DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Lun 26 Mai 2014, 02:00

Israel est un bouclier de l'occident chrétien, et la seule démocratie du moyen orient.

Pour moi, l'antisionisme, c'est refuser le droit des juifs a avoir récupéré sa terre, la terre et berceau du judaisme (la Judée).

Je peux démontrer que celà a été fait, aussi bien en suivant le droit international, que sans avoir nuis à aucun peuple.

Pour moi, nier le droit à un état juif et refuser aux juifs et à Israel de se défendre, c'est pour moi, etre antijuif, c'est pour moi de l'antisémitisme.
comme il s'agit là de la définition de l'antisionisme (refuser un état juif, sa légalité, et le droit qu'il se défende), pour moi, etre antisioniste, c'est refuser aux juifs un état et le droit de se défendre, c'est donc purement, par définition, etre antisémite.

Qu'en pensez vous ?

Personellement, je pense que l'antisionisme est un fashisme, qui exporte de la haine entre les peuples, attaque la morale chrétienne et la culture occidentale, commet de l'insécurité et des violences dans les banlieues de France et d'europe, et il  peux détruire l'occident chrétien.

Je rapelle comment les dits palestiniens sont partis, d'eux memes:

--
Arrivée dans la région de ceux qu'on apellera plus tard "les palestiniens": vers 1880/1850, immigrés venus de plus de vingt pays (principalement d'egypte surtout, puis irak, yemen, syrie, péninsule arabique..), ces immigrés étrangers à cette région demandent des autorisations d'immigration au sultan de constantinople, propriétaire de la palestine romaine depuis 700 ans. L'invasion ottomane créat des propriétaires turcs. grands propriétaires turcs, propriété domaniale du sultan turc. avant celà; la région faisait partie de la grande Syrie.

Il n'y a donc jamais eu de "peuple palestinien", création politique moderne ; source: le livre de guy Milliére: "Comment le peuple palestinien fut inventé"  Editions Reinhac, 2011), décrivant comment la notion de peuple palestinien fut inventée durant une réunion entre le KGB, et les services secrets égyptiens et syriens, dans les années 60

Le sultan de constantinople acceptait des travailleurs immigrés de toute religion, dont des musulmans, des juifs, et des chrétiens(par exemple d'allemagne).
La zone étant desertique, donc à transformer, c'était là une aubaine pour lui.
Cette région était quasiment desertique, hormis des bédouins itinérants non sédentaires (refusant toute propriété, et qui ne sont nullement des palestiniens) et de rares juifs.


Les divers envoyés des instituts géographiques, et journalistes décrivent d'immenses zones sans ame qui vive.
il n'y avait pas encore les dits palestiniens, arrivés en tant qu'immigrants vers 1830/1880. Ils n'étaient pas encore là avant.

Il faut donc dissocier l'adjectif géographique "palestinien" (régional), de l'adjectif "palestinien" actuel désignant, sans exception, des immigrés étrangers à cette région, avec une histoire, et des cultures, totalement étrangéres à cette région.
Les plus anciennes familles palestinienens, racontent leur immigration récente.
Les turcs "palestiniens "  sont partis pour laisser place aux brittaniques, et ne sont aucunement les "palestiniens" immigrés étrangers à la région.

les turcs avaient la propriété domaniale et politique, et ont possédés Jérusalem. ensuite, ce fut les brittaniques qui possédérent politiquement le pays, et eurent Jéruaslem comme capitale.

mais pas les dits palestiniens, immigrés non issus de cette région.
Les palestiniens n'ont jamais eu d'état a eux, de propriété politique, ni eu la moindre capitale, encore moins Jérusalem comme état d'un peuple palestinien.

Le pays n'appartenait pas à "des arabes " terme vague. Mais aux turcs.



L'arrivée de ceux qu'on dénommera, vers 1950, des palestiniens, est mentionné par la presse de constantinople.

Les immigrés étrangers, se feront appeler peuple palestiniens a partir des années 50, pour des raisons politiques, adjectif irréaliste, ils ne sont pas originaires de cette région, ni n'ont eu de passé historique, ni eu de pays, ni possédé de capitale, ils n'avaient aucune propriété politique, et leur mélange d'immigrés venus de plus de vingt pasy différents n'était pas un peuple.
Les immigrés espagnoles, italiens , finlandais, belges, portugais, allemands, venus travailler en France, ne sont pas gaulois, ni ne forment un peuple issu de France.

contrairement au mythe, les dits palestiniens ne sont ni autochtones, ni peuple ancien issu de palestine.
Ils n'ont nottament jamais possédé de pays a eux, ni aucune capitale: la région était ottomane (turque), puis brittanique.

Les premiers emplois que les immigrés étrangers à la région, qui se ferons plus tard appeler palestiniens, obtinrent, leur fut donnés par des juifs arrivés avant eux. C'était ce qui les avait poussé a immigrer, ces dits palestiniens fuyant souvent des famines: les emplois étaient donnés par les juifs qui défrichérent le desert, ce qui était relaté dans la presse.

L'autodetermination du peuple palestinien déclare se fonder sur ceci: le peuple Palestiniens serait issu d'une souche commune qui serait resté stationnaire pendant des siècles en Palestine.
c'est complétement faux.
c'est sur celà que les palestiniens basent leur autodetermination actuelle, et disent avoir été colonisés par les juifs sionistes.
Mais les palestiniens furent eux memes des colons, souvent venus aprés des juifs, tout autant autorisés par Constantinople.

La réalité différe du mythe, les juifs avaient un leg historique en Judée,pour eux c'étaut un retour à la maison; les palestiniens n'en avaient pas et étaient des colons.

L'autodetermination du peuple juif, est lui, multiple, (conviction personelle, relation  filiale,  sentiment d'appartenance, lien religieux (optionnel), conversion, c'est un peuple qui se recrée sans cesse. Il définit néanmoins un peuple qui prie pour Jérusalem et Israel, ou qui en a un lien émotionel fort. Le sionisme, inclut dans la religion ( priéres: Si je t'oublie, Jérusalem..), indique que la religion juive est née en Judée. L'archéologie scientifique le confirme, et de nombreuses preuves scientifiques également, la science et l'archéologie scientifique se recoupant avec les textes de la Bible.
Ce sentiment d'appartenance et de lien profond et moral avec Israel comme état juif, existe aussi chez les juifs athés, non croyants, et les juifs non pratiquants, majoritaires dans le monde.
Cette ame est une autodetermination fondée et morale. ces élements ont été pris en compte à la fois par la SDN que par l'ONU, créant un droit légitime international  des juifs sur cette région.
Le nier revient à bafouer un peuple et une réligion à la fois.

1517 Domination des Turcs ottomans jusqu'en 1917. Les Ottomans laissent les juifs se réinstaller en Palestine, fuyant les persécutions (notamment d'Espagne).
1799 Napoléon Bonaparte, empereur des Français, durant sa campagne d'Égypte fait une déclaration éloquente reconnaissant la propriété de la terre sainte (Palestine) au peuple juif. Extrait du discours : « La France vous propose de prendre l’héritage de vos pères ». Il écrit aux dirigeants du monde pour leur expliquer qu’il faut faire le nécessaire pour que les juifs s’installent en Israël.
Déclaration de Napoléon Bonaparte:
"Proclamation à la nation Juive Quartier général Jérusalem, 1er floréal, an VII de la République Française (20 avril 1799) Bonaparte, commandant en chef des armées de la République Française en Afrique et en Asie, aux héritiers légitimes de la Palestine : Israélites, nation unique que les conquêtes et la tyrannie ont pu, pendant des milliers d'années, priver de leur terre ancestrale, mais ni de leur nom, ni de leur existence nationale ! Les observateurs attentifs et impartiaux du destin des nations, même s'ils n'ont pas les dons prophétiques d'Israël et de Joël, se sont rendu compte de la justesse des prédictions des grands prophètes qui, à la veille de la destruction de Sion, ont prédit que les enfants du Seigneur reviendraient dans leur patrie avec des chansons et dans la joie et que la tristesse et que les soupirs s'enfuiraient à jamais. (Isaie 35.10) Debout dans la joie, les exilés ! Cette guerre sans exemple dans toute l'histoire, a été engagée pour sa propre défense par une nation, de qui les terres héréditaires étaient considérées par ses ennemis comme une proie offerte à dépecer. Maintenant cette nation se venge de deux mille ans d'ignominie. Bien que l'époque et les circonstances semblent peu favorables à l'affirmation ou même à l'expression de vos demandes, cette guerre vous offre aujourd'hui, contrairement à toute attente, le patrimoine israélien. La Providence m'a envoyé ici avec une jeune armée, guidée par la justice et accompagnée par la victoire. Mon quartier général est à Jérusalem et dans quelques jours je serais à Damas, dont la proximité n'est plus à craindre pour la ville de David. Héritiers légitimes de la Palestine. La Grande Nation qui ne trafique pas les hommes et les pays selon la façon de ceux qui ont vendu vos ancêtres à tous les peuples (Joël 4.6) ne vous appelle pas à conquérir votre patrimoine. Non, elle vous demande de prendre seulement ce qu'elle a déjà conquis avec son appui et son autorisation de rester maître de cette terre et de la garder malgré tous les adversaires. Levez-vous ! Montrez que toute la puissance de vos oppresseurs n'a pu anéantir le courage des descendants de ces héros qui auraient fait honneur à Sparte et à Rome (Maccabée 12.15). Montrez que deux mille ans d'esclavage n'ont pas réussi à étouffer ce courage. Hâtez-vous! C'est le moment qui ne reviendra peut-être pas d'ici mille ans, de réclamer la restauration de vos droits civils, de votre place parmi les peuples du monde. Vous avez le droit à une existence politique en tant que nation parmi les autres nations. Vous avez le droit d'adorer librement le Seigneur selon votre religion. (Joël 4.20)"

Le 16 août 1800, Napoléon déclara: "Si je gouvernais une nation juive, je rétablirais le temple de Salomon.".

En 1854, selon le compte-rendu publié dans le New York Tribune, les Juifs représentaient les deux tiers de la population de Jérusalem. Quelle est la source de cette statistique ? Un journaliste, envoyé spécial au Moyen-Orient pour le Tribune. Il s'appelait Karl Marx.  

1921, traité de San Rémo, par la Société des Nations (SDN):
En 1920, les nations du monde octroyent toute la palestine géographique, entiérement, au seul peuple juif.
Aux autres peuples (musulmans, etc) est un attribué une surface cinq fois plus grande et plus cultivable, l'actuelle Jordanie.
Est discuté et approuvé à la SDN, le lien effectif moral et historique entre les juifs et la palestine romaine, et le besoin humaniste d'un etat juif à cet endroit, comme auparavant Napoléon l'avait souhaité.

Ce qui fut voté.

Par la suite, les brittaniques, trés influents, firent de fausses promesses aux arabes de la région, et firent pression sur la SDN pour diminuer le territoire attribué aux juifs, de moitié, et la partie la plus aride.



Début du conflit: massacres antijuifs par les palestiniens, a partir de 1921,
Nombreux massacres antijuifs par les palestiniens: 1921, 1929, etc..
Le grand mufti palestinien des années 40, se lie idéologiquement, financiérement et militairement, avec adolf Hitler, ami personnel du grand mufti. il créat trois divisions SS musulmanes, quiagirent dans les pasy de l'est, dont la yougoslavie aprés s'etre entrainés en France. leur base était à Séte dans le sud de la France.
Le grand mufti palestinien réclamat àHitler la création de camps d'extermination pour juifs  dans les pasy arabes, Hitler dut refuser par manque de moyens.

Suite aux attaques et tueries de juifs par les palestiniens depuis 1921, les juifs durent s'organiser pour se défendre.
L'autodéfense juive, vitale, créat le sionisme moderne. en Europe, le mouvement sioniste moderne (car il existait déja depuis des centaines d'années) se crée dans les milieux ouvriers communistes d'europe centrale.



Départ des dits palestiniens, aprés l'agression arabe de 1948 (source wikipédia):
L'ONU crée deux états, un juif, un palestinien.
Les palestiniens refusent la création d'un état palestinien à la réunion de l'ONU de 1948, et plusieurs armées arabes attaquent le nouvel état juif le lendemain.

Le problème des réfugiés palestiniens :
Le gouvernement israélien avait demandé aux Palestiniens de rester chez eux et avaient affirmé qu'ils auraient les droits civiques complets en Israël.
« La somme des preuves essentielles actuellement à notre disposition, indique que l’évacuation de la Palestine est due à l’exhortation des chefs militaires ou politiques des États arabes eux-mêmes. » (Analyse de l’institut des affaires publiques (Washington))
Entretien avec Nahrnoud Darwich, poète palestinien, réalisé par Farouk Nardam-Bey et Elias Sanbar (Revue d’Etudes palestiniennes, No 10, Hiver l984)
« Pour mes parents, notre séjour au Liban était temporaire ; nous y étions en visite ou même en villégiature. On avait à l’époque commandé aux Palestiniens de quitter leur patrie pour ne point gêner le déroulement des opérations militaires arabes qui devaient durer quelques jours et nous permettre de réintégrer rapidement nos maisons. Mes parents découvrirent bien vite que ces promesses n’étaient que rêves… »
Extrait du Bulletin du REMP (Groupe de recherches pour les problèmes des migrations européennes Janvier-mars 1957) à La Haye (pp 10-il) :
« Dès les premiers mois de 1948, la Ligue arabe publiait des instructions demandant aux gens de chercher refuge temporairement dans les pays voisins, pour revenir plus tard à leurs domiciles dans le sillage des armées arabes victorieuses et recueillir leur part des biens juifs abandonnés. »
Témoignage égyptien. (El -Yom, journal du Caire 12.4.1963):
« Le 15 mai 1948 arriva.., et le dernier soldat britannique quitta la Palestine. Ce même jour, le mufti de Jérusalem demanda aux Arabes de Palestine de quitter le pays, de quitter Haïfa, Jaffa et les autres villes.., car les armées arabes étaient sur le point de pénétrer dans le pays et de se battre à leur place, contre les bandes juives pour les chasser de Palestine. »
Extrait des Mémoires de Haled alAzrn (1973), Premier Ministre de Syrie en 1948 et 1949, paru à Beyrouth :
« [La raison de l’échec arabe en 1948 fut] l'appel des gouvernements arabes aux habitants de la Palestine, pour qu’ils se rendent dans les pays voisins... C’est nous qui les avions encouragés à partir... Nous avons amené la destruction sur un million de réfugiés arabes, en les incitant et en les adjurant de quitter leurs terres, leurs foyers, leur travail et leurs commerces. »
Extrait de « Ma'al Nas” (Avec le peuple 1956): livre de Mahmoud Seif-e-Din Irani, paru à Amman (Jordan Publishing House) :
« Soudain, les habitants de Jaffa commencèrent à abandonner leur ville... Nous étions tous trop optimistes, nous avons quitté le pays de notre libre choix, croyant que nous partions pour une courte visite, des vacances et que nous retournerions peu après, comme si rien ne s’était passé. »
30 mai 1955, témoignage arabe palestinien (Falastin, quotidien jordanien):
« Nous, les réfugiés, avons le droit de dire aux membres du Conseil de la Ligue arabe: nous avons quitté notre patrie sur la foi de fausses promesses faites par des dirigeants malhonnêtes des Etats arabes. Ils nous ont promis que notre absence ne durerait pas plus de deux semaines, qu’elle serait une sorte de promenade, après quoi nous reviendrions ».
Extrait d’un livre (1955 ) de Edouard Attiya, secrétaire du bureau de la Ligue arabe à Londres, de 1941 à 1950, The Arabs paru à Londres (p 183) :
« Cet exode en masse est particulièrement dû à la croyance qu’avaient les Arabes, encouragés en cela par les vantardises et par les déclarations inconscientes de certains chefs arabes, selon lesquelles la défaite des Juifs par les armées des États arabes était l’affaire de quelques semaines et qu’elle permettrait aux Arabes palestiniens de rentrer dans leur pays et d’en reprendre possession ».
Extrait de Sirr al Nakhba (Le secret du désastre 1955), livre de Nimr al Hawari, ancien commandant de l’organisation paramilitaire Nedjada, paru à Nazareth :
« Les chefs brandirent leurs sabres, prononcèrent des discours enflammés et rédigèrent des articles retentissants. Nous fracasserons le pays à coups de canon, tonna le Premier Ministre d’Irak nous détruirons tout endroit où les Juifs chercheront un abri. Les Arabes devront conduire leurs femmes et leurs enfants dans des régions plus sûres en attendant que les combats se soient apaisés, »
Déclaration du Premier Ministre d’Irak (Presse de Baghdad 15 mars 1948): « Nous écraserons le pays avec nos fusils et nous détruirons tout lieu où les Juifs chercheront refuge. Les Arabes devront emmener leurs femmes et leurs enfants à l’abri pendant le danger, après quoi toute la Palestine sera à eux. »
L’appel radiophonique au départ volontaire immédiat a été confirmé par de nombreux réfugiés palestiniens. Les récits palestiniens et la presse d'époque confirmant tous le départ volontaire originel sans expulsion, ne peuvent être réfutés; d'ou la destruction de nombreux documents et d'archives par les pays arabes voulant créer le mythe officiel d'une expulsion des palestiniens, à des fins politiques.
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS



Masculin Messages : 777
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Lun 26 Mai 2014, 08:27

Rien de nouveau, Israel (l'état) ne soutient pas particulièrement le christianisme, le titre est trompeur, le judaisme conserve son autonomie par rapport au christianisme, ne cherche même pas la plupart du temps à se déterminer par rapport au christianisme.
Ni la France, ni le Vatican ne se positionnent par rapport à un support inconditionnel à Israel (l'état moderne et récent) sans considération des droits des autres parties.

"Israel est un bouclier de l'occident chrétien, et la seule démocratie du moyen orient". Le bouclier de l'occident chrétien c'était le christianisme, qu'il a abandonné, pas Israel.
"la seule démocratie" : répétez cent fois, mille fois, méthode éprouvée.




"L’appel radiophonique au départ volontaire immédiat a été confirmé par de nombreux réfugiés palestiniens. Les récits palestiniens et la presse d'époque confirmant tous le départ volontaire originel sans expulsion, ne peuvent être réfutés; d'ou la destruction de nombreux documents et d'archives par les pays arabes voulant créer le mythe officiel d'une expulsion des palestiniens, à des fins politiques."

Répétez cent fois, mille fois, mais cette version a été remise en cause par les historiens israéliens eux-mêmes,  les fugitifs n'ont pas pu regagner leurs villages qui ont été détruits, pillés, effacés des cartes (mais reste des documents et des mémoires), les maisons dans les villes ont été prises par des immigrants, des lois ont été votées pour empêcher la population de revenir, et ils n'ont pas été indemnisés.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Lun 26 Mai 2014, 08:52

Tout à fait juste cher Delphes.

Le Pape a invité Natanayou ET Abbas, c'est bien la preuve que le Vatican, au travers du Saint-Père, cherche une conciliation des deux antagonismes.

Israël n'est absolument pas le bouclier du Christianisme. Mais c'est là comme le reste du Xème sujet (quoi ? le 5e ? le 8e ?) de prinu : une avalanche de mots, sans queue ni tête, ayant pour but de faire la propagande d'un sionisme colonial visant à déposséder les Palestiniens - et ce qu'ils y soient installés depuis 1500 ans ou 200 ans, cela ne change rien. Selon prinu, Israël a un droit immémorial sur cette terre ! Balivernes ! Le droit est issu de l'occupation d'un sol, de titres de propriété, de culture.

Et il nous ressort le mensonge de la déclaration de Bonaparte sur le rétablissement du royaume d'Israël ! Un conte qui est aujourd'hui rejeté par tous les historiens sérieux. Mais pour prinu, si on conteste ce fait on est antisémite ! Procédé facile.


Prinu est un racialiste qui oppose juifs et palestiniens, israéliens et arabes. Pour lui, seule compte la victoire d'Israël, c'est-à-dire la spoliation des Palestiniens afin d'y établir des colons juifs. On le comprend il est d'origine juive - mais pas juif puisqu'il a apostasié sa foi - et que son sang parle.

Tout le reste, ses jérémiades sur le christianisme qu'il ne connaît que par la télé, son identification généralisante palestinien = terroriste = islamiste devrait être condamné par la loi, comme c'est le cas en France lorsque l'on insulte la mémoire juive.

Il n'y a pas de démocratie en Israël puisqu'il y a au moins 3 classes de citoyens : les juifs possédant la nationalité de plein droit (ce sont les juifs au sens biologique et religieux), des citoyens israéliens (qui ne sont pas reconnus comme ayant la nationalité juive, les athées, comme prinu tiens, les arabes, les chrétiens, les immigrés) et enfin les Palestiniens occupés qui n'ont que le droit de se faire voler.

Comme je le disais dans le sujet qui a été effacé :

Il faut que les Israéliens et les Palestiniens arrêtent ce conflit sanglant ; chaque jour voit de nouvelles victimes, des enfants, des innocents ; des deux côtés ! Et dans la mort que l'on soit juif ou arabe cela compte peut devant la douleur des proches.

Alors prinu arrêtez de distiller le division ! Vous êtes sur un forum catholique, étudiez donc plutôt le christianisme, essayez au moins de montrer que vous n'êtes pas sur ce forum pour la seule propagande israélienne.

Et enfin, étudiez et méditez le message fondamental de Celui qui a dit :

"Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé"
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Lun 26 Mai 2014, 23:23

pour l'instant, le seul pays du moyen orient ou les chretiens sont libres de prier, et participent pleinementa une societe, c'est Israel.

Les israeliens defendent les chretiens menaces.
les chretiens sont attaques par l'etat a gaza, entite d'apartheid islamique.

la petite montee de graffittis et insultes antimusulmans et antichretiens de quelques groupuscules juifs radicaux, n'est pas representatif de la societe israelienne.
Le gouvernement israelien, et les medias israeliens, dénoncent fermement les graffitis antimusulmans et antichretiens, realises par quelques frappes, la venue du pape a fait monter la temperature, mais ils restent des ultraminoritaires qui ne representent personne(moins de 3%, et quelques dizaines d'activistes seulement.)
ca ne se compare pas avec des dizaines de milliers de violents antichretiens chez les palestiniens.

On a egalement arrete des palestiniens musulmans en train d'ecrire des graffitis antichretiens, en hebreux. Chaque radicaux tente de tirer la corde a soi.

il ne faut pas etre dupe. Israel est une democratie assez libertaire.
ils n'ya pas plus de betise crasse en Israel qu'en France, ou les eglises subissent egalement des graffitis.

Bien au contraire, les chretiens sont defendusar Israel. La solidarite israelienne a ete tres forte a chaque tueries antichretienne en Egypte et ailleurs.
L'amitie judeochretienn est assez forte en Israel.

Ouî Israel ets un bouclier de l'Occident chretien.

C'est pour proteger au maximum les chretiens, que le Vatican avait demande a Israel de modifier le trace du mur antiterroriste ( mur de la vie) , afin d'inclure le maximum de batiments chretiens, du cote israelien de la barriere de securite. Les chretiens du cote Israelien subissant de stueries, fusillades dans des eglises, assassinats parceque chretiens..  les chretiens fuient massivement les zones gerees par les palestiniens.
Des documentaires le demontrent, je les avait deja mis dans le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 09:39

prinu a écrit:
pour l'instant, le seul pays du moyen orient ou les chretiens sont libres de prier, et participent pleinementa une societe, c'est Israel.


Vous oubliez le Liban où s'était rendu le pape Benoît XVI.

A force d'aveuglement...

Israël n'est le bouclier que de ses propres intérêts. Israël n'en a rien à faire des chrétiens, de Jésus Christ, Fils de Dieu. Israël se bat pour conserver des terres qui ne lui appartiennent pas dans les Territoires occupés de Cisjordanie. Point !

Au lieu de distiller votre haine contre les Palestiniens (et les russes, et les coréens, et les musulmans) priez plutôt, avec le pape pour la paix. Vous aurez fait une bonne action.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 09:47

Le Vatican n'a jamais rien demandé concernant la construction de ce mur qu'il condamne.

Pape François a écrit:
«Il faut repousser avec fermeté tout ce qui s'oppose à la recherche de la paix et d'une cohabitation respectueuse entre juifs, chrétiens et musulmans: le recours à la violence et au terrorisme, à tout genre de discrimination pour des motifs raciaux ou religieux, la prétention d'imposer son propre point de vue aux dépens des droits d'autrui, l'antisémitisme sous toutes ses formes possibles, tout comme la violence ou les manifestations d'intolérance contre des personnes ou des lieux de culte juifs, chrétiens et musulmans.»



Pape François a écrit:
«En ce lieu, où est né le Prince de la paix, je désire adresser une invitation, à Monsieur le Président Mahmoud Abbas, et à Monsieur le Président Shimon Pérès, pour faire monter ensemble avec moi une prière intense en invoquant de Dieu le don de la paix. J'offre ma maison, au Vatican, pour accueillir cette rencontre de prière.»
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 09:53

Donc...

http://info.catho.be/2012/10/25/israel-polemique-autour-dun-mur-illegal/#.U4REAChNq4U

Un projet de construction de mur dans la vallée de Crémisan fait polémique. Nécessitant de passer par des terres appartenant à l’Église, le Vatican aurait donné son accord aux autorités israéliennes. « Faux » rétorque les évêques catholiques de Terre Sainte.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 15:41

Je ne connaissais par l'histoire de Crémisan.

http://www.desinfos.com/spip.php?article41241
souce désinfos



Hommage papal aux victimes du terrorisme palestinien

Au troisième jour de son voyage au Proche-Orient, le pape François a effectué lundi matin une visite imprévue au mémorial des victimes d'attentats à Jérusalem.

Selon un officiel israélien, cette étape a été suggérée au pape dimanche soir par le bureau du premier ministre dans l'espoir de «corriger» l'impression laissée par le long arrêt pratiqué, quelques heures plus tôt, devant le mur de séparation à l'entrée de Bethléem. «Si on veut parler du mur, alors il faut parler des causes qui ont conduit à son édification et donc des ravages du terrorisme», décrypte le responsable israélien.

L'image du pape se recueillant devant le haut mur de béton qui sépare Bethléem de Jérusalem a laissé un goût particulièrement désagréable aux dirigeants Israéliens. «Il s'agit clairement d'une tentative d'instrumentaliser la venue du pape à des fins politiques», dénonce le même officiel, qui accuse l'Autorité palestinienne d'avoir incité François à ce geste fort. «Cet arrêt a donné très une mauvaise image de cette visite, que nous avons pour notre part choisi de placer sur le strict terrain spirituel», s'agace-t-il encore. Selon des responsables israéliens cités par le quotidien Yediot Ahronot, le bureau du premier ministre a exprimé son mécontentement au Vatican, déplorant que les légendes des photos distribuées par son service de presse n'aient pas précisé les raisons pour lesquelles le mur a été construit.

Son édification a débuté en 2002 pour mettre fin à la vague d'attentats qui frappait alors l'Etat hébreu, et qui ont causé plusieurs centaines de morts côté israélien.

Etabli en 1998 sur le Mont Herzl, le Mémorial pour les victimes d'actes terroristes rend hommage aux Juifs tués par des attentats de 1851 à nos jours. «Nous espérons que l'image du pape saluant ces victimes innocentes refermera la parenthèse malencontreuse ouverte dimanche», confie le responsable israélien.
--

Ce mur "de la vie" a sauvé la vie de plus de quatre mille personnes qui auraient été tuées, statistiquement, si ce mur de protection n'avait pas été mis en place pour des raisons vitales.

Ce mur sauve des vies de part et d'autres, meme si les victimes étaient pratiquement toujours des civils israéliens, il empeche aussi les terroristes tueurs palestiniens d'etre éliminés, sauvant donc des palestiniens coupables. Ce mur a redonné gout a vivre a des milliers d'israéliens terrorisés par les palestiniens.
Il filtre les passeurs d'armes, bombes, explosifs et munitions, qu'importe les désagréments d'attente et de détours: la vie est plus importante que tout.
Le retirer serait un crime contre l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 16:01

C'est vrai... Comme je vous le répète prinu, on devra bien finir par écouter le pape...

http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2009/11/conflit-israelo-palestinien-8.html a écrit:
Un seul chiffre en dit parfois beaucoup plus qu’un long discours.

8 881 : c’est le nombre de tués en deux décennies de conflit israélo-palestinien, nous apprend B’Tselem, l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme, qui fête ses vingt ans d'existence.

La grande majorité – 7 398 - sont Palestiniens, dont 1 537 mineurs.
Israël, de son côté, déplore 1 483 morts, dont 139 mineurs.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/05/25/le-pape-francois-est-arrive-a-bethleem_4425354_3218.html a écrit:
Le pape François s'est alors exprimé sur le conflit israélo-palestinien : « Il est temps de mettre fin à une situation qui devient toujours plus inacceptable, et ce pour le bien de tous ». Devant M. Abbas, qui a accusé les Israéliens de vouloir chasser « les Palestiniens, chrétiens et musulmans » de Jérusalem-Est, François a évoqué le « droit de deux Etats à exister et à jouir de le paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues ».

Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 16:06

On sent la menace...

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 17:47

Dragna Din a écrit:
C'est vrai... Comme je vous le répète prinu, on devra bien finir par écouter le pape...

L’avenir de la paix - Éditorial du Directeur, "L'Osservatore Romano"2014-05-26 L’Osservatore Romano

2014-05-26 L’Osservatore Romano

Une forte initiative de foi et de paix au centre d’un voyage surprenant et courageux, sur les traces inoubliables du pèlerinage fondateur de Paul VI, il y a un demi-siècle. Tel est en quelques mots l’itinéraire en Terre Sainte de François, événement de première importance qui suscite de très nombreux commentaires avant même sa conclusion. Comme l’avait prévu le Pape lui-même, il faudra beaucoup réfléchir sur ces journées, chargées de rendez-vous mais essentielles, au cours desquelles religion et politique se sont mêlées, comme cela était par ailleurs prévisible.


Mais elles ne se sont pas mêlées de façon indue, comme cela est souvent arrivé dans l’histoire mais, précisément au contraire, ce fut une rencontre entre les deux dimensions qui semble s’ouvrir à des développements imprévisibles. Sur la base de l’exigence de purifier la religion de toute instrumentalisation, surtout du recours à la violence qui se réclame de la foi mais qui en réalité offense le nom de Dieu, et également des tentations fondamentalistes présentes, avec des effets dévastateurs sur les minorités, dans des régions où la liberté religieuse – droit humain fondamental – est opprimée ou limitée.

Les thèmes de la violence, surtout celle que l’on prétend au nom de Dieu, et de la liberté religieuse ont été évoqués dès les rencontres en Jordanie, jusqu’à celles à Bethléem et Jérusalem, chacune chargée de symboles antiques et vivants. Avec la préoccupation, de la part de l’Evêque de Rome, surtout de se tourner vers l’avenir. « La violence se vainc par la paix » a-t-il clairement recommandé aux jeunes Palestiniens victimes de situations insupportables, en leur demandant de ne pas rester prisonniers du passé, mais de construire un avenir différent avec courage et avec dignité.

L’impression est que cela a été véritablement la préoccupation du Pape François, qui a loué avec les mêmes paroles l’engagement du roi Abdallah II et des présidents Abou Mazen et Shimon Peres. Et une première preuve exigeante vient de la prochaine rencontre de prière au Vatican, dans la maison du Pape, entre les présidents de deux peuples – palestinien et israélien – qui doivent trouver une voie de paix. En cela, les religions doivent inspirer la politique, comme l’ont répété avec des accents différents le roi, Abu Mazen et Shimon Peres, qui ont reconnu au Pape, véritable « constructeur de ponts » entre les hommes et les religions, une autorité qui peut transformer la réalité.

Ainsi, le Pape – au cours de l’importante rencontre avec le président israélien, qu’il a défini d’« homme sage et bon » – a parlé de la nécessité d’une patience créative qui sache surmonter les conflits, sanglants et préoccupants, en Terre Sainte et dans d’autres régions du monde. Pour cela, afin de rejeter toute violence et manifester une proximité visible à ceux qui souffrent, François a prié devant le mur de Bethléem, en rappelant en Israël les victimes du terrorisme et en rendant un hommage ému à celles de l’indicible tragédie de la Shoah. Et devant le Mur des lamentations, il a laissé le Notre-Père, qu’il avait récité avec le patriarche Bartholomée devant le Saint-Sépulcre, véritable cœur de ce voyage à la recherche de la paix.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 17:47

La prière du Pape à Yad Vashem : « jamais plus Seigneur, jamais plus ! »

2014-05-26 Radio Vatican

Envoyé spécial - Après la visite au Mur Occidental ce lundi matin, c’est la visite du Pape François au Mémorial de l’Holocauste, qui a retenu l’attention. Un moment particulier, intense, dans ce lieu de la mémoire du génocide de six millions de Juifs. Une cérémonie ponctuée de gestes lents, de paroles prononcées avec lenteur, de chants de souffrance.

Le Pape, entouré du président Peres et du Premier ministre Netanyahou, a d’abord écouté très recueilli un chœur de jeunes filles pour un chant d’une tristesse inouïe. Il a ensuite allumé la flamme du souvenir, puis a écouté une responsable du Mémorial lui rappeler l’horreur du génocide, mais aussi l’espoir que l’on doit mettre dans l’avenir. De jeunes catholiques hébréophones ont alors déposé une couronne de fleurs jaunes et blanches avec le Pape qui s’est recueilli en prière.

Une lettre, d’une roumaine de 22 ans morte dans les camps, a ensuite été lue. Une lettre qui exprime toute la terreur de savoir que la mort est proche, le retour désormais impossible.


D’autres chants, comme autant de pleurs et de lamentations, ont été entonnés. Au Pape ont été présentés six survivants des camps. Quatre hommes et deux femmes. Le Pape leur a embrassé les mains et les a écoutés un par un.

Il a ensuite pris la parole, très ému, pour un discours très beau sous forme de prière. Un texte rempli d’interrogations face la « tragédie incommensurable de l’Holocauste », dont voici le texte intégral :

« Adam, où es-tu ? » (cf. Gn 3, 9)
Où es-tu, homme ? Où es-tu passé ?
En ce lieu, mémorial de la Shoah, nous entendons résonner cette question de Dieu : « Adam, où es-tu ? ».
En cette question il y a toute la douleur du Père qui a perdu son fils.
Le Père connaissait le risque de la liberté ; il savait que le fils aurait pu se perdre. Mais peut-être, pas même le Père ne pouvait imaginer une telle chute, un tel abîme !
Ce cri : « Où te trouves-tu ? », ici, en face de la tragédie incommensurable de l’Holocauste, résonne comme une voix qui se perd dans un abîme sans fond.
Homme, qui es-tu ? Je ne te reconnais plus.
Qui es-tu, homme ? Qu’est-ce que tu es devenu ?
De quelle horreur as-tu été capable ?
Qu’est-ce qui t’a fait tomber si bas ?
Ce n’est pas la poussière du sol, dont tu es issu. La poussière du sol est une chose bonne, œuvre de mes mains.
Ce n’est pas l’haleine de vie que j’ai insufflée dans tes narines. Ce souffle vient de moi, c’est une chose très bonne (cf. Gn 2, 7).
Non, cet abîme ne peut pas être seulement ton œuvre, l’œuvre de tes mains, de ton cœur… Qui t’a corrompu ? Qui t’a défiguré ? Qui t’a inoculé la présomption de t’accaparer le bien et le mal ?
Qui t’a convaincu que tu étais dieu ? Non seulement tu as torturé et tué tes frères, mais encore tu les as offerts en sacrifice à toi-même, parce que tu t’es érigé en dieu.
Aujourd’hui, nous revenons écouter ici la voix de Dieu : « Adam, où es-tu ? ».
Du sol s’élève un gémissement étouffé : Prends pitié de nous, Seigneur !
A toi, Seigneur notre Dieu, la justice, à nous le déshonneur au visage, la honte (cf. Ba 1, 15).
Un mal jamais survenu auparavant sous le ciel s’est abattu sur nous (cf. Ba 2, 2). Maintenant, Seigneur, écoute notre prière, écoute notre supplication, sauve-nous par ta miséricorde. Sauve-nous de cette monstruosité.
Seigneur tout-puissant, une âme dans l’angoisse crie vers toi. Écoute, Seigneur, prends pitié.
Nous avons péché contre toi. Tu règnes pour toujours (cf. Ba 3, 1-2).
Souviens-toi de nous dans ta miséricorde. Donne-nous la grâce d’avoir honte de ce que, comme hommes, nous avons été capables de faire, d’avoir honte de cette idolâtrie extrême, d’avoir déprécié et détruit notre chair, celle que tu as modelée à partir de la boue, celle que tu as vivifiée par ton haleine de vie.
Jamais plus, Seigneur, jamais plus !
« Adam, où es-tu ? ».
Nous voici, Seigneur, avec la honte de ce que l’homme, créé à ton image et à ta ressemblance, a été capable de faire.
Souviens-toi de nous dans ta miséricorde.


Le Pape a ensuite signé le Livre d’or et a reçu la reproduction d’une peinture « Prayer » d’un garçon de 14 ans du ghetto de Lodz en Pologne qui est mort à Auschwitz, et qui avait dessiné son rêve, celui de s’envoler de cet enfer. Un ultime chant a été entonné, « Mi Ha ‘Ish » pour un dernier moment de grande émotion.

François a ensuite signé le Livre d'Or du mémorial, écrivant : « avec la honte de ce que l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, a été capable de faire; avec la honte de l'homme qui s'est fait maître du mal; avec la honte de l'homme, se croyant Dieu, qui a sacrifié à lui-ême ses propres frères. Plus jamais, plus jamais ! »

Et avant cette visite au Yad Vashem, le Pape s'est rendu au Mont Herzl, là où se trouve le cimetière national d’Israël, où il a déposé une couronne de fleurs sur la tombe de Théodore Herzl, le fondateur du sionisme. Une étape protocolaire là encore ajoutée assez récemment dans les visites de chefs d’Etat, et qui n’était pas au programme des visites de Jean-Paul II et Benoît XVI. A la demande du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le Pape a également rendu hommage aux victimes israéliennes du terrorisme, en faisant une halte devant le monument qui leur est consacré.
(Bernard Decottignies, envoyé spécial à Jérusalem)

Giovanni Maria Vian




_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 20:17

Dragna Din a écrit:
C'est vrai... Comme je vous le répète prinu, on devra bien finir par écouter le pape...

http://blog.lefigaro.fr/malbrunot/2009/11/conflit-israelo-palestinien-8.html a écrit:
Un seul chiffre en dit parfois beaucoup plus qu’un long discours.

8 881 : c’est le nombre de tués en deux décennies de conflit israélo-palestinien, nous apprend B’Tselem, l’organisation israélienne de défense des droits de l’Homme, qui fête ses vingt ans d'existence.

La grande majorité – 7 398 - sont Palestiniens, dont 1 537 mineurs.
Israël, de son côté, déplore 1 483 morts, dont 139 mineurs.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/05/25/le-pape-francois-est-arrive-a-bethleem_4425354_3218.html a écrit:
Le pape François s'est alors exprimé sur le conflit israélo-palestinien : « Il est temps de mettre fin à une situation qui devient toujours plus inacceptable, et ce pour le bien de tous ». Devant M. Abbas, qui a accusé les Israéliens de vouloir chasser « les Palestiniens, chrétiens et musulmans » de Jérusalem-Est, François a évoqué le « droit de deux Etats à exister et à jouir de le paix et de la sécurité dans des frontières internationalement reconnues ».


c'est mathématique: celà reflete le grand nombre d'attaques terroristes palestiniennes, qui ont commencés dés 1921.
et donc un grand nombre de réplique défensive pour sauver la vie, sauver les civiils israéliens attaqués depuis 1921.. ,
éliminer le sterroiristes visant les lanceurs de missiles palestiniens, entourés volontairement de civils ou d'enfants aglutinés.
c'est un crime palestiniens contre l'enfance, que de les utiliser comme boucliers humains.
quelle honte de la part des palestiniens, qui ne respectent pas la vie, ni l'enfance.

votre photo ne reflete rien, sinon une vue de l'esprit, une propagande. il ne montre certainement pas ce que dr jeunes tueurs de 8 à 15 ans font, entrainés dans des camps militaires avec toutes leurs classes,toutes les clsses de gaza et gérées par les palestiniens, en apprenant l'usage intensif d'armes, le combat à armes blanches, l'usage de la torture, etc.. les sécialistes savent qu'un gamin palestinien de 14 ans peux terrasser un militaire francais de 30 ans. Les écoles palestiniennes apprennent la haine, à l'école, le jihad, et l'envie de tuer les non musulmans, dans les manuels scolaires palestiniens, comme dans les émissions de télévisions pour enfants, et de meme en famille. quelle haine !
triste.


les photos, on leur fait dire ce qu'on veux.

exemple:
Liban cette photo a fait le tour du monde:


triste ! pauvre maman, tuée par les sordides zizraéliens. bouh, la gentille maman !
les méchants zizraéliens !



surprise ! aucun trucage. cette photo n'a pas été reprise dans la presse, bien sur..

--

cette photo a fait le tour du monde:



bouh hou! le gentil enfant palestinien est arrété par les méchants zisraéliens !
bouh hou.



surprise ! aucun trucage. cette photo n'a pas été reprise dans la presse, bien sur..

--

voici l'antisionisme:




-


sinon, les seuls a refuser deux états voisins en paix, ce sont les palestiniens.

Israel a voté OUI pour deux états voisins en paix, à la réunion de l'ONU de 1948.
les palestiniens ont voté NON, refusant ainsi leur tout premier état palestinien de toute l'histoire du monde, et ont envoyés, le lendemain, des armées pour génocider les juifs.

ce qu'ils voulaient déja faire en 1921.


Dernière édition par prinu le Mar 27 Mai 2014, 22:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 21:26

Votre haine est lassante prinu, méditez plutôt la grandeur d'âme du Pape. Mais cela ne doit pas toucher votre esprit apostât...

Espérance a écrit:
Dragna Din a écrit:
C'est vrai... Comme je vous le répète prinu, on devra bien finir par écouter le pape...

L’avenir de la paix - Éditorial du Directeur, "L'Osservatore Romano"2014-05-26 L’Osservatore Romano

2014-05-26 L’Osservatore Romano

Une forte initiative de foi et de paix au centre d’un voyage surprenant et courageux, sur les traces inoubliables du pèlerinage fondateur de Paul VI, il y a un demi-siècle. Tel est en quelques mots l’itinéraire en Terre Sainte de François, événement de première importance qui suscite de très nombreux commentaires avant même sa conclusion. Comme l’avait prévu le Pape lui-même, il faudra beaucoup réfléchir sur ces journées, chargées de rendez-vous mais essentielles, au cours desquelles religion et politique se sont mêlées, comme cela était par ailleurs prévisible.


Mais elles ne se sont pas mêlées de façon indue, comme cela est souvent arrivé dans l’histoire mais, précisément au contraire, ce fut une rencontre entre les deux dimensions qui semble s’ouvrir à des développements imprévisibles. Sur la base de l’exigence de purifier la religion de toute instrumentalisation, surtout du recours à la violence qui se réclame de la foi mais qui en réalité offense le nom de Dieu, et également des tentations fondamentalistes présentes, avec des effets dévastateurs sur les minorités, dans des régions où la liberté religieuse – droit humain fondamental – est opprimée ou limitée.

Les thèmes de la violence, surtout celle que l’on prétend au nom de Dieu, et de la liberté religieuse ont été évoqués dès les rencontres en Jordanie, jusqu’à celles à Bethléem et Jérusalem, chacune chargée de symboles antiques et vivants. Avec la préoccupation, de la part de l’Evêque de Rome, surtout de se tourner vers l’avenir. « La violence se vainc par la paix » a-t-il clairement recommandé aux jeunes Palestiniens victimes de situations insupportables, en leur demandant de ne pas rester prisonniers du passé, mais de construire un avenir différent avec courage et avec dignité.

L’impression est que cela a été véritablement la préoccupation du Pape François, qui a loué avec les mêmes paroles l’engagement du roi Abdallah II et des présidents Abou Mazen et Shimon Peres. Et une première preuve exigeante vient de la prochaine rencontre de prière au Vatican, dans la maison du Pape, entre les présidents de deux peuples – palestinien et israélien – qui doivent trouver une voie de paix. En cela, les religions doivent inspirer la politique, comme l’ont répété avec des accents différents le roi, Abu Mazen et Shimon Peres, qui ont reconnu au Pape, véritable « constructeur de ponts » entre les hommes et les religions, une autorité qui peut transformer la réalité.

Ainsi, le Pape – au cours de l’importante rencontre avec le président israélien, qu’il a défini d’« homme sage et bon » – a parlé de la nécessité d’une patience créative qui sache surmonter les conflits, sanglants et préoccupants, en Terre Sainte et dans d’autres régions du monde. Pour cela, afin de rejeter toute violence et manifester une proximité visible à ceux qui souffrent, François a prié devant le mur de Bethléem, en rappelant en Israël les victimes du terrorisme et en rendant un hommage ému à celles de l’indicible tragédie de la Shoah. Et devant le Mur des lamentations, il a laissé le Notre-Père, qu’il avait récité avec le patriarche Bartholomée devant le Saint-Sépulcre, véritable cœur de ce voyage à la recherche de la paix.
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS



Masculin Messages : 777
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 21:42

Comment nous avons perdu la Palestine

La création de l’État d’Israël en 1948 arrive après de nombreuses années de soulèvements en Palestine et ce fut un acte d’injustice qui résonne toujours aujourd’hui.


Février 1948 - Abd al-Qadir al-Husayni entouré de combattants palestiniens

La création d’Israël le 14 mai 1948 ajoute une couche de frustrations et de souffrances dans cette région agitée. La Déclaration Balfour du gouvernement britannique en 1917, qui promettait un « foyer national » aux juifs de Palestine, est généralement blâmée comme la cause de sa perte, mais ce n’était que le début d’une tragédie qui s’est jouée tout au long du siècle dernier, avec ses troubles religieux, sa ferveur nationaliste, ses diffamations racistes et l’extrême injustice qui résonne toujours au Moyen-Orient et bien au-delà.

Des fragments de cette tragédie ont été préservés pour nous par les photographes. L’une d’elle montre une femme palestinienne manifestant au Dôme du Rocher à Jérusalem pour protester contre les brutalités policières en 1933. D’autres montrent des combattants paramilitaires des deux côtés posant avec leurs fusils, des immigrants juifs échoués sur des bateaux, des réfugiés palestiniens expulsés de leurs terres, et de fiers israéliens célébrant des victoires qui n’ont fait que prolonger le conflit.

L’un des premiers affrontements se produisit à Jaffa en 1921, tuant des dizaines de personnes de part et d’autre. Une enquête ultérieure par la Commission britannique Haycraft montra que l’hostilité envers les juifs croissait au sein de la population arabe, qui soupçonnait les autorités du Mandat britannique de prendre parti pour les juifs, au détriment de la majorité arabe de la population. La Commission montra aussi, au sein de la population arabe, la croyance de plus en plus forte que le programme sioniste visait à accaparer les ressources du pays et à priver la population autochtone de ses moyens de subsistance. Les arabes qui ont parlé à la Commission se plaignaient que les immigrants juifs traitent les arabes avec arrogance et ne manifestaient aucun respect de leurs coutumes.

Il y eut des nouveaux affrontements à Jaffa en 1924, et les investigations montrèrent que les hostilités avaient éclaté quand des juifs se mirent à se moquer du code vestimentaire arabe.

En 1929, les affrontements intermittents s’étaient transformés en un soulèvement arabe complet. Il avait été provoqué par un incident au cours duquel les juifs avaient tenté de s’emparer du Mur des Lamentations, que les musulmans vénèrent comme ayant servi à attacher al-Bouraq, la monture du prophète Mahomet.



En juillet 1948, arrestation de Palestiniens qui refusent d’être chassés de leurs terres

Les troubles débutèrent le 14 août 1929 quand des juifs brandissant des drapeaux sionistes et chantant des chants nationaux marchèrent en cortège dans les rues de Jérusalem. Arrivés au Mur, ils prononcèrent des discours affirmant leur droit de propriété sur la zone, en citant la tradition biblique. Cette manifestation a tétanisé la défiance musulmane et des émeutes ont éclaté dans différentes parties de la Palestine.

Au cours des 15 jours suivants, 109 juifs, 87 musulmans et 4 chrétiens ont perdu la vie. Les autorités britanniques condamnèrent à mort 20 arabes dont 3 seulement furent exécutés. Un juif fut condamné à mort pour avoir tué toute une famille arabe. Mais ce verdict fut commué en 10 années de prison. A dater de ce moment, la population arabe a eu pour credo que les Britanniques avaient l’intention de les vendre, et elle se mit à attaquer aussi des cibles britanniques.

En 1936, un cheikh soufi nommé Ezzeddin Al-Qassam fut tué au cours d’un affrontement avec des forces britanniques près de Hébron. Son nom est familier à ceux qui suivent les événements à Gaza, sous le nom des Brigades al-Qassam. Explorant d’autres tactiques de confrontation avec les Britanniques, les arabes appelèrent à une grève générale, ce qui créa un arrêt du travail dans tout le pays. Mais les tactiques de guérilla ne s’interrompirent pas, car beaucoup de jeunes Palestiniens armés de fusils et d’armes légères se réfugièrent dans les montagnes et se mirent à attaquer les camps juifs qui commençaient à proliférer.

Les autorités britanniques, confrontée à une résistance arabe croissante, mobilisa davantage de forces pour chasser les rebelles des zones montagneuses. Mais cela s’avéra tâche ardue, car les combattants palestiniens furent bientôt rejoints par des volontaires des pays voisins comme la Syrie et l’Irak – dont certains avaient été en service actif pendant la première Guerre Mondiale.

La résistance dispersée prit une allure plus organisée, les rebelles étant réunis sous le commandement de Fawzi Al-Qawuqji, un officier syrien né à Tripoli au Liban.

La révolution ne prit fin que lorsque les rois du Hedjaz, d’Irak et de Transjordanie ainsi que l’émir du Yémen demandèrent aux rebelles de cesser les hostilités et de laisser une chance à la diplomatie. Il apparut rapidement que les efforts diplomatiques n’avaient pas plus de succès que les moyens militaires, préparant la voie à d’autres affrontements et à davantage de méfiance.

Partition de la Palestine


Le 29 novembre 1947 l’ONU décida que la Palestine serait divisée entre les populations juive et arabe. A la grande horreur des arabes, qui rejetèrent l’accord, ils ne reçurent que 43 % de la Palestine originale sous Mandat britannique. Les juifs, dont beaucoup étaient des arrivants de fraîche date venus d’Europe, reçurent 56 % du pays. Jérusalem, ainsi en décida l’ONU, devrait être une ville internationale ouverte à tous mais gérée par une administration indépendante.

Les juifs saluèrent la décision mais le ressentiment arabe était tel que des affrontements éclatèrent presque immédiatement après la décision de partition. Le 12 avril 1948, la Ligue Arabe décida d’envoyer des armées arabes en Palestine dès le départ des Britanniques le 15 mai. Israël fut créé le soir du 14 mai 1948. Il fut reconnu quelques minutes après par le président des USA Harry Truman. Trois jours plus tard, l’Union Soviétique reconnaissait le nouvel État.

Le 26 mai 1948 le dirigeant israélien David Ben Gourion ordonnait la création des Forces de Défense Israéliennes. Les scènes qui suivent sont celles des troubles et des déportations, car la guerre qui se déploya échoua à donner aux arabes non seulement les parties de la Palestine qu’ils avaient refusé de céder aux juifs mais également d’autres territoires.

L’Égypte envoya 10 000 soldats, dont 5 brigades d’infanterie et 1 brigade mécanisée. Elles appuyaient l’armée de l’air avec des bombardiers récemment transformés à partir d’avions de transport par un officier innovateur appelé Abdel-Hamid Mahmoud. Ils furent rejoints par 4500 soldats de Transjordanie, 2500 d’Irak, 1.800 de Syrie et 2 brigades d’infanterie du Liban.

Quand la guerre éclata, le roi Ibn Saoud d’Arabie envoya une unité qui fut transportée par air sur le front égyptien et participa à l’action à Beit Hanoun, juste au nord de Gaza.

Les armées arabes s’opposèrent à une force israélienne composée d’abord de 45.000 combattants de a Haganah. Au début de la guerre, ceux-ci furent rejoints pas 30 000 volontaires juifs de Palestine et 20.000 d’Europe



1948 – Un Hotchkiss H-39 israélien, fourni par la France en juin, sur une décision du 16 mars 1948

L’armée jordanienne franchit le Jourdain et arriva en Palestine le 16 mai 1948, puis mena trois batailles majeures, à Bab al-Oued, Latroun et Jénine. Les Jordaniens réussirent à prendre le contrôle de parties de Jérusalem et de ce qui devint la Cisjordanie. Au moment de la fin des hostilités, le 7 janvier 19949, Israël s’était emparé de la plus grande partie du Néguev, et une grande section de l’armée égyptienne était assiégée à Falloujah . Parmi les prisonniers du siège se trouvaient Gamal Abdel-Nasser et Abdel-Hakim Amer, respectivement futur président et chef de l’armée en Égypte. Leur frustration quant à l’échec militaire de 1948 les incita à constituer le Mouvement des Officiers Libres qui réussit, 4 années plus tard, à renverser le régime monarchique égyptien.

Après les combats, les négociations s’ouvrirent à Rhodes sous médiation onusienne. L’Egypte, la Jordanie, la Syrie et e Liban signèrent 4 Traités d’armistice avec Israël entre le 24 février 1948 et le 20 juillet 1949. C’est dans ces Traités que les frontières ad hoc israéliennes, souvent évoquées comme « la Ligne Verte », furent fixées pour la première fois. Ce sont les frontières sur la base desquelles les négociateurs arabes essaient depuis deux décennies  d'obtenir un retrait israélien, abandonnant les territoires accaparés lors de guerres ultérieures, mais uniquement avec un succès partiel.

Le 7 mars 1949, le Conseil de Sécurité de l’ONU recommandait l’admission d’Israël en tant que membre à part entière de l’ONU. Le 12 mai, l’Assemblée Générale l’entérinait et Israël devenait membre de l’Organisation des Nations Unies.

http://weekly.ahram.org.eg/News/6211/31/How-we-lost-Palestine-.aspx


traduction france-Palestine, j'ai juste changé la phrase sur les frontières.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:21

france palestine présente une vision partisane des faits.

Les attaques, dés 1921, étaient arabes, envers les civils juifs.

http://www.desinfos.com/spip.php?article12805

source désinfos
Genèse du mythe d’un peuple Palestinien

Au regard de la toute dernière guerre de défense qu’à dû engager l’Etat d’Israël contre les terroristes du Hamas actuellement au pouvoir dans la bande de Gaza, et au vu du cortège nauséabond de désinformation et d’antisémitisme/anti-sionisme qui s’en est immédiatement suivi (1), il me paraît nécessaire de rappeler une donnée du problème trop rarement évoquée, qui constitue pourtant l’une des bases fondamentales de la compréhension de ce qui paraît souvent être, à tort, une situation sans issue dans le conflit arabo-israëlien, à savoir, le mythe d’un "peuple" palestinien, dont je tente ici d’exposer la genèse.

Au Moyen-Orient, il est un mythe développé par l’idéologie antisémite arabo-musulmane (auquel l’Occident chrétien à d’ailleurs fait tout l’écho nécessaire pour qu’il ait le succès qu’on lui constate), qui est celui du concept d’un "peuple" palestinien, que les Juifs seraient venus déposséder de leur "nation".

Mais il nous faut rappeler que l’appellation de "Palestine" (du nom des "Philistins", farouches ennemis d’Israël dans l’antiquité) n’a été accolée à cette région qu’au deuxième siècle de l’ère chrétienne par les romains, dans une volonté ouvertement antisémite d’effacer jusqu’à la mémoire de la présence juive sur cette terre. Les "palestiniens" d’aujourd’hui ne sont pour la plupart que les fils, petits-fils et arrières petits-fils des irakiens, syriens , égyptiens, etc, qui ont immigré là, attirés par les créations d’emplois résultant de l’essor économique impulsé, principalement, par le retour progressif - dès 1870 - des Juifs de la diaspora(1) sur leur terre ancestrale. Les Arabes "palestiens" ne constituent donc en aucune manière un peuple. "Il n’existe aucune langue connue comme le "palestinien". Il n’y a aucune culture distincte palestinienne"(2). Et enfin, cette région, depuis la déportation de sa population juive en l’an 70 de l’ère chrétienne, n’a toujours été qu’une province des différents empires qui ont successivement dominé sur elle(3), jamais une nation à part entière, arabe ou autre... jusqu’au retour du peuple Juif sur le sol de son antique patrie.

Sans prétendre limiter le conflit palestino-israëlien au degré d’analyse qui suit (on pourrait creuser plus profondément encore), il faut cependant comprendre qu’une cause essentielle du problème au Moyen-Orient provient du refus obstiné du monde arabo-musulman dans son ensemble ("excepté" maintenant l’Egypte et la Jordanie : bien qu’il y ait encore du travail !...) de voir les Juifs enfin libérés de la dhimmitude(4) - statut de soumission des Juifs et des chrétiens aux musulmans en "terre d’Islam" - libres et maîtres de leur destin sur la terre enfin retrouvée de leurs ancêtres. Rappelons de plus - tout de même ! - que le plan de partage proposé par les Nations Unies en 1947, qui prévoyait la création de deux Etats, l’un arabe, l’autre juif, a été accepté par les Juifs mais rejetée par les Arabes, et qu’au lendemain de la proclamation de l’indépendance de l’Etat d’Israël, en 1948, le pays fut pris d’assaut par les armées des quatres états arabes voisins avec pour mot d’ordre : "les Juifs à la mer !". Avec un rapport numérique d’environ 6 pour 1 en faveur des Arabes.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Azzam Pacha, déclarait à ce propos au Caire le 15 mai 1948 - et avant même, donc, qu’il n’y eût un seul "réfugié" "palestinien" : "Cette guerre sera une guerre d’extermination et un massacre grandiose dont on parlera comme des massacres commis par les mongols et les croisés."

Et ce n’est qu’après qu’Israël ait gagné la "guerre des 6 jours" de 1967 - se défendant de agression conjointe syro-égypto-jordanienne - que les Arabes "palestiniens" se sont soudain découvert une identité nationale. Avant cela il n’y avait pas de mouvement sérieux réclamant un pays palestien !(2) Pourquoi ?... Tout simplement parce que les dirigeants de l’OLP, réalisant que la destruction de l’Etat juif inscrite au programme de leur charte ne se ferait pas si aisément, proclamèrent qu’ils n’accepteraient un état indépendant en "Cisjordanie" que comme première étape (sur 3) à la création d’un Etat palestinien en lieu et place d’Israël(5).

De 1948 à 1967, la Judée-Samarie et Gaza étaient en effet respectivement occupées par la Jordanie et l’Egypte, mais ni les "palestiniens", ni leurs sympathisants dans le monde - qui proclament aujourd’hui que la création d’un Etat palestinien réglerait le conflit au Moyen-Orient - n’en avaient alors formulé la demande. Révélateur.

Mais la genèse même de ce mythe à succès planétaire ne s’est pas faite sans complicité occidentale.

Revenons un peu en arrière.

En 1922, reconnaissant les liens historiques du peuple juif avec la "Palestine" et la légitimité de la reconstruction de son Foyer National sur cette terre, la Société Des Nations donna mandat spécifique à la Grande-Bretagne pour réaliser les termes de la déclaration Balfour(6) de 1917, qui prévoyait "que tous les efforts devaient être employés pour facilité la création d’un Foyer National Juif en Palestine (qui comprenait l’actuelle Jordanie)". Mais l’administration des britaniques, en violation du mandat octroyé, limita rigoureusement l’immigration juive vers la "Palestine".

En effet, dès 1922, ils détachèrent arbitrairement de cette dernière la région située à l’Est du Jourdain, soit près des 4/5 du territoire placé par la SDN sous leur mandat, pour créer, non pas ce qu’ils étaient mandatés pour faire, mais un émirat arabe tout nouveau, la Transjordanie.(7)

Le gouvernement britanique installa à la tête de ce nouveau royaume l’émir hachémite Abdallah.

(D’un point de vue juridique, la Transjordanie est demeurée sous mandat britanique jusqu’à la partition des Nation Unies en 1947. Durant la guerre de 1948, la légion arabe d’Abdallah envahit la rive ouest du Jourdain, ainsi de la vieille ville de Jérusalem. La Transjordanie annexa cette région en 1950 et pris le nom de Jordanie.)

"Le gouvernement britannique limita donc rigoureusement l’immigration juive vers la Palestine, en 1921, 1929 et finalement en 1939 (...) et imposa de sévères restrictions à l’acquisition de terres par les Juifs, (qui leur étaient, qui plus est, généralement vendu à des prix exorbitants) alors que dans le même temps, les Arabes originaires d’Egypte et de Syrie avaient licence de pénétrer librement dans ce territoire.(8)

C’est donc en 1939 que les britanniques - cédants aux exigences arabes - annoncèrent, dans le "livre Blanc" de cette même année la création d’un Etat arabe dans les dix ans (future Jordanie), et la limitation de l’immigration juive à 75000 pour les cinq années à venir, avant de la faire cesser complétement.(9)

Une parenthèse : on voit parfois quelques Noirs sur les images des reportages télévisés assimilés par les médias à des palestiniens. Ils sont en fait les descendants des esclaves des Arabes immigrés en Palestine - religieusement islamisés, culturellement arabisés, qui, ainsi conditionnés, s’identifient eux-même généralement à la "cause" palestinienne sans malgré tout, pour certains d’entre eux, avoir perdu toute référence et identification à l’Afrique subsaharienne.(10)

Mais pourquoi cette sur-médiatisation obsessionnelle et la désinformation quasi-constante dont est victime l’Etat d’Israël ?

Les Arabo-musulmans détournent, ainsi, leur conscience - en un tabou forgé par eux - de leurs propres crimes intestins. En effet, les populations arabes sont les premières victimes des dictatures islamistes ou laïques qui les maintiennent sous leurs férules, ainsi qu’ils sont numériquement parmi les premières victimes de leurs propres terroristes - en Algérie, en Irak. Et je ne m’étendrai pas sur la politique criminelle généralisée en Judée-Samarie et à Gaza, "éducative", médiatique - culturelle et religieuse -, d’incitation au "martyr pour Allah" contre les israëliens, par le sacrifice d’enfants, de femmes et d’hommes fanatisés. Politique proprement terroriste (11).

Cette logique perverse du tabou, (refoulement de la responsabilité de ses propres crimes sur un bouc émissaire "extérieur" - en l’occurence les Juifs/Israël) est, entre autres, remarquablement illustrée par la dénonciation de la culpabilité fantasmatique israëlienne à Sabra et Chatila en place de celle, réelle, des milices phalangistes chrétiennes libanaises commandées par Elie Hobeika.

Quant aux occidentaux, donnant presque systématiquement et très complaisamment crédit à ce qui n’est ni plus ni moins que de la propagande, emboîtant le pas aux Arabo-musulmans dans cette diabolisation-accusation d’Israël, ils se dédouanent, à peu de frais, (pas en réalité, mais dans le champs de leur inconscience) de leur culpabilité collective au regard, premièrement de la Shoa, qui incarne, tout de même, rien de moins que la faillite morale de l’Occident chrétien - et deuxièmement, du colonialisme. Le "raisonnement" étant en substance celui-ci - inversant les rôles dans le rapport Etat d’Israël/ Arabes "palestiniens" et présentant l’agresseur pour l’agressé - ou, au mieux, mettant indécemment sur le même plan l’agresseur et la victime : "Regardez ce que les Juifs font aux palestiniens !... ils ne sont pas meilleurs que nous en fin de compte !..." (12)

Résultat : toujours le même bouc émissaire : le Juif - aujourd’hui incarné par l’Etat d’Israël - "Juif" des nations. Cela suffit. Je forme le vœux que chaque peuple, chaque nation prenne enfin ses responsabilités et ait le sursaut salutaire de l’humilité face à lui-même, face à Israël.





Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:27

Voyons pour la disproportion de tués entre palestiniens et israéliens.

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=12558

Pourquoi y a-t-il moins d’Israéliens tués ?

Incessants, les tirs de rockets et de mortiers lancés dans le sud d’Israël depuis des mois ont mis en lumière une "spécificité architecturale" propre à ce pays : les abris de sécurité. En effet, chaque appartement, chaque immeuble, chaque école, chaque administration est équipé de tels abris. Outre les abris collectifs signalés dans les quartiers de toutes les villes d’Israël, les maisons et appartements individuels sont dotés d’une petite pièce blindée, appelé le miklat. Ils permettent de trouver refuge en cas d’alerte, à condition toutefois de s’y rendre dans les quinze secondes imparties.

Déjà utilisés en 1991 contre les Scud de Saddam Hussein et, en 2006, dans le Nord contre les Katioucha du Hezbollah libanais, ils ont prouvé à maintes reprises leur utilité vitale. Ils expliquent partiellement le faible, mais toujours trop grand, nombre de victimes tuées par les quelque 3 500 missiles tombés sur Israël au cours des trois années passées, selon le très officiel Centre palestinien d’information. Soit une moyenne de 3,5 alertes par jour !

A notre connaissance, aucun des Etats arabes limitrophes d’Israël n’a jamais jugé utile de créer de tels abris, certainement confiants dans l’éthique de ce pays qui n’a jamais cherché délibérément à viser des populations civiles.

En réalité, du côté palestinien, on a pu constater la multiplication d’un autre type d’abris : les abris pour les armes. Ce sont des centaines de tunnels qui servent au transfert d’armes depuis la frontière égyptienne et traversent Gaza City.

Il n’est pas rare que ces tunnels soient creusés à partir de maisons d’habitation et passent sous des écoles ou des hôpitaux, car les Palestiniens ne connaissent que trop bien cette faiblesse des Israéliens, qui consiste à privilégier la valeur de la vie humaine à l’efficacité militaire.

VOCABULAIRE GUERRIER

Le Hamas, en utilisant sans scrupules les enfants et les civils comme boucliers humains, indique qu’il se considère comme exempté de tout souci humanitaire au nom de son droit à appliquer à la lettre les différents articles de sa Charte, laquelle n’a qu’un objectif unique : la destruction d’Israël.

Lorsqu’en France ou ailleurs, les manifestants se disant propalestiniens exhibent les drapeaux de l’organisation terroriste Hezbollah et du Hamas, crient "Israël assassin !", peut-être faudrait-il leur rappeler que le fait de se dissimuler au milieu de la population civile est par définition une tactique de lâches et d’assassins ?

Cette situation insuffisamment dénoncée permet à certains de clamer que les Israéliens font un "massacre". Mais quel pays a mis autant de moyens pour prévenir les civils avant une attaque ? Des milliers de tracts sont systématiquement largués par les avions israéliens pour prévenir la population civile de l’imminence d’une attaque ciblée. La réciproque est-elle vraie ?

D’un côté, on vise des combattants terroristes en évitant autant que faire se peut de toucher des victimes civiles. De l’autre, on vise délibérément des innocents en espérant causer le maximum de pertes humaines à son adversaire.

L’argent qui a servi à construire les tunnels et à acheter les armes aurait été mieux utilisé à améliorer les approvisionnements en nourriture et les infrastructures pour le fonctionnement des services publics. Mais si un tel souci d’intérêt général était celui du Hamas, cela fait longtemps que la paix serait revenue au Proche-Orient.

Souhaitons que le Hamas découvre enfin que la vie humaine est un bien infiniment précieux qui doit être protégé : un préalable incontournable pour des hommes qui veulent la paix. Mais il est vrai que ce terme n’a jamais fait partie du vocabulaire guerrier et haineux du Hamas.


-



Ainsi, ce qui explique également les chiffres, c'est que les palestiniens n'ont pas la volonté de proteger ses propres civils, et les utilisent comme des boucliers humains, puis ils créent la haine racialiste dans l'éducation des enfants palestiniens.

Le Jihad demande d'avoir le plus grand nombre de martyrs possible, c'est pourquoi des parents souhaitent sincérement la mort de leurs enfants, espérant qu'ils meurent pendant qu'ils tuent des juifs. c'est là leurs déclarations publiques devant caméras.

Cette éducation morbide, cette culture de la mort, dans les familles palestiniennes, dans les facultés, dans les écoles palestiniennes, dans les universités palestiniennes, dans tout les médias palestiniens, TV, journaux, bandes déssinés, dessins, films, est un crime contre l'enfance, et vraiment un crime contre l'humanité et contre la vie.


Dernière édition par prinu le Mar 27 Mai 2014, 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:32

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:37

L'interet des pays arabes sont le niveau de vie de la population et la stabilité.

Tout leur interet est de se préparer à changer le monde arabe en attaquant le Hamas et le Hezbollah, en une victoire éclair, et à bloquer toute velléité militaire iranienne, éliminer le régime des mollahs. Le big Brother Russe n'est pas leur vrai ami.
j'aimerais leur transmettre ce message important.

Qu'ils y pensent:
-Les révolutions sociales n'aboutissent à rien tant qu'une économie est tournée vers la guerre, alors qu'une économie de paix est garant de la stabilité sociale. Le pire des califats, c'est la guerre, il faut laisser les sabres aux musées.
-Les pays arabes sont menacés par des gouvernements paralléles islamistes alliés du hamas et du Hezbollah.
-En retirant ces radicaux de l'échiquier, avec force et énergie, les investissements économiques décuplerons et serons rassurés dans bien des domaines, car le risque des investissements serons minimisés. Je leur promet un bond en avant.
-Les pays arabes pourrons voir le niveau de vie des peuples augmenter aussi vite que celui de la chine, il y aura moins d'injustice sociale, et moins de différence entre les différentes échelles sociales.




Turquie


Maroc


Algérie


Tunisie


Egypte


Irak


Iran


Jordanie


Yemen

somalie, etc..

.. Il faut une révolution économique dans les pays arabes pour lutter contre la pauvreté.
Comment la déclencher ?
j'en donne les clefs.
Avec ce que je dis, le niveau de vie des pays arabes va augmenter.
-les pays arabes aurons alors plus d'indépendance économique.
-Leur ancien adversaire israélien sera en coopération avec eux, dans la lutte contre la secheresse, contre la faim et avec des partages technologiques.

-Les pays arabes ont tout interet a éliminer le Hezbollah et le Hamas, et bloquer l'impérialisme iranien, et meme renverser le régime des mollahs,
et accepter un état juif si petit à coté d'un état palestinien rendu enfin acceptable pour tous.

Moralement, psychologiquement, religieusement, tout ce qui a été pensé par certains aprés le 11 septembre 2001, sera éffacé en face d'une action courageuse arabe déterminante pour la paix du monde.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:37

Source JSS news
Les lois d'apartheid contre les palestiniens sont toujours en vigueur
AU LIBAN


Il y a trois ans, le gouvernement libanais a décidé de modifier sa législation d’apartheid qui nie aux Palestiniens le droit de travailler dans au moins une vingtaine de professions.
Ensuite, on a dit aux Palestiniens qu’ils auraient bientôt le droit de posséder des terres et des biens au Liban.
Aujourd’hui, les palestiniens du pays du Cèdre découvrent que toutes ces annonces n’étaient qu’artefacts.

Bien que les Palestiniens vivent au Liban depuis plus de six décennies, ils sont toujours considérés comme des sous-hommes quand il s’agit de d’obtenir d’un permis de travail, selon le journal libanais Daily Star.
Le Liban n’est pas le seul pays arabe qui applique ouvertement les lois d’apartheid contre les Palestiniens.
Les Palestiniens ont, en effet, longtemps été traités comme des citoyens de troisième classe dans la plupart des pays arabes, où ils sont privés non seulement des droits fondamentaux tels que l’emploi et les soins de santé, mais aussi de citoyenneté.
Selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine [UNRWA], 450.000 palestiniens du Liban ont longtemps été soumis à de nombreuses restrictions d’emploi.
Par exemple, les Palestiniens du Liban sont interdits de travailler dans la médecine, dans la justice, ou en tant que comptables et ingénieurs.
En revanche, ceux qui visitent un hôpital israélien se rendraient compte aisément du nombre d’arabe qui y travaillent, soit en tant que médecin, qu’infirmier ou que pharmacien.
Bien que trois ans se sont écoulés depuis que la loi a été modifiée, rien n’a changé pour les Palestiniens au Liban. Et il n’y a aucune indication que les autorités libanaises ont l’intention d’assouplir les restrictions imposées aux Palestiniens dans un avenir prévisible.
Selon un rapport publié dans The Daily Star, les révisions de la loi restent inappliquées.
Les militants des droits de l’homme affirment que le gouvernement libanais utilise désormais la guerre en Syrie et son impact sur le Liban pour éviter l’abolition des lois d’apartheid. Ceci, bien sûr, est une mauvaise excuse: les lois de l’apartheid anti-palestiniens ont été en effet mises en place bien avant la crise en Syrie.
Des dizaines de milliers de Palestiniens ont fui vers le Liban depuis la Syrie voisine au cours des deux dernières années, fournissant au gouvernement libanais une excuse pour éviter l’application de la modification de la loi d’Apartheid.
Les Libanais, qui ont toujours méprisé les Palestiniens, ont peur de les intégrer dans leur économie et main-d’œuvre. Beaucoup de Libanais tiennent les Palestiniens et l’OLP responsable de la destruction de leur pays, en particulier pendant la guerre civile qui a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes dans les années 1970 et 1980.
Ce qui est troublant sur les lois de l’apartheid au Liban et le mauvais traitement des Palestiniens par les pays arabes, c’est le silence de la communauté internationale et des médias.
Même l’UNRWA, qui est censé veiller au bien-être des réfugiés palestiniens, continue à se cacher les yeux.
Lorsque contacté par The Daily Star, le responsable de l’UNRWA a dit qu’il n’avait « aucune déclaration publique à formuler sur cette question. »


--


Stephane hessel n'y avait jamais trouve rien a redire non plus ..
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:38

Pour moi, Israel et le monde chrétien doivent etre unis contre le terrorisme islamopalestiniste, il faut ensemble, défendre la vie contre ces gens de haine.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 22:49

http://alainlegaret.blogspot.fr/2009/01/huit-ans-et-six-mille-roquettes.html
source:alainlegaret

janvier 2009

Huit ans et six mille roquettes

Ces 8 dernières années, 6000 roquettes ont été lancées par les Palestiniens de Gaza sur les populations juives du sud d’Israël.

8 ans, c’est long. C’est presque disproportionné.

6000 roquettes, ça fait beaucoup. C’est certainement disproportionné.
Même si elles sont parfois « artisanales ». Même si une fois en l’air, c’est comme si une main venait les détourner de leur trajectoire pour les diriger vers des espaces inhabités.

Pendant ces 8 ans et ces 6000 roquettes, Israël n’a pas répliqué. Pire, elle a même évacué Gaza complètement en 2005. Depuis 3 ans, il n’y a plus un seul Juif à Gaza !!
Gaza est purifiée !! Achtung !!
De quoi faire rougir de jalousie les Waffen SS !! C’est sur qu’eux ne bénéficiaient pas du support de l’ONU, du Vatican, de la Croix Rouge, de l’Unicef, de l’UNWRA, de centaines d’associations et des millions de dollars venus d’Amérique, d’Europe, des pays Arabes et des organisations internationales!!

Depuis des décennies, tout ce que ce monde compte de diplomates nous assène que la paix mondiale, que le paradis sur terre, que le Nirvana nous seront enfin accessibles lorsque « Israël aura évacué les territoires palestiniens occupés » (sic).
Tous ces supermen de la diplomatie se trompent.
La preuve qu’ils se trompent, c’est que depuis 3 ans que Gaza est purifiée des Juifs, les Palestiniens s’en servent non pas pour créer un état, mais comme base de lancement de missiles sur Israël.

Pendant ces 8 ans de bombardements palestiniens et ces 6000 roquettes, le monde se taisait.
Il a eu tout le temps d’intervenir pour faire cesser ces attaques et pourtant, il dormait.
Seul le bruit des chars israéliens l’a réveillé.

Après donc 8 ans de retenue et plus de 6000 roquettes, et face au silence de la communauté internationale, Israël a entrepris de protéger ses populations en lançant une offensive destinée à faire cesser les attaques palestiniennes. Avait-elle d’autres choix ?

Aujourd’hui, l’offensive de Tsahal fait la une de tous les médias.
Voici quelques titres cueillis au hasard :
« Israël une nouvelle fois accusé de bavures contre des civils » annonce LCI.
Bien sur que c’est la faute d’Israël. Quel journaliste aurait l’idée saugrenue d’oser reprocher aux Palestiniens l’utilisation régulière de boucliers humains ?

« Manifestations planétaires contre les frappes à Gaza » titre France-Info.
Allez, avec un peu d’effort, je suis sur qu’ils vont aussi réussir à dénicher quelques petits hommes verts portant des pancartes indiquant « Israël est coupable ».

Quel réveil soudain !!

Et pourtant, combien de fois pendant 8 ans, les 6000 roquettes palestiniennes lancées sur la population juive ont fait la une des medias ?
6000 fois ? 5000 fois ? 4000 fois ? 3000 ? 2000 ? 1000 ? 500 fois, non ?
100 fois ? Même pas ! 50 ? 20 ? 10 ? 5 ? Une fois ?
Non.

LA BONNE REPONSE EST : ZERO FOIS.
PENDANT 8 ANS, LES MEDIAS N’ONT JAMAIS FAIT LEUR UNE SUR LES 6000 ATTAQUES PALESTINIENNES VENANT DE GAZA SUR LES POPULATIONS JUIVES.

Le conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni hier et a voté une résolution instaurant un cessez-le-feu immédiat et le retrait israélien de Gaza.
Et pourtant, combien de fois pendant 8 ans et 6000 roquettes palestiniennes, le conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni pour demander aux Palestiniens de cesser leurs attaques ?

6000 fois ? 5000 fois ? 4000 fois ? 3000 ? 2000 ? 1000 ? 500 fois, non ?
100 fois ? Même pas ! 50 ? 20 ? 10 ? 5 ? Une fois ?
Non plus.

LA BONNE REPONSE EST : ZERO FOIS
PENDANT 8 ANS, LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU N’A JAMAIS VOTE DE RESOLUTION POUR FAIRE CESSER LES 6000 ATTAQUES PALESTINIENNES VENANT DE GAZA SUR LES POPULATIONS JUIVES.

Aujourd’hui, les manifestations se sont multipliées dans le monde aux cris de « mort à Israël » ou encore « Israël assassin ». Des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Londres, Barcelone, Paris, Copenhague, Athènes, Milan ou ailleurs.

Et pourtant, combien de personnes pendant 8 ans et 6000 roquettes palestiniennes, sont descendues dans la rue pour protester contre le bombardement des populations juives ?

100 000 personnes ? 50 000 ? 20 000 ? 10 000 personnes ?
5000 au moins, non ? Quoi, moins de 1000 ? 500 ? 200 ? 100 ? 50 ? 20 ? 10 ?
1 seule personne ? Même pas.

LA BONNE REPONSE EST : ZERO.
PENDANT 8 ANS, PERSONNE N’A MANIFESTE CONTRE LES 6000 ATTAQUES PALESTINIENNES VENANT DE GAZA SUR LES POPULATIONS JUIVES.


Pour la communauté internationale, les Juifs bombardés, c’est tout à fait normal.
Heureusement que ce sont des Israéliens, sinon on pourrait croire que c’est de l’antisémitisme.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 23:03

Les émeutes de 1921 en Palestine mandataire sont des émeutes qui se déroulèrent à Jaffa dans le contexte du conflit entre nationalistes arabes et Juifs sionistes en Palestine mandataire.

Au printemps 1921, des Arabes s'attaquèrent aux Juifs vivant à Jaffa et les groupes de défense juives ripostèrent.


Devant les tueries réalisées par les arabes, les Juifs développèrent leur organisation d'auto-défense, la Haganah.


Les émeutes de Jérusalem de 1920 (encore appelées Émeutes de Nabi Moussa ou Pogrom de Jérusalem) se produisirent entre les dimanche 4 et mercredi 7 avril 1920 dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Lors de la célébration de la fête religieuse de Nabi Moussa, la foule arabe poussée à la violence par plusieurs leaders nationalistes s'attaqua à la population juive de la Vieille Ville. Les autorités militaires britanniques réagirent avec une certaine passivité. Les émeutes firent une dizaine de morts et près de 250 blessés.

Le 12 décembre 1919, un juif est tué à Tel Haï et un autre au début de mois de février.
Le 1er mars 1920, une attaque arabe d'envergure est lancée contre le village juif de Tel Haï.

Les 7 et 8 mars, des manifestations ont lieu dans toutes les villes de Palestine, les magasins sont fermés et plusieurs Juifs sont agressés. On peut lire des slogans tels que « Morts aux Juifs » ou « La Palestine est notre terre et les Juifs sont nos chiens ! »

Le 12 mars, Vladimir Jabotinsky indique à Chaim Weizmann qu'il pense qu'« [un] pogrom peut se produire d'un jour à l'autre »

Le dimanche 4 avril 1920,au matin, environ 70 000 arabes se sont rassemblées sur la place de la ville.

Pendant ce temps, les premiers heurts se déroulent à l'ouest des murs de la Vieille Ville, sur la route de Jaffa. La foule rebrousse ensuite chemin vers le quartier juif10. Vers 9h30, des bandes parcourent les rues du quartier et s'attaquent aux magasins et aux passants. Selon le témoignage rapporté par Khalil al-Sakakini dans une autobiographie souvent référencée par les historiens:

   « [Une] émeute éclata, les gens se mirent à courir en tous sens et à jeter des pierres aux Juifs. Les magasins fermaient et on entendait des cris. [...] Je vis un soldat sioniste [c'est-à-dire un soldat juif britannique] couvert de poussière et maculé de sang. [...] Après cela, j'aperçus un habitant d'Hébron s'approcher d'un petit cireur de chaussures juif, qui s'était réfugié derrière un sac dans un recoin des murs non loin de la Porte de Jaffa ; il prit sa boîte et le frappa à la tête. Celui-ci hurla et se mit à courir, la tête en sang, puis l'agresseur le laissa et regagna la procession. [...] L'émeute atteignit son paroxysme. Tous criaient "la religion de Mahomet est née avec le sabre". [...] Je me rendis aussitôt au jardin municipal. [...] la folie de l'humanité me donne la nausée et me fend l'âme. »

Les policiers arabes responsables de la Vieille Ville n'interviennent pas, voire participent aux émeutes avec la foule.

Les groupes de défense juive sont refoules par les brittaniques.

Lundi 5 avril 1920
Les émeutiers continuent leurs attaques contre les Juifs et pillent leurs habitations3. L'historien Tom Segev cite l'exemple d'émeutiers qui s'en prennent à une Yeshiva dans laquelle ils déchirent les rouleaux de la Torah et de deux passants qui sont poignardés.

La Vieille Ville est bouclée et il n'est possible ni d'y entrer ni d'en sortir. Finalement, en fin d'après-midi la loi martiale est proclamée et Storrs envoie le contingent indien disperser les émeutiers. Durant la nuit, « de manière inexplicable » il décide toutefois de le retirer.

Mardi 6 avril 1920
Les émeutiers arabes forcent une maison qui était assiégée depuis plusieurs jours et y battent les occupants juifs, blessent grièvement le père de famille et violent ses deux filles.
Deux hommes de Jabotinsky, armés, parviennent à pénétrer dans la zone déguisés en infirmiers. Ils organisent la défense et contribuent à l'évacuation de 300 Juifs.

Les brittaniques confisquent les armes des juifs !

Aprés les événements, les arabes inversent les roles, puis la vérité est dévoilée par les juifs - par personne d'autre !


Aref al-Aref et Amin al-Husseini sont condamnés chacun à 10 ans pour incitation à la violence. Toutefois, ils s'enfuient en Syrie (ou en Transjordanie) avant de pouvoir être arrêtés. Le maire de Jérusalem, Moussa Qassem al-Husseini, est contraint de démissionner par Ronald Storrs pour avoir participé aux émeutes. Il est remplacé par Raghib al-Nashashibi, un membre éminent d'une famille opposée aux Husseinis.

Un état juif est une necessité, pour défendre les juifs du monde.


Dernière édition par prinu le Mer 28 Mai 2014, 00:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mar 27 Mai 2014, 23:34

source:
CJE - Chrétiens et Juifs pour l’Estime  2001

On prétend l'utilisation excessive de la force contre les dirigeants "innocents !" du Hamas.

   Récemment, c'était pour "la répression brutale des Palestiniens".
   Avant cela, c'était pour le Liban.
   Avant encore, c'était à cause du bombardement du réacteur nucléaire de Bagdad,
   de la guerre de Kippour
   et de la campagne du Sinaï.

Il s'avère que la victoire des Juifs et, par conséquent, leur survie, vous fâchent énormément.

Naturellement, Chers habitants de la planète Terre,
longtemps avant l'existence de l'Etat d'Israël, nous, membres du peuple juif, vous avons irrités.

   Nous avons irrité le peuple allemand qui a élu Hitler.
   Nous avons irrité le peuple autrichien qui l'a applaudi à son entrée dans Vienne.
   Nous avons irrité un bon nombre de nations d'Europe de l'est, dont les Polonais, Slovaques, Lithuaniens, Ukrainiens, Russes, Hongrois, Roumains.

D'ailleurs, l' i r r i t a t i o n que nous causons au monde remonte à fort loin dans l'histoire.

   Nous avons irrité les Cosaques de Chmielnicki, qui ont massacré des dizaines de milliers d'entre nous, entre 1848 et 1849.
   Nous avons irrité les Croisés qui, en route pour libérer la Terre Sainte, étaient tellement irrités par les Juifs, qu'ils nous ont massacrés en quantité énorme.
   Nous avons irrité, durant des siècles, une Eglise catholique qui a fait de son mieux pour établir notre parenté par des inquisitions.

Et c'est parce que nous étions fâchés de vous fâcher de la sorte, Chers habitants de la planète Terre, que nous avons décidé de vous quitter, si l'on peut dire, et de créer un Etat juif.

Et c'est ainsi que nous avons décidé de revenir chez nous, dans la patrie même dont nous avions été expulsés, 1.900 ans plus tôt, par un monde romain qu'apparemment, nous avions aussi irrité !

Hélas, Chers habitants de la planète Terre, il s'avère que vous êtes difficiles à contenter.

Après vous avoir quittés, vous et vos pogroms, vos inquisitions, vos croisades et vos holocaustes, après avoir pris congé du monde en général pour vivre seuls dans un petit Etat à nous, nous continuons à vous irriter !

   Vous êtes fâchés de ce que nous réprimions les pauvres Palestiniens.
   Vous êtes très en colère de ce que nous ne renoncions pas aux territoires de 1967, qui sont, à l'évidence, l'obstacle à la paix au Proche-Orient.
   Moscou est contrarié.
   Washington est contrarié.
   Les Arabes "radicaux" sont contrariés.
   Et les doux Egyptiens modérés sont contrariés.

Eh bien, Chers habitants de la planète Terre, prêtez attention à la réaction d'un Juif normal d'Israël *  l'auteur du texte.

En 1920, 1921 et 1929, il n'y avait pas de "territoires de 1967" pour faire obstacle à la paix entre les Juifs et les Arabes.

En fait, il n'y avait pas d'Etat juif pour irriter qui que ce soit.

Néanmoins, les mêmes Palestiniens, opprimés et réprimés, ont massacré des dizaines de Juifs à Jérusalem, Jaffa, Safed et Hébron. En 1929, rien que dans cette dernière ville, 67 juifs ont été massacrés en une journée.

Chers habitants de la planète Terre, pourquoi les Arabes de Palestine ont-ils massacré 67 Juifs en un jour, en 1929 ?

Etait-ce par colère contre l'agression israélienne de 1967 ?

Et pourquoi 510 Juifs, hommes, femmes et enfants, ont-ils été massacrés durant les émeutes arabes, entre 1936 et 1939 ?

Etait-ce en raison de l'irritation arabe pour 1967 ?

Et quand vous, Chers habitants de la planète Terre, avez proposé, en 1947, un plan onusien de partition de la Palestine - qui aurait permis la création d'un "Etat palestinien" à côté d'un Israël minuscule -, et que les Arabes ont crié "Non!" et ont déclenché la guerre et tué 6.000 Juifs, cette irritation avait-elle pour cause l'agression de 1967 ?

Et à propos, Chers habitants de la planète Terre, pourquoi n'avons-nous pas entendu votre cri de colère à ce moment-là ? !

Les 'pauvres Palestiniens' qui, aujourd'hui, tuent des Juifs avec des mortiers, des explosifs, des bombes incendiaires et des pierres, font partie du même peuple qui, quand il avait tous les territoires dont il exige maintenant qu'ils lui soient donnés pour son Etat, a essayé de jeter l'Etat juif à la mer.

Les mêmes visages grimaçants, la même haine, le même cri de "itbah-al-yahud, massacrez le Juif !", que nous voyons et entendons aujourd'hui, ont été vus et entendus alors.

Le même peuple, le même rêve : détruire Israël.

Ce qu'ils n'ont pas réussi à réaliser hier, ils en rêvent aujourd'hui...

Et nous ne devrions pas les réprimer ?

Chers habitants de la planète Terre,

   vous êtes restés les bras croisés durant l'Holocauste.
   Vous êtes restés les bras croisés, en 1948, quand sept Etats déclenchaient une guerre que la Ligue Arabe comparait fièrement aux massacres perpétrés par les Mongols.
   Vous êtes restés les bras croisés, en 1967, lorsque Nasser, follement acclamé par des foules déchaînées, dans toutes les capitales arabes du monde, fit le serment de jeter les Juifs à la mer.
   Et vous resteriez les bras croisés demain, si Israël était menacé d'annihilation.
   Et puisque nous savons que les Arabes Palestiniens rêvent chaque jour de cette annihilation, nous ferons tout ce qui nous est possible pour rester vivants sur notre terre.

   Si cela vous ennuie, Chers habitants de la planète Terre, eh bien, rappelez-vous combien de fois, dans le passé, vous nous avez causé des ennuis.

De toute façon,
Chers habitants de la planète Terre,
même si cela doit vous causer du tracas,
il y aura toujours un Juif en Israël
qui voudra rester vivant
et garantir la sécurité de ses enfants et petits-enfants.

Navré de vous perturber !
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 08:49

Prinu, votre manière de spammer en publiant à la suite 10 messages que personne ne lit plus est lassantes...

Lisez ceci plutôt :

Espérance a écrit:
La prière du Pape à Yad Vashem : « jamais plus Seigneur, jamais plus ! »

2014-05-26 Radio Vatican

 Envoyé spécial - Après la visite au Mur Occidental ce lundi matin, c’est la visite du Pape François au Mémorial de l’Holocauste, qui a retenu l’attention. Un moment particulier, intense, dans ce lieu de la mémoire du génocide de six millions de Juifs. Une cérémonie ponctuée de gestes lents, de paroles prononcées avec lenteur, de chants de souffrance.

Le Pape, entouré du président Peres et du Premier ministre Netanyahou, a d’abord écouté très recueilli un chœur de jeunes filles pour un chant d’une tristesse inouïe. Il a ensuite allumé la flamme du souvenir, puis a écouté une responsable du Mémorial lui rappeler l’horreur du génocide, mais aussi l’espoir que l’on doit mettre dans l’avenir. De jeunes catholiques hébréophones ont alors déposé une couronne de fleurs jaunes et blanches avec le Pape qui s’est recueilli en prière.

Une lettre, d’une roumaine de 22 ans morte dans les camps, a ensuite été lue. Une lettre qui exprime toute la terreur de savoir que la mort est proche, le retour désormais impossible.


D’autres chants, comme autant de pleurs et de lamentations, ont été entonnés. Au Pape ont été présentés six survivants des camps. Quatre hommes et deux femmes. Le Pape leur a embrassé les mains et les a écoutés un par un.

Il a ensuite pris la parole, très ému, pour un discours très beau sous forme de prière. Un texte rempli d’interrogations face la « tragédie incommensurable de l’Holocauste », dont voici le texte intégral :

« Adam, où es-tu ? » (cf. Gn 3, 9)
Où es-tu, homme ? Où es-tu passé ?
En ce lieu, mémorial de la Shoah, nous entendons résonner cette question de Dieu : « Adam, où es-tu ? ».
En cette question il y a toute la douleur du Père qui a perdu son fils.
Le Père connaissait le risque de la liberté ; il savait que le fils aurait pu se perdre. Mais peut-être, pas même le Père ne pouvait imaginer une telle chute, un tel abîme !
Ce cri : « Où te trouves-tu ? », ici, en face de la tragédie incommensurable de l’Holocauste, résonne comme une voix qui se perd dans un abîme sans fond.
Homme, qui es-tu ? Je ne te reconnais plus.
Qui es-tu, homme ? Qu’est-ce que tu es devenu ?
De quelle horreur as-tu été capable ?
Qu’est-ce qui t’a fait tomber si bas ?
Ce n’est pas la poussière du sol, dont tu es issu. La poussière du sol est une chose bonne, œuvre de mes mains.
Ce n’est pas l’haleine de vie que j’ai insufflée dans tes narines. Ce souffle vient de moi, c’est une chose très bonne (cf. Gn 2, 7).
Non, cet abîme ne peut pas être seulement ton œuvre, l’œuvre de tes mains, de ton cœur… Qui t’a corrompu ? Qui t’a défiguré ? Qui t’a inoculé la présomption de t’accaparer le bien et le mal ?
Qui t’a convaincu que tu étais dieu ? Non seulement tu as torturé et tué tes frères, mais encore tu les as offerts en sacrifice à toi-même, parce que tu t’es érigé en dieu.
Aujourd’hui, nous revenons écouter ici la voix de Dieu : « Adam, où es-tu ? ».
Du sol s’élève un gémissement étouffé : Prends pitié de nous, Seigneur !
A toi, Seigneur notre Dieu, la justice, à nous le déshonneur au visage, la honte (cf. Ba 1, 15).
Un mal jamais survenu auparavant sous le ciel s’est abattu sur nous (cf. Ba 2, 2). Maintenant, Seigneur, écoute notre prière, écoute notre supplication, sauve-nous par ta miséricorde. Sauve-nous de cette monstruosité.
Seigneur tout-puissant, une âme dans l’angoisse crie vers toi. Écoute, Seigneur, prends pitié.
Nous avons péché contre toi. Tu règnes pour toujours (cf. Ba 3, 1-2).
Souviens-toi de nous dans ta miséricorde. Donne-nous la grâce d’avoir honte de ce que, comme hommes, nous avons été capables de faire, d’avoir honte de cette idolâtrie extrême, d’avoir déprécié et détruit notre chair, celle que tu as modelée à partir de la boue, celle que tu as vivifiée par ton haleine de vie.
Jamais plus, Seigneur, jamais plus !
« Adam, où es-tu ? ».
Nous voici, Seigneur, avec la honte de ce que l’homme, créé à ton image et à ta ressemblance, a été capable de faire.
Souviens-toi de nous dans ta miséricorde.


Le Pape a ensuite signé le Livre d’or et a reçu la reproduction d’une peinture « Prayer » d’un garçon de 14 ans du ghetto de Lodz en Pologne qui est mort à Auschwitz, et qui avait dessiné son rêve, celui de s’envoler de cet enfer. Un ultime chant a été entonné, « Mi Ha ‘Ish » pour un dernier moment de grande émotion.

François a ensuite signé le Livre d'Or du mémorial, écrivant : « avec la honte de ce que l'homme, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu, a été capable de faire; avec la honte de l'homme qui s'est fait maître du mal; avec la honte de l'homme, se croyant Dieu, qui a sacrifié à lui-ême ses propres frères. Plus jamais, plus jamais ! »

Et avant cette visite au Yad Vashem, le Pape s'est rendu au Mont Herzl, là où se trouve le cimetière national d’Israël, où il a déposé une couronne de fleurs sur la tombe de Théodore Herzl, le fondateur du sionisme. Une étape protocolaire là encore ajoutée assez récemment dans les visites de chefs d’Etat, et qui n’était pas au programme des visites de Jean-Paul II et Benoît XVI. A la demande du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le Pape a également rendu hommage aux victimes israéliennes du terrorisme, en faisant une halte devant le monument qui leur est consacré.
(Bernard Decottignies, envoyé spécial à Jérusalem)

Giovanni Maria Vian





Quant à votre position négationniste de l'histoire des Palestiniens, vous n'êtes pas très différent des autres négationnistes : on comprend bien que vous priez non pour la paix, mais pour le vol de la terre des Palestiniens. Chacun son camp, et ce n'est pas vos hurlements d'orfraies quant au terrorisme islamiste qui vous fera aimer des chrétiens. On aimerait vous voir plus souvent vous indigner du terrorisme d'Etat commis par Israël.

On a bien compris que le sort des enfants Palestiniens ne vous intéressait pas, tant que le grand Israël puisse dévorer les terres volées. Chacun sa morale, mais celle du spoliateur n'a jamais fait partie de mon cadre personnel.

Shalom Akhshav !


Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 10:21

prinu a écrit:
Je vous propose de lire ces sujets du forum:
http://docteurangelique.forumactif.com/t16982-israel-et-les-palestiniens-sionisme-et-antisionisme-occident-judeochretien-suite


http://docteurangelique.forumactif.com/t16796-israel-et-les-palestiniens

et:

http://docteurangelique.forumactif.com/t16290-israel-retour-aux-frontieres-de-1967-selon-obama


Prinu, vous vous rendez compte que ces 3 fils sont verrouillés et que si ça continue celui-ci va prendre le même chemin ?

Oui, lisez ce que le Pape François a dit comme vous le conseille Dragna Din et je confirme : vous nous lassez avec vos interminables copiés/collés que personne ne lit.

Alors, ne vous fatiguez plus.


_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 10:28

Espérance a écrit:

Prinu, vous vous rendez compte que ces 3 fils sont verrouillés et que si ça continue celui-ci va prendre le même chemin ?

Oui, lisez ce que le Pape François a dit comme vous le conseille Dragna Din et je confirme : vous nous lassez avec vos interminables copiés/collés que personne ne lit.

Alors, ne vous fatiguez plus.


En outre si on regarde bien, il recopie et recolle les anciens posts des sujets verrouillés dans les nouveaux. Comme les photos ci-dessus avec les enfants qui est en première page du sujet verrouillé "israël, obama retour aux frontières de 67". Idem sur le post Apartheid au Liban... C'est rire du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 10:30

Dragna Din a écrit:


En outre si on regarde bien, il recopie et recolle les anciens posts des sujets verrouillés dans les nouveaux. Comme les photos ci-dessus avec les enfants qui est en première page du sujet verrouillé "israël, obama retour aux frontières de 67". Idem sur le post Apartheid au Liban... C'est rire du monde.

donc, je verrouille ?

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 11:16

Espérance a écrit:
Dragna Din a écrit:


En outre si on regarde bien, il recopie et recolle les anciens posts des sujets verrouillés dans les nouveaux. Comme les photos ci-dessus avec les enfants qui est en première page du sujet verrouillé "israël, obama retour aux frontières de 67". Idem sur le post Apartheid au Liban... C'est rire du monde.

donc, je verrouille ?

Non, mais il faudrait que prinu se discipline un peu. Il a le droit d'exprimer ses opinions.
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS



Masculin Messages : 777
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 14:42

prinu a écrit:
france palestine présente une vision partisane des faits.


C'est le journal égyptien alharam en langue anglaise, juste pour entendre un autre son de cloche,

ben oui il y a deux parties et l'autre dit les choses autrement que vous, rien d'étonnant.
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS



Masculin Messages : 777
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 14:54

Le terme « apartheid » s’applique-t-il à Israël ? Évidemment que oui !

La vive controverse déclenchée par les propos du Secrétaire d’État John F. Kerry, affirmant qu’Israël risquait de devenir un « état d’apartheid », nous rappelle une fois de plus que les faits, les données et l’apparente complexité des règles du droit international semblent souvent avoir un effet sur les discussions tenues en haut lieu à propos d’Israël.

Los Angeles Times traduction Yousouf R. Info Palestine





Comme ce fut déjà le cas à l’époque lorsque d’autres figurent majeures du pays avaient brandis le « A-word » à propos d’Israël (on pense à Jimmy Carter), la réaction politique aux propos de Kerry fut instantanée et émotionnelle. « Israël est la seule démocratie du Proche Orient, et établir un lien entre Israël et l’apartheid est insensé et ridicule, » déclarait la Sénatrice de Californie Barbara Boxer. Fin de l’histoire, donc ?

Pas vraiment. Les politiciens pourront se contenter de déclarations plates et sans fondement, mais pour quiconque est poussé par un minimum de curiosité, il n’est pas inutile de s’arrêter quelques instants pour réfléchir au terme et à son application à Israël.

Le terme « apartheid » n’est pas simplement une invective ; il s’agit d’un mot ayant une signification légale spécifique, laquelle est définie par la Convention Internationale sur l’Élimination et la Répression du Crime d’Apartheid, adoptée par l’Assemblée des Nations Unies en 1973 et ratifiée par la plupart des États membres (à l’exception éhontée d’Israël et des États-Unis).

Selon l’Article II de cette convention, le terme s’applique à des actes « commis dans le but d’établir et de maintenir la domination d’un groupe racial sur un autre et de les oppresser systématiquement. » Priver les membres de ce groupe du droit à la vie et à la liberté, les soumettre aux arrestations arbitraires, les exproprier, les priver de leur droit de quitter ou de retourner dans leur pays, entraver leur liberté de mouvement ou de résidence, créer des réserves ou ghettos pour les membres d’un groupe racial différent, empêcher les mariages mixtes - ce sont là tous des exemples du crime d’apartheid tels que spécifiquement mentionnés dans la convention.

A propos de la référence à un groupe racial, certains vont parler de race au sens prétendument biologique du terme ou en terme de couleur de peau. C’est une manière plutôt simpliste (et dépassée) de considérer l’identité raciale. En outre, pour être plus précis,la notion « d’identité raciale » est définie par la Convention internationale sur l’Élimination de Toutes Formes de Discrimination Raciales de 1965 (dont Israël est signataire), et à laquelle se réfère explicitement la convention sur l’apartheid.

A cet effet, la notion de "discrimination raciale" est définie par "toute distinction, exclusion, restriction ou préférence basée sur la race, la couleur, l’ascendance, l’origine ethnique ou nationale, ayant pour but d’annuler ou de nuire à la reconnaissance, la jouissance ou l’exercice, sur un pied d’égalité, des droits humains et des libertés fondamentales, dans le domaine politique, social, culturel ou tout autre domaine de la vie publique."

Quelques réalités basiques sont désormais établies.

L’État Juif (après tout, c’est ainsi qu’il se qualifie lui-même) maintient un système formel et informel de discrimination au logement à la fois en Israël et dans les territoires occupés. Tout le monde sait, évidemment, que les colonies juives en Cisjordanie ne sont pas franchement pleines à craquer de palestiniens. En outre, en Israël même, des centaines de communautés ont été construites pour des résidents juifs sur des terres dont des Palestiniens ont été expropriés, et sur lesquelles la ségrégation est maintenue, par exemple, via des comités d’admission autorisés à utiliser le critère ethnique - critère banni depuis longtemps aux USA - ou via l’impossibilité pour des citoyens palestiniens d’accéder aux terres détenues au profit exclusif du peuple Juif par le Fonds National Juif (et ce avec la bénédiction des pouvoirs publics).

Les résidents juifs en territoire occupé profitent de nombreux droits et privilèges dont leurs voisins palestiniens sont privés. Tandis que les premiers bénéficient des protections du code civil israélien, les derniers sont soumis à la dureté de la loi militaire. Ainsi, pendant que leurs voisins juifs vont et viennent librement, les palestiniens de Cisjordanie subissent les arrestations arbitraires et les détentions, la privation de leur liberté de mouvement ; on leur refuse fréquemment l’accès aux centres d’éducations ou centres médicaux, aux sites religieux chrétiens ou musulmans, etc.

Dans le même temps, les citoyens palestiniens d’Israël doivent faire face à près de 50 lois et projets de loi qui, selon l’organisation des droits de l’homme israélo-palestinienne Adalah, soit privilégient les Juifs soit discriminent directement la minorité palestinienne. Une des composantes clé du code israélien de la nationalité, la Loi du Retour, par exemple, ne s’applique qu’aux Juifs, et exclut les Palestiniens y compris les Palestiniens nés dans ce qui est aujourd’hui l’État d’Israël. Alors que les citoyens juifs peuvent aller et venir sans entrave, la loi israélienne interdit expressément aux citoyens palestiniens de faire venir en Israël leur conjointe vivant dans les territoires occupés.

Les systèmes éducatifs pour les deux populations en Israël (sans parler des territoires occupés) sont maintenus séparés et inégaux. Là où les écoles palestiniennes en Israël sont surpeuplées, les étudiants juifs bénéficient de plus de ressources et d’options dans leurs parcours scolaires.

Il n’est pas possible légalement en Israël pour un citoyen juif d’épouser une citoyenne non-juive. Par ailleurs, une multitude de lois, règlements et décrets militaires dictant quelles personnes peuvent vivre dans quels espaces particuliers rendent les mariages mixtes au sein des territoires occupés simplement impossibles.

Et ainsi vont les choses dans chaque domaine de la vie, de la naissance à la mort : une politique rigoureuse et systématique de séparation de deux populations et un mépris total du principe d’égalité. Un groupe - dépossédés de ses biens et de ses droits - expulsé, humilié, réprimé, démoli, emprisonné et parfois conduit jusqu’aux limites de la famine (reposant sur un calcul calorique méticuleux) dépérit. Un autre groupe - dont la liberté de mouvement et de développement n’est non seulement pas entravée mais activement encouragée - prospère, et voit ses symboles culturels et religieux orner les atours de l’État et former le blason du drapeau national.

La question n’est pas de savoir si le terme « apartheid » s’applique ou non à Israël. Mais plutôt de savoir pourquoi utiliser ce terme suscite un tel tollé.

* Saree Makdisi, professeure d’anglais et de littérature comparée à l’UCLA (Unversity of California Los Angeles), est l’auteure de « Palestine Inside Out : An Everyday Occupation. »

http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-makdisi-israel-apartheid-20140518-story.html
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 15:16

si l'application du terme "apartheid " était justifié, il n'y aurait pas de probléme.
et j'en serais le premier horrifié.
comme c'est un mensonge diffamatoire, alors que les apartheid, nottament islamistes, avec une obnubilation racialiste évidente, tout les apartheid isalmistes, et nottament palestiniens ne sont pas relevés, ce qui démontre que celà reléve, en réalité, et en vérité, du non-politiquement antisémitisme pur, et non d'une sémantique politique ou philosophique.

D'abord, je vais démontrer qu'il n'existe pas d'apartheid en Israel, et ensuite, je vais démontrer qu'il y a trente pays isalmistes d'apartheid, qui ne génent ABSOLUMENT pas aucun accusateur d'Isarel d'aparyheid, démontrent l'obnubilation raciale antijuive, uniquement parce que cet état est juif, et non pas rec eque politiquement, il y aurait des accuastions politiques.

cette accusation n'a rien de politique.
car elle est diffamatoire et absolument infondée, l'accuastion est motivée uniquement par une obnubilation antijuive racialiste pure non politique.

vous avez recopié un article isalmopalestiniste d'un radical à motivations racialistes.
La critique pôlitique infondée a motivation racialiste,a pour but le dénigrement racialiste d'un état au lieu d'un individu.
Dasn cette mutaion de l'antisémitisme classique, ce nouvel antisémitisme qu'esl bien en réalité, la diffamation envers un état de ce qu'on avait classiquement l'habitude de faire aux individus, a bien une motivation racialiste.
La contre-atatque de dire "vous traitez d'antisémite tout ceux qui critiquent Israel, alors que la critique est fondée"
est aussi falacieuse de ceux qui disaient "vous traitez d'antisémite tout ceux qui critiquent les juifs, alors que l'accusation est fondée".

Or dans les deux cas, les accusations sont infondées.
Des démonstartions que l'apartheid n'existe pas en Isrel, je démontrerais donc que l'accusation d'apartheid se fonde bie, OUI, sur un antisémitisme envers un état, parecqu'état juif.
en effet, les organisations et individus,  qui disent qu'Israel est un apartheid, ne critiquent aucunement les véritables aparheids dans le mond,e celà ne les inquiéte, ne les dérange, en rien du tout: au contraire, ils déefndent les sociétés d'apartheid véritable.

Je vais donc, donner les élements preuves qu'il n'ya pas d'apartheid d'ETAT en Israel  ( le racisme, lui, existe sur la terre entiére), et qu'Israel est un état aussi démocratique et libertaire que la France.

ensuite, je vais démontrer que Gaza, ainsi que les territoires gérés par les palestiniens, est un des pires apartheids de la planéte, actuellement, a égalité avec le régime des mollahs en Iran.

ensuite, je vais démontrer que les associations accusant Isarel d'apartheid, font semblant de faire de la politique de droits de l'homme ou de pacifisme, mais sont motivés par le racialisme.
Je vasi ausis démontrer que les associations qui pronent le boycotte d'Isarel parecque celui-ci serait un apartheid, ont des motivations raciales.


comme premier exemple à venir, je vais démontrer que les musulmans ont plus d edroits personnels et de liberté d'expression, en Isarel, que dans TOUT les pays arabes, sans exception.
Ensuite, je vais demontrer que la liberté religieuse des individus est plus grande en Israel, qu'en France.
a bientot ..

ce qui va ballayer les dizaines d'articles accusant Israel d'apartheid, sortis d'un chapeau-claque, écrits par de Grrrrands spécialistes diplomés de grrrrandes universités de prestige, tous islamopalestinistes, ou négationnistes de l'histoire du moyen orient, renversant les roles, la morale, et les faits.
 Mr. Green


Dernière édition par prinu le Jeu 29 Mai 2014, 02:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 15:32

j'avais déjé donné ces preuves.

me faisant réguliérement insulter , je n'ai pas le droit de répondre, meme avec beaucoup de calme et d'humour, comme je l'ai fait, sous peine d'etre censuré et qu'on éfface mes dizaines de preuves, comme celà s'est déja produit, ce que j'ai mis beaucoup de temps a vous amener. mais quand à ceux qui m'ont insulté, leurs textes ne disparaissent pas. ils n'ont rien à perdre.
la réponse de celui qui a fait disparaitre mes documents, a pour conséquence premiére, la victoire de l'abscurantisme islamiste et antichrétien, en réalité, et n'a pas comme résultat de calmer le jeu. au contraire: je pense meme que conserver la facon dont j'avais été insulté, et le montrer en pleine lumiére, est une démonstartion-vérité de l'esprit humain. il permet de reflechir, de comprendre la haine d'autrui, d'en juger par soi-meme.

pas grave: j'ai des doubles de chacun de mes articles preuves avec photos et vidéos.

je suis une goutte de vérité dans un océan de désinformation.

la palestinisme divisera et détruira l'occident chrétien.


Dernière édition par prinu le Mer 28 Mai 2014, 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 15:43

Vous allez avoir du travail...

« Une défaite de l’israélièneté » (« A defeat for Israeliness »), tel est le titre de l’éditorial du quotidien Haaretz du 4 octobre.

« Le refus de la Cour suprême d’approuver la pétition de 21 citoyens israéliens qui cherchent à être reconnus comme membres de la nation “israélienne” plutôt que juive, et de changer la façon dont leur nationalité est consignée dans le registre de la population, est une indication supplémentaire que la lutte civique sur la nature de l’Etat d’Israël a échoué. Soixante-cinq ans après la création de l’Etat, les autorités ne reconnaissent toujours pas une nationalité israélienne indépendante de l’appartenance religieuse ou ethnique. »

(...)« dans leur décision, les juges ont nié l’existence d’une nationalité israélienne, affirmant que les pétitionnaires n’ont pas réussi à prouver qu’une nationalité israélienne sans lien avec l’appartenance religieuse ou ethnique avait été effectivement créée. Le juge Hanan Melcer est allé encore plus loin, affirmant que la vision du monde qui fait la distinction entre citoyenneté et nationalité est ancré dans le statut constitutionnel d’Israël en tant qu’Etat juif (...). »

De quoi la Palestine est-elle le nom ? a écrit:
« Israël est la seule démocratie qui opère une distinction entre citoyenneté et nationalité : tous les titulaires de la citoyenneté (ezrahut) ont, en principe, des droits égaux, mais seuls certains, les Juifs, forment la nationalité (le’um). En 1970, Shimon Agranat, président de la Cour suprême, a confirmé que l’on ne pouvait pas parler de “nationalité israélienne”, parce qu’il n’existait pas de nation israélienne séparée de la nation juive et qu’Israël n’était même pas l’Etat de ses citoyens juifs, mais celui des juifs du monde. » http://boutique.monde-diplomatique.fr/boutique/livres/de-quoi-la-palestine-est-elle-le-nom.html

Et que dire de la Teoudat Zehout (תעודת זהות) ? Carte d'identité qui contient les informations suivantes :

La carte, plastifiée, contient les informations suivantes :

identifiant unique, appelé Numéro d'identité
nom complet
nom du père
nom de la mère
date de naissance, selon le calendrier grégorien et — pour les juifs qui le souhaitent — selon le calendrier hébraïque
lieu de naissance
la nationalité au sens de l'ethnie (Juif, Arabe, etc.) (qui n'apparaît plus depuis 2002)
sexe
lieu et date de délivrance (calendriers grégorien et hébraïque)
photographie en couleur du visage




Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 15:53

En outre soyez conséquent prinu, vous appelez de vos vœux un État juif, or juif est un qualificatif purement religieux et racial.

Par exemple : vous êtes juif par la race en tant que descendant du peuple Juif, mais pas par la religion, puisqu'on ne peut être un juif athée...

Vous avez bu ?  :mdr: 
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 15:55


tout comme les partis politiques chrétiens en europe, les accusez vous d'apartheid ? ou supposez vous qu'ils sont liberatires et prposent de gerer un état avec des principes chrétiens ?
c'est la meme chose pour un état juif.
un home nationale juif est un état protecteur pour les juifs.

vous ne relevez jamais les républiques islamiques, que sous n'accusez pas d'apartheid, depuis deux ans, ni ceux qui écrivent vos articles de sites radicaux, repris par soral, dieudonné et d'autres fashistes.

Israel est un état juif, ou toutes les religions sont acceptées, c'est ainsi.


l'apartheid est fondé sur des faits: la liberté ou la non-liberté,
et qeulque soit la constitution, quelque soit les textes fondateurs,
Isarel est le pays le plus libertaire de tout le moyen orient.
plus de TROIS MILLE  religions et sectes, se sont installées en Israel, pour avoir le droit de prier, fuyant des pays ou ils n'en avaient pas le droit.

Israel finance les corans et les écoles islamiques.
avec une liberté inouie.

En israel, la burka est autorisée.

PAS EN FRANCE.


Il y a en Israel, des généraux musulmans, chrétiens, druzes..
La liberté est totale, l'état défend ses citoyens de toute religion à égalité, la cour de justice défend tout le monde.



aucun probléme dans la carte d'identité. en cas de guerre, puisque les arabes atatquent les juifs depuis 1921, il était trés utile pour savoir qui est qui. ca n'empeche pas la liberté et l'égalité, et meme la fraternité entre religions en Israel.

Les israéliens manifestent dés qu'on touche a des chrétiens dans le monde, comme en egypte.

Maintenant, quand il y a des attentats islamopalestinistes, il ya des tensions, oui, de maniére passagére, envers les arabes, comme celà arrive aussi en France. mais aucun racisme d'état, bien au contraire l'état combat tout les racismes.


Il n'ya pas d'apartheid en Israel.

La premiére fois qu'une femme arabe a eu l'autorisation de voter dans le monde ce fut en Israel.
A bientot pour les démonstrations et preuves.
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 16:03

prinu a écrit:
gnagnagna...

PAS EN FRANCE.

... gnagnagna


Et bien allez donc en Israël si la France vous semble trop peu "libertaire" (sic !) !  siffler 

Mais répondez, prinu, selon vous

מיהו יהודי.

Et bien : soit une personne née de mère juive (ou s'étant convertie au judaïsme) soit une personne ayant adhéré au judaïsme par le biais d'une conversion religieuse selon les règles de la Halakha.

Un Etat juif fera donc une ségrégation entre juif et non juif sur la base raciale et religieuse. CQFD !
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 16:36

On voit d'ailleurs de drôles de choses arriver...

http://orientxxi.info/magazine/palestiniens-chretiens-contre,0555 a écrit:
Une loi en apparence limitée votée par le parlement israélien le 24 février dernier fait pour la première fois la distinction entre chrétiens et musulmans parmi les citoyens arabes d’Israël. Son promoteur, un député d’extrême droite, annonce d’autres projets de textes législatifs et demande aux chrétiens de renoncer à leur identité arabe.

...

D’après le site, Levin prépare d’autres projets, dont l’inscription « chrétien » sur les cartes d’identité. « Cette mention leur donnera accès à des postes de direction des entreprises d’État, une représentation séparée dans les institutions locales et l’égalité des chances dans le monde du travail », a-t-il précisé.

Pour Menachem Klein, professeur de sciences politiques à l’université de Bar-Ilan, il s’agit simplement d’une vieille tactique coloniale. « Cela rappelle les méthodes de la France pendant son mandat sur la Syrie et le Liban dans les années 1920 », explique-t-il. « Les Français divisaient pour régner, jouant en Syrie les alaouites contre les druzes et les sunnites, favorisant les maronites au Liban ». En voulant créer une « identité chrétienne », Israël tente aussi de nier le nationalisme arabe. « Levin est un ignorant », ajoute le professeur. « Il ne sait pas que l’on trouve parmi les Arabes chrétiens d’Israël les plus fermes supporters du nationalisme, comme Azmi Bishara ».
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 16:57

Refuser les principes d'un etat juif, c'est de l'antisemitisme le plus pur et le plus parfait.

Il y a en Israel beaucoup de musulmans sionistes, pour un etat juif comme un droit.
75 % des musulmans vivant en Israel declare qu'ils refuseraient de vivre dans un etat gere par les palestiniens.

Il y a dans le monde, plusieurs millions de chretiens sionistes.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 17:06

aucune segregation en Israel.
par contre c'est une terre d'acceuil pour les juifs,
un etat indispensable pour defendre les juifs du monde.
Le refuser ou refuter ce droit,et refuser l'autodetermination du peuple juif, et le droit legitime a sa terre,  est de l'antisemitisme pur. Par definition.


il y a trente pays qui se definissent comme musulmans.
Leur definition ne vous gene en rien, mais le seul etat liliputien juif vous gene.

c'est donc bien votre segregation a vous, la votre,
qui est antijuive, c'est a dire antisemite.
vous faites des differences de droits et d'autodetermination, uniquement envers les juifs.
c'est le racisme envers des individus, applique a un etat.
c'est un fashisme antisemite.
CQFD.




pour votre definition, sachez que chaque religion definis ses coreligionnaires.
c'est un droit que vous acceptez a autrui, mais pas aux juifs.
c'est donc une des definitions de l'antisemitisme.

definissez vous ceux qui definissent les chretiens, musulmans, boudhistes, de racialistes en se definissant ?
vous montrez un atheisme radical, tarte a la creme, tres cible et non envers les autres peuples, et des textes et arguments antijuifs venus de sites islamistes , soraliens et antisemites, et qui defendent l'iran, l'islamisme palestinien ou ben laden
vos arguments refletent de la haine, non un dialogue, et je combat cette haine.
Le sionisme est une ideologie philosophique libertaire pronant la paix entre tout les peuples.
a ne pas confondre avec le nationalisme israelien, parmis les multiples partis
en Israel, ou avec le nationalisme exacerbe ultra minoritaire qui est surveille de pres par l'etat democratique juif.


on ne confond pas le communisme et le stalinisme..

le second parti politique israelien est laic.
il y a 20 partis politique dans la democratie pluraliste israelienne.

Et le parti islamiste a des deputes a l'assemblee nationale la knesset.
De quel apartheid parlez vous ?
sinon celui fantasme de vos sources radicales, bien tous antisemites pour l'argumenter avec autant de candeur dans la diffamation.
c'est haineux et assez puant de dire qu'Israel est un apartheid, je vais demontrer que c'est faux, ce soir, par manque de temps maintenant.


etre pour l'existence d'un etat juif, et un droit legitime, c'est le sionisme,  un esprit humaniste et de justice pour tout les peuples.
et non juste pour les juifs.
Revenir en haut Aller en bas
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 19:03

L'antisioniste est pour moi celui qui empêche le retour du Juif dans sa terre et c'est celui qui retarde par ce fait là la Parousie!
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 20:21

Au Liban, il y a des segregations envers les chretiens et les palestiniens.

Les palestiniens n'y ont pas les memes droits, nottament de travail, que les autres.

ce n'est pas une vraie democratie, et il y a une segregation que vous ne denoncez pas. les tontons macoutes islamistes y sont rois.

les femmes n'y ont aucun droits, les medias sont censures.

Le Liban n'est pas un pays souverain ni libre, depuis son invasion dans les annees 70, par une force militaire etrangere syriopalestinienne denomme Hezbollah, qui fagocite tout les rouages du pays, et fait semblant d'etre indispensable a la defense de cet etat gruyere qui n'appartiend plus au peuple libanais.
Dans les annees 70, l'armee d'invasion palestiniste au Liban, a realise des massacres de chretiens, et ouvert des camps de concentration avec chambres de tortures pour les chretiens.
ceci est rapporte dans le livre "Mon combat pour le Liban" par le resistant chretien libanais jean-pierre Haddad, aux editions Conchon.

Que le monde ne trouve rien a redire a un etat occupe, ou les civils ne savent pas qui controle le pays, ou croient le savoir tenu militairement par une armee d'occupation palestiniste.
l'anti-occidental dominique de villepin, Ne au maroc, a au Liban des aminches peu recommandables.
le fait que le pape tente de proteger les chretiens du liban, ne veux pas dire qu'il ne sait pas ce qui s'y passe. les politicines ne s'esprime que si cela leur est utile, et si la vie des chretiens libanais en depend, le pape ne va pas denoncer publiquement que le Liban est soumis a une force etrangere occupant son sol.


Dernière édition par prinu le Mer 28 Mai 2014, 20:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 20:25

la parousie , c'est pour les croyants, les temps messianiques.
ce qui est amusant, c'est que pour les jamaicains rastas , le messie vient a la jamaique, qui est la terre de salut, ou serait Sion !
restons serieux, la Judee est la terre d'origine du judaisme.
Israel est donc tres important pour tout ceux qui se sentent juifs, ou respectent la theologie chretienne la plus ancienne. l'ancien testament.
ce qui fait des millions et des millions de gens, et de sionistes.

qui ont droit au respect.
Revenir en haut Aller en bas
ismael



Messages : 947
Inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 21:31

prinu a écrit:
Israel est un bouclier de l'occident chrétien, et la seule démocratie du moyen orient.
salam

Le mur !

Une jeune journaliste de CNN avait entendu parler d'un très, très vieux Juif qui se rendait 6 fois par jour prier au mur des lamentations depuis toujours.
Pensant tenir un sujet, elle se rend sur place et voit un très vieil homme marchant lentement vers le mur.
Après trois quarts d'heure de prière et alors qu'il s'éloigne lentement, appuyé sur sa canne, elle s'approche pour l'interviewer.
-"Excusez-moi, monsieur, je suis Rebecca Smith de CNN. Quel est votre nom?
-"Morris Fishbien" répond-t-il.
-"Depuis combien de temps venez-vous prier ici?
-"Plus de 50 ans" répond-t-il.
-"50 ans! C'est incroyable! Et pourquoi priez-vous?"
- "Je prie pour la paix entre les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans. Je prie pour la fin de toutes les guerres et de la haine. Je prie pour que nos enfants grandissent en sécurité et deviennent des adultes responsables, qui aiment leur prochain."
-"Et que ressentez-vous après 50 ans de prières?"

-"J'ai l'impression de parler à un mur."
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din



Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 21:33

Écoutez prinu je l'ai déjà dit : si vous m'insultez encore une fois en me traitant d'antisémite, je dépose plainte auprès de forumactif. Car moi, je ne joue pas au zorro sur les forums.

Tenez-le vous pour dit !

Ma famille a fini dans les camps ! Espèce d'inconscient ignorant et apostât ! Apprenez notre langue, l'hébreu avant de jouer votre rôle de jeteur de haine.
Revenir en haut Aller en bas
ismael



Messages : 947
Inscription : 18/01/2011

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Mer 28 Mai 2014, 21:40

prinu a écrit:
pour l'instant, le seul pays du moyen orient ou les chretiens sont libres de prier, et participent pleinementa une societe, c'est Israel.

Les israeliens defendent les chretiens menaces.
les chretiens sont attaques par l'etat a gaza, entite d'apartheid islamique.

la petite montee de graffittis et insultes antimusulmans et antichretiens de quelques groupuscules juifs radicaux, n'est pas representatif de la societe israelienne.
Le gouvernement israelien, et les medias israeliens, dénoncent fermement les graffitis antimusulmans et antichretiens, realises par quelques frappes, la venue du pape a fait monter la temperature, mais ils restent des ultraminoritaires qui ne representent personne(moins de 3%, et quelques dizaines d'activistes seulement.)
ca ne se compare pas avec des dizaines de milliers de violents antichretiens chez les palestiniens.

On a egalement arrete des palestiniens musulmans en train d'ecrire des graffitis antichretiens, en hebreux. Chaque radicaux tente de tirer la corde a soi.

il ne faut pas etre dupe. Israel est une democratie assez libertaire.
ils n'ya pas plus de betise crasse en Israel qu'en France, ou les eglises subissent egalement des graffitis.

Bien au contraire, les chretiens sont defendusar Israel. La solidarite israelienne a ete tres forte a chaque tueries antichretienne en Egypte et ailleurs.
L'amitie judeochretienn est assez forte en Israel.

Ouî Israel ets un bouclier de l'Occident chretien.

C'est pour proteger au maximum les chretiens, que le Vatican avait demande a Israel de modifier le trace du mur antiterroriste ( mur de la vie) , afin d'inclure le maximum de batiments chretiens, du cote israelien de la barriere de securite. Les chretiens du cote Israelien subissant de stueries, fusillades dans des eglises, assassinats parceque chretiens..  les chretiens fuient massivement les zones gerees par les palestiniens.
Des documentaires le demontrent, je les avait deja mis dans le forum.
salam
on dirait pas cher prinu si on vois cette video

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Jeu 29 Mai 2014, 02:51

cette vidéo ne regarde que la fille qui a fait le gag, et quia été dénoncé, la presse israélienne a été horrifiée de ce sketch.
le sentiment général de la société israélienne est de soutenir les chrétiens dans le monde, et de les défendre, surtout quand les islamistes les massacrent.
Les chrétiens israéliens sont nombreux, y compris dans l'armée israélienne. Tsahal a été allié avec les chrétiens libanais.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Jeu 29 Mai 2014, 02:58

source: désinfos

Hommage papal aux victimes du terrorisme palestinien

Au troisième jour de son voyage au Proche-Orient, le pape François a effectué lundi matin une visite imprévue au mémorial des victimes d'attentats à Jérusalem.

Selon un officiel israélien, cette étape a été suggérée au pape dimanche soir par le bureau du premier ministre dans l'espoir de « corriger » l'impression laissée par le long arrêt pratiqué, quelques heures plus tôt, devant le mur de séparation à l'entrée de Bethléem. « Si on veut parler du mur, alors il faut parler des causes qui ont conduit à son édification et donc des ravages du terrorisme », décrypte le responsable israélien.



Etabli en 1998 sur le Mont Herzl, le Mémorial pour les victimes d'actes terroristes rend hommage aux Juifs tués par des attentats de 1851 à nos jours. « Nous espérons que l'image du pape saluant ces victimes innocentes refermera la parenthèse malencontreuse ouverte dimanche », confie le responsable israélien.


Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Jeu 29 Mai 2014, 03:06

source désinfos

e Mont du Temple est l’une des « questions centrales » du conflit israélo-arabe.

A la conférence de Camp David en juillet 2000, Arafat choqua les délégations américaine et israélienne en affirmant que le Temple de Jérusalem était un mythe (Arafat prétendit d’abord que le temple avait été construit dans la ville biblique de Sichem, mais il nia par la suite l’existence même du Temple). Et pourtant, quand Arafat lança sa guerre terroriste contre Israël en septembre 2000, il l’a nomma l’ "Intifada d’Al-Aqsa", appelant les musulmans à protéger la mosquée Al-Aqsa contre un plan juif visant à la détruire et à reconstruire le Temple de Jérusalem. La position palestinienne ne manque pas d’ironie et de paradoxe sur le Mont du Temple : d’un côté elle nie l’existence des deux Temples de Jérusalem ; mais d’un autre côté elle accuse Israël de vouloir "reconstruire" le Temple.

Cette contradiction n’est pas nouvelle. Haj Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem dans les années 1920 et 1930, avait déclenché les violences de 1929 et le pogrom juif de Hébron après avoir prétendu que les Juifs avaient l’intention de détruire la mosquée Al-Aqsa et de reconstruire le Temple de Jérusalem. En 1931, al-Husseini espérait répéter le bain de sang à une plus grande échelle en organisant une conférence panislamique à Jérusalem, au cours de laquelle il dissémina des photomontages de Juifs avec des mitrailleuses attaquant le Dôme du Rocher.
Depuis septembre 1996, lorsqu’Arafat lança une vague d’émeutes contre des civils israéliens, le Waqf a cessé de coopérer avec Israël sur ses activités sur le Mont du Temple, y réalisant des projets de construction illégaux. Ainsi, le Waqf a construit deux nouvelles mosquées sur le Mont du Temple : la mosquée des écuries de Salomon en 1996 et la mosquée Al-Aqsa Al-Qadim en 1999. Dans le même temps, le Waqf a creusé des tonnes de gravats archéologiques contenant des objets datant de la période du premier Temple. Des décorations et des inscriptions de vieilles pierres ont été perdues et des pierres avec des écritures hébraïques et des étoiles hasmonéennes ont été jetées dans un dépotoir municipal de Jérusalem. Donc les Palestiniens nient publiquement l’existence du Temple, mais ils font tout pour effacer les preuves archéologiques de son existence.
Les palestiniens detruisent egalement sous AlAqsa, des tresors de l'archeologie chretienne datant des templiers, dont des debris sont retrouves par les israeliens dans les dechéteries palestiniennes.

Une proposition de loi bipartite initiée par la députée Likoud Miri Regev et le député travailliste Hilik Bar a récemment été soumise à la Knesset dans le but de permettre aux Juifs de prier sur le Mont du Temple, y compris avec les objets de rituels.
Le Mont du Temple est saint pour les Juifs car il est le site des deux Temples de Jérusalem. Toutefois, les rabbins sont en désaccord sur la question de l’accès des Juifs sur le Mont du Temple : certains (généralement les rabbins ultra-orthodoxes) interdisent l’accès aux Juifs, craignant qu’ils ne profanent le Saint des Saints ; d’autres (généralement les rabbins sionistes) permettent l’accès aux Juifs dans des zones désignées. Cependant, les Juifs qui suivent le deuxième avis ne sont pas autorisés à entrer par le Waqf islamique et par la police israélienne pour prier sur le Mont du Temple, par peur de la violence musulmane.

La proposition de loi se réfère uniquement au Mont du Temple, pas à la mosquée Al-Aqsa. Et pourtant, Mohammad al-Madani, président du Comité palestinien pour l’interaction de la société israélienne, a déclaré que permettre aux Juifs de prier sur le site le plus sacré du judaïsme constituerait une violation de “la sacralité des lieux saints islamiques et chrétiens." L’analyste politique palestinien Abdel Raouf Arnaout a prétendu à tort dans le quotidien saoudien Al-Watan que la proposition de loi vise à permettre aux Juifs de prier à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa. Le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait lui-même mis en garde dans un entretien avec le même journal Al-Watan (le 3 Juin 2013) contre un soit-disant « complot » israélien visant à détruire la mosquée Al-Aqsa et à construire le Troisième Temple à sa place.

Cette contradiction n’est pas nouvelle. Haj Amin al-Husseini, le mufti de Jérusalem dans les années 1920 et 1930, avait déclenché les violences de 1929 et le pogrom juif de Hébron après avoir prétendu que les Juifs avaient l’intention de détruire la mosquée Al-Aqsa et de reconstruire le Temple de Jérusalem. En 1931, al-Husseini espérait répéter le bain de sang à une plus grande échelle en organisant une conférence panislamique à Jérusalem, au cours de laquelle il dissémina des photomontages de Juifs avec des mitrailleuses attaquant le Dôme du Rocher.

Depuis septembre 1996, lorsqu’Arafat lança une vague d’émeutes contre des civils israéliens, le Waqf a cessé de coopérer avec Israël sur ses activités sur le Mont du Temple, y réalisant des projets de construction illégaux. Ainsi, le Waqf a construit deux nouvelles mosquées sur le Mont du Temple : la mosquée des écuries de Salomon en 1996 et la mosquée Al-Aqsa Al-Qadim en 1999. Dans le même temps, le Waqf a creusé des tonnes de gravats archéologiques contenant des objets datant de la période du premier Temple. Des décorations et des inscriptions de vieilles pierres ont été perdues et des pierres avec des écritures hébraïques et des étoiles hasmonéennes ont été jetées dans un dépotoir municipal de Jérusalem. Donc les Palestiniens nient publiquement l’existence du Temple, mais ils font tout pour effacer les preuves archéologiques de son existence.

Néanmoins, à Camp David en juillet 2000, la délégation israélienne accepta de partager la souveraineté d’Israël sur Jérusalem avec un futur État palestinien. Les États-Unis suggérèrent une souveraineté palestinienne sur le Mont du Temple et sur les quartiers musulmans et chrétiens de la vieille ville. Les Palestiniens rejetèrent la proposition. Même après que le sommet de Camp David ait échoué, Israël proposa un partage de souveraineté sur le Mont du Temple avec un contrôle du futur État palestinien sur le niveau supérieur, et celui d’Israël sur le niveau inférieur. En décembre 2000, le ministre israélien des Affaires étrangères Shlomo Ben-Ami offrit aux Palestiniens une souveraineté complète et exclusive sur le Mont du Temple (y compris le niveau inférieur), à l’unique condition qu’ils reconnaissent la sainteté du site pour le peuple juif et qu’ils cessent la destruction des vestiges juifs sur le site. Même cette proposition fut rejetée par les Palestiniens.

A Camp David en juillet 2000, la délégation israélienne accepta de partager la souveraineté d’Israël sur Jérusalem avec un futur État palestinien. Les États-Unis suggérèrent une souveraineté palestinienne sur le Mont du Temple et sur les quartiers musulmans et chrétiens de la vieille ville. Les Palestiniens rejetèrent la proposition. Même après que le sommet de Camp David ait échoué, Israël proposa un partage de souveraineté sur le Mont du Temple avec un contrôle du futur État palestinien sur le niveau supérieur, et celui d’Israël sur le niveau inférieur.

En décembre 2000, le ministre israélien des Affaires étrangères Shlomo Ben-Ami offrit aux Palestiniens une souveraineté complète et exclusive sur le Mont du Temple (y compris le niveau inférieur), à l’unique condition qu’ils reconnaissent la sainteté du site pour le peuple juif et qu’ils cessent la destruction des vestiges juifs sur le site. Même cette proposition fut rejetée par les Palestiniens.

Empêcher les Juifs de prier sur le Mont du Temple est une capitulation non seulement face aux menaces et à la violence, mais aussi face à la mythologie palestinienne et au déni des faits historiques par les Palestiniens. La proposition de loi bipartite restaure enfin, même partiellement, la liberté de culte des Juifs et la souveraineté d’Israël au cœur de sa capitale et sur ​​le site le plus sacré du judaïsme.


Les palestiniens continuent de detruire les vestiges antiques, tresors de l'antiquite, juifs et chretiens, situes sous la mosquee dite du dome.

Les archeologues israeliens retrouvent des debris des massacres de leurs collegues palestiniens contre l'art et la culture, en fouillant les decharges publiques palestiniennes, et suivant leurs bennes, comme des gravures des templiers, etc.

Il faut noter que le nom meme de Jerusalem n'est pas ecrit une seule fois dans dans le Coran,
alors qu'il est ecrit plus de trois mille fois dans la Torah juive.

En priant, les musulmans pieux tournent le dos a Jerusalem.

Ils disent que ce site, qu'ils ont conquis, colonise, et ou ils ont recouvert des lieux saints juifs et chretiens qu'ils detruisent, sont a respecter .. pour leur usage a eux seuls !

De quelle paix ou partage parlent ils ?


Non seulement, ils ne respectent pas le lieu le plus saint du judaisme, qui est la, mais ils laissent leurs gamins jouer au football sur l'esplanade du rocher: ils se donnent le droit de ne pas le respecter eux memes.



--

vous oubliez les tirs de mitraillette dans les eglises de gaza, des chretiens assassines a gaza, des églises saccagees, de la profanation d'eglises et tombes chretiennes,
des palestiniens arretés en train d'ecrire des insultes antichretiennes en hebreu, de la situation de dhimmitude des non musulmans, vous oubliez que les rares chretiens qui survivent chez les palestiniens, n'ont pas de droits ni de libertes, et vivent dans un impitoyable apartheid islamique.
vous oubliez quand arafat a occupé l'eglise de la nativite avec des armes.
Vous oubliez les reportages des femmes chretiennes de gaza, en larme, pleurant leurs maris assassinés parce que chretiens. vous oubliez le chantage mortel que subissent les chretiens de gaza, obliges de dire du mal d'Israel devant les cameras, sous peine de pendaisons dans la rue.
Tout cela, vous ne vous en souciez pas.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5215
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.   Jeu 29 Mai 2014, 03:08

une réponse à l'émission TV, un oeil sur la planéte, remplis de mensonges sur le conflit.
a voir en entier.



Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire d'Israel, défense d'Israel dans le conflit du moyen orient, relations et soutien d'Israel au christianisme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le plan de la politique israélienne au Moyen-Orient (2) : Le Liban, la Syrie et l’Irak [Ali Dani]
» LES DEUX MAISONS D'ISRAEL
» PEUT ON ROUGIR DE L ETAT ACTUEL D ISRAEL ?
» La découverte de l'Amérique dans l'histoire de la géographie
» Les Métiers et leur Histoire. Les Boulangers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: