DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Israel et les Palestiniens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
boulo
Administrateur


Messages : 9360
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 07:07

prinu a écrit:
...


---
s'il;existait un état pour les roux victimes de racisme anti-roux, je serais pour et défendrais leur droits.
l'autodetermination des peuples ne regarde pas autrui.

Vous l'aviez d'ailleurs déjà fait , en avalant bêtement le canular du Gorafi , Prinu .
Revenir en haut Aller en bas
r.



Messages : 1757
Inscription : 11/06/2010

MessageSujet: USA : 5.000 PROFESSEURS ET CHERCHEURS AMÉRICAINS DÉCIDENT DE BOYCOTTER ISRAËL   Mar 17 Déc 2013, 09:41

Spoiler:
 

Citation :
NEW YORK, 16 déc 2013 (AFP) - Une association regroupant plus de 5.000 professeurs et chercheurs américains a décidé de boycotter Israël pour protester contre la politique de l'Etat hébreu à l'égard des Palestiniens, une décision condamnée lundi par le Congrès juif mondial.

Ce boycott des institutions académiques israéliennes a été approuvé par 66.05% des 1.252 membres de l'American Studies Association (ASA) qui ont pris part au vote, précise sur son site celle qui se présente comme "la plus ancienne et la plus importante association consacrée à l'étude interdisciplinaire de l'histoire et la culture américaines".

"La résolution adoptée est solidaire de tous les chercheurs et étudiants privés de leur liberté académique et aspire à accorder cette liberté à tous, y compris aux Palestiniens", écrit l'ASA sur son site, évoquant aussi "la violation par Israël du droit international et de résolutions de l'ONU".

Plusieurs organisations de ce type militent dans le monde pour un boycott académique d'Israël pour s'opposer à la politique de l'Etat hébreu.

L'ASA est la deuxième organisation académique américaine à adopter une telle position, après l'Association for Asian American Studies, qui avait pris une décision similaire en avril.

Le ministre israélien des Sciences et de la Technologie Yaakov Peri, cité par le site d'information Ynet, s'est élevé contre le vote des adhérents de l'ASA.

"La principale victime ici est la science internationale qui relie entre eux des gens de diverses ethnies, nationalités et obédiences politiques, et c'est ainsi qu'elle doit rester", a regretté cet ancien patron du Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien.

"La décision (de l'ASA) ne fait pas la différence (...) entre une opinion politique et des travaux scientifiques", a encore déploré M. Peri.

Ce vote "illustre l'antisémitisme (...) et la banqueroute morale de l'American Studies Association", a réagi Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial. L'ASA "jette l'opprobre sur l'Etat juif, le seul pays du Moyen-Orient qui partage les valeurs américaines? Il ne faut pas s'étonner que de nombreux Américains disent du monde universitaire qu'il est biaisé et déconnecté des réalités", a-t-il poursuivi.

L'Association américaine des professeurs d'université, qui compte 48.000 membres, est, elle, opposée à tout boycott d'Israël.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 10:05

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Scrogneugneu



Messages : 2626
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 10:40

c'est absurde, ce ne sont que des multinationales, essentiellement américaines et européennes.
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 14:23

prinu a écrit:
Jésus Christ est mon pote a écrit:
C'est curieux comme argument : que feront les Juifs le jour où ils auront enfin réussi à vivre tous ensemble en Israel sans goyim dans le coin ?

peut etre un barbecue avec les yeux des petits bébés palestiniens rotis au miel ? qu'en pensez vous jc ?
et le soir que faites vous au fond de votre petit lit, guili guili, guili ?  (pour ceux qui connaissent la chanson de jacques brel.;)

Dès qu'une question vous gêne, il n'y a plus personne.

Et comme à votre habitude, vous affichez votre mépris pour vos interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 15:46

ce boycotte représente bien de la haine .

il invoquent le sionisme, qui n'a fait de lal a personne en verite, mais dans un boycott commercial, ils pensent simplement " juifs" sans l'avouer, pour eux, les banques et les commerces, c'est les juifs, donc ils disent sionistes pour faire communiste dans "le coup", puis que c'est la mode marxiste de cracher sur la democratie israelienne, le fait deux pierre d'un coup, contre les juifs et le capitalisme,
les marxistes ont le meme discours que les petainistes dont ils orennent le relais du populisme antisemite.
ils disent " mais non c'est juste a cause des palestiniens" foutaises.
l'antisionisle est la mutation moderne de l'antisemitisme, qui touchait avant, l'individu juif, maintenant , l'etat juif.
tout le discours palestiniste sur une colonisation est diffamatoire et faux.
le palestinisme est une obsession antijuive appliquee a un etat, puisqu'aucun argument antisioniste ( vol de terre, colonisation, racisme antimusulman) n'est fonde. ils se congratulent entre eux de leur " humanisme" envers ces pauvres terroristes islamistes, premiers et continuels agresseurs depuis 1921.
ils se le repetent en grands comites internationaux jusqu'a se persuader d'etre dans le vrai et le juste.
ils en sont obsedes. c'est psychiatrique.

La principale victime ici est la science internationale qui relie entre eux des gens de diverses ethnies, nationalités et obédiences politiques, et c'est ainsi qu'elle doit rester, a regretté le service de sécurité intérieure israélien.
La décision (de l'ASA) ne fait pas la différence (...) entre une opinion politique et des travaux scientifiques, a encore déploré M. Peri.
Ce vote illustre l'antisémitisme (...) et la banqueroute morale de l'American Studies Association, a réagi Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial. L'ASA jette l'opprobre sur l'Etat juif, le seul pays du Moyen-Orient qui partage les valeurs américaines? Il ne faut pas s'étonner que de nombreux Américains disent du monde universitaire qu'il est biaisé et déconnecté des réalités, a-t-il poursuivi.
L'Association américaine des professeurs d'université, qui compte 48.000 membres, est, elle, opposée à tout boycott d'Israël.


Dernière édition par prinu le Mer 18 Déc 2013, 05:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 16:40

Ce n'était pas ma question.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 17:03

ben c'est ma réponse. votre fausse question est une insulte antisémite induite, j'y ai quand meme répondu  plus haut en démontrant que vous diffamez et insultez avec votre question.




Dernière édition par prinu le Mer 18 Déc 2013, 01:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 17:11

Mandela et les dictateurs

Mandela. Celui ci n'a jamais dit un seul mot sur les massacres des noirs au Soudan et au Darfour.
en vérité, avec les documents et sources nombreuses, on découvre que Mandela, une fois au pouvoir, a laissé tombé la cause réelle des noirs, pour prendre les diverses causes des marxistes blancs.
Il adorait ce role facile d'intouchable désormais, couvert d'honneurs.
Il n'a jamais émis la moindre protestation quand des noirs chrétiens ou non-musulmans étaient massacrés, se calquant sur les politiques internationales des marxistes radicaux, dont il faisait partie et participait activement, comme les photos des réunions communistes internationales le montrent.

en voici une preuve:


La revue Courrier International commence a critiquer vertement la Vie de Mandela , en mettant enfin des vérités, on y parle de son terrorisme, on voit une photo de protestation de massacres de blancs par son parti, avec une photos avec un enfants blancs martyrs sur une pancarte, on parle de ses relations avec des dictatures marxistes, voir les preuves que je met plus bas, ca fait du bien que la pensee unique soit un peu secouee.
Son icone présentée comme une idole, dans nos médias depuis quelque jours, est donc un vrai attrappe-gogos pour vendre du papier, je pense.

La revue Courrier International démontre bien qu'il a été en prison, parcequ'il était coupable de terrorisme.
c'est écrit.(source Courrier International et nombreux livres)
Il n'était pas innocent. Il a fait comme l'Irgoun.
J'aimerais qu'on porte autant, aux nues, en photo de victoire, les innocents libérés de nos prisons francaises, qui sont de vrais héros de courage, eux bien innocents, et qu'on laisse de coté parcequ'ils vendraient moins de papier et feraient des Unes de journaux, moins populistes.

Mandela avec les mollahs d'Iran. ici, avec le guide supréme iranien.






sources iraniennes Irna.


Mandela en Iran, à Téhéran en 1992.


Mandela avec Mobutu


Nombres de revues africaines en parlent.


il ya aussi des photos de Mandela avec le terroriste Arafat. il était trés palestiniste.


montrez moi une seule photo d'un président israélien avec les président d'afrique du sud de l'époque de l'apartheid, s'il vous plait, avec des poings levés démontrant une collusion idéologique, une synergie idéologique, comme Mandela avec castro, kadhafi, ou le régime de Téhéran. aucune revue palestinienne n'est capable d'en trouver.
Les liens étaient surtout économiques, comme beaucoup de pays d'europe, dont la France, avec l'afrique du sud de l'époque. Tout les petits pays cherchaient aussi des débouchés économiques partout. Les entreprises européénnes et francaises ont fait du commerce avec tout les régimes.
Les sionistes détestaient l'apartheid. On trouvait ca ignoble. on est bien placé pour le savoir, non ?

Mandela et Castro:




Mandela et Kadhafi:


Mandela et Mobutu:

j'ai bien démontré et sourcé les relations idéologiques de Mandela avec des dictateurs, et ce n'est qu'une petite partie ..

quand il a pactisé avec les régimes marxistes les plus antidémocratiques et sanglants du monde, et des dictatures marxistes africaines qui ont fait des centaines de milliers de morts. Il a soutenu des régimes térrifiants parmis les pires de la planéte. mon argumentation limpide me semble éclairante pour qui veux comprendre le petit homme Mandela. Loin de la censure de la presse, j'apporte une petite goutte de relativité utile.
Le pouvoir rend fou. et c'est dommage, puisqu'il a représenté une lutte libertaire au début.
Il a été un résistant a un apartheid raciste, et aprés avoir eu le pouvoir, il a soutenu d'autres formes d'apartheids; différents, mais pas moins différents dans la barbarie. Argumentations: lire le livre de jean-claude Rolinat.. et de nombreux autres.
L'ensemble de la classe politico-médiatique n'a pas fini de nous rebattre les oreilles avec des hommages délirants à la mémoire de « Madiba », et ca va laver bien des cerveaux.
La relativité est une chose indispensable.
Lire aussi "Les Mémoires Juives de Nelson Mandela", édité en 2011, parlant de ses amitiés fortes avec juifs et sionistes, du temps, ou il luttait pour la liberté.
et ses avocats juifs qui ont réussi a le faire sortir de prison.

Une fois au pouvoir, adieu les bons sentiments, il a alors soutenu des dictatures marxistes et islamistes.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 17:28

Scrogneugneu a écrit:
c'est absurde, ce ne sont que des multinationales, essentiellement américaines et européennes.

les antisionistes sont avant tout des anticapitalistes primaires, et les mouvements de boycott (mouvements d'indignés, etc) sont remplis d'antisémites d'extréme gauche (et un peu d'extréme droite).

c'est effectivement absurde. ils oublient de boycotter des médicaments et la clef usb (invention israélienne, donc sioniste pour eux )
peut etre que si ils sont un jour greffé a l'hopital, la greffe ne prendra pas .. et que les pansements ne tiendrons pas. abominables créations démoniaques sionistes.
Le boycotte illégal d'israel est un mouvement qui était créé en partie par stephane hessel.

La justice francaise a déclaré que ce mouvement était illégal et discriminatoire, des partisants du boycott, qui avaient attaqué des grandes surfaces connues, et manifesté contre des produits en france, ont été mis en prison en France.

Procès BDS à Bobigny : le procureur requiert de la prison
4 militants BDS Maha, Olivia, Mohamed et Ulrich, au tribunal de Bobigny le 15 mars 2012, ont été accusés de discrimination raciste, d’incitation à la haine et à la violence pour avoir participé ou mis en ligne des actions de boycott.

--
28 Novembre 2013 - La Cour d’appel de Paris a condamné jeudi Dieudonné à 28 000 euros d’amende pour diffamation, injure et provocation à la haine et à la discrimination raciale pour des propos et une chanson détournée d’Annie Cordy, intitulée “Shoah nanas”. C’est la septième fois que Dieudonné est condamné pour des propos à caractère antisémites.

--

Les palestinistes créent des associations juives
afin de trouver une parade idéologique, et se dédouaner d'antisémitisme, plusieurs fausses associations juives ont été crées, se disant antisionistes, comme par exemple l'ujfp (union juive pour la paix), composée inégralement de musulmans (aucun porte parole n'est juif..), et de rares juifs marxistes radicaux souhaitant la destruction d'Israel. j'ai déja présenté aussi, ici, de faux juifs (j'ai mis un reportage sur l'un d'eux, il y a deux pages, ici meme, né catholique, marxiste radical ayant fait semblant de devenir juif et de se convertir afin d'etre présentable au public palestiniste. il était en photo sur la liste de dieudonné aux élections européennes, afin de faire croire que de "vrais" juifs sont antisionistes. Dans le programme de cette liste, on accuse les présidents francais de participer à , je cite "un certain bal", quand des présidents ou ministres francais vont saluer les représentants de la communauté juive de france).

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 18:01

http://www.jforum.fr/forum/israel/article/la-judaite-de-l-etat-juif-ne

Par Maître Ramas-Muhlbach.

Le 13 décembre 2013, une source palestinienne a confirmé la position du Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, exprimée lors de sa rencontre, la veille, avec John Kerry : il refuse de reconnaître Israël comme Etat juif et rejette les propositions du secrétaire d’Etat américain, pour ce qu’il en est de la présence militaire israélienne le long de la vallée du Jourdain.


Cette divergence de vue ne devrait jamais être aplanie : pour Mahmoud Abbas, il s’agit de «  lignes rouges » non négociables, alors que du côté israélien, l’intransigeance de l’Autorité Palestinienne constitue la racine du conflit qui interdit toute avancée sur le terrain de la paix (propos du Premier Ministre israélien formulés en novembre 2013).

La question se pose en réalité de savoir si Mahmoud Abbas peut influer sur la question de la judaïté d’Israël. La réponse est négative. La nature juive de la terre d’Israël n’est pas fonction d’une reconnaissance palestinienne ou internationale mais tout d’abord du nombre de Juifs qui s’y trouvent (1). Par ailleurs, cette judaïté dépend de ce que l’Etat juif entreprend pour la figer (2). Enfin, et pour Mahmoud Abbas, le refus de reconnaître le caractère juif d’Israël résulte de l’impossibilité pour lui d’aller à l’encontre de la position contemporaine du monde arabe (3).


▪ Le nombre de juifs implantés dans un endroit géographique conditionne sa judaïté. Il suffit pour s’en convaincre de reprendre le cas du quartier (que l’on appelait) « juif » de Paris ou encore « plezl » situé dans le Marais et dont la rue des Rosiers se situe au cœur. Son caractère juif dépend certes, d’une admission unanime, mais surtout d’une présence juive importante. D’ailleurs, la rue Ferdinand Duval située dans le prolongement de la rue des Rosiers portait elle-même le nom de rue « des Juifs » entre le Moyen Age et l’affaire Dreyfus (avant d’être rebaptisée), puisque c’est à cet endroit que les Juifs se sont établis en masse pour atteindre le nombre de 20 000 à la fin du XIX ème siècle. C’est, tristement, à cet endroit que 25 000 juifs ont été regroupés pendant la seconde guerre mondiale lors de la rafle du Vel d’hiv, avant d’être assassinés. Désormais, le quartier appelé « juif » tend à perdre son identité historique. Les commerces juifs et boucheries cachères ont laissé la place aux boutiques de mode et de luxe dans la rue des Rosiers, à l’instar du restaurant Goldenberg, frappé par un terrible attentat antisémite le 9 août 1982 (qui a fait 6 morts et 22 blessés), transformé en 2007 en commerce de « prêt à porter ». Ce quartier est d’ailleurs devenu un des quartiers (non pas goy mais) « gay » de la capitale. On pourrait également citer l’exemple de la rue « aux Juifs » de Rouen (qui jouxte le Palais de justice) dans laquelle il n’y a plus de juifs et dont l’ancienne synagogue est située dans l’enceinte de la Cour d’Appel. Pour Israël, il en sera de même. Sa nature juive est, tout d’abord, conditionnée par l’importance de la population israélite qui y vit, non d’une déclaration de Mahmoud Abbas.

▪ Par ailleurs, la nature juive de l’Etat d’Israël est fonction des valeurs que le pouvoir politique met en place et du cadre qu’il lui fixe. L’Europe fournit un très bon exemple en cette matière. Le christianisme a été au centre du développement de la civilisation dans le vieux continent mais l’Europe n’est plus, aujourd’hui, chrétienne, faute de volonté politique et de référence à la religion chrétienne dans ses institutions.

Après la seconde guerre mondiale, la question s’est posée de savoir s’il convenait de préciser les fondements chrétiens de la civilisation en Europe.

Le Vatican a défendu la civilisation chrétienne après la guerre, pour contrer la poussée du communisme et, le 11 novembre 1948, le pape Pie XII a exprimé sa crainte d’une décadence morale et spirituelle de l’Europe. Des hommes d’Etat comme Schuman, Adenauer, Gasperi, Bach, Zeland, se sont associés au projet d’une Europe vaticane, en lançant un projet collectif avec des liens forts, qui unissent les peuples autour des valeurs du Christianisme, d’une entente fraternelle, d’une solidarité dans la dimension spirituelle de l’homme. De même, les démocrates-chrétiens ont combattu dans la résistance, animés d’un sentiment de solidarité, nourri par les racines chrétiennes, face à la barbarie nazie, mais n’ont pu constituer une entité politique supranationale européenne après la guerre.

Si le christianisme est resté fort dans les pays de l’Europe du sud comme l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Grèce, l’Europe a décidé de renoncer à son identité historique et à son unité spirituelle qui prévalaient au Moyen Age. La référence aux origines chrétiennes n’était d’ailleurs pas opportune dans la mesure où une partie des catholiques a fait preuve d’une indulgence condamnable à l’égard des régimes fascistes en Italie ou en Espagne. L’Europe a finalement décidé de renoncer à mentionner ses racines chrétiennes pour figer la laïcité dans les institutions. Il en sera de même pour Israël. Ses institutions figent le cadre national juif pour les années à venir mais l’Etat juif peut également décider de renoncer à sa nature, sans que Mahmoud Abbas ne conditionne ce choix.

Notons que cette laïcité en Europe, n’est elle-même qu’éphémère, puisque fonction de la population qui y vit et des valeurs nouvelles qui pourraient y être adoptées. L’Europe pourrait tout à fait devenir musulmane, en cas de décision politique européenne en ce sens. Les conditions tendent d’ailleurs à se réunir. Il y a en Europe une immigration musulmane importante : des grandes villes européenne comme Marseille, Amsterdam ou Malmoe comprennent une population musulmane qui pourrait rapidement devenir majoritaire, et d’autres, comme Bruxelles, où le prénom Mohamed est le plus choisi dans les maternités. Par ailleurs des mosquées se construisent en grand nombre, la nourriture Hallal se répand dans les restaurant et les cantines, et le port du voile se systématise chez les filles. Sur le plan économique le Qatar investit massivement dans les grands groupes et sera bientôt en mesure d’exercer son influence. Certaines législations prennent en compte l’islamisation de la société, comme à Londres où il est fait application de la Charia dans les tribunaux et dans le système législatif anglais. Enfin, l’absence de perspectives économiques encourageantes incite les jeunes diplômés à quitter le vieux continent. Pour Israël il en sera de même, s’il n’impose pas son cadre institutionnel juif dans sa législation.

▪ Enfin, Mahmoud Abbas ne peut, pour rester en vie, prendre le risque de reconnaître la judaïté d’Israël. Le Hamas, le Djihad islamique, le comité populaire de la résistance et toutes les mouvances hostiles à l’Etat juif, se chargeraient rapidement de lui rappeler que ce crime est passible de la peine de mort. Par ailleurs, les fondamentalistes islamistes sont persuadés que le monde doit être gouverné dans la cadre d’un Califat universel et ce n’est certainement pas Mahmud Abbas qui peut modifier cette dynamique.

Reconnaître le caractère juif d’Israël reviendrait avant tout à reconnaître l’Etat d’Israël au rang des nations, ce que n’a fait aucun pays musulman. Si donc Mahmoud Abbas veut rester en bonne santé, il ne doit surtout pas s’aventurer sur ce terrain.

Israël devrait donc rester le seul maître de sa nature juive et de sa durée, sans que personne n’influe, de quelque manière que ce soit, sur son identité spécifique.

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach.


--


Mahmoud Abbas, une fois son costume retiré. il a été formé par l'école du KGB à Moscou (verifiez sources et preuves avec google). Tout comme Ali Khamenei..


Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 19:27

prinu a écrit:
L’abattage rituel est un droit garanti par la Convention européenne des droits de l’homme dans son article 9.

c'est donc un droit aussi normal, que le regard des anglais nous voyant manger des escargots, nous cruels francais.
Cependant, le cruel gavage des oies, n'est pas inhérent à une religion et un rite ancestral. il est pourtant politiquement et commercialement défendu, et son interdiction ne blesserais pas de mentalité liée à dex croyances de millions d egens..  pourquoi cette exception pour une habitude francaise non religieuse, mais dont la tolérance paraitrais soudain intenable pour une habitude religieuse ? il y aurais deux poids et deux mesures ? les lobbys du foie gras seraient plus acceptables ?

Si vous êtes contre, vous n'achetez pas de foie gras.

C'est aussi simple que cela.

Citation :
D’après la loi religieuse juive, ce type d’abattage protège au mieux l’animal, diminue sa souffrance et la viande est plus saine pour le consommateur. Néanmoins, nous savons que la tendance actuelle ne va pas dans cette direction.
Aujourd’hui, pour produire un kilo de viande Casher en bout de chaine, il faut tuer rituellement au moins le double de bêtes. Une grande partie de l’animal n’étant pas apte à être consommée dans le circuit Casher pour des raisons religieuses (presque tout l’arrière de la bête), ces kilos sont donc revendus dans le réseau classique de la grande distribution, au prix du marché, voire un peu moins.

Pourquoi pas...

Citation :
Quel serait le prix d’un kilo de viande Casher d’une bête dont on n’aura pas vendu les parties impropres religieusement ? Le double… Certainement !
Imaginez donc l’étiquetage obligatoire : combien de consommateurs seraient prêts à acheter de la viande tuée selon la méthode Casher ? Pas beaucoup ! Mécaniquement, les prix du Casher risqueraient de s’envoler.
Voilà pourquoi une mesure de dire si à l'origine une viande a été abattue selon un rite ou pas, est très grave financièrement pour la communauté juive comme musulmane.

Mais dire que tel produit provient de la filière "bio" ou "commerce équitable" est légal, n'en déplaise au intérêts des multinationales de l'agroalimentaire.

Est-ce anormal ?

Citation :
Jusqu’à présent, les communautés juives de France et d’Europe ont eu une position défensive, en soutenant que la méthode de la Che’hita était un procédé traditionnel et qu’elle n’était pas « moins bien » que l’abattage précédé d’un étourdissement.

Or, d'aprés des spécialistes, une commission démontrerai que les techniques employées pour l’abattage selon les règles du judaïsme sont bien meilleures du point de vue de la souffrance animale, de la morale, de la santé, et encore à bien d’autres niveaux, que l’abattage avec étourdissement préalable.

Le saviez vous ?

Jugeons ensemble si c'est fondé ou pas.

Donc on met des étiquettes "animal abattu selon le rite casher/hallal" et les consommateurs jugeront.

Et puisque c'est aussi génial que vous le dites, il n'y a aucune raison de s'en priver.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 21:19

Imaginez donc l’étiquetage obligatoire : combien de consommateurs seraient prêts à acheter de la viande tuée selon la méthode Casher ? Pas beaucoup ! Mécaniquement, les prix du Casher risqueraient de s’envoler.
puisque seul la moitie de la vuande selon le rite juif peux etre utilise dans le circuit cacher.
si la viande non recevable religieusement, ne peux etre revendue, le orix de la viande cacher DOUBLE pour le consommateur.
grace a JC, les familles pauvres ou moyennes , donc majoritaires, qui mangent cacher, n'aurait plus les moyens d'acheter de la viande a leurs enfants, merci jc.

a quand une saine taxe sur les hosties et les cierges, jc ? et puis un ticket payant pour aller a l'eglise. continuez la demagogie de haine, comme r.  ,jc..



--



eh ben moi j'achete du fois gras, j'adore ca !
pour noel, je viens de prendre un sauternes chateau d'arche 2006, recoltant,grand cru classé
pour le foie gras

ca va etre classieux comme disait gainsbourg
et en entrée des coquilles saint jacques ..

tout pas cacher

masi je vous assure que le foie gras cacher est superbe  aussi  j'en ai gouté en famille, fameux.

et je vous avais déja parlé des gateaux cacher, pour leur légéreté ,  gout,  digeste.
je vasi surement en prendre pour le dessert, ya pas mieux meme en cherchant partout.




J'ai ressorti l'arbre de noel ce soir
 santa santa santa santa santa santa


Dernière édition par prinu le Mer 18 Déc 2013, 05:57, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80837
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 21:20

thumleft 

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 22:06

https://louyehi.wordpress.com/2013/12/16/bedouins-du-negev-lafp-prefere-mentir-pour-diaboliser-israel-plutot-que-rapporter-les-faits-les-bedouins-disrael-ont-gain-de-cause/

Bédouins du Negev : l’AFP préfère mentir pour diaboliser Israël plutôt que rapporter les faits / Les Bédouins d’Israël ont gain de cause
L’AFP n’est pas intéressée à mentionner qu’en raison des intempéries, l’armée israélienne a assisté deux ambulances palestiniennes bloquées par la neige près de Hébron, et a sauvé un véhicule d’urgence du Croissant-Rouge pris au piège par la neige près de Ramallah. L’AFP n’a pas non plus jugé utile de dire qu’en raison du froid exceptionnel, Israël a transféré d’urgence à Gaza 1,2 million de litres d’essence, dont 800 000 litres de diesel et 400 000 litres pour la centrale électrique de Gaza, et 200 tonnes de gaz domestique.

Pourtant l’AFP ne manque jamais une occasion de décerner des satisfecit aux actions humanitaires.

L’agence française n’a pas jugé utile de mentionner ces deux faits, car ils montrent Israël sous un angle qui contredit le discours diabolisant de la presse française.

En revanche, l’AFP n’a pas manqué de faire accoucher une souris d’un éléphant, et a fabriqué une affaire d’expulsion « inhumaine » de bédouins du Negev qui n’existe pas. « Les Bédouins d’Oum al-Heiran sont menacés d’expulsion pour laisser place à deux villes nouvelles israéliennes » dit la dépêche, alors qu’il s’agit de villes nouvelles construites pour les bédouins.

L’AFP, qui ne rougit de rien, a même fait dire à un bédouin : « Je suis né ici, c’est ma maison et c’est tout ce que je connais », alors que les bédouins sont nomades de tradition et n’ont pas d’attachement à la terre – et avant Israël, ils n’ont jamais eu, ni vécu dans des maisons, mais sous des tentes…

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 22:29

QUe préparez vous pour Noel ?
pour nous ce sera
entrée : coquilles saint jacques, foie gras d'oie , terrine de saumon, oeufs de saumon, tarama extra
le sauterne déja décrit, rhum pere labat arrangé à la banane pour  qui veux, limonade a la rose.

plat principal: pavés de Cerf avec sauce au champagne et morilles (pas donné les morilles cette année)
vin:  il faudrait un rouge adéquat, si vous avez une idée avec le cerf

dessert a voir (gateaux cacher: au chocolat, praliné et fruits rouges)
et si je trouve une glace aux marrons

et j'ai de super bons petits gateaux au beurre de la maison Dandoy, de Bruxelles (rue au beurre !).


pour les gateaux cacher, deux bonnes adresses:
-La délicieuse  (vers bd voltaire)  (moins cher que charles traiteur)
-charles traiteur le plus réputé des traiteurs.

l'interet :
-plus leger (pas de lait)
-gouts meilleurs pour moi (plus fin, moins dilué)
-dix fois plus digeste apres un repas (promis).

bonnes fetes fleur6 santa
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9360
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 23:27

Digressions narquoises , matraquage de copiés-collés hors sujet , virevoltes , logorrhées , soliloques , mensonges éhontés , imputations calomnieuses ... Vous ne m'aurez rien épargné , cher Prinu .

Une chance pour vous , c'est que Jésus était juif et qu'il nous a enseigné à pardonner .

Ne vous étranglez pas avec votre menu . Bonne fête de Noël .
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 23:44

boulo a écrit:
Digressions narquoises , matraquage de copiés-collés hors sujet , virevoltes , logorrhées , soliloques , mensonges éhontés , imputations calomnieuses ... Vous ne m'aurez rien épargné , cher Prinu .

Une chance pour vous , c'est que Jésus était juif et qu'il nous a enseigné à pardonner .

Ne vous étranglez pas avec votre menu . Bonne fête de Noël .
bon pipi de Noel.

comme dirais le Grand sage
Menfou


Dernière édition par prinu le Mar 17 Déc 2013, 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 23:46

Vous êtes un troll, Prinu.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 23:48

Jésus Christ est mon pote a écrit:
Vous êtes un troll, Prinu.
enchanté.
Noyeux Joel.
Revenir en haut Aller en bas
ysov



Masculin Messages : 14445
Inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mar 17 Déc 2013, 23:49

boulo a écrit:
Digressions narquoises , matraquage de copiés-collés hors sujet , virevoltes , logorrhées , soliloques , mensonges éhontés , imputations calomnieuses ... Vous ne m'aurez rien épargné , cher Prinu .

Une chance pour vous , c'est que Jésus était juif et qu'il nous a enseigné à pardonner .

Ne vous étranglez pas avec votre menu . Bonne fête de Noël .

C'est vrai que si prinu aime le foie gras, dans la même veine mais cette fois au sens figuré, ses trufferies de messages, nous transforment nos yeux encore plus gras que le foie gras. Pouffer de rire 

Mais au moins et heureusement qu'il en a rien à cirer des autres sujets, car autrement, mon ordi souffrirait de cholestérol au max. Pouffer de rire Il faudrait devenir moine cloîtré afin de tout lire. :mdr: 
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 00:49

Jésus Christ est mon pote a écrit:
prinu a écrit:
déja répondu, ami boulo. rapellez vous, et reportez y vous.
a propos de la libération d'Israel.

je l'ai détaille en citant wikipédia, je m'en souviens. ca devait etre dans l'ancien sujet, je crois, et j'ai démontré qu'il n'y a jamais eu de "massacre de palestiniens", , nottament à deir yassine.
relisez tout.

Tiens donc... Heureusement que la loi Gayssot n'est faite qu'au profit des Juifs, pas vrai ?

La loi Gayssot n'est pas faite qu'au profit des juifs puisqu'elle tend à "réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe" et, accessoirement, condamne la négation de certains crimes contre l'humanité tels que défini par le tribunal de Nuremberg et commis par les nazis.

Même la répression du négationnisme ne concerne pas que les juifs puisque la définition du crime contre l'humanité retenue par le Tribunal visait "l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout acte inhumain commis contre toutes les populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux, lorsque ces actes ou persécutions, qu’ils aient constitué ou non une violation du droit interne du pays où ils ont été perpétrés, ont été commis à la suite de tout crime entrant dans la compétence du tribunal ou en liaison avec ce crime".

Par exemple, nier l'existence du massacre d'Oradour-sur-Glane relève aussi de la loi Gayssot. Et si mes souvenirs sont bon, ce ne sont pas des juifs qui furent massacrés là, mais des Français.

Mais curieusement, ce qui vous emmerde dans la loi Gayssot, c'est uniquement son volet négation de la shoah. Je ne vous demande pas pourquoi, vous avez clairement affiché votre négationnisme et votre antisémitisme sur ce forum.

Et en toute impunité encore bien...
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 01:01

vrai, lebob.

je suis peut etre parfois obtu, mais avec jc on est tombé sur une buche.
peut etre qu'a noel, il aura un peu de compréhension entre les peuples ..
finalement jc a plus besoin du miracle de noel que nul autre ..
peut etre aller à Lourdes ? on lui offre le voyage ?


Dernière édition par prinu le Mer 18 Déc 2013, 01:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 01:04

http://www.jforum.fr/forum/international/article/l-incitation-a-la-haine-contre

“Diverses associations caritatives catholiques, partiellement financées par des gouvernements, prônent la haine d’Israël. La plupart ont leur siège en Europe occidentale. Trócaire , ONG irlandaise et Cordaid, qui est néerlandaise, sont parmi les plus problématiques. Toutes deux sont membres du groupe Caritas Internationalis. La majorité des membres de Caritas, cela dit, ne sont pas sur une ligne identique ».

Yitzhak Santis officie en tant que Chef des Programmes de NGO Monitor . Il était Directeur du Projet Moyen-Orient au Conseil Communautaire juif de San Fransciso, où il a été en poste durant 21 ans, jusqu’à son Aliyah en Israël, en 2011.

Il explique : “Il existe deux grandes “familles” officielles d’organisations caritatives catholiques – Caritas Internationalis et Pax Christi. Caritas Internationalis est une confédération globale de 165 organisations catholiques apportant une assistance humanitaire d’urgence et de développement international. Elle se décrit comme « faisant partie de l’Eglise Catholique » et a élu ses quartiers-généraux dans la Cité du Vatican, avec des succursales à New-York City et Genève. Le Pape Jean-Paul II a accordé à Caritas un « Statut Juridique Canonique ».

“Trócaire fut fondée en 1973, en tant qu’agence de développement à l’étranger de l’Eglise catholique d’Irlande. Ses activités politiquement orientées incluent les modalités de recrutement de ses employés, ses partenariats, les documents qu’elle publie, ses positions politiques et ses choix de financement. Trocaire mène une politique d’incitation au boycott et aux sanctions contre Israël, et, par conséquent, influe en ce sens sur les politiques européennes– pour la suspension des accords commerciaux aux bénéfices mutuels. Elle a essayé de bloquer l’intégration d’Israël parmi les pays de l’OCDE . Tous ces partis-pris vont à l’encontre de la politique suivie par le gouvernement irlandais.

“L’histoire du large spectre d’activités anti-israéliennes, menées par Trócaire, inclut, entre autres, une campagne lancée contre la barrière de Sécurité et le partenariat d’évènements commémorant la « Nakba ». En 2007, Trócaire s’est associée à l’ONG palestinienne Badil, dans un “appel à l’action”, qui prônait des boycotts et des sanctions anti-israéliennes. En 2013, Trócaire a coparrainé une Conférence Internationale sur “le Droit au Retour”, organisée par l’ONG Zochrot, basée en Israël, qui promulgait « le droit au Retour » (des Palestiniens) et une « Solution à un Seul Etat » (palestinien) au conflit palestino-israélien.

“Trócaire reçoit des subventions d’Irlande, du Royaume-Uni et de l’UE, aussi bien que de la part d’autres agences d’aide catholiques, financées par leurs gouvernements respectifs. En 2013, le financement total de Trocaire, par le biais « d’Agences et Contributions » s’élève à, approximativement, 30 millions d’€, dont 23 millions proviennent de sources gouvernementales.

“Trócaire reçoit des subventions d’Irlande, du Royaume-Uni et de l’UE, aussi bien que de la part d’autres agences d’aide catholiques, financées par leurs gouvernements respectifs. En 2013, le financement total de Trocaire, par le biais « d’Agences et Contributions » s’élève à, approximativement, 30 millions d’€, dont 23 millions proviennent de sources gouvernementales.

“Les activités de désinformation de Cordaid s’illustrent surtout par ses choix de financements, de publications et leurs prises de positions politiques. C’est un membre associé à d’autres organisations basées en Hollande de l’Organisation des Citoyens Unis pour la Paix, qui prône le Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS), contre Israël. Le Directeur de Cordaid, René Grotenhuis, a argumenté, durant une audition au Parlement néerlandais, que BDS est une tactique purement défensive, parce qu’il « est important que les gens en Palestine puissent chercher des moyens de résister à l’occupation, et il s’agit d’une façon non-violente de le faire ».

“En 2012, Cordaid s’est joint à une coalition de 22 ONG européennes, dans la production d’un rapport intitulé : Trading Away Peace : How Europe Helps Sustain Illegal Israeli Settlements [Brader la paix. Comment l’Europe contribue à soutenir les implantations israéliennes illégales]. Il fait de la publicité pour l’agenda de BDS, en appelant l’UE et les gouvernements européens à lancer une guerre politique et commerciale, par des sanctions économiques contre Israël. Cordaid s’est, aussi, joint un rapport de 2009, intitulé : Failing Gaza : No rebuilding, no recovery, no more excuses [Gaza s’effondre. Aucune reconstruction,Pas de reprise, aucune excuse] . Ce rapport va même jusqu’à prétendre, de façon mensongère, que Gaza serait encore « occupée ». Cette organisation finance aussi diverses ONG anti-israéliennes en Israël et dans les territoires palestiniens.

“Cordaid est régulièrement subventionné par le gouvernement hollandais. Le montant des sommes allouées est variable. Entre 2007 et 2010, Cordaid a bénéficié d’une aide de 422 millions d’€. Du fait d’une réduction des subventions d’Etat, il a reçu 69 millions en 2011.

“ Pax Christi International (PCI) se décrit comme “un mouvement et réseau catholique mondial pacifique qui œuvre pour instaurer la paix, le Respect des Droits de l’Homme, la Justice et la Réconciliation dans les zones du monde déchirées par les conflits ». La page du site internet de PCI sur le Moyen-Orient traite d’un certain nombre de conflits dans la région, dont la situation en Syrie, au Liban, en Egypte, en Irak.

Pourtant les ressources consacrées au conflit palestino-israélien surpassent celles consacrées à toutes les autres causes et de loin.

Jusqu’à la fin de cette année 2013, plus du double de mots rédigés le sont sur ce conflit plutôt que sur tous les autres réunis.

“La section anglaise de PCI fait la promotion d’un Projet de l’Avant à Bethléhem qui « tire parti de l’expérience de Pax Christi dans son travail de solidarité avec le peuple de Palestine ».
Elle s’est jointe, également, à la Campagne de Solidarité avec la Palestine, le 27 novembre 2013, pour mener une action de « lobbying national au Parlement en faveur de la Palestine » .
Cet agenda de relations publiques comprenait le fait « de favoriser la nomination à venir de votre Député au Parlement. Le sujet à soulever sont : « le nettoyage ethnique » (?) des Bédouins Palestiniens du Neguev ; l’interdiction des produits provenant des « Implantations illégales » (?) israéliennes ; le « respect pour le droit des prisonniers et la fin du siège de Gaza ».

Santis conclut : “”De nombreuses organisations caritatives catholiques coparrainent fréquemment des rapports et des lettres ouvertes aux termes litigieux, reçoivent des fonds les unes des autres et cofinancent les mêmes projets. A NGO Monitor, nous avons lancé notre « Projet de recherche sur BDS. Nous projetons de faire plus de recherches sur les relations complexes entre les gouvernements, les églises et les sociétés d’aide aussi bien catholiques que protestantes, les ONG et les organisations de Défense des Chrétiens Palestiniens. Cela conduira aussi à suivre les mouvements d’argent, autant que les courants et activités idéologiques et théologiques de cette matrice ».

Le Dr. Manfred Gerstenfeld est membre du Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem, qu’il a présidé pendant 12 ans . Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.


---

Si vous recevez des discours anti-israéliens primaires, vous pouvez, par solidarité avec Israel, et afin de proner la paix entre tout les peuples, protester à ceux qui les font paraitre et éditer, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 02:31

Lebob a écrit:
Jésus Christ est mon pote a écrit:

Tiens donc... Heureusement que la loi Gayssot n'est faite qu'au profit des Juifs, pas vrai ?

La loi Gayssot n'est pas faite qu'au profit des juifs puisqu'elle tend à "réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe" et, accessoirement, condamne la négation de certains crimes contre l'humanité tels que défini par le tribunal de Nuremberg et commis par les nazis.
 
Nier le génocide arménien n'est pas un délit, dit la CEDH
 
Nier le qualificatif de génocide pour les massacres d'Arméniens commis par la Turquie en 1915 n'est pas un délit, affirme mardi la Cour européenne des droits de l'homme dans un arrêt concernant la Suisse et, potentiellement, la France.
 
Les tribunaux helvètes avaient condamné en 2007 le président du Parti des travailleurs de Turquie, Dogu Perincek, à une amende et à des dommages et intérêts pour avoir nié, lors de conférences en Suisse, l'existence d'un génocide commis par l'empire ottoman contre les Arméniens.
 
Il s'agissait, selon lui, d'un "mensonge international".
 
La juridiction du Conseil de l'Europe affirme que cette condamnation, prononcée au nom d'une loi suisse qui réprime la négation de tout génocide, constitue une violation du droit à la liberté d'expression.
 
"M. Perinçek tenait un discours de nature historique, juridique et politique et ce discours s'inscrivait dans un débat controversé", affirme la Cour. "En raison de l'intérêt public du discours, la Cour estime que la marge d'appréciation des autorités internes était réduit."
 
Les juges soulignent le fait que Dogu Perincek n'a jamais contesté la réalité des massacres et des déportations dont ont été victimes les Arméniens.
 
"Le génocide est une notion de droit très étroite dont la preuve est par ailleurs difficile à apporter", soulignent les juges, qui établissent une distinction entre cette affaire et d'autres condamnations judiciaires relatives à la négation de l'Holocauste.
 
"Dans ces affaires, les requérants avaient nié des faits historiques, parfois très concrets, comme l'existence des chambres à gaz. Ils niaient les crimes commis par le régime nazi, lesquels avaient une base juridique claire. Enfin, les faits qu'ils remettaient en cause avaient été jugés clairement établis par une juridiction internationale", disent-ils.
 
Les juges s'appuient enfin sur une décision de 2012 du Conseil constitutionnel français pour souligner que le génocide arménien peut être reconnu par des instances politiques tels que gouvernements ou parlements sans que sa négation puisse donner lieu à des sanctions pénales.
 
Le 28 février 2012, saisi par plusieurs députés et sénateurs de tous les groupes, les "Sages" français avaient invalidé la loi sur la négation du génocide arménien votée le 23 janvier, estimant qu'elle portait "une atteinte inconstitutionnelle à l'exercice de la liberté d'expression et de communication".
 
François Hollande, alors candidat à la présidence de la République, avait promis une nouvelle loi sur le sujet, promesse qu'il a réitérée une fois élu en juillet 2012.
 
La décision de la Cour européenne des droits de l'homme, si elle devient définitive, devrait enterrer ce projet.
 
La Suisse dispose d'un délai de trois mois pour faire appel.
 
http://fr.news.yahoo.com/nier-le-g%C3%A9nocide-arm%C3%A9nien-n-39-est-pas-122644648.html
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 06:03

il est dommage que la loi que sarkosy avait téte de faire passer n'a pas ete votee..

je pense que la negation du genocide armenien doit devenir penalement condamnable. Un delit.

tout comme la negation de la shoah.
il est incomprehensible que ca ne soit pas vote.
quelle honte !

inadmissible.

s'il avait ete vivant, mustapha kemal ataturk l'aurait compris.
le genocide armenien doit etre enseigne a la jeunesse turque.
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 11:57

Hypocrite ! Les Juifs sont des alliés de la Turquie et la soutiennent dans cette affaire.

    Les organisations juives américaines qui ont soutenu pendant des années le programme négationniste de la Turquie concernant le génocide arménien, auprès du Congrès américain, ont été grandement révoltées par les condamnations turques à l’encontre d’Israël.


http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=26517
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 15:27

non.

il  a eu collusion militaire pour contrer les russes.
mais israel et les sionistes ont sans cesse voulu parler des arméniens. idéologiquement, les sionistes sont  pour inclure tout les vrais génocides dans une loi de morale.

Le 26 décembre 2011, une commission parlementaire israélienne examine un texte reconnaissant le génocide arménien.
la plus haute autorité religieuse juive d’Israël, en la personne du grand rabbin, a reconnu le génocide arménien.

ce n'était pas de gaité de coeur quand certains politiques se sont tus ensuite pour privilegier la défense militaire.

avec les islamistes en turquie, ces anciens accords sont quasi caduques,  ca dépend des jours !

ce n'est pas si simple.

je suis pour cette loi, et la majorité des associations sionistes aussi.
ce sont des militaires qui bloquent.   pas "les juifs" . comme vous dites.


Abraham Foxman, le directeur national de la LAD, se plaint au Premier ministre Erdogan de l’antisémitisme en Turquie.
l’Institut de Recherches sur les Medias du Moyen Orient, avait révélé, sur la base d’un article d’Hurriyet, qu’en 1974 Erdogan avait écrit, dirigé et joué le rôle principal d’un pièce intitulée "Maskomya", un acronyme pour le triple "démon", les Maçons, les Komunists (communistes) et les Yahudis (juifs).

La semaine dernière, Foxman a déclaré à Milliyet : "La Turquie était notre amie. Nous étions amis. Je ne peux toujours pas y croire. Je suis très triste et troublé. Les juifs en Turquie sont menacés…. Ils se sentent encerclés… Le Premier ministre a eu des mots très durs. Nous étions amis. Comment en sommes-nous arrivés à cette situation ?"

les francais ont votés NON à cette loi ..

pour les memes raisons !  israéliens et francais, et autres pasy d'europe ont tout deux reculés.
c'est lamentable.


uniquement pour une cause supérieure, militaire.
c'est dégeulasse envers les arméniens.

Israel soutenait avant la turquie, uniquemet pour des risons stratégiques. turcs et israeliens faiaient des maneuvres militaires communes.

avec les islamistes, tout change.

"Il semble que cette fois-ci, Israël et les organisations juives américaines ne seront pas aussi clémentes que par le passé, face aux attaques antisémites vicieuses et persistantes émanant de la Turquie. Après la perte du soutien du lobby juif américain, de l’élection du Président Obama, et les majorités Démocrates dans les deux Chambres du Congrès, on s’attend à ce que la Turquie ait de grandes difficultés, dans les mois qui viennent, à bloquer une nouvelle tentative d’adoption de la résolution sur le génocide arménien au Congrès. Faruk Logoglu, l’ancien Ambassadeur turc à Washington, doit bien le savoir ! Il a dit à Milliyet : "Le lobby juif est le plus fort des États-Unis et c’est le seul qui soutient la Turquie. Par conséquent, la lettre de déception envoyée à Erdogan [par 5 groupes juifs] revêt une grande importance."

Votre txte date de 2009, jc. depuis, les islamistes n'ont fait qu'etre en cinflit avec les israéliens

j'ai bon espoir qu'un jour la loi pénalisant la négation de génocide arménien soit voté.
comme la pupart des associations juives et sionistes.
Revenir en haut Aller en bas
Jésus Christ est mon pote



Messages : 2644
Inscription : 14/06/2007

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 16:59

Les militaires n'y sont pour rien.

Ce qui est en cause est le dogme du "caractère unique de la Shoah."
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 20:05


chichi et devillepine, on se souviendra du vase de soisson













Il y a eu nombre de massacres, quelques génocides, mais on n'a pas encore trouvé l'équivalent de la shoah dans la période moderne ou de faits similaires dans les époques connues.

ces lois, c' est le devoir de mémoire, et faire que ce ne se reproduise pas.
ce n'est pas un dogme en tant que foi en un fait.
il est un fait.
en critiquant ce devoir de mémoire, et en niant ce caractére unique, vous insultez les victimes.

oui, il y a un caractére unique de la shoah, désolé.


pour l'instant, ce qui est arrivé aux arméniens y ressemble beaucoup, a une echelle plus petite.
pour moi, il y a eu un génocide arménien.
ils ont eu des camps d'extermination, des rafles dans les rues, il y des photos ou ils sont squelletiques avant de mourir, etc ..


et les députés francais n'ont pas voté la pénalisation de la negation du génovide arménien !
pour raisons militaires.

--

je rapelle qu'en penetrant au Liban, le hezbollah, composé de palestiniens en majorité,  a créé des camps d'extermination avec chambre de tortures, pour les chrétiens libanais.
ceci est ecrit dans ce livre:




Le combat du Liban, par le chrétien jean pierre haddad, edition conchon.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Mer 18 Déc 2013, 22:49







Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 15:58



vidéo d'une palestinienne de 92 ans qui dit 'massacrez les juifs comme nous les avons massacré'

elle raconte que les palestiniens ont massacré les juifs à Hébron.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:07


http://jssnews.com/2013/12/19/reponse-du-bnai-brith-au-dernier-torchon-de-bole-richard/

source jss news

Réaction du B’nai B’rith France à l’article paru dans Le Monde.fr, le 12.12.2013 à 13h50: «Nelson Mandela est mort mais l’apartheid est toujours vivant » Par Michel Bôle-Richard.


Bôle Richard

Madame la Directrice de Publication,

Vous avez fait de choix d’ouvrir vos colonnes, le 12 décembre dernier, au brûlot de l’un de vos anciens collaborateurs, M. Bôle-Richard, intitulé : « Nelson Mandela est mort mais l’apartheid est toujours vivant ».

Cette très regrettable décision justifie notre indignation de citoyens épris de vérité et d’équité.

Indignation pour la diffamation haineuse qui imprègne ce texte, pour sa contribution au malheur arabe, et pour ses effets d’incitation à la violence antisémite dans notre pays.

Si l’on croit M. Bôle-Richard, Israël n’est pas seulement la terre d’élection contemporaine de l’apartheid et la matrice de sa diffusion.

C’est aussi un pays où l’on organise la pauvreté des Arabes, où on les cloisonne et on les cantonne, où les Juifs tuent couramment ces hommes et femmes, et même leurs enfants, par exemple en leur tirant dans le dos.

C’est le pays des « colons », avec toute la charge accusatrice de ce terme, qui « occupent » même le Neguev.

Pourquoi pas Tel Aviv, Haïfa et Beer-Shev’a?

M. Bôle-Richard estime si on le comprend bien qu’Israël tout entier est une colonie.

On ne peut bâtir des divagations aussi scandaleuses qu’aux dépens de la pensée et de la réalité. L’apartheid nous dit l’auteur, vit toujours « sous une forme non codifiée, non légalisée, mais bien réelle. »

C’est là une perversion de sens: l’apartheid, c’est justement et uniquement la traduction de l’inégalité dans la loi.

Et malgré une allusion non documentée à des lois-cadres discriminantes évoquées par Adalah, M. Bôle-Richard est contraint d’inventer un apartheid sans lois raciales au prix d’un tour de passe-passe: l’apartheid est réduit à la domination d’un groupe racial sur un ou plusieurs autres groupes raciaux.

Si l’apartheid se résume à cela, il est d’une extraordinaire banalité, en particulier dans le monde arabo-musulman.

Pensons au calvaire des chrétiens du Pakistan ou d’Irak, à celui des Coptes d’Égypte ou des Juifs d’Iran, et pourquoi pas aux chrétiens de Bethléem ou de Naplouse qui fuient éperdument les terres de leur antique présence, pour se réfugier parfois en Israël.

Mais laissons-là cette liste cauchemardesque et parlons des Arabes israéliens.

N’ont-ils pas depuis des décennies des droits qu’ils ne pourraient imaginer dans aucun pays arabe?

Les femmes arabes ne votent-elles pas depuis la création de l’état juif? La représentation politique des Arabes français en France est-elle aussi favorable en fonction leur poids démographique qu’elle ne l’est en Israël?

Les Arabes israéliens ne bénéficient-ils massivement pas d’un système de soins et d’un accès à l’éducation de la maternelle à l’université qui serait un rêve pour leurs homologues du monde arabe?

Israël n’abrite-t-il à l’hôpital Hadassah la seule base de données au monde sur la moelle osseuse permettant de traiter des maladies congénitales qui frappent exclusivement des Arabes?

Quant aux Arabes palestiniens, M. Bôle-Richard ignore-t-il la grande enquête de l’Unicef de novembre 2009 et les statistiques des institutions internationales qui montrent qu’ils bénéficient des meilleurs indices sanitaires du monde arabe (en matière de malnutrition infantile, de fécondité, de moralité infantile, d’espérance de vie, etc.)?

Ignore-t-il que les Palestiniens de Jérusalem se déclarent très majoritairement désireux de demeurer sous la loi israélienne en cas de nouvelle partition de la ville sainte?

C’est que l’ancien journaliste est frappé de cette hémiplégie singulière qui consiste d’un coté à inventer des horreurs à la charge de l’état juif tout en dissimulant ses extraordinaires réussites, et de l’autre à rester aveugle devant la barbarie de ses adversaires.

Pourquoi ne dit-il rien de l’assassinat au poignard en mars 2011 de cinq membres de la famille Fogel, la tête de l’un des bébés frappés ayant été séparée du corps?

Rien non plus du soutien maintenu par le clan Awad d’Awarta aux auteurs de ces crimes, Hakim Mazen Awad, et Amjad Mahmad Awad.

Rien du culte officiel de Ramallah aux plus abominables des terroristes palestiniens comme Dalal Mughrabi (37 morts), Abdallah Barghouti (67 morts), ou Raed Al-Houtari (22 adolescents tués).

Rien des injonctions, lors du grand rassemblement public du 9 janvier 2012, de Muhammad Hussein, mufti de Jérusalem, qui déclamait une recommandation sacrée: « L’heure de la Résurrection n’arrivera pas tant que vous ne combattrez pas les Juifs. Les Juifs se cacheront derrière des pierres et des arbres Alors ces pierres et ces arbres diront: Oh Musulman, esclave d’Allah, il y a un Juif derrière moi, viens et tue-le. »

Les passions aveugles de M. Bôle-Rochard ciblent maladivement l’état d’Israël.

Outre le tort causé à ce pays ami quand vous lui ouvrez vos pages, elles contribuent à enchaîner les peuples arabes à l’idéologie antisémite qui les détourne de leurs vrais problèmes et de leurs vrais adversaires, les confinant dans une consternante arriération.

Dans leurs premières lueurs libératrices, les printemps arabes avaient rompu avec cette mortelle obsession.

Des personnages comme M; Bôle-Richard s’attachent à refermer sur ces peuples la chape de plomb du bouc émissaire étranger.

Écoutons le journaliste saoudien, M. Fahd Amer Hamadi (janvier 2011) :

« Israël est supérieur à tous les pays arabes et musulmans en matière de démocratie et d’intégrité politique (ce qui est prouvé par les rapports annuels de nombreuses organisations internationales). »

Écoutons la journaliste turque, Mme Sinem Tezyapar, (septembre 2013)

» Cette frénésie qui fait porter toutes les fautes sur les sionistes, et sur Israël en général, est une attitude réflexe, sans base rationnelle… Ce style féroce et venimeux, c’est ce qui déchire le monde islamique… Nous autres musulmans, cessons de pointer les autres du doigt quand il s’agit de nos problèmes. »

Écoutons enfin, longuement, un autre journaliste saoudien, ancien militaire, M. Abdulateef Al-Mulhim (octobre 2012) :

» En définitive, si de nombreux états arabes sont dans une telle confusion, est-ce vraiment à cause de l’ennemi juré des Arabes (Israël) ? Aujourd’hui Israël a les institutions de recherche les plus avancées, des universités d’élite et des infrastructures performantes. Beaucoup d’Arabes ne savent pas que l’espérance de vie des Palestiniens qui vivent en Israël est beaucoup plus grande que celle de nombreux états arabes, et qu’ils jouissent de plus de libertés politiques et sociales que la plupart de leurs frères arabes. Même les Palestiniens qui vivent sous occupation israélienne sur la rive occidentale du Jourdain et dans la

bande de Gaza bénéficient de plus de droits politiques et sociaux que ceux qui existent dans de nombreux endroits du monde arabe. L’un des juges qui ont envoyé un ancien président israélien en prison n’était-il pas un israélo-palestinien ? Le printemps arabe à montré au monde que les Palestiniens sont plus heureux et dans une situation meilleure que leurs frères arabes qui combattent pour les libérer de la férule israélienne. À présent, il est temps d’en finir avec la haine et les guerres. Il est temps de préparer une vie meilleure pour les nouvelles générations arabes. »

Que disent ces Arabes et ces musulmans?

Que la diabolisation d’Israël et des Juifs est le premier obstacle à leur lucidité et à leur élan vers la modernité.

Que fait M. Bôle-Richard?
Il les confine dans ces haines antisémites archaïques qui servent si bien les régimes arriérés, fanatiques ou voyous qui les étranglent.

Un libelle comme celui que vous publiez, qui diffuse le mythe de Palestiniens et d’Arabes appauvris, humiliés, torturés et tués par une férule israélienne coloniale, est porteur de division et de violence en France même.

Ce document hallucinant est une providence pour qui veut radicaliser une frange de la minorité arabo-musulmane de France, en mal d’intégration et de reconnaissance dans sa société d’accueil.

Et cela donne des Merah qui tuent des enfants juifs pour venger la mort des enfants palestiniens.

Et là, il n’y a rien d’un mythe.

J’espère Madame que le droit de réponse du B’nai B’rith France recevra le même traitement que l’article de Monsieur Bôle-Richard

Respectueusement

Serge Dahan - Président du B’nai B’rith France -
JSSNews

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:21

http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2013/12/le-huffpost-publie-un-belge-obsede-par.html

Le HuffPost publie un Belge obsédé par la mafia sioniste et le lobby juif international
Sur son Facebook M. Piccinin a écrit à l'occasion de  la tuerie de Toulouse: "Si 4 enfants juifs méritent une minute de silence, les enfants palestiniens méritent qu'on se taise à jamais... faites passer ce message qu'il arrive aux juifs."

"Attaqué, une fois de plus, lâchement, par la mafia sioniste, je n'ai pas peur.  Et un jour la peur changera de camp et ce sont eux qui en auront à rendre des comptes." (Pierre Piccinin)



Le Hufftington Post a publié un article très sarcastique sur la France de l'indigné belge francophone Pierre Piccinin.  Celui-ci, admirateur de Dieudonné,  s'est distingué en menaçant et dénonçant "la mafia sioniste".  M. Piccinin est également le fondateur de l'Association pour la protection des libertés et du droit d'expression. C'est en grande fanfare qu'il annonçait sur son blog en octobre 2011 sa création: "En outre, parce qu’il est grand temps que cessent ces méthodes exécrables, qu’il s’agisse du sionisme ou d’autres objets, deuxièmement, avec le soutien d'universitaires, de journalistes et de citoyens engagés, je prends l’initiative de constituer une association pour la protection des libertés et du droit à l'expression. J’invite dès lors le monde intellectuel et tous les citoyens, en Belgique, en France, en Europe, à se mobiliser.  Pour que s’arrête la peur!"  Visiblement tout le monde n'est pas impressionné par les idées de M. Piccinin.  Jonathan Littell qui l'a traité de "crétin de Gembloux". Christophe Ayad dans Le Monde: "Pierre Piccinin, 39 ans, belge et enseignant, est un aventurier sans fantaisie, un chercheur sans qualification. Bref, un touriste de la guerre. Tel Fabrice à Waterloo, il a traversé la Syrie en révolution, sans rien y comprendre mais en croyant y voir clair. [...] Obsédé par les théories du complot, il lui faut toujours découvrir le véritable sens caché des choses. Le régime syrien a su jouer à merveille de sa vanité et de son amertume d'être snobé par les chercheurs comme par les journalistes, qu'il ne se prive pas de critiquer."  Le journaliste Max Loiseau l'a traité de Syrial menteur...

"Piccinin c’est aussi et avant tout un antisémite et un antisioniste notoire qui n’hésite pas à se servir de sa fonction à l’école européenne pour déverser sa haine à l’égard des Juifs!" (Max Loiseau)

Selon Pierre Piccinin, Bernard-Heri Lévy serait coupable de :
- Promotion effrénée de l’impérialisme et du sionisme
- Escroquerie intellectuelle, symptôme des errances de la philosophie, de l’accumulation du capital et du pouvoir.
- Dénonciation calomnieuse d’un crime imaginaire à l’encontre de l’Iran
- Propagande belliciste et apologie de l’impérialisme humanitaire
- Complicité dans la création et la promotion de SOS Racisme en vue de l’étouffement des mouvements autonomes de l’immigration
Le tout à l'initiative des Indigènes de la République sous la présidence du philosophe Bertrand Russell (1872-1970) qui milita aussi contre la guerre du Vietnam avec Jean-Paul Sartre en organisant un tribunal d'opinion jugeant les «crimes de guerre de l'armée américaine». Le nom de Bertrand Russell a déjà été détourné par Pierre Galand [1] pour fonder un pseudo Tribunal Russell belge sur la Palestine.

Pierre Galand, Senior Vice-président de la Fédération Humaniste Européenne, Président du Centre d’Action Laïque belge, ancien sénateur socialiste, Maître de conférences et conseiller du Recteur de l'Université Libre de Bruxelles, Président du Comité Européen de coordination des ONG sur la Palestine (ECCP) basé à Bruxelles, membreu du comité consultatif du fumeux BRussels Tribunal, fondateur du fumeux Tribunal Russell belge sur la Palestine, président de l'Association belgo-palestinienne, promoteur de la campagne BDS contre Israël en France et en Belgique)"


---


http://philosemitismeblog.blogspot.fr/2011/01/professeur-belge-la-prestigieuse-ecole.html

un étrange professeur belge à la prestigieuse Ecole européenne




La photo ci-dessus, reprise de son blog (rubrique "A propos de Pierre Piccinin, Professeur d'histoire et de sciences politiques à l'Ecole européenne de Bruxelles I"), le montre, très amoureux de son image, donnant cours à ses jeunes élèves de l'École européenne ...

Pierre Piccinin : "Ce politologue, maître de stage à l'ULB [et professeur à la prestigieuse l'école européenne (fréquentée par les enfants des fonctionnaires de la Commission européenne, de l'OTAN, etc), ], est l'un des derniers venus dans la galaxie des intellectuels de la bien-pensance militante. [...] En juin dernier, il a cosigné une carte blanche au picrate refusée tant par Le Soir que par La Libre Belgique. D'une grande radicalité envers Israël ... et d'une étonnante tendresse pour le Hamas. Une grande partie de ce texte se résumait à une tentative de légitimation de l'action du Hamas [...]." (Claude Demelenne, Père Ubu)

Ce n'est pas seulement pour le Hamas que Pierre Piccinin éprouve de la tendresse (tout en ciblant Israël de sa haine). Le régime iranien lui est également sympathique et il apprécie tout particulièrement son traitement des chrétiens. Et il l'a fait savoir dans une article L'Iran, havre de paix pour les Chrétiens du Moyen-Orient, écrit au moment même où le régime arrêtait plus de 70 chrétiens ... Un article de Bernard-Henri Lévy (SOS Chrétiens !) publié dans Le Point et La Libre Belgique a eu le don de provoquer l'indignation de Piccinin (encore un indigné sélectif comme Stéphane Hessel les aime).  Pour Piccinin, le philosophe français fait partie de ceux qui "colportent des « informations » contraires, ou bien ne connaissent pas la réalité du terrain et ne savent pas de quoi ils parlent, ou bien, volontairement, désinforment l'opinion en propageant des mensonges de manière éhontée. Dans les deux cas, ils participent à la diabolisation de l'Iran, leitmotiv du moment, par une désinformation qui confine à la propagande, dans le contexte international que l'on sait."  Sacré sacré Piccinin.  Après avoir dénoncé la trahison "des ingénieurs et officiers français d’origine juive" et de "l’avionneur Serge Dassault (de son vrai nom Serge Bloch)" il s'en prend à Bernard-Heri Lévy.

Source: ELAM (Over 70 Christians arrested in Iran during Christmas)



In the early morning hours after Christmas day, the Iranian government arrested 25 Christians in Tehran and other locations. They also planned to detain sixteen others, but were unable to locate them. There are also unconfirmed reports that the authorities have arrested over 50 other Christians. According to BBC Persian, the Governor of Tehran has vowed to arrest more evangelical Christians.


One of those detained was able to make a call to friends from an unknown location on the morning of the arrests, leaving this message:

"Unfortunately early this morning the authorities came to our homes. They arrested us and many other believers. I want to ask you to pray for us.We are sure God will never leave us or forsake us. God bless you. Sorry for giving you bad news over Christmas, but I believe God will do something for us."

Those who received the voice message were impressed by the caller's courage and calmness.  Armed, plain-clothes, special security officers forcefully entered the homes of Christians while they were asleep, and verbally and physically abused them. They were handcuffed and taken for interrogation. Among those arrested were five married couples. One couple was separated from their two-year old baby. Another couple was also forced to leave their baby that the mother was breast feeding. A number of single young women were also among those taken.


Another sixteen Christians would have been arrested, but were not at home. The security forces broke into at least five such homes, ransacking them, taking personal possessions, changing the locks and placing a government seal on the door. Family members of these Christians have been called by the authorities and threatened and harassed. They were instructed to tell the Christians to surrender themselves."

en anglais:
http://www.elam.com/articles/70-Christians-Arrested/
70 chrétiens enlevés en Iran durant les fetes de Noel.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:32

http://www.ajcf.fr/

source: Amitié judéo-chrétienne de France

Message de Noël du Pasteur Florence Taubmann, présidente de l’AJCF

Chaque année, où que nous soyons, le passage du temps nous redonne des fêtes, comme autant de cadeaux. Alors que Hanouka vient de s’éloigner, les lumières de l’Avent ont pris le relai, et Noël s’approche à grands pas.

Le cadeau de Hanouka cette année fut pour moi un enseignement sur la paracha Mikets et la beauté de Joseph, reflétant sa profonde bonté et son sens de l’abnégation.
Et de Noël le cadeau toujours renouvelé, pour la chrétienne que je suis, ce sera l’étonnement devant ce petit enfant juif naissant à Bethléem et offert aux nations pour leur faire connaître le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob.

Autour de l’intime évènement il y a les récits pleins de merveilleux, les traditions, les interprétations, il y a les chants, les contes, les œuvres peintes, les saveurs et les couleurs... . Il y a même l’oubli qui caractérise notre époque !

Mais au cœur lui-même de l’évènement demeure le mystère non élucidé. Et que nous puissions chaque fin d’année être rappelés à la simple joie, et même à un timide silence, devant le miracle d’une vie, de cette vie-là, c’est une incroyable grâce qui nous est faite, et qui dépasse tout à fait le cercle des chrétiens. En ce temps d’hyper-communication où de nombreux messages sont brouillés, qu’il est bon parfois de devoir se taire, écouter la nouvelle, recevoir le faire-part, et retrouver la mémoire vivante d’une confiance qui demande toujours à renaître !

Recevez tous mes vœux d’un joyeux Noël, à partager avec les vôtres et bien au-delà !

Florence Taubmann , le 17 décembre 2013

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:36

http://ylc2013.org/

ICCJ , Conseil International des Chrétiens et Juifs

« Tant que vous croyez en un Dieu vivant, vous devez espérer »

Le Young Leadership Council (YLC) fait partie du Conseil International des Chrétiens et des Juifs (ICCJ). Le YLC est engagé dans un dialogue trilatéral entre jeunes (de 18 à 35 ans) juifs, chrétiens et musulmans, et ce dans le monde entier.

Chaque année, le YLC organise une rencontre internationale qui réunit des participants triés sur le volet issus de divers milieux religieux et zones géographiques, en général la semaine précédent le colloque annuel de l’ICCJ et au même endroit, cette année dans le magnifique centre de La Baume à Aix-en-Provence du 27 au 30 juin 2013

Thème 2013 : « La foi et l’identité dans les sociétés laïques »

Le partenaire national : l’association COEXISTER (le mouvement interreligieux des jeunes).

Pour plus d’informations sur la rencontre des jeunes du YLC, y compris le calendrier et le programme, visitez régulièrement le site web YLC2013 pour avoir les dernières informations concernant la conférence et les modalités d’inscription.

N’hésitez pas à nous contacter à l’adresse ylc@iccj.org pour toutes questions ou commentaires.

page Facebook https://www.facebook.com/ylc.iccj

La rencontre étant internationale, il faut parler anglais pour la suivre avec profit.

Quelques informations sur le Young Leadership Council (YLC) et la rencontre d’Aix-en-Provence
La rencontre : Notre objectif est de faciliter les rencontres et de dépasser les frontières culturelles, religieuses, politiques, générationnelles et socio-économiques dans le but d’élargir notre compréhension de l’autre et du monde. Nous croyons que rencontrer des gens différents, des idées et d’autres modes de vie peuvent permettre d’approfondir notre connaissance de nous même et nous aider à mieux appréhender le monde.

L’échange : Nous voulons voir les gens échanger sur les stéréotypes pour améliorer les relations, sur leurs craintes pour enrichir leur expérience, et sur leur méfiance pour faciliter la compréhension. Nous voulons qu’il y ait des échanges d’idées et de croyances. Un participant à une conférence YLC rentre chez lui avec une vision du monde différente et motivé pour interagir dans le sens d’une meilleure cohésion sociale autour de lui. Les conférences YLC permettent de tisser de nouvelles relations et d’échanger avec d’autres communautés avec une approche interconfessionnelle et interculturelle.

Les Outils : Nous voulons partager les bonnes pratiques pour encourager les communautés dans la voie de l’ouverture. À cette fin, nous cherchons à doter tous nos participants des outils nécessaires pour faciliter le dialogue. Nous puisons nos ressources dans les nombreux outils de nos organisations partenaires et sommes toujours à la recherche de méthodes nouvelles et interactives, tant à l’échelle locale qu’internationale.

Qu’est-ce qui se passe lors d’une conférence YLC ? : La conférence YLC dure généralement moins d’une semaine. Dans le passé, les conférences ont été organisées à divers endroits à travers l’Europe et la Méditerranée. Le but de notre conférence annuelle est de réunir des jeunes du monde entier afin de les motiver et de les former à des compétences relatives au dialogue interreligieux. Nous avons pour espoir que ces conférences annuelles incitent les participants à mettre en œuvre ce qu’ils ont appris chez nous dans leurs communautés d’origine.

Après réception des candidatures, le conseil choisit avec soin les participants qui contribuent activement au dialogue interreligieux chez eux, mais seront aussi capable de le mettre à profit durant la rencontre.

L’objectif principal de cette conférence annuelle est donc de se rencontrer, de partager et d’apprendre des autres. Bien que nous comprenions que la religion puisse avoir un impact considérables, en particulier dans le cadre de situations politiques difficiles, nous souhaitons insister auprès des participants sur le fait que notre but principal est le dialogue interreligieux plutôt que le lobbying politique. Nous sommes conscients que la politique peut être interconnectée à la foi religieuse, mais nous demandons à tous les participants potentiels de convenir à l’avance de ne pas utiliser cette conférence comme un moyen à des fins politiques.

Nous avons développé spécialement un programme pour la conférence qui comprend entre autre des activités créatives telles que la musique, la danse et le théâtre, des temps de prière et de services partagés pour chaque confession, ainsi que l’échange quotidien autour de différents textes sacrés. Nous voulons que ceux qui assistent à nos conférences puissent rentrer chez eux avec le sentiment d’avoir reçus des outils, de l’inspiration et de la motivation. L’idéal serait que chacun puisse à son tour proposer des activités interreligieuses et engage sa communauté dans un réel dialogue ouvert.

La rencontre YLC Aix 2013

La conférence de cette année aura lieu au centre de La Baume à Aix-en-Provence (France).
Aix-en-Provence est situé à 20 minutes de Marseille, deuxième plus grande ville de France (ainsi que l’une des plus diversifiées). Nous aurons l’occasion d’en explorer les plus beaux quartiers au cours de la conférence.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:38




http://www.ajcf.fr/spip.php?article1838

Un Mémorial "Cardinal Lustiger" en Israël

Le mercredi 23 octobre 2013, à 10h30, dans les jardins du monastère de l’abbaye bénédictine d’Abu Gosh, près de Jérusalem, sera inauguré le Mémorial Cardinal Lustiger.

Richard Prasquier, président d’honneur du CRIF, est à l’origine de cette initiative.

Une délégation de l’AJCF sera présente, avec la présidente Florence Taubmann, le secrétaire général Henri Planet et le directeur Bruno Charmet qui nous livrera ses impressions de l’inauguration et du voyage "Aux sources de la Promesse" auquel il participe également.

A lire : revue de presse sur le sujet, mise à jour le 25 octobre avec les discours et compte-rendu de l’inauguration

Le mémorial Aron Jean-Marie Lustiger est une initiative juive. Il est installé au sein d’un monastère bénédictin, lui-même situé dans un village arabe musulman en plein cœur d’Israël. Une belle rencontre des trois religions monothéistes autour de celui qui fut archevêque de Paris.

Aron Jean-Marie Lustiger, né juif, devenu archevêque de Paris par la volonté du pape Jean-Paul II, est l’un des hommes qui, à la tête de l’Eglise, ont le plus contribué au rapprochement judéo-chrétien ces trente dernières années. Pour cette raison, notamment, un mémorial sera inauguré en Israël le mercredi 23 octobre 2013, à 10h30 dans les jardins du monastère de l’abbaye bénédictine d’Abu Gosh, près de Jérusalem. Cette abbaye fait partie du domaine national français.

« Ce mémorial répond à la volonté des juifs d’honorer le cardinal », souligne Richard Prasquier, président d’honneur du CRIF, à l’origine de cette initiative.

Le mémorial a été créé par l’un des plus grands cabinets israéliens d’architecture : Efrat Kovalsky Architect, qui a vu dans ce projet un « gage d’espoir dans l’avenir. »

Cette initiative a reçu le soutien de l’archevêché de Paris qui organise pour l’occasion un voyage d’une semaine réunissant 150 personnes, impliquées dans le dialogue judéo-chrétien, en présence du Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris depuis 2005.

L’inauguration du mémorial sera le point d’orgue de ce voyage, baptisé "Aux sources de la Promesse". Elle aura lieu en présence de nombreuses personnalités religieuses et civiles dont Mgr Fouad Twal, Patriarche Latin de Jérusalem, du Cardinal André Vingt-Trois, le Grand Rabbin René Samuel Sirat ainsi que l’ambassadeur de France en Israël et le Consul général de France à Jérusalem.

Source : site du Diocèse de Paris :



Revue de presse :
Le Figaro : Jérusalem n’oublie pas le cardinal Lustiger
Zenit : Terre Sainte : carnet de voyage, Lundi 21 octobre 2013 par Anita Bourdin qui participe au voyage
La Croix : En Israël, le mémorial du cardinal Lustiger invite au dialogue des religions
La Croix : Richard Prasquier  : « Le cardinal Lustiger a réussi à faire naître le respect chez de nombreux juifs »
La Croix : P. Charles Eugène, abbé du monastère olivétain d’Abou Gosh   : « Le dialogue entre juifs et chrétiens est une nécessité »
Zenit : le card. Lustiger portait dans sa prière l’espérance de paix ; Inauguration du Mémorial Lustiger, discours du cardinal Vingt-Trois, Archevêque de Paris
Zenit : Un jardin de mémoire où l’eau ruisselle et féconde. Abu Gosh, Lustiger et l’architecte Tsvi Efrat
Zenit : Inauguration du Mémorial Lustiger, message du pape. Terre Sainte : "la valeur profonde de la réconciliation et de la fraternité"
Zenit : Richard Prasquier : "Le mémorial restera ainsi un lieu de vie et un lieu de réflexion" (Inauguration du Mémorial Lustiger)
Diocèse de Paris : Intervention du Cardinal André Vingt-Trois lors de l’inauguration du Mémorial Lustiger et album-photos

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:40


http://www.paris.catholique.fr/intervention-du-cardinal-andre-29742.html

Intervention du Cardinal André Vingt-Trois lors de l’inauguration du Mémorial Aron Jean-Marie Lustiger



Un mémorial dédié au Cardinal Lustiger à l’origine duquel nous trouvons Richard Prasquier. Un mémorial installé dans un monastère bénédictin, propriété de la France, installé dans une ville arabe musulmane en Israël non loin de Jérusalem. Rien qu’à cet énoncé, on ne peut que rendre grâce au Seigneur pour la réussite de cette initiative en un lieu si particulier.

Je veux tout d’abord exprimer mes remerciements et aussi mon émotion face à l’énergie que vous avez développée, cher Richard Prasquier, ainsi que tous ceux qui ont contribué, juifs et chrétiens, à l’élaboration de ce beau mémorial ! Il en a fallu de l’audace et de la témérité ! Vous n’en avez pas manqué vous qui étiez un ami intime du cardinal Lustiger, vous qui n’avez jamais oublié l’importance des lieux dans vos relations avec l’Église, notamment la Pologne où vous êtes né. Je veux aussi remercier les autorités publiques françaises, en particulier M. le Ministre des Affaires Etrangères qui a permis et soutenu la construction de ce mémorial.

Je vous propose maintenant un temps de réflexion et de méditation.

Ce lieu est d’abord un lieu de prière vivante à l’école de Saint Benoît dans lequel le cardinal Lustiger aimait à venir se ressourcer. Il vint souvent ici, tout particulièrement lors de sa dernière visite en Terre Sainte. Permettez-moi d’associer à notre rencontre la mémoire du Père Gourion, ancien abbé de ce monastère, qui fut un ami du cardinal Lustiger et qui accompagna en ses débuts la communauté catholique de langue hébréophone.

Familier et proche de longue date des chrétiens du Moyen-Orient et notamment des arabes chrétiens, jamais le cardinal Lustiger ne se laissa enfermer dans les crises politiques des conflits locaux si cruels et meurtriers qu’ils aient été.
Je voudrais souligner combien le cardinal Lustiger nourrissait une compréhension biblique, spirituelle, vivante de ses relations avec le peuple juif.
Fidèle à la tradition catholique, il sut établir avec les juifs des relations d’une audace, oserais-je dire, évangélique.

Qui oubliera son commentaire du texte du Bon Samaritain donné durant le rassemblement de l’American Jewish Committy à Washington ?
Il proposa deux commentaires de ce passage d’évangile en se demandant qui était le Bon Samaritain. Était-il l’Église qui accueillait le juif blessé ou bien le juif qui accueillait l’Église blessée ? Les deux cents représentants présents à cette convention ont écouté avec surprise un tel commentaire de l’Évangile.
C’est ainsi qu’habituellement le cardinal Lustiger portait un regard profondément spirituel, mêlant prière, contemplation du dessein de Dieu et action au service du dessein de Dieu.
On pourrait se dire que finalement, né juif, il était demeuré fidèle à ses racines. Cela est vrai pour une part.

Cependant réduire sa relation au peuple juif à ses origines, c’est s’interdire de comprendre le mystère qui l’habitait, mais aussi qu’il habitait. Ce serait oublier que sa découverte du judaïsme était indissociable de la découverte de l’enracinement juif de l’Eglise Catholique.

Cardinal de l’Église Catholique, il vivait pleinement cette compréhension du peuple juif qui comme disait le pape Jean Paul II à Varsovie, avait reçu la mission de sanctifier le nom de Dieu sur terre.

Il vivait ainsi avec une douleur infinie la montée des actes de violence contre les juifs en France. Qui peut oublier ses réactions publiques après l’attentat de la rue Copernic ? Qui peut oublier sa participation résolue à l’immense manifestation populaire suite à la mort d’Ylan Alimi ? Beaucoup lui demandèrent alors : « pourquoi êtes-vous en tête d’une telle manifestation ? » ; il répondit : « un pas de trop dans la barbarie ». Mais, viscéralement, il ne percevait pas seulement l’antisémitisme comme de la haine envers un peuple particulier mais plutôt comme le disaient Bonhoeffer et Jean-Paul II : « un péché contre Dieu et contre l’humanité ». Bien avant la guerre, séjournant en Allemagne, n’avait-il pas perçu dès sa jeunesse la gravité de la situation et la diffusion d’une culture et d’une idéologie antisémites ?
Quelle ne fut pas son émotion lorsqu’il inaugura avec les juifs de France le mémorial du Bunker I, cette ancienne chambre à gaz où nombre de juifs français ont été exterminés, là où sa mère Gisèle fut elle-même assassinée !

Son engagement radical contre l’antisémitisme et contre le racisme s’exprimait aussi lorsqu’il a soutenu la marche des beurs. C’était alors l’acte éclairé et grave d’un homme conscient, priant et responsable.

Certains furent surpris, - on pouvait l’être, étant donné son chemin unique dans l’Église catholique -, des relations qu’il déployait avec des maîtres de l’orthodoxie juive.

Qui peut oublier la visite de Meshi Zahav, maître de l’orthodoxie, à l’archevêché de Paris, le fondateur de Zaka venu échanger avec lui sur le commandement d’enterrer les morts ?

Plus tard, le cardinal Lustiger reçut de Zaka dans une salle remplie de jeunes juifs orthodoxes, un chofar. Il prit alors la parole et dit seulement ces mots : « je vous aime beaucoup ! »

Qui peut oublier ses premiers pas à New-York dans la Yeshivah University, dans la Touroh university, mais aussi chez les Bobovar, les Satmar et la Yeshivah des étudiants de Colombia University ?
Certains journaux titraient alors : « chapeaux noirs et calottes rouges ».
Et de fait, cela était unique. Il ouvrait alors, avec d’autres évêques, un chemin au-delà du possible et percevait ce chemin comme le fruit d’un temps nouveau donné par le Seigneur, celui d’une fraternité retrouvée, non seulement par de cordiales relations mais aussi enracinée dans la recherche commune, l’étude ensemble de la Torah.
On se souvient tous du premier thème de ces rencontres : « Quel est le plus grand des commandements pour les religieux aujourd’hui ? »
Alors, oui, on peut considérer que le cardinal Lustiger avait accepté délibérément de devenir une tête de pont du dialogue avec l’orthodoxie juive. Je veux rendre grâce aussi pour tous ceux et celles qui ont fait montre du même courage, notamment les maîtres de la Yeshivah university.

Je ne peux donc que me réjouir qu’ici en Israël, en ville arabe, dans un lieu de prière catholique, soit installé ce mémorial. N’est-ce pas aussi le lieu où l’Arche sainte fut installée avant de rejoindre Jérusalem ?

Ce mémorial gardera nos yeux fixés, non sur le passé mais sur l’avenir, ou, comme aimait à le dire le Père Bernard Dupuy : « à la frise de nos espérances communes ».
Dans les dernières années de sa vie, le cardinal Lustiger répétait volontiers : « je ne travaille pas pour le mois prochain mais pour vingt ans, trente ans ».

Sans cesse, il portait dans sa prière l’espérance de la paix, une paix juste et durable que nous espérons tous, la paix pour cette terre, la paix à Jérusalem !

Nous nous unissons volontiers avec ferveur et confiance à sa prière : « que la paix vienne sur vous, qu’elle vienne sur vos familles, qu’elle vienne sur Jérusalem ».

+ André cardinal Vingt-Trois
Archevêque de Paris


Les autres interventions du cardinal André Vingt-Trois durant ce pèlerinage
Mardi 22 octobre 2013, messe à l’Université de Bar Ilan (Tel-Aviv) en Israël – 29e semaine temps ordinaire - Année C
Jeudi 24 octobre 2013, messe à l’église paroissiale palestinienne de Beith Sahur (Bethléem) – Commémoration de l’annonce aux bergers
Rencontres officielles à la résidence de l’ambassadeur de France, au consulat général de France et dans la Tour de David à Jérusalem.

Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 16:44


http://www.paris.catholique.fr/114-Conference-debat-Le-Cardinal.html

source paris catholique

Conférence, débat : Le Cardinal Lustiger son action pour l’Église

Le vendredi 9 octobre 2009

Livres et textes
•Quelques textes du Cardinal Lustiger
Sélection de textes du cardinal Jean-Marie Lustiger.
Sa vie, son action, ses voyages
•Le parcours de sa vie
Les racines et la formation Les parents du futur cardinal Lustiger, venus l’un et l’autre de Pologne (son père de Bendzin est venu en France en 1918, sa mère y était arrivée avec son propre père (...)
•Son action pastorale à Paris - La jeunesse
La FACEL Créée en 1994, à l’initiative du Cardinal Jean-Marie Lustiger, la Fédération des Associations Culturelles, Educatives et de Loisirs a pour objectif d’accueillir enfants et adolescents dans le (...)
•Son action pastorale à Paris - La culture
Textes du Cardinal Lustiger : La cathédrale Notre-Dame de Paris, un témoin de l’amour, de la foi et de l’espérance pour aujourd’hui - mai 2004 Y a-t-il une culture chrétienne ? - janvier (...)
•Son action pastorale à Paris - La formation - Les prêtres
Livre du Cardinal Lustiger Les prêtres que Dieu donne (édition DDB 2000) Texte : Les prêtres, la vie consacrée et les vocations sous le pontificat de Jean Paul II - octobre (...)
•Son action pastorale à Paris - Les médias et la communication
Radio Notre-Dame (août 1981) Radio Notre Dame compte aujourd’hui une cinquantaine de salariés et autant de collaborateurs qui travaillent à titre bénévole. En plus de son programme diffusé chaque (...)
•Son action pastorale à Paris - La famille, la solidarité, la santé
Interview du Cardinal Lustiger au sujet de la bioéthique (29 nov. 2000) Texte "La charité du Christ à l’œuvre - février 2004"
•Son action pastorale à Paris - Une dynamique missionnaire continue
Livre du Cardinal Lustiger Comment Dieu ouvre la porte de la foi (parution oct. 2004)
•Son action pastorale à Paris - Les béatifications
Le Cardinal Lustiger a présenté la cause de 3 parisiens en vue de leur béatification.
•La charge cardinalice
Outre ses fonctions d’archevêque, le cardinal Jean-Marie Lustiger occupait également une charge cardinalice.
•Les voyages du Cardinal Lustiger
1981 30 juin : RFA – Heppenheim. International Council (Jews) 8 octobre : RFA - Bonn – Séance annuelle de rentrée du Comité des Evêques allemands.du 5 au 8 décembre : Sénégal. Visite pastorale de Mgr (...)
Obsèques et hommages au Cardinal Lustiger
•Les obsèques
Plus de 5000 personnes étaient rassemblées ce vendredi 10 août pour la messe de funérailles du Cardinal Jean-Marie Lustiger. Sa famille, ses amis, environ 500 prêtres, 70 évêques et 16 cardinaux mais (...)
•L’homélie de Mgr André Vingt-Trois lors des funérailles du cardinal Jean-Marie Lustiger
« Rien n’est impossible à Dieu… ». Cette parole de l’ange Gabriel à Marie, rapportée par l’évangile de saint Luc que nous venons d’entendre, éclaire l’existence de chacun de ceux que Dieu appelle et qu’Il (...)
•Hommage de Maurice Druon au Cardinal Lustiger
Maurice Druon, secrétaire perpétuel (h) de l’Académie française.
•Hommages au Cardinal Lustiger
Communiqué de Mgr André Vingt-Trois Dimanche 5 août 2007 Le cardinal Jean-Marie Lustiger est mort le dimanche 5 août en la Vigile de la fête de la Transfiguration du Christ, après plusieurs mois d’un (...)
Actualités
•“Touret Lustiger, au miroir d’une amitié” à voir sur KTO
Aujourd’hui, après le départ des deux complices, ce documentaire de Grzegorz Tomczak permet de goûter la portée de l’amitié entre Jean Touret et Jean-Marie Lustiger, miroirs réfléchissant le Tout (...)
•Quelques livres du Cardinal Lustiger
Liste de quelques livres du cardinal Jean-Marie Lustiger.
•Un mémorial Lustiger en Israël
Le mémorial Aron Jean-Marie Lustiger est une initiative juive, installé au sein d’un monastère bénédictin, lui-même situé dans un village arabe musulman en plein cœur d’Israël. Une belle rencontre des (...)
•Album-photos de l’inauguration du « Petit Pont – Cardinal Lustiger »
Le « Petit Pont – Cardinal Lustiger » a été inauguré le jeudi 19 septembre, par le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, en présence du cardinal Vingt-Trois.
•Les écrits et les interventions du cardinal Lustiger en ligne
Depuis deux ans, l’Institut Jean-Marie Lustiger référence l’ensemble de l’œuvre du cardinal. Aujourd’hui, des centaines de documents, dont des inédits, sont catalogués et déjà consultables sur Internet : (...)
•Conférence, débat : Le Cardinal Lustiger son action pour l’Église
Le vendredi 9 octobre 2009, à 20 h 30 conférence débat avec le Père Matthieu Rougé Ancien secrétaire du Cardinal Lustiger, Docteur en théologie, Curé de la paroisse Sainte-Clotilde de Paris VIIème, (...)
•Colloque Jean-Marie Lustiger, cardinal républicain
Le mardi 9 décembre de 16h à 22h30 au Collège des Bernardins - 20 rue de Poissy - 75005. Tout au long de sa mission d’Archevêque de Paris, le Cardinal Lustiger a accordé une grande importance aux (...)
•Articles consacrés au cardinal Jean-Marie Lustiger
Depuis le décès du cardinal Lustiger, de nombreux articles lui ont été consacré. Nous signalons tout particulièrement :
•1er anniversaire de la mort du Cardinal Jean-Marie Lustiger
Compte tenu des vacances, la messe du premier anniversaire du décès du Cardinal Lustiger sera célébrée le dimanche 5 octobre à 18h30 à Notre-Dame de Paris par le Cardinal André Vingt-Trois. Chacun aura (...)
•8 décembre 2007 : Création de l’Institut Jean-Marie Lustiger
Le 8 décembre 1979, fête de l’Immaculée Conception, Jean-Marie Lustiger était ordonné évêque. En l’anniversaire de cet événement, le 8 décembre 2007, le cardinal André Vingt-Trois annonce la création de l’« (...)





----


“Touret Lustiger, au miroir d’une amitié” à voir sur KTO
L’un est sculpteur, l’autre prêtre. Durant plus de trente ans une amitié fidèle anime ces deux hommes libres et vrais, soucieux de livrer leur vision. Nourris de leur foi en Dieu, chacun renvoie à l’autre ses propres questions et intuitions au sujet de la représentation du sacré, dans un mouvement mutuel d’approfondissement de la Parole et la recherche de "signes".

Aux différentes époques de sa vie sacerdotale, de l’aumônerie de la Sorbonne à l’archevêché de Paris, le Père Lustiger demande à Jean Touret sculptures, retables, objets liturgiques et aménagements des lieux de cultes, dont l’autel de la cathédrale Notre Dame à Paris.

Jean-Marie Lustiger : « J’ai retrouvé en lui un homme qui s’était avancé en traverse par rapport à ce qui était mes propres questions au sujet de l’art… Il voulait aider avec ses bouts de bois, avec ses plaques de tôle, de zinc, de cuivre, à montrer dans le visible l’invisible. C’était un homme spirituel, un homme de Dieu. Il vivait dans l’eschatologie réalisée. »

Grzegorz Tomczak, voisin et ami de Jean Touret venait souvent le visiter. Il l’a écouté, regardé, filmé. De cette intimité, un premier film est né en 2001, " Présences de Jean Touret ". Témoin de la force et de la fécondité de la relation Touret-Lustiger, il nourrissait le désir de réaliser un nouveau film. Consulté, le cardinal Lustiger l’avait encouragé dans ce projet.

Aujourd’hui, après le départ des deux complices, ce documentaire permet de goûter la portée de l’amitié entre Jean Touret et Jean-Marie Lustiger, miroirs réfléchissant le Tout Autre.

Documentaire coproduit par KTO et Stella Productions.
52 minutes. Novembre 2013.
http://www.paris.catholique.fr/-livres-2013-.html



--

Par ces informations, je voulais lui rendre hommage.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 17:07

Depuis une quinzaine d'années, des réseaux clandestins s'activent en Iran pour aider à la fabrication de la bombe nucléaire. Aux Etats-Unis et en Israël, les services secrets tentent par tous les moyens d'entraver cette course. Infiltrations, assassinats de scientifiques, sabotage de sites nucléaires : tous les coups sont permis pour lutter contre le régime des mollahs, soupçonné de se doter secrètement de l'arme atomique à des fins non pacifiques, bien qu'il s'en défende. Les acteurs de cette guerre de l'ombre aux allures de thriller politique ont accepté de témoigner et racontent leurs faits d'armes.




Iran contre l'Occident et Israel:

Dans une interview filmée, à propos de la course à la bombe nucléaire iranienne, Marine Lepen juge que "la question n'existe pas"
elle dit refuser d'etre "dépendant des informations données par les américains"
Marine Lepen a déclaré etre pour le nucléaire iranien, et contre un conflit avec l'Iran.
elle dit ne pas croire que l'Iran veuille la bombe atomique, et qu'une bombe nucléaire est dissuasive.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 17:21

Dans une interview filmée, à propos de la course à la bombe nucléaire iranienne, Marine Lepen juge que "la question n'existe pas"
Elle dit refuser d'etre "dépendant des informations données par les américains"
Marine Lepen a déclaré etre pour le nucléaire iranien, et contre un conflit avec l'Iran.
Elle dit ne pas croire que l'Iran veuille la bombe atomique, et qu'une bombe nucléaire est dissuasive.



interview par la télévision iranienne Sama



--
ceux qui achetent des armes disent aussi que c'est pour se défendre..
Les francais en savent donc maintenant un peu plus sur la politique étrangére actuelle du FN.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 18:20



Hezbollah Liban.



Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 21:53

http://www.desinfos.com/spip.php?article38948
source désinfos

Deux universités américaines se retirent de l’American Studies Association : la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf

Hélène Keller-Lind:
L’American Studies Association dont une poignée de membres viennent de voter une motion mettant à l’index la totalité des universités israéliennes dans un geste purement politique n’ayant rien à voir avec la liberté d’expression qu’elle prétend défendre se présentait comme très importante. D’où le coup médiatique anti-israélien...Aujourd’hui les universités américaines de Brandeis et Penn State Harrisburg sont les premières à se retirer de l’Association et le boycott académique a été désavoué par d’autres universitaires ou associations réellement importantes.

Le coup médiatique de l’American Studies Association, ASA, dont une poignée de membres, un peu plus de huit cents, ont adopté de l’autre côté de l’Atlantique les injonctions de la campagne obscurantiste, viscéralement anti-israélienne, haineuse, et heureusement illégale en France dite de BDS – Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre la seule démocratie d’un Moyen-Orient où règnent par ailleurs injustices, discriminations graves envers les femmes, assassinats au nom d’Allah, guerres civiles, massacres, corruption – aura sans doute fait long feu...


Le Jerusalem Post nous apprend aujourd’hui que deux universités américaines, Brandeis et Penn State Harrisburg se sont retirées de cette Association qui prétendait se battre pour la liberté d’expression et d’études, alors qu’elle faisait tout le contraire en ostracisant les universités et centres de recherche israéliens... Se disant toujours concernées par les études américaines, elles dénoncent un geste politique allant à l’encontre de "deux principes primordiaux de la culture américaine : la liberté d’association et d’expression", selon une déclaration de Brandeis. "Ce qui porte atteinte à la réputation des Etudes Américaines en tant que démarche universitaire", pour Penn State.

L’ancien Président de l’université de Harvard, Lawrence Summers, avait qualifié ce projet, avant même le vote "d’abominable" et incité les universités membres à se retirer de l’ASA. Il aura été entendu aussitôt après l’annonce de ce vote d’une ASA voulant se faire passer pour importante, alors qu’elle est quasi confidentielle.

Ces deux retraits devraient en annoncer d’autres tant la manœuvre a été grossière, n’ayant rien d’académique ou de défense d’une quelconque liberté....

De plus, pour mémoire, un organisme réellement représentatif, "l’Association américaine des professeurs d’université, avec ses 48 000 membres, a réaffirmé sa position contre les boycotts académiques, qui, dit-elle, « s’attaque directement au libre échange d’idées », et non à ceux qui sont responsables d’oppression, étouffant précisément le type d’interaction qui contribuerait à aider droits de l’homme".


http://www.aaup.org/report/academic-boycotts
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Jeu 19 Déc 2013, 21:59

source:http://www.jforum.fr/forum/israel/article/les-sionistes-des-minorites-d
source jforum

La Conférence Sioniste pour les Droits de l’Homme s’est déroulée, face à une salle bondée de monde, à la Maison Américaine de l’Organisation Sioniste, à Tel Aviv.




Les minorités d’Israël défendent, plus que tout, cette démocratie.


Le Père Nadaf avec d’autres orateurs de la Conférence Sioniste pour les Droits de l’Homme Photo : Kobi Doverz
Les représentants des communautés minoritaires d’Israël ont exprimé avec fermeté leur soutien à leur pays, en tant qu’ Etat juif et démocratique , lundi, lors d’un évènement pour les droits de l’homme, organisé par Im Tirtzu, une organisation sioniste.

Cette conférence intitulée la Conférence Sioniste pour les Droits de l’Homme s’est déroulée, face à une salle bondée, de la Maison Américaine de l’Organisation Sioniste, à Tel Aviv.

Des personnalités des communautés musulmanes, druzes, bédouines et chrétiennes ont exposé le rôle d’Israël dans la défense des Droits de l’Homme, devant une foule mélangée qui comprenait aussi un rabbin, un kibboutznik et un homosexuel.

« Les droits de l’homme ne sont pas un label commercial détenu par le Fonds pour le Nouvel Israël et les ennemis du Sionisme”, a déclaré Ronen Shoval, président-fondateur d’Im Tirzu.

« Quiconque veut l’application des droits de l’homme au Moyen-Orient n’a qu’une seule option : se connecter à l’Etat Juif qui préserve les droits de l’homme », a-t-il déclaré.

Shoval a confié au Jerusalem Post que l’objectif de l’évènement consistait à attiré l’attention sur les minorités israéliennes qui soutiennent activement l’Etat et “comprennent qu’il n’y a qu’au sein de l’Etat Juif qu’ils obtiennent ce respect des Droits de l’Homme”.

L’un des objectifs de la conférence consiste “à briser le monopole des droits de l’homme, que “les forces extrémistes antisionistes” ont, actuellement, concentré entre leurs mains sur ce sujet et de redistribuer le terme “droits de l’homme” dans le spectre politique tout entier.

Gabriel Nadaf, un prêtre orthodoxe grec qui soutient l’engagement dans Tsahal et l’intégration des Chrétiens dans la société israélienne, s’est exprimé lors de cet évènement, déclarant qu’en tant que prêtre vivant au Moyen-Orient, “je comprends plus que quiconque que les droits de l’homme ne peuvent pas être pris pour un acquis ».

« Les gens qui « calomnient l’Etat jouissent d’un haut niveau de vie et crachent dans le puits par lequel ils s’abreuvent”, a t-il brocardé.

Ce mois-ci, le fils du Père Nadaf a été attaqué et a terminé à l’hôpital, dans ce qui semble bien être une agression motivée à cause de ses opinions qui soutiennent Israël et le service militaire.

Il a exposé au Post qu’il subissait des formes de harcèlement et d’incitation à la haine permanentes depuis plus d’un an et demi, depuis qu’il a appelé, en 2012, les Chrétiens à rejoindre l’armée.

Anet Haskia, musulmane arabo-israélienne, a déclaré : “Je suis fière d’être Sioniste” et qu’elle s’élève contre l’idée d’un Etat palestinien et la division du pays. « Il y en a beaucoup comme moi ! », a-t-elle ajouté, en remarquant que sa sœur est la première femme musulmane à être enrôlée dans la brigade Golani d’infanterie.

Anet Haskia en compagnie de ses enfants.

Elle reconnaît que le racisme existe bien en Israël, mais que “la société ne changera pas si nous ne nous y intégrons pas”.

“Des députés arabes qui sont contre l’Etat sont les porte-parole de la haine qui nourrit tant de citoyens”, a afirmé Haskia. Le Député « Ahmed Tibi m’a dénoncée comme une menteuse et bien d’autres ont essayé de me faire taire. Ils nous désignent comme des Fascistes, mais ce sont eux les vrais fascistes, quand on entend leurs opinions sur la communauté gay au sein de la société arabe » et leur inaction au sujet des violences commises contre les femmes arabes.

Ata Fahrat, le chef du Conseil Sioniste Druze pour Israël, a dit, pour sa part : « Regardez les pays tout autour de nous, ils sont en plein chaos. Il n’y a qu’en Israël que les minorités disposent réellement de l’accès aux droits de l’homme ».


Dernière édition par prinu le Sam 28 Déc 2013, 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 02:25

Spoiler:
 

Comment le Hamas utilise la météo pour diffamer Israël.
Même la météo est un jeu équitable dans la guerre des mots du Hamas contre Israël...


Le Hamas accuse Israel d'avoir inondé intentionnellement la bande de gaza avec une tempéte qui a frappé la région, ou en ouvrant des barrages ...

L'accusation a fait la manchette des médias internationaux et du Moyen-Orient la semaine dernére.


Par contre, en raison de dommages causés par la tempete - qui ont touchés tout les pays voisins et pas seulement Israel, Israel a répondu a un appel transmis par l'internémiaire de l'ONU, en transferant quatre pompes de hautes puissance vers la bande de Gaza, destinées à aider les palestiniens inondés.

Mais les faux rapports du Hamas avaient fait le buzz. celà a envahi les blogs et médias sociaux, comme d'habitude.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 02:38

barbarie palestinienne envers les animaux
Spoiler:
 

Des bovins australiens sont atrocement torturés dans les rues de gaza.
suscitant protestations en australie et dans d'autres pays.
dévoilé par "the west australian", et censuré en france et en europe.
Spoiler:
 

a gaza, ces animaux sont  tour à tour, ligotés, poignardés, étranglés, fusillés, fouéttés, sciés, déchiquetés vivants ..
et ce n'est qu'a prés une longue agonie que les betes sont abattues. voir vidéo vérité


je préfére cacher, désolé..


Animals Australia décrit l'événement comme "le pire cas de cruanté envers les animaux, de l'histoire" .
"il n'ya pas de mots pour décrire dument le carnage qui a lieu, ni l'ampleur de la violence. c'est choquant et déchirant" (Lyn White)


Aprés avoir visionné la vidéo, les autorités australiennes ont déclaré que celà porrait entrainer le boycotte de Gaza.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 02:40

c'est honteux, regardez plus haut . il faut montrer ca à l'onu, et aux associations de protection des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 18:14

http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/12/15/le-destin-de-mandela-enco_n_4448385.html

source: quebec huffington post

Le destin de Mandela encourage l'arme du boycott dans le conflit israélo-palestinien

La série de succès enregistrée par la campagne de boycott des colonies en territoire palestinien stimule les appels à des sanctions contre Israël similaires à celles qui ont précipité la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, selon des analystes et des militants.




"La compagnie d'eau néerlandaise Vitens a coupé ses liens avec son partenaire israélien Mekorot, la plus grande Eglise protestante du Canada a décidé de boycotter trois entreprises israéliennes, le gouvernement roumain a refusé d'envoyer davantage d'ouvriers du bâtiment, et l'Association d'études américaines vote sur la rupture des relations avec les universités israéliennes", énumère-t-il.



Cette avalanche se produit quelques mois à peine après l'adoption par l'Union européenne (UE) de "lignes directrices" excluant de sa coopération les institutions et entreprises israéliennes ayant des activités dans les territoires occupés.



"L'avertissement est devenu encore plus clair et plus brutal après la mort de Nelson Mandela", qui a réveillé la mémoire "de la collaboration d'Israël avec le régime d'apartheid (*)et fourni de précieuses munitions à ceux qui voudraient les mettre sur le même plan", souligne le chroniqueur.


nota:(*): faux. Des accords économiques de meme ordre que de nombreux pays européens au meme moments, y compris la France, et non pas d'accords idéologiques.

"L'analogie pourrait alimenter la conviction qu'Israël aujourd'hui peut être mis à genoux de la même manière que l'Afrique du Sud hier", prévient-il.

je rapelle qu'il n'y a  ni domination, ni apartheid d'Israel sur les palestiniens, contrairement a ce que les boycotteurs illégaux veulent faire croire,  mais une résistance a leur terrorisme islamique, et aux agressions palestinienens depuis 1921, non stop  !!.

Le vice-président américain Joe Biden a lui aussi confié sa préoccupation face à cet isolement croissant, affirmant le 10 décembre n'avoir "jamais vu en 40 ans un tel effort de délégitimation d'Israël", selon lui "la plus grave menace à la sécurité et à la viabilité d'Israël".
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 18:24

Un important dossier, sur les volontaires étrangers venus combattre en syrie.

tout est important, et palpitant ..

Spoiler:
 

source alliance géostratégique

« Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus d’association, et que la religion soit entièrement à Allah. ». Un portrait des combattants étrangers de l’insurrection en Syrie.


La guerre en Syrie a entraîné l’intervention de milliers de combattants étrangers qui sont venus soutenir les insurgés luttant contre Bachar el-Assad. L’attention des Occidentaux se focalise, bien sûr, sur ceux qui viennent combattre auprès des groupes liés à al-Qaïda, et qui pourraient éventuellement constituer une menace dans ces pays, mais c’est aussi oublier que l’intervention étrangère est sans doute bien plus considérable en faveur de Bachar el-Assad2. Cet article se propose d’esquisser un portrait d’ensemble du phénomène des combattants étrangers qui sont venus se battre en Syrie du côté de l’insurrection, de façon à démonter quelques idées reçues et à fournir des exemples circonstanciés qui aident à mieux saisir la réalité du phénomène, à partir de sources fiables.

« Les volontaires étrangers en Syrie, combien de divisions ? »

En Europe, l’afflux de volontaires aux côtés des rebelles étrangers commence à inquiéter à partir du printemps 2013. The Independant estime que 100 Britanniques sont déjà partis ; le Figaro parle de 50 à 80 Français ; Der Spiegel évoque des douzaines d’Allemands ; et le Jyllands-Poste parle de 45 Danois. Les Pays-Bas haussent leur niveau d’alerte en raison du retour de certains au pays, parmi la centaine ou plus de musulmans qui sont partis combattre en Syrie. A ce moment-là, ce sont entre 140 et 600 Européens environ qui sont déjà allés se battre du côté des insurgés, soit 7-11% du nombre total de volontaires étrangers3.


En avril 2013, Aaron Zelin estimait le nombre total de volontaires étrangers partis en Syrie depuis 2011 à 2 000-2 500, dont 135 à 590 Européens. Il y en avait entre 70 à 441 encore sur place, parmi ces derniers, à ce moment-là. Sur 249 notices de martyrs des groupes djihadistes syriens, seules 8 (3%) concernaient alors des Européens. De fait, les combattants étrangers représentent au maximum 10% de l’insurrection, et probablement moins. En novembre 2013, Thomas Hegghamer parlait de 1 100 à 1 700 Européens de l’ouest partis en Syrie, ce qui d’après lui représente déjà plus que tous les autres contingents des conflits entre 1990 et 2010. Le phénomène, globalement, semble s’accélérer tout au long de l’année 2013.

Nombre de combattants étrangers en Syrie par pays d’origine, estimation des services de renseignement en 20134. A gauche : estimation minimum ; à droite : estimation maximum

France
200-400

Allemagne
200

Royaume-Uni
200-300

Belgique
100-300

Espagne
95

Danemark
65

Bosnie
60

Autriche
57

Pays-Bas
50-100

Italie
45-50

Norvège
30-40

Suède
30-40.

Récemment, le quotidien allemand Süddeutsche5, citant une étude à paraître de The International Centre for the Study of Radicalisation, évoque au total 11 000 combattants étrangers en Syrie, dont 1 800 Européens de l’Ouest (et 240 Allemands). L’étude en question, parue finalement le 17 décembre6, confirme effectivement ces chiffres : 11 000 volontaires étrangers venant de 74 nations différentes depuis 2011 ; le nombre d’Européens de l’Ouest a triplé depuis avril 2013, passant de 600 à plus de 1 900. La fourchette se situe désormais entre 3 300 et 11 000 combattants, et le total est probablement de plus de 8 500. Les Européens de l’ouest constituent désormais 18% du contingent, avec en tête la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas. Rapportés à la population totale, les chiffres sont les plus élevés pour la Belgique, le Danemark et les Pays-Bas. Les pays du Moyen-Orient continuent à fournir près de 70% des volontaires étrangers, les plus gros contingents venant de Jordanie, d’Arabie Saoudite, de Tunisie, du Liban et de Libye, mais les chiffres sont ici probablement moins fiables. Les Balkans et les anciennes républiques soviétiques fournissent le dernier gros contingent. En tout cas, malgré cette augmentation, le nombre de combattants étrangers ne représente pas plus de 10% de l’insurrection, qui se monte au moins à 100 000 hommes.

Les combattants étrangers en Syrie, d’après Süddeutsche, citant l’ICRS + l’étude de l’IRCS parue le 17 décembre 2013 (à gauche, estimation basse, à droite, estimation haute).

Jordanie
180-2 089

Arabie Saoudite
386-1 016

Tunisie
382-970

Liban
65-890

Libye
336-556

Turquie
63-500

Egypte
119-358

Pakistan
7-330

Algérie
68-123

Territoires palestiniens
74-114

Yémen
14-110

Somalie
6-68

Irak
59-247

Soudan
2-96

Maroc
77-91

Koweït
54-71

Afghanistan
12-23

Bahreïn
12

Qatar
14-15

Emirats Arabes Unis
14

Israël
15-20

Iran
3

Mauritanie
2

Oman
1

France
63-412

Royaume-Uni
43-366

Irlande
11-26

Belgique
76-296

Luxembourg
1

Allemagne
34-240

Suisse
1-8

Pays-Bas
29-152

Kosovo
4-150

Albanie
9-140

Espagne
34-95

Danemark
25-84

Autriche
1-60

Bosnie
18-60

Macédoine
3-20

Serbie
3

Bulgarie
1

Italie
2-50

Suède
39-87

Norvège
33-40

Finlande
4-20

Australie
23-205

Canada
9-100

Etats-Unis
17-60

Russie
9-423

Tchétchénie
36-186

Kazakhstan
14-150

Kyrgyzstan
9-30

Chine
6-100

Du côté des rebelles sunnites, il y a probablement eu en tout au moins 5 000 combattants étrangers, une fourchette plus large menant à 10 000 ou un peu plus, ce chiffre recouvrant tous ceux qui sont arrivés depuis 2011 -beaucoup ont été tués, arrêtés ou sont repartis entretemps7. La mobilisation de ce vivier reste néanmoins sans précédent, même comparée à celle en Irak contre les Américains ou contre les Soviétiques en Afghanistan. La majorité des volontaires vient des pays arabes -Arabie Saoudite, Tunisie et Libye, principalement, avec peut-être un nombre d’Irakiens plus important que ce que l’on peut savoir actuellement. L’Europe occidentale fournit le second plus gros contingent avec en tête l’Angleterre, la France, la Belgique et les Pays-Bas, selon Zelin, au début 2013. Il y a également des volontaires moins nombreux des Balkans, du Caucase, et d’autres régions du monde, soit au total plus de 60 pays d’où viennent ces combattants sunnites. La plupart de ces combattants intègrent les factions islamistes les plus radicales, en premier lieu l’EIIL et le front al-Nosra, mais également des groupes salafistes comme Ahrar al-Sham. Ils constituent aussi une bonne partie des groupes armés liés de près ou de loin à l’EIIL ou à al-Nosra comme l’Armée Muhajirin wa-Ansar, les bataillons Suqqour al-Ezz, le mouvement Sham al-Islam, le bataillon Vert, la brigade Umma et le Jund al-Sham.

La plupart des volontaires étrangers ont peu d’expérience et passent d’abord par des camps d’entraînement. Quelques-uns ont pu déjà être formés dans des camps en Afrique du Nord, comme ceux mis en place par Ansar al-Sharia en Libye ou d’autres milices islamistes. Il y a également, cependant, des vétérans d’Afghanistan, de Bosnie, de Tchétchénie, du Yémen et de la Libye. La majorité des djihadistes syriens ou étrangers considère les Tchétchènes comme les plus expérimentés, après vingt ans de guerre contre la Russie. Mais les volontaires caucasiens viennent surtout d’Europe et ont aussi peu d’expérience que les autres, généralement. Ceux qui sont intervenus en premier sur le champ de bataille ont eu souvent le plus d’impact. L’armée Muhajrin wa-Ansar, liée à l’EIIL, a ainsi joué un rôle clé dans la prise de la base aérienne de Minnagh, en août 2013. D’autres formations de volontaires étrangers ont attaqué furieusement dans la région de Lattaquié, en plein coeur du pays alaouite, procédant d’ailleurs à des nettoyages de population dans les zones conquises8. La brutalité du régime de Bachar el-Assad a probablement entraîné une radicalisation de ceux qui sont venus combattre en Syrie. En outre, les djihadistes étant mieux financés que les autres acteurs de l’insurrection, ils ont beaucoup plus attiré. Il semblerait que les combattants tunisiens, profitant de l’expérience d’Ansar al-Sharia, aient contribuer à préparer un programme de prosélytisme (dawa) pour l’EIIL. Ce programme vise à briser l’image négative qu’a l’organisation depuis la guerre en Irak et à s’attirer la bienveillance des habitants. C’est pourquoi, aussi, ce programme vise les enfants et les adolescents de 8 à 16 ans.

Les volontaires pakistanais : une contribution au djihad mondial du TTP ?

De nombreux commandants du Tehrik-i-Taliban Pakistan (TTP) ont précisé avoir envoyé des militants en Syrie pour combattre le régime de Bachar el-Assad9. Mohammed Amin, le coordinateur du TTP pour la Syrie, a ainsi affirmé que son organisation avait établi une base en Syrie avec l’aide de vétérans de l’Afghanistan. Un commandant de rang intermédiaire du TTP justifie l’envoi de militants par le fait que des chiites seraient également recrutés par l’Iran au Pakistan pour aller combattre aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Le réseau qui se charge d’acheminer les volontaires en Syrie est tenu conjointement par le TTP et par le Laschkar-i-Jangvi (LJ), deux groupes affiliés à al-Qaïda. Il aurait envoyé de 100 à 150 hommes. Abdul Rashid Abbasi, un proche du chef du TTP, Hakimullah Mehsud, a précisé que 120 combattants pakistanais se trouvaient en Syrie et qu’ils étaient sous les ordres du commandement local d’al-Qaïda. Le réseau est dirigé par Usman Ghani, un ancien commandant du LJ, et Alimullah Umry, un commandant du TTP de la province de Khyber Pakhtunkhwa. Selon al-Jazeera, les Pakistanais se trouvent dans la Katibat Mujahiroon, un groupe djihadiste composé de volontaires étrangers qui combat à Lattaquié et qui est commandé par un Libyen, Abu Jaafar il Libi. Le TTP, le LJ et un autre groupe sectaire, le Hafiz Gul Bahadur, ont envoyé des combattants. Le TTP a également demandé à ses commandants de Mohmand, Bajaur, Khyber, Orakzai et des agences tribales du Waziristan de procéder à des recrutements.

Une première vidéo, le 31 juillet 2013, confirme la présence de combattants du TTP en Syrie. Elle montre un groupe de 10 à 20 Pakistanais et a été mise en ligne par l’EEIL. En septembre, les médias annoncent que les corps de 30 Pakistanais ont déjà été rapatriés au pays, la plupart appartenant au LJ ou à la faction du Punjab du TTP. Cette participation du TTP à l’insurrection syrienne ne doit pas surprendre : elle fait partie de la stratégie d’internationalisation promue par Mehsud, qui veut participer aux djihads à l’étranger en lien avec al-Qaïda. Il y en a eu d’autres exemples : en juin 2012, le président du Niger affirmait que des Afghans et des Pakistanais entraînaient des hommes au nord du Mali. Au Yémen, des Pakistanais convoyés par al-Qaïda formeraient des militants aux explosifs, l’un d’entre eux, Ragaa Bin Ali, étant même tué par un drone en 2013. Faisal Shahzad, un jeune Pakistanais résidant aux Etats-Unis et qui avait tenté de placer une bombe à Times Square en mai 2010, était lié au TTP. L’envoi de combattants en Syrie a aussi eu pour effet de raviver les tensions sectaires au Pakistan entre sunnites et chiites.

Les Jordaniens : la radicalisation des salafistes

Depuis le début de l’insurrection, les militants jordaniens ont eux gagné la Syrie10. Au départ, ils comptaient renverser Bachar el-assad pour installer un Etat islamique sunnite, dans une dimension guerrière proprement religieuse. Cette approche s’est intensifiée avec le caractère de plus en plus sectaire du conflit. Parmi les Jordaniens, salafistes ou djihadistes, qui sont partis pour la Syrie, il y a certains vétérans d’Afghanistan ou d’Irak, et certaines sources parlent de plusieurs milliers d’hommes en tout. On sait que Zarqawi, un Jordanien, avait dirigé la branche d’al-Qaïda en Irak jusqu’à sa mort en juin 2006. Son mentor spirituel, Abu Muhammad al-Maqdisi, un Jordanien d’origine palestinienne, est le chef de file du djihadisme en Jordanie. Les djihadistes semblent gagner du terrain autour des villes de Maan et de Zarqa, cette dernière étant d’ailleurs la ville natale de Zarqawi. En octobre 2012, les autorités démantèlent une cellule qui s’apprêtaient à commettre des attentats anti-occidentaux à Amman grâce à des explosifs et à des armes venus de Syrie. Il faut dire qu’au départ, elles ont eu tendance à fermer les yeux sur le transit de combattants jordaniens en direction de ce pays. Mohammed el-Shalabi, un des leaders djihadistes jordaniens, affirme que de 700 à 800 combattants sont partis en Syrie, un chiffre qu’il est difficile de vérifier. D’autres rapports parlent de 500 hommes.

On sait par contre que Mahmoud Abdoul Al, le gendre de Abu Muhammad al-Talawi, un des cheiks djihadistes influents de Jordanie, s’est fait sauter à Deraa en octobre 2012. Al-Tahawi lui-même encourage les Jordaniens à se joindre au djihad sous la bannière d’al-Nosra. D’autres clercs sunnites jordaniens ont fait de même depuis, à l’instar du chef d’al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri. Au début des hostilités, les Jordaniens franchissent la frontière dans les provinces de Deraa et de Rif Dishmashq. Ils sont aussi présents à l’ouest et à l’est de la Syrie, à Alep, Homs et Deir es-Zor. Le gouvernement jordanien laisse d’abord faire, sans doute dans l’intention de se débarrasser à peu de frais de ses djihadistes. Mais quand le conflit s’éternise, les autorités verrouillent la frontière et mettent le hola sur le trafic d’armes qui revient vers la Jordanie. En conséquence, les Jordaniens font désormais un détour via la Turquie et pénètre en Syrie par le nord. La plupart des volontaires s’intègrent dans le front al-Nosra, et les combattants expérimentés semblent même diriger certaines brigades de l’organisation. Deux Jordaniens d’ascendance palestinienne, originaires de Zarqa, ont aidé à l’établissement du conseil de la Choura d’al-Nosra, aux côtés d’Abu Muhammad al-Juhani, le chef de l’organisation. Ces deux militants, Iyad Toubasi et Mustafa Abdul Latif, ont fait partie du commandement d’al-Qaïda en Irak. Ils sont présents en Syrie depuis le début du conflit. Le premier est par ailleurs marié à la soeur de Zarqawi. Abou Gelebeb, c’est son nom de guerre, est l’émir d’al-Nosra pour les provinces de Deraa et Damas. Blessé en décembre 2012, il est soigné en Turquie avant de rejoindre le combat. C’est Latif qui prend la suite du front sud d’al-Nosra. Proche de Zarqawi, il avait notamment organisé l’arrivée des Syriens venus se battre en Irak contre les Américains.

En décembre 2013, les Jordaniens forment le plus gros contingent de volontaires étrangers venus se battre en Syrie aux côtés des rebelles, avec plus de 2 000 hommes. Selon Abou Sayaf, le chef des djihadistes jordaniens, il y a actuellement 1 200 Jordaniens encore en Syrie ; 200 auraient été tués depuis le début de leur participation. En plus des militants historiques, une génération plus jeune contriburait désormais en majorité au départ, originaire des villes de Zarqa, Salt, Maan et Irbid. Les Jordaniens seraient majoritairement dans des brigades radicales, en particulier celles du front al-Nosra. Ils seraient assez opposés aux vues radicales de l’EIIL en ce qui concerne le traitement des minorités et ses pratiques de guerre, de manière générale.


Les Néerlandais : un recrutement dans une communauté ciblée

Au moins 20 Néerlandais sont partis combattre en Syrie depuis le début de la guerre civile et 6 y ont trouvé la mort11. Il n’y a pas de réseaux organisés jusqu’à présent qui recrutent les musulmans néerlandais sur place, mais des groupes comme Sharia4Holland, Behind Bars, Hizb-al-Tahrir et Millatu Ibrahim se servent du conflit pour promouvoir leur cause, ce qui est un facteur potentiel de radicalisation de leur public. Il est d’ailleurs fort possible que le nombre total de Néerlandais partis en Syrie dépasse en fait la centaine. Les 20 personnes qui ont été identifiées proviennent des communautés marocaine, somalienne et turque surtout, bien que l’une d’entre elles soit originaire de Bosnie. La majorité est néanmoins d’origine marocaine. Ils viennent de Zeist, Delft, Rotterdam et La Hague (en particulier le quartier de Schilderswijk). La plupart des hommes recrutés ont entre 23 et 26 ans, même si deux étaient des mineurs. Le soutien à la cause s’exprime via un site Internet et le recrutement s’effectuerait par des activistes de Sharia4Holland et Behind Bars qui ont déjà effectué le voyage en Syrie. Les volontaires gagnent la Turquie via les Pays-Bas ou la Belgique et entrent dans le nord de la Syrie.

Le premier Néerlandais tué en Syrie, d’origine marocaine, est mort en mars 2013. Il faisait partie d’un groupe de 20 jeunes hommes de Delft, certains ayant un passé de délinquant ; lui-même cherchait manifestement à « racheter ses péchés » en partant combattre en Syrie. Un de ses amis, qui jouait dans l’équipe de foot Delfia, est également tué en Syrie, ainsi que son frère. Une jeune femme de 19 ans, connue sous le nom d’Oum Usama, de Zoetermeer, suspectée de procéder au recrutement, est arrêtée en juillet 2013. Un autre recruteur, Murat Ofkeli, surveillé par les autorités depuis 2001 et qui avait notamment envoyé en 2005 3 jeunes Néerlandais pour la Tchétchénie, qui avaient été arrêtés en Azerbaïdjan, n’est pas pris au sérieux jusqu’à ce que la presse se fasse l’écho de plaintes des parents des candidats au djihad. Banni de la mosquée As-Soennah de La Hague, Ofkeli aurait trouvé la mort en Syrie en juin 2013.

Le chef des djihadistes néerlandais en Syrie, Abu Fidaa, a donné une interview au journal De Volkskrant en juin 2013. Il fournit des précisions qui sont impossibles à vérifier, mais qui n’en sont pas moins intéressantes. On conseille ainsi aux volontaires de lire 48 Laws of Power ou Les 36 Stratagèmes de la guerre, par exemple. D’après lui, une fois arrivés en Syrie, les volontaires sont entraînés pendant six semaines ; ils peuvent alors se porter candidats au martyr. Les Néerlandais sont mélangés avec d’autres nationalités pour favoriser l’intégration dans un djihad « global ». On pense que les Néerlandais sont surtout à Alep mais Abu Fidaa précise qu’ils se trouvent aussi dans d’autres parties du pays. 3 femmes ont également fait le choix de suivre leurs maris en Syrie.

Les Britanniques : au-delà du « Londonistan »

Depuis le début de la guerre en Syrie, les autorités britanniques ont arrêté trois hommes suspectés de participer à des réseaux de recrutement et d’acheminement de volontaires pour les groupes djihadistes12. Le cas britannique rappelle de fâcheux souvenirs, notamment celui de la Bosnie. L’attention est attirée sur les volontaires britanniques au moment de l’enlèvement d’un journaliste anglais et d’un autre néerlandais, le 19 juillet 2012, qui sont finalement libérés par un groupe de rebelles qui les avaient aidés à pénétrer en Syrie. Or, parmi leurs ravisseurs, se trouve une douzaine de Britanniques, dont un docteur du National Health Service, Shajul Islam, d’origine bengalie, intercepté à son retour au pays via l’Egypte le 9 octobre suivant. D’autres arrestations ont lieu en janvier 2013, dont celle du frère de Shajul, et d’un homme qui avait converti un MAC-10 tirant à blanc en une arme opérationnelle. Najul Islam, c’est son nom, aurait assuré le soutien financier du voyage de son frère et de son complice, arrêté avec lui, et aurait également convoyé en Syrie des équipements de vision nocturne, des lunettes de visée et autres matériels sensibles. Dans un autre cas, Nassim Terreri et Walid Blidi, deux Londoniens d’origine algérienne, sont tués à Darkoush, à quelques kilomètres de la frontière turque, le 26 mars 2012. Les deux Britanniques appartenaient à la brigade Hisham Haboub, de l’Armée syrienne libre : ils sont morts en ouvrant le feu sur un convoi du régime qui a répliqué à leurs tirs, un autre Britannique du même groupe étant d’ailleurs blessé dans l’accrochage.

Les Britanniques se sont en fait retrouvés sur nombre de champs de bataille du djihad depuis l’Afghanistan. La communauté dite « Londonistan » avait aussi produit des prêcheurs radicaux capables d’influencer la jeunesse britannique, jusqu’à pousser certains éléments à rejoindre al-Qaïda et à commettre les attentats du 7 juillet 2005 à Londres. Depuis le printemps arabe cependant, ce sont les communautés arabes en exil, via leurs liens avec leurs pays d’origine, qui sont devenus importantes, comme le montre le cas de la Libye et de la Tunisie, ou bien encore de l’Egypte. On estime qu’il y a au moins 13 000 exilés syriens au Royaume-Uni, dont une partie fournit des fonds, organise des convois, alimente aussi le vivier des volontaires. Mais comme on l’a vu, des Britanniques à proprement parler sont aussi partis en Syrie. Il y en a au moins 30. La communauté soudanaise de l’ouest de Londres parle de 21 hommes déjà entraînés sur place, et il y aurait eu des départs dans les communautés marocaine et somalienne. Des Syriens comme un prêcheur de l’est de Londres, Abu Basir al-Tartusi, qui n’était pas parmi les plus radicaux, sont aussi partis combattre en Syrie. On trouve aussi parmi eux Mustafa Setmariam Nassar, un théologien djihadiste vétéran de l’Afghanistan arrivé à Londres dans les années 90, qui avait soutenu les groupes radicaux en Algérie avant de retourner en Afghanistan et d’être arrêté par les Américains à Quetta en 2005, livré aux autorités syriennes qui l’ont relâché, sans que l’on comprenne bien pourquoi, en février 2012. Muhammad Surur bin Nayif Zain al-Abidin, en lien avec deux dissidents saoudiens, Saad al-Faqih et Muhammad al-Massari, contribue au financement des insurgés. Théologien salafiste, il est revenu au Qatar en 2004 et organise de là le flux financier à destination de certains groupes rebelles.

Les Finlandais : un changement d’échelle

En Finlande, les premières rumeurs à propos de combattants partis en Syrie commencent à circuler dans les médias à partir d’août 201213. Un an plus tard, le ministère de l’Intérieur confirme que plus de 20 Finlandais ont déjà rejoint les groupes islamistes radicaux sur place. Ce phénomène marque la radicalisation, en filigrane, de musulmans finlandais depuis environ deux ans. La population musulmane finlandaise, très réduite au départ, s’est accrue dans les années 90 par l’apport de nombreux réfugiés. On l’estimait à 50 à 60 000 personnes en 2011, dont 90% de sunnites. Ce sont des musulmans de la deuxième génération, mal intégrés, originaires de zones de conflit, qui se sont radicalisés. Cependant, la plupart des musulmans radicalisés sont liés, de fait, à des groupes islamistes ou autres avec des enjeux locaux, même si plusieurs organisations comme al-Qaïda, les Shebaab, le Hezbollah sont représentées en Finlande. Les Shebaab, en particulier, sont plus visibles car ils ont recruté dans la communauté somalie finlandaise (15 000 personnes en 2012). Le processus semble se restreindre à partir de 2012, moment où les Shebaab s’associent très nettement à al-Qaïda et commencent à avoir recours à des méthodes classiques de l’organisation comme l’attentat à la voiture kamikaze.

On pense qu’il n’y a pas eu de Finlandais engagés en Afghanistan. Le premier combattant étranger finlandais mis en évidence est Abu Ibrahim, parti combattre en Tchétchénie et arrêté par les autorités géorgiennes. Son père est un officier de l’armée finlandaise. Le plus gros contingent reste donc celui débauché par les Shebaab entre 2007 et 2009, avant la radicalisation de ce dernier mouvement vers al-Qaïda. On évoque aussi, peut-être, la présence d’un Finlandais auprès du Front National de Libération de l’Ogaden, en Ethiopie. C’est avec la guerre en Syrie que le contingent de volontaires finlandais est le plus important. Après les rumeurs dévoilées en août 2012, un premier martyr finlandais, Kamal Badri, est identifié en janvier 2013 : il a été tué à Alep. Quelques mois plus tard, les autorités commencent à parler d’une dizaine, puis d’une vingtaine de personnes parties en Syrie. Le portrait d’ensemble reste encore peu clair, faute d’informations suffisantes, même si l’on peut en déduire que la communauté musulmane radicalisée, en Finlande, se structure davantage depuis deux ans.

L’Australie : la communauté libanaise et le djihad

En ce qui concerne l’Australie, 6 combattants en Syrie ont potentiellement été identifiés comme australiens, avec cependant des doutes sur plusieurs d’entre eux14. Trois cas sont cependant plausibles : Roger Abbas, Yusuf Topprakaya et un kamikaze connu sous le nom de Abu Asma al-Australi. Roger Abbas, tué en octobre 2012, venait de Melbourne et était d’origine libanaise : c’était aussi un champion de kickboxing. Arrivé au départ pour une aide humanitaire, il a visiblement combattu ensuite avec le front al-Nosra. Yusuf Topprakaya, tué en décembre 2012, était originaire de la communauté turque et était surveillé par les autorités australiennes depuis 2010. Arrivé à la frontière turque à la mi-2012, il attend de pouvoir entrer en Syrie et rejoint une unité locale des brigades al-Farouk près de la ville de Maarat al-Numan. Il se fait remarquer par ses compétences au tir et dans la fabrication de bombes, avant d’être tué par un sniper. A la mi-septembre 2013, enfin, Abu Asma al-Australi jette un camion rempli de 12 tonnes d’explosifs contre une école qui sert de lieu de cantonnement à des soldats du régime syrien dans la ville de al-Mreiya, dans la province de Deir es-Zor. L’attaque kamikaze aurait permis au front al-Nosra de prendre la base aérienne de la ville. Le martyr, originaire de Brisbane et de la communauté libanaise, était lui aussi surveillé par les autorités australiennes avant son départ.

D’autres cas sont moins documentés. En août 2012, un cheik de Sydney, Mustapha al-Mazjoub, est tué en Syrie. D’ascendance saoudienne, il est à noter que son frère était le seul membre australien du Conseil National Syrien. Il serait mort au combat. En novembre 2012, un dénommé Marwan al-Kassab, considéré comme un Australien, meurt dans une explosion au Nord-Liban alors qu’il fabrique des bombes pour les rebelles syriens. En avril 2013, Sammy Salma, originaire de Melbourne, et qui avait voyagé avec Abbas, est également tué. En tout, on estime que 80 Australiens sont partis en Syrie et que 20, peut-être, ont combattu avec al-Nosra. La plupart sont issus de la communauté libanaise, 70% d’entre eux étaient connus des autorités précédemment et ils sont entrés en Syrie via la Turquie, un peu moins par le Liban. La Syrie n’est pas le premier cas de départ d’un contingent australien. Entre 1998 et 2003, 20 personnes avaient rejoint l’Afghanistan et les camps du LeT au Pakistan. Entre 2002 et 2012, 16 Australiens ont été arrêtés au Liban, ou condamnés in abstentia, pour activités djihadistes, principalement en lien avec Ansbat al-Ansar ou Fatah al-Islam. Après l’invasion de la Somalie par l’Ethiopie en 2006, de 10 à 40 Australiens ont également rejoint les Shebaab en Somalie. Des Australiens seraient également partis au Yémen en 2010. Le conflit en Syrie marque cependant un changement d’échelle. Une des causes est évidemment l’importance de la communauté libanaise : le conflit en Syrie concerne davantage ses membres que ceux en Somalie ou au Yémen. Ensuite, l’accès à la Syrie via la Turquie est beaucoup plus aisé que lors des conflits précédents. Enfin, le caractère de plus en plus sectaire du conflit et l’impuissance de la communauté occidentale à le juguler ont manifestement constitué un appel d’air pour des groupes comme al-Nosra ou l’EIIL.

Le combat s’est en outre transposé en Australie. Depuis le début 2012, 17 incidents ont été relevés comme étant en rapport avec le conflit syrien : principalement des attaques de sunnites contre des personnes, des biens ou des commerces chiites ou alaouites. Elles ont lieu surtout à Sydney et Melbourne et impliquent des personnes issues des communautés syrienne, turque et libanaise. L’Australie a connu plusieurs préparations d’attentats terroristes déjouées avant exécution, contre les J.O. De Sydney en 2000, une du LeT en 2003, et deux cellules autonomes démantelées à Sydney et Melbourne en 2005 qui comprenaient des personnes entraînées en Afghanistan et au Pakistan. Un attentat prévu contre les Hollsworthy Army Barracks en 2009, là encore arrêté à temps, impliquait des hommes qui participaient au réseau de financement et de recrutement des Shebaab. A noter toutefois que les incidents sectaires ont reculé en 2013.

La Suède : un profil de combattants très ciblé

En avril 2013, le service de sécurité suédois estime que 30 personnes ont déjà rejoint les insurgés syriens15. L’auteur de l’article de référence sur la question a identifié personnellement 18 Suédois qui, à coup sûr, ont gagné la Syrie. Presque toutes ces personnes viennent du sud-ouest de la Suède, et plus de la moitié des faubourgs de Gothenburg, la seconde ville du pays. 11 sont originaires des faubourgs d’Angered et Bergjsön. Les liens d’amitié jouent incontestablement : trois candidats appartenaient ainsi au même cercle d’arts martiaux. D’autres fréquentaient une mosquée radicale bien connue de Gothenburg, la Bellevue Masjid. Seul l’un des hommes concernés avait un lien direct avec la Syrie, où il est entré en juin 2013. Un tiers des personnes est né en Suède de parents immigrés. Le reste provient de différents pays : Irak, Jordanie, Kosovo, Maroc et même Philippines. Pourtant au moins 10 sont d’origine libanaise (dont 2 qui étaient peut-être Palestiniens). Un seul à des origines familiales suédoises. Ce sont tous des hommes : l’âge moyen est de 23,5 ans. La plupart viennent de familles avec de nombreux enfants et à faible revenu ; 8 étaient sans emploi ou revenu d’aucune sorte. 8 étaient également connus pour délinquance, dont 4 pour des affaires de drogue et 3 pour des violences. L’un des volontaires, Abo Isa, était un criminel endurci : il a fait trois fois de la prison et a été condamné en tout à 15 reprises.

Sur ces 18 Suédois, 8 ont été tués en Syrie. Abu Kamal est victime d’un éclat d’obus de char à Alep, en janvier 2013. A la mi-mars, une vidéo le présente comme un membre de Kataib al-Muhajirin ; un Britannique a d’ailleurs péri au cours de la même opération. Abu Omar, lui, est tué en avril 2013 par une roquette de RPG ; là encore, il aurait servi avec un groupe radical. Abu Dharr, qui avait réalisé la première vidéo de propagande en suédois, est tué en avril 2013. Abu Abdurahmann a été tué en juin 2013 dans la province d’Idlib ; il faisait lui aussi partie de Kataib al-Muhajirin. Deux frères, Abu Maaz et Abu Osman, ont également péri en Syrie. Ils ont été tués lors de l’attaque d’un checkpoint du régime près d’Abu Zeid, à proximité du Krak des Chevaliers, dans la province de Homs. Abu Maaz est mort au volant de la voiture kamikaze qu’il conduisait et son frère aîné dans les échanges de tirs qui ont suivi ; ils servaient dans Jund al-Sham. Un autre frère avait été tué 18 mois plus tôt, en 2012, lors d’affrontements sectaires à Tripoli, au Liban. Abu Omar Kurdi a lui été tué en août 2013 durant l’assaut de la base aérienne de Minnagh. En plus des 8 morts recensés, deux autres pourraient bien avoir été Suédois : Adam Salir Wali, tué par une grenade le 29 mars 2013 (le seul Suédois qui aurait rejoint l’Armée syrienne libre et pas un groupe radical), et Abu Mohammad al-Baghdadi, tué fin août 2013. Tous les Suédois ont rejoint, à l’exception de Wali, des groupes radicaux : al-Nosra, Kataib al-Muhajirin et Jund al-Sham. Certains se sont même ralliés à l’EIIL. Plusieurs sont fortement suspectés de crimes de guerre.

9 des 18 Suédois identifiés étaient précédemment liés au terrorisme ou au djihadisme. Isa al-Suedi est le frère cadet d’un homme condamné pour la préparation d’une attaque du type Mumbaï contre un quotidien danois, avec trois autres hommes, à partir de la Suède. Il avait été arrêté à la frontière somalienne en 2007 et au Waziristan en 2009. Abu Omar était le fils d’un djihadiste albanais du Kosovo. Un des oncles de la fratrie est emprisonné pour avoir participé à la préparation d’un attentat contre des trains en Allemagne en mai 2006 ; un autre était le quatrième responsable hiérarchique du mouvement libanais Fatah al-Islam et a été tué par l’armée libanaise en mai 2007. Abu Dharer Filippino annonce depuis la Syrie, fin octobre 2012, qu’il a été entraîné au Pakistan en 2001 par le LeT. Il est retourné en Suède au printemps 2013 et fait depuis une intense propagande pour le djihad. Le profil type des volontaires suédois est donc assez ciblé : un homme jeune, du sud-ouest de la Suède, probablement des faubourgs de Gothenburg, d’une famille immigrée mais pas syrienne, sans emploi, déjà condamné pour délinquance. Des amis ou des parents peuvent le relier au terrorisme ou au djihadisme.

Les Tchétchènes : peu nombreux mais influents

Les Tchétchènes figurent également parmi les étrangers partis rejoindre l’insurrection syrienne16. Trois commandants, l’émir Muslim, l’émir Seifullah et l’émir Abu-Musaaba ont gagné la Syrie le 31 octobre 2013 et ont formé un nouveau groupe sous l’autorité de l’émir Muslim, qui dirigeait précédemment Jundu Sham. Muslim a probablement attiré à lui certains combattants servant sous les ordres de l’émir Umar Shishani, des hommes qui ont combattu en Tchétchénie ou au Daghestan. Ce sont des combattants expérimentés qui par ailleurs savent aussi que l’émir Muslim a des liens importants avec des bailleurs de fonds du Moyen-Orient, depuis l’époque d’Ibn al-Khattab.

Des Arabes remplacent les combattants qui quittent Umr Shishani, mais celui-ci aura du mal à maintenir la cohésion d’un groupe composé d’hommes dont il ne parle pas forcément la langue. La plupart des volontaires tchétchènes d’Europe semblent cependant rejoindre ce groupe. En décembre 2013, l’émir Muslim revendique 1 500 combattants tandis que Shishani en alignerait 600. Les deux groupes comprennnent à la fois des Tchétchènes, d’autres nationalités du Caucase et des Arabes, syriens ou non. Il existe aussi d’autres groupes avec des Tchétchènes. Abu Musa, qui est arrivé en Syrie en 2012, dirigerait un groupe de 300 hommes. Le groupe Jamaat du Caliphat de l’émir Abdulkhakim compterait 100 militants. Si Shishani reconnaît l’autorité de Doku Umarov, le chef de l’insurrection tchétchène contre les Russes, ce n’est pas le cas de Muslim. En outre, Shishani est intégré dans la structure de l’EIIL, contrairement à Muslim. L’émir Salaudin, le représentant d’Umarov en Syrie, est devenu le chef des volontaires caucasiens. De Tchétchénie même, l’afflux s’est accru depuis cet automne mais ne concerne pour l’instant qu’un maximum de 100 personnes, dont peut-être quelques femmes. Mais les Tchétchènes ont intégré les groupes les plus puissants de l’insurrection et leur influence est sans doute sans rapport avec leur nombre réel.


Les Allemands : la poursuite de la radicalisation


L’Allemagne, contrairement à la France ou au Royaume-Uni au sein de l’UE, s’est opposée à l’envoi d’une aide militaire ou à une intervention directe pour renverser Bachar el-Assad. Ce qui n’a pas empêché un nombre croissant d’Allemands de rejoindre le djihad en Syrie1. Les médias allemands parlent d’ailleurs depuis quelques mois d’un véritable « camp d’entraînement » allemand en Syrie destiné à attirer les volontaires pratiquant la langue de Goethe. Le phénomène n’est pas nouveau. En 2009, un camp « allemand » s’était ainsi installé au Pakistan pour alimenter le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan lié à al-Qaïda. En 2012, le renseignement allemand évoque une véritable « colonie salafiste » allemande en Egypte, comprenant plus de 60 combattants, dont le fameux rappeur Denis Cuspert (« Deso Dogg ») qui avait échappé à la surveillance des services de sécurité allemands et qui combat maintenant en Syrie. A la mi-novembre, la police allemande indique d’ailleurs que « Deso Dogg » compte mener des attaques contre l’Allemagne, ce que celui-ci dément aussitôt dans une vidéo. Des rumeurs font état de son décès à la fin novembre 2013 mais il semblerait plutôt qu’il soit hospitalisé en Syrie ou bien en Turquie.


Les Allemands, selon un spécialiste, ne se trouvent pas en majorité dans le front al-Nosra et l’EIIL, qui, victimes de « l’espionnite », se méfient par exemple des nouveaux convertis comme « Deso Dogg ». Les services de sécurité allemands avaient déjà été mis sur la sellette dès 2012 par le New York Times qui affirmait qu’un Tunisien qui aurait peut-être servi de garde du corps à Ben Laden un an avant les attentats du 11 septembre avait tranquillement vécu en Allemagne pendant un certain temps. Sami A., du fait de son expérience et de son entraînement dans les camps d’Affghanistan, aurait constitué une source d’afflux de volontaires pour le djihad. La dernière estimation fait état de 230 Allemands, selon l’hypothèse haute, qui seraient partis en Syrie. En mars 2013, le nombre n’était que de 60, avant de passer à 150 en août. Le länder de Hesse a dû installer un dispositif spécial de surveillance pour freiner les départs d’adolescents vers le djihad syrien. Sur 23 cas étudiés, la plupart des recrues ont moins de 25 ans et 9 sont encore à l’école. Le ministre de l’Intérieur a donc créé un dispositif pour différencier les tendances radicales parmi les candidats au départ, sur le modèle de ce qui a été fait pour les mouvements néonazis ou d’extrême-droite.

Des combattants allemands auraient aussi participé à des massacres de chrétiens syriens. L’Allemagne craint que le retour de ces combattants ne radicalise la frange salafiste et la tension est vive avec la Turquie, accusée d’avoir maintenue une frontière poreuse avec la Syrie et d’avoir favorisé l’accès des volontaires européens au champ de bataille syrien.


Les groupes armés dirigés et/ou entretenus par les volontaires étrangers


Il est courant de lire, quand on parle de la guerre en Syrie, que le front al-Nosra rassemble surtout des combattants syriens tandis que l’EIIL regroupe surtout les volontaires étrangers. Il est vrai que la plupart des combattants étrangers sunnites rejoignent l’EIIL, mais ils contribuent aussi à d’autres formations17.

Jaysh al-Muhajireen wa al-Ansar est commandée par Omar ash-Shishani, un vétéran de l’armée géorgienne. En mai 2013, celui-ci est nommé émir du nord de la Syrie par le chef de l’EIIL, secteur qui englobe les provinces d’Alep, Raqqa, le nord d’Idlib et Lattaquié. A la suite de cette désignation, le groupe de Shishani devient donc le paravent de l’EIIL. Si la désignation d’origine est conservée, c’est pour montrer qu’un front idéologique plus large existe, alors qu’en réalité, le groupe de Shishani n’est que le reflet de l’EIIL. On observe le même phénomène avec les nombreuses milices iraniennes qui se battent côté régime. En août 2013, le groupe joue un rôle décisif pour faire tomber la base aérienne de Minnagh, sous les ordres d’un Egyptien, Abu Jandal al-Masri. Fin novembre 2013, une nouvelle scission a lieu entre ceux qui restent fidèles à l’EIIL derrière Shishani et ceux qui conservent le « label » d’origine et qui ont un nouveau commandant, Salah ad-Din ash-Shishani.

Jamaat Jund ash-Sham est un bataillon basé dans l’ouest rural de la province de Homs. Fondé par des combattants libanais, il comprend aussi des Syriens. Le groupe se rapproche de l’EIIL mais n’est pas hostile non plus à al-Nosra. Des activistes libanais sunnistes pro-EIIL de Tripoli relaient les informations du groupe, ce qui semble indiquer des liens avec ce milieu.

Le Bataillon Vert a émergé en août 2013. Il est proche d’EIIL et d’al-Nosra mais se démarque par son indépendance, et a pour ce faire changé d’emblème, par exemple, en septembre. Le groupe est mené par des Saoudiens mais comprend aussi des Syriens. Il a conduit des opérations conjointes avec l’EIIL et al-Nosra dans les montagnes de Qalamoun, ainsi qu’avec d’autres formations importantes comme Jaysh al-Islam, dans les zones désertiques de la province de Homs tenues par le régime -où il a d’ailleurs affirmé s’être emparé de nombreuses armes. C’est le Bataillon Vert, en lien avec l’EEIL, qui a repris la ville de Deir Atiyeh pendant la « bataille » de Qalamoun, avant que la ville ne soit reconquise par le régime et ses miliciens chiites.

Sham al-Islam a été fondé à la mi-août 2013 par des combattants marocains. Il a participé à l’offensive dans la province de Lattaquié à l’été 2013 et a aussi collaboré avec al-Nosra dans la province d’Alep, notamment dans une attaque sur la prison centrale de la ville, à laquelle n’a pas participé l’EIIL. Pendant l’offensive de Lattaquié, le groupe a perdu un ancien détenu marocain de Guantanamo, Mohammed al-Alami. Un autré vétéran d’al-Qaïda d’origine marocaine, Ibrahim bin Shakaran, dirige la formation. Le groupe est quasiment lié, de fait, au front al-Nosra, branche « officielle » d’al-Qaïda en Syrie. Il se revendique aussi d’un engagement qui sert en quelque sorte de banc d’entraînement, afin que les combattants reviennent ensuite au Maroc et dans le Maghreb pour lutter contre les régimes en place.

Suqur al-Izz, comme le Bataillon Vert, a été créé et reste dirigé par des Saoudiens, en délicatesse avec al-Nosra et l’EIIL, même si le logo et certaines déclarations semblent bien rapprocher ce bataillon indépendant de l’EIIL. Né en février 2013, ce groupe opère dans la province de Lattaquié, et a participé à l’offensive coordonnée de l’été avec al-Nosra et l’EIIL. Parmi ses martyrs, on compte un Indonésien et des Syriens, tués notamment à Alep à la fin novembre 2013.

Le bataillon des Lions du Califat est basé lui aussi à Lattaquié et a été fondé par un Egyptien, Abu Muadh al-Masri. A la mi-novembre 2013, celui-ci annonce son ralliement à l’EIIL. La brigade Jund Allah dans Bilad ash-Sham est un groupe qui opère dans les provinces d’Idlib et de Hama et qui compte son propre bataillon de volontaires étrangers.

Conclusion


L’afflux de volontaires étrangers a entraîné des conséquences importantes18. Il a contribué non seulement à renforcer les factions les plus radicales de l’insurrection syrienne, mais il a aussi redynamisé les communautés radicales dans les pays d’où sont partis ces volontaires. Cet afflux, qui marquera probablement une génération entière de combattants djihadistes, est facilité par les conditions d’accès relativement simples à la Syrie, notamment parce que de nombreux Etats soutiennent le même camp que ces combattants, ce qui les freine dans la répression d’un tel transit. En outre, la frontière nord de la Syrie est contrôlée par les rebelles, ce qui laisse la Turquie, un des principaux soutiens de l’insurrection, comme seule « garde-frontière », et peu désireuse de stopper le flux. Les volontaires peuvent ainsi aller en Syrie, revenir dans leur pays d’origine pour faire du recrutement et de la propagande, voire repartir. Le nombre élevé de femmes en provenance d’Europe montre aussi un certain changement d’attitude de la part des radicaux. En outre, le caractère très localisé de la guerre en Syrie fait que les combattants peuvent ne pas être forcément exposés au feu tout de suite, ou même tout court, ce qui rapproche de ce point de vue la Syrie de l’Afghanistan des Soviétiques. Le conflit syrien reflète aussi des lignes de fracture sectaires que l’on avait pu voir en Irak, et qui traditionnellement n’attirent pas les volontaires étrangers : mais l’important ici est peut-être plus qui l’on vient aider, plutôt que qui l’on vient combattre. L’échelle et la vitesse de mobilisation des combattants étrangers ont été grandement accélérées par Internet et les réseaux sociaux, mais c’est aussi parce que les autorités des pays de départ n’exercent pas une répression systématique, comme on l’a dit. Ce qui explique par exemple que le nombre de volontaires européens ait triplé en 6 mois.

voir la bibliographie sur le site.
--

un forumeur rajoute:
rajoutons les "étrangers volontaires» chez Assad: Le Hezbollah, les Iraniens, Pakistanais, Irakiens, Russes, etc..
( d’après une source non confirmée, il y aurait également des néo nazi Hollandais et allemands du coté d'assad) .

--
un dossier, un peu long, mais essentiel pour comprendre ce qui se passe en syrie !
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 18:57

source:http://antisemitism.org.il/article/83833/khameiny-écrit-sur-twitter-les-sionistes-sont-exactement-comme-les-nazis


source antisemitism.org

Le leader suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei, a comparé les sionistes aux Na_is dans un commentaire sur Twitter lundi ; cette réaction n’a reçu que de l’indifférence de la part de la plupart des médias occidentaux. Khameiny a publié une photo en l’occasion de la journée anniversaire du procès du négationniste de l’holocauste, Roger Garaudy, qui s’est converti à l’Islam.
Dans des citations du discours que Khameiny a prononcé au cours d'une encontre avec Garaudy en 1998, se trouvant au-dessus de la photo de Garaudy, il disait: "Les juifs sont exactement comme les nazis", son livre a été interdit de parution en France après un procès qui a eu lieu en 1998.



La version en arabe de son livre a remporté un énorme succès.



Khameiny l'a rencontré au cours de sa visite à Téhéran.


Dernière édition par prinu le Sam 28 Déc 2013, 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Ven 20 Déc 2013, 19:00

source (comme demandé par le site, puisqu'on m'a demandé de mettre les sources et liens des textes:)http://america-latina.blog.lemonde.fr/2013/12/18/la-face-cachee-de-limmigration-juive-en-argentine-les-crimes-de-moises-ville/

source: le monde

La face cachée de l’immigration juive en Argentine : les crimes de Moisés Ville
Journaliste d’investigation, amateur de faits divers, l’Argentin Javier Sinay a trouvé il y a quelques années un article écrit par son arrière grand-père, Mijl Hacohen Sinay, sur « Les premières victimes juives de Moisés Ville », publié par la communauté juive de Buenos Aires en 1947. On y raconte une vingtaine d’homicides commis au tournant du XIXe et du XXe siècle à Moisés Ville, agglomération de la province de Santa Fe (Argentine), fondée par des immigrés juifs venus de Russie.

Intrigué par le sujet autant que par un ancêtre dont il ne connaissait pas grand-chose au départ, Javier Sinay a entrepris une recherche au long cours, racontée dans un ouvrage qui vient de paraître, Los crimenes de Moisés Ville : Una historia de gauchos y judios (éd. Tusquets, Buenos Aires, 2013, non traduit).

Avec comme fil conducteur les crimes évoqués, l’auteur tente de démêler les faits et la légende, à défaut de pouvoir les élucider.

Il découvre l’absence de documents, l’incurie des archives de la justice argentine, mais aussi un facteur plus troublant, les trous dans les mémoires familiales. En effet, il rencontre et interroge de nombreux descendants, à commencer par sa propre famille. Fuyant la Russie des pogroms, les immigrés ne voyaient plus d’alternative et préféraient tourner la page. Beaucoup d'entre eux n’ont rien raconté à leurs enfants sur les meurtres qui avaient endeuillé leurs proches, parfois victimes d’effroyables massacres.

Javier Sinay mêle habilement plusieurs histoires à la fois. Celle du choc culturel entre le Yiddishland d'Europe de l'Est ou d'Europe centrale et l’Argentine rurale, où le gaucho nomade se sentait menacé par l’agriculture ou l’élevage intensifs et par les étrangers. Celle de la Jewish Colonization Association, l’organisation créée par le baron Maurice de Hirsch, le philanthrope qui a lancé l’émigration juive à destination de l’Argentine. Cette initiative concurrença pendant un temps le projet sioniste d’établissement d’un foyer juif en Palestine. Même si le bilan des colonies rurales reste controversé, la communauté juive d'Argentine est devenue une des plus importantes de la diaspora (avec celles des Etats-Unis et de la France).

Dans son récit, l’auteur confie aussi la quête identitaire dans laquelle il se voit bientôt immergé, à force de vouloir retrouver les traces de son arrière grand-père. Il a dû apprendre à lire le yiddish pour décrypter la masse de textes sauvés de l’attentat meurtrier qui détruisit le siège de l’Association mutuelle israélite argentine (AMIA) en 1994. Il se pose la question de la transmission et de la tradition. Il s’interroge sur le choix linguistique de l’Etat d’Israël, l’hébreu, qui semblait donner le coup de grâce au yiddish, après la Shoah.

L'essor de la culture yiddish argentine

Pionnier de la presse yiddish argentine, Mijl Hacohen Sinay avait fondé en 1898 le journal Der Viderkol (L'Echo), entièrement composé à la main et reproduit par lithographie. Disparu après trois numéros, ce titre presque mythique, introuvable, inaugure une presse longtemps florissante, avec deux quotidiens rivaux à Buenos Aires, Di Yidische Zaitung (à partir de 1914) et Di Presse (1918). La culture judéo-argentine s'est exprimée notamment dans le théâtre, les lettres et la musique.

Véritable graphomane, Mijl Hacohen Sinay ne cessera d’écrire et de remémorer la saga de l’immigration, avec une passion polémique inassouvie. Il était très critique à l’égard de la Jewish Colonization Association, qui avait commis la faute irréparable d’expulser de Moisés Ville son père, le vénérable rabbin Mordejai Reuben Hacohen Sinay, pour avoir pris la défense des colons.

Le récit labyrinthique de leur descendant, Javier Sinay dévoile une image de la colonisation de la « pampa gringa » – zone colonisée par des immigrés – moins idéalisée que celle transmise par Les Gauchos juifs (traduction française chez Stock, 2006), l’œuvre classique d’Alberto Gerchunoff (dont le père avait pourtant lui-même été assassiné). L’immigration n’a jamais été un long fleuve tranquille, elle a toujours été une épreuve, même dans les pays qui étaient demandeurs, comme l’Argentine. Derrière l’exaltation du melting pot qui s'ensuivit, combien de tragédies, combien de sacrifices ?

Le nationalisme argentin avait commencé à donner de la voix et à sévir, justement face aux vagues d’immigrés provenant d’Europe et d’Orient. Un pogrom antisémite a eu lieu à Buenos Aires en 1919. Ensuite, l’idéologie national-catholique des militaires était particulièrement perméable à l’antisémitisme. Le coup d’Etat de 1943 porta au pouvoir des officiers hitlériens et mussoliniens, comme le général Juan D. Peron. Ce dernier, arrivé à la présidence en 1945, accueillera massivement les criminels de guerre et les organisateurs des camps d’extermination. Aujourd’hui encore, l’aéroport international de Buenos Aires porte le nom d’un de ces sympathisants nazis notoires, le général Juan Pistarini, connu pour ses liens avec les entreprises du Reich installées en Argentine.


Dernière édition par prinu le Sam 28 Déc 2013, 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Sam 21 Déc 2013, 13:14

source:http://www.jforum.fr/forum/international/article/les-palestiniens-auteurs

source jforum

Les Palestiniens, auteurs principaux de l’attentat de Lockerbie

Kadhafi a, sans doute, commandité l’attentat qui a fait 270 morts, il y a 25 ans, selon ce qu’a confié un ancien responsable de la sécurité israélienne au Times of Israël, mais c’est bien le FPLP-CG d’Ahmed Jibril qui l’a commis.




Vingt-cinq ans après l’explosion du vol 103 de la Pan Am, au-dessus de Lockerbie, en Ecosse, causant la perte de 259 passagers, de l’équipage et de 11 personnes au sol, un ancien membre de haut-rang de l’appareil sécuritaire israélien déclare être certain que l’attentat a été commis par le Commandement-Général du Front Populaire de Libération de la Palestine, d’Ahmed Jibril.

Cette source israélienne, qui s’est adressée à Times of Israël, sous couvert de l’anonymat, rappelle qu’Israël «  écoutait » les préparatifs de ce réseau, au cours des mois qui ont précédé l’attentat du 21 décembre 1988, « ce que nous pensions être un plan visant à prendre pour cible un avion israélien » et qu’il « était évident que Jibril préparait cette opération ».

Ces commentaires surviennent avant le 25ème anniversaire de la pire attaque terroriste jamais perpétrée sur le territoire britannique et le pire attentat contre des civils américains, à l’exception du 11 septembre 2001. Cette commémoration déclenche de nouveaux dérapages sous formes de théories de la conspiration, spéculant sur l’identité de ses responsables.

Parmi les allégations mises en avant, par divers reportages dans les journaux, les documentaires TV et de nouveaux livres, ces tous derniers jours, on a vu apparaître la thèse selon laquelle le terroriste était le Palestinien Mohammed Abu Talb, qui avait commis une série d’attentats à Copenhague et Amsterdam, en 1985, ou que la CIA aurait falsifié certains éléments de l’enquête ; et qu’un examen impartial des preuves démontre que la bombe, plutôt que de commencer son périple fatal à Malte, aurait été déposée clandestinement dans le vol 103 par un conteneur à bagageà l’aéroport d’Heathrow.

Cette source israélienne ne contredit pas le fait que le Colonel libyen Mouammar Kadhafi, qui a accepté, en 2003, de reconnaître sa responsabilité dans cet attentat et versé des compensations aux familles des victimes, a commandité l’attaque. Et il ajoute qu’alors qu’un rôle de l’Iran pouvait prendre une certaine signification, Israël, à l’époque, n’a pas trouvé de preuves flagrantes de cette implication : l’Iran, chef d’orchestre de premier plan du terrorisme international avait, à l’époque, juré de venger le tir accidentel de l’USS Vincennes contre le vol 655 d’Iran Air dans le Golfe Persique, causant la perte de 290 personnes à bord.

Plusieurs Premiers Ministres israéliens et anciens chefs des services de renseignements (Mossad) ont confirmé à cet informateur, tout au long de ces années, leur conviction que les Libyens avaient bien instigué cet attentat.


preuve: Le chef du FPLP-CG, Ahmed Jibril (right) pris en photo avec le dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, à Beyrouth, en Mai 2002. Le fils de Jibril, Jihad Jibril, avait été tué dans un attentat à la voiture piégée, à Beyrouth, ce mois-là.

Cette source, qui était, alors, un personnage important au sein de la hiérarchie des renseignements militaires israéliens, révèle qu’il y avait eu une « alerte de grande ampleur » au sein de l’appareil de sécurité israélien, juste avant l’attentat, à cause d’indices que le FPLP-CG était sur le point de frapper. « Nous avons dit aux Britanniques et aux Américains ce que nous savions, c’est-à-dire qu’il existait une intention de faire exploser un avion israélien », raconte t-il. « Nous n’avions pas, précisément, alerté que cela pourrait, aussi, concerner un avion britannique ou américain, parce que nous n’en avions pas connaissance ».

Le seul homme jamais condamné pour cet attentat a été l’officier des renseignements libyens, Abdelbaset al-Megrahi, Qqu’on a découvert avoir placé une valise contenant la bombe, dans un vol entre Malte et Francfort, d’où elle a été transférée vers un vol pour Heathrow, à Londres, avant de faire exploser le vol 103, un peu plus d’une demi-heure après le décollage de l’avion de la Pan Am, à destination de New York. Meghrabi, emprisonné en 2001, après un procès, lors duquel son complice libyen présumé, Lamin Fhima, a été acquitté, a continué jusqu’à sa mort, en 2012, à clamer son innocence.

preuve de leur rencontre

Abdelbaset al-Megrahi, déclaré coupable accueilli par Muammar Kadhafafi, à Tripoli, en Libye le vendredi 21 août 2009 à la suite de sa libération, parce qu’en phase terminale d’un cancer. Il est mort en mai 2012 (photo credit : AP Photo/Jamahiriya Broadcasting via APTN)

L’ancien responsable israélien déclare qu’il “n’est pas sûr du tout », que Meghrabi ait eu quoi que ce soit à voir avec cet attentat. « Meghrabi était l’homme qu’on a persuadé de dire qu’il l’avait fait, parce que c’était, à l’époque, utile aux intérêts nationaux libyens. Au-delà de ça, je ne peux rien dire ».

L’enquête préliminaire anglo-américaine sur cet attentat indiquait que c’était le FPLP-CG pro-syrien d’Ahmed Jibril, le vrai responsable, qu’on dit, actuellement, être toujours en Syrie, responsable de tueries. Né au sud de Tel Aviv, sa famille s’est installée en Syrie après l’instauration de l’Etat d’Israël. Depuis longtemps l’un des principaux poseur de bombes pour l’armée syrienne, son groupe du FPLP-CG, a une longue histoire de détournements et d’attentats contre des avions de ligne, et il avait publiquement menacé, deux ans avant l’attentat de Lockerbie qu’il « n’y aurait aucune sécurité pour aucun passager d’aucun avion israélien ou américain ».

Déjà, en 1970, Jibril avait envoyé clandestinement des engins à pression barométrique par avions, en revendiquant la responsabilité de l’explosion du vol de la Swiss Air à destination de Tel Aviv, en février 1970, causant la mort de 47 personnes à bord.

Deux mois avant l’explosion de Lockerbie, le bras droit de Jibril, Hafez Dalkamouni, a été arrêté par la police allemande, avec d’autres membres d’une cellule du FPLP-CG, en possession de plusieurs engins explosifs à pression barométrique, dissimulés dans des magnétophones Toshiba, similaires quoique pas tout-à-fait identiques aux restes des engins découverts par les enquêteurs et utilisés dans l’attentat de Lockerbie. De façon assez inattendue, cependant, l’enquête anglo-américaine a, par la suite, a retourné son attention vers la Libye, sur la foi de la découverte d’un minuscule fragment d’un minuteur, retrouvé ostensiblement parmi les débris de l’avion, un accessoire que le procès de Meghrabi a déclaré avoir été retracé, de façon indiscutable, jusqu’en Libye.

L’assertion selon laquelle cet engin de minutage était suspect et que l’enquête aurait pu être courtcircuitée pour des considération de realpolitik – telles que le souhait d’éviter d’impliquer la Syrie, à une époque où les Etats-Unis constituaient une coalition contre Saddam Hussein, ou d’apaiser (déjà) l’Iran pour ainsi sécuriser la libération des otages occidentaux – est au cœur de nombreuses théories de la conspiration entourant cet attentat.

Ayant fait des rapports sur l’attentat de Lockerbie, à partir du Royaume-Uni, à l’époque, et vu les matériaux qui liaient visiblement l’explosion au FPLP-CG, cet informateur a fréquemment questionné des hommes politiques hau-placés et des membres de l’appareil sécuritaire, au sujet de cette affaire. Le Ministre des affaires commerciales d’alors, Ariel Sharon déclarait trois mois après l’attentat qu’Israël – dont l’un des citoyens, David Browner, a été tué, au cours de cet attentat – pensait que Jibril avait commis ce massacre.

Cette source rappelle que le procès de Meghrabi, qui l’a condamné, et qui s’est déroulé à Camp Zeist aux Pays-Bas « n’a pas écarté » l’idée que Jibril avait pu organiser l’attentat, au nom de Kadhafi.

Bien que d’autres rapports aient établi que Jibril et Dalkamouni se sont rendu à Téhéran, dès que l’avion d’Iran Air a été abattu et, peu avant l’attentat de Lockerbie, pour discuter du projet d’attentat, et que Jibril a reçu la somme de 11 millions de $, de la part de l’Iran, quelques jours à peine, après l’attentat, cette source israélienne dit qu’Israël n’avait pas de preuves tangibles du rôle joué directement par l’Iran.

Jibril a toujours nié toute implication dans cet attentat. Cette semaine, aussi, un porte-parole du PFLP-GC a réitéré ce démenti.

Le Ministre de la Justice de Libye, Salah Margani, a déclaré, cette semaine, que son gouvernement autoriserait les enquêteurs américains et britanniques à interroger Abdullah al-Senoussi, le chef des renseignements de Kadhafi — qui sera jugé pour des crimes en Libye sous le règne du régime Kadhafi – au sujet des allégations de complicité dans l’attentat de Lockerbie.

PAR DAVID HOROVITZ


Dernière édition par prinu le Sam 28 Déc 2013, 15:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
prinu



Féminin Messages : 5217
Inscription : 28/02/2012

MessageSujet: Re: Israel et les Palestiniens   Sam 21 Déc 2013, 13:22

http://www.desinfos.com/spip.php?article38740
souce désinfo
comparatif de la meme information selon deux agences de presse

Deux infos pour un même évènement, l’une en provenance de l’AFP et reprise par BFM, La seconde d’une agence de presse chinoise...
Dans le premier cas ( (AFP) on a volontairement omis de préciser la raison pour laquelle ce jeune palestinien a été tué .
Dans le deuxième cas lorsqu'on lit l'information l'agence de presse chinoise on dispose de davantage d'éléments objectifs d'appréciation...
1 : Israël: un Palestinien tué lors d'une opération contre des clandestins
Des gardes-frontières israéliens ont tué un Palestinien samedi matin près de Tel-Aviv lors d'une opération contre des résidents étrangers illégaux, a indiqué la police.
Des gardes-frontières ont mené une opération ce matin dans un cimetière de Petah Tikva (banlieue de Tel-Aviv) contre des étrangers résidant illégalement en Israël. Pour des raisons encore non élucidées, un garde-frontière a tiré vers un résident illégal, un Palestinien, qui se trouvait sur place et l'a tué", a indiqué la porte-parole de la police Louba Samri.
(BFM, AFP)
2: Un Palestinien abattu par la police dans une ville du centre d'Israël
Par : Li Zhijian 
La police israélienne a abattu un Palestinien samedi matin dans la ville de Petah Tikva dans le centre d'Israël, a indiqué un porte-parole de la police à Xinhua.
Selon le porte-parole, la police frontalière israélienne effectuait une opération de ratissage dans la zone à la recherche des Palestiniens qui ne disposent pas de titres de séjour dans le pays, lorsque l'un d'entre eux a tenté de poignarder un policier.
Le Palestinien a été abattu par un volontaire recruté dans la police, selon le porte-parole.
Il s'agit d'un jeune palestinien âgé de 20 ans en provenance de la ville cirjordanienne de Nablouse. Des Palestiniens provenant de villes ou villages près de la Ligne verte de 1967 entrent souvent en Israël pour chercher du travail.
Source: Agence de presse Xinhua

Nous voyons clairement que l'AFP a retiré l'information essentielle expliquant les faits, donnant un autre éclairage et interpretation des faits..
Revenir en haut Aller en bas
 
Israel et les Palestiniens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» qui sont les palestiniens
» Comment les iesaéliens aiment les enfants palestiniens
» Voici la liste des attentats commis par les palestiniens de 1958 a 2010 dans le monde entier
» L'état d'Israel provisoire pour le Vatican?
» Heurs et malheurs des chrétiens palestiniens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: