DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Pravda en action

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Lun 07 Aoû 2006, 09:38

Citation :
Médias

2006-08-06 22:54:00


Reuters a admis qu'une fumée noircie et des immeubles ont été ajoutés numériquement sur la photo d'un incendie à Beyrouth. Ce cliché de Adnan Hajj était ainsi légendé : ''La fumée de bâtiments en train de brûler détruits lors d'un raid nocturne aérien israélien sur la banlieue de Beyrouth le 5 août. De nombreux bâtiments ont été abattus lors de l'attaque''.

Ce photographe est aussi connu pour son cliché du sauveteur au casque vert brandissant un enfant des décombres de l'immeuble effondré à Cana, le 30 juillet.

Selon le site internet Little Green Footballs qui avec des blogs avait révélé l'affaire, le cliché originel de cet incendie à Beyrouth transmis par Reuters le 5 août est une photo de Ben Curtis de Associated Press.

Reuters a diligenté une enquête et cessé sa collaboration avec Adnan Hajj.

Le site internet HonestReporting interroge :

- pourquoi un photographe de Reuters manipule-t-il les images pour pour rendre le dommage plus grave qu'il n'est ;
- comment Reuters n'a-t-il pas découvert la fraude alors que des photographes amateurs et un blogger l'ont relevée facilement.

Le journaliste Tom Gross a écrit l'article ''Les médias visent ses missiles, travailler pour l'ennemi'' dans ''National Review'' (2 août) : ''Nic Robertson, un correspondant de CNN a admis que son reportage anti-israélien de Beyrouth le 18 juillet sur les victimes au Liban a été mis en scène de A à Z par le Hezbollah, qui a ''des opérations médiatiques très sophistiquées''. Quelques jours plus tards, Nic Robertson a reconnu sur CNN que le Hezbollah qui ''contrôle la situation'' avait encadré l'équipe de cameramen de CNN lui disant ''où et que filmer''. Sur son blog, Christopher Allbritton, collaborateur à ''Time '', mentionne : ''Vers le sud, le long de la côte, le Hezbollah lance des Katioucha, mais je ne dois pas trop en dire. Le Parti de D. a une copie du passeport de chaque journaliste et a déjà menacé l'un d'entre nous''. La BBC ne révèlerait jamais le caractère sélectif de ses reportages car cela amoindrirait sa campagne de diabolisation d'Israël et ceux qui la soutiennent''.

Tom Gross ajoutait : ''Une observation soigneuse des photos aériennes de Beyrouth montre que certains immeubles abritant des centres de commandos du Hezbollah dans les banlieues sud ont été visés. Le reste de la ville, hormis des sites stratégiques utilisés pour convoyer armes et hommes du Hezbollah dans et hors du Liban, est demeuré intact. Comparé aux autres conflits internationaux, le nombre de morts civils est faible. Les attaques médiatiques contre Israël ont mené à l'indulgence de certains médias à l'égard de l'antisémitisme''.

http://www.guysen.com/topnews.php?tnid=1012
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Lun 07 Aoû 2006, 16:11

Citation :
Reuters renonce aux services d'un photographe pigiste libanais

REUTERS | 07.08.06 | 07:30


LONDRES (Reuters) - L'agence Reuters a fait savoir dimanche à un photographe pigiste libanais qu'elle n'utiliserait plus ses photos en raison de la retouche d'une image prise après un raid aérien israélien sur Beyrouth.
La photographie d'Adnan Hajj, publiée samedi sur des sites internet, montrait une épaisse fumée noire s'élevant au dessus d'immeubles de la capitale libanaise.
Reuters a retiré dimanche l'image retouchée et la remplacée par la photo d'origine à la suite de la dénonciation par plusieurs blogs d'information d'une manipulation à l'aide du logiciel Photoshop dans le but de faire apparaître davantage de fumée.
Reuters défend de strictes normes d'exactitude interdisant toute manipulation d'images de nature à induire en erreur.
"Le photographe a démenti avoir délibérément tenté de manipuler l'image, disant qu'il tentait d'enlever des taches de poussière et qu'il avait fait des erreurs en raison des mauvaises conditions d'éclairage dans lesquelles il travaillait", a déclaré Moira Whittle, qui dirige les relations publiques de Reuters.
"Ceci représente un manquement grave aux normes de Reuters et nous n'accepterons ni n'utiliserons de photos prises par lui", dit-elle dans un communiqué publié à Londres.
Hajj a travaillé comme pigiste pour Reuters, sans faire partie du personnel, entre 1993 et 2003 et à nouveau depuis avril 2005.
Il faisait partie des photographes de plusieurs grandes agences internationales de presse dont les images d'un enfant mort brandi par un sauveteur à Kana, au Sud-Liban, après le raid aérien israélien du 30 juillet, ont été contestées par certains blogs critiquant la couverture par les médias du conflit au Proche-Orient.
Reuters et d'autres organisations de presse ont examiné ces images et ont rejeté les allégations de mise en scène.

http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20060807.REU36574.html?0533

(signalé par la BAF Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Lun 07 Aoû 2006, 21:30

Citation :
Autres trucages du pigiste de Reuters

Après la fumée artificielle et les immeubles clonés, voici qu'on découvre que le photographe musulman Adnan Hajj ex-pigiste pour Reuters a truqué d'autres photos ou commentaires. Et il n'est pas le seul…

Suite : http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9837
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 00:21

Citation :
19:08 Charles Johnson, responsable du site internet Little Green Footballs (LGF), a reçu un courriel d'un employé de Reuters où était écrit : ''J'attends avec impatience le jour où vous, cochons, aurez la gorge tranchée''. L'agence Reuters a suspendu de sa fonction un de ses employés. (Guysen.Israël.News)
Après des recherches sur internet, M. Johnson pense que ''zionistpig'', l'auteur de cette missive pourrait être Inayat Bunglawala, responsable des relations presse du Conseil musulman de Grande-Bretagne. Inayat Bunglawala a nié avoir écrit ces menaces et imputé la responsabilité aux ''Sionistes''. Il s'était fait remarqué par des remarques antisémites évoquant le pouvoir des Sionistes.

http://www.guysen.com/news.php
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 13:20

Citation :
Reuters retire toutes les photos du faussaire musulman Adnan Hajj

Suite aux trucages révélés par plusieurs sites internet dans les images d'Adnan Hajj couvrant le conflit entre Israël et le Hezbollah, l'agence de presse Reuters décide de retirer de sa base de données les 920 photos « réalisées » par son pigiste libanais. Hélas, ce truqueur est loin d'être le seul à mettre ses talents de faussaire au service des islamistes.
Si Reuters ne reconnaît pour le moment que deux trucages tandis que les sites internet vigilants en ont détecté de nouveaux dans la production d'Adnan Hajj, l'agence décide toutefois de mettre au pilon l'ensemble du « travail » du faussaire, afin de ne pas prendre de risques par rapport à la déontologie.

La nouvelle a été annoncée dans une mise en garde envoyée à tous les clients et fournisseurs de Reuters. L'agence présente une fois de plus ses excuses.

En retirant l'ensemble de la production du faussaire, Reuters se prémunit de toute mise en cause future concernant les images truquées par Adnan Hajj. L'agence de presse confirme mettre fin aux relations qu'elle entretenait avec le pigiste indélicat spécialiste de Photoshop, et commence une enquête sur les 920 images transmises par le faussaire, en se réservant le droit de poursuites judiciaires.

Suite : http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9838

Citation :
La sucette bleue qui trahit Casque Vert

A propos des manipulations d'images et de commentaires islamistes sur la guerre au Liban, plusieurs blogs anglo-saxons reviennent en détail sur « Green Helmet » (casque vert), un étrange « sauveteur » de Cana qui semble spécialisé dans les ostentations photogéniques savamment composées à destination des pigistes des agences de presse, dont le faussaire musulman Adnan Hajj.

Suite : http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9839
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 20:14

Toute l’affaire des photos Reuters

Vidéo (en anglais) sur l'excellent BAFWEB :

http://www.bafweb.com/2006/08/08/9532
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 22:53

Laurent a écrit:
Citation :
Un dessin paru dans le journal Immonde

C'est le dessin le plus antisémite qui soit. Regardez bien ce qu'il exprime et son commentaire.




Le Juif écrase le Christ représenté en croix sur un cèdre. On n'avait pas vu pareille abjection depuis 60 ans.

La botte, la goutte de sang... ECOEURANT ! ! !

A diffuser largement.

Michka

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9826

Retour sur cette saloperie immonde (sans jeu de mot) :

Citation :
Avec Sergueï, Le Monde bascule à son tour... dans l'immonde!

On était un peu habitué avec les unes de Plantu systématiquement anti-américaines et anti-israéliennes ...

Mais là, comme le rappelle Eléazar, Le Monde a sorti la grosse artillerie (en page 2, certes) avec ce dernier dessin de Sergueï qui réactive les pires clichés de l'antisémitisme médiéval.

Au point d'ailleurs qu'un communiqué de l'association l'In-nocence le qualifie d' "un des plus ouvertement antisémites qu'ait publiés depuis l'Occupation la presse française non-spécialisée".

Suite : http://jcdurbant.blog.lemonde.fr/jcdurbant/2006/08/avec_serguei_le.html

(A noter qu'il s'agit d'un blog...du Monde Shocked )
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 23:12

esperons que les organisations juives de france,avec l'appui d'associations catholiques,portent plainte"si ce n'est deja fait". :pr:
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 23:16

Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
esperons que les organisations juives de france,avec l'appui d'associations catholiques,portent plainte"si ce n'est deja fait". :pr:


Si cette crasse n'est pas antisémite, alors je suis le pape spiderman

A VOMIR !!!
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 23:25

Laurent a écrit:
Jesus Christ est mon Dieu a écrit:
esperons que les organisations juives de france,avec l'appui d'associations catholiques,portent plainte"si ce n'est deja fait". :pr:


Si cette crasse n'est pas antisémite, alors je suis le pape spiderman

A VOMIR !!!

l'image du déicide...

utilisée par un paien,dans un but machiavélique...

les apotres du sheytanallah sont décidement nombreux..
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 08 Aoû 2006, 23:36

Tout ca va finir par un pogrom si ca continue...
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 09 Aoû 2006, 12:57

Citation :
Reuters récidive

Bombardement d'une procession funéraire : faux reportage par l'agence qui a publié les fausses photos d'Adnan Hajj.
Mardi après-midi, Reuters annonce que l'armée de l'air israélienne a bombardé un convoi funéraire au Liban.

Quelques heures plus tard, la même agence corrige sa dépêche, sans aucune excuse, en rapportant que les bombes sont tombées dans un village en même temps qu'un convoi funéraire démarrait, et en précisant que les cibles visées n'étaient pas dans le voisinage dudit convoi.

Ca commence à bien faire…

Evidemment, Al Jazira et compagnie ont pris la première version et se sont bien gardés de publier le correctif.

Comme à chaque fois, une fois que le mal est fait, il est difficile de le neutraliser.

Ceci dit, Reuters corrige au moins ses « erreurs ». On aimerait trouver la même déontologie chez France 2 et Charles Enderlin !

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9854

Citation :
Les Gosses de Cana

Un docudrame mis en scène et réalisé par le Hezbollah, avec « Casque Vert » et « Tee-shirt blanc » dans les rôles principaux. Une coproduction Daily Telegraph - France 2 - AFP - Newsweek - The Independent - The Guardian - etc.
Les « bloggueurs » anglo-saxons continuent leurs enquêtes sur l'affaire du « massacre de Cana », et utilisent tous les indices relevés dans les vidéos, photos et reportages pour reconstituer le vrai scénario de l'affaire. Ce travail coopératif donne lieu à des dizaines de longues pages web, et commence à intéresser les grands « Networks » américains comme CNN, mais aussi quelques médias européens. En effet, après l'affaire des photos truqués Reuters/Adnan Hajj découverte par ces mêmes bloggueurs puis confirmée par les professionnels et avouée par l'agence de presse, les limiers amateurs sont pris au sérieux. On est loin des fumeuses théories conspirationnistes à la mode X-Files des Thierry Meyssan et autres islamogauchistes.

Néanmoins, France-Echos se gardera d'avancer des informations pas encore recoupées et confirmées par des experts, bien que l'hypothèse de victimes directes de bombardements israéliens prenne de plus en plus de plomb dans l'aile. Par exemple, notre « infirmière pas crédule », qui avait déjà remarqué que la quasi totalité des enfants exhibés étaient handicapés alors qu'on prétend qu'ils appartiennentt seulement à deux familles, a fait d'autres constatations médicales intéressantes que nous ne manquerons pas de transmettre à nos confrères bénévoles d'outre-Atlantique.

Mais nul besoin d'être expert pour constater qu'AUCUN enfant victime ne porte AUCUN signe d'hémorragie, de contusion, d'os cassé, de défiguration, de blessure, d'écrasement, etc. alors qu'ils sont supposés être morts dans un sous-sol suite à l'effondrement d'un immeuble entier. Quant aux sauveteurs qui auraient fouillé dans des gravas, ils sont remarquablement propres et exempts de poussière. Alors quand on rassemble des dizaines d'indices de ce genre, vous commencez à imaginer les conclusions logiques qu'on doit en tirer. A suivre !

Mais ce qui est déjà établi avec certitude, c'est la véritable mise en scène cinématographique et photographique des cadavres d'enfants. Quelles que soient la cause et les circonstances de leurs décès - et sous réserve qu'ils soient tous réellement morts, car désormais la plus grande prudence doit être de mise ! -, on peut affirmer qu'une exploitation honteuse de ces gosses a été faite pour les exhiber aux photographes de façon à provoquer le maximum d'émotion victimaire.

Deux personnages omniprésents dans les clichés et vidéos sont les principaux acteurs - dans les deux acceptions du mot - de ce docudrame savamment mis en scène : « Casque Vert », déjà connu de nos lecteurs et identifié comme étant Abu Shadi Jradi, un entrepreneur de pompes funèbres à Tyr, et son complice « Tee-shirt blanc », un sympathisant du Hezbollah interviewé d'ailleurs par France 2.

L'une des meilleures descriptions de la reconstitution de leur scénario macabre est donné par le site EU Referendum sur la page http://eureferendum.blogspot.com/2006/08/qana-directors-cut.html.

Hélas c'est en anglais (avis aux traducteurs…) mais une traduction automatique (par exemple via les outils linguistiques Google) donne déjà une bonne idée de cette abjecte instrumentalisation de corps d'enfants handicapés.

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9853
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 09 Aoû 2006, 14:14

Citation :
LIBAN • "La guerre passe aussi par nos médias"

Par leurs choix des images qu'ils transmettent, les médias de la planète jouent un rôle important dans le conflit au Proche-Orient. Victimisation et manipulation sont à craindre si l'information prend le risque de jouer avec l'émotion. L'affaire d'une photographie truquée qui fait actuellement le tour du monde soulève un vrai débat.



Avec le conflit actuel au Liban, les images de corps inertes et sans vie, ensanglantés, dans des débris d'immeubles en ruine circulent quotidiennement dans la presse internationale. Elles illustrent la tragédie et les conséquences de la guerre, mais attisent parfois aussi le sentiment d'exclusion. C'est le cas notamment pour ceux que le Daily News nomme "les oubliés du nouvel ordre international de l'information". Comment comprendre la crise humanitaire au Sud-Liban "en ressassant quotidiennement les images de l'action militaire destructrice d'Israël ?" s'interroge le quotidien sri-lankais.

Et, de fait, estime le quotidien conservateur espagnol ABC, "Israël est en train de perdre la guerre dans les pages des journaux et sur les écrans de télévision du monde entier. Alors que tout un chacun le sait, plus personne ne se souvient des raisons qui ont mené à cette guerre et que ce fut le Hezbollah qui a tiré le premier et pourquoi. Chaque matin, la longue liste des pertes civiles libanaises et israéliennes nettoie la mémoire de l'opinion publique, qui ne voit pas plus loin que la colère provoquée par la frappe ennemie précédente, et ainsi de suite. Et l'armée la plus puissante est toujours présentée comme celle qui devrait faire preuve de mesure et de proportionnalité."

Ce qui amène les médias israéliens à évoquer un "lynchage médiatique", qu'ils considèrent comme une "inégalité morale". Pourtant, signale Gideon Rachman dans le Financial Times, "certains estiment qu'on accorde plus de bienveillance à un Etat démocratique qui combat un ennemi impitoyable qu'à la population libanaise, dont le nombre de victimes est vingt fois plus élevé que du côté israélien".

Pour le quotidien britannique, "les deux parties ont raison : les Arabes ont raison de dire que les morts israéliens comptent plus pour les médias occidentaux que les morts arabes, et les Israéliens ont également raison de se plaindre que le monde se focalise essentiellement et sans relâche sur les victimes de l'action militaire de Tsahal".

Le débat a notamment été relancé après la découverte faite par des bloggers de la modification d'une photographie prise après un raid aérien israélien sur Beyrouth. Adnan Hajj, un photographe indépendant travaillant régulièrement avec l'agence britannique Reuters, aurait traité une de ses photos et assombri une colonne de fumée provoquée par une explosion "pour rendre l'image plus suggestive", indique le quotidien italien La Repubblica.

Selon The Guardian, l'agence de presse Reuters a retiré de sa banque de données toutes les photos prises par ce photographe "après qu'il eut été prouvé que le photographe libanais avait modifié non pas une mais deux images sur les 43 qu'il avait transmises directement à la compagnie britannique depuis le début du conflit". Reuters a annoncé qu'elle se passerait désormais des services d'Adnan Hajj, car "manipuler une photographie dans ce sens est inacceptable et contraire à tous les principes de l'agence. Cela nuit non seulement à notre réputation mais aussi à celle de tous nos photographes", affirme l'éditeur de l'agence Tom Szlukovenyi dans le quotidien britannique. Il est pourtant à noter que l'ensemble de la presse mondiale traite couramment des images avec des logiciels pour créer des effets spéciaux ou accentuer des effets. Mais, en toute déontologie, cela ne doit pas se faire dans des conditions aussi sujettes à polémique et à manipulation qu'une guerre.

Le quotidien suisse 20 Minutes évoque de son côté l'histoire d'un sauveteur libanais, "membre d'un groupe de propagande du Hezbollah" et "qui a été vu dans tous les lieux où se trouvent des enfants morts". L'homme en question a effectivement été photographié à différents endroits, vêtu de différentes manières et portant en revanche le même enfant mort dans ses bras. Le quotidien suisse publie d'ailleurs ces photos en indiquant pour certaines l'heure et le lieu où elles ont été prises.

Et, dans le quotidien tchèque Lidove Noviny, Ondrej Neff considère que ces falsifications révèlent l'existence d'une "ligne de front invisible". "Les images truquées montrent que la guerre se déroule aussi sur le plan médiatique. Israël combat sur plusieurs fronts contre un ennemi qui veut l'anéantir et le rayer de la carte – et ce depuis le premier jour de son existence. Un de ces fronts est médiatique. Ne nous faisons pas d'illusions : cette guerre passe aussi par nos médias."

Béatrice Zaradez

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=65240
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 09 Aoû 2006, 14:30

Citation :
Guerre du Liban : Le vacarme du silence…appel aux non-juifs…

La guerre, à la une de l’actualité, révèle aussi un malaise émanant des réactions de l’opinion publique française et plus largement occidentale, de la « rue non juive ».

Face aux institutions (CRIF, France-Israël,…) qui luttent contre la désinformation, l’analyse orientée des médias et les propos influencés des politiques, la réponse constante des populations éduquées, solidaires et issues de la culture républicaine demeure… le silence.

En effet, ce qui est choquant, ce n’est pas que l’on s’insurge contre le fait qu’il y ait des morts parmi les civils libanais, que l’on aille manifester pour un cessez-le-feu – même si ce cessez-le-feu signifierait en l’état actuel la victoire du Hezbollah et la poursuite de la volonté de destruction de l’Etat d’Israël - ; ce n’est pas non plus que l’on mette en avant une série d’images dont la violence provoque des effets immédiats, affectifs et manichéens.

Ce qui est insupportable, inaudible, assourdissant, c’est le silence, l’indifférence, le mutisme à la mémoire des civils israéliens qui périssent aussi, à celle des jeunes soldats qui ne s’abritent pas derrières des boucliers humains à peine pubères ; c’est l’aphasie devant la détresse, la peur tout aussi humaine des habitants de Haifa ; devant la capacité de tenir de ceux qui ne résident plus à Gaza et qui ne vivent cependant pas en paix, malgré un retrait salué unanimement.

Au l’époque de la révolution islamique iranienne, on a bien constaté que l’on imposait le voile aux femmes…mais on s’est tu et l’on se tait depuis vingt cinq ans.

Quand on a su que ce « travail » de destruction d’une partie de l’Humanité continuait en Afghanistan, et les informations ont circulé très tôt, on a un peu élevé la voix, mais point de cri strident d’abomination qui aurait mis fin aux exactions des Mollahs.

Après les attentats de Madrid, en 2004, on a protesté contre la présence de l’Espagne en Irak, avec les conséquences électorales et internationales que l’on sait, mais il n’y a pas eu de grand mouvement populaire qui s’est levé dans toute l’Europe pour crier sa révolte contre les poseurs de bombes assassins.

Quand, sous la pression des islamistes, on a décidé de ne pas représenter le Mahomet de Voltaire, je n’ai pas entendu les réactions des étudiants de nos universités.

Et, comble de l’incompréhensibilité, ce n’est pas la bruyante levée en masse contre le CPE qui peut heurter… c’est le silence encore, le silence le plus lourd de cette année, qui s’est imposé à la retombée de la manifestation – et il est vrai que nous étions alors peu de non-juifs présents – après que l’on a torturé et assassiné Ilan Halimi dans le silence concentrationnaire d’une cave d’un quartier complice et silencieux de Bagneux.

Enfin, summum de l’autisme, quand le président de la République islamique d’Iran a très clairement exprimé sa volonté de détruire l’Etat démocratique d’Israël, mais surtout maintenant qu’il se donne concrètement les moyens de passer à l’acte en armant et en finançant le Hezbollah… même si, comme le dit subtilement Claude Moniquet, « Israël fait le sale boulot », on « condamne » le verbe mais l’action ne nous fait pas plus hurler.

Francine Girond
chargée de cours à la Sorbonne nouvelle, directrice des Editions de Passy, 9 août 2006

http://www.primo-europe.org/selection.php?numdoc=Tr-503593598
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 09 Aoû 2006, 16:35

Laurent a écrit:
Fanny a écrit:
A partir de 20h 40, soirée télévisée ARTE consacrée à la guerre au Proche-Orient...!

Pour ceux qui regarderont, mettez votre esprit critique sur "ON" Idea

C'est ARTE...

(sur le fil PO)

----------->

Citation :
Aux Frontières de la haine

Hélène Keller-Lind le 09/08/2006

Le 8 août ARTE poposait ce thème :« Le Proche-Orient en guerre. » Soirée à charge marquée d'une haine plus ou moins subtile envers l'Etat hébreu et dont le titre aurait pu être : « Ce que veulent les ennemis d'Israël et des Etats-Unis, » avec, pour sous-titre : « pourquoi aujourd'hui Israël mène un combat juste et nécessaire. »



Si l'on avait, comme à l'accoutumée sur cette chaîne lorsqu'il s'agit d'Israël, un plateau totalement déséquilibré, le pompon de la soirée revient à la programmation d'un film « Aux Frontières, » co-produit par ARTE et qui montrait, sans le vouloir, l'intensité de la haine anti-israélienne, voire anti-juive dans les pays qui entourent l'Etat hébreu. Avouant son «obsession, » la réalisatrice libanaise, Danielle Arbid, disait avoir voulu « voir ce pays que l'on fantasme et essayer de le toucher, » tout en déclarant qu'elle ne veut pas y mettre les pieds « avant de voir la Palestine exister. » Reste à savoir quelle est sa définition du mot « Palestine, » qui pour ses interlocuteurs du Hezbollah, civils ou en uniforme, filmés complaisamment, englobe la totalité d'Israël dont ils refusent même de prononcer le nom, sa « carte n'existant pas, » ce qui leur est appris « dans l'éducation » précise l'un d'entre eux. « Palestine » qui, dans les diverses représentations d'une grande partie du monde arabo-musulman, en allant des manuels scolaires aux cartes officielles en passant par les broderies ou les discours d'Ahmadinejad, recouvre bel et bien la totalité d'Israël.

Le film, tourné en 2002, démarre par des images de maisons en ruine, suivi par une séquence dans laquelle des « jeunes » lancent des pierres sur Israël au-delà de la frontière et donnent un échantillon de l'humour version sud Liban : Ariel Sharon serait né d'une partie de jambes en l'air de sa mère avec l'un d'entre eux pour cause de « capote trouée. »

Puis on s'attarde sur cette région où les habitants font tous très clairement partie du Hezbollah, avec une séquence sur « la branche artistique du Hezbollah, » - « des civils, » sans doute - qui aime particulièrement la couleur « rouge sang de gazelle. » Sang mentionné à nouveau un peu plus loin dans le film. Une analyse de cet amour du sang dans la région devrait d'ailleurs être réalisée...

La réalisatrice nous dit que « cela fait deux ans que le Hezbollah a chassé Israël du Liban, » rendant ainsi « leur dignité bafouée aux Arabes. » Un Hezbollah qui, dans ses rallies, « piétine l'Amérique et Israël » tandis qu'un imam, autre civil libanais, homme d'Eglise, de surcroît, clame « il faut qu'Israël disparaisse. »

Et, déclaration de poids d'un membre de ce parti dit de Dieu : « nous sommes partout sur cette terre mais vous ne nous verrez pas. » Omniprésence camouflée déjà en 2002 et qui explique la nécessité des bombardements israéliens actuels et l'âpreté des combats

Puis images, sans paroles, frappantes et symboliques de ce café illuminé dans la nuit libanaise et qui arbore une Etoile de David graduellement rayée d'une croix rouge et remplacée par.. la Palestine.

Visite tout aussi édifiante dans un « camp de réfugiés palestiniens. » Où est transmis de génération en génération « l'amour de la patrie, » lire 'la haine d'Israël.' Une jeune femme dit d'ailleurs « on a donné nos enfants. » La traduction d'ARTE ne donne pas la fin de la phrase : « en shahid, » soit en « martyrs, » donc morts en tuant des Juifs.



« On pourrait raconter n'importe quoi »



Instant comique, sans le vouloir, et moment de désinformation culte à Quneitra, tandis qu'un responsable syrien, assis devant des mega photos des Assad père et fils récite depuis un Palais kitsch que la ville a été « totalement détruite » par Israël. Propagande vendue avec succès au Pape en 2001 ainsi qu'à une longue liste de visiteurs venus y « constater » une soi-disant brutalité israélienne.

Or, si des maisons de la ville ont été détruites lors des combats entre forces syriennes et israéliennes en 1967, la population avait fui bien avant l'entrée des troupes israéliennes qui s'y étaient installés jusqu'en 1974. Et la ville avait alors été régulièrement pilonnée par la Syrie, puis par des forces arabes au cours de la Guerre de Yom Kippour en 1973, ce qui avait provoqué quantité de dégâts, imputés à tort par la suite à Israël dans une gigantesque opération de désinformation. On trouve des compte-rendus de l'origine réelle des dégâts dans des reportages publiés à l'époque dans des journaux comme le New York Times ou Time, ou le Times londonien.

Dans un accord élaboré avec l'ONU Israël s'était retiré de la ville en 1974. L'accord prévoyait le retour de la population de la ville mais les autorités syriennes en avaient décidé autrement, ce qui a permis à la réalisatrice de « Aux Frontières » de montrer les rues d'une ville vide avec des bâtiments détruits. En effet, Assad père avait voulu faire de Kuneitra, désormais ville fantôme, un pseudo musée consacré aux soi-disant « crimes sionistes. »

L'interlocuteur officiel syrien filmé ici conclura : « Les Croisés sont partis, ceux-là partiront aussi. »

La réalisatrice peste ensuite de n'avoir pu filmer librement en Syrie et, candide, explique : « le monde arabe se méfie beaucoup des images. On pourrait raconter n'importe quoi. » Comme le fera, de son propre aveu, un préposé syrien qui décide de la décrire dans un formulaire officiel comme « femme au foyer » au lieu de « réalisatrice. » Comme elle le fera elle-même lorsqu'elle tournera en dérision un malheureux militaire jordanien en lui affirmant ne pas avoir de téléobjectif tout en zoomant sur Israël ou ne pas filmer la frontière, alors qu'elle est en train de le faire - filmant une prairie où, chauffé à blanc par une propagande haineuse omniprésente, un soldat jordanien avait ouvert le feu sur des fillettes israéliennes qui s'y promenaient en toute innocence et avaient péri, ce qui avait valu les regrets sans doute sincères du roi Hassan II de Jordanie, mais ça la réalisatrice ne le dira pas-.

« Raconter n'importe quoi, » l'a fait comme, tout récemment, un photographe libanais qui truquait en « pire » des photos vendues à Reuters. Et combien d'autres qui, eux, n'ont pas été pris la main dans le sac. Ou comme ces « mille morts civils » annoncés par le Liban sans que quiconque ne vérifie. Liban qui donne ailleurs d'autres chiffres, inférieurs, ceux-là, également non vérifiés. Sans oublier ces 40 morts annoncés, les larmes aux yeux, par le Premier ministre libanais lors de l'ouverture d'une récente rencontre de ministres arabes à Beyrouth. Chiffre qu'il a dû revoir plus tard à la baisse, une personne ayant, en fait trouvé la mort dans cet incident précis. Ou encore les quelque 60 morts de Cana, passés à 28 - boucliers humains utilisés sans vergogne par leurs parents du Hezbollah-.

Et tous ces autres « n'importe quoi » comme le pseudo massacre de Jénine * qui n'en a pas été un, comme a dû le reconnaître l'ONU. Ou ces « n'importe quoi » qui n'ont pas - encore- été démasqués.

Petit coup de griffe à la Jordanie qu'elle accuse en quelque sorte de ne pas laisser sa population manifester en rond contre Israël. Elle s'attarde sur une gigantesque photo du Mont du Temple, version Esplanade des Mosquées, dans un café du pays - à Amman-. Obsession, comme elle le dit ailleurs. Là encore il y aurait de quoi faire une analyse, dans tous les sens du terme...

Et ce que la réalisatrice décrit comme « un road movie autour des frontières d'Israël » s'enlise pour finir dans les sables égyptiens. Les autorités ne lui ayant pas permis de filmer la frontière, elle distillera son message de haine version soft via des appels à la radio ou la télévision.



Solution préconisée : la disparition d'un Israël désigné à la vindicte


Sur le plateau on retrouvait Leila Shahid, Palestinienne professionnelle par excellence, aujourd'hui déléguée auprès de l'Union Européenne, qui n'hésite pas à cracher dans la soupe lorsqu'elle tance l'un des principaux bailleurs de fonds des Palestiniens, coupable, selon elle, de « léthargie » et de « s'aligner sur les positions américaines. » Et vilipende Israël, l'accusant de « crimes de guerre au Liban à chaque heure, » de soumettre « Gaza à un siège » et une « punition collective, » de pratiquer « le terrorisme d'Etat,» ou de faire preuve de « malhonnêteté en prenant pour des armées Hezbollah et Hamas alors qu'ils sont issus de la population civile. » Les civils ayant, on le sait, le top de l'armement militaire dans leur jardin. Des civils, nous y revoila....

Portant beau Fouad Naïm, Libanais de Paris, PDG de Radio Orient à Paris, journaliste au service arabe de l'AFP pendant 17 ans, PDG de la télévision libanaise pendant 4 ans, entre autres, et donc partie prenante de l'information en provenance de la région, ce qui n'est pas innocent en l'occurence, s'étonnait ave candeur qu'Israël n'ait pas fait comme « précédemment, » et « négocié un échange de prisonniers. » Donc cédé aux kidnappeurs et au chantage et relâché des terroristes - l'un des prisonniers libanais ayant, entre autres, fracassé le crâne d'une fillette israélienne contre un rocher -. Et provoqué ainsi d'autres prises d'otages. Il gommait au passage le fait que le Hezbollah avait accompagné les kidnappings du 12 juillet de tirs de roquettes sur Israël.

Et ce journaliste pourtant au fait des choses omettait de dire que les « 400.000 réfugiés palestiniens au Liban, qui ne sont pas source de problème » sont maintenus dans des camps par leurs frères libanais. Qui les maintiennent dans la précarité en ne les autorisant qu'à n'avoir que des emplois de misère. Puis cet expert en la matière enjoignait à Israël de se faire harakiri, en quelque sorte, en affirmant : « on devrait leur permettre de retourner en Israël qui devrait accepter leur droit au retour. » Donc faire entrer en Israël, pays qui compte 6 millions d'habitants dont 20 % sont arabes, 4 millions de Palestiniens élevés dans la haine, comme il est rappelé dans ce film. Ce qui répondrait ainsi aux souhaits bien partagés dans la région de voir Israël rayé de la carte.

Et de prétendre qu'il y a une résolution des Nations unies dans ce sens ou de prétendre encore que la paix viendrait si Israël se « retirait des Fermes de Sheba, » petit territoire syrien - selon même l'ONU- où se trouvent les vestiges de deux ou trois fermes utilisées autrefois pour la transhumance. Fermes « prétexte », répondit Avi Primor, ancien ambassadeur d'Israël, parfois pris à parti assez rudement et qui, seul, a pu tenter de dire la réalité moyen-orientale dans un temps de parole très restreint et sans que même la totalité de ses interventions soit traduite - il s'exprimait en allemand-.

Qui peut croire que c'est pour ce petit bout de terrain qui n'est pas libanais qu'un Hezbollah, qui appelle à la destruction d'Israël, a accumulé quelques 15.000 roquettes et missiles ?

Admettant qu'Israël s'était retiré du Liban et que le Hezbollah avait « déclenché une action sans provocation, » un journaliste allemand ajoutait pourtant que « le prix est payé par la population civile au Liban et les infrastructures au Liban. » Certes. Mais pas un mot du prix payé par la population israélienne ou des destructions au nord d'Israël.

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1143
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 10 Aoû 2006, 00:50

Citation :
Une désinformation galopante. Et il n’y a pas que le photographe de Reuters....

9 août 2006 - Hélène Keller-Lind

Dans le conflit qui oppose Israël à un monde arabe trop souvent haineux la désinformation va bon train. Nous en avons eu un exemple récent avec les photos truquées de ce photographe libanais qui avait vendu quelque 900 photos à Reuters. Supercherie qui n’a été découverte que grâce à la vigilance d’Internautes. On a pu entendre des confrères tenter de le dédouaner en disant qu’un pigiste a des pressions financières. Mais ne s’agirait-il pas plutôt d’actes militants ?


Pour tout savoir sur le trucage des photos :
En anglais mais les photos parlent d’elles-mêmes et cela vaut le détour :

http://www.thedissidentfrogman.com/dacha/


Autre faux diffusé par Reuters : cette fois des leurres lâchés par un avion sont qualifiés de missiles et...multipliés par 3. En anglais.

http://mypetjawa.mu.nu/archives/184206.php


Autre accusation de photo mise en scène. On voit un « mort » partiellement enseveli sous des décombres mais aussi propre que s’il venait de sortir d’une douche qui ressemble étrangement à un « sauveteur » photographié plus tard.

http://michellemalkin.com/archives/005687.htm

A saluer, à cet égard, le courage d’un grand reporter de CNN, Anderson Cooper, qui expliquait récemment comment le Hezbollah avait manipulé un groupe de journalistes lors "d’une visite guidée" très orientée, menaces feutrées y compris. En a-t-on entendu parler ici ? A voir absolument. En anglais.

http://newsbusters.org/node/6574


Et que dire du fait que dans un 13 heures France 2 ait utilisé des images d’Al Manar, chaîne antisémite du Hezbollah, mouvement terroriste, pourtant interdite de cité en France à l’issue du long combat mené notamment par le CRIF ?

Reportage sur les morts civils libanais de la nuit dans des frappes israéliennes, nous disait-on. Et on a vu s’afficher sur les écrans de France 2 le bandeau d’Al-Manar. Utilisation scandaleuse, sil en est. Et, de plus, qui est allé vérifier la véracité de ces images ou de leur commentaire ?

Il faut voir les films de Pierre Rehov, très sollicité par les médias américains, rarement vu ici, si ce n’est parfois dans C dans l’Air sur TV 5, qui dénonce et démonte la désinformation palestinienne, notamment à Jénine. Ils sont disponibles à la FNAC ou Virgin ou peuvent y être commandés ainsi que dans la grande distribution. Voir : www.pierrerehov.com

La question est désormais de savoir de combien de faux nous avons été ainsi abreuvés. Faux qui manipulent les opinions publiques et incitent, faut-il le rappeler, à mettre Israël ainsi gravement diffamé, au banc des nations.

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=5496
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 10 Aoû 2006, 21:46

Laurent a écrit:
''La Libre Belgique''

2006-07-30 11:39:00


Le 25 juillet, ''La Libre Belgique'' publie un texte de l'enseignant et écrivain Nico Hirtt ''C'est le sionisme qui mène à la guerre'' : ''Le racisme et le colonialisme israéliens sont le fondement même d'un Etat ...

(snip)

(Voir plus haut pour le texte entier)


------------>

Citation :
Israël, le droit d’exister

10 août 2006 - Elie Barnavi. Ancien ambassadeur d’Israël à Paris Professeur à l’Université de Tel-Aviv - La Libre Belgique 2006

Non, le sionisme n’est pas une doctrine raciste. Oui, l’Etat d’Israël a le droit de vivre. Mise au point. Avec un peu de retard, je viens de lire dans « La Libre Belgique » un texte d’un certain Nico Hirtt (« C’est le sionisme qui mène à la guerre », LLB 25/07). Pourquoi un journal respectable accepte-t-il d’accueillir de telles choses dans ses colonnes ? Au nom de la liberté d’expression, je suppose. Mais aurait-il publié une « opinion » appelant au renouvellement de la traite des Noirs, par exemple ? Probablement non. On a beau vouloir « susciter le débat », il est évident qu’il y a des limites que la liberté elle-même ne saurait franchir. Par exemple appeler ouvertement à l’annihilation d’un membre de la communauté des nations.


Pour en revenir à Hirtt, je dois avouer que le bonhomme a réussi à m’étonner. En habitué de ce genre de prose, je m’estimais cuirassé contre les mauvaises surprises. Je me trompais : son pamphlet dépasse tout ce que j’ai pu lire jusque-là en Europe. On m’a pressé de toutes parts d’y répondre, ce à quoi je me suis refusé : on ne « répond » pas à ce niveau. En revanche, j’ai accédé volontiers à la demande de « La Libre Belgique » de reprendre un article publié dans « Libération » à la veille de la fameuse conférence de Durban. Ce texte était, à sa manière, prémonitoire : Durban n’aura été qu’un festival de haine anti-israélienne et antisémite, l’arène où triomphèrent le racisme et la xénophobie que la conférence était censée terrasser. Cinq ans plus tard, il me paraît être toujours d’une effarante actualité. Le contexte est différent ; l’hystérie est la même, et la haine, et la « bêtise à front de taureau ».

Bruxelles, 3 août 2006

En novembre 1975, l’Assemblée générale de l’Onu adoptait une résolution assimilant le sionisme à une forme de discrimination raciale. Ce faisant, elle oubliait que l’Etat d’Israël, enfanté par cette même idéologie qu’elle vouait désormais aux gémonies, avait été naguère fondé en vertu d’une autre de ses résolutions. Seize ans plus tard, elle abrogeait la résolution de 1975. Le sionisme avait-il changé de nature ? L’Assemblée générale s’était-elle livrée à un examen de conscience ? Ni ceci ni cela. Simplement, les rapports de force en son sein avaient changé, et, le processus de paix enfin lancé, l’atmosphère aussi

La Conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance de l’Onu doit se réunir à Durban du 31 août au 4 septembre . Evénement de portée considérable, ce rassemblement est censé établir à l’échelle de la planète, dans un grand élan de fraternité humaine, une stratégie de lutte contre l’un des fléaux les plus dégradants et destructeurs que l’homme ait imaginé pour humilier et exploiter son semblable. Hélas, la Conférence est mal partie. N’ayant apparemment rien appris de la farce lamentable de 1975, les Etats arabes et leurs alliés de l’OCI (Organisation de la conférence islamique) entendent remettre ça

Voici dix vérités simples, de quoi nourrir la réflexion de ceux qui s’apprêtent à prendre le chemin de Durban et de leurs mandants :

1. Le sionisme est le mouvement national du peuple juif. Nourri par une mémoire millénaire, inspiré par le mouvement des nationalités du XIXe siècle, rendu incontournable par le génocide nazi et porté sur les fonts baptismaux par les Nations unies, le sionisme aspirait légitimement à créer un Etat-nation pour le peuple juif sur la terre qui a vu naître ce peuple. Ce qu’il a fait.

2. Ce faisant, il s’est trouvé en butte à des nationalismes concurrents, arabe d’abord, puis palestinien. Aussi bien, le conflit du Proche-Orient est un conflit national, au même titre que tant d’autres conflits nationaux qui ensanglantent notre planète. Dans chacun de ces conflits nationaux, il y a fatalement une part plus ou moins importante d’ethnocentrisme et de xénophobie. Chacun appréciera, en fonction de ses propres préférences idéologiques, de ses sympathies et de ses antipathies, la part d’ethnocentrisme et de xénophobie chez les uns et les autres dans la guerre qui déchire le Proche-Orient. Mais nul n’a le droit de dénaturer l’essence de ce conflit.

3. Stricto sensu, le racisme est une doctrine de hiérarchisation des groupes humains en fonction de caractères génétiques indélébiles. Ainsi défini, il est aux antipodes du sionisme, doctrine héritière pour l’essentiel, François Furet l’a montré en son temps, de la Révolution française interprétée par le populisme russe.

4. L’Holocauste est et doit rester dans ce qu’il a de particulier le symbole de l’horreur humaine dans ce qu’elle peut avoir d’universel. Le mettre au pluriel et le priver de capitale (« holocaustes ») n’est pas seulement un déni de justice et une insulte insupportable à la mémoire des victimes ; c’est aussi une éclipse de l’intelligence des phénomènes historiques et un affaiblissement dangereux des défenses immunitaires de l’humanité. Les mots comptent. Si CRS = SS, il n’y a plus de SS ; si une baffe donnée dans un commissariat est du fascisme, alors il n’y a plus de fascisme ; si chaque accrochage en Cisjordanie s’apparente à un génocide, alors il n’y a plus de génocide.

5. Il n’y a ni Apartheid ni nettoyage ethnique en Israël. Pas de plages séparées, ni de cinémas exclusifs, ni de places réservées à l’arrière des autobus. Les citoyens y votent selon le principe « one man one vote ». Il y a des généraux druzes, des Arabes siègent au gouvernement, à la Knesset et à la Cour suprême. On a honte de rappeler ces évidences, mais certains mots, employés à tort et à travers, n’ont plus de sens, hélas ! Est-ce à dire qu’Israël est un paradis des droits de l’homme ? Non, bien sûr. Comme partout dans le monde, du chemin reste à faire. Mais de grâce, qu’on nous épargne à Durban les souvenirs sud-africains.

6. Si le conflit du Proche-Orient n’a rien à faire à Durban, l’antisémitisme y a, lui, toute sa place. On ne m’en voudra pas de rappeler ici ce qui ne devrait plus avoir besoin d’être rappelé : inventé à la fin des années 1870 par le publiciste allemand antijuif Wilhelm Marr, antisémitisme ne signifie point je ne sais quelle hostilité contre les Sémites, mais la haine des seuls juifs. Dans cette acception raciale, l’antisémitisme est donc une invention occidentale moderne - le vieil antijudaïsme chrétien, dûment laïcisé.

Introduits dans le monde arabe à la faveur du colonialisme et exacerbés par la guerre israélo-arabe, l’antisémitisme et son frère siamois le négationnisme sont devenus avec ces derniers troubles des armes de guerre d’un usage quotidien d’une effrayante banalité

7. Le sort des Palestiniens n’est pas enviable (celui des Israéliens non plus, soit dit en passant). Mais de la Tchétchénie à la Macédoine en passant par le Timor-Oriental et le Soudan, des conflits autrement sanglants ne bénéficient guère des honneurs de la Conférence mondiale contre ceci, cela et le reste - toutes guerres, pourtant, dont les fleurs vénéneuses fleurissent en toute impunité internationale. La tentative de singulariser Israël, dans cette arène internationale comme dans tant d’autres, constitue un scandale moral.

8. La diabolisation de l’Etat d’Israël est non seulement moralement inacceptable ; elle est aussi politiquement absurde, du moins si l’on entend toujours faire la paix avec cet Etat. En effet, on ne traite pas avec le diable, on le combat jusqu’à ce que la lumière ait raison des ténèbres.

9. La diabolisation de l’Etat d’Israël et la mise au pilori de l’idéologie qui l’a fondé constitueraient un véritable assaut non seulement contre cet Etat, mais contre le peuple juif tout entier. Des juifs, je le sais, trouveront cette affirmation abusive. Libres à eux de s’en désolidariser ; mais, au-delà des pétitions de principe, je les mets au défi de me prouver qu’elle est fausse.

10. Tout cela ne veut évidemment pas dire que la critique politique du gouvernement d’Israël soit interdite à quiconque, juif ou non juif, et que toute critique du gouvernement d’Israël s’apparente à l’antisémitisme. Mais, comme en 1975 à New York, ce qui est en question vingt-six ans plus tard à Durban n’est pas telle ou telle politique de telle ou telle équipe au pouvoir à Jérusalem, mais la légitimité même et l’assise morale de la nation israélienne.

Pour conclure, l’objet de la Conférence de Durban est et doit rester la lutte contre le racisme. Son détournement serait pire qu’un crime, une faute politique majeure.

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=11&subid=118&art_id=300285
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 10 Aoû 2006, 21:50

Citation :
Arrêtez le massacre...d’Israël

10 août 2006 - de Sylviane Delmas,

Au début de ce conflit israélo-hezbollien (pas encore israélo-libanais), tout le monde s’accordait à dire que le Hezbollah ayant déclenché les hostilités en enlevant deux soldats de Tsahal et en tirant des roquettes sur le nord d’Israël, Israël était en état de légitime défense. Le chœur des nations occidentales - pour une fois - était plutôt harmonieux. Mais... mais évidemment c’était trop beau pour durer...


Posons brièvement le décor : d’un côté une démocratie (Israël), une armée régulière avec une éthique (Tsahal), des soldats prêts à donner leur vie pour défendre leur terre et ses habitants. En face, des terroristes (le Hezbollah), une horde de fous d’Allah à la solde de pays hostiles (l’Iran et de la Syrie) chargés - entre autre - de détourner l’attention du monde sur le programme nucléaire iranien.

Or pour une fois personne n’était dupe. Même Chirac qualifiait le Hezbollah de terroriste et demandait l’application de la résolution 1559 visant à le désarmer ! On croyait rêver éveillés. Mais... mais évidemment c’était trop beau pour durer...

Au fil des jours et des images télévisées ne se lassant pas de montrer des « civils » libanais au milieu des ruines de leur pays, le chœur des nations a commencé à sonner de façon différente, de plus en plus discordante. On a d’abord parlé de « disproportion de la riposte ». Disproportion par rapport à quoi ? A l’armement ? C’est vrai que si le Hezbollah possédait la même puissance de feu qu’Israël, il ne l’utiliserait certainement pas. Comment pourrions-nous en douter alors qu’il en donne la preuve chaque jour ? Disproportion par rapport aux victimes ? C’est vrai, ça : Tsahal ne tue QUE des civils, et par centaines. De pauvres « civils » innocents, surtout des enfants dont on se délecte de nous montrer les corps mutilés. Aucun terroriste mort ou blessé, à croire qu’ils ont des pouvoirs surnaturels. Peut-être qu’ils sont immortels, indestructibles, fantomatiques. Oui, les « combattants » du Hezbollah sont sûrement les nouveaux highlanders des temps modernes...

Et voilà qu’une fois de plus le monde entier se fait manipuler à un point qui en serait risible si la situation n’était pas aussi tragique. On n’a visiblement toujours pas compris que la seule guerre que les terroristes sont capables de gagner contre Israël, c’est celle des images et de la désinformation. Et quelle réussite depuis 1948 ! D’ailleurs ils sont tellement forts à ce jeu-là, que même certains Juifs et Israéliens s’y laissent encore prendre, de Deir Yassin en 1948 à Jenine en 2002 en passant par Sabra & Chatila en 1982 ... On ne va pas revenir là-dessus, ceux qui savent, savent. Les autres n’ont qu’à continuer de fantasmer... De toute manière ça les arrange.

Car aujourd’hui comme hier, les vrais coupables et les seuls responsables sont ces soi-disant « combattants » dont l’unique génie stratégique consiste à se mêler à la population civile qui leur sert de bouclier humain. Même si quelques Libanais courageux et lucides ont osé le dire, on ne s’y est pas attardés dans la presse, préférant passer en boucle les images des populations errantes, des blessés, des cadavres, tous des « civils » innocents, des femmes et des enfants dont on martèle le nombre de morts à longueur de journaux, avec des tremolos de révolte ou de pitié dans la voix. Un vrai pilonnage intellectuel qui n’a rien à envier à la force de frappe de Tsahal...

...Tsahal qui détruit le Liban, gratuitement, juste pour le plaisir. Peu importe que le pays du Cèdre soit dirigé par un nid de terroristes, peu importe que le Hezbollah soit un état dans l’état prenant tout le pays en otage, peu importe que les hommes politiques libanais soient faibles, corrompus ou complices, peu importe que tous les endroits que frappent les Israéliens abritent des criminels, des armes, des lance-roquettes, des missiles. Tout le monde préfère se fier aux apparences. 1982 n’a servi de leçon à personne visiblement. Hier c’était l’OLP avec Arafat, aujourd’hui c’est le Hezbollah avec Nasrallah, et on replonge la tête la première dans le piège de la propagande et de la désinformation. Non seulement on laisse une fois de plus Israël se charger du sale boulot parce que ni les Libanais, ni les démocraties occidentales n’ont le courage de le faire, mais en plus on juge, on commente, on accuse, on s’érige en chantre de la morale et de la justice. Alors qu’encore une fois on se laisse juste rouler dans la farine par de dangereux manipulateurs.

Ces immondes lâches jubilent maintenant qu’ils ont réussi à avoir LEUR massacre (en attendant de trouver mieux), celui qui dresse déjà le reste du monde contre Israël : Kana. Et toutes les nations de retourner leur veste dans un superbe élan de justice et d’humanité en criant au crime de guerre. Que les terroristes se soient mêlés volontairement aux civils, on s’en fout. Qu’ils aient empêché les civils de fuir, on s’en fout. Qu’on ne soit pas très sûr de l’origine des explosions, on s’en fout aussi. C’est tellement bon de pouvoir recommencer à accuser Israël de tous les maux de la terre, comme on le faisait autrefois avec les Juifs. C’est tellement rassurant de pouvoir retrouver ses vieux réflexes pavloviens.

Au fait, tous ces gens qui se permettent de juger, de commenter, de condamner, eux qui sont si intelligents et objectifs, ce serait bien qu’ils expliquent comment on distingue un civil d’un terroriste, vu que ce dernier n’a pas d’uniforme, surtout quand il se trouve dans une école, dans une mosquée, dans un hôpital, dans un immeuble apparemment ordinaire.

Dans un reportage récent (I-Télé le 6 août) sur de « pauvres » civils libanais réfugiés au 3ème sous-sol d’un parking, et généreusement pris en charge par le Hezbollah, quand le journaliste donne la parole à de « pauvres » mères de famille, voilà ce qu’elles disent : « Notre meilleure arme contre Israël ce sont nos enfants. Les Israéliens les tuent mais on en fait beaucoup d’autres qui se battront pour le Hezbollah... » Si j’ai bien compris, ces mères qu’on ose plaindre se considèrent elles-mêmes comme des usines à produire de la chair à canon. La vie de leurs enfants n’a aucune valeur, elles les sacrifient sans l’ombre d’un remords à leur idole Hassan Nasrallah... Cela rappelle la très belle phrase de Golda Meir qui disait : « Le jour où les Arabes auront plus d’amour pour leurs enfants que de haine pour les Juifs, alors ce jour-là, la paix sera possible ». Des décennies après, on en est loin, très loin, de plus en plus loin... D’ailleurs qui aujourd’hui refuse la proposition franco-américaine de cessez-le-feu ? Et bien c’est le Liban, ce pays martyr qui visiblement tient à le rester.

Moi en regardant les infos, j’ai juste envie de vomir. Et d’aller vivre (ou mourir) en Israël, parce que c’est le dernier rempart du monde libre contre des fous assoiffés de haine au point de sacrifier leurs innocents alors qu’ils devraient les défendre s’ils possédaient ne serait-ce qu’une once d’humanité. Cette humanité incarnée par Israël, donc insupportable à leurs yeux. Seule solution pour eux : rayer l’état hébreux de la carte. Ça fait 58 ans qu’ils essayent en vain mais ils insistent... Quelle persévérance, on en serait presque admiratifs s’ils étaient portés par un idéal (comme ils voudraient le faire croire) et non par la haine (comme on le constate chaque jour).

Quant à Israël, jusqu’à présent c’est la SEULE nation au monde qui n’a JAMAIS cédé au terrorisme. Et elle en paye le prix chaque jour. En 1953, après un raid de représailles particulièrement violent effectué par l’unité 101 contre des fedayin qui s’en prenaient aux civils israéliens sans défense, David Ben Gourion a dit à Ariel Sharon : « Peu importe ce que dira le reste du monde d’Israël, peu importe ce qu’on dira d’Israël partout ailleurs. La seule chose qui importe, c’est que nous puissions survivre ici. Et tant qu’il ne sera pas clair qu’il y a un prix pour chaque vie juive, on ne pourra pas le faire ».

Ben Gourion avait raison. Sauf que les Israéliens aujourd’hui ne doivent plus « survivre » mais « vivre ». Alors j’aimerais adresser un message de la part des non-Juifs qui sont de plus en plus nombreux à soutenir Israël : « Tenez bon, fils d’Israël, la Justice et le Droit sont de votre côté, même si le monde entier s’évertue régulièrement à nous faire croire le contraire. Vous n’êtes ni coupables, ni responsables. Depuis toujours on vous oblige à la guerre alors que vous ne rêvez que de paix. On ne vous a jamais laissé le choix (ein brera). Alors nous sommes à vos côtés. Nos gouvernements ne représentent qu’eux-mêmes et ne servent que leurs intérêts. Mais ceux qui pensent librement, ceux qui connaissent la vérité et le sens du mot « idéal », eux vous soutiennent pleinement. Ils savent que si un jour, aussi lointain soit-il, vos ennemis qui sont aussi les nôtres, finissaient par vaincre et qu’Israël cessait d’exister, ça signifierait que le monde ne mérite que les ténèbres pour le reste de l’éternité... »

Quand les nations qui se disent libres et démocratiques auront compris ça, elles auront tout compris. Alors peu importe ce que dit le reste du monde...

http://www.desinfos.com/article.php?id_article=5506
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 10 Aoû 2006, 22:48

Citation :
Désinformation sur RTL TVI Belgique : ignoble détournement de souffrance

Il n'y a pas qu'Adnan Hajj et autres « Casques Verts » qui multiplient trucages et mises en scène au service du Hezbollah. La chaîne belge de RTL nous livre un superbe et abject détournement de victime, découvert par nos confrères de cid-online.be.

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9865

A voir ABSOLUMENT ! spiderman
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Ven 11 Aoû 2006, 02:13

Laurent a écrit:
Citation :
Désinformation sur RTL TVI Belgique : ignoble détournement de souffrance

Il n'y a pas qu'Adnan Hajj et autres « Casques Verts » qui multiplient trucages et mises en scène au service du Hezbollah. La chaîne belge de RTL nous livre un superbe et abject détournement de victime, découvert par nos confrères de cid-online.be.

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9865

A voir ABSOLUMENT ! spiderman

------------>

Citation :
Médias

2006-08-10 22:00:00


Selon une analyse du 7 août sur le blog UU Neverdock, deux photos similaires montrent la trajectoire en oblique ascendante d'un engin explosif sur un ciel.

L'une est légendée : ''Tyr, Liban : des roquettes tirées d'Israël sont vues en train de tomber à la périphérie du port de Tyr, au sud du Liban, 06 Août 2006. AFP PHOTO/SAMUEL ARANDA''.

L'autre a pour légende : ''Des missiles du Hezbollah strient le ciel quand ils sont lancés vers Israël à partir du sud du Liban, 6 Août 2006. (Morteza Nikoubazl/Reuters)''.

''La photo de Lefteris Pitarakis pour Associated Press, en date du 30 juillet, indique : ''Des corps de Libanais dans le village de Cana, près du port de Tyr, sont étendus et recouverts après qu'ils ont été dégagés des décombres de l'immeuble démoli par une frappe aérienne israélienne le 30 juillet. Au moins 50 personnes, dont des enfants, ont été tués ce dimanche lors de cette frappe contre ce village du sud du Liban, l'attaque la plus mortelle des 19 jours de conflit''. Le Hezbollah avait exagéré en mots et en images'', analyse James Taranto dans ''The Opinion Journal'' (8 août).

Il attire l'attention sur une ''victime '', une ''réminiscence de ''Monty Python et le Sacré Graal'' (le cadavre qui clame qu'il n'est pas mort : ''Je me porte mieux'') ''.

Le 9 août, le journal de 19 h de la chaîne RTL TVI Belgique a diffusé un reportage sur les ravages de la guerre sur l'économie touristique à Beyrouth et le recours des Libanais aux chats et blogs pour rompre leur isolement.

Cette chaîne belge montre un exemple : une jeune femme brune disant : « Ils sont en train de bombarder ma ville. La plupart de mes amis sont partis vers le sud. Je reste ici parce que ma famille ne veut pas fuir et je ne peux pas partir. Alors on est ici ».

Le mot « Hezbollah » est audible en début de ces propos étonnants de la part d'une Libanaise - pourquoi fuir vers le sud où se terre le Hezbollah ciblé par Tsahal ?- et vraisemblables de la part d'une Israélienne : de nombreux habitants du nord du pays se réfugient vers le centre ou le sud pour échapper aux tirs de roquettes du Hezbollah.

Il s'agit en fait du témoignage en juillet d'une Israélienne habitant Carmiel, ville au nord d'Israël visée par le Hezbollah. A peine sortie de l'adolescence, elle exprime sa haine de la guerre et évoque les bombardements sur Haïfa, l'angoisse qui l'étreint pour sa famille, etc.

http://www.guysen.com/topnews.php?tnid=1024
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Ven 11 Aoû 2006, 14:37

Citation :
Rectificatif RTL TVI

Au nom du droit de réponse, nous publions le message que vient de nous envoyer le service Information de la chaîne de télévision RTL TVI…

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9876
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Ven 11 Aoû 2006, 16:09

Citation :
Le Vif-L’Express censure le droit de réponse de l’ambassadeur d’Israël en Belgique

Sur le site Courrier des Lecteurs.

Posted by lezersbrieven on July 14th, 2006


Suite à la publication d’un éditorial de Jacques Gevers, la semaine dernière, dans Le VIF/L’Express, intitulé "Le dessein d’Israël", l’Ambassadeur d’Israël en Belgique et au Luxembourg, [Yehudi Kenar], avait demandé un droit de réponse.

Ce droit de réponse a été repris mais pas dans son intégralité dans le "Débat des lecteurs" de l’édition de cette semaine. Il est intéressant, pour mieux comprendre la ligne éditoriale du journal de comparer les textes.

Comme toujours, le dernier mot va à la Rédaction, qui accompagne la réaction de l’Ambassadeur de remarques plus que tendancieuses.

Il est à noter que, sur les dix lettres de lecteurs citées, toutes vont dans le sens de Jacques Gevers, sauf une.


Quelle belle unanimité !

Nous vous proposons, ci-après, la version intégrale du texte.

Rachel Samoul
Service d’Information
Ambassade d’Israël en Belgique et au Luxembourg
www.ambisrael.be


Ndlr de Courrier des lecteurs

Ci-après la lettre intégrale avec les annotations:

- En italiques et en grasses : les mots et phrases enlevés/censurés par Le Vif/L’Express et remplacés par des points de suspension (…) dans le journal.
- En italiques, en grasses et barrés : les mots et phrases censurés par Le Vif/L’Express, sans aucune indication dans le journal. Comme s’ils n’avaient jamais existés.
- En italiques et grasses entre crochets [] : les additions "explicatives" du Vif/L’Express pour escamoter sa censure.

A noter que, parmi les lettres, on remarque celle de Mme Véronique Vercheval, une propagandiste qui n’éprouve des sentiments de compassion que pour les enfants palestiniens, mais aucune pour les enfants israéliens. Voir son site, pour confirmation.

A noter également qu’un courriel envoyé par un quidam est repris intégralement, alors qu’il contient +/- 1500 signes. Le courrier censuré de l’ambassadeur n’en contient que 1600. Et la réaction, non censurée… de Jacques Gevers à la lettre de l’ambassadeur en contient +/- 1400. Bel exemple de respect et de déontologie journalistique pour les générations futures.

—————-

Bruxelles, le 7 juillet 2006

Monsieur Gevers,

Votre éditorial de ce jour, paru dans LeVif/L’Express ne m’étonne pas outre mesure, car s’inscrivant dans la campagne que votre magazine mène depuis longtemps déjà et avec un acharnement quasi thérapeutique pour délégitimer auprès de vos lecteurs toute action israélienne en vue d’assurer aux citoyens israéliens une vie quotidienne normale, en sécurité.

Vous ne semblez toujours pas comprendre, Cher Monsieur, que dans le tragique conflit israélo-palestinien, deux légitimités s’affrontent. Il me semble que vous préférez culpabiliser auprès du grand public Israël et seulement lui. C’est tellement plus facile d’être politiquement correct et de prêter à Israël le dessein de mettre en péril la sécurité internationale. Si je comprends bien votre raisonnement, si Israël ne protégeait pas sa population contre les tirs quotidiens de missiles et contre le terrorisme, la sécurité dans le monde se porterait mieux, on verrait par exemple les chiites et les sunnites cesser de s’entretuer en Irak… Les centaines de milliers de soudanais chrétiens tués au Darfour par des milices islamistes radicales couleraient des jours heureux…

Je ne me rappelle pas, Cher Monsieur, avoir lu un édito ou un papier de votre plume dans Le Vif/L’Express sur la peur et les traumatismes des populations israéliennes de Sderot et récemment aussi d’Ashkelon. Des missiles, tirés quotidiennement, atterrissent dans les écoles et jardins d’enfants des villes du sud d’Israël. Apparemment, pour votre magazine, en toute légalité internationale. Ces actions sont commanditées, financées et approuvées par le Gouvernement Hamas « démocratiquement » élu – dois-je vous rappeler que Hitler et le Président iranien Ahmadinejad ont aussi été démocratiquement élus – dont le dessein avéré est la destruction de l’Etat d’Israël. Vous, tellement au fait des desseins israéliens, semblez vouloir ignorer ce que cherche le Hamas, qui pourtant prône ouvertement la destruction de l’Etat d’Israël dans sa Charte.

Si je vous lis bien, les Palestiniens, assoiffés, ont le monopole de la souffrance. Dirigés par des grands démocrates - puisque démocratiquement élus- ils n’aspireraient qu’à la coexistence pacifique avec le voisin israélien, auquel vous prêtez d’autres « projets » et « desseins » . Cette terminologie que vous utilisez me ramène à la théorie du complot des Protocoles des Sages de Sion, reprise dans la Charte susmentionnée [du Hamas]. Heureusement que la société palestinienne a, elle, de grands visionnaires responsables et soucieux, comme vous, du bien-être de leur peuple !

Jehudi Kinar

[Ambassadeur d'Israël en Belgique et au Luxembourg]


© Courrier des Lecteurs *

* Dans sa rubrique "Qui sommes-nous ?", le site Courrier des Lecteurs se définit ainsi :
« Un groupe de volontaires qui suit depuis des années la désinformation dans les médias, surtout concernant le conflit du Moyen-Orient. Nous observons une constante falsification de l’information, jamais rectifiée, même quand l’information s’est avérée erronée. Les courriers des lecteurs, non publiés, vont directement à la poubelle. Dorénavant nous publierons nous-mêmes de telles lettres ici. Tenez-nous au courant de vos envois aux journaux restés lettre morte. Et n’oubliez pas d’indiquer les références de l’article que vous critiquez. »

[Textes signalés par R.R., Bruxelles.]

Mis en ligne le 11 août 2006, par M. Macina, sur le site upjf.org

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-11627-115-2-vif-lexpress-censure-droit-reponse-lambassadeur-disrael-en-belgique.html
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Sam 12 Aoû 2006, 02:17

Citation :
La mémoire courte des médias français

Les médias français, dans leur écrasante majorité, ont choisi leur camp : avec le Hezbollah, contre Israël. Les Français, malgré le matraquage médiatique, n'ont pas tous été leurrés par une presse corrompue moralement et parfois financièrement.
La médaille d'or du déshonneur revient à l'Humanité qui a titré, à propos des victimes libanaises, "Le massacre des innocents": ignoble amalgame, tout résonant du rétrograde antijudaïsme chrétien moyenâgeux qui voulait assimiler les Juifs au mal absolu, à la contre-humanité. Pas mal, pour un journal athée, pas mal pour un journal qui a démenti, caché, nié les 10 millions de victimes innocentes de Staline, "le petit père des peuples".
Il paraît, selon ce journal, suivi toujours par l' écrasante majorité des médias qu'il s'agit de victimes "civiles" et "innocentes", en omettant de préciser que pas un seul des 10000 combattants du Hezbollah ne porte, comme l'exige la loi internationale, un uniforme, précisément pour le distinguer des civils, ce qui constitue un crime de guerre avéré.
Non seulement ce sont tous apparemment des "civils" mais ils habitent, vivent et combattent exclusivement au sein de la population civile qui leur sert de bouclier. Leur arsenal est également entreposé dans des habitations, des mosquées, des hôpitaux, des écoles etc. et les sites de lancement de leur 10000 roquettes sont en majorité aménagés dans une pièce d'une maison particulière. Tous les journalistes sans exception le savent, 99,99% omettent de le préciser ces faits, constitutifs, eux aussi, de crimes contre l'humanité.
Le plus étrange est, qu'avant que des Juifs ne s'attaquent au Hezbollah, ce mouvement était honni de l'Occident et de la France en particulier. Normal : le Hezbollah détestait les journalistes et les forces d'interposition humanitaires.
Le 23 octobre 1983, un attentat au camion piégé, monté par le Hezbollah, fait sauter le Drakkar ou séjournaient les parachutistes français, venus en force d'interposition à Beyrouth. 58 parachutistes français sont ici Morts pour la France (sic) et le Liban (sic).
C'est moins cependant que le tribut payé par les USA au Hezbollah qui dans un attentat contre le QG des Marines à Beyrouth, ont assassinés pas moins de 241 marines en sommeil.

Le Hezbollah fait une entrée fracassante, c'est le cas de le dire, dans la cour des grands du terrorisme, devançant la Libye, la Syrie mais peut-être pas l'Iran, dont elle est l'aile avancée au Proche Orient.
Il s'attaque alors aux journalistes occidentaux, français en particulier qui ont l'impudence de croire que la France a son mot à dire dans le Liban qu'elle a porté sur les fonts baptismaux.
En 1985, le journaliste Jean Pierre Kaufmann et Michel Seurat, chercheur au CNRS, sont pris en otage par le Hezbollah. Le 8 mars 1986, 4 journalistes français : Georges Hansen, Jean-Louis Normandin, Philippe Rochot et Aurel Cornea sont à leur tour pris en otages par les mêmes à Beyrouth. Kaufmann sera libéré le 4 mai 1988 après 3 ans de captivité, et Seurat sera exécuté fin 85 ou début 86.

La presse française, à l'époque, évoquait leur sort quotidiennement jusqu'à leur libération.
C'était le bon temps, si l'on ose dire…
Mais aujourd'hui où ce sont les Juifs qui, menacés clairement et distinctement de disparition par le Hezbollah et la voix de leur maître, Ahmadinejad, ont proclamé leur volonté de réduire à l'impuissance ces malfaisants, alors selon la règle qu'entre deux maux il faut choisir le moindre, les médias français débordent de sympathie pour Nasrallah, que toute une population "pacifiste" porte aux nues, héros qui a le courage de se dresser face au monstre israélien et de lui infliger tel David à Goliath des coups mortels.
A l'extrême gauche on traîne comme toujours Tsahal dans la boue et l'on plaint les pauvres Palestiniens et Libanais d'être tombés dans les griffes colonialistes, capitalistes et américanophiles des sionistes. Il s'est trouvé même à l'UMP un député pour demander l'intervention militaire de la France contre Israël. Un membre éminent du parti de de Villiers* réclamait récemment que l'on donne une bombe atomique aux Palestiniens.
Pauvre France mais braves Français, tout de même ! Malgré ce matraquage à 99% sur les ondes, les écrans et la presse écrite, ils "ne sont que" 30% à rendre Israël responsables de la situation. 39% accusent le Hezbollah, 12% l'Iran, et 5% la Syrie, soit 56% de lucides dans les ténèbres médiatiques français.
Tout espoir n'est pas perdu. Peut-être que demain les Français s'éveilleront pour mettre un terme à la décadence dans laquelle les "élites" entraînent ce si beau pays.

par N. Cohen Tanugi www.israel-diaspora.info

http://www.migdal.org.il/annonce/213.php

* : à vérifier Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Sam 12 Aoû 2006, 22:34

Citation :
Rebondissement dans l'affaire de la désinformation par RTL TVI : Le document CNN qui accuse indubitablement la chaîne belge de falsification délibérée et propagande

RTL TVI a passé un reportage faisant passer une internaute du nord d'Israël pour une victime libanaise. Le chef de l'information de la chaîne belge nous a envoyé un rectificatif pour « rétablir la vérité », en fait SA fausse vérité, puisque nous avons totalement démoli ce qu'il dit, preuves à l'appui. Et le site belge CID, qui avait découvert le trucage, apporte la PREUVE DEFINITIVE que RTL TVI a sciemment commis cette falsification en altérant une traduction anglais-français.

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9888
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 13 Aoû 2006, 10:42

Citation :
Medias

2006-08-11 17:19:00


''Comme en Irak hier ou au Vietnam en d'autres temps, l'information est une arme pour les protagonistes d'un conflit qui se joue autant sur les terrains d'opération qu'à travers l'opinion publique, avec ce que cela comporte de pièges et autres tentatives de manipulation. Après un mois de conflit, la couverture devient de plus en plus compliquée à assurer. Déjà, les médias hésitent à fournir des bilans chiffrés des morts et blessés'', indique ''Le Figaro''.

Le quotidien français ajoute : ''Les épisodes de Tyr et de Cana et les rectificatifs à la baisse du décompte des victimes ont servi de leçon. A l'origine de ces erreurs, la communication pour le moins orientée du Hezbollah, insistant à l'envi sur les victimes civiles, mais jouant l'omerta quand il s'agit de ses propres combattants... Les épisodes de Tyr et de Cana et les rectificatifs à la baisse du décompte des victimes ont servi de leçon... A Beyrouth, ce sont les quartiers tenus par le Hezbollah qui sont inaccessibles. Sauf à céder aux sirènes « des safari tours » proposés par l'organisation elle-même''.

Le site Zombietime dresse une typologie des ''fraudes photographiques :

- les images manipulées numériquement après avoir été prises : ainsi, celle de la colonne de fumée dupliquée par Adnan Hajj, pigiste de Reuters ;

- les faits mis en scène par le Hezbollah et photographiés comme s'il s'agissait d'évènements spontanés et authentiques : ainsi, le ''sauveteur au casque vert et au gilet fluorescent'' à Cana qui exhibe des décombres d'un immeuble effondré les mêmes enfants à plusieurs heures d'écart ;

- les photographes mettant en scène ou déplaçant des objets, et présentant leurs clichés comme des reflets naturels de la réalité : ainsi, le cliché légendé : ''Un mannequin de vitrine vêtu d'une robe de mariée se tient près d'un site cible d'un raid israélien aérien à Cana, 31 juillet 2006, au cours duquel 54 femmes et enfants ont été tués la veille. REUTERS/Sharif Karim (Liban)''. Pendant la journée suivant le raid, des centaines de sauveteurs et de journalistes sont passés dans ce lieu et, après leur départ, on découvre ce mannequin posant devant les décombres ! Et personne ne l'avait remarqué auparavant ? C'est aussi le cas des jouets en peluches nets, propres, neufs, intacts, déposés sur des lieux détruits et noircis de fumée.

- les photos qui induisent une méprise car si elles sont vraies, elles ont été prises à un lieu ou à un autre moment'' : ainsi, la dame en noir qui se lamente à 15 jours d'intervalles sur son appartement qui vient d'être détruit devant un immeuble en ruine. A noter que cette même dame, vêtue différemment, sera photographiée devant un autre immeuble détruit présenté comme son foyer, à une 3e date. C'est le cas des photos des mêmes immeubles détruits, mais dont la date de destruction varie selon le cliché : 18 juillet, 5 août.

http://www.guysen.com/topnews.php?tnid=1027
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 13 Aoû 2006, 11:33

Citation :
Les grands média nationaux préparent les pogroms de la rentrée

Jean-Pierre Bensimon mercredi 9 août 2006

Pour sortir de la fosse politique où il repose depuis des mois, au moins depuis le "non" strident du peuple français au projet de traité constitutionnel européen du 29 mai 2005, Jacques Chirac s'est invité dans les grandes manœuvres politiques qui accompagnent l'actuelle guerre du Liban, comme tous les conflits armés médiatisés du Proche Orient.

Lors de son intervention tonitruante du 14 juillet, deux jours après le déclenchement des hostilités par le Hezbollah, il a martelé sa priorité absolue : imposer par tous les moyens un cessez-le-feu immédiat. Initiative diplomatique couronnée alors par trois stridents échecs: la conférence de la Ligue Arabe du 15 juillet, le sommet du G8 le 16, et enfin le sommet de l'Union européenne le 17 juillet. Ces trois instances – dont la Ligue arabe, oui, - refusèrent chacune à sa manière de ratifier une demande de cessez-le-feu immédiat qui faisait l'affaire du Hezbollah, illustrant les positions anti-israéliennes extrémistes du président français.

Jacques Chirac se précipita ensuite sur la question de l'évacuation des ressortissants nationaux piégés dans le pays en guerre et sur l'intervention humanitaire. Avec une arrogance certaine, il assaisonnait ses initiatives d'un zeste de menace militaire: des navires de guerre et des unités de combat étaient envoyés sur zone. Cela n'empêcha pas la France de prendre beaucoup de retard dans les opérations de transfert de ses nationaux en lieu sûr. D'autres pays discrets et efficaces, qui n'avaient pas jugé indispensable de déplacer des armadas, conduisirent les évacuations beaucoup plus promptement.

Enfin, Jacques Chirac est parvenu à co-rédiger avec les États-unis, un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, tout de suite refusé par les soi-disant "autorités libanaises". Ce projet de résolution tarde beaucoup à trouver une forme qui le rendrait présentable aux 15 membres dudit Conseil. Les États-unis semblent utiliser les penchants mégalomaniaques de l'élu de 2002 pour fixer son activité débordante et désordonnée dans un océan de palabres qui laisseraient à Israël le temps de porter les coups nécessaires à ce véritable danger pour la stabilité internationale qu'est le Parti de Dieu, le pion de l'Iran incrusté en terre libanaise.

Pour accompagner ses offensives débridées, il fallait à Jacques Chirac le soutien de l'opinion publique française, pourtant très lasse de sa présidence. Pour l'obtenir, le président français a entrepris ce qu’il sait sans doute faire le mieux : attiser les passions anti israéliennes par des campagnes médiatiques démentielles. De connivence avec son plus cher ami défunt, Rafic Hariri, l'envoyé de la cour saoudienne, il a entretenu depuis le début de l'Intifada de septembre 2000 des campagnes de propagande et de détestation sans égales hors du monde arabe, encadrant les média nationaux d'une main de fer dans un gant de velours. De ce point de vue, l’épisode Al Dura restera dans les annales de la désinformation chiraquienne.

Une immense campagne de haine anti israélienne a donc commencé dès le 14 juillet dans les média français de plus grande écoute, les grands réseaux de TV et les radios nationales.

Comme le note André Glucksmann dans un excellent article (1), si les centaines de milliers de morts des guerres de Tchétchénie, du Darfour, etc. sont à peine mentionnées par ces grands média, les morts arabes des guerres de défense israéliennes, deux ou trois cent fois moindres, suscitent les plus violentes dénonciations. Et les TV de repasser de façon lancinante, jour après jour, de longues séquences sur les cadavres d'enfants ensevelis sous les bombes, sur le désespoir des survivants et la douleur des déplacés. Les commentaires s'abstiennent de rendre compte de la raison de ces morts terribles, d'imputer rationnellement les responsabilités, d'identifier les vrais coupables, d'éclairer les motifs des parties en présence. Ils s'attachent par contre à provoquer l'émotion, la colère, le sentiment d'être soi-même agressé, en un mot la haine d'Israël, avec le triptyque obsessionnel: "morts", "civils", "enfants".

Ainsi, le président peut se prévaloir du soutien de son opinion publique, d'autant qu'une classe politique vraiment pitoyable fait lâchement chorus avec le chef de l'État, à quelques notables exceptions près.

Le problème, c'est le contrôle de la haine ainsi diffusée. A partir de quel point, de quelle dose d'images stigmatisantes déroulées en boucle, passe-t-on de la pression sur l'opinion à l'incitation au passage à l'acte, en un mot à l'incitation au lynchage des Juifs de rencontre? La réponse n’est pas facile à énoncer. C'est que la France est divisée en groupes sociaux qui sont loin de réagir uniformément. Le groupe qui pose le plus de problèmes en matière de passage à l'acte, c'est le groupe des jeunes musulmans arabes et africains issus de l'immigration. Leur "susceptibilité" s'est manifestée depuis l'an 2000 par un nombre inégalé d'actes antisémites violents qui ont fait peser sur la France l'ineffable soupçon d'être le pays européen d'élection d'un racisme antijuif irréductible. Ceux qui sont allés à l'assaut des forces de l'ordre en novembre dernier, pendant près d'un mois, au cri de "Allah Akbar", avec des bouteilles incendiaires et parfois des balles, vont-ils poser le regard du philosophe sur les embrasements de la Oumma, quand les images des TV nationales illustrent à loisir le thème des Juifs tueurs d'enfants arabes que les feuilletons égyptiens et syriens leur serinent déjà pour le Ramadan et à longueur de temps?

Les accusations obsessionnelles des radios, les images qui sont diffusées par les TV nationales pour donner une légitimité dans l'opinion aux prises d'initiatives diplomatiques du président diminué, préparent sûrement les pogroms de la rentrée.

On vient d'en avoir un avant-goût à Annecy. Un jeune Juif de 16 ans a failli être mis à mort lundi 7 août par "des jeunes des quartiers sensibles" qui se sont jetés sur lui en proférant des bordées d'injures antisémites pour avoir seulement entendu son amie l'appeler par son prénom, Abraham. Il n'a dû la vie sauve qu'à la promptitude d'agents de sécurité et de leurs molosses, qui n'étaient pas loin de la scène du lynchage.

Il n'est pas question ici de trancher des questions relatives à la guerre du Liban. Tout montre que la guerre de défense d'Israël est une guerre imposée, une guerre juste, et que cette guerre, menée avec une retenue exemplaire, correspond aux intérêts du monde civilisé. La question soulevée ici, c'est celle de l'irresponsabilité des dirigeants de l'État, les vrais décideurs de l'information véhiculée par les réseaux de TV et les radios, qui sont en train de renforcer une haine antisémite sauvage, potentiellement meurtrière, parmi "les jeunes des quartiers sensibles".

Dans quelques semaines cette bombe à retardement risque bien d'exploser. Chirac et sa cour ne pourront plaider ni l'ignorance, ni la non culpabilité.

(1) Proche-Orient: les illusions calamiteuses d'une géopolitique surréaliste Le Figaro 8 août 2006

http://www.objectif-info.com/chroniques/pogroms_rentree.htm
Revenir en haut Aller en bas
philippe



Masculin Messages : 2254
Inscription : 08/07/2005

MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 13 Aoû 2006, 13:34

Mais tu donnes tout à Chirac et tu laisses rien aux autres. C'est même pas juste ce que tu fais là, Na !
Et Douste Blasy qui dit texto que:

" l'Iran est un facteur de stabilisation au proche-Orient".

C'est pas mal non-plus quand même? Enfin il fait ce qu'il peut le pauvre.
Comment vous ne savez pas ? Le loup est facteur de stabilisation dans la bergerie, et le renard dans le poulailler. Connard de bélier qui fonce tête baissé sur le loup au risque de le blesser; Il a rien compris l'idiot.
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 13 Aoû 2006, 14:45

Very Happy

Et encore, on ne parle pas de Jââââck en Syrie Mr. Green

Cuila, pour le battre spiderman
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Lun 14 Aoû 2006, 17:54

Citation :
Le mort qui marche (alias « la Piéta libanaise ») et le cadavre assis

France-Echos n'arrive plus à relayer les dizaines d'œuvres des faussaires et metteurs en scènes « hezbollywoodiens » démontées par des internautes. On ne peut que donner quelques exemples, parmi lesquels ces deux cas odieux qui rappellent les « victimes » palestiniennes se relevant des civières dès qu'elles furent hors du champ des caméras officielles.

Suite : http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=9899

Citation :
Fraudes photographiques au Liban / Photo fraud in Lebanon

Submitted by Ram Zenit on Mon, 2006-08-14 12:28.

Pour voir de vos yeux les techniques de fraude du Hezbollah, allez sur ce site!

Quelques nouveaux trucages démontés (en anglais) Idea

http://politiquearabedelafrance.net/node/453
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 15:43

Citation :
Touche pas à mon info !

Telle est, en résumé, la teneur des réactions de l’ex-président de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), Michel Tubiana, et de Bruno Stevens, photojournaliste belge, à l’article de Shmuel Trigano paru dans Libération le 31 août 2006, "Guerre, mensonges et Vidéo".

Celle de Tubiana, peu intéressante, basée, en gros, sur l’antienne bien connue qu’est l’inaliénable droit à critiquer un État critiquable – tout le monde aura reconnu Israël – s’achève néanmoins sur une conclusion amusante :

"En attendant, peut-être consentira-t-il [Trigano] à admettre qu'avant de se préoccuper des intentions de la main qui prend la photo, le cadavre de l'enfant que l'on y voit est d'abord celui d'un innocent dépourvu de nationalité".

Au-delà du pathos, on aimerait bien croire en la sincérité de l’ancien patron de la LDH. Seulement voilà : Tubiana, avant de quitter la tête de son organisation, a mené, en guise de baroud d’honneur, une action niant justement l’universalité de la souffrance de l’enfant victime de la guerre (lire).

Suite : http://www.primo-europe.org/
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 16:07

Le Mrap veut mettre à l'index… le Petit Robert 2007

Hé oui, le groupuscule de Mouloud Aounit ne craint aucun ridicule dans ses méthodes soviétoïdes ou islamistes que nous avions déjà évoquées. Le dictionnaire de référence le plus connu de la langue française ne lui plaît pas à cause de la définition de deux mots ? Il demande tout simplement le retrait de la mise en vente de l'ouvrage.
Voici la dernière fatwa du Mrap :

« Le MRAP demande le retrait du Petit Robert 2007

Le MRAP élève une vigoureuse protestation contre des définitions du Petit Robert 2007. En effet, aux mots « colonisation » et « coloniser », Le Petit Robert propose les définitions suivantes :

- Colonisation : « mise en valeur, exploitation de pays devenus colonies »
- Coloniser : « coloniser un pays pour le mettre en valeur, en exploiter les richesses. »

Pour le MRAP, ces définitions ne sont ni plus ni moins qu'une caution et une justification de la colonisation, le Petit Robert reprenant ainsi à son compte l'esprit de la loi du 23 février 2005 qui reconnaissait à la colonisation française un « rôle positif ».

la suite ici:

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10073
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 16:12

Sarkozy, candidat de la droite multirécidiviste
Pour vous faire une opinion sur ce que sera la « France d’après » de Nicolas Sarkozy, Ce ne sont pas ses discours de forain qu’il faut écouter mais les pages de vos journaux qu’il convient plutôt de lire attentivement à la rubrique « faits divers ».

Hier, après une course-poursuite infernale sur la francilienne à plus de 220 km/h au volant d’une puissante Audi A 4 volée quelques heures plus tôt, un braqueur multirécidiviste fiché au grand banditisme se réfugie dans une habitation après une chasse particulièrement dangereuse dans les rues de Lieusaint (77) et fait mine de prendre en otage ses habitants.

Il lance à la police venue l’encercler pour le déloger : « Barrez-vous où je les bute tous ! ». Fort heureusement, la maison était vide. Le voleur est très vite contraint de se rendre. Agé de 46 ans, il expliquera aux enquêteurs qu’il avait effectivement volé lé véhicule pour « répondre à une commande… ». Ses premiers démêlés avec la justice remonteraient à … 1977. L’homme est connu pour de multiples affaires de vol à main armée et son train de vie serait plus que confortable.

Quelques heures après son interpellation, en fin d’après-midi, le braqueur était remis en liberté par la police de Sarkozy aux ordres de la justice de Villepin.

Nicolas Sarkozy n’est pas le candidat de la rupture mais celui de la droite multirécidiviste qui ne fera pas demain ce qu’elle n’a ni su, ni pu, ni voulu faire hier.

Source : Le Parisien, édition de l’Essonne, 6 septembre 2006

http://voxgalliae.blogspot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 16:46

Citation :
Ne comptez pas sur la France, sinon pour vous trahir !

Par Guy Millière

Sunday 27 August [07:36:00 BST]

© Metula News Agency

La seule chose que l’on puisse faire, lorsqu’on a des totalitaires fanatiques pour voisins, est de se défendre avant qu’ils ne vous tuent

Globalement, ce qui se dit et ce qui s’écrit de façon courante, en ce pays de France où je suis né, au mieux me laisse désabusé, au pire, me fait horreur et provoque en moi une répulsion profonde. Ceux qui ont observé, impuissants, la montée de tous les courants malsains des années 1930 en Europe ont dû ressentir ce genre de sensations avant moi. Les propos, les raisonnements, les analyses actuelles – ou ce qui en tient lieu – paraissent resurgir desdites années 1930.

Il n’y a pas d’antisémitisme et de racisme en France aujourd’hui, c’est bien connu : il y a juste une dénonciation des « crimes sionistes », avec des mots de plus en plus agressifs et de plus en plus haineux, au point que, c’est l’existence même d’Israël qui semble être devenue un crime. Il n’y a pas de falsification de l’histoire : juste l’adoption graduelle d’une clé islamiste de l’histoire qui, au train où vont les choses, pourrait devenir LA version française de l’histoire. Il n’y a pas un remplacement brutal de l’information par la propagande : il y a une instillation graduelle de doses de plus en plus importantes de propagande à l’intérieur des réseaux de l’information et, dès lors que cette information contient des bribes d’éléments justes et avérés, les falsifications les plus immondes deviennent indissociables du reste et sont difficiles à dénoncer.

Suite : http://www.menapress.com/article.php?sid=1510
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 17:43

A JCMD,


Citation :
Le MRAP élève une vigoureuse protestation contre des définitions du Petit Robert 2007. En effet, aux mots « colonisation » et « coloniser », Le Petit Robert propose les définitions suivantes :

- Colonisation : « mise en valeur, exploitation de pays devenus colonies »
- Coloniser : « coloniser un pays pour le mettre en valeur, en exploiter les richesses. »

Pour le MRAP, ces définitions ne sont ni plus ni moins qu'une caution et une justification de la colonisation, le Petit Robert reprenant ainsi à son compte l'esprit de la loi du 23 février 2005 qui reconnaissait à la colonisation française un « rôle positif ».


Alors là c'est le bouquet! Et c'est ridicule! Vouloir interdire cette définition du Robert. Et nous faire croire que la colonisation n'eût que des effets négatifs. C'est vrai que de vouloir l'inscrire dans une loi c'était aussi ridicule mais faire tout le temps de l'ethnocentrisme une mauvaise conscience et que ça c'est "se foutre du monde" et passez-moi encore cette expression.



M.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 17:54

bien d'accord manuel!
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 17:57

Je suis allé récemment au Maroc par exemple.

De quel époque leur vient les quartiers dits moderne ou nouveau (par opposition à vieille ville) dans les grandes villes?

Et leurs infrastructures?

Et le développement post-colonial n'a pas été fulgurant


M.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 18:07

manuel a écrit:
Je suis allé récemment au Maroc par exemple.

De quel époque leur vient les quartiers dits moderne ou nouveau (par opposition à vieille ville) dans les grandes villes?

Et leurs infrastructures?

Et le développement post-colonial n'a pas été fulgurant


M.

le maghreb doit beaucoup à la france.

c'est d'ailleurs depuis le départ français que rien n'est plus allé là-bas..

notament l'algérie..
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 20:06

Ceci dit il ne faut pas faire d'angélisme. Les colons ont bien profité aussi. L'image du blanc égal à une espèce de demi-dieu n'est pas qu'une invention. Nous étions aussi trés arrogant bien des fois.

Ce sont les leçons de l'histoire ou comment cracher contre le vent et...



M.
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 21:07

c'est vrai.
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 22:40

Alors là, c'est bien une des rares fois où nous sommes d'accord, Manuel !

Comme quoi tout arrive Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
manuel



Messages : 1005
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 22:51

Les faits tangibles et une vision des choses qui n'oublie d'être attentive.


M. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 06 Sep 2006, 23:11

lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 07 Sep 2006, 00:59

Décadence culturelle
La chanteuse belge Axelle Red, a été élevée au grade de chevalier dans l'Ordre des Arts et Lettres mercredi soir à Paris par le ministre de la culture et de la communication, Renaud Donnedieu de Vabres.

Le ministre a également salué en Axelle Red "une artiste hors du commun, inclassable qui chante l'intime et le quotidien, mais aussi les plus belles causes qui nous rassemblent".




Source:Le Monde

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-28086760@7-37,0.html?xtor=RSS-3208
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 07 Sep 2006, 02:03

Euh, quel rapport avec le fil, JCEMD ???
Revenir en haut Aller en bas
Jesus Christ est mon Dieu



Masculin Messages : 5705
Inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Re: Pravda en action   Jeu 07 Sep 2006, 14:19

Laurent a écrit:
Euh, quel rapport avec le fil, JCEMD ???

scratch

Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://foicatholique.cultureforum.net
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Ven 08 Sep 2006, 23:23

Citation :
L’affaire Al Dura passe en tribunal

Lire le dernier papier de Richard Landes, l’auteur du meilleur dossier sur l’affaire.

Cet automne, les mensonges de France2 auront une réelle chance, ou plutôt trois chances, d’être révélés, devant la Justice, laissant enfin place à la vérité dans l’esprit et la conscience du grand public. Si les intérêts personnels et politiques ne viennent pas trop enbrumer les délibérations.

Pour expliciter le problème et les enjeux, je propose de visionner les deux principales vidéos disponibles (France2 cache toujours ses rushes), dont les versions françaises sous-titrées — part 1, part 2 — sont disponibles sur Dailymotion (hélas incompatible avec mon système), puis de lire ma traduction des notes de Richard Landes réalisées à l’automne 2005. Dans cet ordre sur les posts ci-après (patienter un peu jusqu’à que les interfaces vidéo s’installent):

Pallywood, Part 1Pallywood, Part 2Le bloc-notes de Richard Landes

http://ajm.ch/wordpress/?p=226

les deux vidéos Pallywood sont également présentes sur le fil Débat islam Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Sam 09 Sep 2006, 15:08

Citation :
Cachez ces violences scolaires que je ne saurais voir !

Après le Mrap qui veut censurer des enquêtes sociologiques sur l'intégration ou la délinquance, voici que l'UNSA (syndicat enseignant de gauche) donne lui aussi dans la censure du « politiquement incorrect ».
L'hebdomadaire Le Point avait publié la semaine dernière le classement des établissements scolaires les plus "dangereux". Il se basait sur les résultats de Signa, logiciel de signalement d'actes de violences mis en place par l'Education Nationale.

C'en est trop pour Philippe Guittet, secrétaire général du SNPDEN, syndicat de chefs d'établissements filiale de l'UNSA. Il déclare dans lors d'une conférence de presse que les adhérents de son syndicat boycotteront dorénavant Signa.

Faut-il se boucher les yeux et les oreilles, et laisser les enseignants se faire harceler par les voyous ? Est-ce délictueux de publier la liste des établissements « sensibles » ? A-t-on peur de corrélations que l'on pourrait faire avec des populations données ?

En tout cas, ce qui est un délit, c'est de ne pas obéir aux directives de son patron, en l'occurrence l'Education Nationale, et plus largement l'Etat français au service des Français.

L'UNSA nous donne donc un superbe exemple d'appel à la désobéissance de fonctionnaires payés par nos impôts, et d'une volonté de censurer des faits et des chiffres contraires à une idéologie.

Depuis quand ce sont des syndicats qui donnent des ordres aux enseignants, et surtout des ordres d'insoumission aux autorités de tutelle ? Sommes-nous encore dans un Etat de droit ?

Qu'attend le ministre de l'Education pour porter plainte contre le SNPDEN-UNSA ?

Il y en a marre de ces terroristes intellectuels et de cette police gauchiste de la pensée !

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10121
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Sam 09 Sep 2006, 15:29

Citation :
Les affres du journaliste photo

Le conflit libanais a fait, malgré le peu de confiance que l’on peut accorder aux chiffres, entre 800 et 1000 morts civils.

De ce nombre, il faut aussitôt retirer les combattants hezbollahs, les pleutres qui se cachaient au sein de la population, sans aucun signe distinctif, malgré les rutilants uniformes de parade dont ils sont pourtant amplement pourvus.

Pour la guerre, ils ont préféré les conserver dans la naphtaline. Sans doute les gardent-ils intacts pour le prochain défilé, celui qui leur permettra de bomber le torse en faisant avec grâce et souplesse le si avenant salut nazi.



Partisans et détracteurs d’Israël sont tous d’accord pour dire que, parmi ces morts, il y a un nombre trop, beaucoup trop important d’enfants. Et la mort d’un enfant n’est pas acceptable. L’armée qui ne fait pas tout ce qui est en son pouvoir pour éviter la mort d’un enfant lors de combats doit rendre des comptes.

Les idéologues adversaires acharnés d’Israël surfent sur cette détestation, version moderne du « massacre des innocents », pour fustiger plus encore cet Etat. Ils sont certains de faire recette.

Ces idéologues n’avoueront jamais, journalistes photos en tête, que les réjouissances israéliennes autour de bombardements des civils libanais sont demeurées exceptionnelles si ce n’est cette détestable initiative ayant consisté à faire signer les bombes par des écolières israéliennes. Ce genre de « coutume », magnifiant un acte de mort, doit être résolument dénoncé et combattu.

Bien évidemment, les photos des écoles et lieux publics en liesse dans les territoires disputés et pays arabes à chaque attentat suicide et tirs de missile sur des civils israéliens ne passent jamais le stade de la censure (en l’espèce, une autocensure car au Liban, elle était conduite par le Hezbollah... Qui cornaquait tous les journalistes sur place).

Il est difficile de montrer ses protégés se réjouissant de la mort d’autrui, fut-il Juif !

Ceux qui ont pu visiter Israël aux jours sombres de juillet-août savent pourtant les larmes versées par les Israéliens du fait de ces bombardements. Larmes, embarras, révolte...Pourquoi fallait-il en arriver là ? N’y avait-il pas d’autres moyens ?

Ces constants questionnements, qui sont la grandeur d’une vraie démocratie, n’ont pas fini de faire des vagues. Elles font encore vaciller le gouvernement.

On attend encore les manifestations de désapprobation au sein des pays arabes lorsque 200 personnes se font assassiner par des fous de Dieu sanguinaires dans un autre pays arabe.

Les réservistes israéliens qui crient leur colère regrettent que le gouvernement et les chefs militaires ne leur aient pas permis d’aller plus loin. Non pour dézinguer plus encore de civils et donc d’enfants, comme se plaisent à le penser les anti-Israéliens primaires, mais pour ôter définitivement toute capacité au Hezbollah de nuire aux civils israéliens et, par voie de conséquence, aux civils libanais.

Qu’Israël soit le lieu central de ce débat ne semble pas ébranler les convictions des donneurs de leçons, journalistes, politiques et associatifs.

Les photographes ont aussi des états d’âmes

Ces photosjournalistes, réunis à Perpignan, au 18e Visas pour l’image sont partagés, nous dit l’AFP, entre révolte et amertume. Et ils s’insurgent contre les accusations de manipulation.

Le Belge Bruno Stevens (Cosmos), dont une photo est mise en cause par M. Trigano (lire sur Primo), s'insurge: "les gens qui s'imaginent que, dans un bombardement, on amène des peluches toutes propres dans les décombres, c'est n'importe quoi, je les invite à venir sous les bombes".

Bien que tout prouve le contraire, ils sont nombreux ceux qui aimeraient le croire. Mais Stevens revendique « un journalisme qui a une opinion, une émotion et des sentiments ». Jean-Paul de Belmont, ici même, a prouvé avec astuce combien Stevens n'avait qu'une opinion (lire).

Passons rapidement sur l’emploi du singulier et du pluriel dans cette revendication.

Les exemples, dont l’une des péripéties fut relatée par Primo cet été (lire Reuters l'éthique de la presse) sont trop nombreux pour être considérés comme autre chose qu’une pratique courante.

C’est bien ce qu’un autre photographe dénonce. Stanley Greene (agence Vu), grand nom du photojournalisme, se dit ulcéré par le comportement de certains photographes qui se ruaient sur les scènes macabres.

Pour lui, la "tendance à la dérive" est devenue pire au Liban, car "le public est devenu assoiffé de sang, les médias réclament tellement de vitesse. Les gens souffrent et meurent. Ils doivent être un sujet de respect, mais ils ne le sont pas, à cause de la vitesse des médias, parce que tout est urgent, urgent, urgent".

Il faut remercier Monsieur Greene. Avec lui, tout devient déjà un peu plus clair.

Cette soumission aux diktats du marché est évidente pourtant. Comme l’est celle qui répond aux impératifs politiques.

De l’histoire ancienne

Dans un communiqué du 26 août 2002, le Syndicat des journalistes palestiniens a formellement interdit aux médias locaux et internationaux de photographier ou de filmer des enfants armés ou vêtus d’uniformes militaires lors de manifestations de rues, au prétexte d’"une violation flagrante des droits de l’enfant".

Cette interdiction s’applique à tous les professionnels opérant dans les Territoires occupés, aussi bien palestiniens qu’étrangers. La clique arafatienne s’était aperçue à l’époque qu’il était « contre-productif » de montrer l’embrigadement des enfants et l’enseignement de la haine.

"C’est une conception pour le moins surprenante du rôle d’un syndicat de journalistes que d’interdire à ceux-ci d’exercer librement leur métier", s’était indigné à l’époque Robert Ménard, secrétaire général de l’organisation Reporters sans frontières. "Nous demandons que le Syndicat des journalistes palestiniens revienne sur cette interdiction motivée par une fausse sollicitude envers l’enfance et qui ne vise qu’à désinformer le monde sur la situation réelle dans les Territoires occupés", a ajouté le secrétaire général.

Trois jours après, le 29 août, le directeur de ce syndicat, Naeem Tubasi déclarait : "Le conseil du SJP n’avait aucune connaissance de ce communiqué, que nous condamnons. Il ne représente en aucun cas la position officielle du syndicat qui souhaite honorer le travail des professionnels des médias".

Qu’elles soient politiques, financières ou idéologiques, les tentatives d’asservissement des médias continuent de plus belle.

Combien ont le courage et la volonté d’y résister ?

Mais il en va du photojournalisme comme du reste. Il suffit de quelques exemples pour discréditer toute une profession. Il n'est pas un homme politique corrompu qui dira le contraire.

Paul Lémand © Primo Europe, le 8 Août 2006.

http://www.primo-europe.org/
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 10 Sep 2006, 01:17

Laurent a écrit:
Citation :
Cachez ces violences scolaires que je ne saurais voir !

Après le Mrap qui veut censurer des enquêtes sociologiques sur l'intégration ou la délinquance, voici que l'UNSA (syndicat enseignant de gauche) donne lui aussi dans la censure du « politiquement incorrect ».
L'hebdomadaire Le Point avait publié la semaine dernière le classement des établissements scolaires les plus "dangereux". Il se basait sur les résultats de Signa, logiciel de signalement d'actes de violences mis en place par l'Education Nationale.

C'en est trop pour Philippe Guittet, secrétaire général du SNPDEN, syndicat de chefs d'établissements filiale de l'UNSA. Il déclare dans lors d'une conférence de presse que les adhérents de son syndicat boycotteront dorénavant Signa.

Faut-il se boucher les yeux et les oreilles, et laisser les enseignants se faire harceler par les voyous ? Est-ce délictueux de publier la liste des établissements « sensibles » ? A-t-on peur de corrélations que l'on pourrait faire avec des populations données ?

En tout cas, ce qui est un délit, c'est de ne pas obéir aux directives de son patron, en l'occurrence l'Education Nationale, et plus largement l'Etat français au service des Français.

L'UNSA nous donne donc un superbe exemple d'appel à la désobéissance de fonctionnaires payés par nos impôts, et d'une volonté de censurer des faits et des chiffres contraires à une idéologie.

Depuis quand ce sont des syndicats qui donnent des ordres aux enseignants, et surtout des ordres d'insoumission aux autorités de tutelle ? Sommes-nous encore dans un Etat de droit ?

Qu'attend le ministre de l'Education pour porter plainte contre le SNPDEN-UNSA ?

Il y en a marre de ces terroristes intellectuels et de cette police gauchiste de la pensée !

Francis Percy Blake
blake@france-echos.com

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10121

--------->

Citation :
Exclusif

Les chiffres de la violence par établissement

L’Education nationale a recensé 82007 événements graves dans les 7924 collèges et lycées publics durant l’année scolaire 2005/2006. Sur ce site, retrouvez, établissement par établissement, le détail des actes de violence commis. Ainsi que les suites qui y ont été données.

Mode d'emploi
Pour recenser les actes de violence à l’Ecole, le ministère de l’Education nationale a conçu une base de données, dénommée Signa, une des rares au monde à fonctionner. [suite]

Accédez aux résultats de chaque établissement en utilisant les menus déroulants ci-dessous :

http://violencesscolaires.lepoint.fr/

Amis enseignants français du forum, ceci est pour vous Idea
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Dim 10 Sep 2006, 13:56

Citation :
L'Al-Manar libanais est (enfin !) ruiné , mais l'Al-Manar français crache toujours sa haine...

Radio-Méditerranée, dimanche 3 Septembre 2006. Ligne « ouverte » de Mathlouthi :
L'émission commence très fort. Fatima, une auditrice qui s' écoute parler enfile les contrevérités abominables, citations choisies :

"Il n'y a pas de notions plus antinomiques que l'Islam et le fascisme"

(Mannes du grand Mufti , vous entendez cela ?)

"Le fascisme c'est le militarisme , l'Islam c'est la religion de la paix"

(Mannes de Mahomet , créateur du concept de djihad, vous entendez cela ?)

"Les conversions forcées à l'Islam sont strictement prohibées"

(Chers frères Coptes , qu'en pensez-vous ?)

"L'Islam est d' une parfaite tolérance vis-à-vis de ce Christianisme le plus ancien"

(Chers Frères Chrétiens d' Irak, vous entendez cela vous aussi ?)

"Nous [les musulmans] avons eu jamais affaire à l'extermination des peuples entiers ou de communautés entières sous prétexte de religion"

(Mannes des Turcs , inventeurs du génocide moderne , vous entendez cela ? Milices arabo-musulmanes djandjawid qui êtes en train de massacrer 180 000 chrétiens et animistes Noirs au Soudan vous entendez cela ?)

Puis Mathlouthi s'en prend à l'idole de Sarkozy et aux "Noirs et bougnoules de service".

Il s'attaque aussi à Jospin.

Samir, un auditeur, attribue à "la communauté musulmane" l 'échec de Jospin du fait de ses déclarations contre le Hezbollah en Palestine !

Je passe sur un flot de haine que débite ce corbeau musulman.

Mathlouthi s' en prend alors aux Juifs et particulièrement au décret Crémieux sa nouvelle obsession :

Il matraque qu'avec ce décret "Les Juifs sont devenus des harkis".

Alors là j 'explose derrière mon poste.

Comment Mathlouthi qui est l'archétype de ceux qui :
- En 1960 ont dit à la France : "Fous le camp !"
- En 1980 ont dit à la France ; "Accueille-moi !"
- En 2006 disent à la France : "Je te crache à la gueule !",

Comment MATHLOUTHI CE TROIS FOIS RENEGAT, ose-t-il injurier nos compatriotes Harkis et Juifs du Maghreb qui ont toujours manifestés leur amour de la France ?

Mathlouthi défend alors Mouloud Aounit attaqué par "toute la sidaracaille des nazisionistes" (sic).

.C'est nous qui devons être visé là par cette c…

Un auditeur résistant courageux , Jean-Pierre, qui fait remarquer à Tawfik, cette évidence historique que l'Algérie n 'existait pas avant 1830 est violemment pris à parti par le fasciste vert Mathlouthi qui lui coupe brutalement l' antenne.

Kamel, un auditeur, affirme lui qu' en "1830, les Français ont trouvé une nation très civilisée".

(Bien entendu Kamel, l'Algérie comptait avant 1830, de nombreux Mathématiciens, Physiciens, Chimistes, Médecins, Biologistes, Philosophes, etc. etc., ils sont très connus de nos jours.)

Enfin Mathlouti me le confirme , en fin d' émission les "sidaracailles" c'est bien nous.

Citation :

"Sur le site de la cyberracaille nazisioniste France-Echos qui est un site d' une poubelle de pensée et qui nous dit, c'est un témoignage (…) et je souhaite vivement que les autorités publiques de ce pays cessent le deux poids deux mesures dans l'application des lois et appliquent les lois à la lettre.(Mathlouthi cite alors une contribution de FE qui l'a tendu très colère, le pauvre chou)

"Jeudi matin avant de partir au travail (…) Elle, avec un torchon multicolore sur le tête à la mode prescrit par le tordu pédophile fondateur de la secte des détraqués qu'on voit traîner dans nos rues"

Est ce que cela tombe sous le coup de la loi ? " s' interroge Mathlouthi concluant ainsi son sinistre numéro de clown musulman…

Ce matin chez Finkielkraut, sur France-Culture, des sociologues s' interrogeaient avec la componction de chanoines sur la "crise des banlieues" de l'Automne.

Savent-il seulement que Mathlouthi appelait depuis des mois à une "intifada", "intifada des urnes", certes, mais les barbares des banlieues qui brûlent nos écoles savent-ils seulement ce qu'est une urne ?

Honte à Baudis et honte au CSA qui laissent en l'état l'Al-Manar français…

Islamophobe

http://www.france-echos.com/actualite.php?cle=10133
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mar 12 Sep 2006, 01:32

Citation :
L'islamocorrect ou la soumission des esprits

LSA Oulahbib le 12/09/2006

La culpabilité règne, puisque les malheurs du monde ont pour cause l'Occident en général, les USA en particulier.

Toutes les guerres ayant eu pour cause l'Occident en général, les USA en particulier, normal qu'ils "payent", Iran, Vietnam, Chili, vingt ans auparavant, peu importe car en 2001, 2006, 2050, les générations futures verront le sang de supposés innocents retomber sur leurs têtes suite aux actes supposés coupables de leurs ancêtres ; ainsi 3000 personnes payeront en 2001 ce qui se serait passé cinquante, quarante, trente ans auparavant, voilà l'ultime justification d'un 11 septembre qui vient en miroir d'un autre 11 septembre celui du coup d'Etat au Chili, tandis que les dizaines de millions de morts en URSS, en Chine, les millions au Cambodge, en Irak, les centaines de milliers en Algérie, Rwanda,passeront pratiquement comme une lettre à la poste, pas de mouvement terroriste mondial cherchant à les venger en tuant quelques dizaines d'années après quelques milliers de russes, chinois, cambodgiens, algériens...nothing, niet.

Et tout le monde accepte, via des médias surexcités contre Bush et Blair. Tout le monde accepte les raccourcis, les amalgames, les procès en sorcellerie, la preuve ? Des dizaines de milliers de gens au Darfour sont en train de mourir sous nos yeux, et aucune pleureuse ne vient réclamer une force réelle d'interposition, la même qu'au Liban s'iou plait ! mais non ! vous n'y êtes pas, le darfour, zéro pointé en matière d'émotionométrie, rien, puisque tout désormais doit tourner autour du refus islamique de concevoir une coexistence pacifique avec Israël et ce dès 1947 ! c'est-à-dire bien avant les réfugiés de 1948, la guerre de 1967 etc ; dès cette date pourtant le refus s'installe fermement, se nourrit de souffrance et de morts, répand par là son refus de tout ce qui n'est pas lui ; même si, pendant un temps, ce refus avait des doutes ; aujourd'hui il n'a que des certitudes, telle celle de refuser au vent et au regard de jouer avec les chevelures ondoyantes des femmes.

Mais, chut ! penser cela fera de vous un islamophobe, eh oui, une maladie, assez grave pour que de braves députés français de l'UMP semblent la dénicher dans la moindre caricature, bientôt la moindre critique, comme au temps du vol lourd des corbeaux sur la plaine, ce qui fera de vous un décapité en sursis, préparez-vous, vous voilà en dysfonction n°6 !

Ce qui est là renverser en l'accentuant cette fantastique façon de penser qui s'est emparée dorénavant de l'analyse des choses en stipulant que si un islamiste met une bombe c'est bien parce qu'il souffre et non parce qu'il veut terroriser pour que l'on se soumette à lui... non !!! vous n'y êtes pas, il lutte pour vous, il agit pour vous, comme au tout début, lorsqu'il était accueilli avec des fleurs et du miel, mais oui, et, attention, il se sentira mal aimé si vous ne le laissez pas faire ce qu'il veut, c'est tout ; et ne pensez surtout pas qu'il en a à votre mode de vie, sous peine de vous voir catalogué de "malade". Comme cette paire d'idiots, les deux B, qui pensent que les maîtres d'oeuvre du 11 septembre n'étaient pas des désespérés en dysfonction et en attente d'une formation (ou d'un CNE), mais des êtres humains pleinement maîtres de leurs moyens, de leurs neurones, et qui veulent simplement dominer le monde, c'est tout, quel mal y-a-t-il à cela, en plus c'est écrit, prévu.

Ce matin, sur France Info, le patron de la DST aurait dit que plusieurs centaines de terroristes avaient été arrêtés sur le territoire national. Pourquoi ? La France n'est pas en Irak, a condamné l'attaque "disproportionnée" d'Israël, soutient mordicus les Palestiniens, alors ?... La France a voté la loi sur les signes ostensibles, la France est en Afghanistan. La France soutient les généraux en Algérie. C'est que la France est indépendante. Voilà le hic. La France n'est pas soumis (encore) à la Charia, voilà la preuve patente de son islamophobie... Alors qu'il conviendrait de se repentir, mais oui, regardez l'état de la planète, la mondialisation, tout cela l'islam saura le régler, aussi efficacement qu'il l'a fait partout où il est aux affaires, regardez en Arabie Saoudite, en Iran, en Somalie maintenant, même Chavez vient en Syrie pour apprendre comment on fait pour devenir président à vie : il suffit de se dire lieutenant de Dieu, voilà tout. Et de traiter de fou celui qui dira le contraire...

http://www.resiliencetv.fr/modules/news/article.php?storyid=1216
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Mer 13 Sep 2006, 17:30

Citation :
Procès Al-Durah : état d’esprit de la France du début du XXIe siècle

13/09/2006

Le 14 septembre s’ouvrira le premier des trois procès en diffamation, intentés par France 2 et son correspondant permanent en Israël, Charles Enderlin, à l’encontre de trois personnes privées qui n’ont pas ménagé leurs critiques envers la chaîne de télévision nationale française et son journaliste, pour leur couverture médiatique, qu’ils estiment partisane, voire mensongère, de cette affaire. L’analyse que nous vous présentons ci-après est due à un professeur américain de sociologie, de l’université de Boston. Médiéviste et spécialiste des mouvements millénaristes et apocalyptiques, ce chercheur distingué (il est titulaire d’un doctorat de l’université de Princeton) n’a pas cru galvauder son savoir en documentant, de manière approfondie et extrêmement technique, ce qui est devenu "l’affaire Al-Durah". À la différence de bien d’autres analystes, le professeur Landes ne cultive pas l’anathème, ni ne recourt aux "J’accuse" ou aux lettres enflammées pour dénoncer la couverture médiatique du phénomène Al-Durah, qui a pris, ces dernières années, la tournure d’une version islamique des accusations de crimes de sang, prétendument perpétrés par des Juifs (blood libels). Il s’est fait, au contraire, une spécialité de l’analyse rigoureuse de ce cas particulier, qu’il considère comme emblématique et révélateur de la haine antijuive, aussi irrédentiste qu’endémique, qui n’est pas, tant s’en faut, l’apanage exclusif des islamistes fanatiques, mais sourd également dans l’inconscient collectif de très nombreux Occidentaux. Nous recommandons la lecture intégrale de cette traduction réalisée par et pour notre site et nous invitons chacun, chacune à en faire connaître largement la teneur. Si les trois personnes mises en examen dans cette affaire sont condamnées, c’est la libre expression de TOUS LES JUIFS qui sera mise en péril. (Menahem Macina).

Article original : The Al Durah Trials: Portrait of French Culture at the Beginning of the 21st Century
par le professeur Richard Landes *


Trois procès se dérouleront à Paris cet automne au Palais de Justice de l’île de la Cité autour de l’affaire Al-Durah.

J’assurerai personnellement, pour ce blog, la couverture de ces trois procès, et j’encourage chacun à suivre de près leur déroulement car ces procès - leurs problématiques, les mécanismes judiciaires, les réactions de l’opinion - nous en apprendront beaucoup sur la société française à l’aube du XXI e siècle. Pour cela, je m’efforcerai de publier quotidiennement ce qui ressortira des débats, les enjeux et les tendances qui apparaîtront. Ce premier article est un résumé de l’ensemble des procédures.


Introduction

À partir du 14 septembre 2006 se tiendront successivement les trois procès de plusieurs citoyens français qui ont publiquement critiqué, sur des sites Internet, la couverture de l’affaire Mohammed Al-Durah par la chaîne publique France 2. Ces actions ont toutes été intentées au titre de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, qui protège les individus, groupes et religions des accusations diffamatoires qui « portent atteinte à l’honneur ou à la considération » des individus ou institutions concernées en l’occurrence, France 2 ou Charles Enderlin.


Les déclarations à l’origine de ces poursuites sont modérées au regard des normes américaines :


« Venez manifester contre l’énorme manipulation de France 2… »
« Charles Enderlin a commis de graves fautes professionnelles… »
« de graves présomptions de désinformation planent sur cette affaire… »
« l’obstination de France 2 [à refuser l’ouverture d’une enquête] est une brutale et inacceptable obstruction à la recherche de la vérité et à sa manifestation. »
Cependant, beaucoup de ceux que j’ai consultés sur ce dossier pensent que France 2 gagnera. « La justice française n’est pas la justice américaine, m’a rappelé un Français, c’est joué d’avance. »


Ces audiences sont toutes convoquées devant la dix-septième chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris. C’est une salle d’audience majestueuse du Palais de Justice, haut lieu de la justice française.


Les débats seront plutôt courts, deux à trois heures pour chaque procès, et les jugements devraient être rendus plusieurs semaines après.


Deux de ces procédures ont été initiées par France 2 et Charles Enderlin fin 2002, quand sont apparues les premières preuves de grave négligence ou de manipulation criminelle, entraînant des manifestations autour de l’affaire. Ces éléments de preuve étaient un court documentaire de l’agence Mena et le reportage, plus long, d’Esther Schapira Trois balles et un enfant mort. La troisième, mais qui sera jugée en premier, a débuté deux ans plus tard et concerne un article de Philippe Karsenty, sur son site de surveillance des médias, Media Ratings, dans lequel il affirme explicitement que le reportage Al-Durah est une mise en scène et que des têtes [à la direction de France 2] devraient tomber. Les poursuites ont été lancées à une époque où la version de France 2 était pratiquement admise par tous, y compris par les Juifs. En ce temps-là, France 2 pouvait compter sur un large soutien des autres journalistes. Les plaignants tentent de s’appuyer sur la loi de 1881, conçue pour empêcher les journalistes d’abuser de la liberté de la presse pour diffamer des personnes, pour réprimer la critique publique d’une négligence journalistique qui diffame tout un peuple.


Mais depuis, bien des choses ont changé. Le texte de Fallow dans Atlantic Monthly, de nombreux articles sur le Web et le billet de Nidra Poller dans Commentary ont ébranlé les milieux informés. Seuls ceux qui n’ont pas eu connaissance des éléments apparus adhèrent encore à la thèse 1 (le petit Mohammed tué délibérément par les Israéliens) même si la plupart des autres n’osent envisager la thèse 5 (mise en scène). De plus, les documents publiés sur le site Second Draft permettent à tout un chacun de se faire sa propre opinion, et le terme Pallywood s’est non seulement répandu, mais a encouragé un regard sceptique sur les efforts palestiniens et aujourd’hui libanais de produire de nouvelles images emblématiques de sympathie et de haine.


Mais cette évolution va bien plus loin, jusqu’à toucher la crème des médias français. En novembre 2005, le scandale a failli éclater quand deux journalistes indépendants, Daniel Leconte, d’Arte et Denis Jeanbar, de l’Express, ont visionné les rushes du caméraman palestinien Talal Abou Rahmeh, filmés dans la demi-heure précédant l’affaire. Leur embarras était palpable. Apparemment, Denis Jeanbar et Daniel Leconte ont été aussi surpris que je l’avais été [en découvrant ces rushes en octobre 2003], et ont exprimé leur sentiment sur ces mises en scène à répétition. Le patron d’Enderlin leur fit la même réponse qu’Enderlin m’avait faite : « Oh, ils font ça tout le temps. » À quoi Denis Jeanbar répondit « peut-être que vous, vous le savez, mais pas les téléspectateurs. »


Et ils ne le savent toujours pas. Les mécanismes qui préservent les médias d’avoir à admettre leur erreur dans cette affaire se sont déployés. Des gens influents n’ont pas ménagé leurs efforts pour détourner les deux journalistes indépendants du dossier. Si le public pouvait voir ces rushes, ce trouble privé pourrait se transformer en catastrophe fatale pour France 2.


En fin de compte, les enjeux ne résident pas dans les subtilités des méandres de la justice française, mais dans l’aptitude de la France à faire face aux défis du XXI e siècle. C’est une affaire Dreyfus à l’échelle internationale ; un succès ou un échec auront des conséquences mondiales.


Contexte de l’affaire
Le reportage sur la mort du jeune Mohammed Al-Durah a agi dans le monde arabo-islamique et, dans une moindre mesure, dans les milieux médiatiques et intellectuels de l’Occident, comme une accusation, renforcée par la puissance de l’image, de crime rituel. Un père assiste, impuissant, au meurtre de sang froid par les Israéliens, de son fils, pathétique et terrorisé. Les Israéliens tuent délibérément des enfants innocents et sans défense. En Occident, ce document a été perçu comme la preuve visible de la nocivité d’Israël et une cause bien compréhensible de la révolte d’un peuple coalisé en lutte pour son indépendance.


Presque aussitôt, dans toute l’Europe, des manifestations amalgamant extrême gauche et immigrés musulmans ont dénoncé la barbarie d’Israël. La véhémence de ces protestations répétées a souvent dégénéré en violences, en particulier contre les Juifs. L’Europe a maintenant sa "rue arabe", avec à la clef une vulnérabilité accrue de l’ordre public et un retour en force du discours antisémite.



Manifestation place de la République


Mais les faits ne concordent pas avec la thèse d’un crime israélien délibéré ni même avec celle d’une responsabilité accidentelle, et l’icône a opéré moins comme un appel à la libération de la Palestine qu’à une incitation au djihad mondial. Les Européens qui ont cru voir dans cette image l’occasion de relativiser la culpabilité de l’Holocauste ont en réalité, face à leurs populations musulmanes, agité le drapeau de la Guerre Sainte, qui pourtant les vise, en tant qu’infidèles, au moins autant que les Israéliens, et avalisé, ou tout au moins ignoré, les agressions de plus en plus inquiétantes contre les Juifs.


L’affaire Al-Durah est un récit aux multiples facettes, riche d’enseignements sur le cours dérangeant des choses en Europe et en Occident depuis l’an 2000. Elle met en jeu :
L’interprétation gauchiste erronée du conflit israélo-arabe comme une lutte d’indépendance du peuple palestinien plutôt que comme un théâtre du djihad mondial, qui amène les Européens à faire cause commune, contre eux-mêmes, avec les djihadistes.

La manière dont cette rhétorique pro-palestinienne a prolongé la "rue arabe" jusqu’en Europe et renforcé l’islamisme et le djihadisme dans le monde.

Le rôle des médias français et européens dans ce processus, et l’extraordinaire aveuglement du public français sur les questions de l’Eurabia et du djihad mondial.

Le sens profond de l’antisionisme dans la perception par les Européens de l’image Al-Durah, et comment cette affaire, véritable accusation moderne de crime rituel, a ouvert les vannes à la fois à l’antisémitisme islamique et à davantage d’antisionisme européen avoué.

La façon dont les dirigeants politiques français et européens ont ignoré la montée de l’antisémitisme chez eux, par des dénégations répétées.

le lien entre antisionisme et antiaméricanisme et l’étendue du ressentiment dans l’attitude de la France.

Les relations étroites entre les médias français, en particulier l’AFP, et la caste diplomatique du Quai d’Orsay.

Le fonctionnement de l’appareil judiciaire français, qui a encouragé la violence contre les Juifs par ses condamnations bénignes des propos et actes judéophobes, et qui maintenant est instrumenté pour faire taire toute critique.

Par-dessus tout, les péripéties de l’affaire Al-Durah en France depuis six ans illustrent douloureusement les dysfonctionnements de l’idéologie française et le mode d’action d’Eurabia. Dans les raisons et les conséquences du succès des productions pallywoodiennes auprès des responsables des médias, nous discernons à quel point l’Europe est devenue réceptive à l’islamisme agressif et au djihadisme. Les médias européens sont étonnamment crédules devant des reportages si manifestement malhonnêtes.

Si le public pouvait voir la vidéo Al-Durah en entier (les rushes de Talal Abou Rahmeh) je pense que sa réaction serait la surprise, et l’indignation contre les médias. La corrélation directe entre les manipulations de l’information et la popularité des thèses antisionistes deviendrait évidente Mais en l’absence de la vidéo complète, la complaisance avec laquelle les Européens ont "gobé" le meurtre du petit Mohammed par les Israéliens, a aidé à faire passer la supercherie.


Sur le même mode, les nouvelles épouvantables en provenance de Cana, au Liban, ont déclenché un appel horrifié à un cessez-le-feu immédiat. Les Occidentaux sont victimes de la manipulation des images par leurs ennemis, car leurs médias acceptent sans recul critique, sinon avec enthousiasme, ces images trompeuses et ces reportages bidonnés. Compte tenu de cette synergie entre malveillance islamiste et crédulité médiatique, comment l’opinion publique occidentale pourrait-elle prendre les décisions intelligentes ?


L’affaire Al-Durah symbolise la faillite des médias français qui ont bien du mal à être à la hauteur de leur code déontologique. Les conséquences de cette faute-là ont été catastrophiques à la fois pour les Israéliens, dont ils ont détruit la réputation, et pour les Palestiniens, entraînés par cette image dans une Intifada perdue. Des atteintes graves ont aussi été portées au tissu social des sociétés civiles de par le monde. Si des médias indépendants et responsables, et par conséquent raisonnablement pertinents, sont les yeux et les oreilles de la société civile, alors nous survolons en aveugles un terrain très dangereux. L’aptitude des juges français à défendre le droits des citoyens à critiquer le travail des médias et à rendre publiques ces critiques, à examiner impartialement les éléments de preuve qui leur sont présentés, et à comprendre les enjeux sous-jacents, c’est tout cela qui sera en jeu cet automne au Palais.


Beaucoup de choses, dans ce monde troublé, seront suspendues à leur balance. Plus les gens seront informés, plus les juges soupèseront leur verdict, et plus nous serons en droit d’espérer que la France tranchera dans le sens de la sagesse, qu’il s’agisse des médias ou de la loi. Et si les tribunaux de la République en venaient à condamner les accusés, tous ceux qui sont aujourd’hui attentifs sauraient quel crédit accorder à la société française, aujourd’hui et dans les années à venir.


-------------------
© Richard Landes * et The Augean Stables, pour la version originale.-------------------
* Richard Landes est médiéviste. Il enseigne au département d’histoire de l’Université de Boston. Il est spécialiste des origines de la société européenne au tournant du premier millénaire. Il a obtenu sa licence à l’Université de Harvard et son doctorat à l’Université de Princeton. Il a également étudié à l’Ecole Normale Supérieure de Paris. Le Docteur Landes a publié divers ouvrages, dont une Encyclopédie du Millénarisme et des Mouvements Millénaristes (Routledge 2000). Il achève actuellement un livre sur ce thème, intitulé Le Ciel sur la Terre : les Variétés d’Expériences Millénaristes (Cambridge University Press), dont le dernier chapitre traitera du Jihad mondial.
-------------------
Notes de la Rédaction de Debriefing.org
Lire, entre autres, sur debriefing.org :
Jihad, Apocalypse et antisémitisme, Richard Landes (interview)
Un dossier troublant : l’invention du meurtre de Mohamed A Dura…


Voir aussi notre dossier A-Dura - France2 (affaire), dans lequel figurent quelque 130 articles de divers auteurs exprimant des points de vues différents, voire antagonistes, à propos de cette affaire. Et, bien sûr, pour ceux qui maîtrisent bien la langue anglaise, consulter les deux sites du professeur Landes :
Second Draft et Augean Stables.
-------------------
Mis en ligne le 12 septembre 2006 sur le site debriefing.org

http://debriefing.org/19033.html

(nombreux liens dans l'article original Idea )
Revenir en haut Aller en bas
Laurent
Invité



MessageSujet: Re: Pravda en action   Sam 16 Sep 2006, 15:42

Citation :
Les choix de France 5 en matière de ressources pédagogiques en ligne


La chaîne France 5 propose des ressources pédagogiques aux enseignants. Dans la sous catégorie "Histoire" à la rubrique "Civilisation et religions" neuf dossiers pédagogiques sont proposés:

- Des extraits vidéos du documentaire "Paroles d'étoiles" à utiliser en classe.

- Un dossier sur LA CIVILISATION ARABO-MUSULMANE et les personnages qui ont marqué l'histoire de cette civilisation.

- LES CARTES DU MONDE MUSULMAN

- LES 5 PILIERS DE L'ISLAM, un module pédagogique pour mieux comprendre les grands principes de la vie religieuse musulmane.

- LA MURAILLE DE CHINE

- "TOUS PAREILS LES CHINOIS ?" (Quatre activités interactives pour découvrir les ethnies qui peuplent la Chine)

- LE JEU DE L'ÉCRITURE CHINOISE (Qu'est ce qu'un pictogramme ? Qu'est ce qu'un idéogramme ? Des activités pédagogiques pour découvrir l'écriture chinoise)

- L'esclavage

- Islam et civilisation arabo-musulmane (site pédagogique pour comprendre l'islam et la civilisation arabo-musulmane)

Comme vous pouvez le constater, aucune ressource se rapportant au christianisme, aux cathédrales, aux grandes figures catholiques de l'Histoire de France, rien sur les grandes fêtes qui jalonnent notre calendrier, rien sur l'identité chrétienne de la France.

(Merci à Duvelay pour cette information)

http://voxgalliae.blogspot.com/2006/09/les-choix-de-france-5-en-matire-de.html
Revenir en haut Aller en bas
 
Pravda en action
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pravda en action
» Une vipère dans le jardin... votre réaction
» En ce lundi, au Canada, nous célébrons le jour de l'Action de grâce.
» action anti kfc à Nîmes
» Champ d'action d'une entité ou d'un esprit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: