre pour avoir utilisé une image de Bouddha pour la promotion d’une soirée dans leur bar.

Face au juge, Philip Blackwood, Néo-Zélandais de 32 ans, peine à comprendre les questions que la procureur lui pose. L’interprète qui l’assiste s’exprime dans un anglais chaotique. « Quels étaient vos horaires de travail ? Avez-vous mis en ligne cette image ? Connaissez-vous la législation en vigueur sur les débits de boisson ? »

Les questions sont posées sans ordre logique. Elles ne permettent pas de saisir l’argumentation de l’accusation. Outre le blasphème, passible de deux ans de prison en Birmanie, une autre charge est venue s’ajouter au dossier, celle de« désobéissance à un ordre donné par un fonctionnaire ». Le verdict doit être prononcé demain.

ARRÊTÉ AVEC SES DEUX ASSOCIÉS

La justice birmane reproche à Philip Blackwood d’avoir, pour la promotion d’une soirée dans son bar à Rangoun, posté sur Facebook, le 9 décembre 2014, un montage photographique représentant Bouddha équipé d’un casque de disc-jockey.

Des noms de cocktails et la mention « Bouddha Bar » apparaissaient également. Le message a suscité des réactions très hostiles des internautes birmans. Philip Blackwood a rapidement retiré l’image et présenté ses excuses. Le lendemain, il était arrêté et écroué avec ses deux associés birmans.

« Associer Bouddha à un bar est inapproprié, justifie U Kitara, un bonze venu assister au procès. Le bar est un endroit où l’on vend de l’alcool. Mettre des écouteurs à Bouddha est dégoûtant. Les Birmans ont beaucoup souffert de cette affaire. »

DES PRESSIONS DU JUGE SUR LA PROCUREUR

Au fil des audiences étalées sur trois mois, le nombre de bonzes a diminué aux abords de la cour. Les proches des accusés ont choisi de ne faire aucune publicité de l’affaire, espérant qu’elle tombe dans l’oubli afin de libérer le juge de toute pression.

Philip Blackwood n’a pas pu s’entretenir avec son avocat, ni un diplomate de son ambassade pendant les cinq premières semaines de sa détention. En audience, son défenseur a tenté de dresser un parallèle entre son client et un touriste canadien expulsé du pays car il portait des tatouages représentant Bouddha.

Aucune charge pénale n’avait été retenue contre celui-ci. Pourquoi contre Philip Blackwood ? « Nous sommes en Birmanie, pas en démocratie »,déplore son avocat, un chrétien de 72 ans, faisant allusion aux pressions du juge sur la procureure. Lui-même reçoit des menaces de mort sur Internet, mais, dit-il, « je suis déjà vieux, je n’ai pas peur ».

LES BONZES RADICAUX SUR LE DEVANT DE LA SCÈNE

En 2011, un nouveau gouvernement réformateur a octroyé davantage de droits à la population en Birmanie. Il a aboli la censure, autorisé les manifestations.

Des bonzes radicaux en ont profité pour diffuser des messages extrémistes : appels au boycott des commerces musulmans, rumeurs sur des faits divers impliquant des fidèles d’autres religions, pétitions en faveur de lois restreignant les mariages interreligieux et les conversions.

Les extrémistes veulent protéger les valeurs traditionnelles de la société et réprimer le blasphème.La mère de Htut Ko Ko Lwin, l’un des deux accusés birmans, peine à comprendre l’ampleur des conséquences judiciaires de cette affaire. « Une image ne peut pas être un crime, argumente cette femme qui a longtemps vécu à l’étranger. Je voudrais demander aux Birmans d’ouvrir leur esprit, d’étudier ce qu’est la liberté et ce qu’est un crime. »

Rémy Favre (à Rangoun)

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-extremisme-bouddhiste-se-renforce-en-Birmanie-2015-03-15-1291355


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Lun 16 Mar 2015, 21:40

En Birmanie, le pouvoir veut limiter les conversions religieuses

Le gouvernement a rédigé un projet de loi qui donne autorité à l’administration pour approuver ou refuser les conversions.

Cette proposition émane d’un groupe de moines radicaux qui veut protéger le bouddhisme face à l’islam.

Thet Lwin a mal vécu sa conversion. Né dans une famille bouddhiste, il a décidé, de lui-même, de devenir musulman il y a quatre ans. « J’ai été rejeté, se souvient ce Birman âgé de 30 ans. Mes parents m’ont dit qu’ils cesseraient de me voir. Ils ont convaincu mes fréquentations de ne plus m’aider. Mes amis m’ont accusé d’être un païen. » Thet Lwin a mis quatre ans à se remettre de ce choc. Il a dû changer de quartier, se refaire des amis, chercher un nouvel emploi. « Mes proches n’ont pas pu accepter le fait que je me convertisse, car ils considèrent que la religion qu’ils pratiquent est la meilleure », analyse-t-il.

Thet Lwin ne soutient pas la proposition de loi, actuellement sur le bureau du président birman, destinée à limiter les conversions religieuses en Birmanie. « Toute personne majeure doit pouvoir prendre seule ses décisions concernant sa propre vie », argumente-t-il. Cette législation obligerait ceux qui veulent changer de religion à déposer une demande écrite et motivée auprès de l’administration locale. Les postulants seraient ensuite interrogés afin de déterminer s’ils agissent librement, ou sous la contrainte. Les autorités disposeraient ensuite de trois mois pour approuver ou rejeter la conversion. Tout candidat qui déposerait une demande « avec l’intention d’insulter ou de détruire une religion » serait passible d’une peine de deux années de prison.

« J’AI PEUR QUE LE BOUDDHISME DISPARAISSE »

Les moines à l’initiative de ce projet reconnaissent qu’il est avant tout destiné à empêcher les bouddhistes de quitter le bouddhisme theravada, la religion majoritaire en Birmanie (85 % des 53 millions d’habitants). « Il y a longtemps, l’islam a grignoté beaucoup de pays boud­dhis­tes comme l’Indonésie et la Malaisie, explique U Pa Mauk Hka, un moine influent du monastère Magwe dans le nord de Rangoun, la plus grande ville du pays.J’ai peur que le bouddhisme disparaisse. »

Ce moine est proche du mouvement bouddhiste radical 9-6-9 (1), fondé par le moine Ashin Wirathu, 46 ans, qui fut emprisonné neuf ans sous la junte militaire pour ses violentes diatribes islamophobes. Ce groupe prône le boycott des magasins musulmans. Il conseille aux commerçants bouddhistes d’apposer sur leur devanture des autocollants identifiant la religion du propriétaire afin d’inciter à y effectuer les achats. Ces affiches sont nombreuses à Rangoun. Depuis 2012, les conflits religieux sont devenus récurrents en Birmanie, attisés par ceux qui veulent fragiliser le gouvernement réformateur, aux affaires depuis 2011. De son côté, le pouvoir ne prend aucune mesure pour empêcher les extrémistes de propager des discours de haine. 9-6-9 se développe et ses violences ont causé la mort d’au moins 250 musulmans. En début de mois, son chef de file, U Wirathu, s’est rendu au Sri Lanka pour y signer un accord de coopération avec un groupe bouddhiste extrémiste local.

UN PROJET DE LOI « DANGEREUX »

D’après U Pa Mauk Hka, les femmes bouddhistes sont obligées de se convertir à l’islam lorsqu’elles se marient à un musulman. « Il faut ériger une barrière de protection pour notre peuple. En Birmanie, le bouddhisme est la religion principale. Il y a ceux qui accueillent et il y a les visiteurs », note-t-il, laissant entendre que les musulmans sont des étrangers qui n’ont pas à jouir des mêmes droits. « Si les femmes bouddhistes refusent de changer de religion quand elles se marient à un musulman, elles sont battues et torturées », affirme-t-il. Le religieux indique que les moines du monastère Insein Ywa Ma Pariyatti à Rangoun ont rassemblé les témoignages d’épouses converties de force. Sollicités, ces religieux ont précisé n’avoir aucun document attestant de ces faits. « Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de conversions forcées, précise Saw Ma Gay Gyi, responsable des relations publiques pour la Convention baptiste de Birmanie. Il y en a peut-être quelques-unes dans des régions reculées à cause de la pauvreté. » Pour ce pasteur, le projet de loi est « dangereux ».« Notre pays se tourne vers la démocratie. Pourquoi perdre notre temps et créer plus de contentieux entre les différents groupes religieux ? » D’après lui, les responsables chrétiens, hindous, musulmans, mais aussi l’aile modérée du clergé bouddhiste, sont opposés au texte.

En juin, 81 organisations non gouvernementales ont condamné le projet de loi, affirmant qu’il est contraire à la liberté de religion garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Leurs militants ont reçu des menaces de mort anonymes. « La politique du gouvernement consiste à unir le pays sous une seule et unique identité : le bouddhisme, l’ethnie birmane et la langue birmane, explique Salai Zauk Ling, directeur des programmes pour l’Organisation Chin de défense des droits de l’homme.Cette politique n’est pas nouvelle. Je ne pense pas que le pouvoir réussisse à assimiler de force les groupes religieux. Il ne créera que davantage de nationalisme en réponse. » Sur le site Internet du ministère des affaires religieuses figurent parmi ses objectifs « la purification, la perpétuation, la promotion et la propagation de la religion bouddhiste theravada. »

PROTÉGER L’ETHNIE ET LA RELIGION

Trois autres projets de loi regroupés sous la bannière « Protection de l’ethnie et de la religion » viendraient compléter celui sur les conversions : sur les mariages interreligieux, l’interdiction de la polygamie et la maîtrise de la croissance démographique. La députée Aung San Suu Kyi ne réagit guère à ces débats religieux et ethniques.

Mais cette fois, elle a exprimé son opposition au projet de loi sur les mariages. Il obligerait les femmes à demander l’autorisation de leurs parents pour s’unir à un homme d’une autre religion. « Pourquoi seulement les femmes ? a-t-elle remarqué. Cela ne fait pas partie (des valeurs) du bouddhisme. »

Rémy Favre, à Rangoun

(1) Chiffre qui fait référence à trois principes de base : les neuf attributs de Bouddha, les six attributs de son enseignement et les neuf attributs de la Sangha, la communauté monastique bouddhiste.

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/En-Birmanie-le-pouvoir-veut-limiter-les-conversions-religieuses-2014-10-27-1227697

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Lun 16 Mar 2015, 21:54

Le Bouddhisme Theravada ne s'est jamais affirmé comme non violent à l'inverse du Mahayana. De part sa doctrine nihiliste il ne reconnaît pas la nature de Bouddha et donc n'intègre pas l'altruisme et la compassion comme l'essence de la voie.

Ils se basent sur le canon pali ; Tripitaka qui se divisent en 3 partis et qui représente la doctrine Théravada.
Cependant dans ces différents sutras Bouddha enseigne la conduite juste à avoir et forcément il intègre l'interdiction de tuer et de commettre des violences.
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 12:05

Il faut distinguer le bouddhisme originel (la doctrine propre de Shâkya-Muni) de nombre d'écoles qui lui ont succédé que l'on peut proprement nommer hérétiques (provenant souvent du hinayana en effet...ce qui ne veut pas dire qu'il suffit de se réclamer du mahayana pour être indemne de toute hétérodoxie).
Les hindous n'ont jamais vu d'un bon œil les écoles bouddhistes d'une manière générale (et pour cause puisqu'il s'agit en quelque sorte d'un "schisme") qu'ils distinguaient pourtant du Bouddha historique dont certains n'hésitent pas à en faire un Avatâra (le neuvième en l’occurrence).

Quant au néo bouddhisme occidental, à moins d'un simple rattachement sentimental et tout extérieur (et nonobstant les déviances sexuelles et magiques régnant en leur sein), il ne s'y trouve absolument rien de transcendant et les "amoureux du bouddhisme" feraient mieux de s'intéresser de plus près à ceux qu'on leur présente comme des grands maitres de sagesse (n'ont-ils donc jamais appris que l'habit ne faisait pas le moine?).

Pour le reste, mouvements politiques à couleurs bouddhistes, comme d'autres le sont à couleurs juives chrétiennes ou musulmanes.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 13:42

Dans le Mahayana il y a une déviance que l'on nome Vajrayana, cette déviance est hétérodoxe.
Ils incluent des pratiques tantriques que l'on n'a jamais retrouvé dans les sutras.
La Mahayana prend en compte tous les sutras ( avec le canon pali ) alors que le Hinayana se contente d'observer le canon pali.

Nous avons en pointe ce que l'on appel le Dzogchen qui se qualifie comme étant au dessus des tantras et des sutras.
Mais seul le Dzogchen radical ( le véritable ) était basé sur l'éveil spontané en étant simplement conscient de ce qui est ( conscient de l'expérience consciente ), un peu comme dans le Zazen. Mais il a été vite rattrapé au 7eme siècles par le tantrisme tibétain ( le corps d'arc en ciel ).

Pour comprendre le Mahayana il faut lire le philosophe Nagarjuna.
Mais également lire le sutra du Diamant et le sutra du Lotus. Il y a des traités important sur la vacuité, sur la nature de l'esprit ( nature de Bouddha ) qui permet de comprendre l'importance de l'altruisme et de la compassion comme voie d'éveil. D'où le principe de non violence qui est enseigné.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 13:48

Et effectivement Milites Templi ce qui séduit en occident c'est le Bouddhisme Tibétain Vajranaya.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 17:39

Ce que je souhaitais en ouvrant ce fil, c'est attirer l'attention sur le fait que le bouddhisme n'est pas si "non violent" que ça !

Et si quelqu'un savait pourquoi ils haïssent autant les musulmans ?

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 17:44

Ce n'est pas la sagesse bouddhiste qui incite à la haine mais l'esprit nationaliste importé d'Occident.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 17:58

Le bouddhisme, pas toujours non violent

Dans une tribune publiée dans le Huffington Post, Jack Healey, fondateur de l'organisation des droits de l'homme Human Rights Action Center, insiste sur la façon dont le bouddhisme est actuellement utilisé pour justifier des actes de violence contre des populations non-bouddhistes. En Occident, constate-t-il «l'opinion populaire est que les bouddhistes ne feraient jamais des choses telles que les cauchemars provoqués par l'utilisation abusive des doctrines des autres religions». Pourtant, comme en témoigne le sort actuel des musulmans de Birmanie ou des Tamouls au Sri Lanka, des populations sont victimes de violence au nom d'une politique de protection du bouddhisme. Celle-ci est défendue par des moines eux-mêmes, qui, par exemple, participèrent également à des attaques d'églises. Même si, comme en témoigne de nombreux textes, l'idéal de paix et de compassion reste au cœur du bouddhisme, il existe d'autres sources qui voient la violence comme légitime quand le Dharma bouddhique est menacé par des infidèles.

Une violence religieuse ou ethnique ?

Bernard Faure, professeur à l'Université de Stanford et auteur de Bouddhisme et violence (Le Cavalier Bleu) explique ainsi que dans le Kalachakra-tantra, support d'enseignement d'une branche du bouddhisme datant du 11e siècle et auquel se réfère souvent le dalaï-lama, les infidèles ne sont autres que les musulmans qui sont vus comme une menace pour l'existence du royaume mythique de Shambhala. L'auteur explique ainsi que la vision non-violente du bouddhisme ne tient pas assez compte de son histoire et de son caractère hétérogène, en fonction de contextes politiques spécifiques. Ainsi, la dualité entre bouddhistes et non-bouddhistes (hindous, musulmans, chrétiens, etc.) vient s'ajouter à une dualité première qui est identitaire. La différence est donc ethnique avant d'être religieuse, dans la mesure où le conflit se cristallise autour d'un territoire, d'un pouvoir refusé aux autres.

La justification théologique

Si l'origine de la violence est principalement sociopolitique ou ethnique, comme c'est actuellement le cas au Sri Lanka, celle-ci trouve des moyens de se justifier sur un plan théologique. Le refus de la violence repose normalement sur la théorie du karma, selon laquelle la vie actuelle est la conséquence des actes accomplis dans cette vie ou dans les précédentes. Dès lors, un acte violent a une influence négative sur le karma. Or, même si ça n'est pas le cas dans les débuts du bouddhisme, on considérera par la suite que des actes de piété peuvent permettre de se prémunir des effets négatifs de la violence commise, surtout si l'intention était bonne. Sur le plan strictement religieux, c'est donc la possibilité d'atténuer les effets négatifs du karma qui permettra de légitimer le recours à la violence.

http://www.zamanfrance.fr/article/bouddhisme-pas-toujours-non-violent

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Gaudius



Masculin Messages : 501
Inscription : 19/09/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 18:17

Espérance a écrit:
Le bouddhisme, pas toujours non violent



La justification théologique

Si l'origine de la violence est principalement sociopolitique ou ethnique, comme c'est actuellement le cas au Sri Lanka, celle-ci trouve des moyens de se justifier sur un plan théologique. Le refus de la violence repose normalement sur la théorie du karma, selon laquelle la vie actuelle est la conséquence des actes accomplis dans cette vie ou dans les précédentes. Dès lors, un acte violent a une influence négative sur le karma. Or, même si ça n'est pas le cas dans les débuts du bouddhisme, on considérera par la suite que des actes de piété peuvent permettre de se prémunir des effets négatifs de la violence commise, surtout si l'intention était bonne. Sur le plan strictement religieux, c'est donc la possibilité d'atténuer les effets négatifs du karma qui permettra de légitimer le recours à la violence.

http://www.zamanfrance.fr/article/bouddhisme-pas-toujours-non-violent

Autrement dit:
TARTUFFE

Si ce n'est que le Ciel qu'à mes vœux on oppose,
Lever un tel obstacle est à moi peu de chose,
Et cela ne doit pas retenir votre cœur.

ELMIRE

Mais des arrêts du Ciel on nous fait tant de peur!

TARTUFFE

Je puis vous dissiper ces craintes ridicules,
Madame, et je sais l'art de lever les scrupules.
Le Ciel défend, de vrai, certains contentements,
(C'est un scélérat qui parle.)
Mais on trouve avec lui des accommodements.
Selon divers besoins, il est une science
D'étendre les liens de notre conscience,
Et de rectifier le mal de l'action
Avec la pureté de notre intention.

(Tartuffe Acte IV scène V)
On peut se donner toutes les raisons légitimes, se mentir à soi-même, essayer de tricher et de contourner la loi de compensation, on ne peut échapper à sa conscience ni composer avec cette loi fondamentale. C'est l'intention profonde qui compte et non les chinoiseries qu'on invente pour duper à la fois l'entourage et soi-même. La loi de compensation (ou karma) ne s'embarrasse pas de telles "subtilités".
On ne peut atténuer la dette karmique qu'on a contractée que si on fait des efforts pour compenser et réparer l'injustice dont nous sommes l'auteur et non en s'abritant derrière une "bonne cause" en sachant très bien qu'on agit mal.


Dernière édition par Gaudius le Mar 17 Mar 2015, 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3495
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 18:20

Ils haïssent aussi les chrétiens, j'avais fait un poste à ce sujet...
Il s'agit simplement de l'illustration du résultat d'un état dont une religion est majoritaire: intolérance et bêtise crasse.: vive la laïcité !

Citation :
Sri Lanka: Après une attaque, des moines bouddhistes occupent une église

icr./Septembre 2012 – Selon un responsable chrétien, la police n’a pris encore aucune mesure près de quatre semaines après l’occupation, dans le sud du Sri Lanka, d’une église et sa transformation en temple par des moines bouddhistes.

Un responsable chrétien souhaitant garder l’anonymat a révélé au groupe de soutien de l’AEM qu’à Deniyaya (district de Matara, province du sud), ville à majorité bouddhiste, les moines n’ont pas rendu les locaux de l’église adventiste qu’ils ont attaquée et occupée le 19 août dernier. Ladite source a déclaré que quelque vingt-cinq personnes dirigées par deux moines bouddhistes ont fait irruption dans l’église et en ont arraché la bannière pour la remplacer par la leur. Ils ont disposé des drapeaux bouddhistes autour du bâtiment, enlevé la chaire et les bancs en déclarant que l’endroit était maintenant un temple bouddhiste.

Les dirigeants de l’église ont signalé l’incident à la police (Réf.: 285/200/CIB 3), en vain. Pire, quelque cent personnes ont battu deux des dirigeants de l’église à l’extérieur du poste de police de Deniyaya pour avoir demandé l’aide des fonctionnaires le 27 août, a indiqué notre témoin anonyme. Les assaillants ont également volé un appareil de photo et d’autres éléments du véhicule des dirigeants. Le lendemain, quelques personnes ont pénétré dans la maison d’un membre de l’église et l’ont menacé de mort s’il assistait à des services religieux le dimanche. Certaines des personnes impliquées dans les attentats du bâtiment de l’église et des dirigeants faisaient également partie de la foule qui, le 9 août, a agressé le pasteur principal d’une Assemblée de Dieu et de sa femme, ainsi que d’une employée de l’église méthodiste de Deniyaya.

Deniyaya, située à près de deux cents kilomètres de la capitale Colombo, compte environ cinq cents chrétiens sur une population totale de quelque quinze mille personnes. Selon le Tamil Broadcasting Corp. à Londres, groupe de médias dirigé par des expatriés sri-lankais, l’une des personnes impliquées dans l’attaque du 9 août a été identifiée comme étant Thusitha Ranawaka, qui est marié à une sœur du président sri-lankais Mahinda Rajapakse.

Le responsable chrétien qui a parlé à l’AEM a expliqué qu’il ne voulait pas être identifié par peur des représailles de la part des autorités. Deux partis politiques, le Jathika Hela Urumaya (ou JHU, mouvement ultranationaliste, soit Parti de l’héritage national) et le Janatha Vimukthi Peramuna (ou JVP, parti marxiste, soit Front populaire de libération), qui sont connus pour s’opposer aux chrétiens, font partie de la coalition au pouvoir fédéral. Quelque soixante-dix pour cent de la population du Sri Lanka est bouddhiste, et on compte environ huit pour cent de chrétiens.
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 18:46

Quand l'Occident contamine l'Orient avec son nationalisme. La perversion du zen:

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 20:48

Une autre forme de violence : les enfants

Sri Lanka

2 600 jeunes garçons devraient être ordonnés moines bouddhistes par le gouvernement : les ONG de défense des droits de l’enfant protestent
[ Bulletin EDA n° 538 ]

18/10/2010

Des militants des droits de l’homme ont sévèrement critiqué le projet de D. M. Jayaratne, Premier ministre et ministre du Culte bouddhique et des Affaires religieuses au Sri Lanka, d’ordonner en mai prochain 2 600 jeunes garçons comme moines bouddhistes. Vesak, fête majeure du bouddhisme theravada, qui se pratique dans toute l’île (1), correspond ...
... à la pleine lune de mai et commémore le triple événement de la naissance, de l’éveil et de la mort du Bouddha. Cette année, l’anniversaire des 2 600 de l’illumination du Bouddha selon le calendrier religieux sri-lankais a été à l’origine du choix symbolique de 2 600 nouvelles recrues pour le clergé bouddhique.

Selon des informations de la BBC, le Premier ministre aurait justifié cette ordination de masse par un programme du gouvernement visant à sortir les jeunes de la pauvreté tout en permettant de promouvoir davantage le bouddhisme. Tout récemment, dans une allocution dans un temple, D. M. Jayaratna avait révélé que son gouvernement était préoccupé de la baisse du recrutement dans les monastères bouddhiques et d’un début de « déclin » de la religion d’Etat. Sur les 10 346 temples que compte le Sri Lanka, avait-il souligné, plus de 400 ont un effectif insuffisant, au point que bon nombre d’entre eux, surtout dans le nord et l’est du pays, ont dû fermer.

Le ministre des cultes a expliqué le 16 octobre dernier à la BBC que les 2 600 jeunes recrues des monastères bouddhiques seraient soutenues financièrement et pourraient même avoir la possibilité d’aller à l’université. Le gouvernement prévoirait également d’apporter une aide financière à leurs familles. « Nous lancerons un appel aux dons auprès des particuliers, mais étant donné le peu de temps dont nous disposons avant l’événement, c’est l’Etat qui fournira les fonds », a-t-il précisé.

Les ONG et différents mouvements en faveur des droits de l’homme ont dénoncé immédiatement l’opération comme une atteinte grave aux droits de l’enfant. Les futurs moines, argumentent-ils, sont trop jeunes (moins de 10 ans le plus souvent) pour faire un choix de vie et sont des victimes désignées pour les abus sexuels notoires qui ont cours dans les temples. Tout en soulignant que les autorités se refusent à admettre la réalité et l’importance de la pédophilie dans les monastères bouddhiques, les associations spécialisées dans l’aide à l’enfance rappellent que le Sri Lanka est fréquemment rappelé à l’ordre pour son non-respect de la Convention des droits de l’enfant (CIDE) et son système peu répressif concernant les abus sexuels commis sur des enfants (2).

Le service de protection de l’enfance du Sri Lanka (NCPA) a procédé ces dernières années à l’arrestation d’un nombre considérable de bonzes soupçonnés d’abus sexuels sur mineurs dans les temples. Un seul d’entre eux a pu être condamné, son dossier comportant trop de plaintes venant aussi bien des familles que des enfants, pour être réfuté.

D. M. Jayaratne a assuré que tous les jeunes moines seraient sous la protection et la surveillance du gouvernement. Mais le Pr. Harendra de Silva, précurseur au Sri Lanka de la reconnaissance des abus sexuels, s’est élevé violemment contre le projet gouvernemental. « Je condamne fermement ce que je considère comme étant un crime envers nos enfants »,a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement devrait se préoccuper de développer l’économie du pays, plutôt que « d’autoriser les abus sexuels sur les enfants ». « Je n’irais pas jusqu’à comparer cela à l’enrôlement des enfants-soldats par les Tigres tamouls, mais il y a des similitudes indéniables », a ajouté ce spécialiste en pédiatrie qui fut le fondateur et l’ancien président du NCPA.

Hiranthi Wijemanne, qui représente le Sri Lanka au sein d’un panel d’experts des Nations Unies pour les droits de l’enfant, a déclaré quant à elle que les moines leaders du bouddhisme au Sri Lanka se devaient de montrer l’exemple en s’opposant à de telles initiatives. « Je pense que c’est notre devoir de s’opposer à l’ordination de jeunes garçons : c’est une violation des droits de l’enfant », a-t-elle exprimé, faisant remarquer qu’il était rare que des enfants issus de familles aisées soient ordonnés à un âge aussi tendre.

Même remarque de la part de l’ethnologue sri-lankais, le Pr. Gananath Obeysekara qui s’étonne que « tous ceux qui font la promotion de ce grand projet ne proposent pas un de leurs fils ou petits-fils pour être ordonné bonze... ». Dans un article diffusé par le groupe Secular Sri Lanka, qui lutte pour une laïcisation de l’Etat et intitulé : « Le temps est venu de mettre fin à l’esclavage sexuel des enfants-moines au sein du clergé bouddhiste », l’ethnologue dénonce l’extrême jeunesse des recrues au sein des monastères, victimes toutes désignées pour les abus sexuels, car plus vulnérables.

Au Sri Lanka, le nombre particulièrement élevé de petits « moinillons » portant la robe safran du bhikku (3) est dû en partie à des traditions anciennes, comme celle selon laquelle un horoscope défavorable à la naissance peut être en partie « atténué » si l’enfant est mis à l’abri dans un lieu protégé comme le temple. D’autres raisons, économiques le plus souvent, sont également à l’origine du placement d’un enfant d’une grande fratrie pauvre dans un monastère (4).

Notes
(1) L’école du Theravada ou « petit véhicule », née au Sri Lanka avant de se répandre dans une grande partie du Sud-Est asiatique, est considérée comme la plus stricte et la plus ancienne tradition bouddhique. Le bouddhisme theravada, religion d’Etat, est intimement lié au pouvoir, s’appuyant sur la croyance selon laquelle le Bouddha aurait confié aux Cinghalais la mission de transformer l’île en citadelle du bouddhisme dans sa forme pure et originelle.
(2) Bien qu’il ait ratifié la CIDE en 1991, le Sri Lanka compte parmi les pays les plus dénoncés par les Nations Unies pour ses violations répétées des droits de l’enfant. Le 1er octobre 2010, le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies a publié son rapport annuel, où il « fait part de son inquiétude » concernant la non-application de la CIDE dans la législation nationale, la discrimination envers les enfants des minorités ethniques ou religieuses, ceux de sexe féminin, ceux appartenant aux basses castes. Le comité de l’ONU revient également sur le refus du gouvernement sri-lankais d’enquêter sur les enfants morts au cours des derniers mois de la guerre civile ainsi que sur les conditions de vie des enfants toujours détenus dans des camps de l’Etat. Mais surtout, il déclare être « gravement préoccupé » par la fréquence et l’augmentation des abus sexuels au sein des institutions et de l’impunité dont jouissent les coupables. « En dépit de l’ampleur de l’exploitation sexuelle des enfants et des abus dans le pays (...), la législation sri-lankaise ne protège pas les enfants de manière adéquate. »
(3) Le bonze ou bhikku (‘mendiant’ en pali) doit franchir différentes étapes avant de devenir définitivement moine. Tout d’abord « acolyte » (samanera en pali), il doit respecter les dix commandements nécessaires à leur état (s’abstenir de tuer, voler, mentir, boire de l’alcool, avoir des relations sexuelles, etc.) avant d’être autorisé à devenir « moine complet » (upasampada) et de suivre des règles de vie dont le manquement conduit à des expiations graduées en fonction de la gravité de la faute.
(4) sources : Cathnews Asia, 18 octobre 2010 ; lankajournal, 15 octobre 2010 ; Secular Sri Lanka ; Nations Unies

- See more at: http://eglasie.mepasie.org/asie-du-sud/sri-lanka/2010-10-18-2-600-jeunes-garcons-devraient-etre-ordonnes-moines-bouddhistes-par-le-gouvernement-les-ong-de-defense-des-droits-de-l2019enfant-protestent#sthash.gDd6nYSZ.dpuf


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mar 17 Mar 2015, 22:33

dims a écrit:

...Cependant dans ces différents sutras Bouddha enseigne la conduite juste à avoir et forcément il intègre l'interdiction de tuer et de commettre des violences.

Intéressant, je suppose donc que la juste conduite à avoir est un ensemble de règles que Bouddha invite à expérimenter de manière à les retenir pour vrais, n'est-ce pas cher Dims? Wink

Inutile de me répondre, non seulement vous n'êtes qu'une illusion et vous n'existez pas, mais en plus vous allez encore vous contredire.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 00:46

Intervention qui n a rien avoir avec le fil comme à votre habitude.
Lisez le sutra du diamant et vous comprendrez ( enfin j'espère ) ce que bouddha appel la conduite juste, la voie juste et le regard juste. Vos propres interpretions de la parole de Bouddha par contre ne sont que fictives. Wink
A part essayer de me parasiter constamment vous ne temoignez que de votre agassement et de l inconsistance de vos arguments,  pour ma part l échange avec vous n est plus d aucune utilité.

Tous ce que je peux affirmer avec certitude c'est que vous n avez toujours pas réalisé le fond, car toujours la même rhétorique dans l interprétation dualiste.
Pour ceux qui se laisseraient berner par Tania sans avoir de recul, je vous conseil de regarder les fruits qu elle porte pour comprendre la nature et le but de son ideologie new age.

Tania mensongère qui se cache derrière Gérard,  Tania manipulatrice qui joue sur plusieurs tableaux, Tania qui ne cherche qu à se faire passer en victime pour pouvoir mieux disposer de ses victimes. Demarche mal honnête et mensongère qui reflète bien votre croyance.  Je vous vois mètre de la pommade dans le dos de ceux qui me meprisent alors que vous n adherez meme pas à leurs croyances et d essayer d en mètre à ceux qui sont en accord avec mon discours pour tenter des les eloigner. Vous n etes que dans les faux semblants et dans la mesquinerie.
Je ne souhaitais pas en arriver là mais votre arrogance permanente et le fait de vouloir ecarter ceux qui cherchent véritablement la vérité m y oblige.

Je tiens a preciser à Espérance que son sujet ne sera pas polué d avantage et que je m excuses de ce petit hors sujet qui etait nécessaire pour pouvoir remettre les choses aux points.
Maintenant par respect au forum j en resterais la et de toute manière j'en ai fini avec vous Gérard/ Tania.Par respect comme vous dites, vous devriez en faire en autant.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 08:12

Et bien voilà cher Dims! Vous voyez que quand vous voulez vous pouvez! Very Happy

Je ne vous harcèle pas pour rien Dims, je suis en train de vous démontrer concrètement que vous nagez en pleine dualité, en plein samsara et en plein karma, et que vous êtes un imposteur. Vous n'êtes pas du tout ce que vous affirmez être* et nous en avons tous là la preuve noir sur blanc. Et, au cas oú vous ne l'auriez pas compris (car je commence à douter sérieusement de votre capacité à discerner), l'être n'est certainement pas un nom virtuel!

Voili voilou, je suis votre karma et vous êtes le mien. Moi je l'assume, vous vous ne l'assumez pas, il ne vous reste plus qu'à me tuer. Heureusement pour vous que virtuellement c'est facile.

Ce n'est pas le tout de croire, il s'agit d'être! Pas étonnant toute cette violence bouddhiste qui est dénoncée ici! La violence ne se limite pas à être physique, il y a également la violence psychologique. Les extrémistes de tout bord sont dangereux, même lorsqu'ils s'attaquent au mental des gens. C'est de cette manière que procède les sectes.

Donc, merci pour cette splendide réponse qui démonte de manière concrète absolument tous vos discours absolutistes!  Smile

Gérard  :hello:
*Vous ne pouvez pas affirmer que la conscience, le karma, le samsara, la vie et la dualité n'existent pas, que ce ne sont que des illusions, et venir ensuite confirmer par vos réactions karmiques, voire épidermiques, qu'il en est rien.
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 08:34

Selon la plus ancienne religion au monde, l'hindouisme, toutes les religions instaurées en système dégénèreront dans l'orgueil et la violence, et on y est.

http://docteurangelique.forumactif.com/t18367-hindouisme-le-kali-yuga-et-l-age-de-fer#656235
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 09:11

Dims: "Je tiens a preciser à Espérance que son sujet ne sera pas polué d avantage et que je m excuses de ce petit hors sujet qui etait nécessaire pour pouvoir remettre les choses aux points."

Mais pas du tout, pas du tout, cher Dims, nous sommes avec votre réponse en plein dans le vif du sujet: la violence bouddhiste! (même si ici elle n'est que verbale).

Gérard Smile
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 09:16

Hoooo, mais j'ai sauté cette perle splendide:
Dims: Je vous vois mètre de la pommade dans le dos de ceux qui me meprisent alors que vous n adherez meme pas à leurs croyances

A vrai dire, cher Dims, je ne mets de la pommade à personne. Ce que j'aime ce sont les gens et leur capacité à aimer, par leurs théories. Et c'est bien là qu'il est votre problème. Vous ne m'aimez pas parce que je vous contredis. Moi pourtant je vous aime bien.

Tiens, par exemple, je n'adhère pas à tout ce que dit Arnaud, et pourtant je l'adore! Comment expliquez-vous cela?

Gérard Smile
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 10:52

C est la vérité qui vous est violente car elle est insupportable.

Je sais que Tania et ses 4000 messages n'adhère pas au discours d'Arnaud mais Gérard et ses 400 messages n ont pas vraiment eu l occasion d echanger avec Arnaud. Je n ai aucun doute sur votre identité, ayant echangé de nombreuse fois avec Tania je sais qui j ai en face de moi.

En tous cas je ne vous vois pas parasiter Arnaud sur chacune de ses interventions. Vous m avez pris en rival et c'est pour cela qu il devient fatiguant de parler avec une personne qui n utilise que le mensonge pour essayer de se faire valoir.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:06

dims a écrit:
C est la vérité qui vous est violente car elle est insupportable.

Je sais que Tania et ses 4000 messages n'adhère pas au discours d'Arnaud mais Gérard et ses 400 messages n ont pas vraiment eu l occasion d echanger avec Arnaud. Je n ai aucun doute sur votre identité, ayant echangé de nombreuse fois avec Tania je sais qui j ai en face de moi.

En tous cas je ne vous vois pas parasiter Arnaud sur chacune de ses interventions. Vous m avez pris en rival et c'est pour cela qu il devient fatiguant de parler avec une personne qui n utilise que le mensonge pour essayer de se faire valoir.

Et si vous arrêtiez de porter un jugement sur Gérard ? IL N EST PAS TANIA, vous lui faites un procès d'intention.

En fait, il y a VIOLENCE dans vos paroles quand vous êtes contredit, comme chez TOUS les bouddhistes, puisqu'ils ceux qui ne sont pas de leur bord sont des IGNORANTS.

Et c'est là que ça devient grave, car dans la vie réelle, ILS OBLIGENT à couper les relations, qu'elles soient familiales ou amicales : c'est du vécu.

Il n'y a absolument aucune COMPASSION, on voit bien là que le fruit de la méditation ne vient pas du tout de l'Esprit Saint.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/


Dernière édition par Espérance le Mer 18 Mar 2015, 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:08

dims a écrit:
C est la vérité qui vous est violente car elle est insupportable.

Je sais que Tania et ses 4000 messages n'adhère pas au discours d'Arnaud mais Gérard et ses 400 messages n ont pas vraiment eu l occasion d echanger avec Arnaud. Je n ai aucun doute sur votre identité, ayant echangé de nombreuse fois avec Tania je sais qui j ai en face de moi.

En tous cas je ne vous vois pas parasiter Arnaud sur chacune de ces interventions. Vous m avez pris en rival et c'est pour cela qu il devient fatiguant de parler avec une personne qui n utilise que le mensonge pour essayer de se faire valoir.

En rival? Shocked Non non, vous n'y êtes pas du tout. Je fais partie d'un groupe qui tente de mener à bien un projet, c'est tout. Il est vrai que c'est avec le bouddhisme tel que vous le présentez qu'il y a encore quelques petits problèmes à résoudre.

Vous pouvez m'attaquer et dire ce que vous voulez sur ma personne, le train de vos sarcasmes roule sur les rails de mon indifférence, cher Dims.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:15

Comment s appel ce groupe ?
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:17

dims a écrit:
Comment s appel ce groupe ?

HS

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:42

Espérance a écrit:
dims a écrit:
C est la vérité qui vous est violente car elle est insupportable.

Je sais que Tania et ses 4000 messages n'adhère pas au discours d'Arnaud mais Gérard et ses 400 messages n ont pas vraiment eu l occasion d echanger avec Arnaud. Je n ai aucun doute sur votre identité, ayant echangé de nombreuse fois avec Tania je sais qui j ai en face de moi.

En tous cas je ne vous vois pas parasiter Arnaud sur chacune de ses interventions. Vous m avez pris en rival et c'est pour cela qu il devient fatiguant de parler avec une personne qui n utilise que le mensonge pour essayer de se faire valoir.

Et si vous arrêtiez de porter un jugement sur Gérard ? IL N EST PAS TANIA, vous lui faites un procès d'intention.

En fait, il y a VIOLENCE dans vos paroles quand vous êtes contredit, comme chez TOUS les bouddhistes, puisqu'ils ceux qui ne sont pas de leur bord sont des IGNORANTS.

Et c'est là que ça devient grave, car dans le vie réelle, ILS OBLIGENT à couper les relations, qu'elles soient familiales ou amicales : c'est du vécu.

Il n'y a absolument aucune COMPASSION, on voit bien là que le fruit de la méditation ne vient pas du tout de l'Esprit Saint.

Comme le Christ enseigne à se séparer de son père et de sa mère. Et que celui qui veut le suivre doit tout quitter.
C est les attachements qui nous sorte de la réalité. Le principe de vacuité n est pas de nier la vie ou de la valider mais de transcender ces concepts.
La compassion est de la même nature sans mesure vous ne la trouverez pas dans vos concepts.

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:44

Le bouddhisme, pas toujours non violent

Dans une tribune publiée dans le Huffington Post, Jack Healey, fondateur de l'organisation des droits de l'homme Human Rights Action Center, insiste sur la façon dont le bouddhisme est actuellement utilisé pour justifier des actes de violence contre des populations non-bouddhistes.

Dans une tribune publiée dans le Huffington Post, Jack Healey, fondateur de l'organisation des droits de l'homme Human Rights Action Center, insiste sur la façon dont le bouddhisme est actuellement utilisé pour justifier des actes de violence contre des populations non-bouddhistes. En Occident, constate-t-il «l'opinion populaire est que les bouddhistes ne feraient jamais des choses telles que les cauchemars provoqués par l'utilisation abusive des doctrines des autres religions». Pourtant, comme en témoigne le sort actuel des musulmans de Birmanie ou des Tamouls au Sri Lanka, des populations sont victimes de violence au nom d'une politique de protection du bouddhisme. Celle-ci est défendue par des moines eux-mêmes, qui, par exemple, participèrent également à des attaques d'églises. Même si, comme en témoigne de nombreux textes, l'idéal de paix et de compassion reste au cœur du bouddhisme, il existe d'autres sources qui voient la violence comme légitime quand le Dharma bouddhique est menacé par des infidèles.

Une violence religieuse ou ethnique ?

Bernard Faure, professeur à l'Université de Stanford et auteur de Bouddhisme et violence (Le Cavalier Bleu) explique ainsi que dans le Kalachakra-tantra, support d'enseignement d'une branche du bouddhisme datant du 11e siècle et auquel se réfère souvent le dalaï-lama, les infidèles ne sont autres que les musulmans qui sont vus comme une menace pour l'existence du royaume mythique de Shambhala. L'auteur explique ainsi que la vision non-violente du bouddhisme ne tient pas assez compte de son histoire et de son caractère hétérogène, en fonction de contextes politiques spécifiques. Ainsi, la dualité entre bouddhistes et non-bouddhistes (hindous, musulmans, chrétiens, etc.) vient s'ajouter à une dualité première qui est identitaire. La différence est donc ethnique avant d'être religieuse, dans la mesure où le conflit se cristallise autour d'un territoire, d'un pouvoir refusé aux autres.

La justification théologique

Si l'origine de la violence est principalement sociopolitique ou ethnique, comme c'est actuellement le cas au Sri Lanka, celle-ci trouve des moyens de se justifier sur un plan théologique. Le refus de la violence repose normalement sur la théorie du karma, selon laquelle la vie actuelle est la conséquence des actes accomplis dans cette vie ou dans les précédentes. Dès lors, un acte violent a une influence négative sur le karma. Or, même si ça n'est pas le cas dans les débuts du bouddhisme, on considérera par la suite que des actes de piété peuvent permettre de se prémunir des effets négatifs de la violence commise, surtout si l'intention était bonne. Sur le plan strictement religieux, c'est donc la possibilité d'atténuer les effets négatifs du karma qui permettra de légitimer le recours à la violence.

http://www.zamanfrance.fr/article/bouddhisme-pas-toujours-non-violent

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:48

Espérance a écrit:
dims a écrit:
C est la vérité qui vous est violente car elle est insupportable.

Je sais que Tania et ses 4000 messages n'adhère pas au discours d'Arnaud mais Gérard et ses 400 messages n ont pas vraiment eu l occasion d echanger avec Arnaud. Je n ai aucun doute sur votre identité, ayant echangé de nombreuse fois avec Tania je sais qui j ai en face de moi.

En tous cas je ne vous vois pas parasiter Arnaud sur chacune de ses interventions. Vous m avez pris en rival et c'est pour cela qu il devient fatiguant de parler avec une personne qui n utilise que le mensonge pour essayer de se faire valoir.

Et si vous arrêtiez de porter un jugement sur Gérard ? IL N EST PAS TANIA, vous lui faites un procès d'intention.

En fait, il y a VIOLENCE dans vos paroles quand vous êtes contredit, comme chez TOUS les bouddhistes, puisqu'ils ceux qui ne sont pas de leur bord sont des IGNORANTS.

Et c'est là que ça devient grave, car dans la vie réelle, ILS OBLIGENT à couper les relations, qu'elles soient familiales ou amicales : c'est du vécu.

Il n'y a absolument aucune COMPASSION, on voit bien là que le fruit de la méditation ne vient pas du tout de l'Esprit Saint.

thumleft

Ce qui ne veut pas dire que Dims est incapable d'aimer et d'être compatissant, bien sûr, mais ce sont les théories qu'il défend qu'on attaque, pas sa personne (bien qu'il ne se gêne pas de m'attaquer avec une certaine virulence, mais je ne lui en veux pas).

Gérard

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 11:53

Gérard a écrit:
Ce qui ne veut pas dire que Dims est incapable d'aimer et d'être compatissant, bien sûr, mais ce sont les théories qu'il défend qu'on attaque, pas sa personne (bien qu'il ne se gêne pas de m'attaquer avec une certaine virulence, mais je ne lui en veux pas).

Il n'y a pas de véritable amour chez les bouddhistes, car l'amour c'est :

1 Corinthiens 13:4-7

«L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est point envieux, il ne se vante point, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.»


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3951
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 12:09

Et la il n y a pas procès d intention ? Ne me rendez pas responsable de votre mauvaise expérience au sein du "bouddhisme". Faites ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais c'est ca Espérance ?

Et éviter encore une fois vos amalgames, car le bouddhisme est extrêmement varié et différent selon ses ecoles.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2589
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 13:41

Espérance a écrit:
Gérard a écrit:
Ce qui ne veut pas dire que Dims est incapable d'aimer et d'être compatissant, bien sûr, mais ce sont les théories qu'il défend qu'on attaque, pas sa personne (bien qu'il ne se gêne pas de m'attaquer avec une certaine virulence, mais je ne lui en veux pas).

Il n'y a pas de véritable amour chez les bouddhistes, car l'amour c'est :

1 Corinthiens 13:4-7

«L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est point envieux, il ne se vante point, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.»


Faut pas trop exagérer, Espérance, ce que j'essaye de dire ici (et également à Dims) c'est que la capacité à aimer et la compassion ont des degrés. Tout dépend de la grandeur de coeur. Et c'est d'ailleurs ce constat là qui nous mène à Dieu. C'est à dire que le but et de faire croître notre coeur spirituel (ou amour spirituel). Ce qui n'a absolument rien à voir avec ce que dit Dims qui affirme que rien n'existe en soi, c'est cela qui est critiquable et même absurde.

Maintenant, que l'Amour élevé à sa magnificence la plus grande nous mène à l'état d'être dont parle Dims, c'est autre chose. Mais cela ne peut passer que par un Amour spirituel qui s'amplifie.

Je pense que sur ce forum nous sommes tous compatissant et nous aimons tous à un degré plus ou moins élevé. Nous ne pouvons être au niveau aussi sublime et parfait tel que le définit Saint Paul.

Il me semble que c'est cela faire la part des choses, il ne faut pas tomber dans le même travers que Dims. Croire à ce qu'il croit ne l'empêche pas d'avoir une relative capacité à aimer, c'est juste que ses théories sont handicapantes, elles ne permettent pas aux jeunes esprits de s'épanouir. Quand je dis "jeunes esprits", ce n'est pas une question d'âge physiologique, mais d'âge spirituel. Malgré son jeune âge physique, L'âge spirituel de Tabris, par exemple, est élevé, mais je lui conseille quand-même de se méfier de ces théories fumeuses, car il leur manque l'essentiel: Dieu.

Gérard



Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 13:43

dims a écrit:
Et la il n y a pas procès d intention ? Ne me rendez pas responsable de votre mauvaise expérience au sein du "bouddhisme". Faites ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais c'est ca Espérance ?

Et éviter encore une fois vos amalgames, car le bouddhisme est extrêmement varié et différent selon ses ecoles.

Je ne fais pas d'amalgames, je remets les pendules à l'heure.

Je ne suis pas la seule à avoir fait une mauvaise expérience dans le bouddhisme et je ne voudrais pas que d'autres passent par là...

La réalité de la vie n'est pas une illusion.

On revient au sujet

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?   Mer 18 Mar 2015, 13:46

Gérard2 a écrit:
Espérance a écrit:
Gérard a écrit:
Ce qui ne veut pas dire que Dims est incapable d'aimer et d'être compatissant, bien sûr, mais ce sont les théories qu'il défend qu'on attaque, pas sa personne (bien qu'il ne se gêne pas de m'attaquer avec une certaine virulence, mais je ne lui en veux pas).

Il n'y a pas de véritable amour chez les bouddhistes, car l'amour c'est :

1 Corinthiens 13:4-7

«L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est point envieux, il ne se vante point, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.»


Faut pas trop exagérer, Espérance, ce que j'essaye de dire ici (et également à Dims) c'est que la capacité à aimer et la compassion ont des degrés. Tout dépend de la grandeur de coeur. Et c'est d'ailleurs ce constat là qui nous mène à Dieu. C'est à dire que le but et de faire croître notre coeur spirituel (ou amour spirituel). Ce qui n'a absolument rien à voir avec ce que dit Dims qui affirme que rien n'existe en soi, c'est cela qui est critiquable et même absurde.

Maintenant, que l'Amour élevé à sa magnificence la plus grande nous mène à l'état d'être dont parle Dims, c'est autre chose. Mais cela ne peut passer que par un Amour spirituel qui s'amplifie.

Je pense que sur ce forum nous sommes tous compatissant et nous aimons tous à un degré plus ou moins élevé. Nous ne pouvons être au niveau aussi sublime et parfait tel que le définit Saint Paul.

Il me semble que c'est cela faire la part des choses, il ne faut pas tomber dans le même travers que Dims. Croire à ce qu'il croit ne l'empêche pas d'avoir une relative capacité à aimer, c'est juste que ses théories sont handicapantes, elles ne permettent pas aux jeunes esprits de s'épanouir. Quand je dis "jeunes esprits", ce n'est pas une question d'âge physiologique, mais d'âge spirituel. Malgré son jeune âge physique, L'âge spirituel de Tabris, par exemple, est élevé, mais je lui conseille quand-même de se méfier de ces théories fumeuses, car il leur manque l'essentiel: Dieu.

Gérard


Je suis d'accord avec vous Gérard :sage:

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Le bouddhisme- en Asie - est-il non violent ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bouddhisme au Japon
» Comment dois-je enseigner le Bouddhisme à mes enfants?
» Essais sur le bouddhisme zen (D.T. Suzuki)
» pratique du bouddhisme chinois ?
» Bouddhisme en occident

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: