DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 20:54

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est pour cela que je suis pour certains OGM, pour la lutte écologique contre les insectes ravageurs des cultures afin que les produits phytosanitaires, qui détruisent la biodiversité, puissent enfin disparaître.

Sans compter leurs effets sur la fécondité des occidentaux.

L'écologie ne doit pas être une idéologie prônant le retour à la bougie mais une science humaine favorisant les progrès technologiques, la miniaturisation des techniques, leur caractère moins coûteux en énergie et en polluants.

De fait ! Quand je vois la rapidité avec laquelle la planète meure et la leuteur avec laquelle on se penche sur l'écologie... ! Le Danemark est pionnier en la matière. Leurs maisons s'auto-gèrent complètement en chauffage solaire et eau potable. Les particuliers construisent des éoliennes dans leurs jardins dont ils revendent l'énergie à l'état. Ici, c'est impossible : barrages administratifs
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 03 Oct 2006, 23:32

Ozone: pas d’amélioration au-dessus de l’Antarctique


Le ‘’trou’’ dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique s’étend sur 28 millions de km2 en ce début de mois d’octobre, selon les estimations de l’Agence spatiale européenne (ESA). La couche protectrice a perdu 40 millions de tonnes cette année, dépassant les pertes records de 39 millions enregistrées en 2000, d’après les mesures réalisées par le satellite Envisat. Quant à l’épaisseur de la couche d’ozone, elle est proche de celle enregistrée en 1998, année tristement record pour le trou dans la couche d’ozone.

C’est au pôle Sud que la couche d’ozone stratosphérique s’est le plus amincie sous l’effet des produits chimiques néfastes, comme les CFC, issus de l’activité humaine. Le protocole de Montréal adopté en 1987 organise la suppression progressive de tous les polluants qui détruisent la couche d’ozone mais la récupération est longue, surtout au-dessus de l’Antarctique.

Durant chaque hiver austral les basses températures de la stratosphère favorisent la formation de nuages contenant du chlore. L’hiver 2006 a été particulièrement froid en Antarctique, explique Claus Zehner, de l’ESA. Avec le retour des rayons de soleil au printemps (l’automne dans l’hémisphère nord) le chlore est dégradé en molécules très réactives qui détruise l’ozone. C’est donc entre octobre et novembre que le ‘’trou’’ atteint son maximum annuel.

De son côté la NASA surveille aussi l’extension du trou de la couche d’ozone et devrait prochainement publier ses données pour 2006.

D’après un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) publiée en août dernier, la convalescence de la couche d’ozone sera plus longue qu’on ne pensait il y a quelques années. En Antarctique, la couche d’ozone ne devrait pas être reconstituée avant 2065, au lieu de 2050.
http://sciences.nouvelobs.com/sci_20061003.OBS4412.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 04 Oct 2006, 06:08

Chère Jo,


Les Partis écologistes oublient toujours de mentionner que l'ozone est formé en permanence PAR LE RAYONNEMENT SOLAIRE qui frappe l'oxygène des hautes couches de l'atmosphère.

Or, par définition, le soleil est faible et rasant aux pôle, et même inexistant durant tout l'hiver (nuit polaire de six mois). Il est donc NORMAL qu'il n'y ait pas d'ozone au pôles...

Il était donc normal que le trou de l'ozone ait été découvert, comme par hasard, le jour où on l'a cherché.
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 04 Oct 2006, 13:59

Arnaud Dumouch a écrit:
Chère Jo,


Les Partis écologistes oublient toujours de mentionner que l'ozone est formé en permanence PAR LE RAYONNEMENT SOLAIRE qui frappe l'oxygène des hautes couches de l'atmosphère.

Or, par définition, le soleil est faible et rasant aux pôle, et même inexistant durant tout l'hiver (nuit polaire de six mois). Il est donc NORMAL qu'il n'y ait pas d'ozone au pôles...

Il était donc normal que le trou de l'ozone ait été découvert, comme par hasard, le jour où on l'a cherché.

Arnaud, d'après les différents articles, on note une agravation

Citation :
Au cours de la dernière décennie, la couche d'ozone a diminué en moyenne de 0,3% par an.

Pour la protéger, des restrictions d'usage des CFC ont été décidées par le Traité de Montréal du 16 septembre 1987.

Malgré ces restrictions, la quantité de pollution stockée dans l'atmopshère est telle que des trous semblables à celui observé aujourd'hui devraient continuer d'apparaître dans les vingt prochaines années, selon les experts de l'OMM.
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/061003164219.6585er6h.htm
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 04 Oct 2006, 16:23

Au début des années 70, j'avais acheté un bouquin intitulé "Le jugement dernier". En fait, dans ce livre étaient consignées toutes les observations faites par des spécialistes en climatologie. De mémoire, je me souviens d'une analyse faite au-dessus des Indes, à 7000 m d'altitude, et qui avait révélé une concentration de 200.000 ppm de DDT. Mais on a allègrement continué depuis à pourrir l'atmosphère. Pire, l'espace proche, est en train de devenir une véritable décharge d'objets scientifiques. Dans un avenir proche, il y a de fortes chances qu'un morceau de satellite ou de fusée attérisse dans le salon ou autre pièce d'une habitation.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 04 Oct 2006, 16:37

Ecossais a écrit:
Dans un avenir proche, il y a de fortes chances qu'un morceau de satellite ou de fusée attérisse dans le salon ou autre pièce d'une habitation.

Faut rigoler....Faut rigoler
Pour pas qu'le ciel nous tombe sur la tête
Faut rigoler....Faut rigoler
Pour empêcher le ciel de tomber !
.........

Henri Salvador
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 09:00

Very Happy Very Happy Very Happy

Nos ancêtres les Gaulois
Cheveux blonds et têtes de bois
Longues moustaches et gros dadas
Ne connaissaient que ce refrain-là

Faut rigoler...

Nos ancêtres les Gaulois
Habitaient des huttes en bois
Et les druides trois par trois
Sous le gui chantaient à pleine voix

Faut rigoler...

Nos ancêtres les Gaulois
Prirent la pile à Alésia
Les barbares étaient là
Mais tant pis pour Jules dirent les Gaulois

Faut rigoler...

Nos ancêtres les Gaulois
Inventèrent le tabac
Et c'est grâce à ce truc-là
Qu'ils s'fendaient la pipe à tour de bras

Faut rigoler...

Nos ancêtres les Gaulois
Eurent tort d'être grand-papas
C'est leur faute si on est là
Et si on fait le mambo des Gaulois

Faut rigoler...


Dernière édition par le Jeu 05 Oct 2006, 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 10:36

Ca fait plaisir, Chère KRYSTINA, d'enfin rencontrer sur ce fil, des personnes sensibilisées par l'écologie ! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 10:40

Je suis surtout sensibilisée à Henri Salvador. J'adore !

En ce qui concerne la couche d'ozone et le réchauffement de la planète, je n'y connais rien, alors je ne peux rien dire.

Connais-tu Juanita Banana, la grande diva de l'Opéra, immortalisé par Henri Salvador ?

Citation :

Dans un village de La Havane
Vivait la jolie Juanita
Comme son père plantait des bananes
On l'appelait Juanita Banana
Elle avait une voix magnifique
Et rêvait de chanter à l'opéra
Mais son père qui n'pigeait rien à la musique
Disait "ma fille a une drôle de voix"

Ahhhh ah ah ah ah...
Juanita banana...
Ahhhh ah ah ah ah...
...

Un jour elle partit en cachette
Et prit le train pour Cuba
Deux mois après elle était vedette
La grande diva de l'opéra
Quand on lui dit qu'avec une voix pareille
Sa fille gagnait des millions
Le père courut au village
S'acheta une guitare d'occasion
En criant "au diable les bananes
J'me lance aussi dans la chanson"
Et alors

Laaaa... la la la la...
Ahhhh ah ah ah ah...
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 15:50

VIDEO "C dans l'air" du 30 août 2005 : "Fonte des glaces"
http://www.france5.fr/cdanslair/006721/207/127956.cfm


Un an après (20/09/06) :

Cet été, un navire aurait pu remonter depuis le Nord de la Sibérie ou le Spitzberg, la grande île de l’archipel norvégien de Svalbard, jusqu’au pôle Nord sans rencontrer de grandes difficultés, selon des chercheurs de l’ESA. Des images prises par les satellites Envisat et EOS Aqua entre le 23 et le25 août au-dessus du continent Arctique montrent d’importantes failles dans les glaces pérennes qui s’étendent normalement du nord de Svalbard à la Sibérie, ceinturant le pôle Nord.
http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060920.OBS2708.html
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 16:15

jo a écrit:
VIDEO "C dans l'air" du 30 août 2005 : "Fonte des glaces"
http://www.france5.fr/cdanslair/006721/207/127956.cfm


Un an après (20/09/06) :

Cet été, un navire aurait pu remonter depuis le Nord de la Sibérie ou le Spitzberg, la grande île de l’archipel norvégien de Svalbard, jusqu’au pôle Nord sans rencontrer de grandes difficultés, selon des chercheurs de l’ESA. Des images prises par les satellites Envisat et EOS Aqua entre le 23 et le25 août au-dessus du continent Arctique montrent d’importantes failles dans les glaces pérennes qui s’étendent normalement du nord de Svalbard à la Sibérie, ceinturant le pôle Nord.
http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060920.OBS2708.html

Rien d'extraordinaire à tout ça, ma chère Jo. Ces phénomènes se sont produits au fil des siècles. Néanmoins, il est vrai que l'homme les accélère par son activité industrielle. Mais la formation de la terre, de son atmosphère (atmosphère! atmosphère! Est-ce que j'ai une gueuele d'atmosphère? [Arlety]) est née de cataclysmes bien plus importants. Cela dit, il n'est pas nécessaire d'en rajouter. Et vous avez raison. Jo, mon animal de compagnie est un chat. J'ai fait 1800 kms pour le récupérer parce que je l'avais perdu. C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 16:26

ECOSSAIS dit :
Citation :
C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?

Non mais....dites donc.....je suis un chat républicain spiderman : LIBERTAIRE EGALITAIRE FRATERNITERRE ......Je m'arroge le droit de chercher une pucer...Non mais ! batman
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 16:28

jo a écrit:
ECOSSAIS dit :
Citation :
C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?

Non mais....dites donc.....je suis un chat républicain spiderman : LIBERTAIRE EGALITAIRE FRATERNITERRE ......Je m'arroge le droit de chercher une pucer...Non mais ! batman

T'as oublié "paratonnerre". Mais bon.....
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 16:32

Citation :
C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?
..........Et qui m'aime me suive car "qui connait les saints chats, les zadore" Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 16:35

jo a écrit:
Citation :
C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?
..........Et qui m'aime me suive car "qui connait les saints chats, les zadore" Mr. Green

J'adore les saintes chattes. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 05 Oct 2006, 23:28

jo a écrit:
ECOSSAIS dit :
Citation :
C'est de l'amour entre mon chat et moi. Mais arrêtez de faire tournoyer le votre. Il est schyzophrène?

Non mais....dites donc.....je suis un chat républicain spiderman : LIBERTAIRE EGALITAIRE FRATERNITERRE ......Je m'arroge le droit de chercher une pucer...Non mais ! batman

Mais à courir ainsi après sa queue, il ne l'attrapera jamais, sa puce.

Et c'est un chat ou une chatte ?

Moi aussi, j'adore les chattes. Bien que ce ne soit plus tellement de mon âge. Maintenant, je préfère les petits poussins. C'est ça, retourner en enfance.
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 09 Oct 2006, 20:42


"An inconvenient truth" bande annonce d'une vérité qui dérange





une vérité qui..La fin du monde est proche l'ex vice-président des Etats-Unis nous l'annonce dans ce documentaire écologique An inconvenient truth. Sur fond d'images catatrophes en tous genres, Al Gore fait l'état des lieux avant l'apocalypse... ...Attention Al gore est plus crédible que Paco Rabanne dans son rôle de prédicateur devin, normal , il sappuie sur des données scientifique pour jouer les cassandres, par conséquent ce film mérite l'attention de tous sauf si vous êtes actionnaire de Total ou Exxon.

Filmé par de David Guggenheim (le réalisateur de Gossip en 2000). Le film a reçu les acclamations du public au dernier festival de Sundance, et vient de sortir aux Etats-Unis le 24 mai.


Les états unis sont toujours le premier pays pollueur de la planète, et Al Gore, défenseur de la cause écologiste, ancien candidat à la présidence face à George Bush, fait un tour du propriétaire, de la maison terre, pour nous montrer ce que nous constatons tous, tout les jours: la dégradation de la couche d'ozone le réchauffement climatique, le ouragans dévastateurs comme katrina qui prennent de plus en plus d'ampleurs.


"Une vérité qui dérange", relate le combat qui dérange les USA: son mode de vie qui n'est pas monnayable selon Bush est en train de détruire l'écosystème, mais on ne peut pas demander à un américain de faire un éffort pour éviter l'inévitable, c'est pourtant ce que dénonce ce film, une amerique dominés par des intérêts financiers qui ne veulent pas faire un effort pour l'environnement de peur de perdre quelques profits financiers rapide. L'industrie du pétrole et son lobby (classique) .

http://blog.bretagne-balades.org/index.php/2006/05/30/397-an-inconvenient-truth-bande-annonce-d-une-verite-qui-derange
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Dim 15 Oct 2006, 17:34

En ce moment sur TV5, une émission sur l'écologie.

A ce propos :
http://www.fsj.fr/Planete-vie-Planete-mort-L-heure.html



Le père Joseph-Marie a contribué à un ouvrage collectif présentant le regard chrétien sur l’écologie. Préfacé par Nicolas Hulot, le livre est disponible depuis le mois de juillet dans les librairies.

Cet ouvrage sollicite de nombreux théologiens et penseurs chrétiens de renom. Il est divisé en trois parties :
- « une planète à risques » situe le développement démographique, l’urbanisation, les progrès de la biologie, etc.
- « réflexion théologique » présente la pensée de l’Eglise. C’est dans cette partie que se trouve la contribution du père Joseph-Marie : “la dérive vers une théologie sacralisante”.
- « agir pour la création » ouvre l’enjeu pour les fidèles et propose plusieurs témoignages.


Voici un extrait de la préface de Nicolas Hulot :

« En toute hypothèse je considère que les religions, et au premier chef le christianisme, demeurent aujourd’hui une source de sens importante en ce qui concerne l’avenir de nos relations à la nature. [...] Prendre conscience que cette terre est le champ dans lequel l’homme est appelé à se déployer et qu’il n’en est pas d’autres, c’est donner des contours précis à ce " monde nouveau " auquel aspirent les chrétiens et c’est aussi, même s’il s’agit toujours de la croissance et de l’accomplissement de l’homme, articuler deux destins, celui de l’homme et celui de la création au sein de laquelle il occupe une place particulière. Pour l’homme, il n’y a " pas d’autre monde " que celui-ci et il ne peut grandir que si ce monde grandit avec lui. [...] Entre le sentiment d’avoir dans la maîtrise de la nature une tâche au-dessus de ses forces intellectuelles et morales et la tentation orgueilleuse du démiurge, il y a l’acquisition de la conscience que la maîtrise de l’homme sur la nature qui l’environne n’est ni un don ni une fatalité, mais une responsabilité. " Rien au-dessus de l’homme " dans le monde créé, c’est une lourde tâche pour l’homme à laquelle il n’a cependant pas le droit de se dérober, sauf à être taxé de lâcheté et d’irresponsabilité. Je me suis souvent interrogé sur la finalité de l’homme et je me demande si une mission essentielle n’est pas d’accompagner l’évolution du vivant jusqu’à son terme et ensemble de cheminer vers l’enchantement. Ce livre ouvre de nombreuses pistes. Je m’en réjouis. Je me réjouis aussi de ce qu’il rassemble des auteurs d’horizons divers. J’y vois le gage d’un renouveau de notre relation avec le reste du vivant. Convaincu que Culture et Nature n’ont d’autres choix que de faire cause commune, je suis heureux que ces pages nous le rappellent. »
Revenir en haut Aller en bas
gaetan8888



Masculin Messages : 176
Inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Polution qui tue   Ven 20 Oct 2006, 02:04

Hello

La polution qui tue.

Ils tuent pour l'argent en déversant des produits toxiques en Afrique.

Mercredi 18 octobre 2006 (19h25) :
Le capitalisme ravage la planète :

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=35607

Triste de constater un tel effet de la globalisation.

Gaétan
Revenir en haut Aller en bas
http://apocalypses.voila.net/
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 03 Nov 2006, 14:43

LA MER EST EN TRAIN DE MOURIR : PLUS DE POISSON DANS 40 ANS ?

Sans changement, les poissons pourraient disparaître des océans d'ici à 2050
LEMONDE.FR avec AFP | 03.11.06 | 08h14 • Mis à jour le 03.11.06 | 09h16



Pour la première fois, une étude, publiée dans la revue américaine Science datée du 3 novembre, s'intéresse aux conséquences de la pollution et de la pêche excessive sur le milieu marin. Ses conclusions sont catastrophiques : si rien n'est fait, la quasi-totalité des espèces de poissons et de crustacés pêchés pour la consommation auront disparu des océans avant 2050, alertent les auteurs, des biologistes et des économistes américains et canadiens. "Nos analyses indiquent que sans changement, la situation actuelle laisse présager de sérieuses menaces à la sécurité alimentaire mondiale, la qualité des eaux côtières et la stabilité de l'écosystème qui affecteront les générations actuelles et futures", écrivent-ils.

Pour cette étude, les scientifiques ont fait la synthèse de toutes les données couvrant mille ans d'histoire marine, celles provenant d'études dans 48 zones marines protégées et des statistiques mondiales sur la pêche de 1950 à 2003. Un travail mené pendant quatre ans. "Que l'on regarde les résultats d'expérimentations en laboratoires ou des études portant sur l'ensemble des océans, on fait le même constat, à savoir que la productivité et la stabilité de tout l'écosystème marin diminuent", explique Boris Worm, biologiste à l'université candienne d'Halifax et co-auteur de ce rapport.

"29 % DES ESPÈCES DE POISSONS SONT EN PASSE DE DISPARAÎTRE"

"J'ai été choqué par la généralisation de ce phénomène dont nous ne soupçonnions pas l'ampleur et qui s'est accéléré récemment", ajoute-il, précisant que "des modèles informatiques n'étaient pas nécessaires pour prédire l'évolution de ces tendances car elles s'appuient sur des données existantes".

Ainsi, aujourd'hui déjà, "29 % des espèces de poissons et de crustacés sont en passe de disparaître", précise M. Worm, ajoutant que "les prises de pêche de ces espèces ont diminué de 90 %" ces dernières années. Un exemple : celui de la morue du nord de l'Atlantique qui a déjà atteint le point de non-retour. Elle est désormais considérée comme quasiment éteinte.

Ces scientifiques expliquent que la perte de biodiversité réduit profondément la capacité des océans à produire poissons et crustacés, à résister au développement des parasites comme certaines algues, ainsi qu'à produire de l'oxygène et à filtrer les substances polluantes. "L'océan est un grand recycleur, il absorbe les égoûts et les recycle en substances nutritives, il retire les toxines de l'eau, produit de la nourriture et transforme le dioxyde de carbone (CO2) en élément de nutrition et en oxygène", souligne Steve Palumbi, un biologiste de l'université américaine Stanford et co-auteur de ces travaux.

"IL EST POSSIBLE D'INVERSER LES TENDANCES ACTUELLES"

Cette recherche révèle également que la disparition d'une seule espèce accélère le dérèglement de l'ensemble de l'écosystème. A l'inverse, toute espèce qui retrouve un taux normal de reproduction contribue à la santé et à la stabilité des océans ainsi qu'à leur capacité d'absorber des chocs comme la pollution et le réchauffement du climat.

Une donné positive qui conduit les chercheurs à se montrer optimistes pour le futur si une prise de conscience intervient assez tôt. "Toutes ces données montrent qu'il est possible d'inverser les tendances actuelles avant qu'il ne soit trop tard", estiment-ils, déplorant toutefois "que seul 1 % des océans est protégé actuellement". "Bien qu'il y ait un coût économique pour préserver la biodiversité marine, à long terme ces mesures de préservation contribuent aussi à la croissance économique", affirme Ed Barbier, économiste à l'université du Wisconsin.



Visuel interactif
Les scénarios climatiques à l'horizon 2100
Les spécialistes précisent les scénarios qui attendent la Terre d'ici à la fin du siècle. Au menu, si rien n'est fait pour combattre le réchauffement : augmentation des températures, fonte des glaces, hausse du niveau des océans, inondation des zones côtières, désertification accentuée et perturbations grave des écosystèmes.

http://www.lemonde.fr/web/vi/0,47-0@2-3228,54-715741@51-816848,0.html

Citation :
Ap15
3 Le deuxième répandit sa coupe sur la mer :
ce fut du sang comme celui d'un cadavre,
et tous les êtres vivants qui étaient dans la mer moururent.

4 Le troisième répandit sa coupe sur les fleuves et les sources d'eau :
ce fut du sang.

5 Alors j'ai entendu l'ange des eaux qui disait :
« Tu es juste, toi qui es et qui étais, toi le Saint,
parce que tu as rendu ce jugement.
6 Ils ont versé le sang des saints et des prophètes ;
tu leur as donné du sang à boire : ils le méritent bien ! »
7 Puis j'ai entendu l'autel qui disait :
« Oui, Seigneur, Dieu tout-puissant, tes jugements sont vrais et justes. »
8 Le quatrième ange répandit sa coupe sur le soleil ;
il lui fut donné de brûler les hommes par son feu.
9 Les hommes furent brûlés de brûlures terribles
,
et ils blasphémèrent le nom du Dieu
qui a ces fléaux en son pouvoir,
au lieu de se convertir pour rendre gloire à Dieu.

confused
Revenir en haut Aller en bas
Josaphat



Masculin Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 03 Nov 2006, 18:46

Arnaud Dumouch a écrit:
Chère Jo,


Les Partis écologistes oublient toujours de mentionner que l'ozone est formé en permanence PAR LE RAYONNEMENT SOLAIRE qui frappe l'oxygène des hautes couches de l'atmosphère.

Or, par définition, le soleil est faible et rasant aux pôle, et même inexistant durant tout l'hiver (nuit polaire de six mois). Il est donc NORMAL qu'il n'y ait pas d'ozone au pôles...

Il était donc normal que le trou de l'ozone ait été découvert, comme par hasard, le jour où on l'a cherché.

Le problème n'était pas que l'ozone soit moins fourni au pôle c'est qu'il s'amenuisait et que le trou grandissait même si maintenant il semble s'être un peu stabilisé.
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Josaphat



Masculin Messages : 696
Inscription : 09/09/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 03 Nov 2006, 18:54

Arnaud Dumouch a écrit:
Ce qui me fait relativiser, c'est l'étude sur un long temps des immenses variations du climat.

Il y à 10 000 ans, on passait à pieds entre l'Angleterre et le Bretagne tellement il faisait froid et la mer était basse.

Il y a 1000 ans, le Goenland était peuplé et vert.

Aujourd'hui, il est encore glacé.

Cela fait penser...

Ce qui fait disparaître les espèces, ce n'est pas tant le réchauffement climatique (la terre est habituées aux variations et les mammouths y ont toujours survecu) que la pression du peuplement humain des campagnes, et la convoitise humaine sur la nature.


Donc si je comprend bien comme ça risque d'aller mieux dans 20 à 30 générations faut pas s'alarmer. scratch
Revenir en haut Aller en bas
http://altertransblogalisation.skynetblogs.be
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 24 Nov 2006, 13:28

Disparition des hivers en Europe d’ici 2080

Disparition des hivers en Europe d’ici 2080
peut-on lire sur le lezard

Allons-nous enfin comprendre le message ?
Enfin, je dis "nous", je devrais plutôt dire "eux", ceux qui nous gouverne.
Quelques mesures de bon sens bien que peu populaire ?

- le nucleaire. Cette technologie fiable bien que dangereuse ne polue pas l'air.
- forcer les bureaux d'études à sortir un véhicule privé sans pétrole plutôt que d'interdir les déplacements des personnes.

Un Boulbilinois
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 24 Nov 2006, 13:49

Krystyna a écrit:
Disparition des hivers en Europe d’ici 2080

Disparition des hivers en Europe d’ici 2080
peut-on lire sur le lezard

Allons-nous enfin comprendre le message ?
Enfin, je dis "nous", je devrais plutôt dire "eux", ceux qui nous gouverne.
Quelques mesures de bon sens bien que peu populaire ?

- le nucleaire. Cette technologie fiable bien que dangereuse ne polue pas l'air.
- forcer les bureaux d'études à sortir un véhicule privé sans pétrole plutôt que d'interdir les déplacements des personnes.

Un Boulbilinois

Ouai mais pour les va-t-en guerre comme Arnaud, le danger n'est pas là, contrairement à ce que tous les spécialistes disent, mais dans les pacifistes qui se battent contre "l'esprit de mort" shakng2 shaking What a Face

L'état de la nature révèle l'état du coeur de l'homme : habité par celui qui a été assassin depuis l'origine
Revenir en haut Aller en bas
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 24 Nov 2006, 14:00

Heu, perso, je ne crois pas trop au réchauffement de la planète. Mais comme la science et moi ça fait deux, je m'écrase. What a Face Je vous laisse en discuter.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 24 Nov 2006, 14:11

Krystyna a écrit:
Heu, perso, je ne crois pas trop au réchauffement de la planète. Mais comme la science et moi ça fait deux, je m'écrase. What a Face Je vous laisse en discuter.

Bof, j'en n'ai plus envie...
Revenir en haut Aller en bas
gaetan8888



Masculin Messages : 176
Inscription : 29/09/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Sam 25 Nov 2006, 00:20

Hello

Voici un excellent reportage video ici sur le sujet du réchauffement de la planête;

Partie1;

http://www.radio-canada.ca/Medianet/2006/CBFT/Decouverte200611191830_1.asx

Partie2;

http://www.radio-canada.ca/Medianet/2006/CBFT/Decouverte200611191830_2.asx

Partie3;

http://www.radio-canada.ca/Medianet/2006/CBFT/Decouverte200611191830_3.asx

Partie4;

http://www.radio-canada.ca/Medianet/2006/CBFT/Decouverte200611191830_4.asx


Gaétan


,
Revenir en haut Aller en bas
http://apocalypses.voila.net/
Krystyna
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Dim 26 Nov 2006, 11:27

Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 06 Déc 2006, 15:57

Douceur en Europe: un record
Publié le 06/12 à 15:42
Le Vieux continent a battu ces dernières semaines des records de chaleur

Aux dires des météorologues, il a connu l'automne le plus chaud depuis des dizaines, voire des centaines d'années. Le phénomène relance le débat sur le réchauffement.

Aux Pays-Bas, l'Institut météorologique royal a indiqué que l'automne 2006 était le plus chaud que le pays ait connu depuis trois siècles, avec une température moyenne de 13,5 degrés

Dans le centre de la Grande-Bretagne
, les températures automnales actuelles n'ont jamais été vues depuis le début, en 1659, de l'enregistrement des données météorologiques. La température moyenne estimée pour cette année est de 12,6 degrés Celsius, le précédent record avec 11,8 degrés datant de 1730 et 1731.

En Allemagne, les températures automnales enregistrées cette année sont les plus élevées depuis 1901, avec une moyenne de 12 degrés entre septembre et novembre, soit 3 à 4 degrés de plus que la moyenne des relevés depuis le début du XXème siècle.

L'automne bat également des records au sud de l'Europe, avec notamment 26 degrés sur la plage de Valence (est de l'Espagne), et 16 degrés le 30 novembre à Milan (nord de l'Italie). Du jamais vu depuis le début du XXème siècle. Le Portugal enregistre des records de chaleur remontant à 40 ans.

En France, cet automne bat tous les records enregistrés depuis 1950
, selon Météo France. "Il faut aller en Sibérie ou en Laponie pour trouver des températures négatives", remarque un prévisionniste. "Il s'agit d'une des illustrations du changement climatique", estime-t-il, soulignant que les indices en ce sens "se multiplient" ces dernières années.

Aux dires d'une étude de la météo autrichienne, le massif alpin connaît son automne le plus doux depuis 1300 ans.

http://info.france2.fr/europe/26573136-fr.php
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 06 Déc 2006, 16:08

Et la grande différence avec l'an 1000 où le Groënland était un pays vert, c'est que nous sommes, en ce moment, en pleine période glacière....
Revenir en haut Aller en bas
Chantecl
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 29 Déc 2006, 23:05

Mais ce n'est pourtant pas la première fois que la terre subit un réchauffement climatique. Au Moyen Age, il faisait très chaud, et près, sous Louis XIV, c'était de nouveau un âge glacaire. Alors, bon... Y a-t-il vraiment un ordre et une logique ?
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 10 Jan 2007, 01:19


2007 pourrait être l'année la plus chaude dans le monde, selon des scientifiques

LONDRES (AP) - La réapparition d'El Nino et les hauts niveaux persistants de gaz contribuant à l'effet de serre risquent de faire de 2007 l'année la plus chaude jamais répertoriée, ont annoncé jeudi à Londres des scientifiques spécialisés dans la climatologie.

L'année la plus chaude enregistrée jusqu'à présent est 1998, quand la température moyenne sur la planète avait dépassé de 0,52 degrés Celsius la moyenne à long terme de 14 degrés Celsius.

Il y a 60% de chance pour que la température moyenne pour 2007 dans le monde égale ou dépasse ce record, a pronostiqué le Bureau météorologique de Grande-Bretagne.

"Cette nouvelle information représente un nouvel avertissement du changement climatique qui se produit dans le monde", précise le "Met Office" dans un communiqué.

Les chiffres pour 2006 ne sont pas encore définitifs, mais selon le "Met Office", les températures ont été suffisamment élevées pour se classer dans les dix années les plus chaudes.

Le phénomène El Nino -actuellement en cours dans l'océan Pacifique- entraîne une hausse des températures dans le monde. Il s'était manifesté pour la dernière fois en 2002.

Cette année, El Nino n'est pas aussi puissant qu'en 1997 et 1998, mais la combinaison de ce phénomène avec l'augmentation constante des températures due au réchauffement climatique pourraient suffire pour battre le record, a expliqué Phil Jones, directeur de l'unité de Recherche climatique à l'Université d'East Anglia.

"En raison du réchauffement dû aux gaz à effet de serre, même un événement climatique modéré est suffisant pour faire monter au plus haut les températures mondiales", a-t-il expliqué.

El Nino peut toutefois mener à un climat plus doux: le nord-est des Etats-Unis devrait connaître moins d'ouragans cette année à cause de ce phénomène.

Toutefois, cela peut augmenter la gravité des catastrophes liées au climat comme les typhons aux Philippines, la sécheresse dans le sud de l'Afrique et en Australie, un pays souffrant déjà de sa plus longue vague de sécheresse.

Selon le "Met Office", El Nino va continuer à perturber le climat pendant les premiers mois de 2007.

Des mouvements écologistes affirment que cette nouvelle étude rend encore plus urgente la nécessité de contrôler les gaz à effet de serre.

Mercredi, le "Met Office" avait déjà annoncé que 2006 avait été l'année la plus chaude en Grande-Bretagne depuis 1659.

"Les preuves que nous faisons quelque chose de très dangereux avec le climat sont désormais de plus en plus nombreuses", a expliqué Philip Thornhill, coordinateur de Campagne contre le changement climatique. "Nous devons mettre l'énergie et la priorité (au changement climatique) qui sont mises dans un effort de guerre", a-t-il souligné. AP

Sur le Net:

Britain's Meteorological Office: http://www.metoffice.gov.uk/
http://fr.news.yahoo.com/04012007/5/2007-pourrait-etre-l-annee-la-plus-chaude-dans-le.html


Dernière édition par le Mer 10 Jan 2007, 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 10 Jan 2007, 11:28


Canada : le temps doux perturbe la vie animale
publié le dimanche 7 janvier 2007

La douceur exceptionnelle de l’hiver canadien dans l’est du pays, en ce début d’année, bouleverse les activités hivernales et le comportement des animaux. Le mercure est monté jusqu’à 9 degrés vendredi, alors que les normales se situent entre -5 et -14.

A Montréal, le thermomètre n’est pas descendu au-dessous de zéro depuis le début de l’année, une situation tout à fait inhabituelle. Les sports hivernaux sont les principales victimes de ce temps doux.

Dans la région de Québec, la pêche sur glace a été annulée pour le week-end en raison de la minceur de la couche, tandis que des centres de ski et des sentiers de motoneige étaient également fermés dans plusieurs endroits, une situation qui touche aussi les patinoires extérieures.
Les habitudes de vie des animaux sont également affectées. Certaines espèces mettent fin à leur période d’hibernation, d’autres oublient de migrer ou ne savent pas si elles doivent se reproduire.

"Il y a des gagnants et des perdants" explique une biologiste. Il y a deux jours, elle a dû euthanasier un grand héron bleu qui souffrait d’engelures aux pattes, le temps clément l’ayant incité à rester au Canada plutôt que d’effectuer sa migration annuelle vers la Floride
http://www.armees.com/Canada-le-temps-doux-perturbe-la-vie-animale,14073.html


Dernière édition par le Mer 10 Jan 2007, 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 10 Jan 2007, 11:31



Records de douceur pour le début de l'hiver en France
AFP | 09.01.2007 | 18:06

Plusieurs records de douceur ont été battus mardi en France, selon Météo France qui prévoit un début d'année plus doux que la normale, après un automne déjà particulièrement clément, sur fond de réchauffement climatique.

Plusieurs records de douceur ont été battus mardi en France, selon Météo France qui prévoit un début d'année plus doux que la normale, après un automne déjà particulièrement clément, sur fond de réchauffement climatique.

Mardi à 14h00, il faisait 19,2 degrés à Perpignan, un record du jour, le précédent étant de 18,1 degrés le 9 janvier 1996, a indiqué Frédéric Nathan, prévisionniste de Météo France.

Des records ont également été battus à Strasbourg avec 14,3 degrés contre 14,2 en 1992, à Lyon (16,2 degrés contre 14,8 en 1996), à Dijon (12,9 degrés contre 12,1 en 1998) et à Marseille-Marignane (18,7 degrés contre 17,1 en 1996).

Globalement, les températures actuelles sont d'environ 8 degrés au-dessus des normales saisonnières, a-t-il précisé, soulignant que "les neuf premiers jours de janvier ont été très doux".

Des records de douceur ont également été battus la nuit dernière, avec 12 degrés à Bourges, 11,9 degrés à Tours, 8,8 degrés à Metz, a-t-il précisé.

A Paris, la nuit a été très douce avec pas moins de 11,2 degrés, le précédent record datant de 1922 avec 9,5 degrés étant ainsi battu.

Cette grande clémence est due à "une masse d'air très douce qui remonte du sud-ouest et à une couverture nuageuse importante qui empêche l'air doux de la journée de s'échapper la nuit", a expliqué le prévisionniste.

D'une manière générale, "on bat beaucoup plus de records de chaleur que de froid, c'est la tendance au réchauffement climatique", a-t-il fait remarquer.

L'année 2006 se place au troisième rang des années les plus chaudes depuis 1950, avec une moyenne supérieure de +1,1°C à la normale, a-t-il rappelé.

Pour 2007, "les différents modèles prévoient un hiver assez doux, ce qui n'exclut pas des périodes de froid", a-t-il déclaré.

Pour le trimestre janvier-février-mars 2007 pour la France métropolitaine, "Météo-France privilégie des températures moyennes supérieures aux normales saisonnières. En revanche, aucun scénario ne se dégage pour les cumuls de précipitations, dont la prévisibilité reste faible", selon le site internet de l'organisme de prévisions météo.

"Le phénomène de type El Niño est arrivé à maturité et devrait s’atténuer dès le début du printemps. En France métropolitaine comme dans les DOM-TOM, les températures moyennes sur le trimestre s'annoncent plus élevées que la normale, sauf en Nouvelle-Calédonie où aucune tendance ne se dégage", indique Météo France.

Dans les Alpes françaises, l'extrême douceur actuelle devrait se maintenir au cours des 10 prochains jours sur le nord du massif, voire même s'accentuer dans sa partie sud, selon Yann Giezendanner, prévisionniste à Météo France Chamonix.

A l'échelle mondiale, la température moyenne pourrait atteindre un niveau record en 2007 pour se situer à 14,54 degrés celsius, détrônant ainsi l'année 1998, estiment de leur côté les services météorologiques britanniques.
http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/sciences/20070109.SCI0506/records_de_douceur_pour_le_debut_de_lhiver_en_france.html
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 16 Jan 2007, 21:10

Le rapport secret du Pentagone sur le changement climatique


Selon les auteurs, "le but de ce rapport est d’imaginer l’impensable - de repousser les frontières de la recherche actuelle sur les changements climatologiques pour mieux comprendre les implications possibles pour la sécurité nationale des États-Unis."

Au début de cette année a paru sous format papier aux Éditions Allia le Rapport secret du Pentagone sur le changement climatique.

Ce rapport avait été commandé par le Pentagone, sous la houlette de Andrew Marshall, influent conseiller de Donald Rumsfeld. Ses auteurs sont Peter Schwartz, consultant à la CIA et ancien responsable du planning à la Royal Dutch/Shell, et Doug Randall, de Global Business Network, un cabinet de consultants basé en Californie.

Le rapport avait été "livré" en octobre 2003 mais sa divulgation en dehors des sphères militaires avait été freinée par les autorités américaines, car ses conclusions allaient à l’encontre des thèses habituellement défendues par l’administration Bush. Cette controverse avait en partie occulté le fond du rapport, et paradoxalement, on avait peu évoqué ses conclusions dans les grands médias.

Tout d’abord il convient de souligner la démarche tout à fait originale des auteurs: il ne s’agit pas de savoir si la terre se réchauffe, ni comment, mais bien de se poser la question des conséquences pour la sécurité nationale des États-Unis d’une brusque modification du climat. Nulle philanthropie ici, mais bien un acte politique, au sens où il s’agit d’anticiper pour mieux agir.

En second lieu, les auteurs ne se placent pas dans l’hypothèse d’une modification graduelle du climat - qui est celle que nous évoquons le plus souvent - mais bien dans celle d’une rupture brusque à horizon 2010, c’est-à-dire demain, rupture qu’ils jugent tout à fait plausible en prenant en compte des indices scientifiques convergents et en ayant un regard rétrospectif sur des modifications climatiques intervenues au cours des 20 000 dernières années - notamment lors de la période dite du "Dryas récent" il y a 12 700 ans, puis au cours d’un épisode de refroidissement de la Terre intervenu il y a 8200 ans, qui sert de référence pour le scénario envisagé, et enfin lors du petit âge glaciaire qui a duré du XIVe au XIXe siècle.

Pour Randall et Marshall, le problème n’est pas de savoir si cela va se passer, mais bien comment réagir puisque cela va se passer. En ce sens ils mettent en œuvre ce que le philosophe français Jean Pierre Dupuy préconise dans son livre Petite métaphysique des tsunamis (ed. Seuil) qui décrit l’attitude souhaitable par rapport à des "catastrophes annoncées": il faut faire comme si elles avaient déjà eu lieu pour mieux se prémunir!

Le scénario, décrit dans le rapport, et basé sur des données scientifiques incontestables, est le suivant: le réchauffement climatique progressif, que nous constatons depuis des décennies, entraîne actuellement un ralentissement abrupt de la circulation thermohaline océanique - courants océaniques en profondeur qui jouent un rôle crucial dans la régulation thermique de la Terre - sous l’effet du refroidissement des océans, en raison de la fonte des glaces, et de leur «"doucissement". Ce phénomène induit des réactions en chaîne sur le climat mondial, par exemple une perturbation majeure du Gulf Stream qui baigne les côtes européennes. Ainsi cette situation pourrait entraîner en quelques années des "hivers beaucoup plus rudes, une réduction drastique de l’humidité au sol et l’apparition de vents plus violents dans certaines des régions qui fournissent actuellement une partie importante de la production mondiale de nourriture". En conséquence: "Avec une préparation inadéquate, le résultat pourrait être une baisse significative de la capacité de l’écosystème de la Terre à supporter la population".

Ainsi, pour l’Europe, cela voudrait dire une baisse annuelle des températures de 3,3° sur la période 2010/2020, avec des tempêtes de neige et de vent beaucoup plus fréquentes, une raréfaction des ressources en eau, et des zones agricoles durement touchées, tout cela rendant notre environnement beaucoup moins hospitalier.

Cela paraît presque farfelu, mais quand on lit, p. 23 du rapport: "Dès 2005 certaines régions du monde ressentent plus intensément les effets de ces variations du climat. Des tempêtes et des typhons plus gros provoquent des ondes de tempête...", on ne peut s’empêcher de penser à l’ouragan Katrina et à l’ensemble de ses répercussions.

Au bout du compte, dans ce scénario, le climat est profondément "déréglé" sur l’ensemble du globe, entraînant des modifications importantes des écosystèmes - sécheresses, diminution des ressources alimentaires, accès à l’eau potable rendu plus difficile, zones devenues inhabitables... - ce qui provoque de profonds déséquilibres économiques, sociaux et politiques. En effet, la capacité de charge ou capacité d’accueil, c’est-à-dire l’aptitude de la Terre et de ses écosystèmes familiers, qui incluent les systèmes sociaux, économiques et culturels, à assurer la subsistance d’un nombre fini de personnes sur la planète, est alors mise à mal partout dans le monde. Ce concept de capacité d’accueil, qui est débattu depuis près de 200 ans par des théoriciens tels Malthus, qui publiait dès 1798 son essai sur Le principe de la population et son effet sur l’amélioration future de la société, serait alors remis à l’ordre du jour de façon tragique. En effet, d’ordinaire, la capacité de charge augmente notamment sous l’effet du progrès technique qui permet d’absorber l’augmentation de la population, mais une brusque dégradation de la capacité de charge, non compensée, entraîne quasi mécaniquement une diminution de la population sous l’effet des famines, des maladies ou des guerres... Le système s’auto-régule, en quelque sorte. Dès lors, la modification du climat ferait faire un terrible bond en arrière à l’humanité, si celle-ci ne s’y prépare pas correctement, avec notamment des tensions croissantes pour l’accès à des ressources de plus en plus rares entraînant conflits, migrations massives, guerres, stratégies ultra-protectionnistes...

Devant ce scénario noir, mais plausible - rappelons encore une fois l’objectif premier du rapport: assurer la sécurité des États-Unis - les auteurs préconisent sept mesures:

* Améliorer les modèles de prévision climatique, pour valider les scénarios de changement climatique de façon plus précise Assembler des modèles prévisionnels complets des répercussions du changement climatique, pour mieux évaluer les impacts de ces changements
* Créer des outils de mesure du risque - pour chaque pays ou chaque région
* Identifier des stratégies de parade, pour sécuriser les accès aux ressources rares
* Préparer des réponses adaptatives aux nouveaux besoins, pour faire face aux maladies, migrations...
* Étudier les implications locales, notamment pour les zones agricoles
* Explorer des options géo-technologiques de contrôle du climat.

Au-delà du scénario proposé, c’est bien là l’essentiel de la démarche du rapport. Pour conclure, on peut se demander si notre pays, ou de façon plus pertinente l’Union européenne ont développé de telles approches. Cela semble indispensable, et il serait fondamental que nous, citoyens, en soyons informés.

Une version électronique du rapport ainsi qu’un dossier plus étoffé sur le sujet sont disponibles sur le site paxhumana.info.

publié par agoravox.fr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 17 Jan 2007, 14:09

Merci, chère Jo, pour cette riche documentation! I love you Je vais en faire profiter des personnes qui s'intéressent au sujet... ;)

Il est évident qu'à notre échelle - celle d'une vie humaine -, nous ne pouvons apprécier l'évolution du climat planétaire. Les météorologues et autres scientifiques le peuvent déjà davantage, bien que leur science n'ait recueilli d'observations et informations que depuis quelques siècles..., ce qui est peu.

Si je m'en tiens, Krystyna, aux quelques dernières années et à mon cadre de vie (à la campagne), je constate quand même la rude canicule de 2003 (qui a duré quatre mois dans plusieurs régions!), une fin février 2006 très froide (moins 25°C. ici, à 700m) et très enneigé (plus d'un mètre cinquante), juin et juillet 2006 dans la canicule (! affraid )..., ce qui a littéralement "bloqué" la végétation, qui n'a pu redémarrer qu'en août (absence de plusieurs légumes au jardin), automne "indien" qui n'en finit plus ; une gelée en novembre, puis... un mois de janvier 2007 terriblement doux, anormalement sec, où les arbustes refleurissent, où les oiseaux chantent, où l'herbe pousse. Il ressemblerait trait pour trait à un mois de janvier 1953 ou 1956, je ne sais la date exacte...

Réchauffement de la planète? Pas qualifiée pour l'affirmer ; mais dérèglement des saisons? assurément.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 17 Jan 2007, 17:03

La grande fête des insectes

Les insectes, animaux à sang froid, profiteront-ils du réchauffement climatique ? La question était encore théorique il y a quelques années. Les entomologistes répondent désormais, sans ambiguïté, par l'affirmative.

L'évolution est déjà visible, à travers l'expansion géographique de certaines espèces et l'apparition de nouveaux comportements. Prenons la pyrale et la sésamie, deux papillons dont les larves se nourrissent des tiges et des épis de maïs. Traditionnellement, la pyrale se contentait d'une génération par an, dans la partie nord de la France. De son côté, la sésamie, sensible au gel continu en hiver, restait cantonnée au sud du territoire.

"Tout cela est en train de changer. Les insectes sont comme des moteurs thermiques, qui profitent de la chaleur supplémentaire", estime Marc Delos, expert en biovigilance à la direction de l'alimentation du ministère de l'agriculture. "On retrouve désormais la sésamie dans la région Centre, en Indre-et-Loire, où elle n'avait jamais été vue auparavant", note-t-il. "On en a aussi vu dans la plaine de Caen, tandis que des pyrales étaient signalées en Belgique, confirme Jean-Paul Renoux, d'Arvalis, un institut de recherche financé par les producteurs. Ces larves font des dégâts considérables dans nos essais", ajoute-t-il.

Cette remontée vers le nord s'accompagne chez la pyrale d'une augmentation du nombre de générations annuelles, le voltinisme. L'insecte peut désormais effectuer trois cycles dans la saison, ce qui accentue la pression sur la récolte. "Ce n'est pas tant le rendement qui est affecté, que la qualité du maïs, dans la mesure où ces attaques favorisent le développement de moisissures", souligne Marc Delos.

Le multivoltinisme s'observe aussi chez le carpocapse des pommiers et poiriers. "Dans les années 1970, à Avignon, on n'avait que deux générations par saison. On en compte désormais trois", constate Benoît Sauphanor (INRA Avignon). On se retrouve dans la situation du Maroc il y a trente ans." L'insecte met désormais à profit les nouvelles variétés de pommes tardives pour se reproduire.

Pour son développement, ce qui compte n'est pas tant l'augmentation de la température moyenne, de 0,5oC depuis cette date dans la zone, que le nombre de jours où la température dépasse le seuil de 10 oC, sous lequel il reste en sommeil. A cette aune, il profite désormais de 25 % de chaleur en plus qu'il y a quelques décennies. Résultat, depuis les années 1980, on a dû passer de quatre traitements insecticides par an à une douzaine.

L'étude des pucerons révèle elle aussi l'impact du changement climatique. Maurice Hullé, de l'INRA de Rennes, a décortiqué trente années de données fournies par un réseau européen de pièges - des aspirateurs fonctionnant en continu sur des mâts de 12 mètres de haut. "Nous ne constatons pas d'augmentation de la quantité des pucerons, mais de leur diversité", indique-t-il.

Des espèces probablement présentes sur le territoire en faible quantité, qui étaient "sous le radar", deviennent "piégeables". Le nombre moyen d'espèces capturées chaque année est ainsi passé de 169, entre 1978 et 1982, à 211 actuellement. "Si leur abondance n'a pas progressé, c'est peut-être que leurs ennemis naturels se sont eux aussi adaptés à ces nouvelles conditions", avance Maurice Hullé.

Par ailleurs, la date de début de migration des pucerons est toujours plus précoce : sur les stations de Rennes et Montpellier, depuis trente ans, elles ont commencé en moyenne un jour plus tôt chaque année. Les pucerons, qui s'attaquent entre autres à la pomme de terre et à la betterave, ont donc gagné un mois d'activité sur cette période.

La chenille processionnaire, premier "défoliateur forestier" français, offre un exemple supplémentaire de progression liée au réchauffement. Les colonies meurent lorsque la température descend sous - 16 oC. Pour que les chenilles sortent du nid pour se nourrir, il faut une température supérieure à 9 oC pendant le jour, et à zéro la nuit. "Au sud du Bassin parisien, ces contraintes ont été levées ces dix dernières années", assure Alain Roques (INRA Orléans). Dans le Briançonnais, des populations implantées expérimentalement ont survécu à 1 850 mètres d'altitude, en face sud, en 2003-2004, alors que le "front" en altitude est actuellement limité à 1 200 mètres.

En latitude, ce front progresse vers le nord d'environ cinq kilomètres par an, conditionné essentiellement par les faibles capacités de vol des femelles, alourdies par leurs oeufs. "Les colonies atteindront Paris en 2025", estime Alain Roques, qui cherche à savoir si les pins bordant les autoroutes ne facilitent pas cette progression.

Outre les dégâts sur les feuillages, ces chenilles sont redoutées pour leurs poils urticants, qui peuvent occasionner des réactions allergiques aiguës allant jusqu'au choc anaphylactique. Seule consolation, la canicule de 2003 avait tué nombre de colonies, montrant que le réchauffement peut aussi avoir des effets délétères pour ces ravageurs.

Enfin, le changement climatique pourrait aggraver un phénomène déjà préoccupant, celui des invasions biologiques : on ne compte plus les signalements de bestioles exotiques repérées bien plus au nord que leur "niche" d'origine. Ces délocalisations sont une des facettes de la mondialisation. Ces insectes - dont 41 "ravageurs" nouveaux introduits en France métropolitaine entre 2000 et 2005 - ont profité des circuits commerciaux pour coloniser de nouveaux territoires. La présence d'un climat plus doux favorisera l'implantation durable de certains d'entre eux.

Les insectes sont donc des indicateurs sensibles du réchauffement climatique. Certaines pratiques agricoles - jachères, bandes enherbées, interdiction de certains insecticides, coupe plus haute des pieds de maïs - peuvent certes expliquer en partie leur bonne fortune actuelle. Quoi qu'il en soit, la combinaison de tous ces facteurs, climatique compris, pourrait bien concourir, prédit Marc Delos, au développement prochain d'une "biodiversité hostile" à laquelle il faudra trouver de nouvelles parades.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-849420,0.html?xtor=RSS-3244
Revenir en haut Aller en bas
 
ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE
» Ecologie et spiritualité
» Ecologie, humanisme et anthropocentrisme
» Ecologie, Ecologie.. quand tu nous tiens...
» Plpa biologie ecologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Société, Politique-
Sauter vers: