DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 8 Aoû 2014 - 22:34

Le renard, la poule et les poussins
Évangile selon saint Luc,13, 34

Jérusalem, Jérusalem, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n'avez pas voulu !

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille  

Assurance vie

Dans l’une de ses célèbres fables, La Fontaine a mis en scène une poule et un renard, la première demandant au second de la protéger contre son mari volage et… finissant par se faire dévorer. Morale de l’histoire : ne jamais compter sur ses ennemis pour assurer son présent ou son avenir. Jésus a conduit toute sa vie sans chercher protection auprès de quiconque, et surtout pas auprès du puissant de son époque, le roi Hérode : au contraire, il savait devoir tout craindre de lui et il a choisi de s’en tenir le plus longtemps possible à l’écart.

Mais quand il comprend qu’il doit accomplir parfaitement ce qui est juste, et donc mener à bien la mission reçue à son baptême, laquelle passe par sa mort, il ne louvoie pas. L’évangéliste Luc l’a fort bien dit : « il prend résolument le chemin de Jérusalem » (*), sachant bien pourtant que cette ville lapide ceux qui lui sont envoyés. Et de fait il y subit le sort funeste des prophètes.

Les saints et les martyrs qui l’ont suivi sur son chemin ont toujours manifesté la même résolution : ils n’ont pas couru vers leur destin et n'ont cherché à l’anticiper, ils ne se sont pas jetés orgueilleusement dans la gueule du loup, mais, par fidélité à leur baptême, ils ont assumé ce destin avec tous ses aléas quand il s’est présenté.
Ni le présent, ni l’avenir, fussent-ils l’un et l’autre ou tous deux menaçants, ne devraient pouvoir perturber celui qui a mis toute sa confiance en Dieu.

* Évangile selon saint Luc, chapitre 9, verset 51

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/


Dernière édition par Espérance le Ven 22 Aoû 2014 - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Sam 9 Aoû 2014 - 12:29

je crois que c' est le seul passage de l'évangile où Jésus compare son action à celle d'une espèce animale et il choisit la mère poule , animal que nous méprisons et que nous élevons dans des conditions  inimaginables  de cruauté à l'époque de Jésus , dans des cages sans pouvoir bouger ou dans des hangars avec aucune liberté de mouvement , assez rarement en conditions " bio" dans des prés ou à l'air libre mais avec un surcoût évident à l'achat .
Dans la bible , les "entrailles " ou Rahanim  sont un terme féminin qui se rapporte à la matrice maternelle , parce que seule la tendresse maternelle porte le monde sur ses épaules , aussi bien dans les règnes animaux que chez l'homme ;
Longtemps la femme , n'a pas été considérée comme l'égale de l'homme dans la génération des enfants . Le bébé arrivait tout créé dans le sperme masculin , et la femelle n'en était que le receptacle passif , la bonne terre , une couveuse en quelque sorte .c'est la conception des écrivains bibliques comme d'Aristote  d'où sera tiré le concept de "Loi Naturelle "encore en vigueur dans l'Eglise actuellement .
C'est ce qui explique entre autre que le crime d'Onan était sévèrement  assimilable à un avortement  puisque la semence masculine était l'embryon ! Il a fallu attendre l'observation de la fécondation par des gamètes d'oursin sous microscope en 1875 ( Oscar Hertwig ) pour se rendre compte que l'apport de la femme était vraiment une "moitié" de l'origine biologique au sens strict du terme .

les connaissances qui étaient celles d'Aristote au niveau de la nature sont complètement périmées quant au rôle de la femme , cependant , elles restent celles qui gouvernent la pensée de l'Eglise sur la sexualité humaine :
1) la première était que l'homme apportait dans sa semence 100% de la vie , on sait maintenant ( que c'est définitivement 50-50.
2) la deuxième est que l'espèce humaine est une des  très rares qui puisse avoir des relations sexuelles en  permanence, non dépendantes des saisons et des  périodes de rut animales .
3) la troisième  , puisque la femme n'était que purement passive dans la génération , est que l'ignorance sur ses périodes de fécondité impliquait que toute relation sexuelle était potentiellement  capable de  donner la vie . On sait aujourd'hui qu'il n'en est rien et qu'elle pourra avoir des relations sexuelles 70 % de sa vie alors qu'elle ne sera féconde que pendant au plus 7% , ce qui fait que 90% des relations sexuelles possibles seront naturellement infertiles donc infécondes sur une espérance de vie actuelle de 85  ans.

Il en résulte qu'Aristote qui était un être profondément rationnel devrait conclure aujourd'hui
que la femme est l'égale biologique définitive de l'homme dans la conception , capable comme lui de faire l'amour en permanence si  elle le désire , et naturellement infertile dans 90 % des relations sexuelles possibles au cours de sa vie . De surcroit , la décision  de donner la vie , où elle donne , risque  et peut souffrir infiniment plus que l'homme , lui échoit maintenant la plupart du temps et ce , définitivement ..je pense ; Tout cela fait que nous sommes passé(e)s sans bien vraiment nous en rendre compte d'une civilisation patriarcale à une civilisation matriarcale  de par l'augmentation de la durée de vie et par la maitrise féminine technologique de la conception . Cela explique parfaitement les difficultés d'une Eglise parfaitement patriarcale et au droit naturel parfaitement périmé .

Alors que notre Seigneur se soit comparée à une mère Poule , animal tendre et méprisé , nous ouvre une fenêtre pour penser que décidément il était à cent pieds au dessus d'une civilisation et d'une époque patriarcale .
Au cas où vous ne vous en seriez pas encore aperçu : "Bienvenue dans la Civilisation de la Mère Poule "


Dernière édition par Oculus le Lun 11 Aoû 2014 - 11:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9371
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Sam 9 Aoû 2014 - 17:38

Merci , Oculus .

Il y a encore beaucoup d'autres aspects de l'image de la mère-poule utilisée par Jésus :
la constatation des divisions entre juifs , notée aussi par Flavius Josèphe et la prémonition des catastrophes qui allaient s'abattre sur le judaïsme .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
empathry



Masculin Messages : 376
Inscription : 27/02/2014

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Sam 9 Aoû 2014 - 20:03

Oculus a écrit:
L'espèce humaine est une des très rares qui puisse avoir des relations sexuelles en permanence, non dépendantes des saisons et des périodes de rut animales.

Les lapins nous sont infiniment supérieurs dans ce domaine ; en effet, le fait même d'avoir une relation sexuelle (pour une lapine) déclenche l'ovulation.

Pas de méthode Ogino à suivre ; tout est "plié" exactement au "bon moment" !

Les escargots (hermaphrodites) ne sont pas mal non plus !

https://www.youtube.com/watch?v=1e0ti9YEiPo

ATTENTION ; cette vidéo contient des scènes susceptibles d'émouvoir un public jeune et non averti !

:pompom:
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Jonas et la baleine   Lun 11 Aoû 2014 - 10:36

Avec les animaux. Les poissons

Jonas et la baleine

Livre de Jonas 2, 1-11

Le Seigneur fit qu'il y eut un grand poisson pour engloutir Jonas. Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits.



La méditation frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Un homme à la mer !

Dans le livre du Deutéronome, Dieu, par la bouche de Moïse, met son peuple devant un choix apparemment très simple : je mets devant toi, dit-il, le bonheur ou le malheur, la vie ou la mort. Je t’en supplie, ajoute-t-il, choisis la vie (*).
Le conseil pourrait paraître superflu tant le choix semble évident. Pourtant certains préfèrent choisir la mort.

Le prophète Jonas, par exemple. Refusant la mission que Dieu lui confie, parce qu’il déteste trop le peuple cruel auquel il est envoyé pour lui porter un message de conversion et de pardon, Jonas préfère s’embarquer sur la mer. Et la mer, dans la Bible, c’est toujours la mort. D’ailleurs, Jonas finira bientôt à l’eau, et près de se noyer. Il a tourné le dos à Dieu, il a choisi la mort. Tant pis pour lui ?
Dieu ne se résigne pas à nos choix mortifères. Perdre l’un d’entre nous, pour Dieu, c’est perdre un fils unique, un fils irremplaçable, et la joie de tous les saints qui persévèrent ne suffit pas à le consoler de cette perte.

Alors il revient toujours nous chercher, au cœur des plus sombres profondeurs au besoin, et par les moyens les plus inattendus. Ce poisson mangeur d’hommes pourrait nous inquiéter ; c’est pourtant le séjour dans ses entrailles maternelles qui permettra à Jonas de revenir à la vie et de retrouver la terre ferme.
Rends-moi attentif, Seigneur, aux poissons que tu m’envoies au fin fond de mes cachettes d’angoisse et de honte, et qui viennent de ta part me redonner la possibilité de choisir la vie, et d’avoir la vie en abondance.


* Livre du Deutéronome, chap 30, verset 15



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 22 Aoû 2014 - 9:33

Les petits chiens

Évangile selon saint Matthieu 15, 21-28

Les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.


La méditation
sœur Anne Lécu
Paris


Je veux être ce chiot qui se nourrit de miettes qui tombent du ciel, de la table du roi. Car une miette de ta parole suffit à nourrir ma miette de foi. Une miette de ton regard suffit pour retrouver courage. Un rien de ta présence emplit ma vie entière, la dilate, l’ancre là où elle doit être, en son port, près de toi.

Rien qu’une miette. Rien de plus.

Je suis de cette meute de petits chiens qui jouent et sautent autour des convives, pour grignoter ici un os de poulet, là une croute de fromage. Animal docile, impur peut-être. Dédaigné sans doute, à tout le moins au temps de Jésus. Fidèle pourtant.

Je veux être la sœur de ceux-là qui souvent ont le sentiment d’être moins bien traités que les petits chiens. Je veux être la sœur des coupables, des impurs, des ratés, et je sais très sûrement qu’il est en ainsi.

Parce que c’est là que tu habites.

Parce que c’est là que tu pars à la rencontre des brebis perdues, surpris toi-même d’être entraîné au-delà de tes propres frontières, au-delà du pays des brebis, jusque chez les petits chiens.

Je veux être ce chiot qui réclame une miette. Car je sais bien que tu ne rejettes aucune demande, aucune plainte. Nous ne sommes jamais importuns à tes oreilles. Nous ne te dérangeons jamais. Car pour toi, « un chien vivant vaut mieux qu’un lion mort » (*).

Mon frère, ne tremble pas. Mendie ! Dieu donne.

Et mieux encore, il se donne pour toi tout entier mon frère lecteur, sans reste, sans miette, et prépare un festin où les petits chiens auront place d’honneur. Comme des rois. Tout près de lui.

* Livre de l’Ecclésiaste, chapitre 9, verset 4




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 25 Aoû 2014 - 9:42


La brebis volée au pauvre

Second livre de Samuel 12, 1-3

Dans une même ville, il y avait deux hommes ; l’un était riche, l’autre était pauvre.
Le riche avait des moutons et des bœufs en très grand nombre.
Le pauvre n’avait rien qu’une brebis, une toute petite, qu’il avait achetée.



La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

La faute et le pardon

La brebis, pour une raison qui tient sans doute au caractère rural de la société d’alors, est une figure familière des textes bibliques, et elle représente alors un signe extérieur de richesse : la taille du troupeau dit l’aisance du propriétaire. Celui qui en a cent (*) ou plus encore comme c’est le cas de David, n’a donc aucune raison de se plaindre. Et l’on pourrait comprendre qu’il néglige celle qui s’égare : s’il ne le fait pas, c’est que pour un riche, toute brebis (toute pièce) compte ! A fortiori pour celui qui n’en a qu’une qui constitue tout son bien.
Mais Bethsabée n’est pas une égarée du troupeau royal, que David voudrait légitimement récupérer, elle est une brebis volée à un pauvre qui n’a pas d’autre bien et qui en outre est poussé à la mort. Devant la monstruosité du forfait, l’indignation de David et sa repentance nous paraissent bien faibles : « j’ai péché contre le Seigneur ! » Et la miséricorde de Dieu nous semble aussi trop bon marché.

Ces sentiments sont compréhensibles, mais sachons bien que plus la faute est lourde, plus la repentance et l’aveu sont difficiles : le pécheur doit faire face à une image de lui qui lui fait peur et qu’il voudrait rejeter. Et comprenons alors que la miséricorde de Dieu puisse s’exercer avec autant d’intensité que la faute qui l’a provoquée et qu’il puisse y avoir au ciel une très grande joie pour celui qui se repent, quel que soit son péché : plutôt que de fixer le péché, sachons nous réjouir du retour du pécheur.

* Évangile selon saint Mathieu, chapitre 18, verset 12 ;
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 4




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 27 Aoû 2014 - 9:59

Les Bergers infidèles

Livre d'Ézechiel 34, 1-17

Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis.

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

Jésus le bon pasteur

Largement due au fait de l’origine pastorale du peuple hébreu, la métaphore du berger parcourt l’ensemble de la Bible, le plus souvent pour désigner Dieu le pasteur par excellence : ainsi dans le psaume 23 ou chez Isaïe. Lorsqu’il reprendra pour lui-même dans l’évangile de Jean cette désignation, Jésus se fera donc implicitement l’égal de Dieu, une revendication exprimée sous d’autres formes ailleurs, par exemple dans le pouvoir de pardonner les péchés.
Mais Jésus n’est pas seulement le berger, il est le « bon » berger.

Il faut comprendre cette affirmation en lien avec l’Ancien Testament, en particulier le passage du livre d’Ézéchiel proposé à notre méditation. Il y est question de mauvais bergers, ou plus précisément de « bergers pour eux-mêmes » : ce sont tous ceux qui ont des responsabilités dans et pour le peuple et qui ne visent en définitive que leurs profits. Ils sont de toutes les époques, et plusieurs « affaires » nous le rappellent chaque année : c’est dire que la situation ne va pas changer soudainement demain. Mais c’est dire aussi et surtout que, si l’on veut être à son tour, dans sa famille, dans son entourage, dans son entreprise ou ailleurs encore en fonction de nos responsabilités un bon berger, le meilleur et sans doute le seul modèle est Jésus lui-même : aucun autre ne peut se dire vraiment « bon » !





_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 29 Aoû 2014 - 10:07



La brebis muette

Livre d'Isaïe 53, 1-12

Comme un agneau conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n'ouvre pas la bouche.

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

Jésus le serviteur

En Terre Sainte, la Pâque samaritaine attire chaque année de nombreux touristes. Sans doute, il faut le dire, parce que l’on continue d’y égorger et préparer les moutons publiquement et que cela crée une sorte de spectacle, plutôt sanguinolent : ce que laisse par exemple imaginer le sacrifice offert par le prophète Élie tel qu’il est rapporté dans le premier livre des Rois (*). Il est vrai qu’aujourd’hui, mais ce n’était pas le cas dans un passé encore récent, les touristes sont maintenus à bonne distance.

L’image biblique du mouton, de l’agneau ou de la brebis, étant plutôt pacifique, comme le souligne le prophète Isaïe, le spectacle a quelque chose de violent. Il n’est pas étonnant que les premiers chrétiens aient très tôt perçu et présenté la mort de Jésus dans les mêmes termes, un agneau conduit à l’abattoir, une brebis muette qui n’ouvre pas la bouche : pensons au silence de Jésus lors de son procès (**). Jésus n’ayant pas connu le péché, a été dans sa passion et sa mort la victime d’une injustice radicale, à nulle autre pareille, que seuls expliquent sans la justifier les péchés des hommes : ne pourrions-nous pas y penser avant de sauter au plafond quand la moindre injustice nous frappe ?

* 1er Livre des Rois, chapitre 18, verset 20 et suivants
** Évangile selon saint Matthieu, chapitre 26, verset 62 ; chapitre 27, verset 12




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 29 Aoû 2014 - 18:46

Espérance a écrit:
 

La brebis muette

Livre d'Isaïe 53, 1-12

Comme un agneau conduit à l'abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n'ouvre pas la bouche.

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille  

Jésus le serviteur

En Terre Sainte, la Pâque samaritaine attire chaque année de nombreux touristes. Sans doute, il faut le dire, parce que l’on continue d’y égorger et préparer les moutons publiquement et que cela crée une sorte de spectacle, plutôt sanguinolent : ce que laisse par exemple imaginer le sacrifice offert par le prophète Élie tel qu’il est rapporté dans le premier livre des Rois (*). Il est vrai qu’aujourd’hui, mais ce n’était pas le cas dans un passé encore récent, les touristes sont maintenus à bonne distance.

L’image biblique du mouton, de l’agneau ou de la brebis, étant plutôt pacifique, comme le souligne le prophète Isaïe, le spectacle a quelque chose de violent. Il n’est pas étonnant que les premiers chrétiens aient très tôt perçu et présenté la mort de Jésus dans les mêmes termes, un agneau conduit à l’abattoir, une brebis muette qui n’ouvre pas la bouche : pensons au silence de Jésus lors de son procès (**). Jésus n’ayant pas connu le péché, a été dans sa passion et sa mort la victime d’une injustice radicale, à nulle autre pareille, que seuls expliquent sans la justifier les péchés des hommes : ne pourrions-nous pas y penser avant de sauter au plafond quand la moindre injustice nous frappe ?

*  1er Livre des Rois, chapitre 18, verset 20 et suivants
**  Évangile selon saint Matthieu, chapitre 26, verset 62 ; chapitre 27, verset 12




Bonjour Espérance Very Happy , bien merci à toi d'avoir ouvert ce sujet car il me fait grand bien jour après jour , je médite au mieux la Bible qui vient au secours de mon ignorance et me fais comprendre , comment agir dans ma vie de tous les jours et qui sont des perles précieuses pour moi .
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 1 Sep 2014 - 9:49



Et Dieu créa la femme


Livre de la Genèse 2, 22

Avec la côte qu’il avait prise à l’homme, le Seigneur façonna une femme et il l’amena vers l’homme.

Côte à côte

« Je n’ai besoin de personne en Harley Davidson », assure une chanson qui semble nous promettre que le bonheur est à chercher dans l’indépendance. Quelle différence avec Adam, avec l’homme que Dieu crée ! Au contraire, d’après le récit biblique, Adam est incomplet tant qu’il est complet. Il est d’abord seul et entier, mais Dieu voit bien que cela ne va pas. Il faut que, dans son sommeil, il lui enlève un morceau de lui-même (ce mystérieux « côté », bien plus qu’une côte comme on l’a longtemps dit). À l’arrivée, Adam n’est plus seul : il a Ève avec lui ; mais il n’est plus complet non plus : il lui manque un morceau de lui-même. Pour être entier, il a besoin de l’autre : il ne se suffit plus, il n’est plus une île.

Depuis lors, c’est toute l’humanité qui se sait, qui se sent incomplète. Chacun sait qu’il est incapable de se donner à lui-même son propre bonheur, que le bonheur se reçoit toujours d’un autre, parce que le bonheur est dans la relation, pas dans l’indépendance. Voilà pourquoi depuis toujours, et malgré toutes les souffrances que le sentiment amoureux peut aussi causer, hommes et femmes n’entendent pas y renoncer. Voilà pourquoi même les célibataires ne renoncent pas à l’amitié, voilà pourquoi les religieux vivent en communauté : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul »…

Pourtant, ni l’amitié profonde ni même la vie de couple ne peuvent suffire à guérir cette plaie au côté, ce sentiment de manque, cette blessure qui nous ouvre à l’infini. Car c’est la brèche par laquelle Dieu va venir nous rejoindre, comme il faut des trous pour se saisir d’une boule de bowling. Car c’est de lui, de son côté ouvert sur la croix (*), que nous pouvons attendre le fleuve inépuisable qui seul saura apaiser notre soif insatiable.

* Évangile selon saint Jean, chapitre 19 , verset 34




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 1 Sep 2014 - 12:38

Citation :
Voilà pourquoi même les célibataires ne renoncent pas à l’amitié, voilà pourquoi les religieux vivent en communauté : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul »…

Et même les ermites qui vivent loin du monde ne sont pas seuls, vivant toujours dans la présence constante de Dieu. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 22 Sep 2014 - 10:18

Caïn et Abel

Livre de la Genèse 4,1-15

Le Seigneur tourna son regard vers Abel et son offrande, mais vers Caïn et son offrande, il ne le tourna pas. Caïn en fut très irrité et montra un visage abattu.

La méditation
frère Adrien Candiard
couvent du Caire



Un frère pour l’adversité

Ce n’est pas trahir le secret de la confession que de le révéler : la plupart du temps, les confessions d’enfants sont pleines de conflits de fratries. « Je tape ma sœur quand elle m’embête », « je me mets en colère contre mon frère »… Le niveau de violence a heureusement baissé, mais sur le fond, rien n’a changé depuis la Genèse ! D’autant moins du reste que la cause est toujours la même : la jalousie. Dieu a préféré le sacrifice d’Abel à celui de Caïn, sans qu’on sache pourquoi, et Caïn en est incroyablement blessé.

C’est que nous ne voulons pas tant être aimés qu’être préférés. C’est le vieux ferment de la division des familles : mes parents m’aiment, c’est entendu ; mais qui est le chouchou ? Et toi, Seigneur, tu m’aimes parce que tu aimes tout le monde, mais ne vas-tu pas trouver que cette femme qui chante mieux que moi, cet inconnu qui semble te prier avec ferveur, cette mère de famille exemplaire valent mieux que moi ?

Le drame de la jalousie, c’est qu’alors nous risquons de haïr ceux qui nous entourent, non pour le mal qu’ils font, mais au contraire pour leur bien, pour ces qualités qu’ils ont et que nous n’avons pas. Au risque naturellement d’oublier celles que nous avons : mieux vaudrait employer notre temps à cultiver nos talents qu’à haïr ceux des autres…
À cette catastrophe, il n’y a qu’une réponse : c’est d’apprendre à aimer le bien pour lui-même, partout où nous le rencontrons. Reconnaître que cette voix est belle même si ce n’est pas la mienne, ou que ce plat est bon bien que je ne l’aie pas cuisiné. Alors, si je sais m’en réjouir, si je sais l’aimer, ce bien m’appartiendra autant qu’à celui qui possède ce talent, parce que j’aurai su le reconnaître.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 22 Sep 2014 - 10:35

Espérance a écrit:
Un frère pour l’adversité

Ce n’est pas trahir le secret de la confession que de le révéler : la plupart du temps, les confessions d’enfants sont pleines de conflits de fratries. « Je tape ma sœur quand elle m’embête », « je me mets en colère contre mon frère »… Le niveau de violence a heureusement baissé, mais sur le fond, rien n’a changé depuis la Genèse ! D’autant moins du reste que la cause est toujours la même : la jalousie. Dieu a préféré le sacrifice d’Abel à celui de Caïn, sans qu’on sache pourquoi, et Caïn en est incroyablement blessé.

C’est que nous ne voulons pas tant être aimés qu’être préférés. C’est le vieux ferment de la division des familles : mes parents m’aiment, c’est entendu ; mais qui est le chouchou ? Et toi, Seigneur, tu m’aimes parce que tu aimes tout le monde, mais ne vas-tu pas trouver que cette femme qui chante mieux que moi, cet inconnu qui semble te prier avec ferveur, cette mère de famille exemplaire valent mieux que moi ?

Le drame de la jalousie, c’est qu’alors nous risquons de haïr ceux qui nous entourent, non pour le mal qu’ils font, mais au contraire pour leur bien, pour ces qualités qu’ils ont et que nous n’avons pas. Au risque naturellement d’oublier celles que nous avons : mieux vaudrait employer notre temps à cultiver nos talents qu’à haïr ceux des autres…
À cette catastrophe, il n’y a qu’une réponse : c’est d’apprendre à aimer le bien pour lui-même, partout où nous le rencontrons. Reconnaître que cette voix est belle même si ce n’est pas la mienne, ou que ce plat est bon bien que je ne l’aie pas cuisiné. Alors, si je sais m’en réjouir, si je sais l’aimer, ce bien m’appartiendra autant qu’à celui qui possède ce talent, parce que j’aurai su le reconnaître.

Un texte magnifique qui représente un état d'esprit que chacun se doit de réaliser ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 24 Sep 2014 - 10:44

Sacrifice du fils ?
Livre de la Genèse 22, 1-19

L’ange dit à Abraham : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. »



La méditation
frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Malentendus

Les voies du Seigneur sont impénétrables, dit-on, et rien ne semble davantage l’illustrer que cette histoire d’Isaac. Non seulement Dieu y révèle un visage étonnamment cruel en demandant à Abraham le sacrifice de son fils, mais il se montre surtout particulièrement versatile. Il donne à Abraham un fils, après bien des difficultés et des péripéties, mais c’est pour le lui reprendre, et enfin décider de le lui redonner. Pourquoi tous ces revirements ? Pour nous dire que Dieu est hors de portée de notre compréhension ? Ou Dieu veut-il, de cette manière, nous révéler au contraire qui il est ?
Elle est présente au fond de notre cœur, cette fausse image d’un Dieu qui, parce qu’il est le plus fort, peut nous imposer son bon plaisir et ses caprices. Elle est au fond de notre cœur comme elle est au fond du cœur d’Abraham ; cette image, ou plutôt cette idole, c’est celle que le serpent avait soufflée à Adam et Ève… Dieu est le plus fort, et nous n’avons d’autre choix que nous soumettre à son insondable volonté. Abraham se soumet et accepte de perdre ce qu’il a de plus cher, ce fils que Dieu lui avait accordé. Mais Dieu va finalement se révéler : il est celui qui ne veut pas la mort d’Isaac.

Fallait-il passer par cette épreuve pour le dire ? Si Dieu s’était contenté de dire à Abraham : « Je ne désire pas la mort de ton fils », le père se serait réjoui, mais n’aurait pas compris la portée de cette révélation. Il n’aurait pas accueilli cette parole du vrai Dieu, qui ne veut pas la mort, pas plus celle d’Isaac que celle du Christ, ce fils lui aussi promis à la mort, qui porte comme Isaac le bois de son supplice, et qui comme lui revient vivant de cette incroyable épreuve d’angoisse et de fidélité. Il n’aurait pas compris que la volonté de Dieu nous est connue, parce qu’il ne veut que notre bien. Il n’aurait pas chanté un chant d’allégresse pour Celui qui est vainqueur de la mort.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 1 Oct 2014 - 10:26

L'économe infidèle

Évangile selon saint Luc 16. 1-12

Faites-vous des amis avec l'argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.  


La méditation
Soeur Anne Lécu
Paris  


Serait-ce là un éloge du vol ? La « prise illégale d’intérêt » serait donc une vertu ?
Il n’y a pourtant pas d’ambiguïté. Lorsque tu fais un fouet pour chasser ceux qui marchandent dans la maison de Dieu, Seigneur, c’est assez clair : oui, l’argent est « trompeur » ou encore « malhonnête ».
Il est trompeur, parce qu’avec lui tout se calcule, tout se pèse, tout s’évalue. Il se veut étalon universel de ce qui vaut. Pas de « valeur », même symbolique, même morale, sans la notion d’évaluation, de mesure, et d’une instance, mais laquelle ? Qui décide de ce qui vaut et de ce qui ne vaut rien ? Quant à ceux qui parlent trop souvent de « valeurs », n’est-ce pas parce qu’ils se mettent en place d’évaluateur, de Dieu ?

Au contraire, ton amour n'a rien à voir avec tout cela. Il est incalculable, inaliénable, il ne se mesure pas, ne se pèse pas, ne se mérite pas. Tu aimes les vauriens, la gratuité, le temps perdu ou gagné à refaire le monde avec de bons amis. Tu aimes la légèreté, la poésie, la douce caresse du vieillard sur la main de sa vieillarde chérie.

Notre intendant roublard a peut-être compris quelque chose de très important. S’il « gaspille » les biens du maître, au moins, il n’est pas avare. Il sait que l’argent passe, quand l’amitié demeure. S’il tombe par son inconstance, il en profite pour libérer du joug de plus pauvres que lui. Par intérêt, parce qu’il espère aller taquiner le goujon avec de bons amis sur ses vieux jours ? Peut-être. Par altruisme ? Peut-être aussi. Qui peut en juger, sinon toi, l’unique maître qui n’a jamais pesé tes dons ?

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Nathan2



Masculin Messages : 684
Inscription : 06/08/2014

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 1 Oct 2014 - 19:11

"Jérusalem, Jérusalem, combien de fois j'ai voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n'avez pas voulu ! "

Il y a aussi la référence à la France (le coq Gaulois)...
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 3 Oct 2014 - 9:45

L'offrande de la veuve
Évangile selon saint Marc 12, 41-44

Une pauvre veuve s'avança et déposa deux piécettes. Elle a tout donné, tout ce qu'elle avait pour vivre.

sœur Anne Lecu

La méditation
sœur Anne Lécu
Paris

Je connais un homme, pauvre de temps et riche d’amitié, qui n’hésite pas, toujours disponible, à donner de son nécessaire, à dormir moins que de raison, à traverser la France entière pour réconforter un ami éprouvé, sans compter, jamais, ce qu’il lui reste pour lui.
Je connais des femmes, en prison, qui peut-être ont volé, dealé, qui ont été trahies, mille fois, qui sont retombées là, tout autant de fois, et qui pourtant, sont encore capables de donner ce qu’elles n’ont pas : de la confiance et de la joie.
Je connais un homme, dont l’enfance a été un long malheur, une longue descente aux enfers, humilié par son beau-père, oublié par sa mère, battu. Adulte, alors qu’il est en prison, il décide de faire ce que l’on n’a pas fait pour lui : alors que les siens ne lui pardonnaient pas d’exister, il leur pardonne, ne serait-ce que pour sauver sa peau et regarder vers l’avenir, sincèrement. Et le voilà qui peut désormais entrainer résolument dans la vie ceux qui l’entourent.

Je connais une femme, qui parle de son pays comme d’un pays de reines et de rois. Il est l’un des plus pauvres du monde, mais je commence à croire qu’on y est très heureux, car il est peuplé de pauvres qui partagent, plus riches finalement que nous qui fermons nos portes à clé.
Je connais un homme unique qui connaît intimement tous ceux que je viens de citer, et tous les autres. Cet homme, Jésus, c’est la pauvreté même. Il donne tout. Il est Dieu qui se donne. C’est un mendiant qui donne, aux mendiants que nous sommes.
Mon frère lecteur, ouvre grand tes bras pour le recevoir.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 6 Oct 2014 - 9:45

Le vase gâché du potier

Livre de Jérémie 18. 1-6

Le vase qu'il façonnait de sa main avec l'argile fut manqué. Alors il recommença, et il fit un autre vase qu’il jugea satisfaisant

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

Avec Dieu l’impossible devient possible


Il est des situations relationnelles, professionnelles, spirituelles, qu’à vue humaine, nous pouvons juger sans issue : nous avons fait des propositions, nous avons tenté de changer quelques paramètres, et l’obstacle est toujours là. Il semble que quoi que nous fassions, il ne sortira rien de nos tentatives. De telles situations génèrent un découragement bien compréhensible. Mais l’histoire de la poterie rapportée par Jérémie souligne que ce qui est impossible aux hommes reste toujours possible à Dieu.
Les disciples de Jésus ont été confrontés à de telles situations, que seul Dieu a pu retourner : Élisabeth, stérile et âgée, connaît la joie de l’enfantement (*) ; les riches, a priori recalés pour leur entrée dans le Royaume de Dieu, trouvent l’ouverture (**).

L’impossibilité à vue humaine est souvent une épreuve, au double sens du mot : une peine douloureuse, mais aussi une sorte de test de la confiance que l’on met en Dieu. Quand une situation difficile est pleinement confiée à Dieu, il n’est pas sûr que celui-ci la résolve de la manière que nous pensons ou souhaitons, par exemple en réparant le vase brisé, mais il la résout, éventuellement en faisant un autre vase. Qu’il nous faut alors apprendre à recevoir et à reconnaître !


* Évangile selon saint Luc, chapitre 1, versets 36-37
** Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 25-27




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 8 Oct 2014 - 10:07

Le chasseur
Livre de Siracide 14,20-27

Heureux qui s’exerce à la sagesse et réfléchit avec intelligence, Il suit sa piste, comme un chasseur, il guette son passage, il campe ainsi au séjour du bonheur.

La méditation
frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

La protection de la Sagesse

Le législateur français a prévu des saisons pour la chasse, en dehors desquelles celle-ci est interdite et toute infraction punie : il s’agit de préserver certains gibiers qui pourraient se raréfier. Le chasseur dont parle aujourd’hui le Siracide se trouve dans une tout autre situation : il ne connaît pas de limites dans la pénétration des secrets de la Sagesse car ceux-ci sont inépuisables. Ils ne le sont pas au même titre que n’importe quelle sagesse, comprise comme connaissance ou savoir-faire, mais parce que la Sagesse biblique n’est rien d’autre que Dieu lui-même, ou Celui qui est Dieu, auprès de Dieu, plein de grâce et de vérité, son fils Jésus (*).

Mais comment s’en approcher, ou mieux encore l’atteindre ? Qui donc guetter, écouter ? Jésus a lui-même répondu à cette question dans l’évangile de Jean : « Je suis le chemin » (**). C’est à l’écoute de la parole de Jésus, en s’engageant sur son chemin, en le suivant comme un disciple, que l’on s’appropriera les secrets de Dieu. Certains diront de lui « elle est dure sa parole », et d’autres « il est resserré le chemin », mais ceux qui auront peiné et persévéré confesseront : « A qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (***). C’est qu’auprès de lui, « ils campent au séjour du bonheur ». N’est-ce pas là ce que chacun de nous recherche ?


* Évangile selon saint Jean, chapitre 1, versets 1.14
** Évangile selon saint Jean, chapitre 14, verset 6
*** Évangile selon saint Jean, chapitre 6, verset 68




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 10 Oct 2014 - 9:52

Les serviteurs inutiles

Évangile selon saint Luc 17. 7-10

Mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Tu pourras manger et boire à ton tour


La méditation

frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

La chance du serviteur

Dans l’Ancien Testament, il est un serviteur bien connu évoqué à plusieurs reprises dans le livre d’Isaïe entre les chapitres 41 et 53 : le prophète y reconnaît une figure éminente, désignée par Dieu comme son serviteur, avec une nuance évidente d’affection profonde et de respect. Et comme ce serviteur devait connaître un destin tout à la fois tragique et salutaire pour l’humanité (*), il n’a pas été difficile pour les chrétiens d’y reconnaître l’annonce de la figure du Christ et de trouver en lui un chemin de vie.
Dans le chapitre 17 de Luc, le serviteur obéit avec célérité et diligence pour faire la volonté de son maître, et il le fait sans attendre aucune reconnaissance. Celle-ci viendra, mais plus tard : « ensuite, tu pourras manger et boire à ton tour ».

S’il paraît difficile d’identifier au Dieu de bonté ce maître, que l’on imagine plutôt comme cassant et peu sensible à la faiblesse, en revanche nous n’avons aucun mal à reconnaître Jésus dans ce serviteur qui passa sa vie sur terre à faire la volonté de Dieu (« Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé », (**) et ne connut pour récompense terrestre que le supplice de la Croix avant que son Père ne l’établisse à sa droite dans les cieux (***). Faut-il alors se plaindre de connaître tel ou tel tourment, alors que nous partageons ainsi un peu de la vie terrestre de Jésus, avant d’entrer avec lui dans la gloire de Dieu ?


* Livre d’Isaïe, chapitres 52-53
** Évangile selon saint Jean, chapitre 4, verset 34
*** Lettre de saint Paul aux Philippiens, chapitre 2, versets


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 13 Oct 2014 - 10:06


La sagesse précieuse

Livre de la Sagesse 7, 7-30

Tout l’or du monde auprès de la Sagesse n’est qu’un peu de sable, et, en face d’elle, l’argent sera regardé comme de la boue.



La méditation

frère Adrien Candiard
couvent du Caire


L’île aux trésors

Certaines pages de la Bible ressemblent aux cartes au trésor des romans d’aventure ou des jeux de l’enfance. Elles indiquent des trésors fabuleux, féeriques, mais en général tout à fait hors d’atteinte. Cela n’empêche pas de rêver mais cela devient, à la longue, un peu frustrant, comme peut être frustrant cet éloge de la Sagesse, si admirable, si désirable, et pourtant si loin de ma portée ! Comment cette Sagesse plus précieuse que l’or ou le diamant serait-elle dans nos moyens ? Comment devient-on sage ? N’est-ce pas réservé aux premiers de la classe ?
Nous savons bien que Dieu n’est pas réservé aux habiles et aux intelligents ; il préfère même se révéler aux tout-petits. Cela veut peut-être dire que cette Sagesse dont parle la Bible n’a pas grand-chose à voir avec un doctorat en philosophie soutenu en Sorbonne. C’est une question de sagesse, non une question de savoir. Dieu n’est pas un instituteur qui récompense les bons élèves et se désintéresse des cancres.

La Sagesse de Dieu est bien différentes de nos sagesses humaines, parce qu’elle n’est pas un savoir, mais une personne : le Christ, qui seul est « le rayonnement limpide de la gloire » de Dieu. Et le Christ est une sagesse étrange, qui n’hésite pas à venir vers nous, qui ne respecte guère les conventions, et qui va jusqu’à donner sa vie pour nous dans une folie d’amour.
Et cette Sagesse-là a voulu se mettre à notre portée. Comment la posséder ? En l’aimant, en aimant cette personne du Christ davantage que n’importe quel trésor. Alors nous ne risquerons plus de la laisser échapper, cette Sagesse ; « car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur » (*)


* Évangile selon saint Matthieu 6,21



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 15 Oct 2014 - 11:23


La dette ou le serviteur impitoyable

Évangile selon saint Matthieu 18. 23-35

Alors le roi fit appeler le serviteur mauvais et lui dit : “ Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ? ”

frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Surendettement

« Pardonne-nous nous offenses, comme nous pardonnons aussi… » Quand nous parvenons à penser à ce que nous disons dans la prière, quand le Notre Père n’est pas une simple récitation machinale, c’est souvent le moment gênant. Car si Dieu ne pardonne pas mieux que moi, j’ai du souci à me faire. Si le pardon de Dieu se marchande, si je dois le payer de mon propre pardon, je risque de manquer de liquidités. Parce que pour l’heure, côté pardon, je ne suis pas nécessairement très riche. Il y a bien des petites choses que j’arrive à pardonner, mais pour les grandes, ce n’est pas gagné. Je voudrais bien, d’ailleurs, mais c’est trop dur. J’aurais l’impression de nier ou de minimiser le mal qu’on m’a fait. Je voudrais bien pardonner, parce que je sens que ce mal qu’on m’a fait continue à me ronger. Je voudrais bien, mais c’est au-dessus de mes forces. Et à cause de cela, le Seigneur ne me pardonnera pas ? C’est un peu la double peine…

À moins que nous ne le comprenions à l’envers, ce passage du Notre Père, et c’est ce que laisse entendre la parabole. Car le roi, qui représente Dieu, ne pose pas de conditions pour remettre une dette pourtant impossible à jamais rembourser : soixante millions de pièces d’argent ! Son pardon de nos fautes, de tous nos manques d’amour, est gratuit : c’est un cadeau qui ne se mérite pas. Et quel cadeau ! Car non seulement nos fautes sont pardonnées, mais nous voilà capables à notre tour de pardonner là où le pardon semblait impossible : je pardonne parce que je me sais pardonné, parce que la joie du pardon est communicative, parce que je peux regarder mes frères avec le regard de Dieu. Pardonne-nous, Seigneur, nos soixante millions de fautes ; alors nous pourrons à notre tour essayer de pardonner, avec ton pardon à toi, avec ton cœur à toi.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Sam 18 Oct 2014 - 22:14

L'amitié

Livre du Siracide 6,5-17

Un ami fidèle n’a pas de prix,
sa valeur est inestimable.



frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Comme je vous ai aimés

« Je préfère qu’on reste amis. » Dans certaines situations, l’amitié apparaît comme le parent pauvre de l’amour, ou le lot de consolation, en tout cas un sentiment plus faible. Et pourtant, nous dit la Bible, c’est un trésor. Un trésor si grand qu’il faut le chercher, faire le tri entre les centaines d’ « amis Facebook » et de connaissances plus ou moins vagues pour trouver la perle rare. Un trésor si grand qu’il est au cœur de l’enseignement de Jésus.
Après son dernier repas, quelques heures avant son arrestation, Jésus laisse à ses disciples le plus grand commandement : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » (*) « Comme je vous ai aimés » : faut-il aimer autant que lui, aussi parfaitement que lui, sans réserve, en mourant sur une croix ? Vous parlez d’une perspective simple… Fort heureusement, Jésus nous donne lui-même la clef aussitôt après, quand il ajoute : « Je vous appelle mes amis » (**).

Comment Jésus nous aime-t-il ? Comme des amis. C’est-à-dire individuellement, personnellement. Jésus n’aime pas toute l’humanité, il aime chacun, différemment, parce que chacun est différent. Il n’aime pas vu de haut, de loin, comme on peut dire qu’on aime les pauvres ou les petits Chinois : aimer ne se conjugue qu’au singulier. Il aime Lazare, il aime saint Jean, il aime chacun d’entre nous personnellement, comme des amis. Aimer à notre tour « comme il nous a aimés », c’est accepter de construire avec ceux qui nous entourent de véritables amitiés, c’est-à-dire des affections qui nous engagent, des affections concrètes pour des personnes concrètes, qui connaissent les défauts de l’autre, qui empruntent parfois le chemin du pardon, qui prennent le risque de la trahison. En tout cela, le Christ nous a précédés ; n’ayons pas peur de le suivre, jusqu’à la source de tout amour.


* Évangile selon saint Jean 13, 34
** Évangile selon saint Jean 15, 15

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 20 Oct 2014 - 10:41


La paille et la poutre


Évangile selon saint Luc 6. 39-42

Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? […] Qu'as-tu à regarder la paille dans l'œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ?


sœur Anne Lécu
Paris

Il y a les voyants, ceux dont le regard éclaire l’invisible par leur bonté. Il y a les voyeurs, ceux qui guettent les multiples travers de leurs semblables et se complaisent à les révéler aux autres.

Il y a ceux qui tâtonnent pour avancer, la vue basse, mais dont le cœur sait reconnaître la justesse du ton, la bonté cachée derrière une rudesse pudique, le feu sous la cendre. Il y a les justiciers qui revendiquent la transparence, l’exactitude, et le pouvoir que donne la vue.

Il y a ceux qui accusent, les donneurs de leçon, les esprits faux, qui s’effondreraient, si on leur donnait ne serait-ce qu’une paille à porter.

Il y a ceux qui préfèrent l’ombre à la lumière, pour se cacher car ils croulent sous la honte, et leur poutre est trop lourde à porter.

Nous sommes de tous les camps bien sûr, et c’est en nous que passe le fer de la parole évangélique. Car toi seul, Seigneur, voit clair en nous.

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » (*) demandes-tu à l’aveugle, comme si cela n’allait pas de soi.
« Seigneur, fais que je vois ! ». Ne crains pas de mettre de la boue sur mes yeux, de la nuit sur ma nuit, pour déchirer le voile qui enferme mon cœur.

Fais que je vois comme toi tu vois.
Fais que je pleure pour voir plus clair.
Fais que mon cœur saigne quand l’autre souffre silencieusement du dedans.
Fais que je vois ton temple dans le corps de mon frère.
Fais que je vois frémir le ciel entier devant un homme à terre.
Fais que je regarde sans honte ni trouble au visage la croix où tu t’offres.
Fais que je vois le tombeau vide.


* Évangile selon saint Luc, chapitre 18, versets 35-43



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 22 Oct 2014 - 9:45

Comme des aveugles

Livre d'Isaïe 59, 1-15

Nous attendons la lumière, et ce sont les ténèbres ; la clarté, et nous marchons dans l'obscurité. Nous tâtonnons comme des aveugles le long d'un mur, comme des gens privés d'yeux. […] Le Seigneur l'a vu, et ses yeux n'ont pas supporté qu'il n'y ait plus de justice.

sœur Anne Lécu
Paris

Il va bien falloir, Seigneur, que tu te fasses à cette idée : nous n’y voyons rien. Nous tâtonnons dans la nuit. Nous tombons comme des ivrognes. Il n’y a pas d’appui.
Plus on voit tout, moins on y voit. Le train du monde est pris d’embardées, et toi Seigneur, qu’est-ce que tu fais ? Où sont les grands hommes qui avaient une vision ? Est-ce que tu pourrais faire un petit effort et nous donner des yeux pour voir, par où aller, et comment vivre ?
C’est vrai. Toi seul, Dieu, vois.
C’est vrai. Si nous voulons voir en réalité le monde tel qu’il va, sans ta miséricorde, nous mourrons de désespoir, ou nous serons transformés en statue de sel, et en cœur de pierre, par cynisme.
C’est vrai. Les yeux que tu nous a donnés sont là pour rendre beau ce que nous regardons et ceux avec qui nous vivons. Ils ne peuvent pas disséquer le monde et le dévorer sans s’abîmer, et nuire à ceux sur qui ce regard de scalpel se pose. Mais en attendant, on fait quoi ? Certains jours, il n’y a plus qu’à pleurer.

Or, voilà que le miracle s’opère. Les aveugles, s’ils ne voient pas, peuvent pourtant pleurer, et qui sait s’ils ne voient pas, à travers leurs larmes, ce qui échappe aux yeux secs ? Car nos larmes sont toujours tes larmes. Elles nous donnent de voir comme tu aimes.
Tes yeux, Seigneur, n’ont pas supporté qu’il n’y ait plus de justice, et tu as pleuré sur Jérusalem. Lorsque nous pleurons sur ce monde, nos larmes forment un vitrail qui irise la lumière de ta tendresse. Et le monde se recouvre d’une couleur singulière et discrète, inaccessible aux cœurs secs, une couleur de bonté


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 24 Oct 2014 - 10:19

De mes yeux de chair

livre de Job 19, 23-27

Je sais, moi, que mon libérateur est vivant, et qu'à la fin il se dressera sur la poussière des morts ; avec mon corps, je me tiendrai debout, et de mes yeux de chair, je verrai Dieu.



sœur Anne Lécu
Paris


Job, mon ami, mon frère, tu es sur ton tas de cendre, douloureux, malade, saoulé par le discours de tes amis qui pensent bien faire en justifiant ton malheur injustifiable, et tu ne te résignes pas à ce qui te paraît insensé.
Job, mon frère de sang et de larmes, tu es là, perclus, seul car même ton épouse t’a dit « Maudis Dieu et meurs ! » (*) et pourtant, dans cette acclamation, toute ta foi, ta grande foi en Dieu se déploie.
Oui, tu le sais, ce Dieu contre qui tu te bats est à la fois l’énigme de tes plaies, et ton défenseur, ton libérateur, le trésor de ta vie.
Oui, tu le sais, tes paroles doivent être gravées dans le marbre pour toujours : elles réconforteront le Christ lui-même quand lui-même sera dans la nuit.

Et tes yeux qui ne voient plus d’avenir, tes yeux brûlés de larmes et de fatigue, tes yeux, déjà, voient que Dieu ne peut qu’être bon, qu’il ne peut vouloir ton malheur. Et tes yeux, déjà, voient que d’autres, innocents comme toi, souffrent et espèrent, et attendent, et croient que leur libérateur est vivant. Tes yeux, déjà, dans la nuit noire, voient Dieu de dos.
Les traducteurs hésitent : est-ce depuis ta chair, ou hors de ta chair que tu verras Dieu ? Qu’importe. Ce sont les cœurs purs qui voient Dieu. Et quels yeux autres que ceux du corps et de la chair, les yeux qui aiment et rendent beau ce qu’ils regardent, pour contempler Celui qui rend le cœur pur ?
« Vous n’avez pas parlé de moi avec justice, dira Dieu à ses détracteurs, comme l’a fait mon serviteur Job » (**).

* Livre de Job, chapitre 2, verset 9
** Livre de Job, chapitre 42, verset 7


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 27 Oct 2014 - 9:52

Sh'ma Israël

Livre du Deutéronome 6,4-13

« Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l'Unique. »

frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

Dieu est fidèle

Si vous avez des amis juifs attachés à leur tradition, vous aurez peut-être noté qu’aux chambranles de la porte d’entrée, se trouvent fixés des extraits de la Loi mosaïque ; si en outre, ces mêmes amis vous ont permis d’assister à la prière d’un des hommes de la maisonnée, vous aurez constaté qu’il se fixe autour du front, à l’aide d’une longue lanière, une petite boîte contenant elle aussi des extraits de la Loi… Tous ces usages sont destinés à répondre à une invitation du Deutéronome perçue très concrètement, telle celle-ci : « tu les fixeras comme une marque sur ton front ». En agissant ainsi de manière très concrète, nos amis juifs marquent qu’ils n’oublient ni Dieu ni sa parole.

Dans la tradition juive, la mémoire est une donnée fondamentale. En se souvenant des œuvres et dons de Dieu en faveur de son peuple, dans le passé comme dans le présent, en répondant à l’invitation de Dieu, le fidèle adresse à Dieu une invitation en retour : « souviens-toi de moi ». La tradition chrétienne est l’héritière de cette compréhension de la place de la mémoire, et elle le manifeste par exemple dans les prières eucharistiques, lorsqu’elle proclame : « faisant mémoire de… ». Faire mémoire de telle personne ou telle événement devant Dieu, c’est invité celui-ci à agir pour la personne ou dans le cadre de l’événement : prenons le temps de cette mémoire.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 29 Oct 2014 - 10:03

Prêtez l'oreille

Livre d'Isaïe 55, 1-11

« Prêtez l'oreille ! Venez à moi ! Écoutez et vous vivrez. »

frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

Dans la prière qu’il a laissée à ses disciples, Jésus les invite à nommer Dieu du nom qu’il lui donnait lui-même, « Abba », que l’on traduit parfois par « Papa ». Que cette équivalence soit tout à fait justifiée ou non, elle dit quelque chose de cette très grande familiarité qui liait Jésus à Dieu et qui n’a pas manqué de frapper ses contemporains : « il appelait encore Dieu son propre Père, se faisant égal à Dieu » (*). En proposant aux disciples d’appeler Dieu de la même manière que lui, Jésus leur partage une dimension essentielle de son mystère. Sans être totalement nouvelle, on peut constater que cette appellation est plutôt rare dans les textes bibliques. Mais elle n’est certainement pas loin de la pensée du prophète Isaïe si l’on en juge par les caractéristiques de Dieu qui appelle au chapitre 55 : instance nourricière, donateur de vie, bienveillant.

Pour l’avoir souvent constaté, je sais que la difficulté à s’adresser à Dieu comme Père tient souvent au fait que nos pères terrestres ne sont pas toujours, et parfois loin s’en faut, à l’image du Père céleste. Le péché est passé par là, détruisant, comme il le fait souvent, l’image de Dieu en l’homme. Mais en Jésus-Christ, elle n’est pas ternie, au contraire elle brille de tout son éclat : alors, en parcourant les évangiles, retrouvons cette image paternelle de Dieu dans sa pureté.


* Évangile selon saint Jean, chapitre 5, verset 18


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 3 Nov 2014 - 10:18

Le nez de Dieu

Livre de la Genèse 8, 20-22


Le Seigneur respira l'agréable odeur, et il se dit en lui-même : « Je ne maudirai plus jamais le sol à cause de l'homme.»


frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Ineffaçable

Dieu a le nez délicat. Apparemment, en tout cas, puisque Noé parvient à l’apaiser, après la colère qui a provoqué le Déluge, par le simple fumet d’un sacrifice montant jusqu’au ciel. Mais qui est Dieu, s’il a besoin de l’odeur d’animaux sacrifiés pour décider de ne plus détruire la terre ? Est-ce vraiment ce Dieu dont les prophètes et Jésus nous ont répété sans relâche qu’il attendait de nous l’amour d’un cœur sincère, et qu’il se moquait des sacrifices ?
Dieu avait provoqué le Déluge en constatant combien le cœur de l’homme était mauvais.

Mais après cela, Dieu renonce à détruire l’homme alors que l’homme n’est pas devenu meilleur ; Dieu ne se fait pas d’illusion. Mais il s’engage à ne pas le détruire malgré tout. Est-ce vraiment l’odeur de la viande grillée qui a su le convaincre ? Ou n’a-t-il pas senti en même temps un autre parfum, plus discret ? N’a-t-il pas respiré, dans ce sacrifice, l’esprit d’adoration qui anime Noé et à travers lui toute l’humanité ? Un esprit qui continue à s’élever malgré le péché, parfois au cœur même du blasphème ; un petit parfum presque insensible, mais que rien n’efface, qui rend l’homme capable de Dieu, même quand il lui a tourné le dos ; un petit fumet qui ne cessera jamais de monter jusqu’au ciel, par lequel Dieu et l’homme sont à jamais liés.
Quand nous désespérons des hommes, quand nous désespérons de nous-mêmes, il faut avoir l’odorat subtil pour respirer à notre tour ce parfum d’espérance.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 5 Nov 2014 - 11:13

Le parfum sur la tête

Évangile selon Saint Matthieu 6, 16-18

« Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père »


frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Le temps des cerises

Agir en secret, se parfumer pour un rendez-vous… Pourquoi nos exercices de piété ont-ils souvent un goût de carême, alors qu’ils devraient respirer un parfum d’adolescence ? N’entendons-nous pas, dans l’évangile, un écho de ce temps des premiers rendez-vous d’amour, quand il importe que personne n’en sache rien, ni les amis, ni les frères et sœurs, ni surtout les parents qui ne comprendraient rien. Alors on prétexte d’aller travailler chez un ami pour couvrir le rendez-vous secret. On guette fiévreusement le courrier pour être le premier à trouver cette lettre tant attendue, afin qu’elle ne suscite pas la question indiscrète de maman, le sourire amusé de papa. On met même, pour la première fois, un peu de parfum pour plaire à l’être aimé mais pas trop, de crainte d’être repéré.

Marcel Pagnol le savait bien : ce temps des amours, c’est le temps des secrets. Parce que l’amour naissant a besoin d’être protégé, parce qu’il a besoin de construire en silence cette intimité sans laquelle il n’y a pas d’amour du tout. L’exposer trop vite à la lumière, c’est l’aveugler et bientôt le dessécher. Laissons-le croître dans l’ombre ou, comme le dit Jésus, dans le secret.
Voilà comment Jésus nous invite à vivre le jeûne, comme il nous invite à vivre la prière, le partage et tout ce qui fortifie notre vie chrétienne : à vivre comme la construction


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 7 Nov 2014 - 10:01

Le parfum de la prière des saints

Livre de l'Apocalypse 8, 1-6

Un ange vint se placer près de l'autel ; il portait un encensoir d'or ; il reçut des parfums en abondance pour les offrir, avec les prières de tous les saints.

frère Adrien Candiard
couvent du Caire

L’odeur de l’homme


Quelle odeur peut bien avoir la prière des saints ? Elle est bonne, j’imagine, si l’ange du livre de l’Apocalypse la fait monter vers Dieu avec d’autres parfums. Rien d’étonnant à cela, d’ailleurs : ce sont des saints. Mais ma prière à moi, que sent-elle ?

Il faudrait déjà qu’elle ait une odeur. Trop rare, trop incertaine, ma prière n’a pas beaucoup de consistance. Souvent, pourtant, je rêve de prière fervente et élevée, mais une fois seul dans ma chambre, je ne sais plus trop quoi dire ; mes belles pensées sur Dieu se tarissent ; des idées m’assaillent, qui n’ont pas grand-chose à voir avec Dieu ; je ne mets pas très longtemps à penser que je pourrais faire d’autres choses bien plus utiles. Au fond, je voudrais que ma prière sente la rose, et elle finit par ne plus rien sentir du tout.

Car si elle avait une odeur, je ne suis pas sûr que ma prière sentirait très bon. La sueur de ma fatigue, l’odeur rance de mes jalousies recuites, le parfum de mes angoisses et de mes désirs pas toujours présentables, je me dis que ce n’est pas une odeur digne du bon Dieu. L’ennui, c’est que c’est mon odeur à moi. Si je ne vais pas à la prière avec mon odeur, si je ne prie pas comme je suis, bref si je ne suis pas vraiment là quand je prie, comment espérer rencontrer Dieu ? La prière devient un exercice éthéré où je cherche à dire à Dieu ce qu’à mon avis, il a envie d’entendre. Pas étonnant, dans ce cas, qu’il ne s’y passe rien ; il est probable que Dieu s’y ennuie autant que moi ! Quand finirai-je par comprendre que le parfum que Dieu préfère, c’est l’odeur de ses enfants ?



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 10 Nov 2014 - 10:23

La Parole est près de toi

Livre du Deutéronome 30, 10-16

Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur.

sœur Anne Lécu
Paris

Ta voix Seigneur, ta voix silencieuse n'est pas à rechercher sur les hauteurs, dans les cathédrales et les show à grande échelle. Elle est d'abord un murmure, un à peine souffle, une proximité palpitante, infime comme le battement d'un cœur d'oiseau réfugié entre nos mains. C’est une voix si ténue, et pourtant si puissante, puisqu’elle porte la parole qui crée le monde. « Et Dieu dit… et ce fut… » (*). Elle palpite au plus intime de ma maison, au plus profond de mon être. Elle bat au rythme de mon sang.
Tout dans ta parole est charnel, toucher, écoute, goût, parfum. Tout de ta parole est corps. Depuis ton incarnation, ô mon Dieu, ta parole ne navigue pas ailleurs que sur nos lèvres. Nos lèvres, si malhabiles, sont les pirogues de ta parole. Ta parole vit dans notre bouche.

C'est notre nourriture, sans doute, mais ce qu'elle veut au-delà de notre satiété, c'est naviguer, voler sur d'autres lèvres et d'autres continents, que tous entendent, comprennent enfin que tu veux la vie. Rien d'autre que la vie de l'homme. Et qu'il y a urgence à affronter tempêtes et naufrages pour que tes mots, mon Dieu, soient reçus : « Je ne suis pas venu pour juger le monde, mais le sauver » (**).
L'urgence n'est peut-être pas le culte, ni les « bonnes actions », même si tout cela peut être bon. L'urgence, c'est que des hommes à terre entendent que non seulement ils ne sont pas condamnés, mais que toi Dieu, fais de leur vie ta demeure, parce que nous sommes beaux et que Tu aimes vivre là, au fond du fond de notre bouche.
Mon frère lecteur, veux-tu donner ta voix à la Parole ?


* Livre de la Genèse, chapitre 1
** Évangile selon saint Jean, chapitre 12, verset 47


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 12 Nov 2014 - 9:51

Le Livre mangé

Livre d'Ézéchiel 3. 1-21

Mange ce rouleau, et va parler à la maison d'Israël.

sœur Anne Lécu
Paris

Ta parole nous apprend à parler. Celui qui veut apprendre à parler, et tu sais mon Dieu, combien je le désire doit se résoudre à mâcher ta parole autrement plus souvent qu'une vache son herbe.

Tout le corps est convoqué à cette tâche. Les œnologues auraient beaucoup à nous apprendre, eux qui ferment les yeux et habillent le vin de couleurs, de robes, et de paysages. Ta parole, écoutée, lue, perçue dans la voix de nos proches, invente des couleurs au-delà de l'arc-en-ciel, nous fait découvrir des paysages inconnus où il est possible de voyager avec toi. Elle peut être douce, plus que le miel, ou amère, car elle nous ouvre les yeux sur le monde et nous voyons ce que sans elle nous ne savions pas : le cœur de l'homme saigne, le cœur de l'homme peut être dur, torve, et sa bonté peut être sans fin, mais aussi humiliée.

Alors, nous commençons à apprendre à parler. À quitter le bavardage. À dire et faire la vérité, hors les modes, loin des idéologies. Alors, nous supportons la vérité, une vérité parfois plurielle, qui n'est pas mensonge pour autant. Alors nous supportons la complexité du monde, et la nôtre, qui n'a rien à craindre de ta grande simplicité.

Toi, tu n'as qu'une parole. Et tu nous l'as donnée.

Ce Fils-parole, émerveillé de nous, oui, avant de mourir t'a assuré que nous garderions ta parole comme les disciples si peu croyants l'avaient gardée. Il a cru en nous et toujours y croit, lui notre avocat. Il est notre garant. Plus encore, en notre voix il est le Verbe. En lui, oui, nous pouvons parler.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 14 Nov 2014 - 10:10

Premier poème du Serviteur

Livre d'Isaïe 42,1-7

Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, on n'entendra pas sa voix sur la place publique. […] Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie : il dispose la terre avec sa végétation, il donne la vie au peuple qui l'habite.


sœur Anne Lécu
Paris

Toi, mon frère lecteur, tends l’oreille.
Le murmure du vent qui parfois se tait porte la musique de la voix de Dieu. Une voix de fin silence. Un presque rien.
Quelques feuilles d’arbre frémissent à peine. Un ange passe.
Le serviteur des serviteurs, et roi des rois ne crie pas quand il parle. Sa voix est une caresse qui calme les brûlures, mais on ne l’entend pas annoncer ses merveilles dans un haut-parleur.
Il est tout près, tout près de toi, et frappe à ta porte. Jamais il ne rentrera sans ton accord. Il ne force pas les serrures, ne s’impose pas.
C’est pourtant lui a qui a tendu la toile du ciel au-dessus de ta tête, accroché une à une les étoiles pour que tu puisses t’orienter dans la nuit. C’est lui qui a découpé soigneusement la feuille de chêne, et colorié les tulipes d’avril. Il a choisi le parfum du lilas, et aimé donner un manteau de laine au mouton.

Mais de cela il ne se vante pas. Il l’offre. Il donne tout pour tes yeux, pour tes sens, pour ta vie. Ainsi parle Dieu.
Toute la joie du monde et toute la joie de Dieu t’est donnée dans ce frère Christ qui te parle à l’oreille. Il ne vient pas te condamner, mais tuer en toi ce qui te tue, à commencer par le sentiment de ton indignité. Tu verras : la vie devient spacieuse quand on le laisse entrer chez soi.
N’aie pas peur, il prend sur lui ce qui t’effrayes, y compris ta propre faute. Et jamais, jamais, ne te le fera sentir. Tu verras, sa voix te rendra léger. N’aie pas peur de parler à ce Dieu si discret, qui n’attend que ta voix pour répondre à la sienne. Dieu est conversation.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 17 Nov 2014 - 8:37

Lutte de Jacob avec l'ange

Livre de la Genèse 32,23-32

La renaissance après le doute

frère Hervé Ponsot
couvent de Lille

L’aurore s’est levée

Étrange combat de Jacob, devenu légendaire au point de marquer l’imaginaire de nombreux peintres et romanciers, qui ont cherché tout au long de l’histoire à en percer le mystère. Entre autres choses étonnantes, le lecteur ou l’auditeur remarque d’une part que ce combat oppose en pleine nuit un homme et Dieu et… que Dieu finit par avoir le dessous (« tu as lutté contre Dieu et tu as vaincu »), d’autre part que Dieu bénit Jacob en lui attribuant un nouveau nom, signe de renaissance, tout en lui laissant à la hanche un cuisant souvenir. La Bible nous offre un autre récit d’un combat contre Dieu, oral cette fois, celui de Job, dans lequel le protagoniste, après avoir beaucoup perdu, est finalement lui aussi béni : manifestement, Dieu n’en veut pas à ceux qui lui demandent raison.

Il semble que ces combats ont une portée plus large que nous ne pourrions le penser : tout homme dans sa vie se confronte un jour ou l’autre à Dieu, avec plus ou moins de violence. Que le fruit de ce combat soit acceptation ou rejet de Dieu, nul n’en sort indemne : comme on dit aujourd’hui, cela laisse des traces, et c’est sans doute la signification profonde de la marque que portera Jacob. Mais en outre, à celui qui aura lutté droitement tout au long de la nuit du doute, une bénédiction aux allures de résurrection sera donnée à l’aurore. N’ayons donc pas peur de cette nuit.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 19 Nov 2014 - 10:10

Le Bon Samaritain

Évangile selon saint Luc 10. 25-37

Fais ainsi et tu auras la vie



Celui qui se fait proche


La remarque en a été faite depuis longtemps par de multiples commentateurs : le docteur de la Loi pose à Jésus la question « qui est mon prochain ? » et Jésus répond par une autre question qui retourne la précédente « qui a été le prochain de l’homme tombé entre les mains des bandits ? » Elle va même plus loin dans la mesure où celui qui s’est fait prochain est un Samaritain, une sorte d’hérétique. La question de Jésus nous oblige à changer notre regard : le prochain n’est pas seulement cet autre, pauvre, malade, blessé dont on me parle et qui souvent se trouve loin de moi, mais il est moi, selon ma manière de me situer par rapport aux autres.

La question qui nous est posée par ce récit fameux est donc « de qui vais-je me rendre proche ? », et elle n’a pas de réponse définitive : le prochain peut varier selon les époques, les situations, ou même les humeurs. Mais avec l’évocation du Samaritain, elle nous invite à ne pas nous choisir celui qui nous convient, mais celui qui a vraiment besoin d’aide et que nous n’aurions peut-être pas spontanément choisi. Ne soyons pas surpris que cela ne soit pas facile : souvenons-nous qu’un saint François d’Assise a mis bien du temps à accepter d’être le prochain du lépreux qui gisait pourtant à sa porte !



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 21 Nov 2014 - 9:40

Le corps du Christ

Lettre aux Corinthiens 12, 12-27

Notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres ; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ.


frère Hervé Ponsot
couvent de Lille


Notre corps forme un tout


La diversité est devenue une formule à la mode dans le monde politique. Mais elle figurait déjà dans la première lettre de Paul aux Corinthiens (*) pour évoquer la vie ecclésiale, en relation avec la variété des vocations et des expériences : sa mise en œuvre semble donc n’avoir jamais été vraiment satisfaite pour qu’elle soit encore à l’ordre du jour. Pourquoi ?
La question est rarement posée : elle oblige à reconnaître que l’acceptation de cette diversité ne va pas de soi, qu’elle fait peur ! Bien sûr, chacun sait cette diversité inévitable, bien sûr chacun veut bien en paroles la reconnaître comme richesse, mais comment ne pas être tenté de la contrôler au maximum, et peut-être finalement de l’exclure ?

Parce qu’elle dérange profondément : reconnaître et accepter cette diversité, c’est reconnaître et accepter les limites de nos personnes, de nos actions.
À la suite de saint Paul dans la première lettre aux Corinthiens, le chrétien a pourtant une bonne raison d’accepter cette diversité et les limites qu’elle lui pose : elle lui permet de se reconnaître comme un membre parmi d’autres du corps du Christ, et de reconnaître dans les autres ceux avec qui se construit ce corps. Heureuse complémentarité !

* chapitres 12-13



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 24 Nov 2014 - 9:44

Les lumières de la création

Livre de la Genèse 1, 1-18

Et Dieu dit : « Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel, pour séparer le jour de la nuit ; qu'ils servent de signes pour marquer les fêtes, les jours et les années ».

frère Adrien Candiard
couvent du Caire

À la mesure de l’homme

Dans ce récit bien connu de la création de l’univers, Dieu crée le soleil le quatrième jour. Mais comment comptait-on les trois premiers jours, s’il n’y avait pas de soleil ? Comment peut-on dire trois fois, « il y eut un soir, il y eut un matin », si le soleil ne se couche ni ne se lève ? Si les auteurs du texte biblique avaient voulu nous donner une description scientifique du processus de création du monde, ils s’y seraient particulièrement mal pris. Sauf à les supposer extrêmement distraits et maladroits, c’est bien que le texte nous parle d’autre chose, et d’abord du sens de cette création plutôt que de son déroulement.
Alors quel sens prend-il, d’après le texte biblique, cet acte créateur de Dieu ? Pourquoi, en particulier, Dieu passe-t-il tant de temps à construire, à organiser et à orner ce ciel qui restera pourtant toujours lointain pour l’homme ?

Si lointain, du reste, que nous n’y faisons plus guère attention. Les lumières de la ville nous ont depuis longtemps caché la clarté des éeacute;toiles. Le ciel ne fascine plus que les enfants, qui ne peuvent dessiner sans placer le soleil, le bleu du ciel, parfois davantage. Sans doute sentent-ils, mieux que nous, que ce ciel agencé avec tant de soin par le créateur a beaucoup à nous dire ; qu’il nous crie, par son immensité, que nous sommes faits pour l’infini, que notre cœur ne peut être rempli que par un amour aux dimensions de l’univers. C’est à condition de laisser le ciel nous rappeler cela que nous pourrons, les deux pieds sur terre, vivre une vie à la mesure de l’homme.


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 26 Nov 2014 - 10:43


Songe de Jacob

Livre de la Genèse 28,10-22

Une échelle était dressée sur la terre, et son sommet touchait le ciel ; des anges de Dieu montaient et descendaient.


frère Adrien Candiard
couvent du Caire


Sur la terre comme au ciel


Jacob n’est pas un rêveur. Commerçant habile, éleveur astucieux, chef de clan prudent, il sait fort bien, dans le récit biblique, comment mener ces affaires en ce monde et n’a rien du mystique vivant la tête dans les nuages. Et c’est à cet homme pratique que Dieu va donner la vision d’une échelle montant jusqu’au ciel. Est-ce pour lui une invitation à s’élever au-dessus des choses de la terre ? Rien n’est moins sûr, car la vision s’accompagne d’une promesse : celle de lui donner, à lui et à ses descendants, la Terre promise.

L’échelle que voit Jacob n’est donc pas un moyen de s’évader de la terre, d’un monde trop rude, trop agressif. Les anges y montent, certes, mais ils en descendent aussi. Jacob n’est pas invité à fuir, mais au contraire à habiter ce monde, habiter sa vie, fort de la conscience de la présence de Dieu. La terre appartient à Jacob, parce qu’il a le ciel pour horizon.

Opposer le ciel et la terre, c’est se condamner à ne comprendre ni l’un ni l’autre, à ne jamais atteindre le premier ni véritablement habiter la seconde. L’espérance chrétienne ne nous fait pas sortir du monde, comme on l’en accuse parfois, mais elle permet d’y vivre pleinement : elle donne la force de regarder en face le mal qui ronge le monde, et de le vaincre par le pardon ; elle donne un sens même à nos faiblesses, ces prises par lesquelles le Seigneur peut nous saisir ; elle nous révèle que nos relations d’amour ne sont pas d’éphémères illusions, mais des fenêtres ouvertes sur l’éternité. Car l’homme est un arbre paradoxal, qui n’est solidement planté sur la terre que parce que ses racines sont au ciel.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 28 Nov 2014 - 10:02

Oracle sur une tablette

Livre d'Isaïe 30,8-26

La lune brillera comme le soleil, le soleil brillera sept fois plus, autant qu'en une semaine entière le jour où le Seigneur pansera la blessure de son peuple et guérira ses meurtrissures.


frère Adrien Candiard
couvent du Caire

Oiseaux de nuit


Dans les écrits des Prophètes, Dieu promet bien souvent à son peuple, à l’issue des malheurs présents, un avenir lointain fait de paix et d’abondance. Mais dans cette page d’Isaïe, qui annonce que les malheurs d’Israël infidèle n’auront qu’un temps, le bonheur promis est peut-être un peu trop « radieux » : le soleil brillera sept fois plus qu’à l’ordinaire ! Malgré nos automnes un peu gris, cette perspective peut nous inquiéter : aurons-nous pensé à la crème solaire et aux lunettes de soleil ?
Tant d’hommes et de femmes, autour de nous, ne voient pas la lumière de Dieu, qui pourtant baigne le monde de sa clarté. Il est heureux de savoir que des jours viendront où l’évidence de Dieu nous crèvera les yeux.

Mais comment la regarder en face, cette évidence de Dieu, sans nous brûler les yeux ? Nous n’y sommes guère habitués et préférons le plus souvent, comme les oiseaux de nuit que la lumière du jour blesse, vivre dans l’obscurité, enfermant Dieu dans les églises, loin de notre vie de tous les jours. N’ayons pas peur, pourtant : si notre œil est défectueux, c’est faute d’habitude. Exerçons-nous à le regarder autour de nous, à l’œuvre dans la vie de ceux qui nous entourent, travaillant dans notre propre cœur ; prenons fréquemment un bain de soleil par une prière sous son regard ; habituons-nous à reconnaître ses traits en les contemplant dans l’évangile. Alors peu à peu, nous nous accoutumerons si bien à sa présence que les mille soleils de la splendeur de Dieu, loin de nous aveugler, rempliront notre prunelle d’un éclat d’éternité joyeuse.


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 9 Jan 2015 - 9:32

La tempête apaisée

Évangile selon saint Marc 4, 35-41

Lui dormait sur le coussin à l'arrière.



La méditation


sœur Anne Lécu
Paris

Comment veux-tu qu’on tienne le coup, Seigneur, si tu dors quand nous avons peur ? C’est le monde à l’envers : tu dors, bien confortablement sur ton coussin, toi qui n’as pas de pierre où reposer la tête ! Bien sûr, je peux faire un joli commentaire de ce passage, montrant que Marc nous raconte à l’avance ta résurrection : tu dormais, les forces de la mort menaçaient de t’emporter, et avec toi l’Église, la barque ; et voilà que tu te réveilles, que tu te relèves, et leur intimes le silence.
Il n’empêche ! Combien de fois avons-nous l’impression que tu dors ! Ne serait-il pas tant de te réveiller ? La peur nous fait du mal. La peur grignote la foi et la confiance et que va-t-il en rester au bout du compte ? Voilà, tu le sais. Je n’aime pas être secouée par la tempête.

J’ai le mal de mer. Je ne suis pas fichue, comme Pierre, de te rejoindre et de marcher sur l’eau. Je coule, moi, si tu dors pendant que la barque se remplit d’eau. Quand tu dors, j’ai peur que tu ne te réveilles pas. Ou bien trop tard. En fait, je ne sais pas si j’ai cette foi que tu réclames. Voilà, c’est dit. Si tu dors, ma foi est emportée par le vent.
Ne dors pas, Seigneur. La tempête est en moi. Calme-la comme tu l’as déjà fait la grande nuit où tu priais ton Père en l’assurant que tous tes amis, même ceux qui venaient de te trahir, avaient cru en toi (*). Calme-la en m’assurant que toi tu crois en nous, en moi. Emmène-moi dans ta sieste, le temps que passe l’orage. S’il te plaît !


* Évangile selon saint Jean, chap 17, verset 6


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 12 Jan 2015 - 10:47

Debout Jérusalem

Livre d'Isaïe 60, 1

"Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi."

La méditation


frère Hervé Ponsot
couvent de Lille


Sur toi se lève le Seigneur


Quand on entend le prophète Isaïe affirmer que « les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore », et un peu plus loin que « tous les gens de Saba viendront, apportant l'or et l'encens », on comprend que, sans le dire explicitement, l’évangéliste Matthieu (*) a dû en son chapitre 2 s’inspirer de cette prophétie pour évoquer la visite des rois mages à Bethléem : pour lui, la gloire annoncée qui devait dissiper les ténèbres et briller sur Jérusalem ne pouvait être autre que Jésus.

Ce qui était une bonne nouvelle pour Matthieu l’est-il bien encore pour nous ? Souvent, face à l’obscurité, l’indifférence, la maladie, le découragement nous guette parce que nous cherchons Jésus là où il est n’est pas ou plus, et l’imaginons tel que nous voudrions qu’il soit et non pas tel qu’il est. Souvenons-nous des disciples d’Emmaüs, au lendemain de la crucifixion : Luc nous dit qu’ils avaient « le visage sombre » (**).

Ils avaient mis leur espérance dans un libérateur mondain et lorsque Jésus vient à leur rencontre, « leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître » (***)
Ouvrons donc les yeux de notre cœur, laissons-le sans a priori brûler au souffle de l’Esprit, préférons Jésus la vraie lumière à celle des feux follets.


* Évangile selon saint Matthieu, chap 2, versets 1-12
** Évangile selon saint Luc, chap 24, verset 17
*** Évangile selon saint Luc, chap 24, verset 16



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 14 Jan 2015 - 9:55

La lampe des prophètes

Lettre de Pierre 1, 16-21

Ainsi se confirme pour nous la parole prophétique ; vous faites bien de fixer votre attention sur elle, comme sur une lampe brillant dans un lieu obscur.



La méditation


Qu’est-ce qu’un prophète ? Pour beaucoup de nos contemporains, très probablement quelqu’un qui prédit l’avenir, une sorte de devin. Mais, dans la Bible, le prophète est tout autre chose : étymologiquement, il est celui « qui parle au nom de », et le meilleur terme pour traduire le mot en français serait donc celui de « porte-parole ». Ainsi compris, il existe a priori une multitude de prophètes.
Mais tous ne le sont pas car la parole des uns et des autres n’a très souvent que peu à voir avec la parole de Dieu.

Celle-ci a des caractéristiques bien particulières. Il s’agit d’une parole plus tranchante qu’un glaive, une parole qui souvent annonce le jugement, plus encore que le malheur, et qui pour cette raison peut être mal reçue (voir les tribulations de Jérémie) ; une parole qui peut être entendue et comprise à plusieurs niveaux à des époques ou pour des circonstances différentes (« Une chose que Dieu a dite, deux que j’ai entendues », (*) ce qui peut expliquer son caractère « divinatoire » ; enfin c'est une parole destinée à construire le corps ecclésial tout entier.
N’éteignons pas la prophétie, mais sachons qu’elle doit faire l’objet d’un accueil et discernement prudent, loin de toute interprétation individuelle : les « Dieu m’a dit que », qui avaient cours à une époque dans certains milieux spirituels, étaient un raccourci très discutable.


* Psaume 62, verset 12, traduction TOB



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 16 Jan 2015 - 9:52




Les étoiles joyeuses

Livre de Baruch 3, 15 ; 32-38


Les étoiles brillent, joyeuses, à leur poste de veille ; il les appelle, et elles répondent : « Nous voici ! » Elles brillent avec joie pour celui qui les a faites.


La méditation


frère Hervé Ponsot
couvent de Lille


Beauté de la création

Quand le prophète Baruch évoque le lancement de la lumière et son rappel, autrement dit la succession des jours et des nuits, quand il prétend connaître quelqu’un qui parle aux étoiles, il exalte le Dieu qui maîtrise les temps et les saisons. Notre vision contemporaine de l’univers a beau donner à cet univers une plus grande autonomie, nous ne pouvons mettre son existence et son déploiement à l’écart de la volonté divine : notre Dieu reste un Dieu créateur.
Deux caractéristiques de cet univers justifient en particulier la louange humaine : il s’agit d’un monde beau et ordonné.

La beauté explique l’accent du prophète sur les luminaires, et sa belle ordonnance l’évocation de la Sagesse. Corroborant la perspective prophétique, l’apôtre Paul mettra en cause les païens incapables de reconnaître le Dieu créateur dans sa création : « Ce que Dieu a d’invisible depuis la création du monde se laisse voir à l’intelligence à travers ses œuvres, son éternelle puissance et sa divinité » (*).
N’ayons pas peur d’admirer, voire de nous extasier sur la création… à la condition bien sûr d’en rapporter le mérite au Créateur.


* Lettre de saint Paul aux Romains, chapitre 1, versets 20-22


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 16 Jan 2015 - 12:48

"Que tes oeuvres sont belles !
Que tes oeuvres sont grandes !
Seigneur, Seigneur,
Tu nous combles de joie !"


Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 19 Jan 2015 - 10:24

La manne et les cailles

Livre de l'Exode 16, 1-15


Les fils d'Israël se dirent l'un à l'autre : « Mann hou ? » (ce qui veut dire : Qu'est-ce que c'est ?). Moïse leur dit : « C'est le pain que le Seigneur vous donne à manger. »




La méditation

Mann hou ?

La plupart des enfants sont curieux, ouverts à la nouveauté, joyeux de découvrir ; mais faites-les passer à table, et en général, c’est terminé. La curiosité vire à la méfiance, et devant un plat qui ne ressemble pas à la cuisine habituelle de maman, arrive la question, mi-surprise mi-dégoûtée : C’est quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Ou, comme les Hébreux dans le désert, Mann hou ?
Cette question méfiante donnera son nom à la manne. Ce don de Dieu extraordinaire, qui nourrit le peuple au désert pendant des années, restera toujours de la manne, du « Qu’est-ce que c’est ? » L’intervention de Dieu dans nos vies nous semble toujours étrange, un peu dérangeante même quand elle est utile. Nous demandons parfois des miracles, mais le moindre signe, au fond, nous fait peur.


Il est alors tentant d’assigner à Dieu une place précise, pour qu’il ne devienne pas trop envahissant : aux hommes, la terre ; à lui le ciel, et éventuellement les églises. Dans mon emploi du temps, je lui donne la messe du dimanche, peut-être dix minutes matin et soir, et c’est déjà beaucoup. Qu’il ne s’avise pas de m’en demander davantage, de s’inviter dans mon boulot ou dans ma vie de famille : il y a le sacré, que je respecte, et il y a le profane, notre terrain à nous, que Dieu doit respecter. Mais l’évangile ne l’entend pas de cette oreille : le rideau du temple est déchiré, rien n’est sacré ni profane ; tout est lieu de rencontre entre Dieu et l’homme. C’est pourquoi la Bible ne cesse de nous répéter : « N’aie pas peur », comme on le dit aux enfants qui hésitent à manger. N’aie pas peur : l’intimité avec le Dieu vivant est le secret de la vie véritable.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Mer 21 Jan 2015 - 9:49

Le festin du Seigneur

Livre d'Isaïe 25,6-10

Le Seigneur, Dieu de l'univers, préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés.


La méditation


Pique-assiette

La Bible nous dit, somme toute, bien peu de choses concrètes du paradis. Le programme des activités proposées là-haut, en particulier, n’est pas très clair, à une exception toutefois : il y aura de quoi manger, et en abondance. Le prophète Isaïe déploie l’image grandiose d’un festin, que Jésus reprendra à son tour, en la précisant : il s’agira, dans l’évangile, d’un festin de noces. Rien que pour cela, le programme est alléchant.
Mais, quand on fréquente les mariages, on s’aperçoit vite qu’il y a deux sortes d’invités : ceux qui viennent pour le repas, pour le vin servi généreusement, pour le gâteau des mariés, pour les petits fours de l’apéritif ; et ceux qui viennent pour les mariés. Les deux sortes se réjouissent, bien sûr, mais ce n’est pas exactement la même joie.

Et quand nous cherchons Dieu, que cherchons-nous au fond ? Les biens qu’il peut nous donner, comme une certaine sécurité, ou une grande paix intérieure, ou la solution de tel souci qui nous tourmente ? Ou bien Dieu lui-même, pour lui-même ? Chercher Dieu pour Dieu, ce n’est pas renoncer à vivre ou fuir les petites choses du quotidien : c’est au contraire affronter notre vie parce que l’essentiel et l’accessoire, l’essentiel et l’urgent ne sont plus confondus. C’est mettre chaque chose à sa place : l’amour de Dieu d’abord, avant tout souci d’efficacité. C’est aussi découvrir que notre Dieu est une nourriture qui, mieux que tous les fast foods de notre vie qui prétendent assouvir nos désirs, rassasie solidement notre faim de bonheur.




_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Ven 23 Jan 2015 - 9:46

Devant le portail

Évangile selon saint Luc 16. 19-31

Un pauvre, nommé Lazare, était couché devant le portail, couvert de plaies. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche.

La méditation

Confiture

Ventre affamé n’a pas d’oreilles, dit la sagesse populaire. Mais l’évangile nous dit plutôt que celui qui n’entend pas, ce n’est pas l’affamé, mais le satisfait. La faim est un malheur, la satiété est un danger : la voie de l’évangile paraît parfois bien étroite. Et le but d’un commentaire n’est pas d’en diminuer l’exigence.
Non pas que l’évangile soit là pour nous donner mauvaise conscience ; il vient nous empêcher de nous installer dans notre confort. Il y a des conforts agréables, comme il y a aussi des conforts glauques, des conforts où on est malheureux, des conforts où on crève de solitude, mais qui restent des conforts tout de même. Il n’est pas bon pour l’homme de rester toujours confit dans la même confiture.

La voie de l’évangile pour m’arracher aux conforts qui m’isole, c’est mon frère. C’est lui qui, par sa détresse matérielle ou morale, par ses idées qui me surprennent, par ses manières de faire qui ne sont pas les miennes, vient m’empêcher de devenir un vieux garçon spirituel, perclus d’habitudes qui deviennent vite des manies. Mon réflexe sera de me protéger de ces autres qui remettent en question ma vie bien agencée. Attention, nous dit Jésus, ton prochain n’est pas un danger, mais ton salut ! Si tu t’en protèges, si tu le fuis, tu seras aussi seul que le riche qui ne voyait même plus Lazare et sa misère.
Dans la plupart des couvents et monastères, les frères prient en se faisant face. Je prie Dieu, mais celui qui j’ai sous les yeux, c’est ce frère qui m’agace, ce frère dont la détresse m’inquiète et que je ne veux pas voir ; ce frère fait à l’image de Dieu, dont il est, de l’aveu même de Dieu, l’icône la plus ressemblante.



_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole   Lun 26 Jan 2015 - 10:16

Pars, Abraham

Livre de la Genèse 12, 1-9


Le Seigneur dit à Abram : « Pars de ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père, va dans le pays que je te montrerai. » […] Abram partit, comme le Seigneur le lui avait dit, et Loth partit avec lui.


La méditation



Abraham, mon frère, tu as cru qu’il était possible de marcher avec ton Dieu. Tu as cru que ton Dieu ne te lâcherait pas, même loin de ta maison, même sur des chemins inconnus, même vieux, sans preuve, sur la simple foi de cette parole qui avait résonné en toi.
Et tu marches, Abraham, mon frère. Tu plantes ta tente puis tu la déplantes, mais tu ne te lasses pas de chercher le pays que Dieu, ton grand Dieu, t’a montré. Et parce que tu marches avec ton Dieu, parce que tu parles à ton Dieu, tu provoques ce prodige : Dieu se glisse dans ton entourage, Il vient se faire nourrir à l’ombre du chêne de Mambré, bénit à son tour tous ceux qui te bénissent, et peut-être même qu’il sourit en douce, Dieu, à l’heure du goûter, bienheureux du bon tour qu’il vient de te jouer : oui tu auras un fils, inattendu, un grand fils qui entraînera à sa suite une multitude de frères.

Isaac portera le nom de ce sourire de Dieu, déclenché par le grand éclat de rire de Sarah : Isaac est « le rire » de Dieu. Et Dieu se promet, secrètement, que même si certains oublient de marcher avec lui, lui Dieu, prendra tours et détours pour ne pas les lâcher d’une semelle, ses fils.
Abraham, mon frère, ton véritable fils, c’est Jésus-Christ, le fruit de la joie de Dieu. Le Fils de la promesse, lui qui marche absolument avec son Père au point d’être le chemin. Secrètement, (Jean nous le dira), tu as exulté de voir son jour. Tu l’as vu, et tu t’es réjouis du jour du Christ (*). Car c’est exultation que marcher avec Dieu.


* Évangile selon saint Jean, chapitre 8, verset 56


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Signe dans la Bible : s'arrêter, savourer une Parole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Signe dans la Bible
» Que désigne le mot Torah dans La Bible ?
» MOHAMED :pbsl: Est bien mentionné dans la Bible
» Mahomet dans la Bible ?
» Les Contradictions dans la bible

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: