DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 mères porteuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fée Violine

avatar

Féminin Messages : 1359
Inscription : 03/08/2006

MessageSujet: mères porteuses   Lun 07 Aoû 2006, 22:28

extraits d'un dossier sur la bioéthique, dans la revue "La Vie" en 2005 :

interview de Sylviane Agacinski, philosophe :

- A rebours de certaines féministes qui voient dans le recours aux mères porteuses le stade ultime de leur libération, vous parlez d'"aliénation". Pourquoi ?
- Parce que la libération des unes, celles qui pourraient utiliser une mère porteuse, se solde par l'aliénation des autres. D'un côté, des utilisatrices, de l'autre, des instruments. Que ce soit comme génitrices, dans la famille patriarcale, ou pire comme prostituées, les femmes ont souvent été réduites à servir des intérêts masculins, ou même féminins, avec l'usage des nourrices, par exemple. La libre disposition du corps repose sur le principe que chacun est son corps. Juridiquement, la personne est reconnue comme un tout et c'est pourquoi, même si j'y trouvais un certain bénéfice, je n'aurais pas le droit de vendre mes organes, ni de me vendre moi-même (je laisse ici de côté la question du don, qui est différente). Ceux que n'effraie pas le commerce des ventres souhaitent-ils aussi qu'on puisse vendre son sang ou ses organes ? Surtout : la marchandisation du corps entraîne celle de l'enfant qui s'y développe. Nous sommes là face à un problème de civilisation.

- Au-delà de l'aspect marchand, vous vous élevez contre l'idée de réduire la grossesse à une simple fonction mécanique, la gestation.
- Effectivement, et à une maternité où l'enfantement est divisé en différentes opérations biologiques (fécondation, implantation, gestation). Que les médecins et les biologistes fassent ces divisions est une chose ; qu'on veuille y voir des fonctions attribuables à des personnes différentes en est une autre. Porter un enfant transforme l'existence d'une femme, dans ce qu'elle a de plus intime physiquement et moralement. Considérer la gestation comme une fonction partielle effectuée par une "mère partielle", c'est faire de la femme une ouvrière, un simple outil pour les commanditaires de l'enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Mar 08 Aoû 2006, 13:44

On ne peut que souscrire, chère Dominique, à une telle analyse. Le corps humain n'est ni un instrument ni une valeur marchande, en effet ; ce serait l'avilir. La fin ne justifie jamais les moyens : si on prétend porter l'enfant d'une autre "par amour" ou par compassion, on se trompe ; on oublie le plus grand bien de l'enfant, on le verra ci-après.

Sylviane Agacinski a dit : "Porter un enfant transforme l'existence d'une femme, dans ce qu'elle a de plus intime physiquement et moralement." Et spirituellement!!

Dieu donne la vie, et la femme la porte et lui permet d'éclore... Cette transmission est le fruit d'une cohabitation intime de neuf mois entre la mère et son foetus : tous les liens créés sont autant de repères et d'apprentissages pour le nouveau-né ; comment peut-on, alors, envisager de perturber l'enfant au point de le couper de toutes ces connaissances si intimes? Et qui osera affirmer que la mère biologique ne ressent rien à la perspective de se séparer de ce fruit de sa chair et des liens déjà tissés??

Un tel traumatisme est bien réel, tant pour la mère que pour l'enfant, lequel, quoi qu'on en dise, ressent cette échéance proche à travers l'inquiétude de sa mère, et l'assimile comme un élément déstabilisant ; n'en doutons pas, l'enfant est déjà "marqué" par l'épreuve (voulue)...

Le corps de la femme et son être tout entier sont engagés, dans la maternité : le rôle de mère I love you est d'une haute valeur, la plus noble qui soit ; ne le réduisons pas à un commerce sordide!

Et je ne mets qu'au second plan, ici, le fait de n'être plus en harmonie héréditaire avec ses parents (toute sa famille), ou celui de perturber l'ordre des générations (autre grave problème : don d'ovules ou de sperme)...!! affraid
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais

avatar

Masculin Messages : 9613
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 09:11

Fanny a écrit:
si on prétend porter l'enfant d'une autre "par amour" ou par compassion, on se trompe ;

En effet Fanny. C'est plutôt de l'égoïsme à l'état pur.
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 15:29

Je ne suis pas d'accord. Il faudrait d'abord demander aux mères porteuses qui ont fait cette expérience. Je pense que cette grossesse a bouleversé leur vie, et que l'amour tourné vers autrui s'est développé en elles. I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:15

Et l'enfant dans l'histoire?
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:28

Clotilde a écrit:
Et l'enfant dans l'histoire?
Ben l'enfant reçoit deux fois plus d'amour, et rien ne prouve qu'un quelconque problème psychologique se développera dans sa croissance.

Enfin, pour la mère porteuse je ne vois pas où est le problème. Cela peut-être un don merveilleux de porter un enfant et de donner naissance, autant que si c'est son propre enfant. Ce peut être un don de soi pour autrui, un acte de pure charité.

Il peut y avoir plusieurs cas de figure pour la mère porteuse
- ne cherche que le profit et restera insensible au sentiment de ressentir l'enfant en elle-même (très rare selon moi)
- cherche le profit au départ, mais découvre un amour inconnu jusque là
- sait par avance le bonheur qu'elle va vivre pour elle-même, qu'elle va donner à la mère biologique, et à l'enfant à naître
- est entousiaste d'aider une mère et un enfant, mais n'avait pas prévu les difficultés de la grossesse et les douleurs de l'enfantement
...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:36

Fanny a écrit:
tous les liens créés sont autant de repères et d'apprentissages pour le nouveau-né ; comment peut-on, alors, envisager de perturber l'enfant au point de le couper de toutes ces connaissances si intimes? Et qui osera affirmer que la mère biologique ne ressent rien à la perspective de se séparer de ce fruit de sa chair et des liens déjà tissés??

Un tel traumatisme est bien réel, tant pour la mère que pour l'enfant, lequel, quoi qu'on en dise, ressent cette échéance proche à travers l'inquiétude de sa mère, et l'assimile comme un élément déstabilisant ; n'en doutons pas, l'enfant est déjà "marqué" par l'épreuve (voulue)...
Chère Fanny

Aucune étude médicale ou psychologique ne prouve ce que vous dîtes. L'avenir nous le dira, mais dans la vie il y a des épreuves infiniment pires que celle-ci. Je crois profondement qu'il faut considérer tous les êtres comme nos propres enfants chéris, et dans ce cas tous se passe pour le mieux. I love you
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:40

Louis a écrit:
Ben l'enfant reçoit deux fois plus d'amour, et rien ne prouve qu'un quelconque problème psychologique se développera dans sa croissance.

L'enfant reçoit deux fois plus d'amour? Shocked C'est-à-dire?

Est-ce à dire que les autres en reçoivent moins parce que n'ayant pas été porté par une femme puis donné à une autre?

De plus je vois difficilement comment un abandon peut ne pas avoir de répercussion sur le développement de l'enfant...? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:43

Louis a écrit:
Aucune étude médicale ou psychologique ne prouve ce que vous dîtes.

alors là, Louis, je trouve que vous vous avancez un peu... Exclamation Françoise Dolto a démontré de façon flagrante les liens qui se créé entre la mère et l'enfant dés sa conception.

Et s'il n'y pas d'études qui le démontrent comme vous l'affirmez, il n'y en pas non plus qui le nient...!
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:47

Clotilde a écrit:
De plus je vois difficilement comment un abandon peut ne pas avoir de répercussion sur le développement de l'enfant...? scratch
Si l'enfant passe d'un amour à un autre sans interruption, je ne crois pas qu'on peut parler d'abandon. Seul l'amour compte.

Bon j'arrête de parler de ça car je préférerais entendre les témoignages de femmes ayant vécu cela, et puis connaître la vie de ces enfants et leurs points de vue.

Par contre un livre de Sylviane Agacinski "MÉTAPHYSIQUE DES SEXES" semble très interessant. Dommage que je n'ai pas le temps de le lire, déjà 6 gros bouquins en cours de lecture. study

RÉSUMÉ DU LIVRE

Les grands mythes chrétiens dessinent une histoire des sexes. En philosophie, en théologie, les grands textes fondateurs font le récit d'une vision masculine de l'histoire : la femme diffère de l'homme, jamais l'inverse. Comme si le point de vue viril était l'unique et l'universel - tandis que la femme demeure toujours l'autre, le genre différent. 'Il n'y a ni mâle ni femelle', écrit pourtant saint Paul. Le christianisme aurait-il l'ambition de renverser la 'fatalité' de la condition sexuée ? Paul poserait-il ici les fondements d'un universalisme chrétien en annonçant l'égalité des sexes ? Sylviane Agacinski montre au contraire que, comme dans la philosophie grecque, la pensée chrétienne des premiers siècles identifie l'esprit et l'intellect à l'homme, la chair et le péché à la femme.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Ven 11 Aoû 2006, 22:53

Louis a écrit:
Si l'enfant passe d'un amour à un autre sans interruption, je ne crois pas qu'on peut parler d'abandon. Seul l'amour compte.

mais il y a forcément interruption puisque cette mère qui porte n'aime pas son enfant au point de l'éléver, n'aime pas son enfant pour lui mais pour la satisfaction pécunière qu'elle peut éventuellement en retirer et pour la satisfaction égoïste de la femme pour laquelle elle a accepté de le porter.

Un abandon, surtout pour un tout petit, est toujours un traumatisme par rapport justement à ces liens innés qui se créent automatiquement avec la mère.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais

avatar

Masculin Messages : 9613
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 09:34

Louis a écrit:


Chère Fanny

Aucune étude médicale ou psychologique ne prouve ce que vous dîtes. L'avenir nous le dira,

Te rends-tu compte Louis que ton raisonnement se limite à une simple expérience ? Combien d'enfants et de mères malheureuses produiront-elles en attendant un hypothétique résultat qui in fine ne servira qu'à élaborer des statistiques? Je récuse ton argument. Un enfant n'est pas un jouet, et un femme pas davantage un marsupial.

Louis a écrit:
mais dans la vie il y a des épreuves infiniment pires que celle-ci.

Et à ce titre, tu estimes légitime de cautionner ces pratiques qui inévitablement causeront des traumatismes. J'ai du mal à suivre ta psychologie.

Louis a écrit:
Je crois profondement qu'il faut considérer tous les êtres comme nos propres enfants chéris, et dans ce cas tous se passe pour le mieux. I love you

Ben une fois qu'ils sont là, il n'y a pas d'autre conduite possible pour un chrétien croyant. Mais encore une fois, je ne peux pas me résigner à ce que les enfants soient considérés comme animal de compagnie. Il y a des milliers d'enfants à adopter.
Bien que Françoise Dolto se soit lourdement trompée dans certaines de ses analyses, je suis néanmoins d'accord avec l'explication de Clotilde quant aux liens affectifs et amoureux entre l'enfant et sa mère, fût-elle "porteuse". Ce sont des liens de chair.
Revenir en haut Aller en bas
spidle33

avatar

Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 10:16

Cher Louis,
tout comme Ecossais, je vous trouve un peu leger dans vos analyses.
Comment peut-on cautionner en effet cela si on n'en mesure pas les consequences pour l'enfant. Votre attitude est plutot celle de celui qui a defaut de prouver le traumatisme s'accorde a dire qu'il n'y en a pas.

Demandez donc aux femmes enceintes si aucun lien ne se cree pdt la grossesse... Je pense bien qu'elles sont tres peu a repondre OUI.

Quant a dire que l'enfant recoit 2 fois plus d'amour, je me demande bien comment se passe ce genre de calculs. Peut-etre que l'amour grandit avec le nombre de traumatisme... Rolling Eyes Rolling Eyes

En definitive, je suis d'accord pour dire qu'inconsciemment ou non, le choix de la mere porteuse est plutot egoiste que "plein d'amour".
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Loup Ecossais

avatar

Masculin Messages : 9613
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 10:25

Louis a écrit:


Par contre un livre de Sylviane Agacinski "MÉTAPHYSIQUE DES SEXES"

Déjà le titre est une erreur. Ce qui est méthaphysique n'a pas de rapport avec le sexe. Je ne crois pas que le sexe soit quelque chose d'abstrait. En tant qu'êtres humains, nous sommes sexués.

Code:
RÉSUMÉ DU LIVRE

Les grands mythes chrétiens dessinent une histoire des sexes. En philosophie, en théologie, les grands textes fondateurs font le récit d'une vision masculine de l'histoire : la femme diffère de l'homme, jamais l'inverse.

C'est en effet une erreur. L'homme et la femme sont différents physiologiquement et physiquement. Cela dit, ils sont complémentaires et non pas de sexe opposé comme la pensée moderne s'acharne à le faire accepter.

Code:
Il n'y a ni mâle ni femelle', écrit pourtant saint Paul.


Oui. Et il a raison. La confusion provient d'une lecture et d'une interprétation littérale du deuxième récit de la Genèse. "Mâle et femelle il les créa" dit le premier récit. Ce qui signifie pour moi que "l'Homme primordial" était androgyne.

Code:
Le christianisme aurait-il l'ambition de renverser la 'fatalité' de la condition sexuée ?

Une interprétation très personnelle de l'auteur. Le mot "fatalité n'a pas sa place dans cette analyse. A moins de se placer sur plan strictement physique. Le fait que nous soyons sexués est une conséquence dont la cause originelle est la chute.

Code:
Paul poserait-il ici les fondements d'un universalisme chrétien en annonçant l'égalité des sexes ?


Certainement. Mais pas au sens moderne. St Paul se place en la circonstance sur un plan spirituel et non pas matériel ou physique. Quant au "fondement d'un universalisme chrétien", voilà encore une erreur d'interprétation. Les mots ont un sens précis. Or Universel signifie "CATHOLIQUE" et pas autre chose. "Universel" n'est donc pas le mot qui convient pour accréditer les propos de l'auteur.

Code:
Sylviane Agacinski montre au contraire que, comme dans la philosophie grecque, la pensée chrétienne des premiers siècles identifie l'esprit et l'intellect à l'homme, la chair et le péché à la femme.

L'auteur a raison sur ce point. Explique-t-il les raisons qui ont conduit à ce constat?
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 14:40

spidle33 a écrit:
Demandez donc aux femmes enceintes si aucun lien ne se cree pdt la grossesse... Je pense bien qu'elles sont tres peu a repondre OUI.
Vous m'avez mal lu. Je suis d'accord sur ce point.

Clotilde a écrit:
Françoise Dolto a démontré de façon flagrante les liens qui se créé entre la mère et l'enfant dés sa conception.
Je crois justement que le coeur du problème ce sont ces fameux LIENS que vous citez tous les deux. Voulez-vous bien préciser?

Ces liens sont-ils de l'amour? de l'attachement égoiste? une projection de ses propres désirs? des désirs conditionnés par l'éducation, les désirs des parents et de la famile et de la société? un instinct maternel? (j'ai encore toute une liste si vous voulez Laughing )
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Loup Ecossais

avatar

Masculin Messages : 9613
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 18:03

Louis a écrit:
un instinct maternel?

Les animaux ont un instinct. Les femmes ont une "Fibre" maternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Sam 12 Aoû 2006, 22:33

Cher Louis, les recherches en matière de vie intra-utérine ont beaucoup progressé. Les éléments ci-dessous sont extraits des très riches archives du site de arte-tv.com Je n'en cite qu'un tout petit bout, et il en est de bien plus étonnants! (j'ai vu de nombreux documentaires sur le sujet)


La vie avant la naissance
L'Aventure Humaine
Interview de Ludwig Janus


Ludwig Janus, médecin psychanalyste et psychothérapeute à Heidelberg, enseigne à l’Institut de Psychanalyse de Francfort. Ses nombreuses publications sont en grande partie consacrées à la psychologie prénatale et à la psychohistoire.
ARTE : Dans le documentaire « Avant de naître » (diffusé le 13.05.2005 sur Arte), vous décrivez le ventre maternel comme étant une « salle de classe originelle ». Comment se passe l’apprentissage in utero ?

Ludwig Janus : Les schémas de comportement – physiologiques et émotionnels – et de perception se forment pendant la grossesse. Avant la naissance, le fœtus vit dans l’environnement maternel physique et psychique. Ses organes se développent, ce qui lui permet d’assimiler les premières manifestations physiques et les émotions. Son cerveau en gestation s’adapte à ce que lui dicte son environnement : s’il est très angoissant, les synapses transmettent plutôt la peur, l’agitation et le stress que la joie ou la satisfaction. Si la femme enceinte est épanouie, c’est l’inverse qui se produit. L’enfant sent alors qu’il est désiré. Le fœtus éprouve déjà des émotions profondes avant la naissance. Le tronc cérébral et le mésencéphale, régions du cerveau où siègent les émotions, se développent in utero, au même titre que le reste du corps.
Comment les émotions de la mère se transmettent-elles au fœtus ?
Lorsque deux êtres vivent dans un tel degré de proximité, l’affectivité du premier se transmet au second par un grand nombre de « canaux ». Les chercheurs ne savent pas encore très bien comment l’on arrive à ressentir la colère, la satisfaction ou la peur d’un autre individu. En revanche, ils connaissent bien le vecteur que constituent les hormones, ce qui leur permet d’analyser l’état psychologique et les réactions physiologiques de la mère, sa sérénité ou sa nervosité, par exemple. Ses émotions se manifestent aussi de façon beaucoup plus physique.

D’où vient votre savoir dans le domaine prénatal ?

Il provient en partie de l’observation de nombreux cas cliniques. Un jour, j’ai traité un patient paranoïaque et suicidaire. Sa mère m’a dit qu’elle avait très mal vécu sa grossesse. Cela s’était arrangé par la suite, mais ce sentiment initial a resurgi chez mon patient à l’âge adulte, dans des situations de stress. Des études portant sur le comportement individuel, de la période prénatale jusqu’à l’enfance, ont confirmé la continuité des schémas comportementaux.

ETC.
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 10:51

Fanny a écrit:
D’où vient votre savoir dans le domaine prénatal ?
Il provient en partie de l’observation de nombreux cas cliniques. Un jour, j’ai traité un patient paranoïaque et suicidaire. Sa mère m’a dit qu’elle avait très mal vécu sa grossesse. Cela s’était arrangé par la suite, mais ce sentiment initial a resurgi chez mon patient à l’âge adulte, dans des situations de stress. Des études portant sur le comportement individuel, de la période prénatale jusqu’à l’enfance, ont confirmé la continuité des schémas comportementaux.
Chère Fanny

Les psychanalyses s'arrangent toujours pour faire rentrer leurs observations dans leur cadre théorique. C'est facile et tout le monde fait ça inconsciement d'ailleurs.
Dans une analyse, C'est le patient lui-même qui peut comprendre la cause de ses souffrances après un très grand nombre de séances. Un analyste n'interprète jamais à partir d'un seul rêve ou d'une seule séance.
Et dans l'exemple cité ci-dessus, il prend en compte que ce la mère du patient lui a dit pour confirmer sa théorie. C'est malhonnète de sa part.
Et je déconseillerai d'aller voir un tel psychanalyste. (je déconseillerai la cure psychanalytique en général Mr. Green )

Ceci dit, je n'ai jamais contesté le lien émotionnel établi entre la mère et l'enfant dans son ventre. Je dis simplement que ce lien est émotionnel et non spirituel. Rien ne prouve que ce lien est un bien pour l'enfant.

De plus, ne vaut-il pas mieux pour l'enfant une mère porteuse détendue et neutre émotionnellement, plutôt que la vraie mère angoissée, nerveuse et égoiste? On peut se poser la question.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
spidle33

avatar

Masculin Messages : 4540
Inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 12:08

Louis a écrit:
Dans une analyse, C'est le patient lui-même qui peut comprendre la cause de ses souffrances après un très grand nombre de séances. Un analyste n'interprète jamais à partir d'un seul rêve ou d'une seule séance.
Et dans l'exemple cité ci-dessus, il prend en compte que ce la mère du patient lui a dit pour confirmer sa théorie. C'est malhonnète de sa part.
Et je déconseillerai d'aller voir un tel psychanalyste. (je déconseillerai la cure psychanalytique en général Mr. Green )

Ceci dit, je n'ai jamais contesté le lien émotionnel établi entre la mère et l'enfant dans son ventre. Je dis simplement que ce lien est émotionnel et non spirituel. Rien ne prouve que ce lien est un bien pour l'enfant.

De plus, ne vaut-il pas mieux pour l'enfant une mère porteuse détendue et neutre émotionnellement, plutôt que la vraie mère angoissée, nerveuse et égoiste? On peut se poser la question.

Et dans le doute vous faites quoi ?

Comme a l'habitude, on evoque un mieux-etre eventuel au lieu de donner benefice au doute... Dans le doute, je prefere m'abstenir plutot que de faire de tres grosses betises... surtout quand on touche aux enfants.
Revenir en haut Aller en bas
http://le-rdv-des-saints.over-blog.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 15:12

Voyons, Louis, une mère "neutre" Exclamation "émotionnellement" parlant, cela n'existe pas ; comment voulez-vous qu'une femme enceinte - même d'un foetus qui n'est pas le sien - ne ressente pas toute la gamme des émotions que connaissent les femmes - à travers les changements hormonaux radicaux que connaît leur corps??


L'enfant à naître s'est déjà forgé tout un univers sensoriel : auditif (voix de son père - celle qu'il entend le mieux -, de sa mère, musiques..., battements du coeur maternel, etc.), tactile (le foetus donne des coups de pied ou de poing sur la paroi de l'utérus, il se déplace, etc.), gustatif (il suce son pouce, il déglutit, etc.), et même visuel! C'est sans doute l'odorat le plus défavorisé, et pour cause.

A propos de l'expérience visuelle durant la vie intra-utérine, je crois que c'est le professeur en pédiatrie ci-dessous cité qui a évoqué "l'éternité" du foetus ; celui-ci a les yeux encore fermés : il ressent alors ses toutes premières expériences de vie comme une éternité, avec un "regard intérieur" ; en principe, il est nourri instantanément, il se meut comme il le désire, il ressent comme une "suspension du temps"... tous ses besoins vitaux sont satisfaits, il ne connaît pas le désir, l'attente ; c'est une sorte de béatitude. sunny Quand l'enfant naît, le pédiatre dit qu'il va bientôt se réfugier dans le sommeil, afin de retrouver cette "éternité" intérieure qui le rassure...! (C'est ainsi que le jour où nous mourons, nous retrouvons, en quelque sorte, la plénitude de l'univers utérin, la symbiose si parfaite entre la mère et l'enfant, l'éternité de l'amour : une belle méditation, non?). Cela me fait spontanément songer aux dernières images du film de Kubrick : "2001, l'Odyssée de l'espace."


Tout cela pour souligner que l'univers du foetus est bien plus riche et complexe que ce que l'on a voulu en dire jusqu'à présent. Un nouveau-né est capable de reconnaître les battements du coeur de sa mère, sa voix, et très vite son odeur, etc.

Cher Louis, vous me rappelez ce que Arnaud disait à votre propos : vous considérez la charité (celle des mères-porteuses?) et le désir d'aimer des futures "mères" par adoption, en occultant l'intérêt de l'enfant en lui-même, et en occultant la valeur spirituelle de la transmission de la vie... Ce n'est pas une critique, bien entendu, Smile mais une réflexion au sein de ce débat.
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 19:37

Fanny a écrit:
Cher Louis, vous me rappelez ce que Arnaud disait à votre propos : vous considérez la charité (celle des mères-porteuses?) et le désir d'aimer des futures "mères" par adoption, en occultant l'intérêt de l'enfant en lui-même, et en occultant la valeur spirituelle de la transmission de la vie... Ce n'est pas une critique, bien entendu, Smile mais une réflexion au sein de ce débat.
Mais non je n'occulte pas l'interet de l'enfant. Je suis plus optimiste que vous c'est tout. Vous avez tous (les intervenants de ce sujet) tendance à croire que ce qui est "naturel" est meilleur. Je dis c'est faux! ou "on ne sait pas".
Seul l'avenir le dira avec le témoignage de ces enfants...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 20:00

Après une petite recherche sur le net, j'ai trouvé quelques témoignages.

Il faut peut-être voir le côté humain pour avoir plus de facilité à comprendre le geste!

Je suis maman de 4 enfants (qui sont à moi!) et je suis pour la première fois mère porteuse pour un couple... Ça fait 10 ans que je rêve à ce geste d'amour et même à l'adolescence j'y pensait déjà car je ne trouvais pas ça juste que tout le monde ne puisse avoir d'enfant...Moi j'ai eu le bonheur de connaître la maternité... plus souvent qu'à mon tour! La vie a été bonne pour moi.

J'ai envie d'être l'ange gardien de quelqu'un... ce n'est pas un choix irréfléchi au contraire... Quand je regarde comment on traite les gens lorsqu'ils font des demandes d'adoption... je trouve ça injuste! Et il y a beaucoup d'espoir et de déception... et souvent les règles sont tellement strictes que c'est décourageant!

Il y a toujours eu des mères porteuses et il y en aura toujours, ne joueons pas à l'autruche! Mais il ne faut pas voir là un geste immoral!

C'est sûr, comme dans tout, il y a des exeptions! Il y en a qui le font probablement juste pour l'argent! Ça je trouve ça dangereux!

En tout cas! Il n'y a pas vraiment de mots pour expliquer cette envie d'aider quelqu'un à ce prix... Qu'est-ce que ça m'enlève à moi comme être humain? Je fais don d'un ovule et d'un "logement" pour 9 mois... En partant, ce n'est pas pour moi c'est leur bébé... moi j'ai eu les miens! Mais peut-être faudrait-il demander aux inconnus qui font des dons de moelle osseuse, quel est leur intérêt de faire de tel dons?! Après tout, ceux qui en ont besoins pourraient très bien aller dans un autre pays pour se faire soigner!


D'autres témoignages:
http://www.maia-asso.org/temoignages_sterilite.html

et une étude

Reuters Santé
par Patricia Reaney

2 juillet 2003

Etude - Les gestatrices n'ont pas de problèmes à "remettre" le bébé

D'après l'annonce faite vendredi par des psychologues britanniques, en
dépit des annonces médiatiques et des batailles juridiques, la plupart des
gestarices n'ont pas de difficulté à rendre le bébé aux parents.

Dans la première étude mondiale à propos de la GPA, le Professor Susan
Golombok et les chercheurs de la City University à Londres, disent que les
gestatrices ressentent un lien spécial avec l'enfant mais ne considèrent pas l'enfant comme le leur.

"Aucune des gestatrices de notre étude n'a émis aucun doute pour remettre l enfant" a déclaré Golombok à une conférence sur la fertilité à Madrid. "Aucune n'a senti vouloir garder l'enfant à ce moment là"

Bien que certains cas où la gestarice a changé d'avis ont été médiatisés,
elle déclare qu'ils sont rares.
la GPA est autorisée aux USA et en GB mais est interdite dans beaucoup d
autres pays.

Golombok et son équipe déclarent que la plupart des gestatrices ont eu de
bonnes relations avec les parents et n'ont eu aucun doute sur ce qu'elles
faisaient et pourquoi elles le faisaient.

56 % des gestatrices étaient aussi les mères génétqiues et 44% n'avaient
aucun lien génétqiue avec l'enfant. Seulement 2 femmes sur 34 dans l'étude (échantillon représentatif selon Golombok).

"Donc, il n'y a aucune preuve de difficultés sur ce point de la GPA, qui a
pourtant été la plus grande cause d'inquiétude" dit elle.
99 % ont déclaré qu'elles sont devenues gestatrices pour aider un couple infertile.
5 % l'ont fait parce qu'elles aiment etre enceinte et une a admis
que l'argent était une motivation,

mais 9 % ont eu des difficultés dans leurs relations avec le couple.

5 d'entre elles ont été gestarices plus d'une fois. 7 l'ont fait pour aider
un couple d'amis ou de proches, et 27 ne connaissaient pas le couple
auparavant. "
Dans 91 % des cas, la décision du moment de remettre l'enfant au couple a été prise en accord avec le couple. Un an après la naissance, 32 % des femmes ont eu contact avec le BB au moins une fois par mois, et 24 % n'ont pas eu de contact avec l'enfant."au total, la GPA apparait comme une expérience positive pour les gestarices" déclare Vasanti Jadva, responsable de cette étude.
"les femmes qui s'embarquent dans la GPA ont souvent complété leur famille et sentent qu'elles veulent aider un couple qui ne pourrait pas devenir parents autrement"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Clotilde
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Dim 13 Aoû 2006, 20:47

Citation :
Mais peut-être faudrait-il demander aux inconnus qui font des dons de moelle osseuse, quel est leur intérêt de faire de tel dons?!

parce qu'évidemment, un être humain est comparable à un bout de moelle osseuse.... Rolling Eyes

Louis a écrit:
Vous avez tous (les intervenants de ce sujet) tendance à croire que ce qui est "naturel" est meilleur. Je dis c'est faux!

mais qu'est-ce que vous entendez par "naturel"...?

Pour ma part, ce qui me fait réagir sur le sujet c'est la négation, tout comme l'avortement, de la réalité de l'existence de l'enfant en tant que tel.

D'ailleur, on peut le voir, c'est à elle et uniquement à elle que cette femme pense....elle ne pense même pas à ces 4 enfants, ceux qu'elle a gardé, et qu'elle prive d'un frère ou d'une soeur.

---->

Citation :
Qu'est-ce que ça m'enlève à moi comme être humain?

Des enfants à adopter il y en a à la tonne, et je n'arriverai jamais à trouver "normal" de programmer la naissance puis l'abandon d'un enfant en vue de le donner à quelqu'un.

Ce qui serait aussi intéressant à lire, ce serait des témoignages de ces femmes mères-porteuses quelques années plus tard et de ses enfants portés et donnés une fois devenus grands. Idea
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Lun 14 Aoû 2006, 13:38

Cher Louis, vous vous appuyez sur les témoignages suivants, que l'on peut réfuter : "je ne trouvais pas ça juste que tout le monde ne puisse avoir d'enfant..."

Qui peut juger de la justice de Dieu? Qui peut aller à l'encontre de Sa volonté (Son dessein d'Amour) sans L'offenser gravement? Quel jugement téméraire!

"J'ai envie d'être l'ange gardien de quelqu'un..."

Nous ne sommes pas les Saints Anges de Dieu ; nous ne sommes que de pauvres pécheurs : "ni anges, ni démons" ; nous ne sommes pas de purs esprits pleins de discernement et de sagesse, comme les Anges, et encore moins le Démiurge!! (le Créateur de toutes choses).

"Il y a toujours eu des mères porteuses et il y en aura toujours, ne jouons pas à l'autruche! Mais il ne faut pas voir là un geste immoral!"

Il y a aussi toujours eu des criminels : est-ce une raison pour l'admettre? pour ne pas essayer de combattre ce phénomène? On se demande bien pourquoi il ne "faudrait" pas "voir là un geste immoral", si justement c'en est un? Quelle est la valeur de la vie si, comme le souligne la journaliste - et beaucoup d'autres -, on en fait une valeur marchande, et au mieux, si on la "chosifie", on l'instrumentalise?? What a Face

Je ne peux que rejoindre l'avis de Clotilde, qui s'insurge contre le fait que l'enfant (l'amour envers l'enfant) n'est jamais premier dans ce désir de maternité : son intérêt passe toujours en second, quand ce n'est pas en dernier!! :cry:En Amérique, on peut le choisir sur catalogue.

"Il n'y a pas vraiment de mots pour expliquer cette envie d'aider quelqu'un à ce prix... Qu'est-ce que ça m'enlève à moi comme être humain? Je fais don d'un ovule et d'un "logement" pour 9 mois... "

A quel prix aide-t-on la mère sans enfant? Au prix d'enlever un foetus à sa mère? on le trimballe (parfois) d'une éprouvette à un utérus, puis de celui-ci à des bras étrangers? Où est le véritable amour dans ces pratiques?
Quelle horreur, que ce "je fais don d'un ovule et d'un logement"!! Comme si la transmission de la vie se résumait à cela, et pouvait se fragmenter en étapes froidement "médicalisées"...
"...ce que ça m'enlève à moi, comme être humain"? Mais un être humain ne se quantifie pas en ovule, en temps passé à porter un enfant, etc. Il se qualifie en surpassement d'amour, en oubli de soi, en abnégation : la personne qui s'exprime ici ne parle que d'elle-même, en mesurant son sacrifice (qu'elle croit faire), sa pseudo dose d'amour altruiste...

Les femmes qui, comme nous, ont porté des enfants, dans des conditions parfois difficiles, et les ont élevés de même, savent (un peu) ce qu'est le "prix" de l'amour : il est totalement don de soi pour l'enfant, et pour lui seul! sunny

Donc, nous n'avançons pas que ce qui est "naturel" est meilleur, mais que l'amour est par nature, totalement donné à l'enfant, qui est une personne, y compris et surtout, dans sa dimension spirituelle...!
Revenir en haut Aller en bas
Louis

avatar

Masculin Messages : 6166
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: mères porteuses   Lun 14 Aoû 2006, 15:24

Fanny a écrit:
Donc, nous n'avançons pas que ce qui est "naturel" est meilleur, mais que l'amour est par nature, totalement donné à l'enfant, qui est une personne, y compris et surtout, dans sa dimension spirituelle...!
Je ne vois aucune différence. Ces femmes parlent avec leurs mots mais vous ne les entendez pas.
L'enfant en gestation dans le ventre de la mère porteuse n'a pas perdu sa dimension spirituelle. Et je crois qu'en grandissant ces enfants feront preuve d'une bonté et d'un altruisme qui nous surprendra.

Croyez-vous que les mères "naturelles" font preuves de moins d'égoisme? balivernes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.docteurangelique.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: mères porteuses   Lun 14 Aoû 2006, 22:23

Cher Louis, sans doute me suis-je mal exprimée : cette personne qu'est l'enfant dès sa conception, est un enfant de Dieu ; sa vie est sacrée, elle vient du Créateur et elle Lui appartient... A ce titre, on ne peut en faire n'importe quoi ; on ne peut manipuler l'ovule, le transplanter, ni féconder par des moyens artificiels, ni détourner l'enfant de ses géniteurs, ses parents devant Dieu! C'est jouer à l'apprenti-sorcier. affraid

Cette méconnaissance de la valeur de la vie ne peut que se retourner contre l'homme et appauvrir notre spiritualité.
Revenir en haut Aller en bas
 
mères porteuses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mères porteuses
» Mères porteuses : le oui de la justice
» Mères porteuses
» Fête des mères,,,
» Les treize grands mères indigènes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives diverses-
Sauter vers: