DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La France, première puissance mondiale en 2050

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La France, première puissance mondiale en 2050   Jeu 06 Sep 2012, 17:37



Grâce à sa très vaste zone économique exclusive (ZEE), la France pourrait potentiellement devenir dans les dix à vingt prochaines une puissance pétrolière, gazière et minière. Mais elle n'est pas le seul pays à lorgner toutes les richesses en hydrocarbures et minérales qui dorment au fond des océans. La Chine est déjà très agressive. Et c'est déjà la course aux permis d'exploration dans les eaux internationales.

On ne le sait que trop peu... La France dispose de la deuxième zone économique exclusive (ZEE) derrière les Etats-Unis avec 11 millions de kilomètres carrés, dont 90 % dans les départements et collectivités d'outre-mer (Dom-Com), souvent des îlots du bout du monde où la marine nationale patrouille de moins en moins faute de crédits. Et alors ? C'est peut-être du fonds des océans (71 % de la planète) que la France va devenir une grande puissance pétrolière, gazière et minière, dont les fameuses terres rares, dans les dix à vingt prochaines années, à l'image des découvertes récentes de pétrole au large de la Guyane.

C'est peut être également des grands fonds océaniques que la France trouvera enfin une croissance durable. "Nous sommes très confiants dans l'avenir court terme de l'exploitation minière sous-marine par grande profondeur", avait expliqué au début de l'année lors d'un colloque organisé par le Centre d'études supérieures de la Marine le vice-président de Technip Subsea Innovation Management, Jean-Pascal Biaggi. D'autant que la France, grâce à des groupes tels que Technip ou des organismes comme l'Ifremer, dispose d'une réelle expertise scientifique et industrielle pour l'exploration des fonds sous-marins.

A Wallis-et-Futuna, une exploration prometteuse

Déjà à Wallis-et-Futuna, perdue dans l'océan Pacifique, entre Tahiti et la Nouvelle-Calédonie, trois campagnes d'exploration menées en partenariat public-privé (Ifremer, Technip et Eramet, Areva ayant depuis abandonné le projet) en 2010, 2011 et 2012 se sont révélées prometteuses. "Des découvertes intéressantes ont été faites", avait-il précisé. Notamment des sulfures hydrothermaux, riches en cuivre, zinc, plomb, cobalt, argent et or, voire d'autres minéraux moins connus comme l'indium (utile notamment pour les écrans plats LCD et les cellules photovoltaïques) et le germanium (fibres optiques, l'optique dans le domaine de l'infrarouge, catalyseurs et électronique). "Potentiellement, le projet Wallis-et-Futuna pourrait devenir à horizon 2015-2016 le premier projet d'exploitation minière par grands fonds de la France", avait-il assuré. Pas si sûr mais car il faut en général une quinzaine d'année entre la première phase d'exploration et l'exploitation dans le domaine minier terrestre.

Richesse du fond des océans

Que peut-on espérer ? Selon le directeur scientifique adjoint de l'Ifremer, Pierre Cochonat. Bien sûr du pétrole et gaz offshore. "Au cours de l'histoire de notre planète, des couches de sel se sont formées dans certaines parties de l'océan mondial, sous lesquelles se cachent des réserves importantes d'hydrocarbures", précise-t-il. Notamment dans "l'ultra profond". Soit dans les marges (zones de transition entre la croûte continentale et la croûte océanique), riches en accumulations d'hydrocarbures, les plaines abyssales ou les dorsales océaniques, riches en ressources minérales. Déjà, la production en mer d'hydrocarbures représente aujourd'hui plus de 30 % de la production mondiale. Les Français peuvent espérer découvrir des hydrates de gaz, composés à 99 % de méthane. "On les trouve à partir de 400 mètres dans le fonds des mers, avait précisé Pierre Cochonat. Dans des zones à taux de saturation élevé en gaz, des couches continues de gaz hydrates sont présentes sur les fonds marins, qui représentent des réserves très importantes de méthane".

La France peut également espérer de ressources minérales profondes, notamment les métaux rares comme le neodium qui sert à faire des aimants pour les éoliennes. Mais pas seulement. Au fond des océans, on trouve des nodules polymétalliques, riches en nickel, cuivre, zinc et manganèse. La France a d'ailleurs déposé des permis dans le Pacifique. Et elle est également très intéressée par les encroûtements cobaltifères (cobalt, nickel, platine et manganèse), dont les plus riches dans la ZEE française sont localisées en Polynésie. On y trouve également des métaux critiques (terres rares). Outre l'indium et le germanium, la France pourrait exploiter des gisements de cadmium, antimoine, mercure, sélénium, molybdène et bismuth.

Une course vers les métaux rares dans les grands fonds

Mais la France n'est pas la seule à lorgner ces richesses sous-marines. Il existe un engouement très fort pour la recherche et l'exploration des océans de la part de certains pays, dont la Chine mais aussi la Corée, la Russie, le Japon, l'Inde et le Brésil... Ainsi, la société canadienne Nautilus n'est plus très loin d'exploiter au large de la Papouasie Nouvelle-Guinée des amas sulfurés. "Ce projet sera opérationnel en juin 2014", expliquait le vice-président de Technip Subsea Innovation Management, qui fournit l'ensemble du système de la liaison fond-surface. Ce site devrait produire 1,3 à 1,4 million de tonnes par an d'or et de cuivre.

"La course vers les métaux rares recouvre des enjeux économiques et géopolitiques", confirme Pierre Cochonat. Et d'estimer que "c'est un enjeu très important pour le positionnement international des équipes scientifiques et des groupes miniers français, avec des enjeux juridiques derrière les demandes de permis dans les zones économiques ou dans les eaux internationales. Ces métaux rares sont stratégiques". Car ils sont utilisés dans de nombreuses nouvelles technologies, y compris les énergies renouvelables. C'est ce que confirmait le chef d'état-major de la marine, l'amiral Bernard Rogel : "c'est une richesse qu'il nous faut exploiter mais aussi protéger car on ne peut plus aujourd'hui se désintéresser de ce potentiel immense".

Quelle protection ?

Problème, la marine, qui gère la pénurie - elle est en mode de juste suffisance - n'a plus les capacités de protéger en permanence tous ces îlots. "Si nous ne surveillons pas notre ZEE et ne montrons pas notre pavillon, nous serons pillés", a récemment assuré l'amiral Rogel. Déjà, la France est confrontée à une contestation de sa souveraineté sur certains de ses îlots du bout du monde tel que l'île de Clipperton aux confins de l'océan Pacifique, située à 1.280 kilomètres d'Acapulco au Mexique, les îles Eparses dans l'océan Indien situées autour de Madagascar, ou, enfin, Matthew et Hunter, deux petites îles inhabitées du Sud Pacifique, à 300 km à l'est de la Nouvelle-Calédonie. Pour protéger cette très vaste ZEE, la France dispose en tout et pour tout... de six frégates de surveillance et de 20 patrouilleurs. "On est loin de couvrir en permanence toute la superficie de la ZEE", indique le chef d'état-major de la marine. Sans compter que la France tout comme d'autres pays, notamment la Chine, dépose des permis d'exploration dans des eaux profondes internationales...

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120904trib000717773/france-et-si-la-croissance-dormait-au-fonds-des-oceans-.html


Dernière édition par Michel-José le Ven 09 Mai 2014, 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La France, première puissance mondiale en 2050   Jeu 06 Sep 2012, 17:37

sujet à mettre dans l'autre rubrique ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La France, première puissance mondiale en 2050   Dim 20 Oct 2013, 23:58

L’extension du plateau continental au delà de 200 milles marins

Le mercredi 9 octobre le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a voté son avis sur “l’extension du plateau continental au-delà de 200 milles marsins: un atout pour la France”.



L’article 76 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (Le terme de mer recouvre plusieurs réalités.) de 1982 (Montego Bay) donne la possibilité à la France d’étendre ses droits souverains sur les ressources naturelles du sol et du sous-sol marins de son plateau continental. Pour Gérard Grignon, rapporteur (Un rapporteur (ou rapporteur d’angle) est un outil utilisé en géométrie pour mesurer des angles et pour construire des figures. Les…) de l’avis et Président de la délégation à l’Outre-mer du CESE, “cette possibilité d’extension du plateau continental français sur près de deux millions de km² est une chance et un atout à ne pas négliger”.

Un atout car il s’agit d’abord d’affirmer la juridiction française sur l’espace du plateau continental étendu et ses droits souverains sur ses ressources naturelles. Il s’agit ensuite de connaître et de préserver les ressources et l’environnement (L’environnement est tout ce qui nous entoure. C’est l’ensemble des éléments naturels et artificiels au sein duquel se déroule la vie humaine. Avec les enjeux écologiques actuels, le terme environnement tend…) marin pour un développement durable. Il s’agit enfin de mettre en valeur l’espace du plateau continental et les ressources qu’il renferme au bénéfice des collectivités ultramarines et des populations.

L’accès à des richesses potentielles (hydrocarbures, sulfures hydrothermaux, encroûtements cobaltifères, nodules polymétalliques, terres rares, hydrogène (L’hydrogène est un élément chimique de symbole H et de numéro atomique 1.) naturel, ressources biologiques) peut être un atout considérable pour notre pays (Pays vient du latin pagus qui désignait une subdivision territoriale et tribale d’étendue restreinte (de l’ordre de quelques centaines de km²), subdivision de la civitas gallo-romaine. Comme la civitas qui subsiste le plus souvent sous…) s’il contribue à un nouveau modèle de développement durable, en particulier dans les Outre-mer. Pour saisir cette opportunité, la France s’est dotée d’un programme intitulé EXTRAPLAC, chargé à partir du CIMER 2003 de préparer les dossiers pour toutes les zones d’extension potentielle du plateau continental.

L’avis du CESE sur “l’extension du plateau continental au-delà de 200 milles marins: un atout pour la France” considère le bilan de ce programme mitigé et assez éloigné des objectifs ambitieux définis à son lancement.

C’est pourquoi, il recommande de finaliser le programme EXTRAPLAC et de tirer toutes les conséquences de l’acquisition (En général l’acquisition est l’action qui consiste à obtenir une information ou à acquérir un bien.) des droits souverains sur le sol et le sous-sol marins du plateau continental étendu en termes de connaissance de l’environnement marin et de ses ressources ; de leur préservation et de leur exploitation ; d’encadrement juridique des activités mises œuvre et d’implication des territoires ultramarins dans le cadre de leur développement durable.
Cet avis a été voté à l’unanimité lors de la séance plénière du Conseil économique, social et environnemental du 9 octobre 2013 (180 votants/180 voix pour).

Pour plus d’information voir Programme français d’extension du plateau continental EXTRAPLAC.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La France, première puissance mondiale en 2050   Ven 09 Mai 2014, 23:45

La France, première puissance mondiale en 2050 (à condition de sortir de l'UE)


Revenir en haut Aller en bas
 
La France, première puissance mondiale en 2050
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» première guerre mondiale - pantalons rouges
» Lecture cursive 3° [Première guerre mondiale]
» Première mondiale : Le 2 juin 2013 Adoration Eucharistique dans le monde entier, en union avec le pape François.
» Première mondiale
» L'Italie dans la première guerre mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: