DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 quelles limites à la liberté d'expression ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Gérard2



Messages : 2527
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 18:45

Personne n'a encore compris sur ce forum (à part Espérance), que le problème n'est pas de dire, mais de dire en RESPECTANT! Et c'est ce que dit le pape François!

Tout ce que les musulmans demandent c'est de ne pas représenter Mahomet. La majorité a condamné les attentats.

C'est pas compliqué tout de même!

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
ptrem



Messages : 1289
Inscription : 31/12/2010

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 18:58

adamev a écrit:
ptrem a écrit:
Milites Templi a écrit:
s'il n'y a plus de prêtres , qui annoncera l'Evangile ?

Les humanistes décadents qui vous construiront leur propre religion horizontale. Pénible ces gens qui confondent la fonction sacerdotale avec les individualités qui trahissent sa représentation, qui confondent la religion et ses exigences avec une vague religiosité libertaire, le vertical avec l'horizontal, le surnaturel et la superstition.
Quand je l'ai fait constater sur ce forum avec des mots un peu hard , je me suis fait traiter presque de haineux et extrémiste de droite.
Pourtant dans une vidéo le Pape François a dit que l'on pouvait "critiquer " ceux qui nous gouvernent. J'essaierais de retrouver cette vidéo.

Ouais on peut critiquer ceux qui nous gouvernent mais pas lui...
Chercher avec Google les critiques contre le Pape, il y a beaucoup de réponses
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 19:01

adamev a écrit:
Milites Templi a écrit:
s'il n'y a plus de prêtres , qui annoncera l'Evangile ?

Les humanistes décadents qui vous construiront leur propre religion horizontale. Pénible ces gens qui confondent la fonction sacerdotale avec les individualités qui trahissent sa représentation, qui confondent la religion et ses exigences avec une vague religiosité libertaire, le vertical avec l'horizontal, le surnaturel et la superstition.

Vous qui êtes du pays du cassoulet vous devriez péter un bon coup au lieu de vous la péter avec vos phrases creuses. Pénibles ces gens qui la ramènent sans cesse en donnant à croire qu'ils ont tout compris de la spiritualité. Dégonflez-vous la tête les gens de par le monde ne vous ont pas attendu pour croire et élaborer leur foi.
Et vous savez ce que vous disent les humanistes décadents?

Il faut souhaiter la disparition des castes sacerdotales qui captent, triturent, déforment, arrangent à leur sauce les textes fondamentaux de l'humanité.

Je ne m'adressai pas à vous mais comme le dit l'expression populaire, il n'y a que les morveux qui se mouchent. Personne ne vous oblige à me lire et encore moins de consulter ce forum puisqu'il semble tant vous agacer.

Ouais on peut critiquer ceux qui nous gouvernent mais pas lui...

Ben, et la liberté d'expression alors? On nous aurait menti?

Il faut souhaiter la disparition des castes sacerdotales

Elle est belle la laïcité. Vous les humanistes de la gogoche, il suffit de vous chatouiller un peu pour voir votre vrai visage et la véritable définition que vous mettez derrière le mot tolérance.


Dernière édition par Milites Templi le Dim 18 Jan 2015, 20:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2527
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 19:14

adamev a écrit:
ptrem a écrit:
Milites Templi a écrit:
s'il n'y a plus de prêtres , qui annoncera l'Evangile ?

Les humanistes décadents qui vous construiront leur propre religion horizontale. Pénible ces gens qui confondent la fonction sacerdotale avec les individualités qui trahissent sa représentation, qui confondent la religion et ses exigences avec une vague religiosité libertaire, le vertical avec l'horizontal, le surnaturel et la superstition.
Quand je l'ai fait constater sur ce forum avec des mots un peu hard , je me suis fait traiter presque de haineux et extrémiste de droite.
Pourtant dans une vidéo le Pape François a dit que l'on pouvait "critiquer " ceux qui nous gouvernent. J'essaierais de retrouver cette vidéo.

Ouais on peut critiquer ceux qui nous gouvernent mais pas lui...

Le pape François n'emploie pas le verbe "critiquer".

Il dit:
"Si nous pensons que ce que dit un député ou un sénateur – et pas seulement eux mais tant d’autres - n’est pas la bonne voie, qu’il ne collabore pas au bien commun, nous avons l’obligation de le dire ouvertement. Il faut avoir cette liberté, mais sans offenser. Car il est vrai qu’il ne faut pas réagir violemment,

L'Église ne refuse pas (ou plus) qu'on dénonce ses erreurs. Les erreurs humaines n'ont rien à voir avec le contenu des doctrines.

G.
PS. J'avais déjà répondu en d'autres termes, mais le message a disparu...

Ha ben, c'est une erreur de manip de la modération. Smile J'avais écrit ceci:
Le pape François ne dit pas qu'il faut CRITIQUER, il dit qu'il faut le dire sans offenser, c'est différent! Tout le monde a le droit de dire oú sont les erreurs de l'Église, si erreur il y a! On voit maintenant que l'Église est capable de faire sa méaculpa. On ne peut pas nier que les choses ont bien changé depuis quelques temps, surtout avec le pape François.

Bon, c'est presque pareil...
Revenir en haut Aller en bas
ptrem



Masculin Messages : 1289
Inscription : 31/12/2010

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 19:55

Le pape François n'emploie pas le verbe "critiquer".

De Ptrem
C'est exact: c'est pour cela que j'avais mis le verbe entre parenthèse, pour signifier que c'était approximatif
.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 22:13

ptrem a écrit:
Un père assomptionniste à la retraite (missionnaire au Brésil pendant presque 50 ans) que je transportais à un monastère pour dire la messe,m' a fait la triste constatation: s'il n'y a plus de prêtres , qui annoncera l'Evangile ?

Le Seigneur suscitera des laïcs, puis de jeunes prêtres et religieuses.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Elriel



Masculin Messages : 989
Inscription : 08/09/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Dim 18 Jan 2015, 22:20

Arnaud Dumouch a écrit:
ptrem a écrit:
Un père assomptionniste à la retraite (missionnaire au Brésil pendant presque 50 ans) que je transportais à un monastère pour dire la messe,m' a fait la triste constatation: s'il n'y a plus de prêtres , qui annoncera l'Evangile ?

Le Seigneur suscitera des laïcs, puis de jeunes prêtres et religieuses.

Vous allez finir prophète Arnaud.
Je suis admiratif de la simplicité et de la confiance avec laquelle vous affirmez l'option la plus souhaitable.
Oui, dans les temps de relativisme comme les nôtres, c'est bien à nous laïcs de réaffirmer la vérité, sur un mode plus humble et plus accessible. Après pourront revenir des prêtres.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Lun 19 Jan 2015, 11:43

Quelles limites à la liberté d’expression ?

Publié  le 19 janvier 2015 dans Droit et justice, Libertés publiques



Être « contre la censure sauf pour les opinions abjectes », c’est être pour la censure.



Par Patrick Smets

Liberté d'expres​sion(Crédits CradleApex, licence Creative Commons)

Une fois dépassées les poses faciles qu’on a pu admirer ces derniers jours, le vrai défenseur de la liberté d’expression se retrouve dans un rôle désagréable. Car, par son combat, il se met nécessairement au service d’un déviant, voire d’un franc saligaud. Ce sont les cas limites qui réclament son engagement et jamais l’opinion générale. Pourtant, seuls ces cas limites permettent de juger de l’attachement à ses principes. En matière de liberté d’expression, comme de peine de mort, il n’existe pas de juste milieu.



Il est impossible d’être « un petit peu » pour la peine de mort. On est pour ou on est contre. Ceux qui affirment être « contre la peine de mort sauf pour les crimes les plus graves » veulent simplement dire qu’ils sont pour. Personne n’envisage la peine de mort pour autre chose que pour les crimes les plus graves. À notre connaissance, il n’a jamais été question de guillotiner les voleurs de pommes. C’est bien entendu sur les cas d’assassinats crapuleux que les principes viennent à s’opposer.

Il en est de même avec la censure. Être « contre la censure sauf pour les opinions abjectes », c’est être pour la censure ! Personne n’envisage de vous empêcher de tenir des propos mesurés et bienveillants. Seule est remise en question l’expression d’opinions abjectes et le débat opposera d’un côté, les défenseurs de la liberté d’opinion qui exigent pour autrui les droits qu’ils veulent se voir reconnaître pour eux-mêmes ; de l’autre, les censeurs qui s’érigent en juge de l’opinion juste et légitime.

La modération n’a pas de place dans la défense du droit à la libre expression. Il faut combattre en sa faveur toujours et partout. Mais de faux naïfs nous demandent régulièrement si la liberté d’expression ne connaît vraiment aucune limite. Ne soyons pas dupes, la plupart d’entre eux le font exclusivement dans le but de justifier une censure gouvernementale préalable sur les idées qui leur déplaisent. Un honnête défenseur des libertés chercherait plutôt les moyens d’en garantir mieux l’exercice. Néanmoins, nous ne pouvons passer cette question sous silence.

En réalité, la question des limites à la liberté d’expression provient d’une incompréhension assez classique de la notion de liberté elle-même. La liberté ne consiste pas seulement à pouvoir faire tout ce qu’on veut avec ce qu’on a, elle nécessite aussi d’assumer la responsabilité de ses actions. Et, comme pour toute liberté, la liberté d’expression est intrinsèquement limitée par la responsabilité de celui qui parle. Parler est un acte, et cet acte porte ou non à conséquences judiciaires.

Ainsi, le parrain mafieux qui commande à quelque sicaire de le débarrasser d’un rival ne peut invoquer la liberté d’expression pour couvrir ses actes. Sa parole prend place au sein d’un projet criminel et c’est ce projet qui justifie son emprisonnement. De même, la propagande haineuse de Radio Mille Collines n’est pas couverte par la liberté d’expression car elle participe d’un projet criminel, le génocide rwandais. Ce qui importe dans ce cas, ce ne sont pas les opinions racistes envers les Tutsis, mais l’appel au meurtre de ceux-ci. De même, la désormais fameuse revue Inspire publiée par Al Qaida Péninsule Arabique ne peut être protégée par la liberté d’expression parce qu’elle est directement complice du massacre de Charlie Hebdo.

L’expression libre trouve ainsi sa propre limite dans l’éventuel dessein criminel qui la justifierait. Mais ce n’est pas l’opinion qui est sanctionnée, c’est bien le locuteur. Et, dans un État de droit, celui-ci doit bénéficier des garanties d’un procès équitable. D’une part, en bonne logique, il ne devrait pas exister de crime sans victime. La correction politique, la décence, l’ordre moral, autant de concepts qui n’ont rien à faire dans les tribunaux. Il convient de mettre en évidence une victime réelle, même potentielle, et pas simplement une quelconque valeur érigée par on ne sait qui en norme supérieure de la société. D’autre part, il importe que le processus soit impartial et que chacun puisse faire entendre ses arguments devant une juridiction neutre. Comme toujours, c’est à l’accusation d’apporter les preuves du projet criminel en cours et d’établir à tout le moins un commencement d’exécution. De son coté, l’accusé bénéficiera de la présomption d’innocence comme il convient dans un État de droit. Il faudra donc prouver au-delà de tout doute raisonnable l’intention dans le chef de l’accusé de voir s’accomplir le crime et le lien entre son discours et le passage à l’acte du criminel. Ces éléments ne sont pas nécessairement faciles à établir, mais c’est là le lot quotidien des tribunaux et nous devons avoir confiance dans le professionnalisme des juges.

Soyons assurés que ces limites ne sont pas minces et la justice dispose de nombreux outils pour agir vite et prévenir les crimes, depuis le référé jusqu’aux ordonnances d’interdiction de certains actes particuliers. Mais il convient qu’à chaque fois nous soyons face à des décisions individuelles, justifiées, et proportionnelles prises a posteriori. Remarquons également que cette position n’enlève rien à la responsabilité de la personne qui passe à l’acte. Elle reste bien l’auteur principal du crime et l’instigateur éventuel n’est coupable que de complicité et, donc, soumis à une peine moins lourde.

Une fois explicitée cette procédure normale de limitation de la liberté d’expression, le projet des censeurs devient extrêmement clair. Il s’agit ni plus ni moins de priver les citoyens de leur droit à un procès équitable ! Les lois de censure enfreignent point par point les conditions d’une décision juste. Voilà qu’apparaissent des crimes sans victimes. Voilà que les débats devant un tribunal sont remplacés par des décisions unilatérales du gouvernement prises a priori. Voilà que les restrictions s’appliquent de manière collective et indifférenciée. Et, in fine, la garantie d’une présomption d’innocence s’effondre devant la logique du bannissement et de l’ostracisme.
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3465
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Lun 19 Jan 2015, 11:59

Tout à fait d'accord. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Lun 19 Jan 2015, 13:59

Ce n'est pas pour la prévention des crimes que doit être définie une limite à la liberté d'expression mais pour la dignité humaine tout simplement.
La censure n'est pas l'outil le plus prisé, justement !

Toute liberté a ses limites là où commence celle des autres, et ça chacun doit le savoir avec ou sans censure. Aussi la liberté d'expression trouve sa limite quand elle touche à la dignité humaine dans son identité et son patrimoine. À partir de là, si l'expression se fait au détriment de l'autre et cible une ethnie, une religion, des idéologies alors ce n'est plus de la libre expression mais de la libre offense. Le fait d'assumer ses responsabilités doit s'appliquer aussi à partir de cette limite. Car on ne peut leurrer personne sur les intentions cachées derrière cette liberté d'expression de bas étage.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Lun 19 Jan 2015, 14:18

Liberté d'expression.Un débat planétaire



L'attaque perpétrée contre Charlie Hebdo et les manifestations qu'elle a déclenchées en France et dans le monde ont replacé la liberté d'expression au coeur du débat public. Ce droit fondamental connaît cependant des limites qui peuvent varier très sensiblement d'un pays à l'autre et au gré des événements qui secouent la planète.

Allemagne

Le code pénal punit jusqu'à trois ans de prison « l'outrage aux religions » mais seulement en cas de « trouble à la paix civile ». Cette disposition avait servi de base, en 1994, à l'interdiction d'une comédie musicale montrant des porcs crucifiés. Dans les faits, une dizaine de personnes ont été condamnées à des peines symboliques ces dernières décennies. Dont le magazine satyrique Titanic, souvent poursuivi par l'Église catholique. La presse allemande a reproduit les dessins de Mahomet publiés par Charlie hebdo.

Argentine

La liberté d'expression est garantie. S'il est interdit de faire l'apologie de l'extermination d'une communauté ou de promouvoir un coup d'État, il n'existe pas de poursuite pour « offense au Président » ou blasphème. Une revue satirique, Barcelona, se moque ainsi régulièrement du pape argentin ou des hommes politiques de manière offensante.

Brésil

La Constitution de 1988 a fait de la liberté d'expression un principe fondamental. Mais beaucoup critiquent le manque de pluralité des grands médias, détenus par une poignée de familles, et, pour la plupart, conservateurs. Des médias alternatifs avaient émergé, après les manifestations de 2013, pour couvrir au plus près le mouvement dont le traitement par les grands médias était jugé partial. Ces derniers sont également souvent critiqués pour leur façon d'évoquer la question noire ou les favelas. Ils n'ont, cependant, pas hésité à reprendre les caricatures de Mahomet et même du pape après l'attaque de Charlie Hebdo.

Espagne

La liberté d'expression est consacrée par la Constitution. Sa seule limite est le respect des autres droits fondamentaux, notamment le droit à l'honneur. Le blasphème est donc légal dans cet État aconfessionnel mais imprégné de catholicisme. L'attentat contre Charlie Hebdo a ravivé le débat autour de plusieurs textes adoptés ou en passe de l'être au Parlement, comme la réforme du code pénal, ou encore, la loi de sécurité citoyenne. Certains voient dans ces dispositifs, qui punissent par des amendes élevées les manifestations spontanées ou non autorisées, une atteinte à la liberté d'expression.

États-Unis

La liberté d'expression est inscrite dans la Constitution. Dans le Bill of Rights, adopté en 1789, le premier amendement garantit la liberté d'expression, de la presse, de réunion et de religion. C'est sur ce même amendement que repose, encore aujourd'hui, la laïcité à l'américaine : toutes les religions existent (y compris les sectes), tout le monde a le droit de porter des signes religieux (même dans les lieux publics). L'expression est totalement libre. La loi n'interdit pas les insultes à caractère raciste ou antisémite, à part l'acte de « diffamation ». On a vu, ces dernières années, un groupe « religieux » d'extrême droite insulter des soldats homosexuels à leur propre enterrement, devant les familles. La Cour suprême leur a donné raison, s'appuyant sur la Constitution. Mais, dans les faits, une insulte raciste ou antisémite peut coûter une carrière.

Israël

La religion est un sujet sensible en Israël où les tensions intercommunautaires restent vives. Une loi datant du protectorat britannique (avant 1948) punit le blasphème. Mais elle n'a été appliquée qu'en 1998 pour punir de deux ans de prison ferme une jeune soldate qui avait distribué des dessins insultant Mahomet. Autre ligne rouge : la représentation des femmes. La semaine dernière, un journal juif orthodoxe n'a pas hésité à effacer d'une photo de presse les visages d'Angela Merkel et d'Anne Hidalgo, présentes au premier rang de la marche républicaine.

Italie

Il n'existe pas de loi spécifique sur la liberté de la presse en Italie. En revanche, le dispositif sur la diffamation prévoyait, jusqu'en 2013, des peines de prison pour les journalistes. Après la condamnation de trois journalistes, il y a deux ans, à de l'emprisonnement ferme, l'Ordre des journalistes et plusieurs associations de défense de la liberté de presse ont obtenu le remplacement, dans la loi, des peines de prison par des amendes pouvant aller jusqu'à 50.000 euros et l'interdiction d'exercer la profession sur une période d'un à six mois.

Kenya

La nouvelle Constitution kenyane, qui intègre la très progressiste Charte des droits et des libertés, a été approuvée, en 2010. Il s'agissait de faire oublier les quelque 1.500 morts qui avaient accompagné l'élection présidentielle, trois ans plus tôt. Depuis, l'armée a engagé ses troupes dans la Somalie voisine et les fondamentalistes shebab ont multiplié les attentats dont celui contre le centre commercial Westgate, en 2013. Les premières restrictions pour la presse sont alors apparues. Une nouvelle loi permet de détenir un suspect jusqu'à 360 jours sans inculpation. Ce texte n'épargne pas la presse car il punit de trois ans de prison toute information « sensible » délivrée sans l'aval des autorités.

Royaume-Uni

Au pays de la religion d'État anglicane, où le port de la burqa est respecté au nom de la diversité culturelle, tout ne se dit pas. Si David Cameron a récemment rappelé son attachement à la liberté d'expression, on craint, ici, de souffler sur des braises encore incandescentes. La communauté musulmane de Londres, qui s'est sentie offensée par la caricature publiée à la Une de Charlie Hebdo, a censuré sa distribution. De son côté, la télévision n'a pas montré le sulfureux dessin. Seulement 1.200 exemplaires ont circulé dans la capitale britannique.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/monde/liberte-d-expression-un-debat-planetaire-19-01-2015-10496363.php

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Lun 19 Jan 2015, 18:42

article intéressant et claire.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 4991
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mar 20 Jan 2015, 19:17

Se permet-on en famille de s'insulter mutuellement, de se moquer les uns des autres ? Le rôle des parents est d'éduquer les enfants au respect mutuel et à la tolérance. Les parents de même ne prendront pas en dérision les opinions ou valeurs de leurs enfants.

Si ce fait parait évident dans le cadre familial, pourquoi dès que l'on passe au cadre sociétal on peut tout se permettre vis à vis des autres ? Si un enfant agit ainsi dans sa famille, il se fait taper sur les doigts pour manque de respect envers son frères, sa soeur ou ses parents. En société, cela est encouragé, et cela s'appelle la liberté d'expression.

Ca me fait penser aussi à la foi, qu'il faut vivre chez soi, en privé, et dès qu'on passe le seuil de la porte on la laisse au placard. L'homme aujourd'hui est incité de plus en plus à avoir 2 personnalités, 2 comportements, 2 identités, l'un au sein de sa famille, l'autre en société. Nous devenons schizophrènes. On voit ainsi que la société tend de plus en plus à recréer l'individu, un individu totalement déraciné et coupé de toute relation fraternelle et de respect avec son prochain. Il suffira ensuite à cette société de détruire définitivement la famille pour ne laisser à l'individu plus qu'une seule identité, celle créée artificiellement par la société elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 21 Jan 2015, 18:24

Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 22 Jan 2015, 19:48

en France on ala liberté des pressions !

ils commencent déja a punir le sjeunes qui dans les écoles répétent stement ce qu'ils entendent dire a la maison ou dehors !

donc les jeunes vont drôlement apprécier de ne plus pouvoir dire ce qu'ils pensent !

plutôt que les laisser parler et les aide ra corriger leur point de vue , ils les fichent au travaux forcés !

il est fort qu'en même la champion de la libre expression d'autant qu'il définit cela par rapporta la république , qui vient justement d'autoriser et labelliser l'insulte !
mais pas grave on est plus a une contradiction prés !

je en suis pas pour l'insulte même pas envers un chien, mais qu'un jeune dise un peu n'importe quoi c'est évident mais notre champion de la liberté leur interdit de parler !
faut être bon qu'en même !
depuis qu'il a légalisé l'insulte et la prétendue liberté d'expression, on a jamais tant mis de personne en prison parce qu'ils disent ce qu'ils pensent !
a croire qu'il n'y a que lui qui est le droit de dire des absurdités sans nom !

il prétend que blasphémer est normal et veut en faire un art français ce qui vaut des tueries un peu partout car en plus là ba son s'imagine que français et chrétien c'est de même , pour un clown athée il e fait des dégâts , mais pas grave il va continuer on a brulé que 35 églises grâce a sa bêtise monumentale !
les jeunes parlent de menaces lui ils produits des crimes en soutenant le blasphème et l'insulte comme la 8eme merveille du monde et en provocants les gens faibles ; il mérite la prison a vie pour avoir créé tous ces drames !

provoquer les gens est un délit surtout quand on prétend parler au nom de la nation qui ne le suit pas dans son délire de labelliser l'insulte !
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 04 Fév 2015, 18:47

http://www.koztoujours.fr/vous-ne-me-ferez-pas-taire-au-nom-de-la-liberte-dexpression

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 11:20

Thumright Thumright Thumright

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2619
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 12:05

Espérance a écrit:
http://www.koztoujours.fr/vous-ne-me-ferez-pas-taire-au-nom-de-la-liberte-dexpression

Ça fait réfléchir... À lire.

Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 12:16

Koz est le meilleur ! Thumright
Revenir en haut Aller en bas
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:01

Les limites à la liberté d'expression sont fixées par l'éducation!
On peut rire de tout mais pas n'importe comment ni avec n'importe qui!
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:04



j'en retire une phrase entre autre:
« la religion doit se limiter à l’espace familial et aux lieux de culte. La religion, c’est une affaire personnelle ».

:bee:
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:05

jean-luc56 a écrit:


j'en retire une phrase entre autre:
« la religion doit se limiter à l’espace familial et aux lieux de culte. La religion, c’est une affaire personnelle ».

:bee:

Donc il ne faudrait pas annoncer la Bonne Nouvelle à toute créature, comme le demande Jésus ? surprised
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:08

jean-luc56 a écrit:


j'en retire une phrase entre autre:
« la religion doit se limiter à l’espace familial et aux lieux de culte. La religion, c’est une affaire personnelle ».

:bee:

C'est justement cette phrase que Koz démolit avec brio . Mais il faut lire tout son texte et tous les commentaires ( 23 , je crois ) .
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:16

Voici le texte, in extenso.

FIGAROVOX/TRIBUNE - Koz réagit à la pétition de RSF qui somme les religions d'encourager la liberté d'expression et aux propos d'Elisabeth Badinter sur la laïcité.



Koz tient le blog Koztoujours où il partage ses commentaires, ses réflexions, ses opinions et ses propositions en rapport avec l'actualité politique nationale, mais aussi la religion.


Vous avez dit «pas d'amalgames», et je l'ai dit avec vous. Je suis de ceux qui considèrent que l'islam a un défi spécifique à relever et qui refusent dans le même temps d'amalgamer l'islam dans son ensemble à ses fanatiques.

Vous avez dit «pas d'amalgames», ne demandons pas aux musulmans de se désolidariser du terrorisme. «Pas d'amalgames», et vous demandez aux chrétiens de se désolidariser de leurs bourreaux. Les assassins de janvier se réclament des organisations qui ont déporté les chrétiens en Irak, de celles qui ont emprisonné Asia Bibi pour avoir exprimé sa foi, de celles qui ont brûlé vifs un jeune couple dans un four à briques pour blasphème, au Pakistan. Les chrétiens n'ont pas attendu les pétitions parisiennes pour verser le sang et donner des martyrs de la liberté de conscience.


Les chrétiens n'ont pas attendu les pétitions parisiennes pour verser le sang et donner des martyrs de la liberté de conscience.

Vous avez dit «pas d'amalgames» et vous demandez aux chrétiens, après un attentat islamiste, de reconnaître la liberté d'expression. Pire encore, après l'assassinat de quatre d'entre eux, vous allez voir les Juifs pour leur intimer de signer votre pétition. Qui ne signe pas n'est pas démocrate.

Il a fallu que les tenants d'une idéologie bien identifiée commettent un carnage comme la France n'en a pas connu depuis des dizaines d'années pour que des laïcistes empressés tiennent l'occasion d'accuser «les religions». A la pointe, Elisabeth Badinter explique dans Le1 que «la religion doit se limiter à l'espace familial et aux lieux de culte. La religion, c'est une affaire personnelle». RSF, Elisabeth Badinter en tête, somme les religions de s'engager pour la liberté de les offenser. Et dans Marianne, elle rappelle son combat contre la polygamie et l'excision avant d'enchaîner sur le fait qu'elle ne «pardonne pas à la gauche d'accorder un tel pouvoir aux curés, aux imams et aux rabbins: c'est religieux, c'est sacré!», passant sans sourciller de la polygamie et l'excision au pouvoir des curés. Par un même mystérieux saut dans le raisonnement, les chrétiens se retrouvent ainsi pointés du doigt pour les exactions des terroristes islamistes. L'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, des policiers, des Juifs de l'Hypercasher, c'est donc la faute des religions. Qui peut croire à cette fable, sans une forte dose de bonne volonté mais de mauvaise foi? Manifestement quelques-uns. Mais il ne faut pas en exagérer le nombre ni l'importance: n'oublions pas que, quand le pape a délivré un message puissant aussi spirituel qu'éminemment politique au Parlement européen et au Conseil de l'Europe, deux longues ovations ont salué ses propos.


RSF, Elisabeth Badinter en tête, somme les religions de s'engager pour la liberté de les offenser.

Mais à ceux-là, ceux qui soumettent à l'Église une pétition pour le blasphème, ceux qui veulent confiner la foi à l'intime et au culte, je veux dire simplement: cela n'arrivera pas. Peut-être sommes-nous voués à nous opposer aussi longtemps que le débat public durera, peut-être faut-il envisager alors de travailler ensemble. Car je le répète: cela n'arrivera pas. Nous ne serons pas réduits au silence, nous ne nous tairons pas, nous ne cantonnerons pas notre foi à l'intime parce que vous voulez nous y contraindre. Des régimes s'y sont essayés par la voie autoritaire: la foi a toujours retrouvé l'air libre. L'Homme est spirituel, il faut vous y faire. Et c'est heureux car rien ne vous autorise à décider qu'il aurait tort de l'être.


Nous ne cesserons donc pas d'essayer chaque jour d'être de meilleurs chrétiens dans notre vie de famille mais aussi dans notre vie professionnelle, dans notre vie publique et politique.

Plus encore, le chrétien qui cantonnerait sa foi à l'intime serait un piètre chrétien. Nous croyons en un Dieu incarné, par Son Fils. Pas éthéré, pas confiné, pas cantonné: incarné. Il a pris chair. Il est venu dans la chair des Hommes, venu dans le malheur du monde, venu prendre sa part du fardeau et soulager leur épreuve. Nous ne cesserons donc pas d'essayer chaque jour d'être de meilleurs chrétiens dans notre vie de famille mais aussi dans notre vie professionnelle, dans notre vie publique et politique. Nous ne cesserons pas de refuser les bouc-émissaires, de tendre la main au pauvre, publiquement, dans la rue. Nous ne cesserons pas, avec l'Église de toujours et avec le pape d'aujourd'hui, d'en appeler sans cesse publiquement au respect de la sacralité de la personne humaine et de sa dignité, en tous temps et en tous lieux, depuis la conception jusqu'à la fin de la vie, depuis les trottoirs de Manille jusqu'aux barques en Méditerranée.

Ce n'est pas sans raisons d'ailleurs que l'on n'a guère entendu les tenants de la laïcité sommer le Père Riffard, qui héberge des demandeurs d'asile dans son église, de confiner sa foi à l'intime. Ce n'est pas sans raisons que l'on n'a jamais entendu quiconque intimer à Mère Teresa, à Sœur Emmanuelle, au Père Pedro et à tous les religieux anonymes publiquement engagés chaque jour de par le monde auprès des plus fragiles, de «limiter la religion à l'espace familial et aux lieux de culte». Ce sont exclusivement les positions de l'Église sur le respect de l'enfant à naître et de la personne en fin de vie, ou sur les mœurs, qui posent problème et incitent à vouloir la faire taire. Ce n'est donc pas l'expression publique des religions qui pose problème, c'est la contradiction. Et rejeter la contradiction au nom de la République, de la démocratie et de la liberté d'expression, voilà qui a de quoi interpeller.


Ce n'est donc pas l'expression publique des religions qui posent problème, c'est la contradiction.

Au bout du compte, la laïcité est ainsi réduite à un artifice, et même à une lâcheté, lorsque l'on prétend incriminer les religions dans leur ensemble plutôt que les comportements précis que l'on dénonce, et que l'on ne sait pas, collectivement, affirmer nettement les valeurs que l'on porte et qui s'y opposent.

Je veux dire aussi, avec respect, à Elisabeth Badinter que l'universalisme qu'elle revendique n'est pas une génération spontanée, hors sol. Si la France porte une tradition universelle, ce n'est pas tout à fait étranger à la contribution du christianisme, et singulièrement du catholicisme (étymologiquement universel) à l'édification de ce pays. Un christianisme qui, même lorsqu'il n'est pas identifié ainsi, est aussi dans l'ADN de ce pays, dans sa chair et son esprit et ce, notamment depuis que des moines copistes, dotés d'une forte inclination à ne pas cantonner la religion à la sphère intime, ont diffusé la culture, que d'autres ont ouvert des hospices ou créé l'Université.

Je demanderai enfin à ces contradicteurs, s'ils émettent, empressés, leur propre interprétation des horreurs de ce début janvier, de me laisser forger la mienne, et de penser qu'elles ne sont pas étrangères à l'état d'un pays neurasthénique, sans identité commune, sans vision partagée, sans projet collectif, un pays satisfait de son hédonisme, de son matérialisme et de son individualisme. Ce n'est pas en faisant taire les grandes traditions religieuses et les plus hautes aspirations de l'Homme que l'on y remédiera.

Aussi bien, plus encore aujourd'hui qu'hier, vous ne me ferez pas taire, au nom de la liberté d'expression.
Revenir en haut Aller en bas
jean-luc56



Masculin Messages : 3941
Inscription : 27/11/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 13:20

boulo a écrit:
jean-luc56 a écrit:


j'en retire une phrase entre autre:
« la religion doit se limiter à l’espace familial et aux lieux de culte. La religion, c’est une affaire personnelle ».

:bee:

C'est justement cette phrase que Koz démolit avec brio . Mais il faut lire tout son texte et tous les commentaires ( 23 , je crois ) .


:fullgreen:
c'est pour cette phrase de 'Elisabeth Badinter je crois que je réagis et non sur la totalité de l'article;j'aurai du préciser
:bee:
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 05 Fév 2015, 14:13

Oui . Votre citation pouvait passer pour une approbation mais votre réaction confirme qu'il n'en est rien . De toute façon , mon ajout était neutre et insistait sur l'importance de tout le texte . Merci à Cécile et merci à vous , Jean-Luc56 .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Ven 06 Fév 2015, 03:50

jean-luc56 a écrit:


j'en retire une phrase entre autre:
« la religion doit se limiter à l’espace familial et aux lieux de culte. La religion, c’est une affaire personnelle ».

:bee:

le problème c'est que la religion est collective , donc interdire une expression collective au nom de la liberté public est une sottise !
ou alors il faut aussi interdire de parler politique sauf a la maison !
et aussi sport vu les passions et violences !

bref la liberté d'expression consiste a ne pas s'exprimer !! :mdr: Mr.Red

ou alors la définition de la laïcité du jour , n'est elle pas d'interdire a religion ? mais ce n'est pas de la laïcité !! mais de !!! surprised
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Ven 06 Fév 2015, 07:34

Thumright Thumright

" Chacun le redoutait , mais nul ne s'imaginait que le drame surviendrait ainsi : vendredi 9 janvier , le footballeur de Montpellier Abdelhamid El-Kaoutari ne porte pas le maillot " Je suis Charlie " lors de l'échauffement préparatoire au match contre l'Olympique de Marseille .

Aussitôt les réseaux sociaux crépitent .

Invité le dimanche sur Canal+ , l'entraîneur Roland Courbis est sommé de s'expliquer .

Le lendemain , la polémique enfle : trois joueurs de Valenciennes n'acceptent de revêtir le fameux maillot qu'à condition d'escamoter le " je suis " sous un bout de scotch .

Sur le plateau d' " Afterfoot " , une émission-phare de RMC , le ton monte .

" On se bat depuis une semaine pour la liberté d'expression , explique l'animateur Gilbert Brisbois , laissons-les s'exprimer et attendons les explications . "

Furieux , le journaliste Daniel Rialto enchaîne : " ... la liberté d'expression qui va être l'argument de tous les abrutis pour sortir toutes les bêtises ... . " ...

( " Soyez libres , c'est un ordre " , par Pierre Rimbert dans " Le Monde diplomatique 731 de février 2015 )

La " liberté d'expression " imposée s'avère de plus en plus être l'obligation de blasphémer et de rejeter toutes les religions ...

[ même celle du foot ? En Belgique , les dirigeants du Standard Liège ont dû rendre des comptes parce que , lors du match phare Anderlecht/Standard , des supporters du Standard avaient déployé une banderole montrant
la décapitation symbolique par l'ombre d'un djihadiste , de leur ancienne vedette-phare , transférée justement à leur ennemi traditionnel
Anderlecht . L'intéressé , qui jouait le match , avait pourtant beaucoup ri . Je n'apprécie pas du tout cette expression de mauvais goût mais il fallait avoir un esprit vraiment petit pour y voir une véritable incitation
au meurtre ... ]

Mais comme le dit Koz , nous ne nous tairons pas . Nous ne blasphémerons pas et nous écouterons tout le monde ( même les violents , ce qui implique de ne pas les tuer , sauf légitime défense ) , sans violence.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Ven 06 Fév 2015, 21:47

boulo a écrit:
Thumright Thumright

" Chacun le redoutait , mais nul ne s'imaginait que le drame surviendrait ainsi : vendredi 9 janvier , le footballeur de Montpellier Abdelhamid El-Kaoutari ne porte pas le maillot " Je suis Charlie " lors de l'échauffement préparatoire au match contre l'Olympique de Marseille .

Spoiler:
 

tout cela rappel la liberté du socialisme soviétique !
rambo "vous êtes libre de penser comme le parti ou de partir en vacance en Sibérie !!"
nos libres penseurs fabriquent une pensé qui ressemble drolement a une chaine je trouve !

Embarassed "c'est lourd la liberté camarade ?"
cyclops "oui et c'est pour cela que dans sa bienveillance le parti pense pour vous camarade !" :colere:
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Sam 07 Fév 2015, 12:01

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mar 24 Fév 2015, 10:59

J'ai gardé depuis 2007 cet article de La Voix du Nord que je trouve éloquent:

"La petite main crispée

Main dans la main, je me promène en ville avec la petite Aglaé. Son babillage me ravit. Ce matin, fière de me convaincre qu'elle sait lire, elle déchiffre tout ce qui s'écrit: les enseignes, la publicité, tout.
Soudain, je sens sa petite main se crisper dans la mienne. Son sourire s'éteint, elle reste là, figée devant l'affichette racoleuse d'un hebdomadaire du crime placé sous son regard. Elle lit "Il arrache les yeux de sa femme". Je presse le pas mais la petite main reste crispée.
Colère et honte! J'ai honte d'être un adulte à côté de cette enfant. Je me croyais dans un pays civilisé, soucieux jusqu'au scrupule de protéger et d'éduquer ses enfants. Hélas je ne vois partout que cynisme dans le droit d'informer. n'en déplaise à tous les libertaires et aux jocrisses qui ont des diplômes mais point de tête, leur fameux "Il est interdit d'interdire!" est une absurdité de grand ignorant. Car depuis la nuit des temps la civilisation se reconnait dans le respect de la personne, qui impose évidemment des interdits.
Enfin, dois-je mettre un bandeau sur les yeux d'Aglaé, un casque sur les oreilles, appeler une cellule de soutien psychologique à chaque fois que je me promène en ville en compagnie de ma petite fille? La liberté, oui, mais la liberté de l'enfant, la sécurité de l'enfant, l'éducation de l'enfant, voilà ce qui importe!
Comme on a parfois la nostalgie d'un beau pays perdu, j'ai la nostalgie d'une ville sans souillure, la nostalgie de la décence, de la pudeur, la nostalgie de la morale. O combien!"

Guy Rouvillain
La Voix du Nord
Dimanche 19 août 2007, rubrique "Le regard de..."
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mar 24 Fév 2015, 11:24

dims a écrit:
VfLsas_wBx0... et la petite Ramaya...

Vous croyez vraiment que la majorité des gens ignore le sens du mot "investitures"???? Vous seriez alors bien naïf.
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mar 24 Fév 2015, 12:05

dims a écrit:


Cela ne l'empêche pas de penser que Sarkozy est le meilleur pour 2017. Si elle revient au gouvernement on verra si elle l'ouvre toujours autant...ces gens-là mentent comme ils respirent.
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2619
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mar 24 Fév 2015, 12:27

Arnica a écrit:
J'ai gardé depuis 2007 cet article de La Voix du Nord que je trouve éloquent:

"La petite main crispée

Main dans la main, je me promène en ville avec la petite Aglaé. Son babillage me ravit. Ce matin, fière de me convaincre qu'elle sait lire, elle déchiffre tout ce qui s'écrit: les enseignes, la publicité, tout.
Soudain, je sens sa petite main se crisper dans la mienne. Son sourire s'éteint, elle reste là, figée devant l'affichette racoleuse d'un hebdomadaire du crime placé sous son regard. Elle lit "Il arrache les yeux de sa femme". Je presse le pas mais la petite main reste crispée.
Colère et honte! J'ai honte d'être un adulte à côté de cette enfant. Je me croyais dans un pays civilisé, soucieux jusqu'au scrupule de protéger et d'éduquer ses enfants. Hélas je ne vois partout que cynisme dans le droit d'informer. n'en déplaise à tous les libertaires et aux jocrisses qui ont des diplômes mais point de tête, leur fameux "Il est interdit d'interdire!" est une absurdité de grand ignorant. Car depuis la nuit des temps la civilisation se reconnait dans le respect de la personne, qui impose évidemment des interdits.
Enfin, dois-je mettre un bandeau sur les yeux d'Aglaé, un casque sur les oreilles, appeler une cellule de soutien psychologique à chaque fois que je me promène en ville en compagnie de ma petite fille? La liberté, oui, mais la liberté de l'enfant, la sécurité de l'enfant, l'éducation de l'enfant, voilà ce qui importe!
Comme on a parfois la nostalgie d'un beau pays perdu, j'ai la nostalgie d'une ville sans souillure, la nostalgie de la décence, de la pudeur, la nostalgie de la morale. O combien!"

Guy Rouvillain
La Voix du Nord
Dimanche 19 août 2007, rubrique "Le regard de..."

I love you
Revenir en haut Aller en bas
 
quelles limites à la liberté d'expression ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» quelles limites à la liberté d'expression ?
» [Discussion] Le PVP : quelles limites imposer?
» Savoir dire non ou quelles limites/punitions appliquer?
» Liberté d'expression menacée en Italie : Wikipedia ferme ses portes pour une journée
» ACTA: la nouvelle menace pour la liberté d'expression sur Internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: