DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 LA BIBLE EN VERS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: LA BIBLE EN VERS    Mer 30 Jan 2013, 20:24

« La Bible en vers ». Jean Bescond conclut son œuvre
30 janvier 2013 - LE TELEGRAMME

Le Pouldergatois Jean Bescond poursuit sa plongée au cœur des textes anciens qui ont donné la Bible. Après le Nouveau Testament en vers, sortira prochainement, l'intégrale de la Bible réécrite par ses soins.
C'est un signe dans un domaine exigeant sur lequel tout semble avoir été écrit. Christian Terras, catholique progressiste, fondateur de la maison Golias, a signé pour le troisième ouvrage de Jean Bescond. Le premier « Le Nouveau Testament en vers et versets » était sorti en 2010, obtenant l'agrément de plusieurs représentants de l'église. Le second, « Ainsi cheminèrent les papyrus de la Bonne Nouvelle » en 2011. Aujourd'hui, Jean Bescond vient de rendre la suite logique : une version intégrale de la Bible en vers. « Au départ, j'avais été frappé par la beauté d'un manuscrit vu par hasard, rappelle Jean Bescond. Ensuite les lettres grecques m'ont renvoyé à mes études à Pont-Croix. Et j'ai découvert des versets courts, rythmés, simples et clairs dans le style de la tradition orale ».
Ritournelle musicale
« Les mots sont plus dits qu'écrits, plus entendus que lus et c'est en définitive une ritournelle musicale qui facilement se mémorise. Je me suis alors dit pourquoi pas en vers ? ». S'en suivit un long travail sur les textes en grec du Nouveau Testament. « Il y avait le risque avec cette technique des vers de s'écarter du texte et donc du sens. J'ai repris souvent mon texte pour conserver surtout la rythmique » dit l'auteur. Pour la Bible, l'érudit était confronté à un autre problème. Cette fois, pas de texte ancien en grec à travailler. Les plus anciens documents sont en hébreu. Jean Bescond a donc compilé les traductions existantes. « Je me suis ensuite servi de la logique exercée sur les travaux précédents pour aboutir à une synthèse de plusieurs versions d'un texte dont les premiers écrits datent de plusieurs siècles avant JC ». Jean Bescond a donc repris patiemment sa petite musique pour noircir des pages de textes. Le travail est inédit ou presque. Jean Bescond s'est trouvé un prédécesseur en Petrus Riga, un poète français du XIIe siècle qui « proposa dans un latin populaire et accessible une traduction de la bible en vers simples et courts, mais partielle ».
Un regard critique
Jean Bescond en profite aussi pour s'interroger sur les récentes éditions de la Bible. « À quoi bon, si c'est pour reproduire les mêmes erreurs ? » se demande-t-il. Il doute ainsi de l'intérêt d'une traduction « œcuménique » par une équipe d'exégètes réunissant catholiques, protestants et orthodoxes qui aboutit à une version « édulcorée, forgée à partir d'un consensus mou ». Jean Bescond se revendique libre et sans idées préconçues comme un journaliste qui enquête, recoupe, et aussi sans doute un poète qui cherche la musique des mots pour donner du sens au texte.
« La Bible en vers » sortira en avril. L'ouvrage (2.000 pages) est en souscription au prix de 45 € jusqu’au 28 février. Contact : labibleenvers@orange.fr Tel : 02.98.74.63.49.

Article de Ronan Larvor
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Mer 30 Jan 2013, 22:44

En vers et contre tous
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Mer 30 Jan 2013, 22:46

En vers et POUR tous!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Mer 30 Jan 2013, 22:56

Tous les contes de nourrices ne sont pas à mettre entre toutes les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Mer 30 Jan 2013, 23:16

Serait il possible d'avoir quelques extraits pour se donner une idée du contenu ?
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 04:54

Christian Terras , catholique ? Elle est bien bonne ...

Mais je vais souscrire quand même ( pour saluer un travail de titan ) , même si j'ai a priori des doutes quant à la capacité de l'auteur à saisir le " Projet " ( = Thorah ) de la Bible .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 09:32

Soit, voici un court extrait. Mais j'aimerais autant que ce soit vous qui disiez quel extrait: je n'aurais pas l'air ainsi de choisir moi-même:

LA GENESE

1 : Dieu créa le ciel et la terre

1 Au commencement,
Dieu créa le ciel et la terre.
2 La terre
Etait déserte et vide
L’abîme était couvert
De ténèbres
Et l’Esprit de Dieu
Planait sur les eaux.
3 Dieu dit:
« Que la lumière soit! » Et la lumière fut.
4 Dieu vit que la lumière
Etait bonne et Dieu sépara
La lumière des ténèbres.
Dieu appela la lumière
Jour,
Et il appela les ténèbres
Nuit.
5 Et il y eut un soir,
Il y eut un matin :
Ce fut le premier jour.
6 Dieu dit:
« Qu’il y ait un firmament
Entre les eaux,
Et qu’il sépare les eaux
D’avec les eaux. »
Et il en fut ainsi.
7 Et Dieu fit le firmament
Et il sépara les eaux
Au-dessous du firmament
D’avec les eaux
Au-dessus du firmament.
Et il en fut ainsi.
8 Dieu appela ciel
Le firmament. Et il y eut un soir,
Il y eut un matin :
Ce fut le deuxième jour.
9 Dieu dit: « Que les eaux
Qui sont au-dessous du ciel
Soient en un même lieu réunies
Et qu’apparaisse le continent. »
Et il en fut ainsi.
10 Dieu appela le continent
Terre,
Et l’union des eaux, il l’appela
Mer,
Et Dieu
Trouva cela à sa convenance.
11 Dieu dit:
« Que la terre donne naissance
A la verdure,
Des herbes portant semence
Selon leur espèce et leur nature,
Des arbres donnant des fruits
Portant sur la terre leur semence
Selon leur espèce. »
Et il en fut ainsi.
12 La terre produisit de la verdure, Les herbes portèrent leurs semences
Selon leur espèce et leur nature
Et les arbres donnèrent des fruits
Portant, selon leur espèce,
Leur semence et Dieu
Trouva cela à sa convenance.
13 Et il y eut un soir,
Il y eut un matin :
Ce fut le troisième jour.
14 Dieu dit: « Qu’il y ait des luminaires
Au firmament du ciel
Pour séparer le jour de la nuit.
Qu’ils soient de signes
Pour marquer les saisons,
Les jours et les années.
15 Qu’ils servent de luminaires
Dans le firmament du ciel
Et qu’ils éclairent la terre. »
Et il en fut ainsi.
16 Dieu fit
Les deux grands luminaires,
Le plus grand
Pour présider au jour,
Le plus petit
Pour présider à la nuit.
Et il fit les étoiles également.
17 Et il les plaça
Dans le firmament du ciel
Pour éclairer la terre,
18 Présider au jour et à la nuit, Et séparer
Les ténèbres de la lumière,
Et Dieu
Trouva cela à sa convenance.
19 Et il y eut un soir,
Il y eut un matin :
Ce fut le quatrième jour.
20 Dieu dit: « Que les eaux
Grouillent d’êtres vivants,
Et que volent des oiseaux
De la terre au firmament. »
Et il en fut ainsi.
21 Dieu
Créa les grands cétacés
Et tous les êtres vivants
Qui, selon leur espèce,
Grouillent dans les eaux
Et toute la gent ailée
Selon son espèce
Et Dieu
Trouva cela à sa convenance.
22 Dieu les bénit avec ces mots : « Soyez féconds, multipliez,
Et remplissez les eaux des mers,
Et que les oiseaux
Se multiplient sur la terre. »
23 Et il y eut un soir,
Il y eut un matin :
Ce fut le cinquième jour.
24 Dieu dit:
« Que la terre donne naissance
A des êtres vivants
Selon leur espèce,
Bestiaux, bestioles et fauves
Selon leur espèce. »
Et il en fut ainsi.
25 Dieu fit les fauves
Selon leur espèce,
Les bestiaux
Selon leur espèce,
Et, selon leur espèce,
Toutes les bestioles de la terre,
Et Dieu
Trouva cela à sa convenance.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 09:35

Pour souscrire, pour faire que cette Bible sorte en fait, merci de me contacter à labibleenvers@orange.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 11:19

Merci pour l'extrait . Je crois que je vais offrir votre traduction à mes petits-enfants , Jean Bescond
.
Mais lorsque je clique , j'obtiens le message : " Impossible " .

Probablement qu'en recopiant l'adresse , je vais y parvenir

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 11:22

Je viens de faire l'essai et ça marche
Merci de réessayer

labibleenvers@orange.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 11:33

Non . Cela ne marche pas . Je viens d'envoyer un courriel avec adresse recopiée .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 12:33

Je suis en train de réviser "Tobie" pour la mise en page chez mon éditeur. Je trouve que c'est un bon exemple de mon travail et ceci peut vous convaincre:

TOBIE


1: Histoire de Tobit

1 Histoire de Tobit, fils de Tobiel,
Fils de Ananiel, fils d'Adouel,
Fils de Gabaël, de la lignée d'Asiel,
De la tribu de Nephtali.
2 Aux jours de Salmanasar, roi d'Assyrie,
Il fut déporté de Tibé, qui se trouve au sud
De Kédès-Nephtali en Haute-Galilée,
Au-dessus de Hasor à l'ouest,
Et au nord de Shephat.
3 Moi, Tobit, j'ai pratiqué l’honnêteté
Et les bonnes œuvres toute ma vie.
J'ai fait beaucoup d'aumônes à mes frères
Et à mes compatriotes déportés avec moi
À Ninive, au pays d'Assyrie.
4 Dans ma jeunesse,
Quand j'habitais encore mon pays d'Israël,
Toute la tribu de mon ancêtre Nephtali
Se détacha de David et de Jérusalem.
C'était pourtant la ville choisie
Parmi toutes les tribus d'Israël
Pour leurs sacrifices et c'était là
Que le temple, la demeure de Dieu,
Avait été bâti et consacré
Pour toutes les générations à venir.
5 Tous mes frères
Et la maison de Nephtali sacrifiaient
Sur tous les monts de Galilée
Au veau qu'avait fait à Dan
Jéroboam, roi d'Israël.
6 J'étais absolument seul bien des fois
À venir en pèlerinage à Jérusalem,
Comme le prescrit la Loi
Pour toujours à tout Israël.
J’accourais à Jérusalem
Avec mes premiers fruits,
Les premiers-nés de mes troupeaux,
La dixième partie de mes animaux
Et la première tonte des brebis.
7 Je les donnais aux prêtres,
Fils d'Aaron, pour l'autel.
Je donnais aux lévites
Alors en fonction à Jérusalem
La dîme du vin et du blé,
Des olives, des grenades
Et des autres fruits.
Je prélevais six ans de suite
En espèces la seconde dîme,
Et j'allais chaque année
La dépenser à Jérusalem.
8 Je donnais la troisième dîme
Aux orphelins,
Aux veuves et aux étrangers
Qui vivent avec les Israélites.
Tous les trois ans
Je la leur apportais en présent.
Nous la mangions, fidèles à la fois
Aux prescriptions de la loi de Moïse
Et aux recommandations de Debbora,
Mère d’Ananiel, notre père :
J’étais orphelin
Après la mort de mon père.
9 Devenu adulte, je pris une femme
De notre parenté qui s'appelait Anna.
Elle me donna un fils
Que je nommai Tobie.
10 Lorsque je fus déporté en Assyrie,
Je vins habiter Ninive.
Tous mes frères, tous les miens
Mangeaient la nourriture des païens.
11 Pour moi, je me gardais bien
De manger comme les païens.
12 J'avais été fidèle à mon Dieu
De tout mon cœur,
13 Et le Très-Haut me donna
La faveur de Salmanasar :
Je devins son homme d'affaires.
14 Je voyageais en Médie,
Où je passai des marchés pour lui
Jusqu'à sa mort, et un jour j’ai déposé
Chez Gabaël, frère de Gabri,
À Rhagès de Médie,
Trois cents kilos de pièces d’argent.
15 A la mort de Salmanasar,
Sennachérib, son fils, lui succéda.
Les routes de Médie furent fermées,
Et je ne pus continuer à y aller.
16 Aux jours de Salmanasar,
C’est fréquemment
Que je faisais l'aumône aux miens,
17 Je donnais mon pain
À ceux qui avaient faim,
Des habits
À ceux qui en étaient démunis,
J'enterrais les cadavres des miens
Quand j'en trouvais qu’on avait jetés
Par-dessus les remparts de Ninive.
18 J'enterrais aussi
Ceux que tua Sennachérib.
Quand il revint en fuyard de Judée,
Après qu’il fût châtié
Par le Roi du Ciel qu’il avait insulté,
Sennachérib, dans sa colère,
Tua un grand nombre d'Israélites.
Alors je dérobais leurs corps
Pour les ensevelir, et Sennachérib
Les cherchait en vain.
19 Un Ninivite vint informer le roi
Que j’étais le fossoyeur clandestin.
Quand je sus le roi renseigné,
Que je me vis recherché
Pour être mis à mort,
Je pris peur et je m’enfuis.
20 Tous mes biens furent saisis.
Tout fut confisqué pour le trésor.
Il ne me resta que ma femme Anna
Et mon fils Tobie.
21 Moins de quarante jours après,
Le roi fut assassiné par ses deux fils,
Qui s'enfuirent dans les monts Ararat.
Asarhaddon, son fils, lui succéda.
Ahikar, fils de mon frère Anaèl,
Fut chargé des comptes du royaume,
Et il avait la direction générale des affaires.
22 Alors Ahikar intercéda pour moi,
Et je pus redescendre à Ninive.
C'est que sous Sennachérib, roi d'Assyrie,
Ahikar avait été grand échanson,
Garde du sceau, administrateur
Et maître des finances, et Asarhaddon
L'avait maintenu en fonctions.
Il était de ma parenté : c'était mon neveu.

2: Quatre ans dans cette cécité

1 Sous le règne d'Asarhaddon,
Je revins donc chez moi
Et je retrouvai ma femme Anna
Et mon fils Tobie.
A notre fête de la Pentecôte,
Qui est la fête des Semaines,
Il y eut un bon dîner.
Je pris ma place au repas,
2 On m'apporta plusieurs plats.
Alors je dis à mon fils Tobie :
« Va chercher, mon enfant,
Parmi nos frères déportés à Ninive,
Un pauvre qui soit fidèle au Seigneur,
Et amène-le pour partager mon repas.
J'attends ton retour, mon enfant. »
3 Tobie sortit donc en quête
D'un pauvre parmi nos frères,
Mais il revint et dit : « Père ! »
Je répondis :
« Qu’y a-t-il, mon enfant ? »
Il reprit : « Père, un des nôtres
Vient d'être assassiné.
On l’a étranglé, puis jeté
Sur la place du marché,
Et il y est encore. ».
4 Je ne fis qu'un bond,
Laissai mon repas intact,
Enlevai l'homme de la place
Et le déposai dans une chambre,
En attendant le coucher du soleil
Pour l'enterrer.
5 Je rentrai me laver, et mon pain
Je le mangeai dans le chagrin,
6 En me souvenant de ce que disait
Le prophète Amos sur Béthel :
« Vos fêtes seront changées en deuil
Et tous vos cantiques en lamentations. »
7 Et j’ai pleuré. Au coucher du soleil,
Je suis allé creuser une fosse
Et j’ai enseveli le corps.
8 Mes voisins disaient en riant :
« Tiens ! Il n'a plus peur maintenant !
Se croit-il désormais à l’abri ?
C’est bien pour de tels agissements
Que sa tête a déjà été mise à prix !
La première fois il s'est enfui,
Et le voilà qu’il se remet
À enterrer les morts ! »
9 Ce soir-là, je pris un bain,
Et je m'étendis dans la cour,
Le long du mur.
Comme il faisait chaud,
J'avais le visage découvert.
10 J’ignorais qu'il y avait
Au-dessus de moi
Des moineaux dans le mur,
Et leur fiente toute chaude
Me tomba dans les yeux.
Elle provoqua des taches blanches
Que je dus faire soigner par les médecins.
Mais plus ils m'appliquaient d'onguents,
Plus les taches m'aveuglaient,
Et ma cécité fut complète finalement.
Je suis resté quatre ans dans cette cécité,
Et tous mes frères en étaient désolés.
Ahikar pourvut à mon entretien
Pendant deux années,
Jusqu’à son départ en Elymaïde.
11 Alors ma femme Anna
Dut gagner notre vie.
Elle filait de la laine
Et recevait de la toile à tisser,
12 Elle livrait
Ce qu’on lui commandait,
Et on lui payait le prix.
Or, le sept du mois de Dystros,
Elle termina une pièce
Et elle la livra aux clients.
Ils lui donnèrent ce qu’ils lui devaient,
Mais, en plus, ils lui firent un cadeau :
Un bon chevreau.
13 En rentrant chez moi, le chevreau
Se mit à bêler,
Et je demandai à ma femme :
« D'où vient ce chevreau ?
N’a-t-il pas été volé ?
Rends-le donc à ses maîtres,
Nous n'avons pas le droit de manger
Ce qui a été volé. »
14 Elle me dit :
« Mais non ! C’est un cadeau
Qu'on m'a fait par-dessus le marché ! »
Je n’ai pas crue et je lui ai demandé
De le rendre à ses maîtres.
J’étais irrité contre elle.
Alors elle répliqua :
« A quoi t'ont servi tes dons aux pauvres ?
Où est le bienfait de tes bonnes œuvres ?
On sait bien ce que cela t'a rapporté ! »

3: Leur prière à tous les deux
Fut entendue

1 Profondément attristé,
Je soupirai, pleurai, et commençai
Cette prière de lamentation :
2 « Seigneur, tu es juste
Et toutes tes œuvres sont justes.
Toutes tes voies sont grâce et vérité,
Et tu es le Juge du monde.
3 Et maintenant, toi, Seigneur,
Souviens-toi de moi, regarde-moi.
Ne me punis pas pour mes péchés,
Ni pour mes manquements,
Ni pour ceux de mes pères.
Car nous avons péché devant toi,
4 Nous avons violé
Tes commandements,
Et tu nous as livrés au pillage,
À la captivité et à la mort,
À la fable, à la risée et au blâme
De tous les peuples
Chez qui tu nous as dispersés.
5 Or, tous tes décrets sont vrais,
Quand tu me traites selon mes fautes
Et celles de mes pères.
Car nous n'avons pas obéi à tes ordres,
Ni marché en vérité devant toi.
6 Traite-moi donc comme il te plaira,
Daigne me retirer la vie.
Je veux être délivré de la terre
Et redevenir terre.
Car pour moi la mort
Vaut mieux que la vie.
J'ai été insulté à tort,
Et j'en ressens une immense douleur !
J’attends que tu décides, Seigneur,
De me délivrer de cette épreuve.
Laisse-moi rejoindre ton éternelle demeure,
Ne détourne pas ta face de moi, Seigneur.
Car mieux vaut mourir que passer ma vie
Dans un tel malheur.
Je ne veux plus m'entendre insulter. »
7 Le même jour, il advint que Sarra,
Fille de Ragouël d'Ecbatane en Médie,
S’entendit aussi insulter
Par une servante de son père.
8 La raison en était
Qu'elle avait été donnée
Sept fois en mariage
Et qu'Asmodée,
Le pire des démons,
Avait tué ses maris
L'un après l'autre,
Avant qu'ils se soient unis
Comme de bons époux,
Et la servante disait à Sarra :
« C'est toi qui tues tes maris !
En voilà déjà sept
À qui tu as été donnée,
Et tu n'as pas eu de chance
Une seule fois !
9 Si tes maris sont morts,
Ce n'est pas une raison
Pour nous châtier !
Va donc les rejoindre,
Et qu'on ne voie jamais
Naître garçon ou fille de toi ! »
10 Ce jour-là,
Elle fut si attristée qu’elle monta,
Tout en larmes dans une chambre
En haut de la maison de son père,
Avec l’idée de se pendre.
Puis, à la réflexion, elle pensa :
« Et si l'on blâmait mon père ?
On lui dira :
Tu n'avais qu'une fille chérie,
Et elle s'est pendue,
Parce qu’elle n’en pouvait plus !
Je ne veux pas hâter
La vieillesse de mon père
Vers le séjour des morts.
Je ferais mieux de ne pas me pendre
Et de supplier le Seigneur
De me faire mourir,
Pour que je n’aie plus à entendre
Ces insultes pendant ma vie. »
11 Elle étendit les bras
Du côté de la fenêtre, elle pria ainsi :
« Tu es béni, Dieu miséricordieux !
Que dans les siècles ton Nom soit béni,
Et que toutes tes œuvres
Te bénissent dans l'éternité !
12 Je me tourne vers toi maintenant,
Je lève vers toi les yeux.
13 Que ta parole me délivre de la terre,
Je ne veux plus m'entendre outrager !
14 Tu le sais, toi, Seigneur,
Je suis restée pure,
Aucun homme ne m'a touchée,
15 Je n'ai pas déshonoré mon nom,
Ni celui de mon père, sur cette terre
Où je suis déportée.
Je suis la fille unique de mon père,
Il n'a pas d'autre enfant pour héritier,
Il n'a pas de frère auprès de lui,
Il ne lui reste aucun parent,
À qui je doive me réserver.
J'ai perdu déjà sept maris,
Pourquoi vivrai-je plus longtemps ?
S'il te déplaît de me faire mourir,
Regarde-moi avec pitié,
Je ne veux plus m'entendre outrager ! »
16 Cette fois-ci, leur prière à tous deux
Fut entendue devant la Gloire de Dieu,
17 Et Raphaël fut envoyé
Pour les guérir tous les deux.
Il devait enlever les taches blanches
Des yeux de Tobit
Pour qu'il voie de ses yeux
La lumière de Dieu.
Il devait aussi
Donner Sarra, fille de Ragouël,
En épouse à Tobie, fils de Tobit,
Et la dégager d'Asmodée,
L’affreux démon, car c'est à Tobie
Qu'elle revenait de droit
Avant tous les autres prétendants.
A cet instant, Tobit rentrait
De la cour dans la maison,
Et Sarra, fille de Ragouël,
Descendait de la chambre.

4: Tobit fit venir son fils Tobie

1 Ce jour-là, Tobit pensa à l'argent
Qu'il avait déposé chez Gabaël,
À Rhagès de Médie,
2 Et il se dit :
« Puisque j’ai demandé la mort,
Je ferais bien d'appeler mon fils Tobie,
Pour lui parler de cet argent
Avant de mourir. »
3 Il fit venir son fils Tobie
Et lui dit : « Quand je mourrai,
Enterre-moi comme il convient.
Honore ta mère et ne la délaisse
En aucun jour de ta vie.
Fais ce qui lui plaît,
Et ne lui fournis
Aucun sujet de tristesse.
4 Souviens-toi, mon enfant,
De tous ces dangers
Qu'elle a courus pour toi
Quand tu étais dans son sein.
Et quand elle mourra,
Enterre-la auprès de moi.
5 Sois toujours, mon enfant,
Fidèle au Seigneur.
Garde-toi de pécher
Et de transgresser ses lois.
Fais de bonnes œuvres
Tous les jours de ta vie,
Ecarte-toi des sentiers de l'injustice,
6 Car si tu agis dans la vérité,
Tu réussis
Dans tout ce que tu entreprends.
7 Prends sur tes biens
Pour faire l'aumône.
Ne détourne jamais
Ton visage de l’indigent,
Et Dieu ne détournera pas
Le sien de toi.
8 Mesure ton aumône
Selon tes biens,
Que tu en aies beaucoup ou pas :
Si tu as peu, donne moins,
Mais donne toujours ce que tu as.
9 Ainsi tu te constitueras
Un beau trésor
Pour le jour du besoin.
10 Car l'aumône délivre de la mort,
Et elle te préserve des ténèbres.
11 L'aumône
Est une offrande de valeur
Aux yeux du Très-Haut.
12 Garde-toi, mon enfant,
De toute union contraire
A la loi de Dieu.
Choisis une femme
Du sang de tes pères.
Ne prends pas une femme
Etrangère à la tribu de ton père :
Nous sommes les fils des prophètes.
Souviens-toi de Noé, d'Abraham,
D'Isaac et de Jacob, nos pères
Dès le commencement.
Ils ont tous pris une femme
Dans leur parenté,
Ils ont été bénis dans leurs enfants,
Et leur race aura la terre en héritage.
13 Toi aussi, mon enfant,
Attache-toi à tes frères,
Ne fais pas le fier devant tes frères,
Les fils et les filles de ton peuple,
Et prends ta femme parmi eux.
L'orgueil
Entraîne ruine et décadence,
L'oisiveté
Amène pauvreté et indigence,
Car la mère de la famine,
C'est l'oisiveté.
14 Ne remets pas au lendemain
Le salaire de tes ouvriers,
Paie-le tout de suite.
Si tu sers Dieu,
Tu auras ta récompense.
Sois plein de vigilance,
Mon fils, dans tout ce que tu fais,
Montre ta bonne conduite.
15 Ne fais subir à personne
Ce que tu n'aimerais pas subir.
Ne bois pas de vin jusqu'à l'ivresse,
Ne laisse pas l’intempérance
T’accompagner dans ton chemin.
16 Donne de ton pain
A ceux qui ont faim,
Et de tes habits
À ceux qui en sont démunis.
De tout ce que tu as en abondance,
Prends pour faire l'aumône.
Quand tu fais l'aumône,
N'aie pas de regrets dans les yeux.
17 Sois prodigue de pain et de vin
Pour les justes qu’on pleure,
Non pas pour les pécheurs.
18 Prends l'avis des sages,
Ne méprise pas
Un conseil profitable.
19 En toute circonstance,
Bénis le Seigneur Dieu,
Demande-lui de diriger tes voies
Et de couronner de succès
Tes sentiers et tes projets.
Car aucun peuple ne détient
La sagesse : c'est le Seigneur
Qui leur donne de vouloir le bien.
A son gré, il élève ou il abaisse
Jusqu'au fond du séjour des morts.
Et maintenant, mon enfant,
Rappelle-toi ces commandements,
Qu’ils ne s'effacent pas de ton cœur.
20 A présent, mon enfant,
Je dois te dire que j'ai déposé
Trois cents kilos de pièces d'argent
Chez Gabaël, fils de Gabri,
À Rhagès de Médie.
21 Bien sûr, nous sommes pauvres,
Mais ne crains rien, mon enfant :
Tu as une grande richesse
Si tu crains Dieu,
Si tu évites toute espèce de péché,
Si tu fais ce qui plaît au Seigneur ton Dieu. »

5: Il trouva l’ange Raphaël
Debout face à lui

1 Alors Tobie
Répondit à son père Tobit :
« Je ferai, père,
Tout ce que tu m'as commandé.
2 Seulement, comment faire
Pour lui reprendre cet argent ?
Lui ne me connaît pas,
Pas plus que je ne le connais.
Quel signe de reconnaissance
Vais-je lui donner
Pour qu'il me fasse confiance
Et qu'il me remette l'argent ?
De plus, je ne connais pas
La route de la Médie. »
3 Tobit répondit à son fils Tobie :
« Nous avons tous les deux
Mis notre signature sur un billet,
Et j’ai coupé en deux ce billet
Pour que nous ayons, tous les deux,
Chacun la moitié, et j’ai laissé
Sa signature avec l’argent.
Dire que cela fait vingt ans
Que j'ai mis en dépôt cet argent !
Maintenant, mon enfant,
Cherche-toi quelqu'un de sérieux
Qui t’accompagnera.
Il sera à nos frais jusqu'à ton retour.
Va donc chez Gabaël
Chercher cet argent. »
Tobie sortit, en quête d'un bon guide
Capable de venir avec lui en Médie.
Dehors, il trouva l’ange Raphaël
Debout face à lui, sans se douter
Que c'était un ange de Dieu.
5 Il lui dit : « D'où es-tu, mon ami ? »
L'ange répondit :
« Je suis Israélite, un de tes frères,
Je suis venu chercher du travail ici. »
Tobie lui demanda :
« Connais-tu la route de la Médie ? »
6 L'autre répondit : « Mais oui !
J'y ai été plusieurs fois,
Je connais tous les chemins par cœur.
Je suis allé fréquemment en Médie,
Où j'ai été reçu par Gabaël,
L'un de nos frères
Qui habite à Rhagès de Médie.
Il faut bien deux jours
En marchant normalement
Pour aller d'Ecbatane à Rhagès.
Rhagès est situé dans la montagne,
Ecbatane au milieu de la plaine. »
7 Tobie lui dit :
« Attends-moi, mon ami,
Que j'aille prévenir mon père :
J’ai besoin que tu m’accompagnes,
Je te paierai tes journées. »
8 L'autre répondit : « Bien, j'attends.
Seulement ne reste pas longtemps. »
9 Tobie alla prévenir son père
Qu'il avait trouvé quelqu'un
De leurs frères israélites.
Et le père dit : « Présente-le moi,
Que je connaisse sa famille et sa tribu.
Il faut voir si l'on peut compter sur lui
Pour t'accompagner, mon enfant. »
Tobie sortit donc l'appeler :
« Mon père te demande, mon ami. »
10 L'ange entra dans la maison.
Tobit salua le premier,
Et l'autre lui répondit
Par des souhaits de bonheur.
Tobit reprit :
« Puis-je encore avoir du bonheur ?
Je suis un aveugle,
Je ne vois plus l'éclat des cieux,
Je suis plongé dans l'obscurité,
Comme les morts
Qui ne contemplent plus la lumière.
Je suis un enterré vivant,
J'entends la voix des gens,
Mais je ne les vois pas.»
L'ange lui dit : « Aie confiance,
Dieu ne tardera pas à te guérir.
Aie confiance ! »
Tobit lui dit : « Mon fils Tobie
Désire aller en Médie.
Veux-tu être son guide ?
Frère, je te paierai. »
Il répondit : « Je veux bien,
Je connais tous les chemins,
Je suis souvent allé en Médie,
J’en ai traversé
Toutes les plaines et les montagnes,
Et toutes les pistes, je les connais. »
11 Tobit demanda :
« Frère, de quelle famille es-tu ?
Quelle est ta tribu ?»
12 « Que t’importe ma tribu ? »
« Je veux le savoir, mon ami :
Tu es le fils de qui ?
Comment t’appelles-tu ? »
13 « Je suis Azarias,
Fils d'Ananias le grand,
L'un de tes frères. »
14 « Sois le bienvenu,
Que Dieu te bénisse, frère !
Ne te froisse pas si j'ai voulu
Connaître ta vraie famille :
Il se trouve que tu es mon parent,
Et tu es de belle et bonne lignée.
Je connais Ananias et Nathân,
Les deux fils de Séméias le grand.
Ils venaient avec moi à Jérusalem,
Nous y avons adoré ensemble,
Et ils n’ont pas quitté le droit chemin.
Tes frères sont des hommes de bien,
Tu es d’une bonne famille :
Sois le bienvenu ! »
15 Il poursuivit : « Je vais te donner
Une pièce d’argent par jour,
Et je donnerai pour ton entretien
La même chose qu’à mon fils.
Voyage donc avec mon fils,
16 Et je dépasserai le prix convenu. »
L'ange répondit :
« Je ferai le voyage avec lui.
Ne crains rien.
Notre départ se passera bien,
Et notre retour tout aussi bien,
Car notre route est sans danger »
17 Tobit lui dit : « Sois béni, frère ! »
Puis il s'adressa à son fils :
« Mon enfant, dit-il, prépare
Ce qu'il te faut pour le voyage,
Et pars avec ton frère.
Que le Dieu des cieux
Vous protège là-bas
Et qu'il vous ramène
Sains et saufs auprès de moi !
Que son ange vous accompagne
De sa protection, mon enfant ! »
Tobie se prépara à partir,
Et il embrassa son père et sa mère.
Tobit lui dit : « Bon voyage ! »
18 Sa mère pleura, et elle dit à Tobit :
« Pourquoi l’as-tu fait partir ?
N'est-il pas notre soutien,
Celui qui va et vient devant nous ?
19 J'espère que l'argent
N’est pas plus important que tout,
Mais qu'il ne compte pour rien
À côté de notre enfant.
20 Le mode de vie que Dieu
Nous avait donné nous suffisait bien. »
21 Il lui dit : « Ne te fais pas des idées !
Notre enfant ira bien en partant,
Il ira encore bien en rentrant.
Le jour où il te reviendra, tes yeux
Verront qu'il va toujours très bien.
Ne te fais pas des idées,
N'aie pas d'inquiétude pour eux !
22 Un bon ange l'accompagnera,
Il fera bon voyage
Et il reviendra en bien bonne santé ! »
23 Alors elle cessa de pleurer.

6: Il a une fille du nom de Sarra

1 L'enfant partit avec l'ange,
Et son chien les suivait.
Ils marchèrent et, la première nuit,
Ils campèrent le long du Tigre.
2 L'enfant descendit au fleuve
Se laver les pieds,
Quand un gros poisson,
Sautant de l'eau, faillit
Lui dévorer le pied.
Le garçon cria,
3 Et l'ange lui dit :
« Attrape le poisson,
Ne le lâche pas ! »
Le garçon vint à bout du poisson
Et le tira sur la rive.
4 L'ange lui dit : « Ouvre-le,
Enlève le fiel, le cœur et le foie,
Mets-les à part et jette les entrailles,
Parce que le fiel, le cœur et le foie
Sont très utiles comme remèdes. »
5 Le jeune homme ouvrit le poisson,
Préleva le fiel, le cœur et le foie.
Il grilla un peu du reste pour leur repas,
Et il en garda pour le saler.
6 Puis ils reprirent leur route
Jusqu'auprès de la Médie.
7 Alors le garçon
Posa à l'ange cette question :
« Qu’y a-t-il donc, frère Azarias,
Comme remède dans le cœur,
Le foie et le fiel du poisson ? »
8 Il répondit : « On brûle le cœur
Et le foie du poisson,
On dirige la fumée
Sur l’homme ou la femme
Que tourmente un démon
Ou un esprit mauvais :
Tout malaise disparaît
Et plus rien n’en apparaît.
9 Quant au fiel du poisson,
Il sert d'onguent pour les yeux
Quand on y a des taches blanches:
On souffle sur les taches,
Et les voilà guéries ! »
10 Ils pénétrèrent en Médie,
Et ils étaient déjà près d'Ecbatane
11 Quand Raphaël
Dit au garçon : « Frère Tobie ! »
« Qu’y a-t-il ? » répondit celui-ci.
L'ange lui dit : « Cette nuit,
Nous logerons chez Ragouël,
Un parent à toi.
Il a une fille du nom de Sarra,
12 Mais, à part Sarra,
Il n'a ni garçon ni fille.
Or c'est toi
Son plus proche parent,
Elle te revient en priorité,
Et tu peux prétendre
À l'héritage de son père.
C'est une enfant
Sérieuse, courageuse,
Très gentille, et son père
Est un homme de bien.
13 Tu as le droit de la prendre.
Ecoute-moi, frère,
Dès ce soir, je parlerai
De la jeune fille à son père,
Pour te la retenir comme fiancée,
Et à notre retour de Rhagès,
Nous ferons le mariage.
Je peux t’assurer que Ragouël
Ne peut en aucun cas te la refuser :
Il ne peut pas la fiancer à un autre.
Ce serait encourir la mort
Selon la loi de Moïse,
Du moment qu'il saurait
Qu’il te revient en priorité
De prendre sa fille.
Alors, écoute-moi, frère.
Dès ce soir,
Parlons de la jeune fille
Et faisons la demande en mariage.
Nous repartirons avec elle de Rhagès
Et nous l'emmènerons chez toi. »
14 Tobie répondit à Raphaël :
« Frère Azarias, je me suis laissé dire
Qu’elle a déjà été donnée en mariage
Sept fois,
Et son mari est mort chaque fois
Dans la chambre des noces.
Il mourait le soir où il l’approchait,
Et j'ai entendu des gens dire
Que c'était un démon qui les tuait,
15 Si bien que j'ai un peu peur.
Le démon ne fait rien à la jeune fille,
Mais il tue
Quiconque veut s'en approcher.
Je suis le seul fils de mon père
Et je ne tiens pas à mourir,
Je ne veux pas
Que mon père et ma mère
S’affligent à cause de moi
Jusqu'à la fin de leur vie :
Ils n'ont pas d'autre fils
Pour les porter en terre. »
16 Il lui dit : « Aurais-tu oublié
Les avis de ton père ?
Il t'a pourtant recommandé
De prendre une femme
De la maison de ton père.
Alors écoute-moi, frère,
Oublie ce démon et prends-la.
Je te garantis que, dès ce soir,
Elle te sera donnée pour femme.
17 Seulement,
Quand tu entreras dans la chambre,
Prends le foie et le cœur du poisson.
Tu en déposeras
Un peu sur la braise de l’’encens.
L'odeur se répandra,
Le démon la respirera, et il s'enfuira.
Il n'y a pas de danger qu'on le revoie
Autour de la jeune fille.
18 Puis, au moment de vous unir,
Levez-vous d'abord et priez.
Demandez au Seigneur des cieux
De vous protéger dans sa pitié.
N'aie pas peur,
Elle t'a toujours été destinée,
Et c'est à toi de la sauver.
Elle te suivra, et je peux t’assurer
Qu'elle te donnera des enfants
Qui te seront comme des frères.
N'hésite pas ! »
19 Quand Tobie
Entendit parler Raphaël,
Qu’il sut que Sarra
Était de sa race, de sa parenté,
Il l'aima passionnément
Et son cœur s’attacha à elle.

7: Il rédigea le contrat de mariage

1 En entrant à Ecbatane, Tobie dit :
« Frère Azarias, mène-moi
Tout droit chez notre frère Ragouël. »
Il le conduisit à la maison de Ragouël.
Il était assis à la porte de la cour.
Ils le saluèrent les premiers,
Et il répondit :
« Je vous salue bien, frères,
Vous êtes les bienvenus ! »
Et il les fit entrer dans sa maison.
2 Il dit à sa femme Edna :
« Comme ce jeune homme
Ressemble à mon frère Tobit ! »
3 Edna leur demanda
D'où ils étaient, et ils lui dirent :
« Nous sommes des fils de Nephtali
Qui ont été déportés à Ninive. »
4 « Connaissez-vous notre frère Tobit ? »
« Oui » « Comment va-t-il ? »
5 « Il est toujours en vie, et il va bien. »
Et Tobie ajouta : « C'est mon père. »
6 D'un bond, Ragouël fut debout,
Il l'embrassa et il pleura.
Puis il lui dit :
« Béni sois-tu, mon enfant !
Tu es le fils d'un père excellent.
Quel malheur qu'un homme si juste,
Si généreux dans ses aumônes,
Soit devenu aveugle ! »
Il serra Tobie dans ses bras,
Et de nouveau il pleura.
7 Et sa femme pleura sur lui,
Et puis leur fille Sarra aussi.
8 Il tua un mouton du troupeau,
Et on leur fit honneur.
9 On se lava, on se baigna,
On se mit à table.
Alors Tobie dit à Raphaël :
« Frère Azarias,
Si tu demandais à Ragouël
De me donner ma cousine Sarra ? »
10 Ragouël surprit ce qu’il disait.
Il dit au garçon : "Mange, bois
Et passe une bonne soirée,
Parce que personne n'a le droit
De prendre ma fille Sarra,
Si ce n'est toi, mon frère.
Je ne peux d’ailleurs pas
La donner à un autre que toi :
Tu es son plus proche parent.
Maintenant, mon petit,
Je vais te parler franchement.
11 J'ai tenté sept fois
De lui trouver un mari parmi nos frères,
Et tous sont morts le premier soir,
Dès qu’ils entraient dans sa chambre.
Pour le moment, mon enfant,
Mange et bois, le Seigneur
Vous accordera sa grâce et sa paix. »
12 Mais Tobie s’impatienta :
« Je ne veux pas entendre parler
De boire et de manger,
Tant que tu n'auras rien décidé. »
Ragouël répondit :
« Eh bien ! Je vais donc décider.
Puisque, selon la loi de Moïse,
Elle t'est donnée, c'est le Ciel
Qui décrète qu'elle te soit donnée.
Je te confie donc ta sœur.
Désormais tu es son frère,
Et elle est ta sœur.
Elle t'est donnée à partir d'aujourd'hui
Pour toujours et le Seigneur du Ciel,
Mon enfant, vous sera favorable cette nuit
Et vous accordera sa grâce et sa paix. »
13 Ragouël fit venir sa fille Sarra.
Il lui prit la main et la remit à Tobie,
Lui disant : « Je te la confie,
C'est la Loi et la décision écrite
Dans le livre de Moïse
Qui te l'attribuent pour femme.
Prends-la, emmène-la chez ton père
En toute sécurité, et que le Dieu du Ciel
Vous donne la paix dans votre voyage ! »
14 Puis il s'adressa à la mère
Et lui dit d'apporter de quoi écrire.
Il rédigea le contrat de mariage,
Attestant qu’il donnait à Tobie sa fille
Pour épouse selon la loi de Moïse.
Après quoi,
On se mit à manger et à boire.
15 Ragouël appela sa femme Edna
Et lui dit : « Ma sœur,
Prépare la seconde chambre
Et conduis-y Sarra. »
16 Elle alla faire le lit de la chambre
Comme il lui avait dit, y mena sa fille.
Et elle pleura sur elle,
Puis elle essuya ses larmes et dit :
17 « Aie confiance, ma fille !
Que le Seigneur du Ciel
Change ton chagrin en joie !
Aie confiance, ma fille ! » Et elle sortit.

8 : Il n'est pas mort, tout va bien

1 Quand on eut fini de boire et de manger,
Et qu’arriva le moment de se coucher,
On conduisit
Le jeune homme dans la chambre.
2 Tobie se rappela
Les conseils de Raphaël.
Il prit son sac, il en tira
Le cœur et le foie du poisson,
Et il en déposa
Sur la braise de l’encens.
3 L'odeur du poisson
Incommoda le démon,
Qui s'enfuit par les airs
Vers l’Egypte.
Raphaël l'y poursuivit, l'entrava
Et le garrotta sur-le-champ.
4 Quand les parents furent sortis,
Refermant la porte, Tobie
Se leva du lit et dit à Sarra :
« Debout, ma sœur !
Il nous faut prier
Et demander à notre Seigneur
De nous protéger dans sa pitié. »
5 Elle se leva et ils se mirent à prier
Pour obtenir d'être protégés,
Et il commença ainsi : « Tu es béni,
Dieu de nos pères et ton Nom est béni
Dans tous les siècles des siècles !
Que te bénissent les cieux,
Et toutes tes créatures dans les siècles !
6 C'est toi qui as créé Adam,
C'est toi qui as créé Eve sa femme,
Pour être son secours et son appui,
Et la race humaine est née d’eux.
Il n’est pas bon, c'est toi qui l’as dit,
Que l'homme reste seul, faisons-lui
Une aide semblable à lui.
7 Et maintenant, ce n'est pas le plaisir
Que je cherche en prenant ma sœur,
Mais je le fais d'un cœur sincère.
Daigne avoir pitié d'elle et de moi
Et nous mener ensemble à la vieillesse ! »
8 Et ils dirent d’une seule voix :
« Amen, amen ! »
9 Et ils se couchèrent pour la nuit.
10 Or Ragouël se leva,
Appela les serviteurs,
Et ils s’en allèrent creuser une tombe.
Il se disait toutefois :
« Pourvu qu'il ne meure pas !
Nous serions couverts
De ridicule et de honte. »
11 Une fois la fosse achevée, Ragouël
Revint à la maison et appela sa femme.
12 Il lui dit : « Envoie donc une servante
Dans la chambre voir si Tobie est en vie.
Parce que, s'il est mort, on l'enterrera
Sans que personne n’en sache rien. »
13 On avertit la servante,
On alluma la lampe, on ouvrit la porte,
Et la servante entra. Elle les trouva
Dormant tous deux d'un profond sommeil.
14 Elle ressortit et leur dit tout bas :
« Il n'est pas mort, tout va bien. »
15 Alors Ragouël bénit le Dieu du Ciel
Par ces paroles : « Béni sois-tu, mon Dieu,
Par tous ceux qui ont le cœur pur !
Qu'on te bénisse dans tous les siècles!
16 Tu es béni de m'avoir comblé de joie,
Ce que je redoutais n'est pas arrivé,
Tu nous as traités avec ton immense bonté.
17 Bénis sois-tu d'avoir eu pitié, Seigneur,
De deux enfants uniques. Donne-leur
Ta protection et ta grâce,
Fais-les poursuivre leur vie
Dans la joie et dans la grâce ! »
18 Et il demanda à ses serviteurs
De combler la tombe
Avant le lever du jour.
19 Ragouël demanda à sa femme
De faire du pain en quantité.
Il alla prendre dans son troupeau
Deux bœufs et quatre béliers,
Les fit apprêter, et l'on commença
Les préparatifs de la fête.
20 Il fit venir Tobie et lui déclara :
« Tu resteras ici quatorze jours,
Tu ne partiras pas avant.
Tu resteras là
A manger et à boire chez moi.
Tu rendras la joie à ma fille :
Elle a eu tant de tourments !
21 Après cela, tu emporteras
La moitié de tout ce que j'ai
Et tu retourneras en paix
Auprès de ton père.
Quand nous serons morts,
Ma femme et moi,
Vous aurez l'autre moitié.
Aie confiance, mon garçon!
Je suis ton père, et Edna est ta mère.
Nous sommes tes parents,
Comme ceux de ta sœur désormais.
Aie confiance, mon enfant ! »

9: Raphaël partit pour Rhagès

1 Alors Tobie s'adressa à Raphaël
2 « Frère Azarias,
Prends quatre serviteurs
Et deux chameaux,
Et pars pour Rhagès.
3 Tu iras chez Gabaël,
Tu lui donneras le reçu,
Afin qu’il te remette l'argent,
Et tu l’inviteras
À venir à mes noces avec toi.
4 Tu sais que mon père
Doit compter les jours
Et attendre mon retour.
Si je suis en retard d’un seul jour,
Je vais le contrarier énormément.
Tu vois aussi que Ragouël a juré
Qu’il ne me laisserait pas m’en aller.
Je suis tenu par son serment. »
5 Raphaël
Partit donc pour Rhagès de Médie
Avec les quatre serviteurs
Et les deux chameaux.
Ils descendirent chez Gabaël,
Et il lui présenta le reçu.
Il lui apprit que Tobie, fils de Tobit,
Avait pris femme
Et l’invitait à ses noces.
Gabaël se mit à lui compter
Les sacs d’argent
Qui avaient toujours leurs sceaux,
Et ils les chargèrent sur les chameaux.
6 Ils partirent ensemble de bonne heure
Pour se rendre aux noces.
Quand ils arrivèrent chez Ragouël,
Ils trouvèrent Tobie à table.
Tobie se leva immédiatement
Et il le salua. Gabaël pleura
Et le bénit, disant :
« Excellent fils d'un père
Parfait, juste et bienfaisant !
Que le Seigneur
Te donne la bénédiction du Ciel,
À toi, et à ta femme,
Au père et à la mère de ta femme !
Béni soit Dieu de m'avoir fait voir
Mon cousin Tobit :
Tobie ressemble tant à son père ! »

10: Tobie
Partit comblé de chez Ragouël

1 Cependant, jour après jour,
Tobit comptait les jours nécessaires
Pour faire le voyage aller et retour.
Le nombre fut atteint,
Et le fils n’était pas revenu.
2 Alors il pensa : « L’aurait-on retenu ?
Pourvu que Gabaël ne soit pas mort !
Il n'a peut-être trouvé personne
Pour lui donner l'argent ! »
3 Et il était très inquiet.
4 Sa femme Anna disait :
« Il est mort, mon enfant !
Il n'est plus parmi les vivants ! »
Et elle pleurait,
Se lamentait sur son fils,
Disant :
5 « Malheur à moi, mon fils !
Je t'ai laissé partir,
Toi, la lumière de mes yeux ! »
6 Et Tobit lui disait :
« Ne parle pas comme ça, ma sœur !
Ne te fais pas des idées !
Il va bien ! Ils ont certainement
Eu là-bas un contretemps.
Son compagnon est quelqu'un de sûr,
C’est l'un de nos frères.
Ne te tracasse pas, ma sœur.
Il va arriver dans un moment. »
7 Mais elle répliquait :
« Ne dis plus rien.
Inutile de me mentir.
Mon enfant est mort. »
Et, tous les jours, elle sortait
Très tôt surveiller le chemin
Par où son fils était parti.
Elle ne croyait plus personne.
Quand le soleil était couché,
Elle rentrait pour pleurer
Et passait ses nuits à gémir.
Elle ne pouvait pas dormir.
8 Quand furent passés
Les quatorze jours de noces
Que Ragouël
Avait juré de faire pour sa fille,
Tobie vint lui dire :
« Laisse-moi partir,
Parce que mon père et ma mère
Ne doivent plus penser me revoir.
Aussi, je t'en prie,
Laisse-moi rentrer chez mon père,
Je t'ai expliqué quel était son état. »
9 Ragouël dit à Tobie :
« Reste, mon fils, reste avec moi.
J'enverrai des messagers
À ton père Tobit
Pour donner de tes nouvelles. »
Tobie insista : « Non, je t’en prie,
Laisse-moi retourner chez mon père. »
10 Alors Ragouël confia Sarra à Tobie.
Il lui remit la moitié de ses biens,
Serviteurs et servantes, bœufs et brebis,
Ânes et chameaux, vêtements,
Des objets divers et de l’argent.
11 Il les laissait partir,
Et ils partirent tout heureux.
Pour Tobie il eut ces paroles d'adieu :
« Porte-toi bien, mon enfant,
Et bon voyage ! Que le Seigneur du Ciel
Te soit favorable et à ta femme Sarra !
J'espère bien voir vos enfants
Avant de mourir. »
12 A sa fille Sarra il dit :
« Va chez ton beau-père,
Puisque désormais ils sont tes parents
Comme ceux qui t'ont donné la vie.
Va en paix, ma fille.
Je compte n'entendre dire
Que du bien de toi, tant que je vivrai. »
Il leur fit ses adieux, et il les laissa partir.
13 A son tour, Edna dit à Tobie :
« Fils et frère très cher,
Qu'il plaise au Seigneur de te ramener !
Je souhaite vivre assez pour voir les enfants
Que vous aurez, Sarra et toi, avant de mourir.
Devant le Seigneur je te confie ma fille.
Ne lui fais jamais de la peine durant ta vie.
Va en paix, mon fils.
Désormais je suis ta mère,
Et Sarra est ta sœur.
Puissions-nous tous vivre heureux
Pareillement, tous les jours de notre vie ! »
Elle les embrassa tous les deux
Et les laissa partir tout heureux.
14 Tobie partit comblé de chez Ragouël.
Il bénissait, tout joyeux,
Le Seigneur du Ciel et de la Terre
Et Roi de l'univers
De l'heureux succès de son voyage.
Il bénit ainsi Ragouël et sa femme Edna :
« Puissé-je avoir le bonheur
De vous honorer tous les jours de ma vie ! »

11 : Je te vois, mon fils,
Lumière de mes yeux !

1 Ils approchaient de Kasérîn,
En face de Ninive.
2 Raphaël dit :
« Tu sais dans quel état
Nous avons laissé ton père.
3 Partons en avant,
Précédons ta femme.
Nous préparerons la maison,
En attendant
Que les autres arrivent. »
4 Ils y allèrent tous les deux.
Raphaël avait prévenu Tobie
De prendre avec lui
Le fiel du poisson.
Le chien trottait derrière eux.
5 Anna était assise, à surveiller
La route par où viendrait son fils.
6 Elle l’aperçut qui venait,
Et elle cria à son mari :
« Voici ton fils qui arrive
Avec son compagnon de voyage ! »
7 Raphaël dit à Tobie,
Avant qu'il eût rejoint son père :
« Je peux te le garantir :
Les yeux de ton père vont s'ouvrir.
8 Tu lui appliqueras sur l'œil
Le fiel de poisson : le remède agira,
Les taches blanches s’en iront,
Et ton père cessera d'être aveugle :
Il verra la lumière. »
9 La mère courut, se jeta
Au cou de son fils : « Maintenant,
Disait-elle, je puis mourir,
Je t'ai revu ! » Et elle pleura.
10 Tobit se leva
Et franchit, trébuchant,
La porte de la cour.
11 Tobie se précipita vers lui, tenant
Dans sa main le fiel de poisson.
Il lui souffla dans les yeux, lui disant,
Tout en le tenant fermement :
« Aie confiance, père ! »
Puis il appliqua le remède et le laissa
Faire son effet quelque temps,
12 Puis, de ses mains il lui ôta
Une petite peau du coin des yeux.
13 Alors son père se jeta à son cou.
Il pleura et s'écria : « Je te vois,
Mon fils, lumière de mes yeux ! »
14 Et il dit : « Béni soit Dieu !
Béni son grand Nom !
Bénis tous ses saints anges !
Béni son grand Nom
Dans tous les siècles !
Il m'avait frappé
Et il a m’as pris en pitié,
Et je vois mon fils Tobie ! »
15 Tobie entra dans la maison.
Tout joyeux,
À haute voix il bénissait Dieu.
Puis il mit son père au courant :
Son voyage avait bien réussi,
Il rapportait l'argent
Et Il avait épousé Sarra,
Fille de Ragouël.
« Elle arrive,
Elle est aux portes de Ninive. »
16 Tobit partit, tout joyeux
Et bénissant Dieu,
A la rencontre de sa belle-fille
Aux portes de Ninive.
Les gens de Ninive
Le virent marcher sans guide.
Il avançait, vigoureux
Comme il l’était autrefois.
Ils étaient stupéfaits.
Tobit proclama devant eux
Que Dieu avait eu pitié de lui
Et lui avait ouvert les yeux.
17 Arrivé près de Sarra,
L'épouse de son fils Tobie,
Tobit la bénit ainsi :
« Sois la bienvenue, ma fille !
Béni soit ton Dieu
De t'avoir fait venir chez nous,
Ma fille !
Béni soit ton père,
Béni soit mon fils Tobie,
Et bénie sois-tu, ma fille !
Sois la bienvenue chez toi,
Dans la joie et la bénédiction de Dieu !
Entre, ma fille ! »
18 Ce jour-là fut un jour de joie
Pour tous les Juifs de Ninive,
19 Et ses cousins Ahikar et Nadab
Vinrent partager la joie de Tobit.

12: Je suis Raphaël, un des sept anges

1 Les noces terminées, Tobit
Appela son fils Tobie, et lui dit
« Mon enfant,
Pense à régler ce qui est dû
À ton compagnon, et tu lui donneras
Plus que nous avions convenu. »
2 Il demanda :
« Père, combien vais-je lui donner
Pour le service qu’il m’a rendu ?
Même en lui laissant la moitié
Des biens qu'il a rapportés avec moi,
Je serais encore gagnant.
3 Il m’a ramené
Sain et sauf à la maison,
Il a soigné ma femme du démon,
Il m’a aidé à récupérer l’argent
Et, enfin, il t'a guéri !
Combien lui donner pour tout cela ? »
4 Tobit lui dit : « Il a bien mérité
La moitié de ce qu'il a rapporté. »
5 Tobie appela son compagnon
Et lui dit : « Prends la moitié
De ce que tu as ramené,
Pour prix de tes services,
Et va en paix ! »
6 Alors, les prenant
Tous les deux à part,
Raphaël leur dit :
« Bénissez Dieu, célébrez-le
Devant tous les vivants,
Pour le bien qu'il vous a fait.
Bénissez et chantez son Nom.
Faites connaître à tous les hommes
Les actions de Dieu
Comme elles le méritent,
Ne vous lassez pas de le remercier.
7 Il convient de tenir cachés
Les secrets d’un du roi,
Mais les œuvres de Dieu,
Il faut les révéler et les proclamer.
Remerciez-le dignement.
Faites ce qui est bien,
Et le malheur ne vous atteindra pas.
8 Mieux vaut la prière avec le jeûne
Et l'aumône avec la justice
Que la richesse avec l'injustice.
Mieux vaut pratiquer l'aumône
Que thésauriser de l'or.
9 L'aumône sauve de la mort,
Et elle purifie de tout péché.
Faire l'aumône, c’est s’assurer
Une longue vie.
10 Ceux qui font le péché et le mal
Se font du tort à eux-mêmes.
11 Je vais vous dire toute la vérité
Sans rien vous cacher :
Comme je viens de vous le dire,
Il convient de tenir cachés
Les secrets du roi,
Mais il vous faut révéler dignement
Les œuvres de Dieu.
12 Sachez donc ceci :
Lorsque vous étiez en prière,
Toi et Sarra, c'était moi
Qui présentais votre prière
Devant la Gloire du Seigneur,
Et j’étais là encore
Lorsque tu enterrais les morts.
13 Quand tu n'as pas hésité
A laisser ton repas
Pour aller ensevelir un mort,
J’ai été envoyé pour éprouver ta foi,
14 Mais Dieu m'envoya aussi
Pour te guérir, toi et ta belle-fille Sarra.
15 Je suis Raphaël, un des sept anges
Debout devant le Seigneur glorieux,
Toujours prêts à le servir. »
16 Tous deux furent remplis d'effroi.
Saisis de crainte, ils se prosternèrent.
17 Mais il leur dit : « N’ayez pas peur !
La paix soit avec vous !
Bénissez Dieu à jamais !
18 Quand j'étais avec vous,
Ce n'est pas à ma bienveillance
Que vous deviez ma présence,
Mais à la volonté de Dieu :
C'est lui qu'il faut bénir chaque jour,
C’est lui qu'il faut chanter toujours.
19 Vous avez cru me voir manger,
Mais ce n'était qu'une apparence.
20 Bénissez donc le Seigneur sur la terre,
Et rendez grâce à Dieu.
Je vais remonter à Celui qui m'a envoyé.
Ecrivez tout ce qui est arrivé. »
21 Et il s'éleva. Quand ils se redressèrent,
Il n'était plus là.
22 Ils chantèrent les louanges de Dieu,
Ils le remercièrent
Pour ses accomplissements merveilleux :
N’avaient-ils pas vu un ange de Dieu ?

13: Béni soit Dieu qui vit à jamais !

1 Et Tobit dit :
« Béni soit Dieu qui vit à jamais,
Béni soit son règne !
2 Car il châtie
Et il pardonne aussi,
Il fait descendre aux profondeurs
Du séjour des morts,
Et il délivre aussi
De l’abîme destructeur.
Rien de tout ce qu’on peut voir
Peut échapper à son pouvoir.
3 Célébrez-le face aux nations,
Vous, enfants d'Israël,
Qu’il a dispersés parmi les nations.
4 Là il vous a montré sa grandeur.
Exaltez-le devant tous les vivants,
C’est lui notre Seigneur,
Et c'est lui notre Dieu,
Et c'est lui notre Père,
Et il est Dieu dans tous les siècles !
5 Il vous châtie pour vos iniquités,
Mais de vous tous il aura pitié.
De toutes les nations
Où vous aurez été dispersés
Il vous ramènera.
6 Si vous revenez à lui
Du fond du cœur
Et de toute votre âme,
Pour agir dans la vérité devant lui,
Alors il reviendra vers vous
Et ne vous cachera plus sa face.
7 Considérez
Ce qu’il a fait pour vous,
Rendez-lui grâce à haute voix.
Bénissez le Seigneur de justice
Et exaltez le Roi des siècles.
8 Quant à moi,
Sur cette terre où je suis déporté,
J’annonce sa force et sa grandeur
Au peuple des pécheurs.
Pécheurs, revenez à lui,
Devant lui pratiquez la justice.
Peut-être aurez-vous sa faveur,
Peut-être sera-t-il généreux !
9 J'exalte Dieu et de toute mon âme
Je me réjouis dans le Roi du Ciel.
10 Qu’on proclame sa grandeur,
Qu'on le célèbre à Jérusalem !
Jérusalem, cité sainte, Dieu te châtie
A cause des œuvres de tes fils,
Mais de nouveau il aura pitié
Des fils des justes.
11 Remercie donc le Seigneur
Comme il se doit
Et bénis le Roi des siècles,
Pour que son temple en toi
Soit rebâti dans la joie,
12 Pour qu’en toi
Il réjouisse tous les déportés,
Pour qu'en toi
Il aime tous les malheureux
Pour toutes les générations à venir.
13 Une vive lumière illuminera
Toutes les contrées de la terre.
Des peuples nombreux
Viendront de pays lointains,
De toutes les extrémités de la terre,
Séjourner près du saint Nom
Du Seigneur Dieu,
Portant dans les mains
Des présents pour le Roi du Ciel.
En toi
Des générations de générations
Manifesteront leur joie,
Et le nom de l'Elue restera
Dans toutes les générations.
14 Maudit soit qui t'insultera,
Maudit soit qui te détruira,
Qui renversera tes murs,
Qui abattra tes tours,
Qui brûlera tes maisons !
Et qu’il soit éternellement béni,
Celui qui te bâtira !
15 Alors tu exulteras
Et tu te réjouiras
Sur les fils des justes,
Car ils seront tous réunis
Pour louer le Seigneur éternel.
Heureux ceux qui t'aiment !
Heureux ceux qui se réjouiront de ta paix !
16 Heureux ceux qui se seront lamentés
Sur tous les châtiments que tu as dû subir !
Car ils vont se réjouir en toi,
Et ils verront tout ton bonheur à l'avenir.
Mon âme bénit le Seigneur, le grand Roi,
17 Parce qu’on reconstruira
Jérusalem et la maison du Seigneur
Pour tous les siècles !
Quel bonheur
Quand le reste de mon peuple
Verra ta gloire et louera le Roi du Ciel !
Tes portes, Jérusalem,
Seront bâties d'émeraude et de saphir.
Des pierres précieuses orneront tes murs.
Tes tours seront bâties en or
Et tes remparts en or pur.
Tes rues seront pavées de rubis
Et de pierres d'Ophir.
18 De tes portes, Jérusalem,
S’élèveront des chants joyeux,
Et toutes tes maisons chanteront :
Alléluia ! Béni soit le Dieu d'Israël !
Et tous les élus béniront le saint Nom,
Dans les siècles des siècles ! »

14: Il apprit la ruine de Ninive

1 Ainsi s’acheva le chant
D’action de grâce de Tobit.
2 Tobit mourut en paix
A l'âge de cent douze ans,
Et il fut enterré à Ninive
Avec magnificence.
Il avait soixante deux ans
Quand il devint aveugle
Et, après sa guérison,
Il vécut dans l'abondance,
Il pratiqua l'aumône,
Et il continua à bénir Dieu
Et à célébrer sa grandeur.
3 Sur le point de mourir,
Il fit venir son fils Tobie
Et lui donna
Les instructions que voici :
« Mon fils, emmène tes enfants,
4 Cours en Médie, car je crois
A la parole de Dieu
Que Nahum a dite sur Ninive.
Tout s'accomplira, tout se réalisera,
De ce que les prophètes d'Israël
Que Dieu a envoyés
Ont annoncé contre l'Assyrie
Et contre Ninive.
De ce qu’ils ont dit,
Rien ne sera retranché.
Tout arrivera en son temps.
On sera plus à l'abri en Médie
Qu'en Assyrie et qu'en Babylonie.
Parce que je sais et je crois, moi,
Que tout s'accomplira
De ce que Dieu a dit,
Cela sera,
Et pas un mot ne tombera
Des prophéties : nos frères
Qui habitent le pays d'Israël
Seront tous recensés et déportés
Loin de leur belle patrie.
Tout le sol d'Israël sera un désert.
Samarie et Jérusalem ? Un désert !
Et la maison de Dieu, pour un temps,
Sera désolée et brûlée.
5 Puis de nouveau, Dieu en aura pitié,
Et il les ramènera au pays d'Israël.
Ils rebâtiront sa Maison,
Mais de moindre splendeur,
Jusqu’à l’accomplissement des temps.
Mais à leur retour de captivité,
Ils rebâtiront Jérusalem
Magnifiquement,
Et la maison de Dieu sera rebâtie,
Comme l’ont prédit
Les prophètes d'Israël.
6 Tous les peuples de la terre
Se convertiront :
Ils craindront Dieu en vérité.
Ils répudieront leurs faux dieux
Qui ont causé leur égarement.
Faisant ce qui est juste à ses yeux,
Ils béniront le Dieu éternel.
7 Tous les Israélites
Sauvés en ces jours-là
Se souviendront de Dieu
Avec sincérité, et ils viendront
Se rassembler à Jérusalem,
Et ils habiteront désormais
En sécurité la terre d'Abraham,
Qui sera leur propriété.
Et ceux-là seront dans la joie,
Qui aiment Dieu en vérité.
Et ceux-là disparaîtront de la terre,
Qui commettent péché et injustice.
8 Et maintenant, mes enfants,
Voici ce que vous devez faire :
Servez Dieu en vérité
Et cherchez à lui plaire.
Demandez à vos enfants
De faire la justice et l'aumône,
De se souvenir de Dieu,
De bénir son Nom en tout temps,
En vérité et de toute leur énergie.
9 Quant à toi, mon fils,
Quitte Ninive, ne reste pas ici.
10 Dès que tu auras enterré
Ta mère auprès de moi,
Pars le jour même, quel qu'il soit,
Et ne demeure plus dans ce pays
Où je vois triompher effrontément
L'iniquité et la perfidie.
Regarde, mon enfant,
Tout ce qu'a fait Nadab
À son père nourricier, Ahikar.
Ne l’a-t-il pas fait descendre vivant
Au cœur de la terre ?
Mais Dieu a fait payer son infamie
Au criminel, à la face de sa victime,
Car Ahikar revint à la lumière,
Tandis que Nadab
Entra dans les ténèbres éternelles,
Parce qu’il avait voulu
Faire mourir Ahikar.
Mais ses bonnes œuvres
Valurent à Ahikar
D’échapper au filet mortel
Que lui avait tendu Nadab,
Et cela causa la perte de Nadab.
11 Ainsi, mes enfants,
Voyez où mène l'aumône
Et où conduit l'iniquité,
C'est-à-dire à la mort.
Mais voici que la vie m’abandonne. »
Ils l'étendirent sur le lit, il mourut,
Et il fut enterré avec magnificence.
12 Quand sa mère mourut,
Tobie l'enterra auprès de son père.
Puis il partit pour la Médie
Avec sa femme et ses enfants.
Il habita Ecbatane,
Chez Ragouël son beau-père.
13 Il entoura la vieillesse
De ses beaux-parents
De respect et d'attention,
Puis il les enterra à Ecbatane de Médie.
Tobie hérita du patrimoine de Ragouël,
Comme de celui de son père Tobit.
14 Il mourut dans la considération
A l’âge de cent dix-sept ans.
15 Il apprit, avant de mourir,
La ruine de Ninive et il vit les Ninivites
Prisonniers et déportés en Médie
Par Cyaxare, roi de Médie.
Il bénit Dieu de tout ce qu'il infligea
Aux gens de Ninive et d’Assyrie.
Il put, avant de mourir,
Se réjouir du sort de Ninive
Et bénir le Seigneur Dieu
Pour les siècles des siècles. Amen.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 13:05

Cela me paraît excellent , cher Jean Bescond , mais je regrette que vous n'ayez pas demandé à Louis pour vous faire éditer . Tant pis . Je souscrirai quand même , malgré mes préventions ( le mot est faible ) envers Christian Terras .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 13:09

Merci. J'ai eu du mal à trouver un éditeur..
Je vous comprends
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 17:59

Bravo pour votre travail. C'est très impressionant. study thumleft
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Jeu 31 Jan 2013, 22:56

Tobie 12 , 7 : " Il convient de tenir cachés
Les secrets d'un du roi "

Dans la TOB , c'est : " Il est bon de tenir caché le secret du roi ; "
et en note bas de page u : " Litt. le mystère , cf Si 22,22 ; 27,16 " .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
JEAN BESCOND



Masculin Messages : 51
Inscription : 09/09/2010

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Ven 01 Fév 2013, 10:03

7 Il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler et de publier les oeuvres de Dieu. (Bible de Jérusalem)
7Il est bon de tenir cachés les secrets d'un roi,mais les œuvres de Dieu méritent qu'on les révèle et qu'on les proclame. (Français courant)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-bible-en-vers.fr/
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9341
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: LA BIBLE EN VERS    Ven 01 Fév 2013, 14:44

Il y a donc lieu de supprimer " du " dans votre version , cher Jean Bescond .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
 
LA BIBLE EN VERS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean BESCOND : la Bible en vers
» LA BIBLE EN VERS
» Bible et traductions
» la Bible/humour
» La bible dévoilée : les révélations de l'archéologie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: