DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 01 Mar 2015, 19:25

tu as raison,mais dans combien de cas l'homme n'est pas retrouvé.

... ou la femme ne veut pas dire qui c'est...

la prévention? luttons d'abord sur la solitude et la précarité affective des êtres.

pour le souhait des personnes âgées de mourir, oui, une présence affective et régulière est indispensable et les fait changer d'avis (j'en suis témoin). Il suffit souvent d'écouter...

la compassion? évident mais dans ce monde de tarés c'est une denrée trop rare

il y en a et heureusement !

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 01 Mar 2015, 19:27

cederic a écrit:


c'est un défi posé à une société responsable
l'est elle ?

il faut poser la question autrement : les hommes sont-ils responsables ?

facile que mettre tout sur le dos de la société.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 01 Mar 2015, 19:31

Nathalie2 a écrit:
Deux, c'est vite dit !!!! ok, j’arrête d'être méchante envers la gente masculine qui a le meilleur du meilleur : la fuite, tandis que la femme reste bien avec le polichinelle dans le tiroir.

Alors tout dépend des sentiments de la femme et de sa condition financière et sociale comme toujours. Il y a énormément de paramètres qui sont à prendre en compte :
- les parents (grands-parents) sont-ils présents.
- son métier
- situation du logement
- dans quelle condition a été conçu l'enfant (détail énorme). Un enfant doit être conçu dans l'amour, c'est viscéral. Car à chaque fois que la mère le regardera, elle se rappellera ! On oublie ce détail.
- le pourcentage de lâcheté du père : fuite intégrale, simple débinage, roquet qui hurle de peur, etc...
- etc...

Après vous établissez une liste de choses que la femme peut faire, ce qu'elle ne peut pas faire, et un état d'esprit face à ce qui lui arrive.

Des fois l'abandon total est la meilleure solution, des fois elle s'en sortira seule, etc...

Chaque situation est vraiment unique, ainsi que les motivations
.

c'est ce que j'ai dit plus haut.
Par contre, je ne crois pas que la femme peut s'en sortir seule... malheureusement, il n'y a souvent personne pour cheminer à côté d'elle...

Revenir en haut Aller en bas
Nathalie2



Féminin Messages : 698
Inscription : 13/01/2015

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 01 Mar 2015, 20:47

C'est mieux quand on met les pieds dans le plat, et qu'on fait déborder partout ! What a Face

Néanmoins, je reste sur ma position. Le fait de crier "l'avortement c'est pas bien, na", est stérile si on n'aborde pas le problème de fond.
- le respect des femmes
- lutter contre hypersexualisation
- mettre en place des moyens de contraception efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 01 Mar 2015, 21:04

Nathalie2 a écrit:
C'est mieux quand on met les pieds dans le plat, et qu'on fait déborder partout ! What a Face

Néanmoins, je reste sur ma position. Le fait de crier "l'avortement c'est pas bien, na", est stérile si on n'aborde pas le problème de fond.
- le respect des femmes
- lutter contre hypersexualisation
- mettre en place des moyens de contraception efficace.

c'est sûr, mais comment ? par quel moyen ?


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Ven 06 Mar 2015, 22:35


Je me sens vraiment concerné par la loi sur l'euthanasie. Mais vers quoi allons-nous ?

Je pense comme Arnaud qu'avortement et euthanasie, même combat ! L'avortement ne respecte pas l'enfant à naître, ne respecte pas la vie tout court. Enfin, un peu de rationnalité, mince ! C'est une vie qui est dans le sein de la mère, ce n'est pas un non sens. Tout ce qui est a un sens ! Et la vie est d'abord quelque chose que l'on ne reçoit pas exclusivement que des parents, on a aussi une vie spirituelle, qui fait notre dignité, et que l'on reçoit de Dieu !

Euthanasie : la bonne mort, ah oui ? Parce qu'on tue ceux dont on ose même dire qu'ils ont perdu leur dignité (cf. Un camarade de faculté m'a dit cela un jour) ! Le corps est beau, mais si l'on n'y prend pas garde, notre exaltation du corps peut devenir une négation de l'âme. Voir le corps perdre sa beauté, sa capacité à ressentir du plaisir, voir la maladie ronger un à un les membres de ce corps, annihiler les sensations, faire souffrir, bien sûr que c'est dur, on ne doit avoir là aucun déni ! Mais si voir un corps souffrant ne nous amène qu'à l'intention morbide d'y mettre un terme par le meurtre, d'abord cela pousse au crime, mais ensuite et surtout c'est refuser l'humanité même de la personne que nous avons en face de nous.

C'est à désespérer de l'humanité, si elle n'est capable de voir comme ultime horizon pour un malade que la mort. N'a-t-il pas une âme ? Tout son être n'est-il pas pétri, formé par cette âme, comme le sculpteur donne par la statue une forme d'existence supérieure à ce bloc de marbre ? Le corps, bien sûr, on ne nie pas sa beauté, mais à vrai dire c'est son âme, son intelligence, sa volonté, facultés spirituelles s'il en est, qui lui donnent sa dignité !

Alors, l'amour de la vie humaine doit primer avant toute chose, même si pour cela il faut se battre contre l'avortement et l'euthanasie !
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9372
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Ven 06 Mar 2015, 23:44

Je viens d'assister à la projection ce jeudi dernier , en présence du réalisateur , du film " Vivre sa mort " où le cinéaste Manu Bonmariage suit les souffrances de deux cancéreux pendant leur dernière année de vie . Le film est admirable mais est jugé par beaucoup comme une promotion de l'euthanasie et surtout comme une déclaration d'incroyance .

Je n'ai pas participé au débat parce que j'ai une dent personnelle contre Manu Bonmariage , qui m'a un jour , piégé .

L'association pour le droit de mourir dans la dignité , constituée en Belgique le 24 avril 1982 , faisait sa réclame après le film .

D'un autre côté , la conférence des évêques de Belgique vient d'exprimer ses doutes sur l'application correcte de la loi dépénalisant l'euthanasie .

Le problème que presque plus personne n'ose aborder est : " Y a-t-il une vie après la vie ? " .
Il est pourtant essentiel au débat .
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 07 Mar 2015, 03:02

salut
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 07 Mar 2015, 10:22

Fin de vie : accompagner les personnes ou donner la mort ?

Catéchèse de Mgr Jean-Pierre Ricard, en lien avec la préparation d'un projet de loi sur la fin de vie.

Allons-nous vers le vote d’une nouvelle loi autorisant le « suicide assisté » et dépénalisant l’euthanasie, quitte à parler d’ « aide médicalisée à mourir », si le mot d’euthanasie fait peur ? Il semble bien. Après l’avis du Comité consultatif national d’éthique, un projet de loi est en préparation. Il n’est pas question de nier la complexité des questions et des situations, mais il est important que les catholiques soient au clair sur la vision de l’homme dont ils sont porteurs.

Certains groupes très actifs militent pour que chacun, en fin de vie ou en situation de grande souffrance, ait le droit d’être aidé à mourir. Ils citent le cas de personnes qui disent : « Je n’en peux plus. Je n’accepte pas la dégradation qui se manifeste ; je veux mourir dans la dignité. Aidez-moi à mourir ». Les médias orchestrent volontiers ces situations en faisant appel à l’émotion et à la compassion, même si ces demandes sont numériquement très peu nombreuses.

Pour analyser cette revendication, il faut tout d’abord distinguer deux choses : le refus de l’acharnement thérapeutique et la demande d’être aidé à mourir. La Loi « Léonetti » du 22 avril 2005 reconnaît au malade le droit de demander que l’on arrête des traitements lourds, qui s’avéreraient inutiles et disproportionnés par rapport aux résultats escomptés. Jean-Paul II déclarait : « Il faut distinguer de l’euthanasie la décision de renoncer à ce qu’on appelle “ l’acharnement thérapeutique ”, c’est-à-dire à certaines interventions médicales qui ne conviendraient plus à la situation réelle du malade, parce qu’elles sont désormais disproportionnées par rapport aux résultats que l’on pourrait espérer ou parce qu’elles sont trop lourdes pour lui ou pour sa famille » (Evangelium Vitae n° 65). Il revient à la médecine de soulager la souffrance du malade en fin de vie, même si certains analgésiques peuvent avoir comme effet indirect d’abréger éventuellement la vie du malade. Dans la mesure où la manière d’administrer les antalgiques ou les sédatifs témoigne d’une volonté réfléchie de rechercher uniquement l’apaisement des souffrances, l’Église et la législation française recommandent leur emploi chaque fois que, selon l’expérience acquise en ce domaine, ils sont jugés nécessaires. Ici, le médecin respecte la vie, tout en acceptant la mort lorsqu’elle est devenue inéluctable.

Faut-il aller plus loin et répondre à la demande de personnes en fin de vie qui souhaitent être aidées activement à mourir, par l’injection d’un produit létal, par exemple ? Ces personnes défendent la liberté de choisir leur mort et souhaitent qu’une loi reconnaisse ces libertés individuelles revendiquées. On peut d’ailleurs s’interroger sur cette volonté dans notre société de changer les lois pour qu’elles répondent aux situations particulières de quelques-uns.

Cette revendication de « liberté » mérite d’être questionnée :

1) Ces personnes sont-elles vraiment libres dans la situation qui est la leur ? Comment entendre leurs « demandes de mort » ? Celles-ci peuvent témoigner de leur fatigue et du poids des traitements médicaux, mais aussi d’une souffrance provenant d’une perte d’estime de soi et du sentiment d’être inutile ou abandonné de ses proches. À quoi bon vivre lorsqu’on se perçoit comme une charge pour autrui et que l’entourage renvoie une image dévalorisante ? Ces « demandes » sont, en fait, très souvent un appel au secours. Des soignants nous disent que, bien soignés et accompagnés, le plus grand nombre de ces malades ne réitèrent pas leur demande de mort.

2) La liberté de la personne qui souhaite qu’on l’aide à mourir va aussi se confronter à la liberté de son entourage, de sa famille. Certains ont renoncé à cette demande en voyant le traumatisme qu’ils faisaient vivre à leurs proches.

3) L’euthanasie implique l’action délibérée d’un tiers. La sollicitation faite à un médecin rencontre aussi la liberté de celui-ci. Or, toute l’éthique médicale vise à soigner, à protéger la vie, à venir en aide aux personnes et non pas à leur donner la mort. Accepter le « suicide assisté » représenterait un bouleversement considérable dans l’éthique médicale. Elle serait en outre une transgression de cet interdit de l’homicide qui est un interdit fondateur de notre vie sociale.

4) On parle de « mourir dans la dignité ». Mais de quelle dignité s’agit-il ? Est-ce la caractéristique de l’homme bien-portant, qui a toutes ses facultés, qui n’est pas diminué, qui reste un consommateur et garde une utilité sociale ? Ou bien est-ce la valeur absolue qui est accordée à chaque personne humaine, quels que soient son état, ses handicaps ou ses limites ? La dignité de la personne est une valeur inconditionnelle qui ne peut pas être perdue, qui ne dépend ni de l’idée que l’on se fait de soi-même, ni du regard posé par autrui. C’est la grandeur d’une société de reconnaître cette dignité dans les plus fragiles et les plus vulnérables et de la protéger. C’est d’ailleurs une fonction du droit. Ce serait une régression sociale que d’y renoncer.

5) Finalement, la vraie réponse à ces situations dramatiques de fin de vie n’est pas le « suicide assisté » mais l’accompagnement des mourants, et en particulier le développement des soins palliatifs. Cela demande de poursuivre un véritable engagement de solidarité et de fraternité pour offrir à tous cet accompagnement. Notre société a encore beaucoup à faire en ce domaine.

On ne peut que souscrire à ce que déclarait dernièrement le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France : « Notre conviction profonde est qu’un changement législatif ne peut avoir pour objectif que de rendre plus manifeste le respect dû à toute personne en fin de vie. Cela passe par le refus de l’acharnement thérapeutique, le refus de l’acte de tuer ; ainsi que par le développement des soins palliatifs et le renforcement des solidarités familiales et sociales ».

† Jean-Pierre cardinal Ricard

Archevêque de Bordeaux

Évêque de Bazas









_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 11:19

FRANCE - Les députés suppriment le délai de réflexion pour une IVG

Le Monde.fr | 19.03.2015 à 05h03 • Mis à jour le 19.03.2015 à 08h41 | Par François Béguin et Gaëlle Dupont

Les députés ont voté la suppression du délai de réflexion de sept jours obligatoire entre la première et la deuxième consultation pour obtenir une interruption volontaire de grossesse, dans la nuit de mercredi à jeudi 19 mars, lors de l’examen en commission des affaires sociales du projet de loi sur la santé.

« Ce délai est infantilisant et stigmatisant », a affirmé Catherine Coutelle (PS), présidente de la délégation aux droits aux femmes de l’Assemblée. Ses opposants affirment qu’il peut entraver l’accès à l’IVG dans les régions ou pendant les périodes où il est difficile d’obtenir des rendez-vous, et amener des femmes à dépasser la période légale de 12 semaines de grossesse pour avorter. Pour Mme Coutelle, il s’agit d’une « concession » qu’avait dû accepter Simone Veil, lors du vote de la loi sur l’avortement de 1975.

Comme à chaque fois que des dispositions de cette loi sont remises en débat, l’amendement a suscité un débat. « Je trouve dommage que l’on revienne sur un tel sujet à 2 heures du matin, revoir ainsi l’équilibre de la loi Veil, ce n’est pas sérieux », a regretté le député UMP Arnaud Robinet.

La ministre de la santé, Marisol Touraine, s’est opposée à la mesure, se déclarant favorable à un seul raccourcissement de la période de sept à deux jours. « Je ne suis pas certaine que ce soit par la suppression de ce délai que nous fassions progresser l’accès au droit », a-t-elle expliqué. Le passage de sept à deux jours avait été envisagé lors de la présentation d’un plan sur l’amélioration de l’accès à l’IVG en janvier, avant d’être retiré en catastrophe devant les risques de polémique.


Clause de conscience maintenue

Mme Coutelle a finalement retiré son amendement visant à supprimer la clause de conscience spécifique des médecins pour l’IVG, qui selon elle n’a pas lieu d’être car une clause de conscience générale existe pour tous les actes. « Il n’est pas utile de ranimer des discussions qui sont pour l’essentiel symboliques dans un contexte de tension sur un certain nombre de sujets de société », a souligné Mme Touraine, après avoir annoncé qu’elle était par ailleurs favorable à ce que des IVG puissent être pratiquées dans les centres de santé.

La mesure sera de nouveau discutée par les députés lors de l’examen du projet de loi santé dans l’hémicycle, qui démarre le 31 mars. Une proposition du rapporteur (PS) Olivier Véran visant à interdire le recrutement de mannequins trop filiformes, qui n’a pas été adoptée par la commission, sera également à nouveau débattue lors de la séance publique.

La commission a en outre adopté un amendement du gouvernement qui interdit de fumer dans un véhicule transportant des passagers de moins de 12 ans, malgré l’opposition de l’UMP, qui y voit une atteinte aux libertés individuelles

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/03/19/les-deputes-suppriment-le-delai-de-reflexion-pour-une-ivg_4596414_1651302.html#x0rcAFfuzlGgiZG3.99

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 13:06

pauvre france,quand nos politiques se lancent dans des préoccupations où ils sont incompétents; c'est triste;c'est hélas la porte ouverte aux abus et une banalisation.
Revenir en haut Aller en bas
cederic



Masculin Messages : 950
Inscription : 06/10/2013

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 13:15

http://mourirdansladignite.centerblog.net/
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 14:31

Le problème que presque plus personne n'ose aborder est : " Y a-t-il une vie après la vie ? " .
Il est pourtant essentiel au débat .


Ca ne l'est que pour une petite frange de la population.
C'est une croyance respectable... ça n'en fait pas un lieu commun (sur lequel tout le monde s'accorde).
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 14:34

Pourtant, ce lieu commun existe, à en croire les récits d'EMI.

Et il fait partie du credo de l'Église.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 14:47

Une croyance, même respectable, ne fait pas une certitude scientifique.... pas plus que des sensation pré-mortem...
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 14:57

Fin de vie. Loi Léonetti : la personne de confiance, c'est quoi ?

Le Dr Hervé Léna, pneumologue au CHU de Rennes. Le Dr Hervé Léna, pneumologue au CHU de Rennes.

Prévu par la loi Léonetti, le choix d'une personne de confiance n'est pas anodin. Elle est dépositaire de vos souhaits si vous n'êtes plus en mesure d'exprimer les vôtres.

Service de pneumologie du CHU de Rennes. Un lieu où, quotidiennement, la vie côtoie la mort. Environ 180 personnes y décèdent chaque année. Très souvent à l'issue de longues maladies atteignant leurs poumons. C'est là qu'exerce le Dr Hervé Léna, pneumologue. « Quand un patient sait qu'il pourra ne plus être en mesure de s'exprimer sur ce qu'il souhaite pour sa fin de vie, il peut désigner une personne de confiance qui sera son relais. » Pour ce spécialiste, une réalité qu'il côtoie régulièrement et qui n'est pas qu'une simple option. Bien au contraire.


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 19:27

Mgr Ricard, cité par Espérance a écrit:
Certains groupes très actifs militent pour que chacun, en fin de vie ou en situation de grande souffrance, ait le droit d’être aidé à mourir. Ils citent le cas de personnes qui disent : « Je n’en peux plus. Je n’accepte pas la dégradation qui se manifeste ; je veux mourir dans la dignité. Aidez-moi à mourir ». Les médias orchestrent volontiers ces situations en faisant appel à l’émotion et à la compassion, même si ces demandes sont numériquement très peu nombreuses.

Super texte Espérance ! Thumright Je livre quelques réflexions sur le tas :

La peur de la souffrance, de la dégradation physique. Enfin, bien sûr que quand on vieillit, on se dégrade. La question n'est pas nouvelle. A vrai dire, ce qui change dans l'histoire, c'est davantage l'attitude que l'on adopte face à la mort. Et un grand nombre de questions peuvent exercer une influence déterminante sur nos choix.

Le moment de la mort n'est-il pas le moment des grandes décisions ? N'est-ce pas le moment où l'homme se révèle à lui-même de façon décisive ? Mais pouvons-nous laisser notre esprit se laisser abattre devant la lente agonie du corps ? Ne devons-nous pas au contraire élever nos yeux avec espérance sur nos potentialités extraordinaires ? Ah quand à l'agonie du corps répond l'agonie de l'amour, la désespérance !

Et si la mort n'était pas le terme de toute vie ? Et si nous continuions à vivre après la mort ? Qu'est-ce que ces considérations peuvent avoir comme impact sur nos décisions finales ? Enfin, la mort ne se programme pas, sauf exceptions, pourtant elle inspire la crainte parce que nous sommes des êtres bien affectifs, bien désireux, bien attachés et bien attachants, sur notre bonne vieille terre ! Alors la mort ? Fruit du désespoir d'assister à une dégradation que l'on ne s'explique pas.

Mgr Ricard cité par Espérance a écrit:
Il revient à la médecine de soulager la souffrance du malade en fin de vie, même si certains analgésiques peuvent avoir comme effet indirect d’abréger éventuellement la vie du malade. Dans la mesure où la manière d’administrer les antalgiques ou les sédatifs témoigne d’une volonté réfléchie de rechercher uniquement l’apaisement des souffrances, l’Église et la législation française recommandent leur emploi chaque fois que, selon l’expérience acquise en ce domaine, ils sont jugés nécessaires. Ici, le médecin respecte la vie, tout en acceptant la mort lorsqu’elle est devenue inéluctable.

Le traitement de la douleur est proportionné, me semble-t-il, à la souffrance du malade. Chercher une échappatoire par l'homicide me paraît pour le coup inadmissible, et incohérent ! Pitié s'il y avait davantage de respect entourant la mort et non une compassion fallacieuse qui pousse à éliminer le plus fragile !
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 19:38

Pour moi, les personnes de confiance, ce sont mes enfants. Ils savent bien ce que je souhaite. Ne pas souffrir, certes, mais je veux être là au moment de mourir. Aussi la sédation continue, je n'en veux pas.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6692
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Jeu 19 Mar 2015, 20:31

adamev a écrit:
Une croyance, même respectable, ne fait pas une certitude scientifique.... pas plus que des sensation pré-mortem...

la lumière du jour ne sert pas a voir claire , elle sert a éclairer de quoi la nier !
voila a peu prés ton propos !
ensuite on éteint la lumière en disant "vous voyez j'avais raison puisqu'on ne voit pas !"
et là un malin demande naïvement "c'est quoi voir ?"
si être conscient de ne pas voir existe c'est donc que voir est possible et donc que la lumière existe !"

l'homme a rompu la communion a la Lumière d'En Haut ce n'est pas en racontant que l'on a pas d'argument scientifique que cela ramène l'homme a la Lumière , soutenir ce que tu dis n'est rien d'autre que de rendre un culte a la volonté de l'auteur du péché et a la complicité humaine !
toi tu es conscient de la Présence Divine mais tu donne la primauté a l'esprit rebelle , fait tout de même très attention car Jésus Est Venu pour un Jugement et C'Est Le Père Éternel qui L'A Envoyé !

que les hommes soient égarés on le sait , mais de là a soutenir leur égarement sous prétexte de liberté ce n'est juste que leurs fournir des chaines ou les renforcer , là tu te retrouvera un jour avec Jésus contre toi et pourtant Il Est patient !
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 10:13

Il y a quelque chose qui m'a interpellé dans la loi Claeys-Leonetti, c'est l'impression de faire peser au malade tout le poids de la responsabilité de sa fin de vie.

"[pour les concitoyens] disposer de leur vie jusqu'à son ultime moment tout en bénéficiant d'une mort apaisée". Que signifie aussi : "les conditions d'une mort peu digne d'une société avancée" ? S'il s'agit de soulager la souffrance, il me semble que c'est une bonne chose. Si c'est pour la supprimer par l'euthanasie, c'en est une mauvaise.

En outre, je crois que nos contemporains sont littéralement obsédés par la souffrance du corps. Ils ne peuvent imaginer la subir, tant elle leur fait forte impression. Je pense que le confort dont nous bénéficions n'y est pas pour rien.

Je ne sais pas du tout où l'on va quand on peut lire dans l'exposé des motifs de la proposition de loi : le comité [cf. CCNE : Comité consultatif national d'éthique] se déclare favorable à un droit de la personne en fin de vie à une sédation profonde jusqu'au décès si elle en fait la demande, lorsque les traitements ont été interrompus à sa demande. Interrompre les traitements, c'est une euthanasie. Cette longue marche vers une citoyenneté totale, y compris jusqu'au dernier instant de sa vie, doit déboucher vers la reconnaissance de nouveaux droits. A la volonté du patient doit correspondre un acte du médecin.

La citoyenneté ouvre à un nombre important de droits (droit de vote, etc.). Mais on a l'impression aujourd'hui que l'Etat est toujours plus sensible aux revendications individuelles, et que cette sensibilité s'exprime par l'ouverture à des droits de plus en plus illimités. La citoyenneté prend ainsi la forme d'un militantisme, d'un combat pour de nouveaux droits, combat considéré comme d'autant plus légitime qu'il trouve une réponse positive de la part de l'Etat. Mais quand est-ce que l'on s'arrêtera ? Préserver l'autonomie de la personne jusqu'à la fin de sa vie, progresser vers une citoyenneté totale, c'est le même combat. On permet à la personne d'être pleinement autonome lorsqu'on lui permet d'accéder à une citoyenneté totale.

=> Mais elle est déjà suffisamment autonome pour être capable de penser par elle-même. Seulement, on ne lui autorise pas tout. La loi met bien des bornes à la tenue dans la rue (pas d'exhibitionisme par exemple). Or, je pense que nous allons vers la reconnaissance de droits de plus en plus farfelus.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 11:44

"Interrompre les traitements, c'est une euthanasie."

Non. Il est tout à fait normal d'arrêter un traitement quand il n'y a plus d'espoir de guérison. Les traitements sont parfois très pénibles, donc les imposer à un malade alors qu'on sait qu'ils sont inutiles, ce serait de l'acharnement thérapeutique.
C'est alors que la mise en place d'un traitement anti-douleur doit être installé si nécessaire, s'il ne l'a pas été avant...
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 11:56

C'est vrai, mais si vous avez lu attentivement le texte de la loi, il est bien stipulé que la nutrition et l'hydratation artificielles constituent un traitement (article 2).
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 11:57

Or, ne sont-ils pas plutôt des soins premiers ?
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 18:12

Il arrive un stade où l'hydratation et la nutrition n'apportent plus rien de positif.

Etant infirmière, je l'ai fait pour mon mari. Des perfusions en sous-cutané. L'eau ne se diffusait plus dans le corps, et ne faisait que gonfler l'endroit de l'injection.
Et je continuais quand même.
Ce qui peut être fait, en tous cas pour tranquilliser l'entourage, c'est de vaporiser un peu d'eau dans la bouche. Et même de l'huiler si la cavité buccale est très rouge et desséchée.

Il arrive aussi que cette hydratation vienne encombrer les poumons... et hâte la mort par asphyxie.

Quand "la machine" est en fin de course, les mécanismes les plus élémentaires en apparence, ne fonctionnent plus.

On aimerait voir un malade mangeant avec appétit, mais ce n'est plus possible en fin de vie...
Revenir en haut Aller en bas
aristote



Masculin Messages : 374
Inscription : 30/03/2012

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Sam 21 Mar 2015, 23:11

Je vous remercie Cécile pour ce témoignage. Il est vrai que l'acharnement thérapeutique, même si l'on peut y être sensible quand on se trouve en situation de perdre une personne que l'on chérit, ne semble pas être une bonne solution. Il peut même, à ce que vous nous dites, présenter des risques graves mettant en danger la personne, pouvant entraîner par exemple une souffrance plus insupportable encore que celle qu'elle aurait eu si elle n'avait pas pris ce traitement. Si le mal que risque de provoquer le traitement est supérieur au bénéfice escompté, en ce cas, je vous suis pleinement Cécile, l'obstination serait mal venue.

Rassurez-vous, j'ai parfois des idées un peu toutes faites, vous m'excuserez par mon âge, j'ai encore à apprendre. Cela ne m'empêchera pas toutefois de continuer à discuter, parce que c'est toujours une occasion de s'enrichir du témoignage des autres. Je vous souhaite une bonne nuit ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 22 Mar 2015, 07:36

J'ai été aussi choquée que vous quand j'ai appris que l'on n'hydratait plus les patients en fin de vie, car effectivement au premier abord, cela semble illogique et même inhumain...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 22 Mar 2015, 07:41

Cécile a écrit:
J'ai été aussi choquée que vous quand j'ai appris que l'on n'hydratait plus les patients en fin de vie, car effectivement au premier abord, cela semble illogique et même inhumain...

Il me semble que la nouvelle loi interdit cette pratique. Elle permet un endormissement prolongé sous condition d'hydratation et nutrition et interdit l'acte de tuer.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: "MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!   Dim 22 Mar 2015, 07:49

C'est interdit tant que l'alimentation et l’hydratation sont possibles et efficaces, et que l’on utiliserait ce moyen pour hâter la mort, ce qui est scandaleux !
Revenir en haut Aller en bas
 
"MOURIR DANS LA DIGNITE," oui ok, mais eux ??!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Mourir dans la dignité
» Mourir dans l'indignité...
» "Le laisser mourir dans la dignité"
» Pour être dans la norme... ou pas, mais répondre à une sécurité satisfaisante
» topinambours dans mon maïs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: