DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'or et l'avenir monétaire mondial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Lun 14 Oct 2013, 19:05


La Russie affirme que DSK avait découvert que les réserves d’or américaines avaient disparu.



http://actuwiki.fr/actu/34971/
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 17 Oct 2013, 09:03

Alexis232 a écrit:

La Russie affirme que DSK avait découvert que les réserves d’or américaines avaient disparu.



http://actuwiki.fr/actu/34971/
On leur a expliqué à Moscou que les Etats-Unis avaient mis un terme au volet "convertibilité du dollar" des accords de Bretton Woods en 1973 et les conséquences que cela pouvait avoir?

Merci Alexis. A force de colporter toutes les rumeurs et toutes les désinformations nées en Russie, vous finirez bien par le gagner votre ordre de Lénine (ou ce qui désormais le remplace à Moscou) (1)








(1) On me souffle dans l'oreillette que les pacifistes des années 70 et 80 qui manifestaient toujours contre les missiles américains et jamais contre les missiles soviétiques n'ont jamais reçu de Moscou l'ordre de Lénine ni aucune autre récompense en nature ou en espèce. La seule chose qu'il ont obtenue est d'être reconnus comme "idiots utiles", mais cette reconnaissance n'a été officielle qu'au Politburo et n'est jamais sortie des murs du Kremlin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 17 Oct 2013, 20:03

Lebob a écrit:
Alexis232 a écrit:

La Russie affirme que DSK avait découvert que les réserves d’or américaines avaient disparu.



http://actuwiki.fr/actu/34971/
On leur a expliqué à Moscou que les Etats-Unis avaient mis un terme au volet "convertibilité du dollar" des accords de Bretton Woods en 1973 et les conséquences que cela pouvait avoir?

Merci Alexis.  A force de colporter toutes les rumeurs et toutes les désinformations nées en Russie, vous finirez bien par le gagner votre ordre de Lénine (ou ce qui désormais le remplace à Moscou) (1)








(1)  On me souffle dans l'oreillette que les pacifistes des années 70 et 80 qui manifestaient toujours contre les missiles américains et jamais contre les missiles soviétiques n'ont jamais reçu de Moscou l'ordre de Lénine ni aucune autre récompense en nature ou en espèce.  La seule chose qu'il ont obtenue est d'être reconnus comme "idiots utiles", mais cette reconnaissance n'a été officielle qu'au Politburo et n'est jamais sortie des murs du Kremlin.  

Je vous signale que les réserves d'or d'une banque centrale (même après Bretton Woods) sont fondamentale dans la confiance qu'on a sur une devise, sur sa robustesse & crédibilité.
Depuis plusieurs années les plus grands acheteurs d'or sont les banques centrales, notamment la Chine et la Russie, ils veulent ainsi créer une nouvelle devise de référence, de réserve.



http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/banque/20130527trib000766767/les-banques-centrales-toujours-avides-d-or.html
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 17 Oct 2013, 20:23

Alexis232 a écrit:
Lebob a écrit:
Alexis232 a écrit:

La Russie affirme que DSK avait découvert que les réserves d’or américaines avaient disparu.



http://actuwiki.fr/actu/34971/
On leur a expliqué à Moscou que les Etats-Unis avaient mis un terme au volet "convertibilité du dollar" des accords de Bretton Woods en 1973 et les conséquences que cela pouvait avoir?

Merci Alexis.  A force de colporter toutes les rumeurs et toutes les désinformations nées en Russie, vous finirez bien par le gagner votre ordre de Lénine (ou ce qui désormais le remplace à Moscou) (1)








(1)  On me souffle dans l'oreillette que les pacifistes des années 70 et 80 qui manifestaient toujours contre les missiles américains et jamais contre les missiles soviétiques n'ont jamais reçu de Moscou l'ordre de Lénine ni aucune autre récompense en nature ou en espèce.  La seule chose qu'il ont obtenue est d'être reconnus comme "idiots utiles", mais cette reconnaissance n'a été officielle qu'au Politburo et n'est jamais sortie des murs du Kremlin.  
Je vous signale que les réserves d'or d'une banque centrale (même après Bretton Woods) sont fondamentale dans la confiance qu'on a sur une devise, sur sa robustesse & crédibilité.
Depuis plusieurs années les plus grands acheteurs d'or sont les banques centrales, notamment la Chine et la Russie, ils veulent ainsi créer une nouvelle devise de référence, de réserve.
Et les plus grands vendeurs sont d'autres banques centrales.

Quant à la Russie et la Chine consolidant leurs devises pour en faire une devise de réserve, comment dire, c'est spécial... C'est un document trouvé dans l'épave de l'arche de Noé qui l'explique? Mr.Red 


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 17 Oct 2013, 20:34

Selon vous pourquoi l'Allemagne souhaite rapatrier son or? et pourquoi les US ne peuvent leur livrer l'or ?
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/16/l-allemagne-rapatrie-son-or-de-france-et-des-etats-unis_1817981_3234.html

Pour la nouvelle devise de réserve beaucoup de personnes en parlent, le dollar est un cadavre sous perfusion (QE 1, 2 et 3)

30 minutes pour comprendre avec Simone Wapler, elle écrit sur le sérieux site atlantico et les chroniques agora.


Simone Wapler La Chine Prépare le Plus Grand... par Daily2SaleGueule
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 17 Oct 2013, 23:24

Alexis232 a écrit:
Selon vous pourquoi l'Allemagne souhaite rapatrier son or? et pourquoi les US ne peuvent leur livrer l'or ?
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/16/l-allemagne-rapatrie-son-or-de-france-et-des-etats-unis_1817981_3234.html

Pour la nouvelle devise de réserve beaucoup de personnes en parlent, le dollar est un cadavre sous perfusion (QE 1, 2 et 3)

30 minutes pour comprendre avec Simone Wapler, elle écrit sur le sérieux site atlantico et les chroniques agora.


Simone Wapler La Chine Prépare le Plus Grand... par Daily2SaleGueule
Simone Wapler est une journaliste qui n'a pas fait d'études économiques. Son seul fait d'armes est d'avoir été la rédactrice en chef de Money Week France qui a fait faillite sous sa direction. J'a trouvé une fiche la concernant sur wikiliberal.

Autant dire que j'y trouve confirmation que nous avons encore à faire à une de ces sources marginales et sans intérêt dont vous avez l'habitude de nous abreuver. Je range donc cette affaire au rayon des vieilles lunes, avec l'arche de Noé, le Moon Hoax et, bien entendu, les théories du complot relatives au 11 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 00:04


Tellement marginal que Medvedev a parlé de cette nouvelle devise, cette idée de nouvelle devise est dans les tuyaux LEBOB..
Cette monnaie se nomme l'ORO...



Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 00:38

Alexis232 a écrit:

Tellement marginal que Medvedev a parlé de cette nouvelle devise, cette idée de nouvelle devise est dans les tuyaux LEBOB..
Cette monnaie se nomme l'ORO...



Et elle y restera longtemps. La Russie n'a pas les moyens de cette ambitions. Vos tuyaux sont percés et vos informations sont basées sur des sources douteuses et non fiables. Vous prenez pour argent comptant toutes les idioties qui passent sur le net, youtube compris. Au fait, de quand date la dernière fois que vous avez ouvert un livre (et pas Barbara Carpetland, hein!)?

Mais, en revanche, selon Benjamin Fulford, une société secrète chinoise a décidé de mettre les illuminati au pas. Fini le nouvel ordre mondial. Alleluia!

Et lorsque vous aurez digéré celle-là, je vous trouverai une autre ineptie du même tonneau. Promis, juré. Je ne voudrais pas que vous soyez en manque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 00:43

Oui oui , des idioties qui passent par le net... c'était au G8 l'intervention de Medvedev.
Bref, je vous laisse avec vos dénigrements permanents.
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 00:51

Alexis232 a écrit:
Oui oui , des idioties qui passent par le net... c'était au G8 l'intervention de Medvedev.
Bref, je vous laisse avec vos dénigrements permanents.
C'était l'intervention de Medvedev au G8 de L'Aquila, dans les Abruzzes.  Vous pouvez me rappeler de quand cela date et depuis combien de temps votre fantastique nouvelle devise circule dans le pipe-line?

Vous croyez vraiment que parce que c'est au G8 que cela se passe et que c'est Medvedev qui en parle, ça ne peut pas être une idiotie?  

Mes dénigrements sont aussi permanents et fréquents que vos messages remplis de bêtises.  Mais ils ne semblent hélas pas vous transmettre un minimum (syndical ou pas) de ce bon sens qui vous fait cruellement défaut...


Dernière édition par Lebob le Ven 18 Oct 2013, 01:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 00:57

C'est cela oui.

Le FMI dit des bêtises aussi, ça fait beaucoup de monde au final...

Le FMI appelle à la création d'une nouvelle devise mondiale

http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2009/11/17/04004-20091117ARTFIG00494-le-fmi-appelle-a-la-creation-d-une-nouvelle-devise-mondiale-.php
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 01:12

Alexis232 a écrit:
C'est cela oui.

Le FMI dit des bêtises aussi, ça fait beaucoup de monde au final...

Le FMI appelle à la création d'une nouvelle devise mondiale

http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2009/11/17/04004-20091117ARTFIG00494-le-fmi-appelle-a-la-creation-d-une-nouvelle-devise-mondiale-.php
Ce n'était pas le FMI, c'était DSK, qui non seulement peut dire des bêtises mais semble aussi capable d'en faire...

Je suppose que vous allez désormais venir m'expliquer que c'est pour cette raison qu'il a été arrêté à New-York et plus parce qu'il avait découvert que Fort Knox avait été subrepticement vidé de son contenu...   :mdr: 

Au fait, de quand date cette déclaration?
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9346
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 07:38

17.10.2013 " Les Chinois appellent à une " désaméricanisation " du monde .

[...]

Signe de l'exaspération des dirigeants chinois , l'agence officielle Xinhua avait appelé , dimanche , à une " désaméricanisation "  du monde , et appelé à créer une " nouvelle monnaie de réserve internationale " pour remplacer le dollar américain dominant . [...] "

Source : la-croix.com
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 09:41

Lebob a écrit:
Alexis232 a écrit:
C'est cela oui.

Le FMI dit des bêtises aussi, ça fait beaucoup de monde au final...

Le FMI appelle à la création d'une nouvelle devise mondiale

http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2009/11/17/04004-20091117ARTFIG00494-le-fmi-appelle-a-la-creation-d-une-nouvelle-devise-mondiale-.php
Ce n'était pas le FMI, c'était DSK, qui non seulement peut dire des bêtises mais semble aussi capable d'en faire...

Je suppose que vous allez désormais venir m'expliquer que c'est pour cette raison qu'il a été arrêté à New-York et plus parce qu'il avait découvert que Fort Knox avait été subrepticement vidé de son contenu...   :mdr: 

Au fait, de quand date cette déclaration?
Je pense que DSK n'était pas au fait d'un quelconque secret de ce genre.

En revanche en tant que directeur du FMI s'impliquait dans la création d'un nouvel ordre monétaire devant succéder au dollar, c'est un fait. DSK n'a sans doute pas été victime d'un complot, mais je pense que la rapidité avec laquelle il a été éjecté est en partie dûe au fait que les USA ont été trop heureux de trouver dans ses galipettes une occasion de torpiller le projet et de sauver temporairement le dollar. De la même manière, les USA n'ont certainement pas créé de toutes pièces le printemps arabe, comme certains l'affirment, mais ils ont très probablement profité de l'occasion pour virer Khadafi et son projet de dinar-or devant soustraire le marché pétrolier africain au privilège du dollar.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Scrogneugneu



Messages : 2625
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 10:33

pour DSK, je ne pense pas, il s'est éjecté tout seul. les juges américains ne rigolent pas avec ces biperies. Clinton a dû faire acte de contrition en public, pour après tout des choses qu'il ne devait régler qu'avec son épouse, la fille étant consentante. DSK c'était bien pire, il était accusé de crime sexuel et de tentative de fuite.

quant à khadaf, il faut relativiser quand même, il était vachement marginalisé dans le monde arabe, et tout le monde le prenait uniquement pour ce qu'il était un "fou" -au sens populaire du terme-.

sinon, je ne comprends pas très bien à quoi servirait une devise mondiale... pour moi, soit c'est doublon càd une devise qui reflète un panier de valeurs de différentes devises (dollar, euro, yuan, yen, livre, franc suisse...) soit c'est un nouveau « subprime » version monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 11:23

Philippe Fabry a écrit:
 
Lebob a écrit:
Alexis232 a écrit:
C'est cela oui.

Le FMI dit des bêtises aussi, ça fait beaucoup de monde au final...

Le FMI appelle à la création d'une nouvelle devise mondiale

http://www.lefigaro.fr/tauxetdevises/2009/11/17/04004-20091117ARTFIG00494-le-fmi-appelle-a-la-creation-d-une-nouvelle-devise-mondiale-.php
Ce n'était pas le FMI, c'était DSK, qui non seulement peut dire des bêtises mais semble aussi capable d'en faire...

Je suppose que vous allez désormais venir m'expliquer que c'est pour cette raison qu'il a été arrêté à New-York et plus parce qu'il avait découvert que Fort Knox avait été subrepticement vidé de son contenu...   :mdr: 

Au fait, de quand date cette déclaration?
Je pense que DSK n'était pas au fait d'un quelconque secret de ce genre.

En revanche en tant que directeur du FMI s'impliquait dans la création d'un nouvel ordre monétaire devant succéder au dollar, c'est un fait. DSK n'a sans doute pas été victime d'un complot, mais je pense que la rapidité avec laquelle il a été éjecté est en partie dûe au fait que les USA ont été trop heureux de trouver dans ses galipettes une occasion de torpiller le projet et de sauver temporairement le dollar.  
Le projet de DSK - si toutefois on peut parler de projet - n'était pas encore au stade de la planche à dessin.  Tout au plus s'agissait-il de ballons d'essai lancé à l'occasion de discussions informelles ou d'interview.  Les USA n'ont rien trouvé dans ses galipettes.  L'arrestation hautement médiatisée de DSK est le fait d'un procureur qui a voulu aller trop vite en besogne pour se faire mousser.  S'il avait attendu que DSK revienne de son voyage, il aurait eu le temps soit de consolider son dossier soit de se rendre compte que ledit dossier n'avait pas beaucoup de substance.  

La seule alternative crédible au dollar US a été l'euro, mais la crise financière de 2008 a mis un terme à cette possibilité.  Vous allez aussi en conclure que les Américains ont fabriqué la crise pour torpiller l'euro?

Philippe Fabry a écrit:
 De la même manière, les USA n'ont certainement pas créé de toutes pièces le printemps arabe, comme certains l'affirment, mais ils ont très probablement profité de l'occasion pour virer Khadafi et son projet de dinar-or devant soustraire le marché pétrolier africain au privilège du dollar.
L'initiative de virer Kadhafi est avant tout française à ce qu'il me semble.

Quant au projet du dinar-or il avait encore moins de consistance que celui de DSK.  Et je doute que les états africains auraient été nombreux à se rallier à un projet qui les aurait mis pieds et poing liés à la merci d'un pays gouverné par un cocaïnomane complètement fou et totalement imprévisible.  En Afrique sub-saharienne on n'a pas oublié que les Arabes d'Afrique du Nord n'ont considéré le sud pendant plus de dix siècles que comme un réservoir d'esclaves.

Les Américains avaient de vieux soldes à régler avec Kadhafi, ils ont saisi l'occasion pour présenter la note en fournissant un soutien logistique à la France et au Royaume-Uni. Mais je ne pense pas que le dinar-or, projet évanescent s'il en est, était en l'occurrence au centre de leurs préoccupations dans cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Ven 18 Oct 2013, 11:34

Lebob a écrit:


La seule alternative crédible au dollar US a été l'euro, mais la crise financière de 2008 a mis un terme à cette possibilité.  Vous allez aussi en conclure que les Américains ont fabriqué la crise pour torpiller l'euro?

Certainement pas. En revanche le relatif marasme européen permet aux USA de placer leur dette plus facilement. Il n'est pas question de savoir qui fabrique quoi, mais qui profite de quoi. Cela permet ensuite de comprendre pourquoi, dans deux situations qui paraissent semblables, la réaction est plus vigoureuse dans l'un que dans l'autre.


Philippe Fabry a écrit:
 De la même manière, les USA n'ont certainement pas créé de toutes pièces le printemps arabe, comme certains l'affirment, mais ils ont très probablement profité de l'occasion pour virer Khadafi et son projet de dinar-or devant soustraire le marché pétrolier africain au privilège du dollar.
L'initiative de virer Kadhafi est avant tout française à ce qu'il me semble.

Mais totalement incapable sans les 110 tomawaks américains et le relai logistique. Or Washington s'est montré beaucoup plus pusillanime sur les exactions avérées de Bachar que sur celles de Khadafi.
Je ne dis pas que "c'est-la-raison-secrète-qui-permet-de-comprendre-tout", mais que c'est un élément parmi d'autres qui, dans une balance, contribue à faire la différence. Sans en écarter d'autres, comme une résistance de la Russie elle-même plus déterminée sur le dossier syrien.


Quant au projet du dinar-or il avait encore moins de consistance que celui de DSK.  Et je doute que les états africains auraient été nombreux à se rallier à un projet qui les aurait mis pieds et poing liés à la merci d'un pays gouverné par un cocaïnomane complètement fou et totalement imprévisible.  En Afrique sub-saharienne on n'a pas oublié que les Arabes d'Afrique du Nord n'ont considéré le sud pendant plus de dix siècles que comme un réservoir d'esclaves.

Je n'ai pas dit le contraire. Ce que je dis c'est que la théorie des dominos est toujours sous-jacente dans la gestion d'une hégémonie : il vaut mieux toujours colmater les brèches les plus infimes avant qu'elles ne s'ouvrent et ne se multiplient. On ne peut pas toujours le faire mais dès qu'une occasion se présente, on agit. Je crois que les USA font ainsi : ils ne provoquent pas de grands bouleversements mais ils saisissent des occasions.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Sam 19 Oct 2013, 01:06

Le titre du sujet est restrictif, l'or n'est pas le seul support.
Les DTS (Droits de tirage spéciaux) sont un instrument complémentaire possible.

----------------------------------------------------

Info récente très inportante

Pourquoi l'accord monétaire entre la BCE et la Chine est important

La BCE a convenu d'un accord de swap monétaire avec la Banque populaire de Chine pour un montant de 45 milliards d'euros. Une pierre dans le jardin de Washington ?

Un nouveau coup de canif dans la domination mondiale du dollar ? La BCE et la Banque Populaire de Chine (BPC), la banque centrale de l'Empire du Milieu, ont annoncé jeudi avoir passé un accord d'échange de lignes monétaires (currency swap lines) pour un montant de 350 milliards de yuans et 45 milliards d'euros sur une période de 3 ans.
Disposer de yuans et d'euros

De quoi s'agit-il ? Ces accords passés entre banques centrales permettent aux institutions respectives de fournir à leurs banques des devises émises par l'autre partie contractante. Autrement dit, il s'agit de s'assurer que les banques chinoises puissent disposer facilement de liquidités en euros, tandis que les banques de la zone euro pourront disposer aisément de yuans auprès de la BCE.

Libéralisation en cours...

Cet accord permet de faciliter le commerce et les investissements entre les deux régions économiques. Ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les entreprises européennes, car, malgré une libéralisation croissante, l'accès aux yuans est souvent complexe et coûteux.

Le cours de la monnaie chinoise, quoique nettement libéralisée depuis 2010, reste toujours sous contrôle. La BPC fixe chaque jour un cours-pivot de la « monnaie du peuple » (renminbi) et le cours réel peut évoluer légèrement par rapport à ce cours (par rapport au dollar, l'évolution quotidienne tolérée est de 1 %).

Un yuan encore en retard

Mais les flux de capitaux entre la Chine et le reste du monde restent sous contrôle. Pour les entreprises européennes, faire du commerce avec la Chine demeure difficile et passe souvent par des implantations à Hong Kong ou Singapour afin de pouvoir disposer d'un accès aux yuans.

Le rapatriement des bénéfices réalisés en yuans est également souvent complexe. Du coup, l'usage du yuan dans les transactions internationales demeure encore loin de la place que pourrait lui donner l'importance de la Chine dans le commerce international. Selon la société Swift, le yuan n'est que la douzième monnaie de facturation au monde, derrière des monnaies comme le baht thaïlandais ou les couronnes norvégienne et suédoise.

Internationalisation du yuan


Pékin entend cependant modifier la donne et devenir de moins en moins dépendant du dollar. Le gouvernement chinois a donc entamé en 2008 un mouvement d'internationalisation du yuan parallèlement à l'avancée vers une plus grande libéralisation du taux de change. Des accords de swaps comparables avec celui passé entre la BCE et la PBC ont ainsi été conclus depuis 5 ans.

Outre les pays proches (Taïwan, Japon, Russie, Indonésie) ou un peu plus lointains (Argentine, Biélorussie), la Chine a passé en juin un accord de swap avec le Royaume-Uni. D'autres mesures visant à faciliter l'accès au yuan ont été prises, et, le 1er janvier, la nouvelle zone économique de Shanghai devrait bénéficier d'une libéralisation accrue des taux de change.

Une remise en question de la suprématie du dollar ?

Ceci remettra-t-il en cause la suprématie du dollar ? Certes, l'euro est déjà la principale monnaie de facturation du commerce mondial, selon Swift. Mais le dollar conserve largement son avance en tant que monnaie de réserve, celle préférée par les Etats et les banques centrales. La raison en est simple : la puissance politique des Etats-Unis apporte une garantie qui n'existe pas pour l'euro. Pour le yuan, en revanche, cette garantie existe.

Mais le régime de Pékin inspire-t-il suffisamment confiance pour que les investisseurs internationaux investissent sur les marchés en renminbi et conservent leurs liquidités dans cette monnaie ? Rien n'est moins sûr. En 2009, le président de la Banque Mondiale, Robert Zoellick, avait cependant prévenu que le yuan pouvait menacer la suprématie du dollar d'ici « 10-15 ans. »

La guerre des places financières européennes

Dans ce contexte, la BCE défend aussi avec cet accord les places financières de la zone euro et la première d'entre elles, Francfort. Il s'agit de savoir quelle sera la place européenne qui servira de « hub » pour les transactions entre la Chine et l'Europe une fois que le yuan deviendra une des principales monnaies du commerce mondial. Londres avait pris les devant avec l'accord de swap de juin dernier.

Francfort rattrape son retard aujourd'hui et peut se prévaloir des relations commerciales intenses entre la Chine et l'Allemagne. L'association de la place allemande, Frankfurt Main Finance, s'est du reste jeudi ouvertement félicitée de cet accord et a fait valoir son ambition de devenir la place de référence pour les transactions en yuans en Europe.

Mais la Suisse est en embuscade et a passé en juillet un accord de libre-échange avec la Chine qui fait de la place de Zurich le point de chute idéal pour les échanges monétaires entre le vieux continent. Bref, avec cet accord, la BCE entend entrer dans le futur jeu complexe de la réorganisation du paysage monétaire mondial.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20131011trib000789896/pourquoi-l-accord-monetaire-entre-la-bce-et-la-chine-est-important.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Sam 19 Oct 2013, 22:59

La Chine pourrait contrôler le système monétaire du monde grâce à l’or :

Par Chris Powell - Gata

Publié le 18 octobre 2013

Le gestionnaire de fonds Stephen Leebs revenait aujourd’hui, lors d’un entretien avec King World News, sur un point soulevé il y a quelques années par le gestionnaire de fonds et stratège géopolitique James G. Rickards, selon lequel une nation qui reconnaîtrait formellement l’or comme monnaie pourrait contrôler le système financier du monde. Rickards a fait cette remarque au cours d’une discussion sur la Russie et le commerce pétrolier. Leebs y revient lors d’une discussion sur le sujet de la Chine.

‘Les Chinois’, a-t-il dit, ‘pourraient proposer un panier de devises convertibles en or, et le renminbi pourrait être utilisé comme devise de référence, plus importante encore que le dollar. Nous verrions alors le prix des ressources indiqués en or aux Etats-Unis’.

‘Les Chinois ne sont certes pas prêts à mettre un tel système en place. Ils n’ont probablement pas suffisamment d’or sous la main. Mais nous leur facilitons certainement la tâche avec le marché de l’or. Les Etats-Unis interviennent sur le marché de l’or pour tenter de maintenir l’indice du dollar au-dessus de 80’.

Un extrait de cet entretien est disponible ici :
http://kingworldnews.com/kingworldnews/ ... ystem.html

http://kingworldnews.com/kingworldnews/KWN_DailyWeb/Entries/2013/10/19_Billionaire_Sprott_Says_Gold_%26_China_To_Dominate_The_World.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Dim 20 Oct 2013, 23:35

Publié le 20 octobre 2013

“Une grande nation comme la Chine devrait avoir une monnaie mondiale”, a déclaré le chancelier britannique de l’Echiquier , George Osborne, lors de sa visite officielle de cinq jours en Chine . Et le Royaume-Uni est plein de volonté à y contribuer “à travers le centre international de la finance : Londres”.


Les grandes manoeuvres de “désaméricanisation” et de “dé-dollarisation” de la planète sont lancées…




“La Grande-Bretagne a assoupli ses règles strictes pour les banques chinoises désireuses de se développer à Londres. Pékin a, à son tour, ouvert ses marchés aux investisseurs britanniques, marquant la dernière initiative d’établir le yuan comme une des principales monnaies du monde.

“Une grande nation comme la Chine devrait avoir une monnaie mondiale”, a déclaré le chancelier britannique de l’Echiquier , George Osborne, lors de sa visite officielle de cinq jours en Chine . Et le Royaume-Uni est plein de volonté à y contribuer “à travers le centre international de la finance : Londres”.


Dans le cadre du programme pilote convenu, la Chine a autorisé les investisseurs basés à Londres à acheter jusqu’à 80 milliards de yuans (13,1 milliards de dollars) d’actions, d’obligations et d’instruments du marché monétaire directement , en évitant les transactions par Kong Hong, rapporte Reuters.

Pendant ce temps, la Grande-Bretagne va laisser les banques chinoises ouvrir des succursales financières à Londres, en assouplissant la réglementation que le pays avait imposée après que la crise financière ait éclaté.

Depuis 2008, la Grande-Bretagne avait insisté sur le fait que la plupart des prêteurs étrangers devraient mettre en place leurs activités britanniques en tant que «filiales» plutôt que des branches, ce qui offre une plus grande protection pour les déposants et les contribuables. Moins de réglementation sera bien accueilli par les prêteurs chinois qui se sont toujours plaints des règles, il était difficile d’opérer en Grande-Bretagne, les incitant à passer une grande partie de leur activité au Luxembourg.

En plus de cela, Londres et Pékin négocieront le yuan contre la livre sterling directement, évitant le dollar.

 “La monnaie chinoise, le renminbi, n’est pas très bien connue en Grande-Bretagne pour le moment. Mais au cours de ma vie, je pense qu’elle va devenir presque aussi usuelle que le dollar, et je veux que les entreprises britanniques impliquées dans le commerce, investissent en elle” a dit Osborne à la télévision BBC depuis la Chine.

Actuellement, Londres représente 62 pour cent des échanges en yuans en dehors de la Chine et de Hong Kong, selon les données du fournisseur de services financiers SWIFT. La dernière initiative donnera au renminbi une empreinte plus ferme en Europe et renforcera la plate-forme de Londres pour développer le marché obligataire offshore RM (renminbi).

Selon une prévision de HSBC, dans les 5 ans à venir, un tiers du total des échanges de la Chine sera en yuan, ce qui la rendra pleinement convertible et l’élèvera dans le top 3 des monnaies de change. Selon les données compilées par Bloomberg, le yuan s’est déjà renforcé de 36 pour cent par rapport au dollar et de 47 pour cent par rapport à la livre sterling depuis 2005″.

http://fortune.fdesouche.com/328969-londres-en-passe-de-devenir-le-centre-bancaire-offshore-de-la-chine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Lun 21 Oct 2013, 01:29

Vers un nouveau système monétaire international
(partie 1)

La crise de légitimité que traversent les institutions de la gouvernance mondiale mise à place après 1945 est en train d’aboutir à un effondrement pur et simple de l’ancien cadre de coopération internationale. Or rien à ce jour ne semble prêt à le remplacer en dehors d’une myriade de projets d’intégration régionale plus ou moins aboutis.

Les entités régionales supra-nationales qui se constituent actuellement à marche forcée dans un contexte d’urgence croissante forment bel et bien les briques du monde multipolaire de demain. Ces intégrations sont certes une étape indispensable, mais sans un nouveau cadre de gouvernance « mondiale » capable de réunir harmonieusement ces nouvelles composantes, les conflits d’intérêt ne tarderont pas à les opposer et entraîneront vite le monde dans les logiques qui ont régné en Europe de la fin du XIX° siècle et durant la première moitié du XX° siècle.

Ces tensions, chacun peut dès aujourd'hui les voir déjà monter entre blocs sur les thèmes de l’accès aux matières premières, du commerce, des monnaies, le tout mettant sous haute pression la fragile paix mondiale et mettant en péril l’impressionnant développement des puissances émergentes et la longue période de prospérité des puissances occidentales.
Le prochain G20 qui doit se tenir à Moscou en septembre est la prochaine occasion que le monde se donne pour trouver des solutions aux difficultés croissantes que rencontre son équilibre. Or le temps presse…

Le rapprochement stratégique Euro-BRICS

Le Laboratoire Européen d'Anticipation Politique (LEAP) et l'Université MGIMO élaborent désormais depuis 2010 et au fil de séminaires des propositions concrètes pour un rapprochement stratégique Euro-BRICS devant permettre :
• à l’Europe de se trouver plus résolument vers les dynamiques d’avenir que portent les BRICS
• et aux BRICS de trouver l’allié dont ils ont besoin pour pouvoir engager la réforme du système de gouvernance mondiale en leur faveur.
De ce double développement simultané, le monde dans son ensemble a tout à gagner.

Aussi le dernier séminaire du réseau Euro-BRICS qui s'est déroulé à Moscou les 23 et 24 Mai 2013 a abordé plusieurs thèmes porteurs de conflits majeurs auxquels le rapprochement Euro-BRICS apporterait des solutions, et parmi lesquels figurent les problématiques monétaires et commerciales.

Mon intervention avait pour titre : "Vers un système monétaire international résilient aux crises systémiques".
Elle présentait une synthèse stratégique de la première partie de mes réflexions sur l'évolution du système monétaire international, qui concerne le court-terme. A sa lecture, son contenu (texte intégral ci-dessous) pourrait pourtant vous sembler trop avant-gardiste voire farfelu. Il n'en est rien. J'en veux pour preuve l'annonce en juillet dernier de l'utilisation de la zone spéciale de Qianhai à des fins d'innovation sur les flux financiers. Et dès juin, la Asian Development Bank, le Centre for International Governance Innovation et le Hong Kong Institute for Monetary Research ont publié une étude intitulée "A Practical Approach To International Monetary System Reform: Building Settlement Infrastructure For Regional Currencies" (initialement présentée en décembre 2012) et qui se situe exactement dans la stratégie que j'ai décrite.
-------------------------------------------------

Vers un système monétaire international résilient aux crises systémiques.
Bruno Paul, 23 mai 2013, Moscou, 4ème séminaire Euro-BRICS.

En avril 2010, les pays membre de la World Bank ont conclu un accord pour modifier sa gouvernance sévèrement critiquée. Le Congrès U.S. ne l’a pas encore ratifié.

Le 26 mars 2013 les BRICS ont annoncé l’ouverture en 2014 de leur propre banque de développement qui court-circuitera à terme la World Bank et d'un fond d'échanges doté de plus de 100 milliards d’USD.

En réponse à la question que j’ai posée à la conférence #futureecon du 19 Avril dernier organisée par le FMI, à propos de l’éventualité de la création d’un second FMI par les BRICS, l’inquiétude est reconnue par le directeur général adjoint du FMI, M. Min Zhu, et la question n’est pas tabou. Il faut rappeler ici que le monde a connu à l’entre deux-guerres une période d’utilisation de deux monnaies de réserves prépondérantes et utilisées à part quasi-égales : le dollar US et la livre sterling, chacune avec leur zone d’influence géographique.[5] Continuer à se projeter vers un système monétaire international unique et une monnaie de réserve unique n’est donc sans doute qu’un réflexe ou une habitude intellectuelle.

Les communiqués du FMI indiquent par ailleurs un engagement à une révision des quotes-parts d’ici janvier 2014, proposition défendue par les BRIC dès 2008.[1]

En avril et mai, les réunions du G20-Finance, de la World Bank, du FMI et du CMFI ont permis de mettre en évidence la très forte convergence des débats internationaux et d’un Consensus sur 3 principes clés: réformes de structure qui permettront de placer la dette sur une trajectoire viable, de réduction des déficits à moyen terme d’une part et des déséquilibres macro-économiques mondiaux d’autre part. Il s’agit explicitement de rétablir la résilience du système économique international.

Précisons enfin que le communiqué du CMFI indique spécifiquement un engagement à s’abstenir de dévaluations compétitives.[6]

Il faut alors distinguer deux groupes de pays : ceux qui s’inscrivent réellement dans ce consensus, et ceux pour qui il ne s’agit que de mots. Une analyse factuelle de l’évolution des indicateurs macroéconomiques depuis 2008 jusqu'à ce jour nous autorise à isoler d’un côté le groupe des USA, Japon, et Royaume-Uni, et de l’autre côté celui de tous les autres pays du G20.
Les efforts de convergence budgétaire au sein de la zone euro sont en particulier remarquables. Le gouvernement économique intégré de la zone euro, avec un président nommé à sa tête qui serait chargé notamment d'une harmonisation de la fiscalité des pays membres et de prolonger le plan de lutte contre la fraude fiscale se précise chaque jour un peu plus, ces derniers jours par la voix officielle de François Hollande qui le souhaite d’ici 2015.
En face, sans avoir besoin de prononcer officiellement les termes de « dévaluation compétitive », l’arme du QE de la guerre monétaire a déjà permis au yen de perdre de manière continue 25% de sa valeur face au dollar, à l’euro, et au yuan depuis octobre 2012. Les analystes annoncent la poursuite de cette tendance tout au long de 2013.

Il faut donc constater à ce jour l’échec de la mission stratégique de surveillance financière par le FMI, dont les communiqués officiels cautionnent les pratiques des pays qui ne jouent pas le jeu multilatéral.

Ce constat a déjà poussé les acteurs BRICS à élaborer une stratégie commune de réforme du système monétaire international [4]. Je l’estime partagée par les décideurs de l’Euroland, et dans la logique d’un rapprochement Euro-BRICS. Rappelons les grands jalons de cette stratégie multilatérale:

- réforme et entrée en vigueur des quotes-parts et droits de vote au FMI en faveur des pays BRICS

- réforme du panier de monnaies constituant les SDR (avec le gramme d’or)

- création d’un marché très liquide et profond pour le commerce international basé sur les nouveaux SDR

- rééquilibrage lent des déséquilibres macroéconomiques mondiaux à moyen terme : c’est-à-dire 20 ans au strict minimum

Le mouvement politique sans précédent de la création par les BRICS d’une nouvelle banque de développement, loin d’apparaître comme étant un simple doublon, sert aussi à stimuler diplomatiquement l’avancée de la stratégie multilatérale.

La question primordiale devient alors à mon sens : avons-nous à disposition le temps nécessaire pour assurer le succès de cette stratégie? Comme le dit l’introduction de notre séminaire: « le temps presse ». Nous avons publié dans le Magazine d’Anticipation Politique une analyse de la politique américaine en remontant sur plus d’un siècle, et nous montrons que la politique de keynésianisme militaire à l’œuvre dans ce pays conduit à une érosion de la démocratie, à un point aujourd'hui tel qu’une partie significative des citoyens états-uniens seront d’ici quelques années en lutte déclarée contre leur gouvernement fédéral. A la pression internationale va s’ajouter pour leur gouvernement un accroissement rapide de la pression domestique.[7]

Par ailleurs le rôle de dévoilement exercé par la crise systémique mondiale a été mis en œuvre :

- premièrement dans les bouleversements récents et anticipés du marché de l’or qui ont fait apparaître aux yeux de tous la manipulation du cours par l’intermédiaire des ventes à découvert de contrats "futures" sur le marché COMEX à NewYork, suivi du retrait immédiat de la quasi-totalité des seuls stocks éligibles d’or physique abrités par JPMorgan Chase, l’une des six sociétés qui se partagent ce marché du stockage d’or contrepartie des contrats "futures".

En 2 jours, 400 t d’or ont ainsi disparu de ce marché.[3] Apparaît ensuite la perte de corrélation entre la cotation officielle de l’or (c’est-à-dire de l’or papier) et celle de l’or physique qui n’est désormais accessible qu’au moyen de l’addition d’une prime qui a très fortement augmentée, et très dépendante de l’approvisionnement local ; puis signalons enfin le record historique pour les importations d’or physique par les pays asiatiques au premier trimestre, dont 300 t pour la Chine.

- Deuxièmement le dévoilement est évident dans les diffusions croissantes des listes de milliers de possesseurs de comptes bancaires dans les paradis fiscaux depuis 2007 (avec le Lichtenstein puis la Suisse [2]), dans les enquêtes que les Etats, y compris ceux de la sphère anglo-saxonne, sont alors obligés de diligenter, et finalement dans la régulation montante des envois automatiques de données à partir des banques des paradis fiscaux vers les Etats de résidence.

Ces dévoilements sont des facteurs majeurs d’accélération de la crise systémique globale, dans sa phase actuelle.

Il me parait dès lors indispensable non pas d’abandonner la stratégie multilatérale de réforme du système monétaire international, mais de la compléter rapidement par une autre initiative du groupe Euro-BRICS. Cette initiative se dessine dans la logique actuellement à l’œuvre de dislocation géopolitique mondiale, et je la nomme Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique. Son but est de limiter les effets de la guerre monétaire, et de venir compléter l’utilisation des nombreux nouveaux swaps bilatéraux.

Notre proposition consiste à développer ou créer des Régions Administratives Spéciales pour chaque pays du groupe Euro-BRICS. Ces Régions seraient dédiées aux flux de marchandises échangés par chaque pays du groupe Euro-BRICS avec les Etats-Unis et le Japon, à l’image du statut existant pour Hong-Kong ou Macao. L’inclusion du Royaume-Uni dans cette liste de partenaires commerciaux spéciaux pourrait s’étudier également, mais le processus est rendu beaucoup plus long et incertain pour la zone Euro à cause de l’existence des traités européens. Une éventuelle sortie volontaire de l’EU27 par le Royaume-Uni remettrait à l’étude son inclusion dans cette liste.

Les pays Euro-BRICS n’effectueraient plus de paiements ou de vente de marchandises directement avec les Etats-Unis et le Japon ; Un transfert et une refacturation seraient obligatoirement effectués dans les Régions Administratives Spéciales (RAS). L’idée serait alors de pouvoir utiliser dans ces Régions une monnaie différente des monnaies des pays Euro-BRICS, de la même façon que le dollar de Hong-Kong n’est pas le Yuan ou le Renminbi. Précisons que nous nous intéressons pour l’instant seulement aux flux physiques, c’est-à-dire à la plus grande part de l’économie réelle. Les monnaies actuelles resteraient convertibles sur le marché mondial. Ces Régions Administratives Spéciales concentreraient le risque lié au commerce avec des pays présentant des fluctuations de taux d’échange des devises trop élevées. Les pays Euro-BRICS seraient en mesure de réguler à leur guise le taux de change entre leur devise et celle en vigueur au sein de leur propre RAS. Ces RAS seraient développées ou créées autour des ports principaux actuellement utilisés pour les échanges avec les USA et le Japon. L’installation d’activités financières non strictement indispensables (fonds privés…) y serait découragée.

Le commerce entre les pays Euro-BRICS ne doit pas être affecté par le développement de ces RAS, et si possible ne pas transiter par elles. Ces régions ne doivent servir qu’à dresser un mur de protection pour les échanges avec les pays qui ont prouvé leur manque de volonté à respecter jusqu'ici la gouvernance nécessaire à un dialogue multilatéral efficace.

Cependant, il est souhaitable que les échanges commerciaux au sein du groupe Euro-BRICS renforcent leur abandon du dollar comme devise de transaction, y compris pour les produits pétroliers. Les accords actuellement en vigueur devraient être modifiés dans ce sens.

L’Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique est très flexible. Chaque pays peut progresser à son rythme dans cette direction, respectant la nouvelle logique coopérative de la gouvernance globale résumée par l’expression d’Evgenia Obitchkina : celle de « la multipolarité dans la diversité ». [8]

L’avantage principal d’un tel « collier de perles » de RAS qui entourerait Etats-Unis et Japon, outre la réduction du risque de change lié au contrôle strict du taux de change et aux délais de refacturation qui peuvent être adaptées, réside dans la résilience du système en cas de défaut majeur d’institutions financières aux Etats Unis ou au Japon ; Pour le groupe Euro-BRICS, les structures financières de défaisance (Special Purpose Vehicles) seraient alors localisées dans ces RAS et le risque systémique y serait contenu, sans mettre en péril les entreprises et les dettes publiques des pays du groupe Euro-BRICS.

Cette initiative peut finalement se résumer de manière simple : il s’agit d’organiser et de réguler l’interface entre la zone dollar-yen et le reste du monde. Le périmètre économique et commercial du groupe Euro-BRICS est suffisant pour amorcer avec succès cette contention du risque systémique.

Dans une deuxième étape, on pourrait envisager un contrôle des flux de capitaux entre le groupe Euro-BRICS et celui formé par les USA et le Japon, mais ceci me parait moins prioritaire et peut être développé indépendamment. La crise asiatique de 97 et la crise de l’euro ont déjà permis de prendre conscience de la nécessaire mise en place d’importantes réserves de change ou de mécanisme de substitution pour amortir les crises monétaires ou un retrait brusque des capitaux par des sociétés américaines.

Le monde de demain, mais aussi les perspectives visibles de sortie de cette crise dépendent dans une large mesure des qualités du nouveau système monétaire international et de sa meilleure stabilité. L’Initiative Multipolaire de Résilience Stratégique est un nouveau pas vers un système monétaire international dual résilient aux crises. Pour reprendre l’expression de Deng Xiaoping « Un monde, un système dual », voilà l’horizon vers lequel avancer. Comme le disait Richard Fuller, pour changer les choses, il s’agit non pas de combattre ce qui existe déjà mais de construire un nouveau modèle qui rendra l'ancien obsolète. La simple évocation de cette possibilité est déjà un argument diplomatique porteur pour renforcer l’efficacité de la stratégie multilatérale, ou l’accélérer. Cette Initiative porte en germe une réelle capacité d’influence politique pour le groupe Euro-BRICS, et une synergie croissante par l’effet de réseau.

Les graphiques et annexes sur le site http://conscience-sociale.blogspot.fr/2 ... taire.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 24 Oct 2013, 23:57

On y est ! La Chine en a assez. Les gants (diplomatiques) sont jetés. Il est temps de construire un monde « désaméricanisé ». Il est temps qu'une « nouvelle devise de réserve internationale » remplace le dollar US.


Tout est là, dans un article de Xinhua*, sorti directement de la bouche du dragon. Et nous ne sommes qu'en 2013. Attachez vos ceintures ! Et cela s'applique spécialement pour les élites de Washington. Cette chevauchée va être mouvementée.

Comme elle est bien loin l'époque de Deng Xiaoping où la Chine « gardait un profil bas » ! L'éditorial de Xinhua résume la goutte d'eau qui a fait déborder le vase du dragon - le blocage actuel du gouvernement américain, le « shutdown ». Après la crise financière provoquée par Wall Street, après la guerre d'Irak, un « monde confus », et pas seulement la Chine, veut le changement.

Le paragraphe suivant ne pourrait être plus explicite :
Au lieu d'honorer ses obligations en tant puissance dominante responsable, Washington, qui ne se préoccupe que de ses intérêts, a abusé de son statut de superpuissance et introduit encore plus de chaos dans le monde en déplaçant les risques financiers vers l'étranger, en incitant les tensions régionales au beau milieu de disputes territoriales, et en livrant des guerres injustifiées à la faveur de mensonges invétérés.
La solution pour Pékin est de « désaméricaniser » les rapports géopolitiques actuels - à commencer par hausser le ton au Fonds Monétaire International et à la Banque Mondiale pour les économies émergentes et le monde en voie de développement, en conduisant à une « nouvelle devise de réserve internationale qui sera créée pour remplacer le dollar US dominant ».

Notez que Pékin ne propose pas de démanteler complètement le système de Bretton Woods - du moins pour l'instant, mais c'est pour avoir plus de pouvoir de décision. Cela semble raisonnable si l'on considère que la Chine détient un poids légèrement supérieur à celui de l'Italie au sein du FMI. La « réforme » - au sens large - du FMI est en cours depuis 2010, mais Washington, et ce n'est pas surprenant, a opposé son veto à tout ce qui pourrait avoir une portée substantielle.

Quant à la manouvre pour s'éloigner du dollar US, elle a déjà commencé, à divers degrés de vitesse, en particulier en ce qui concerne les échanges entre les pays qui forment le BRICA, le groupe des puissances émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), qui se font dans leurs devises respectives. Le dollar US est en train d'être remplacé, lentement mais sûrement, par un panier de devises.

La « désaméricanisation » est également en route. Prenez l'offensive de charme commerciale de la semaine dernière par la Chine dans tout le Sud-Est asiatique, lequel tend précisément à encore plus d'action avec son premier partenaire, la Chine. Le Président Xi Jinping a conclu tout un éventail de contrats avec l'Indonésie, la Malaisie et aussi l'Australie, une semaine seulement après avoir conclu une autre gamme de contrats avec les « stans » d'Asie Centrale.

L'engagement de la Chine à améliorer la Route de la Soie sur rail était à son comble, avec les actions des compagnies chinoises de chemin de fer qui crevaient le plafond à la perspective d'un tronçon à grande vitesse, en cours de matérialisation, qui relierait la Thaïlande et la traverserait. Au Vietnam, le Premier ministre chinois Li Keqiang a conclu un protocole d'accord selon lequel les querelles frontalières entre les deux pays dans le Sud de la Mer de Chine n'interfèreraient pas avec le business toujours en augmentation. Bonjour le « pivot » asiatique !
Tous à bord du pétroyuan
Tout le monde sait que Pékin détient des montagnes de bons du Trésor américains - grâce à ses excédents commerciaux massifs accumulés au cours des trois dernières décennies, plus une politique officielle laissant le yuan s'apprécier, très lentement mais sûrement.

En même temps, Pékin agissait. Le yuan devient également, lentement mais sûrement, plus convertible sur les marchés internationaux. (Rien que la semaine dernière, la Banque centrale européenne et la Banque populaire de Chine ont passé un accord pour mettre en place une ligne d'échange entre leurs devises d'un montant de 45 à 57 milliards de dollars, qui viendra s'ajouter à la solidité internationale du yuan et améliorera l'accès aux échanges financiers dans la zone euro.)

La date officieuse pour une convertibilité complète du yuan pourrait arriver à tout moment entre 2017 et 2020. L'objectif est clair : s'éloigner de la dette US qui s'accumule, qui implique, à long terme, que Pékin se retire de ce marché - rendant ainsi plus coûteux pour les Etats-Unis d'emprunter. La direction collective à Pékin a déjà pris sa décision et agit en conséquence.

Le mouvement vers un yuan entièrement convertible est aussi inexorable que le mouvement des BRICA vers un panier de devises qui remplacera progressivement le dollar US comme devise de réserve. Jusqu'à ce que, un peu plus loin dans cette voie, le véritable évènement cataclysmique se matérialise : l'apparition du pétroyuan - destiné à surpasser le pétrodollar une fois que les pétromonarchies du Golfe verront dans quel sens tourne le vent de l'Histoire. Ensuite, nous entrerons dans un match géopolitique complètement différent.

Nous en sommes peut-être encore loin, mais ce qui est certain est que la fameuse série d'instructions de Deng Xiaoping est progressivement abandonnée ; « Observer calmement ; sécuriser notre position ; s'occuper des affaires avec calme ; cacher nos capacités et attendre le bon moment ; maintenir un profil bas avec dextérité ; et ne jamais revendiquer le leadership ».

Un mélange de prudence et de tromperie, fondé sur la confiance historique de la Chine en elle-même et prenant en considération une sérieuse ambition à long terme. Du Sun Tzu pur jus. Jusqu'à présent, Pékin gardait un profil bas, laissant l'adversaire commettre des erreurs fatales (et quelle collection d'erreurs totalisant plusieurs billions de dollars !), en accumulant du « capital ».

Le temps de capitaliser est maintenant venu. Dès 2009, après la crise financière provoquée par Wall Street, il se murmurait déjà en Chine que le « modèle occidental était défaillant » et en fin de compte que la « culture occidentale l'était aussi ».

Pékin a écouté Bob Dylan (avec des sous-titres en mandarin ?) et a conclu que oui, the times they-are-a-changing, les temps changent. En l'absence de progrès politique, économique et social prévisible - l'arrêt du gouvernement US est une autre illustration explicite, s'il en fallait une -, le déclin des Etats-Unis est aussi inexorable que la Chine, petit à petit, déploie ses ailes pour maîtriser la post-modernité du XXIe siècle.

Ne vous y trompez pas, les élites de Washington la combattront comme la pire des pestes. Néanmoins, l'intuition d'Antonio Gramsci doit être révisée : l'ancien ordre est mort et le nouvel ordre a franchi un nouvelle étape vers sa naissance.

Par Pepe Escobar

Asia Times Online, le 23 octobre 2013
Article original : "The birth of the 'de-Americanized' world"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Jeu 05 Juin 2014, 14:53

LA BCE annonce pour la première fois un taux de dépôt négatif

La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé, jeudi 5 juin, son principal taux directeur à 0,15 % lors de sa réunion mensuelle de politique monétaire, un nouveau plus bas historique. Le loyer de l'argent en zone euro stationnait à 0,25 % depuis le mois de novembre.
La BCE a également abaissé son taux de prêt marginal à 0,4 % (contre 0,75 %) et surtout porté en territoire négatif son taux de dépôt, à -0,10 %, une mesure inédite pour une grande banque centrale.

MESURE EXTRAORDINAIRE

L'idée de cette mesure extraordinaire est de pénaliser les banques qui placent leurs liquidités dans un coffre plutôt que de les prêter aux entreprises et aux ménages. En effet, les banques vont être désormais contraintes de payer pour stocker leur argent auprès de la BCE. En d'autres termes, une banque qui confiera un million d'euros à l'institut monétaire un jour verra la somme fondre à 999 000 euros le lendemain. Puis 998 001 euros le surlendemain, si elle n'y touche pas, et ainsi de suite.

Ce taux est cependant un outil secondaire de la politique monétaire de l'institut de Francfort, et les sommes concernées sont minimes, avec seulement 36 milliards d'euros stockés dans cette facilité de dépôt, contre plus de 800 milliards début 2012.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/06/05/la-bce-abaisse-ses-taux_4432871_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'or et l'avenir monétaire mondial   Sam 21 Juin 2014, 18:18

Le big reset - Global Currency Reset


Le titre de votre nouveau livre est The Big Reset… notre système monétaire actuel n’est-il pas soutenable?


Non. Nous sommes arrivés au point où ce ne sont plus les banques, mais les pays eux-mêmes qui ont de sérieuses difficultés financières. L’idée que nous pouvons « croître » sans nous soucier de la dette est naïve. La solution actuelle, qui est de « stocker» la dette dans les bilans des banques, est juste une solution provisoire. Comme l’ont expliqué récemment les économistes Rogoff et Reinhart dans leur document de travail pour le FMI, une restructuration globale de la dette sera nécessaire. Et cela inclura un nouveau système mondial de réserves pour remplacer le système actuel, basé sur le dollar, qui est en train de s’effondrer, probablement avant 2020.

Donc, vous n’êtes pas le seul à penser ainsi, n’est-ce pas?


Tout de suite après la quasi-mort du système financier mondial à la fin de 2008, le FMI et d’autres ont commencé à étudier les possibilités d’une nouvelle phase du système financier. En 2010, le FMI a publié une étude intitulée Reserve Accumulation and International Monetary Stability pour un système non basé sur le dollar. Les Nations-Unies ont plaidé pour un « nouveau système de réserve international » basé sur les SDR, les Special Drawing Rights (droits de tirage spéciaux, ou DTS), un an plus tard. Ces SDR (ou DTS) furent créés en 1969, au temps où le London Gold Pool ne parvenait pas à garder le prix de l’or à $35 et où les États-Unis perdirent 10,000 tonnes d’or, parce que des pays comme la France et les Pays-Bas retournaient leurs réserves excessives de dollars au Trésor américain et exigeaient de l’or physique en retour. Cela mena à la fin de l’adossement du dollar sur l’or en 1971, quand le président Nixon y mit fin, et la première crise du dollar commença. Cette crise fit monter l’or vers les $880 l’once en 1980. L’idée de l’ONU est soutenue par la Chine qui a déclaré publiquement à plusieurs reprises qu’elle n’est pas satisfait par le système actuel basé sur le dollar. En 2009, le gouverneur de la Banque centrale de Chine, Zhou Xiaochuan, a plaidé pour un nouveau système de monnaie de réserve internationale. Vers la fin de 2013, la presse officielle Chinoise demandait ouvertement la « dés-américanisation » du monde. Dans un éditorial officiel, l’idée de l’ « introduction d’une nouvelle monnaie de réserve pour remplacer le dollar US, dominant, » a été une nouvelle fois mentionnée. Selon le think tank Official Monetary and Financial Institutions Forum (OMFIF), cela prendra plusieurs années avant que le renminbi puisse devenir assez crédible pour défier le dollar. L’euro ne peut pas faire l’affaire.



Comment ce changement se déroulera-t-il?


Notre système financier pourrait être transformé de presque toutes les façons tant que les principaux partenaires commerciaux arrivent à s’entendre sur les changements. Il faut régler deux problèmes majeurs: la perte de position du dollar en tant que monnaie de réserve internationale, la croissance quasiment incontrôlable des montagnes de dette et l’explosion des bilans des banques centrales à travers le monde. Une remise à zéro planifiée bien longtemps à l’avance peut se faire, et se fera probablement, en différentes étapes. Actuellement, les États-Unis, avec le FMI, semblent planifier un système de réserve à devises multiples pour succéder au système basé sur le dollar. Ce système inclura toujours et sera centré sur le dollar, mais il comportera un noyau d’autres devises importantes. Le OMFIF a publié une étude intéressante, l’an dernier. Ils ont indiqué :

« Ceci marque la naissance d’un système de réserve comprenant plusieurs devises et d’une nouvelle ère de monnaie internationale. Lors des 150 dernières années, le monde n’a connu que deux monnaies de réserve, avec la livre sterling jusqu’à la première Guerre mondiale, et ensuite le dollar prenant la place de devise de référence lors des 100 dernières années. La livre sterling est en déclin relatif depuis la seconde Guerre mondiale. La naissance de l’euro en 1999 a fait monter la devise unique européenne au deuxième rang des monnaies de réserve, mais il a été officiellement admis que le dollar et l’euro partagent leurs rôles avec de plus petites devises. Le renminbi pourrait devenir la monnaie de réserve dans le futur. Mais nous sommes à plusieurs années de l’obtention de ce statut, surtout parce qu’il n’est pas entièrement convertible. »




Quelques « insiders » américains voudraient un retour à l’or, n’est-ce pas?


Dans une lettre ouverte au Financial Times en 2010, intitulée Bring Back the Gold Standard, le très connecté ancien président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, a fait remarquer qu’il voulait se servir de l’or comme point de référence, afin de réformer le système financier actuel qui s’écroule. M. Zoellick a expliqué qu’un nouveau standard or pourrait aider à reconstruire l’économie mondiale, en ces temps de sérieuses tensions avec les devises et les politiques monétaires des États-Unis. Il a dit que le monde a besoin d’un nouveau système pour succéder au système de « Bretton Woods II », avec les devises flottantes, qui est en place depuis que le système à taux fixe adossé à l’or a été brisé en 1971. Il dit que le nouveau système « devra probablement impliquer le dollar, l’euro, le yen, la livre et le renminbi. Le système devrait aussi utiliser l’or comme point de référence international des attentes des marchés en ce qui a trait à l’inflation, la déflation et les valeurs futures des devises. Même si les textes de référence voient l’or comme une monnaie ancienne, les marchés, eux, utilisent l’or comme actif monétaire alternatif, aujourd’hui. »


Selon le célèbre éditeur Steve Forbes, qui était aussi conseiller pour quelques-uns des candidats à la présidence en 2012, « le débat devrait être tourné vers quel serait le meilleur système avec l’or, et non pas vers si on en a besoin ou non. » Ce fut donc pas une surprise de voir une interview du professeur Robert Mundell dans le magazine Forbes, dans lequel il plaidait pour un retour au standard or. Mundell peut aussi être considéré comme un des architectes de l’euro, et il a agi en tant que conseiller du gouvernement chinois. Mundell a dit :


« Il pourrait y avoir une sorte de standard or du type Bretton Woods, où le prix de l’or serait fixe pour les banques centrales et où elles pourraient utiliser l’or en tant qu’actif transigible. Le grand avantage est que l’or n’est imputable à personne, et il ne peut être imprimé. Les gens ont confiance en sa force. Alors, si vous aviez non pas seulement le dollar, mais le dollar et l’euro liés ensemble à l’or, l’or serait l’intermédiaire et alors les autres devises importantes comme le yen, le Yuan chinois et la livre sterling seraient toutes liées ensemble dans une sorte de nouveau DTS (droit de tirage spécial, ou SDR, Special Drawing Rights) qui pourrait constituer un moyen d’évoluer vers un meilleur système monétaire. »

Et la Chine soutient l’idée d’une remise à zéro des devises?


Comme vous savez, le gouverneur de la Banque centrale de Chine, Zhou Xiaochuan, plaide pour un nouveau système monétaire international depuis au moins 2009. Il a expliqué que les intérêts des États-Unis et ceux d’autres pays pourraient être « alignés », ce qui n’est pas le cas dans système actuel basé sur le dollar. Zhou a conseillé de développer les DTS (SDR) en une « monnaie de réserve supra-souveraine, déconnectée des nations individuelles, et ayant la capacité de rester stable sur le long terme. » Selon certains experts, le FMI a besoin d’au moins cinq années de plus pour préparer le système monétaire international à l’introduction mondiale des DTS. Quelques-uns doutent que nous ayons le luxe d’attendre si longtemps. Le fait que la Chine ait arrêté d’acheter des bons du Trésor U.S. en 2010 et qu’elle ait continué à amasser de l’or depuis en dit beaucoup. Des officiels chinois de haut niveau ont indiqué que la Chine voulait augmenter ses réserves d’or à au moins 6,000 tonnes « le plus tôt possible », en anticipation de la prochaine phase du système financier mondial. Un récent rapport de Bloomberg suggère que la Banque populaire de Chine et des investisseurs privés ont accumulé plus de 4,000 tonnes depuis 2008. Les Chinois ont peur que les États-Unis surprennent le monde avec une ré-évaluation de l’or. Wikileaks a diffusé une conversation de l’ambassade américaine à Beijing, en 2010. Le message, qui était envoyé à Washington, citait un article chinois au sujet des conséquences d’une dévaluation du dollar, telle qu’elle apparaissait dans le Shanghai’s Business News :

« Si nous utilisons toutes nos réserves de devises étrangères pour acheter des bons du Trésor U.S. et que, un jour, la Réserve fédérale américaine annonce soudainement que le vieux billet de dix dollars ne vaut plus qu’un nouveau dollar, et que ce nouveau dollar est adossé à l’or, nous serons alors en fâcheuse posture. »

http://www.investiror.net/grande-remise-zero-traduction-big-reset-359/


Global Economic Reset - Christine LaGarde World Economic Forum
Revenir en haut Aller en bas
 
L'or et l'avenir monétaire mondial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fraude monétaire légalisée
» On se dirige vers la fin du système monétaire !
» L'avenir des politiques monétaires
» Des cours pour les SMI
» La forêt de TALAMON

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: