DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Synode sur la famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Le Synode sur la famille   Ven 03 Oct 2014, 19:18


Présentation du Synode extraordinaire sur la famille

2014-10-03 Radio Vatican

C’est dans deux jours que sera donné le coup d’envoi du premier des deux synodes sur la famille convoqués par le Pape François. Un synode extraordinaire sur le thème : les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation, qui rassemblera 253 participants dont 13 couples, 38 auditeurs et auditrices, 8 délégués fraternels, les présidents des 114 conférences épiscopales du monde entier, les chefs des 13 Eglises catholiques orientales, les responsables de tous les dicastères de la Curie romaine.

L’assemblée, qui sera inaugurée dimanche par une concélébration solennelle présidée par le Pape, durera deux semaines et s’achèvera par la publication d’un Message au peuple de Dieu et d’un document final qui sera remis au Pape et qui servira de base pour la préparation du deuxième synode sur la famille qui aura lieu dans un an. La première étape a été présentée ce vendredi matin dans la salle de presse du Saint-Siège par le cardinal Lorenzo Baldisseri, Secrétaire général du Synode des évêques.

Compte-rendu de Romilda Ferrauto

Un Synode urgent, bref ; le début d’un parcours qui s’achèvera dans un an. C’est dire l’enjeu de l’assemblée qui s’ouvre dimanche. Une assemblée qui a été précédée d’un questionnaire adressé pour la première fois dans l’histoire des synodes à l’ensemble du Peuple de Dieu. Le Saint-Père a voulu que tous les fidèles soient consultés sur des questions aussi sensibles. Car il faut agir vite. La famille aujourd’hui n’est pas la même qu’il y a trente ans, a expliqué le cardinal Baldisseri devant la presse. Or, l’Eglise ne peut pas rester figée dans le temps et ne pas tenir compte de la réalité. La religion chrétienne n’est pas une idéologie, insiste le Secrétaire général du Synode, elle vit dans l’histoire ; elle peut et doit donc évoluer. Au cours de ce synode, les participants seront invités à s’exprimer librement, clairement, avec franchise et courage. L’objectif est de chercher ensemble la vérité.

Le cardinal Baldisseri regrette que les commentaires des médias aient été jusqu’ici phagocytés par la question ultra-sensible des divorcés-remariés, alors que le document de travail fait état de multiples défis : pauvreté, polygamie, abus sexuels, violence, unions libres, contraception… Sur quelques dossiers, les attentes sont nombreuses, les prises de parole multiples et parfois divergentes. Les esprits s’échauffent. Le Secrétaire général du Synode invite à ne pas tirer des conclusions hâtives alors que les jeux sont encore loin d’être faits. Il ne faudrait pas , souligne-il, que l’effervescence et la confusion finissent par détourner les débats. Ceux qui se sont exprimés ces jours derniers étaient libres de le faire, mais leurs prises de position n’engagent qu’eux et ne constituent que des contributions parmi tant d’autres. Le cardinal Baldisseri reconnaît que ce synode portera la marque du Pape François, du vent nouveau qui souffle sur l’Eglise. Mais s’il sera sans nul doute à l’écoute des laïcs, ce Synode, rénové dans sa méthodologie, reste et restera une assemblée d’évêques. Les sessions seront thématiques et c’est nouveau. Chaque session sera ouverte par le témoignage d’un couple, treize en tout, venus de plusieurs régions du monde. Le Saint-Père assistera aux débats.

Le Synode sera soutenu par la prière. Pendant toute la durée de cette assemblée extraordinaire, des temps de prière seront organisés en la Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. Tous les soirs à 18h, une messe pour la famille sera célébrée, en présence des reliques des bienheureux époux Zélie et Louis Martin et de leur fille Sainte-Thérèse de Lisieux


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Ven 03 Oct 2014, 19:21

Le synode – mot que l’on pourrait traduire par faire route ensemble, d’où aussi réunion ! – qui a lieu à Rome du 5 au 19 octobre, est à comprendre ainsi, comme une mise en œuvre active de ce désir du Christ pour l’humanité. Il nous faut être proches de ce synode, par la pensée, par la prière , et par un souci de véritable information, au-delà des clichés ou des réflexions étroites et partisanes, car beaucoup nous attendent comme relais d’espérance.

De quoi s’agit-il ? Des "défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation". Ici, chaque mot compte, et peut-être faut-il les prendre séparément avant de les relire ensemble ! Qu’au cœur de la réalité des familles aujourd’hui et de ce qu’elles vivent, dans le bonheur comme dans les épreuves, dans les défis qu’elles ont à relever et que nous connaissons d’expérience (réalités du couple, des enfants, de l’éducation, des jeunes, enjeux économiques et de l’insertion dans la société, défi de la fidélité, nouvelles réalités familiales…) soit dite une parole porteuse d’espérance, une parole de bonne nouvelle qui exprime la proximité de Dieu et sa bienveillance envers tous.

P. Jacques Nieuviarts, Assomptionniste, conseiller éditorial de Prions en Église

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 04 Oct 2014, 21:44

Une veillée de prière émouvante en préambule au synode

2014-10-04 Radio Vatican

À la veille de l'ouverture officielle du synode sur la famille, les pères synodaux et le Pape François ont participé ce samedi 4 octobre à une veillée place Saint-Pierre, organisée à l'initiative de la conférence épiscopale italienne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont assisté à ce "prologue" du synode, l'ancrant dans une ambiance à la fois très priante et festive, mêlant toutes les générations.

Trois couples ont donné leur témoignage sur leur expérience de l'amour et de la famille. Deux jeunes fiancés, Antonio et Roberta, ont évoqué leur cheminement vers le mariage. Margherita et Marco, mariés depuis 17 ans, ont eux dit leur joie d'avoir transmis la vie à 4 fils, auxquels s'est ajoutée une petite fille qu'ils ont adopté tout récemment, et qui est maintenant âgée d'un an. Enfin Antonella et Nicola, père de deux enfants de 14 et 11 ans, ont vécu l'expérience de la séparation entre 2007 et 2013. Ils ont évoqué leur parcours de réconciliation et le recommencement de leur vie de couple et de famille, avec l'aide du programme "Retrouvaille", une association qui aide les couples en difficulté. Leur témoignage a beaucoup marqué l'assistance, émue par ce parcours atypique.

Ces témoignages alternaient avec des chants et des lectures bibliques, issues du Livre de la Genèse, montrant la beauté de la complémentarité entre hommes et femmes dans l'acte créateur de Dieu. S'appuyant sur le récit de la Genèse, en prenant la parole spontanément, le Pape François a insisté sur le fait que « nous sommes créés pour aimer, et que Dieu a créé l'homme et la femme, pas seulement l'homme, pas seulement la femme, mais les deux ensemble, à son image.»

La famille, valeur désirée même dans une culture individualiste

Dans son discours ensuite, le Pape François a insisté sur le fait que « même dans une culture individualiste, en toute personne subsiste un besoin essentiel de stabilité, d'une porte ouverte, de quelqu'un avec qui partager le récit de la vie, d'une histoire à laquelle appartenir. La communion de vie assumée par les époux, leur ouverture au don de la vie, le soin réciproque, la rencontre et la mémoire des générations, l'accompagnement éducatif, la transmission de la foi chrétienne aux enfants... Avec tout cela, la famille continue à être une école d'humanité, une contribution indispensable à une société juste et solidaire. »

« Et plus les racines sont profondes, plus dans la vie il est possible de sortir et d'aller loin, sans se perdre ni se sentir étranger à aucune terre », a insisté le Pape, mettant en évidence le fait que liberté personnelle et ancrage familial allaient de pair.

S'appuyant sur le Concile Vatican II et la déclaration "Gaudium et Spes", le Pape a insisté sur le fait que la démarche synodale devait se mettre à l'écoute des signes des temps. « Pour rechercher ce que le Seigneur demande aujourd'hui à son Eglise, nous devons percevoir "l'odeur" des hommes d'aujourd'hui, jusqu'à être imprégnés de leur joies et de leurs espérances, de leurs tristesses et de leurs angoisses : ainsi nous saurons proposer avec crédibilité la bonne nouvelle sur la famille. »

Les chants à l'Esprit Saint qui ont émaillé la veillée s'inscrivaient en cohérence avec les appels du Pape. « Nous demandons à l'Esprit Saint de donner aux pères synodaux le don de l'écoute : l'écoute de Dieu, jusqu'à entendre avec Lui le cri du peuple; l'écoute du peuple, jusqu'à vous communiquer la volonté à laquelle Dieu nous appelle. »

Alors que les débats ont pris une tournure parfois passionnée à l'approche du synode, le Pape a appelé au calme et à la sérénité. « Nous invoquons la disponibilité à un débat sincère, ouvert et fraternel, à prendre en charge avec responsabilité pastorale des interrogations que ce changement d'époque porte avec lui. L'histoire de l'Eglise ne nous raconte-t-elle pas tant de situations analogues, que nos pères ont été capables de surmonter avec une patience obstinée et avec créativité? »

L'appel à une réflexion humble et audacieuse

Il a aussi appelé les pères synodaux et les fidèles à se placer sous le regard du Christ, en rappelant les paroles de Marie au sujet de Jésus dans la scène des noces de Cana, dans l'Évangile selon Saint-Jean. «Tout ce qu'Il vous dira, faites-le. »

En ce 4 octobre, fête de Saint-François d'Assise, le Pape qui a pris son nom à appelé à s'inspirer de son exemple de saint réformateur. « Ainsi, notre écoute et notre débat sur la famille, aimée avec le regard du Christ, deviendront une occasion providentielle avec lequel rénover, à l'exemple de Saint-François, l'Eglise et la société. Ainsi, avec la joie de l'Évangile, nous retrouverons une Église réconciliée et miséricordieuse, pauvre et amie des pauvres. Puisse souffler le Vent de la Pentecôte sur les travaux synodaux, sur l'Eglise, sur l'humanité entière. Qu'il défasse les noeuds qui empêchent les personnes de se rencontrer, qu'ils guérissent les blessures qui saignent, qu'il rallume l'espérance. Qu'il nous donne cette charité créative qui permet d'aimer comme Jésus a aimé. Et notre message retrouvera la vivacité et le dynamisme des premiers missionnaires de l'Évangile. »



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 05 Oct 2014, 18:05

Coup d'envoi du synode sur la famille

2014-10-05 Radio Vatican

Coup d’envoi de l’assemblée extraordinaire des évêques sur la famille, lors d’une messe solennelle présidée par le Pape François ce matin en la basilique St Pierre, et en présence des pères synodaux, venus du monde entier. Une messe concélébrée par les trois présidents du synode, le cardinal archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, le cardinal archevêque de Manille, Mgr Luis Tagle, et le cardinal archevêque d'Aparecida, Mgr Damasceno Assis ; ainsi que par le cardinal archevêque de Budapest, Mgr Peter Erdö, l'archevêque de Chieti-Vasto et secrétaire spécial de ce synode, Mgr Bruno Forte, et le secrétaire général du Synode des évêques, le cardinal Lorenzo Baldisseri.

Prenant appui sur les lectures du jour (première lecture et Evangile), qui utilisent l’image de la Vigne du Seigneur, François a rappelé aux père synodaux la mission première du synode : « mieux garder la vigne du Seigneur », qui demande beaucoup de soin, et non « discuter d’idées belles et originales, ou à voir qui est le plus intelligent ». Dans ce cas précis, affirme encore le Pape, « le Seigneur nous demande de prendre soin de la famille, qui depuis les origines est partie intégrante de son dessein d’amour pour l’humanité ».

« Nous sommes tous pécheurs », observe François, aussi la tentation de s’emparer de la vigne peut-elle se manifester, « à cause de la cupidité qui ne nous manque jamais à nous, êtres humains ». Nous risquons ainsi de « décevoir le rêve de Dieu si nous ne nous laissons pas guider par l’Esprit Saint ». Et le Pape d’élever une prière : « Que l’Esprit nous donne la sagesse qui va au-delà de la science, pour travailler généreusement avec vraie liberté et humble créativité ».

Au début de la célébration, le Pape a encensé les reliques des bienheureux époux Zélie et Louis Martin et celles de leur fille Sainte-Thérèse de L'Enfant-Jésus, qui seront exposées dans la chapelle de la Salle du Synode, tout au long de ces deux semaines de travaux.

Ci-dessous, l'intégralité de l'homélie du Pape François :

Aujourd’hui, le prophète Isaïe et l’Évangile utilisent l’image de la vigne du Seigneur. La vigne du Seigneur est son “rêve”, le projet qu’il cultive avec tout son amour, comme un paysan prend soin de son vignoble. La vigne est une plante qui demande beaucoup de soin !

Le “rêve” de Dieu c’est son peuple : il l’a planté et le cultive avec un amour patient et fidèle, pour qu’il devienne un peuple saint, un peuple qui porte beaucoup de fruits de justice.

Mais, aussi bien dans la prophétie ancienne que dans la parabole de Jésus, le rêve de Dieu est déçu. Isaïe dit que la vigne, si aimée et soignée, « a produit de mauvais raisins » (5, 2.4), alors que Dieu « attendait le droit, et voici le crime ; il attendait la justice, et voici les cris» (v.7). Dans l’Évangile, au contraire, ce sont les paysans qui ruinent le projet du Seigneur : ils ne font pas leur travail, mais ils pensent à leurs intérêts.

Jésus, dans sa parabole, s’adresse aux chefs des prêtres et aux anciens du peuple, c’est-à-dire aux “sages”, à la classe dirigeante. Dieu leur a confié de façon particulière son “rêve”, c’est-à-dire son peuple, pour qu’ils le cultivent, en prennent soin, le protègent des animaux sauvages. Voilà la tâche des chefs du peuple : cultiver la vigne avec liberté, créativité et ardeur.

Jésus dit que pourtant ces paysans se sont emparés de la vigne ; par leur cupidité et leur orgueil, ils veulent faire d’elle ce qu’ils veulent, et ainsi ils ôtent à Dieu la possibilité de réaliser son rêve sur le peuple qu’il s’est choisi.

La tentation de la cupidité est toujours présente. Nous la trouvons aussi dans la grande prophétie d’Ézéchiel sur les pasteurs (cf. ch. 34), commentée par saint Augustin dans son célèbre discours que nous venons de relire dans la Liturgie des Heures. Cupidité d’argent et de pouvoir. Et pour assouvir cette cupidité, les mauvais pasteurs chargent sur les épaules des gens des fardeaux insupportables qu’eux-mêmes ne déplacent pas même avec un doigt (cf. Mt 23, 4).

Nous aussi, au Synode des Évêques, nous sommes appelés à travailler pour la vigne du Seigneur. Les Assemblées synodales ne servent pas à discuter d’idées belles et originales, ou à voir qui est le plus intelligent… Elles servent à cultiver et à mieux garder la vigne du Seigneur, pour coopérer à son “rêve”, à son projet d’amour sur son peuple. Dans ce cas, le Seigneur nous demande de prendre soin de la famille, qui depuis les origines est partie intégrante de son dessein d’amour pour l’humanité.

Nous sommes tous pécheurs, et à nous aussi, peut arriver la tentation de “nous emparer” de la vigne, à cause de la cupidité qui ne nous manque jamais à nous, êtres humains. Le rêve de Dieu se heurte toujours à l’hypocrisie de quelques-uns de ses serviteurs. Nous pouvons “décevoir” le rêve de Dieu si nous ne nous laissons pas guider par l’Esprit Saint. Que l’Esprit nous donne la sagesse qui va au-delà de la science, pour travailler généreusement avec vraie liberté et humble créativité.

Frères, pour cultiver et bien garder la vigne, il faut que nos cœurs et nos esprits soient gardés en Jésus Christ dans la « paix qui surpasse tout ce qu’on peut concevoir », comme dit saint Paul (Ph 4,7). Ainsi nos pensées et nos projets seront conformes au rêve de Dieu : se former un peuple saint qui lui appartienne et qui produise des fruits du Royaume de Dieu (cf. Mt 21, 43).

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 06 Oct 2014, 20:39


Synode : parler avec franchise, écouter avec humilité

2014-10-06 Radio Vatican

En ouvrant le Synode extraordinaire sur la pastorale de la famille dans le contexte de l'évangélisation, le Pape a indiqué les deux comportements qui permettront à l’Assemblée d’être un succès : parler avec liberté et franchise et écouter avec humilité. François a également demandé à tous de faire entendre la voix des Églises locales dans la salle du Synode.

François a surpris tout le monde ce lundi matin en arrivant 30 minutes avant l'heure officielle de début des travaux. Face aux 181 pères synodaux, le Pape a affirmé que c’était « une grande responsabilité de porter les problématiques des Églises locales pour les aider à cheminer sur la voie de l’Evangile de la famille » et a posé une condition de base pour fonctionne ce Synode : il faut parler clairement. « Que personne ne dise "cela ou ceci ne peut se dire". Il faut dire, poursuit le Pape, tout ce qu’on ressent avec parresia (le fait de parler librement et franchement) ».

« Après le dernier Consistoire (en février 2014), lors duquel nous avons parlé de la famille, raconte le Pape, un cardinal m’a écrit en disant "dommage que certains cardinaux n’aient pas eu le courage de dire certaines choses par respect pour le Pape, par peur que peut-être le Pape pense différemment". Cela ne va pas », a affirmé le Pape ce lundi matin à l’ouverture du Synode. « Il faut dire tout ce que l’on ressent, et en même temps, il faut écouter et accueillir avec un cœur ouvert ce que disent les frères. Avec ces deux comportements s’exerce la synodalité. Je vous demande cela : de parler avec parresia et d’écouter avec humilité. Et de le vivre en paix parce que le synode se vit "cum Petro et sub Petro" et que la présence du Pape est une garantie pour tous et une protection pour la foi. (...) Collaborons pour que s’affirme avec clarté la dynamique synodale », a conclu François.

A 10h30, le Pape a pris part avec beaucoup de naturel à la première pause café du Synode

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Mar 07 Oct 2014, 10:02

Le cardinal Vingt-Trois s'exprime au nom des pères du Synode

2014-10-07 Radio Vatican


Le cardinal André Vingt-Trois, est l'un des trois présidents délégués de ce Synode, avec le cardinal brésilien Raymundo Damasceno Assis et le cardinal philippin Luis Antonio Tagle.

Lors d'une conférence de presse en milieu de journée, il a donné des précisions sur le sens de cette démarche synodale, qui selon lui ne doit pas être réduite à un Parlement avec une majorité et une opposition, mais relève d'une recherche collégiale de la Vérité.


Ce lundi matin, au nom des pères synodaux, il s'était exprimé en français en ouverture du Synode extraordinaire sur la famille, en s'adressant directement au Pape François. Il a d'abord salué la nouveauté méthodologique de ce Synode en deux temps : « Je vous exprime notre reconnaissance pour avoir convoqué cette session extraordinaire un an avant la session ordinaire, et pour votre intention de développer la pratique de la collegialité entre les évêques, les conférences épiscopales et le Siège apostolique, ou pour parler comme vous le faites avec persévérance, avec l’évêque de Rome. Cette intention trouve un bon exemple d’application dans ces deux sessions du synode. Non seulement vous augmentez le temps et les moyens du partage, mais le choix d’un même sujet ouvre devant nous la possibilité d’un travai progressif entre les deux sessions. Nous ne sommes pas bousculés par l’urgence de résoudre des problèmes graves en deux semaines. Nous sommes plutôt invités à approfondir les résultats de cette première session en les partageant avec nos conférences épiscopales. »

Le cardinal Vingt-Trois a aussi évoqué le thème central de ce Synode, la famille, mettant en évidence une continuité par rapport aux travaux du précédent Synode sur la Nouvelle évangélisation, qui s'était déroulé en octobre 2012 sous la conduite de Benoît XVI. « La famille est un des élements constitutifs de la nouvelle évangélisation, dans laquelle notre Église voit se renouveler sa mission. L’accueil très favorable qui a été réservé aux questionnaires préparatoires et l’amplitude des réponses ont montré à quel point l’avenir des familles est au cœur des préoccupations de nos contemporains. Comment assurer la solidarité entre les générations ? Comment mettre en œuvre les meilleures conditions pour l’accueil et l’éducation des enfants qui sont notre avenir ? Comment permettre à un homme et à une femme qui s’engagent l’un envers l’autre de devenir l’un pour l’autre artisan de bonheur et de paix ? Ces questions ne trouvent jamais des réponses simples et beaucoup de facteurs de la vie de notre humanité du 21e siècle constituent des obstacles plus que des aides. »

Trouver le chemin d'une Église à l'écoute des hommes

Faisant remarquer la solidité des documents magistériels et l'expérience positive vécue par des millions de catholiques à travers le monde, l'archevêque de Paris a rappelé que « l’Église s’est beaucoup exprimée sur ces sujets par la voix du Magistère, notamment Saint Jean-Paul II. Elle s’exprime aussi par le signe que donnent des millions de familles stables et heureuses, qui vivent leur sacrement de mariage à travers le monde. Elle s’exprime aussi par sa présence chaleureuse auprès des familles frappées par l’échec. »

Et il placé ce Synode sous le signe des orientations du pontificat de François, vers une Église humble et miséricordieuse. « La mission pastorale de l’Eglise, comme vous le rappelez sans cesse, n’est pas de rendre plus difficile la situation des enfants de Dieu, mais de leur apporter une aide dans la recherche de la vérité de leur vie. Vous nous appelez à entrer dans le regard d’amour que le Christ porte sur la foule sans pasteur, vous nous appelez a témoigner de la misericorde de Dieu. Vous nous invitez à ne pas désespérer de la puissance de l’amour, et à travailler avec persévérance pour que chaque homme et chacque femme de notre monde puisse entendre l’appel à la conversion et ose engager sa vie à la suite du Christ. Nous souhaitons que le travail de cette session qui commence aujourd’hui soit conduit par l’Esprit Saint et qu’il fasse progresser toute l’Église dans sa mission. Que notre participation corresponde à vos attentes et aux attentes des hommes. »

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Mer 08 Oct 2014, 20:59

Le Synode à l'écoute de la diversité des drames humains

2014-10-08 Radio Vatican

Le Synode sur la Famille s'est poursuivi mardi au Vatican, avec des témoignages très denses qui ont ont montré la diversité et la complexité des situations auxquelles l'Église fait face à travers le monde.

Dix-sept cardinaux et évêques venus du monde entier sont intervenus hier soir dans la salle du Synode au Vatican, en présence du Pape François. Comme tous les jours, la soirée s’est terminée par une heure de débats libres, marquée par des moments de gravité et d’autres de bonne humeur générale.

Ils sont arrivés des quatre coins du monde, chacun avec son bagage d’attentes et de préoccupations. Syrie, Ukraine, RDC, Salvador, Rwanda… les souffrances du monde et leur impact sur les familles se sont invitées hier soir dans la salle du Synode. Dans plusieurs pays, les familles sont agressées par des conflits interminables, les exodes massifs, la criminalité, la violence, la pauvreté, les flux migratoires, la mauvaise gouvernance. Elles sont agressées aussi par la dictature de la pensée unique qui se répand dans les pays du Sud. D’où l’indignation d’un évêque africain qui a dénoncé en termes durs l’imposition de la pensée du plus fort aux peuples d’Afrique, de la part de nations décadentes : la contraception liée à des aides matérielles, la théorie du genre, le mariage entre personnes de même sexe, incompatibles avec la culture africaine.

Mais au-delà de la diversité des situations concrètes, une conviction semble dépasser les frontières, à savoir que la crise de la famille est avant tout une crise de la foi. Reste à trouver le remède. Pour les uns, l’Église ne peut pas brader ni édulcorer le message exigeant de l’Evangile, d’autant que les jeunes ont surtout besoin qu’on les aide à faire des choix courageux. D’autres mettent en garde contre la tentation d’idéaliser le bon vieux temps et de proposer un modèle figé dans le passé. D’autres encore proposent la spiritualité thérapeutique des Églises orientales. En fin de journée, quand les langues se délient encore un peu plus, la richesse des débats révèle toute l’ampleur et la complexité de l’enjeu.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Mer 08 Oct 2014, 21:02

Synode sur la famille: le modèle économique en cause

2014-10-08 Radio Vatican

Troisième jour de travail pour les Pères synodaux au coeur du Vatican. Les interventions se sont suivies ce mercredi matin, denses et variées, à l'image des réalités de ce vaste monde dont proviennent les cardinaux, les évêques et les délégués fraternels. Le Pape participait comme les jours précédents, s'éclipsant cependant vers 10 heures trente pour l'audience générale, Place Saint-Pierre.

Non ! l’accès des divorcés remariés à la communion n’est pas la seule préoccupation des pères du Synode. Sous le thème des défis pastoraux de la famille, les interventions de la 5° congrégation générale, mercredi matin, ont offert un très large panel de situations qui exigent des réponses pastorales urgentes. S’il est vrai que les idéologies contraires à la vision chrétienne du mariage et de la famille gagnent du terrain partout dans le monde, les problématiques varient sensiblement d’une région à l’autre. Sous certaines législations, la partie chrétienne perd ses droits dans les mariages mixtes. Il y a des pays où les hommes catholiques qui épousent des musulmanes sont obligés de se convertir. Dans d’autres, la vie de couple est fragilisée par un machisme persistant. Dans d’autres encore, les familles n’arrivent pas à payer les frais de scolarité de leur enfants. Ailleurs, c’est le syncrétisme et la pseudo-religiosité chrétienne qui interpelle les pasteurs. Souvent, la divinisation du travail provoque l’éclatement des liens familiaux.

Parmi les interventions remarquées : un évêque a estimé que les prêtres mariés étaient mieux placés pour comprendre les problèmes des familles : ils connaissent le prix d’une baguette ou d’un kilo de sucre, la difficulté d’élever des enfants soumis à des pressions contraires. Parmi les plus véhémentes, celle d’un évêque qui a fustigé l’inaction de l’Eglise : les problèmes de la famille, ne sont pas nouveaux, a-t-il souligné. On les connaissait déjà il y a trente ans, mais l’Eglise n’a pas osé prendre des risques. Il faudrait selon lui miser davantage sur la participation des laïcs. Et puisque de nombreux problèmes auxquels les familles sont confrontées sont causés par un modèle économique injuste, fondé sur le Dieu-argent, c’est sur le terrain social, a souligné un évêque, que l’Eglise doit s’engager, tandis qu’un autre s’en est pris aux pressions exercées par la communauté internationale et par les programmes d’aide au développement.

Dans le sillage du Pape François, la majorité des intervenants se disent favorables à une plus grande miséricorde, même si les voix discordantes ne manquent pas. Il faut trouver des chemins pastoraux complémentaires. Le modèle suivi par certaines églises orthodoxes revient souvent parmi les solutions proposées.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Jeu 09 Oct 2014, 21:11


Le Synode réfléchit amplement sur les divorcés remariés

2014-10-09 Radio Vatican

Au Synode des évêques sur la famille, réuni depuis lundi au Vatican, il aura fallu prolonger d’une demi-journée environ, la 6° congrégation générale sur les situations pastorales difficiles. Elle a été presqu’exclusivement consacrée à la question des divorcés remariés. C’est dire la place centrale de ce thème dans la réflexion, un thème qui a donné lieu à des débats intenses et passionnés.

Pour ou contre la communion aux divorcés remariés ? pas question de compter les voix dans la phase actuelle des débats. Mais une chose est sûre, en tous cas : ce thème revêt une importance cruciale. Il y a ceux qui redoutent que l’édifice du magistère de l’Eglise sur la famille ne soit ébranlé, semant la confusion et puis ceux qui estiment en contraire qu’il en va de la crédibilité de l’Eglise et de ses rapports avec la société actuelle qui attend des réponses aux situations de souffrance. Les opposants à la communion pour les divorcés remariés s’expriment au nom de la doctrine. Céder voudrait dire trahir la vérité, corrompre les consciences et « choisir un remède encore plus dangereux que le mal qu’il est censé guérir ». Ceux qui sont favorables s’expriment au nom de la miséricorde évangélique, parce qu’il n’y a pas de situations sans retour et parce que l’Eglise doit avant tout consoler et que la consolation passe aussi par les sacrements. La plupart des intervenants cependant, ne s’expriment pas de manière ferme et définitive sur la question de la communion. En revanche, ils sont très nombreux à demander ou à proposer des solutions pastorales : l’institution d’un catéchuménat du mariage, l’assouplissement des déclarations de nullité, la pastorale de la gradualité, la création de centres d’accueil et d’écoute, la communion spirituelle. Au-delà des différences et des nuances, tous semblent d’accord sur un point : pour l’Eglise catholique, le mariage sacramentel reste et restera indissoluble. Mais des exceptions pastorales pourraient être gérées par les pasteurs, sous certaines conditions, en faisant la distinction notamment entre ceux qui ont abandonné et ceux qui ont été abandonnés. Le Synode, beaucoup en sont convaincus, devra dire quelque chose, de préférence pas le « tout ou rien », mais le « cas par cas ».


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Ven 10 Oct 2014, 21:08


La première partie du Synode s'achève

2014-10-10 Radio Vatican


La première partie du Synode, les interventions en Congrégation générale, s’est achevée vendredi soir. En tout 180 pères synodaux ont présenté leur rapport. Une synthèse sera élaborée et lue lundi matin par le cardinal Erdo, rapporteur général. Vendredi matin 15 auditeurs ont pris la parole, 14 laïcs et/ou couples et un religieux, avant les interventions des délégués fraternels dans la soirée. Les travaux vont se poursuivre au sein de dix carrefours linguistiques dont deux francophones. Ils auront la lourde tâche de proposer, voire même, selon l’experte libanais Jocelyne Khouery, « d’inventer » des solutions pastorales aux défis que représente la pastorale des divorcés remariés. Car si les thèmes abordés depuis lundi ont été nombreux et diversifiés en fonction des contextes locaux, c’est cette question, complexe et sensible, celle de l’accès à la communion des divorcés remariés, qui est au cœur de ce Synode. C’est sur ce point que cette assemblée est attendue, c’est sur ce point qu’elle sera jugée, les participants en sont conscients.

Depuis le début, dans la salle du Synode, plusieurs voix africaines se sont élevées pour dénoncer l’importation, voire l’imposition des modèles occidentaux incompatibles avec les cultures locales et la doctrine catholique. Un évêque a indiqué que des sommes colossales étaient dépensées dans les campagnes de planning familial et que des contraceptifs étaient distribués jusque dans les villages les plus reculés. Un autre a affirmé que des organisations internationales avaient menacé de suspendre leur aide si les gouvernements locaux refusaient de légaliser les unions entre personnes de même sexe. Santé reproductive, idéologie du genre… nous sommes soumis à une véritable offensive internationale, a lancé une mère de famille. L’Afrique a ses problèmes et ses préoccupations prioritaires qui ne sont pas ceux de l’Occident. Venus de tous les continents, des pères synodaux et des laïcs ont exhorté l’Eglise à s’engager davantage sur la scène publique pour défendre ses valeurs sur la famille, menacées par certaines législations et par l’ambiguïté des textes des Nations Unies. Une auditrice a regretté que le document de travail du Synode ne contienne qu’une référence timide au dialogue entre l’Eglise et les Etats et garde le silence sur l’urgence pour les catholiques de préserver leur liberté de conscience face aux institution politiques. Les pasteurs doivent parler haut et clair face aux opinions publiques pour défendre la dignité humaine et les droits de la famille. Et alors que la question de l’accès des divorcés remariés aux sacrements revient sans cesse sur la table et monopolise les échanges, alors qu’elle inquiète et divise, une auditrice a interpellé l’assemblée en affirmant qu’il y avait deux types de miséricorde : celle du Bon Pasteur qui soigne et donne la vie et celle du mauvais médecin qui couvre la blessure pour qu’on ne la voie pas ou qui calme la douleur sans soigner le mal.

Ce synode parviendra-t-il à concilier vérité et miséricorde et à réconcilier les points de vue ? Parviendra-t-il à préserver la doctrine tout en montrant que l’Eglise, qui côtoie la réalité du péché, est proche de ses enfants en difficulté ? C’est tout l’enjeu d’un itinéraire qui, souligne-t-on, prendra le temps qu’il faudra.

Romilda Ferrauto

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:21

11 octobre 2014 - Synode
LA QUATRIÈME "CONGRÉGATION GÉNÉRALE"

Ayant établi le lien entre crise de la foi et crise de la famille, la première générant l'autre, les Pères ont noté que la foi est perçue comme un ensemble de données doctrinales, alors qu'elle est avant tout un acte libre envers Dieu.

On a donc suggéré un vade-mecum de la catéchèse familiale qui puisse en renforcer la mission évangélisatrice. Le fait que nombre de baptisés aient une foi vague les conduit souvent au mariage sans une conscience précise de leur acte. La famille doit aussi faire face à la dictature de la pensée unique qui insère dans la société des contre-valeurs et déforme le concept d'union entre un homme et une femme.

La crise des valeurs, le sécularisme athée et l'hédonisme, l'ambition du pouvoir détruisent et dénaturent la famille, fragilisent les personnes et donc la société toute entière. Les fidèles doivent donc redécouvrir le sens de leur appartenance à l'Eglise, car ce sont les familles de l'Eglise qui attirent les autres. Experte en humanité, l'Eglise doit réaffirmer la nécessité de la famille et son caractère irremplaçable, réveiller en l'homme le sens d'appartenance à un noyau familial. Reflet de l'amour de Dieu, c'est la famille qui éduque aux rapports sociaux.

Il a ensuite été question de l'importance du rapport entre les familles et les prêtres, qui les accompagnent dans les grandes étapes de leur vie. En retour, les familles aident les prêtres à vivre leur célibat comme affectivité équilibrée et non comme renonciation. Berceau des vocations, la famille suscite souvent dans la prière commune la naissance de l'appel au sacerdoce.

A propos du lien entre baptême et mariage car la signification du sacrement conjugal est diminuée lorsque l'initiation chrétienne n'a pas été solide. Le mariage chrétien ne peut donc se réduire à un coutume ou à une exigence sociale. Il est une vocation qui a besoin d'une préparation soigneuse. Les répercussions du travail sur la vie familiale, avec notamment la flexibilité des horaires ou des contingences géographiques, le travail à la maison aussi, engendrent des difficultés dans le dialogue familial.

Les Pères ont à nouveau évoqué la nécessité d'un nouveau langage pour l'annonce évangélique, notamment face aux nouvelles technologies.

Quant à l'indissolubilité du mariage, on a souligné combien la législation semble s'opposer au bien de la personne. La vérité du lien et de la stabilité conjugale étant inscrites dans la personne, il faut éviter de lui opposer la loi et percevoir comment aider la personne à ne pas trahir sa propre vérité. On a suggéré de réfléchir aux couples qui n'ont pas pu avoir d'enfant, et aux familles des pays frappés par l'Ebola.

Enfin l'image de l'Eglise comme lumière a été rappelée pour dire qu'elle ne doit pas se limiter à fonctionner comme un phare mais se présenter sous la forme d'innombrables flammèches amies des gens. Le Conseil pontifical pour la famille a distribué à l'assemblée son Enchiridion sur la famille. (source : VIS)
(Enchiridion : manuel, traité)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:22

11 octobre 2014 - Synode
LA CINQUIÈME "CONGRÉGATION" GÉNÉRALE

Cette session s'est consacrée aux défis pastoraux de la famille, de la crise de la foi dans le contexte familial, et des situations critiques internes à la famille, ainsi qu'à l'Eglise au Proche et Moyen Orient et en Afrique du nord.

Dans ces situations la famille dans un contexte politique, économique et religieux critique, avec de graves effets sur elle. Les lois y interdisent les réunifications familiales, la pauvreté pousse les gens à l'émigration, le fondamentalisme religieux nie aux chrétiens la parité avec les musulmans, ce qui pose des problèmes très graves dans les unions mixtes.

Les mariage inter-religieux sont en augmentation et l'Eglise doit comprendre quelle catéchèse offrir aux enfants nés de ces mariages, et s'ils veulent continuer à pratiquer leur religion.

L'Eglise, qui ne doit pas abandonner ces fidèles, ni les chrétiens qui se convertissent à l'islam pour se marier, doit réfléchir à des solutions. Le problème n'est pas strictement inter-religieux, mais parfois oecuménique comme dans les cas où un catholique n'ayant pas obtenu la nullité de son mariage passe à une autre confession pour se remarier religieusement.

Même si l'Eglise choisie permet cette solution, et malgré le patrimoine commun de foi, il faut suivre un chemin de miséricorde dans les cas les plus délicats. On a par ailleurs mis en évidence que le synode devra prendre en compte, avec toute la prudence requise, les divorcés remariés, en conjuguant vérité et miséricorde envers qui souffre. Ces époux qui se trouvent dans cette situation n'en sont souvent pas la cause.

Comme le disait Benoît XVI, les non de l'Eglise sont des oui à la vie. Sans hésitation, elle doit donc continuer de combattre le silence éducatif et religieux touchant la famille, au moyen d'un témoignage plus incisif de l'Evangile, c'est à dire qui tienne compte de la créativité pastorale.

La place fondamentale des laïcs dans l'évangélisation a été réaffirmée, celle des jeunes avant tout, des mouvements et nouvelles communautés, qui accomplissent un service vital, missionnaire et prophétique, à contre-courant de la pensée courante. Mieux écouter les fidèles et plus investir sur eux constituent des priorités car c'est avec eux que l'Eglise peut trouver des solutions aux problèmes de leurs familles.

Il a alors été question de la crise de l'emploi, du précariat et du chômage, des conséquences pour la familles d'une absence de sécurité qui peut glisser vers la pauvreté économique et la perte du foyer. Le manque d'argent en fait paradoxalement une divinité. Ainsi sacrifie-t-on des familles sur l'autel du profit alors que l'argent devrait servir à vivre.

On a enfin rappelé la nécessité de mieux préparer les époux au mariage, notamment au niveau sexuel et affectif, en prônant une mystique familiale de la sexualité.

Le rôle des grand parents dans la transmission de la foi au sein de la famille a également été souligné, ainsi que la nécessité d'inclure les anciens dans le noyau familial. La même attention et solidarité doit être réservée aux malades, eux aussi menacés par la culture du rebut dénoncée par le Pape. (source : .VIS)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:23

11 octobre 2014 - Synode
LA SIXIÈME "CONGRÉGATION" GÉNÉRALE

Cette session, dans son débat général, a abordé diverses situations comme celle des unions entre personnes de même sexe, rappelant que, étant une maison de famille, l'Eglise devait offrir un accompagnement à tous.

Rassemblant familles en bonne santé et familles en crise, l'Eglise ne peut être indifférente dans son chemin de sanctification aux faiblesses de ses membres, y compris aux personnes en situation pastorale délicate. Elle doit aider le plus faible.

La procédure relative aux nullités matrimoniales a besoin d'être allégée, et de la présence de laïcs dans les tribunaux ecclésiastiques. Ceci dit, il faut éviter la superficialité et garantir le respect de la vérité et des droits de chacune des parties.

Si le procès canonique n'est pas contraire à la charité pastorale, la pastorale judiciaire doit éviter toute culpabilisation et traiter chaque cas avec équilibre.

Toujours à propos des procédures en nullité, on a réfléchi à l'hypothèse d'un recours administratif qui ne se substituerait pas au recours judiciaire mais en serait un complément en fonction d'une décision épiscopale. Les divorcés remariés doivent être traités avec respect parce qu'ils se trouvent souvent dans des situations précaires et douloureuses, et cherchent à retisser une vie ecclésiale.

Ils ont besoin d'une pastorale de miséricorde et non de répression.

Si la polygamie est en recul, à cause de la décroissance du monde rural et à l'accroissement de l'urbanisation, on doit tenir compte des polygames convertis au catholicisme, et qui désirent recevoir les sacrement. Pour cette catégorie des mesures pastorales s'imposent.

Par ailleurs, il convient de mieux préparer les candidats au mariage, en insistant en particulier sur l'aspect sacramental du lien conjugal et une mission éducative qui ne se limite pas à un discours moraliste portant à un analphabétisme religieux. Le parcours matrimonial doit tendre au développement de la personne.

L'heure de débat libre a servi à la présentation d'expériences personnelles mais aussi de modèles appliqués à la pastorale des divorcés remariés, passant par des groupes d'écoute. Il convient ici d'éviter les formules du type "état permanent de péché", et s'expliquer que la non-admission à la communion n'élimine pas automatiquement la grâce du Christ.

Cette non-admission découle de la permanence du lien sacramental antérieur et indissoluble. On a avancé à ce propos l'hypothèse de la communion spirituelle, qui montre en tout cas les limites comme la difficulté de nouvelles solutions.

Dans la pastorale des homosexuels aussi, l'écoute doit être fondamentale, notamment au moyen de groupes.

Il a enfin été question de fidèles qui passent à une autre confession chrétienne, et vice-versa, avec toutes les difficultés découlant des mariages inter-confessionnels, la question de leur validité, notamment parce que le divorce est prévu dans les Eglises orthodoxes. Certains intervenants ont noté la grande évolution de la problématique de la famille chrétienne depuis le Synode ordinaire qui lui fut consacré en 1980, y compris en matière de culture juridique. L'Eglise doit tenir compte de cette évolution internationale, qui se doit d'être sujet de débats dans les universités et autres institutions culturelles. (source : VIS)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:24

11 octobre 2014 - Synode
LA SEPTIÈME "CONGRÉGATION" GÉNÉRALE

Cette session s'est déroulée en deux parties. La poursuite du débat général de la veille sur les situations pastorales difficiles et les unions entre personnes de même sexe, puis le débat fut consacré aux défis pastoraux concernant l'ouverture à la vie.

Il a de nouveau été question de l'accès à la communion pour les divorcés remariés. L'indissolubilité du mariage a nettement été réaffirmée car le lien sacramental est une réalité objective, l'oeuvre du Christ dans l'Eglise. Ce point doit être défendu et traité au moyen d'une catéchèse pré-matrimoniale adaptée, de manière à ce que les futurs époux soit pleinement conscients du caractère sacramental de leur union et de sa nature vocationnelle.

Un accompagnement pastoral devra rejoindre les couples après leur mariage. Mais il convient d'envisager les cas concrets un à un, en distinguant par exemple qui a été abandonné de qui a abandonné.

Ne pouvant négliger cela, l'Eglise ne doit pas appliquer une pastorale du tout ou rien, mais être miséricordieuse. Le mystère de l'Eglise est un mystère de consolation.

Ne pas être autorisés à communier ne signifie pas pour les remariés ne plus être membres de la communauté. On doit prendre en considération les responsabilités qu'ils pourraient y exercer. Il faut en tout cas simplifier et accélérer les procédures de nullité.

Dans certaines régions du monde, le concubinat est souvent causé par des motifs socio-économiques, non par un rejet des enseignements de l'Eglise. D'autres types d'union de fait n'abandonnent pas l'objectif d'une vie chrétienne. Là encore, une pastorale spécifique est nécessaire.

Etant dans l'impossibilité de reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, l'Eglise peut toutefois développer une approche respectueuse et non discriminatoire.

A propos encore des mariages mixtes, il faut regarder au-delà des difficultés pour percevoir leur pouvoir de témoignage harmonieux au niveau du dialogue inter-religieux. On a redit la nécessité d'un nouveau langage qui permette à l'Eglise d'impliquer ensemble croyants et non croyants en vue d'identifier des modèles familiaux permettant le développement des individus et le bien-être de la société. Il faut parler avec une simplicité qui porte au coeur des gens.

La seconde partie de la session a traité de la paternité responsable et réaffirmé que le don de la vie comme la chasteté sont des valeurs fondant le mariage chrétien, qui se dressent face au crime de l'avortement.

Envisageant la situation, principalement asiatique, dans laquelle nombre de familles sont confrontées à l'infanticide, au viol des femmes et au trafic des êtres humains, on a rappelé la nécessité de mettre en exergue la justice comme vertu fondamentale du foyer.

Puis le débat a touché à la responsabilité d'éducateurs que détiennent les parents. Il faut être particulièrement attentifs au volet de l'éducation des enfants à la foi, d'autant que la pastorale de l'enfance peut créer un lien avec des familles en crise.

La contraception a bel et bien un impact négatif sur la société, à commencer par son effet sur l'effondrement de la natalité. Face au phénomène, les catholiques ne sauraient être passifs. Ils doivent diffuser un message d'espérance en expliquant que les enfants sont une bénédiction pour leurs parents, dont ils renforcent la foi et la pratique religieuse.

En dernier lieu, on a redit combien le rôle des laïcs, et notamment des mouvements, est indispensable dans l'apostolat de la famille, l'accompagnement des couples et l'évangélisation de la société. (source : VIS)

Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:25

11 octobre 2014 - Synode
LA HUITIÈME "CONGRÉGATION" GÉNÉRALE

Cette session a prolongé le débat général de la veille autour des sujets suivants: L'Eglise et la famille face au défi éducatif, le défi éducatif en général et l'éducation chrétienne dans les situations familiales difficiles.

Après avoir souligné que la vocation à la vie est l'élément fondant de la famille, les Pères sont tombés d'accord pour recommander aux fidèles d'approfondir l'encyclique "Humanae Vita"e de Paul VI, notamment le recours au méthodes naturelles de régulation de la fertilité et le rejet de la contraception.

La procréation ne saurait être distincte de l'acte conjugal, et toute manipulation génétique, y compris la cryo-conservation des embryons, est absolument condamnée.

On a critiqué les pays occidentaux et les organisations internationales qui, en Afrique notamment, présentent l'avortement et l'union homosexuelle comme des droits, et conditionnent avec insistance leur aide à leur acceptation. D'autant que le droit à la santé sexuelle et reproductive n'a même pas de définition précise en droit international.

On mêle ainsi des principes contradictoires comme la condamnation de l'avortement forcé et la recommandation de l'avortement sécurisé, ou comme la protection de la maternité et celle de la contraception. Même sans force de loi, ces soi disant droits constituent un risque dans la mesure où ils déforment l'interprétation d'autres principes comme la lutte contre la discrimination féminine.

Il a de nouveau été question d'une préparation au mariage renforcée qui combatte la seule vision sociale et juridique des noces au profit de leur dimension religieuse et spirituelle. La préparation est trop souvent perçue comme un bref parcours à effectuer sans véritable conviction. Etant une vocation à la vie, le mariage doit être plus soigneusement préparé, à l'instar de la vocation religieuse. Les futurs époux n'ont souvent pas conscience du caractère sacramental du mariage, au point de le réduire à sa seule célébration.

Confirmant la nécessité d'alléger les procédures en nullité, à laquelle va travailler la commission spécifique nommée en septembre dernier, on a exprimé le voeu que la simplification canonique soit la même pour toute l'Eglise. Et à propos de l'obligation de l'appel conforme à la première sentence, on a avancé l'hypothèse de laisser à l'évêque diocésain d'être juge du recours.

Les laïcs et notamment les femmes doivent être plus nombreux au sein des tribunaux ecclésiastiques. Comme eux, les prêtres doivent être mieux formés et bien préparés à la pastorale matrimoniale, en particulier par le biais des homélies qu'il prononce à l'intention des fidèles.

Les prêtres doivent aussi être mieux informés, car leur santé spirituelle et sa sincérité de leur rapport sont très appréciés par les fidèles.

Il a ensuite été question de la famille migrante à laquelle il faut assurer son droit fondamental à l'unité, au moyen de politiques migratoires internationales qui ne prennent pas seulement la défense du simple individu. Pour les migrants, la famille constitue un élément essentiel d'intégration dans les pays d'accueil.

Le débat libre est revenu la question des divorcés remariés et en particulier sur la nécessité d'élaborer un parcours pénitentiel comprenant une réflexion sur les anciens conjoints abandonnés, souvent socialement isolés et souffrant en silence.

Mais aussi sur la nécessité de prendre en charge les enfants de ces couples, sujets à des retombées psychologiques découlant de la séparation de leurs parents. Une pastorale spécifique permettrait parfois de rapprocher les parents de l'Eglise. Ceci dit l'éducation des enfants comprend le droit de la famille à choisir le projet éducatif qu'ils souhaitent. (source : VIS)

Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:25

11 octobre 2014 - Synode
LA NEUVIÈME "CONGRÉGATION" GÉNÉRALE

Cette session du 10 octobre a été réservée aux interventions de six couples et neuf autres "auditeurs" individuels, presque tous laïcs engagés dans la pastorale familiale, la bioéthique ou l'écologie humaine.

Représentant les divers continents, ils ont fournit des témoignages d'un apostolat familial du quotidien. Il a été question des difficultés dans lesquelles vivent nombre de familles du Proche et Moyen Orient, en particulier en Irak, où les conflits ont de graves répercussions sur l'institution familiale, notamment par la perte de membres, tués ou émigrés à la recherche l'un pays d'accueil.

Elles sont privées d'avenir avec des jeunes soustraits à la scolarisation et des anciens abandonnés. La famille chrétienne de la région est profondément ébranlée, et cette fragilisation a des effets négatifs sur la cohésion sociale et nationale.

Face à cette situation, l'Eglise se présente comme un port sûr, la famille des familles, qui réconforte et offre de l'espérance. Il faut donc préparer les couples à être des propagateurs de paix et de réconciliation.

Les "auditeurs" ont également insisté sur la nécessité pour l'Église et ses responsables, prêtres comme évêques, de mieux écouter les laïcs dans la recherche de solution aux problèmes de la famille, en particulier pour ce qui est de l'intimité des couples.

Il doit donc y avoir synergie entre mondes "académique", théorique et le monde de la et pastorale afin de disposer d'agents connaissant la famille et sachant traiter de sa problématique selon une solide vision anthropologique catholique.

Des rapports ont ensuite insisté sur la nécessité d'accroître le dialogue Eglise-Etat, y compris par le biais d'une implication des fidèles qui, loin de toute ambition personnelle, sachent défendre efficacement les droits de la famille et la vie, et par là favoriser un État à visage humain.

Il a ensuite été question de mieux former le clergé aux thématiques familiales, de manière à ce qu'ils puissent traiter correctement de l'amour conjugal. Si la planification naturelle de la famille est bien expliquée, la vie du couple en est renforcée.

Les homélies doivent aussi être bien préparées afin de renforcer la participation des fidèles à la messe.

On a ensuite évoqué l'importance du témoignage, rappelant que les jeunes n'ont pas tant besoin de théories que de bien comprendre le caractère central de la famille démontré par des familles crédibles et évangélisatrices. Les couples doivent donc être accompagnés par une pastorale du suivi matrimonial.

Les "auditeurs" ont également parlé des souffrances de qui perd un membre de sa famille, les veufs et veuves, les orphelins et les parents ayant perdu un enfant. L'accompagnement de l'Eglise est fondamental, au moyen de groupes d'écoute et de partage, afin qu'ils résistent face au désert des sentiments et demeurent solidement attachés à la foi.

D'où l'importance d'une "écologie humaine" en mesure de combattre les effets négatifs d'une globalisation porteuse de modèles contraires à la doctrine catholique. Toutes les formes de violence domestique ont été dénoncés, principalement commises sur les femmes, souvent de la part de jeunes. Il faut donc communiquer au sein de la famille. Le dialogue entre époux, leur souci commun de l'éducation et la prière en famille rendent fortes les familles. (source : VIS)

Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:28

11 octobre 2014 - Synode
CE N'EST PAS UN DÉBAT PARLEMENTAIRE

Alors que le premier rendez-vous permet d’échanger, de témoigner, de nourrir les réflexions et les débats, les retrouvailles d'octobre 2015 auront pour objectif de tracer des pistes plus concrètes et opérationnelles pour améliorer la pastorale.

D’emblée le lundi matin, le 6 octobre, le Pape a voulu donner le ton et a insisté pour que la parole soit « libre ». C’est même « une condition générale » a-t-il souligné alors que, dans l’étonnement général, il a rejoint tout le monde lors de la pause au coin des thermos de café.

Il faut donc « parler clairement » et « écouter avec humilité » a encore précisé le pape, tout en soulignant qu’il ne fallait pas avoir peur de le blesser. « Il ne s’agit pas de plaire au pape (…), mais de dire ce que nous pensons ». « Il faut dire tout ce que dans le Seigneur on se sent de devoir dire, sans peur de froisser, sans timidité. »

Pour autant a insisté le cardinal André Vingt-Trois en conférence de presse, « le fonctionnement du synode n’est pas de dégager une majorité sur des positions, mais de faire grandir une volonté commune dans l’Église ... Nous ne faisons pas un débat parlementaire pour aboutir à une majorité, nous faisons un travail de fond qui s’étendra pendant un an pour construire le consensus le plus dense et le plus explicite possible. »

Par la prière et le discernement qui nait dans la réflexion intellectuelle et l’écoute d’avis multiples, l’Église cherche à mettre ses pas dans ceux de la Vérité. Dès lors, explique-t-elle, elle ne peut ni snober les divergences (aussi minoritaires soient-elles), ni les envisager comme un problème en soi. Elles sont les compagnes indispensables et inséparables du cheminement et du discernement vers le juste, le vrai et le bon.

Bien certainement des dissensions existent et sont parfois difficiles à concilier. Mais néanmoins, dans l’idéal, guidés par les évangiles et l’Esprit Saint, c’est donc une « vérité commune et éclairée » plus qu’une simple majorité que recherchent les Pères synodaux. L’une et l’autre ne sont pas toujours compatibles, elles demeurent indispensables pour ne pas se tromper de débat, pour ne pas se tromper d’analyse, et pour discerner ce qu’un synode garde de spécifique. (source : VIS)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:29

11 octobre 2014 - Synode
L'EUCHARISTIE DES ENFANTS DE DIVORCÉS

Et les enfants ? On se focalise sur les parents qui sont éloignés de la table eucharistique parce qu’ils se sont remariés après un divorce, alors qu'on demande à leurs enfants de s'approcher de la table eucharistique pour y communier.

On oublie que les premiers touchés dans l’affaire sont les enfants. Ils sont ignorés dans nos débats. Devront-ils à longueur de vie et dans le silence supporter l’échec d’un amour dont ils ont été le fruit ? C'est la question que nous pose un lecteur du journal "La Croix".

Témoins innocents de l’exclusion de leur mère ou de leur père, de la table eucharistique, de la communion au « pain de vie », s’ils se sont remariés, que peuvent-ils comprendre de ce que nous appelons le pardon, la miséricorde ? Condamnés à une double ou triple peine.

Réjouissons-nous donc lorsque dans leur quotidien d’enfant, ils sont accompagnés avec tact et amour par le nouveau conjoint de leur père ou de leur mère ! La blessure demeure, avec les contraintes liées à la garde partagée;

Mais dans cette famille élargie l’Église, se doit d'accueillir et d'aimer. Un enfant de plus n’est jamais un enfant de trop. (source : La Croix)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:30

11 octobre 2014 - Synode
NOUS EN ATTENDONS LUMIÈRE ET SOUTIEN

“Si au moins les couples trouvaient lumière et soutien auprès du clergé, ce serait un grand encouragement !“ a lancé un couple de Brésiliens, Arturo et Hermelinda As Zamberline, au Pape et aux Pères synodaux le 9 octobre.

Les responsables au Brésil des ‘Equipes Notre-Dame’ ont demandé à l’Eglise une meilleure présentation de sa doctrine pour éviter la “confusion“ parmi les fidèles.

“Etant donné la gravité du climat dans lequel nous nous trouvons, nous devons admettre sans crainte que de nombreux couples catholiques, y compris ceux qui cherchent à vivre sérieusement leur mariage, ne se sentent pas obligés d’utiliser uniquement des méthodes naturelles de régulation des naissance“, a assuré le couple brésilien.

Si “les couples sont ouverts à la vie et rejettent l’avortement“, Arturo et Hermelinda As Zamberline ont regretté qu’ils ne perçoivent pas “dans les prédications et les services d’accueil spirituels une insistance sur la doctrine de l’Encyclique Humanae Vitae“.

“Saint-Père, Pères synodaux, mesdames et messieurs, si au moins les couples trouvaient lumière et soutien auprès du clergé, ce serait déjà un grand encouragement“, ont-ils alors demandé avant de relever que “des conseils souvent contradictoires ne font qu’aggraver leur confusion“.

Et le couple d’insister : “Nous vous demandons de vous dépêcher d’enseigner aux prêtres et aux fidèles les grandes lignes d’une pédagogie pastorale pour aider à adopter et à respecter les principes d’Humanae Vitae“. A leurs yeux, il est ainsi “nécessaire et urgent de diffuser largement une orientation facile et sûre qui réponde aux exigences du monde actuel, sans blesser l’essentiel de la morale catholique“.

Devant les Pères synodaux, le couple marié depuis 41 ans a également présenté l’approche de la sexualité au sein des Equipes Notre-Dame. “L’acte sexuel est légitime, aimé et béni de Dieu, ont-ils expliqué, et le plaisir qui en découle contribue à la joie de vivre et à la structuration saine de la personnalité“.

Le Père français Henri Caffarel, fondateur des Equipes Notre-Dame, distinguait trois fonctions de la sexualité : la relation, le plaisir et la fécondité. “Le couple se construit alors en atteignant un équilibre entre ces trois dimensions...Il est absolument nécessaire de guider les couples vers la perfection humaine et chrétienne de la relation sexuelle“. (source : Apic)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Sam 11 Oct 2014, 20:31

11 octobre 2014 - Synode
LES RÉPONSES CONCRÈTES DE LA DOCTRINE

Les évêques canadiens souhaitent que le chemin synodal débouche en 2015 sur des indications et des voies nouvelles pour manifester la miséricorde du Christ. aux conjoints en souffrance.

Ils souhaitent, souligne Mgr Durocher, président des évêques catholiques canadiens « aller vers la souffrance » réelle de nombreux couples, avec des réponses pastorales même si elles ne peuvent pas résoudre le fond de la crise qui est une « crise de la foi » et de la « transmission de la foi ».

Il ne s’agit pas croire guérir ainsi « tous les problèmes de la foi » et de l’Eglise catholique, mais de manifester une « attitude évangélique de miséricorde » et « montrer que l’Eglise est à l’écoute, va à la rencontre », pour que personne ne se sente « abandonné ».

Ce faisant, Mgr Durocher souligne : « Il faut des règles précises », mais les « solutions sont complexes à mettre en œuvre ». Accepter qu’il y ait des exceptions suppose aussi une « mise en place technique qui prendra du temps ». L’attitude du synode doit être à la fois ferme sur la doctrine catholique, mais « pragmatique ».

Une minorité exprime sa position en faveur du « non » toujours et partout à la communion de personnes divorcées remariées : « Le remède que vous proposez est pire que le mal que vous prétendez soigner », a dit un intervenant.

Une autre minorité prône un « oui » à des exceptions circonstanciées : « Nous ne sommes pas là pour arracher des mauvaises herbes mais pour semer ».

D’autres images sont employées : « Est-ce que l’on est pas en train de passer un chiffon pour enlever la poussière de la maison alors que dehors il y a une tempête de sable ? »

La majorité, sans dire « oui » ou « non » à l’accès à la communion eucharistique des divorcés remariés se montre ainsi favorable à une réflexion qui affronte les situations réelle des couples et des familles.

Beaucoup rappellent la nécessité de changer de langage, pour employer des expressions qui, tout en annonçant la beauté du mariage chrétien, évitent en même temps tout « langage blessant » qui ferait « peser un jugement » sur les personnes.

Beaucoup aussi manifestent la nécessité d’améliorer la pastorale « en amont » et en aval, éventuellement par un vrai « catéchuménat » du mariage. (source : RVM)

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 19:05

L'Eglise catholique "ne reconnaîtra jamais" le mariage homosexuel

http://www.romandie.com/news/L039Eglise-catholique-ne-reconnaitra-jamais-le/525803.rom
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 19:16

C'est évident !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 19:24

Oui mais pas pour tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 20:03

Je ne pense pas que qui que ce soit croit à une telle hypothèse... scratch
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 20:42

Cécile a écrit:
Je ne pense pas que qui que ce soit croit à une telle hypothèse... scratch



Synode : ils demandent l’admission de l’homosexualité, des cardinaux applaudissent !


http://medias-presse.info/synode-ils-demandent-ladmission-de-lhomosexualite-des-cardinaux-applaudissent/16359
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 20:50

Oui, j'ai vu, mais ce n'est pas le mariage !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 21:03

Ben c'est l'étape qui précède le mariage homo diront les anti-modernistes...
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 21:05

Michel-José, pourquoi ne faites-vous pas confiance à L'Eglise ?

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 21:08

Perso je ne me fais pas de souci, c'est juste des infos pour situer les enjeux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28511
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 23:00

Michel-José a écrit:
Cécile a écrit:
Je ne pense pas que qui que ce soit croit à une telle hypothèse... scratch



Synode : ils demandent l’admission de l’homosexualité, des cardinaux applaudissent !


http://medias-presse.info/synode-ils-demandent-ladmission-de-lhomosexualite-des-cardinaux-applaudissent/16359

Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 23:01

Encore un fake déjà supprimé d'Internet !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Dim 12 Oct 2014, 23:04

Il faut se méfier de ces fakes Smile

Mais à part ça il existe bien une faction minoritaire pro mariage gay, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 07:24

Je ne crois pas. Mais ce sont des évêques qui estiment que certains divorcés remariés devraient pouvoir communier, notamment les personnes qui ont subi le divorce.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 07:51

Cécile a écrit:
Je ne crois pas. Mais ce sont des évêques qui estiment que certains divorcés remariés devraient pouvoir communier, notamment les personnes qui ont subi le divorce.

thumleft

Quant au mariage gay, il y a même une minorité de catholiques qui, je te pense sont pour le divorce des prêtres gays mariés. Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 07:54

Cécile a écrit:
Je ne crois pas. Mais ce sont des évêques qui estiment que certains divorcés remariés devraient pouvoir communier, notamment les personnes qui ont subi le divorce.

Pour ce qui est des personnes remariées qui qui ont subi le divorce, je ne crois pas que l'accès au sacrement sera possible avant la reconnaissance de la non validité sacramentelle de son premier mariage. Mais il y aura une insistance sur la communion spirituelle, but de toute communion sacramentelle.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
monge



Masculin Messages : 3572
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 14:29

Et ça
Divorcés remariés : l'Église catholique prête à donner son feu vert
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 14:38

Ca, c'est juste du pipo.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 14:42

Le pape a demandé de s'inspirer de la pratique orthodoxe. Il ne faut pas oublier que la traduction catholique du terme "porneia" dans Mt. 5 est erronée.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 14:54

scholasate a écrit:
Le pape a demandé de s'inspirer de la pratique orthodoxe. Il ne faut pas oublier que la traduction catholique du terme "porneia" dans Mt. 5 est erronée.

Encore du pipo.

Arrêtez de spéculer. Rappeler vous l'encyclique de Paul VI sur la contraception. Les articles de l'époques, relisez les : "L'Eglise va autoriser la contraception. 85% des évêques vont dans ce sens". Et puis il y a eu Humanae Vitae.

Seul ce que veut l'Esprit Saint sortira.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 14:58

J'essaie de ne pas spéculer mais de suivre ce que dit le Christ.
Citation :
La controverse si on permet le divorce et le remariage selon la Bible tourne principalement autour des mots de Jésus dans Matthieu 5:32 et 19:9. L'expression “à part l'infidélité matrimoniale” est la seule chose dans l'Ecriture sainte qui donne peut-être la permission de Dieu pour le divorce et le remariage. Beaucoup d'interprètes comprennent cette "clause d'exception" comme se référant "à l'infidélité matrimoniale" pendant la période "des fiançailles". Dans la tradition juive, on considère un homme et une femme mariés même lorsqu'ils sont "fiancés". L'immoralité pendant cette période "de fiançailles" serait alors la seule raison valable d'un divorce.

Cependant, le mot grec qui traduit “l'infidélité matrimoniale” est un mot qui peut signifier n'importe quelle forme d'immoralité sexuelle. Il peut signifier la fornication, la prostitution, l'adultère, etc. Jésus dit probablement que le divorce est permis si l'immoralité sexuelle est commise. Les rapports sexuels sont une partie intégrante du lien matrimonial, “les deux deviendront une chair” (Genèse 2:24; Matthieu 19:5; Éphésiens 5:31). Donc, une rupture de ce lien par des rapports sexuels à l'extérieur du mariage pourrait être une raison permise du divorce. S'il en est ainsi, Jésus a aussi le remariage à l'esprit dans ce passage. L'expression “et épouse un autre” (Matthieu 19:9) indique que l'on permet le divorce et le remariage dans un cas de la clause d'exception, quelle que soit la manière de l’interpréter. Il est important de noter que l’on permet seulement à la partie innocente de se remarier. Bien que ça ne se trouve pas dans le texte, permettre le remariage après un divorce est la pitié de Dieu pour celui contre qui l’on a péché, pas pour celui qui a commis l'immoralité sexuelle. Il peut y avoir des cas où l’on permet "à la partie coupable" de se remarier - mais un tel concept ne se trouve pas dans ce texte.

En savoir plus: http://www.gotquestions.org/Francais/divorce-remariage.html#ixzz3G1qcRPNo
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 15:17

Dans ce cas, n'ayez aucun doute :
Dieu ne nous abandonne pas quand nous nous prostituons dans le péché.

Le mariage étant l'image de cela, l'Esprit Saint n'autorisera pas à divorcer de son conjoint adultère.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 15:19

pechemignon a écrit:
Et ça
Divorcés remariés : l'Église catholique prête à donner son feu vert

"ça", c'est le Figaro siffler pourquoi ne pas lire "Gala" ou je ne sais quelle revue people ? :mdr:

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 15:26

L'auteur de l'article est Jean-Marie Guénois qui n'est quand même pas le 1er venu dans les reportages religieux.
D'ailleurs l'article est au conditionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 15:39

Cécile a écrit:
L'auteur de l'article est Jean-Marie Guénois qui n'est quand même pas le 1er venu dans les reportages religieux.
D'ailleurs l'article est au conditionnel.

D'autant que le contenu de l'article est repris presque point par point, sur le même ton qu'ici http://fr.radiovaticana.va/news/2014/10/13/une_feuille_de_route_pour_la_deuxi%C3%A8me_semaine_du_synode/1108445

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16705
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 15:46

Dragna Din a écrit:
Cécile a écrit:
L'auteur de l'article est Jean-Marie Guénois qui n'est quand même pas le 1er venu dans les reportages religieux.
D'ailleurs l'article est au conditionnel.

D'autant que le contenu de l'article est repris presque point par point, sur le même ton qu'ici http://fr.radiovaticana.va/news/2014/10/13/une_feuille_de_route_pour_la_deuxi%C3%A8me_semaine_du_synode/1108445


Je reconnais que j'ai réagi un peu vite Very Happy

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 16:30

Il est évident que la tradition latine, rappelée ici par Arnaud, est allée trop loin dans l'interprétation désincarnée de la loi de la monogamie. Il ne faut pas confondre interprétation spirituelle et interprétation désincarnée. On n'est pas des anges. Dieu a pitié de nous, des victimes d'une conception rigoriste, juridique, légaliste, du mariage.

Il y a une exception à la loi de la monogamie AVANT le mariage, quand la personne n'a pas eu conscience de ce que signifiait l'engagement du mariage (le sens spirituel) - c'est la porte ouverte à une pratique plus large des déclarations de nullité de mariage -, et une exception APRES, quand la personne est victime d'un conjoint(e) qui se comporte de manière immorale (adultère, pratiques sexuelles interdites - peut-être même contraception !!).
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 16:38

Espérance a écrit:
Dragna Din a écrit:
Cécile a écrit:
L'auteur de l'article est Jean-Marie Guénois qui n'est quand même pas le 1er venu dans les reportages religieux.
D'ailleurs l'article est au conditionnel.

D'autant que le contenu de l'article est repris presque point par point, sur le même ton qu'ici http://fr.radiovaticana.va/news/2014/10/13/une_feuille_de_route_pour_la_deuxi%C3%A8me_semaine_du_synode/1108445


Je reconnais que j'ai réagi un peu vite Very Happy

Pas grave ! Je sais bien que pour toi, rien ne vaut le "Télégramme de Brest" Wink
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80866
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 16:47

scholasate a écrit:
Il est évident que la tradition latine, rappelée ici par Arnaud, est allée trop loin dans l'interprétation désincarnée de la loi de la monogamie. Il ne faut pas confondre interprétation spirituelle et interprétation désincarnée. On n'est pas des anges. Dieu a pitié de nous, des victimes d'une conception rigoriste, juridique, légaliste, du mariage.

Il y a une exception à la loi de la monogamie AVANT le mariage, quand la personne n'a pas eu conscience de ce que signifiait l'engagement du mariage (le sens spirituel) - c'est la porte ouverte à une pratique plus large des déclarations de nullité de mariage -, et une exception APRES, quand la personne est victime d'un conjoint(e) qui se comporte de manière immorale (adultère, pratiques sexuelles interdites - peut-être même contraception !!).

Cher Scolasate, Bien sûr que Dieu comprend et pardonne quand un conjoint abandonné se remarie.

Mais cet amour tendre doit se conjuguer avec le respect de l'appel de Jésus à la fidélité jusqu'au pire.

C'est pourquoi Jésus donne le chemin du publicain qui est une vraie voie de sainteté :
Citation :

Luc 18, 13 Le publicain, se tenant à distance, n'osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!
Luc 18, 14 Je vous le dis : ce dernier descendit chez lui justifié, l'autre non. Car tout homme qui s'élève sera abaissé, mais celui qui s'abaisse sera élevé."

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 16:57

Arnaud Dumouch a écrit:

Mais cet amour tendre doit se conjuguer avec le respect de l'appel de Jésus à la fidélité jusqu'au pire.

Même s'il y a viol ? Violence ? Même si l'épouse (ou l'époux) est broyée, risque sa vie ? La voie du publicain ne peut s'appliquer ici : une personne en danger de mort ne pourra plus aimer son conjoint et, pour sa vie, finira par divorcer.

Prenons un cas d'école : une épouse qui oblige son mari à accepter ses infidélités, et même à loger ses amants sous le toit familial. Le mari bafoué devra-t-il continuer à aimer, fermer les yeux et ne point oser regarder le ciel en battant sa coulpe ?
Revenir en haut Aller en bas
monge



Masculin Messages : 3572
Inscription : 19/01/2014

MessageSujet: Re: Le Synode sur la famille   Lun 13 Oct 2014, 17:21

Quand on dit à Dieu: "Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!" cela signifie qu'on demande à Dieu de nous faire sortir de notre situation de pécheur, et cela suppose une volonté de notre part de sortir du péché pour que cette demande soit vraie.
Or le divorcé remarié demande qu'on accepte leur situation, donc qu'on les pardonne tout en restant dans leur situation. Si leur situation est humainement désespérée, c'est l'occasion de compter d'avantage sur Dieu. Qu'il présente leur situation à Dieu en vérité: "Mon Dieu mes enfants et moi retrouvons notre équilibre et notre bonheur avec mon nouvel époux, mais je crois que ce n'est pas conforme à ta volonté, fait quelque chose pour moi" si une telle demande est faite avec humilité, confiance et persévérance alors elle verra le miracle de Dieu. C'est une vérité que je signerais de mon sang car c'est du vécu.
Alors cette "miséricorde" qu'on veut accorder aux divorcés, et autres personnes en situations sentimentales "désordonnées" ne vise pas la gloire de Dieu, ni le salut du prochain, mais le bien être actuel, ça c'est de l'humanisme, ce n'est pas de la charité chrétienne.

Le problème c'est qu'on ne croit pas qu'on peut vivre réellement heureux avec un mode de vie totalement différent: on ne croit pas qu'on peut effectivement vivre heureux dans la pauvreté, dans la solitude, dans la continence etc et quand une situation se présente nous appelant à faire un choix ou à accepter un choix autre que le bonheur que la société a formaté en nous, on ne veut pas, on se braque.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Synode sur la famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Synode sur la famille : publication du document de préparation SUITE
» Prions pour le Synode sur la famille - 4 octobre 2015 (Vidéo - 2 min)
» Discours de clôture du synode sur la Famille, (pape François)
» Questionnaire pour le synode de la famille 2015
» Le pape invite à prier le chapelet pour le synode

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: