DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 11:25


http://h16free.com/2012/02/08/12511-les-10-mesures-qui-sauveraient-la-france-mais-qui-ne-seront-jamais-appliquees

Aujourd’hui, soyons fous. N’ayons peur de rien, soufflons bien fort dans l’appeau à trolls et imaginons que nous ayons toutes latitudes pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d’en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l’activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n’enrichirait pas tellement les pauvres (il y en a beaucoup), alors on trouverait plus simple de distribuer ces billets d’abord à nos amis banquiers, politiciens, syndicalistes autres corporations subventionnées. À la fin, ça appauvrirait tout le monde, mais on s’en ficherait parce qu’on serait cynique.

Moui.

Bizarrement, cela a été tenté plusieurs fois dans le passé, avec un échec cuisant à chaque fois. C’est à nouveau en cours de test, actuellement, au niveau européen. On peut présager l’échec. Mais je suis mauvaise langue, passons donc.

Ou alors, on déciderait — soyons fous, vous dis-je — de lâcher complètement les bretelles et péter les élastiques et on mettrait en place les idées suivantes.

1. Dans un premier temps, on demanderait aux entreprises de donner leur salaire complet aux salariés, c’est-à-dire ce que ces salariés coûtent effectivement à l’entreprise, en totalité (charges salariales et patronales incluses). L’intégralité du salaire atterrirait alors sur le compte bancaire des intéressés. Charge alors à ces derniers de reverser aux différents organismes les sommes convenues pour les différentes couvertures. On passerait ensuite quelques mois à expliquer aux Français que oui, ils n’ont pas le choix, et oui, ils sont obligés de cotiser à ces organismes qui leur paieront une retraite de misère, indemniseront leur chômage avec un lance-pierre et ne leur rembourseront qu’une partie humoristique de leurs frais de santé. Enfin, on proposerait l’ouverture à la concurrence de l’ensemble de ces branches.

Ici, les trolls, arrivés en bande, commencent à baver en agitant leurs gros bras gourds : les malades vont tous mourir sur les trottoirs et c'est la mort des pauvres que vous voulez ! Salaud de libéral !

2. Parallèlement à ces mesures didactiques sur les salaires, on en profiterait pour faire sauter les monopoles de droits divers et variés (courrier, énergie, taxis, transports interurbains ou régionaux, tout jusqu’aux licences téléphoniques mobiles, par exemple) ainsi que les protections et privilèges minutieusement enkystés dans la vie sociale française depuis des décennies, à commencer par les numerus clausus (des pharmaciens, des notaires, des médecins, …).

Les trolls, dont la bave bulle à gros bouillons putrides, enragent à l'idée qu'un nombre suffisant de médecin, de taxis et de notaires envahirait le pays. Ce serait horrible, tout comme la concurrence qui réduit les prix et donc provoque le chômage, comme Free.

3. Évidemment, tout ceci ne peut s’entendre qu’avec un code des impôts légèrement éclairci. Pour cela, on peut le réduire à quelques articles simples : l’impôt serait dû par tous (entités physiques ou morales), sur tous les types de revenus possibles, et limité à 10% de ce revenu (flat tax), ni plus, ni moins. La TVA, de fait, serait unique, et limitée à 10%. Et 10%, c’est très simple puisqu’un gamin de 6ème est censé savoir faire une division par dix… Enfin, mettons un gamin de terminale (de nos jours). Par exemple, le litron d’essence sans plomb, actuellement autour de 1.5€, dégringolerait à 0.64€ (cela fait plus de 40€ d’économie sur un plein de 50 litres). En conséquence de quoi, le gouvernement serait dans l’obligation, rapidement constitutionnelle, de ne dépenser en année N+1 que l’argent récolté en année N, avec interdiction du moindre déficit, et sanctions personnelles et financières non symboliques aux membres du parlement pour tout dépassement de budget de l’État.

Les trolls, apoplectiques et les yeux hagards, se tortillent en criant à la misère de l'Etat qui ne pourra plus garantir à la France son rang international, faute de moyens. Et tout le monde sait que l'impôt proportionnel tue les pauvres et les chatons.

4. Puisque le droit fiscal a été toiletté, autant faire la même chose pour le droit du travail. Revenons aux sources, à savoir celle d’un contrat entre deux personnes, jugées adultes et responsables. Pour éviter que, dans un premier temps, des contrats trop fantaisistes apparaissent, on peut imaginer que des contrats types pourraient être proposés par des institutions reconnues ou toute firme d’avocats souhaitant se faire un nom. Les détails des contrats sont mis en concurrence directe. Évidemment, tous les « contrats » liant les fonctionnaires à l’État sont remis sur le tapis. Ce nettoyage au kärcher du droit fiscal et du droit du travail entraîne bien évidemment une simplification drastique de la création d’entreprise où la paperasserie devient réduite à sa plus simple expression.

Les trolls deviennent fous. Plusieurs cassent du matériel en hurlant : "des contrats libres, c'est l'assurance que les gens seront corvéables à merci. Ils sont trop cons, les gens, il faut les aider à savoir ce qui est vraiment bon pour eux !"

5. L’argent de l’État, c’est l’argent du peuple, qui a, surtout actuellement, autre chose à faire que financer les allers-retours en jet privé de Morano ou Sarkozy dans leurs déplacements de villégiature. En conséquence, on arrêterait toutes les subventions (aux associations, etc…), on mettrait fin à toutes les commissions, institutions diverses, hautotorités rigolotes mais parfaitement inutiles. La ponction correspondante disparaissant, les Français sont alors libres de reverser directement aux associations de leur choix le montant qu’ils veulent. En contrepartie, ce montant est déductible à 100% des impôts, sans plafond (les impôts peuvent ainsi être totalement annulés) tant que l’association est reconnue à but non lucratif et d’utilité publique. De la même façon, on peut espérer un gain substantiel de marges de manœuvre avec l’arrêt total de tous les ministères croupions, petites niches dorées pour sympathisants et amis des dirigeants en place, comme par exemple la Culture, l’Environnement, la Solidarité, la Jeunesse, les Sports, la Ville.

Trois trolls sont morts d'une crise cardiaque. Le troll artiste, sentant le statut d'intermittent disparaître, se met à composer des riffs vengeurs sur sa guitare. No pasaran !

6. En matière d’éducation, rien ne vaut la décision éclairée (ou pas) des parents. Le principe du Chèque Éducation, dans un premier temps tout au moins, permettra d’éclaircir pas mal la situation. En contrepartie, les écoles, collèges et lycées deviennent totalement autonomes dans leurs programmes, méthodes, horaires, recrutements et salaire des professeurs.

Ici, ce sont les trolls pédagogos qui se tortillent de rage. L'un d'eux sacrifie trois mille têtes blondes à Meirieu'Baal, leur dieu.

7. La France n’est plus une puissance coloniale, c’est un petit pays jadis riche enfoncé dans 40 ans de socialisme débridé. Rien de tel qu’une cure d’humilité pour reprendre pied avec la réalité, par exemple avec un arrêt de toutes les opérations militaires hors du sol. Les militaires sont mis à profit dans les endroits où ils peuvent servir, si le besoin s’en fait sentir. L’arrêt des opérations à droite et à gauche permet de dégager à nouveau des finances pour renouveler les matériels usés et rafraîchir les troupes. Mieux vaut 100.000 hommes correctement outillés et en bonne forme que les 240.000 actuels, fatigués et équipés majoritairement de vieux engins rouillés.

Les trolls, ici, cherchent leurs mots (enfin, leurs grognements). Ils hésitent. Ils sentent le piège.

8. Rappelons que nous sommes en situation économique tendue. Comme nous n’avons plus un rond, on a autre chose à faire de notre argent en période de crise que d’empêcher les gens de le claquer en futilités si ça les amuse. En conséquence, on applique une légalisation de la drogue, comme au Portugal où cela a très bien fonctionné.

Pendant qu'une partie des trolls reste cois, hébétés, une autre pète un klaxibule dans des petits cris stridents.

9. Il devient à présent indispensable de nettoyer aussi quelque peu la vie politique française, par exemple en imposant la transparence sur les comptes des syndicats, de toutes les entités publiques ou qui reçoivent de l’argent public (institutions, municipalités, régions, etc…). Cette transparence se traduirait aussi dans la publication sous forme électronique de l’ensemble de la comptabilité dans des formats directement exploitables par le citoyen. Et bien sûr, cela comprendrait la publication de toutes les feuilles de paie de tous les élus. Après tout, c’est notre argent, autant savoir où il part. Au sujet des syndicats, il semble évident que leur représentativité n’est plus liée à leur nom ou histoire mais, strictement, à leur nombre d’adhérent.

Un instant égarés par des mesures auxquelles ils ne s'attendaient pas, les trolls reprennent de plus belle : la transparence pour les syndicats, c'est, soyez-en sûr, affreux libéral capitaliste mangeur d'enfants communistes, l'assurance que le méchant patronat va faire pression sur eux et les empêcher d'organiser des parties (fines ?) à 500.000 euros dans de somptueux châteaux. Et ça, ce n'est pas tolérable dans une démocratie digne de ce nom !

10. Enfin, pour bien marquer le coup, on imposerait un non cumul strict des mandats, tous renouvelables une seule fois. Renouveler le corps politique n’est pas la garantie d’une démocratie parfaite mais permettra d’éviter les situations de rentes dont le pays a si longtemps souffert.

Comme vous le constatez, ces quelques mesures sont essentiellement économiques et visent, en définitive, à sabrer les bras multiples, tentaculaires et suceurs invétérés d’un État devenu omniprésent et omnigaffeur. En se concentrant sur l’essentiel et en évitant l’écueil des sujets parasites, on donne une chance réelle à l’économie de redécoller, et partant, à la France de sortir du trou.

Et maintenant, redescendons sur Terre. Le bruit des trolls nous y oblige.

Ces mesures ne marcheront évidemment pas.

Pas parce qu’elles seraient viciées (elles ont toutes, dans le monde et dans l’Histoire, prouvé leur efficacité), mais tout simplement parce que chacune de ces mesures vient heurter, directement, l’une ou l’autre corporation, l’un ou l’autre privilège, l’une ou l’autre habitude ancrée au plus profond de celui qui la pratique, qui s’y accroche et qui voit très bien ce qu’il y a à perdre et refusera, devant cette perte, de considérer ce qu’il y a à gagner. Chacune de ces mesures déclencherait une paralysie immédiate du pays qui préfèrera mourir qu’envisager le changement.

Ceci ne marchera pas parce que la majorité, qui décide, a déjà choisi son sort. Elle a déjà préféré le status quo, la rente, le confort de la position actuelle, connue et parfaitement bornée, et ne veut à aucun prix l’échanger contre autre chose, même si cela a été tenté avec succès ailleurs.

Et parce que ces choix ont déjà été fait, ont déjà été gravés dans le marbre, ça ira moins bien (vraiment, vraiment moins bien) avant de pouvoir aller mieux.

Ces mesures pourraient sauver la France. Elles ne seront ni prises, ni même envisagées.

Ce pays est donc foutu.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 11:57

Philippe Fabry a écrit:


3. Évidemment, tout ceci ne peut s’entendre qu’avec un code des impôts légèrement éclairci. Pour cela, on peut le réduire à quelques articles simples : l’impôt serait dû par tous (entités physiques ou morales), sur tous les types de revenus possibles, et limité à 10% de ce revenu (flat tax), ni plus, ni moins. La TVA, de fait, serait unique, et limitée à 10%. Et 10%, c’est très simple puisqu’un gamin de 6ème est censé savoir faire une division par dix… Enfin, mettons un gamin de terminale (de nos jours). Par exemple, le litron d’essence sans plomb, actuellement autour de 1.5€, dégringolerait à 0.64€ (cela fait plus de 40€ d’économie sur un plein de 50 litres). En conséquence de quoi, le gouvernement serait dans l’obligation, rapidement constitutionnelle, de ne dépenser en année N+1 que l’argent récolté en année N, avec interdiction du moindre déficit, et sanctions personnelles et financières non symboliques aux membres du parlement pour tout dépassement de budget de l’État.

Les trolls, apoplectiques et les yeux hagards, se tortillent en criant à la misère de l'Etat qui ne pourra plus garantir à la France son rang international, faute de moyens. Et tout le monde sait que l'impôt proportionnel tue les pauvres et les chatons.


Je vais jouer au troll. La TVA est un domaine que je connais à peu près bien puisque depuis 35 ans c'est mon gagne pain. D'abord 12 et quelques comme contrôleur fiscal en Belgique, et depuis comme consultant externe dans une "Big 4" et ensuite comme fiscalite interne dans une société pétrolière.

Première question: envisagez-vous que la France quitte l'Union européenne et fasse bande à part?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 14:39

1. Dans un premier temps, on demanderait aux entreprises de donner leur salaire complet aux salariés, c’est-à-dire ce que ces salariés coûtent effectivement à l’entreprise, en totalité (charges salariales et patronales incluses). L’intégralité du salaire atterrirait alors sur le compte bancaire des intéressés. Charge alors à ces derniers de reverser aux différents organismes les sommes convenues pour les différentes couvertures. On passerait ensuite quelques mois à expliquer aux Français que oui, ils n’ont pas le choix, et oui, ils sont obligés de cotiser à ces organismes qui leur paieront une retraite de misère, indemniseront leur chômage avec un lance-pierre et ne leur rembourseront qu’une partie humoristique de leurs frais de santé. Enfin, on proposerait l’ouverture à la concurrence de l’ensemble de ces branches.

Je vous en propose une autre :

Dans un premier temps toutes les entreprises verseraient tout ce qui n'est pas strictement le coût de production (matières, frais) dans une grande caisse commune. A partir de là on verserait à chaque personne un revenu qui serait fonction de ses charges familiales (il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions... il ne peuvent guère manger plus de deux steacks par jour par personne). On établirait une échelle des responsabilités entrepreneuriales, sociales, économiques, associatives... Et à partir de là on verserait un complément de revenu à ceux qui s'engagent effectivement au service d'autrui dans ces différents domaines. Ainsi le maire d'une commune de 10 000 habitants avec un budget de plusieurs dizaines de millions d'euros pourrait toucher un complément de salaire équivalent à celui d'un chef d'entreprise générant le même chiffre d'affaire.
Ce qui resterait de la caisse commune servirait à financer la protection sociale (la même pour tous), les investissements des entreprises et services publics (sur dossiers démontrant la rentabilité), l'éducation (la même pour tous), la culture... Bien sûr on supprimerait toutes les choses inutiles comme les cours de théologie, les subventions aux assoc cultuelles, les écoles privées confessionnelles (mais on étudierait le fait religieux à l'école), les banques, sauf le grand guichet unique.... etc, etc....
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 14:50

adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.

Pour le reste, l'application de votre programme, en général ça donne ça :







Et quand ça prend fin les gens sont tellement déçus que ce soit fini que ça donne ça :



Sacré Adamev !




_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 15:07

Moi c'est cette signature de Le Bob que attire mon attention:

"Je nourris un pauvre et l'on me dit que je suis un saint. Je demande pourquoi le pauvre n'a pas de quoi se nourrir et l'on me traite de communiste (Dom Hélder Câmara)"


C'est tout simplement parce qu'on ne peut pas être tous saints, tout comme on peut pas être tous économes, tous travailleurs, tous fainéants, tous créatifs, tous intelligents etc... etc...

Donc, ayons un peu de sagesse et contentons-nous d'observer. D'observer quoi? La grande claque que les cigales vont bientôt se prendre dans la figure. Et comme les claques ça fait mal, ben... ça éduque...

Tania




Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 15:13

Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 15:20

Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Le problème c'est que vous ne pouvez pas contraindre le premier à créer. Supprimez la locomotive et au revoir tous les wagons! Mr.Red

Pas de bol, moi je suis chef d'entreprise! Mr. Green

Ça ne veut pas dire qu'il faut exploiter ses employés. Le problème c'est les extrêmes...

Tania
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 15:49

Tania a écrit:
Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Le problème c'est que vous ne pouvez pas contraindre le premier à créer. Supprimez la locomotive et au revoir tous les wagons! Mr.Red

Pas de bol, moi je suis chef d'entreprise! Mr. Green

Ça ne veut pas dire qu'il faut exploiter ses employés. Le problème c'est les extrêmes...

Tania

Si tous les chefs d'entreprise étaient des créateurs, il y longtemps que cela se saurait.

En réalité, bon nombre d'entre se bornent à apporte runc apital qu'ils entendent faire fructifier. Ce qui est respectable. Mais le fait est que vous aurez beau empiler des tas de biffetons sur du bois, ça ne suffira pas à transformer le bois en meubles, en portes ou en encadrements de fenêtre. Pour cela, il faut encore et toujours le travail. Vous savez, cet ingrédient indispensable qui crée ce qu'on appelle la valeur ajoutée.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:21

Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Dette qu'il leur paie par le salaire, au prix du marché, seule et unique mesure objective de la valeur des choses, et ce qui est garanti par l'établissement d'un contrat entre deux personnes libres et consentantes.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:35

Philippe Fabry a écrit:
Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


On en revient toujours à des réponses purement théoriques qui relèvent de l'utopie totale.

Si on laissait faire les économistes fous tenant du libéralisme, le mone serait vite transformé en un vaste champ d'expérmentation de théories plus délirantes les unes quele autres. Heureusement, la vaste majorité de la population est encore douée d'un minimum de bon sens et n'a pas envie de servir de rats de laboratoire pour des apprentis-sorciers.

Pour en revenir à des questions plus terre-à-terre, quid de la sortie de la France de l'Union européenne, qui paraît être la seule solution réaliste si vous voulez appliquer la "recette" exposée à votre point 3 sur la fiscalité du moins si on parle de la fiscalité indirecte?
Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Dette qu'il leur paie par le salaire, au prix du marché, seule et unique mesure objective de la valeur des choses, et ce qui est garanti par l'établissement d'un contrat entre deux personnes libres et consentantes.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:38

Lebob a écrit:

Si tous les chefs d'entreprise étaient des créateurs, il y longtemps que cela se saurait.

Tous les entrepreneurs sont des créateurs. C'est le sens du mot : ils créent des entreprises. Alors certes, si vous créez une boulangerie, cela ne signifie pas que vous avez inventé le pain. Mais vous n'en prenez pas moins des risques en prenant un local, en achetant le matériel... et si vous trouvez une clientèle c'est que vous répondez à un besoin de manière efficace. C'est en soi méritoire.

En réalité, bon nombre d'entre se bornent à apporte runc apital qu'ils entendent faire fructifier. Ce qui est respectable.

C'est toujours bien de le rappeler. Apparemment tout le monde n'en est pas convaincu.

Mais le fait est que vous aurez beau empiler des tas de biffetons sur du bois, ça ne suffira pas à transformer le bois en meubles, en portes ou en encadrements de fenêtre. Pour cela, il faut encore et toujours le travail. Vous savez, cet ingrédient indispensable qui crée ce qu'on appelle la valeur ajoutée.

Si vous mettez 200 ouvriers dans un hangar sans matériau et sans outils, ils pourront s'agiter dans tous les sens, il n'en sortira rien.
Discuter de qui a fait quelle part est aussi stérile que de se demander qui est le plus responsable de votre naissance, votre père ou votre mère ? La vérité est que les deux sont complémentaires.
Sans l'entrepreneur, il n'y a pas d'employés. Sans employés, un entrepreneur ne peut rien faire. Chercher à les départager en disant qui fait le job qui a le plus de valeur n'a pas de sens.

En revanche ce que vous pouvez faire c'est voir les choses d'un autre point de vue : tout individu est un entrepreneur. Un employé est un entrepreneur isolé qui a une entreprise composée de sa seule personne et qui vend sa force de travail. L'employeur est un client qui lui loue sa force de travail. Et de même que l'entrepreneur-boulanger à qui vous achetez votre pain ne vous demandera pas de vous donner en plus du prix de la baguette une partie de votre salaire sous prétexte que sans lui vous ne mangeriez pas, les salariés n'ont pas à demander une partie du bénéfice de l'entrepreneur au motif que sans lui la boîte ne tournerait pas.

Il faut en effet souligner l'erreur commune, maintes fois répétées par les journalistes et les politicards, qui disent "quand l'entreprise fonctionne bien, le patron doit partager avec les salariés, sinon c'est pas juste". C'est faux et ça n'a économiquement aucun sens : ce n'est pas parce que l'entreprise a du succès que le patron doit être plus généreux avec ses salariés. S'il doit être plus généreux avec ses salariés, c'est parce que puisque ceux-ci sont très productifs et permettent un bon résultat, alors la concurrence risque de les débaucher et le profit de l'entrepreneur s'en ressentira.
De la même façon que vous seriez prêt à payer à votre boulanger votre baguette plus cher si sa qualité augmente et la rend encore plus désirable par rapport à la concurrence.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:42

Philippe Fabry a écrit:
Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Dette qu'il leur paie par le salaire, au prix du marché, seule et unique mesure objective de la valeur des choses, et ce qui est garanti par l'établissement d'un contrat entre deux personnes libres et consentantes.

Sauf que le prix du marché est trafiqué, comment? comme ça:


Immigration baisse salaires par gaune_692
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:42

Lebob a écrit:

On en revient toujours à des réponses purement théoriques qui relèvent de l'utopie totale.

Si on laissait faire les économistes fous tenant du libéralisme, le mone serait vite transformé en un vaste champ d'expérmentation de théories plus délirantes les unes quele autres. Heureusement, la vaste majorité de la population est encore douée d'un minimum de bon sens et n'a pas envie de servir de rats de laboratoire pour des apprentis-sorciers.

En quoi est-ce délirant que de laisser le marché décider du prix des biens ? Est-ce que l'on s'en porte mal depuis que l'arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile a fait, à service égal, fait économiser des centaines d'euros par an à des millions de gens ?

Pour en revenir à des questions plus terre-à-terre, quid de la sortie de la France de l'Union européenne, qui paraît être la seule solution réaliste si vous voulez appliquer la "recette" exposée à votre point 3 sur la fiscalité du moins si on parle de la fiscalité indirecte?

L'idéal serait que l'Union Européenne adopte ces mesures dans son ensemble.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 16:49

Alexis232 a écrit:

Sauf que le prix du marché est trafiqué, comment? comme ça:


Immigration baisse salaires par gaune_692

L'immigration n'exerce une pression à la baisse sur les salaires que de façon très marginale, et ce pour une raison très simple : les immigrants sont soit des gens très qualifiés (cadres) soit des gens très peu qualifiés (ouvriers sans formation). Il n'y a donc que sur ces deux catégories de salariés que s'exerce une concurrence, les autres ne sont pas touchés directement.
NB : l'immigration elle-même peut être plus ou moins trafiquée. A partir du moment où, en France, des prestations sociales généreuses sont accordées aux immigrants pauvres, en particulier en matière de santé, alors il y a une perversion du marché de l'immigration, une sorte de dumping, si vous voulez. Or c'est la faute à qui ? L'... L'E... L'Et... allez un petit effort vous allez trouver !

En revanche, si vous voulez un truc qui trafique le prix du marché dans son ensemble, vous avez cela : le SMIC. Il crée artificiellement un salaire minimum identique pour tout le monde, que vous soyez ouvrier non qualifié ou docteur.
Cela a plusieurs effets pas très bisou :
- sont exclus du travail tous ceux dont la rentabilité du travail est en-dessous du SMIC
- est ainsi créé un chômage structurel important qui provoque une pression à la baisse de l'ensemble des salaires (la faute au rapport offre/demande d'emploi défavorable aux salariés), ce qui entraîne le phénomène de "smicarisation" des salaires

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:13

Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...

Georges Marchais & S.R par exemple




Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Masculin Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:16

[quote="Philippe Fabry"]
Lebob a écrit:

Pour en revenir à des questions plus terre-à-terre, quid de la sortie de la France de l'Union européenne, qui paraît être la seule solution réaliste si vous voulez appliquer la "recette" exposée à votre point 3 sur la fiscalité du moins si on parle de la fiscalité indirecte?

L'idéal serait que l'Union Européenne adopte ces mesures dans son ensemble.

Avec une disparité des taux normaux de TVA qui s'étale de 15% pour la Grand Duché de Luxembourg à 27% pour la Hongrie, et tenant compte du fait que toute modification des directives fiscales doit obtenir l'unanimité des Etats membres pour être adoptée, vous n'êtes pas sorti de l'auberge. Et c'est un vieux routier de la fiscalité indirecte qui vous le dit.

Sans compter que la diminution du prix de l'essence que vous évoquez implique aussi une révision drastique à la baisse voire une disparition complète des droits d'accises sur les produits pétroliers. Encore une mesure communautaire pour laquelle l'unanimité des 27 serait requise le cas échéant. Pour info, au 1er juillet dernier, la taux d'accise pour l'essence sans plomb s'échelonnaient dans l'UE de 369 euros (Chypre) à 730 euros (Pays-Bas) par mille litres d'essence.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:17

Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:22

Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Cher Lebob, c'est terrible comme quoi on est conditionné par 70 ans de propagande socialo-communiste, particulièrement à cause des médias et de l'éducation nationale noyautés par ces partis.

Un peu de bon sens tout de même : il y a des bons et des mauvais patrons, il y a des bons et des mauvais ouvriers ; et il suffit d'avoir été l'un et l'autre pour s'en rendre pleinement compte.

Pourquoi ce manichéisme éculé ? Souvent le chef d'entreprise risque ses économies, son temps, sa famille quelquefois, et il devrait gagner moins qu'un ouvrier ? Chacun a besoin de l'autre, et s'il est vrai que le puissant peut plus facilement abuser de l'ouvrier, il est vrai aussi que des mauvais ouvriers peuvent couler une entreprise à cause de leur égoïsme corporatif ou simplement de leur paresse ou autres vices. Et qu'ils peuvent tout autant porter leur entreprise vers le succès, il y a des exemples.

Je suis ouvrier moi-même, alors que l'on ne me dise pas que je parle pour les patrons. Mais j'ai aussi créé une entreprise et je connais l'autre côté.

Rien n'est simple et tout reste gris ici-bas. Il n' y a pas un bon camps contre un mauvais camps. On a encore l'impression que nous en sommes restés aux querelles d'avant guerre alors que le socialisme d'état à échoué partout depuis un siècle...

Adamev, je suis surpris par votre réponse sur ce fil : je vous croyais plus objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:25

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

L'immigration de masse a été voulue par les grands industriels (pas les PME ou TPE que je défends) pour des raisons économiques (main d'oeuvre bon marché) et appuyé par certains idéaux de gauche comme le métissage, l'Etat a mis en application l'idéologie issue de l'alliance entre la droite néo-libérale et la gauche caviar ce qui donne une sorte d'idéologie libéral-libertaire incarnée (comme l'explique très bien Zemmour) par notre ancien président que vous avez tant aimé Smile Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 17:45

Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

L'immigration de masse a été voulue par les grands industriels (pas les PME ou TPE que je défends) pour des raisons économiques (main d'oeuvre bon marché) et appuyé par certains idéaux de gauche comme le métissage, l'Etat a mis en application l'idéologie issue de l'alliance entre la droite néo-libérale et la gauche caviar ce qui donne une sorte d'idéologie libéral-libertaire incarnée (comme l'explique très bien Zemmour) par notre ancien président que vous avez tant aimé Smile Shocked

1) Je ne l'ai pas "tant aimé". Il a fait des tas de bêtises, mais au moins il avait l'air moins bête que l'actuel.

2) Immigration de masse voulue par les grands industriels ? Par certains d'entre eux en tout cas, sans doute. Et cela s'appelle du crony capitalism, du capitalisme de connivence, c'est-à-dire du socialisme par le haut, où les bénéficiaires des bienfaits de l'Etat sont de faux capitalistes et de vrais assistés qui attendent de l'Etat qu'il leur fournisse du travail et des monopoles/oligopoles dus non à l'excellence mais à la coercition étatique.

3) Ne suivez pas Zemmour quand il parle du libéralisme, il n'y connaît rien. Il confond ça avec Mai 68. Les "grands industriels" sont le plus souvent en France des gens qui sont bien au chaud sous la protection de l'Etat, qui protège leurs miches à coup de subventions payées par vos impôts. Et leurs intérêts sont les mêmes que ceux des syndicats, parce que c'est en assurant "sauver les emplois des ouvriers" que l'Etat file des tas de pognon à des industriels incapables ou malheureux.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 19:12

Philippe Fabry a écrit:
En revanche, si vous voulez un truc qui trafique le prix du marché dans son ensemble, vous avez cela : le SMIC. Il crée artificiellement un salaire minimum identique pour tout le monde, que vous soyez ouvrier non qualifié ou docteur.
Cela a plusieurs effets pas très bisou :
- sont exclus du travail tous ceux dont la rentabilité du travail est en-dessous du SMIC
- est ainsi créé un chômage structurel important qui provoque une pression à la baisse de l'ensemble des salaires (la faute au rapport offre/demande d'emploi défavorable aux salariés), ce qui entraîne le phénomène de "smicarisation" des salaires

C'est le moment d'ajouter que le chomage n'existe pas dans un pays libéral.

Et la preuve que les Etats Unis ne sont plus un Etat libéral : un taux de chomage à 10 %.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 19:16

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

Cela me fait penser à ce que disait JM LEPEN du temps où il était Reaganien.

Un journaliste lui demandait comment il comptait faire pour faire partir les immigrés.

Il prenait l'exemple du cerisier. Lorsqu'il y a des cerises il est impossible de faire partir les oiseaux; on a beau taper dans les mains, mettre la radio, secouer l'arbre, rien n'y fait.
Dès que les cerises sont parties, on a beau les appeler, aucun oiseau ne vient.

Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 19:21

Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

L'immigration de masse a été voulue par les grands industriels (pas les PME ou TPE que je défends) pour des raisons économiques (main d'oeuvre bon marché) et appuyé par certains idéaux de gauche comme le métissage, l'Etat a mis en application l'idéologie issue de l'alliance entre la droite néo-libérale et la gauche caviar ce qui donne une sorte d'idéologie libéral-libertaire incarnée (comme l'explique très bien Zemmour) par notre ancien président que vous avez tant aimé Smile Shocked

Les grands patrons, ceux que vous appelez les néolibéraux n'ont rien de libéraux. Ils sont d'ailleurs tous issus de l'E.N.A. qui est une école d'administration publique.
Et les quelques uns qui sont attachés au libéralisme, le sont pour des raisons utilitaires et non pour des raisons de justice.

Or les citoyens qui choisissent le libéralisme doivent le choisir parce qu'il est juste. La prospérité vient aprés.

C'est un peu la même chose que la foi qui nourrit.

Revenir en haut Aller en bas
Tania



Féminin Messages : 3232
Inscription : 07/01/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:18

Doumé a écrit:
Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Cher Lebob, c'est terrible comme quoi on est conditionné par 70 ans de propagande socialo-communiste, particulièrement à cause des médias et de l'éducation nationale noyautés par ces partis.

Un peu de bon sens tout de même : il y a des bons et des mauvais patrons, il y a des bons et des mauvais ouvriers ; et il suffit d'avoir été l'un et l'autre pour s'en rendre pleinement compte.

Pourquoi ce manichéisme éculé ? Souvent le chef d'entreprise risque ses économies, son temps, sa famille quelquefois, et il devrait gagner moins qu'un ouvrier ? Chacun a besoin de l'autre, et s'il est vrai que le puissant peut plus facilement abuser de l'ouvrier, il est vrai aussi que des mauvais ouvriers peuvent couler une entreprise à cause de leur égoïsme corporatif ou simplement de leur paresse ou autres vices. Et qu'ils peuvent tout autant porter leur entreprise vers le succès, il y a des exemples.

Je suis ouvrier moi-même, alors que l'on ne me dise pas que je parle pour les patrons. Mais j'ai aussi créé une entreprise et je connais l'autre côté.

Rien n'est simple et tout reste gris ici-bas. Il n' y a pas un bon camps contre un mauvais camps. On a encore l'impression que nous en sommes restés aux querelles d'avant guerre alors que le socialisme d'état à échoué partout depuis un siècle...

Adamev, je suis surpris par votre réponse sur ce fil : je vous croyais plus objectif.

Et oui, je suis d'accord. Avant de créer mon entreprise j'ai travaillé plus de 12 heures par jour (et souvent le weekend), je me suis privée, je ne suis pas partie en vacances, j'ai économisé un petit capital et je me suis lancée. J'ai maintenant une vingtaine d'employés, de l'argent et du temps, qui dois-je remercier?

Le dure réalité c'est que si mes employés partent, je peux les remplacer, si je pars, la boite coule! Si l'état devait me contraindre à garder de mauvais employés, ou à les garder alors que la demande baisse, on me ferait courir le risque de couler. Le libéralisme est indispensable pour être dans une dynamique du succès. Et, ce que nos chers gauchistes refusent de comprendre, c'est que le succès apporte de la richesse et de l'emploi...
Mais j'avoue que j'ai un très très gros avantage, je n'habite pas en France! Mr. Green

Tania
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:35

Eh Philippe.... l'application du vôtre ça donne quoi????
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:37

Lebob a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
adamev a écrit:
Spoiler:
 
(il n'y a aucune raison (ex) pour qu'un patron, marié avec deux enfants ait un revenu supérieur à celui d'un employé dans les mêmes conditions...
Spoiler:
 

Si, il y en a une grosse : le second, et tous ses collègues de l'entreprise, doit son emploi au premier.


Et le premier doit son succès, ses profits, sa position sociale, son confort, son train de vie, etc. au travail du second et de tous les autres.

Merci... je n'aurais pas mieux dit.
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:44

Doumé a écrit:
Adamev, je suis surpris par votre réponse sur ce fil : je vous croyais plus objectif.

A partir du message de Philippe on n'est pas dans l'objectivité on est dans la pseudo économie... réactionnaire. Alors j'ai ajouté ma couche... communisante.

PS : si j'ai été salarié j'ai aussi été créateur d'entreprise(s). Si j'ai arrêté c'est parce que je n'ai trouvé pour s'associer que des gens qui voulaient bien partager les recettes... mais pas les risques... des libéraux sans doute?


Dernière édition par adamev le Mer 24 Oct 2012, 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:48

adamev a écrit:
Eh Philippe.... l'application du vôtre ça donne quoi????

La disparition de la famine, le doublement de l'espérance de vie en deux siècles, la multiplication par dix du niveau de vie moyen, la paix par l'échange et l'enrichissement par l'ouverture, le respect des droits individuels : liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir...

Franchement c'est en soi aberrant que j'aie à le répéter.

Si vous voulez qu'on s'amuse encore un peu, quelques observations :

Allemagne de l'Est et de l'Ouest entre 1945 et 1990 : quid ?

Corée du Nord-Corée du Sud durant les 50 dernières années : quid ?

Inde et Brésil entre 1960 et 1990 d'une part, 1990 et 2012 d'autre part ?

Tenez, un petit graphique à propos des deux Corée :



Hum, c'est embarrassant : que peut-on bien en déduire ?

Et encore, autre exemple, en Amérique du Sud :


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:51

adamev a écrit:
Doumé a écrit:
Adamev, je suis surpris par votre réponse sur ce fil : je vous croyais plus objectif.

A partir du message de Philippe on n'est pas dans l'objectivité on est dans la pseudo économie... réactionnaire. Alors j'ai ajouté ma couche... communisante.

PS : si j'ai été salarié j'ai aussi été créateur d'entreprise(s). Si j'ai arrêté c'est parce que je n'ai trouvé pour s'associer que des gens qui voulaient bien partager les recettes... mais pas les risques... des libéraux sans doute?

Ah oui, j'oubliais : pour les vieux coco la réalité est réactionnaire. Heureusement il vous reste toujours le rêve, l'évasion et les barbelés des goulags.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Mer 24 Oct 2012, 23:54

Je ne vous demande pas de prouver que l'étatisme est un bon système... je vous demande de prouver exemples à l'appui que le vôtre marche.

La disparition de la famine, le doublement de l'espérance de vie en deux siècles, la multiplication par dix du niveau de vie moyen, la paix par l'échange et l'enrichissement par l'ouverture, le respect des droits individuels : liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir...

Là vous vous moquez du monde... En France, pays dirigiste s'il en est, ces résultats ont été obtenus en un siècle... le XXème.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 00:07

adamev a écrit:
Je ne vous demande pas de prouver que l'étatisme est un bon système...

Je vous ai prouvé qu'il était mauvais, justement. Alors pourquoi persister à le défendre ?

je vous demande de prouver exemples à l'appui que le vôtre marche.

La disparition de la famine, le doublement de l'espérance de vie en deux siècles, la multiplication par dix du niveau de vie moyen, la paix par l'échange et l'enrichissement par l'ouverture, le respect des droits individuels : liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir...

Là vous vous moquez du monde... En France, pays dirigiste s'il en est, ces résultats ont été obtenus en un siècle... le XXème.


La France a été libérale économiquement, à tout le moins en interne (avec protectionnisme vis-à-vis de l'étranger) pendant une bonne partie du XIXe siècle, et la famine a disparu dans le pays, sauf temps de guerre, à partir de la fin de la Révolution.
L'instauration du libre-échange avec l'Angleterre a permis une hausse du niveau de vie des ouvriers que le protectionnisme n'avait pas permis pendant les deux premiers tiers du XIXe, et a permis de mettre définitivement fin à 900 ans d'hostilité entre les deux pays.
Quant à la liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir ils ne furent certes pas le fait de Robespierre ni du petit père Combes.
Bref tous les résultats positifs que la France a connu elle les a obtenus précisément quand elle a un peu renoncé à son foutu dirigisme.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 00:13

SJA a écrit:
Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Non ce n'est pas marginal du tout ! si on additionne les cadres et les petits salaires c'est un segment très important de la population ! les salaires sont corrigés à la baisse ou stagnent à cause de l'immigration et c'est la gauche qui le dit...


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

L'immigration de masse a été voulue par les grands industriels (pas les PME ou TPE que je défends) pour des raisons économiques (main d'oeuvre bon marché) et appuyé par certains idéaux de gauche comme le métissage, l'Etat a mis en application l'idéologie issue de l'alliance entre la droite néo-libérale et la gauche caviar ce qui donne une sorte d'idéologie libéral-libertaire incarnée (comme l'explique très bien Zemmour) par notre ancien président que vous avez tant aimé Smile Shocked

Les grands patrons, ceux que vous appelez les néolibéraux n'ont rien de libéraux. Ils sont d'ailleurs tous issus de l'E.N.A. qui est une école d'administration publique.
Et les quelques uns qui sont attachés au libéralisme, le sont pour des raisons utilitaires et non pour des raisons de justice.

Or les citoyens qui choisissent le libéralisme doivent le choisir parce qu'il est juste. La prospérité vient aprés.

C'est un peu la même chose que la foi qui nourrit.


Bonsoir,
Les énarques ne représentaient que 10 % des grands patrons en 2008 et ce % est en baisse... en revanche le saviez-vous que la plupart des néoconservateurs américains sont d'anciens trotskystes, ils sont où les libéraux? c'est une espèce en voie de disparition.

http://www.lefigaro.fr/actualites/2008/02/26/01001-20080226ARTFIG00592-les-enarques-n-ont-plusla-cote-dans-le-secteur-prive-.php
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 00:17

Philippe Fabry a écrit:
La France a été libérale économiquement, à tout le moins en interne (avec protectionnisme vis-à-vis de l'étranger) pendant une bonne partie du XIXe siècle, et la famine a disparu dans le pays, sauf temps de guerre, à partir de la fin de la Révolution.L'instauration du libre-échange avec l'Angleterre a permis une hausse du niveau de vie des ouvriers que le protectionnisme n'avait pas permis pendant les deux premiers tiers du XIXe, et a permis de mettre définitivement fin à 900 ans d'hostilité entre les deux pays.
Quant à la liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir ils ne furent certes pas le fait de Robespierre ni du petit père Combes. Bref tous les résultats positifs que la France a connu elle les a obtenus précisément quand elle a un peu renoncé à son foutu dirigisme.

Merci donc à la Rév89 et à tous ceux qui au cours du XIXèmes... ont poursuivi son idée. Merci aux mineurs, paysans, vignerons.... socialisants... qui ont imposé au patronat très catholique des normes de protection, de rémunération...

Quant à la liberté de conscience.... ce ne fut pas non plus par la grâce de votre sainte mère église de toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 00:31

adamev a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
La France a été libérale économiquement, à tout le moins en interne (avec protectionnisme vis-à-vis de l'étranger) pendant une bonne partie du XIXe siècle, et la famine a disparu dans le pays, sauf temps de guerre, à partir de la fin de la Révolution.L'instauration du libre-échange avec l'Angleterre a permis une hausse du niveau de vie des ouvriers que le protectionnisme n'avait pas permis pendant les deux premiers tiers du XIXe, et a permis de mettre définitivement fin à 900 ans d'hostilité entre les deux pays.
Quant à la liberté de conscience, d'expression, d'aller et venir ils ne furent certes pas le fait de Robespierre ni du petit père Combes. Bref tous les résultats positifs que la France a connu elle les a obtenus précisément quand elle a un peu renoncé à son foutu dirigisme.

Merci donc à la Rév89 et à tous ceux qui au cours du XIXèmes... ont poursuivi son idée. Merci aux mineurs, paysans, vignerons.... socialisants... qui ont imposé au patronat très catholique des normes de protection, de rémunération...

Quant à la liberté de conscience.... ce ne fut pas non plus par la grâce de votre sainte mère église de toujours.

La bonne blague.

Vous êtes au courant qu'il n'y avait rien de socialiste dans la Révolution de 1789 ? Que toutes les idées que je défends sur ce fil et que vous combattez sont précisément celles de 1789 ? La vraie Révolution, celle où les députés avaient été élus légitimement et représentaient le peuple de France, qui ont défendu les droits naturels : liberté, égalité devant la loi, et propriété, les ont gravés dans une Déclaration sur laquelle le gouvernement s'asseoit chaque jour dans ce pays ; pas celle de la Commune insurrectionnelle de 1792, ce coup d'Etat d'une poignée d'excités qui se sont ensuite employés à mettre le pays en coupe réglée totalitaire, à manipuler la monnaie, à soviétiser l'économie, à déclarer la guerre à toute l'Europe ; bref à faire exactement le contraire de ce qu'avaient prôné les révolutionnaires de 1789.

Avec vos histoires de patronat "très catholique" contre ouvriers exploités et révolutionnaires vous racontez littéralement n'importe quoi. Lisez Bastiat, vous verrez que ça fait plus de bien que Proudhon, et que sa critique du capitalisme d'Etat était bien plus pertinente ; Bastiat était un authentique libéral, qui au nom de la liberté défendait la liberté syndicale que le patronat du temps refusait. C'est un libéral, Emile Ollivier, qui en 1864 a mis fin à la répression pénale de la pratique syndicale.

NB : là pareil, évitez de confondre syndicalisme et socialisme ; les deux ne se sont confondus en France que parce qu'ils furent ensemble réprimés. Aux USA, où les syndicats ne furent pas interdits, ils n'ont jamais sombré dans le socialisme total, comme chez nous.

Quant au fait que la liberté de conscience ne fut pas le fait de l'Eglise, qu'est-ce qu'on en a à foutre ici ? Ce n'est pas la question. Et ce n'est certes pas plus le fait de vos enlogés qui ont pratiqué à partir de 1880 le cléricalisme inversé.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 09:37

Alexis232 a écrit:
SJA a écrit:
Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:


Je crois que c'est l'argument d'autorité le plus minable que j'aie jamais vu. Laughing

Sinon, blague à part, il est vrai qu'indirectement tous les salaires sont touchés, comme dans le cas du SMIC que j'ai expliqué.

Mais encore une fois, qui trafique l'immigration ?

L'immigration de masse a été voulue par les grands industriels (pas les PME ou TPE que je défends) pour des raisons économiques (main d'oeuvre bon marché) et appuyé par certains idéaux de gauche comme le métissage, l'Etat a mis en application l'idéologie issue de l'alliance entre la droite néo-libérale et la gauche caviar ce qui donne une sorte d'idéologie libéral-libertaire incarnée (comme l'explique très bien Zemmour) par notre ancien président que vous avez tant aimé Smile Shocked

Les grands patrons, ceux que vous appelez les néolibéraux n'ont rien de libéraux. Ils sont d'ailleurs tous issus de l'E.N.A. qui est une école d'administration publique.
Et les quelques uns qui sont attachés au libéralisme, le sont pour des raisons utilitaires et non pour des raisons de justice.

Or les citoyens qui choisissent le libéralisme doivent le choisir parce qu'il est juste. La prospérité vient aprés.

C'est un peu la même chose que la foi qui nourrit.


Bonsoir,
Les énarques ne représentaient que 10 % des grands patrons en 2008 et ce % est en baisse... en revanche le saviez-vous que la plupart des néoconservateurs américains sont d'anciens trotskystes,

ils sont où les libéraux? c'est une espèce en voie de disparition.


oui.

Le vice, l'envie, la jalousie, le vol institutionalisé sont partout.

Si on ne fait rien, la civilisation va disparaitre.

Pour longtemps.

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 09:47

SJA a écrit:
Alexis232 a écrit:

ils sont où les libéraux? c'est une espèce en voie de disparition.


oui.

Le vice, l'envie, la jalousie, le vol institutionalisé sont partout.

Si on ne fait rien, la civilisation va disparaitre.

Pour longtemps.


Pour au moins un millier d'années. Peut-être un millénaire et demi. Comme la dernière fois.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 10:12

Le rapport de Louis Gallois qui sort aujourd'hui, est déjà enterré je crois.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Scrogneugneu



Messages : 2625
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 10:20

Philippe Fabry a écrit:

http://h16free.com/2012/02/08/12511-les-10-mesures-qui-sauveraient-la-france-mais-qui-ne-seront-jamais-appliquees

Aujourd’hui, soyons fous. N’ayons peur de rien, soufflons bien fort dans l’appeau à trolls et imaginons que nous ayons toutes latitudes pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d’en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l’activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n’enrichirait pas tellement les pauvres (il y en a beaucoup), alors on trouverait plus simple de distribuer ces billets d’abord à nos amis banquiers, politiciens, syndicalistes autres corporations subventionnées. À la fin, ça appauvrirait tout le monde, mais on s’en ficherait parce qu’on serait cynique.

Moui.

Bizarrement, cela a été tenté plusieurs fois dans le passé, avec un échec cuisant à chaque fois. C’est à nouveau en cours de test, actuellement, au niveau européen. On peut présager l’échec. Mais je suis mauvaise langue, passons donc.

Ou alors, on déciderait — soyons fous, vous dis-je — de lâcher complètement les bretelles et péter les élastiques et on mettrait en place les idées suivantes.

1. Dans un premier temps, on demanderait aux entreprises de donner leur salaire complet aux salariés, c’est-à-dire ce que ces salariés coûtent effectivement à l’entreprise, en totalité (charges salariales et patronales incluses). L’intégralité du salaire atterrirait alors sur le compte bancaire des intéressés. Charge alors à ces derniers de reverser aux différents organismes les sommes convenues pour les différentes couvertures. On passerait ensuite quelques mois à expliquer aux Français que oui, ils n’ont pas le choix, et oui, ils sont obligés de cotiser à ces organismes qui leur paieront une retraite de misère, indemniseront leur chômage avec un lance-pierre et ne leur rembourseront qu’une partie humoristique de leurs frais de santé. Enfin, on proposerait l’ouverture à la concurrence de l’ensemble de ces branches.

Ici, les trolls, arrivés en bande, commencent à baver en agitant leurs gros bras gourds : les malades vont tous mourir sur les trottoirs et c'est la mort des pauvres que vous voulez ! Salaud de libéral !

Spoiler:
 
tout ça c'est un peu du "populisme" libéral.

exposer des principes, c'est facile. mais ici les difficultés seraient énormes et réelles. par exemple, prenons ce premier point.

les retraites: historiquement, et ça on ne peut pas le changer, la génération n+1 cotise pour la génération n. donc on ne cotise pas pour SA retraite, mais pour celles de ses parents.

donc ça ne "marche" QUE si l'on met toute la génération des babyboomer (c'est-à-dire tes parents et les miens, TOUS SANS exception, au smic vieillesse).

ET ENCORE, il reste DEUX problèmes:
1) le financement du minimum vieillesse, parce qu'ils sont tellement nombreux que ça poserait toujours un problème, et il faudrait continuer à ponctionner largement le salaire de la génération n+1. ***
2) tous ceux qui sont en gros "entre les deux générations", et qui ont cotiser la moitié de leur carrière dans l'ancien système. même problème, toute cette partie sera calculer sur l'ancien système par répartition.

*** et enfin, à quelques différences près, c'est la même chose pour la sécu. il faudrait financer une "sécu de base" pour que les pauvres et la génération précédente, qui va vivre très longtemps, puisse se soigner.

Et la on arrive au problème démocratique: les babyboomer étant la majorité dans les urnes, est-ce que tu crois qu'ils vont voter pour leur mise systématique au minimum vieillesse, tous sans exception ?
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 10:51

Tant que vous y êtes proposez la piqûre obligatoire pour tous les vieux... en effet compris vos parents.... ça va libérer des sommes colossales.

Phillipe... rien ne vous oblige à être haineux dans vos propos. L'invective ne sert pas votre réthorique. A moins que ça vous soit comme certain spécialiste du détail... habituel.
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2625
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:02

adamev a écrit:
Tant que vous y êtes proposez la piqûre obligatoire pour tous les vieux... en effet compris vos parents.... ça va libérer des sommes colossales.
avant d'essayer être ironique, il faut comprendre dans quel sens les gens écrivent.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:19

Scrogneugneu a écrit:
tout ça c'est un peu du "populisme" libéral.

exposer des principes, c'est facile. mais ici les difficultés seraient énormes et réelles. par exemple, prenons ce premier point.

les retraites: historiquement, et ça on ne peut pas le changer, la génération n+1 cotise pour la génération n. donc on ne cotise pas pour SA retraite, mais pour celles de ses parents.

donc ça ne "marche" QUE si l'on met toute la génération des babyboomer (c'est-à-dire tes parents et les miens, TOUS SANS exception, au smic vieillesse).

1- beaucoup de gens partent à la retraite alors qu'il pourraient encore travailler.

Je ne sais pas ... à garder les enfants par exemple.

2- Cette génération a vécu au dessus de ses moyens en générant une dette que nous sommes obligé de rembourser.

Il est peut être plus juste que ce soit ceux qui ont généré la dette qui aujourd'hui la rembourse.

3- cela choque lorsqu'on parle de SMIC vieillesse mais cela ne choque personne lorsqu'on parle de 3.5 million de chomeur.

Voir le premier ministre espagnol qui sacrifie 25 % de chomeur sur l'autel du remboursement de la dette mais refuse que l'on touche au retraités.

4- En France, le revenu moyen d'un retraité est supérieur au revenu moyen d'un actif.

Aprés avoir plumé leurs parents par l'inflation, ils plument leurs enfants.

Les babyboomers sont les premiers créanciers de l'Etat par le biais des assurances vie.


Résumé :

Les babyboomers sont responsable de la dette qui leur a permis de vivre au dessus de leurs moyens.
Ils continuent à gagner plus que les actifs.

Votre conclusion : surtout ne touchons pas aux retraités.

Citation :

ET ENCORE, il reste DEUX problèmes:
1) le financement du minimum vieillesse, parce qu'ils sont tellement nombreux que ça poserait toujours un problème, et il faudrait continuer à ponctionner largement le salaire de la génération n+1. ***

Quelqu'un qui ne peut réellement plus travailler n'a pas n'ont plus besoin de beaucoup d'argent puisque par définition il est inapte également aux activités de loisir.

Quand on ballade son camping car à travers l'Europe avec Bobonne et Toutou, on peut faire la même chose avec un semi remorque.

Citation :
2) tous ceux qui sont en gros "entre les deux générations", et qui ont cotiser la moitié de leur carrière dans l'ancien système. même problème, toute cette partie sera calculer sur l'ancien système par répartition.

J'ai trente huit ans.

Je ne connait personne de mon age qui s'imagine qu'il pourra économiquement voler ses enfants comme nos parents nous volent.

Nous savons que nous n'aurons droit à rien parce qu'il n'y aura plus rien à prendre.

Citation :
*** et enfin, à quelques différences près, c'est la même chose pour la sécu. il faudrait financer une "sécu de base" pour que les pauvres et la génération précédente, qui va vivre très longtemps, puisse se soigner.

La sécurité sociale finance tout un tas de choses qui n'ont aucun interêt thérapeutique.

Le même acte dans un hopital public coute plus cher que dans une clinique privée.

Il y a des réformes à faire partout. N'oublions pas que le cout du travail concerne aussi le personnel soignant.

Et lorsqu'on est malade, il est normal de dépenser beaucoup pour se soigner. N'est-il pas normal qu'un grabataire utilise 100 % de ses ressources dans sa santé ? A quoi peut bien lui servir le reste de son argent ?

Maintenant, comme je l'ai déjà dit, pour que le Libéralisme marche il faut des citoyens vertueux et donc charitable.

Le don est le prix à payer pour la liberté. Il faudrait voir mais peut être que cela rejoint l'économie de la gratuité de B XI.

La propérité économique nécessite la liberté et la liberté nécessite la vertu et donc la première d'entre elles: la charité.

Faute de cela, l'Etat organise le vol institutionalisé et fait entrer le vice dans les rapports sociaux et la situation emprire. Moins de vertu conduit à moins de don qui entraine le vol institutionalisé qui entraine moins de liberté qui entraine moins de prospérité qui entraine moins de vertu etc.



Citation :
Et là on arrive au problème démocratique: les babyboomer étant la majorité dans les urnes, est-ce que tu crois qu'ils vont voter pour leur mise systématique au minimum vieillesse, tous sans exception ?

Non, en effet.

C'est pourquoi je parle dans un autre fil de guerre des générations.

Revenir en haut Aller en bas
Jeb



Masculin Messages : 4320
Inscription : 04/02/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:36

SJA a écrit:
Les babyboomers sont responsable de la dette qui leur a permis de vivre au dessus de leurs moyens.
Ils continuent à gagner plus que les actifs.
Allez dire à un ouvrier qui a travaillé pendant 42 ans en moyenne qu'il est responsable de la dette et qu'il vit au-dessus de ses moyens avec une retraite de 900 euros par mois sur lesquels il est encore taxé.

De plus il ne profitera pas très longtemps de sa retraite puisque son espérance de vie est bien inférieure à la moyenne.

Et ce n'est pas lui qui fait les lois. On en revient à l'Etat, ce que dénonce Philippe.

Nuancez vos propos cher SJA.
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2625
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:39

SJA a écrit:
Votre conclusion : surtout ne touchons pas aux retraités.
même remarque qu'à adamev, même si c'est dans l'autre sens. je rappelle que je n'ai pas donné mon point de vue.

ma conclusion: c'est que les problèmes restent les mêmes avec la libéralisation totale proposée par les 10 points.

en revanche il résout le problème pour la génération n+2, c'est-à-dire des enfants à venir. ça se résout d'autant mieux si, entre temps, on est suffisamment clairvoyant pour mettre en place une vraie politique familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Scrogneugneu



Messages : 2625
Inscription : 25/10/2011

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:43

Jeb a écrit:
Nuancez vos propos cher SJA.
exact Jeb, c'est ce qui va se passer, "on" va "nuancer". et les deux générations vont "payer" à leur façon.

mais au final, je crois que c'est la génération "n+1" qui va prendre le plus cher. elle sera restée globalement sur le régime des prélèvements de la génération "n", mais sans avoir sa retraite, dans 40 ans.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 11:59

Jeb a écrit:
SJA a écrit:
Les babyboomers sont responsable de la dette qui leur a permis de vivre au dessus de leurs moyens.
Ils continuent à gagner plus que les actifs.
Allez dire à un ouvrier qui a travaillé pendant 42 ans en moyenne qu'il est responsable de la dette et qu'il vit au-dessus de ses moyens avec une retraite de 900 euros par mois sur lesquels il est encore taxé.


Comme quoi le socialisme n'enlève rien à la dureté de la vie.

Mais je maintiens que tous ont profité de l'endettement.

Ne serait ce que par les services administratifs proposés tout au long de sa vie active et financé à crédit. C'est à dire payé par les suivants. Dont certains sont également ouvriers et travaillent aussi dur que la personne dont vous parlez.


De plus vous conviendrez que pour que votre ouvrier à la retraite perçoive 900 €, il faut qu'un ouvier en activité soit privé de 900 €.

Sauf que mon ouvrier actif il doit en plus rembourcer une dette que votre ouvrier à la retraite n'a jamais eu à rembourser.

Et lorque votre ouvrier à la retraite était actif, ce n'est pas 900 € que la collectivité lui volait mais beaucoup moins.


Dernière édition par SJA le Jeu 25 Oct 2012, 12:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 12:00

Scrogneugneu a écrit:
SJA a écrit:
Votre conclusion : surtout ne touchons pas aux retraités.
même remarque qu'à adamev, même si c'est dans l'autre sens. je rappelle que je n'ai pas donné mon point de vue.

ma conclusion: c'est que les problèmes restent les mêmes avec la libéralisation totale proposée par les 10 points.

en revanche il résout le problème pour la génération n+2, c'est-à-dire des enfants à venir. ça se résout d'autant mieux si, entre temps, on est suffisamment clairvoyant pour mettre en place une vraie politique familiale.

Je savais ;)
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 12:13

Scrogneugneu a écrit:
Jeb a écrit:
Nuancez vos propos cher SJA.
exact Jeb, c'est ce qui va se passer, "on" va "nuancer". et les deux générations vont "payer" à leur façon.

mais au final, je crois que c'est la génération "n+1" qui va prendre le plus cher. elle sera restée globalement sur le régime des prélèvements de la génération "n", mais sans avoir sa retraite, dans 40 ans.


C'est la vision optimiste. Ce serait super.

Mais si les choses continuent sur la même pente, nous auront toujours plus de socialisme, toujours moins de prospérité et nous finiront par aboutir à une sorte de communisme qui deviendra de plus en plus féodal.

Une fois que le doigt est mis dans le socialisme, il n'y a plus de retour en arrière possible car le socialisme ne fait qu'amplifier la disparition de la vertu; laquelle disparition est la source de son apparition.

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 13:59

adamev a écrit:

Phillipe... rien ne vous oblige à être haineux dans vos propos. L'invective ne sert pas votre réthorique. A moins que ça vous soit comme certain spécialiste du détail... habituel.

Vous balancez des vacheries (des attaques hors sujet sur l'Eglise, en l'occurrence) et quand on vous réponds sur le même ton et qu'en plus, pour la partie argumentée, vous n'avez rien à dire, vous vous posez en victime en pointant l'acrimonie de votre interlocuteur.
Je n'ai pas été haineux, sauf à l'endroit de Robespierre et autres constructivistes, qui ont engendré les pires horreurs de l'Histoire.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 14:03

Scrogneugneu a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

http://h16free.com/2012/02/08/12511-les-10-mesures-qui-sauveraient-la-france-mais-qui-ne-seront-jamais-appliquees

Aujourd’hui, soyons fous. N’ayons peur de rien, soufflons bien fort dans l’appeau à trolls et imaginons que nous ayons toutes latitudes pour tenter de résorber la crise actuelle, ou, au moins, d’en atténuer au maximum les effets. Quelles pourraient être les mesures les plus efficaces pour relancer l’activité économique du pays et y créer des emplois ?

On pourrait pour commencer imprimer plusieurs centaines de milliards de billets de 100 euros et les distribuer aux pauvres, directement. Cela n’enrichirait pas tellement les pauvres (il y en a beaucoup), alors on trouverait plus simple de distribuer ces billets d’abord à nos amis banquiers, politiciens, syndicalistes autres corporations subventionnées. À la fin, ça appauvrirait tout le monde, mais on s’en ficherait parce qu’on serait cynique.

Moui.

Bizarrement, cela a été tenté plusieurs fois dans le passé, avec un échec cuisant à chaque fois. C’est à nouveau en cours de test, actuellement, au niveau européen. On peut présager l’échec. Mais je suis mauvaise langue, passons donc.

Ou alors, on déciderait — soyons fous, vous dis-je — de lâcher complètement les bretelles et péter les élastiques et on mettrait en place les idées suivantes.

1. Dans un premier temps, on demanderait aux entreprises de donner leur salaire complet aux salariés, c’est-à-dire ce que ces salariés coûtent effectivement à l’entreprise, en totalité (charges salariales et patronales incluses). L’intégralité du salaire atterrirait alors sur le compte bancaire des intéressés. Charge alors à ces derniers de reverser aux différents organismes les sommes convenues pour les différentes couvertures. On passerait ensuite quelques mois à expliquer aux Français que oui, ils n’ont pas le choix, et oui, ils sont obligés de cotiser à ces organismes qui leur paieront une retraite de misère, indemniseront leur chômage avec un lance-pierre et ne leur rembourseront qu’une partie humoristique de leurs frais de santé. Enfin, on proposerait l’ouverture à la concurrence de l’ensemble de ces branches.

Ici, les trolls, arrivés en bande, commencent à baver en agitant leurs gros bras gourds : les malades vont tous mourir sur les trottoirs et c'est la mort des pauvres que vous voulez ! Salaud de libéral !

Spoiler:
 
tout ça c'est un peu du "populisme" libéral.

Du "populisme" pourquoi ? Parce qu'en pratique ce serait très difficile à faire ? Mais ce qu'il faut regarder c'est pourquoi ce serait difficile à faire : parce que le socialisme a produit une situation pourrie. Vous ne pouvez pas rejeter les solutions libérales en invoquant comme défense les turpitudes du socialisme.

Je reviendrai sur le reste plus tard.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
adamev



Masculin Messages : 12217
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées   Jeu 25 Oct 2012, 15:41

Parce que pour vous les erreurs du socialimes sont des turpitudes alors que celles des libéraux sont des solutions non abouties à cause des socialistes... Grand rigolo va...
On va prendre la DSEC libérale s'il en est... et ce qu'en font les très libéros-cathos patrons de droite.

Pour vos lectures... Zola, Van der Merch (orthographe?) 'Abbé Pierre et qq autres...

Si ce qui touche à la liberté de conscience ne fut pas le fait de robespierre et de Combes ce ne fut pas non plus au bénéfice de votre église... voir Léon XIII contre le modernisme.

Vous êtes injurieux je le maintiens... pour les vieux coco la réalité est réactionnaire. Heureusement il vous reste toujours le rêve, l'évasion et les barbelés des goulags. Et vos images en ligne le prouvent également.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les dix mesures qui sauveraient la France et ne seront jamais appliquées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» fiabilité des mesures
» Proc mixed mesures répétées plutôt que moyennes
» ou trouver les mesures anglaises???
» mesures élève dyslexique?
» [Requête]Mesures en électrotechnique - Mise en oeuvre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: