DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe de Bellescize



Messages : 639
Inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Mer 30 Mai 2012 - 21:12

Mohamed-jésus a écrit:

vous dites toujour que dieu fait ce qu'il veut quand il veut , pourquoi a t-il besoin de sacrifié son fils pour que vous auriez la vie éternelle , est ce qu'il n'a pas pu vous donnez la vie éternelle sans sacrifié son fils ?


C'est une bonne remarque si il y en a qui ont des explications.


Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Dies Natalis Solis Inv.



Féminin Messages : 1426
Inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Mer 30 Mai 2012 - 21:13

Lisez Tresmontant ou René Girard... on ne va pas répéter 50 fois la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Mer 30 Mai 2012 - 21:27

Parce que sans la croix, nous ne serions pas sauvés. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Mer 30 Mai 2012 - 21:40

Pour elle est un signe de respect vis à vis de Jesus Christ notre Sauveur, qui s'est sacrifié pour sauver nos âmes.

Votre soeur en Christ
Revenir en haut Aller en bas
Dies Natalis Solis Inv.



Féminin Messages : 1426
Inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Mer 30 Mai 2012 - 21:41

On va simplifié et comme j'ai la flemme de développer moi-même on va résumer ainsi :

http://renegirard.wordpress.com/

Citation :
Le terme apocalypse signifie à la fois “catastrophe” (dans le langage courant) et “révélation” (par étymologie). Girard l’emploi bien en ces deux sens. Le Christ, selon lui, est venu apporter la “révélation” de l’innocence des victimes émissaires. Il a jeté la lumière sur les mécanismes sacrificiels par lesquelles les sociétés archaïques se protégeaient de leur violence. En “relevant” ces mécanismes, il les a rendus inefficaces (car ils ne sont efficaces que s’ils restent méconnus de ceux même qui les appliquent). Le bon aspect de la “révélation” est la disparition progressive, dans l’histoire, du recours aux boucs émissaires. Le mauvais aspect en est que la violence peut maintenant se déchaîner sans frein: le monde moderne court vers l’”apocalypse” nucléaire. C’est dire l’ambigüité du rôle du Christ dans l’histoire humaine: est-il venu apporter la “bonne nouvelle” (l’Evangile) ou la mauvaise (l’Apocalypse).

René Girard dit :

Vous considérez cependant le christianisme comme une religion rejetée, sinon méprisée, aujourd’hui…
Le christianisme est radicalement méprisé. Et il est le seul dans ce cas. Il est méprisé particulièrement en Europe parce qu’il faut se défendre contre lui. Il annonce que les hommes sont violents, c’est lui qui vient troubler notre tranquillité archaïque. Le christianisme n’est pas reçu, en réalité, parce qu’il n’est pas compris. Il faut en revenir au texte et au message évangélique…

Seriez-vous d’accord avec l’affirmation selon laquelle « le christianisme serait la religion de la sortie de la religion » ?
Ceux qui l’évoquent, comme Marcel Gauchet, le disent d’une façon athée, humaniste, la fin du religieux d’une manière post-hégélienne. Alors que je dis de mon côté que c’est la fonction du christianisme depuis le début. Le christianisme n’est pas une religion comme les autres. Les religions ont des dieux, des règles, des doctrines… Le christianisme ne nous apprend pas qui est Dieu, ou plutôt, si nous le savons, ce n’est qu’à travers le Christ. Parce que la mort du Christ nous a appris ce que sont les religions en révélant le mécanisme sacrificiel qui les fonde. La prédication du Christ est la seule à avoir dévoilé l’origine violente de l’humanité et sa perpétuation culturelle. L’échec de la prédication et la Passion, qui sacrifie le plus innocent de tous, ouvrent la voie à la lente connaissance de la méconnaissance du mécanisme victimaire.

Je défends depuis de longues années l’idée que cette révélation du mécanisme de la violence, du sacrifice, est inscrite dans le texte même des Evangiles. La question est : « Mais pourquoi existe-t-il des religions ? ». A mon sens, parce que l’on s’imagine que la victime est vraiment responsable et peut donc provoquer la réconciliation. En réalité, ce phénomène purement victimaire pourrait se passer sur n’importe qui. Le Christ, justement, n’est pas n’importe qui parce qu’il accepte cette mort pour faire connaître aux hommes ce qu’est réellement le religieux. Cette fonction du Christ donne au christianisme une place qui lui permet même d’approuver l’antireligion moderne dans ce qu’elle a de vrai.

Allez hop... et pour ceux qui ignorent qui est Girard c'est juste l'un des plus grand philosophes du monde.


Ne pas connaitre ces deux monstres que sont Tresmontant et Girard est presque un péché capital shaking
Revenir en haut Aller en bas
saladin936



Masculin Messages : 1035
Inscription : 15/02/2012

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 0:47

Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas sauvés. Smile

Sauvés? Sauvés de quoi, de qui???
Revenir en haut Aller en bas
Dies Natalis Solis Inv.



Féminin Messages : 1426
Inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 0:51

C'est le tonneau des danaïdes les explications avec vous ? Vous ne comprenez rien...
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80780
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 5:04

Cher Saladin, regardez cette video. Vous aurez l'explication que donne le Christ de la souffrance en choississant de la vivre avec nous :

Eschatologie catholique 4bis — La Trinité, clef de l’explication de la souffrance (1 h 13 mn)

PAR GLORIA.TV

Les diverses explications théologiques et leur insuffisance.

L’explication universelle : Pour voir Dieu face à face dans sa vie trinitaire, l’homme doit acquérir un cœur tout humble (kénose) car la vision de Dieu ne peut être supportée par un homme fier, même légitimement fier.

Cette « kénose » est la clef de voûte de toute explication ultime de la souffrance humaine.



_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 5:17

Grand M E R C I pour cette vidéo (s) mon cher Arnaud


:hello:


Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9345
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 5:24

saladin936 a écrit:
Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas sauvés. Smile

Sauvés? Sauvés de quoi, de qui???

Réponse qui n'engage que moi , cher saladin936 : du péché originel , qui se reproduit à chaque naissance . L'humanisation dun couple d'animaux s'est faite sur cette planète en opposition à Dieu , dans l'orgueil et la violence . Dans ces conditions , le progrès ne pourra aboutir qu'à la destruction de la planète ( déjà chroniquement blessée d'ailleurs mais pas encore mortellement ) . Dieu suscite un Fils qui unira les humains à terme et leur rendra la Paix et l'Obéissance , ce qui évite l'inéluctable destruction .
Mais il faut passer par la Croix , comme l'explique M. Dumouch .
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 11:09

saladin936 a écrit:
Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas sauvés. Smile

Sauvés? Sauvés de quoi, de qui???

Je crois que ce passage résume tout:

"Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l'homme (sur la croix), afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle. Car Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui." (Jean 3, 14-17)
Revenir en haut Aller en bas
Rose



Féminin Messages : 683
Inscription : 19/06/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Jeu 31 Mai 2012 - 12:04

Citation :
Sauvé de quoi ?

Du péché originel, qui bien que pardonné par Dieu à Adam et Eve, a entaché la nature Humaine crée par Dieu.

Dieu étant infiniment Saint, infiniment Juste il ne peut tolérer le moindre péché sans que sa Justice exige de le châtier. Toutes nos offenses, aussi minimes soient elles méritent l'Enfer éternel. Aucun homme ne pouvant désormais espérer le Paradis de par ses seuls mérites. Il nous faut la Miséricorde de Dieu en réponse au Repentir, Miséricorde qui ne souffre aucune entorse à la Justice.
Aussi, seul Dieu pouvait, en toute Miséricorde pour ses créatures annihiler la peine sans pour autant renoncer à sa Justice d'où l'expiation du péché.

Il y a mille explications sur ce sujet, notamment dans le Catéchisme qui sont assez simple. L'articulation s'opère entre la Sainteté de Dieu et le péché de l'Homme, la Miséricorde et la Justice de Dieu qui se conjuguent de façon admirable.

Citation :
Paragraphe 7. LA CHUTE

385 Dieu est infiniment bon et toutes ses œuvres sont bonnes. Cependant, personne n’échappe à l’expérience de la souffrance, des maux dans la nature – qui apparaissent comme liés aux limites propres des créatures –, et surtout à la question du mal moral. D’où vient le mal ? " Je cherchais d’où vient le mal et je ne trouvais pas de solution " dit S. Augustin (conf. 7, 7, 11), et sa propre quête douloureuse ne trouvera d’issue que dans sa conversion au Dieu vivant. Car " le mystère de l’iniquité " (2 Th 2, 7) ne s’éclaire qu’à la lumière du mystère de la piété (cf. 1 Tm 3, 16). La révélation de l’amour divin dans le Christ a manifesté à la fois l’étendue du mal et la surabondance de la grâce (cf. Rm 5, 20). Nous devons donc considérer la question de l’origine du mal en fixant le regard de notre foi sur Celui qui, seul, en est le Vainqueur (cf. Lc 11, 21-22 ; Jn 16, 11 ; 1 Jn 3, 8).

I. La où le péché a abondé, la grâce a surabondé

La réalité du péché


386 Le péché est présent dans l’histoire de l’homme : il serait vain de tenter de l’ignorer ou de donner à cette obscure réalité d’autres noms. Pour essayer de comprendre ce qu’est le péché, il faut d’abord reconnaître le lien profond de l’homme avec Dieu, car en dehors de ce rapport, le mal du péché n’est pas démasqué dans sa véritable identité de refus et d’opposition face à Dieu, tout en continuant à peser sur la vie de l’homme et sur l’histoire.

387 La réalité du péché, et plus particulièrement du péché des origines, ne s’éclaire qu’à la lumière de la Révélation divine. C’est seulement dans la connaissance du dessein de Dieu sur l’homme que l’on comprend que le péché est un abus de la liberté que Dieu donne aux personnes créées pour qu’elles puissent l’aimer et s’aimer mutuellement.

Le péché originel – une vérité essentielle de la foi

388 Avec la progression de la Révélation est éclairée aussi la réalité du péché. Bien que le Peuple de Dieu de l’Ancien Testament ait connu d’une certaine manière la condition humaine à la lumière de l’histoire de la chute narrée dans la Genèse, il ne pouvait pas atteindre la signification ultime de cette histoire, qui se manifeste seulement à la lumière de la Mort et de la Résurrection de Jésus-Christ (cf. Rm 5, 12-21). Il faut connaître le Christ comme source de la grâce pour connaître Adam comme source du péché. C’est l’Esprit-Paraclet, envoyé par le Christ ressuscité, qui est venu " confondre le monde en matière de péché " (Jn 16, 8) en révélant Celui qui en est le Rédempteur.

389 La doctrine du péché originel est pour ainsi dire " le revers " de la Bonne Nouvelle que Jésus est le Sauveur de tous les hommes, que tous ont besoin du salut et que le salut est offert à tous grâce au Christ. L’Église qui a le sens du Christ (cf. 1 Co 2, 16) sait bien qu’on ne peut pas toucher à la révélation du péché originel sans porter atteinte au mystère du Christ.

Pour lire le récit de la chute

390 Le récit de la chute (Gn 3) utilise un langage imagé, mais il affirme un événement primordial, un fait qui a eu lieu au commencement de l’histoire de l’homme (cf. GS 13, § 1). La Révélation nous donne la certitude de foi que toute l’histoire humaine est marquée par la faute originelle librement commise par nos premiers parents (cf. Cc. Trente : DS 1513 ; Pie XII : DS 3897 ; Paul VI, discours 11 juillet 1966).

II. La chute des anges

391 Derrière le choix désobéissant de nos premiers parents il y a une voix séductrice, opposée à Dieu (cf. Gn 3, 4-5) qui, par envie, les fait tomber dans la mort (cf. Sg 2, 24). L’Écriture et la Tradition de l’Église voient en cet être un ange déchu, appelé Satan ou diable (cf. Jn 8, 44 ; Ap 12, 9). L’Église enseigne qu’il a été d’abord un ange bon, fait par Dieu. " Le diable et les autres démons ont certes été créés par Dieu naturellement bons, mais c’est eux qui se sont rendus mauvais " (Cc. Latran IV en 1215 : DS 800).

392 L’Écriture parle d’un péché de ces anges (cf. 2 P 2, 4). Cette " chute " consiste dans le choix libre de ces esprits créés, qui ont radicalement et irrévocablement refusé Dieu et son Règne. Nous trouvons un reflet de cette rébellion dans les paroles du tentateur à nos premiers parents : " Vous deviendrez comme Dieu " (Gn 3, 5). Le diable est " pécheur dès l’origine " (1 Jn 3, 8), " père du mensonge " (Jn 8, 44).

393 C’est le caractère irrévocable de leur choix, et non un défaut de l’infinie miséricorde divine, qui fait que le péché des anges ne peut être pardonné. " Il n’y a pas de repentir pour eux après la chute, comme il n’y a pas de repentir pour les hommes après la mort " (S. Jean Damascène, f. o. 2, 4 : PG 94, 877C).

394 L’Écriture atteste l’influence néfaste de celui que Jésus appelle " l’homicide dès l’origine " (Jn 8, 44), et qui a même tenté de détourner Jésus de la mission reçue du Père (cf. Mt 4, 1-11). " C’est pour détruire les œuvres du diable que le Fils de Dieu est apparu " (1 Jn 3, 8). La plus grave en conséquences de ces œuvres a été la séduction mensongère qui a induit l’homme à désobéir à Dieu.

395 La puissance de Satan n’est cependant pas infinie. Il n’est qu’une créature, puissante du fait qu’il est pur esprit, mais toujours une créature : il ne peut empêcher l’édification du Règne de Dieu. Quoique Satan agisse dans le monde par haine contre Dieu et son Royaume en Jésus-Christ, et quoique son action cause de graves dommages – de nature spirituelle et indirectement même de nature physique – pour chaque homme et pour la société, cette action est permise par la divine Providence qui avec force et douceur dirige l’histoire de l’homme et du monde. La permission divine de l’activité diabolique est un grand mystère, mais " nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l’aiment " (Rm 8, 28).

III. Le péché originel

L’épreuve de la liberté


396 Dieu a créé l’homme à son image et l’a constitué dans son amitié. Créature spirituelle, l’homme ne peut vivre cette amitié que sur le mode de la libre soumission à Dieu. C’est ce qu’exprime la défense faite à l’homme de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, " car du jour où tu en mangeras, tu mourras " (Gn 2, 17). " L’arbre de la connaissance du bien et du mal " (Gn 2, 17) évoque symboliquement la limite infranchissable que l’homme, en tant que créature, doit librement reconnaître et respecter avec confiance. L’homme dépend du Créateur, il est soumis aux lois de la création et aux normes morales qui règlent l’usage de la liberté.

Le premier péché de l’homme

397 L’homme, tenté par le diable, a laissé mourir dans son cœur la confiance envers son créateur (cf. Gn 3, 1-11) et, en abusant de sa liberté, a désobéi au commandement de Dieu. C’est en cela qu’a consisté le premier péché de l’homme (cf. Rm 5, 19). Tout péché, par la suite, sera une désobéissance à Dieu et un manque de confiance en sa bonté.

398 Dans ce péché, l’homme s’est préféré lui-même à Dieu, et par là même, il a méprisé Dieu : il a fait choix de soi-même contre Dieu, contre les exigences de son état de créature et dès lors contre son propre bien. Constitué dans un état de sainteté, l’homme était destiné à être pleinement " divinisé " par Dieu dans la gloire. Par la séduction du diable, il a voulu " être comme Dieu " (cf. Gn 3, 5), mais " sans Dieu, et avant Dieu, et non pas selon Dieu " (S. Maxime le Confesseur, ambig. : PG 91, 1156C).

399 L’Écriture montre les conséquences dramatiques de cette première désobéissance. Adam et Eve perdent immédiatement la grâce de la sainteté originelle (cf. Rm 3, 23). Ils ont peur de ce Dieu (cf. Gn 3, 9-10) dont ils ont conçu une fausse image, celle d’un Dieu jaloux de ses prérogatives (cf. Gn 3, 5).


400 L’harmonie dans laquelle ils étaient, établie grâce à la justice originelle, est détruite ; la maîtrise des facultés spirituelles de l’âme sur le corps est brisée (cf. Gn 3, 7) ; l’union de l’homme et de la femme est soumise à des tensions (cf. Gn 3, 11-13) ; leurs rapports seront marqués par la convoitise et la domination (cf. Gn 3, 16). L’harmonie avec la création est rompue : la création visible est devenue pour l’homme étrangère et hostile (cf. Gn 3, 17. 19). A cause de l’homme, la création est soumise " à la servitude de la corruption " (Rm 8, 20). Enfin, la conséquence explicitement annoncée pour le cas de la désobéissance (cf. Gn 2, 17) se réalisera : l’homme " retournera à la poussière de laquelle il est formé " (Gn 3, 19). La mort fait son entrée dans l’histoire de l’humanité (cf. Rm 5, 12).

401 Depuis ce premier péché, une véritable " invasion " du péché inonde le monde : le fratricide commis par Caïn sur Abel (cf. Gn 4, 3-15) ; la corruption universelle à la suite du péché (cf. Gn 6, 5. 12 ; Rm 1, 18-32) ; de même, dans l’histoire d’Israël, le péché se manifeste fréquemment, surtout comme une infidélité au Dieu de l’alliance et comme transgression de la Loi de Moïse ; après la Rédemption du Christ aussi, parmi les chrétiens, le péché se manifeste de nombreuses manières (cf. 1 Co 1-6 ; Ap 2-3). L’Écriture et la Tradition de l’Église ne cessent de rappeler la présence et l’universalité du péché dans l’histoire de l’homme :

Ce que la révélation divine nous découvre, notre propre expérience le confirme. Car l’homme, s’il regarde au-dedans de son cœur, se découvre également enclin au mal, submergé de multiples maux qui ne peuvent provenir de son Créateur, qui est bon. Refusant souvent de reconnaître Dieu comme son principe, l’homme a, par le fait même, brisé l’ordre qui l’orientait à sa fin dernière, et, en même temps, il a rompu toute harmonie, soit par rapport à lui-même, soit par rapport aux autres hommes et à toute la création (GS 13, § 1).

Conséquences du péché d’Adam pour l’humanité

402 Tous les hommes sont impliqués dans le péché d’Adam. S. Paul l’affirme : " Par la désobéissance d’un seul homme, la multitude (c’est-à-dire tous les hommes) a été constituée pécheresse " (Rm 5, 19) : " De même que par un seul homme le péché est entré dans le monde et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort est passée en tous les hommes, du fait que tous ont péché... " (Rm 5, 12). A l’universalité du péché et de la mort l’apôtre oppose l’universalité du salut dans le Christ : " Comme la faute d’un seul a entraîné sur tous les hommes une condamnation, de même l’œuvre de justice d’un seul (celle du Christ) procure à tous une justification qui donne la vie " (Rm 5, 18).

404 Comment le péché d’Adam est-il devenu le péché de tous ses descendants ? Tout le genre humain est en Adam " comme l’unique corps d’un homme unique " (S. Thomas d’A., mal. 4, 1) Par cette " unité du genre humain " tous les hommes sont impliqués dans le péché d’Adam, comme tous sont impliqués dans la justice du Christ. Cependant, la transmission du péché originel est un mystère que nous ne pouvons pas comprendre pleinement. Mais nous savons par la Révélation qu’Adam avait reçu la sainteté et la justice originelles non pas pour lui seul, mais pour toute la nature humaine : en cédant au tentateur, Adam et Eve commettent un péché personnel, mais ce péché affecte la nature humaine qu’ils vont transmettre dans un état déchu (cf. Cc. Trente : DS 1511-1512). C’est un péché qui sera transmis par propagation à toute l’humanité, c’est-à-dire par la transmission d’une nature humaine privée de la sainteté et de la justice originelles. Et c’est pourquoi le péché originel est appelé " péché " de façon analogique : c’est un péché " contracté " et non pas " commis ", un état et non pas un acte.

405 Quoique propre à chacun (cf. Cc. Trente : DS 1513), le péché originel n’a, en aucun descendant d’Adam, un caractère de faute personnelle. C’est la privation de la sainteté et de la justice originelles, mais la nature humaine n’est pas totalement corrompue : elle est blessée dans ses propres forces naturelles, soumise à l’ignorance, à la souffrance et à l’empire de la mort, et inclinée au péché (cette inclination au mal est appelée " concupiscence "). Le Baptême, en donnant la vie de la grâce du Christ, efface le péché originel et retourne l’homme vers Dieu, mais les conséquences pour la nature, affaiblie et inclinée au mal, persistent dans l’homme et l’appellent au combat spirituel.

Un dur combat...

Un dur combat contre les puissances des ténèbres passe à travers toute l’histoire des hommes ; commencé dès les origines, il durera, le Seigneur nous l’a dit, jusqu’au dernier jour. Engagé dans cette bataille, l’homme doit sans cesse combattre pour s’attacher au bien ; et non sans grands efforts, avec la grâce de Dieu, il parvient à réaliser son unité intérieure (GS 37, § 2).

IV. " Tu ne l’as pas abandonné au pouvoir de la mort "

410 Après sa chute, l’homme n’a pas été abandonné par Dieu. Au contraire, Dieu l’appelle (cf. Gn 3, 9) et lui annonce de façon mystérieuse la victoire sur le mal et le relèvement de sa chute (cf. Gn 3, 15). Ce passage de la Genèse a été appelé " Protévangile ", étant la première annonce du Messie rédempteur, celle d’un combat entre le serpent et la Femme et de la victoire finale d’un descendant de celle-ci.

411 La tradition chrétienne voit dans ce passage une annonce du " nouvel Adam " (cf. 1 Co 15, 21-22. 45) qui, par son " obéissance jusqu’à la mort de la Croix " (Ph 2, 8) répare en surabondance la désobéissance d’Adam (cf. Rm 5, 19-20). Par ailleurs, de nombreux Pères et docteurs de l’Église voient dans la femme annoncée dans le " protévangile " la mère du Christ, Marie, comme " nouvelle Eve ". Elle a été celle qui, la première et d’une manière unique, a bénéficié de la victoire sur le péché remportée par le Christ : elle a été préservée de toute souillure du péché originel (cf. Pie IX : DS 2803) et durant toute sa vie terrestre, par une grâce spéciale de Dieu, elle n’a commis aucune sorte de péché (cf. Cc. Trente : DS 1573).

412 Mais pourquoi Dieu n’a-t-il pas empêché le premier homme de pécher ? S. Léon le Grand répond : " La grâce ineffable du Christ nous a donné des biens meilleurs que ceux que l’envie du démon nous avait ôtés " (serm. 73, 4 : PL 54, 396). Et S. Thomas d’Aquin : " Rien ne s’oppose à ce que la nature humaine ait été destinée à une fin plus haute après le péché. Dieu permet, en effet, que les maux se fassent pour en tirer un plus grand bien. D’où le mot de S. Paul : ‘Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé’ (Rm 5, 20). Et le chant de l’‘Exultet’ : ‘O heureuse faute qui a mérité un tel et un si grand Rédempteur’ " (S. Thomas d’A., s. th. 3, 1, 3, ad 3 ; l’Exsultet chante ces paroles de saint Thomas).
Revenir en haut Aller en bas
Philippe de Bellescize



Messages : 639
Inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Ven 1 Juin 2012 - 17:40

Rose a écrit:
Citation :
Sauvé de quoi ?

Du péché originel, qui bien que pardonné par Dieu à Adam et Eve, a entaché la nature Humaine crée par Dieu.



Merci bien pour vos réponses

Il y a le mystère d'iniquité et le mystère de la grâce.

Pourquoi le péché de nos pères réclamait un tel sacrifice c'est peut être que si nous sommes parfois solidaires dans le péché nous pouvons l'être aussi dans la grâce.


Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Philippe de Bellescize



Messages : 639
Inscription : 25/07/2008

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Ven 1 Juin 2012 - 19:46

Dies Natalis Solis Inv. a écrit:
Lisez Tresmontant ou René Girard...

J'ai commandé ce livre de Tresmontant et je l'ai reçu aujourd'hui :

« Sciences de l'univers et problèmes métaphysiques »

J'ai choisi un livre qui correspond plus au sujet ouvert précédemment : « le principe moteur de l'univers et l'espace temps »

Cordialement


Dernière édition par Philippe de Bellescize le Ven 1 Juin 2012 - 21:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Ven 1 Juin 2012 - 20:56

Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas suvés. Smile

Marie prie pour vous, alors pourquoi vous inquiétez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9345
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Ven 1 Juin 2012 - 21:31

Dr house a écrit:
Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas suvés. Smile

Marie prie pour vous, alors pourquoi vous inquiétez-vous ?

Quel rapport avec la question du titre ?
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Sam 2 Juin 2012 - 2:06

Philippe de Bellescize a écrit:
Mohamed-jésus a écrit:

vous dites toujour que dieu fait ce qu'il veut quand il veut , pourquoi a t-il besoin de sacrifié son fils pour que vous auriez la vie éternelle , est ce qu'il n'a pas pu vous donnez la vie éternelle sans sacrifié son fils ?
C'est une bonne remarque si il y en a qui ont des explications.
Dieu n'a pas sacrifié son Fils Mohamed-Jésus.
Dieu s'est sacrifié lui-même et cela à tous les instants de la création.
Sacrifier quelqu'un d'autre que soi-même est une chose humaine et non une chose divine.
Dieu s'est donné à nous et nous l'avons sacrifié.
Dieu s'est donné à vous Mohamed-Jésus, l'avez vous aimé ou vous l'avez vous sacrifié?
Avez vous vu le mal en votre prochain, musulman ou infidèle?
Si oui vous avez sacrifié Dieu, vous l'avez tué en vous et vous avez transmis le péché originel.
Qui connait le bien et le mal? Seulement Dieu.
Voulez vous la vie éternelle?
Tuez en vous celui qui juge du bien et du mal et laissez Dieu juger.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 11:42

Renaud a écrit:
Philippe de Bellescize a écrit:
Mohamed-jésus a écrit:

vous dites toujour que dieu fait ce qu'il veut quand il veut , pourquoi a t-il besoin de sacrifié son fils pour que vous auriez la vie éternelle , est ce qu'il n'a pas pu vous donnez la vie éternelle sans sacrifié son fils ?
C'est une bonne remarque si il y en a qui ont des explications.
Dieu n'a pas sacrifié son Fils Mohamed-Jésus.
Dieu s'est sacrifié lui-même et cela à tous les instants de la création.
Sacrifier quelqu'un d'autre que soi-même est une chose humaine et non une chose divine.
Dieu s'est donné à nous et nous l'avons sacrifié.
Dieu s'est donné à vous Mohamed-Jésus, l'avez vous aimé ou vous l'avez vous sacrifié?
Avez vous vu le mal en votre prochain, musulman ou infidèle?
Si oui vous avez sacrifié Dieu, vous l'avez tué en vous et vous avez transmis le péché originel.
Qui connait le bien et le mal? Seulement Dieu.
Voulez vous la vie éternelle?
Tuez en vous celui qui juge du bien et du mal et laissez Dieu juger.

Et voila laisser Dieu juger (quel Dieu) ? Donc pourquoi je me casserai la tête a chercher a plaire à un Dieu qui me jugeras quoi que je fasses ?
Il fait ce qu'il veut alors a quoi sert il de le prier etc, etc......???
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 12:13

Priez Dieu que vous ne connaissez pas de vous délivrer de ce dieu à la noix que vous connaissez House.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 13:20

boulo a écrit:
Dr house a écrit:
Simon1976 a écrit:
Parce que sans la croix, nous ne serions pas suvés. Smile

Marie prie pour vous, alors pourquoi vous inquiétez-vous ?

Quel rapport avec la question du titre ?

Les évangéliques revendiquent que Jésus n'a pas la place qui lui revient chez les catholiques, en effet pour eux Marie prend plus de place, donc, pourquoi parler de croix et de salut en Jésus ?
Revenir en haut Aller en bas
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9345
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 14:02

Et pourquoi faudrait-il écarter la mère de Jésus , la terrienne qui L'a le moins mal compris ?
Elle n'a vécu que pour Lui et a bien raison de ne pas se laisser oublier .
C'est d'ailleurs Jésus lui-même qui la confie aux terriens , en la personne de Jean , et qui lui confie les terriens . Elle s'en sort pas mal , d'après l'expérience personnelle que j'ai eue .

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 14:27

boulo a écrit:
Et pourquoi faudrait-il écarter la mère de Jésus , la terrienne qui L'a le moins mal compris ?
Elle n'a vécu que pour Lui et a bien raison de ne pas se laisser oublier .
C'est d'ailleurs Jésus lui-même qui la confie aux terriens , en la personne de Jean , et qui lui confie les terriens . Elle s'en sort pas mal , d'après l'expérience personnelle que j'ai eue .

On ne doit prier que Dieu seul.
Moi et le père nous ne sommes qu'un. etc, etc....

Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 14:47

Dr house a écrit:

On ne doit prier que Dieu seul.
Moi et le père nous ne sommes qu'un. etc, etc....


et "femme voici ton fils", je ne l'ai pas rêvé quand même ?

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 20:47

Espérance a écrit:
Dr house a écrit:

On ne doit prier que Dieu seul.
Moi et le père nous ne sommes qu'un. etc, etc....


et "femme voici ton fils", je ne l'ai pas rêvé quand même ?

Et bien oui mais a qui Jésus le dit ? ça n'a rein a voir avec les prières faites à marie


Dernière édition par Dr house le Dim 3 Juin 2012 - 20:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 20:48

Dr house a écrit:
Espérance a écrit:
Dr house a écrit:

On ne doit prier que Dieu seul.
Moi et le père nous ne sommes qu'un. etc, etc....


et "femme voici ton fils", je ne l'ai pas rêvé quand même ?

Et bien oui mais à qui Jésus le Dit ?

A St-Jean qui était au pied de la Croix

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 21:07

Espérance a écrit:
Dr house a écrit:
Espérance a écrit:
Dr house a écrit:

On ne doit prier que Dieu seul.
Moi et le père nous ne sommes qu'un. etc, etc....


et "femme voici ton fils", je ne l'ai pas rêvé quand même ?

Et bien oui mais à qui Jésus le Dit ?

A St-Jean qui était au pied de la Croix

Oui, mais en aucun cas cela devient une parole pour tous les disciples, impliquant les prières à Marie.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16656
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?   Dim 3 Juin 2012 - 22:56

Dr house a écrit:
Espérance a écrit:
Dr house a écrit:
Espérance a écrit:


et "femme voici ton fils", je ne l'ai pas rêvé quand même ?

Et bien oui mais à qui Jésus le Dit ?

A St-Jean qui était au pied de la Croix

Oui, mais en aucun cas cela devient une parole pour tous les disciples, impliquant les prières à Marie.

Et pourquoi ça ne peut pas l'être ? pour moi en tout cas, c'est évident que ça l'est sunny

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi la croix est elle nécessaire au salut ?
» Pourquoi l'Église catholique est-elle si riche?
» Pourquoi la Bible est-elle définie comme étant la Parole de Dieu ?
» Pourquoi l'Hypothèse extraterrestre est-elle inévitable dans l'étude OVNI ?
» Pourquoi la Bible est-elle le livre le plus fiable au monde !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: