DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jésus est adoré comme DIEU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mar 15 Mai 2012, 23:29

Voilà qui est l'Agneau :


Jean 1.29
Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.

Jean 1.36
et, ayant regardé Jésus qui passait, il dit: Voilà l'Agneau de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Fidjouss



Messages : 547
Inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mar 15 Mai 2012, 23:36

Le moine a écrit:
C'est ta réponse là ?

L'Agneau ce n'est pas Jésus d'après toi ?

Dans le verset que tu a cité l'agneau correspond à ce que j'ai dis. regarde dans Apocalypse - Chapitre 5
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mar 15 Mai 2012, 23:40

Fidjouss a écrit:
Le moine a écrit:
C'est ta réponse là ?

L'Agneau ce n'est pas Jésus d'après toi ?

Dans le verset que tu a cité l'agneau correspond à ce que j'ai dis. regarde dans Apocalypse - Chapitre 5

A bon ?


Et bien m'est ici le verset 5 et éclaire-nous.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Fidjouss



Messages : 547
Inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 16 Mai 2012, 00:09

Le moine a écrit:
Fidjouss a écrit:
Le moine a écrit:
C'est ta réponse là ?

L'Agneau ce n'est pas Jésus d'après toi ?

Dans le verset que tu a cité l'agneau correspond à ce que j'ai dis. regarde dans Apocalypse - Chapitre 5

A bon ?


Et bien m'est ici le verset 5 et éclaire-nous.


5 : 6
Et je regardai, et voici il y avait au milieu du trône et des quatre animaux, et au milieu des Anciens, un agneau qui se tenait là comme mis à mort, ayant sept cornes, et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu, envoyés par toute la terre.

5 : 7
Et il vint, et prit le Livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône.

5 : 8
Et quand il eut pris le Livre, les quatre animaux et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant l'Agneau, ayant chacun des harpes et des fioles d'or, pleines de parfums, qui sont les prières des Saints.

5 : 9
Et ils chantaient un nouveau cantique, en disant: tu es digne de prendre le Livre, et d'en ouvrir les sceaux; car tu as été mis à mort, et tu nous as rachetés à Dieu par ton sang, de toute Tribu, Langue, peuple, et nation;
Revenir en haut Aller en bas
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 16 Mai 2012, 00:16

Oui, tout chrétien connaît bien ces versets qui parlent de l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde et qui rachète l'âme des pécheurs par son sang, leur évitant ainsi l'enfer et leur donnant la Vie Eternelle.




APOCALYPSE 5 : 13

« 13 J’entendis aussi toutes les créatures dans le ciel, sur la terre, sous la terre et dans la mer–les créatures de l’univers entier–qui chantaient : A celui qui siège sur le trône et à l’Agneau soient la louange, l’honneur, la gloire et la puissance pour toujours ! »


¨Pour sauver son âme, chaque pécheur doit chanter ce cantique, et reconnaître Notre Seigneur Jésus Christ comme Son Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 16 Mai 2012, 00:17

Les sept cornes (Hénoch 90 :37) sont l'image de la force, (Daniel 7.20 ; 8.3) les sept yeux celle de la vigilance et de la toute science. Ceux-ci sont désignés comme les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.

A propos des sept esprits de Dieu, Apocalypse 1.4. Sept est le nombre de la perfection divine. L'Agneau qui est Jésus a la toute-puissance et la toute science pour accomplir les destinées de son règne divin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Jeu 17 Mai 2012, 08:35

Mathieu 26.63
Mais Jésus gardait le silence. Et le souverain sacrificateur reprenant la parole, lui dit : Je t'adjure, par le Dieu vivant, de nous dire, si tu es le Christ, le Fils de Dieu.

Mathieu 26.64
Jésus lui dit : Tu l'as dit ; en outre, je vous le dis, désormais vous verrez le fils de l'homme assis à la droite de la Puissance et venant sur les nuées du ciel.

Mathieu 26.65
Alors le souverain sacrificateur déchira ses vêtements, en disant : Il a blasphémé ! qu'avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous avez maintenant entendu le blasphème. Que vous en semble ?

Pour quelle raison le sacrificateur a dit que Jésus avait blasphémé ?

Réponse : Car Jésus a dit qu'IL était l'égal du PERE.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Dim 20 Mai 2012, 06:15

UP



Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Dim 20 Mai 2012, 12:54

Le moine a écrit:
Fidjouss a écrit:
Simon1976 a écrit:
Si Jésus n'est pas Dieu, pourquoi les 24 anciens se prosternent et adorent celui qui est assis sur le trône et l'Agneau ? prière

Si celui qui est assis sur le trône est Dieu et l'agneau est Dieu, ils sont alors 2 Dieux ?

1+1 = 2 tu est trop fort toi Very Happy Mais tu a oublié le Saint Esprit donc : 1+1+1= . ?

8)

Bonjour,

1 + 1 + 1 = 1

Ceci n'équivaut pas bien sur à 1 dieu + 1 dieu + 1 dieu = 1 Dieu mais à 1 personne divine + 1 personne divine + 1 personne divine + 1 Dieu (en 3 personnes)

Petite comparaison certes maladroite mais à défaut de mieux :

1 flamme + 1 flamme + 1 flamme = 1 feu
1 feu + 1 feu + 1 feu = 1 incendie Smile

Credo - Symbole de Nicée-Constantinople, à méditer :

Citation :
Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant,
Créateur du ciel et de la terre,
de l’univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur,
Jésus Christ, le Fils unique de Dieu,
né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière,
vrai Dieu, né du vrai Dieu,
engendré, non pas créé, de même nature que le Père,
et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut,
il descendit du ciel ;
par l’Esprit Saint,
il a pris chair de la Vierge Marie,
et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisème jour,
comformément aux Ecritures,
et il monta au ciel ;
il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire,
pour juger les vivants et les morts ;
et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint,
qui est Seigneur et qui donne la vie ;
il procède du Père et du Fils ;
avec le Père et le Fils,
il reçoit même adoration et même gloire ;
il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Eglise,
une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts
et la vie du monde à venir.

Amen.


Dieu envoie le Fils pour faire connaître sa Parole, et l'Esprit Saint pour nous donner la vie et nous embraser de sa Charité. On peut le voir comme un canal d'amour entre Dieu et sa créature. Mais ce canal est une personne de la Trinité, il est vie et amour. Pour autant il n'existe qu'1 seul Dieu. Tout comme l'homme n'a qu'un seul corps mais plusieurs membres chacun soumis à la tête et ayant chacun une fonction qui lui est propre et qui permet au corps d'agir.

Personne n'a vu Dieu le Père (qui est pur esprit, infiniment parfait, infiniment Créateur) mais Il envoie son Fils, pour que celui qui voit le Fils voit le Père, ce qui atteste que le Fils et le Père (et l'Esprit Saint) sont 1 seul et même Dieu. Ainsi les hommes savent qu'ils ont un Père au Ciel qui les aime et veut leur salut. C'est en envoyant son Fils sur terre que chaque homme peut désormais avoir une relation intime avec le Père, par le Fils. Contrairement aux autres religions monothéistes où Dieu est éloigné de sa créature, presque indifférent à ses épreuves et souffrances, et n'a aucune relation personnelle avec elle.

On attribue au Père la puissance
On attribue au Fils la connaissance
On attribue au Saint esprit l'Amour

Nier la Trinité c'est, outre un blasphème, prétendre que Dieu n'est pas assez tout-puissant que pour se révéler en 3 personnes distinctes.


Dernière édition par Philippe B. le Mar 22 Mai 2012, 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Lun 21 Mai 2012, 04:51

Très bonne réponse Philippe


Thumright
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Lun 21 Mai 2012, 13:19

prière
Revenir en haut Aller en bas
Anonymouss



Féminin Messages : 3319
Inscription : 25/06/2011

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Lun 21 Mai 2012, 17:55

Pour les TJ on adore que le père seul il y a donc un problème mais qui a tranché sur la trinité ?
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Lun 21 Mai 2012, 20:08

Il faut savoir que dans la TMN ( Bible des TJ ) de 1976 disait dans Hébreux 1-9 que :


- Jésus doit être adorer,

- et dans les versions qui ont suivi Jésus doit être honoré.


Pourtant les deux versions son censés être écrite d'après les Textes originaux, c'est dire sur leurs doctrines.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Thy Kingdom come
Administrateur


Masculin Messages : 5005
Inscription : 20/05/2012

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mar 22 Mai 2012, 20:06

La traduction du monde nouveau de la Bible (Bible des TDJ) est une version falsifiée de la Bible. Un bon livre à lire à ce sujet : "Si des témoins de Jéhovah viennent vous voir" de Nicolas Hesse.

Un exemple de falsification que j'ai en tête :

"En vérité, je te le dis : aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis" (Jésus au Bon Larron)

Traduction du Monde Nouveau : "En vérité, je te le dis aujourd'hui : tu seras avec moi dans le Paradis"

Petits glissements de ponctuations qui change tout le sens de la phrase ! Leur Bible est parsemée de telles falcifications.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mar 22 Mai 2012, 21:42

Une bonne Bible catholique, c'est mieux !

study
Revenir en haut Aller en bas
Dies Natalis Solis Inv.



Féminin Messages : 1426
Inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 23 Mai 2012, 12:54

Exceptionnel... et à méditer Laughing Laughing Laughing

Conférences de carême 2008 : intervention de M. Rémi Brague
Qui dites-vous que je suis ?

L’Histoire

[Matthieu, 16, 13-17 / Marc, 8, 27-30 / Luc, 9, 18-22]

Nous sommes en présence d’une sorte de sondage d’opinion, peut-être le premier de l’histoire. Celui qui y procède pose deux questions, un peu étranges.

La première question est encore relativement normale. « Qu’est-ce que les gens disent de moi ? » Un homme politique peut demander à une agence d’enquêter sur l’image de sa personne auprès des électeurs potentiels.

Les réponses ne sont pas non plus très surprenantes. Le politicien qui s’inquiète de son image peut se voir répondre par des noms propres, que l’on utilise comme des types humains en leur ajoutant l’article indéfini : un Richelieu, un Napoléon, un De Gaulle.

La seconde question est encore plus bizarre. Jésus se tourne vers les enquêteurs eux-mêmes et leur demande quelque chose de plus personnel, voire d’intime. Il est rare que nous demandions aux autres qui nous sommes. C’est le contraire qui est habituel : Nous leur demandons qui ils sont, auquel cas on attend un nom, ou une profession. A la rigueur, nous demanderons à nos proches qui nous sommes pour eux, et cela voudra dire : ce que nous représentons pour eux, quel prix nous avons à leurs yeux.

Cette question prend un tour plus surprenant quand on pense qu’elle émane du fondateur d’une religion. Jésus est le seul à demander à autrui qui il est au juste. On s’attendrait de sa part à une conscience de soi, voire à une confiance en soi sans limite. Elle est nécessaire à quiconque doit lancer un grand mouvement historique : on ne peut se permettre de douter de soi si l’on veut vraiment changer l’ordre établi. Mahomet, Luther, Lénine, disposaient de cette confiance en soi exceptionnelle et ne semblent pas avoir bien longtemps douté de leur mission religieuse ou politique.

Avec la question « qui dites-vous que je suis », le verbe « dire » prend une coloration nouvelle. Désormais, personne ne peut plus se réfugier derrière des statistiques ; chacun doit exposer une opinion personnelle. Le discours change de sujet. Le sujet qui parlait était d’abord une collectivité vague : « on », « les gens ». Ce sujet devient désormais une personne à qui on peut s’adresser avec un « tu » ou un « vous ». Ce que disait ce sujet impersonnel était une rumeur. Chacun désormais est contraint à un aveu qui l’engage.

Sollicités, mis en demeure de parler, les disciples se taisent. Sauf un, nous aurons à le voir. Sauf un, dont la confession de foi constitue la pointe du récit.

Ce silence des disciples, par définition, nous ne l’entendons pas. Il est pourtant en lui-même intéressant. Il montre une hésitation. Les disciples refusent implicitement d’utiliser une des réponses possibles qu’ils viennent pourtant de rapporter. Elles leur offrent une palette de choix assez large, mais ils sentent qu’aucune des hypothèses émises jusqu’à présent ne convient.

Qu’ils laissent vide la place pour une éventuelle réponse correcte est déjà un mérite. Commençons donc par leur savoir gré de ce silence. Respectons-le. Et surtout, retenons-nous de répondre à leur place. Nous nous épargnerons de la sorte l’attestation de bien des ferveurs, mille fadaises sucrées qui peuvent avoir un sens dans le secret des cœurs, mais qu’il serait impudique d’exhiber.

La question « qui dites-vous que je suis ? » s’adressait à un groupe, au pluriel. La réponse est donnée par un seul, Pierre : « tu es le messie ». Celui-ci ne prétend pas exprimer l’opinion du groupe ni non plus, d’ailleurs, avoir une opinion qui se singulariserait par rapport à celle des autres.

Jésus félicite Pierre pour sa réponse. Il félicite la personne qui parle mais, curieusement, il n’approuve pas explicitement le contenu de sa réponse. Il ne dit pas : « bien répondu ! » Il dit encore moins : « mais oui, c’est bien moi le messie ! »

Pourquoi ? Ce mot de « messie » faisait partie du vocabulaire de l’époque. Tout le monde savait que l’on attendait le Messie. Tout le monde savait surtout ce que l’on attendait du Messie : faire quelque chose. Il y avait un cahier des charges : libérer Israël. Jésus ne précise pas tout de suite de quelle façon inattendue il va rectifier cette image et réaliser cette exigence. Nous, nous le savons. Et les disciples, Pierre le premier, vont bientôt se faire administrer à ce sujet une sévère leçon. Jésus commence par quelque chose de plus simple : il déplace l’origine de ce que dit Pierre. Celui-ci ne parle pas de soi-même, mais de la part de Dieu. L’éloge que Jésus fait de Pierre prend alors une tournure paradoxale, peut-être même ironique. Pierre a bien parlé, mais ce n’est pas vraiment lui qui a parlé. Jésus ne retire-t-il pas aussitôt ce qu’il vient pourtant de donner ?

Comment féliciter quelqu’un de ne pas parler de soi-même ? Car, pour nous, ne pas parler de soi-même, c’est un signe de manque de sincérité. Mais, effectivement, Dieu n’a que faire de notre « sincérité », de notre « authenticité ». Il nous offre mieux, nous allons le voir. Écoutons pour l’instant un autre évangéliste, Jean. Jésus y dit justement ne pas parler de soi-même, mais à partir du Père. Mieux encore, il caractérise le diable comme suit : « chaque fois qu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et le père du mensonge » (8, 44). L’être sincère par excellence, c’est Satan. Il est menteur précisément parce qu’il parle de soi-même et refuse à ce qu’il dit toute autre source que lui-même.

Ce que dit Pierre ne vient donc pas de lui-même, mais du Père. Jésus reprend l’expression par laquelle Pierre avait qualifié le Messie, de « Fils de Dieu ». Elle avait un sens un peu vague, celui où elle désignait le roi oriental, que Dieu est censé engendrer le jour de son accession au trône, comme le chante le Psaume (2, 7). Dans notre récit, l’expression « Fils de Dieu » reçoit un sens nouveau, on le verra.

Ce savoir, personne ne voit d’où il vient. Pierre lui-même ne le sait pas. C’est Jésus qui le lui dit. Le Père ne se manifeste pas en envoyant une « voix céleste » (bath qôl) tonitruante. Le Talmud est plein de ce genre d’historiettes dans lesquelles une voix venue du ciel se prononce pour ou contre l’opinion de tel ou tel rabbin. Et dans l’Évangile de Jean, c’est une voix céleste qui dit : « je l’ai glorifié et je le glorifierai encore », voix que les uns prennent d’ailleurs pour un coup de tonnerre, et les autres pour celle d’un ange (12, 28-29).

Jésus dit que la parole de Pierre vient du Père. Comment le sait-il ? Il prétend de la sorte, implicitement, jouir d’une intimité toute particulière avec Celui qu’il appelle ailleurs « père », voire, d’un petit nom d’enfant qui semble bien avoir été une de ses paroles les plus propres, abba, « papa ».

Cette intimité entre Jésus et son père, nous saurons plus tard qu’elle est une personne : l’Esprit Saint, commun au Père et au Fils. Celui qui a inspiré Pierre, c’est l’Esprit même du Père et du Fils. Le souffleur n’est autre que le Souffle divin.

Tirons-en une première leçon : Ne nous arrêtons ni au silence des apôtres ni à la confession de Pierre. Ne remplaçons pas la perplexité des apôtres par notre bruissant enthousiasme.

N’en restons pas non plus à la primauté de Pierre, voire à celle de son successeur, et à son discours autorisé. Car celui-là même qui donne son pouvoir à Pierre nous emporte, lui comme nous, au-delà de l’autorité de l’Apôtre.

Il nous est offert plus que cela. Il ne s’agit pas seulement d’exprimer une opinion, encore moins une ferveur. Il ne s’agit pas non plus de nous abriter derrière une autorité et son orthodoxie, mais bien d’entrer dans l’intimité de ce qui unit Jésus à son Père.

Nous n’avons donc pas à nous demander quelle image ou quelle idée nous nous faisons de Jésus. Tout cela, nous avons à le recevoir du Père. Malheur à celui qui se fait lui-même une idée du Christ. Pourquoi ? Parce qu’on peut se faire du Christ lui-même une idole. A peu près tout peut devenir une idole : un objet de bois ou de métal, bien sûr ; mais aussi une force naturelle comme la sexualité, un symbole social comme l’argent, une idée comme le progrès. Il suffit que quelque chose me renvoie l’image de mon désir. L’idole tient sa nature d’idole du regard idolâtrique, et ce regard peut se porter sur quoi que ce soit et sur qui que ce soit, y compris sur Jésus.

Nous avons dans nos cartons toute une collection d’images de Jésus de ce genre. Et rien ne prouve qu’elle soit complète. Aucune n’est totalement fausse, toute disent bien un petit quelque chose de Jésus. Mais elles sont contradictoires : le doux rêveur de Renan ou le non-violent de Tolstoï—mais aussi un révolutionnaire ; ou bien un philosophe profond—mais aussi un simple, presque un idiot ; ou encore un aryen aux yeux bleus, isolé au milieu de sémites au nez crochu—mais aussi un prêcheur populaire qui n’aurait rien apporté de nouveau au judaïsme de son époque et qui aurait été trahi par saint Paul. Ces images ont un point commun : elles ressemblent toutes à s’y méprendre à ceux qui les proposent. Non pas tant à leur réalité souvent un peu pitoyable, mais à celui qu’ils auraient tant rêvé d’être.

Mais revenons à notre récit. Aussitôt après, Jésus interdit à ses disciples d’annoncer qu’il est le messie, ce qu’il vient pourtant d’approuver. Et pourtant, la dignité messianique de Jésus deviendra plus tard le contenu central de l’annonce chrétienne : « Jésus est le Christ », annonce qui en un sens tient tout entière dans le trait d’union de « Jésus-Christ », qui concentre la phrase : « Jésus, qui est le Christ ». Que Jésus soit le Messie, les disciples ont le droit de le savoir, mais pas celui de le dire. Le Christ lui-même ne dit jamais qui il est au juste. Peut-être parce que c’est Dieu seul qui peut le dire. Et il le dit à travers la vie du Christ.

Le Jésus des trois Évangiles synoptiques se nomme « fils de l’homme », ce qui est une manière de dire « moi ». Dans l’Évangile de Jean, il dit « Je suis ». Le verbe y est, mais sans attribut.

On le sait, l’expression qu’utilise Jean est une citation implicite de la réponse énigmatique du Dieu d’Israël à la question de Moïse : « Je suis qui Je suis » (Exode, 3, 14). Le verbe « être » s’y recourbe sur soi, il reste vide et en attente d’un attribut. Cette attente recevra un premier contenu : le premier attribut que portera le verbe « être » est le rappel d’un acte de libération, celui sur lequel s’ouvre le Décalogue. Cette parole n’est pas un commandement, mais elle est la clef qui permet de comprendre ce que l’on appelle trop facilement les dix « commandements » : « C’est moi, YHWH, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude » (Exode, 20, 2).

L’usage des mots « Je suis » est le même chez Jésus. Son nom signifie « Dieu sauve ». Ce nom est un programme. Ce qu’il fait est ce qu’il est. Le Christ n’a jamais dit qu’il était Dieu. Certains naïfs s’imaginent que cette constatation met en danger l’Église chrétienne, qui justement confesse la divinité du Christ. Ils sont naïfs parce qu’ils supposent que nous savons ce que c’est qu’être Dieu. Et qu’un Dieu doit dire ce qu’il est. Or, ce que c’est qu’être Dieu, c’est justement ce que Jésus nous montre en le faisant.

Pourquoi le Christ ne dit-il pas qu’il est Dieu ? En vertu d’une sorte de règle que l’on pourrait s’amuser à appeler la version divine du « principe de subsidiarité ». Il est utile au salut des hommes que les disciples croient et proclament que Jésus est le Seigneur. En revanche, il aurait été inutile à ce salut qu’il le proclame lui-même.

Quel aurait été l’effet de cette déclaration ? S’ils l’avaient acceptée, les auditeurs auraient classé Jésus dans la catégorie des « dieux », et l’auraient compris à partir de l’idée qu’ils se faisaient de ce que c’est qu’être un dieu. Selon les cas, ils se seraient prosternés ; ils auraient offert des sacrifices ; ils se seraient mis au garde à vous et auraient attendu les ordres.

Celui qui se fait de Dieu des idées de ce genre mérite toute notre compassion.

Jésus agit comme Dieu et montre par son action qui est Dieu. Par son action ou plutôt par sa Passion. C’est elle qu’annonce la suite du texte. Le même Pierre, qui avait reconnu Jésus comme Messie, se révolte alors et se voit rabroué de belle façon. Mais qui n’aurait réagi comme lui ? Nous pouvons comprendre son refus. Il est même bon d’y faire étape, même si l’on ne saurait s’y arrêter.

Bien sûr, c’est la Passion qui, pour les chrétiens, opère le salut du monde. Mais ne constitue-t-elle pas justement la négation la plus scandaleuse de ce salut ?

Les formules mêmes par lesquelles Pierre avait confessé sa foi semblent ici mises à l’épreuve. Les ricaneurs au pied de la Croix mettent au défi Jésus qui y pend : « Sauve-toi, si tu es le roi des Juifs » (Luc, 23, 35. 37), c’est-à-dire le Messie ; « Sauve-toi, si tu es fils de Dieu » (Matthieu, 27, 40). L’expérience semble concluante, et conclure de façon négative. Les intellectuels raisonnent même : « il en a sauvé d’autres, qu’il se sauve donc soi-même » (Luc, 23, 35). Ou : « …il ne peut se sauver soi-même » (Matthieu, 27, 42). Leur raisonnement tient tout à fait debout. Il ressemble au proverbe que Jésus lui-même cite comme ce qu’on pourrait lui objecter : « médecin, guéris-toi toi-même ! » (Luc, 4, 23). Nous dirions : « charité bien ordonnée… »

Ceux qui parlent ainsi montrent qu’ils ont une piètre idée de ce que c’est qu’être Dieu ou fils de Dieu. Car que savons-nous de ce que c’est qu’être Dieu ? D’être le Fils de Dieu ? D’être à la tête du peuple de Dieu, et donc le roi des Juifs ?

Pourquoi Jésus ne se sauve-t-il pas lui-même ? Il ne se sauve pas parce que cela ne l’intéresse pas. Précisément parce qu’il est le visage de Dieu, parce qu’il fait comme homme cela même que fait Dieu. Ce qui intéresse Dieu, si l’on peut ainsi parler, ce n’est pas de se sauver soi-même, à supposer qu’Il en aurait besoin. Ce qui intéresse Dieu, c’est de sauver. Ce n’est pas de se préserver sauf, c’est de donner le salut et de le donner à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Le moine



Messages : 2893
Inscription : 28/01/2009

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 23 Mai 2012, 13:12

Penser svp à SPOILER les longs copies collés
Revenir en haut Aller en bas
http://www.forum-religions.com
Dies Natalis Solis Inv.



Féminin Messages : 1426
Inscription : 10/05/2012

MessageSujet: Re: Jésus est adoré comme DIEU    Mer 23 Mai 2012, 14:26

ça marche !
Revenir en haut Aller en bas
 
Jésus est adoré comme DIEU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» L'aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime. Saint Matthieu 6, 1-18
» Évangile : L'aumône, la prière et le jeûne comme Dieu les aime (Mt 6,1-6.16-18)
» Méditation Quotidienne : Aimer comme Dieu nous aime : d'un véritable amour
» "Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant réciproquement, comme Dieu vous a pardonné en Christ"
» S'émerveiller comme des enfants...et comme Dieu. Vidéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Débats avec les religions non-catholiques-
Sauter vers: