DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 vicka de Medjugorje : quelques interview intéressantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: vicka de Medjugorje : quelques interview intéressantes    Mar 30 Juil 2013, 11:55

Source : http://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/07/medjugorje-348-pages.pdf

Vicka sur le Carême

Vicka sur le Carême, paroles recueillies par un pélerin :
"Bien souvent, nous voyons le Carême comme un temps où l'on fait des sacrifices et où
l'on s'exerce au renoncement en abandonnant café, alcool, chocolat, cigarette, télévision,
ou ce à quoi nous sommes le plus attachés.
Mais nous devons renoncer à ces choses par amour pour Jésus et Marie et veiller à ne pas
en tirer une gloire personnelle. Souvent, nous attendons avec impatience la fin des 40
jours pour pouvoir reprendre de l'alcool, rebrancher la télévision, etc..., mais là n'est
pas la bonne manière de vivre le Carême !
Certes, la Sainte Vierge nous demande des sacrifices, mais elle nous le demande toujours,
pas seulement pendant le Carême. Pendant le Carême, nous devons offrir à Dieu tous nos
désirs, nos croix, nos maladies, nos souffrances, afin de pouvoir marcher avec Jésus,
cheminer avec lui vers le Calvaire. Nous devrions avoir à coeur de l'aider à porter sa croix
et aussi lui demander : "Seigneur, comment puis-je t'aider ? Que puis-je t'offrir ?" Car
c'est pour nous tous qu'il porte sa croix. Je ne dis pas qu'il n'est pas capable de porter sa
croix, mais quand on se joint à lui du fond du coeur, alors cela devient une chose très
belle. Je ne m'adresse pas à lui seulement quand j'ai besoin de lui, mais je marche avec lui
quand il a le plus besoin de moi, quand il souffre pour nous. 166
Très souvent, quand nous avons une croix que nous pourrions lui offrir, nous prions au
contraire ainsi :
"Seigneur, je t'en prie, enlève-moi cette croix, c'est trop lourd, je ne peux pas ! Pourquoi
cette croix tombe sur moi et pas sur quelqu'un d'autre ?" Non ! Ce n'est pas ainsi que
nous devons prier. La Gospa nous dit que nous devrions plutôt dire : "Seigneur, je te
remercie pour cette croix, merci pour le grand don que tu me fais !"
Très rares sont ceux qui comprennent la grande valeur de la croix et la grande valeur du
don que sont nos croix quand elles sont offertes à Jésus. Nous pouvons tant apprendre à
travers ce don d'une croix !
En ce temps de Carême, nous devons comprendre par le coeur combien Jésus nous aime
et nous devrions marcher à ses côtés avec un immense amour, et essayer d'être unis à lui
dans sa Passion.
Tel est le sacrifice qu'il attend de notre part. Marchons donc ainsi et alors, lorsque le jour
de Pâques arrivera avec la Résurrection, nous ne regarderons pas la
Résurrection de l'extérieur, mais nous ressusciterons aussi avec Jésus. Car nous serons
devenus libres intérieurement, libres de nous-mêmes et libres de nos attachements. Ceci
n'est-il pas merveilleux ? Nous serons capables de vivre son amour et sa résurrection
à l'intérieur de nous-mêmes !
Chaque croix reçue a une raison d'être. Dieu ne nous donne jamais une croix sans raison,
sans signification. Il sait à quel moment il va nous enlever cette croix.
Lorsque nous avons une souffrance, remercions Jésus pour ce don et disons-lui aussi : "Si
tu as un autre cadeau pour moi, je suis prêt. Mais d'abord, je te supplie de me donner ta
force, ainsi j'aurai le courage de porter ma croix et d'aller de l'avant avec toi, Seigneur !".
Je me souviens de la manière dont la Gospa m'a parlé de la souffrance lorsqu'elle me dit :
"Si vous saviez la grande valeur de la souffrance !" Cela est vraiment une très grande
chose ! Et après, le reste dépend entièrement de nous et de notre disposition de coeur.
Tout va dépendre de notre "oui" à Jésus. Il faut toute une vie pour apprendre cela et aller
de l'avant. Chaque matin, lorsque nous nous réveillons, nous pouvons commencer notre
journée avec Dieu. La Gospa ne nous demande pas de prier toute la journée mais de
mettre la prière à la première place, de mettre Dieu à la première place puis de réaliser
nos travaux et aller de l'avant dans tous les domaines de notre vie, visiter les malades, etc.
Lorsque nous faisons un acte de charité sans prier, cela n'est pas valable. De même,
lorsque nous prions mais n'agissons pas d'une manière charitable, cela n'est pas valable
non plus. Ces deux choses, prière et charité, marchent toujours ensemble.
Et ainsi, jour après jour, nous allons de l'avant !" (Fin des paroles de Vicka) 167
Interview avec Vicka Ivankovic, janvier 2002

Question : Vicka, comment vois-tu ce chemin du mariage que tu as choisi ?

Vicka : Regarde ! A chaque fois que Dieu nous appelle, nous devons être prêts du fond du
coeur à répondre à cet appel. J'ai essayé de répondre à cet appel. J'ai essayé de répondre
à l'appel de Dieu en transmettant les messages pendant 20 ans. Je l'ai fait pour Dieu,
pour la Sainte Vierge. Durant ces 20 ans je l'ai fait seule, et rien ne va changer si ce n'est
que maintenant je le ferai à travers une famille. Dieu m'appelle à fonder une famille, une
famille sainte, une famille pour Dieu. Tu sais, j'ai une grande responsabilité devant les
gens. Ils cherchent des modèles, des exemples à suivre. Alors je voudrais dire aux jeunes :
n'ayez pas peur de vous engager dans le mariage, de choisir ce chemin du mariage ! Mais,
pour avoir un chemin sûr, que ce soit ce chemin-là ou un autre, le plus important c'est de
mettre Dieu à la première place dans votre vie, de mettre la prière à la première place, de
commencer votre journée avec la prière et de la finir avec la prière. Un mariage où l'on
ne prie pas, c'est sûr, ce mariage-là ne dure pas, il est vide. Là où il y a l'amour, il y a tout.
Mais il faut souligner une chose ; l'amour : oui ! Mais quel amour ?
L'amour pour Dieu d'abord, ensuite l'amour envers la personne avec laquelle vous allez 168
habiter. Et après, sur le chemin de la vie, il ne faut pas attendre du mariage que ce soit la
vie en rose, que tout soit facile... Non ! Lorsque arrivent des occasions de
sacrifices, de petites pénitences, il faut toujours les offrir au Seigneur de tout coeur ;
chaque jour, remerciez le Seigneur pour tout ce qui est arrivé dans la journée. C'est
pourquoi je dis : chers jeunes, chers nouveaux couples, n'ayez donc pas peur ! Faites de
Dieu la personne principale de votre famille, le Roi de votre famille, mettez-le à la
première place, et alors il vous bénira - non seulement vous-mêmes, mais aussi
tous ceux qui vous approcheront.

Après ton mariage, habiteras-tu encore à Medjugorje ?

Vicka : J'habiterai à quelques kilomètres d'ici mais je crois bien que, presque tous les
matins, je retrouverai mon poste ! (= l'escalier de la maison bleue.) Je n'ai pas à changer
de mission, je sais bien où se trouve ma place ! Mon mariage ne va rien changer à cela.

Que peux-tu nous dire sur Marijo (prononcez : Mario), que tu vas épouser le 26 janvier ?

Vicka : Il est difficile pour moi d'en parler. Mais il y a entre nous une chose sûre : la
prière. C'est un homme de prière. C'est un homme bon, capable. C'est un homme
profond, ce qui est très beau. Et puis, notre relation ensemble est très bonne. Il y a
vraiment de l'amour entre nous ; alors après, petit à petit, on va construire.

Vicka, comment une fille peut-elle savoir quel garçon épouser ? 169

Vicka : Tu sais, avec la prière c'est sûr, le Seigneur et la Vierge sont prêts à te répondre. Si
tu demandes dans la prière quelle est ta vocation, le Seigneur te répondra sûrement. Tu
dois avoir de la bonne volonté. Mais il ne faut pas se précipiter. Ne pas aller trop vite et se
dire en voyant le premier garçon : "Ce garçon est pour moi". Non, il ne faut pas faire
ainsi ! Il faut y aller doucement, prier et attendre le moment de Dieu. Le moment juste. Il
faut être patient et attendre que ce soit lui, Dieu, qui t'envoie la personne juste. La
patience est très importante. Nous avons tous tendance à perdre patience, nous allons
trop vite et après, lorsque nous nous sommes trompés, nous disons : "Mais pourquoi
Seigneur ? Cet homme n'était pas vraiment pour moi". C'est sûr, il n'était pas pour toi,
mais il fallait être patiente. Sans patience et sans prière, rien ne peut marcher.
Aujourd'hui nous devons être beaucoup plus patients, plus ouverts, pour répondre à ce
que désire le Seigneur.
Si l'un ou l'autre a peur de changer de vie et se dit :
"Oh, je suis bien plus tranquille seul", il garde ainsi une peur en lui-même. Non ! Il faut
d'abord nous libérer de tout ce qui nous trouble au fond de nous mêmes, et alors nous
pourrons faire ce que veut le Seigneur. Nous ne pouvons pas demander une grâce et
dire : "Seigneur, donne-moi cette grâce" alors que nous avons un grand blocage
intérieur ; cette grâce ne nous arrivera jamais, parce qu'à l'intérieur nous ne sommes pas
encore prêts. Le Seigneur nous a donné la liberté, il nous a donné aussi une bonne
volonté, alors nous devons nous libérer de nos blocages.
Après, cela dépend de nous d'être libres ou non. Nous avons tous tendance à dire :
"Dieu par-ci, Dieu par-là, fais ceci, fais cela"... Dieu agit, c'est sûr ! Mais moimême,
je dois lui prêter main forte et avoir de la volonté. Je dois dire : "Je le veux, alors je le
fais". 170

Vicka, as-tu demandé l'avis de la Vierge pour ton mariage ?

Vicka : Mais tu vois, je suis comme les autres, le Seigneur m'a donné la possibilité de
choisir. Je dois choisir avec tout mon coeur. Ce serait trop commode que la Sainte Vierge
nous dise : "Fais ceci, fais cela". Non, elle n'utilise pas ce moyen. A nous tous Dieu a
donné de grands dons, afin de pouvoir comprendre au-dedans de nous ce qu'il a en
réserve pour nous. (Vicka n'a pas posé la question de son mariage à la Gospa car, dit-
elle : "Je ne lui pose jamais de question pour moi-même.")

Vicka, pour beaucoup de célibataires consacrés, tu représentais un peu leur "modèle" à
Medjugorje. Ils te voient maintenant te marier, as-tu quelque chose à leur dire ?
Tu vois, durant ces 20 ans, Dieu m'a appelée à être un instrument dans ses mains de cette
manière (célibataire). Si je représentais un "modèle" pour ces gens, aujourd'hui rien ne
change ! Je ne vois pas la différence ! Si l'on prend quelqu'un en exemple, il faut aussi le
laisser répondre à l'appel de Dieu. Si Dieu veut maintenant m'appeler à une vie de
famille, de famille sainte, c'est que Dieu veut ce modèle-là, et je dois répondre à cela.
Pour notre vie, nous ne devons pas regarder ce que fait l'un ou l'autre autour de nous,
mais regarder en nous-même et trouver en nous-mêmes ce à quoi Dieu nous appelle. Il
m'a appelée à vivre 20 ans de cette manière, maintenant il m'appelle à autre chose et je
dois le remercier. Il me faut lui répondre aussi pour cette autre partie de ma vie. 171
Aujourd'hui Dieu a besoin d'exemples de bonnes familles, et je crois que la Sainte Vierge
veut faire de moi un exemple de cette manière-là, maintenant.
L'exemple, le témoignage que le Seigneur attend que nous donnions, ce n'est pas en
regardant les autres qu'on le trouvera mais en écoutant, chacun pour sa part, l'appel
personnel de Dieu. Voilà le témoignage que nous pouvons donner !
Nous ne devons pas rechercher notre propre satisfaction ni faire ce que nous avons
envie de faire. Non, il faut vraiment faire ce que Dieu veut que nous fassions.
Nous sommes parfois très attachés à ce qui nous plaît, et nous regardons trop peu ce qui
plaît au Seigneur. Ainsi, nous pouvons vivre toute une vie, laisser passer le temps, et
s'apercevoir au tout dernier moment que nous nous sommes trompés. Le temps est passé
et nous n'avons rien fait.
Mais c'est aujourd'hui que Dieu te donne des yeux dans ton coeur, des yeux dans ton
âme, pour pouvoir voir et ne pas perdre ton temps.
Ce temps est un temps de grâce, mais c'est un temps où il faut faire des choix et être
chaque jour plus décidés sur le chemin que nous choisissons. 172




Interview avec Vicka Ivankovic

"Prions pour les Jeunes"

Journaliste : Marijan Sivric

La voyante Vicka Ivankovic retient tout particulièrement l'attention des pèlerins.
Chacun veut la saluer et se confier par elle à la Gospa.

Nous l'avons rencontrée au passage pendant la "Marche de la Paix " en lui demandant
comment elle se sentait :

Vicka Ivankovic: On ne peut pas décrire ce jour avec des mots. C'est magnifique et si beau
de marcher à côté du Saint Sacrement, en priant le chapelet et en chantant.

GLAS MIRA: Comment vous sentez-vous après 15 ans d'apparitions ?

Vicka Ivankovic: Super. Comme le premier jour. La Gospa nous dit de prier pour les
jeunes , pour les familles et pour la paix. Elle nous dit que nos jeunes sont aujourd'hui
dans une situation très difficile, et qu'il faut prier tout particulièrement pour eux. Elle
souligne aussi que nous devons prier pour la réalisation de son plan.

G. M.: Quel est ce plan ?

Vicka Ivankovic: Elle n'a encore rien dit. Nous verrons. 173

G. M.: Vous n'avez pas encore reçu le dixième secret ?

Vicka Ivankovic: Non. Je n'en ai reçu que neuf jusqu'à présent.

G. M.: Pour quand est-ce que vous attendez le dixième secret ?

Vicka Ivankovic: La Gospa ne m'a rien annoncé. J'attends.

G. M.: Vous avez donc encore les apparitions quotidiennes ?
Vicka Ivankovic: Oui. La Gospa m'apparaît chaque jour. Parfois sur la Colline, parfois
dans l'église, parfois à la maison, cela dépend de l'endroit où je me trouve.

G. M.: Quelles sont les prières que les pélerins adressent le plus souvent?
Vicka Ivankovic: Les gens prient ordinairement pour leurs propres intentions, et je leur
recommande en passant de prier aux intentions de la Gospa, de prier le chapelet pour la
Paix.

G. M.: Comment et dans quelle mesure sont acceptés les messages de la Gospa ?

Vicka Ivankovic: La Gospa me dit qu'Elle a encore beaucoup de messages pour nous,
mais qu'Elle ne peut pas les donner tous, puisque ceux qu'Elle a donnés ne sont pas
accueillis comme Elle l'avait demandé.

G. M.: Qu'est-ce que la Gospa demande?

Vicka Ivankovic: Elle demande que nous acceptions les messages avec le coeur et que
nous les vivions.
Souvent nous acceptons le message, nous commençons à le vivre, mais nous nous
fatiguons vite et nous restons les mêmes. La Gospa nous demande de vivre ses messages
un peu chaque jour et d'avancer dans la vie.

G. M.: Est-ce la raison pour laquelle Elle apparaît si longtemps à Medjugorje ?

Vicka Ivankovic: Je ne sais pas. Nous lui avons demandé il y a longtemps jusqu'à quand
Elle allait apparaître, et Elle a répondu : "Est-ce que je vous ennuie?" Après cela, nous ne
lui avons plus redemandé.
GLAS MIRA MEDJUGORJE, 1996 174

Témoignage de Vicka – 18 Février 2011 (LATE SHOW" / IRLANDE)
Voici quelques extraits du passage de Vicka à l'émission "Late, late Show", à la télévision
irlandaise, le vendredi 18 février 2011

VICKA : Je suis très heureuse d'être ici parmi vous. Je suis heureuse parce que je peux
vous donner, à tous, le message de Notre Dame.
TUBRIDY (l'animateur) : A quoi ressemble-t-Elle ?

VICKA : Avant qu'Elle n'arrive, il y a trois flashs de lumière. Elle porte une robe grise avec
un voile blanc, Elle a les cheveux noirs, les yeux bleus, et Elle se tient sur un nuage gris.
Pour les grandes occasions comme Noël, Pâques et les Anniversaires, Elle porte des
vêtements d'or, et pour Noël, Elle vient avec l'Enfant-Jésus.
Pour le Vendredi Saint, Elle vient avec Jésus adulte. Il saigne et il porte la couronne
d'épines.
Notre Dame nous a dit qu'Elle venait avec Jésus adulte car Elle voulait que nous
réalisions à quel point Jésus a souffert.

VICKA : (Vicka dit ensuite à quel point Notre Dame est belle. Elle dit également que
Notre Dame a expliqué qu'Elle était belle parce qu'Elle aimait, et que cette beauté venait
de l'intérieur de nos cœurs).
Notre Dame dit que nous sommes trop préoccupés par la beauté extérieure et que nous
oublions la beauté la plus importante qui est la beauté de notre âme et la beauté de notre
cœur.

TUBRIDY : Pourquoi Notre Dame vous apparaît-Elle à vous et à vos amis ? 175

VICKA : Un jour, j'ai demandé à Notre Dame : "Pourquoi nous as-tu choisis ?" Elle a
répondu que ce n'était pas sa volonté, qu'Elle ne nous avait pas choisis, que c'était Dieu
qui nous avait choisis.

TUBRIDY : L'animateur pose une question sur les secrets.

VICKA : J'ai reçu neuf secrets. Je peux seulement parler du troisième, qui a déjà été
révélé, et qui dit que Notre Dame laissera un signe visible sur le Mont Podbrdo.

TUBRIDY : Avez-vous reçu des grâces ? Certaines sont peut-être des fardeaux ?

VICKA : Dieu nous donne différentes grâces et c'est à nous d'accepter ces grâces. Et dans
mon cas, la souffrance est un grand don que Notre Dame m'a fait. Je sais que vous vous
demandez comment cela peut être un don, mais Elle m'a dit que c'était un grand don.
Avant que nous puissions accepter ce don nous devons nous détacher de nous-mêmes.
Tout ce que nous devrions demander à Dieu, c'est la force d'avancer.
Notre Dame nous a déjà dit que la maladie avait beaucoup de valeur aux yeux de Dieu.

TUBRIDY : Est-ce que Notre Dame vous a montré le Ciel ?

VICKA : Un jour, Jakov et moi étions chez lui, et Notre Dame nous a dit que nous allions
voir le Ciel, le Purgatoire et l'Enfer...
Notre Dame m'a prise avec son bras droit et Jakov avec son bras gauche, et Elle nous a
emmenés avec Elle. Le toit de la maison s'est ouvert et, en une seconde, nous étions au
Ciel...
L'espace était très grand, il y avait une lumière qui n'existe pas sur la terre. Les gens
étaient tous pareils, personne n'était gros ou maigre... Ils priaient, chantaient et de petits
anges volaient dans le ciel.

TUBRIDY : Que dites-vous aux gens qui ne croient pas ?

VICKA : Je ne suis pas venue ici pour forcer les gens à croire. Je suis ici pour vous parler
de mon expérience, pour témoigner de ce que j'ai vécu, et c'est à vous de croire. 176
Interview de Vicka – 2 janvier 2008 (Radio Maria)
Un extrait de l'interview que Vicka a accordée à "Radio Maria Italie" le 2 janvier 2008.
Le père Livio interroge la voyante sur la souffrance ainsi que sur d'autres sujets
importants (Source : Medjugorje on line).

VICKA : (...) souffrir ne peut pas être expliqué. Souffrir peut simplement être vécu dans
notre propre cœur. Quand le Seigneur nous donne une souffrance, une croix, une
douleur, c'est vraiment un grand don que Dieu nous fait.
Nous pensons souvent : "Comment la maladie peut-elle être un don ?" Mais c'est un
grand don ! Dieu seul sait pourquoi il donne ce don, et lui seul sait pourquoi il le retire à
tel moment. Mais il est de notre ressort de décider d'être prêts à accepter ce don.
La Vierge nous a souvent dit que lorsque ce don nous est fait, nous posons toujours des
milliers de questions, et elle nous dit de cesser de poser des questions. Il suffit de dire :
"Mon Dieu, je te remercie pour ce don, parce que tu as encore quelque chose que tu veux
me donner, et je suis prêt à le recevoir. Je te demande simplement ta force et ton courage
afin que je puisse continuer".
Et la Vierge nous a dit également : "Vous ne savez pas à quel point la souffrance a de la
valeur aux yeux de Dieu". Je vous dis ce dont je suis capable à travers ma souffrance... ma
souffrance est un don... Je ne suis pas en train de dire que nous sommes toujours prêts à
100% à embrasser la souffrance, mais j'ai un grand désir, une grande joie, de souffrir
quelque chose pour la Vierge et pour Jésus. Il n'y a rien que je ne voudrais souffrir pour
eux.
La Vierge peut me dire : "Vicka, fais ceci, fais cela"... j'attends avec tout mon cœur, et avec
les bras ouverts. Parce que je veux répondre à cela, à tout le bien que la Vierge m'a donné,
et avec ma souffrance - aussi petite soit-elle - je peux répondre à son amour. 177
Et je vous dis donc, chers auditeurs, quand vous souffrez, et aujourd'hui il y a différentes
sortes de souffrances : il y a la souffrance que Dieu donne et la souffrance que nous nous
créons nous-mêmes, et ce sont là deux choses différentes. Elles n'ont pas la même valeur.
Nous devons essayer d'accepter celle que Dieu veut et nous devons le remercier, et quand
quelqu'un le remercie pour ce grand don, alors les grâces et les fruits et tout le reste
viennent plus vite. Et alors nous ne pouvons pas dire : "Je souffre. J'ai mal". Dieu le sait :
accepte le, n'en parle pas. Celui qui peut encore parler ne souffre pas. La souffrance doit
être vécue dans notre âme et dans notre cœur.

PADRE LIVIO : Je crois me rappeler qu'en plusieurs occasions, la Vierge a demandé de
sourire malgré la souffrance.

VICKA : Certainement, et cela aussi est merveilleux. Parce que quand tu souris malgré la
souffrance, c'est parce que tu l'as acceptée et que tu appartiens totalement à Dieu et après
cela tu ne t'aperçois même plus de la souffrance, mais tu ressens de la joie, parce que
comme tu souffres avec joie, il n'y a plus de tension; il n'y a rien qui te fatigue, tu te sens
très heureux.
Mais cette joie ne vient pas de quelque chose d'extérieur, ça vient de l'intérieur de toi, de
ton cœur. Et tu ressens une impulsion, chaque jour ça devient plus fort, et tu ne sens plus
du tout la lourdeur.
Je ne sens aucune lourdeur, je ressens une joie si forte que je veux faire plus pour la
Vierge, souffrir plus, et tu sens la souffrance mais il y a une grande joie, il y a l'amour,
parce que tu souffres, tu portes la souffrance avec amour.


PADRE LIVIO : C'est formidable pour toi mais la réalité est tout autre, c'est-à-dire que
ceux qui découvrent que la douleur est un don sont relativement peu nombreux alors que
la grande majorité des gens demandent la guérison quand ils sont malades, et, dans leur
désespoir, ils vont même aux mauvaises adresses : diseuses de bonne aventure,
astrologues, guérisseurs...
La Vierge nous a dit au contraire comment obtenir des guérisons : "Pour la guérison des
malades, une foi ferme est nécessaire ainsi que la persévérance dans la prière
accompagnées par le jeûne et les sacrifices. Je ne peux pas aider ceux qui ne prient pas et
n'offrent pas de sacrifices" (le 18 août 1982). Donc, afin d'obtenir la guérison, il y a tant
de mères qui veulent cette guérison pour leurs enfants, que doit-on faire ?

VICKA : Bien, je vais seulement expliquer un petit peu. Dieu est toujours prêt à donner la
guérison. Mais pour Dieu ce n'est pas si facile de nous envoyer ce don car il y a des
problèmes. Quels sont ces problèmes ? Très souvent quand il y a des difficultés ou des
souffrances concernant nos enfants, un mari ou l'un de nos voisins, nous supplions Dieu
avec beaucoup d'énergie de guérir leur souffrance, nous sommes prêts à accepter
n'importe quoi, à faire n'importe quoi, à nous mettre à genoux, à prier pendant des
heures... mais seulement pour ce moment précis.
La Vierge est également disposée à nous accorder la grâce que nous demandons. Et
souvent la grâce est donnée afin de montrer à la personne que Dieu est proche. Mais la
Vierge nous a également dit qu'il ne fallait pas jouer avec ces grâces. Elle nous a dit qu'il y
avait des gens qui, après avoir obtenu un miracle, devenaient pire qu'avant, et quand ils
prient pour obtenir une nouvelle grâce spéciale, ils prient en s'attendant à être exaucés 178
une seconde fois. Ils se disent : "Tu m'as donné hier, donc tu dois me donner encore
aujourd'hui". De cette manière nous commençons à jouer avec les grâces de Dieu.
Déjà la Vierge nous a dit : "Il n'y a pas de problème avec les grâces. Je suis prête à les
accorder. A travers mon Fils je peux prier pour obtenir ces dons et les donner. Mais le
problème vient de votre cœur. Vous demandez tous la guérison de vos corps, mais trop
peu demandent la guérison du coeur. Quand votre cœur commence à guérir, alors votre
corps commence à guérir".
Nous demandons souvent les choses dont nous avons besoin d'une manière qui est
mauvaise. Nous demandons en pensant que Dieu devrait toujours répondre à nos
prières : "Aujourd'hui, la Vierge doit me donner ceci, sinon je ne prierai plus". Mais c'est
là du commerce. C'est acheter et vendre des choses.
Si tu veux prier, prie. Si tu ne veux pas prier, ne prie pas. Il n'y a pas de problème.
Personne ne te l'impose, en disant : tu dois faire ça... non, non. Dieu t'a donné l'entière
liberté.
Et une autre chose : il est certain que nous devons prier pour notre foi, pour avoir une foi
vivante. Nous devrions prier chaque jour pour ce don, et ce don grandira dans nos cœurs.
Notre foi ne devrait pas se résumer aux mots, mais devrait être notre vie, et nous devons
rechercher et demander la foi dans nos vies, avec foi.
Et, chaque jour, quand nous prions pour la foi, elle grandit, et après nous aurons un
trésor dans nos cœurs... nos cœurs seront guéris. Nous ne serons pas guéris avant d'avoir
fait cela.
Il est inutile d'aller voir les astrologues, les guérisseurs, les Médiums... en allant voir ce
genre de personnes, il est clair que tu ne crois pas en Dieu. Dieu ne permet pas cela,
d'aller voir ces guérisseurs et ces médiums. Les seuls à pouvoir donner des grâces de
guérisons sont Dieu et la Vierge. Vous pouvez aller chercher de l'aide n'importe où mais
vous reviendrez toujours au point de départ.
Le seul qui peut vous donner la guérison, la joie et la paix est le Christ, qui vous attend.

PADRE LIVIO : Bien évidemment, si la Vierge nous guérissait sans que nous soyions
convertis, alors nous utiliserions la guérison pour continuer à pécher.

VICKA : Oh oui, cela est certain. La Vierge nous a expliqué un jour qu'actuellement, tout
ce qui était normal avant n'est plus normal, et tout ce qui était considéré comme anormal
est devenu normal. Nous procédons ainsi, nous avons fait ce mélange nous-mêmes. Dieu
n'a rien à voir avec cela, et Dieu a donné aux hommes une chance de leur démontrer ce
qu'il peut faire maintenant, aujourd'hui, afin de remettre les choses à l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
uiop



Masculin Messages : 164
Inscription : 21/01/2013

MessageSujet: Re: vicka de Medjugorje : quelques interview intéressantes    Mar 30 Juil 2013, 12:03

MJJ j' y sens pas!

ça fait bizarre tous ces secrets!

quand DIEU parle c 'est pas avec des secrets, c 'est direct et c' est JESUS qui a tout dit!:sts: 

mon avis seulement.

uiop
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: vicka de Medjugorje : quelques interview intéressantes    Mar 30 Juil 2013, 13:14

Source : http://maranathajesus.files.wordpress.com/2013/07/medjugorje-348-pages.pdf

Vicka sur le Carême

Vicka sur le Carême, paroles recueillies par un pélerin :
"Bien souvent, nous voyons le Carême comme un temps où l'on fait des sacrifices et où
l'on s'exerce au renoncement en abandonnant café, alcool, chocolat, cigarette, télévision,
ou ce à quoi nous sommes le plus attachés.
Mais nous devons renoncer à ces choses par amour pour Jésus et Marie et veiller à ne pas
en tirer une gloire personnelle. Souvent, nous attendons avec impatience la fin des 40
jours pour pouvoir reprendre de l'alcool, rebrancher la télévision, etc..., mais là n'est
pas la bonne manière de vivre le Carême !
Certes, la Sainte Vierge nous demande des sacrifices, mais elle nous le demande toujours,
pas seulement pendant le Carême. Pendant le Carême, nous devons offrir à Dieu tous nos
désirs, nos croix, nos maladies, nos souffrances, afin de pouvoir marcher avec Jésus,
cheminer avec lui vers le Calvaire. Nous devrions avoir à coeur de l'aider à porter sa croix
et aussi lui demander : "Seigneur, comment puis-je t'aider ? Que puis-je t'offrir ?" Car
c'est pour nous tous qu'il porte sa croix. Je ne dis pas qu'il n'est pas capable de porter sa
croix, mais quand on se joint à lui du fond du coeur, alors cela devient une chose très
belle. Je ne m'adresse pas à lui seulement quand j'ai besoin de lui, mais je marche avec lui
quand il a le plus besoin de moi, quand il souffre pour nous. 166
Très souvent, quand nous avons une croix que nous pourrions lui offrir, nous prions au
contraire ainsi :
"Seigneur, je t'en prie, enlève-moi cette croix, c'est trop lourd, je ne peux pas ! Pourquoi
cette croix tombe sur moi et pas sur quelqu'un d'autre ?" Non ! Ce n'est pas ainsi que
nous devons prier. La Gospa nous dit que nous devrions plutôt dire : "Seigneur, je te
remercie pour cette croix, merci pour le grand don que tu me fais !"
Très rares sont ceux qui comprennent la grande valeur de la croix et la grande valeur du
don que sont nos croix quand elles sont offertes à Jésus. Nous pouvons tant apprendre à
travers ce don d'une croix !
En ce temps de Carême, nous devons comprendre par le coeur combien Jésus nous aime
et nous devrions marcher à ses côtés avec un immense amour, et essayer d'être unis à lui
dans sa Passion.
Tel est le sacrifice qu'il attend de notre part. Marchons donc ainsi et alors, lorsque le jour
de Pâques arrivera avec la Résurrection, nous ne regarderons pas la
Résurrection de l'extérieur, mais nous ressusciterons aussi avec Jésus. Car nous serons
devenus libres intérieurement, libres de nous-mêmes et libres de nos attachements. Ceci
n'est-il pas merveilleux ? Nous serons capables de vivre son amour et sa résurrection
à l'intérieur de nous-mêmes !
Chaque croix reçue a une raison d'être. Dieu ne nous donne jamais une croix sans raison,
sans signification. Il sait à quel moment il va nous enlever cette croix.
Lorsque nous avons une souffrance, remercions Jésus pour ce don et disons-lui aussi : "Si
tu as un autre cadeau pour moi, je suis prêt. Mais d'abord, je te supplie de me donner ta
force, ainsi j'aurai le courage de porter ma croix et d'aller de l'avant avec toi, Seigneur !".
Je me souviens de la manière dont la Gospa m'a parlé de la souffrance lorsqu'elle me dit :
"Si vous saviez la grande valeur de la souffrance !" Cela est vraiment une très grande
chose ! Et après, le reste dépend entièrement de nous et de notre disposition de coeur.
Tout va dépendre de notre "oui" à Jésus. Il faut toute une vie pour apprendre cela et aller
de l'avant. Chaque matin, lorsque nous nous réveillons, nous pouvons commencer notre
journée avec Dieu. La Gospa ne nous demande pas de prier toute la journée mais de
mettre la prière à la première place, de mettre Dieu à la première place puis de réaliser
nos travaux et aller de l'avant dans tous les domaines de notre vie, visiter les malades, etc.
Lorsque nous faisons un acte de charité sans prier, cela n'est pas valable. De même,
lorsque nous prions mais n'agissons pas d'une manière charitable, cela n'est pas valable
non plus. Ces deux choses, prière et charité, marchent toujours ensemble.
Et ainsi, jour après jour, nous allons de l'avant !" (Fin des paroles de Vicka) 167
Interview avec Vicka Ivankovic, janvier 2002

Question : Vicka, comment vois-tu ce chemin du mariage que tu as choisi ?

Vicka : Regarde ! A chaque fois que Dieu nous appelle, nous devons être prêts du fond du
coeur à répondre à cet appel. J'ai essayé de répondre à cet appel. J'ai essayé de répondre
à l'appel de Dieu en transmettant les messages pendant 20 ans. Je l'ai fait pour Dieu,
pour la Sainte Vierge. Durant ces 20 ans je l'ai fait seule, et rien ne va changer si ce n'est
que maintenant je le ferai à travers une famille. Dieu m'appelle à fonder une famille, une
famille sainte, une famille pour Dieu. Tu sais, j'ai une grande responsabilité devant les
gens. Ils cherchent des modèles, des exemples à suivre. Alors je voudrais dire aux jeunes :
n'ayez pas peur de vous engager dans le mariage, de choisir ce chemin du mariage ! Mais,
pour avoir un chemin sûr, que ce soit ce chemin-là ou un autre, le plus important c'est de
mettre Dieu à la première place dans votre vie, de mettre la prière à la première place, de
commencer votre journée avec la prière et de la finir avec la prière. Un mariage où l'on
ne prie pas, c'est sûr, ce mariage-là ne dure pas, il est vide. Là où il y a l'amour, il y a tout.
Mais il faut souligner une chose ; l'amour : oui ! Mais quel amour ?
L'amour pour Dieu d'abord, ensuite l'amour envers la personne avec laquelle vous allez 168
habiter. Et après, sur le chemin de la vie, il ne faut pas attendre du mariage que ce soit la
vie en rose, que tout soit facile... Non ! Lorsque arrivent des occasions de
sacrifices, de petites pénitences, il faut toujours les offrir au Seigneur de tout coeur ;
chaque jour, remerciez le Seigneur pour tout ce qui est arrivé dans la journée. C'est
pourquoi je dis : chers jeunes, chers nouveaux couples, n'ayez donc pas peur ! Faites de
Dieu la personne principale de votre famille, le Roi de votre famille, mettez-le à la
première place, et alors il vous bénira - non seulement vous-mêmes, mais aussi
tous ceux qui vous approcheront.

Après ton mariage, habiteras-tu encore à Medjugorje ?

Vicka : J'habiterai à quelques kilomètres d'ici mais je crois bien que, presque tous les
matins, je retrouverai mon poste ! (= l'escalier de la maison bleue.) Je n'ai pas à changer
de mission, je sais bien où se trouve ma place ! Mon mariage ne va rien changer à cela.

Que peux-tu nous dire sur Marijo (prononcez : Mario), que tu vas épouser le 26 janvier ?

Vicka : Il est difficile pour moi d'en parler. Mais il y a entre nous une chose sûre : la
prière. C'est un homme de prière. C'est un homme bon, capable. C'est un homme
profond, ce qui est très beau. Et puis, notre relation ensemble est très bonne. Il y a
vraiment de l'amour entre nous ; alors après, petit à petit, on va construire.

Vicka, comment une fille peut-elle savoir quel garçon épouser ? 169

Vicka : Tu sais, avec la prière c'est sûr, le Seigneur et la Vierge sont prêts à te répondre. Si
tu demandes dans la prière quelle est ta vocation, le Seigneur te répondra sûrement. Tu
dois avoir de la bonne volonté. Mais il ne faut pas se précipiter. Ne pas aller trop vite et se
dire en voyant le premier garçon : "Ce garçon est pour moi". Non, il ne faut pas faire
ainsi ! Il faut y aller doucement, prier et attendre le moment de Dieu. Le moment juste. Il
faut être patient et attendre que ce soit lui, Dieu, qui t'envoie la personne juste. La
patience est très importante. Nous avons tous tendance à perdre patience, nous allons
trop vite et après, lorsque nous nous sommes trompés, nous disons : "Mais pourquoi
Seigneur ? Cet homme n'était pas vraiment pour moi". C'est sûr, il n'était pas pour toi,
mais il fallait être patiente. Sans patience et sans prière, rien ne peut marcher.
Aujourd'hui nous devons être beaucoup plus patients, plus ouverts, pour répondre à ce
que désire le Seigneur.
Si l'un ou l'autre a peur de changer de vie et se dit :
"Oh, je suis bien plus tranquille seul", il garde ainsi une peur en lui-même. Non ! Il faut
d'abord nous libérer de tout ce qui nous trouble au fond de nous mêmes, et alors nous
pourrons faire ce que veut le Seigneur. Nous ne pouvons pas demander une grâce et
dire : "Seigneur, donne-moi cette grâce" alors que nous avons un grand blocage
intérieur ; cette grâce ne nous arrivera jamais, parce qu'à l'intérieur nous ne sommes pas
encore prêts. Le Seigneur nous a donné la liberté, il nous a donné aussi une bonne
volonté, alors nous devons nous libérer de nos blocages.
Après, cela dépend de nous d'être libres ou non. Nous avons tous tendance à dire :
"Dieu par-ci, Dieu par-là, fais ceci, fais cela"... Dieu agit, c'est sûr ! Mais moimême,
je dois lui prêter main forte et avoir de la volonté. Je dois dire : "Je le veux, alors je le
fais". 170

Vicka, as-tu demandé l'avis de la Vierge pour ton mariage ?

Vicka : Mais tu vois, je suis comme les autres, le Seigneur m'a donné la possibilité de
choisir. Je dois choisir avec tout mon coeur. Ce serait trop commode que la Sainte Vierge
nous dise : "Fais ceci, fais cela". Non, elle n'utilise pas ce moyen. A nous tous Dieu a
donné de grands dons, afin de pouvoir comprendre au-dedans de nous ce qu'il a en
réserve pour nous. (Vicka n'a pas posé la question de son mariage à la Gospa car, dit-
elle : "Je ne lui pose jamais de question pour moi-même.")

Vicka, pour beaucoup de célibataires consacrés, tu représentais un peu leur "modèle" à
Medjugorje. Ils te voient maintenant te marier, as-tu quelque chose à leur dire ?
Tu vois, durant ces 20 ans, Dieu m'a appelée à être un instrument dans ses mains de cette
manière (célibataire). Si je représentais un "modèle" pour ces gens, aujourd'hui rien ne
change ! Je ne vois pas la différence ! Si l'on prend quelqu'un en exemple, il faut aussi le
laisser répondre à l'appel de Dieu. Si Dieu veut maintenant m'appeler à une vie de
famille, de famille sainte, c'est que Dieu veut ce modèle-là, et je dois répondre à cela.
Pour notre vie, nous ne devons pas regarder ce que fait l'un ou l'autre autour de nous,
mais regarder en nous-même et trouver en nous-mêmes ce à quoi Dieu nous appelle. Il
m'a appelée à vivre 20 ans de cette manière, maintenant il m'appelle à autre chose et je
dois le remercier. Il me faut lui répondre aussi pour cette autre partie de ma vie. 171
Aujourd'hui Dieu a besoin d'exemples de bonnes familles, et je crois que la Sainte Vierge
veut faire de moi un exemple de cette manière-là, maintenant.
L'exemple, le témoignage que le Seigneur attend que nous donnions, ce n'est pas en
regardant les autres qu'on le trouvera mais en écoutant, chacun pour sa part, l'appel
personnel de Dieu. Voilà le témoignage que nous pouvons donner !
Nous ne devons pas rechercher notre propre satisfaction ni faire ce que nous avons
envie de faire. Non, il faut vraiment faire ce que Dieu veut que nous fassions.
Nous sommes parfois très attachés à ce qui nous plaît, et nous regardons trop peu ce qui
plaît au Seigneur. Ainsi, nous pouvons vivre toute une vie, laisser passer le temps, et
s'apercevoir au tout dernier moment que nous nous sommes trompés. Le temps est passé
et nous n'avons rien fait.
Mais c'est aujourd'hui que Dieu te donne des yeux dans ton coeur, des yeux dans ton
âme, pour pouvoir voir et ne pas perdre ton temps.
Ce temps est un temps de grâce, mais c'est un temps où il faut faire des choix et être
chaque jour plus décidés sur le chemin que nous choisissons. 172




Interview avec Vicka Ivankovic

"Prions pour les Jeunes"

Journaliste : Marijan Sivric

La voyante Vicka Ivankovic retient tout particulièrement l'attention des pèlerins.
Chacun veut la saluer et se confier par elle à la Gospa.

Nous l'avons rencontrée au passage pendant la "Marche de la Paix " en lui demandant
comment elle se sentait :

Vicka Ivankovic: On ne peut pas décrire ce jour avec des mots. C'est magnifique et si beau
de marcher à côté du Saint Sacrement, en priant le chapelet et en chantant.

GLAS MIRA: Comment vous sentez-vous après 15 ans d'apparitions ?

Vicka Ivankovic: Super. Comme le premier jour. La Gospa nous dit de prier pour les
jeunes , pour les familles et pour la paix. Elle nous dit que nos jeunes sont aujourd'hui
dans une situation très difficile, et qu'il faut prier tout particulièrement pour eux. Elle
souligne aussi que nous devons prier pour la réalisation de son plan.

G. M.: Quel est ce plan ?

Vicka Ivankovic: Elle n'a encore rien dit. Nous verrons. 173

G. M.: Vous n'avez pas encore reçu le dixième secret ?

Vicka Ivankovic: Non. Je n'en ai reçu que neuf jusqu'à présent.

G. M.: Pour quand est-ce que vous attendez le dixième secret ?

Vicka Ivankovic: La Gospa ne m'a rien annoncé. J'attends.

G. M.: Vous avez donc encore les apparitions quotidiennes ?
Vicka Ivankovic: Oui. La Gospa m'apparaît chaque jour. Parfois sur la Colline, parfois
dans l'église, parfois à la maison, cela dépend de l'endroit où je me trouve.

G. M.: Quelles sont les prières que les pélerins adressent le plus souvent?
Vicka Ivankovic: Les gens prient ordinairement pour leurs propres intentions, et je leur
recommande en passant de prier aux intentions de la Gospa, de prier le chapelet pour la
Paix.

G. M.: Comment et dans quelle mesure sont acceptés les messages de la Gospa ?

Vicka Ivankovic: La Gospa me dit qu'Elle a encore beaucoup de messages pour nous,
mais qu'Elle ne peut pas les donner tous, puisque ceux qu'Elle a donnés ne sont pas
accueillis comme Elle l'avait demandé.

G. M.: Qu'est-ce que la Gospa demande?

Vicka Ivankovic: Elle demande que nous acceptions les messages avec le coeur et que
nous les vivions.
Souvent nous acceptons le message, nous commençons à le vivre, mais nous nous
fatiguons vite et nous restons les mêmes. La Gospa nous demande de vivre ses messages
un peu chaque jour et d'avancer dans la vie.

G. M.: Est-ce la raison pour laquelle Elle apparaît si longtemps à Medjugorje ?

Vicka Ivankovic: Je ne sais pas. Nous lui avons demandé il y a longtemps jusqu'à quand
Elle allait apparaître, et Elle a répondu : "Est-ce que je vous ennuie?" Après cela, nous ne
lui avons plus redemandé.
GLAS MIRA MEDJUGORJE, 1996 174

Témoignage de Vicka – 18 Février 2011 (LATE SHOW" / IRLANDE)
Voici quelques extraits du passage de Vicka à l'émission "Late, late Show", à la télévision
irlandaise, le vendredi 18 février 2011

VICKA : Je suis très heureuse d'être ici parmi vous. Je suis heureuse parce que je peux
vous donner, à tous, le message de Notre Dame.
TUBRIDY (l'animateur) : A quoi ressemble-t-Elle ?

VICKA : Avant qu'Elle n'arrive, il y a trois flashs de lumière. Elle porte une robe grise avec
un voile blanc, Elle a les cheveux noirs, les yeux bleus, et Elle se tient sur un nuage gris.
Pour les grandes occasions comme Noël, Pâques et les Anniversaires, Elle porte des
vêtements d'or, et pour Noël, Elle vient avec l'Enfant-Jésus.
Pour le Vendredi Saint, Elle vient avec Jésus adulte. Il saigne et il porte la couronne
d'épines.
Notre Dame nous a dit qu'Elle venait avec Jésus adulte car Elle voulait que nous
réalisions à quel point Jésus a souffert.

VICKA : (Vicka dit ensuite à quel point Notre Dame est belle. Elle dit également que
Notre Dame a expliqué qu'Elle était belle parce qu'Elle aimait, et que cette beauté venait
de l'intérieur de nos cœurs).
Notre Dame dit que nous sommes trop préoccupés par la beauté extérieure et que nous
oublions la beauté la plus importante qui est la beauté de notre âme et la beauté de notre
cœur.

TUBRIDY : Pourquoi Notre Dame vous apparaît-Elle à vous et à vos amis ? 175

VICKA : Un jour, j'ai demandé à Notre Dame : "Pourquoi nous as-tu choisis ?" Elle a
répondu que ce n'était pas sa volonté, qu'Elle ne nous avait pas choisis, que c'était Dieu
qui nous avait choisis.

TUBRIDY : L'animateur pose une question sur les secrets.

VICKA : J'ai reçu neuf secrets. Je peux seulement parler du troisième, qui a déjà été
révélé, et qui dit que Notre Dame laissera un signe visible sur le Mont Podbrdo.

TUBRIDY : Avez-vous reçu des grâces ? Certaines sont peut-être des fardeaux ?

VICKA : Dieu nous donne différentes grâces et c'est à nous d'accepter ces grâces. Et dans
mon cas, la souffrance est un grand don que Notre Dame m'a fait. Je sais que vous vous
demandez comment cela peut être un don, mais Elle m'a dit que c'était un grand don.
Avant que nous puissions accepter ce don nous devons nous détacher de nous-mêmes.
Tout ce que nous devrions demander à Dieu, c'est la force d'avancer.
Notre Dame nous a déjà dit que la maladie avait beaucoup de valeur aux yeux de Dieu.

TUBRIDY : Est-ce que Notre Dame vous a montré le Ciel ?

VICKA : Un jour, Jakov et moi étions chez lui, et Notre Dame nous a dit que nous allions
voir le Ciel, le Purgatoire et l'Enfer...
Notre Dame m'a prise avec son bras droit et Jakov avec son bras gauche, et Elle nous a
emmenés avec Elle. Le toit de la maison s'est ouvert et, en une seconde, nous étions au
Ciel...
L'espace était très grand, il y avait une lumière qui n'existe pas sur la terre. Les gens
étaient tous pareils, personne n'était gros ou maigre... Ils priaient, chantaient et de petits
anges volaient dans le ciel.

TUBRIDY : Que dites-vous aux gens qui ne croient pas ?

VICKA : Je ne suis pas venue ici pour forcer les gens à croire. Je suis ici pour vous parler
de mon expérience, pour témoigner de ce que j'ai vécu, et c'est à vous de croire. 176
Interview de Vicka – 2 janvier 2008 (Radio Maria)
Un extrait de l'interview que Vicka a accordée à "Radio Maria Italie" le 2 janvier 2008.
Le père Livio interroge la voyante sur la souffrance ainsi que sur d'autres sujets
importants (Source : Medjugorje on line).

VICKA : (...) souffrir ne peut pas être expliqué. Souffrir peut simplement être vécu dans
notre propre cœur. Quand le Seigneur nous donne une souffrance, une croix, une
douleur, c'est vraiment un grand don que Dieu nous fait.
Nous pensons souvent : "Comment la maladie peut-elle être un don ?" Mais c'est un
grand don ! Dieu seul sait pourquoi il donne ce don, et lui seul sait pourquoi il le retire à
tel moment. Mais il est de notre ressort de décider d'être prêts à accepter ce don.
La Vierge nous a souvent dit que lorsque ce don nous est fait, nous posons toujours des
milliers de questions, et elle nous dit de cesser de poser des questions. Il suffit de dire :
"Mon Dieu, je te remercie pour ce don, parce que tu as encore quelque chose que tu veux
me donner, et je suis prêt à le recevoir. Je te demande simplement ta force et ton courage
afin que je puisse continuer".
Et la Vierge nous a dit également : "Vous ne savez pas à quel point la souffrance a de la
valeur aux yeux de Dieu". Je vous dis ce dont je suis capable à travers ma souffrance... ma
souffrance est un don... Je ne suis pas en train de dire que nous sommes toujours prêts à
100% à embrasser la souffrance, mais j'ai un grand désir, une grande joie, de souffrir
quelque chose pour la Vierge et pour Jésus. Il n'y a rien que je ne voudrais souffrir pour
eux.
La Vierge peut me dire : "Vicka, fais ceci, fais cela"... j'attends avec tout mon cœur, et avec
les bras ouverts. Parce que je veux répondre à cela, à tout le bien que la Vierge m'a donné,
et avec ma souffrance - aussi petite soit-elle - je peux répondre à son amour. 177
Et je vous dis donc, chers auditeurs, quand vous souffrez, et aujourd'hui il y a différentes
sortes de souffrances : il y a la souffrance que Dieu donne et la souffrance que nous nous
créons nous-mêmes, et ce sont là deux choses différentes. Elles n'ont pas la même valeur.
Nous devons essayer d'accepter celle que Dieu veut et nous devons le remercier, et quand
quelqu'un le remercie pour ce grand don, alors les grâces et les fruits et tout le reste
viennent plus vite. Et alors nous ne pouvons pas dire : "Je souffre. J'ai mal". Dieu le sait :
accepte le, n'en parle pas. Celui qui peut encore parler ne souffre pas. La souffrance doit
être vécue dans notre âme et dans notre cœur.

PADRE LIVIO : Je crois me rappeler qu'en plusieurs occasions, la Vierge a demandé de
sourire malgré la souffrance.

VICKA : Certainement, et cela aussi est merveilleux. Parce que quand tu souris malgré la
souffrance, c'est parce que tu l'as acceptée et que tu appartiens totalement à Dieu et après
cela tu ne t'aperçois même plus de la souffrance, mais tu ressens de la joie, parce que
comme tu souffres avec joie, il n'y a plus de tension; il n'y a rien qui te fatigue, tu te sens
très heureux.
Mais cette joie ne vient pas de quelque chose d'extérieur, ça vient de l'intérieur de toi, de
ton cœur. Et tu ressens une impulsion, chaque jour ça devient plus fort, et tu ne sens plus
du tout la lourdeur.
Je ne sens aucune lourdeur, je ressens une joie si forte que je veux faire plus pour la
Vierge, souffrir plus, et tu sens la souffrance mais il y a une grande joie, il y a l'amour,
parce que tu souffres, tu portes la souffrance avec amour.


PADRE LIVIO : C'est formidable pour toi mais la réalité est tout autre, c'est-à-dire que
ceux qui découvrent que la douleur est un don sont relativement peu nombreux alors que
la grande majorité des gens demandent la guérison quand ils sont malades, et, dans leur
désespoir, ils vont même aux mauvaises adresses : diseuses de bonne aventure,
astrologues, guérisseurs...
La Vierge nous a dit au contraire comment obtenir des guérisons : "Pour la guérison des
malades, une foi ferme est nécessaire ainsi que la persévérance dans la prière
accompagnées par le jeûne et les sacrifices. Je ne peux pas aider ceux qui ne prient pas et
n'offrent pas de sacrifices" (le 18 août 1982). Donc, afin d'obtenir la guérison, il y a tant
de mères qui veulent cette guérison pour leurs enfants, que doit-on faire ?

VICKA : Bien, je vais seulement expliquer un petit peu. Dieu est toujours prêt à donner la
guérison. Mais pour Dieu ce n'est pas si facile de nous envoyer ce don car il y a des
problèmes. Quels sont ces problèmes ? Très souvent quand il y a des difficultés ou des
souffrances concernant nos enfants, un mari ou l'un de nos voisins, nous supplions Dieu
avec beaucoup d'énergie de guérir leur souffrance, nous sommes prêts à accepter
n'importe quoi, à faire n'importe quoi, à nous mettre à genoux, à prier pendant des
heures... mais seulement pour ce moment précis.
La Vierge est également disposée à nous accorder la grâce que nous demandons. Et
souvent la grâce est donnée afin de montrer à la personne que Dieu est proche. Mais la
Vierge nous a également dit qu'il ne fallait pas jouer avec ces grâces. Elle nous a dit qu'il y
avait des gens qui, après avoir obtenu un miracle, devenaient pire qu'avant, et quand ils
prient pour obtenir une nouvelle grâce spéciale, ils prient en s'attendant à être exaucés 178
une seconde fois. Ils se disent : "Tu m'as donné hier, donc tu dois me donner encore
aujourd'hui". De cette manière nous commençons à jouer avec les grâces de Dieu.
Déjà la Vierge nous a dit : "Il n'y a pas de problème avec les grâces. Je suis prête à les
accorder. A travers mon Fils je peux prier pour obtenir ces dons et les donner. Mais le
problème vient de votre cœur. Vous demandez tous la guérison de vos corps, mais trop
peu demandent la guérison du coeur. Quand votre cœur commence à guérir, alors votre
corps commence à guérir".
Nous demandons souvent les choses dont nous avons besoin d'une manière qui est
mauvaise. Nous demandons en pensant que Dieu devrait toujours répondre à nos
prières : "Aujourd'hui, la Vierge doit me donner ceci, sinon je ne prierai plus". Mais c'est
là du commerce. C'est acheter et vendre des choses.
Si tu veux prier, prie. Si tu ne veux pas prier, ne prie pas. Il n'y a pas de problème.
Personne ne te l'impose, en disant : tu dois faire ça... non, non. Dieu t'a donné l'entière
liberté.
Et une autre chose : il est certain que nous devons prier pour notre foi, pour avoir une foi
vivante. Nous devrions prier chaque jour pour ce don, et ce don grandira dans nos cœurs.
Notre foi ne devrait pas se résumer aux mots, mais devrait être notre vie, et nous devons
rechercher et demander la foi dans nos vies, avec foi.
Et, chaque jour, quand nous prions pour la foi, elle grandit, et après nous aurons un
trésor dans nos cœurs... nos cœurs seront guéris. Nous ne serons pas guéris avant d'avoir
fait cela.
Il est inutile d'aller voir les astrologues, les guérisseurs, les Médiums... en allant voir ce
genre de personnes, il est clair que tu ne crois pas en Dieu. Dieu ne permet pas cela,
d'aller voir ces guérisseurs et ces médiums. Les seuls à pouvoir donner des grâces de
guérisons sont Dieu et la Vierge. Vous pouvez aller chercher de l'aide n'importe où mais
vous reviendrez toujours au point de départ.
Le seul qui peut vous donner la guérison, la joie et la paix est le Christ, qui vous attend.

PADRE LIVIO : Bien évidemment, si la Vierge nous guérissait sans que nous soyions
convertis, alors nous utiliserions la guérison pour continuer à pécher.

VICKA : Oh oui, cela est certain. La Vierge nous a expliqué un jour qu'actuellement, tout
ce qui était normal avant n'est plus normal, et tout ce qui était considéré comme anormal
est devenu normal. Nous procédons ainsi, nous avons fait ce mélange nous-mêmes. Dieu
n'a rien à voir avec cela, et Dieu a donné aux hommes une chance de leur démontrer ce
qu'il peut faire maintenant, aujourd'hui, afin de remettre les choses à l'endroit.
Revenir en haut Aller en bas
 
vicka de Medjugorje : quelques interview intéressantes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les étymologies intéressantes
» Quelques adresses intéressantes.
» Recherches intéressantes...
» Interview de Charles Bolden, le patron de la NASA
» Quelques prédications intéressantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: