DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Mer 11 Juil 2012, 14:07

"L'amour et la vénération - presque le culte - de nos frères pour l'Ecriture Sainte les portent à l'étude constante et diligente du texte sacré: l'Evangile "est en effet la force de Dieu opérant le salut pour tout croyant, pour le Juif d'abord et puis pour le Grec" Rm 1,16.

Invoquant l'Esprit-Saint, c'est dans les Ecritures mêmes qu'ils cherchent Dieu comme celui qui leur parle par le Christ qu'avaient annoncé les prophètes et qui est le Verbe de Dieu incarné pour nous. Ils y contemplent la vie du Christ, ainsi que les enseignements et les faits accomplis par le divin Maître pour le salut des hommes, surtout les mystères de sa mort et de sa résurrection.

Mais, si les chrétiens séparés de nous affirment l'autorité divine des Saints Livres, ils ont une opinion différente de la nôtre (et différente aussi entre eux), au sujet de la relation entre Ecritures et Eglise. Dans celle-ci, selon la foi catholique, le magistère authentique occupe une place particulière pour l'explication et la prédication de la parole de Dieu écrite.

Cependant, les paroles divines sont, dans le dialogue lui-même, des instruments insignes entre les mains puissantes de Dieu pour obtenir cette unité que le Sauveur offre à tous les hommes." (1964 - "Unitatis Redintegratio", 21)
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 11:40

J'en ai quelques uns très bons, de mon côté. Que pensez-vous de cela ?

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 11:42

Du même:

Mortalium animos a écrit:
On comprend donc, Vénérables Frères, pourquoi ce Siège Apostolique n'a jamais autorisé ses fidèles à prendre part aux congrès des non-catholiques: il n'est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu'en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu'ils ont eu jadis le malheur de s'en séparer.
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 14:36

Abenader a écrit:
J'en ai quelques uns très bons, de mon côté. Que pensez-vous de cela ?

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.

Je pense surtout que ceci manifeste que l'Eglise catholique a progressée en abandonnant toute culture du mépris et tout sectarisme pour entrer dans une dynamique d'estime, de connaissance et de compréhension avec les frères séparés et les fidèles des autres religions. Entre l'expression de la foi qui stigmatise et caricature la foi de l'autre et l'expression de la foi qui comprend et respecte la foi de l'autre je choisi résoluement la voie de l'écoute et du dialogue respectueux et réciproque. Le Seigneur a prié pour l'unité dans la charité de tous ceux qui croiraient en Lui je ne peux que m'inscrire dans cette démarche exigeante et lumineuse cheers
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 14:41

bigsam68 a écrit:
"L'amour et la vénération - presque le culte - de nos frères pour l'Ecriture Sainte les portent à l'étude constante et diligente du texte sacré: l'Evangile "est en effet la force de Dieu opérant le salut pour tout croyant, pour le Juif d'abord et puis pour le Grec" Rm 1,16.

Invoquant l'Esprit-Saint, c'est dans les Ecritures mêmes qu'ils cherchent Dieu comme celui qui leur parle par le Christ qu'avaient annoncé les prophètes et qui est le Verbe de Dieu incarné pour nous. Ils y contemplent la vie du Christ, ainsi que les enseignements et les faits accomplis par le divin Maître pour le salut des hommes, surtout les mystères de sa mort et de sa résurrection.

Mais, si les chrétiens séparés de nous affirment l'autorité divine des Saints Livres, ils ont une opinion différente de la nôtre (et différente aussi entre eux), au sujet de la relation entre Ecritures et Eglise. Dans celle-ci, selon la foi catholique, le magistère authentique occupe une place particulière pour l'explication et la prédication de la parole de Dieu écrite.

Cependant, les paroles divines sont, dans le dialogue lui-même, des instruments insignes entre les mains puissantes de Dieu pour obtenir cette unité que le Sauveur offre à tous les hommes." (1964 - "Unitatis Redintegratio", 21)

Comme les Protestants refusent le rôle de la Tradition qui interprète l'Ecriture, ils en arrive à faire une obsession sur la recherche du sens littéral (exégèse historico-critique). Et du coup, is passent très souvent à côté des sens spirituels (selon Dieu).

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:02

Citation :
Je pense surtout que ceci manifeste que l'Eglise catholique a progressée en abandonnant toute culture du mépris et tout sectarisme pour entrer dans une dynamique d'estime, de connaissance et de compréhension avec les frères séparés et les fidèles des autres religions. Entre l'expression de la foi qui stigmatise et caricature la foi de l'autre et l'expression de la foi qui comprend et respecte la foi de l'autre je choisi résoluement la voie de l'écoute et du dialogue respectueux et réciproque. Le Seigneur a prié pour l'unité dans la charité de tous ceux qui croiraient en Lui je ne peux que m'inscrire dans cette démarche exigeante et lumineuse

Bigsam, voyons... L'Eglise catholique, qui est, à l'image de sa Tête, tout amour et miséricorde, aurait usé d'une culture de mépris ? Je ris.

Quant à l'estime et la compréhension, voudriez-vous avoir de l'estime et de la compréhension envers les ennemis du Christ, ceux qui le nient, ceux qui le combattent ? En tant que créatures oui, mais en tant qu'ennemis, rien du tout.

Je comprends votre désir d'unité. Mais voyez donc ce qu'il en est exactement:


Pie XI, Mortalium animos a écrit:
Il est vrai, quand il s'agit de favoriser l'unité entre tous les chrétiens, certains esprits sont trop facilement séduits par une apparence de bien. N'est-il pas juste, répète-t-on, n'est-ce pas même un devoir pour tous ceux qui invoquent le nom du Christ, de s'abstenir d'accusations réciproques et de s'unir enfin un jour par les liens de la charité des uns envers les autres ? Qui donc oserait affirmer qu'il aime le Christ s'il ne cherche de toutes ses forces à réaliser le voeu du Christ lui-même demandant à son Père que ses disciples soient "un" (Joan. XVII, 21) ? Et de plus le Christ n'a-t-il pas voulu que ses disciples fussent marqués et distingués des autres hommes par ce signe qu'ils s'aimeraient entre eux: " C'est à ce signe que tous connaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l'amour les uns pour les autres " (Joan. XIII, 35) ?

Plaise à Dieu, ajoute-t-on, que tous les chrétiens soient "un" ! Car par l'unité, ils seraient beaucoup plus forts pour repousser la peste de l'impiété qui, s'infiltrant et se répandant chaque jour davantage, s'apprête à ruiner l'Evangile.

seulement voilà:

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
Tels sont, parmi d'autres du même genre, les arguments que répandent et développent ceux qu'on appelle panchrétiens. Et il s'en faut que ces panchrétiens soient peu nombreux et disséminés; ils se sont, au contraire, multipliés en organisations complètes et ils ont fondé des associations largement répandues, que dirigent, le plus souvent, des non catholiques, quelles que soient leurs divergences en matières de foi. Leur entreprise est, d'ailleurs, poursuivie si activement qu'elle obtient en beaucoup d'endroits l'accueil de personnes de tout ordre et qu'elle séduit même de nombreux catholiques par l'espoir de former une union conforme, apparemment, aux voeux de notre Mère la Sainte Eglise, laquelle, certes, n'a rien plus à coeur que de rappeler et de ramener à son giron ses enfants égarés.

Mais en fait, sous les séductions et le charme de ces discours, se cache une erreur assurément fort grave, qui disloque de fond en comble les fondements de la foi catholique.

Avertis par la conscience de notre charge apostolique de ne pas laisser circonvenir par des erreurs pernicieuses le troupeau du Seigneur, nous faisons appel, vénérables frères, à votre zèle pour prendre garde à un tel malheur. Nous avons, en effet, la confiance que, par l'écrit et par la parole, chacun de vous pourra plus facilement atteindre son peuple et lui faire comprendre les principes et les raisons que nous allons exposer et que les catholiques pourront y trouver une règle de pensée et de conduite pour les entreprises visant à réunir, de quelque manière que ce soit, en un seul corps, tous ceux qui se réclament du nom chrétien.


Puis, Pie XI énonce ces erreurs pernicieuses, et conclut ainsi:

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
On comprend donc, Vénérables Frères, pourquoi ce Siège Apostolique n'a jamais autorisé ses fidèles à prendre part aux congrès des non-catholiques: il n'est pas permis, en effet, de procurer la réunion des chrétiens autrement qu'en poussant au retour des dissidents à la seule véritable Église du Christ, puisqu'ils ont eu jadis le malheur de s'en séparer.

Le retour à l'unique véritable Eglise, disons-Nous, bien visible à tous les regards, et qui, par la volonté de son Fondateur, doit rester perpétuellement telle qu'il l'a instituée lui-même pour le salut de tous. Car jamais au cours des siècles, l'Epouse mystique du Christ n'a été souillée, et elle ne pourra jamais l'être, au témoignage de saint Cyprien: " L'Epouse du Christ ne peut commettre un adultère: elle est intacte et pure. Elle ne connaît qu'une seule demeure; par sa chaste pudeur, elle garde l'inviolabilité d'un seul foyer " (De cath. Ecclesiae unitate, VI). Et le saint martyr s'étonnait vivement, et à bon droit, qu'on pût croire " que cette unité provenant de la stabilité divine, consolidée par les sacrements célestes, pouvait être déchirée dans l'Église et brisée par le heurt des volontés discordantes " (ibid.). Le corps mystique du Christ, c'est-à-dire l'Eglise, étant un (I Cor., XII, 12), formé de parties liées et coordonnées (Eph. IV, 16) à l'instar d'un corps physique, il est absurde et ridicule de dire qu'il peut se composer de membres épars et disjoints; par suite, quiconque ne lui est pas uni n'est pas un de ses membres et n'est pas attaché à sa tête qui est le Christ (Eph.V, 30; 1,22).

Or, dans cette unique Eglise du Christ, personne ne se trouve, personne ne demeure, si, par son obéissance, il ne reconnaît et n'accepte l'autorité et le pouvoir de Pierre et de ses légitimes successeurs.

Donc, cher Bigsam, l'unité dont vous rêvez, ne peut se faire que DANS l'Eglise catholique.

Hors d'elle, point de salut. Et ce n'est pas la voir du dialogue et de l'écoute respéctueuse réciproque qui y changera quoi que ce soit. Ou plutôt si, c'est ce dialogue (de sourds) et cette écoute (celle de Pilate envers Caïphe) qui déchirent la Tunique sacrée de l'unité.


Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:06

Abenader a écrit:
J'en ai quelques uns très bons, de mon côté. Que pensez-vous de cela ?

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.

En 1937, dans son encyclique Divini Redemptoris, Pie XI est encore plus explicite dans l’appel lancé à tous les hommes, quelle que soit leur religion :

Citation :
« Contre le violent effort de la puissance des ténèbres pour arracher des cœurs des hommes l’idée même de Dieu, Nous espérons beaucoup qu’aux chrétiens viendront se joindre tous ceux – et ils forment la plus grande partie de l’humani– qui croient que Dieu existe et qui l’adorent. »

Cher Chrils Prols,

Est-e que Pie XI est un vrai pape lorsqu'il dit que les adeptes du Gourou Nanak, les tribus perdus de l'amazonie ou encore les moines tibétains, bref les religions qui forment la plus grande partie de l'humanité croient que Dieu existe et l'adorent ?

Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:07

Arnaud Dumouch a écrit:
bigsam68 a écrit:
"L'amour et la vénération - presque le culte - de nos frères pour l'Ecriture Sainte les portent à l'étude constante et diligente du texte sacré: l'Evangile "est en effet la force de Dieu opérant le salut pour tout croyant, pour le Juif d'abord et puis pour le Grec" Rm 1,16.

Invoquant l'Esprit-Saint, c'est dans les Ecritures mêmes qu'ils cherchent Dieu comme celui qui leur parle par le Christ qu'avaient annoncé les prophètes et qui est le Verbe de Dieu incarné pour nous. Ils y contemplent la vie du Christ, ainsi que les enseignements et les faits accomplis par le divin Maître pour le salut des hommes, surtout les mystères de sa mort et de sa résurrection.

Mais, si les chrétiens séparés de nous affirment l'autorité divine des Saints Livres, ils ont une opinion différente de la nôtre (et différente aussi entre eux), au sujet de la relation entre Ecritures et Eglise. Dans celle-ci, selon la foi catholique, le magistère authentique occupe une place particulière pour l'explication et la prédication de la parole de Dieu écrite.

Cependant, les paroles divines sont, dans le dialogue lui-même, des instruments insignes entre les mains puissantes de Dieu pour obtenir cette unité que le Sauveur offre à tous les hommes." (1964 - "Unitatis Redintegratio", 21)

Comme les Protestants refusent le rôle de la Tradition qui interprète l'Ecriture, ils en arrive à faire une obsession sur la recherche du sens littéral (exégèse historico-critique). Et du coup, is passent très souvent à côté des sens spirituels (selon Dieu).

Ca dépend il y a aussi des auteurs évangéliques "mystiques" comme Watchman Nee qui insistent sur le sens spirituel des Ecritures ou des théologiens comme Alfred Kuen qui s'efforcent de faire entrer le lecteur dans une compréhension intelligente et dense de la Bible. Il existe aussi chez certains protestants un intérêt renouvelé pour les pères de l'Eglise même si effectivement ils accordent à ces écrits une valeur relative par rapport au canon biblique qui demeure la source et la norme prépondérante en matière de foi et de vie
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:19

Abenader a dit: "Bigsam, voyons... L'Eglise catholique, qui est, à l'image de sa Tête, tout amour et miséricorde, aurait usé d'une culture de mépris ? Je ris"

C'est une réalité historique qu'il y a eut des cultures du mépris à la fois dans l'Eglise catholique mais aussi contre l'Eglise catholique. Ces cultures du mépris peuvent d'ailleurs encore subsister de part et d'autre et je crois personnellement qu'il faut s'en repentir. Le Concile Vatican II et l'engagement de l'Eglise catholique dans le dialogue oecuménique a marqué un tournant décisif: la foi de l'Eglise reste la même mais la manière de la traduire se veut plus fraternelle, moins stigmatisante et plus nuancée. C'est la même vérité que l'Eglise propose mais elle le fait avec une plus grande ouverture et avec une plus grande charité. Par ailleurs, ceci ne doit pas nous surprendre car nous-mêmes pouvons-nous sincèrement affirmer que nous sommes toujours à l'image du Christ et que nous ne commetons jamais aucun péché qui blesse la charité ? J'irais même encore plus loin: je crois que les chrétiens ont parfois hélas davantage défigurer le visage du Christ qu'ils ne l'ont reflèter, je m'inclus moi-même!


Dernière édition par bigsam68 le Jeu 12 Juil 2012, 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:28

"Cependant, au-delà des divergences doctrinales à surmonter, les chrétiens ne peuvent pas sousestimer le poids des atavismes et de l'incompréhension qu'ils ont hérités du passé, des malentendus et des préjugés des uns à l'égard des autres. Bien souvent l'inertie, l'indifférence et l'insuffisance de la connaissance mutuelle aggravent cette situation. Pour cette raison, l'engagement œcuménique doit être fondé sur la conversion des cœurs et sur la prière, qui conduiront aussi à la nécessaire purification de la mémoire historique. Avec la grâce de l'Esprit Saint, les disciples du Seigneur, animés par l'amour, par le courage de la vérité, ainsi que par la volonté sincère de se pardonner mutuellement et de se réconcilier, sont appelés à reconsidérer ensemble leur passé douloureux et les blessures qu'il continue malheureusement à provoquer aujourd'hui encore. La vigueur toujours jeune de l'Evangile les invite à reconnaître ensemble, avec une objectivité sincère et totale, les erreurs commises et les facteurs contingents qui ont été à l'origine de leurs déplorables séparations. Il faut avoir un regard clair et apaisé dans la vérité, vivifié par la miséricorde divine, capable de libérer les esprits et de renouveler en chacun sa disponibilité pour l'annonce de l'Evangile aux hommes de tous les peuples et de toutes les nations"

(Extrait de l'encyclique "Ut unum sit" (qu'ils soient un) du pape Jean-Paul II, source: http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25051995_ut-unum-sint_fr.html)
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:42

Sur le sens de l'oecuménisme:

"Dans le monde, les Chrétiens représentent une diversité. L'oecuménisme exprime la recherche de communion entre Protestants, Anglicans, Orthodoxes et Catholiques.

L'unité se construit :
- Par la prise de conscience de ce qui se vit de la foi reçue du Baptême dans chacune des confessions chrétiennes.
- Par la prière et l'appel à la conversion adressés à chaque communauté et à l'ensemble de leurs membres.
- Dans la recherche et la relecture patiente de l'histoire pour résoudre les problèmes de division.
- En acceptant de légitimes divergences.

Ce dialogue dans le respect des différences reconnaît et permet d'accroître une réelle communion, entre tous les chrétiens (Protestants, Anglicans, Orthodoxes et Catholiques) qui partagent la même foi en Dieu, Père, Fils et Esprit et le Baptême d'eau."

(Sources : Matins d'Evangile, parcours catéchuménal pour adultes, Service national de la catéchèse et du catéchuménat)
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 15:50

Rex Tremendae a écrit:
Abenader a écrit:
J'en ai quelques uns très bons, de mon côté. Que pensez-vous de cela ?

Pie XI, Mortalium animos a écrit:
C'est un résultat semblable que d'aucuns s'efforcent d'obtenir dans les choses qui regardent l'ordre de la Loi nouvelle, apportée par le Christ Notre Seigneur. Convaincus qu'il est très rare de rencontrer des hommes dépourvus de tout sens religieux, on les voit nourrir l'espoir qu'il serait possible d'amener sans difficulté les peuples, malgré leurs divergences, religieuses, à une entente fraternelle sur la profession de certaines doctrines considérées comme un fondement commun de vie spirituelle. C'est pourquoi, ils se mettent à tenir des congrès, des réunions, des conférences, fréquentés par un nombre appréciable d'auditeurs, et, à leurs discussions, ils invitent tous les hommes indistinctement, les infidèles de tout genre comme les fidèles du Christ, et même ceux qui, par malheur, se sont séparés du Christ ou qui, avec âpreté et obstination, nient la divinité de sa nature et de sa mission.

De telles entreprises ne peuvent, en aucune manière, être approuvées par les catholiques, puisqu'elles s'appuient sur la théorie erronée que les religions sont toutes plus ou moins bonnes et louables, en ce sens que toutes également, bien que de manières différentes, manifestent et signifient le sentiment naturel et inné qui nous porte vers Dieu et nous pousse à reconnaître avec respect sa puissance. En vérité, les partisans de cette théorie s'égarent en pleine erreur, mais de plus, en pervertissant la notion de la vraie religion ils la répudient, et ils versent par étapes dans le naturalisme et l'athéisme. La conclusion est claire: se solidariser des partisans et des propagateurs de pareilles doctrines, c'est s'éloigner complètement de la religion divinement révélée.

En 1937, dans son encyclique Divini Redemptoris, Pie XI est encore plus explicite dans l’appel lancé à tous les hommes, quelle que soit leur religion :

Citation :
« Contre le violent effort de la puissance des ténèbres pour arracher des cœurs des hommes l’idée même de Dieu, Nous espérons beaucoup qu’aux chrétiens viendront se joindre tous ceux – et ils forment la plus grande partie de l’humani– qui croient que Dieu existe et qui l’adorent. »

Cher Chrils Prols,

Est-e que Pie XI est un vrai pape lorsqu'il dit que les adeptes du Gourou Nanak, les tribus perdus de l'amazonie ou encore les moines tibétains, bref les religions qui forment la plus grande partie de l'humanité croient que Dieu existe et l'adorent ?


Cher Rex, je vous ai répondu cent fois à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 16:03

bigsam68 a écrit:
Sur le sens de l'oecuménisme:

"Dans le monde, les Chrétiens représentent une diversité. L'oecuménisme exprime la recherche de communion entre Protestants, Anglicans, Orthodoxes et Catholiques.

L'unité se construit :
- Par la prise de conscience de ce qui se vit de la foi reçue du Baptême dans chacune des confessions chrétiennes.
- Par la prière et l'appel à la conversion adressés à chaque communauté et à l'ensemble de leurs membres.
- Dans la recherche et la relecture patiente de l'histoire pour résoudre les problèmes de division.
- En acceptant de légitimes divergences.

Ce dialogue dans le respect des différences reconnaît et permet d'accroître une réelle communion, entre tous les chrétiens (Protestants, Anglicans, Orthodoxes et Catholiques) qui partagent la même foi en Dieu, Père, Fils et Esprit et le Baptême d'eau."

(Sources : Matins d'Evangile, parcours catéchuménal pour adultes, Service national de la catéchèse et du catéchuménat)

Fort bien ! Moi aussi je suis pour l'unité.

Que donc tous les hérétiques abjurent leurs erreurs, que tous les infidèles embrassent la vraie Foi, et que tout ce beau monde vienne accroître l'unité, mais dans l'Eglise catholique.

Chose que les protestants, les anglicans, les orthodoxes se refusent de faire.

Mais tout ça, c'est la faute à l'Eglise, c'est bien connu.


Mortalium animos a écrit:
Il en est, toutefois, qui affirment et concèdent que le protestantisme a rejeté trop inconsidérément certains dogmes de foi et plusieurs pratiques du culte extérieur, agréables et utiles sans aucun doute, que l'Eglise Romaine, au contraire, conserve encore. Ils se hâtent, d'ailleurs, d'ajouter que cette Eglise Romaine, elle aussi, s'est égarée, qu'elle a corrompu la religion primitive en lui ajoutant certaines doctrines moins étrangères que contraires à l'Evangile et en obligeant à y croire; parmi ces doctrines, ils citent en premier lieu celle de la primauté de juridiction attribuée à Pierre et à ses successeurs sur le siège romain. Dans ce nombre, il en est, assez peu, il est vrai, qui concèdent au Pontife romain soit une primauté honorifique, soit une certaine juridiction ou pouvoir, qui, estiment-ils toutefois, découle non du droit divin mais, d'une certaine façon, du consentement des fidèles; d'autres vont jusqu'à désirer que leurs fameux congrès, qu'on pourrait qualifier de bariolés, soient présidés par le Pontife lui-même. Pourtant, si on peut trouver des non-catholiques, d'ailleurs nombreux, qui prêchent à pleine voix une communion fraternelle dans le Christ Jésus, on n'en trouverait pas à qui vienne la pensée de se soumettre et d'obéir au Vicaire de Jésus-Christ quand il enseigne et quand il commande. Entre-temps, ils affirment qu'ils traiteront volontiers avec l'Eglise Romaine, mais à droits égaux, c'est-à-dire en égaux avec un égal; mais s'ils pouvaient traiter, il ne semble pas douteux qu'ils le feraient avec la pensée de ne pas être tenus, par le pacte éventuellement conclu, à renoncer aux opinions en raison desquelles, encore maintenant, ils restent dans leurs errements et dans leurs erreurs hors de l'unique bercail du Christ.


Dans ce passage, Pie XI taille un costard sur mesure aux hérétiques, aux schismatiques, aux panchrétiens qui font des congrès bariolés, et on sait comme V2 et surtout JP2 (entre autre à Assise) aiment les congrès bariolés. Toutes les couleurs de l'arc-en-ciel !
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 16:25

Philippe ! Vous avez fait revenir Chris Prolls ! Il vous faut vous le taper maintenant ! elephant

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28502
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 16:39

Abenader a écrit:
Donc, cher Bigsam, l'unité dont vous rêvez, ne peut se faire que DANS l'Eglise catholique.

Mais cela se fera-t-il un jour ?

En tout cas, on voit des rapprochements, c'est encourageant. Smile
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 19:27

Simon1976 a écrit:
Abenader a écrit:
Donc, cher Bigsam, l'unité dont vous rêvez, ne peut se faire que DANS l'Eglise catholique.

Mais cela se fera-t-il un jour ?

En tout cas, on voit des rapprochements, c'est encourageant. Smile

L'oecuménisme consiste premièrement à détruire les murs d'incompréhension entre chrétiens et à construire des ponts de convivialité sans volonté de faire de la récupération. L'oecuménisme n'est pas une stratégie déguisée pour imposer sa compréhension de la révélation aux autres parties mais un espace de dialogue et de liberté ou chacune des parties peut expliquer et clarifier ses positions sans chercher à l'imposer aux autres parties. L'oecuménisme, c'est faire le choix de cheminer ensemble et de témoigner du Ressuscité qui nous appelle à la fraternité malgré les clivages théologiques qui peuvent subsister et qui font l'objet de nombreux travaux en commun. L'oecuménisme, c'est faire le choix de ne pas s'ignorer, encore moins de se mépriser, mais de nous aimer les uns les autres car c'est ce que Jésus nous demande en vérité. L'oecuménisme, c'est faire le choix d'un dialogue authentique et d'une amitié renouvelée entre chrétiens. L'oecuménisme, c'est aussi renoncer à toute arrogance, à toute condamnation, à toute malveillance et à toute volonté de domination, c'est un dialogue d'égal à égal ou chacune des parties est reconnu et apporte sa contribution. L'oecuménisme n'est pas un espace de prosélytisme mais un espace d'accueil, de rencontre et de confrontation fraternelle ou il ne s'agit pas de changer la foi de l'autre mais de changer de regard sur la foi du chrétien qui s'inscrit dans une autre tradition écclésiastique avec l'assistance de l'Esprit-Saint.

Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 20:36

"A l'unité catholique du peuple de Dieu (...) tous les hommes sont appelés; à cette unité appartiennent sous diverses formes ou sont ordonnées, et les fidèles catholiques et ceux qui, par ailleurs, ont foi dans le Christ, et finalement tous les hommes sans exception que la grâce de Dieu appelle au salut" (art. 836 du catéchisme)

Ce paragraphe du catéchisme semble indiquer que la théologie de l'Eglise catholique est inclusive et non exclusive. Comment interprètez-vous ce texte et que signifie l'expression "sont ordonnées" ? Au travers de l'expression "Tous les hommes sans exception" doit-on entendre que l'Eglise enseigne que le salut soit universel et que l'humanité toute entière est "ordonnée" à l'Eglise catholique y compris ceux qui ne connaissent pas le Christ et qui ne croient pas à l'Evangile ? salut


Dernière édition par bigsam68 le Jeu 12 Juil 2012, 21:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9372
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique   Jeu 12 Juil 2012, 20:43

Dom Lambert Beauduin avait oeuvré pour le rapprochement avec les orthodoxes . Il a jeté les bases d'un monastère de rite oriental à Chèvetogne , en Belgique .
Suivant l'esprit de Mortalium animos , il a été sanctionné , avant d'être réhabilité .

Il n'avait jamais fait de concession en matière de foi catholique .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
 
Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les textes de l'Eglise sur le dialogue oecuménique
» Dialogue oecuménique
» État du dialogue oecuménique
» L'ENFER Textes de l'Eglise Catholique
» dialogue œcuménique et collaboration avec l’Eglise apostolique d’Arménie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: