DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Infaillibilité papale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 16:32

Matthieu 16:18-19 « Aussi moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux ; et tout ce que tu lieras sur terre sera lié aussi dans les cieux ; et tout ce que tu délieras sur la terre, sera aussi délié dans les cieux. »

(...)

Avec l'autorité suprême que Notre Seigneur Jésus-Christ a conféré sur St Pierre (et ses successeurs, les papes) vient ce qui s'appelle l’Infaillibilité papale. L'Infaillibilité papale est inséparable de la suprématie papale - sinon ça ne fait aucun sens que le Christ ait placé St Pierre à la tête de Son Eglise (comme Il l’a clairement fait) si St Pierre ou ses successeurs, les papes, pouvaient errer en exerçant cette autorité suprême pour enseigner sur un point de Foi. L'autorité suprême doit être indéfectible [ qui dure éternellement ] sur les sujets obligatoires de foi et de morale ou bien ce n'est aucune autorité vraie du Christ.

L'Infaillibilité papale ne signifie pas qu'un pape ne peut pas du tout errer et elle ne signifie pas qu'un pape ne peut pas perdre son âme et être damné en Enfer pour péché grave. Elle signifie que les successeurs de St Pierre ( les papes de l'Eglise Catholique) ne peuvent pas errer quand avec autorité ils enseignent sur un point de Foi ou de morale à tenir par l'Eglise entière du Christ. Nous trouvons la promesse de la Foi indéfectible, conférée à St Pierre et ses successeurs par le Christ, dans Luc 22.

Luc 22: 31-32 « Le Seigneur dit encore : Simon, Simon, voilà que Satan vous a demandés pour vous cribler, comme le froment ; Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point ; et toi, quand tu seras converti, confirme tes frères. »

Satan a désiré passer au crible tous les Apôtres (pluriel) comme le blé, mais Jésus a prié pour Simon Pierre (singulier), afin que sa foi n’échoue pas. Jésus dit que St Pierre et ses successeurs (les papes de l'Eglise Catholique) ont une foi indéfectible [ qui dure éternellement ] quand ils enseignent avec autorité un point de foi ou de morale à tenir par l'Eglise entière du Christ.

Lire la suite sur http://www.la-foi.fr/doctrine/depot.aspx
Revenir en haut Aller en bas
Julie



Féminin Messages : 669
Inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 18:11

Bonjour Philippe B. ,

Que voulez vous dire part :

''L'Infaillibilité papale ne signifie pas qu'un pape ne peut pas du tout errer ''

errer ?
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 18:12

Ce ne sont pas mes mots. Mais "errer" veut dire dans le contexte être infidèle à ce que l'Eglise enseigne, dans sa façon de vivre. Par exemple un Pape qui vit dans la luxure. Mais ce que dit un Pape quand il se trouve sur la chaire de Pierre engage l'autorité de l'Eglise et à ce niveau on ne peut que reconnaitre que même le plus mauvais des Papes dans l'histoire a toujours enseigné fidèlement la doctrine de l'Eglise car son intelligence était éclairée par l'Esprit Saint qui l'empêchait d'enseigner n'importe quoi.

Mais cela n'est valable que quand le Pape s'exprime Ex cathedra, en tant que vicaire de Jésus-Christ et pasteur infaillible de l'Église universelle. Par exemple quand Benoït XVI écrit des livres en son nom propre (Joseph Ratzinger) il n'engage pas la parole de l'Eglise et donc ce qu'il enseigne n'est pas frappé d'infaillibilité.

L'homme peut ne pas être fidèle mais Dieu sera toujours fidèle.


Dernière édition par Philippe B. le Mar 13 Aoû 2013, 18:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Julie



Féminin Messages : 669
Inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 18:16

Ha ok  je comprend maintenant le sens de cette phrase !
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 19:15

Lire ça aussi , pas mal du tout :

http://bible.free.fr/histoire/strossma.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 19:39

Oculus... Ca m'a fait dresser les poils sur les bras, voila bien un homme intègre et droit devant Dieu.
Quel courage admirable ! cheers

Il conclut: "j'ai parlé que Dieu me vienne en aide"

Qu'est il devenu ?
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 21:24

Hillel31415 a écrit:
Oculus... Ca m'a fait dresser les poils sur les bras, voila bien un homme intègre et droit devant Dieu.
Quel courage admirable ! :cheers:Il conclut: "j'ai parlé que Dieu me vienne en aide"
Qu'est il devenu ?
Il est resté éveque de Djakovo pendant je crois 55 ans et il est mort en 1905 à l'age de 90 ans . C'est un personnage d'une grande stature , protecteur des sciences et des arts , de l'oecuménisme , il a préché pour un état fédératif des slaves du sud sous administration autro-hongroise et s'est opposé aux pères du nationalisme croate irrédentiste et intransigeant dont Ante Starcevic qui allait donner naissance au parti fasciste Oustachi ....
Concernant le Pape , il s'est relativement bien entendu avec les successeurs de Pie IX dont Léon XIII mais a quand meme été obligé de signer une reconnaissance de validité des énoncés de Vatican I à laquelle il a obéi .
Son texte est très similaire à ce que le Père Wladimir Guéttée avait écrit et que l'on trouve toujours aux éditions l'age D'Homme : De la Papauté et qui laisse toujours
les apologètes catholiques sans voix ....
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mar 13 Aoû 2013, 23:15

Oui, y a t'il eut un contre argumentaire pour lui répondre ? Parce que honetement il est difficile de faire plus limpide et sincère. A moins d'etre de mauvaise foi comme ses auditeurs visiblement ...
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 13:17

Après le repas au bord du lac, Jésus ressuscité dit à Simon-Pierre (et non à tous les apôtres réunis) : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m’aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore : « Suis-moi. »

Jésus demande à Pierre s'il l'aime plus que les autres apôtres ne l'aime, il est dès lors évident que pour Jésus Pierre, sur qui il dit explicitement qu'il bâtira son Eglise (et non sur les 12), est appelé à devenir la tête de l'Eglise naissante, à qui Jésus confier les clés (ce que tu lieras sur terre sera lié dans les cieux), et d’ailleurs les autres apôtres se soumettent à partir de ce moment à Pierre. Même Saint Paul.

"quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller."

Ces paroles ne s'adressent pas à Pierre uniquement mais sont également prophétiques et font référence à ses successeurs jusqu'au dernier à la fin des temps. L'Eglise doit vivre ce que le Christ a vécu, Jésus quand il était jeune faisait ce qu'il voulait, jusqu'à ce qu'il fut arrêté et condamné et mené là où il ne voulait pas aller. L'Eglise si elle veut suivre le Christ qui est le seul Chemin, doit donc passer par la même passion, jusqu'à la Croix ce qui aura lieux dans les fins dernières. Pierre en a reçu a charge, mais cette charge est appelée à être transmise, de génération en génération à d'autres hommes qui à leur tour seront appelés par Dieu et guidés par l'Esprit Saint comme le fut Pierre. Le dernier Pape connaitra la passion et la crucifixion en même temps que l'Eglise dont il a reçu la charge. Et ainsi les paroles de Jésus s'accompliront, il sera tellement configuré au Christ qu'il sera lui aussi mené comme un agneau à l'abattoir et crucifié avec l'Eglise. Ensuite aura lieu la Résurrection de tous, hors du temps (car l'ancien monde aura été détruit) en union avec Jésus Christ d'il y a 2000 ans.

Pourquoi Jésus demande à Pierre par 3 fois s'il l'aime ? Il peut y avoir plusieurs raison, pour s'assurer de son engagement sans faille à sa suite, mais aussi parce que Jésus s'adresse à Pierre en tant que Dieu et donc lui demande au nom du Père s'il l'aime, au nom du Fils s'il l'aime et au nom de l'Esprit Saint.

A aucun autre apôtre Jésus ne s'est adressé comme il le fait à Pierre.

Jésus n'aurait pas pu être plus explicite quant à la vocation de Pierre et de ses successeurs.

Prétendre que Jésus s'adressait à Pierre uniquement et n'envisageait pas de successeurs c'est prétendre que l'Eglise que Jésus s'apprêtait à batir sur ses épaules s'arrêterait à sa mort. Or l'Eglise du Christ durera jusqu'à la fin des temps et si Pierre ne vit pas jusqu'à la fin des temps il faut obligatoirement que le Christ prévoit des successeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 14:05

Non Paul ne se soumet pas à Pierre:
Gal 2:11   Mais lorsque Céphas (Pierre) vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible.
Les Pères de l'église ne reconnaissaient eux meme pas de pape, prouvant qu'il n'ya donc pas eu de continuité papal et que Pierre n'était pas le premier pape
Etc, il suffit de lire jusqu'au bout le pdf d'Oculus...
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 14:39

Et ne pas oublier les paroles de Jésus. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 15:20

Lesquelles ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 15:22

Citation :
1 — Jésus a donné à Ses apôtres les mêmes pouvoirs qu’Il a donnés à Saint Pierre.
2 — Les apôtres n’ont jamais reconnu en Saint Pierre le vicaire de Jésus Christ et le docteur infailli-
ble de l’Église.
3 — Saint Pierre n’a jamais eu le sentiment d’être pape et il n’a jamais agi comme s’il l’était.
4 — Les Conciles des quatre premiers siècles, malgré qu’ils reconnurent la haute position qu’occu-
pait dans l’Église l’évêque de Rome à cause de l’importance de cette ville, ne lui confèrent seulement
qu’une prééminence honorifique, mais jamais d’autorité et de juridiction.
5 — Les saints Pères n’interprétèrent jamais le fameux passage (Tu es Pierre et sur ce roc je bâtirai
mon Église) comme signifiant que l’Église était édifiée sur Saint Pierre (super Petrum), mais sur le
roc (super petram), c’est-à-dire sur la confession de foi de l’apôtre.

J’en conclus victorieusement, avec l’aide de l’histoire, de la logique, de la raison, du bon sens, et
avec une conscience chrétienne, que Jésus n’a accordé aucune suprématie à Saint Pierre, et que les
évêques de Rome ne sont devenus les souverains de l’Église qu’en confisquant un à un les droits de
l’épiscopat.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 15:58

Hillel31415 a écrit:
Lesquelles ? scratch
- Mt 16, 16-19

- Luc 22, 31-32

- Jean 21, 15-17
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 15:59

Hillel31415 a écrit:
Citation :
1 — Jésus a donné à Ses apôtres les mêmes pouvoirs qu’Il a donnés à Saint Pierre.
2 — Les apôtres n’ont jamais reconnu en Saint Pierre le vicaire de Jésus Christ et le docteur infailli-
ble de l’Église.
3 — Saint Pierre n’a jamais eu le sentiment d’être pape et il n’a jamais agi comme s’il l’était.
4 — Les Conciles des quatre premiers siècles, malgré qu’ils reconnurent la haute position qu’occu-
pait dans l’Église l’évêque de Rome à cause de l’importance de cette ville, ne lui confèrent seulement
qu’une prééminence honorifique, mais jamais d’autorité et de juridiction.
5 — Les saints Pères n’interprétèrent jamais le fameux passage (Tu es Pierre et sur ce roc je bâtirai
mon Église) comme signifiant que l’Église était édifiée sur Saint Pierre (super Petrum), mais sur le
roc (super petram), c’est-à-dire sur la confession de foi de l’apôtre.

J’en conclus victorieusement, avec l’aide de l’histoire, de la logique, de la raison, du bon sens, et
avec une conscience chrétienne, que Jésus n’a accordé aucune suprématie à Saint Pierre, et que les
évêques de Rome ne sont devenus les souverains de l’Église qu’en confisquant un à un les droits de
l’épiscopat.
C'est de qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 16:21

Matthieu 16:16-19

16 Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

17 Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux.

18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

19 Je te donnerai les clefs du royaume des cieux (Jésus ne donne pas ces clés à un simple morceau de roche mais à Pierre et obligatoirement à ses successeurs) : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 16:25

Luc 22:31-32

31 Le Seigneur dit: Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment.

32 Mais j'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras converti, affermis tes frères.

Le rôle de Pierre et de ses successeurs est d'affermir la foi des membres de l'Eglise et éviter toute errance doctrinale et interprétations individuelles des écritures. Sinon chacun interprète à sa sauce et il ne peut y avoir aucune unité dans l'Eglise que Jésus veut batir sur Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 16:26

Philippe B. a écrit:
Matthieu 16:16-19

16 Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.

17 Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux.

18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

19 Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.
Ces paroles sont très claires. Thumright

Mais dans les premiers temps de l'Église, l'autorité de l'évêque de Rome n'était pas aussi affirmée que maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 16:28

Commentaire par Saint Thomas d'Aquin.

http://docteurangelique.free.fr/index.html

Jean 21, 15-17

Théophylactus :

Après le repas, Jésus confie à Pierre, et non pas à d'autres, le gouvernement de toutes les brebis qui étaient dans le monde : « Lors donc qu'ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre, » etc.

S. Augustin :

(Traité 123 sur S. Jean). Le Sauveur interroge, bien qu'il sût ce qu'il demandait, car il savait parfaitement que, non-seulement Pierre l'aimait, mais qu'il l'aimait plus que tous les autres.

Alcuin :

Simon est appelé fils de Jean, parce que son père s'appelait Jean. Dans le sens mystique, Simon veut dire obéissant, et Jean signifie grâce. C'est à juste titre que Pierre est appelé obéissant à la grâce de Dieu, pour faire voir que s'il aime Jésus-Christ d'un amour plus ardent, ce n'est point à ses mérites, mais à la grâce de Dieu qu'il en est redevable.

S. Augustin :

(Serm. sur la pass). Lorsque le Seigneur fut sur le point d’être mis à mort, Pierre fut saisi de crainte et renia son divin Maître, car c'est la crainte de la mort qui lui fit renier Jésus-Christ; mais maintenant qu'il est ressuscité, que pourrait-il craindre encore, puisque la mort a reçu elle-même dans sa personne le coup de la mort ?

« Il lui répondit donc : Oui, Seigneur, vous savez que je vous aime. » Sur cette assurance que Pierre lui donne de son amour, Jésus lui confie le soin de sou troupeau. Il lui dit : « Paissez mes brebis, » comme si Pierre n'avait point d'autre occasion de manifester son amour pour Jésus-Christ, qu'en devenant un pasteur fidèle de ses brebis sous l'autorité du Prince de tous les pasteurs.

S. Jean Chrysostome :

(hom. 88 sur S. Jean). Rien ne nous rend plus dignes de la bienveillance divine comme le soin que nous prenons du prochain. Notre Seigneur donne cette charge à Pierre de préférence à tous les autres Apôtres, parce qu'il était le premier entre tous les Apôtres, la bouche des disciples, et la tête du sacré collège, et c'est pour cela qu'après lui avoir pardonné son reniement, il l'établit le chef de ses frères. Il ne lui reproche pas de l'avoir renié, mais il lui dit : « Si vous m'aimez, soyez à la tête de vos frères, montrez maintenant cet amour dont vous avez fait constamment preuve, et sacrifiez pour mes brebis cette vie que vous étiez prêt, disiez-vous, à donner pour moi. »

« Jésus lui dit de nouveau : Simon, fils de Jean, m'aimez-vous ? »

S. Augustin :

(Traité 123 sur S. Jean). C'est avec raison que Jésus demande à Pierre : « M'aimez-vous ? » et que sur la réponse qu'il lui fait : « Je vous aime. » Jésus lui dit : « Paissez mes agneaux. » Nous voyons ici que l'amour et la dilection sont une seule et même chose, car la troisième fois le Seigneur ne lui dit pas : Diligis me, avez-vous pour moi de la dilection ?

mais : Amas me, m'aimez-vous. Jésus lui dit une troisième fois : « Simon, fils de Jean, m'aimez-vous ? » Jésus demande à Pierre pour la troisième fois s'il l'aime, à son triple renoncement correspond une triple confession, il faut que sa langue devienne l'organe de sou amour comme elle l'a été de sa crainte, et que le témoignage de sa parole soit aussi explicite en présence de la vie qu'il l'a été devant la mort qui le menaçait.

S. Jean Chrysostome :

Trois fois Jésus lui fait la même question, et trois fois aussi il lui renouvelle la même recommandation, pour nous apprendre quel prix il attache à la direction de ses brebis, et que c'est à ses yeux la preuve la plus grande d'amour.

Théophylactus :

C'est de là qu'est venu l'usage de la triple promesse exigée de ceux qui demandent à recevoir le baptême.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 17:01

philippe B a écrit:
Après le repas au bord du lac, Jésus ressuscité dit à Simon-Pierre (et non à tous les apôtres réunis) : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t’aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » ]b]Pierre fut peiné[/b] parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m’aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore : « Suis-moi. »
cette interprétation est assez facilement réfutable
(cf http://books.google.fr/books?id=7rZrMvYAvgUC&printsec=frontcover&dq=wladimir+Guéttée&hl=fr&sa=X&ei=yZQLUpOiGqqm0wXvoIG  p 43 et suivantes )

Si St Pierre avait compris que Jésus lui confiait la direction de toute l'Eglise , il n'aurait pas eu motif à etre peiné ou attristé par ce que lui disait Jésus .
En réalité St Pierre par son triple reniement s'était exclu du groupe des Apotres ipso facto , ainsi que jésus l'avait dit  en :
Citation :
en Mt 10,33:mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux.
. Ce que fait Jésus , c'est qu'il demande à Pierre de réparer son triple reniement par une triple déclaration d'Amour envers lui , et c'est bien comme cela
que de très nombreux pères de l'Eglise ont compris ce texte .
St Pierre n'est pas installé comme chef de l'Eglise , il est  tout simplement réintégré dans le groupe des Apotres dont il était sorti par sa faute  , en tant que simple 'égal aux autres apotres ;
Ce qui attesté par le fait  qu'il est envoyé en Mission dans les actes  au meme titre que les autres apotres , alors qu'il aurait envoyé en mission s'il avait été le chef ;
Et qu'au concile de jérusalem, ce n'est pas lui qui promulgue la décision , mais Jacques , l'éveque de jérusalem . preuve qu'il ne jouit d'aucun prestige particulier auprès de ses collègues apotres .

Mais ne continuons pas , je ne prétend pas vous convaincre , je respecte l'importance que prend pour vous le role de Pierre. Simplement une longue fréquentation des textes et de l'histoire m'a convaincu que la seule structure éternelle de l'Eglise est celle qui existait avant le grand schisme dans l'Eglise Indivise à savoir une primauté d'Honneur du siège de ROME , sans pouvoir de juridiction universel , qui était due aux martyrs de Pierre et Paul et à son statut de capitale de l'empire . le reste est littérature ...
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 18:02

Simon1976 a écrit:

C'est de qui ?
Conclusion de l'Eveque Straussmayer au concile de Vatican 1.

"Tu es Pierre

Je n’en dis pas plus, mes vénérables frères, et j’en viens maintenant au grand argument qui a été
mentionné auparavant: établir la supériorité de l’évêque de Rome par le roc (pétra2)). Si cela était vrai,
la dispute prendrait fin, mais les Pères de l’Église ne pensaient pas à ce sujet comme nous le faisons,
— et ils en savaient certainement quelque chose. Saint Cyril dans son quatrième livre sur la Trinité
dit: «Je crois que par le roc vous devez comprendre la foi inébranlable des apôtres.»

1.  en 343. Serdica, en latin Sardica, l’actuelle Sofia.
2.  le passage de Matthieu 16:18 emploie deux mots grecs différents souvent traduits, à tort, par le seul mot «pierre». Il
est écrit: «Je te dis que tu es Pierre (petros); et sur ce roc (petra) je bâtirai mon église». Le mot «petros» désigne une pierre
que l’on peut soulever ou lancer à la main (cf. 2 Macc. 1:16 et 4:41), le mot «petra» désigne un roc, un rocher (cf. Matt. 7:24
& 25, Matt. 27:51 &60, etc.). Le père jésuite F.Zorell le reconnaît dans son «Lexicon Græcum Novi Testamenti», où nous
trouvons: «Petra: rupes, petra, saxum et quidem, in oppositione ad «petros» quod significat saxum a monte vel solo solutum,
lapidem magnum, sed tantum ut adhuc levari manuque projici possit)», c’est à dire: «Petra: rocher, roc, roche et ceci en oppo-
sition à «petros» qui signifie rocher arraché à une montagne ou au sol, grosse pierre mais qui peut être néanmoins soulevée
et lancée à la main».


Saint Hilaire, évêque de Poitiers, dans son deuxième livre sur la Trinité, dit «le roc (pétra) est le seul
roc béni de la foi (confessionnelle) confessé par la bouche de Saint Pierre». Et dans le sixième livre
sur la Trinité, il dit: «C’est sur ce roc de la confession de foi que l’Église est bâtie».
«Dieu, dit Saint Jérôme dans le sixième livre sur Matthieu, a fondé son Église sur le roc et c’est de
ce roc que l’apôtre a été nommé».
Après lui, Saint Jean Chrysostôme, dans sa cinquante-troisième homélie sur Saint Matthieu: «Sur
ce roc je bâtirai mon Église, c’est-à-dire sur la foi de la confession». Alors qu’était la confession de
l’apôtre? La voici: «TU ES LE CHRIST, LE FILS DU DIEU VIVANT».
Saint Ambroise, le saint archevêque de Milan (sur le deuxième chapitre des Éphésiens), Saint Basile
de Séleucie et les Pères du Concile de Calcédoine enseignent exactement la même chose.
Parmi tous les docteurs de l’antiquité chrétienne, Saint Augustin occupe une des premières places
par ses connaissances et sa sainteté. Écoutez alors ce qu’il écrit dans son deuxième traité sur la pre-
mière Épître de Saint Jean: «Que signifient ces mot: Je bâtirai mon Église sur ce roc? Sur cette foi,
sur celle qui dit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant». Dans son cent vingt-quatrième traité sur Saint
Jean, nous trouvons cette phrase significative: «Sur ce roc, que tu as confessé, je bâtirai Mon Église
puisque Christ était le roc».
Le grand évêque croyait si peu que l’Église était bâtie sur Saint Pierre qu’il dit à ses auditeurs dans
son treizième sermon: «Tu es Pierre, et sur ce roc (pétra) que tu as confessé, sur ce roc que tu as
reconnu en disant: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, sur ce roc Je bâtirai mon Église, Je la bâtirai
sur Moi-même qui suis le Fils du Dieu vivant, Je la construirai sur Moi et non sur toi».
Ce que pensait Saint Augustin sur ce passage célèbre était l’opinion de la chrétienté de son temps."
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 19:12

L'Église repose sur le roc de la foi mais aussi sur le successeur de Pierre à cause des paroles du Christ.
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 19:56

Oui c'est ce que croient aujourd'hui les catholiques, mais ce n'était pas le cas hier...
On ne peut pas conclure que les pères avaient raison mais on peut affirmer qu'ils ne connaissaient donc aucun pape successeur de Pierre.

La succession de Pierre est donc nulle et non avenue. Il n'y a pas eu de pape pendant les premières centaines d'années de l'église et le concept était inconnu.

Je vous invite à lire les 24 pages du pdf d'oculus, qui est le discours de cet évèque pendant Vatican 1.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 20:04

Hillel31415 a écrit:


La succession de Pierre est donc nulle et non avenue. Il n'y a pas eu de pape pendant les premières centaines d'années de l'église et le concept était inconnu.
Détrompez-vous !

Le premierr successeur de Pierre est Lin, puis Clet, Clément, Sixte...

Tous sont morts martyrs. A cette époque, le rôle des papes était d'être vite élu et vite tué.

Mais dès qu'il y a eu plus de paix, tout de suite toutes les Eglises ont reconnu son rôle :

Il est bon de rappeler ce que les pères de l'Eglise disaient de l'autorité de l'Apôtre Pierre pour vérifier si dans les premiers siècles, on ne lui reconnaissait qu'une primauté d'honneur :

St. Irénée de Lyon, (v.130 - v. 208) loua « l’Église très grande, très ancienne et connue de tous, que les deux très glorieux apôtres Pierre et Paul fondèrent et établirent à Rome [...]. La tradition qu’elle tient des Apôtres et la foi qu’elle annonce aux hommes sont parvenues jusqu’à nous par des successions d’évêques [...]. Avec cette Église, en raison de son origine plus excellente, doit nécessairement s’accorder toute l’Église, c’est-à-dire les fidèles de partout » (Contre les Hérésies III, 3, 2). Saint Irénée enjoignait donc aux fidèles d’aligner leur foi sur celle du pontife romain, parce que ce dernier transmettait intacte la tradition venue des apôtres.

St. Cyprien(v. 200 - 258) défendit l’autorité et l’infaillibilité pontificale dans son célèbre traité Sur 1’unité de l’Église. « Celui qui ne garde pas l’unité de l’Église, croit-il qu’il garde la foi? Celui qui s’oppose à l’Église, qui abandonne la chaire de Pierre sur laquelle est fondée l’Église, peut-il se flatter d’être encore dans l’Église ? » (De unitate Ecclesiae, ch. 4). « La chaire de Pierre est cette Église principale d’où est sortie 1’unité sacerdotale auprès de laquelle l’erreur ne peut avoir d’accès » (Lettre 40 et 55).

St. Athanase (v. 295 - 373) se servit d’une lettre d’un pape pour lutter contre les hérétiques ariens. Le pape St Denys avait écrit, vers l’an 260, une lettre doctrinale à Denis, l’évêque d’Alexandrie, où il condamna l’hérésie des sabelliens, qui devait être reprise plus tard par les ariens. C’est pourquoi saint Athanase reprocha aux ariens d’avoir déjà été condamnés depuis longtemps par un jugement définitif, ce qui prouve qu’il croyait en l’infaillibilité pontificale (De sententia Dionysii). Dans une lettre à Félix, il écrivit cette phrase mémorable: « l’Église romaine conserve toujours la vraie doctrine sur Dieu »

St. Éphrem (v. 300 - 373), le grand docteur de l’Église syriaque, célébra la grandeur de l’enseignement pontifical, continuellement assisté par le Saint-Esprit: « Salut, ô sel de la terre, sel qui ne peut jamais s’affadir ! Salut, ô lumière du monde, paraissant à l’Orient et partout resplendissante, illuminant ceux qui étaient accablés sous les ténèbres, et brûlant toujours sans être renouvelée. Cette lumière, c’est le Christ; son chandelier c’est Pierre ; la source de son huile, c’est l’Esprit-Saint » (Enconium in Petrum et Paulum et Andream, etc.)

St. Épiphane (v. 315 - 403) interpréta Matthieu XVI,18. Il affirma qu’il était impossible que l’Eglise Romaine fût vaincue par les portes de l’enfer, c’est-à-dire par les hérésies, parce qu’elle était appuyée sur la foi solide de Pierre, auprès de qui on trouvait la bonne réponse à toutes les questions, doctrinale. « À Pierre, le Père manifeste son propre Fils, et c’est pour cela qu’il est appelé bienheureux. Pierre à son tour manifeste le Saint-Esprit [dans son discours aux juifs, le jour de la Pentecôte], ainsi qu’il convenait à celui qui était le premier entre les apôtres, à celui qui était la pierre inébranlable sur laquelle l’Église de Dieu est fondée, et contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas. Par ces portes de l’enfer il faut entendre les hérésies et les auteurs, des hérésies. En toutes manières, la foi est fondée solidement en lui: il a reçu les clefs du ciel, il délie et lie surla terre et au ciel. en lui se résolvent les questions de la foi les ardues » (Anchoratus. Ch. 9)

Saint Optat de Milève (IVe siècle):


Beatus Petrus proeferri omnibus apostolis meruit,et claves regni coelorum
communicandas coeteris solus accepit(St Opt,vide I,2. cont.Parmen.)

le Bienheureux Pierre mérita d'éclairer tous les apôtres, il reçu seul les
clefs du royaume des cieux qu'il devait communiquer aux autres.

source

source

St. Basile (329 - 379) informa son ami saint Athanase qu’il avait l’intention de demander au souverain pontife d’exercer son autorité pour exterminer l’hérésie de Marcel d’Ancyre (Lettre 69). « La lettre de saint Basile, mentionnant cette demande d’intervention de l’évêque de Rome comme une affaire courante et ordinaire, attire à conclure qu’à cette époque c’était non seulement la conviction personnelle de Basile, mais aussi la conviction de tous, même en Orient, que l’évêque de Rome possède le pouvoir de juger souverainement, par lui-même, les questions doctrinales » (Vacant et Mangenot: Dictionnaire de théologie catholique, article « infaillibilité du pape »). Pourquoi consulter Rome et pas une autre autorité? « Pierre », dit saint Basile, « fut chargé de former et de gouverner l’Église, parce qu’il excellait dans la foi » (Contra Enom, livre 2). Grâce à la promesse du Christ, le pape persévérait absolument sans aucune défaillance, car sa foi avait la même stabilité que celle du Fils de Dieu Lui-même! « Pierre a été lancé placé pour être le fondement. Il avait dit à Jésus Christ: Vous êtes le Christ, Fils du Dieu vivant», et à son tour il lui fut dit qu’il était Pierre, quoiqu’il ne fut pas pierre immobile, mais seulement par la volonté de Jésus-Christ. Dieu communique aux hommes ses propres dignités. Il est prêtre, et il fait des prêtres; Il est pierre, et il donne la qualité de pierre, rendant ainsi ses serviteurs participants de ce qui lui est propre » (Homélie 29). Ce dernier passage de saint Basile jouit d’une autorité particulière dans l’Église catholique, puisqu’il fut inséré dans le catéchisme du concile de Trente (explication du symbole, section Credo in... Ecclesiam).

St. Grégoire de Naziance(v. 330-390) loua l’indéfectibilité de la foi romaine dans un poème. « Quant à ce qui est de la foi, l’ancienne Rome, dès le principe comme aujourd’hui, poursuit heureusement sa course, et elle tient l’occident tout entier dans les liens de la doctrine qui sauve » (Carmen de Vita sua, vers 268 - 270).

St. Grégoire de Nysse (mort en 394), frère cadet de saint Basile, affirma: « L’Église de Dieu à sa solidité dans Pierre, car c’est lui qui, d’après la prérogative qui lui a été accordée par le Seigneur, est la pierre ferme et très solide sur laquelle le Sauveur a bâti l’Église » (Laudat. 2 in St. Stephan vers la fin)

St. Ambroise (340 - 397) interpréta le passage de Luc XXII, 32 en ce sens que le Seigneur avait affermi la foi de Pierre, afin que, « immobile comme un rocher », elle pût soutenir efficacement l’édifice de l’Eglise (Sermon 5). Dans sa glose sur le Psaume XL, Ambroise établit une équation qui allait devenir célèbre: « Là où est Pierre, là est l’Église. Là où est l’Église n’est pas la mort, mais la vie éternelle » Ennarratio in Psalmum XL, ch. 19). Autant dire: hors du pape, point de salut.

St. Jean Chrysostome (340 - 407) est le plus célèbre des Pères grecs. En raison de ses enseignements admirables, il mérita le surnom de "Chrysostome" , c’est-à-dire « bouche d’or ». Saint Jean Chrysostome suggéra la solidité admirable de la foi de Pierre par une image: « Il y a beaucoup de flots impétueux et de cruelles tempêtes, mais je ne crains pas d’être submergé, parce que je me tiens sur la pierre. Que la mer s’agite furieuse, peu m’importe: elle ne peut renverser cette pierre inébranlable » (Lettre 9 à Cyriaque). Il insista sur l’étymologie symbolique du nom du premier pape: « Saint Pierre a été ainsi nommé, en raison de sa vertu. Dieu a comme déposé dans ce nom une preuve de la fermeté de l’apôtre dans la foi » (Quatrième Homélie sur les changements de noms).

St. Jérôme (v.347-420), dans sa lettre au pape Damase, défendit rigoureusement la nécessité d’être uni au pontife romain. « J’ai cru que je devais consulter la chaire de Pierre et cette foi romaine louée par saint Paul (...). Vous êtes la lumière du monde, vous êtes le sel de la terre. Je sais que l’Église est bâtie sur cette pierre; quiconque aura mangé l’agneau hors de cette maison, est un profane » (Lettre 15). D’après saint Jérôme, les fidèles pouvaient en toute sûreté suivre les enseignements pontificaux, car la chaire de Pierre gardait incorruptiblement l’héritage de la foi: « La sainte Église romaine, qui est toujours demeurée sans tache, demeurera encore dans tous les temps à venir ferme et immuable au milieu des attaques des hérétiques, et cela par une protection providentielle du Seigneur et par l’assistance du bienheureux Pierre (in: Mgr de Ségur: Le Souverain Pontife, in Œuvres complètes Paris 1874, t. III, p. 80).

St. Augustin (354 - 430) fit une interprétation très pertinente de Luc XXII, 32. Avant de la reproduire ici, signalons que le pape Léon XIII, après avoir mis en valeur les talents de chacun des Pères de l’Eglise, conclut en affirmant qu’"entre tous, la palme semble revenir à St. Augustin" (encyclique Aeterni Patris, 4 août 1879). L’évêque d’Hippone fut donc le plus grand des Pères de l’Église. Or il se prononça catégoriquement en faveur de l’infaillibilité permanente du pontife romain ! Voici son texte magistral: « Si, défendant le libre arbitre non selon la grâce de Dieu, mais contre elle, tu dis qu’il appartient au libre arbitre de persévérer ou de ne pas persévérer dans le bien, et que si l’on y persévère, ce n’est pas par un don de Dieu, mais par un effort de la volonté humaine, que machineras-tu pour répondre à ces paroles du Maître: «J’ai prié pour toi, Pierre, afin que ta foi ne défaille pas»? Oseras-tu dire que malgré la prière du Christ pour que la foi de Pierre ne défaille pas, cette foi eût défailli néanmoins, si Pierre avait voulu qu’elle défaillît, c’est-à-dire s’il n’avait pas voulu persévérer jusqu’à la fin? Comme si Pierre eût pu vouloir autre chose que ce que le Christ demandait pour lui qu’il voulût! Qui ignore que la foi de Pierre devait périr, si sa propre volonté, la volonté par laquelle il était fidèle, défaillait, et qu’elle devait demeurer jusqu’au bout, si sa volonté restait ferme? Mais puisque la volonté est préparée par le Seigneur, la prière du Christ pour lui ne pouvait être vaine. Quand il a prié pour que sa foi ne défaille pas, qu’a-t-il demandé en définitive, sinon qu’il ait une volonté de croire à la fois parfaitement libre, ferme, invincible et persévérante? Voilà comment on défend la liberté de la volonté, selon la grâce, et non contre elle. Car ce n’est pas par sa liberté que la volonté humaine acquiert la grâce, mais plutôt par la grâce qu’elle acquiert sa liberté, et pour persévérer, elle reçoit, en outre, de la grâce le don d’une stabilité délectable et d’une force invincible » (De la correction et de la grâce, livre VIII, ch. 17).

St. Cyrille d’Alexandrie (380 - 444), dans son Commentaire sur Luc (XXII, 32), expliqua que l’expression « confirme tes frères » signifiait que Pierre était le maître et le soutien de ceux qui venaient au Christ par la foi. Il commenta également l’évangile selon St. Matthieu. « D’après cette promesse (Tu es Petrus ...), l’Église apostolique de Pierre ne contracte aucune souillure de toutes les séductions de 1’hérésie (St. Cyrille, in: St. Thomas d’Aquin: Chaîne d’or sur Matthieu XVI, 18).

Citation :
Lettre " Retro maioribus " à l'évêque Rufus de Thessalie, 11 mars 422.

La prééminence du Siège romain

(Chap. 2).. Nous avons envoyé au synode (de Corinthe)... des directives écrites pour que tous les frères comprennent qu'on ne doit pas débattre à nouveau de ce que nous avons jugé. Jamais en effet il n'a été permis de traiter à nouveau de ce qui a été décidé une fois par le Siège apostolique.
Citation :
Lettre " Institutio " aux évêques de Thessalie, 11 mars 422.

La prééminence du Siège romain


(Chap. 1). L'institution de l'Eglise universelle naissante prit son départ dans le titre d'honneur du bienheureux Pierre en qui consiste son gouvernement et son couronnement. C'est de sa source en effet qu'a coulé la discipline dans toutes les Eglises, lorsque la vénération de la
religion croissait déjà. Les préceptes du concile de Nicée n'attestent rien d'autre ; il n'a pas osé en effet établir quelque chose au-dessus de lui, car il voyait que rien ne pouvait être placé au-dessus de son rang, et enfin il savait que tout lui était accordé par la parole du Seigneur. Cette (Eglise romaine) est donc avec certitude pour toutes les Eglises répandues par le monde entier comme la tête de ses membres ; si quelqu'un se sépare d'elle, qu'il soit éloigné de la religion chrétienne, puisqu'il a cessé de se trouver dans ce même assemblage.
Citation :
Lettre " Manet beatum " à Rufus et aux autres évêques de Macédoine, etc., 11 mars 422

La prééminence du Siège romain

Demeure au bienheureux apôtre Pierre, de par la parole du Seigneur, la sollicitude reçue de lui pour l'ensemble de l'Eglise, laquelle, comme il le sait, a été fondée sur lui selon le témoignage de l'Evangile. Et jamais une position d'honneur ne peut être exempte de soucis, puisqu'il est sûr que toutes choses dépendent de sa réflexion. ... Qu'il n'arrive pas aux prêtres du Seigneur que l'un d'entre eux tombe dans la faute de tenter quelque chose par une usurpation nouvelle, et qu'il devienne l'ennemi des décisions des anciens, alors qu'il sait qu'il a pour rival en particulier celui auprès de qui notre Christ a placé le souverain sacerdoce ; et quiconque se dresse pour l'outrager ne pourra être un habitant du Royaume des cieux. " A toi, dit-il, je donnerai les clés du Royaume des cieux " Mt 16,19 dans lequel nul n'entrera sans la faveur du portier.

Puisque le lieu l'exige, recensez s'il vous plaît les déterminations des canons, et vous trouverez quel est après l'Eglise romaine le deuxième siège, et quel est le troisième. ... Jamais personne n'a levé la main avec audace contre l'éminence apostolique dont il n'est pas permis de réviser le jugement, personne ne s'est dressé contre elle s'il ne voulait pas être jugé. Les dites grandes
Eglises observent les dignités par les canons : celles d'Alexandrie et d'Antioche (voir le 1er concile de Nicée, can. 6) ; car elles ont connaissance du droit de l'Eglise. Elles observent, dis-je, les décisions des anciens, en accordant leur bonne grâce en toutes choses comme ils reçoivent cette grâce en retour : celle dont ils savent qu'ils Nous la doivent dans le Seigneur qui est notre paix.
Mais puisque la chose le demande, on montrera par des documents que les Eglises des
Orientaux surtout, dans les grandes affaires qui rendaient nécessaire un débat de plus grande ampleur, ont toujours consulté le Siège romain et lui ont demandé aide chaque fois que cela était nécessaire.
(suivent des exemples d'appels et de requêtes dans l'affaire d'Athanase et de Pierre d'Alexandrie, de l'Eglise d'Antioche, de Nectaire de Constantinople et des Orientaux séparés au temps d'Innocent Ier.)
Citation :
Lettre " Quantum presbyterorum " à l'évêque Acace de Constantinople, 10 janvier

L'autorité des évêques romains et des conciles oecuméniques

(Par.3, Chap.2) Puisque la doctrine de nos prédécesseurs de sainte mémoire, contre laquelle il n'est pas permis de disputer, existe, et que quiconque pense de façon juste n'a donc pas besoin d'être enseigné par de nouvelles explications, mais que tout est clair et parfait par quoi
quelqu'un qui a été séduit par des hérétiques pourra être instruit, ou par quoi quelqu'un qui doit être planté dans la vigne du Seigneur pourra être enseigné, implore la foi du prince très clément et fais qu'il rejette le propos de tenir un synode...(6(3)) Je demande donc, frère
très cher, que l'on résiste de toutes les manières aux tentatives de gens scélérats de tenir un synode ; on n'en a jamais convoqué que lorsque dans des esprits faussés a surgi quelque chose de nouveau ou que quelque chose de douteux est apparu dans l'explication des dogmes : pour qu'à ceux qui en traitent en vue du bien commun, s'il existe une obscurité, l'autorité de la délibération des prêtres vienne apporter la lumière, comme a contraint de le faire l'impiété d'Arius d'abord, puis celle de Nestorius et enfin celle de Dioscore et d'Eutychès. Et il faut inculquer qu'il est exécrable - ce dont veuille nous préserver la miséricorde du Christ notre Dieu et Sauveur - de réhabiliter des condamnés contre les jugements des prêtres du Seigneur du monde entier et des deux princes régnants...
http://catho.org/9.php?d=bv1#cni

Citation :
Le concile de Chalcédoine, action ou session III, dans le compte-rendu adressé au pape Léon : " Nous vous en supplions donc, honorez notre jugement par votre suffrage, et de même que nous nous sommes conformés à notre chef en suivant vos instructions salutaires, ainsi faites-nous la grâce de satisfaire le légitime désir de vos enfants (Voir dans Labbe, Conc., t. IV, col. 837 et 838). "
Citation :
Le troisième concile général de Constantinople,
sixième œcuménique, action ou session IV. On y lut la lettre du pape Agathon aux empereurs Constantin Pogonat, Héraclius et Tibère où nous remarquons en particulier les passages suivants : " Saint Pierre a reçu du Rédempteur lui-même par une triple recommandation qui lui en a été faite, la charge de paître les brebis spirituelles qui composent son Eglise ; et c'est grâce à l'appui qu'il continue de lui prêter, que cette Eglise apostolique n'a jamais déviée par une erreur quelconque de la voie de la vérité ; aussi, de tout temps, toute l'Eglise catholique et les conciles généraux ont-ils fidèlement adhéré à son autorité comme à celle du prince de tous les apôtres, s'attachant à la suivre en tout, et tous les saints Père en ont embrassé et soutenu avec zèle la doctrine comme venant des apôtres, doctrine qui a fait la gloire de tous les docteurs qui ont brillé dans l'Eglise, tandis qu'elle a d'un autre côté fait le tourment des hérétiques, qui n'ont cessé de la décrier et de la calomnier. . . . Telle est la règle de la vraie foi, qu'a constamment suivie et ardemment défendue, tant dans la prospérité que dans l'adversité, l'Eglise apostolique de Jésus-Christ, mère spirituelle de ce pacifique empire, et qui par la grâce de Dieu tout-puissant ne peut être accusée de s'être jamais écartée du sentier de la tradition apostolique, ou de s'être laissée corrompre par les nouveautés hérétiques ; mais a conservé toujours pure la foi qu'elle a reçue des princes des apôtres ses fondateurs, selon la divine promesse de Jésus-Christ lui-même, qui a dit dans l’Evangile au premier de ses disciples : Pierre, Pierre, voilà que Satan vous a recherché pour vous cribler comme on crible le froment ; mais j'ai prié pour vous, afin que votre foi ne défaille point : lors donc que vous vous serez converti, ayez soin d'affermir vos frères (LUC, XXII, 31-32). Que votre auguste clémence veuille donc bien considérer que le maître et le Sauveur de tous, qui est l'auteur de la foi, et qui a promis que la foi de Pierre ne défaillira jamais, l'a averti d'affermir ses frères : charge dont se sont acquittés en toute circonstance avec courage, comme tout le monde le sait, les pontifes apostoliques mes glorieux prédécesseurs ; et quoique bien inférieur à leurs mérites je veux, puisque la grâce divine m'a appelé à leur succéder, m'acquitter à leur exemple de ce même ministère (Cf. LABBE, Conc., t. VI, col. 635 et 636). "

Citation :
PELAGE II : 26 novembre 579 + 7 février 590


Bien que ressorte clairement de la parole du Seigneur lui-même dans le saint Evangile où se trouve le fondement de l'Eglise, écoutons néanmoins ce qu'a déterminé le bienheureux Augustin en se souvenant de cette même parole. L'Eglise de Dieu est fondée, dit-il, sur ceux qui sont reconnus en raison de la succession des évêques, comme ayant présidé des Sièges apostoliques ; et quiconque s'est séparé de la communion ou de l'autorité de ces sièges, il est montré qu'il se trouve dans le schisme. Et après d'autres choses : " te tenant au-dehors, tu seras mort également pour le nom du Christ. Parmi les membres du Christ, souffre pour le Christ en étant attaché au corps ; combats pour la tête (Tu ne seras pas compté parmi les membres du Christ, souffre pour le Christ, en étant attaché au corps combats pour la tête).

Mais le bienheureux Cyprien lui aussi... dit entre autres choses ceci : " Le commencement procède de l'unité et le primat est donné à Pierre pour
qu'il soit montré que l'Eglise du Christ et la chaire font un "
; et pasteurs, tous le sont, mais le troupeau est montré comme étant un seul, ce troupeau qui doit être mené à la pâture par les apôtres dans un accord unanime.

Et peu après : " Celui qui ne tient pas cette unité de l'Eglise, croit-il qu'il tient la foi ? Celui qui déserte la chaire de Pierre sur laquelle est fondée l'Eglise Mt 16,18 et lui résiste, se flatte-t-il d'être dans l'Eglise ? "...

Ils ne peuvent pas demeurer avec Dieu, ceux qui n'ont pas voulu vivre de façon unanime dans l'Eglise de Dieu ; et même s'ils brûlent dans les flammes, s'ils exposent leur vie au bûcher et aux bêtes, ils n'obtiendront pas la couronne de la foi, mais le châtiment de leur mauvaise foi, ni la gloire finale, mais la mort du désespoir. Un tel homme peut être mis à mort, il ne peut recevoir la couronne "...

" Le crime du schisme est pire que le crime de ceux qui ont sacrifié ; ceux-ci du moins se soumettent à la pénitence de leur crime et implorent Dieu en acquittant pleinement les satisfactions requises. Ici on cherche l'Eglise et on lui adresse sa demande, là on combat l'Eglise. Ici celui qui a failli n'a nui qu'à
lui-même ; là celui qui s'efforce de faire un schisme entraîne avec lui beaucoup de gens dans l'erreur. Ici il n'y a de dommage que pour une
seule âme, là le péril est pour le grand nombre. Celui-ci, du moins, reconnaît qu'il a péché et pleure et se lamente ; celui-là s'enorgueillit de sa faute, se complaît dans son délit, sépare les enfants de la mère, détourne les brebis de leur pasteur, bouleverse les sacrements de Dieu, et alors que celui qui a failli n'a péché qu'une fois, celui-là pèche tous les jours. Enfin celui qui a failli, s'il obtient le martyr après coup, peut recevoir les promesses du Royaume ; celui-ci, s'il est mis à mort en dehors de l'Eglise, ne peut pas parvenir aux récompenses de l'Eglise. "
Denzinger

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 20:27

Bonsoir Arnaud,

Ne pourrait on pas penser que Eve dans la Genèse symboliserait par anticipation la naissance de l'Eglise à partir de Pierre ? Comme Eve a été tirée de la côte de Adam, l'Eglise est née de la foi de Pierre par l'action de l'Esprit Saint (qui fut insufflé dans les narines de Adam). Pierre représentant Adam par transposition du fait qu'il est le Vicaire du Christ (Jésus étant le Nouvel Adam) Et l'Eglise représenterait Eve par transposition ayant Marie pour Mère (Marie étant la nouvelle Eve). Je ne sais pas ce que vaut ce raisonnement ?

Ainsi on pourrait penser que de même que le péché de Adam a été communiqué à l'ensemble de l'humanité, de même la foi de Pierre a été communiquée à l'ensemble de l'Eglise du Christ pour lui permettre de rester unie et fidèle au Christ, d'où l'infaillibilité pontificale et l'universalité de l'Eglise catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Hillel31415



Masculin Messages : 3484
Inscription : 08/04/2013

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 20:47

Arnaud une primauté d'honneur n'a rien à voir avec la primauté que le pape a en se réclamant de Pierre. La primauté de l'evèque de Rome est du simplement au fait qu'il était eveque de la plus grande ville du monde de l'époque. Cet eveque aurait déménagé dans un village il n'aurait été plus rien du tout. C'est d'ailleurs pour cela que la primauté d'honneur était réservé à une ville et non à un homme.

Augustin lui meme ne tiens meme pas compte de l'existence de l'eveque de Rome, c'est dire!

Citation :
Ce pieux docteur, l’honneur et la gloire de l’Église catholique, était secrétaire au Concile de
Milève1 Dans le début de cette assemblée on trouve des mots significatifs: «Quiconque veut en appe-
ler à ceux qui habitent au-delà de la mer ne sera reçu en communion dans aucune Église en Afrique.»
Les évêques d’Afrique reconnaissaient si peu l’évêque de Rome, qu’ils frappaient d’excommunica-
tion ceux qui voulaient avoir recours à lui.
CQFD

La succession dont vous parlez est celle des évèques de Rome mais ils n'étaient en rien reconnu comme pape en fonction et autorité. Pas plus que Pierre n'a eu une autorité papale sur les autres apotres.

Les Pères de l'église ne connaissent pas l'interprétation, la récupération devrais je dire, qui est faite aujourd'hui des versets: tu es Pierre et sur cette pierre...
Par conséquent la papauté est bien une invention inconnue par les chrétiens des premiers siècles.
Il n'y a pas de succession papale puisque le concept était inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 20:54

Nier l'autorité de Pierre, n'est-ce pas mettre en doute la parole de Jésus ? Il a été très clair en s'adressant à Pierre: "Je te donnerai les clés du Royaume. Tout ce que tu lieras ou délieras sur Terre sera lié ou délié au ciel. Confirme tes frères, pais mes brebis." Je doute fort que ce soit des paroles en l'air.
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2567
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 21:35

Simon1976 a écrit:
Nier l'autorité de Pierre, n'est-ce pas mettre en doute la parole de Jésus ? Il a été très clair en s'adressant à Pierre: "Je te donnerai les clés du Royaume. Tout ce que tu lieras ou délieras sur Terre sera lié ou délié au ciel. Confirme tes frères, pais mes brebis." Je doute fort que ce soit des paroles en l'air.
Mais il a dit exactement pareil aux autres Apotres !!!, ça n'est pas propre à Pierre !!
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 21:37

Oui, il dit en gros la même chose aux autres (Mt 18, 18) mais il a des paroles spécifiques à Pierre.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 21:40

Philippe B. a écrit:
Bonsoir Arnaud,

Ne pourrait on pas penser que Eve dans la Genèse symboliserait par anticipation la naissance de l'Eglise à partir de Pierre ? .
Non, plutôt la naissance de l'Eglise à partir du côté du Christ.Thumright Pierre n'y peut rien.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 23:24

St. Irénée de Lyon, (v.130 - v. 208) loua « l’Église très grande, très ancienne et connue de tous, que les deux très glorieux apôtres Pierre et Paul fondèrent et établirent à Rome

Ca c'est inexact. Voir les Actes des Apôtres. L'Eglise de Rome existait avant la venue de Paul (sûr) et de Pierre (à prouver).
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28499
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Mer 14 Aoû 2013, 23:29

Dans le cas de Pierre, son tombeau est à la basilique qui porte son nom, donc tout semble indiquer qu'il était à Rome.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12272
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Jeu 15 Aoû 2013, 10:04

Simon1976 a écrit:
Dans le cas de Pierre, son tombeau est à la basilique qui porte son nom, donc tout semble indiquer qu'il était à Rome.
Non! Il s'agit d'une tradition orale. Jamais démontrée de manière certaine bien qu'on ait trouvé dans les catacombes un glyphe qui semble indiquer le mot "pétrus".

Dans son épitre aux Romains Paul indique très clairement qu'une communauté chrétienne existait avant sa première venue et qu'il ne s'était pas encore présenté d'occasion de venir la visiter. De plus cette communauté semblait être déjà organisée puisqu'en finale de son épitre Paul en salue les différents responsables. Dans le commentaire de la BJ (bible officielle de l'ECAR) il est dit page 1619 que Paul n'a pas fondé l'église de Rome et qu'il est "médiocrement" informé sur son compte. Donc ni Paul ni Pierre n'ont fondé l'église de Rome. Tout au plus ont-ils pu confirmer tel ou tel dans la fonction d'évêque (si tant est que Pierre soit vraiment venu à Rome). Quoi qu'il en soit rien n'indique que Pierre fut institué premier évêque de Rome (alors qu'il est bien comme les autres Apôtres tête de l'Eglise Universelle).
Revenir en haut Aller en bas
Julie



Féminin Messages : 669
Inscription : 26/05/2012

MessageSujet: Re: L'Infaillibilité papale   Jeu 15 Aoû 2013, 17:54

Simon1976 a écrit:
Oui, il dit en gros la même chose aux autres (Mt 18, 18) mais il a des paroles spécifiques à Pierre.
salut  Oui en lisant la bible ont peut faire ce constat !
Revenir en haut Aller en bas
http://forumcatholique.forum-canada.com
 
L'Infaillibilité papale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’infaillibilité papale en question
» Infaillibilité papale
» L'Infaillibilité papale
» Infaillibilité Papale dans Ordinatio Sacerdotalis ?
» L'infaillibilité du Pape...Est ce sur?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: