DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie   Lun 08 Avr 2013, 14:50

Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie

Journal du Vatican / La réforme de la curie a déjà commencé par Sandro Magister

Le 08 avril 2013 - E. S. M. - Après avoir choisi le nom inédit de François, le pape Jorge Mario Bergoglio est en train d’appliquer au gouvernement central de l’Église, depuis le tout début de son pontificat, des innovations que les membres de la curie regardent, sinon avec terreur, en tout cas avec une certaine inquiétude.

Sa décision de ne pas habiter l’appartement pontifical, situé au troisième étage du Palais Apostolique, mais de continuer à résider à la Domus Sanctæ Marthæ, où il a été hébergé en tant que cardinal pendant le conclave, constitue déjà, en soi, un acte de rupture.

Concrètement, elle donne la possibilité au nouveau pape de se soustraire physiquement à la pression bureaucratique qui – s’il s’était installé dans l’appartement pontifical – aurait risqué de bouleverser sa vie et de réduire sa véritable capacité de gouvernement.

Il serait intéressant de savoir si - et dans quelle mesure – il y a déjà eu une diminution du volume et du poids des sacoches de documents que la secrétairerie d’état a l’habitude de faire déposer chaque jour sur le bureau du pape afin que lui soient soumis des textes à étudier, approuver, viser, etc.

Il n’est pas déraisonnable de penser que le style sobre et austère du premier pontife jésuite de l’histoire va contraindre les services de la secrétairerie d’état à réduire au minimum la quantité de dossiers qu’elle soumet à son attention.

*

Le style innovant du pape François suscite par ailleurs un certain nombre d’interrogations quant à la manière dont il va s’appliquer à certains domaines spécifiques du gouvernement de l’Église universelle.

Parce que Bergoglio aime à se définir comme évêque de Rome, mais qu’en même temps il agit et se comporte comme un pape à tous égards.

On s’en est rendu compte en voyant avec quelle rapidité il a choisi son successeur à l’archevêché de Buenos Aires, une affaire dans laquelle, justement, il a agi en qualité de pasteur de l’Église universelle.

Cette nomination n’a certainement pas été passée au crible par la congrégation pour les évêques et il ne semble vraiment pas qu’elle ait été décidée après une large consultation des évêques de la province ecclésiastique correspondante, ni du clergé et du peuple chrétien de Buenos Aires.

Et l’on peut en dire autant de la seconde nomination épiscopale du pontificat, celle du nouvel archevêque de Vilnius, en Lituanie.

Le 5 avril, le pape Bergoglio a nommé, à la place du cardinal Audrys Backis, 76 ans, démissionnaire, le jeune Gintaras Grusas, 52 ans, ordinaire militaire de ce pays balte depuis 2010 et protégé du cardinal. Rien n’indique que cette nomination ait été passée au crible de la congrégation.

Après ces précédents, il sera intéressant de vérifier quelle va être la pratique du nouveau pape en ce qui concerne les nominations épiscopales dans le monde et les créations de nouveaux cardinaux.

Va-t-il se sentir obligé, comme ses prédécesseurs, de respecter le chiffre maximum de 120 cardinaux électeurs qui a été fixé il y a cinquante ans ? Va-t-il choisir davantage de cardinaux dans les Églises locales, au détriment de la curie ? Va-t-il continuer à honorer de la pourpre les sièges traditionnellement cardinalices ou bien donnera-t-il plus d’importance aux hommes qu’aux diocèses ? L’Italie va-t-elle continuer à avoir neuf diocèses cardinalices et un poids prépondérant au sein du sacré collège ?

Toujours en ce qui concerne l'Italie, il sera intéressant de voir si et comment le pape François, qui a également le titre de primat d’Italie, va continuer à se réserver le pouvoir de nommer le président et le secrétaire de la conférence des évêques d’Italie.

L'épiscopat italien est, en effet, le seul dans le monde pour lequel ces deux fonctions soient pourvues non pas par élection mais par nomination pontificale.

À ce sujet, il est utile de rappeler que, en 1983, Jean-Paul II avait demandé aux évêques italiens s’ils voulaient élire leur président et leur secrétaire, que la majorité d’entre eux avait voté en effet en faveur de cette possibilité mais que, par la suite, rien de concret n’est sorti de cette consultation.

Qui sait si maintenant, au nom de la collégialité, la question ne va pas être remise à l’ordre du jour et sous quelle forme : avec une pleine liberté de choix accordée aux évêques, ou bien en attribuant aux évêques la possibilité d’indiquer trois noms parmi lesquels le pape ferait son choix.

*

Un autre tournant pourrait concerner la congrégation pour la doctrine de la foi.

Du temps de Joseph Ratzinger, tout d’abord lorsqu’il était cardinal et par la suite quand il a été pape, cette congrégation a joué un rôle d’une grande importance dans le gouvernement de l’Église universelle :

- d’une part à travers l’élaboration de documents consacrés à ce que l’on appelle les "points non négociables" ; parmi ces documents on peut citer les instructions "Donum vitæ" (1987) et "Dignitas personæ" (2008) ou encore les notes doctrinales relatives aux catholiques dans la vie politique (2002) et à la légalisation des unions homosexuelles (2003) ;

- d’autre part à travers des mesures de censure prises contre une vingtaine d’ouvrages de théologie, dont certains ont été écrits par des jésuites tels qu’Anthony de Mello en 1998, Jacques Dupuis en 2001, Roger Haight en 2004 et Jon Sobrino en 2006 ;

- ou également à travers une vigoureuse activité judiciaire en ce qui concerne les "delicta graviora", parmi lesquels la pédophilie, sur la base des normes sévères qui ont été approuvées en 2001 et réactualisées en 2010.

Mais maintenant, sous le pontificat du pape François, que va-t-il se passer ?

Dans un communiqué inhabituel qui a été diffusé le 5 avril après la première audience accordée par le pape François à l’archevêque Gerhard Ludwig Müller, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, cette dernière a tenu à souligner que, dans la lutte contre les abus sexuels commis par des clercs sur des mineurs, les lignes de conduite intransigeantes établies par Joseph Ratzinger seraient maintenues.

Mais maintenant, au-delà du communiqué – qui a probablement été émis pour faire disparaître tout les soupçons possibles de discontinuité par rapport au pontificat précédent dans ce domaine – que va-t-il se passer concrètement sous le pontificat du pape François ?

La congrégation va-t-elle insister pour à travailler à plein régime en tant que tribunal ecclésiastique centralisé pour les "delicta graviora", ou bien va-t-elle recommencer à déléguer cette mission aux évêques locaux ?

Va-t-elle continuer à intervenir sur les questions "non négociables" concernant la vie et la famille, ou bien va-t-elle se satisfaire des documents qui ont déjà été publiés dans le passé ?

Va-t-elle continuer à censurer les erreurs de théologiens ou de théologiennes, ou bien va-t-elle se limiter à un rôle d’exhortation ?

Et, par ailleurs, la congrégation va-t-elle continuer à contrôler préventivement les textes du pape François comme elle le faisait pour les papes précédents ?

Pour dire les choses en peu de mots, allons-nous assister – comme certains signes semblent l’indiquer – à un redimensionnement significatif de la congrégation pour la doctrine de la foi ?

*

Toujours au cours du pontificat de Benoît XVI, certaines initiatives qui ont été prises dans le domaine liturgique ont provoqué de vigoureuses résistances. C’est le cas du motu proprio "Summorum Pontificum" qui a redonné dans l’Église latine une pleine dignité aux livres liturgiques préconciliaires. Ou de la fermeté avec laquelle il a été exigé que des traductions plus fidèles à l’original latin soient utilisées dans les missels en langue courante, en portant une attention particulière à la traduction de l’expression “pro multis” dans les paroles de la consécration. Maintenant, que va-t-il se passer ?

Et quelle conclusion le pape François – il est le premier pape, depuis le milieu du XIXe siècle, qui provienne d’un ordre religieux – va-t-il donner à la visite apostolique concernant des religieuses des États-Unis qui a été organisée au cours de ces dernières années par la congrégation vaticane pour les religieux ?

En particulier, quelle va être la "mission" du nouveau secrétaire de cette dernière congrégation, le franciscain espagnol José Rodríguez Carballo, qui a été nommé le 6 avril ?

Cette nomination de Rodríguez Carballo est la première que le pape François ait effectuée à la curie. Elle a comblé le vide laissé par le départ du rédemptoriste américain Joseph William Tobin qui, pour s’être montré insuffisamment ferme envers les religieuses ses compatriotes, a été renvoyé en octobre dernier aux États-Unis en tant qu’archevêque d’Indianapolis par Benoît XVI qui l’avait pourtant été appelé à ce poste.

Il semble que Rodríguez Carballo ait été choisi non pas tellement en tant que ministre général des frères mineurs mais bien plutôt parce qu’il a été élu, l’an dernier, président de l’Union des supérieurs généraux, c’est-à-dire de la plus haute expression collégiale de l’univers vaste et varié des religieux.

En le nommant, le pape François n’a donc pas suivi le document préliminaire préparé au cours des derniers mois du pontificat de Benoît XVI, dans lequel figurait en "pole position" pour le poste de secrétaire de la congrégation des religieux un dominicain originaire des États-Unis.

Et, pour aborder un autre sujet, qu’adviendra-t-il des discussions avec la Fraternité Saint Pie X des fidèles de Mgr Lefebvre ? Jusqu’à maintenant, le pape François n’a cité le concile Vatican II qu’en un petit nombre d’occasions : dans son premier message à la communauté juive de Rome, ou lors du discours adressé aux délégations des Églises et communautés qui ont assisté à sa messe de début de pontificat. Il n’a pas participé au concile et il a été ordonné prêtre après le concile, dont l’herméneutique ne semble pas constituer pour lui un problème particulièrement préoccupant, alors que Benoît XVI a beaucoup travaillé sur cette question. Dans son diocèse de Buenos Aires, il s’est montré plutôt tolérant envers les prêtres traditionalistes. Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Ce ne sont là que quelques-unes des questions qui sont suscitées par le style de gouvernement que le pape François a imprimé au début de son pontificat.

D’autres questions concernent les nominations et les réformes attendues à la curie. Quand vont-elles prendre forme ? Avant ou après l’été ? Est-ce que la production démesurée de documents pontificaux et curiaux va enfin être réduite ? De quelle manière les organismes ayant des compétences financières vont-ils être restructurés, à commencer par la "banque" du Vatican, l'Institut pour les Œuvres de Religion, à la réputation sulfureuse ? Le nombre de béatifications et de canonisations va-t-il diminuer ? Le procès relatif au martyre d’Oscar Arnulfo Romero – bloqué en son temps par la congrégation pour la doctrine de la foi dirigée par Ratzinger – va-t-il être débloqué ?

Les réponses arriveront avec le temps. Et on peut parier que les surprises ne manqueront pas.

Traduction française par Charles de Pechpeyrou, Paris, France.

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0804131_magister
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie   Jeu 11 Avr 2013, 12:52

Ce fil est un peu passé inaperçu mais je crois que le sujet mérite discussion. Smile

Assistons-nous à une révolution au Vatican ?
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie   Jeu 11 Avr 2013, 14:37

bounce heureux bounce
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16683
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie   Jeu 11 Avr 2013, 14:52

Simon1976 a écrit:
Ce fil est un peu passé inaperçu mais je crois que le sujet mérite discussion. Smile

Assistons-nous à une révolution au Vatican ?

certainement que ça ne va pas plaire à tout le monde... Bon courage François !!

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie   Jeu 11 Avr 2013, 14:58

Déjà, ses premiers gestes ont été discutés alors la suite...

L’important est qu'il marche dans les pas du Seigneur. Smile
Revenir en haut Aller en bas
 
Le pape François sème la terreur et l'inquiétude à la Curie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelqu un a entendu parler de ça ???Afrique du Sud : Un monstre polymorphe sème la terreur
» Le pape François, tout un programme !..
» Miserando atque eligendo (La devise du Pape François)
» Interview de la soeur du nouveau Pape François
» L'Angélus à Rome avec le Pape François

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: