DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
jo zecat
Invité



MessageSujet: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 17:16

Après m'avoir accusée d'être une "gauchiste" (ce qui est faux), qu'on ne m'accuse pas d'être une "écologiste", ce qui serait faux également dans le sens politique. Ce fil a seulement pour but de consigner nos observations de dégradations de la planètes appuyées par des articles de spécialistes.

Je rappelle que notre responsabilité de la protection de la planète était inscrite dans les intentions de Jean Paul II (décidement visionnaire) lors de la dernière année sainte, en l'an 2000.

C'est une série d'observations personnelles inquiétantes confirmées par des témoins des quatre coins de l'hexagone qui m'ont incitées à ouvrir cette discussion.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 17:18

Je suis française, résidant dans la région parisienne ouest. J'ai quitté, il y a 8 ans une ville "béton" en périphérie parisienne : Levallois Perret, pour une ville située à la limite des hauts de seine et des Yvelines : Rueil Malmaison. C'est là que commence la zone boisée ouest : forêt de la Malmaison, bois de saint Cucufa, forêt de Marly le Roi, forêt de Saint Germain en Laye..... Ma résidence est en lisière d'un bois (bois-Préau).

Au début de mon emménagement, cela été un grand changement et un enchantement d'entendre chaque matin ce concert de chants d'oiseaux. Ils étaient si bruyants et si nombreux que je déclarais souvent en riant "ici, on se croirait dans la forêt vierge !". Un couple de moineaux avait même décidé de nicher sur un arbustre qui touche une de mes fenêtre, à portée de main. Chaque printemps, je devenais "protectrice en chef des oisillons qui s'étaient égarés dans mon petit jardin et me prècipitais au signal de leur pépiement strident pour chasser les chats qui trainaient dans le secteur ainsi que les pies qui sont une plaie pour les nichées. Il y avait de nombreuses variétés d'oiseaux : rouge-gorges, mésanges bleues et jaunes, merles, rouges queues, grives...dont nous recherchions les noms grace à un livre spécialisé. Comme nous avons un petit lac pas très loin, nous assistions chaque matin et chaque soir au vol bruyant d'une bande de canards au-dessus de la maison à peu près aux mêmes heures.

C'était une joie de voir également dans mon minuscule jardin toutes sortes d'insectes : papillons, libellules, abeilles...et même de grosses sauterelles vertes, qui, quand l'automne arrivait cherchaient à rentrer dans la maison. Nous les attrapions alors avec précaution pour les remettre dans leur milieu naturel.

Bref, des observations précises dues, sans doute, à une longue expérience de la nature apprise en montagne.

Après la grosse canicule d'il y a trois ans, changement brutal : plus d'oiseaux. La canicule avait eu lieu en aout. Fin septembre, lors d'une exposition en plein air à Bois-Préau, je me suis approchée d'un stand d'une association ornithologique pour faire part de mes inquiétudes. Apparemment cela n'avait interpelé personne. Pourtant, mon père qui habite la région PACA, fortement touchée par la canicule, avait fait la même observation. "Oh -m'a-t-il dit- les oiseaux ont dû se réfugier dans des régions plus fraiches !"

Au printemps suivant, finie la "forêt vierge" : c'est à peine si on entendait quelques pépiement. Seuls, subsistaient les gros oiseaux : pies, merles et rouge-gorges. Changement peu à peu du côté des insectes : plus d'abeilles, de libellules ni papillons.

A ce jour, malgré un timide redémarrage de vie ce printemps, est-ce à cause de cette nouvelle canicule, le silence est assourdissant, un silence de MORT.(plus d'insectes, plus d'oiseaux) et pour la première fois, je n'entends pas mes canards !!!

Une de mes amies qui vient d'acheter une maison en Bretagne, dubitative quand je la "bassinais" avec mes oiseaux, est venue me rendre visite il y a une semaine et m'a dit "Ah tu sais, j'ai pensé à toi, un de mes voisins du Finistère a fait la même observation que toi !"

Un basque a qui je parlais de choses et d'autres, pendant les vacances, spontanément, m'a confié son inquiétude concernant la disparition des insectes.

Mystère, mystère ! N'oublions pas que les oiseaux et insectes participent activement à la pollénisation des fleurs, des arbres fruitiers entre autres.
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 19:29

A Jo,

Il y a deux ans, pendant l'été 2004, j'ai eu l'opportunité d'avoir profité du parc national des Pyrenées (région de cauterêts pas si loin de Lourdes...).


J'ai vu combien la préservation de cette nature (lacs, forêts, cascades d'eau etc...) m'a fait du bien et combien la Terre recèle de merveilles pour les hommes. J'ai aussi pris profondément conscience dans ma chair du devoir écologique que nous avons tous envers la Création.


Préservons-là. Cela dépasse les conflits politiques.



M.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 20:09

Citation :
Préservons-là. Cela dépasse les conflits politiques.

Je suis bien d'accord : c'est bien plus urgent ! La nature agonise !
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 20:57

http://terresacree.org/constat.htm

Citation :
Faisant suite à son Assemblée Générale, et dans l'optique de la Journée Internationale de la Biodiversité (le 22 Mai 2006), la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) Loire-Atlantique rappelle que la richesse en espèces de la planète, faune et flore confondues, est aujourd'hui menacée par des pratiques inadaptées ou abusives, et que la France a de fortes responsabilités en la matière. Nous sommes au seuil de la sixième grande vague d'extinction de l'histoire de la Terre, sauf à réviser radicalement et sans tarder nos modes de vie.

Les espaces naturels se réduisent : en France, la moitié des zones humides a disparu en 30 ans, elles qui abritent 30 % des espèces végétales remarquables et menacées, 50 % des espèces d'oiseaux et les deux tiers des poissons que nous consommons. La situation des oiseaux, indicateurs essentiels de la biodiversité, est également préoccupante : 226 espèces d'oiseaux sont menacées à des degrés divers en Europe, soit 43 % de l'avifaune de notre continent. La France se classant ainsi au 5è rang mondial des pays hébergeant des espèces d'oiseaux menacés d'extinction globale.

Les espèces s'éteignent actuellement dans le Monde à un rythme 100 fois supérieur au taux moyen observé dans l'histoire de la Terre
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 22:03

Je continue sur le même thème et plus particulièrement : nos moineaux parisiens.

J'ai des souvenirs précis pendant mes années "collège" (196O/65) où, histoire de faire de l'exercice, nous partions à pied de notre région parisienne
pour rejoindre notre premier cours du matin dans notre établissement poche de la butte montmartre avec une amie.

C'était un concert d'oiseaux, tout le long du chemin, de nos chers moineaux de Paris.

Or, on peut constater qu'ils ont quasiment disparus et c'est attristant de voir, à présent, nos platanes dépourvus de vie.

De même, je me rappelle des hirondelles, en Savoie, qui annonçaient la fin de l'été en se rassemblaient par centaines sur les fils électriques avant leur grande migration vers l'afrique. On voit encore des martinets mais les hirondelles sont devenues une espèce protégée.

Je m'amusais alors à marcher dans le verger pour voir le nuage d'insectes que je dérangeais exploser devant moi à chaque pas. Bien que propriétaire d'un petit chalet dans les hautes Alpes pendant sept ans, je n'ai plus trouvé cette profusion

Des indices inquiétants qui contrairement à ce qu'on pourrait croire en regardant la nature se défaire dans des émissions comme "Ushaïa" traitant de régions éloignées, concernent aussi la France
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 09 Aoû 2006, 22:11

[url]
http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles_sea?ad=sci_20060418.OBS4344.html&host=http://permanent.sciencesetavenir.com/
[/url]

Citation :




Mais où sont passés les moineaux ?
R.Hendrick
Passer domesticus a été inscrit sur la liste des espèces en voie dedisparition


C’est une nouvelle alarmante que relève le Muséum national d’histoire naturelle de Paris, dont dépend le CRBPO (Centre de Recherche sur la Biologie des populations d’Oiseaux). D’après ses experts, les populations de moineaux déclinent de manière rapide et inexpliquée dans toute l’Europe occidentale. Ce phénomène inquiète d’autant plus les ornithologues que le moineau domestique est une espèce étroitement liée à l’homme.

La disparition du moineau est particulièrement marquée en Grande-Bretagne où le nombre d’oiseaux a diminué de 90% à 95% en moins de quinze ans. Si bien que le Passer domesticus a été inscrit sur la liste des espèces en voie de disparition. Mais c’est dans toute l’Europe que le déclin est observé. Plusieurs raisons sont invoqués pour expliquer cette disparition : concurrence d’autres espèces, pollution, maladies, ondes électromagnétiques (téléphonie mobile)…mais aucune hypothèse n’est vraiment satisfaisante.

.Fait troublant, la baisse des populations de moineaux domestiques survient après la quasi disparition (de 80% à 95% entre 1970 et 2000) d'une autre espèce de moineau autrefois abondant en Europe occidentale, le "Moineau friquet".Inquiets, les ornithologues du Muséum d'histoire naturelle ont mis en place un réseau de surveillance des populations de moineaux domestiques d'Ile-de-France avec dix stations de baguage des oiseaux, à Paris intra muros et autour de la capitale.

J.I.
18/04/2006
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 10 Aoû 2006, 18:06

Bonjour à tous.

Il semble que cette disparition des moineaux s'observe surtout en secteur urbain. Ici, à 700 m d'altitude, dans les montagnes d'Ambert (Puy-de-Dôme), les oiseaux continuent à affluer ; seuls cinq cas de morts (mésanges), cet hiver, entre février et avril, ont fait penser aux méfaits de la grippe aviaire...

Ces cas ont pu être constatés dans la mesure où nous nourrissons les oiseaux l'hiver, à la mangeoire (il fait jusqu'à -- 20°C.) : mésanges charbonnières, noires, bleues, chardonnerets, rouges-gorges, pinsons des arbres et pinsons du nord, tarins des aulnes, gros-bec... même les geais affamés et les merles approchent! et une fois, une buse (rapace) : impressionnant!!

En ce moment, on voit virevolter gracieusement des hirondelles (de fenêtre, je crois) au-dessus des vaches qui paissent dans les prés tout proches : elle "cueillent" les insectes en vol ; et des bergeronnettes aussi.

Nous qui vivons à la campagne, nous sommes sensibles à des changements tant au niveau de la flore (la canicule, précoce cette année, a empêché la croissance des légumes du jardin, et aussi des fleurs de souci ; ils démarrent juste en ce moment) que de la faune (les aoûtats sont apparus ; nous ne les connaissions pas!). Comme on nous promet un accroissement des températures estivales d'au moins 5°C., et d'un froid et d'un enneigement plus grands en hiver, l'homme va devoir s'adapter, et la nature de même..., rendeer s'ils le peuvent.

Le réchauffement climatique (dégagement de CO2) semble bien le premier facteur de tels bouleversements ; et dans la mesure où tout se tient, tout interagit sur la planète, le contrecoup est général. What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 10 Aoû 2006, 18:23

C'est vrai que le Centre de la France est assez privilégié quant aux canicules, alertes à l'ozone et incendies..... Smile

Ce n'est pas le cas vpour les Alpes, par exemple, dont j'aurai l'occasion de reparler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 10 Aoû 2006, 21:24

Oui, Jo ; ici, le déficit en eau, par exemple, est moyen (pas dramatique comme dans le Sud-Ouest...).

Mais je me souviens d'avoir été obligée de quitter ces montagnes à cause d'une affaire familiale, début mai 2003, alors que la nature était d'une verdeur et d'une fraîcheur incomparables, les lilas fleurissaient, et d'être revenue brièvement fin juillet : l'herbe était "brûlée" à cause du soleil torride, les sources avaient tari (il en coule plusieurs, ici, de la montagne)... un spectacle de désolation totale! La canicule n'a cessé que fin août... What a Face

Et, chose surprenante, inouïe, la végétation s'est mise à fleurir... à l'automne! Je m'en souviens : je suis allée, avec mon fils aîné, dans l'Hérault, visiter mon père ; on se serait cru au printemps... flower Toutes sortes d'espèces s'épanouissaient!

Les Alpes, je ne connais guère ; ce sera un plaisir de te lire à ce propos. Smile
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 10 Aoû 2006, 23:30

Citation :

Et, chose surprenante, inouïe, la végétation s'est mise à fleurir... à l'automne! Je m'en souviens : je suis allée, avec mon fils aîné, dans l'Hérault, visiter mon père ; on se serait cru au printemps...
......Curieux ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 16:13

C'est à 12 ans, en 1962, que j'ai enfin consenti à rompre ma fidélité à ma chère Savoie pour m'enfoncer à l'occasion d'un camp de vacances, dans les alpes glacières, plus exactement dans le massif des écrins.

Nous résidions au Chazelet, village à 1800 m bien connu des photographes, qui surplombe le village de la Grave et qui est une sorte de balcon qui fait face au glacier de la Meige 3983 m

C'était fascinant de voir ce glacier imposant qui nous faisait face et prenait des teintes roses ou bleues selon les heures du jour . Il est resté gravé dans ma mémoire.

Onze ans plus tard, lors d'un séjour en Savoie, j'ai voulu faire une escapade dans les Hautes Alpes pour retrouver ce glacier qui m'avait tant marqué.

J'ai eu la tristesse de ne pas le reconnaitre tant il avait diminué ! Je me rappelle en avoir parlé à un garagiste pour vérifier si je n'avais pas la berlue : "Oh, je ne suis pas là depuis très longtemps mais c'est vrai que les vieux du village en parlent".

A l'époque, l'écologie préoccupait peu de monde. Il me semble que le glacier avait pratiquement diminué du tiers


On voit très bien, sur cette photo, les moraines à gauche de la croix. Le glacier descendait en-dessous de la base de la croix
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 16:27

http://www.planete-urgence.org/planete-info/article.php?ID=790
Citation :

Une nouvelle étude montre que les glaciers alpins pourraient avoir complètement disparu d'ici à 100 ans sous l'effet de la hausse des températures

Christophe Magdelaine pour Notre planète info - 16-07-2006


Les glaciers alpins régressent depuis plus de 150 ans

Selon des glaciologues du Laboratoire de glaciologie et géophysique de l'environnement (CNRS- Université Joseph Fourier, Grenoble) et de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ), les glaciers alpins connaissent un recul généralisé depuis 1850, notamment à cause d'une diminution des précipitations neigeuses et, depuis la décennie 1980, vu l'augmentation des températures en été.

Météo-France l'indiquait également début 2005 en précisant que la température dans les Alpes françaises avait augmenté ces quarante dernières années plus que dans le reste de la France.

Enfin, C. Vincent du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement soulignait fin 2005 que les glaciers alpins avaient régressé à un niveau encore jamais atteint au cours des quatre derniers siècles.

Le glaciologue Michael Zemp et ses collègues, de l'Institut de géographique de l'Université de Zurich montre dans une nouvelle étude qu'en 1970, les Alpes comptaient 5.150 glaciers, sur une surface de 2 909 km², ce qui correspondait déjà à une diminution de 35% par rapport à 1850. Depuis, la fonte des glaciers s'est accélérée notamment suite à la canicule de 2003 qui a entamé la surface glaciaire de 5 à 10%.
On estime ainsi que les glaciers alpins ont perdu la moitié de leur surface depuis 1850.


Et pourraient disparaître dans 100 ans...

L'Institut de géographique de l'Université de Zurich a réalisé plusieurs scénarios estimant la diminution des glaciers en fonction de l'augmentation de température prévue sur les cent prochaines années. En effet, l’évolution des glaciers alpins est un excellent indicateur de l'évolution du climat et constitue un indicateur fiable du réchauffement climatique (C.Vincent, 11/2005)

Si les températures moyennes augmentent de 3°C durant les mois d'avril à septembre à la fin du XXIe siècle, la surface de glace dans les Alpes diminuera de 80%.
Si la hausse atteint 5°C, seuls les plus grands glaciers, comme celui d'Aletsch, ou les glaciers situés à très haute altitude (plus de 2 900 m) subsisteraient, tous les autres pourraient avoir complètement disparu...

Notre étude montre que la majorité des glaciers alpins pourraient fondre ces prochaines décennies, indique Michael Zemp.

Ces modèles tablent sur une augmentation de 3 à 5°C, ce qui correspond malheureusement à la fourchette du possible annoncée par le GIEC dans son dernier rapport sur le changement climatique, d'autant plus qu'en France, selon Météo-France, depuis la fin du XIXème siècle, le réchauffement a déjà été en moyenne de l'ordre de 1°C.

Les conséquences seront notamment importantes pour les activités humaines comme le souligne Michael Zemp "c'est justement dans les régions de montagne fortement peuplées, comme les Alpes, qu'il faut réfléchir aux conséquences d'une fonte massive des glaciers, sur le cycle de l'eau, l'économie hydraulique, le tourisme ou les dangers naturels".
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 18:00



magnifique la photo!

cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 18:09

Oui...Mais au jour d'aujourd'hui, le glacier a diminué de plus de sa moitié...!...Comme partout ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 20:40

Pendant que les yeux du monde etait fixe sur le Mondial, puis le tour de France, puis les incendies d'Espagne et enfin la guerre israelo-palestinienne et les attentats manques de Londres, il se passait de droles de trucs...

Actuellement en Pologne, il y a eu une depeche tres breve au mois de juillet qui donnait comme consequence de la canicule de cette annee une perte de 20% des recoltes de ble du pays. S'il ne devrait pas y avoir disette, vu les reserves europeennes, c'est un desastre pour la population agricole qui constitue une part importante de la population active polonaise et les prix vont necessairement augmenter a la rentree, ce qui etait deja prevu vu l'augmentation du prix du petrole qui se repercute sur les couts de productions et de distribution.

Similairement en France, de nombreuses parcelles de mais et de ble ont ete touchees tant et si bien que des agriculteurs ont fait appel aux aides europeennes pour compenser leurs pertes. Curieusement, on en a peu parle en France. La terre doit etre preservee pour une simple raison: nous en dependons physiquement. Si demain nous n'avons plus d'eau ni de nourriture, nous mourrons, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 20:52

MESPHEBER dit :
Citation :
Pendant que les yeux du monde etait fixe sur le Mondial, puis le tour de France, puis les incendies d'Espagne et enfin la guerre israelo-palestinienne et les attentats manques de Londres, il se passait de droles de trucs...

Exact !Justement, je voulais y venir doucement !

Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 22:37

Oui, des phénomènes inquiétants, qui devraient nous alerter : ils ne peuvent que s'accélérer... pale

Dans nos régions du Massif Central, plusieurs personnes ont constaté que la canicule très précoce (dès juin) a "bloqué" la croissance des plantes, dans la mesure où le printemps ne s'est pas fait : dans mon jardin, par exemple, je n'avais jamais vu ça, les tomates, courgettes, choux-fleurs et pommes de terre "refusaient" de croître et de produire!! La récolte a été nulle (?).

Le phénomène de la régression des glaciers est aussi très important, puisque la conséquence de ce réchauffement climatique... et hors saison.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 23:40

LES INCENDIES

Sur une planète si fragilisée, les incendies ont des conséquences non négligeables sur le réchauffement de la planète, réchauffement qui avec la sécheresse qu'il engendre provoque en retour des incendies (c'est comme l'histoire du serpent qui se mord la queue)

On connait maintenant la conséquence sur le réchauffement, de la déforestation de l'amazonie qui était considéré comme un des poumons de la planète.

Les racines des arbres en retenant l'eau de pluie conservent l'humidité des sols nécessaire aux cultures. Sur un sol aride, la pluie n'est pas retenue et s'évapore aussitôt

On se rappelle l'année dernière les grands incendies de californie et ceux qui ont détruit 1/3 du portugal (et ont continué cette année)

Citation :
Au-delà de l'avancée des déserts

La désertification ne concerne pas seulement le processus qui se passe à l'orée des grands déserts qui avancent. Elle se produit aussi, et de plus en plus, dans des zones traditionnellement peuplées et cultivées de toute la ceinture aride et semi-aride du globe. Pour les scientifiques, le mot désertification désigne avant tout la dégradation croissante des sols qui conditionnent l'équilibre fragile des écosystèmes de ces régions, dont les terres s'érodent rapidement, laissant la place à des étendues dénudées, interdites à la végétation.

Cette dégradation est lourde de conséquences, en particulier sur le cycle de l'eau. Les ressources hydriques se tarissent et la pénurie d'eau menace des centres urbains hyperpeuplés. Privés de toute retenue, les ruissellements provoqués par les pluies torrentielles amplifient l'érosion et entraînent aussi des inondations d'une violence extrême jusqu'au coeur des villes.

Les périodes de sécheresse, qui jouent un rôle marquant dans le processus et la détection d'un réchauffement climatique global, ne manquent pas d'inquiéter. Mais s'arrêter à ce constat serait simpliste. En réalité, ce sont les hommes eux-mêmes - et les bouleversements des modes de gestion des territoires où ils vivent - qui sont la principale cause de l'expansion alarmante de la désertification. L'exode rural vide les villages et les terres inoccupées ne sont plus entretenues. Des zones entières deviennent la proie d'incendies de forêts récurrents, aggravés, dans certains lieux, par l'afflux touristique estival. Dans les vallées plus fertiles s'est mise en place une agriculture intensive, consommatrice d'eau, de fertilisants et de pesticides. Autour des grandes concentrations urbaines, les développements immobiliers et industriels, souvent anarchiques, ont avalé des pans entiers du milieu naturel environnant.

Combattre la désertification, c'est d'abord comprendre l'influence décisive que joue, dans ce processus, la façon dont sont gérés et administrés les territoires d'une région.
[url]http://64.233.183.104/search?q=cache:
CQMdbCVgOqgJ:ec.europa.eu
/research/rtdinf23/fr/change.html+incendies+portugal
+consequences+ecologiques&hl=fr&gl=fr&ct=clnk&cd=
14&lr=lang_fr&client=firefox-a[/url]
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Lun 14 Aoû 2006, 23:44

[url]
http://docteurangelique.forumactif.com/post.forum?mode=reply&t=1817[/url]
Citation :


Edition provisoire

La prévention des incendies de forêts

Recommandation 1761 (2006)1

1. Les incendies de forêts représentent un des aspects les plus négatifs de la dégradation de l’environnement que l’on connaît. Chaque année les incendies de forêts et de superficies montagneuses appauvrissent le patrimoine naturel de notre continent, détruisent des masses importantes de forêts et portent atteinte à la biodiversité.

2. Les incendies de forêts produisent aussi des émissions vers l’atmosphère ainsi que des pertes en vies humaines et matérielles, à la fois au sein des populations affectées et des équipes de lutte contre les incendies. Ils conduisent aussi à la réduction progressive de la capacité de stockage en eau des sols ce qui aggrave les déséquilibres hydriques et accroît les déficits en eau.

3. Il s’agit d’une réalité qui touche tous les pays du Conseil de l’Europe, et particulièrement les pays méditerranéens qui sont les plus frappés en termes de nombre d’incendies et de superficie détruite. En raison des changements climatiques, l’Europe méridionale connaîtra, dans les années à venir, une intensification de la sécheresse, qui se traduira, entre autres, par une plus grande fréquence des incendies de forêts.

4. L’exode rural qui a entraîné, ces dernières décennies, l’abandon de certaines pratiques agricoles contribuant à la prévention des incendies de forêts fait partie des éléments favorisant les incendies.

5. L’Assemblée parlementaire soutient sans réserve la Résolution P6_TA(2005)0334 du Parlement européen sur les catastrophes naturelles (incendies et inondations), qui se réfère aux incendies qui sont survenus en 2005 en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 00:50

Si les incendies qu'ils soient naturels ou criminels ont une action sur le réchauffement de la planète et l'éco-système, on peut, à juste titre, se demander quelles conséquences écologiques peuvent avoir les milliers de bombes déversées pendant une guerre.....

Je ne trouve aucune étude là-dessus pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 02:40

Jo a écrit:
Si les incendies qu'ils soient naturels ou criminels ont une action sur le réchauffement de la planète et l'éco-système, on peut, à juste titre, se demander quelles conséquences écologiques peuvent avoir les milliers de bombes déversées pendant une guerre.....

Je ne trouve aucune étude là-dessus pour le moment.
Parce que ce serait negligeable. Laughing

Dans cette ordre d'idee, un volcan produit bien plus de degagement toxiques. En 1816, l'explosion du volcan Tambora dans le Pacifique a eu des consequences effroyables, il neigeait en hiver en Suisse et que les recoltes sur l'ensemble de l'hemisphere nord ont ete annihiles. Consequence: 200 000 morts de faim rien qu'en Europe... (Plus d'infos...)

En soit, une bombe produit une deflagration instantanee, par contre, des millions (voir des milliards) de moteurs qui tournent chaque jour sont bien plus nocifs. A ce propos, saviez-vous que l'augmentation du prix du brut ne concernent ni la Chine ni l'Inde et d'autres pays de cette zone? En effet, le surcout est actuellement assume par les pays occidentaux qui esperent ainsi leur vendre plus d'Airbus, de voitures... Des trucs pas polluant du tout en somme. Laughing

"Allways look on the bright side of life!" ;)
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 10:51

MESPHEBER dit :
Citation :
En soit, une bombe produit une deflagration instantanee, par contre, des millions (voir des milliards) de moteurs qui tournent chaque jour sont bien plus nocifs.

Une bombe : oui, mais des milliers de katucha ? Quelle chaleur cela dégage-t-il ? Quel effet sur le sol, les plantations ?

L'Irak a-t-ilconservé des plantations ou bien le sol est-il désertifié depuis la guerre comme il le serait après un incendie ...? On sait que l'Irak était le pays le plus riche en eau du moyen-orient.......Qu'en est-il aujourd'hui : je ne sais pas
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 13:53

Il l'est toujours, mais c'est quand meme majoritairement un desert, Jo. On ne peut critiquer la guerre par l'ecologie, tout simplement parce que ces questions sont absurdes quand chacun doit assurer au quotidien sa survie. En soi, je dirai que la pollution a un effet secondaire interessant puisqu'elle favorise la croissance des vegetaux qui se nourrissent de CO2. Par contre, la surexploitation des forets africaines, qui fournit l'Europe en bois de charpenterie et en papeterie, et Amazonienne, pour les cultures extensives et l'elevage necessaire a la production de hamburgers, a un impact mesurable sur la desertification.

Cependant, il est a l'heure actuelle impossible d'affirmer categoriquement que le changement climatique est du a l'activite humaine, meme s'il y a de fortes chances. Le fait est que derriere les protocoles de Kyoto et autre Buenos Aires se cachent des enjeux economiques de taille: la position de la France en sa faveur vient aussi du fait qu'elle essaye de vendre sa technologie nucleaire. Ce genre de marches faussent completement l'objectivite requise pour etudier ces questions.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 15:46

MESPHEBER dit :
[quote: Le fait est que derriere les protocoles de Kyoto et autre Buenos Aires se cachent des enjeux economiques de taille [/quote]

De fait, si certains se désolent des conséquences du réchauffement climatique, d'autres se frottent les mains. Le recul de la banquise va permettre aux bateaux de passer au Nord de l'Amérique et de l'Asie. Ils pourront ainsi gagner du temps dans le transport des marchandises et du pétrole. C'est sûrement une des raisons pour lesquelles les États-Unis refusent de signer.

Avec le réchauffement de l'arctique il sera plus facile de creuser des puits de pétrole et on pourra même faire des forages en mer. On avance que le groenland pourrait receler 20% des réserves mondiales

Le réchauffement climatique ouvre à certains la perspective de nouveaux enjeux politiques et économiques

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-796730@51-771924,0.html
Citation :

Le Groenland s'ouvre à l'exploration pétrolière alors que les projets se multiplient dans tout l'Arctique
LE MONDE | 19.07.06 | 15h24



Le 18 juillet, le gouvernement a ouvert un appel d'offres pour des concessions d'exploration pétrolière à l'ouest du Groenland. En 2005, un précédent appel à concessions a été emporté par la compagnie canadienne EnCana, un important producteur de gaz basé à Calgary, qui prépare des forages pour 2008.

"Nous n'avons jamais connu autant d'intérêt pour la prospection pétrolière qu'aujourd'hui", indique à l'Agence France-Presse Joern Skov Nielsen, du Bureau des matières premières du Groenland.

En Norvège, la compagnie norvégienne Statoil se montre plus sceptique : "L'ouest du Groenland ne nous intéresse pas, dit Tor Fjaeran, vice-président pour l'environnement. L'est de l'île devrait être plus prometteur, du fait de ses similarités géologiques avec la mer du Nord."

S'il est encore trop tôt pour faire du Groenland un nouveau Qatar, le potentiel de l'île de 2,2 millions de km2, comme celui de toutes les régions arctiques, excite les milieux pétroliers.

Lors d'une conférence en octobre 2005, Thomas Ahlbrandt, de l'agence gouvernementale US Geological Survey, qualifiait l'Arctique de "nouvelle frontière" pétrolière. La région polaire détiendrait plus de 20 % des réserves de pétrole et de gaz à découvrir dans le monde.

Deux facteurs stimulent la prospection des hydrocarbures : d'une part, la hausse du prix du pétrole, qui permet à des exploitations très coûteuses, du fait du froid, de la glace, de l'éloignement, de devenir rentable.

DES RISQUES POUR L'ENVIRONNEMENT

D'autre part, le changement climatique, qui devrait libérer des glaces de nombre de ces zones et faciliter leur exploitation.
Or c'est dans les régions polaires que le réchauffement est le plus sensible : dans les trente dernières années, la température moyenne au Groenland a augmenté de 1,5 ºC, soit deux fois plus que la moyenne mondiale, selon l'Institut météorologique danois.

Non loin du pôle Nord, les compagnies se préparent à forer dans les mers glacées.
Statoil commencera à produire du gaz, avec Total et Gaz de France, en 2007 à Snohvit, au large de Hammerfest, non loin du cap Nord.

En mer de Barents, plus à l'est, plusieurs compagnies attendent le feu vert russe pour exploiter le gisement de Stockman - "un projet énorme", dit-on chez Total, qui est présélectionné.

En Alaska, la Maison Blanche espère pouvoir ouvrir à l'exploitation un champ situé sur la côte nord, dans une réserve naturelle, tandis qu'au nord-ouest du Canada la mer de Beaufort recèle des gisements importants.

Mais ces projets d'exploitation soulèvent des problèmes écologiques importants : "Le froid, l'obscurité, le mauvais temps, la glace créent des conditions d'exploitation très risquées, dit Samanta Smith, responsable du programme arctique de l'association WWF. Or les technologies ne sont pas prêtes. Et l'environnement arctique est particulièrement fragile".

Des marées noires pourraient y avoir de graves conséquences. L'exemple de Sakhaline, dans l'extrême orient russe, en dessous du cercle polaire mais précurseur des exploitations arctiques, démontre combien il est difficile de produire du pétrole sans dégâts dans ces régions.

En Alaska, BP vient de reconnaître que plusieurs de ses puits laissaient fuir du pétrole et en a fermé une dizaine.
Hervé Kempf

Au fond, la folie des hommes n'a pas de limite et courre vers la destrction de son environnement jusqu'à son auto-destruction !
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 17:17

Il s'agit plutot d'adaptation. Etant donne l'inertie des phenomenes climatiques, ceux-ci ne vont que s'accroitre donc autant commencer a penser a la maniere dont on va vivre dans les annees futures que pleurer sur le lait renverse.

Savez-vous qu'en Terre-de-Feu les pages meteo a la television incluent un section sur la violence du rayonnement solaire? Selon le deplacement du trou de la couche d'ozone, il est parfois recommande de ne pas sortir sans une combinaison complete sous peine de graves brulures. Personellement, je ne peux m'empecher de rire. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 18:03

MESPHEBER dit :

Citation :

Savez-vous qu'en Terre-de-Feu les pages meteo a la television incluent un section sur la violence du rayonnement solaire? Selon le deplacement du trou de la couche d'ozone, il est parfois recommande de ne pas sortir sans une combinaison complete sous peine de graves brulures. Personellement, je ne peux m'empecher de rire.
Oui, je le savais ! Moi, ça ne me fait pas rire du tout ! Crying or Very sad

Ils ne font pas ça par "mode" ou "paranïa" écologique mais parcequ'il y a eu le cnstat de brulures graves malgré de faibles temps d'exposition. Donc, suivant le déplacement du trou dans la couche d'ozone (particulièrement présent dans l'hémisphère austral), les institutrices ont des consignes : elles permettent ou non aux enfants de sortir et décident s'ils doivent porter chapeaux, gants et manches longues ou bien s'ils peuvent se découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 18:09

MESPHEBER dit :
Citation :
Il s'agit plutot d'adaptation. Etant donne l'inertie des phenomenes climatiques, ceux-ci ne vont que s'accroitre donc autant commencer a penser a la maniere dont on va vivre dans les annees futures que pleurer sur le lait renverse.
Oui....Grande adaptation humaine à polluer d'avantage et accélérer le processus ainsi que la perspective de nouveaux conflits d'intérêts car avec l'épuisemùent des richesses, les combats seront de plus en plus apres
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 21:54

Oui, et comme c'est a peu pres ineluctable, autant s'y preparer. Tant que je suis en Pologne, personne ne veut que je lui ramene une AK-47? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 22:25

Mespheber a écrit:
.......... Tant que je suis en Pologne, personne ne veut que je lui ramene une AK-47? Laughing

C'est quoi une AK-47 ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 15 Aoû 2006, 23:32

C'est ca:


Et pour ceux qui crieraient au scandale de voir des ch'tits n'enfants avec une arme, cette statue varsovite a la memoire des petits soldats de l'insurrection de 1944. On remarquera la fidelite dans la reproduction du MP-40:

Mieux vaut prevenir que guerir. ;)
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 16 Aoû 2006, 11:05

Ca me laisse sans voix ! Oui, il y a un lien visible entre les peuples, entre les couleurs de peau, entre les cultures : celui de la souffrance !
Revenir en haut Aller en bas
Mespheber



Masculin Messages : 674
Inscription : 20/06/2006

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 16 Aoû 2006, 12:41

Jo a écrit:
Ca me laisse sans voix ! Oui, il y a un lien visible entre les peuples, entre les couleurs de peau, entre les cultures : celui de la souffrance !
Il y a aussi la AK 47, symbole de toutes les resistances a l'opresseur, de Saigon a Bagdad. Mr. Green

Ouais, la je pars en sucette... :oops:
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Sam 16 Sep 2006, 17:12

Plus de 'tit' bêtes = plus de fruits ni oiseaux = plus de vermine, plus de plancton = plus de poisson, quant aux ovins et bovins :
Citation :
Maladie de la langue bleue:
la migration d’un virus vers le nord

L e virus de la fièvre catarrhale, ou maladie de la langue bleue, responsable d’une épizootie en Hollande, en Belgique et en Allemagne, est originaire d’Afrique subsaharienne
, selon les résultats d’une analyse réalisée par l’Institut britannique de Pirbright et rendue publique aujourd'hui par la Commission européenne. C’est la première fois que cette maladie qui affecte les ruminants, le plus souvent des moutons, se manifestent dans le nord de l’Europe. Certains scientifiques suggèrent que l’augmentation des températures favorisent l’a remontée du virus vers le nord.

C’est en Hollande, le 14 août, que le premier cas de fièvre catarrhale a été détecté cette année. Depuis elle s’est étendue à plus de 40 fermes en Hollande, en Belgique et en Allemagne. Il n’existe pas de traitement efficace contre la maladie, généralement mortelle pour les ovins et les bovins. Dans certains cas elle provoque une cyanose qui lui a valu son surnom de maladie de la langue bleue. Son agent est un virus du groupe des réoviridés pour lequel 24 souches différentes ont été identifiées. Ce virus est transmis aux ruminants par la piqûre d’un moucheron du genre Culicoides.

Fréquente en Turquie, au Moyen-Orient ou en Afrique subsaharienne, la fièvre catarrhale était très rare en Europe avant 1998. En octobre 98 une épidémie s’est déclarée sur des îles grecques et s’est progressivement étendue aux autres pays du bassin méditerranéen, Bulgarie, Albanie, Bosnie-herzégovine, Serbie, Croatie, Italie, Sicile. L’épidémie a atteint la Corse en 2000.

Les analyses menées par le laboratoire de référence de Pirbright montrent que le virus isolé en Hollande est le sérotype 8, encore jamais rencontré en Europe. Ce sont les sérotypes 1, 2, 4, 9 et 16 qui circulent dans le sud de l’Europe. D’après la séquence génétique le virus serait d’origine sub-saharienne.

Plusieurs études montrent que la progression de la maladie est liée à l’extension du territoire de son vecteur, Culicoides imicola. selon un article publié en février 2005 par l‘équipe de Bethan Purse, de l’Institut pour la santé animale de Pirbright, les changements climatiques expliquent cette extension. Les très fortes températures enregistrées en juillet en Europe pourrait être à l’origine de l’épizootie en Hollande et dans les régions frontalières belges et allemandes.

Les recherches menées depuis 10 jours en Hollande ont permis de repérer plusieurs espèces de Culicoides mais pas le C. imicola. D’autres espèces, comme Culicoides obsoletus, pourrait jouer le rôle de vecteur. Pour l’instant le moucheron vecteur du virus n’a pas été formellement identifié.

Cécile Dumas
(28/08/06)
[url]
http://sciences.nouvelobs.com/sci_20060828.OBS9631.html [/url]
Revenir en haut Aller en bas
Chantecl
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 22 Sep 2006, 21:36

Ils roulent au bio-carburant... en toute illégalité : les communes de Villeneuve-sur-Lot ont décidé de continuer l'expérimentation du biocarburant sur leurs camions poubelles. Leurs camions sont donc alimentés à... l'huile de tournesol. L'ennui, c'est que ça fait de ces conducteurs des hors-la-loi. Pourquoi ? Parce que ce carburant n'est pas taxé.
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Ven 22 Sep 2006, 21:50

Citation :
L'ennui, c'est que ça fait de ces conducteurs des hors-la-loi

......et puis, àcequi parait.....Ca sent la fritte ! :?

Mais bravo aux "révolutionnaires" écologiques ! bounce salut
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 26 Sep 2006, 14:00

Il semblerait que je sois la seule "écolo" du forum ! :? ......Et pourtant, qui sait ce qui nous attend prochainement ! affraid



La température terrestre atteint un record (Publié le 26/09 à 09:28)
Dans les 30 dernières années, la température terrestre a atteint son plus haut niveau depuis près de 12.000 ans

Durant cette période, le thermomètre du globe a grimpé de 0,2 degré Celsius par décennie, selon une étude publiée lundi par des chercheurs américains dont un climatologue réputé de la Nasa.

Nous nous trouvons désormais à environ un degré Celsius du maximum enregistré depuis près d'un million d'années, ce qui commence à affecter la faune et la flore.

Un cri d'alarme

Les travaux dirigés par James Hansen, de l'institut Goddard de la Nasa, ont été publiés dans les annales de l'Académie nationale américaine des Sciences. "Cette montée du thermomètre fait que la Terre connaît la température la plus chaude de la période inter glaciaire actuelle qui a débuté il y a environ 12.000 ans", a souligné le climatologue.

"Les indices laissent penser que nous approchons de niveaux de pollution humaine dangereux" alors que les gaz à effet de serre comme le C02, le dioxyde de carbone, constituent, depuis ces dernières décennies, la principale cause du changement climatique, a mis en garde ce climatologue.

"Si le réchauffement atteint au total deux ou trois degrés Celsius, nous verrons probablement des changements qui feront de la Terre une planète différente de celle que nous connaissons."

"La dernière fois que la planète était aussi chaude au milieu du Pliocène, il y a environ trois millions d'années, le niveau des océans était environ 25 mètres au-dessus de celui d'aujourd'hui, selon les estimations", a souligné le climatologue de l'agence spatiale américaine.

Migrations vers le Nord
Les auteurs de cette recherche ont rappelé qu'un rapport publié en 2003 dans la revue scientifique britannique Nature montrait que 1.700 variétés de plantes et d'espèces d'animaux et d'insectes avaient migré vers le pôle nord à un rythme moyen de 6 km par décennie au cours de la dernière moitié du 20e siècle.

Le réchauffement est plus prononcé en allant vers l'Arctique: la fonte des glaces et des neiges y met à nu le sol et les roches plus sombres qui absorbent de ce fait davantage la chaleur du soleil, amplifiant le phénomène.

En revanche, les océans se réchauffent moins vite grâce aux échanges thermiques avec les eaux froides en profondeur.

http://info.france2.fr/monde/24601846-fr.php
Revenir en haut Aller en bas
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 26 Sep 2006, 14:43

jo a écrit:
Il semblerait que je sois la seule "écolo" du forum ! :? ......Et pourtant, qui sait ce qui nous attend prochainement ! affraid


Mais non, Jo ; il y a eu manuel, Mespheber, et d'autres encore.

Moi, je n'ai rien dit mais je suis ici en Bretagne avec une de mes fillesqui est maraîchère bio. Et son compagnon est encore plus radical qu'elle : pas de viande, toilettes sèches, phyto-épuration et tout le toutim. On a tout de même chacun notre voiture (on ne peut pas être parfait !)

Nous sommes de cette petite minorité qui essaie de ne pas se laisser emporter dans le maëlstrom de la société de consommation.

Quand viendra la catastrophe, nous aurons appris à survivre en quasi autarcie, ce qui ne nous empêchera sans doute pas d'être emporté par la vague.

Qui vivra verra !
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 26 Sep 2006, 17:46

Ce qui me fait relativiser, c'est l'étude sur un long temps des immenses variations du climat.

Il y à 10 000 ans, on passait à pieds entre l'Angleterre et le Bretagne tellement il faisait froid et la mer était basse.

Il y a 1000 ans, le Goenland était peuplé et vert.

Aujourd'hui, il est encore glacé.

Cela fait penser...

Ce qui fait disparaître les espèces, ce n'est pas tant le réchauffement climatique (la terre est habituées aux variations et les mammouths y ont toujours survecu) que la pression du peuplement humain des campagnes, et la convoitise humaine sur la nature.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
lagaillette



Messages : 4121
Inscription : 26/07/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 26 Sep 2006, 22:40

Code:
Il y a 1000 ans, le Goenland était peuplé et vert.

En l'an 1.006, sous le règne de Robert II le Pieux 996 – 1031, successeur de Hugues Capet 987 – 996 ?
Revenir en haut Aller en bas
http://membres.multimania.fr/jeanpierremouvaux/
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 27 Sep 2006, 04:11

Sous Eric le Rouge, Viking...

Citation :
Eric le Rouge (Eirik Raudé), colonisateur du Groenland, mort après l'an 1007

http://www.cosmovisions.com/Eirik.htm

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 18:45

Arnaud Dumouch a écrit:
Sous Eric le Rouge, Viking...

Citation :
Eric le Rouge (Eirik Raudé), colonisateur du Groenland, mort après l'an 1007

http://www.cosmovisions.com/Eirik.htm

Le changement climatique était naturel, Arnaud, contrairement à celui qu'on vit qui aura des conséquences pour notre survie :

Citation :
.......De l'Alaska au nord, à la Patagonie au sud, c'est tout le continent américain qui est concerné. Mais pas seulement. En Afrique de l'Est, les célèbres neiges éternelles du Kilimandjaro fondent. Et dans les Alpes et l'Himalaya, les changements sont frappants.

"Sur les sommets himalayens, le rythme auquel les glaciers reculent est alarmant", constate le scientifique indien Rajendra Pachauri, qui dirige le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), un réseau d'experts parrainé par l'ONU. "Et ce n'est pas un exemple isolé. J'ai vu des photos du Kilimandjaro prises il y a 50 ans et aujourd'hui: on voit la différence."

Des preuves accablantes pointent du doigt le réchauffement du climat lié à l'activité humaine. Cette élévation des températures devrait se poursuivre tant que les gaz à effet de serre, essentiellement le dioxyde de carbone, s'accumuleront dans l'atmosphère.

Une étude internationale menée en novembre a conclu que les températures hivernales avaient grimpé de 4 degrés sur une période de 50 ans dans l'Arctique, où la banquise ne cesse de reculer.

Dans le même temps, la mer monte, grignotant le rivage d'îles du Pacifique, alors que les océans se dilatent sous l'effet du réchauffement et de l'écoulement d'eau douce provenant de la fonte des glaces du Groenland et d'autres régions.

Des milliers de glaciers, notamment dans la région de l'Himalaya, rétrécissent. Dans l'ouest de la Chine, où l'eau provenant de leur fonte a créé une nouvelle rivière. Dans les Alpes italiennes, la couche de glace a fondu de 10% durant la canicule qui a frappé l'Europe en 2003, et pourrait s'évaporer totalement d'ici 20 à 30 ans.

Sur toute la planète, le phénomène pourrait à terme compromettre l'approvisionnement en eau de régions entières pour la consommation humaine, l'agriculture et l'électricité. Au Pérou, 70% du courant est généré par des barrages hydroélectriques exploitant l'eau de la fonte des glaces andines... qui pourrait se tarir en grande partie d'ici dix ans, selon les autorités.

Les glaciers, ces "châteaux d'eau du monde", sont le signe le plus visible que nous sommes dans la première phase du réchauffement de la planète, prévient Lonnie Thompson, éminent glaciologue de l'université de l'Ohio

Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 19:01

Citation :
Sur toute la planète, le phénomène pourrait à terme compromettre l'approvisionnement en eau de régions entières pour la consommation humaine, l'agriculture et l'électricité.

Chère Jo,

Je vais vous énerver. Mais après tout. C'est le débat...

"Pourrait"...

Ces documents, toujours présenté du côté catastrophisme, oublient les données positives venant du passé:

Exemple: D'immenses terre comme la Sibérie, POURRAIENT devenir cultivables et colonisables.

L'évaporation venant de la quantité de chaleur, cela pourrait aussi faire apparaître un monde globalement soumis à davantage de pluies, donc de récoltes.

A l'inverse, un refroidissement climatique POURRAIT provoqué la perte d'immenses terres en Sibérie, et faire refleurir le Sahara.

Bref, il faut regarder le positif et le négatif. L'homme étant intelligent, il devra S'ADAPTER, comme il l'a toujours fait.

Que ce rechauffement vienne de l'homme, c'est positif: l'homme peut donc le voir, le prévoir, le contrôler.

Mieux vaut cela qu'un brutal réchauffement, incontrôlable, venant du soleil. Vous ne trouvez pas?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 19:34

Entre éléments que vous oubliez (parlons déjà de la France) :

Plus de glaciers = rivières et fleuves à sec = manque d'eau potable + barrages électriques déficients = mauvaise irrigation récoltes

Ajoutez à ça, bien sur, sécheresse, donc défaut de précipitations

Ajoutez que la disparition des insectes et oiseaux feront que les fruits ne seront plus pollénisés et disparaitront....

Citation :
Le jeudi 28 septembre 2006
La fonte du Nord s'accélère

François Cardinal

La Presse


En seulement une semaine, près d'une demi-douzaine d'études scientifiques ont conclu à une fonte précoce des glaces du Grand Nord. Et cette conséquence directe des changements climatiques n'épargne pas le Québec.

Les scientifiques sont catastrophés: leurs prévisions pessimistes ne l'étaient finalement pas assez. L'Arctique se réchauffe à la vitesse grand V, la glace permanente fond à vue d'oeil et les ours blancs se noient... lorsqu'ils ne sont pas occupés à s'entre-dévorer.


«Les bouleversements sont si rapides que ce qu'on attendait pour 2050 pourrait survenir aussi vite qu'en 2020
, note Yves Bégin, directeur du Centre d'études nordiques de l'Université Laval. Les prédictions les plus pessimistes se réalisent.»

En un peu plus de sept jours, au moins cinq études scientifiques ont fait état d'une fonte accélérée des glaces nordiques, de l'Alaska au Groenland en passant par le Québec. Elles soutiennent toutes que l'homme est le grand coupable de cette agitation climatique.

Est-ce le canari dans la mine, le signe avant-coureur de troubles planétaires? «Tout regarde dans cette direction», se désole M. Bégin, une sommité dans son domaine.

Une étude de la NASA publiée mardi dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences révèle ainsi que la température globale des 30 dernières années a été la plus élevée depuis près de 12 000 ans, conséquence directe de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

«Les indices laissent penser que nous approchons de niveaux de pollution humaine dangereux
, a noté James Hansen, de l'Institut Goddard de la NASA. Si le réchauffement atteint au total deux ou trois degré Celsius (elle a augmenté de 0,6 degrés à ce jour), nous verrons probablement des changements qui feront de la Terre une planète différente de celle que nous connaissons.»

L'albédo...

Le Grand Nord est à la fois précurseur et responsable de cette situation. Le réchauffement de la planète a en effet d'abord été observé dans l'hémisphère nord. Or cette région a un rôle de régulateur de la température de la Terre: son réchauffement accélère le réchauffement du reste du monde.

«L'Arctique a une très grande importance dans le climat de la planète en raison de l'albédo terrestre, c'est-à-dire la réflexion de la lumière par la glace, indique M. Bégin. Cela entraîne un effet domino: moins de glace, moins d'effet réfléchissant, plus d'accumulation de chaleur et ainsi de suite.»

Il y a quelques jours, une autre étude de la NASA concluait d'ailleurs à une accélération de la fonte de l'Arctique. On notait qu'il n'était plus nécessaire d'attendre une décennie, comme avant, pour observer l'amincissement de la glace. Une seule année suffit pour voir des changements sur terre et sur mer. Du jamais vu depuis les premières observations faites en 1978.

Sur terre, on a constaté qu'au cours des 25 dernières années, la calotte glaciaire est passée de 7,5 millions à 5,5 millions de km2, selon Louis Fortier, ancien directeur d'ArcticNet, groupe de recherche qui étudie les impacts des changements climatiques dans l'Arctique côtier.

Et sur mer, les changements sont encore plus frappants: les chercheurs ont soutenu en 2004 que l'océan Arctique pourrait être libre de glace pendant quelques semaines d'ici la fin du siècle. Il s'agirait d'une première depuis plusieurs millions d'années.

Le problème, c'est que cette prédiction, contenue dans l'Arctic Climate Impact Assessment, était trop optimiste...

«Toutes les mesures montrent que l'amincissement va plus vite que prévu, précise Louis Fortier. C'est alarmant, car cela confirme que la banquise (la glace qui se forme sur l'eau) pourrait disparaître bientôt. Certains chercheurs croient même que l'océan Arctique pourrait être libre de glace dès 2011. Mais moi, ça m'effraie tellement que je préfère dire 2015...»

Passage du N.-O.


Une étude indiquait d'ailleurs la semaine dernière que des satellites européens ont constaté l'ouverture récente du mythique passage du Nord-Ouest, une région convoitée pour le transport maritime. Le régime minceur de la calotte glaciaire fut si vigoureux cet été que de 5 à 10 % de la glace permanente (celle qui ne fond habituellement pas l'été) a été fracturée sous l'effet des tempêtes.

Si la fonte de la glace n'est pas nouvelle, c'est la première fois qu'elle se fracture jusqu'au pôle Nord géographique sous le seul effet de la houle et du vent, notaient alors les chercheurs de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Enfin, deux autres études dévoilées ces derniers jours confirment que ce réchauffement se fait d'un bout à l'autre de l'Arctique canadien. Dans la revue Nature, deux chercheurs de l'Université du Colorado soutiennent que d'avril 2004 à avril 2006, la calotte glaciaire du Groenland a fondu deux fois et demi plus vite que les années précédentes.

Et deux glaciologues de l'Université Alaska Fairbanks ont observé que la plupart des glaciers du sud-est de l'Alaska s'amenuisent deux fois plus vite qu'on ne le croyait. Pis encore, ils ont constaté la fonte de 95 % des glaciers de cette région.

Tensions à l'horizon...


Les changements climatiques viennent avec leur lot d'impacts. Et l'un d'entre eux sera fort probablement la remise en question de la souveraineté du Canada dans l'Océan arctique.

La possibilité de voir très prochainement le passage du Nord-Ouest libre de glace fait craindre le pire pour certains observateurs. La souveraineté du Canada sera en effet mise à rude épreuve par le passage fréquent des bateaux qui relieront l'Europe à l'Asie.

Les transporteurs maritimes salivent déjà à l'idée de court-circuiter le canal de Panama et ainsi profiter de trajets beaucoup moins longs et donc moins coûteux. C'est précisément ce que leur permettra la disparition d'obstacles naturels

Or bien que le Canada jouisse d'une certaine domination sur les îles de l'archipel, sa souveraineté sur les eaux maritimes est contestée par les États-Unis et l'Europe. Le Canada, soutiennent ces deux importants blocs, n'a pas droit de regard sur les activités maritimes dans la région.
http://www.lapresse.ca/article/20060928/CPSCIENCES/609280748/5527/CPSCIENCES
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 20:01

Cher Jo,

Localement, il arrive que les changements climatiques aient de graves conséquences.

Mais vous oubliez L'HOMME et son intelligence, sa capacité de gérer le paysage. Les Israëlien ont fait de leur désert une terre verte. Les Saoudiens commencent à le faire en désallant la mer.


Citation :
Plus de glaciers = rivières et fleuves à sec = manque d'eau potable + barrages électriques déficients = mauvaise irrigation récoltes

Pourquoi ? Les fleuves de l'Irak sont ils à sec ? Pourtant ils n'ont pas de glaciers...

Citation :
Ajoutez à ça, bien sur, sécheresse, donc défaut de précipitations

Sur l'Europe occidentale, le rechauffement peut aboutir, selon les modèles à quatre hypothèses :
1° Stabilité du climat grâce au Gulf stream.
2° Glaciation par l'arrêt du Gulf stream.
3° Climat méditéranéen comme en Italie du sud
4° Davantage de précipitation grâce à l'augmentation des évaporations.

Citation :
Ajoutez que la disparition des insectes et oiseaux feront que les fruits ne seront plus pollénisés et disparaitront

Pourquoi disparition ? Migration, remontée vers le Nord. Ce qui tue les insectes, ce sont les pesticides, pas le rechauffement.

Sinon la terre serait vide depuis les millions d'années que le climat varie.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 20:21

Citation :

Pourquoi disparition ? Migration, remontée vers le Nord. Ce qui tue les insectes, ce sont les pesticides, pas le rechauffement.
Bein, c'est ça le problème : l'action humaine qui n'existait pas il y a 1000 ans.

Ici, quand on entend un oiseau, on se précipite pour le voir tellement ça devient rare. Quelqun m'a rapporté qu'une mamy s'est extasiée daons le parc où elle se trouvait, en entendant un chant d'oiseau "oh ! -aurait-elle dit- comme c'est beau ! Il y avait longtemps que je n'en n'avais pas entendu !"

Et relisez les messages de N.D de tous les peuples, ça correspond tout à fait :

http://www.de-vrouwe.net/french/index.html?introduction.htm
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 20:32

C'est pour cela que je suis pour certains OGM, pour la lutte écologique contre les insectes ravageurs des cultures afin que les produits phytosanitaires, qui détruisent la biodiversité, puissent enfin disparaître.

Sans compter leurs effets sur la fécondité des occidentaux.

L'écologie ne doit pas être une idéologie prônant le retour à la bougie mais une science humaine favorisant les progrès technologiques, la miniaturisation des techniques, leur caractère moins coûteux en énergie et en polluants.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Jeu 28 Sep 2006, 20:54

Arnaud Dumouch a écrit:
C'est pour cela que je suis pour certains OGM, pour la lutte écologique contre les insectes ravageurs des cultures afin que les produits phytosanitaires, qui détruisent la biodiversité, puissent enfin disparaître.

Sans compter leurs effets sur la fécondité des occidentaux.

L'écologie ne doit pas être une idéologie prônant le retour à la bougie mais une science humaine favorisant les progrès technologiques, la miniaturisation des techniques, leur caractère moins coûteux en énergie et en polluants.

De fait ! Quand je vois la rapidité avec laquelle la planète meure et la leuteur avec laquelle on se penche sur l'écologie... ! Le Danemark est pionnier en la matière. Leurs maisons s'auto-gèrent complètement en chauffage solaire et eau potable. Les particuliers construisent des éoliennes dans leurs jardins dont ils revendent l'énergie à l'état. Ici, c'est impossible : barrages administratifs
Revenir en haut Aller en bas
jo zecat
Invité



MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mar 03 Oct 2006, 23:32

Ozone: pas d’amélioration au-dessus de l’Antarctique


Le ‘’trou’’ dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique s’étend sur 28 millions de km2 en ce début de mois d’octobre, selon les estimations de l’Agence spatiale européenne (ESA). La couche protectrice a perdu 40 millions de tonnes cette année, dépassant les pertes records de 39 millions enregistrées en 2000, d’après les mesures réalisées par le satellite Envisat. Quant à l’épaisseur de la couche d’ozone, elle est proche de celle enregistrée en 1998, année tristement record pour le trou dans la couche d’ozone.

C’est au pôle Sud que la couche d’ozone stratosphérique s’est le plus amincie sous l’effet des produits chimiques néfastes, comme les CFC, issus de l’activité humaine. Le protocole de Montréal adopté en 1987 organise la suppression progressive de tous les polluants qui détruisent la couche d’ozone mais la récupération est longue, surtout au-dessus de l’Antarctique.

Durant chaque hiver austral les basses températures de la stratosphère favorisent la formation de nuages contenant du chlore. L’hiver 2006 a été particulièrement froid en Antarctique, explique Claus Zehner, de l’ESA. Avec le retour des rayons de soleil au printemps (l’automne dans l’hémisphère nord) le chlore est dégradé en molécules très réactives qui détruise l’ozone. C’est donc entre octobre et novembre que le ‘’trou’’ atteint son maximum annuel.

De son côté la NASA surveille aussi l’extension du trou de la couche d’ozone et devrait prochainement publier ses données pour 2006.

D’après un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) publiée en août dernier, la convalescence de la couche d’ozone sera plus longue qu’on ne pensait il y a quelques années. En Antarctique, la couche d’ozone ne devrait pas être reconstituée avant 2065, au lieu de 2050.
http://sciences.nouvelobs.com/sci_20061003.OBS4412.html
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80872
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE   Mer 04 Oct 2006, 06:08

Chère Jo,


Les Partis écologistes oublient toujours de mentionner que l'ozone est formé en permanence PAR LE RAYONNEMENT SOLAIRE qui frappe l'oxygène des hautes couches de l'atmosphère.

Or, par définition, le soleil est faible et rasant aux pôle, et même inexistant durant tout l'hiver (nuit polaire de six mois). Il est donc NORMAL qu'il n'y ait pas d'ozone au pôles...

Il était donc normal que le trou de l'ozone ait été découvert, comme par hasard, le jour où on l'a cherché.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ECOLOGIE - BIO-DIVERSITE
» Ecologie et spiritualité
» Ecologie, humanisme et anthropocentrisme
» Ecologie, Ecologie.. quand tu nous tiens...
» Plpa biologie ecologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives: Société, Politique-
Sauter vers: