DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La joie de l'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michael



Masculin Messages : 767
Inscription : 04/02/2011

MessageSujet: La joie de l'âme   Mar 26 Juin 2012, 16:26

La joie de l'âme
La joie est chose rare. Ses visites sont éphémères. Certains, de tempérament plus euphoriques, prennent la vie par le bon côté. D’autres, toujours sombres, n’arrêtent pas de broyer du noir. Quoi qu’il en soit, la joie n’est pas un état permanent et stable du cœur humain. Tôt ou tard, elle est agressée par les épreuves douloureuses de la vie : un amour brisé, la maladie, un échec, un deuil, etc. La liste pourrait être allongée. Entre joie et tristesse, la balance semble à jamais inégale. Rien n’est plus fragile que nos joies humaines.
Augustin le savait. Ou plutôt, il l’a appris d’expérience. « Ô ma joie lente à venir ! » (Conf. II, 2, 2). Ce n’est pas faute de l’avoir cherchée. Il s’est lancé à sa poursuite à corps perdu, mais sans trouver nulle part cette joie qui aurait pu combler son cœur. Jusqu’au jour où il se décida à changer de vie. Après sa conversion, les joies sensibles ne lui paraitront même plus dignes de mention. La balance penche désormais du côté des joies durables, dont les racines plongent en Dieu.

La vraie joie est un don. C’est pourquoi, avec le psalmiste, il faut la demander : « Répands la joie sur l’âme de ton serviteur, ô mon Dieu, car j’ai levé mon âme vers toi. » (Ps 85, 6). Augustin commente : « Donne-lui la joie (à l’âme), parce que je l’ai élevée vers toi. Elle était sur la terre et en ressentait les amertumes. Afin qu’elle ne dessèche pas dans l’amertume…, je l’ai élevée vers toi : fais-lui goûter quelque joie. Car toi seul es la joie, et le monde est plein d’amertume. »

Seule cette joie en Dieu est indestructible. On est en droit de se demander si Augustin ne la place pas trop haut. En assignant à la vraie joie sa demeure en Dieu, il semble la réserver à ceux qui sont capables d’élans mystiques. Et que deviennent alors nos joies humaines ? Seraient-elles condamnables ? Augustin n’est-il pas en train de brûler ce qu’il avait adoré ? Non. Mais désormais, il subordonne toute joie humaine à la joie en Dieu. Seul un tel placement est assuré de ne pas les perdre.

Il n’y a donc aucun mépris chez Augustin pour les joies humaines. Il reste lui-même sensible en particulier aux joies de l’amitié. Mais la vraie joie, il la trouve désormais en Dieu et au service de ses frères en humanité. Il n’y a de joie que partagée : la vraie joie dilate le cœur, élargit la tente, fait de l’espace. Une telle joie nous est déjà anticipée dans le Christ. Et c’est elle qu’Augustin cherche à transmettre dans son activité pastorale. Il dira à ses auditeurs dans un sermon : « Notre joie, c’est votre salut. »

Marcel NEUSCH
Augustin de l’Assomption



Notre joie, c’est votre salut
(Textes d’Augustin)

En vous expliquant les saintes Ecritures, c’est comme si nous rompions du pain devant vous… Ce que je vous distribue n’est pas à moi. Ce que vous mangez, je le mange ; ce dont vous vivez, j’en vis. Nous avons notre cellier commun au ciel ; car c’est de là que vient la Parole de Dieu (S. 95, 1)

Les lectures divines, qui nous nourrissent spirituellement, nous indiquent ce que nous avons à vous distribuer, à vous qui attendez pleins d’attention, et que, du cellier du Seigneur dont nous sommes les intendants, nous vous présentions quelque chose pour votre faim (S. Dolbeau, 21, 1)

Assurément notre couronne, c’est votre édification spirituelle, et notre joie, c’est votre salut (S. 212) … Tous ceux qui, par nos efforts, progressent dans le Christ sont notre joie et notre couronne (Cf Phil. 4,1), car il nous revient de distribuer fidèlement, non pas notre argent, mais l’argent du Seigneur ; il vous revient de le recevoir avec soin et sollicitude. Moi, en effet, je puis être le donneur, pas le percepteur ; et le donneur, non de quelque bien qui serait mien, mais du bien de Dieu, dont je vis, moi aussi ; car tous nous appartenons à une unique grande maison, nous avons le Seigneur pour seul Père de famille. Il a un ample cellier, duquel nous pouvons vivre et vous et nous. Vnde uiuo, inde dico. C’est de ce que je vis que je parle ; c’est de ce dont je me nourris que je sers. Notre richesse commune, c’est notre Dieu, notre vie à tous heureuse et éternelle. Donc qui se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur (cf. 1 Cor 1, 34), qui vit et règne dans tous les siècles des siècles ; amen ».


Cf. Augustin prédicateur (395-411). Actes du Colloque International de Chantilly (5-7 septembre 1906) édités par Goulven Madec. Institut d’Etudes Augustiniennes, Paris, 1998. Pages 14-15.
http://www.assomption.org/Ressources/ItinerairesAugustiniens/IA43/Editorial.htm

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La joie de l'âme   Mar 26 Juin 2012, 17:57

Michael a écrit:
La joie de l'âme
La joie est chose rare. Ses visites sont éphémères. Certains, de tempérament plus euphoriques, prennent la vie par le bon côté. D’autres, toujours sombres, n’arrêtent pas de broyer du noir. Quoi qu’il en soit, la joie n’est pas un état permanent et stable du cœur humain. Tôt ou tard, elle est agressée par les épreuves douloureuses de la vie : un amour brisé, la maladie, un échec, un deuil, etc. La liste pourrait être allongée. Entre joie et tristesse, la balance semble à jamais inégale. Rien n’est plus fragile que nos joies humaines.
Augustin le savait. Ou plutôt, il l’a appris d’expérience. « Ô ma joie lente à venir ! » (Conf. II, 2, 2). Ce n’est pas faute de l’avoir cherchée. Il s’est lancé à sa poursuite à corps perdu, mais sans trouver nulle part cette joie qui aurait pu combler son cœur. Jusqu’au jour où il se décida à changer de vie. Après sa conversion, les joies sensibles ne lui paraitront même plus dignes de mention. La balance penche désormais du côté des joies durables, dont les racines plongent en Dieu.

La vraie joie est un don. C’est pourquoi, avec le psalmiste, il faut la demander : « Répands la joie sur l’âme de ton serviteur, ô mon Dieu, car j’ai levé mon âme vers toi. » (Ps 85, 6). Augustin commente : « Donne-lui la joie (à l’âme), parce que je l’ai élevée vers toi. Elle était sur la terre et en ressentait les amertumes. Afin qu’elle ne dessèche pas dans l’amertume…, je l’ai élevée vers toi : fais-lui goûter quelque joie. Car toi seul es la joie, et le monde est plein d’amertume. »

Seule cette joie en Dieu est indestructible. On est en droit de se demander si Augustin ne la place pas trop haut. En assignant à la vraie joie sa demeure en Dieu, il semble la réserver à ceux qui sont capables d’élans mystiques. Et que deviennent alors nos joies humaines ? Seraient-elles condamnables ? Augustin n’est-il pas en train de brûler ce qu’il avait adoré ? Non. Mais désormais, il subordonne toute joie humaine à la joie en Dieu. Seul un tel placement est assuré de ne pas les perdre.

Il n’y a donc aucun mépris chez Augustin pour les joies humaines. Il reste lui-même sensible en particulier aux joies de l’amitié. Mais la vraie joie, il la trouve désormais en Dieu et au service de ses frères en humanité. Il n’y a de joie que partagée : la vraie joie dilate le cœur, élargit la tente, fait de l’espace. Une telle joie nous est déjà anticipée dans le Christ. Et c’est elle qu’Augustin cherche à transmettre dans son activité pastorale. Il dira à ses auditeurs dans un sermon : « Notre joie, c’est votre salut. »

Marcel NEUSCH
Augustin de l’Assomption



Notre joie, c’est votre salut
(Textes d’Augustin)

En vous expliquant les saintes Ecritures, c’est comme si nous rompions du pain devant vous… Ce que je vous distribue n’est pas à moi. Ce que vous mangez, je le mange ; ce dont vous vivez, j’en vis. Nous avons notre cellier commun au ciel ; car c’est de là que vient la Parole de Dieu (S. 95, 1)

Les lectures divines, qui nous nourrissent spirituellement, nous indiquent ce que nous avons à vous distribuer, à vous qui attendez pleins d’attention, et que, du cellier du Seigneur dont nous sommes les intendants, nous vous présentions quelque chose pour votre faim (S. Dolbeau, 21, 1)

Assurément notre couronne, c’est votre édification spirituelle, et notre joie, c’est votre salut (S. 212) … Tous ceux qui, par nos efforts, progressent dans le Christ sont notre joie et notre couronne (Cf Phil. 4,1), car il nous revient de distribuer fidèlement, non pas notre argent, mais l’argent du Seigneur ; il vous revient de le recevoir avec soin et sollicitude. Moi, en effet, je puis être le donneur, pas le percepteur ; et le donneur, non de quelque bien qui serait mien, mais du bien de Dieu, dont je vis, moi aussi ; car tous nous appartenons à une unique grande maison, nous avons le Seigneur pour seul Père de famille. Il a un ample cellier, duquel nous pouvons vivre et vous et nous. Vnde uiuo, inde dico. C’est de ce que je vis que je parle ; c’est de ce dont je me nourris que je sers. Notre richesse commune, c’est notre Dieu, notre vie à tous heureuse et éternelle. Donc qui se glorifie, qu’il se glorifie dans le Seigneur (cf. 1 Cor 1, 34), qui vit et règne dans tous les siècles des siècles ; amen ».


Cf. Augustin prédicateur (395-411). Actes du Colloque International de Chantilly (5-7 septembre 1906) édités par Goulven Madec. Institut d’Etudes Augustiniennes, Paris, 1998. Pages 14-15.
http://www.assomption.org/Ressources/ItinerairesAugustiniens/IA43/Editorial.htm



Merveilleux textes.
Effectivement, même en l'absence de "joie sensible" (dirait-on surtout), celle de l'âme émerge et demeure en définitive la seule digne de mention.

sunny

Revenir en haut Aller en bas
Michael



Masculin Messages : 767
Inscription : 04/02/2011

MessageSujet: Re: La joie de l'âme   Mer 27 Juin 2012, 06:54

Séraphine a écrit:

Merveilleux textes.
Effectivement, même en l'absence de "joie sensible" (dirait-on surtout), celle de l'âme émerge et demeure en définitive la seule digne de mention.


sunny

Une des plus grande joie que Jésus éprouvait sur la terre était de voir une âme se tourner vers lui et même chose pour Marie,de voir une âme se tourner vers son Fils.
Sans vantardise,je sais que j'ai des conversions,de vrais conversions à mon actif mise à part tous ceux qui restent cachées.
C'est une très grande joie de voir que mes Rosaires et mes prières ont portés fruits.
Je sais que le ciel est heureux lorsqu'une âme revient vers Dieu et Jésus me l'a fait ressentir à maintes occasions.
Bonne journée Séraphine.

Revenir en haut Aller en bas
 
La joie de l'âme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La joie d'être mère
» Vos citations ou textes ou images sur le bonheur et la joie
» Béatification de Newman : « Une immense joie spirituelle »
» Le geste ouvre le coeur à la joie !
» joie pour sa collegue/joie tout court

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: