DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 quelles limites à la liberté d'expression ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 13:41

quelles limites à la liberté d'expression ?

Le Monde.fr | 14.01.2015 à 07h46 • Mis à jour le 14.01.2015 à 12h39 | Par Damien Leloup et Samuel Laurent


« Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ?

La question est revenue, lancinante, durant les dernières heures de notre suivi en direct de la tuerie à Charlie Hebdo et de ses conséquences. Elle correspond à une interrogation d'une partie de nos lecteurs : que recouvre la formule « liberté d'expression », et où s'arrête-t-elle ?

La liberté d'expression est encadrée
La particularité des réseaux sociaux
Le cas complexe de l'humour
Charlie, habitué des procès
Dieudonné, humour ou militantisme ?

1. La liberté d'expression est encadrée

La liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi »,  énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789.
Le même principe est rappelé dans la convention européenne des droits de l'homme :
« Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontière. »

Cependant, elle précise :

« L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire. »

La liberté d'expression n'est donc pas totale et illimitée, elle peut être encadrée par la loi.

Les principales limites à la liberté d'expression en France relèvent de deux catégories :

la diffamation et l'injure, d'une part ; les propos appelant à la haine, qui rassemblent notamment l'apologie de crimes contre l'humanité,

les propos antisémites, racistes ou homophobes, d'autre part.

Les mêmes textes encadrent ce qui est écrit sur le Web, dans un journal ou un livre : l'auteur d'un propos homophobe peut être théoriquement condamné de la même manière pour des propos écrits dans un quotidien ou sur sa page Facebook. L'éditeur du livre ou le responsable du service Web utilisé est également considéré comme responsable. En pratique, les grandes plates-formes du Web, comme YouTube, Facebook, Tumblr ou Twitter, disposent d'un régime spécifique, introduit par la loi sur la confiance dans l'économie numérique : ils ne sont condamnés que s'ils ne suppriment pas un contenu signalé comme contraire à la loi dans un délai raisonnable.

C'est la loi du 29 juillet 1881, sur la liberté de la presse, qui est le texte de référence sur la liberté d'expression.

Son article 1 est très clair : « L'imprimerie et la librairie sont libres », on peut imprimer et éditer ce qu'on veut. Mais là encore, après le principe viennent les exceptions.

La première est l'injure (« X est un connard ») et la diffamation, c'est-à-dire le fait d'imputer à quelqu'un des actions qu'il n'a pas commises dans le but de lui faire du tort (« X a volé dans la caisse de l'entreprise »).

Les articles 23 et 24 de cette même loi expliquent que « seront punis comme complices d'une action qualifiée de crime ou délit ceux qui, soit par des discours, cris ou menaces proférés dans des lieux ou réunions publics », en font l'apologie, et liste les propos qui peuvent faire l'objet d'une condamnation :

« - les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l'intégrité de la personne et les agressions sexuelles, définies par le livre II du code pénal ;

- les vols, les extorsions et les destructions, dégradations et détériorations volontaires dangereuses pour les personnes, définis par le livre III du code pénal ;

- l'un des crimes et délits portant atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation ;

- l'apologie (…) des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou des crimes et délits de collaboration avec l'ennemi.

- (Le fait d'inciter à des) actes de terrorisme prévus par le titre II du livre IV du code pénal, ou qui en auront fait l'apologie.

- La provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers des personnes “en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée”, ou encore “leur oritentation sexuelle ou leur handicap” ».

Dernier cas particulier : l'apologie du terrorisme, plus durement sanctionné depuis la loi de novembre 2014 sur la lutte contre le terrorisme.

Le texte, mis en application ces derniers jours, prévoit que des propos d'apologie du terrorisme puissent être condamnés en comparution immédiate, renforce les peines encourues, et considère comme un fait aggravant le fait que ces propos soient tenus sur Internet. La même loi introduisait également la possibilité d'un blocage administratif - c'est à dire sans validation a priori par un juge - des sites de propagande djihadiste, une mesure fortement dénoncée par les défenseurs de la liberté d'expression.

En résumé, la liberté d'expression ne permet pas d'appeler publiquement à la mort d'autrui, ni de faire l'apologie de crimes de guerre, crimes contre l'humanité, ni d'appeler à la haine contre un groupe ethnique ou national donné.

On ne peut pas non plus user de la liberté d'expression pour appeler à la haine ou à la violence envers un sexe, une orientation sexuelle ou un handicap.

Le droit d'expression est sous un régime « répressif » : on peut réprimer les abus constatés, pas interdire par principe une expression avant qu'elle ait eu lieu.

Mais si une personne, une association ou l'Etat estime qu'une personne a outrepassé sa liberté d'expression et tombe dans un des cas prévus dans la loi, elle peut poursuivre en justice. En clair, c'est aux juges qu'il revient d'apprécier ce qui relève de la liberté d'expression et de ce qu'elle ne peut justifier. Il n'y a donc pas de positionnement systématique, mais un avis de la justice au cas par cas.

2. La particularité des réseaux sociaux

Le droit français s'applique aux propos tenus par des Français sur Facebook ou Twitter. Mais ces services étant édités par des entreprises américaines, ils ont le plus souvent été conçus sur le modèle américain de la liberté d'expression, beaucoup plus libéral que le droit français. Aux Etats-Unis, le premier amendement de la Constitution, qui protège la liberté d'expression, est très large. De nombreux propos condamnés en France sont légaux aux Etats-Unis.

Les services américains rechignent donc traditionnellement à appliquer des modèles très restrictifs, mais se sont adaptés ces dernières années au droit français. Twitter a ainsi longtemps refusé de bloquer ou de censurer des mots-clés antisémites ou homophobes, avant de nouer un partenariat avec des associations pour tenter de mieux contrôler ces propos.

De son côté, Facebook applique une charte de modération plus restrictive, mais les propos qui y sont contraires ne sont supprimés que s'ils sont signalés par des internautes, et après examen par une équipe de modérateurs.

3. Le cas complexe de l'humour

La liberté d'expression ne permet donc pas de professer le racisme, qui est un délit, de même que l'antisémitisme. On ne peut donc pas imprimer en « une » d'un journal « il faut tuer untel » ou « mort à tel groupe ethnique », ni tenir ce genre de propos publiquement. Néammoins, les cas de Dieudonné ou de Charlie Hebdo ont trait à un autre type de question, celle de l'humour et de ses limites.
La jurisprudence consacre en effet le droit à l'excès, à l'outrance et à la parodie lorsqu'il s'agit de fins humoristiques. Ainsi, en 1992, le tribunal de grande instance de Paris estimait que la liberté d'expression « autorise un auteur à forcer les traits et à altérer la personnalité de celui qu'elle représente », et qu'il existe un « droit à l'irrespect et à l'insolence », rappelle une étude de l'avocat Basile Ader.

Néammoins, là encore, il appartient souvent aux juges de décider ce qui relève de la liberté de caricature et du droit à la satire dans le cadre de la liberté d'expression. Un cas récent est assez éclairant : le fameux « casse-toi, pauv' con ! ». Après que Nicolas Sarkozy a lancé cette formule à quelqu'un qui avait refusé de lui serrer la main, un homme avait, en 2008, acueilli l'ancien chef de l'Etat avec une pancarte portant la même expression.
Arrêté, il avait été condamné pour « offense au chef de l'Etat » (délit supprimé depuis). L'affaire était remontée jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme. En mars 2013, celle-ci avait condamné la France, jugeant la sanction disproportionnée et estimant qu'elle avait « un effet dissuasif sur des interventions satiriques qui peuvent contribuer au débat sur des questions d'intérêt général ».

Plus proche des événements de la semaine précédente, en 2007, Charlie Hebdo devait répondre devant la justice des caricatures de Mahomet qu'il avait publiées dans ses éditions. A l'issue d'un procès très médiatisé, où des personnalités s'étaient relayées à la barre pour défendre Charlie Hebdo, le tribunal avait jugé que l'hebdomadaire avait le droit de publier ces dessins :
« Attendu que le genre littéraire de la caricature, bien que délibérément provocant, participe à ce titre à la liberté d'expression et de communication des pensées et des opinions (…) ; attendu qu'ainsi, en dépit du caractère choquant, voire blessant, de cette caricature pour la sensibilité des musulmans, le contexte et les circonstances de sa publication dans le journal “Charlie Hebdo”, apparaissent exclusifs de toute volonté délibérée d'offenser directement et gratuitement l'ensemble des musulmans ; que les limites admissibles de la liberté d'expression n'ont donc pas été dépassées (…) »

On peut donc user du registre de la satire et de la caricature, dans certaines limites. Dont l'une est de ne pas s'en prendre spécifiquement à un groupe donné de manière gratuite et répétitive.

Autre époque, autre procès : en 2005, Dieudonné fait scandale en apparaissant dans une émission de France 3 grimé en juif ultrareligieux. Il s'était alors lancé dans une diatribe aux relents antisémites. Poursuivi par plusieurs associations, il avait été relaxé en appel, le tribunal estimant qu'il restait dans le registre de l'humour.

En résumé, la loi n'interdit pas de se moquer d'une religion - la France est laïque, la notion de blasphème n'existe pas en droit - mais elle interdit en revanche d'appeler à la haine contre les croyants d'une religion, ou de faire l'apologie de crimes contre l'humanité – c'est notamment pour cette raison que Dieudonné a régulièrement été condamné, et Charlie Hebdo beaucoup moins.

4. « Charlie », habitué des procès


Il faut rappeler que Charlie Hebdo et son ancêtre Hara-Kiri ont déjà subi les foudres de la censure. Le 16 novembre 1970, à la suite de la mort du général de Gaulle, Hara-Kiri titre : « Bal tragique à Colombey : 1 mort », une double référence à la ville du Général et à un incendie qui avait fait 146 morts dans une discothèque la semaine précédente. Quelques jours plus tard, l'hebdomadaire est interdit par le ministère de l'intérieur, officiellement à l'issue d'une procédure qui durait depuis quelque temps. C'est ainsi que naîtra Charlie Hebdo, avec la même équipe aux commandes.
L'hebdomadaire satirique était régulièrement devant la justice à la suite à des plaintes quant à ses « unes » ou ses dessins : environ 50 procès entre 1992 et 2014, soit deux par an environ. Dont certains perdus.

5. Dieudonné, humour ou militantisme ?

Dans le cas de Dieudonné, la justice a été appelée à plusieurs reprises à trancher. Et elle n'a pas systématiquement donné tort à l'humoriste. Ainsi a-t-il été condamné à plusieurs reprises pour « diffamation, injure et provocation à la haine raciale » (novembre 2007, novembre 2012), ou pour « contestation de crimes contre l'humanité, diffamation raciale, provocation à la haine raciale et injure publique » (février 2014).

Lorsqu'en 2009 il fait venir le négationniste Robert Faurisson sur scène pour un sketch où il lui faisait remettre un prix par un homme déguisé en détenu de camp de concentration, il est condamné pour « injures antisémites ». Mais dans d'autres cas, il a été relaxé : en 2004 d'une accusation d'apologie de terrorisme, en 2007 pour un sketch intitulé « Isra-Heil ». En 2012, la justice a refusé d'interdire un film du comique, malgré une plainte de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

En plaidant pour l'interdiction de ses spectacles fin 2013, le gouvernement Ayrault avait cependant franchi une barrière symbolique, en interdisant a priori une expression publique. Néanmoins, le Conseil d'Etat, saisi après l'annulation d'une décision d'interdiction à Nantes, lui avait finalement donné raison, considérant que « la mise en place de forces de police ne [pouvait] suffire à prévenir des atteintes à l'ordre public de la nature de celles, en cause en l'espèce, qui consistent à provoquer à la haine et la discrimination raciales ». « On se trompe en pensant qu'on va régler la question à partir d'interdictions strictement juridiques », estimait alors la Ligue des droits de l'homme.

Damien Leloup

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/14/de-charlie-a-dieudonne-jusqu-ou-va-la-liberte-d-expression_4555180_4355770.html#T7PKGH0z7IE98GsJ.99

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:20

Les limites de la liberté d'expression ?

Celle de notre intelligence spirituelle, ou conscience.

Ceci dit, je trouve l'humour de Dieudonné plus fin et plus intelligent que l'humour pipi-caca-zizi de Charlie Hebdo.
Son "apologie au terrorisme", il l'a sûrement fait exprès, pour mettre en évidence la tolérance à deux vitesse qui s'en suivrait automatiquement. Et ça n'a pas manqué !



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:26

4 millions de personnes dans la rue pour la liberté d'expression pour ensuite bâillonner Dieudonné, très cohérent tout ça ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:28

Le gouvernement et tous les responsables de la lutte anti-terroriste ne pourraient-ils pas sur ordre militaire, sommer les toréadors fous de ranger leur chiffon rouge excitant au lieu de les laisser en produire un nouveau dans les kiosques?
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:38

François Pignon a écrit:
4 millions de personnes dans la rue pour la liberté d'expression pour ensuite bâillonner Dieudonné, très cohérent tout ça ...

Si on laisse passer ce genre de choses, alors c'est la porte ouverte à la chienlit ! Vous n'étiez pas pour la tolérance zéro en matière de délits ? Non, possible que je me trompe d'interlocuteur...

Autrement, ben on doit accepter l'apologie publique du terrorisme : ben oui, c'est de l'humour !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:47

Dragna Din a écrit:
François Pignon a écrit:
4 millions de personnes dans la rue pour la liberté d'expression pour ensuite bâillonner Dieudonné, très cohérent tout ça ...

Si on laisse passer ce genre de choses, alors c'est la porte ouverte à la chienlit ! Vous n'étiez pas pour la tolérance zéro en matière de délits ? Non, possible que je me trompe d'interlocuteur...

Autrement, ben on doit accepter l'apologie publique du terrorisme : ben oui, c'est de l'humour !

Charlie Hebdo incite à troubler l'ordre public, jusqu'à provoquer des meurtres et du terrorisme, si l'on défend CH il faut défendre Dieudonné autrement on condamne les deux.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:54

François Pignon a écrit:

Charlie Hebdo incite à troubler l'ordre public, jusqu'à provoquer des meurtres et du terrorisme, si l'on défend CH il faut défendre Dieudonné autrement on condamne les deux.

En droit français l'incitation à troubler l'ordre public est un délit qui n'existe pas. Mais il existe des troubles de l'ordre public caractérisés. L'apologie du terrorisme en est un. La satire ou la caricature n'en sont pas mais peuvent éventuellement tomber sous le coup du délit d'injure publique.
C'est la raison pour laquelle des assoc cathos se sont portée devant les tribunaux... sans assassiner personne.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:55

Arnica a écrit:
Le gouvernement et tous les responsables de la lutte anti-terroriste ne pourraient-ils pas sur ordre militaire, sommer les toréadors fous de ranger leur chiffon rouge excitant au lieu de les laisser en produire un nouveau dans les kiosques?

Pour mémoire "sur ordre militaire" ça s'appelle une dictature....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 14:57

adamev a écrit:
François Pignon a écrit:

Charlie Hebdo incite à troubler l'ordre public, jusqu'à provoquer des meurtres et du terrorisme, si l'on défend CH il faut défendre Dieudonné autrement on condamne les deux.

En droit français l'incitation à troubler l'ordre public est un délit qui n'existe pas. Mais il existe des troubles de l'ordre public caractérisés. L'apologie du terrorisme en est un. La satire ou la caricature n'en sont pas mais peuvent éventuellement tomber sous le coup du délit d'injure publique.
C'est la raison pour laquelle des assoc cathos se sont portée devant les tribunaux... sans assassiner personne.  

Vous ne constatez pas que CH et les terroristes ont troublé l'ordre public ?
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:00

François Pignon a écrit:
adamev a écrit:
François Pignon a écrit:

Charlie Hebdo incite à troubler l'ordre public, jusqu'à provoquer des meurtres et du terrorisme, si l'on défend CH il faut défendre Dieudonné autrement on condamne les deux.

En droit français l'incitation à troubler l'ordre public est un délit qui n'existe pas. Mais il existe des troubles de l'ordre public caractérisés. L'apologie du terrorisme en est un. La satire ou la caricature n'en sont pas mais peuvent éventuellement tomber sous le coup du délit d'injure publique.
C'est la raison pour laquelle des assoc cathos se sont portée devant les tribunaux... sans assassiner personne.  

Vous ne constatez pas que CH et les terroristes ont troublé l'ordre public ?

Les dessinateurs de Charlie Hebdo ont payé de leur vie leur liberté de conscience sans chercher à tuer ou à faire tuer quiconque.

Les terroristes n'agissent que dans le but de tuer et de... terroriser.

Si vous ne voyez pas la différence entre le rire et la terreur, alors vous êtes bête.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:02

Vous ne constatez pas que CH et les terroristes ont troublé l'ordre public ?

Vous devriez vous couvrir de m.erde pour avoir osé cet amalgame.
Les uns ont utilisé la satire...
Les autres le crime, l'assassinat, l'attentat.


Dernière édition par adamev le Mer 14 Jan 2015, 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:05

Dragna Din a écrit:
François Pignon a écrit:
adamev a écrit:
François Pignon a écrit:

Charlie Hebdo incite à troubler l'ordre public, jusqu'à provoquer des meurtres et du terrorisme, si l'on défend CH il faut défendre Dieudonné autrement on condamne les deux.

En droit français l'incitation à troubler l'ordre public est un délit qui n'existe pas. Mais il existe des troubles de l'ordre public caractérisés. L'apologie du terrorisme en est un. La satire ou la caricature n'en sont pas mais peuvent éventuellement tomber sous le coup du délit d'injure publique.
C'est la raison pour laquelle des assoc cathos se sont portée devant les tribunaux... sans assassiner personne.  

Vous ne constatez pas que CH et les terroristes ont troublé l'ordre public ?

Les dessinateurs de Charlie Hebdo ont payé de leur vie leur liberté de conscience sans chercher à tuer ou à faire tuer quiconque.

Les terroristes n'agissent que dans le but de tuer et de... terroriser.

Si vous ne voyez pas la différence entre le rire et la terreur, alors vous êtes bête.

Je dis que CH incite à troubler l'ordre public, caricaturer une religion (non sécularisée) pratiquée par des millions de personnes dans le pays c'est mettre le feu aux poudres ...
je veux bien mais alors laissez Dieudonné tranquille ou alors condamnez les deux .
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:14

François Pignon a écrit:

je veux bien mais alors laissez Dieudonné tranquille ou alors condamnez les deux .

Non, car il y a une différence à soutenir la satire et à soutenir les meurtriers. Mais vous ne voyez pas, je ne peux rien pour vous, désolé, réellement.
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:16

Un peu de bon sens populaire:

Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:17

laissez Dieudonné tranquille ou alors condamnez les deux .

L'un incite à la haine et fait l'apologie du crime les autres sont seulement dans la dérision.
On peut ne pas être d'accord mais on ne peut pas les mettre sur le même plan.
si vous ne comprenez pas ça vous êtes gravement malade.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:19

Dragna Din a écrit:
François Pignon a écrit:

je veux bien mais alors laissez Dieudonné tranquille ou alors condamnez les deux .

Non, car il y a une différence à soutenir la satire et à soutenir les meurtriers. Mais vous ne voyez pas, je ne peux rien pour vous, désolé, réellement.

Mais vous croyez vraiment que Dieudonné soutient les terroristes ??? n'est-ce pas une provocation pour vérifier la liberté d'expression ? vous pensez que les dessins de CH sont sincèrement blasphématoires ou sont simplement de la provocation au nom de la liberté d'expression ?
Vous voyez bien que les deux, CH et Dieudonné provoquent, ils sont libres dans un pays libre.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:35

Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 15:59

Milites Templi a écrit:
Un peu de bon sens populaire:


Pouffer de rire thumleft Il a bien raison,sans être totalement en accord avec ce qu'il dit...
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 16:19

Le bal des faux-culs terminé, les apparatchiks de la "liberté d'expression" vont à présent se mettre à traquer ceux qui pensent mal:

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 19:47

adamev a écrit:
Arnica a écrit:
Le gouvernement et tous les responsables de la lutte anti-terroriste ne pourraient-ils pas sur ordre militaire, sommer les toréadors fous de ranger leur chiffon rouge excitant au lieu de les laisser en produire un nouveau dans les kiosques?

Pour mémoire "sur ordre militaire" ça s'appelle une dictature....

Ben pas toujours figurez-vous! De bons ordres militaires en temps de guerre ont pour but de protéger les populations. Entre dictature et anarchie, il y a la juste mesure. Vous avez un problème avec l'acceptation de la frustration (âge: entre 1 et 3 ans).
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 20:01

Arnica a écrit:
adamev a écrit:
Arnica a écrit:
Le gouvernement et tous les responsables de la lutte anti-terroriste ne pourraient-ils pas sur ordre militaire, sommer les toréadors fous de ranger leur chiffon rouge excitant au lieu de les laisser en produire un nouveau dans les kiosques?

Pour mémoire "sur ordre militaire" ça s'appelle une dictature....

Ben pas toujours figurez-vous! De bons ordres militaires en temps de guerre ont pour but de protéger les populations. Entre dictature et anarchie, il y a la juste mesure. Vous avez un problème avec l'acceptation de la frustration (âge: entre 1 et 3 ans).

ho la la arnica !! et après ça pleurerait parce qu'ils ne sont pas libres de s'exprimer Pouffer de rire

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Mer 14 Jan 2015, 20:39

Repérer et TRAITER ceux qui ne sont pas Charlie... What a Face


Sinon, voilà pourquoi Dieudonné se "sentait" Coulibaly :
«Après cette marche historique, que dis-je... Légendaire! Instant magique égal au Big Bang qui créa l'univers!...ou dans une moindre mesure (plus locale) comparable au couronnement de Vercingétorix, je rentre enfin chez moi. Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly», a écrit le polémiste, avant de supprimer le message moins d'une heure plus tard, rapporte encore l'hebdomadaire.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Liberte-d-expression-Dieudonne-repond-a-Bernard-Cazeneuve-30238.html
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2532
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 01:53

Espérance a écrit:


...La première est l'injure (« X est un connard »)
....


Ce qui est risible c'est que traiter X de c.on est répréhensible, mais prendre X pour un c.on ne l'est pas!

Le bonhomme tout excité dans la vidéo n'a pas tout tort. La moquerie est une arme redoutable, elle peut tuer psychologiquement un homme!

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9344
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 05:12

Dragna Din a écrit:
...

Les dessinateurs de Charlie Hebdo ont payé de leur vie leur liberté de conscience   ... .

Ah ! Ils avaient une conscience ? ? ?

Non . Ils tentaient de monopoliser le rire scatologique pour empêcher de penser . Leur ennemi était la pensée structurée .

Mais je regrette leur mort , profondément , et j'ose aussi regretter la mort des tueurs fous , encore plus inconscients car
Charlie Hebdo était en train de sombrer sous les coups de boutoir de " la crise " . Les tueurs ont été trop impatients .
Revenir en haut Aller en bas
Miles Templi



Masculin Messages : 1781
Inscription : 03/07/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 07:54

Une autre critique avec des considérations très justes:

Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 08:04

J&B a écrit:
Repérer et TRAITER ceux qui ne sont pas Charlie... What a Face


Ouh là là! en effet les masques tombent...

Vers la fin de la première vidéo(3:45): "La liberté d’expression oui mais...mais pourquoi ces deux poids deux mesures...ces questions nous sont insupportables..."



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 09:53

Pour info: Peine pour profanation du dieu football: pour un match truqué: 5 ans d'emprisonnement+une grosse amende. Oui, mesdames messieurs, on ne touche pas aux choses sacrées sachez-le!!! drunken
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9344
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 10:06

Qu'elle soit insupportable à entendre ou pas , la question reste : " pourquoi , deux poids , deux mesures ? " .

La phrase : " je me sens Charlie Coulibaly " est d'une profondeur humaine et religieuse quasi insondable .

Provocation ?

Il y a eu bien pire , devant le Temple :

" Détruisez ce Temple et je le rebâtirai en trois jours . " .

Au lieu de s'attaquer lâchement et démagogiquement à Dieudonné Mbala'Mbala , certains gouvernements feraient mieux de faire pression sur l'Arabie Saoudite , leur allié , pour mettre fin au supplice de Raef Badawi .

Oui ! Mais le pétrole , après ?


Dernière édition par boulo le Jeu 15 Jan 2015, 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zarus



Masculin Messages : 220
Inscription : 19/10/2013

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 10:37

Simon a écrit:
Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.

Cela ne vaut que pour les croyants ?
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 10:52

la foire aux questions de la liberté d'expression

Le Monde.fr | 14.01.2015 à 15h54 • Mis à jour le 15.01.2015 à 09h10 | Par Samuel Laurent et Damien Leloup

Depuis une semaine, de nombreuses remarques et questions de nos lecteurs et des internautes nous interpellent sur la liberté d'expression et ses limites, ou s'étonnent de la manière dont est appliquée la loi. Nous avons tenté de faire un tour d'horizon des messages les plus fréquents.

« J'ai le droit de dire ce que je pense »

Vous avez le droit, oui, mais en privé, et encore. La liberté d'expression en public, et même devant un cercle d'amis dans certains cas, est encadrée. Vous ne pouvez pas vous promener dans la rue en criant « Mort aux Syldaves », par exemple. Ce serait un délit (si les Syldaves existaient).

La liberté d'expression n'est pas absolue. Un certain nombre de propos, racistes, antisémites, appelant à la haine, à la violence, faisant l'apologie du terrorisme, sont des délits selon la loi. On ne peut donc pas les tenir en public. Il ne s'agit pas de « censure » ou de « pensée unique », mais d'une règle de droit, qui ne date pas d'aujourd'hui : la loi sur la liberté de la presse remonte à 1881.


« Mais alors je ne peux pas dire ‘les Syldaves sont des salauds', même sur mon Facebook visible uniquement par des amis ? »

Non. La jurisprudence est assez claire : vous pouvez être condamné pour « injure publique », par exemple, même si c'est sur un profil qui n'est accessible qu'à quelques dizaines de personnes. Les tribunaux considèrent que c'est une situation comparable à celle d'une injure proférée dans une entreprise, un café ou tout autre lieu public. Il existe des cas où la justice a estimé qu'un groupe Facebook très fermé ou un profil avec peu d'ami relevait du privé, mais ils sont l'exception.

Encore une fois, tout dépend de l'existence d'une plainte. Donc si quelqu'un estime que vos propos sont offensants et qu'il y a accès, vous pouvez être condamné.


« J'ai bien le droit de faire de l'humour »


Oui, vous avez le droit. Mais dans certaines limites, toujours les mêmes : ne pas diffamer, ne pas faire l'apologie du crime, du terrorisme, du racisme… En réalité, une personne s'estimant offensée par votre humour peut porter plainte contre vous. Et ce sera alors à la justice de décider s'il s'agit d'humour ou si vous déguisez du militantisme ou des injures sous des traits humoristiques. S'il existe un « droit à la satire et à l'outrance » consacré par la jurisprudence, l'humour n'autorise pas tout, et ne permet pas de tout justifier.

« Les gens ne sont jamais condamnés pour ce qu'ils disent sur Internet »


C'est faux. Lundi, un homme qui avait publié des photos faisant l'apologie du djihad sur son profil Facebook a été arrêté et condamné à trois mois de prison ferme à Toulon. Ce n'est qu'un exemple parmi de nombreux autres. Il suffit qu'il y ait une plainte déposée contre un contenu, ou un signalement aux autorités via la plate-forme Pharos, qui les recense, pour qu'une action soit menée. Y compris sur Internet, y compris lorsqu'il s'agit d'un profil anonyme.

On pourrait multiplier les cas, par exemple celui du compte Twitter « Jeunepopkemon », condamné aux dépens de Rachida Dati pour avoir usurpé son identité dans un but pourtant revendiqué comme humoristique. Autre exemple, celui de Boris Le Lay, nationaliste breton qui multiplie les condamnations pour propos racistes sur Internet.

Ce matin, le ministère de l'intérieur totalisait près de quarante procédures ouvertes pour « apologie du terrorisme » à la suite des événements de la semaine dernière.


« On condamne plus les propos contre tel groupe que contre tel autre »

Nous n'en savons rien... et vous non plus. En réalité, il n'existe pas de statistique comparative des condamnations pour racisme ou incitation à la haine par thème ou groupe ciblé. Quelques affaires sont sans doute plus médiatisées que d'autres, mais cette impression ne correspond pas nécessairement à la réalité judiciaire.

« Les trucs antisémites sont toujours censurés, jamais les trucs contre l'islam »

C'est faux. Il existe nombre d'exemple de comptes, de profils supprimés et de condamnations à la suite de propos racistes ou islamophobes. Par exemple cette élue FN condamnée l'an dernier à neuf mois de prison ferme et une amende pour des photomontages racistes à propos de Christiane Taubira. Ou encore l'organisation d'extrême droite Riposte laïque, condamnée en 2014 pour provocation à la haine envers les musulmans. On pourrait multiplier les exemples, notamment Eric Zemmour, condamné en 2011 pour provocation à la discrimination raciale.

La loi est la même à chaque fois : racisme ou antisémitisme sont des délits, et tenir des propos en faisant l'apologie est condamnable.


« Dieudonné est condamné et mis en garde à vue et pas 'Charlie', il y a deux poids deux mesures »

Les deux cas de figure sont très différents. Tout d'abord, Dieudonné a été condamné à plusieurs reprises pour différents motifs, dont l'incitation à la haine et à la discrimination et pour contestation de crimes contre l'humanité. Charlie Hebdo, visé par une trentaine de plaintes au long de son histoire, a également été condamné à plusieurs reprises, principalement pour “injure”, et une fois pour une tribune et un dessin « visant précisément les harkis et la communauté qu'ils forment », alors que des enfants de harkis avaient entamé une grève de la faim.

Surtout, le droit français reconnaît bien un droit à la satire et à la caricature, et c'est la raison pour laquelle Charlie Hebdo a régulièrement échappé à une condamnation. Dieudonné a également été relaxé pour les mêmes raisons après une plainte d'associations juives contre un sketch diffusé en 2004 sur France 3, le tribunal considérant par ailleurs que ses propos « ne s'adressaient pas à la communauté juive en général ».

Mais les avocats de Dieudonné n'ont pas toujours utilisé cet argument : lors de son procès visant la chanson « Shoahnanas », « l'humoriste » s'était borné à expliquer que son texte parlait de « chauds ananas », une ligne de défense intenable.

Son placement en garde à vue, mercredi 14 janvier, est encore un autre cas de figure : il a été fait sur la base de la toute dernière loi de lutte contre le terrorisme, qui punit très sévèrement l'apologie du terrorisme, après que Dieudonné a publié un message sur le Web se revendiquant comme « Charlie Coulibaly ». Sa garde à vue ne signifie cependant pas qu'il sera condamné.

Enfin, dans le cas précis des caricatures de Mahomet republiées par Charlie Hebdo, rappelons que le droit français ne sanctionne pas le blasphème – une disposition en ce sens existe encore en Alsace et en Moselle, héritage historique du concordat, mais n'est plus appliquée, et plusieurs responsables religieux ont réclamé la semaine dernière son abrogation définitive.

« Mon commentaire sur FaceBook a été supprimé, on a violé ma liberté d'expression »

La liberté d'expression est un principe légal qui vous protège, mais il n'impose pas à un tiers d'accueillir vos propos. Tout comme le patron d'un café peut vous demander de ne pas hurler d'obscénités dans son établissement, les plates-formes Internet, qu'il s'agisse du français Dailymotion ou de l'américain Facebook, ont tout à fait le droit de fixer leurs propres règles – à condition qu'elles respectent la loi française. Facebook interdit par exemple, et tout à fait légalement, les photos de nus, ou les propos “agressifs” – une catégorie bien plus large que celle de la loi qui sanctionne les appels à la haine.

« Twitter laisse fonctionner des comptes néonazis et a bloqué le mien » »

Twitter et les réseaux sociaux en général n'emploient pas des armées de modérateurs chargés de lire les tweets de tous les utilisateurs. Ils demandent à ces derniers de « faire la police » en signalant les comptes aux contenus offensants, avant d'éventuellement envisager de les bloquer. La loi sur la confiance dans l'économie numérique permet à ces services de disposer d'un régime de responsabilité allégé : ils sont « simplement » tenus de supprimer dans un déli raisonnable les contenus contraires à la loi qui leur sont signalés.

Par ailleurs, certains sites, et notamment Twitter, appliquent plutôt une philosophie héritée de la conception américaine de la liberté d'expression, beaucoup plus permissive que celle qui a cours en France et en Europe. Les géants du Web appliquent depuis longtemps une pratique « géographique » du blocage, certains contenus illégaux en France pouvant être légaux dans d'autres pays. Ces grandes sociétés tendent donc à pratiquer un blocage « géographique » : elles ne suppriment par exemple pas un compte à connotation nazie, illégal en France ou en Allemagne, mais bloquent son accès dans les deux pays. Cette forme de « jurisprudence privée » a émergé après un procès retentissant contre eBay, aux tous débuts du développement de l'Internet grand public : attaqué parce qu'il vendait des objets nazis, le site avait décidé de bloquer ces enchères en France et en Allemagne, mais de les laisser librement accessibles aux Etats-Unis.

« C'est le règne de la pensée unique et de la bienpensance bobo qui veut censurer notre liberté de nous exprimer », « c'est la faute du gouvernement PS », « c'est la faute de Sarkozy si on ne peut plus rien dire dans ce pays »

La loi sur la presse date de 1881, bien avant mai 1968.

Par ailleurs, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, ont apporté depuis les années 1980 de nouvelles limites à la liberté d'expression – régulièrement avec les voix de l'opposition. Sous des gouvernements de gauche, on peut rappeler notamment la loi Gayssot (qui sanctionne la négation de crimes contre l'humanité) ou la toute dernière loi de lutte contre le terrorisme (également votée très largement par l'opposition). Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, une proposition de loi réprimant la négation du génocide arménien avait finalement été censurée par le Conseil constitutionnel, mais François Hollande s'était engagé durant sa campagne à présenter un nouveau texte en ce sens. Ce qu'il n'a toujours pas fait.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/01/14/charlie-dieudonne-reseaux-sociaux-la-foire-aux-questions-de-la-liberte-d-expression_4555964_4408996.html#eoe3diM92V1cBo5K.99
















_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 11:10

Autre question: L'expression "Nique ta mère" tombe-t'-elle sous la censure lorsqu'elle est utilisée publiquement? rsvp


Dernière édition par Arnica le Jeu 15 Jan 2015, 11:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9344
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 11:12

Précision à l'intention de l'excellente FAQ du journal Le Monde : Dieudonné Mbala'Mbala ne s'est pas
revendiqué être Charlie Coulibaly mais s'est senti , un soir , après la marche à laquelle il a participé , " Charlie Coulibaly " ( donc la victime et l'agresseur ) . Profond de compassion humaine !

C'est un magnifique sentiment religieux et aucunement une incitation à la haine et à la violence .

Mais si les gardiens du désordre public ont décidé de comprendre de travers ( comme les juifs avec les paroles de Jésus ) , il sera quasi impossible de les en empêcher .


Dernière édition par boulo le Ven 16 Jan 2015, 04:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 12:52

boulo a écrit:

Au lieu de s'attaquer lâchement et démagogiquement à Dieudonné Mbala'Mbala , certains gouvernements feraient mieux de faire pression sur l'Arabie Saoudite , leur allié , pour mettre fin au supplice de Raef Badawi .

Dont la famille est ici, au Canada.

Où sont les Charlies ? :bougie:
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 12:53

Zarus a écrit:
Simon a écrit:
Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.

Cela ne vaut que pour les croyants ?

Pour tout le monde, je dirais.

Ainsi, ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on a le droit de ridiculiser les croyants.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 15:38



en fait c'est simple
le mot insulte a un sens clair !
insulter n'a rien de bon a apporter a quiconque !!

ensuite dire que l’emploie de l'insulte est praticable sous prétexte que sa profession l'implique c'est consacrer le bor,del en règle d'état !
donc pourquoi venir pleurer les crime que l'on produit soi-même en disant que l'insulte c'est bien !?

ils ont vu et gouté a leurs œuvres on ne peut pas insulter les autres 30ans durant créer des problèmes dans le pays et se cacher en permanence derrière son crayon de mine !

a un moment tu récolte ce que tu sèmes !
ils ont prétendu que semer l’insulte l'outrage a l'intelligence morale était l'avenir de l'homme , hé bien non désolés cela ne mène qu'au cimetière ils viennent de le contre signer ! , et depuis que l'homme a appris a s'exprimer , a écrire il sait que ces mots et l'encre de sa plume peut être une arme de mort !!
ce n'est pas en niant ces évidences que l'on va tous sur un chemin de Paix !

je ne suis pas du tout pour la violence de cet islam ; mais pas plus pour prétendre que l'insulte soit a établir comme règle en France , si leur liberté c'est cela a mon avis " agrandissez les cimetières car ça va ce remplir !" !

comme il n' y a rien a dire a nos fous de services , ils vont encore venir pleurer aux enterrement qu'ils engendrent régulièrement " en disant faut pas faire cela !!" Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Gérard2



Masculin Messages : 2532
Inscription : 30/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 16:06

Simon a écrit:
Zarus a écrit:
Simon a écrit:
Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.

Cela ne vaut que pour les croyants ?

Pour tout le monde, je dirais.

Ainsi, ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on a le droit de ridiculiser les croyants.

La question est de savoir si on ne peut pas ridiculiser les croyants mais qu'on puisse par contre ridiculiser des hommes politiques ou des hommes défendant une idée quelconque. Après tout, être de gauche ou de droite fait aussi partie d'une croyance.

Il me semble que la sagesse veut qu'on ne ridiculise personne.

Gérard
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 16:09

Gérard2 a écrit:
Il me semble que la sagesse veut qu'on ne ridiculise personne.

C'est l'idéal, oui. On peut, par contre, ridiculiser des idéologies, même si on risque d'écorcher du monde au passage. Confused
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 16:25

il faut éduquer les enfants a employer leur liberté d'expression !!

"allez mon petit va dire au vieux monsieur que c'est un crouton qui devrait déjà être euthanasié !
demain on ira voir le boulanger et lui dire qu'il une tête de cocu !
et si on a le temps on ira dire a Ahmed que Mahomet c'est un ,,,, "

et ensuite le gamin ce fait casser les pattes par certaines personnes et là on portera plainte pour "atteinte a la libre expression !" siffler
Nan mais nos valeurs quoi !!!langue

ben voila ça va être chic l'ambiance dans le quartier avec la libre expression !! couleurs
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 16:59

Simon a écrit:
Zarus a écrit:
Simon a écrit:
Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.
Cela ne vaut que pour les croyants ?
Pour tout le monde, je dirais.
Ainsi, ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on a le droit de ridiculiser les croyants.

Et réciproquement ce n'est pas parce qu'on est croyant qu'on a le droit de ridiculiser ou d'insulter les non croyants ou ceux qui croient autrement.
Une chose est d'offenser les personnes.... une autre est de dire ce qu'on pense de tel ou tel aspect du religieux et de ses institutions.
Pour ma part je ne conteste à personne le droit de dire ce qu'il pense de la FM mais je conteste le droit de le faire sur la base de mensonges, de calomnies, d'accusations sans preuve, de théories complotistes...
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:10

adamev a écrit:
laissez Dieudonné tranquille ou alors condamnez les deux .

L'un incite à la haine et fait l'apologie du crime les autres sont seulement dans la dérision.
On peut ne pas être d'accord mais on ne peut pas les mettre sur le même plan.
si vous ne comprenez pas ça vous êtes gravement malade.

Et ça, c'est une incitation à quoi, sinon à la haine et au terrorisme ? Ah oui j'oubliais. Il est milliardaire, lui...

Le collectif "La Manif pour tous", opposé au projet de loi sur le mariage homosexuel, a porté plainte pour "incitation à commettre un acte de terrorisme" contre Pierre Bergé (également actionnaire à titre individuel du groupe Le Monde) en raison d'un message qu'il avait cité sur Twitter, a annoncé mercredi son avocat, Me Alexandre Varaut, dans un communiqué.

L'homme d'affaires, qui est favorable au mariage pour tous, avait selon Me Varaut "retweeté" le 17 mars un message disant : "Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c'est pas moi qui vais pleurer."

Le collectif n'avait pas reçu l'autorisation d'aller manifester dimanche dernier sur les Champs-Elysées. Des échauffourées avaient opposé les forces de l'ordre à des manifestants aux abords de l'avenue. Le message avait été rapidement retiré du compte de M. Bergé.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/03/27/la-manif-pour-tous-porte-plainte-contre-pierre-berge_3149054_3224.html#4a0s8Bbp4iKYw4cp.99
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:20

La liberté d'expression a des limites, dit le pape

La Presse Canadienne

Par Nicole Winfield, The Associated Press | La Presse Canadienne – il y a 4 heures


MANILLE, Philippines - La liberté d'expression a des limites, a déclaré jeudi le pape François, surtout quand elle insulte ou ridiculise la foi d'autrui.

Le pape a commenté les attentats terroristes de Paris alors qu'il se rendait à Manille, aux Philippines, pour la suite de son périple asiatique. Il a ajouté que la liberté d'expression représente non seulement un droit fondamental, mais aussi l'obligation de prendre la parole pour le bien commun.

Le pape a ensuite précisé que cette liberté n'est pas sans limites, et qu'il n'est pas tolérable d'insulter ou de ridiculiser la foi des autres.

Le Vatican et quatre imams français bien connus ont récemment diffusé un communiqué commun dans lequel ils condamnent les attentats, tout en demandant aux médias de traiter les religions avec respect.

Le pape est allé encore plus loin quand un journaliste français lui a demandé si des limites existent lorsque la liberté d'expression se heurte à la liberté de religion. Le pape a alors répondu qu'il est «aberrant» de tuer au nom de Dieu et que la religion ne peut jamais servir de prétexte à la violence.

Le pape François a également dit croire, pendant le même entretien, que le réchauffement climatique est «essentiellement» l'oeuvre de l'homme. Le pape condamne fréquemment la «culture du gaspillage» et a affirmé que la nature a été surexploitée.

Le pape a été accueilli par des foules en liesse lors de son arrivée aux Philippines, le pays catholique le plus peuplé d'Asie. Il s'agit de la première visite papale en 20 ans.

Le pape était attendu par des centaines d'enfants enjoués et par le président Benigno Aquino III à sa sortie de l'avion. Il a ensuite pris place à bord de sa papamobile décapotable pour le trajet de 11 kilomètres jusqu'à la nonciature apostolique de Manille, où il séjournera. Des barrières de ciment et d'acier avaient été érigées tout le long du parcours, ce qui n'a pas empêché des dizaines de milliers de personnes de se masser pour l'acclamer.

https://fr-ca.actualites.yahoo.com/la-libert%C3%A9-dexpression-des-limites-dit-le-pape-131315697.html
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28469
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:21

adamev a écrit:
Simon a écrit:
Zarus a écrit:
Simon a écrit:
Quelles limites à la liberté d'expression ? Un extrait du communiqué de l'archevêque de Paris au lendemain de la tuerie:

Citation :
Le droit à la liberté de pensée et d'expression, ratifié par la déclaration universelle des Droits de l'homme, ne peut pas impliquer le droit d'offenser le sentiment religieux des croyants. Ce principe vaut bien évidemment en ce qui concerne toutes les religions.
Cela ne vaut que pour les croyants ?
Pour tout le monde, je dirais.
Ainsi, ce n'est pas parce qu'on est athée qu'on a le droit de ridiculiser les croyants.

Et réciproquement ce n'est pas parce qu'on est croyant qu'on a le droit de ridiculiser ou d'insulter les non croyants ou ceux qui croient autrement.
Une chose est d'offenser les personnes.... une autre est de dire ce qu'on pense de tel ou tel aspect du religieux et de ses institutions.
Pour ma part je ne conteste à personne le droit de dire ce qu'il pense de la FM mais je conteste le droit de le faire sur la base de mensonges, de calomnies, d'accusations sans preuve, de théories complotistes...

On peut dire la même chose au sujet de l'Église catholique.
Revenir en haut Aller en bas
dims



Masculin Messages : 3948
Inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:28

Adamev vous êtes plein de mauvaise foi. Je suis sur que vous condamnez celui qui met le feu et que vous defendez celui qui donne le briquet et qui incite à mettre le feu.

Vous ne pouvez pas séparer les 2 individus qui dépendent l un de l autre pour exister. L'abbé Pierre disait vous dans vos grandes maisons qui embrassez vos enfants avec bonne conscience, vous avez plus de sang sur vos mains d'inconscient que le desperé qui a prit les armes. C est vous qui incitez à toute violence.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:51

Pour le pape, la liberté d'expression ne donne pas le droit d'"insulter" la foi d'autrui "On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision", a affirmé le pape Francois lors d'une conférence de presse dans l'avion qui le conduisait de Colombo à Manille, à propos des caricatures de Charlie Hebdo. La liberté d'expression doit "s'exercer sans offenser" a-t-il dit, tout en soulignant que s'exprimer était un "droit fondamental".

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 19:53



Taubira : En France, "on peut tout dessiner, y compris un prophète" "On peut tout dessiner, y compris un prophète parce qu'en France, pays de Voltaire et de l'irrévérence, on a le droit de se moquer de toutes les religions", a affirmé la ministre de la Justice lors de la cérémonie organisée à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 22:25

Espérance a écrit:


Taubira : En France, "on peut tout dessiner, y compris un prophète" "On peut tout dessiner, y compris un prophète parce qu'en France, pays de Voltaire et de l'irrévérence, on a le droit de se moquer de toutes les religions", a affirmé la ministre de la Justice  lors de la cérémonie organisée à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/

et sous le dessin de la libre expression que vous autorisez on peut écrire que la ministre ressemble a un singe ou faut laisser le dessin sans rien écrire ?   Mr.Red

parce que là je bute sur le dogme républicain de la sainte libre expression suivant cette bonne dame ?

charlie y faisaient comment déjà ? dessins sans sous-titres sans commentaires sans petits mots insérés ?

expliquait moi cela ma bonne dame que l'on comprenne votre définition de la liberté d'expression qui punie a la prison et 50 000euros d'amende ceux qui osent la liberté d’expression avec une phrase allant a votre encontre !
mais pas ceux qui insultent tous le reste de la terre et engendre des morts en France ?
là je ne comprend pas votre subtilité madame le sinistre !!
le blasphème républicain ce limite a de rire de vous ?? la madone de la 5eme république c'est vous ? Thumbdown

ce gouvernement ; ou l'art de ce rendre ridicule et énoncer 200 contradictions a l'heure !

décidément ils sont bêtes et dangereux au possible a soutenir l'insoutenable ! pale Boulet
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 22:37

En fait, on est déboussolés car le régime de notre pays est devenu une anarchie dictatoriale. Si, si, c'est bien ça : "impossible n'est pas français!". Il n'y a que quand on admet ce constat que l'on parvient à comprendre sans attraper la migraine. Par contre , la nausée on n'y échappe pas!
bom :help:
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12221
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 22:51

Je ne vois pas en quoi il y a lieu d'être déboussolé???
Comparer madame T. à un singe est une insulte adressée à une personne es qualité qui plus est détentrice de l'autorité de l'état. Il est juste que ce soit puni par la loi.
Dessiner, croquer, caricaturer, faire une satire.... d'un personnage dont on n'est même pas sûr qu'il ait existé, porteur (comme d'autres) d'une pseudo parole divine... dont on connait malheureusement (comme d'autres les effets) est de l'ordre de la saine dérision, du recadrage... Que ça agace c'est une chose que ça incite au meurtre en est une autre.
En tous cas ça ne se met pas sur le même plan.
Que Théodéric ne comprenne pas ça ce n'est pas surprenant de sa part et de son unique neurone.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 23:04

adamev a écrit:
Je ne vois pas en quoi il y a lieu d'être déboussolé???
Comparer madame T. à un singe est une insulte adressée à une personne es qualité qui plus est détentrice de l'autorité de l'état. Il est juste que ce soit puni par la loi.
Dessiner, croquer, caricaturer, faire une satire.... d'un personnage dont on n'est même pas sûr qu'il ait existé, porteur (comme d'autres) d'une pseudo parole divine... dont on connait malheureusement (comme d'autres les effets) est de l'ordre de la saine dérision, du recadrage... Que ça agace c'est une chose que ça incite au meurtre en est une autre.
En tous cas ça ne se met pas sur le même plan.
Que Théodéric ne comprenne pas ça ce n'est pas surprenant de sa part et de son unique neurone.

Adamev dans toute la splendeur de sa mauvaise foi !! :beret:

donc la libre expression de charlie est supérieure a celle des autres personnes surtout si on rie d'un ministre !!
en gros " camarades citoyens ; vous êtes libre de fermer vos gu,eu,les sauf si le parti vous autorise a déclencher des rafale de mitraillettes en ville !"
bienvenue au paradis socialiste ! mort de rire

c'est vrai que je n'ai qu'un neurone ; Embarassed mais il est Baptisé donc Il Est a Jésus et Jésus Est dedans :pompom: :pompom: :pompom:
je préfère n'avoir qu'1 neurone en Jésus que 100 milliards qui servent batman   !!  

et pour que tes neurones s'organisent un peu si possible !
les insultes a charlie n'étaient pas qu'envers Dieu (abstrait d’après tes savants neurones :bienmal: ) mais aussi envers des personnes en chair et en os !
la reine d’Angleterre etc etc et mahomet n'est pas une idée mais bien quelqu'un !!

enfin je sais cela demande un effort de bonne foi je ne veux pas te rendre malade !  clown2


Dernière édition par Théodéric le Jeu 15 Jan 2015, 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
J&B



Féminin Messages : 1813
Inscription : 09/08/2014

MessageSujet: Re: quelles limites à la liberté d'expression ?   Jeu 15 Jan 2015, 23:10

Arnica a écrit:
En fait, on est déboussolés car le régime de notre pays est devenu une anarchie dictatoriale. Si, si, c'est bien ça : "impossible n'est pas français!". Il n'y a que quand on admet ce constat que l'on parvient à comprendre sans attraper la migraine. Par contre , la nausée on n'y échappe pas!
bom :help:

C'est un bon signe, et il semble que de plus en plus de gens commencent à voir qui est vraiment Charlie...
Revenir en haut Aller en bas
 
quelles limites à la liberté d'expression ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» quelles limites à la liberté d'expression ?
» [Discussion] Le PVP : quelles limites imposer?
» Savoir dire non ou quelles limites/punitions appliquer?
» Liberté d'expression menacée en Italie : Wikipedia ferme ses portes pour une journée
» ACTA: la nouvelle menace pour la liberté d'expression sur Internet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: