DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 10:32

Callac. À 93 ans, le doyen des médecins français raccroche !



Figure de la campagne callacoise, le Dr François Le Men, 93 ans, a raccroché son stéthoscope le 30 décembre. Un crève-coeur pour le doyen des généralistes de France (*) qui, après le faux bond de son remplaçant, s'excuse aujourd'hui d'abandonner ainsi ses « clients ».

« J'aimais trop être auprès de mes clients. Je ne voulais pas les quitter. Je m'excuse de ne plus pouvoir continuer à les servir... ». La voix chevrotante et l'oeil humide, le Dr Le Men repousse de manière inconsciente son vieux stéthoscope. « Je venais d'en racheter un tout neuf, à 263 €. Il ne me servira même pas... ». Au sous-sol de son imposante maison en granit, sur les hauteurs de Callac, une Citroën C5 flambant neuve ne l'accompagnera pas davantage en tournée. « Je n'ai même pas fait dix kilomètres avec... Ça m'est tombé dessus d'un coup ! ». Ça, c'est le diagnostic du cardiologue. Implacable. « Mon coeur est fatigué. Mes hanches me font souffrir. Il n'y a plus que le cerveau qui marche », souffle le vénérable médecin généraliste, le palpitant usé et le coeur brisé.

Dernière consultation en béquilles

Le 30 décembre dernier, le doyen des praticiens français en exercice a assuré sa dernière consultation. Avec des béquilles. C'est son fiston, retraité de la gendarmerie, qui l'a conduit à Plourac'h, chez « Gabrielle et son frère, deux personnes très âgées de 90 et 85 ans (sic) ». Une dernière visite empreinte d'émotion. « Après, il pleurait », glisse in petto Pierrette, épouse aux 87 printemps et secrétaire médicale préférée. La retraite ? Dure à encaisser pour l'aîné des médecins - autant que médecin à l'ancienne - qui a commencé sa carrière « le 14 mars 1949, à Maël-Pestivien », avant de poser sa plaque à Callac, « chez mes parents commerçants, rue de la gare ». À l'époque, entre les sacs de grains et les pommes à cidre de l'affaire parentale, « on ne savait pas encore utiliser la pénicilline ». On soignait « les crises de rhumatismes aiguës à coup de bicarbonate de soude ». Mais on savait déjà poser un diagnostic pertinent « pour peu que l'on sache interroger le patient », assène le docteur Le Men, prompt à vous décliner les symptômes de la péritonite tuberculeuse, histoire de vous montrer qu'il sait encore de quoi il parle. Sûr de son fait, pas peu fier d'avoir triomphé de plus d'une radiographie et de quelque « 500 appendicites » en 65 ans de carrière - « C'est sûr, moi, le client, je le photographiais » -, le généraliste du 4e âge promène son oeil-scanner et vous fait doctement passer le grand oral de médecine. Celui qu'il a eu, après-guerre, à l'hôpital Saint-Antoine (Paris) après avoir fait l'école de Rennes. La santé, une vocation ? « Sous l'Occupation, c'était compliqué de faire des études. Les filières étaient bouchées. Mais pas la médecine et ça me plaisait », résume le fort en thème qui, arrêté par l'Occupant, eut plus de chance que son jeune frère Michel, résistant raflé le 9 avril 1944 et déporté à Ravensbrück, d'où il n'est jamais revenu. « François a beau avoir bon caractère, il était invivable », sourit Pierrette, rappelant que l'homme - « Un surdoué qui ne plaisait pas à tout le monde » - ne s'arrêtait « même pas pour manger le midi. C'est bien simple, il travaillait tous les jours de la semaine, dimanche compris ».

Cinq générations de patients

Un diagnostic que ne contredit pas l'époux qui se souvient des accouchements qu'il pratiquait seul, par toutes saisons, de jour comme de nuit, au domicile des parturientes. « Mon garagiste, je l'ai mis au monde. Le kiné d'ici et le photographe de Louargat aussi », s'amuse celui qui aura ausculté pas moins de « cinq générations » au fil de sa carrière. Le secret de sa longévité ? En terre de cyclisme, celui qui n'a plus bu, ni fumé depuis la présidence de De Gaulle l'impute volontiers à la petite Reine. Mais plus que tout, le vainqueur, « au sprint », de la course communale « du 14 juillet 1939 » doit son parcours exceptionnel « au travail », dit-il. Désolé de ne pouvoir offrir un successeur à ses patients - un candidat devait prendre aujourd'hui le relais mais s'est décommandé la semaine dernière -, le docteur Le Men se console en lisant un SMS adressé, hier, par une vieille « cliente » : « Nous n'oublierons jamais ce que vous avez fait pour nous ». Lui n'oubliera jamais la carrière qu'il leur doit.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/callac-a-93-ans-il-raccroche-le-stethoscope-02-02-2015-10512358.php



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 13:20

et oui,c'es trés beau de constater une telle longévité.
c'est un cas peu isolé.
beaucoup de médecins ne peuvent prendre leur retraite car peu de jeunes veulent se lancer surtout en campagne. bosser 14 heures par jour 6 jours sur 7 cela fait peur.
de plus beaucoup de médecins se culpabilisent d’arrêter leur activité à cause de la fermeture de leur cabinet.
merci pour ce post I love you :bisou:
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16695
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 13:40

C'est comme ça chez nous en bretagne. Le dernier médecin du coin a fermé son cabinet à Noël, il aura 66 ans en mars, il n'a pas trouvé de remplaçant. Je pense avoir trouvé une généraliste chez qui je pourrai aller, mais il me faudra faire 20 kms et elle ne fait pas les visites à domicile...

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 14:59

et oui, c'est trés triste comme constatation bientôt il y aura une grave crise de pénurie de médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 15:29

Espérance. Très beau post qui soulève hélas la pénurie de médecins dans la zones rurales mais qui donne l'occasion de connaitre ce merveilleux médecin qui savait allier savoir professionnel et coeur.
Très belle personne! I love you
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14449
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mar 3 Fév 2015 - 20:58

Pas étonnant, ce médecin l'est devenu dans une époque où la médecine était avant tout une vocation,
alors qu'aujourd'hui, de plus en plus de jeunes médecins y voient une carrière.

Pour la pénurie, elle sera pire dans 15 ans, du fait du déséquilibre démographique intergénérationnel,
quand l'heure du pappyboom aura sonnée.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mer 4 Fév 2015 - 8:03

il y aura un renversement dans cette tendance à la pénurie dans quelques années dans la mesure où les concours en médecine sera un peu plus cool(plus de place en deuxième année) et quand toutes les places plus tranquilles seront prises.
il y a une certaine partie des étudiants qui redécouvre la notion de vocation car la carrière de médecin de famille n'est pas terrible.
la médecine c'est un sacerdoce.
il faut vouloir en baver pour soigner les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche   Mer 4 Fév 2015 - 11:18

C'est vrai Jean-Luc, c'est un sacerdoce. Mon oncle qui était médecin s'y est donné à fond et à la fin de sa vie, il était heureux du vrai bonheur, de ce qu'il avait fait malgré ses 75 heures de travail hebdomadaires. Parler avec lui était passionnant!
Revenir en haut Aller en bas
 
A 93 ans, le doyen des médecins français raccroche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dépression: les médicaments mal prescrits par les médecins français
» LETTRE DU DOYEN MOULAY TAHAR ALAOUI A PROPOS DES TAXES SUR LES MALADIES AU MAROC
» Les médecins notés par leurs patients sur Internet
» MÉDECINS S’OPPOSANT À L’EUTHANASIE
» Les médecins de la Grande Armée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: