DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Lapis-lazuli



Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 10:53

Lu sur Le Salon Beige:
Ukraine, pour essayer de comprendre

Alors que la situation en Ukraine continue à dégénérer (plus de 100 morts, des centaines de blessés), et que la désinformation émet à puissance maximale (Alexandre Adler au mieux de sa forme dans ce rôle, ce jour dans "C dans l'air"), nous vous proposons trois analyses complémentaires: la première russe, la deuxième ukrainienne, la troisième française.

Celles-ci ont été exprimées lors d'un colloque sur la Russie à l'Institut de la démocratie et de le coopération, à Paris, le 4 février dernier.

La première est dûe à Madame Tamara GOUZENKOVA, directrice adjointe de l’Institut russe des études stratégiques (Moscou). Extrait.

   "Il me semble que la faute principale a été commise juste après le sommet de Vilnius, lorsque le président ukrainien Ianoukovytch, peu intelligent, peu courageux, homme imprévoyant, refusa au dernier moment de signer l’Accord d’Association. Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi, mais l’UE aurait dû dire dans cette situation que « si vous n’êtes pas prêt à signer cet Accord, allez-y, préparez-vous bien et lorsque vous vous sentirez prêt, nous signerons l’Accord en question ». Or, au lieu de cela, nous divisons aujourd’hui l’Ukraine. A mon avis, l’UE, la Russie et même les Etats-Unis doivent avoir le courage de reconnaître que l’Ukraine est à l’heure actuelle un pays qui ne peut pas être intégré, quel que soit le système d’intégration. Il est grand temps de laisser l’Ukraine tranquille et ne pas l’ennuyer avec toutes sortes de projet d’intégration. La Russie et l’UE doivent cesser leurs controverses au sujet de l’Ukraine et s’asseoir à la table des négociations.

   En guise de conclusion. Il me semble que nous restons des spectateurs trop détachés de la politique réelle et que nous faisons trop confiance aux hommes politiques. Il serait grand temps que l’opinion publique de tous les pays concernés dise stop à cette politique, dont les créateurs ne font que lutter pour leur propre avenir. Nous avons tous vu ce qui s’est produit en Yougoslavie, en Afrique. Voudrions-nous que la même situation se produise aujourd’hui en Ukraine ?"

Mentionnons au passage que, pour un pays que d'aucuns imaginent comme étant encore l'empire des Soviets, la numéro 2 d'un tel institut semble avoir une certaine liberté de ton, ...

La deuxième est de Rostyslav ICHTCHENKO, président du Centre du Centre d'Analyse et de Pronostique (Kiev). Extrait.  

   "A l’heure actuelle, la situation est telle qu’il est tout à fait évident que les deux parties de l’Ukraine seront séparées et tout le monde comprend que c’est pratiquement inévitable. La seule question à se poser, ce n’est pas quand la vraie séparation se réalisera, mais où passera la frontière entre deux parties de l’Ukraine. Je c..çois que ni l’UE, ni la Russie n’ont d’intérêt à voir à la place de l’Ukraine actuelle deux voire plusieurs états, mais je ne vois absolument pas comment ils peuvent éviter cette situation."

La troisième est de David TEURTRIE, chercheur au Centre de recherches Europes-Eurasie de l'INALCO.  Long extrait ci-dessous car c'est certainement l'intervention la plus éclairante et la plus complète (car elle n'avait pas besoin des délais de la traduction).

   "Je pense que ce moment est très important parce que cela illustre bien que l’UE n’a malheureusement pas de politique indépendante vis-à-vis de ces espaces et que, dans l’espace euro-atlantique elle se pense comme un espace quasi-périphérique. Elle est dans une situation de conflit permanent avec la Russie, ce que n’est pas dans l’intérêt des Etats européens. L’Europe des nations, voire l’Europe de Bruxelles, a intérêt de s’entendre avec la Russie.

   Venons-en à cet Accord d’Association. La proposition faite à l’Ukraine a été, comme je l’appellerais, une stratégie perdant-perdant. Pourquoi? L’accord correspondait à la mise en place  d’une zone de libre-échange entre l’UE et l’Ukraine. Mais cette zone de libre-échange était très défavorable pour l’Ukraine parce qu’elle ouvrait le marché ukrainien aux produits européens et elle entrouvrait le marché européen aux produits ukrainiens qui ne sont en majeure partie pas concurrentiels sur le marché occidental. Nous voyons donc que l’avantage est assez peu évident pour l’Ukraine. Pour simplifier, l’Ukraine prenait sur elle tous les désavantages de cette libéralisation du commerce avec l’UE et ne recevait aucun avantage. On fait souvent la comparaison avec la Pologne. Mais le voisin occidental de l’Ukraine est un pays-membre de l’UE à part entière qui a reçu des sommes considérables pour moderniser son économie et son industrie.

   C’était donc un accord qui a priori était désavantageux pour Kiev parce que l’UE ne se donnait pas les moyens de le rendre avantageux. S’il y avait des financements ou des programmes véritables d’aide de la part de l’Europe, l’accord aurait pu être bénéfique.

   De même, l’accord était désavantageux pour la Russie parce qu’il s’agissait de la volonté d’isoler la Russie sur la continent européen. De surcroît, l’Ukraine a été pensée comme une zone de passage des produits européens vers le marché russe, car la Russie et l’Ukraine ont déjà créé une zone de libre-échange au sein de la CEI. Pour simplifier, l’Europe voulait utiliser l’Ukraine pour réexporter les produits européens vers la Russie sans que cette dernière soit associée à cet Accord.

   Ce qui est le plus curieux dans cette affaire est que l’Accord en question était aussi bien désavantageux pour l’Europe. Une Ukraine qui subit des rétorsions russes, qui doit payer son gaz à la Russie au prix fort, c’est un pays qui s’appauvrit à grande vitesse, qui voit son industrie se décomposer, ce qui se fait d’ailleurs depuis des années dans le contexte de rapprochement avec l’UE.

   Rappelons que l’Ukraine a eu le niveau de développement à peu près équivalent à la Russie et à la Biélorussie. Avant la chute de l’URSS, elle était une république développée. A l’heure actuelle, l’Ukraine est un des Etats les plus pauvres sur le continent européen avec un PIB par habitant deux fois inférieur à celui de la Biélorussie et trois fois inférieur à celui de la Russie. Les périodes de tensions russo-ukrainiennes sont évidemment très négatives pour Kiev.

   Lorsque nous voyons ce tableau ukrainien dans son ensemble, nous nous disons que la solution est la suivante: pour élargir son marché vers l’est, l’UE doit négocier l’instauration de la zone libre-échange avec l’Ukraine et la Russie à la fois. Rappelons que la Russie est un partenaire économique autrement plus important de l’UE que l’Ukraine.

   La logique, jusqu’à présent officiellement proposée par l’Union européenne, n’est pas du tout économique, mais purement géopolitique et renvoie à des intérêts qui ne sont point ceux de l’Europe dans son ensemble.

   Revenons sur des aspects plus politiques, par exemple, sur l’attitude des capitales européennes et des Etats-Unis à l’égard de l’Ukraine. On est frappé de constater que les représentants de l’UE négociaient pratiquement jusqu’à la fin de 2013 avec Ianoukovytch et avec son équipe la signature de l’Accord de l’Association. Le président ukrainien était tout à fait respecté comme un vrai partenaire. A partir du moment où celui-ci prend une « mauvaise décision », qui reste une décision souveraine, on a un soutien ouvert à des tentatives de renversement du gouvernement, parce que le gouvernement légitime a reporté la date de la signature de l’Accord. Pour les relations internationales, cela est plus qu’étonnant, car nous sommes sur le continent européen, rappelons-le, et non pas dans une des ex-colonies de l’Afrique du Nord où on en serait malheureusement un peu moins étonné d’une telle attitude.

   Les alliés des Occidentaux dans cette situation sont assez particuliers. On a des groupes de la droite et de l’extrême-droite ukrainiennes qui sont racistes et antisémites. Je suis un lecteur assidu de notre journal de référence Le Monde, que je consulte chaque jour. Or je n’y ai vu absolument aucune mention qu’une partie importante des mouvements sur Maïdan sont des mouvements xénophobes. Du bout des lèvres on admet éventuellement que certaines composantes sont extrémistes. C’est d’autant plus frappant quand on pense que les gens, qui manifestent dans les rues en France sur des sujets de société qui intéressent une grande partie de la population française, sont, eux, traités d’extrémistes.

   Si on continue la comparaison, imaginons un instant que les familles de dimanche dernier qui manifestaient (LMPT du 2 février, NDPC), ait eu la moindre volonté de s’approcher de la Mairie de Paris comme d’un symbole de la politique actuelle. Vous imaginez la réaction des autorités… On est dans une situation où le discours vis-à-vis d’un Etat européen comme Ukraine est en décalage absolu avec ce que les autorités occidentales font chez elles. Autres alliés des occidentaux dans cette affaire, dont on parle moins, ce sont les oligarques ukrainiens. Il y a des oligarques ukrainiens qui sont bien évidemment proches du pouvoir russe et qui ont de gros intérêts avec la Russie. Il ne s’agit pas de mettre tout le monde dans le même sac. Cependant, pourquoi Ianoukovytch, qui a été élu sur le programme du rapprochement des relations avec la Russie, a décidé de négocier pendant plusieurs années un accord avec l’UE, alors qu’en même temps il subissait des pressions de la part de la Russie? A priori parce que derrière lui des intérêts d’économiques puissants désiraient l’ouverture, et pas l’ouverture pour le développement économique de l’Ukraine, mais l’ouverture pour la légalisation de « business », comme on dit dans ces pays, donc de leurs intérêts économiques en Occident. Car les oligarques ukrainiens, comme la plus part des oligarques, ont placé la majeure partie de leurs fortunes dans les banques occidentales et sont très sensibles à la moindre pression venant de l’Occident."
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 10:57

Ukraine. Direct : le président Ianoukovitch aurait quitté Kiev
22 février 2014 à 10h45 (le Télégramme de Brest)

10H30. Le président Ianoukovitch aurait quitté Kiev
Viktor Ianoukovitch a quitté Kiev, a affirmé l'un des responsables de l'opposition devant les députés au parlement.
"Il a quitté la capitale", a déclaré Vitali Klitschko. Des journalistes de la télévision Kanal 5 avaient auparavant raconté avoir pénétré sans difficulté dans la résidence du président, d'habitude sous très haute protection, dans la banlieue de Kiev. Et des manifestants se trouvaient à une cinquantaine de mètres de l'entrée de la présidence, dans le centre de la capitale.

09H30. Démission du président du Parlement
Le président du Parlement ukrainien, un proche du président Viktor Ianoukovitch, a donné ce samedi sa démission, a annoncé le vice-président du parlement pendant la séance.
Volodymyr Rybak a démissionné après que plusieurs députés du Parti des régions, au pouvoir, ont annoncé qu'ils quittaient cette formation.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 15:54

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch dénonce "un coup d'Etat".

Alors que l'opposition affirme qu'il a promis de donner sa démission, Viktor Ianoukovitch riposte samedi 22 février : "Je n'ai pas l'intention de donner ma démission".

Ianoukovitch a quitté Kiev. Contesté depuis trois mois, le président ukrainien a quitté la capitale. Après une matinée de flou, sa collaboratrice a annoncé que Ianoukovitch avait rejoint son fief de Kharkiv, dans l'est du pays. A Kiev, les opposants ont pu pénétrer dans le siège de la présidence, d'habitude sous très haute protection. Pour l'envoyé spécial de France 2, "Kiev est entièrement contrôlée par les opposants".

Ioulia Timochenko va recouvrer la liberté. Le Parlement ukrainien a voté la libération "immédiate" de l'ancienne Première ministre et opposante du président Viktor Ianoukovitch. L'égérie de la "Révolution orange" de 2004 avait été condamnée en 2011 à sept ans de prison pour abus de pouvoir, au terme d'un procès que l'UE a jugé politique.

La police "au côté du peuple". Fait inédit depuis le début de la crise, le ministère ukrainien de l'Intérieur a exprimé son soutien à un "changement rapide". Dans un communiqué, il ajoute que la police est "au côté du peuple". En fin de matinée, un proche de l'opposante Ioulia Timochenko a été désigné ministre de l'Intérieur par intérim par le Parlement.


L'accord politique mal accueilli par les opposants. L'accord conclu vendredi, qui prévoit notamment une élection présidentielle anticipée, a été fraîchement accueilli sur la place Maïdan, épicentre de la contestation. Des dizaines de milliers de personnes s'y trouvent toujours, et les barricades continuent à être érigées.

Démission du président du Parlement. Le président du Parlement ukrainien et proche de Ianoukovitch, Volodymyr Rybak, a annoncé samedi matin sa démission. Le bras droit de l'opposante Ioulia Timochenko a été élu pour le remplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 16:37

Ukraine : le parlement vote la destitution du président Ianoukovitch
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 16:45

22/02/2014 à 16:19 AFP
Ambiance de fin de règne en Ukraine - EN DIRECT

15:20 GMT - Députés de l'UE à Kiev - Une délégation de 12 députés européens se rend à Kiev pour une visite de deux jours, au cours de laquelle ils rencontreront des membres du Parlement ukrainien.

15:17 GMT - LE PARLEMENT DECIDE D'UNE ELECTION PRESIDENTIELLE ANTICIPEE LE 25 MAI

14:44 GMT - PAS DE COUP D'ETAT A KIEV, selon le chef de la diplomatie polonaise, Radoslaw Sikorski. "Les bâtiments gouvernementaux ont été abandonnés. Le président du Conseil élu légalement. Le président Ianoukovitch a 24 heures pour signer l'entrée en vigueur de la Constitution de 2004", écrit le ministre sur son compte Twitter.

14:40 GMT - Menace - Moscou dénonce l'opposition et une menace sur la souveraineté de l'Ukraine.

"L'opposition n'a non seulement pas rempli une seule de ses obligations mais avance de nouvelles exigences, se soumettant aux extrémistes armés et aux pillards dont les actes constituent une menace directe pour la souveraineté et l'ordre constitutionnel de l'Ukraine", déclare le ministère russe des Affaires étrangères.

Ukraine : pour Viktor Ianoukovitch, les manifestants on "franchi les limites"
14:38 GMT - "Vandalisme, banditisme, coup d'Etat" - "Ce qui se passe aujourd'hui est du vandalisme, du banditisme, un coup d'Etat", dénonce le président Ianoukovitch qui dit ne pas avoir "l'intention de quitter le pays".

Le président, qui s'exprime sur une télévision régionale de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine russophone, affirme également que sa voiture a été visée par des coups de feu à Kiev. "Mais je n'ai pas peur".

"Je n'ai pas peur"14:35 GMT - L'ARMEE "NE VA PAS S'IMPLIQUER DANS LE CONFLIT". "Les militaires restent fidèles au peuple ukrainien", indique le communiqué qui se termine par la phrase "Gloire à l'Ukraine!", slogan favori des manifestants.

14:34 GMT - Zoo - Matt Frei (@mattfrei), journaliste de la chaîne britannique Channel Four News, tweete des photos de ce qui semble être un zoo au sein de la résidence présidentielle. On peut y voir un large éventail d'animaux: cochons, antilopes, moutons, faisans...

14:29 GMT - IANOUKOVITCH JUGE LES DECISIONS DU PARLEMENT "ILLEGITIMES"

14:23 GMT - Double appel - Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, et son homologue français Laurent Fabius appellent le gouvernement et l'opposition à respecter l'accord de sortie de crise, dans deux déclarations distinctes à Berlin et Paris.

14:17 GMT - "Choquée" - Kilomètres de parcs bordés d'eau, rare collection de faisans, somptueux espaces de réception pour banquets, héliport et véhicules militaires datant de l'ère soviétique: la résidence présidentielle est un musée de coûteuses curiosités.

"Je suis choquée", s'indigne Natalia Rudenko, une militaire à la retraite. "Dans un pays qui connaît une telle pauvreté, comment une personne peut-elle posséder autant?", dit-elle.

14:08 GMT - "JE N'AI PAS L'INTENTION DE DE DONNER MA DEMISSION", AFFIRME IANOUKOVITCH. "Je suis un président élu de manière légitime. Je n'ai pas l'intention de quitter le pays", déclare-t-il dans une allocution télévisée.

14:05 GMT - IANOUKOVITCH DENONCE "UN COUP D'ETAT"

14:04 GMT - Luxueuse résidence - Des milliers d'Ukrainiens affluent pour apercevoir la luxueuse résidence présidentielle, témoigne Max Delany de l'AFP. L'opposition a établi un périmètre de sécurité afin d'éviter les pillages. L'accès est proscrit, mais on peut, en jetant un ?il par les fenêtres, distinguer l'opulence des marbres et les ors des salons.

13:48 GMT - "Ils se sont enfuis" - "Plusieurs dirigeants ont disparu, effrayés, ils se sont en fait enfuis", affirme le nouveau président du Parlement ukrainien, Olexandre Tourtchinov, bras droit de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko, dont les députés viennent de voter la libération.

M. Tourtchinov affirme également que l'objectif de l'opposition est désormais le retour au "fonctionnement normal des institutions".

En fuite13:45 GMT - Respecter l'accord - Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, appelle gouvernement et opposition à respecter l'accord de sortie de crise.

Signé vendredi au palais présidentiel en présence des médiateurs européens, l'accord prévoit une élection présidentielle anticipée, au plus tard en décembre, la formation d'un gouvernement de coalition d'ici à dix jours et un retour à la Constitution de 2004.

13:34 GMT - "Au nom du Maïdan" - Le président Ianoukovitch a promis de démissionner lors d'une conversation téléphonique avec l'un des leaders de l'opposition Arseni Iatseniouk, affirme le député d'opposition Mykola Kateryntchouk.

"Iatseniouk a exigé au nom du Maïdan (haut lieu de la contestation) que Ianoukovitch donne sa démission. Ianoukovitch a promis de le faire. Nous attendons la confirmation écrite", indique M. Kateryntchouk devant la presse.

13:30 GMT - LE POINT SUR LA SITUATION - Le vice-président du Parlement ukrainien a annoncé, en séance, que le président du Parlement, Volodymyr Rybak, proche du président Ianoukovitch, a donné sa démission.

- La police a affirmé être "aux côtés du peuple" et partager ses aspirations "aux changements rapides".

- Les députés ont voté la libération de l'opposante et ex-Premier ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, dont deux proches ont été désignés à la tête du Parlement et du ministère de l'Intérieur.

- Un vote sur la destitution du président pourrait avoir lieu au Parlement dans l'après-midi.

13:16 GMT - L'opposition ukrainienne s'empare des leviers du pouvoir, appelant le Parlement à voter la destitution du président Ianoukovitch, qui a quitté Kiev et, promis, selon l'opposition, de donner sa démission.

- Les défections s'enchaînent dans le camp du chef de l'Etat, au lendemain de la signature d'un accord entre l'opposition et le président prévoyant d'importantes concessions de la part de ce dernier, sous pression de l'UE.

- Le bain de sang dans le centre de Kiev a coûté la vie à près de 80 personnes et fait des dizaines de blessés depuis mardi, un niveau de violence inédit pour ce jeune pays issu de l'ex-URSS.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 19:22

Voila la marionnette va pouvoir prendre sa place.

Le manichéisme des médias occidentaux laisse songeur....
Ils feraient bien de s’intéresser notamment (mais pas seulement) à ces snipers qui ont mis le feu aux poudres il y 2 jours.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 22 Fév 2014, 21:40

Ou l’indignation des Occidentaux? C'est une revolution Brune qu'on vit la comme dans les anneés 30....
----------------------------------------------

En Ukraine, des fascistes contre des nazis?
Pro-Russes et pro-UE se renvoient ces accusations. Sont-elles fondées?

Bagarre entre députés ukrainiens, le 21 février, à Kiev. REUTERS/Alex Kuzmin
- Bagarre entre députés ukrainiens, le 21 février, à Kiev. REUTERS/Alex Kuzmin -
Si, depuis l’Occident, les violents évènements qui secouent actuellement l’Ukraine sont principalement perçus comme une lutte des démocrates pro-européens contre un gouvernement autoritaire à la solde de Moscou, la position officielle de la Russie par rapport à la situation ukrainienne reflète un point de vue tout autre: les gouvernements occidentaux font preuve d’une trop grande naïveté et soutiennent de violents extrémistes aux tendances fascistes et d’extrême droite.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a qualifié les manifestations de «Révolution brune», les comparant à la montée du nazisme dans les années 1930. «Comment se fait-il que l’on n’entende pas de condamnations officielles contre ceux qui prennent d’assaut des bâtiments gouvernementaux, attaquent les forces de l’ordre et profèrent des slogans racistes et antisémites?», a-t-il demandé. Samedi, le président ukrainien qui a quitté la capitale, a annoncé qu’il ne démissionnerait pas, et que le pays était victime «d’un coup d’Etat proche de celui des nazis dans les années 30».

publicité
Le gouvernement russe a l’habitude de lancer ce type d’accusation un peu à la légère, mais en l’occurrence (même si cela le sert indéniablement), tout n’est pas tout à fait faux.

L’une des trois figures de l’improbable coalition à la tête du mouvement du Maïdan (avec le boxeur Vitali Klitschko et l’ancien ministre des Affaires étrangères Arseni Iatseniouk) est Oleg Tiagnibok, le leader du parti nationaliste Svoboda, qui a par exemple pour habitude de désigner le gouvernement ukrainien en parlant de «mafia juive-russe».

Son parti, dont l’origine remonte à une armée partisane alliée aux Allemands durant la Seconde Guerre mondiale, se faisait appeler parti social national (référence au national-socialisme) jusqu’en 2004. Le mois dernier, il a organisé une marche aux flambeaux en l’honneur de Stepan Bandera, personnage controversé et considéré par certains comme un collaborateur nazi.

En 2012, l’élection au parlement, pour la première fois, de membres du parti «rebaptisé» avait préoccupé de nombreux Juifs ukrainiens, mais Tiagnibok s’était défendu (sans trop de succès) d’être antisémite en déclarant: «Personnellement, je n’ai rien contre les Juifs lambda, j’ai même des amis juifs. C’est à un groupe d’oligarques juifs qui contrôlent l’Ukraine et aux Juifs-bolchéviques [du passé] que j’en veux.»

Il est clair que les manifestations antigouvernementales menées par les partisans de l’intégration à l’Union européenne avaient débuté avant l’entrée en scène de Svoboda et que le parti nationaliste ne représente pas la majorité des protestataires, parmi lesquels on trouve de nombreux Juifs. Mais on ne peut nier que la présence de Tiagnibok a quelque chose de gênant pour les soutiens internationaux du mouvement.

Le leader de Svoboda a brillé par son absence lors de la réunion à Berlin de la semaine dernière entre la chancelière allemande Angela Merkel et les leaders beaucoup plus fréquentables que sont Klitschko et Iatseniouk. Le sénateur américain John McCain a été critiqué pour avoir partagé une scène avec lui lors de sa visite à Kiev en novembre dernier. Plus récemment, Tiagnibok a rencontré la sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland et la haute représentante de l’Union européenne aux Affaires étrangères Catherine Ashton.

D’un autre côté, les accusations de fascisme et d’antisémitisme portées contre Euromaïdan prêteraient presque à sourire lorsque l’on voit qui les profère, comme l’a fait remarquer Timothy Snyder dans la New York Review of Books:

La propagande russe et les amis ukrainiens du Kremlin ne cessent de nous répéter que les manifestations du Maïdan constituent un retour du nazisme en Europe. À Munich, le ministre russe des Affaires étrangères a fait la leçon aux Allemands, coupables, selon lui de soutenir des adorateurs d’Adolf Hitler. Les médias russes ne cessent d’affirmer que les Ukrainiens qui manifestent sont des nazis. Naturellement, il est important de garder un œil vigilant sur l’importance de l’extrême droite dans la politique et l’histoire ukrainiennes. C’est une présence encore inquiétante aujourd’hui, même si elle est moins importante que l’extrême droite en France, en Autriche ou aux Pays-Bas. En outre, c’est le régime ukrainien, plus que ses opposants, qui a recours à l’antisémitisme en déclarant à sa police antiémeute que les manifestants sont des Juifs et à nous qu’ils sont des nazis.

Ce qu’il y a d’étrange, dans cette affirmation de Moscou, c’est l’idéologie politique de ceux qui la font. L’Union eurasiatique [proposée par Vladimir Poutine] est l’ennemi de l’Union européenne, non pas uniquement d’un point de vue stratégique, mais aussi idéologique.

L’Union européenne est née d’une leçon tirée de l’histoire: celle selon laquelle les guerres du XXe siècle étaient parties d’idées fausses et dangereuses –le nazisme et le stalinisme– qui devaient être rejetées et même dépassées par un système garantissant le libre marché, la liberté de circulation des personnes et l’État providence. L’eurasianisme, au contraire, est présenté par ses partisans comme l’opposé de la démocratie libérale.

Certains ont aussi accusé Ianoukovitch d’avoir délibérément permis la progression de Svoboda en Ukraine occidentale pour s’en servir comme d’un épouvantail politique bien pratique. Si tel est le cas, il est clair aujourd’hui que c’était un très mauvais calcul de la part du Président.

L’importance de Svoboda au sein du mouvement contestataire est sans doute inquiétante, non seulement parce que le parti pourrait jouer un rôle plus important à l’avenir dans la politique ukrainienne, mais aussi parce qu’elle a permis à un chef d’État de plus en plus autoritaire, ainsi qu’à ses soutiens internationaux ouvertement autoritaires, d’affirmer que ce sont leurs opposants qui constituent une menace pour la démocratie.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 23 Fév 2014, 11:13

23/02/2014 à 10:06
Ukraine: Ianoukovitch destitué, une nouvelle ère commence

Une nouvelle ère s'ouvre dimanche en Ukraine après la folle journée de la veille, marquée par la destitution de facto du président Viktor Ianoukovitch et la libération de l'opposante Ioulia Timochenko.

Tôt dans la matinée, le centre de Kiev, métamorphosé en quasi-zone de guerre après trois mois de crise aigüe, semblait renouer avec un semblant de normalité, tandis que l'on ignorait toujours où se trouvait le président destitué.

Sur le Maïdan (place de l'Indépendance), l'heure était au soulagement et au recueillement. Tôt dimanche matin, quelques centaines de personnes y étaient rassemblées, chantant la main sur le coeur l'hymne national, conclu par de tonitruants "Gloire à l'Ukraine !"

D'autres déambulaient, des fleurs à la main, ou prenaient des photos des barricades et des opposants casqués sirotant du thé autour des braseros. A proximité, les magasins, restés fermés ces derniers jours, avaient rouvert dimanche.

Les affrontements ont fait près de 80 morts cette semaine, un niveau de violence inédit pour ce jeune pays issu de l'ex-Union soviétique.

Mais si l'extrême tension des derniers jours est retombée, les inquiétudes au sujet du sort de ce pays de 46 millions d'habitants restent très vives. Il apparaît en effet à la fois profondément divisé et au bord de la faillite financière.

L'Ukraine s'est imposée comme thème lors de la réunion du G20 dimanche à Sydney: "Plusieurs pays se sont mis d'accord pour évoquer leur soutien" à l'Ukraine, a déclaré le ministre français de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici.

La communauté internationale a en outre clairement fait part de ses craintes que la crise n'ait encore creusé le fossé entre l'Est russophone et russophile, majoritaire, et l'Ouest nationaliste et ukrainophone.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a estimé samedi soir qu'il existait des forces menaçant l'intégrité territoriale de l'Ukraine, sans en préciser leur nature.

- Paysage politique chamboulé -


La représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a appelé les responsables politiques ukrainiens à agir "de manière responsable" pour maintenir l'"intégrité territoriale" et l'"unité" du pays.

A Kharkiv, ville de l'est du pays, des responsables locaux des régions pro-russes de l'est ont remis en cause samedi la "légitimité" du Parlement ukrainien, qui selon eux travaille actuellement "sous la menace des armes". "L'intégrité territoriale et la sécurité de l'Ukraine se trouvent menacées", ont-ils estimé.

Le paysage politique de l'Ukraine a été totalement chamboulé en l'espace de 24 heures avec la libération de l'ex-Premier ministre Ioulia Timochenko, emprisonnée depuis 2011. Elle apparaît dès à présent comme une candidate de poids à l'élection présidentielle anticipée fixée au 25 mai.

A peine sortie de prison, l'égérie de la Révolution orange en 2004 s'est rendue sur le Maïdan où elle a salué les "héros" de l'Ukraine et leur a demandé de poursuivre le combat.

"Si quelqu'un vous dit que c'est terminé et que vous pouvez rentrer chez vous, n'en croyez pas un mot, vous devez finir le travail", leur a-t-elle lancé.

- "Coup d'Etat" -


Sa libération immédiate avait été votée samedi par le Parlement au cours d'une journée échevelée. Peu après, les députés votaient ce qu'ils ont présenté comme une vacance du pouvoir justifiant une destitution de facto du chef d'Etat et l'organisation d'une présidentielle anticipée le 25 mai.

"Le président Ianoukovitch s'est écarté du pouvoir et ne remplit plus ses fonctions", selon la résolution adoptée par le Parlement. L'intéressé, élu en 2010 et dont le mandat court jusqu'en mars 2015, a cependant assuré qu'il n'avait nullement l'intention de démissionner.

"Le pays assiste à un coup d'Etat (...) Je suis un président élu de manière légitime", a-t-il souligné dans une allocution télévisée non datée, diffusée par une chaîne régionale à Kharkiv (est).

Selon le nouveau président du Parlement, Olexandre Tourtchinov, il aurait cependant tenté samedi de fuir en Russie à bord d'un avion mais en a été empêché par les gardes-frontières. Ces derniers ont indiqué par la suite que M. Ianoukovitch avait tenté en vain de les corrompre pour qu'ils laissent son avion décoller.

On ignorait dimanche où il se trouvait.

"Ianoukovitch a été mis KO", s'est réjoui l'un des principaux responsables de l'opposition ukrainienne, le champion du monde de boxe poids-lourds, Vitali Klitschko, qui pourrait être amené à jouer un rôle politique important dans les prochains mois.

Un nouveau gouvernement intérimaire pourrait être nommé dans la journée de dimanche.

La Russie a accusé samedi l'opposition ukrainienne de ne pas avoir "rempli une seule des obligations" figurant dans l'accord signé vendredi avec le président et dénoncé "les extrémistes armés et les pillards dont les actes constituent une menace directe (pesant) sur la souveraineté de l'Ukraine".

Côté européen, le ton était radicalement différent. "Il n'y a pas de coup d'Etat à Kiev. Les bâtiments officiels ont été abandonnés. Le président du Parlement a été légitimement élu", a twitté le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski, qui a participé cette semaine aux négociations entre opposition et pouvoir.

La Maison Blanche a pour sa part salué la libération de Ioulia Timochenko et rappelé qu'il revenait aux Ukrainiens de "déterminer leur propre avenir".

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Erkos



Masculin Messages : 523
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 23 Fév 2014, 11:58

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20140223.OBS7383/ukraine-ioulia-timochenko-la-dame-pas-toujours-de-fer-est-de-retour.html

Actualité > Monde > UKRAINE. Ioulia Timochenko, la dame pas toujours de fer est de retour
UKRAINE. Ioulia Timochenko, la dame pas toujours de fer est de retour
Jean-Baptiste Naudet
Par Jean-Baptiste Naudet

Voir tous ses articles
Publié le 23-02-2014 à 11h24
A+A-
De la femme d'affaires à l'égérie de la Révolution orange en passant par la Dame de fer charismatique, retour sur le parcours tortueux de celle qui sera candidate à la présidentielle de mai.
Ioulia Timochenko place Maidan le 22 février Efrem Lukatsky/AP/SIPA Ioulia Timochenko place Maidan le 22 février Efrem Lukatsky/AP/SIPA
Partager
Partager sur Facebook8Partager sur Twitter5Partager sur Google+0Partager sur Linkedin0
Envoyer cet article à un amiRéagir1
Recevoir les alertes
À lire aussi

UKRAINE. Ioulia Timochenko aux manifestants : "Vous êtes des héros"

Avec ses tresses blondes traditionnelles, son visage d'ange, son sourire charmeur, on lui donnerait le Bon Dieu sans confession. Mais, même affaiblie, malade, les traits tirés à sa sortie de prison, Ioulia Timochenko a gardé toute sa hargne, sa froide détermination qui fait dire d'elle que l'ange est en fait un "Machiavel en jupon".

A 53 ans, la brune décoloré pour faire plus couleur locale a perdu la superbe de son look de paysanne ukrainienne glamour, alliant subtilement tradition et modernité. Elle sort aujourd'hui de son hôpital-prison, auréolée de la gloire du martyre.

Mais toujours déterminée : déjà elle annonce qu'elle se présentera à la prochaine élection présidentielle, prévue pour le mois de mai. Son sort est l'une des causes de la Révolution.

L'Union européenne exigeait, officieusement mais fermement, sa libération avant la signature de l'accord d'association de l'Ukraine avec l'UE, dont la suspension a mis le feu aux poudre fin novembre. Une condition sans doute inacceptable pour son ennemi juré, le président Viktor Ianoukovitch, qui entretenait à l'encontre de la "tsarine de Kiev" une vendetta shakespearienne.

Le retour sur la scène politique ukrainienne de la "Dame aux tresses" va sans doute compliquer le travail d'une opposition déjà divisée et sans réel programme. D'autant plus que, si la détermination et l'ambition de Ioulia Timochenko sont sans failles, sont parcours est souvent incertain, changeant, tourmenté.
De la dame aux tresses à la Dame de fer

Car avant d'être connue sous l'appellation flatteuse "d'égérie de la Révolution orange", - le premier mouvement pro-européen qui, en 2004, fit reculer le président Ianoukovitch qui avait falsifié les élections- , la belle Ioulia Timochenko était surnommé "la princesse du gaz".

C'est en vendant de l'or bleu russe que la future championne pro-européenne qui défie Moscou a fait fortune et assuré son ascension politique. En 1995, elle fonde avec son mentor Pavel Lazarenko, qui deviendra ministre de l'énergie puis premier ministre, la compagnie de distribution d'hydrocarbures Système énergétiques unis d'Ukraine (SEUU).

Devenu ministre, Lazarenko, qui fut condamné en 2006 à neufs ans de prison pour fraudes, blanchiment d'argent et extorsions aux Etats-Unis, lance une réforme dont le principal bénéficiaire (près de 4 milliards de dollars) fut sa compagnie et celle de Timochenko....

A cette époque, la "Dame aux tresses" s'entend très bien avec les Russes: elle fait d'excellentes affaires avec le géant du gaz russe Gazprom.
Une femme d'affaires ambitieuse

En 1996, l'ambitieuse femme d'affaires, qui est devenue l'un des premières fortunes d'Ukraine, se lance en politique, fonde bientôt son parti "La Patrie", qui sera le socle au Parlement de la coalition qu'elle baptisera modestement "le Bloc Timochenko".

Avec ses robes moulantes, ses mini-jupes et ses talons aiguilles, elle fait sensation dans un monde politique d'hommes en costumes sombres. Rompue aux techniques modernes de communication comme aux bonnes vielles méthodes de la corruption, elle connait une rapide ascension.

En 1999, elle devient ministre de l'énergie du président Léonid Koutchma, qui, assailli de toutes parts notamment pour corruption, finira dans les bras de Moscou après avoir fait des œillades à l'Ouest.

Elle est congédiée en 2001 par Koutchma en raison de ses ambitions et de son succès, car elle a réussi à reformer le très stratégique secteur énergétique, selon ses partisans.

Parce que l'on a découvert de graves fraudes, selon ses détracteurs. Accusée de "contrebande et de falsification de documents" pour avoir importé frauduleusement du gaz russe en 1996, lorsqu'elle était présidente des Systèmes énergétiques unis d'Ukraine, elle est arrêtée et, déjà, emprisonné, quelques semaines. Lorsque la fortune politique lui sourira de nouveau, les charges seront abandonnées.
Premier ministre après la "Révolution orange"

Rejetée par le système, cette femme pourtant originaire de Dnipropetrovsk, une ville russophone et russifié du sud de l'Ukraine, se lance alors à corps perdu dans l'opposition "nationaliste", avec la même détermination qu'elle a mis à construire son empire gazier.

L'oligarque enrichie dans des conditions douteuses, au féroce appétit de pouvoir et d'argent, compense son manque de légitimité populaire par un vibrant populisme.

Avec sa fortune, elle sait aussi acheter des fidélités. Lors de la révolution orange de 2004, elle est aux avant-postes, enflamme les foules par ses discours radicaux et bien balancé. Elle est belle, charismatique, énergique, bonne oratrice et courageuse. La paysanne glamour s'est mué en "Dame de fer".

Elle devient "la Timochenka". Nommée premier ministre après la révolution orange, "l'ingénieur-économiste" mais de type post-soviétique gère le pays de façon assez désastreuse, menant à la large victoire-revanche de Viktor Ianoukovitch en 2010 dans un pays exsangue.

A en croire les télégrammes de l'ambassade américaine à Kiev, révélés par Wikileaks, son bilan se résume alors en ces termes : paralysie politique, gabegie, économie étouffée par la corruption. La guerre intestine pour le pouvoir avec le président Ioutchenko, l'autre "héros" de la révolution orange, paralyse alors toutes réformes.

La corruption fait des ravages, le pays s'endette, la production décline. Les partisans des réformes sont écartés. Comme souvent, Ioulia Timochenko joue double jeu: elle est soutenue en sous-main par les oligarques qu'elle qualifie publiquement de "cancer". Assoiffée de pouvoir, elle veut tout contrôler mais, à en croire le télégramme de l'ambassade US, "manque de compréhension élémentaire des fondamentaux de l'économie."

Ses compétences sont gravement mises en causes. Son ascension, sa fortune et celle de son parti doivent beaucoup aux sombres manœuvres plus frauduleuses qui sont le quotidien de la transition post-soviétique.
Des relations ambigües avec Moscou

A la présidentielle de 2010, elle échoue loin derrière Viktor Ianoukovitch. C'est la vendetta. En 2011, elle est jugé et condamnée à sept ans de prison pour "abus de pouvoir", pour avoir signé comme premier ministre en 2009 un contrat gazier très avantageux pour la Russie.

Accusé d'être pro-russe et corrompu, Ianoukovitch se venge et neutralise son adversaire en l'accusant d'avoir vendu le pays à Moscou. Certains analystes estiment qu'en fait Ianoukovitch, qui passe, à tort, pour un pro-russe sans nuance, a aussi voulu se venger de la lune de miel entre Ioulia Timochenko et Vladimir Poutine.

Car pour la présidentielle de 2010, le Kremlin aurait en fait soutenu Timochenko contre son poulain naturel Ianoukovitch. Comme souvent chez les politiciens ukrainiens ballotés au gré de la crise entre les brutales pressions russes et les promesses d'Européens velléitaires, tout se joue à front renversé.

La "pro-européenne" Timochenko déclare alors que la Russie est un "partenaire stratégique", tandis que le "pro-russe" Ianoukovitch se prononce désormais pour une adhésion à l'Union européenne... Sous la pression de la Russie, qui n'a pas hésité à couper le gaz en plein hiver, la dame aux tresses, "pro-occidentale" mais qui a fait fortune avec la Russie, a commencé à balancer vers l'Est pour garder le pouvoir.

C'est d'ailleurs à ce moment là que la première ministre ukrainienne a vu les poursuites et le mandat d'arrêt international lancés à son encontre par les autorités russes pour corruption, classés sans suite. Quand il le faut, le "Dame de fer" ukrainienne sait aussi plier.

Jean-Baptiste Naudet
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 23 Fév 2014, 19:14

Apparition d'une troisième force en Ukraine:
Naissance du "Front ukrainien" contre les extrémistes du Maidan et la faiblesse du gouvernement
Fabrice Beaur



Vendredi 21 février 2014


"L'Ukraine occidentale dictent maintenant les règles du jeu. Ils ont comme héros le fasciste Bendera et nous la Figure du Soldat soviétique"
- Sergueï Gorokhov, député du conseil régional de Lougansk.

L’info que les presstitutes occidentaux vous cachent …
Alors que les médias de l’OTAN focusent sur les événements de Kiev ou de Lviv à l’Est, pas une ligne, pas un écho sur l’événement capital : l’apparition d’une 3e Force dans l’Est. Un ‘Front ukrainien’ se forme en effet au Sud-Est du pays, écrit ce jeudi 20 février le quotidien Nezavissimaïa gazeta. Et il prépare la sécession de l’Est si nécessaire, une « Transnistrie » exposant 100 …

« Il est destiné à protéger la région si le pays passait sous le contrôle de l'Ukraine occidentale », a déclaré Vladimir Alexeev, député du conseil régional de Kharkov. Les villes de Kharkov, Dniepropetrovsk, Lougansk, Donetsk, Odessa, Nikolaev, Kherson et la Crimée seraient « derrière la ligne de défense ». L’initiative vient de Kharkov mais le Sud-Est n'écarte pas la possibilité d'un compromis avec le Centre. Le Front ukrainien pourrait devenir une alternative au Parti des régions au pouvoir.

"L'Ukraine occidentale dictent maintenant les règles du jeu. Ils ont comme héros le fasciste Bendera et nous la Figure du Soldat soviétique." "Nous avons une mentalité différente de l'Ukraine occidentale et si on devait continuer à vivre ensemble, ce serait dans le cadre d'une fédération. Pour commencer elle pourrait être économique. D'autant que c'est l'est et le sud qui nourrissent le reste du pays. Nous disposons des principales forces de productions. Moi-même je possède une entreprise de plus de mille personnes. 70% de nos produits partent en Russie. En cas d'intégration à l'UE, nos marchandises ne se vendraient pas sur le marché européen. C'est l'un des principaux arguments contre l'intégration européenne. Pour pouvoir vivre normalement dans un pays, nous avons besoin d'une fédération et de frontières ouvertes avec la Russie – pour la libre circulation des marchandises et des personnes", a déclaré le député ukrainien Sergueï Gorokhov de la circonscription majoritaire de la région de Lougansk.

Washington attise la crise ukrainienne qui est en pointe de sa stratégie du Soft Power. Berlin qui joue sa carte nationale-égoïste et les nostagie géopolitiques des IIe et IIIE Reich. Varsovie qui jubile dans une atmosphère de revanche historique. Sans oublier les institutions de l'UE qui se font la caisse de résonance des "exigences" des Etats-Unis. Tout cela enveloppé dans une propagande jamais atteinte dans le mensonge, l'ignoble et le criminel, que nous servent les media de l'OTAN.



UN TOURNANT CHARNIERE DE L'HISTOIRE UKRAINIENNE

Nous voilà, donc, à un tournant charnière de l'Histoire ukrainienne.
Que la population soit mécontente de la politique (en général) du pouvoir en place, c'est une demi-vérité mais pas un mensonge.
Mais que Maidan représente le "peuple" d'Ukraine, c’est un pur mensonge. Dans le meilleur des cas, le Maidan c'est l'Ouest ukrainien.
Ce pourquoi, aujourd'hui, nous voyons apparaître une déclaration politique d'importance qui préfigure la naissance d'une troisième force prête à défendre ses intérêts et de ne pas céder aux injonctions et à la terreur que veulent imposer l'opposition et ses troupes de choc fascistes qui à Kiev tuent des policiers et des civils et dans l'Ouest de l'Ukraine viennent de prendre des dépôts d'armes ... de l'armée.

L'Ukraine est effectivement au bord de la guerre civile. La faute à une classe politique - opposition et gouvernement confondus - incapable, intéressée par ses seuls intérêts, toutes deux aux mains d’oligarques corrompus et corrupteurs, et donc certains se vendent au plus offrant même étranger.

Finalement, la naissance de ce "Front ukrainien" n'est peut-être pas une si mauvaise nouvelle.
C'est même peut-être LA solution pour faire taire les extrémistes pro-occidentaux et poser l'alternative : continuer à vivre ensemble mais dans un Etat fédéral afin que chaque partie y retrouve ses intérêts OU séparation imposée mais pas avec les conditions des fascistes de l'Ouest ... Les perdants ne seraient pas ceux qui déchaient la violence à Kiev et dans l'Ouest ukrainien.


Photos :
Ces pro russes que les médias de l’OTAN dissimulent.
* Meeting de soutien aux autorités ukrainiennes ce 28 janvier 2013 à Simferopol, en Crimée (Photo RIA Novosti), pour protester contre la déstabilisation de la situation dans le pays et contre l'opposition néofasciste radicale.
Sur les pancartes brandies dans l'air on peut lire: "Stop Maïdan", "Sang versé sur Maïdan - la faute des extrémistes", "Non à l'ingérence étrangère", "Non au coup d'Etat". "Non au fascisme!", "La Crimée est pour la stabilité", scande la foule.
"L'Ukraine voit s'appliquer un scénario de coup d'Etat forcé. Des scénarios similaires ont été mis en place au cours de ces dernières années en Libye, en Syrie, en Tunisie et en Egypte", dit la résolution adoptée par les participants au meeting.
* Infographie AFP, les « autres manifestations » sont des manifestations pro russes et contre le Maidan. Pas un mot de l’AFP pour l’expliquer au lecteur, qui croit donc à des manifestants pro occidentaux partout …
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 24 Fév 2014, 18:36

24/02/2014 à 18:10 AFP
L'Ukraine réclame de l'aide, la Russie doute de la légitimité du pouvoir

La Russie a contesté la légitimité et dénoncé les "méthodes dictatoriales" des nouvelles autorités ukrainiennes, au moment où celles-ci lançaient un mandat d'arrêt contre l'ex-président Ianoukovitch et se tournaient vers l'Occident pour une aide financière.

"Si on considère que des gens qui se baladent dans Kiev avec des masques noirs et des kalachnikovs sont le gouvernement, alors il nous sera difficile de travailler avec un tel gouvernement", a lancé lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, réagissant à l'arrivée au pouvoir de l'opposition ukrainienne ce week-end.

"Il me semble que c'est une aberration de considérer comme légitime ce qui est en fait le résultat d'une révolte", a-t-il ajouté à l'intention des Européens, qui, eux, ont décidé de soutenir le nouveau pouvoir et ont dépêché à Kiev la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

Celle-ci a rencontré dans l'après-midi le président par intérim Olexandre Tourtchinov et s'est rendue sur le Maïdan (place de l'Indépendance) pour y déposer des fleurs à la mémoire des 82 tués lors des violences de la semaine dernière.

Peu auparavant, le ministre des Finances par intérim Iouri Kolobov avait annoncé que l'Ukraine aurait besoin de "35 milliards de dollars en 2014-2015".

"Nous avons demandé à nos partenaires occidentaux l'octroi d'un crédit d'ici une semaine ou deux" et suggéré l'organisation d'une "grande conférence internationale de donateurs avec l'Union européenne, les Etats-Unis, le FMI et d'autres organisations financières internationales", a-t-il ajouté.

Cette requête a reçu un accueil favorable auprès du ministre grec des Affaires étrangères Evangelos Venizelos, dont le pays préside actuellement l'Union européenne.

"Il faut éviter une guerre civile, il faut éviter l'effondrement financier et économique du pays, et il faut organiser une conférence internationale pour éviter la faillite de l'Ukraine", a-t-il déclaré en déplacement à Budapest.

Les Occidentaux ne cachent pas leurs craintes depuis plusieurs jours pour l'intégrité territoriale de l'Ukraine.

Ils redoutent que la crise des derniers mois n'ait creusé le fossé entre l'Est russophone et russophile, majoritaire, et l'Ouest nationaliste et ukrainophone. Sur le terrain cependant, les régions plus proches de Moscou ne donnent pas signe de vouloir faire sécession.

"Il n'y a pas de temps à perdre" pour aider l'Ukraine car, "comme cela a été confirmé par le (président ukrainien) par intérim, il n'y a plus d'argent dans les caisses", a noté le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

A cet égard, "il y a ce qu'a promis la Russie --et il est souhaitable que nos partenaires et amis russes puissent continuer à apporter leur soutien" économique, a insisté M. Fabius.

La Russie, après avoir poussé en novembre l'Ukraine à renoncer à un accord d'association avec l'UE, ce qui avait déclenché la crise politique, avait annoncé en décembre un crédit de 15 milliards de dollars, dont elle n'a versé que la première tranche de 3 milliards.

Mais le versement du reste de cette aide apparaît désormais tout sauf certain au vu du regain de tensions entre Kiev et Moscou.

La Russie a rappelé dimanche son ambassadeur en Ukraine et menacé d'augmenter les droits de douane sur les importations en provenance d'Ukraine si Kiev se rapproche de l'UE, ce que le président Tourtchinov avait laissé entendre dimanche.

Moscou a encore haussé le ton lundi après-midi, dénonçant "la répression de ceux qui ne sont pas d'accord dans diverses régions d'Ukraine, via des méthodes dictatoriales et parfois terroristes", ainsi que des atteintes aux droits de la communauté russe en Ukraine.

- Meurtre de masse de civils -

Les nouvelles autorités ukrainiennes avaient auparavant annoncé avoir lancé un mandat d'arrêt pour "meurtres de masse" contre le président déchu Ianoukovitch, qui était soutenu par Moscou.

"Une enquête criminelle a été ouverte pour meurtres de masse de civils à l'encontre de Ianoukovitch et de plusieurs autres fonctionnaires. Un mandat d'arrêt a été lancé contre eux", a annoncé le ministre de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov.

Une cinquantaine de personnes, dont de hauts responsables des forces de l'ordre, ont ainsi été inculpées et des mesures prises pour les empêcher de quitter le territoire, a indiqué le procureur général.

Destitué par le Parlement et lâché par son propre parti, M. Ianoukovitch n'a pas donné signe de vie depuis samedi et pourrait se cacher dans l'est du pays.

- Remettre le pays en marche -

L'ex-opposition, désormais aux manettes, s'est rapidement mise au travail pour remettre le pays en marche.

Une élection présidentielle anticipée a été fixée au 25 mai.

"A partir de demain (mardi), les Ukrainiens peuvent présenter leur candidature à l'élection présidentielle", soit 90 jours avant la date prévue, conformément à la loi ukrainienne, a indiqué Olexandre Tourtchinov.

"J'espère que d'ici demain nous pourrons vous dire des choses concrètes sur la formation d'un gouvernement" intérimaire, a-t-il ajouté.

Les difficultés sont abyssales, a-t-il admis: "Ces trois dernières années, l'Ukraine a fonctionné grâce à des emprunts. Aucun gouvernement en Ukraine n'a jamais travaillé dans des conditions aussi extrêmes", a dit M. Tourtchinov.

"La plupart des fonctionnaires ont quitté leur poste. Les caisses sont vides, nous n'avons pas d'argent pour honorer nos dettes", a-t-il ajouté.

"Depuis son indépendance, l'Ukraine n'a jamais connu une telle catastrophe économique et politique", a estimé l'un des dirigeants de la contestation Arseni Iatseniouk.

"Nous avons besoin d'une aide financière urgente de la part de nos partenaires européens et il faut reprendre immédiatement le programme de coopération avec le FMI", a-t-il insisté.

Le Parlement a aussi voté la nomination à la tête de la banque centrale de Stepan Koubiv, ancien banquier et commandant pendant la crise de la Maison des Syndicats, l'un des quartiers généraux de l'opposition sur le Maïdan.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 24 Fév 2014, 20:52

Kiev : les prêtres en première ligne sur la place Maidan

Des photos à découvrir ici:http://easternchristianinsights.blogspot.com.au/

Sur le blog de L'Homme Nouveau, Xavier Moreau, géo-politicien, spécialiste de la Russie et collaborateur du site Realpolitik.tv, indique pourquoi ce qui s'est passé en Ukraine ne se passse pas en France (outre le fait que nos prélats ne s'exposent pas comme en Ukraine...), car la police y a été plus laxiste qu'en France, contrairement à ce que racontent nos médias :

   Si nous dépassons la zone ou l’horaire qui nous sont attribués pour notre défilé, la police nous dispersera. En France, ce sera plus brutalement qu’à Maïdan la première nuit.
   Si quelques milliers de manifestants se barricadent sur la place des Invalides, la police donnera l’assaut immédiatement, jettera les manifestant en prison et condamnera lourdement les meneurs. En France, il est inconcevable, contrairement à l’Ukraine, que les policiers français se fassent incendier par des « cocktails molotov » sans réagir, même si les manifestants sont soutenus par des capitales étrangères.
   Le gouvernement français n’autorisera jamais des bandes armées à occuper une place de la capitale parisienne et à la transformer en camp retranché."
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 24 Fév 2014, 20:55

Lu sur Le Salon Beige: Ukraine: le jeu trouble des Etats-Unis et de "l'Europe"

Partant de la situation dramatique de l'Ukraine, l'analyste Xavier Moreau, qui parle de "neo-Komintern", dénonce l'offensive libérale-libertaire étatsunienne pour juguler toute résurgence d'Etats souverains se référant officiellement à une Eglise chrétienne, catholique ou orthodoxe. Extrait.

   "Pour BHL ou pour Médiapart, qui appelle en renfort un aréopage d’intellectuels ukrainiens américanophiles (nous n’allons pas vérifier les noms de ces illustres inconnus mais nous constatons d’emblée que sur 41 signataires, 19 sont basés aux États-Unis où dans leurs « dominions »), le recul de la Russie vaut bien une alliance avec des milices néo-nazies et un parti fasciste. Nous ne sommes pas étonnés de les voir soutenir « les héros de Maïdan » (et la fraternité blanche ?) au côté de l’extrême droite française. Les ennemis sont désormais la Russie de Vladimir Poutine, la Hongrie de Viktor Orban, la Croatie catholique, tous ces maudits pays d’Europe de l’Est qui n’ont pas subi depuis les années 50 la longue et insidieuse propagande américaine, issue des rapports Kinsey. La renaissance des Églises orthodoxe et catholique en Europe, leur réconciliation inéluctable, le rejet consécutif du modèle libertaire américain, c’est ce qui justifie le soutien atlantiste aux fascistes ukrainiens. C’est aussi et enfin un avertissement des États-Unis vis-à-vis des nations européennes, sur ce qu’ils sont capables de faire et d’organiser en cas de velléité d’indépendance. Le sort de l’Europe ne se joue pas à Maïdan, en revanche une bataille pour la liberté et la souveraineté des peuples européens se déroule bien en Ukraine."
Revenir en haut Aller en bas
Erkos



Masculin Messages : 523
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Mer 26 Fév 2014, 11:09

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_Heartland

« Qui contrôle l'Europe de l'Est contrôle l'Heartland;
Qui contrôle l'Heartland contrôle l'Île Monde;
Qui contrôle l'Île Monde contrôle le Monde »
1919, Mackinder

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mackinder

"Mackinder est considéré comme l'un des pères fondateurs de la géographie moderne britannique, mais aussi de la géopolitique et de la géostratégie. Il renonce toutefois à l’identité de « géopolitologue », considérant que ce terme est plus approprié pour désigner les tenants de la Geopolitik allemande, et en tout premier lieu le général Karl Haushofer, proche du régime national socialiste."
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Jeu 27 Fév 2014, 18:06

Les chars russes mettent l'Ukraine sous pression

La Russie a entamé aujourd'hui a entamé aujourd'hui une série de manœuvres militaires dans le centre et l'ouest du pays. Officiellement, il ne s'agit que d'exercices, mais les soldats se tiennent prêts.
Des manœuvres clairement destinée à faire pression sur l'Ukraine, en pleine crise politique.

Le port de Sebastopol, techniquement en territoire ukrainien mais prêté à la Russie, est particulièrement sous surveillance. Cette base navale sur la mer noire inquiète le nouveau pouvoir ukrainien.

Diffusé le : 27 févr 2014 à 15:10 AFP

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Jeu 27 Fév 2014, 20:21

je suis pour que la Russie entre en ukraine et même plus loin et qu'elle repousse l'OTAN et sa defence anti-missile, cette fois l’Europe et les etats-unis ont était trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Ven 28 Fév 2014, 09:39

Je prends le même risque que jocker911 en donnant mon avis Smile  qui n'aura pas de conséquences sur le terrain Mr. Green heureusement penseront certains Pouffer de rire . Donc pour ma part je pense que la bonne solution serait que la partie ouest devienne indépendante et souveraine et le reste(sans tomber dans la tentation et le piège d'entrer dans l'UE),et l'est qui est russe,fusionne avec la Russie tout en gardant un statut à part comme dans d'autres régions de la Russie (tout ceci dans la paix).
Ayant comme frontière le fleuve Dniepr qui traverse le pays en son centre d'un bout à l'autre et ainsi constituer une belle et longue frontière naturelle et cohérente pour ces deux pays.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Ven 28 Fév 2014, 17:06

Ukraine. Direct : réfugié en Russie, Ianoukovitch ne désarme pas
28 février 2014 à 15h11 Le Télégramme de Brest


Pour sa première apparition publique depuis sa destitution, l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch a tenu une conférence de presse, vendredi 28 février, depuis Rostov-sur-le-Don, ville du sud de la Russie proche de la frontière ukrainienne. " Personne ne m'a renversé"

http://www.dailymotion.com/video/x1dt7p1_victor-ianoukovitch-personne-ne-m-a-renverse_news

L'Ukraine a accusé la Russie "d'invasion armée" après la prise de contrôle de plusieurs sites stratégiques de Crimée par des hommes en armes et appelé l'Occident à garantir sa souveraineté. Les autorités ont dans la journée annoncé avoir repris le contrôle des aéroports. Cette nouvelle escalade des tensions intervient alors que le président déchu Viktor Ianoukovitch s'est exprimé de Russie, évoquant une "usurpation du pouvoir" à Kiev.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Ven 28 Fév 2014, 17:18

Ce qui est probable, et peut-être même souhaitable est que la Crimée retourne à la Russie à laquelle elle était rattachée depuis la fin de l'Empire Ottoman.
Russophiles et russophones, les Criméens sont en plus russes, ayant le passeport. Ils n'ont jamais accepté leur rattachement à l'Ukraine en 91.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 00:13

Il n’existe pas de véritable unité ukrainienne

Lu dans Minute :

   "Historiquement située aux confins de l’empire austro-hongrois, de l’empire russe et de l’empire ottoman, l’Ukraine ne bénéficie pas de l’unité linguistique et religieuse de sa voisine polonaise. Quoi de commun entre les catholiques uniates de rite grec de l’ouest du pays [...] et les russophones orthodoxes de l’est du pays ? En Crimée, 77 % de la population a le russe comme langue maternelle. En Galicie, ils ne sont que 2 ou 3 % dans ce cas. Il n’existe pas de véritable unité ukrainienne. Ce pays est en permanence écartelé entre l’Occident et la Russie. D’où notre question volontairement provocatrice : l’Ukraine existe-elle vraiment ? De l’avis des experts en géopolitique, l’Ukraine peut donc redouter un scénario à la Yougoslave, celui de l’éclatement et de la guerre civile. Sauf qu’à la différence de l’époque de la guerre qui opposa Croates, Bosniaques et Serbes, la Russie ne laissera pas son honneur bafoué et ses intérêts remis en cause. Rappelons-nous que la flotte russe de la mer Noire est abritée dans un port ukrainien de Crimée : Sébastopol. L’Ukraine, c’est la marche de la Russie, au sens médiéval du terme. N’en déplaise aux nombreux activistes pro-ukrainiens qui existent en France, le destin de l’Ukraine est d’être un satellite de la Russie. L’Ukraine est le berceau de l’Etat russe et celui des cosaques, ces cavaliers orthodoxes qui combattirent pour le compte des tsars russes, contre les Polonais à l’ouest et les Tatars musulmans à l’est. Mais elle eut durant tout le XXe siècle, des volontés d’émancipation. Entre 1917 et 1920, une éphémère république indépendante d’Ukraine profita des troubles causés par le coup d’Etat bolchévique pour tenter de se détacher de l’orbite russe. En vain.

   Entre 1941 et 1944, l’Allemagne nazie tenta également de faire renaître un sentiment national ukrainien qui s’appuyait sur la division SS « Galicie ». Au total, 220000 Ukrainiens servirent durant cette période dans diverses unités combattantes pronazies. Ils servent aujourd’hui de référence à une partie de l’extrême droite ukrainienne, qui constitue un des principaux courants de la révolte en cours et que la présidente du Front national, Marine Le Pen, qualifie de « néonazis ». Ces militants se regroupent autour du parti Svoboda, bien implanté en Galicie, qui compte 38 députés au parlement ukrainien et est affilié à divers partis de l’ultra-droite européenne comme l’Aube dorée en Grèce. Svoboda, qui flirte régulièrement avec l’antisémitisme, prône ouvertement un socialisme national. [...]

   Lors de la révolution orange de 2004, notre confrère Jacques de Guillebon, présent en Ukraine, constata de ses propres yeux que l’affaire était financée par des valises de dollars en provenance directe de fondations américaines, notamment celle de George Soros. Les liasses étas-uniennes nourrissaient la révolte de Ioutchenko et Timochenko. Dix ans après, les choses auraient-elles fondamentalement changé ? En bon démocrate, Barack Obama est plus isolationniste que son prédécesseur républicain George W. Bush. L’Ukraine est liée par un traité d’association avec l’Otan. Elle est candidate à l’entrée dans l’organisation militaire transatlantique. Associer le controversé président Viktor Ianoukovitch à Vladimir Poutine, c’est salir ce dernier, principale cible des adversaires de la Russie et des humanitaristes de tout poil."
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 00:15

Lu sur le salon beige:
Ukraine: les apprentis sorciers ?

A trop présenter un peuple ukrainien uni contre un dictateur corrompu, on oublie un peu trop que la population de ce pays comporte une minorité russe, de culture et de langue, minorité qui devient majorité quand on considère le Sud et l'Est. Et cette minorité, tout comme la majorité du puissant voisin qui voit dans dans l'Ukraine son berceau historique (la Rouss de Kiev), n'est pas forcément enthousiasmée par le genre de démocratie qui lui est imposé ces derniers jours. Par analogie, avec mille précautions, on pourrait dire qu'une partie de l'Ukraine est à la Russie ce que le Kosovo est à la Serbie. Mais on peut aussi dire que Poutine n'est pas Milosevic. C'est en quelque sorte ce que rappelle Philippe Grasset dans l'analyse qu'il propose aujourd'hui au sujet des développements de la crise concernant la Crimée. Extrait.

"Les idéologues mondains du bloc BAO, qui sortent peu de leurs conférences climatisées où résonnent les seuls dialectes anglo-saxons, ont une vision extrêmement surréaliste de la situation russe. Ainsi de Andrew Wilson, professeur des études ukrainiennes à l’University College de Londres et auteur de Ukraine’s Orange Revolution, le 23 février 2014 dans The Independent. Sa thèse est que l’évolution “démocratique” en Ukraine va susciter un “effet de domino” et entraîner une “évolution démocratique” en Russie et un cataclysme pour Poutine. Cette thèse étrange, qui ferait penser que la politique est devenue une annexe de ce qu’on nomme l’“art contemporain”, se résume dans ce paragraphe...

Notre perception assez simple, sinon évidente, est qu’il s’agit à peu près de l’inverse. Si Poutine veut éviter des difficultés, il devra suivre une politique qui tienne compte des exigences du patriotisme et du nationalisme historique russes. C’est-à-dire que, quelle que puisse être sa volonté de compromis, si elle existe, Poutine ne pourra pas céder sur l’essentiel dans la crise ukrainienne ; et le maximalisme du bloc BAO autant que des extrémistes ukrainiens de l’Ouest font que cet “essentiel”-là ne cessera de grandir dans ses projections et dans ses exigences pour les Russes. Ainsi, comme le voit justement Justin Raimondo (Antiwar.com, le 24 février 2014), si Poutine était menacé chez lui, en Russie, ce serait bien plus par sa droite nationaliste que par le pseudo-courant démocratique et occidentaliste, et pour la cause d'absence de fermeté en face à l'Ukraine."

Où cela nous mènera t'il ?
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 00:24

Selon que vous serez français ou ukrainien...

Sur son blog, Yves Daoudal revient sur le coup d'Etat en Ukraine, présenté par l'Occident comme un retour de la démocratie :

"En Ukraine, la mafia de Ioulia Timochenko, appuyée (pour ne pas dire manipulée) par les puissances occidentales, avait viré la mafia de Viktor Ianoukovitch au terme de la soi-disant révolution orange. Puis, aux élections suivantes, la mafia de Ianoukovitch avait viré la mafia de Timochenko. Et voici qu’à l’occasion d’une nouvelle révolution de rue, la mafia de Timochenko a de nouveau viré la mafia de Ianoukovitch…

Et bien entendu les puissances occidentales se félicitent de ce retour à la démocratie, le commissaire Olli Rehn déclare que l’UE est prête à donner une aide de plusieurs milliards d’euros, et Catherine Ashton se précipite à Kiev pour discuter avec les « nouvelles autorités » (?) de l’aide de l’UE…

C’est une occasion de plus de vérifier que l’Ukraine n’existe pas. Et il semble que certains, au vu de ce qui se passe à l’est du pays, commencent à le comprendre plus ou moins, ce qui les effraie… En fait, une grande partie de l’Ukraine est russe : on y parle russe, et la principale Eglise est celle qui dépend du patriarcat de Moscou. La « Rous’ de Kiev » est historiquement le berceau même de la Russie. Tandis que la petite partie occidentale, autour de Lvov (en ukrainien Lviv) est un territoire historiquement polonais (polono-ukrainaien), où il y a une Eglise ukrainienne grecque-catholique, et où l’Eglise orthodoxe autocéphale n’est pas reconnue par Moscou.

En dehors de cela, ce qui me frappe une fois de plus est comment les puissances occidentales ont une fois de plus pris le parti de la rue contre les autorités élues. Il y a là un clair glissement de la conception de la démocratie, il me semble. Cela a commencé avec les « printemps arabes ». Sous prétexte que la rue s’opposait à des dictateurs. Et c’est la suite du printemps arabe qui a vu s’effectuer le glissement : en Egypte. Dans ce pays il y a eu des élections, régulières pour autant qu’elles pouvaient l’être, et donc un gouvernement démocratiquement élu, fatalement islamiste. Mais la rue « démocratique » a manifesté, et l’armée (financée par les Etats-Unis) a « démocratiquement » renversé le gouvernement. Depuis lors c’est partout la rue qui est démocratique, et le pouvoir élu qui est dictatorial (Tunisie, Turquie, Grèce, Ukraine, aujourd’hui Venezuela).

Sauf en France. Parce que la rue n’a raison que si ses revendications sont celles de l’oligarchie mondiale."

Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 00:26

Ukraine: les leçons de l'Euro Maidan

Intéressante analyse proposée par Alexandre Latsa. Extrait de la fin. (nota, de nombreux liens, intéressants eux aussi, insérés dans l'article).

"En 1945, le monde s’est retrouvé scindé en deux espaces dont les projets pour l’avenir étaient fondamentalement opposés et similaires à la fois, d’un mondialisme à l’autre. La chute de l’URSS n’a cependant pas arrêté la poussée occidentale que l’on aurait pourtant pu imaginer atténuée récemment par la crise financière de 2008. La prise de pouvoir politique de l’Amérique sur l’Europe via la construction européenne (François Asselineau l’a parfaitement expliqué ici) a permis la constitution d’un territoire utilisé pour y déployer territorialement l’Otan afin de permettre sa projection continentale mais également permettre la création d’un gigantesque marché économique dont les contours se dessinent de plus en plus clairement ces derniers mois : l’union transatlantique, cette nouvelle Otan économique.

Les centres de gouvernances occidentaux et Otano-centrés viennent de clairement démontrer avec l’Ukraine que leurs objectifs d’extensions à l’Est continuent et que les révolutions de couleurs de nouvelle génération ne devraient pas utiliser les libéraux comme fantassins mais bel et bien les nationalistes afin de briser l’espoir de certains pays de constituer de potentiels grands espaces, voir des pôles indépendants.

Ce faisant on peut imaginer que les micro-nationalismes tout comme les régio-nationalismes confirment et confirmeront dans un proche avenir leur rôle de meilleurs alliés de l’extension de l’Otan et d’intégration des nations européennes au sein de la matrice globale occidentale sous domination américaine. Une extension qui devrait permettre à l’Amérique de continuer à tranquillement « dépecer l’Europe » en la privant sans doute définitivement d’une alliance avec la Russie."
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 11:49

01/03/2014 à 10:52 AFP
Ukraine: mise en garde d'Obama à Moscou, Kiev dénonce une "agression"

Les Etats-Unis ont haussé le ton vendredi contre la Russie à quelques heures du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement ukrainien samedi, sur fonds d'opérations militaires russes en Crimée, en proie aux tensions séparatistes.

"Nous sommes profondément inquiets au sujet d'informations sur des mouvements de troupes entrepris par la fédération russe en Ukraine", a déclaré le président américain Barack Obama, depuis la Maison Blanche.

"Les Etats-Unis seront solidaires de la communauté internationale pour souligner qu'il y aura un coût à toute intervention militaire en Ukraine", a-t-il mis en garde Moscou.

Selon un responsable du Pentagone, "plusieurs centaines de soldats" russes avaient été déployés en Crimée, où est basée la flotte de la Russie. Les autorités ukrainiennes de transition estiment elles que 2.000 militaires russes ont été aérotransportés sur un aéroport militaire près de Simféropol, la capitale de cette région russophone.

Barack Obama, qui n'a pas confirmé ces informations, pourrait toutefois renoncer à participer au sommet du G8 prévu en juin à Sotchi (Russie), a affirmé sous couvert d'anonymat un haut responsable américain.

Une "agression" selon Kiev

Pour le nouveau gouvernement ukrainien, qui doit se réunir samedi pour son premier conseil des ministres, la présence de troupes russes en Ukraine est une "agression non dissimulée", d'après les mots du président par intérim Olexandre Tourtchinov.

Mais "la flotte russe de la mer Noire applique strictement les accords" conclus avec l'Ukraine, avait affirmé la Russie jeudi, arguant que le "déplacement de certains blindés de la flotte de la mer Noire s'était fait conformément aux accords et ne nécessitait aucune approbation" de Kiev.

La Crimée faisait partie de la Russie sous l'URSS et n'a été rattachée à l'Ukraine qu'en 1954. Profondément pro-russe et majoritairement russophone, elle a connu au cours des derniers jours une escalade des tensions séparatistes.

Ainsi, vendredi en fin d'après-midi, des hommes armés étaient présents sur plusieurs sites stratégiques de Simféropol, a constaté l'AFP. Des témoins ont également signalé vendredi soir des mouvements de véhicules blindés non identifiés entre Sébastopol et Simféropol.

Dans le centre de Simféropol, le Parlement local reste contrôlé par plusieurs dizaines d'hommes armés pro-russes, qui ont hissé jeudi le drapeau russe sur son toit. Les députés ont limogé le gouvernement local et voté la tenue le 25 mai d'un référendum pour plus d'"autonomie".

- Réapparition de Ianoukovitch -

C'est dans ce contexte de plus en plus tendu que le président déchu Viktor Ianoukovitch, recherché en Ukraine pour "meurtres de masse" après la mort de 82 personnes à Kiev la semaine dernière, a refait surface vendredi à Rostov-sur-le-Don en Russie. "Je suis le président légitime de l'Ukraine", a affirmé celui qui a aussi promis de "poursuivre la lutte pour l'avenir de l'Ukraine" au cours de sa première apparition en public depuis sa destitution.

M. Ianoukovitch, qui a déclaré avoir été contraint de quitter l'Ukraine après des menaces sur sa vie, a reçu la "protection" de la Russie face aux "extrémistes" et n'a pas reconnu les nouvelles autorités de Kiev, qui ont lancé une procédure pour obtenir son extradition. "Ianoukovitch a perdu toute légitimité puisqu'il a failli à ses responsabilités. Il a quitté l'Ukraine", ont estimé les Etats-Unis après la conférence de presse du président destitué.

- L'Occident inquiet -

A la sortie vendredi d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité de l'ONU, l'ambassadrice américaine à l'ONU a annoncé que les Etats-Unis demandait l'envoi d'urgence d'une "mission internationale de médiation", "indépendante et crédible" en Crimée "pour commencer à faire baisser la tension" dans la région.

L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a de son côté immédiatement répondu que Moscou avait "pour principe de ne pas accepter les médiations imposées", ajoutant cependant que si les autorités régionales de Crimée étaient d'accord, il n'y voyait pas d'inconvénient.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la Russie se sont portés garants de l'indépendance de l'Ukraine dans le Mémorandum de Budapest, signé en 1994, en échange de son renoncement aux armes nucléaires après la chute de l'Union soviétique dont elle faisait partie.

Les preuves de soutien au nouveau gouvernement ukrainien continuaient d'affluer vendredi.

Ainsi, la chancelière allemande Angela Merkel a assuré le nouveau Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk de son soutien, tandis que l'Autriche et la Suisse ont annoncé avoir gelé les avoirs d'une série de ressortissants ukrainiens à la demande du pouvoir de transition à Kiev.

La directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, s'est par ailleurs voulue rassurante quant à la santé de l'économie ukrainienne, que beaucoup voient au bord de la banqueroute. "Nous ne voyons rien d'alarmant, rien qui mérite de paniquer pour le moment", a-t-elle déclaré à Washington, appelant les autorités ukrainiennes à se garder d'évoquer des montants d'aide qui "n'ont pas de sens"

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 11:54

Zemmour hier dans ça se dispute: http://www.itele.fr/magazines/ca-se-dispute-zemmour-domenach/ukraine-une-claque-a-poutine-56-74182

Toujours aussi éclairant le Zemmour  salut
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 13:00

Lapis-lazuli a écrit:
Toujours aussi éclairant le Zemmour  salut
Et Domenach, en plus d'être un rêveur, n'est pas au niveau. Bref...


Je ne suis pas certain que le mouvement de Poutine en Crimée était vraiment nécessaire.
Au train ou allaient les choses, la partition se serait faite et la Crimée aurait, d'elle-même, rejoint la Russie.
Mon avis est que, pour ne pas passer pour un faible ou un passif, Poutine a préféré donner ce coup de pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 14:13

Ray a écrit:
Lapis-lazuli a écrit:
Toujours aussi éclairant le Zemmour  salut
Et Domenach, en plus d'être un rêveur, n'est pas au niveau. Bref...

Bien des fois j'ai perdu mon calme à cause des interventions de Domenach  :colere: ,qui confond argumentation et insulte! pukel
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 19:30

01/03/2014 à 18:39 AFP
Ukraine: le Sénat russe autorise le recours à l'armée, Klitschko appelle à la mobilisation

L'un des principaux responsables politiques ukrainiens, Vitali Klitschko, a appelé samedi le Parlement à proclamer la "mobilisation générale" face à ce qu'il a qualifié d'"agression russe" en Ukraine après l'approbation donnée par le Conseil de la fédération au recours à l'armée russe.

A Moscou, réuni en session extraordinaire, le Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement), a approuvé, à l'unanimité, la demande présentée peu auparavant par Vladimir Poutine d'autoriser "le recours aux forces armées russes sur le territoire de l'Ukraine, jusqu'à la normalisation de la situation politique dans ce pays".

Mais le président russe Vladimir Poutine n'a pas encore pris de décision sur ce recours à l'armée, a déclaré son porte-parole, Dmitri Peskov.

"Le Parlement doit demander au commandant en chef des armées de déclarer la mobilisation générale après le début de l'agression russe contre l'Ukraine", a déclaré l'ancien champion du monde de boxe Vitali Klitschko dans un communiqué.

Le responsable ukrainien demandait aussi une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

A New York, des diplomates ont indiqué que le Conseil de sécurité devait tenir de nouvelles consultations à huis clos sur la situation en Ukraine et en Crimée.

Cette réunion, la deuxième convoquée en urgence en deux jours sur ce dossier, rassemblera à 14H00 locales (19H00 GMT) les ambassadeurs des 15 pays du Conseil, à la demande du Royaume-Uni.

Après une réunion vendredi du Conseil, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait ordonné à son émissaire Robert Serry, en visite à Kiev depuis plusieurs jours, de se rendre en Crimée pour tenter une médiation.

Mais M. Serry a annoncé samedi qu'il annulait cette mission en Crimée en raison des tensions rendant impossible toute visite de la région.

.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 20:21

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 21:25

joker911 a écrit:

Curieux dessin sachant que les USA n'ont pour l'instant pas cherché à mettre un pied en Ukraine alors que la Russie y a déjà envoyé un paquet de troupes.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 21:41

Le pied est-il américain ? Vu le "drapeau"...?
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 22:58

Celui de la Russie !  :chapeau: 
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11942
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Sam 01 Mar 2014, 23:09

Redevenons sérieux!
Maintenant le signe des 2 colombes me semblent devenir très sérieux!

Or Dieu ne donne pas des signes pour rien!
J'invite donc tous les croyants à prier pour l'Ukraine!
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 08:11

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:

Curieux dessin sachant que les USA n'ont pour l'instant pas cherché à mettre un pied en Ukraine alors que la Russie y a déjà envoyé un paquet de troupes.

Le financement des parties radicales est américain.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11942
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 08:26

Ben tiens!
Et sur ce joyeux dessein, la serbie, la lybie (avec l'immense démocrate kadafi) et la syrie avec le non moins démocrate bachar el assad ont été victime d'un génocide américain, c'est bien connu!
Vous vous moquez de qui?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 08:29

RenéMatheux a écrit:
Ben tiens!
Et sur ce joyeux dessein, la serbie, la lybie (avec l'immense démocrate kadafi) et la syrie avec le non moins démocrate bachar el assad ont été victime d'un génocide américain, c'est bien connu!
Vous vous moquez de qui?

Joker est russe ! Ca se voit ! Very Happy

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
RenéMatheux



Masculin Messages : 11942
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 08:59

Effectivement, je lis qu'il est orthodoxe. Eh bien je croyais que les orthodoxes suivaient l'enseignement de Jésus qui consiste à aimer son prochain pas à le massacrer comme faisait Milosevic ou Kadafi en faisant péter les avions!
 carton rouge batman Shocked 
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 10:32

Ukraine. La guerre des nerfs
2 mars 2014 Le Télégramme de Brest



La tension est encore montée d'un cran, hier, en Ukraine, où la Russie s'autorise désormais un « recours à la force » et où plusieurs régions pro-russes, à l'image de la Crimée, se rebellent. « Guerre des nerfs » pour certains, relents de Guerre froide pour d'autres, cette crise a, en tout cas, pris de court les Occidentaux. Hier soir, le Conseil de sécurité de l'Onu s'est réuni en urgence.

La Russie prête à intervenir.

Le président Vladimir Poutine a obtenu, hier, du Parlement russe, le feu vert pour un « recours aux forces armées » en Ukraine. Cette formule laisse entendre que la Russie peut aussi bien utiliser les 20.000 hommes de la Flotte russe de la mer Noire, qui sont déjà basés à Sébastopol, en Crimée, qu'envoyer d'autres troupes venant, elles, de Russie. L'éventuelle mise en oeuvre de cette intervention est désormais entre les mains de Vladimir Poutine lequel, « pour le moment », n'a pas pris « de décision en ce sens », a affirmé son porte-parole, Dmitri Peskov. Plus tôt dans la journée, le nouveau Premier ministre de Crimée, Serguiï Axionov, que Kiev considère comme illégitime, avait sollicité l'aide de Vladimir Poutine pour restaurer « la paix et le calme » dans la péninsule ukrainienne.

Mobilisation générale à Kiev.

Kiev a accusé la Russie d'avoir déployé 6.000 hommes supplémentaires et près de 30 blindés en Crimée. L'un des principaux responsables politiques ukrainiens, Vitali Klitschko, a appelé le Parlement à proclamer la « mobilisation générale » face à ce qu'il a qualifié d'« agression russe » en Ukraine. De son côté, le président par intérim, Olexandre Tourtchinov, a annoncé renforcer la protection des sites nucléaires et stratégiques du pays et tenir l'armée « en alerte ». De son côté, la Pologne, se sentant menacée, du fait de sa proximité avec l'Ukraine, a demandé à l'Otan de convoquer le conseil de l'Atlantique Nord.

La fièvre séparatiste gagne.

Pendant ce temps, les points chauds se multipliaient dans l'est et le sud russophones de l'Ukraine. 20.000 personnes ont manifesté à Khaerkiv (est) contre les nouvelles autorités ukrainiennes. Le siège de l'administration régionale a été pris d'assaut et une centaine de personnes ont été blessées. À Donetsk (est), fief du président déchu Viktor Ianoukovitch où ont manifesté 10.000 pro-Russes, les autorités ont indiqué envisager un référendum sur le statut de la région du Donbass, comme il est déjà prévu en Crimée, et un drapeau russe a été hissé au-dessus du conseil régional. La tenue du référendum sur le statut de la Crimée a été avancée au 30 mars. Sur la péninsule, plusieurs sites stratégiques, dont les aéroports, étaient hier sous le contrôle d'hommes armés et en uniformes, mais sans signe permettant de les identifier.

Pressions diplomatiques.

Le Conseil de sécurité de l'Onu a réuni en urgence, hier soir, à New York, les ambassadeurs de ses 15 pays membres (dont fait partie la Russie), Ban Ki-moon appelant au calme immédiat et au dialogue. Le dossier ukrainien fera, en outre, l'objet d'un conseil extraordinaire des ministres des Affaires étrangères européens, demain. Hier soir, les présidents Barack Obama et François Hollande se sont entretenus au téléphone avec Vladimir Poutine. Le chef d'État américain a enjoint son homologue russe de replier ses forces sur ses bases en Crimée. La Russie se donne le droit de « protéger ses intérêts et les populations russophones », a répondu le chef du Kremlin. Alors que toutes les options - diplomatiques et économiques - pour faire pression sur Moscou sont envisagées, le Sénat russe a indiqué qu'il allait demander le rappel de l'ambassadeur russe aux États-Unis car, a-t-il dit, Barack Obama a franchi une « ligne rouge » et « humilié le peuple russe » en déclarant, vendredi, que toute intervention militaire en Ukraine aurait « un coût ».

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 12:23

On va voir l'avenir. Espérons que ces deux colombes furent un signe envoyé par Dieu (car elles ne sont pas tuées mais juste un peu secouées). Ca se termine bien. Elles se réfugient.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 13:30


2 mars 2014 à 13h25 Le Télégramme de Brest

L'Ukraine accuse la Russie de lui avoir "déclaré la guerre"

Tension extrême en Ukraine, où la pression russe a encore augmenté, ce dimanche matin, selon plusieurs sources.

13H25. La France "suspend" sa participation aux réunions préparatoires du G8
Paris a décidé de "suspendre" sa participation aux réunions préparatoires du G8 de Sotchi prévu en juin, a-t-on appris de source diplomatique, à l'Elysée. Cette décision ayant été "entérinée" lors d'une "réunion de crise" entre François Hollande et Laurent Fabius.

12H45. "Réunion de crise" Hollande-Fabius
Une "réunion de crise" sur la situation en Ukraine s'est tenue ce dimanche matin, à l'Elysée autour de François Hollande et du ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. C'est ce qu'on a appris de source diplomatique. "Le président et le ministre des Affaires étrangères ont tenu une réunion de crise à l'Elysée pour évaluer la situation en Ukraine et examiner les moyens d'éviter une escalade militaire", a-t-on déclaré de même source.

12H35. Le pape exhorte à surmonter l'"incompréhension" réciproque
Lors de l'Angélus, le pape François a appelé les parties en présence en Ukraine à surmonter leur "incompréhension" réciproque et demandé à la communauté internationale de tout faire pour promouvoir le dialogue.

12H20. L'Ukraine accuse la Russie de lui avoir "déclaré la guerre"
L'Ukraine se "trouve au bord du désastre", à la suite de la "déclaration de guerre" de la Russie. C'est ce qu'a déclaré, ce dimanche, le Premier ministre Arseni Iatseniouk. "C'est l'alerte rouge. Ce n'est pas une menace, c'est en fait une déclaration de guerre à mon pays, a-t-il ajouté. Nous appelons Vladimir Poutine à retirer ses forces armées d'Ukraine".

11H00. Mobilisation des réservistes ukrainiens
L'Ukraine va mobiliser ses réservistes, afin d'assurer la sécurité et l'intégrité de son territoire, a annoncé, ce dimanche, le responsable du Conseil de sécurité nationale, alors que Kiev dénonce une "agression armée russe".
Cette mesure doit permettre, selon lui, "d'assurer la sécurité et l'intégrité territoriale de l'Ukraine", après la "violation par la Russie des accords bilatéraux, notamment concernant la flotte de la mer Noire".

10H50. La France souhaite "la suspension" des préparatifs du G8 de Sotchi
La France souhaite "que soit suspendue la préparation du G8 de Sotchi" prévu en juin et condamne "l'escalade militaire russe" en Crimée, a déclaré, ce dimanche, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius sur Europe 1.

10H30. Défection d'un navire et mouvement de troupes russes
Dans la nuit, selon la chaîne russe d'info en continu RT, la frégate "Hetman Sahaydachniy", navire amiral de la flotte ukrainienne, aurait fait défection et hissé le drapeau russe après une patrouille dans le golfe d'Aden.
Quelques heures plus tard, ce matin, des mouvements de troupes russes ont été signalés dans le centre de Simféropol.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 16:00


Le Pape exhorte les Ukrainiens à dépasser les incompréhensions
2014-03-02 Radio Vatican

Le Pape appelle l’ensemble des Ukrainiens à « construire ensemble le futur de leur nation », en ce moment « délicat » pour leur pays. A l’issue de la prière de l’angélus, François s’est, pour la troisième fois, exprimer publiquement sur la situation que traverse l’Ukraine.
« Je vous demande de prier à nouveau pour l’Ukraine qui vit une situation délicate. Je souhaite que toutes les parties du pays travaillent à dépasser leurs incompréhensions et à construire ensemble le futur de la nation. Je lance un appel la communauté internationale afin qu’elle soutienne toute initiative favorisant le dialogue et la concorde. »

François avait lancé son premier appel à la paix et au dialogue pour le pays le 26 janvier dernier. Le Pape souhaitait alors « un dialogue constructif entre les institutions et la société civile et que, sans usage de la force, l'esprit de la paix et la recherche du bien commun prévalent dans les cœurs de tous ».

Prière pour les victimes du Maïdan

Hélas, la violence l’a emporté sur le Maïdan, la place de l'Indépendance à Kiev, cœur du mouvement de contestation des trois dernier mois. Le Pape s’est dit « préoccupé » lors de l’audience générale du 19 février dernier : « J’assure le peuple ukrainien de ma proximité et je prie pour les victimes des violences, pour leurs familles et pour les blessés. J’invite toutes les parties à cesser toute action violente et à rechercher l’entente et la paix du pays. ».

La semaine dernière lors du Consistoire extraordinaire sur la famille, le Pape avait également invité les cardinaux du monde entier rassemblés au Vatican à prier, eux aussi, pour le futur du pays et pour l’épiscopat ukrainien :« Je voudrais saluer non pas personnellement mais au nom de tous les cardinaux, le Cardinal Jaworski, archevêque émérite de Lviv, et le Cardinal Husar, archevêque majeur émérite de Kiev, qui, ces jours-ci, souffrent tellement et ont tant de difficultés dans leur Patrie. Peut-être serait-ce une belle chose de leur faire arriver ce message au nom de tous : êtes-vous d’accord, tous, pour le faire ? » Les 150 cardinaux présents dans la salle avaient alors applaudi en signe d’approbation.

Kiev rappel ses réservistes

Ce dimanche, l’Ukraine a annoncé le rappel de ses réservistes afin d'assurer « la sécurité et l'intégrité de son territoire », après la « violation par la Russie des accords bilatéraux, notamment concernant la flotte de la mer Noire », a annoncé le responsable du Conseil de sécurité nationale. Le Parlement ukrainien s'est réuni ce dimanche matin en session extraordinaire à huis clos pour discuter des mesures à prendre au lendemain du feu vert du Conseil de la Fédération à Moscou à un recours à l'armée russe en Ukraine.

Après la menace-choc samedi de la Russie d'intervenir militairement chez son voisin, les Occidentaux étudient les options pour obtenir le repli des forces russes déployées en Crimée.
Samedi, les Etats-Unis ont exigé de la Russie qu'elle replie ses forces déployées en Crimée, faute de quoi elle s'exposerait à un isolement international et à un impact « profond » sur ses relations avec Washington. Lors d'un appel téléphonique de 90 minutes, le président Barack Obama a affirmé à son homologue Vladimir Poutine qu'il avait violé la loi internationale en déployant des soldats russes en Crimée, et l'a exhorté à discuter pacifiquement avec les autorités de Kiev de ses inquiétudes sur le traitement des russophones dans le pays, a annoncé la Maison Blanche dans un communiqué.Ce dimanche, sont par ailleurs attendus à Kiev le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague et son homologue grec Evangelos Venizelos, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE.

Quelque 15.000 personnes étaient par ailleurs rassemblées dimanche en milieu de journée sur le Maïdan. D'autres continuaient d'affluer. Programmé depuis plusieurs jours sur le thème "L'Ukraine et la Crimée ensemble", ce rassemblement pourrait prendre une autre dimension au vu des derniers développements de la crise. (avec AFP)

lors de l'angélus, le 2 mars 2014

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 18:02



voila contre quoi la Russie se révolte.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 18:37



voila comment le peuple les dégage des bâtiments ( ici Kharkov est de l'Ukraine pro russe qui était pris par les fascistes il y a 7 jours)
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 20:06

Les journalistes présents en Ukraine démentent complètement toutes ces infos concernant des groupes nazis. C'est de la désinformation signée Moscou.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 20:16

Cécile a écrit:
Les journalistes présents en Ukraine démentent complètement toutes ces infos concernant des groupes nazis. C'est de la désinformation signée Moscou.


les vidéos que je postulé c'est bbc & france 2 ... oui ce vrai que ce Moscou..
Vous croyez vraiment que sans vraiment le besoin urgent, la Russie aurait fait des tells propos?
Revenir en haut Aller en bas
Cécile



Féminin Messages : 10442
Inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 20:34

Le besoin urgent de la Russie est de garder l'Ukraine sous sa coupe.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 20:54

Cécile a écrit:
Le besoin urgent de la Russie est de garder l'Ukraine sous sa coupe.
.
non pas du tout, l'Ukraine est de tout façon fusionné avec la Russie, 80% des productions ukrainiens et racheter par la Russie. Vous allez voir si l'ukraine ne fait pas de bêtise personne vas mourir. La Russie va protéger sa basse navale et la population russe et pro-russe qui se trouve au sud et a l'est de l’Ukraine, si Poutine donne l'ordre, pour le moment juste la basse navale RUSSE est sous contrôle militaire. C'est qui ce passée au Maiden est une très grave erreur des européens , EU a soutenu l’opposition sans réfléchir que pas tout la population soutien Kiev et les Nationalistes/ fascistes. Vous aller voir ici quelques mois que la vérité vas sortir du silence et le monde entier dira merci aux Russes.
Revenir en haut Aller en bas
Erkos



Masculin Messages : 523
Inscription : 23/01/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Dim 02 Mar 2014, 22:53

http://www.itele.fr/magazines/ca-se-dispute-zemmour-domenach/ukraine-une-claque-a-poutine-56-74182

Eric Zemmour et Nicolas Domenach, un débat animé par Léa Salamé
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 03 Mar 2014, 13:53

Ukraine. Direct : Ban Ki-moon appelle la Russie à "éviter une escalade"
3 mars 2014 à 13h50 Le Télégramme de Brest

Autour du dossier ukrainien, les tensions restent vives. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'Onu, doit rencontrer, ce lundi, le ministre russe des Affaires étrangères. Une solution diplomatique va-t-elle pouvoir être trouvée ?

13H50. Lavrov dénonce les menaces de "sanctions" et de "boycottage"
Sergueï Lavrov a dénoncé les menaces de "sanctions" et de "boycottage" suite à l'action de la Russie en Ukraine, les Occidentaux envisageant, notamment, de priver Moscou de son siège au G8. "Ceux qui essaient d'interpréter la situation comme une agression et menacent de sanctions et de boycottage sont les mêmes qui ont systématiquement encouragé le déni du dialogue et ont finalement encouragé la polarisation de la communauté ukrainienne", a déclaré le chef de la diplomatie russe lors de l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève.

13H45. La Bourse de Moscou s'enfonce

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 03 Mar 2014, 20:18

L'UE a joué au pyromane en Ukraine

Aymeric Chauprade dénonce l'ingérence de l'UE en Ukraine :

   éLe comportement irresponsable de l’union européenne qui n’a eu de cesse de jeter de l’huile sur le feu en Ukraine est en train de produire ses effets prévisibles. Le Front national avait mis en garde, dès le début de ces troubles, encouragés de l’extérieur, quant au risque d’envenimement de la situation ukrainienne.

   Kiev n’a plus de gouvernement légal mais agit sous la pression de milices radicales qui ont annulé la démocratie, balayé les droits linguistiques des russophones, limité les programmes de télévision d’opposition, arraché les églises orthodoxes ukrainiennes du patriarcat de Moscou et menacé d’annuler l’autonomie de la Crimée garantie par des traités.

   Il était logiquement prévisible que Moscou ne laisserait pas le nouveau pouvoir menacer les populations russophones de l’Est et de la Crimée. Vladimir Poutine pouvait-il rester sourd aux appels inquiets des foules massées à Kharkiv, Donetsk, Simferopol et Sébastopol? Pouvait-il prendre le risque d’une guerre civile généralisée en Ukraine qui aurait conduit à des massacres de grande ampleur?

   Les pyromanes de salon qui ont joué avec le feu en poussant une partie de l’Ukraine contre une autre, sans se préoccuper des conséquences humaines, pourront bien dénoncer l’arrivée des pompiers russes. Ils porteront cependant, devant l’Histoire, une responsabilité écrasante quant à l’affaiblissement général de la souveraineté étatique ukrainienne.

   Comme l’intervention armée française au Mali, l’intervention russe dans l’Est de l’Ukraine et en Crimée vise d’abord à désarmer une population qui était en train de s’armer dangereusement, à garantir les droits des russophones qui venaient d’être anéantis par Kiev, et, bien évidemment aussi, à l’instar de la France en Afrique subsaharienne, à garantir quelques intérêts stratégiques propres à toute zone d’influence historique. [...]"
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16647
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 03 Mar 2014, 20:37

Crimée. La situation de plus en plus tendue
3 mars 2014 à 19h05 Le Télégramme de Brest

Les tensions restent vives autour du dossier ukrainien. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l'Onu, a appelé la Russie à "éviter une escalade". La Russie a lancé un ultimatum aux militaires ukrainiens présents en Crimée, menaçant de passer à l'assaut. Réplique de l'Union européenne : la possible remise en cause de ses relations avec le régime de Poutine.

19H05. Sommet extraordinaire de l'UE jeudi
Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se tiendra jeudi à Bruxelles sur la crise en Ukraine, a annoncé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Par ailleurs, la représentante de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, rencontrera le ministre russe des
Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, aujourd'hui, à Madrid (Espagne) avant de se rendre à Kiev demain.
18H15. L'UE menace de remettre en cause ses relations avec la Russie
"En l'absence de mesures de désescalade de la part de la Russie, l'UE devrait décider des conséquences sur les relations bilatérales entre l'UE et la Russie", ont indiqué les ministres européennes des Affaires étrangères dans une déclaration, à l'issue d'une réunion d'urgence sur la crise ukrainienne à Bruxelles.

18H00. La Russie lance un ultimatum aux forces ukrainiennes en Crimée
Les forces russes ont adressé un ultimatum aux militaires ukrainiens présents en Crimée, les enjoignant de se rendre sous peine d'être attaqués, a déclaré un responsable du ministère ukrainien de la Défense. "L'ultimatum est le suivant : reconnaître les nouvelles autorités (pro-russes) en Crimée, déposer les armes et s'en aller, ou être prêt à subir un assaut", a dit Vladislav Seleznev, ajoutant qu'il en ignorait l'échéance précise.

17H25. Nouvelle réunion lundi après-midi du Conseil de sécurité de l'ONU
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira une nouvelle fois lundi après-midi à New York à propos de la crise en Ukraine et en Crimée, a annoncé la présidence luxembourgeoise du Conseil. Cette réunion publique a été convoquée pour 15H30 (20H30 GMT) à la demande de la Russie, ont indiqué des diplomates.

17H10. Une intervention de l'armée russe en Ukraine "pas nécessaire pour le moment"
Le président de la chambre basse du Parlement russe (Douma), Sergueï Narychkine, a estimé qu'une intervention de l'armée russe en Ukraine n'était "pas nécessaire pour le moment".
14H55. La Russie juge les menaces de Kerry "inadmissibles"
La Russie a jugé "inadmissibles" les menaces du secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui avait dénoncé "l'invasion" de l'Ukraine par la Russie, ajoutant qu'elle risquait en conséquence de perdre son siège au G8.

14H30. Des pro-russes prennent d'assaut l'administration régionale à Donetsk
Quelque 300 manifestants pro-russes ont pris d'assaut l'administration régionale de Donetsk (est de l'Ukraine), fief du président déchu Viktor Ianoukovitch. Après une manifestation ayant rassemblé entre 3.000 et 4.000 personnes brandissant des drapeaux russes et scandant "Russie, Russie !", un groupe de manifestants a, en effet, brisé des vitres et pénétré dans le bâtiment, dont ils occupent maintenant plusieurs étages.

13H50. Lavrov dénonce les menaces de "sanctions" et de "boycottage"
Sergueï Lavrov a dénoncé les menaces de "sanctions" et de "boycottage" suite à l'action de la Russie en Ukraine, les Occidentaux envisageant, notamment, de priver Moscou de son siège au G8. "Ceux qui essaient d'interpréter la situation comme une agression et menacent de sanctions et de boycottage sont les mêmes qui ont systématiquement encouragé le déni du dialogue et ont finalement encouragé la polarisation de la communauté ukrainienne", a déclaré le chef de la diplomatie russe lors de l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève.

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 03 Mar 2014, 20:41

Ukraine: mise au point de Sergeï Lavrov

Déclaration du ministre russe des Affaires étrangères :

"Je réitère que nous parlons ici de la protection de citoyens et de compatriotes, de la protection du plus fondamental des droits de l'homme - le droit de vivre, et rien de plus".

"Ceux qui essaient d'interprêter la situation comme un acte d'agression, nous menacent de sanctions et de boycott, sont les mêmes partenaires qui ont constamment et vigoureusement encouragé les pouvoirs politiques qui leur sont proches, à lancer des ultimatums et à renoncer au dialogue, à ignorer les préoccupations du Sud et de l'Est de l'Ukraine, et en conséquence à polariser la société Ukrainienne."

Lavrov a précisé que la Russie n'utiliserait pas ses forces militaires pour obtenir des gains géopolitiques sous prétexte de protéger les droits de l'homme. Toute allusion à certaines politiques, des champions auto proclamés de la démocratie universelle, et à un certain nombre de campagnes en conséquence (Bosnie, Kosovo, Irak, Libye, Syrie, au suivant, tiens justement, parlons de l'Ukraine, ...) serait purement fortuite.

"Les droits de l'homme sont trop importants pour en faire un outil de marchandage dans les affrontements géopolitiques, pour imposer sa propre volonté aux autres; encore moins pour instiller un changement de régime."

"Une intervention en force sous le prétexte de protéger les civils entraine le contraire, multiplie les souffrances des citoyens pacifiques, et les prive du droit humain fondamental: le droit à la vie."
Revenir en haut Aller en bas
Lapis-lazuli



Masculin Messages : 1849
Inscription : 20/02/2014

MessageSujet: Re: L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.    Lun 03 Mar 2014, 21:13

Par ailleurs, cet article peut aider à comprendre comment la Russie perçoit son environnement, et notamment ses "partenaires" occidentaux:
http://www.dedefensa.org/article-poutine_la_russie_et_le_sens_de_la_crise_23_09_2013.html
Revenir en haut Aller en bas
 
L'Ukraine : Observation du "signe" des deux colombes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vatican: Lâchées pour la paix en Ukraine, deux colombes se font attaquer par un corbeau et un goéland
» [Help] Comment savoir son signe du zodiaque quand on est née entre "deux signes" ?
» VATICAN : COLOMBES ATTAQUÉES PAR UNE MOUETTE ET UN CORBEAU
» 2009: Observation de boules lumineuses oranges se déplaçant rapidement... - Châtel Saint-Germain - (57)
» Présentation de la vague d'observation de 1954

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: