DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16667
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mar 13 Jan 2015, 20:29

« Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »

LE MONDE | 13.01.2015 à 11h31 • Mis à jour le 13.01.2015 à 16h47

Nous sommes professeurs en Seine-Saint-Denis. Intellectuels, adultes, libertaires, nous avons appris à nous passer de Dieu et à détester le pouvoir. Nous n’avons pas d’autre maître que le savoir. Ce discours nous rassure et notre statut social le légitime. Ceux de Charlie Hebdo nous faisaient rire ; nous partagions leurs valeurs. En cela, cet attentat nous prend pour cible. Même si aucun d’entre nous n’a jamais eu le courage de tant d’insolence, nous sommes meurtris. Nous sommes Charlie pour cela.

Mais faisons l’effort d’un changement de point de vue, et tâchons de nous regarder comme nos élèves nous voient. Nous sommes bien habillés, confortablement chaussés, ou alors très évidemment au-delà de ces contingences matérielles qui font que nous ne bavons pas d’envie sur les objets de consommation dont rêvent nos élèves : si nous ne les possédons pas, c’est peut-être aussi parce que nous aurions les moyens de les posséder.

Nous partons en vacances, nous vivons au milieu des livres, nous fréquentons des gens courtois et raffinés. Nous considérons comme acquis que La Liberté guidant le peuple et Candide font partie du patrimoine de l’humanité. On nous dira que l’universel est de droit, et non de fait, et que de nombreux habitants de cette planète ne connaissent pas Voltaire ? Quelle bande d’ignares… Il est temps qu’ils entrent dans l’Histoire : le discours de Dakar le leur a déjà expliqué. Quant à ceux qui viennent d’ailleurs et vivent parmi nous, qu’ils se taisent et obtempèrent.

Ces crimes parlent français

Si les crimes commis par ces assassins sont odieux, ce qui est terrible, c’est qu’ils parlent français, avec l’accent des jeunes de banlieue. Ces deux assassins sont comme nos élèves. Le traumatisme, pour nous, c’est aussi d’entendre cette voix, cet accent, ces mots. Voilà ce qui nous a fait nous sentir responsables.

Nous, c’est-à-dire les fonctionnaires d’un Etat défaillant, nous, les professeurs d’une école qui a laissé ces deux-là et tant d’autres sur le bord du chemin des valeurs républicaines, nous, citoyens français qui passons notre temps à nous plaindre de la hausse des impôts, nous contribuables qui profitons des niches fiscales quand nous le pouvons, nous qui avons laissé l’individu l’emporter sur le collectif, nous qui ne faisons pas de politique ou raillons ceux qui en font, etc. : nous sommes responsables de cette situation.

Ceux de Charlie Hebdo étaient nos frères, tout comme l’étaient les juifs tués pour leur religion, porte de Vincennes, à Paris : nous les pleurons. Leurs assassins étaient orphelins, placés en foyer : pupilles de la nation, enfants de France. Nos enfants ont donc tué nos frères. Telle est l’exacte définition de la tragédie. Dans quelque culture que ce soit, cela provoque ce sentiment qui n’est jamais évoqué depuis quelques jours : la honte.

Honte et colère

Alors, nous disons notre honte. Honte et colère : voilà une situation psychologique bien plus inconfortable que chagrin et colère. Si on a du chagrin et de la colère, on peut accuser les autres. Mais comment faire quand on a honte et qu’on est en colère contre les assassins, mais aussi contre soi ?

Personne, dans les médias, ne dit cette honte. Personne ne semble vouloir en assumer la responsabilité. Celle d’un Etat qui laisse des imbéciles et des psychotiques croupir en prison et devenir le jouet des manipulateurs, celle d’une école qu’on prive de moyens et de soutien, celle d’une politique de la ville qui parque les esclaves (sans papiers, sans carte d’électeur, sans nom, sans dents) dans des cloaques de banlieue. Celle d’une classe politique qui n’a pas compris que la vertu ne s’enseigne que par l’exemple.

Ouvrons les yeux sur la situation

Intellectuels, penseurs, universitaires, artistes, journalistes : nous avons vu mourir des hommes qui étaient des nôtres. Ceux qui les ont tués sont enfants de France. Alors, ouvrons les yeux sur la situation, pour comprendre comment on en arrive là, pour agir et construire une société débarrassée du racisme et de l’antisémitisme, laïque et cultivée, plus juste, plus libre, plus égale, plus fraternelle.

« Nous sommes tous Charlie, juifs, policiers… », peut-on porter au revers. Mais s’affirmer dans la solidarité avec les victimes ne nous exemptera pas de la responsabilité collective de ce meurtre. Nous sommes aussi les parents de trois assassins.

Les signataires de ce texte sont Damien Boussard, Valérie Louys, Isabelle Richer et Catherine Robert. Ils sont professeurs au lycée Le Corbusier à Aubervilliers.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/13/comment-avons-nous-pu-laisser-nos-eleves-devenir-des-assassins_4555061_3232.html#HHjVAYTrIHCGp0Fb.99

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Nathan2



Masculin Messages : 683
Inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mar 13 Jan 2015, 23:27

Pourtant ils n'étaient que quatre à rédiger ce texte. Il ressemble tant à ces textes stériles et consensuels, ou pour contenter le plus grand nombre on reprend les mêmes formules "égalité, "moyens". Comme un communiqué intersyndical.
Il s'agit encore de marquer le coup, de sa stupéfaction, de son désir d'un lien renouvelé, et, ce qui va avec, la honte de ce qui s'est passé. S'interroger sur soi-même à partir du regard que les élèves nous portent, c'est bien à condition que ça ne se transforme pas en jeu de miroir. L'école souffre de ça aussi.
Leur maître est le savoir, Candide... patrimoine de l'humanité... Vous êtes sérieux ? de quel savoir parlez-vous donc ? Je peux comprendre qu'il y ait une culture de base commune, du Voltaire, du Zola, ... mais pourquoi appelez-vous cela savoir ? "Notre maître c'est le socle commun" aurait était plus juste.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28485
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mar 13 Jan 2015, 23:38

Ils se demandent pourquoi certains Français sont devenus des assassins... Peut-être parce qu'ils ne se reconnaissaient pas dans cette société du ni-Dieu-ni-maître qu'ils expriment ici:

Citation :
nous avons appris à nous passer de Dieu et à détester le pouvoir.

Bien sûr, on ne cautionne pas la tuerie mais on ne peut pas prétendre créer un monde sans Dieu (un enfer) et s'imaginer que ce sera le bonheur total. Ces jeunes sont devenus des tueurs à la solde du djihad mais d'autres deviennent toxicomanes, délinquants... Sad
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9347
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mer 14 Jan 2015, 04:57

Réponse à l'interrogation du fil : " Parce qu'ils étaient unis dans la révolte contre les maîtres irréligieux ( avec , pour les plus dynamiques , remise en vigueur d'un extrémisme religieux ) et donc plus forts que nous . "

Une illustration de ce combat entre " enseignants " et " révoltés " avait été donnée dans le film " Le plus beau métier du monde " avec Gérard Depardieu , notamment .

Mais à ce moment-là , les autorités niaient le problème , qu'elles font semblant de découvrir maintenant , parce qu'il est devenu physiquement impossible de le cacher .

Ceci ne porte pas préjudice au post de Simon du 13/01 à 23h38 , bien entendu ( au contraire ) . Ni à celui de Nathan2 .

Que nous propose-t-on maintenant comme remède ? L'extrémisme de la caricature et les embrassades entre contempteurs de la religion ( le président Hollande embrassait tous les leaders , même ennemis , dimanche dernier ) ? Cette unité-là se dévorera bien vite elle-même , avec l'aggravation de " la crise " .

Certains officiers de police savent que ce n'est pas la réponse . Ils se suicident .

D'autres , présents à la cérémonie d'hommage aux morts d'hier , ne pouvaient pas envisager l'avenir devant les micros
des journalistes . Ils ne pouvaient que pleurer .
Revenir en haut Aller en bas
Nathan2



Masculin Messages : 683
Inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mer 14 Jan 2015, 06:41

"Ces deux assassins sont comme nos élèves. Le traumatisme, pour nous, c’est aussi d’entendre cette voix, cet accent, ces mots. Voilà ce qui nous a fait nous sentir responsables."

Responsabilité-> culpabilité -> identification aux victimes, identification d'autant plus facile que les signataires de cette tribune semblent partager certaines valeurs de Charlie

Et du côté de nos élèves ? Même mécanisme d'identification. Mais parfois non pas aux victimes mais aux coupables. Même si c'est souvent provocateur et qu'au fond ils n'adhèrent pas à l'acte, ils se reconnaissent en eux (miroir miroir, si l'éducation tend à devenir un jeu de miroir ça n'aide pas à se construire une personnalité autonome).

Le mimétisme est d'autant plus fort que la personnalité est fragile et peu construite.
Dans certains lycées, on passe trop aux élèves, "dites nous ce que vous voulez, nous on sait pas" (ce n'est pas une caricature, c'est un exemple de ce qu'il a pu y avoir de pire dans l'éducation nationale). Oubliant que nous avions le devoir de les aider à construire leur personnalité, pas les pousser à suivre la volonté des caïds de la classe.

Dans certaines classes, certains 'gaulois' reprenaient l'expression "sur le Coran".
Le feront-ils encore aujourd'hui ?
C'est difficile, quand nos fréquentations ne sont pas "courtoises et raffinées", d'être policé. Mais la grossièreté d'un "je m'en bat les couilles" est quand même préférable car elle est universelle (s'appliquant d'ailleurs aux garçons comme aux filles).

Cette question du mimétisme est importante, et même déterminante pour l'évolution de la crise, c'est pourquoi je répond à cette tribune pour l'aborder autrement. La meilleure manière d'éviter ces dérives identitaires pouvant déboucher sur la violence, c'est que les enseignants soient eux-mêmes moins dans le mimétisme, cherchent vraiment à élever leurs élèves vers le savoir et la construction de soi. Les aident à s'affirmer individuellement. Et pour cela, bien plus que des moyens supplémentaires, il faut qu'ils transforment leur manière de voir.
Les enseignants sont les soldats de la république, mais devant leurs classes ils devraient être davantage des généraux. Durs avec ceux qui fichent le bordel, et généreux avec ceux qui son désireux d'apprendre et de se construire.

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16667
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mer 14 Jan 2015, 10:44

Oui, Nathan, mais les enseignants ne peuvent plus faire grand chose quand la famille ne suit pas...

Et il me semble que c'est difficile pour eux de ramer contre ce qui se dit à la maison... ???

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Nathan2



Masculin Messages : 683
Inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »   Mer 14 Jan 2015, 11:36

Mais ce qui s'est passé cette semaine est l'occasion justement de changer ! Les élèves n'attendent que ça, d'avoir des enseignants qui puissent les orienter vraiment et les sortir du marasme ambiant.
Ils sont moins ankylosés que nous dans nos habitudes, ils ont moins à perdre peut-être.
Ce désir d'un changement efficace touche toutes les composantes de la nation, plus ou moins. J'ai l'impression que c'est pour les politiques le plus dur. La logique partisane est un grand frein à la transformation car ici le mimétisme devient presqu'une obligation.

En fait, cette critique récurrente que je fais de l'identification et du mimétisme correspond à l'attitude que nous devrions affirmer en nous : ETRE AVEC LE DIEU INTERIEUR. Dans la RELIGION, il y a souvent ce mimétisme qui parfois éloigne. J'ai donné sur un autre post l'exemple de Mgr André 23 défendant la liberté d'expression. Plutôt que de suivre sa parole parce qu'il est évêque, écoutons en d'autres, écoutons la notre.
Revenir en haut Aller en bas
 
« Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « Comment avons-nous pu laisser nos élèves devenir des assassins ? »
» naissons nous par hasard ou avons nous deliberement choisi de naitre?
» N'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom ?
» Pourquoi avons nous peur des esprits à ce point?
» Avons-nous une liberté totale d'expressions?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: