DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière : Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 23 Aoû 2013, 23:23

Bonjour, bonsoir (on est sur internet) donc (l'heure) quelque part on s’en fout ..( je plaisante)

Pour ceux qui pensent que la kabbale (cabale) est une forme de panthéisme ou métaphysique héritée du paganisme (platoniciens, pythagoriciens (le démiurge)   etc.) il en est rien !
Pourquoi donc ?
la réponse, lisez ces quelques pages du Chevalier Drach:  
http://books.google.fr/books?id=v75AtdZooXgC&dq=david%20drach%20pantheisme&hl=fr&pg=PP13#v=onepage&q=david%20drach%20pantheisme&f=false




Biographie

David Drach fut d'abord instruit par son père, érudit en hébreu et dans l'étude du Talmud. À l'âge de douze ans, Drach entra en premier cycle de l'école talmudique d'Ettendorf près de Strasbourg. Il compléta ce cycle, qui durait normalement trois ans, en un an, et il entra en deuxième cycle de l'école talmudique de Bischheim l'année suivante. Il obtint son diplôme en dix-huit mois et s'enregistra à Westhofen pour être admis comme professeur du Talmud. À seulement seize ans, il accepta un poste de précepteur à Ribeauvillé, où il resta durant trois ans. Dès 1809, il fut nommé rabbin et docteur de la Loi, après quoi il partit exercer un autre préceptorat à Colmar.

Là, le jeune Drach se consacra à l'étude des sciences profanes auxquelles il s'était déjà assidûment appliqué pendant ses études talmudiques. Réformé en 1811, et muni de l'autorisation réticente de son père, il alla à Paris, où il fut appelé à un poste important au sein du Consistoire central et assura simultanément les fonctions de tuteur dans une famille juive. Les résultats de sa méthode d'enseignement incitèrent même des familles chrétiennes à lui confier leurs enfants. Il écrivit : « Électrisé par les exemples édifians d'une tendre piété, dont j'avais ainsi le bonheur d'être témoin journellement, pendant plusieurs années, le sentiment qui m'animait autrefois à l'égard du christianisme se réveilla en moi avec une force nouvelle2. »

Dès lors, il s'appliqua de façon studieuse à la théologie patristique et se spécialisa dans l'étude de la Septante, afin d'examiner l'accusation de certains rabbins pour qui les traducteurs d'Alexandrie auraient trahi le texte hébreu. Ces études débouchèrent sur sa croyance inaliénable en la divinité et la qualité de messie de Jésus-Christ. Le Jeudi saint de 1823, il renonça au judaïsme, en présence de l'archevêque Mgr de Quélen, à Paris, fut baptisé le samedi (saint) suivant, et, le matin de Pâques, reçut sa première eucharistie et le sacrement de la confirmation. Ses deux filles et son fils nouveau-né furent aussi baptisés. Sa femme, la fille du grand rabbin de France Emmanuel Deutz, qu'il avait épousée en 1818, seule de la famille à être restée juive, se serait, selon ce que rapporte la Catholic Encyclopedia, enfuie avec ses trois enfants. Drach obtint leur restitution deux ans plus tard.

Quelques années après, Drach se rendit à Rome, où il fut embauché en 1827 au Vatican comme bibliothécaire de la Congrégation pour la propagande de la foi, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort. C'est là qu'il gagna son titre pontifical de « chevalier ». Sa conversion sembla en inspirer d'autres, y compris certains des frères Libermann ; François Libermann fut particulièrement reconnaissant envers Drach pour ses conseils et son aide dans l'établissement de la Société du Saint-Cœur de Marie. Son propre beau-frère, Simon Deutz, fils du grand rabbin, se convertit à son tour en 1828.

Après son baptême, David-Paul Drach manifesta une nette volonté de convertir les juifs au catholicisme tout en revendiquant son appartenance au peuple juif.

Son fils, le prêtre Paul-Augustin Drach (1817-1895), chanoine de Notre-Dame de Paris, fut un bibliste renommé.
http://fr.wikipedia.org/wiki/David-Paul_Drach
Revenir en haut Aller en bas
Dragna Din

avatar

Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 23 Aoû 2013, 23:48

Le chevalier Drach est un auteur trop méconnu de la Cabale : http://www.kabbale.eu/la-cabale-des-hebreux-par-le-chevalier-drach/
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 12178
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 09:11

Jean-Gaston Bardet cite souvent Drach .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Dragna Din

avatar

Masculin Messages : 5180
Inscription : 16/04/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 11:11

adamev a écrit:
Ne pas confondre "Kabbale (hébraïque)" et "Cabale" qui recouvre au moins deux sens différents.
Le premier celui d'une association de personnes agissant +- secrètement contre... ou pour...
Le second qui est un processus de transmission de connaissances via une forme de langage fondé sur la phonétique et qui est propre à l'occident (le blason en est une forme).
Oui et non...

La Kabbale rendue comme ceci en français est déjà une erreur. En hébreu on parle de qabalah, קבלה. Ce qui signifie "réception". Derrière ce terme on retrouve une tradition herméneutique, exégétique des Ecritures. Bien loin donc des fantasmes magicomiques que l'on rencontre ici et là.

Ce que l'on rend par Cabale est plutôt son pendent chrétien, dans la suite des Knorr von Rosenroth, Reuchlin, Pic de la Mirandole, Drach...
Revenir en haut Aller en bas
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 11:41

La forme Kabbale est anglicisée, il faudrait écrite Qabbale, ou qabale. Son objet n'est pas seulement la phonétique hébraïque, mais plus généralement la grammatique, c'est-à-dire les lettres. D'ailleurs, je ne vois pas le rapport entre la phonétique et les blasons.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Emk



Masculin Messages : 146
Inscription : 09/08/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 13:12

adamev a écrit:
Dragna Din a écrit:

Ce que l'on rend par Cabale est plutôt son pendent chrétien, dans la suite des Knorr von Rosenroth, Reuchlin, Pic de la Mirandole, Drach...
C'est bien là le reproche que lui adressent les "cabalistes" ayant étudié la "langue des oiseaux". Elle, la Cabale, n'est en rien le pendant chrétien de la qabalah (nous sommes d'accord sur ce point d'orthographe). Elle est au contraire parfaitement Gnostique mais elle peut prendre la forme de l'ésotérisme chrétien pour exprimer son message.

Exemple : le mot français "palombe" (plmb) peut se représenter par le hiéroglyphe oiseau suivi de son déterminatif de genre. Il exprime alors le vol, le léger, l'air, l'élévation, l'esprit, la spiritualité... Dans sa forme "plomb" (plmb) il peut se représenter par une pierre brute suivi de son déterminatif de genre. Il exprime alors le lourd, le pesant, le mauvais, la chute, le péché, le noir, l'enfer....
Ce qui permettra de distinguer entre l'oiseau et le métal sera donné par le contexte et par la clé qui y sera contenue (genre conte de chasseur ou de mineur)... ou du phénix et du pélican....

Palombe ... Plomb,

Hollande ... ho l ane

Duflot .... du flot .... de l'eau.. Oui c'est très écolo comme nom, on comprend,

Chrétien .... Chré ...ti n... Crétin

Franc maçon ... fran .. con

Sentiments .... Sens qui mentent ...
(la prochaine qui me dit qu'elle a des sentiments, je lui file une baffe)

Maladie ..... Mal a dit
(que me dit ma bronchite... bron ... chite, oui j'ai trouve fumé le pétard)

Matelot .... Mate l'eau, eh oui, le matelot, eh bien il mate l'eau


Je crois que la langue des oiseaux, c'est un chouette truc pour jouer avec les mots, faire des blagues,

à part ça, la kabbale, la cabale, ce sont des trucs à la mode, tout le monde fait de la kabbale et voit des kabbales partout,

ça conduit à de belles sottises et à des philosophies à deux balles.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Emk



Masculin Messages : 146
Inscription : 09/08/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 14:30

adamev a écrit:
Et, mais sans doute vole en terre zut l'est tyno.... bel hibou
bof bof:mdr: 
Revenir en haut Aller en bas
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Sam 24 Aoû 2013, 16:00

adamev a écrit:
scholasate a écrit:
je ne vois pas le rapport entre la phonétique et les blasons.
Il ne s'agit pas de voir mais "d'entendre".
J'entends. Par contre j'ai pas compris.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Dim 25 Aoû 2013, 08:57

Je comprends que vous ayez envie de mépriser quelqu'un qui demande simplement vos lumières, on ne vous a pas habitué ici à recevoir des éloges, mais c'est dommage.
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS

avatar

Masculin Messages : 789
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Dim 25 Aoû 2013, 13:24

Il a peut-être l'air haut ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Dim 25 Aoû 2013, 23:07

Intuitivement je vois bien qu'il y a quelque chose, mais il me faut quelque chose de plus, disons, rationnel, pour me décider.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Lun 26 Aoû 2013, 07:30

Il m'est arrivé plusieurs fois de me faire gruger par mon intuition, c'est pourquoi je me méfie. Il y a sans doute un rapport entre qabale et phonétique, mais je voudrais comprendre lequel, par exemple est-ce que c'est de l'ordre de la numérologie ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Lun 26 Aoû 2013, 13:11

J'aurais dû commencer par là. Donc il existe une "un processus de transmission de connaissances via une forme de langage fondé sur la phonétique et qui est propre à l'occident (le blason en est une forme)." C'est une définition personnelle ? Ce que je trouve de plus approchant dans les dictionnaires, c'est "Science prétendant entrer en relation avec les êtres élémentaires tels que gnomes, sylphes, etc." (wiktionnaire).
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS

avatar

Masculin Messages : 789
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Lun 26 Aoû 2013, 14:10

Le blason est phonétique peut-être, les hérauts énoncent, il peut y avoir des codes phonétiques, cela existe ailleurs et n'est pas propre à l'occident (sauf la langue particulière utilisée toutefois le jeu des sons ne sera pas le même en anglais et en français), mais il me semble que le blason est d'abord visuel.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
scholasate

avatar

Masculin Messages : 1750
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Mar 27 Aoû 2013, 07:19

Tiens, il y a même une page "langue des oiseaux" sur Wp. Cela rappelle assez Jacques Lacan. Mais je ne vois toujours pas le rapport avec l'héraldique.
Revenir en haut Aller en bas
Unhomme

avatar

Masculin Messages : 415
Inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 13 Sep 2013, 03:49

Bonjour, je croyais que la qabalah était une science basée sur les lettres et les chiffres? C'est bien basé sur le Zohar n'est ce pas?
Avec les histoires de Sephiroth, Ain Soph etc.... qui a été pas mal repris par des organisations plus ou moins recommandables (Crowley en tête) mais qui à la base n'avait rien de "démoniaque". Enfin comme toujours ,les sciences ésotériques, c'est comme un outil , on peut l'utiliser pour faire le bien ou le détourner de sa fonction première.
C'est marrant cette histoire de '"langue des oiseaux" je croyais que c'était spécifique aux traditions soufies mais je vois que non finalement. Il y'a un ouvrage très célèbre à ce sujet :
http://www.orient-lib.com/Default.aspx?Contexte=View&Param=ViewKey:VueWebKey_Article_Popup%7CIDArticle:71%7CTitrePage:Le%20langage%20des%20oiseaux
(si jamais le lien est embêtant, mes excuses, j'ai tâché de vous trouver un lien présentant cette notion sans lien prosélyte ou quoi qui saute aux yeux, mes excuses si c'est inapproprié.)
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
DelpheS

avatar

Masculin Messages : 789
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 13 Sep 2013, 11:15

Unhomme a écrit:
Bonjour, je croyais que la qabalah était une science basée sur les lettres et les chiffres? C'est bien basé sur le Zohar n'est ce pas?
Avec les histoires de Sephiroth, Ain Soph etc.... qui a été pas mal repris par des organisations plus ou moins recommandables (Crowley en tête) mais qui à la base n'avait rien de "démoniaque". Enfin comme toujours ,les sciences ésotériques, c'est comme un outil , on peut l'utiliser pour faire le bien ou le détourner de sa fonction première.
C'est marrant cette histoire de '"langue des oiseaux" je croyais que c'était spécifique aux traditions soufies mais je vois que non finalement. Il y'a un ouvrage très célèbre à ce sujet :
http://www.orient-lib.com/Default.aspx?Contexte=View&Param=ViewKey:VueWebKey_Article_Popup%7CIDArticle:71%7CTitrePage:Le%20langage%20des%20oiseaux
(si jamais le lien est embêtant, mes excuses, j'ai tâché de vous trouver un lien présentant cette notion sans lien prosélyte ou quoi qui saute aux yeux, mes excuses si c'est inapproprié.)
Le Zohar fait parti de la Qabale, mais ce n'est pas tout, il y a bien d'autres ouvrages et c'est surtout une tradition transmise.
Langue des oiseaux, langue des anges... le soufisme utilise comme la qabale la science des lettres et de leurs valeurs numériques (souvent identiques, puisque les deux langues sont soeurs).
Revenir en haut Aller en bas
Unhomme

avatar

Masculin Messages : 415
Inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 13 Sep 2013, 12:44

DelpheS a écrit:
le soufisme utilise comme la qabale la science des lettres et de leurs valeurs numériques (souvent identiques, puisque les deux langues sont soeurs).
Oui effectivement, ceci dit ça reste une science transmise de sheikh à disciple principalement, il est mal aisé de trouver quelque chose de fiable à ce sujet en dehors des confréries.
Moi même je n'y connais pas grand chose d'ailleurs.....
Revenir en haut Aller en bas
DelpheS

avatar

Masculin Messages : 789
Inscription : 13/04/2012

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 13 Sep 2013, 12:52

J'ai lu le Zohar au début parce qu'un collègue de travail qui m'en avait parlé l'avait lui-même connu d'un juif marocain. Et sans doute ai-je bénéficié de cette influence, car à l'époque, lorsque le lisais, c'était toujours accompagné de lumières, de braises incandescentes.
Cet aspect lumineux a un peu disparu, je le lis de temps en temps (je consulte certains passages) d'une manière plus froide, on retrouve toujours les mêmes enseignements dans les ésotérismes, les formes seules changent.
Revenir en haut Aller en bas
Unhomme

avatar

Masculin Messages : 415
Inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Ven 13 Sep 2013, 13:44

Aaaah ça me rappelle mes premiers pas dans le soufisme, c'était vraiment quelque chose cette lumière au sens littéral du terme.
Depuis moi aussi c'est moins présent mais parfois ça revient. D'ailleurs étrangement ma lecture de l'Evangile de Matthieu m'a remis en bonne disposition pour me concentrer pendant mes prières.
Enfin bref, je ne vais pas faire dévier le sujet je m'éclipse!
Revenir en haut Aller en bas
Pignon



Masculin Messages : 6789
Inscription : 18/01/2016

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Dim 11 Mar 2018, 21:11

NOUVEAU

La cabale des Hébreux, par Paul Drach
4 novembre 2017
François Plantey est neuropsychiatre de profession et il a étudié l’hébreu à Jérusalem. Il nous présente, dans une préface dense et intéressante, David-Paul Drach (1791-1865), sa vie, son oeuvre. Ce dernier fut un ancien rabbin et un talmudiste réputé parmi les siens. Cependant, il se convertit au catholicisme romain et devint l’ami de Pie IX. Il fut fait chevalier et bibliothécaire de la Congrégation pour la propagation de la foi. Il a écrit entre autres De l’Harmonie entre l’Eglise et la synagogue pour montrer la parfaite continuité entre l’Ancien et le Nouveau Testament.

Plantey tombe sur La cabale des Hébreux « dans une prestigieuse bibliothèque monastique » au cours de sa quête intellectuelle. Ce livre le marque profondément, au point qu’il décide de le porter à la connaissance du plus grand nombre : « il nous parut un devoir de mémoire que de publier au moins ce petit ouvrage, précisément pour rendre témoignage à la vérité ». La vérité commence par la maîtrise des doctrines, des concepts et finalement des mots. Comme le dit parfaitement le docteur, il existe une méconnaissance et donc une confusion concernant le terme de cabale : « dans la majorité des cas le mot de cabale n’évoque guère que l’idée de complot, voire quelques notions de magie plus ou moins noire. » Dans sa volonté de clarté pédagogique, Drach commence son ouvrage par cette définition : «  le terme cabale, mot qui vient de l’hébreu, signifie enseignement, doctrine qu’on reçoit, c’est-à-dire, admet, sans examen, avec une foi entière, d’une autorité digne de toute notre confiance. » Afin de bien être clair sur les termes de son sujet, Plantey prend le temps de rappeler des définitions salutaires qui tordent le cou aux idées reçues : « La gnose orthodoxe n’est rien d’autres que la connaissance explicite des vérités révélées, la science de la foi. Le mot, avec l’idée qui s’y rattache, se retrouve dans l’Evangile (Luc 11,52) et dans les épitres des apôtres (1 Corinthiens 8,7 ; 13, 8) pour désigner, à côté de la foi qui adhère à la révélation sur l’autorité du témoignage divin, l’étude approfondie des dogmes à l’aide des lumières de l’Ecriture et de la tradition ». Plantey poursuit son explication : « la gnose est donc le naturel et le légitime exercice de la raison chrétienne : c’est un besoin pressant, pour quiconque pense, de rechercher à éclaircir les vérités révélées, à pénétrer les motifs et l’objet de la foi. » Il convient d’entendre la gnose comme la recherche de la vraie connaissance, et non pas l’assimiler à l’ésotérisme ou au gnosticisme qui relève d'une idéologie dualiste contraire à la croyance catholique (1). Pour appuyer son propos, il cite Clément d’Alexandrie qui écrivait déjà en son temps : « le nom de gnostique n’est mérité que par celui-là seul qui, ayant blanchi dans l’étude de l’Ecriture, garde la règle des dogmes apostoliques et ecclésiastiques. » Plantey continue sa réflexion en expliquant que l’enseignement suprême remonte à Adam lui-même. En effet la tradition, comprendre la transmission du vrai enseignement, ne subit aucune interruption depuis la création de l’homme : « La tradition primordiale, que rapporte le traité Pirké abot, issue d’Adam se déploie au fil des générations ; essence même de la religion catholique, cette tradition primordiale, selon saint Augustin, c’est déjà la religion catholique. C’est l’idée centrale de Paul Drach qui se fonde précisément sur l’évêque d’Hippone.  » Saint Thomas d’Aquin lui-même enseignait les deux propositions suivantes : «  1) Adam reçut par la révélation une connaissance des sciences naturelles et surnaturelles supérieure, en certain sens, à celle qu’aucun homme ne possédera jamais, et il eut la mission de les transmettre à sa postérité. 2) Adam eut la science explicite de la Trinité, de l’Incarnation, de la Rédemption et de l’Eglise ; et cette science se conserva, à travers les siècles, sous la forme explicite, chez l’élite de l’humanité, sous la forme implicite dans le peuple.  »


Il nous paraît évident que la tradition primordiale, qui est la seule vraie tradition, se montre très éloignée des dérives idéologiques de Guénon (2). Le préfacier avance l’idée suivante : « on voit bien que la tradition primordiale des ésotériques plus ou moins guénoniens ne saurait être autre chose que la conscience inexacte de cette tradition  ». Si c’était simplement une « conscience inexacte »… Drach nous plonge au coeur des traditions et des enseignements profonds de l’Ancien Testament avec un savoir qui n’a d’égal que la pertinence de son propos. Ce dernier se trouve constamment circonstancié, dénué de tout sentimentalisme ou de faux semblant. Son but avoué, sans fard, reste de démontrer que l’Eglise Catholique est la seule héritière de l’Ancienne Alliance. Alors certes, l’enseignement de la cabale peut recouvrir une dimension non pas cachée, mais voilée qui peut en déranger certains. Drach en précise le sens : « Moïse avait la face voilée, pour ménager la vue faible des Juifs (Exode 29,35), mais Jésus-Christ s’est montré à visage découvert. » Cependant, même si les spécialistes de la Cabale semblent divisés sur le sujet, Drach pense que : « malheureusement l’ancienne et bonne Cabale s’est perdue en grande partie. » En parcourant les pages du traité de Drach, nous apprenons que les hébraïsants entendent par Cabale « science divine et philosophie divine. » Pourtant, l’ancien rabbin regrette vivement « que le seul nom de Cabale inspire, même à des hommes d’esprit et de savoir, nous ne savons quel sentiment d’effroi mêlé d’horreur. » De plus il rappelle très justement « que les docteurs hébreux n’ont cessé de proclamer que le Messie était l’objet final de toutes les prédications des voyants d’Israël. » Il enchaîne avec une idée fondamentale : « La Cabale, qu’on peut appeler la philosophie des Hébreux, lorsqu’elle était encore dans toute sa pureté, avait cela de particulier, qu’elle donnait ces notions sublimes auxquelles n’ont jamais pu arriver les plus profonds génies parmi les philosophes païens privés du secours de la révélation. » Il en profite également pour rejeter les accusations de panthéisme qui visent la Cabale des Hébreux. Par exemple, Adolphe Frank avait beaucoup critiqué la cabale dans son ouvrage (3). Toutefois, il avait dédicacé son travail à son maître en philosophie dont il était un fervent discipline, à savoir Hegel. Comme chacun sait Hegel ne se déclarait pas fervent adorateur du Dieu unique. La défense de Drach au sujet de la pureté doctrinale se montre à la fois surprenante et convaincante, de par les arguments proposés et les références mises en avant… Il termine son ouvrage de la meilleure des manières. Effectivement, il cite le Gloria en latin.

Le Docteur Plantey a eu une excellente idée de rééditer ce livre avec les Editions Via Romana. Sa préface est précieuse parce qu’elle nous permet de saisir les grandes lignes de la vie et de l’oeuvre de Drach. Sans elle, il aurait été ardu de s’y retrouver. Quant au traité de Drach, il se montre puissant et mystique. Après sa lecture, nous savons qu’il coexiste en réalité deux cabales comme l’enseigne Drach : « la première, la véritable cabale, dont l’enseignement remonte à Adam. Celle-ci fut transmise par la Synagogue. Et l’ensemble recouvre un caractère franchement chrétien. La seconde est en fait un mélange de magies, de théurgie, de superstitions ridicules » que nous considérons avilissantes pour l’esprit humain. Ce traité court, dense et puissant, rejette les fausses accusations à l’endroit de la cabale authentique en ayant préalablement défini ce qu’elle est réellement, à savoir une tradition orale compatible avec la pensée chrétienne…






Le gnosticisme défend l’existence d'un Dieu du Mal et d'un Dieu du Bien
René Guénon (1886-1951) n’eut de cesse de tromper les catholiques avec qui il collabora, pour mieux diffuser le poison de ses théories occultistes, tout ceci au nom d’une prétendue défense de la « Tradition ».
(3) Il a publié en 1843 La Kabbale ou la philosophie religieuse des Hébreux, dans lequel il cherche à établir que le panthéisme constitue le fond de toutes les doctrines de la cabale


AUSSI



Préface du Dr François Plantey

  Cabale, de l’hébreu, signifie un enseignement, une doctrine reçue. Il répond exactement à acceptio en latin et ἀποδοχή en grec. L’étude de cette tradition a conduit d’innombrables auteurs se recopiant généralement les uns les autres aux contresens les plus achevés. Elle apparaît le plus souvent comme une sorte de magie noire.
  Paul Drach, hébraïsant de génie, un des meilleurs talmudistes de son temps, mort catholique en odeur de sainteté, explique : « Il faut distinguer deux types de cabale :
– la véritable cabale sans mélange, remontant à la nuit des temps, qui s’enseignait dans l’ancienne synagogue et dont le caractère est franchement chrétien.
– la fausse cabale, pleine de superstitions ridicules et s’occupant de magie, de théurgie, etc., en un mot : telle qu’elle est devenue aux mains des docteurs infidèles. »
  La publication de ce petit traité rarissime est essentielle, car il fait justice de l’accusation de panthéisme contre la cabale et montre que cette tradition orale est compatible avec la pensée chrétienne.

  David-Paul Drach (1791-1868), rabbin converti au catholicisme, ami de Pie IX, fut fait chevalier et bibliothécaire de la Congrégation pour la propagation de la foi par le pape. Il a publié De l’harmonie entre l’Église et la synagogue, sur la continuité entre Ancien et Nouveau Testament.
  Le docteur François Plantey, neuropsychiatre, ancien élève de l’Inalco (hébreu), a fait de nombreux séjours en Israël.

Dans la presse
Monde et vie, n°940, 18 mai 2017
  La Cabale a mauvaise presse chez les chrétiens, persuadés qu'il s'agit d'une attaque en règle contre le christianisme ou encore d'un substitut, d'un ersatz, permettant aux juifs de ne pas se convertir au Christ. Si c'est, peu ou prou, ce que vous pensez de la Cabale, lisez ce petit livre que David-Paul Drach écrivit. Il est intitulé La Cabale des Hébreux. L'auteur est un juif, versé dans l'étude de la langue hébraïque, qui, à force d'études justement, après dix ans d'un labeur acharné, s'est converti au christianisme. Le détonateur de sa prise de conscience est le texte de la version grecque de la Bible, que l'on appelle la Septante (en mémoire des 70 savants qui l'auraient traduite, deux siècles avant Jésus-Christ). Dès ses premiers travaux, il se rend compte de la valeur de cette version de l'Écriture, qui lui paraît souvent supérieure à la version massorétique, c'est-à-dire au texte hébreu tel qu'il est reçu aujourd'hui et depuis le IXe siècle après Jésus-Christ. Le paradoxe des études biblique est là : le texte hébraïque a été revu très récemment ; il est beaucoup plus récent que le texte grec. Paul Drach en donnera des exemples nombreux tant dans le célèbre commentaire de la Bible de Vence que dans son gros livre sur L'harmonie entre l'Église et la Synagogue.
  Mais dans le présent livre – en fait un long extrait du maître ouvrage sur l'harmonie entre l'Église et la synagogue – Paul Drach nous montre en quoi la cabale juive la plus authentique est fondamentalement en phase avec l'Évangile. « Il faut, explique-t-il, faire deux parts bien tranchées de la science kabbalistique : 1) la Kabbale vraie et sans mélange, qui s'enseignait dans l'ancienne Synagogue et dont le caractère est franchement chrétien, ainsi qu'on le verra. 2) La Kabbale fausse, pleine de superstitions ridicules et en outre s'occupant de magie, de théurgie, de goétie : en un mot, telle qu'elle est devenue entre les mains des docteurs cabalistes de la Synagogue infidèle qui a fait divorce avec ses propres principes. »
  Et I'ex-rabbin devenu, par ordre du pape le chevalier Drach, prouve de manière très convaincante (c'est l'objet de ce livre) comment la Trinité se trouve dans l'enseignement de cette « tradition » ancienne qu'est la cabale. Il explique aussi comment la divinité du Christ, annoncée par les prophètes, se découvre également dans l'enseignement de la Cabale antique, celle que Pic de la Mirandole déjà au XVe siècle, avait distinguée de l'espèce de sorcellerie bas de gamme à laquelle on fait porter ce nom depuis. Un livre à lire, à méditer. Une découverte, qui nous permet de donner à l'enseignement chrétien sa plus vaste dimension.
Joël Prieur

http://via-romana.fr/foi-chretienne/266-la-cabale-des-hebreux-paul-drach-9782372710152.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.yhwh.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 12178
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   Lun 12 Mar 2018, 05:40

Jean-Gaston Bardet se réfère souvent à Drach ( je l'avais déjà signalé le 24 août 2013 .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Cabale (kabbale) des Hébreux vengée de la fausse imputation de panthéisme - David-Paul Drach
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [kabbale]Tarot et Kabbale
» Les plantes: réceptacles des forces cosmiques
» la kabbale (papus)
» Kabbale (ou cabale)
» [kabbale]Les cinq niveaux de l'âme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: