DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Les limites de la psychanalyse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Les limites de la psychanalyse   Lun 02 Juil 2012, 12:14

Bonjour, je viens d’écouter vers la fin d’une émission (« Les nouveaux chemins de la connaissance, le Journal de la philosophie ») sur France Culture, une interview de Tobie Nathan, diplomate, écrivain, professeur de psychologie, ethnopsychiatre, à propos de son livre « Psychothérapie démocratique ». Il est très critique sur la psychanalyse ainsi que sur certains thérapeutes. Et à mon avis il a raison.

Une phrase intéressante que j’ai relevée :
« Les religieux sont souvent de bon psychothérapeutes. »

http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-de-la-philosophie-psychotherapie-democratique-2012-07-02

Un lien intéressant sur son parcours :
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=8091

Sur Wikipédia :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tobie_Nathan

Et vous, que pensez-vous des psychothérapies ? Des psychothérapeutes ? Pensez-vous qu'un religieux en général que l'on va consulter pour un entretien personnel ou pour une confession puisse remplacer avantageusement un psy ?
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Lun 02 Juil 2012, 15:09

J'ai connu une excellente psy qui disait toujours : "une bonne psychothérapie mène à Dieu"

En fait, tout dépend du psychothérapeute; ceux de l'ancienne école freudienne ou même lacanienne sont dans l'idéologie soixante-huitarde qui a fait tant de ravages : ils vont donc mener le patient vers une levée de l'inhibition qui le retenait par exemple de divorcer ou de coucher avec telle collègue...créant ainsi une fausse euphorie passagère chez le patient, mais des dégâts irréversibles dans les familles.

IL y a eu toute une génération "freudienne" ainsi massacrée.

Aujourd'hui, en effet, on est bp revenu de cela et pour la nouvelle génération de psy, c'est le grand retour de Dieu, des valeurs familiales, de la cohésion etc...ouf !!!

IL faut soigneusement choisir son psy, si on veut en passer par là, il faut qu'il soit en harmonie avec nos convictions religieuses, sinon on va droit dans le mur, et on se ruine en prime.

Pour les prêtres, je dirais que non, ce n'est pas du tout la même chose, bien que les actions se recoupent.
Le directeur spirituel par exemple va nous dire que faire ou non en fonction du charisme que nous avons reçu, pour le faire fructifier dans la vigne du Seigneur .

De plus, il prie pour nous, ce que ne fait pas un psy, evidement.

L'accompagnement spirituel est gratuit et centré uniquement sur le spirituel, et pas sur nos désirs perso
Revenir en haut Aller en bas
cébé



Messages : 2334
Inscription : 07/09/2007

MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Lun 02 Juil 2012, 17:57

Je connais une femme qui a dû changer de psy .... parce qu'il voulait l'interner. Raisons : elle est croyante et pratiquante et elle lui a parlé de sa foi.

J'aime bien Jean Monbourquette ... il y a des années que je le lis

Jean Monbourquette, prêtre et psychologue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Lun 02 Juil 2012, 18:20

Julia, votre post me plaît bien. Je vous donne mon témoignage : j'ai voulu faire à une époque de ma vie une thérapie, je la jugeais nécessaire à cause d’une éducation trop rigide. Elle a été courte mais assez "costaud" je crois, j'étais motivé à bloc – tout est là en fait, si on ne l'est pas ça marche pas. Je l’ai faite avec un psy juif qui avait une longue expérience, et alors que j’étais déjà très catho, on s'entendait comme larrons en foire.

Notre relation était devenue quasiment une relation amicale – mais avec des barrières quand-même, nécessaires les barrières (la barrière de l’argent, surtout) – car on était très complices sur beaucoup de sujets, je parlais de tout avec lui, de tout ce qui me passait par la tête sur le moment – il paraît que c’est ça le secret ;) Les dernières semaines j'aimais discuter géopolitique avec lui, enfin de tout. J'aimais parler de la vie en général, de la mienne aussi bien sûr et aussi de Dieu puisque c'est quelque chose de très intime pour moi ; si je n'en avais pas parlé je n'aurais pas pu parler correctement de moi.

Mais je ne lui posais jamais de questions sur Dieu, je respectais sa croyance et il respectait la mienne. Il lui est arrivé de faire brièvement allusion à Dieu en réponse à mes réflexions personnelles mais ça s’arrêtait là et c’était bien ainsi. Cet homme avait aussi un ami qui était moine.
Quelque chose d’intéressant : il m’est arrivé d’exprimer un remords sur telle ou telle chose, et en quittant son cabinet j’étais aussi libéré qu’après une confession. Mais bon, les deux démarches sont quand-même vraiment très, très différentes, on ne peut pas vraiment les comparer.

Je n’ai pas eu de mal à mettre un terme à cette thérapie quand j'ai jugé que je n'en avais plus besoin, alors que pourtant c’était quelque chose que j’appréhendais un peu au départ. J’ai eu de la chance de tomber sur ce psy, mais j’étais très motivé au départ. S’il y avait eu un gros clash je l’aurais quitté sans hésitation et j’en aurais cherché un autre. Rarement nous n’étions pas d’accord sur des choses qui me tenaient à cœur, mais je connaissais sa problématique d’homme et je laissais glisser, je ne rétorquais pas, je faisais comme si j’étais d’accord hi hi – il n’était pas dupe – et moi non plus. On se respectait tous les deux.

Vous avez entièrement raison Julia, il vaut mieux choisir son psy car il y a des charlatans – j'ai eu connaissance par au moins une amie de quelques témoignages complètement délirants. Elle aussi a trouvé un bon psy. Le plus sûr est de chercher sur internet une association de psychothérapeutes agréés. Personnellement je ne l’avais pas fait, j’avais cherché et trouvé sur l’annuaire un psychothérapeute qui était aussi médecin-psychiatre. Et donc j’étais remboursé de 45 €. De ma poche je ne payais que 10 € deux fois par semaine, j’avais des soucis financiers à l’époque et je lui en avais fait part, il n’y a pas eu de problème. Comme quoi tous les psy ne sont pas des voleurs.

Je suis assez d’accord avec la phrase que vous citez : « une bonne psychothérapie mène à Dieu. » Personnellement j’étais déjà croyant mais grâce à cette thérapie, en faisant état oralement de mes réflexions sur Dieu et sur la vie, de mes questionnements, ou de mes petites « découvertes » perso sur la vie et sur Dieu, sur ma vie, j’ai pu beaucoup approfondir ma foi. Dans une thérapie qui marche bien, c’est soi-même qui fait les questions et les réponses. Dans mon cas, en parlant devant le psy, je suis certain que je parlais à la fois : au psy, à moi-même, et à Dieu (Dieu qui est au fond de moi).

Vous savez il y a cette phrase dans la Bible (Mt 18:2) :
« Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux. »

Eh bien je crois que lorsque deux personnes travaillent ensemble dans un but très louable, c’est exactement ce qui se passe, et en particulier quand un psy sérieux et une personne qui veut mieux se comprendre sont ensemble. N’oublions pas que les psy apprennent aussi beaucoup de la vie (et de leur métier) grâce à leurs patients…

Voilà, si mon témoignage pouvait servir à quelqu’un j’en serais heureux.
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Mar 03 Juil 2012, 01:13

...et après la psychanalyse ou la thérapie, il y a surtout cette phrase du Seigneur qui doit résonner en nous : "maintenant, avance au large !" Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Mar 03 Juil 2012, 08:50

julia a écrit:
...et après la psychanalyse ou la thérapie, il y a surtout cette phrase du Seigneur qui doit résonner en nous : "maintenant, avance au large !" Very Happy
:sage:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les limites de la psychanalyse   Mar 03 Juil 2012, 14:54

J'avais déjà mentionné ces 2 livres hyper-drôles d'Ali Magoudi :

"Comment choisir son psychanalyste" et "Comment se débarrasser de son psychanalyste".

Il avait choisi comme pseudonyme : Oreste Saint-Drôme Laughing
Revenir en haut Aller en bas
 
Les limites de la psychanalyse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les limites orientales de l'europe
» Dieu mettra-t-il des limites au mal ?
» "Il ne devrait pas y avoir de limites aux recherches sur l'embryon"
» Les limites du nuage
» La publicité : sans limites ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: