DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Il y a Protestantisme et Protestantismes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
christianc



Masculin Messages : 480
Inscription : 24/04/2006

MessageSujet: Il y a Protestantisme et Protestantismes   Ven 09 Juin 2006, 10:17

J'ai promis de faire quelque chose à ce sujet, ce qui est simple est faux,
ce qui est compliqué est incompréhensible.

La Réforme Historique est née dans des temps de controverses, la foi la grâce, la souveraineté de Dieu, les indulgences, les sacrements, l'augmentation de l'instruction dans le peuple chrétien.


[b]Quelques définitions




L'élection : c'est le choix de Dieu de Dieu seul, un appel à vivre

La Souveraineté de Dieu : Thème fondamental pour Calvin tout est sous controle de Dieu et prédéterminé, qui reprend d'ailleurs la pensée de St Augustin.

Les décrets : Dieu a créé le monde et il y a trois décrets, le décret de la Création , , le décret de la Rédemption, les théologiens
se divisent entre infra-lapsariens (ceux qui disent que Dieu a produit le décret de la rédemption après la chute) et supra- lapsariens (ceux qui disent que Dieu a produit
le décret de la rédemption avant la chute afin que tout serve à sa gloire)

La Prédestination : Il existe trois conceptions de prédestination ;
- la simple prédestination : Dieu a prédestiné ceux qui devaient être sauvés
- la double prédestination : Dieu a prédestiné ceux qui devaient être sauvés et ceux qui devaient être condamnés
- la préconnaissance : la prédestination se définit comme une préconnaissance, les textes biblique qui parlent de prédestination en parlent en termes
de préconnaissance.


La Dépravation de l'homme :
elle est totale et le libre arbitre n'existe pas, le péché originel a non seulement déclenché la mortalité, mais aussi
altéré le conception de la moralité et de l'intelligence.

[La séparation d'avec Erasme est évidente ici...]

L'Election, [/b]elle est inconditionnelle, Dieu sauve indépendemment de leur propre mérite

Rédemption : La rédemption est limitée , uniquement offerte aux seuls élus

Irrésistible : parce que la volonté de Dieu est irrésistible

Persévèrance : les gens que Dieu a choisi ne peuvent perdre leurs salut, ils continueront à croire, et si ils tombent ce sera uniquement pour un temps.

C'est ce qu'on appelle le calvinisme "pur et dur".

La discussion a porté avec d'autres théologiens protestants :

- Avec Arminius sur la question du Libre -Arbitre, d'une part, sur le fait que Dieu a "anticipé" le mal et ne l'a pas déclenché, dont le mal de la Chute par exemple,
Sur la déchéance de la grâce, en sachant qu'un chrétien peut parfaitement rejeter le Christ (les écritures comme l'Epitre aux Hébreux) le mentionnent.
- sur le fait que le Christ est venu pour toute l'humanité et non seulement pour ses élus.

Aujourd'hui les Méthodistes sont des Arminiens, comme les Pentecotistes, les Baptistes eux sont plutot Calvinistes (simple prédestination)


Entre Luthériens et Calvinistes (Historiques)
le débat a porté sur la déchéance de la grâce .

Cette question de limitation initiale de la grâce est une notion fondamentale.

Dans une optique plus moderne


Dans une optique protestante (plus moderne) il faut parler de Dieu et parler du Christ, nous ne sommes plus dans ce contexte limité de l'empire Romain, ou seules les religions animistes et le christianisme naissant se faisaient face.

L'Apocatastase est "la restauration de toute chose", le symétrique de la chute. Dans la théologie de Karl Barth cette notion est fondamentale. (Karl Barth dont la théologie est orthodoxe et non libérale).


Les questions d'universalité du salut, de sa nature même doivent être discutées, de la manière dont on y accède sont rediscutées.

C'est le Christ qui apportera le salut pour l'humanité mais comment procède t'il ?


Il y a bien sûr l'ancienne école qui tient à la lettre pour les définitions intangibles des confessions de foi du 16-17eme sècle. Mais la tendance des théologiens actuels est d''insister plus sur
- la notion de séparation d'avec Dieu et de réconciliation
- sur les aspects sociaux de cette réconciliation, un chrétien a le devoir de nourrir ceux qui sont pauvres, mais n'a til pas aussi le devoir de s'attaquer
aux causes sociales de la misère.

- La relation avec les autres religions, plus anciennes... Le msssage donné à des Juifs de Jerusalem au 1er siècle, "il n'y a pas d'autre nom dans le ciel et sur la terre" par lequel vous puissiez être sauvés), dans un monde qui était "celui ou César Auguste ordonnait un recensement de toute la terre".

L'époque avait une cosmologie limitée, notre connaissance cosmologique a cru, et le message chrétien doit être reformulé.

Les Arminiens comme Arminius et plus tard Grotius (18eme siècle)
se sont consacrés au droit international, à en poser les fondements, pour Grotius c'est une actualisation du message chrétien que de tenter de formuler une éthique des relations internationales.

L'orientation théologique du protestantisme est toujours plus éthique que théorique...
Revenir en haut Aller en bas
christianc



Masculin Messages : 480
Inscription : 24/04/2006

MessageSujet: L'autorité des confessions de foi dans le protestantisme   Ven 09 Juin 2006, 13:19

En reprenant les discussions je me suis rendu compte que la croyance que "le protestantisme a des confessions de foi normatives " était très répandue.

Ci joint un article du Théologiens systématicien André Gounelle sur ce point.

http://www.protestants.org/foi-extreme-droite/gounelle.html#autorite

Il précise bien qu'il faut distinguer entre "déclaration de foi" et "confession de foi"

La notion même de "Confession de Foi supérieure à l'Ecriture" est externe au protestantisme, ce qui rend la notion de protestantisme confessionnel difficile à comprendre.



Citation :


En fait, plusieurs des textes symboliques du protestantisme essaient d'éviter des inconséquences de ce genre en relativisant leurs énoncés, en soulignant qu'ils sont imparfaits et amendables, en limitant par conséquent leur autorité. J'en donne deux exemples parmi beaucoup d'autres.

* La Confession écossaise de 1560, rédigée par John Knox, déclare :

« Quiconque découvrira dans notre confession un article quelconque ' qui [contredirait] à la sainte Parole de Dieu, qu'il veuille bien nous le signaler par écrit. Nous lui promettons ' soit réfutation ' par la parole de Dieu soit correction de ce dont il nous aura prouvé la fausseté ».

* L'épitomé de la Formule de Concorde de 1577-1580 précise très nettement les choses :

« La sainte Écriture reste la seule règle et la seule norme; elle a seule l'autorité de juger ' Quant aux symboles ' ils n'ont point comme l'Écriture Sainte, l'autorité de juger; ils ne sont que des témoignages et des déclarations de foi. »

Citation :
L'Écriture juge, les symboles témoignent. On leur assigne une fonction plus indicative qu'impérative. *

Ils constituent une règle subordonnée et révisable, ce que souligne très nettement en 1688 le genevois François Turretini, en distinguant la norma normans de la Bible, norme suprême et la norma normata des textes ecclésiastiques, norme dérivée.

* Même d'ailleurs le Symbole de Nicée,

Citation :


En 1537, un de ses adversaires, Caroli, alors pasteur à Lausanne, le somme de signer les symboles d'Athanase et de Nicée Constantinople.

Calvin s'y refuse, non pas qu'il serait en désaccord avec ces symboles (encore qu'il ne cache pas qu'il les trouve mal composés et rédigés), mais parce qu'il ne veut pas, écrit-il, « introduire dans l'Église cet exemple de tyrannie : que soit tenu pour hérétique quiconque n'aurait pas répété les formules établies par un autre ».

Ce qui serait à mettre en contraste avec la déclaration du Concile de Trente sur le même sujet :

Citation :
« Personne ' ne doit, en se fiant à son jugement, oser détourner l'Écriture sainte vers son sens personnel, contrairement au sens qu'a tenu et que tient notre mère, la sainte Église, à qui il appartient de juger du sens et de l'interprétation véritables des saintes Écritures.
Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a Protestantisme et Protestantismes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il y a Protestantisme et Protestantismes
» Le protestantisme, les protestantismes.
» Le protestantisme a-t-il un sens aujourd'hui?
» Pourquoi je n'adhère pas au protestantisme
» Le protestantisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: