DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Islamisme en prison : à qui la faute ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 10:58

[size=52]Islamisme en prison : à qui la faute ?
[/size]




    • Publié le 03/06/2014 à 18:52






FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour le père Michel Viot, aumonier de prison, la montée des conversions à l'islam radical est en partie imputable à un laïcisme qui persiste à nier l'importance du fait religieux et à un christianisme qui a abandonné les couches populaires.
PUBLICITÉ


Hipanema[size=16]Donnez du peps à vos tenues

Je craque
1/5[/size]


Le père Michel Viot est prêtre catholique, et aumônier de prison


La question des conversions à l'Islam est depuis longtemps en France un sujet tabou, parce qu'elle met en évidence des faiblesses et des forces qui dérangent.

Citation :
[size=31]Les faiblesses : celles du Christianisme en France et en Europe, qui s'est coupé depuis au moins cinquante ans des masses en méprisant la religion populaire au nom d'un spiritualisme intellectuel et bourgeois .[/size]

Les faiblesses: celles du Christianisme en France et en Europe, qui s'est coupé depuis au moins cinquante ans des masses en méprisant la religion populaire au nom d'un spiritualisme intellectuel et bourgeois qui est encore marqué de l'empreinte voltairienne. Une absence aussi de lisibilité doctrinale au nom d'une tolérance, que Paul Claudel, en son temps avait bien qualifiée et d'une ouverture au monde qui a abouti à un effacement. Disparition de l'esprit missionnaire, au nom d'une indifférenciation religieuse bien loin des exigences de la Bible.
Faiblesse enfin du côté de l'Etat avec sa laicité devenue laicisme orgueilleux qui prétend pouvoir à lui seul combattre et anéantir le fanatisme religieux d'ou qu'il vienne.Sans doute par ce nouveau sanctuaire qu'est l'école de la République souhaitée par monsieur Vincent Peillon qui grâce à son nouveau clergé veut opèrer «la transsubstantiation «de l'élève en citoyen (voir son livre»La Révolution française n'est pas terminée p 17,18 ).
Les forces: l'Islam est cohérent avec lui même et a la volonté de convertir. Il s'exprime en France par des représentants modérés,a une émission religieuse télévisée,qui par sa bonne facture arrive en tête des autres avec celle du rabbin Josy Eisenberg. La religion elle même est simple et entraîne à une piété réelle avec un sens aigu de la prière et du partage. Les communautés, en particulier dans nos ZUP pratiquent une réelle entraide qui ne se limite pas aux seuls musulmans mais aussi à beaucoup de jeunes «paumés» que nos églises et nos services sociaux de l'Etat ont depuis longtemps abandonnés! Voila pour «l'extérieur»!
Aumônier de la maison d'arrêt de Blois depuis 2004, je vais y achever mon ministère ce 31 août 2014. J'ajoute que pendant ces dix ans, j'ai pu visiter des détenus dans d'autres lieux de détention, parce queje les avais suivis à Blois. J'ai été témoin de conversions à l'islam, même tout récemment chez un jeune dont j'avais commencé le catéchisme à l'aumônerie catholique. Depuis 2004 j'avais constaté que la propagande musulmane était très forte et agressive. Les quelque détenus juifs se faisaient inscrire sur les listes de l'aumônerie catholique , tout en se dévoilant comme tels. Ils venaient donc à la messe mais bien entendu ne communiaient pas et ne faisaient l'objet d'aucun prosélytisme. Ce sont quelques détenus musulmans qui m'ont demandé un imam, non seulement pour pouvoir pratiquer leur religion, mais encore pour endiguer un islamisme qui leur paraissait insupportable, surtout venant de jeunes qui n'avaient jamais pratiqué, et qui dès leur entrée en détention, sous la pression «d'imams» auto proclamés rendaient la vie impossible à tout le monde. J'ai fait cette demande avec l'accord du directeur de la prison et l'approbation des surveillants. «Plus haut» on ne nous a pas suivis. Il a fallu qu'on trouve des talibans français, ayant avoué qu'ils avaient été recrutés dans nos prisons pour qu'un imam soit enfin nommé (de culture française). Et l'Etat se mêlerait de ce qui le regarde s'il se préoccupait mieux qu'il ne le fait de la desserte des mosquées et des salles de prières qui existent actuellement en France et qui vont aller en augmentant. C'est la seule façon efficace de lutter contre l'islamisme qui menace l'ordre public et la liberté religieuse dans notre pays. Un état intelligemment laic doit y veiller comme aussi au respect du judéo-christianisme, qui lui a fait la France et qu'il doit aussi protéger.

Citation :
[size=31]A gauche comme à droite, le parti du mépris en matière religieuse a largement le dessus aujourd'hui! Son ignorance volontaire de l'importance du fait religieux dans une société a et aura des conséquences de plus en plus désastreuses, pour la paix et la tranquilité publiques[/size]

Malheureusement, à gauche comme à droite, le parti du mépris en matière religieuse a largement le dessus aujourd'hui! Son ignorance volontaire de l'importance du fait religieux dans une société a et aura des conséquences de plus en plus désastreuses, pour la paix et la tranquilité publiques.
Et tout particulièrement sur le sujet qui nous préoccupe, le laicisme de nos politiques livre les français en otage au fanatisme islamique. Et les premiers de nos compatriotes qui seront tourmentés, voire agressés, seront les musulmans qui dans leur très grande majorité aspirent à la paix et désirent garder leur style français de pratique de leur religion , reçu depuis plusieurs générations, tout comme ils souhaitent vivre en bonne intelligence avec les chrétiens et les juifs.
Pour des raisons évidentes beaucoup ne peuvent dire à voix haute ce que j'écris, mais je sais qu'ils le pensent.Ils comptent beaucoup sur les chrétiens et aussi sur les dirigeants politiques de notre pays. Si, à Dieu ne plaise, ils étaient déçus, nous le paierions très cher, pas de leur part évidemment. Nous venons d'avoir ces temps ci quelques avertissements qui ne devraient ne nous laisser aucun doute.

http://www.lefigaro.fr/vox/religion/2014/06/03/31004-20140603ARTFIG00339-islamisme-en-prison-a-qui-la-faute.php

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 11:03

hé oui...

« A gauche comme à droite, le parti du mépris en matière religieuse a largement le dessus aujourd'hui! Son ignorance volontaire de l'importance du fait religieux dans une société a et aura des conséquences de plus en plus désastreuses, pour la paix et la tranquilité publiques. »

 salut 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 11:47

Et les premiers de nos compatriotes qui seront tourmentés, voire agressés, seront les musulmans qui dans leur très grande majorité aspirent à la paix et désirent garder leur style français de pratique de leur religion , reçu depuis plusieurs générations, tout comme ils souhaitent vivre en bonne intelligence avec les chrétiens et les juifs.

et nous, chrétiens, que faisons-nous ?

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 12:05

Qui est le Père Michel Viot :

Ancien pasteur luthérien, il a accepté dès 2008 de répondre à la demande d’un groupe stable de fidèles désirant la célébration de la liturgie traditionnelle dans une église de son territoire paroissial.

En 2011, l’évêque de Blois, Monseigneur de Germiny, a érigé cette église en paroisse personnelle vouée à la forme extraordinaire du rite romain : la paroisse des Saints-Apôtres, confiée à la Fraternité Saint-Thomas-Becket.

Né en 1944, baptisé catholique bien que fils d’instituteur laïc, socialiste et franc-maçon, converti au luthéranisme à l’âge de 14 ans par goût de la Bible, jeune socialiste lui-même, ordonné pasteur en mai 68, entré en maçonnerie la même année, signataire d’une tribune dans Le Monde reconnaissant le caractère protestant de la messe de Paul VI (jusqu’à ce qu’il n’en découvre l’édition typique latine !), ami de Robert Boulin et proche de Jacques Chirac, prédicateur contre-révolutionnaire aux anniversaires de l’exécution de Louis XVI, Michel Viot participe activement, en tant qu’inspecteur ecclésiastique luthérien (l’équivalent, sauf le sacrement, d’un évêque mais dont le mandat est limité dans le temps) à la déclaration conjointe avec l’Église catholique « sur la doctrine de la justification » de 1999.

Deux ans plus tard, après avoir remis son mandat d’inspecteur ecclésiastique, comprenant que les luthériens français préfèrent s’unir à l’Église réformée plutôt que de poursuivre leur rapprochement vers Rome, il se décide à rejoindre l’Église catholique et commence par quitter la franc-maçonnerie dès 2000. Suivant les traces d’un Louis Bouyer, il professe la foi catholique avant de recevoir les ordres mineurs puis, en 2003, d’être ordonné diacre et enfin prêtre du diocèse de Blois.

En réalité, ayant une grande vénération pour la Vierge Marie depuis son enfance, Michel Viot avait exprimé dès les années 1982 son désir de revenir à l’Église de son baptême mais, à l’époque, il lui avait été demandé de rester luthérien car il était un « bon » interlocuteur pour le dialogue œcuménique. Homme de Dieu habitué à remonter le courant, le père Viot a fondé en 2008 une association, Écouter avec l’Église (4), née de sa constatation de la grande méconnaissance du magistère chez les catholiques, laïcs comme prêtres. Il s’attache donc depuis cette date, en plus de ses nombreuses responsabilités pastorales, à faire connaître et expliquer le contenu de l’enseignement des papes.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 12:40

C'est la faute à Voltaire! C'est la faute à Rousseau!

Forcément!

Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9342
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 14:11

Mais cette phrase de la chanson n'est pas tout-à-fait fausse , cher Lebob .

Musset l'avait noté aussi .

Ceci dit , le mépris injuste envers les religions a plus d'une origine . L'éclosion d'une religion mal codifiée et désespérante , celle que j'appelle " religion de la LASCIENCE " en est une aussi ( mais cette nouvelle religion a heureusement déjà du plomb dans l'aile , au moins aux yeux des plus lucides ) .

C'est cette fausse religion qui dégoûtait le grand scientifique Alexis Carrel ( qui faillit en être victime )  .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16642
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Mer 04 Juin 2014, 20:10

AFP 04-06-2014 - 21:24
Les musulmans de France face à la radicalisation

Sans cacher une certaine impuissance face aux affaires Mohamed Merah et Mehdi Nemmouche, les responsables musulmans français tentent de réagir, en ordre dispersé, pour éviter les amalgames et lutter contre le processus de radicalisation jihadiste.

La tuerie au Musée juif de Bruxelles, un peu plus de deux ans après celle de Toulouse, a replacé dans une position inconfortable l'islam de France, invité dans la presse à condamner des actes auxquels il se dit parfaitement étranger.

"La communauté musulmane vit très mal ces événements qui ne sont pas l'islam, et dont elle est la première victime", souligne Abdallah Zekri, président de l'Observatoire contre l'islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM).

Faut-il y voir le signe d'un malaise ? Lundi, au lendemain de l'annonce de l'interpellation de Mehdi Nemmouche, le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, n'a pas caché l'"impuissance" des musulmans "devant la recrudescence de jeunes jihadistes recrutés en prison et rapidement endoctrinés tant sur le web que par les réseaux terroristes".

Deux jours plus tard, "compte tenu de la situation actuelle", le président du CFCM a tenté de reprendre la main en présentant à la presse une "convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre-ensemble". Le texte postule que "les musulmans dans leur totalité récusent la violence et font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que les jeunes succombent aux messages délétères qui incitent notamment à la violence et au fanatisme".

Mais il n'est pas sûr que la charte du CFCM, institution régulièrement rongée par des querelles liées aux personnes ou aux pays d'origine (Algérie, Maroc, Turquie...), fasse l'unanimité. Mohammed Moussaoui, ancien président du CFCM, a d'ailleurs lancé son propre chantier, "des états généraux contre le radicalisme religieux", qui doivent aboutir à l'automne.

- Radicalité : par où la sortie ? -

"Nous avons constaté que les imams ne sont pas outillés pour faire face à ce nouveau phénomène de radicalisation des jeunes", souligne Mohammed Moussaoui, aujourd'hui président de l'Union des mosquées de France. "C'est un fait aujourd'hui que ces jeunes qui basculent vers la radicalité sont en rupture presque totale avec l'institution religieuse : il faut en chercher les causes", poursuit-il. "On a fait un gros travail dans les mosquées, où le discours véhiculé est celui d'un islam apaisé. Mais ce n'est pas ce que recherchent certains jeunes, ça ne les intéresse pas, donc ils vont sur internet pour avoir des réponses à leurs fantasmes", se désole Aslam Timol, représentant de l'île de la Réunion au CFCM.

Pour l'anthropologue du fait religieux Dounia Bouzar, membre de l'Observatoire de la laïcité, "c'est très bien de rassurer, de redire ce qu'est l'islam. Mais les radicaux se fichent pas mal de ce qu'est l'islam, c'est ça le problème".

"C'est pour ça que j'ai monté une cellule avec des psychologues: il faut trouver d'autres façons de permettre des sorties de la radicalité", ajoute celle qui dirige le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam. L'experte s'intéresse notamment à l'endoctrinement pratiqué par le groupuscule dit des "véridiques", qui attire en Syrie des jeunes Français, notamment des filles, sous couvert d'engagement humanitaire.

La radicalité de Mohamed Merah et Mehdi Nemmouche est d'une autre nature. "Ils n'ont pas fréquenté de mosquée, on ne peut pas dire que c'est le catéchisme musulman qui a été mal fait. Mais dans notre inconscient, en Europe, nous sommes tous en train - politiques, médias, sociologues, musulmans, non-musulmans - de construire une figure du musulman comme guerrier", déplore l'anthropologue. "Or on observe une recherche de toute-puissance chez ces hommes sans père ni repère, qui avaient le sentiment de ne pas avoir de place, n'avaient pas de lien au territoire", fait valoir Dounia Bouzar.

"Je pense qu'il faut former les imams afin qu'ils comprennent mieux les processus d'emprise mentale", ajoute-t-elle : "Je vois chez eux l'envie de se remettre en question dans la façon dont ils enseignent : on travaille peut-être trop sur l'image du Prophète combattant, pas assez sur le messager de paix".

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: Islamisme en prison : à qui la faute ?   Jeu 05 Juin 2014, 06:29

Avant d'être visiteuse de prison, j'avais été bibliothécaire (adjointe!) dans une Maison d'arrêt.

Un jeune Maghrébin venait régulièrement à la bibliothèque; il était agréable, souriant, condamné à une petite peine.
Mais un islamiste, auteur de braquages, et considéré comme dangereux, que l'administration changeait régulièrement de cellule, a "pris en main" ce jeune quand il a partagé sa cellule.
Dans un premier temps, il venait encore, mais toujours avec un air triste... Et puis il a cessé de venir à la bibliothèque.
Je ne sais pas ce qu'il est devenu, il y a presque 10 ans de cela.
Revenir en haut Aller en bas
 
Islamisme en prison : à qui la faute ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La personnalité préférée des Français........en prison !
» La prison pour femmes de St-Lazare
» Quand un vol virtuel envoie dans une prison bien réelle
» Nathalie Gettliffe est sortie de prison pour la fête de Noël
» Pouvez-vous me corriger une faute de frappe?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: