DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 17 Juin 2014, 10:31

[size=52]Procès Bonnemaison : Il faisait passer ses malades "par bonté", alors que ces malades ne souffraient pas.
[/size]

  • HOME ACTUALITE SOCIÉTÉ
     


    • Par [size=16]Pauline Boyer[/size]
       

    • Publié le 16/06/2014 à 20:40








L'ex-urgentiste Nicolas Bonnemaison comparaît depuis mercredi devant la Cour d'Assises de Pau. Il est accusé d'avoir empoisonné sept patients en fin de vie.
PUBLICITÉ
[size]
[img(98.39999997615814px,98.39999997615814px)]http://assets-pub.lefigaro.fr/PureShopping/logo-hipanema-11cccdcb.jpg[/img]
Hipanema[size=16]Donnez du peps à vos tenues

Je craque
1/5[/size]
Scrupuleusement, cas après cas, geste après geste, la Cour examine les cas d'euthanasie imputés à Nicolas Bonnemaison. Après l'audition des familles de victimes et des personnels médicaux, la quatrième journée d'audience lundi a ouvert des débats plus techniques. Chargé d'expertiser les dossiers médicaux des victimes, le professeur Charles Janbon (de Montpellier) a confirmé que tous les patients se trouvaient «dans une phase terminale, sans aucune perspective d'amélioration», mais qu'ils ne présentaient «pas de trace physique de douleur intolérable», écorchant ainsi la thèse du Docteur Bonnemaison qui soutient que le risque de souffrance était bien présent. L'expert, qui a insisté sur l'importance de toute l'équipe soignante dans les processus de fin de vie, a concédé qu'on arrivait «toujours, à un moment, à une décision d'homme».
C'est notamment sur ce point que les désaccords se sont cristallisés. De retour à la barre, une aide soignante et une infirmière ont reproché à Bonnemaisonl'exercice «solitaire» des derniers gestes. Face à leurs critiques, le médecin a exprimé son «regret»: «avec le recul, je pense qu'on aurait dû en parler. Je les ai plongés dans l'incompréhension». Le fils d'une victime, le deuxième à se porter partie civile, a aussi interpellé le docteur: «c'est une question d'éthique, vous ne pouviez pas prendre la décision à notre place, vous m'avez privé des derniers moments avec mon père».
[/size]
 
 
[size][size]
[size=30]Des produits «pas utilisés pour tuer»[/size]
De son côté, l'avocat général a dévoilé les points sensibles sur lesquels le Docteur Bonnemaison sera mis en difficulté: l'absence de collégialité dans les ultimes actes, et l'utilisation particulière de Norcuron, ce paralysant puissant qui «entraîne la mort». Sur ces deux points, l'ex-urgentiste, inflexible, garde sa ligne de défense: «j'ai assumé cette décision de sédation jusqu'au bout, pour ne pas mettre l'équipe en difficulté». Calme et méthodique, le ton devient plus ferme lorsqu'il affirme au sujet du choix des produits: «je ne peux pas vous laisser dire que l'effet escompté était de tuer, ça m'est insupportable. Je n'ai pas utilisé ces produits pour tuer, mais pour soulager une douleur».
En clôture de la journée, le Docteur Pierre Brillaxis, médecin à l'hôpital de Bayonne, coordinateur de l'unité mobile de soins palliatifs, a mis en lumière les difficultés d'appréciation de la loi Léonetti, réaffirmant le rôle du médecin. «C'est lui qui prescrit, il assume pleinement cette responsabilité et cette prise de risque thérapeutique». Et de conclure: «cette loi s'est arrêtée au milieu du guet, on a complètement mis de côté le débat sur l'agonie, la recherche de la bonne mort». Des points qui relancent le débat, avant l'audition très attendue de Jean Léonetti père de la loi sur la fin de vie ce mardi devant la Cour d'Assises de Pau.[/size][/size]

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 17 Juin 2014, 12:46

J'espère qu'il n'y aura pas de ces choses-là ici avec la "loi sur les soins en fin de vie" (loi qui inclut tout de même les soins palliatifs). pale
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Sam 21 Juin 2014, 15:22

http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/la-fondation-lejeune-publie-un-manuel-sur-leuthanasie


La Fondation Lejeune publie un manuel sur l’euthanasie

Après le Manuel Bioéthique des Jeunes et le Manuel Théorie du Genre et SVT, la Fondation vient de publier un Manuel Euthanasie. Ce manuel sur l’euthanasie, rédigé par un comité d’experts, s’adresse aux jeunes et aussi aux éducateurs, formateurs, professeurs, parents et professionnels de la santé.

Sur le même format que le Manuel Bioéthique des Jeunes, ce Manuel gratuit, pédagogique et accessible, a pour but d’expliquer de façon claire les différentes questions posées par l’euthanasie. Ces éléments pédagogiques sont assortis de citations, de témoignages et illustrés par des dessins.

Ce manuel est d’autant plus utile dans une actualité chargée de débats sur la fin de vie : médiatisation de sorties de comas, annonce d’un projet de loi avant la fin de l’année, cas de Vincent Lambert, procès du Dr Bonnemaison…

Le manuel se compose de 5 parties :

Définitions. Elle apporte des précisions sur les évolutions sémantiques et les formes d’euthanasies qui existent.
Ethique. Elle fonde sur le plan anthropologique les questions liées à la dignité de l’homme en fin de vie.
Médecine. Cette partie approfondit le rôle de la médecine et la responsabilité du médecin.
Droit. Cette partie revient sur l’actualité, comme le cas de Vincent Lambert.
Solutions. Il s’agit ici de développer la philosophie qui sous-tend les soins palliatifs.
Revenir en haut Aller en bas
Loup Ecossais



Masculin Messages : 9609
Inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Sam 21 Juin 2014, 20:58

Lorsqu’un Attali ou un Minc, de même confession, par ailleurs, viennent sur les plateaux télés expliquer qu'au delà d'un certain âge, le "vieux ou la vieille" coûte cher, il y a de quoi s'inquiéter; non ???
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Sam 21 Juin 2014, 22:20

On en est rendus là; la chosification des humains. Mad
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 24 Juin 2014, 12:36

IL y a peu de temps un condamné à mort aux EU, a agonisé pendant 40 mn, ce qui a choqué, à juste titre, beaucoup de gens dans le monde.

Si la décision de ne plus hydrater ni alimenter V.Lambert est réalisée, son agonie sera forcément un peu plus longue.
L'erreur est de nommer "traitement" le fait d'alimenter une personne...
Dans ce cas, nous sommes -presque tous- en traitement !  siffler 

Je dis : presque tous, parce que dans le monde, ceux qui n'ont pas de quoi se nourrir, meurent de faim... Une euthanasie ? Mourir dans la dignité ?
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 24 Juin 2014, 21:44

Il est sorti du coma alors que les médecins voulaient le débrancher

Après une longue phase de réveil, Michael Schumacher est sorti du coma. Barbara Halary-Lafond, Basque de Paris, suivait le combat pour la vie du pilote automobile allemand. Car la sœur de l'ancien Racingman Jean-Baptiste Lafond a traversé les mêmes épreuves ou presque depuis mai 2008, date à laquelle son mari Jean-Louis a été victime d'un grave trauma crânien :

   « Tout a débuté par un banal accident de scooter à 20 km/h dans le bois de Boulogne. C'était le week-end de la Pentecôte. À l'hôpital Beaujon, les examens neurologiques semblaient plutôt rassurants. Mais Jean-Louis se plaignait de terribles céphalées. Et pour cause, il avait une hémorragie cérébrale. Mais personne n'a jugé bon, hélas, de lui faire un nouveau scanner. Trente-six heures plus tard, mon mari est tombé dans le coma. »

Dès les premières heures du coma, Barbara Halary prend en effet de plein fouet le pessimisme des spécialistes.

   « Ils me suggéraient de débrancher mon mari, que les dommages au cerveau étaient trop grands. J'allais retrouver un légume. Mais je suis une battante. Alors, j'ai dit non. Nous avons entouré Jean-Louis avec beaucoup d'amour, en le stimulant au maximum avec de la musique, des paroles, des parfums, des caresses et de la tendresse. Le chanteur Hervé Christiani, qui est un copain, est venu chanter et jouer de la guitare à l'hosto. C'était incroyable. »

Jean-Louis s'est réveillé, comme Schumi, déjouant les pronostics, faisant mentir les pessimistes.

Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 24 Juin 2014, 21:51

"Jean-Louis s'est réveillé, comme Schumi, déjouant les pronostics, faisant mentir les pessimistes."

 cheers 
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 25 Juin 2014, 14:48

Contrairement à l’euthanasie, le ridicule ne tue pas

Romero exploite le drame Vincent Lambert


Publié le 25 juin 2014 à 11:00 dans Médias Politique Société

Sur le plateau du Grand Journal hier soir, pas de médecins, pas de juristes, pas de philosophes pour nous parler du douloureux cas Vincent Lambert, et éclairer la décision difficile prise par le Conseil d’Etat. Non, on avait invité M. Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité. Vincent n’est pas encore débranché, le cœur de Vincent bat encore, que le militant pourtoussiste court les plateaux télé, s’enrobe du tragique de la situation pour réclamer la reconnaissance juridique d’un droit à mourir.

Peu importe que le « cas » Vincent Lambert n’ait rien à voir avec l’euthanasie, mais soit simplement un tragique déchirement familial autour du corps d’un malade. Peut importe que Vincent ne soit pas conscient et qu’on ne puisse donc envisager la solution du suicide assisté que prône M. Romero.

Peu importe que  dans le monde idéal que Romero appelle de ses vœux, où l’on ne fait pas de la mort une maladie et où celle-ci serait réglée par injection létale et voie parlementaire, les cas Vincent Lambert continueront à exister. Parce qu’on ne connaît « ni le jour ni l’heure » et qu’il est difficile de dicter par avances ses dernières volontés. Que la mort sera toujours dramatique, surprenante, et triste, ce moment où « il n’y a que la déchirure, l’horrible déchirure ».

Mais à l’ADMD on se fiche du tragique. On veut sa liberté jusqu’au bout. Son « ultime liberté ». «Il faut qu’on sorte de ces émotions, il y a des gens qui souffrent », déclare-t-il, « en colère » à Jean-Michel Apathie qui approuve gravement. Jean-Luc Romero qui voudrait un monde sans émotions, les exploite sans vergogne quand elles permettent de faire monter la cote de la proposition 21 du candidat Hollande. Mais ne nous y trompons pas. Jean-Luc Romero est contre la souffrance. Il est contre la mort. Dans le monde de Jean-Luc Romero, le négatif n’existe pas, il ne doit pas exister. Rien ne peut rester dans l’ombre de la loi. Les désirs doivent se voir gravés dans le marbre. Les familles homoparentales existent, la loi doit les reconnaître, des gens souffrent, la loi doit les achever. Il veut des solutions morales à des problèmes pratiques. Et des solutions pratiques à des problèmes moraux.

L’euthanasie ? Une solution qui va de soi, comme la tête de Jean-Michel Apathie dodelinant d’approbation au vent du Progrès. Notez que l’argumentaire ici développé est identique à celui qu’il avait employé au sujet du mariage pour tous : cette loi ne fait qu’entériner la liberté des individus, sans enlever rien aux autres, sans gêner personne. On ne vous enlève rien aux hétéros ! On ne vous prive de rien vous les biens-portants ! Il le promet, miséricordieux : « Cette loi n’obligera à rien ».

L’argument ultime est… électoral. Il rappelle à François Hollande son « engagement» et affirme que  « 94% des français sont pour…que vous soyez à droite, que vous soyez à gauche, au centre , vous êtes en faveur »
Mais alors M. Romero, pourquoi, si la demande est si unanime, si c’est si facile, si consensuel, si efficace, pourquoi François Hollande n’instaure par la mort pour tous qui lui permettrait de gagner des points dans les sondages ?

C’est à cause des « lobbies » pardi ! Vous savez, ces fameux lobbies qui n’existent pas quand ils s’appellent Inter-LGBT ou ADMD ! Mais quel lobby en particulier s’acharne à empêcher les gens de mourir en rond ? « Le lobby de l’Eglise et le lobby des grands mandarins », répond tout de go l’onctueux prophète des temps nouveaux. D’ailleurs, déplore-t-il : « En tant que président de l’ADMD, je n’ai jamais été reçu par le Président de la République alors qu’il reçoit Frigide Barjot et d’autres qui ne représentent qu’eux-mêmes ».

Voici une suggestion pour M. Romero qui désespère qu’on ne l’entende au sommet de l’Etat : peut-être devrait-il essayer de présenter une grande pétition « pour mourir dans la dignité » au  Conseil économique social t environnemental. S’il arrive à réunir plus de 500 000 signatures, il pourra prouver qu’il ne représente pas que lui-même et la poignée d’excités de l’ADMD. Et puis, c’est bien connu, le CESE écoute, c’est même à ça qu’on le reconnaît…
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 25 Juin 2014, 14:55

Affaire Lambert, la revanche de 1981?

Le Conseil d’Etat s’arroge le pouvoir de mort

Publié le 24 juin 2014 à 16:26 dans Société


18 septembre 1981 : loi abolissant la peine de mort des vivants, 24 juin 2014 : arrêt de règlement rétablissant la peine capitale des mort-vivants. Odieux parallèle ou troublante ressemblance ?

De temps immémoriaux, le juge pénal s’était hissé en conscience humaine capable, dans la solitude de son délibéré, de voter de sang froid la peine capitale. Infliger la mort d’autrui est la plus authentique définition d’un gouvernement des juges, puisque le juge resterait le dernier à posséder (avec le soldat en guerre, mais à chaud) ce pouvoir prométhéen. Bon an mal an, il s’était étiolé : de 1958 à 81, dix-neuf exécutions de criminels. Déflation due à l’intrusion opportune de l’opinion publique judiciaire, œil de la conscience au-dessus des juges pénaux pour freiner leurs ardeurs morbides.

Mais la nature a horreur du vide. Ça manquait à des juges de recouvrer le pouvoir de vie ou de mort, et au gouvernement des juges de reprendre du poil de la bête (ou en rajouter une couche). Ironie de l’histoire ou signe d’une évolution, c’est le pouvoir législatif démocratique -la loi-  qui a aboli la peine de mort et le pouvoir juridictionnel qui l’a rétablie. Revanche du juge administratif sur le juge pénal. Conseil d’État contre Cour de Cassation ? Le gouvernement des juges, c’est aussi, comme pour les polices, la concurrence des juges.

Le Conseil d’État a donc voté la mort de Lambert. Comment l’appel d’un référé du tribunal de Châlons-en-Champagne a-t-il fini en Assemblée du contentieux du Conseil d’État ? Par une incongruité procédurale. Pour ceux qui ne sont pas familiers de l’organisation de la justice, c’est aussi incongru que si l’Assemblée plénière de la Cour de Cassation -la plus haute instance de toutes les formations de la Cour de Cassation- se saisissait directement du référé du petit juge de Lodève, court-circuitant le cheminement normal du juge du fond, jamais dessaisi par un juge du référé, puis de la cour d’appel de Montpellier, puis de la chambre civile de la Cour de cassation. Shunter cette procédure normale est-il sain ? L’emballement de la justice est-il gage de sérénité ?

Première erreur dans l’affaire Lambert, mais une erreur volontaire pour que le juge suprême fasse plier d’entrée de jeu tous les juges inférieurs, de Lodève à Châlons-en-Champagne. Gouvernement du Juge suprême. Alors que cette affaire aurait dû garder des proportions raisonnables, elle entre dans le « hors normes procédural ». Le référé de Châlons-en-Champagne n’était peut-être pas ordinaire, mais banal en terme procédural. Un référé même en appel doit en demeurer à l’esprit du référé : juge de l’évidence et du provisoire. C’est le juge du référé de Châlons-en-Champagne qui a rempli le vrai rôle d’un référé, en suspendant un protocole létal jusqu’au jugement du fond et non le Conseil d’Etat en l’autorisant « en référé ».

La seconde erreur des juges est de s’arroger le droit de juger d’un acte médical comme s’il s’agissait d’un acte « administratif », changement de nature qui étatise l’enjeu. Le juge administratif ne se gêne pas de rejeter les recours contre les notes des concours administratifs, au nom de la « souveraineté du jury ». Le jury médical moins souverain que le jury de math ? Laissons-donc le médical le plus possible hors du champ du prétoire comme hors des lois tatillonnes qui cherchent à fonctionnariser le médecin en prescripteur de fin de vie. Laissons faire le « colloque singulier » du patient et son médecin, et en cas de doute ou de désaccord, le doute bénéficie à la vie. Le principe de précaution ne vaut-il que pour les escargots ?

L’arrêt Lambert n’aura pas été « l’arrêt Canal ». En 1962, le Conseil d’Etat suspendait l’exécution de trois criminels de l’OAS condamnés à mort, Mrs Canal, Robin et Godot ; en 2014 le Conseil d’Etat annule la suspension d’une exécution. Drôle d’inversion des rôles. Car, troisième erreur, l’arrêt Lambert signe une jurisprudence pire que celle de la dernière chambre criminelle de la Cour de Cassation dans l’affaire « Philippe Maurice », rejetant les griefs des avocats du condamné à mort sur l’illégitimité de la peine capitale (c’était avant 81). Pire à cause des chiffres : la peine capitale susceptible d’être infligée à un vivant, pouvant se défendre bec et ongle, pour inhumaine qu’elle était, demeurait exceptionnelle, tandis que son rétablissement pour les mort-vivants, que chacun fait parler à leur place, concernera ipso facto 1500 personnes en état « pauci-relationnel » qui attendent dans le couloir -pardon, la chambre- de la mort. Combien d’autres suivront ? Les verdicts de morts judiciaires atteindront un chiffre plus effrayant qu’avant 81. L’opinion publique judiciaire jouera-t-elle, comme avant 81, son rôle de frein sur les juges ? Je laisse chacun deviner où souffle l’opinion publique judiciaire, manipulée de « dignité » et de « déficit de la sécu »…

Reste plus à Vincent Lambert qu’à solliciter la grâce de sa condamnation à mort, comme au « bon vieux temps » d’avant 81 ? Lambert sera-t-il Philippe Maurice ? François Hollande sera-t-il Mitterrand ? Au fait, les morts-vivants ont-ils droit à la « grâce » ? Au Ciel peut-être, qui sait ? Dernière ironie macabre : c’est sous les ors du lieu même où Molière joua la dernière du Malade imaginaire que la vie de Vincent Lambert s’achève au Palais royal: là même où Argan feignit la mort et s’entendit dire par Toinette :  « De quoi servait-il sur la terre ?»

L'auteur :

Zadig est le pseudonyme d’un conseiller d’Etat tenu au devoir de réserve.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Ven 27 Juin 2014, 23:21

Novlangue : Bernard Kouchner veut supprimer le mot "euthanasie"

L'ancien ministre de Sarkozy a déclaré :

"«D'abord, n'employons plus jamais le mot “euthanasie”. Déjà, il y a le mot “nazi” dedans, ce qui n'est pas très gentil. Et puis deuxièmement, on a tout de suite l'impression qu'il y a une agression et qu'on va forcer les gens.» «Oui, il faut employer des mots qui sont doux. La fin de vie doit être quelque chose que l'on partage avec les siens. C'est un témoignage d'amour plus que de brutalité.»

Déjà, le terme euthanasie remplace les termes "meurtres" ou "assasinat" (voire "exécution"). Que veut-il employer pour désigner le meurtre des personnes dont on veut se débarrasser ? Demain, si votre médecin vous dit qu'il vous aime, vous avez intérêt à vous méfier...

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2014/06/26/25001-20140626ARTFIG00171-bernard-kouchner-veut-interdire-le-mot-euthanasie-car-il-y-a-nazi-dedans.php



Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Ven 27 Juin 2014, 23:23

Menacé par le Conseil d'Etat

En France, ils sont 1 500 dont l’existence est désormais menacée. Témoignage :

Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Ven 27 Juin 2014, 23:25

Bonnemaison : un procès qui nous met face à la mort

Famille et Liberté a publié les notes et réflexions prises journellement au cour du procès Bonnemaison par Françoise Delclaud. Extraits :

"70% des Français meurent à l’hôpital, on ne veut plus prendre en charge les mourants chez soi pour la plupart, sous des prétextes divers mais qui en réalité ne sont que l’expression de notre lâcheté, de notre égoïsme. L’hôpital a été considéré par les intervenants comme un lieu qui n’est pas accueillant pour une fin de vie.

une agonie pour les Français doit être rapide et ne pas s’éterniser, on ne supporte plus et on fuit, comme si la vie n’était ou ne devait être faite que de joies, de bonheur et non de souffrances.

la mort est occultée pour ne pas dire bannie de la société, on en a peur, on ne s’occupe que des vivants et pourtant la mort fait partie de la vie comme cela a été dit à plusieurs reprises au cours de ce procès.

On se décharge des derniers moments d’un mourant sur le corps médical, le médecin plus particulièrement. [...]

la transgression de l’interdit est montrée comme un progrès, une modernité notamment avec la déclaration de Krouchner “il est des illégalités fécondes” [...]

Nous sommes dans la continuité de “mai 68”, “il est interdit d’interdire”, la recherche à tout prix du bonheur ou l’hédonisme, de l’éternelle jeunesse, l’individualisme forcené pour aboutir finalement à la solitude notamment en fin de vie, à l’heure de la mort. Il n’existe plus aucune référence à la notion du bien et du mal, de l’interdit qui s’effacent devant la recherche du bonheur. Le relativisme dénoncé par le pape Benoît XVI est présent aussi, ainsi il a été proposé de faire une loi pour légaliser l’euthanasie, l’aide active au suicide, ceux qui ne veulent pas se faire euthanasier le peuvent; au fond tout se vaut, il n’y a plus de recherche du bien commun pour une société. [...]

Etonnant, aucun membre du clergé n’assiste à ce procès alors que la défense de Bonnemaison espère faire passer dans l’opinion l’euthanasie et l’aide au suicide! Heureusement qu’il y a des laïcs pour suivre ce procès et remonter les compte rendus à Alliance Vita, la Manif pour tous et les Veilleurs! [...]

J’ ai assisté ce matin à un véritable numéro d'acteur de Krouchner au procès Bonnemaison. Le plus grave c'est qu'il fut très applaudi par les salles d'audience à plusieurs reprises et à sa sortie. Des manifestants vêtus de blouse blanche manifestaient devant le tribunal à l’occasion de la venue de Krouchner. Je pense que les deux salles d’audience sont remplies de militants de l’ADMD. [...]

Ce matin j’étais à la lecture du verdict, le docteur Bonnemaison est acquitté, nous avons attendu un peu plus de 2 heures pour les délibérés. Un tonnerre d’applaudissement dans les deux salles. Je vais faire un compte rendu car les journaux télévisés ont tronqué le jugement du président. Je suis allée voir les infirmières qui étaient à la source de l’accusation du docteur Bonnemaison, elles étaient attéerrées, je leur ai manifesté mon soutien. En repartant, j’ai vu cachée de l’entrée une femme de la partie civile, appuyée sur le mur du tribunal qui pleurait."

http://www.familleliberte.org/index.php/accueil/acctualites/217-bonnemaison-un-proces-qui-touche-chacun-de-nous
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Ven 27 Juin 2014, 23:27

Lapis-lazuli a écrit:
Novlangue : Bernard Kouchner veut supprimer le mot "euthanasie"

L'ancien ministre de Sarkozy a déclaré :

   "«D'abord, n'employons plus jamais le mot “euthanasie”. Déjà, il y a le mot “nazi” dedans, ce qui n'est pas très gentil. Et puis deuxièmement, on a tout de suite l'impression qu'il y a une agression et qu'on va forcer les gens.» «Oui, il faut employer des mots qui sont doux. La fin de vie doit être quelque chose que l'on partage avec les siens. C'est un témoignage d'amour plus que de brutalité.»

Déjà, le terme euthanasie remplace les termes "meurtres" ou "assasinat" (voire "exécution"). Que veut-il employer pour désigner le meurtre des personnes dont on veut se débarrasser ? Demain, si votre médecin vous dit qu'il vous aime, vous avez intérêt à vous méfier...

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2014/06/26/25001-20140626ARTFIG00171-bernard-kouchner-veut-interdire-le-mot-euthanasie-car-il-y-a-nazi-dedans.php

Spoiler:
 
Spoiler:
 

Ils vont utiliser un terme qu'on entend de plus en plus: "mourir dans la dignité"...
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Ven 27 Juin 2014, 23:33

Simon1976 a écrit:


Ils vont utiliser un terme qu'on entend de plus en plus: "mourir dans la dignité"...

C'est pour cela qu'il faut appeler un chat un chat.Ils vont faire la même chose qu'avec l'avortement!
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Lun 30 Juin 2014, 16:18

Interview d'un des médecins de Vincent Lambert qui conteste la décision politique du conseil d'état.
http://reinformation.tv/vincent-lambert-le-professeur-ducrocq/
« Vincent communique. »
« L’état de Vincent ne s’est pas dégradé. »
« Vincent a récupéré la déglutition. »
« Vincent a survécu à 31 jours de privation de nourriture. »
« Comment prendre une telle décision qui ne va pas mettre fin à l’acharnement thérapeutique, qui ne va pas le laisser mourir, mais qui va le faire mourir ? »



et interview de la mère de Vincent
https://gloria.tv/?media=628058
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Lun 30 Juin 2014, 18:12

Les seules morts "indignes" sont celles qui sont provoquées volontairement par autrui.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Lun 30 Juin 2014, 19:22

L’Église de France réagit à l’affaire Vincent Lambert

26/6/14 - 17 H 11    

La décision du conseil d’État d’arrêter les soins portés à Vincent Lambert, une décision suspendue par la cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH), a suscité quelques réactions de l’épiscopat français.

Mgr Michel Aupetit, évêque de Nanterre, médecin et membre du Conseil Famille et Société de la conférence épiscopale, rappelle dans un communiqué, publié jeudi 26 juin, la nature de l’état actuel de Vincent Lambert, 38 ans, victime d’un traumatisme crânien à la suite d’un accident. « Son état correspond à ce que les médecins appellent l’état pauci-relationnel qu’on appelle aussi état de conscience minimale qui est à distinguer d’un état végétatif permanent. M. Lambert n’est pas en fin de vie. »

L’évêque de Nanterre souligne que « l’Académie Nationale de Médecine a rappelé que le droit des patients d’avoir accès à l’alimentation ne peut être conditionné par leurs capacités relationnelles. Cette position rejoint celle de l’Église qui persiste à défendre la dignité immuable de l’homme. Cette dignité ne vient pas d’un droit octroyé par un tiers : la société, les médecins ou les juges. » Une convergence entre position médicale et ecclésiale que soulignait déjà le P. Brice de Malherbe, docteur en théologie au Collège des Bernardins, dans une note publiée lundi 23 juin.

Dans son billet hebdomadaire, publié sur le site de la Conférence des évêques de France (CEF) Mgr Bernard Podvin, porte-parole des évêques de France, aborde aussi le sujet : « Le fait que les proches de Vincent se déchirent, le fait qu’une instance supérieure ne se suffise pas à en discerner et juger, tout cela doit rendre humble devant la complexité et la douleur. Ces limites humaines et institutionnelles attestent que la vie est toujours plus grande que ce que nous en disons. (…) Ne vouloir ni acharnement, ni suicide assisté, consiste à choisir la voie étroite d’une fidélité palliative. Redisons-le avec la force de l’amour. »
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 03:24

Simon1976 a écrit:
Ils vont utiliser un terme qu'on entend de plus en plus: "mourir dans la dignité"...

Technique de l’enfumeur. Vieux comme le monde.






Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 03:31

Tout le monde ne tombera pas dans le panneau. Certains savent se servir de leur tête. Idea 
Revenir en haut Aller en bas
Unhomme



Masculin Messages : 394
Inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 06:17

Donc si je retourne en France on enseignera a ma fille, qui semble etre un garcon manque, qu'en fait elle est un mec et que si son grand-pere va mal il vaut mieux le debrancher que le soutenir jusqu'au bout?

Ouille. Perspective rejouissante.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 07:46

En fait, il s'agit d'un truc pour dissuader les vieux de se faire hospitaliser s'ils tiennent à la vie !  Mr. Green :mdr:
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 08:42

Il y en a aujourd'hui qui ne doivent plus être rassurés...
Je trouve cela sordide.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 10:07

L’euthanasie pour tous dans la ligne de la loi Leonetti

Communiqué de la Fondation Lejeune :

"La plus haute juridiction administrative devait simplement dire si l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation artificielles de Vincent Lambert était légal, c'est-à-dire conforme à la loi dite « Léonetti » de 2005.


Le Conseil d’Etat vient de trancher ce point de droit : « débrancher les fluides » de Vincent Lambert est bien un acte légal, conforme à la loi Léonetti qui confie au médecin la responsabilité de décider de l’arrêt d’un traitement qui témoignerait d’une « obstination déraisonnable ». La procédure collégiale a été bien respectée. Tout est fait dans la vertu républicaine. Nous sommes donc rassurés.

Pour Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune : « Cette décision du Conseil d’Etat n’est pas une surprise puisqu’elle confirme ce que la Fondation Jérôme Lejeune a été la première à dénoncer dès 2005, à savoir que la loi Léonetti permettait l’euthanasie en assimilant des soins, qui sont toujours dus aux malades, à des traitements qui peuvent être interrompus s’ils ne sont plus efficaces. Les propos de Jean Léonetti, ces derniers jours, qui n’hésite pas à soutenir qu’on peut donner la mort sans tuer, ne font pas mystère de sa position. Il en est ainsi de la mission qu’il vient d’accepter avec Alain Clayes (PS) qui aboutira, après une réflexion sans tabou (sauf celui du respect de la vie), à encadrer les dérives, c'est-à-dire à légaliser l’euthanasie. »

Le Conseil d’Etat aurait pu essayer de sauver la vie de Vincent Lambert. Il ne l’a pas fait mais a condamné une personne vivante, handicapée par un accident, à une mort délivrée par la médecine. Cette décision intervient le jour même où l’empoisonneur Bonnemaison fait l’objet d’un réquisitoire de sursis. Le médecin homicide pourrait être épargné alors que le malade a été condamné ? Il est de ces coïncidences de lieu, de temps et d’action dont on ferait bien l’économie.

Puisqu’il faut dorénavant le rappeler, la Fondation Jérôme Lejeune précise que donner la mort à une personne suppose qu’elle soit vivante. Vincent Lambert n’est pas en fin de vie. Il vit. La société n’a que le devoir de l’aider, lui et sa famille, pas de le condamner arbitrairement parce que sa vie ne mériterait pas d’être vécue. Si le législateur s’abstenait de faire des lois aussi déplorables, le juge ne serait pas tenter de prononcer ce genre de sentence, de sinistre mémoire, qui ouvre la voie à l’euthanasie pour tous."
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 10:10

C’est notre société qui est en état pauci-relationnel

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron, défend la vie :
http://diocese64.org/actualites/15-eveque/parole/372-oui-a-la-vie-communique-de-mgr-marc-aillet-du-26-juin-20


"L’injection létale pourrait bien devenir légale. C’est ce que laisse entendre le message délivré par l’acquittement du docteur Nicolas Bonnemaison.

Comment laisser passer un tel aveu de non-assistance à personne en danger ? Comment ne pas entendre la soif de mourir vivants et aimés ? Oui, il s’agit bien de cela : c’est notre société qui est en état pauci-relationnel et non les personnes comme Vincent Lambert qui attendent au contraire un sursaut d’amour.

Je m’adresse aux médecins, aux soignants, à tous ceux qui font partie de cette chaîne solidaire qui nous unit les uns aux autres, surtout au terme de notre existence. Soyez des témoins de la vie, évaluez avec prudence les limites de l’acharnement thérapeutique et procédez à la mise en place de justes soins palliatifs. La question de la mort ne se résout pas par la mort, mais par la vie !

Qu’as-tu fait de ton frère ? Telle est la question que nous pourrions entendre à notre tour au jour dernier…

Osons la solidarité ! Osons l’espérance ! Osons la compassion, la vraie, celle qui dit je t’aime en disant oui à la vie."
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mar 01 Juil 2014, 12:45

Unhomme a écrit:
Donc si je retourne en France on enseignera a ma fille, qui semble etre un garcon manque, qu'en fait elle est un mec et que si son grand-pere va mal il vaut mieux le debrancher que le soutenir jusqu'au bout?

Ouille. Perspective rejouissante.

C'est là où mène le rejet de Dieu par l'Occident. Sad
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 13:25

Cécile a écrit:
En fait, il s'agit d'un truc pour dissuader les vieux de se faire hospitaliser s'ils tiennent à la vie !  Mr. Green :mdr:

:beret: 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 13:35

Je suis bien content de ne plus habiter en France moi… Thumbdown
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 13:42

la loi Léonetti permettait l’euthanasie en assimilant des soins, qui sont toujours dus aux malades, à des traitements qui peuvent être interrompus s’ils ne sont plus efficaces.

Les enfumeurs sont toujours très imaginatifs faire accepter l'inacceptable.

Si je suis le raisonnement, si une personne n'est plus capable de se nourrir elle-même, et qu'elle soit être nourrit artificiellement, que sont état a très peu de chance de s'améliorer, et bien, on débranche...  Si le médecin (et la famille rapprochée si je comprends bien) en décide ainsi.

Mort digne?  Pas certains.

Vie désacralisé? Assurément.

Économie réalisé? Évidemment.

Les banquiers mènent le monde.

Ils veulent notre bien, et il l'auront!  Mr.Red 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 13:52

Permettez moi de vous dire que l'acharnement thérapeuthique (ne vivre qu'avec des tuyaux partout) n'est pas plus "humain"  Sad )

Quand il n'y a plus rien à faire pour soigner, l'essentiel est que la personne en fin de vie ne souffre pas et c'est ce que je vois que font les médecins à l'hôpital : rajouter sans doute un peu de morphine, c'est vrai, mais lorsqu'on est opéré, c'est ce qu'ils font aussi.

Je ne suis pas pour l'euthanasie ni pour "mourir dans la dignité", mais pour des lits en plus dans tous les hôpitaux pour les soins palliatifs.


_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 14:43

les grands discours des gens qui ne souffrent pas ou n'ont pas assisté à la souffrance de fin de vie de proches ne restent que bien théoriques. l'acharnement thérapeuthique (je vise donc ici les cas où l'on sait que sans tout l'artifice la mort survient) relève du sadisme inconscient proféré par des théoriciens de la planète bisounours qui s'imaginent ainsi être des âmes plus catholiques que le pape. que ces personnes aillent ne serait ce qu'aider à la toilette d'une personne en toute fin de vie et on en reparlera ...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 15:52

rebelle a écrit:
les grands discours des gens qui ne souffrent pas ou n'ont pas assisté à la souffrance de fin de vie de proches ne restent que bien théoriques. l'acharnement thérapeuthique (je vise donc ici les cas où l'on sait que sans tout l'artifice la mort survient) relève du sadisme inconscient proféré par des théoriciens de la planète bisounours qui s'imaginent ainsi être des âmes plus catholiques que le pape. que ces personnes aillent ne serait ce qu'aider à la toilette d'une personne en toute fin de vie et on en reparlera ...

Acharnement thérapeutique / euthanasie : Deux positions extrémistes et graves en conséquences.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 16:27

@ Rebelle

Oui, un malade en fin de vie a besoin d'assistance pour se nourrir, pour se laver.
Cela dégoûte certaines personnes ? Je n'en doute pas ! Mais pas tout le monde. Je l'ai fait quand je travaillais à l'hôpital et je l'ai fait pour mon mari... comme je l'ai fait pour mes enfants quand ils étaient petits...ça n'est pas sorcier.

Alimenter quelqu'un par perfusion, ce n'est pas de l'acharnement thérapeutique, c'est seulement le nourrir. Cesser de nourrir quelqu'un est extrêmement cruel, c'est le condamner à mourir de faim. Tu parles d'une mort digne !  affraid 
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 18:21

Espérance a écrit:
Permettez moi de vous dire que l'acharnement thérapeuthique (ne vivre qu'avec des tuyaux partout) n'est pas plus "humain"  Sad )

Quand il n'y a plus rien à faire pour soigner, l'essentiel est que la personne en fin de vie ne souffre pas et c'est ce que je vois que font les médecins à l'hôpital : rajouter sans doute un peu de morphine, c'est vrai, mais lorsqu'on est opéré, c'est ce qu'ils font aussi.

Je ne suis pas pour l'euthanasie ni pour "mourir dans la dignité", mais pour des lits en plus dans tous les hôpitaux pour les soins palliatifs.


Je suis d'accord avec vous. Mais ceci n'empêche pas celà.

Je ne suis pas pour l'acharnement thérapeutique, loin de là.

Mais pour le cas qui nous occupe, comment savoir si quelqu'un désir mourir s'il n'est pas capable de s'exprimer?

Est-ce qu'on doit obliger les personnes à s'exprimer sur le sujet (dans un testament) avant qu'une telle situation se présente?

Arrêter de nourrir quelqu'un qui a exprimé que si cette situation lui arrivait, il voudrait que ça se passe ainsi, je crois que ce serait légitime. La cause de la mort est naturelle à ce moment là.

Mais qui va prendre la décision pour celui qui ne peux plus s'exprimer?

C'est ça la vrai question.

 Question 



Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 18:31

rebelle a écrit:
les grands discours des gens qui ne souffrent pas ou n'ont pas assisté à la souffrance de fin de vie de proches ne restent que bien théoriques. l'acharnement thérapeuthique (je vise donc ici les cas où l'on sait que sans tout l'artifice la mort survient) relève du sadisme inconscient proféré par des théoriciens de la planète bisounours qui s'imaginent ainsi être des âmes plus catholiques que le pape. que ces personnes aillent ne serait ce qu'aider à la toilette d'une personne en toute fin de vie et on en reparlera ...

Ce n'est pas la question.  Seriez-vous prête à décider de la mort de quelqu'un à sa place?

Ça c'est la vrai question.

Pour qu'il y ait acharnement thérapeutique, il faut qu'il y ait évidence de mort imminente et irréversible en continuant des traitement inutile.

Lâcher les armes lorsque la guerre est perdu est une sage décision.  Déclarer forfait avant l'évidence de l'issu de la bataille c'est de l’euthanasie.

Pour les soins en fin de vie, je suis de l'avis de Cécile et d'Espérance.  De bonne clinique de soin palliatif avec des gens compétents, pour accompagner le mieux possible le passage vers l'autre rive, voilà une solution du moindre mal tout à fait acceptable.

Rien de glorieux dans la mort d'un proche.  Parfois on aimerait le voir partir.  Mais j'aime mieux demander au créateur de venir chercher ses créatures que de me mettre à sa place et de décider du moment où il doivent partir...

Ce n'est pas raisonnable?


Dernière édition par L'assoiffé le Jeu 03 Juil 2014, 03:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 18:38

L'assoiffé a écrit:


Rien de glorieux dans la mort d'un proche.  Parfois on aimerait le voir partir.  Mais j'aime mieux demander au créateur de venir chercher ses créatures que de me mettre à sa place et de décider du moment où il doivent partir...

Ce n'est pas raisonnable?

Tout à fait L'assoiffé ! quand on voit quelqu"un que l'on aime qui souffre et qu'il n'y a plus d'espoir, ça m'est arrivé ! oui j'ai prié pour qu'elle parte (c'était ma maman).

Mais j'espère ne jamais avoir de décision à prendre de devoir débrancher ! ça doit être terrible  Sad 

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 18:48

Quand ma belle-fille est décédée, il y a 2 mois, j'ai compris ce que ressentent les familles de personnes en fin de vie. On sait que la mort est inéluctable, mais, j'ose à peine le dire, ça traîne... Et c'est très dur pour l'entourage.
Sa souffrance était bien soulagée, mais elle a perdu la vue et était sans force, parfaitement consciente de son état. Pas malheureuse car elle savait où elle allait...elle était prête depuis longtemps.
Mais jusqu'au bout, nous avons tous prié pour que Dieu fasse un miracle. Elle n'avait que 36 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 19:41

Citation :
Seriez-vous prête à décider de la mort de quelqu'un à sa place?
non, d'ailleurs pour le moment, mon chien (ne soyez pas choqué d'emblée et lisez jusqu'au bout) est en fin de vie et il faut qu'on prenne une décision.... que je n'arrive pas à prendre. Et çà me renvoie forcément  à la question humaine, si déjà pour un animal c'est difficile, quid encore pour un humain? (à noter que je n'ai pas attendu que mon chien soit dans cet état pour y penser) je n'ose même pas imaginer comment on peut envisager l'euthanasie des enfants et même des autres personnes.
Ce que je souhaite par contre, c'est qu'on cesse de juger certaines personnes ou de tenir des propos moralisateurs sur ce sujet, car il exsite bel et bien n'en déplaise des cas dramatiques de maladie incurable où les médicaments même les plus puissants n'apaisent pas la douleur. Alors pour ces personnes là, je crois quand même que je peux comprendre leur souhait. Quand j'ai vu mon beau père en fin de vie, jamais il ne me serait venu à l'idée de le faire passer de vie à trépas, mais quand la personne est au sommet de la douleur et arrive "au bout", on lui souhaite bel et bien la délivrance..... et dire comme certains parfois sur ce forum que la souffrance est une bénédiction qui rapproche de Dieu, je crois qu'il n'y a que les gens en parfaite santé physique et mentale pour avancer des élucubrations pareilles (sauf bien entendu pour les personnes animées d'une foi intense mais c'est loin d'être une généralité)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Mer 02 Juil 2014, 20:54

ça ne me choque pas... J'ai eu aussi à emmener mon chien pour le faire piquer. Un berger allemand que ma fille avait récupéré, qui avait été maltraité, et devenu méchant: il avait un cancer.. Il avait mordu mon mari au pouce et l'avait du coup guéri de son arthrose !!! Mais bon, je l'aimais bien quand même. Et mon labrador, super sympa, venait aussi de mourir d'un coup, à 14 ans, d'une crise cardiaque certainement...
Maintenant, je n'ai plus qu'un chat...
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 13:52

rebelle a écrit:
Ce que je souhaite par contre, c'est qu'on cesse de juger certaines personnes ou de tenir des propos moralisateurs sur ce sujet, car il exsite bel et bien n'en déplaise des cas dramatiques de maladie incurable où les médicaments même les plus puissants n'apaisent pas la douleur. Alors pour ces personnes là, je crois quand même que je peux comprendre leur souhait.

Il n'est pas question de juger.  (pour ma part en tout cas).  Mais vous avez une loi, la France en a une aussi et nous au Québec depuis peu.

D'ailleurs, le Canada tente de retourner cette loi du Québec qu'il trouve immorale. (Le reste du Canada étant beaucoup plus conservateur que le Québec sur ces questions)

La raison pour laquelle j'interviens ici est de me faire une meilleure idée sur le sujet en ayant des arguments de part et d'autre pour finalement me faire une idée claire sur un sujet que je trouve particulièrement épineux.

Ce qui me fait peur, personnellement, c'est qu'on utilise cette loi pour "éliminer" les faibles, les indésirables pour des motifs financiers ou de commodité.  Voyez dans le témoignage d'une des personnes dans le post de M. Dumouch qui affirme que le médecin lui a enlever son père: «c'est une question d'éthique, vous ne pouviez pas prendre la décision à notre place, vous m'avez privé des derniers moments avec mon père»



Je me demande aussi, Rebelle, si ces lois ne sont pas aussi pensé par des gens en bonne santé... Pour ne pas avoir à subir l'agonie, on aimerait avoir la possibilité de presser sur le bouton de la sortie avant l'heure, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la souffrance de la personne elle-même.

Cécile a écrit:
Quand ma belle-fille est décédée, il y a 2 mois, j'ai compris ce que ressentent les familles de personnes en fin de vie. On sait que la mort est inéluctable, mais, j'ose à peine le dire, ça traîne... Et c'est très dur pour l'entourage.
Sa souffrance était bien soulagée, mais elle a perdu la vue et était sans force, parfaitement consciente de son état. Pas malheureuse car elle savait où elle allait...elle était prête depuis longtemps.
Mais jusqu'au bout, nous avons tous prié pour que Dieu fasse un miracle. Elle n'avait que 36 ans.

Très précieux comme témoignage.      Est-ce que, selon vous, l'entourage et votre belle fille aurait aimé pouvoir raccourcie le délais?  Ça aurait été une option à  considéré, la mort provoqué? (ne répondez pas si ça vous indispose, soyez bien à l'aise.)

Espérance a écrit:
Tout à fait L'assoiffé ! quand on voit quelqu"un que l'on aime qui souffre et qu'il n'y a plus d'espoir, ça m'est arrivé ! oui j'ai prié pour qu'elle parte (c'était ma maman).

Mais j'espère ne jamais avoir de décision à prendre de devoir débrancher ! ça doit être terrible   Sad

Beau témoignage.     Auriez-vous aimer pouvoir donner la permission à quelqu'un d'autre que la décision soit prise à votre place, afin de ne pas avoir à la prendre vous même? (ne répondez pas si ça vous indispose, soyez bien à l'aise.)

En fait, c'est ici le coeur de la question.

L'agonie as-t-il une utilité? Pour un athée, sûrement que non.  Pour un croyant, nous avons plusieurs exemple de gens qui ont "régler" bien des choses dans leur relation avant de quitter.

Est-il souhaitable de raccourcir et d'éliminer les gens avant que les miracles se produisent?

Un de mes oncles est mort d'un cancer des os.  Il a beaucoup souffert, surtout lorsqu'on déplaçait son corps.  Il était en rogne avec beaucoup de gens dans son entourage et sa famille, et avait beaucoup de rage au cœur.    Beaucoup de gens contre qui il était en colère sont venu le voir à l’hôpital.  Il a été surpris de voir qu'il était aimé.  Il est partie en paix.  Mais il aurait été le premier à demander la mort par orgueil et il serait partie sans avoir régler ses relations. Mais il n'est plus là pour nous dire si le jeux en a valu la chandelle.

Je comprends que ce n'est qu'un cas parmi d'autre.

Et je comprends que ça ne se passe pas toujours ainsi et que l'agonie de certaine personne peut-être complètement inutile.

Lorsqu'on mets une loi en place, on banalise l'acte.  On le permet.  Et c'est ça qui m'inquiète.  

Comment peut on mettre dans une loi que si la personne a besoin de l'agonie pour faire la paix autour d'elle, on ne doit pas l’euthanasié et inversement?

Comme croyant, peut-on être pour la prise de décision par un homme de la mort d'une des créatures de Dieu sans Lui faire confiance quant au moment propice pour venir chercher la personne?

C'est des questions que l'on doit se poser, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 14:20

Cécile a écrit:Quand ma belle-fille est décédée, il y a 2 mois, j'ai compris ce que ressentent les familles de personnes en fin de vie. On sait que la mort est inéluctable, mais, j'ose à peine le dire, ça traîne... Et c'est très dur pour l'entourage.
Sa souffrance était bien soulagée, mais elle a perdu la vue et était sans force, parfaitement consciente de son état. Pas malheureuse car elle savait où elle allait...elle était prête depuis longtemps.
Mais jusqu'au bout, nous avons tous prié pour que Dieu fasse un miracle. Elle n'avait que 36 ans.

Très précieux comme témoignage. Est-ce que, selon vous, l'entourage et votre belle fille aurait aimé pouvoir raccourcie le délais? Ça aurait été une option à considéré, la mort provoqué? (ne répondez pas si ça vous indispose, soyez bien à l'aise.)


Non, cette possibilité n'a effleuré personne ! Ni elle-même, ni la famille, ni les médecins qui ont lutté tant qu'ils ont pu, mais sans acharnement. Son médecin était une jeune femme du même âge, et elles avaient lié des liens d'amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 15:23

Auriez-vous aimer pouvoir donner la permission à quelqu'un d'autre que la décision soit prise à votre place, afin de ne pas avoir à la prendre vous même? (ne répondez pas si ça vous indispose, soyez bien à l'aise.)

Il n'en n'a pas été question. Nous habitons à 800 kms et quand la clinique nous a appelés, j'ai contacté le médecin traitant de maman pour en savoir plus et surtout s'il fallait qu'on vienne. Il a dit que c'était préférable et nous sommes partis tout de suite. D'après lui, maman n'était pas encore dans le coma, mais dans "un état comateux".

A la clinique, nous avons vu le médecin du service qui nous a dit qu'il n'y avait rien à faire, que c'était un cancer du pancréas foudroyant.

Maman n'a jamais repris connaissance, donc, pour l'agonie, je ne sais pas  Question mais je pense qu'elle ne souffrait pas, les perfusions devaient sans doute la soulager.

Je suis restée près d'elle, jour et nuit, jusqu'à sa mort, 3 jours plus tard. Le personnel a été très, très présent, mais jamais, il n'a été question d'abréger la vie de maman.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 15:26


Citation :
e me demande aussi, Rebelle, si ces lois ne sont pas aussi pensé par des gens en bonne santé... Pour ne pas avoir à subir l'agonie, on aimerait avoir la possibilité de presser sur le bouton de la sortie avant l'heure, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la souffrance de la personne elle-même.
si, exactement. j'ai eu l'occasion de discuter de la chose notamment avec des gens qui appartiennent à la FM, des élites intelectuelles, quoi, .... et ils pensent d'abord à eux en fait, ils se transposent dans l'idée que s'ils perdent leurs facultés intellectuelles çà leur donnerait une vie indigne à laquelle ils ne veulent même pas songer.alors pour le reste.... si la maladie physique vient, c'est abominable.  ils admirent un de leurs amis qui a demandé l'euthanasie dès l'annonce de son cancer. çà a été accepté, il n'en était qu'au début...... je leur ai demandé s'ils avaient déjà pensé à ce que çà envoyait comme signal aux personnes malades et.ou invalides qui entendent parler comme çà et qui luttent.... çà m'a énervée un tantinet et je leur ai dit qu'en fin de compte la société, avec des gens comme eux, il n'y avait plus qu'à éliminer les trois quarts de la planète, car tant qu'à faire, les gens des pays pauvres sont quasi tous dans des conditions de vie "indigne" (selon leur définition bien sûr).


Dernière édition par rebelle le Jeu 03 Juil 2014, 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 15:27

Pour ma belle-mère qui avait eu un avc et ne parlait plus, ne mangeait plus et était plutôt comme un légume, le médecin a réuni la famille et a proposé qu'on lui pose une sonde gastrique pour l'alimenter, sinon c'était la mort assurée.
Nous avons tous donné notre autorisation et ma belle-mère a vécu 2 ans avec sa sonde, toujours sans parler et nous ne savions même pas si elle nous reconnaissait. Mais au moins, elle est partie "normalement".

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 16:08

L'assoiffé a écrit:
D'ailleurs, le Canada tente de retourner cette loi du Québec qu'il trouve immorale. (Le reste du Canada étant beaucoup plus conservateur que le Québec sur ces questions)

Le code criminel canadien interdit l'euthanasie et le suicide assisté. Nos élus ont-ils oublié ça ?

Ah, mais c'est vrai, ils ont trouvé un autre terme qui veut dire la même chose: aide médicale à mourir !

Ils peuvent bien vouloir enlever le crucifix, ce n'est pas le Christ qu'ils servent, c'est satan. spiderman
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 19:09

rebelle a écrit:

Citation :
e me demande aussi, Rebelle, si ces lois ne sont pas aussi pensé par des gens en bonne santé... Pour ne pas avoir à subir l'agonie, on aimerait avoir la possibilité de presser sur le bouton de la sortie avant l'heure, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la souffrance de la personne elle-même.
si, exactement. j'ai eu l'occasion de discuter de la chose notamment avec des gens qui appartiennent à la FM, des élites intelectuelles, quoi, .... et ils pensent d'abord à eux en fait, ils se transposent dans l'idée que s'ils perdent leurs facultés intellectuelles çà leur donnerait une vie indigne à laquelle ils ne veulent même pas songer.alors pour le reste.... si la maladie physique vient, c'est abominable.  ils admirent un de leurs amis qui a demandé l'euthanasie dès l'annonce de son cancer. çà a été accepté, il n'en était qu'au début...... je leur ai demandé s'ils avaient déjà pensé à ce que çà envoyait comme signal aux personnes malades et.ou invalides qui entendent parler comme çà et qui luttent.... çà m'a énervée un tantinet et je leur ai dit qu'en fin de compte la société, avec des gens comme eux, il n'y avait plus qu'à éliminer les trois quarts de la planète, car tant qu'à faire, les gens des pays pauvres sont quasi tous dans des conditions de vie "indigne" (selon leur définition bien sûr).

Voilà exactement où je voulais en venir Rebelle. C'est ma plus grande crainte. L'orgueil et l'égo sont des monstres qui mangent les faibles.

Voilà pourquoi, à moins que quelqu'un me donne des raisons de croire le contraire, ces lois ne sont pas des lois pour les malades. Ce sont des lois pour les biens portants qui n'accepte pas de se voir dépendant ou diminué.

La vie ne veut la peine d'être vécu que dans la jeunesse, la santé et le plaisir. Hors de ces critères, elle n'a pas de valeur, on doit la supprimer.

Comment doit-on réagir comme croyant face à celà?

C'est aussi la question.

Mais doit-on imposer notre vision de croyant à ceux qui veulent se donner la mort ou être assister pour le faire?

Il faut à tout le moins défendre notre choix de ne pas être obligé de subir les pressions pour raccourcir nos vies ou celle de ceux que l'on aime.

Pour un athée, il n'y a rien après la mort. Autant vivre et mourir en bonne santé, puisque mourir est une honte et un scandale.


Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 19:21

"Mangeons et buvons car demain, nous mourrons."
Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 19:34

Espérance a écrit:
Pour ma belle-mère qui avait eu un avc et ne parlait plus, ne mangeait plus et était plutôt comme un légume, le médecin a réuni la famille et a proposé qu'on lui pose une sonde gastrique pour l'alimenter, sinon c'était la mort assurée.
Nous avons tous donné notre autorisation et ma belle-mère a vécu 2 ans avec sa sonde, toujours sans parler et nous ne savions même pas si elle nous reconnaissait. Mais au moins, elle est partie "normalement".

Espérance, Croyez-vous que de ne pas avoir accepté aurait été une mort normale aussi pour votre belle-mère? C'est une question qui m'interpelle... (Soyez toujours à l'aise de répondre ou non).

Revenir en haut Aller en bas
L'assoiffé
Administrateur


Masculin Messages : 2632
Inscription : 15/09/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 19:37

Simon1976 a écrit:
L'assoiffé a écrit:
D'ailleurs, le Canada tente de retourner cette loi du Québec qu'il trouve immorale. (Le reste du Canada étant beaucoup plus conservateur que le Québec sur ces questions)

Le code criminel canadien interdit l'euthanasie et le suicide assisté. Nos élus ont-ils oublié ça ?

Ah, mais c'est vrai, ils ont trouvé un autre terme qui veut dire la même chose: aide médicale à mourir !

Ils peuvent bien vouloir enlever le crucifix, ce n'est pas le Christ qu'ils servent, c'est satan. spiderman

Semblerait que l'aide médicale à mourir soit un soin... selon notre gouvernent provinciale.

Ça va me faire hésiter à me faire soigner...  Mr.Red 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16688
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades   Jeu 03 Juil 2014, 20:34

L'assoiffé a écrit:
Espérance a écrit:
Pour ma belle-mère qui avait eu un avc et ne parlait plus, ne mangeait plus et était plutôt comme un légume, le médecin a réuni la famille et a proposé qu'on lui pose une sonde gastrique pour l'alimenter, sinon c'était la mort assurée.
Nous avons tous donné notre autorisation et ma belle-mère a vécu 2 ans avec sa sonde, toujours sans parler et nous ne savions même pas si elle nous reconnaissait. Mais au moins, elle est partie "normalement".

Espérance, Croyez-vous que de ne pas avoir accepté aurait été une mort normale aussi pour votre belle-mère? C'est une question qui m'interpelle... (Soyez toujours à l'aise de répondre ou non).


Ma belle famille est athée, mais vous voyez, aucun des enfants ne voulait avoir la mort de sa mère sur sa conscience, car il y avait UNE SEULE possibilité qu'elle reparle, ce qui n'a pas été le cas  Sad

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Euthanasie : Comment cette loi, en ouvrant des portes, mets en danger de mort les malades
» ... et l'euthanasie
» Comment devenir athée ?
» mon rêve de cette nuit, elle est morte !
» La mort de la vierge Marie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: