DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Témoignages sur Medjugorje

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Témoignages sur Medjugorje   Sam 14 Avr - 1:14

Espérance a écrit:
Petit messager a écrit:

J'en reviens à Medjugorje : je me faisais la réflexion que, comme pour la Bible, toute l'histoire des évènements de Medjugorje est une histoire policière extraordinaire, où les plus fins « détectives », les observateurs les meilleurs parmi les intellectuels et les religieux, les théologiens, sont d'avis diamétralement opposés. Pour ceux qui y adhèrent, certains faits ambigus, replacés dans leur contexte, sont des indices de plus en plus favorables, des signes évidents que ces évènements viennent de Dieu, que ces apparitions sont réelles. Pour les autres, ce sont des « preuves » évidentes de leur fausseté. Ainsi va le monde...

Petit messager sunny
Justement, je pensais à ça : toi qui es allé à Medjugorje, ne pourrais-tu pas nous donner ton témoignage de ce que tu as vécu, ressenti là-bas ? Sur un autre fil évidemment où l'on pourrait regrouper tous ces témoignages.
A partir de là, il y aurait peut-être plus de compréhension ?
Qu'en penses-tu ?

Bonne idée ! Voici mon témoignage : Medjugorje a amené des millions de gens à la prière, d’autres à la foi. Personnellement, comme j'avais déjà réussi à bouleverser complètement ma vie dans le bon sens - par de belles remises en question et méditations, après beaucoup d'épreuves assez difficiles –, j'ai vu combien étaient possibles des choses extraordinaires – je compare même cela à un miracle tellement je pensais cela impossible, eh bien, lorsque j'ai eu connaissance du phénomène Medjugorje – vers 1986 ou 88 je crois – j'ai observé cela sans préjugé, j'ai examiné et pensé assez vite que ce pouvait être très important. Je ne m'y suis pas intéressé tout de suite, je n'avais pas d'ordinateur non plus. Vers 1990, j'ai commencé à acheter quelques livres que j'ai trouvés formidables, et surtout beaucoup de K7. Quatre ou cinq de ces K7, je les ai réécoutées maintes et maintes fois.

Je suis allé à Medj. deux fois, en1994, en pleine guerre, comme des milliers d'autres au moins. Je dois dire qu'à l'époque je n'avais pas la disposition d'esprit requise, plutôt volontariste, pas assez réceptif, et mes séjours n'ont pas été des plus faciles, même si j'ai quelques merveilleux souvenirs. C'est ensuite, en écoutant les K7 de sœur Emmanuel que j'avais commandées, que ma vie a été encore une fois bouleversée : encore plus d'enthousiasme, de confiance, j'ai écouté plein de « bons trucs » très utiles dans la vie courante, que donne sœur Emmanuel (et les messages de la Vierge bien sûr). Au travail j'ai pu faire quelques petites choses dont je suis assez fier ma foi. Tout est vraiment possible à Dieu – surtout quand on le croit.

Il ne faut surtout pas envier les voyants. On a plus de chance qu'eux ! : « Heureux ceux qui croient sans voir ! » Et il ne faut pas être pressé que ces apparitions soient officiellement reconnues, car ça voudra dire qu'elles auront cessé. Or la Vierge dit que ce sont ses dernières apparitions (mais elles durent déjà depuis 31 ans !) – ce qui n’exclut pas qu’il y ait ensuite des révélations privées bien plus confidentielles, comme de tous temps.
S’il me revient ses choses très importantes je vous en parlerai – mais il y en a tellement ! – Et tellement de belles choses à découvrir encore… Ca n’en finit pas.

P.-S. : Sur les premiers livres de sœur Emmanuel, les évènements des premiers jours, avec les voyants, sont remplis d'infos intéressantes et d’anecdotes, de joie et d’humour, un régal ! (« La guerre au jour le jour », en particulier).

Escapades en Herzégovine


La première fois que j'entendis parler de la Bosnie-Herzégovine, ce devait être vers 1987, en lisant un magazine d'actualités. On y parlait d'un petit village appelé Medjugorje, où une équipe médicale, dirigée par le professeur Joyeux était allée enquêter. Il semblait en effet s'y passer des choses extraordinaires : six jeunes, quatre filles et deux garçons, prétendaient être témoins, depuis 1981, d’apparitions quotidiennes de la Vierge. À cette date, ils étaient âgés de quinze et seize ans, sauf un, Jakov, qui n’avait que dix ans.

Les scientifiques relataient l’expérience qu’ils avaient effectuée sur les voyants : entre autres tests, ils avaient placé sur la tête des jeunes, bien sûr consentants, des électrodes, et au moment de l’apparition (18 h 40 en heure d’été), avaient effectué leurs mesures.
Il en résultait que les voyants tombaient en extase exactement au même moment, et le phénomène avait pu être étudié. Je me souviens qu’il était question d'un fonctionnement du cerveau en mode alpha. La conclusion des scientifiques avait été : « Il n'y a pas de supercherie.»

Depuis, on a beaucoup parlé de ce village, souvent sans prendre le temps de s’informer à des sources dignes, fiables ou officielles.
Je m’étais beaucoup documenté sur le sujet. Il existe aujourd’hui d’excellents recueils de témoignages, de très bons livres, comme ceux de sœur Emmanuel et de l’abbé René Laurentin, expert en la matière. Le pape Jean-Paul II lui-même avait dit, lors de la conférence épiscopale de l’océan Indien, le 24 novembre 1993 :

« Medjugorje est une clé pour la compréhension de ce qui se passe dans le monde et pour l’avenir. »

Je me souviens aussi de ce qu’il déclarait aux voyants de Medjugorje, venus le voir à Rome : « Encouragez tout ce qui touche à Medjugorje ! » – ce qui n’est pas l’avis, hélas, d’une majorité de catholiques, et même de certains magazines catholiques. Eh oui, croire aux miracles, n’est-ce pas, Messieurs les journalistes, ça fait peur ! C’est difficile ! Et il est moins risqué, surtout, pour le journal, de se ranger du côté de la majorité de ses lecteurs !
Jean-Paul II était un des plus grands fans de Medjugorje, mais il ne pouvait s’autoriser à devancer le jugement de l’Église, qui ne pourra se prononcer qu’après la fin des apparitions, qui durent déjà depuis 1981 !

Il faut savoir en effet qu’aucun jugement d’un membre quelconque de l’Église ne pourra être considéré comme valide tant que dureront les apparitions. Cette règle figure dans le droit canon. Et la Sainte Vierge a dit que ce seront ses dernières apparitions sur terre : ne soyons donc pas pressés qu’elles s’arrêtent.

Beaucoup d’avis personnels négatifs et non officiels sur la réalité des apparitions de Medjugorje ont été et sont encore émis aujourd’hui par des religieux. De tout temps, apparitions et miracles ont suscité beaucoup de controverses.
Un argument fréquent des croyants qui ont peine à croire aux apparitions de la Sainte Vierge à Medjugorje est que si vraiment, comme on le dit, elle apparaissait aux six voyants (parfois aussi à d’autres personnes) depuis 1981, ce serait comme un manque de sobriété de sa part (témoignage recueilli par sœur Emmanuel). Mais la Sainte Vierge est une vraie mère juive, d’une grande compassion, très attentive à ses enfants, et « on ne l’a encore jamais prise en flagrant délit de mesquinerie envers les Hommes » (dixit sœur Emmanuel). Ne vient-elle pas aussi, comme le dit cette religieuse, au chevet d’une « Humanité plongée dans un coma profond » ?

En mai 1994, sept ans après avoir eu connaissance de ces apparitions, je décide d'y aller. Car j’ai appris entre-temps que quatorze millions de personnes ont déjà fait le déplacement, toutes revenues indemnes malgré la guerre qui sévit dans le pays, et même tout près du village – les villageois entendaient les bombes exploser. Un soir, laissant ma famille, je prends seul le train pour Trieste, Italie. Nous y arrivons dans la matinée, passons la journée à flâner dans la ville, en attendant dix-huit heures, heure de départ quotidien du car qui permet aux pèlerins de se rendre à Medjugorje.

Cette nuit sur les routes de Croatie et de Bosnie-Herzégovine sera inoubliable. Jamais je n’avais traversé un pays en guerre. À côté du chauffeur, un panonceau se balance suspendu au rétroviseur, avec ce mot écrit :

MEDJUGORJE
Dans l’autocar règne une sérénité quasi palpable. Il y a là des réfugiés, ainsi que des gens qui se ravitaillent sur le circuit emprunté par le car. De temps à autre, nous voyons un soldat ou un policier faisant du stop, le chauffeur s'arrête alors pour les prendre à bord. Peu avant la nuit nous faisons une première halte d’une heure dans une grande ville, qui semble être une correspondance habituelle. Nous sortons nous dégourdir les jambes sur la Grand-Place. À une centaine de mètres, progressant lentement, un convoi d’une dizaine de longs et imposants chars dédiés au dépannage des chars de combat. Sur leurs flancs les deux lettres symboliques UN (United Nations). Les habitants témoins de l'évènement se sont figés, observant la scène en silence.

Un peu plus tard un militaire auto-stoppeur monte à bord, et s’installe de l'autre côté de la travée, à ma hauteur, à côté d’un de ses compatriotes. Ils commencent à discuter. Je sens que je fais une erreur, mais ne peux m'empêcher de lui demander en anglais s'il vient du front. Il me répond : « Je ne veux pas parler de cela. »
Nous nous sentons solidaires de ces soldats qui défendent leur famille, leur pays, et peut-être même bien plus que cela. Nous sommes tous très recueillis.

Jamais, de ma vie, je n’oublierai ces moments, silencieux et intenses, ce périple nocturne en Bosnie-Herzégovine. Nous nous sentons en complète sécurité, malgré les combats tout proches. Ce doit être cela, aussi, qui rend l’atmosphère dans le car si solennelle.
De temps en temps je regarde par la vitre latérale, nous longeons la mer, que j’aperçois tout en contrebas, à moins d’un kilomètre. Il paraît que la route de la côte est sûre, et, l’esprit serein, je trouve même le ciel nocturne plus étoilé que chez nous. Vers le milieu de la nuit, le car s’arrête encore trois quarts d’heure, pratiquement dans la campagne, pour attendre d'autres voyageurs. Nous descendons nous dégourdir les jambes. Le ciel est dégagé, je peux voir la Petite Ourse, avec l’étoile Polaire à l’extrémité de la queue.

Près de nous, deux jeunes filles semblent guetter l'arrivée d'un frère ou d'un fiancé. Un homme charge dans la soute à bagages du car une grande malle sans couvercle, pleine de provisions et d’objets hétéroclites. Puis arrivent quelques militaires, des civils aussi. Nous les prenons à bord, et repartons.
Notre voyage se termine vers huit heures du matin.
Seuls Français à avoir effectué le voyage ce jour-là, nous trouvons facilement un hébergement en demi-pension chez l'habitant, pour la modique somme de cent cinquante francs par jour. Divers groupes de pèlerins sont dans le village, et parmi eux une centaine de Français, la plupart arrivés en avion.

Raconter ce que j'ai vécu dans ce village hors du temps, au milieu d’un pays déchiré par la guerre, je ne m’en sens pas, ça remonte à trop loin, mais je peux dire que j'y ai trouvé – grâce aussi à quelques livres et K7 que nous j’ai ramenés – des centaines de formules de vie, d’informations spirituelles qui me sont fort utiles. Nous avions assisté à une conférence très revigorante de sœur Emmanuel, et étions allés dans l’église du Père Jozo, dans un autre village. Écouter ce grand mystique, qui a eu des apparitions de la Vierge (il n’en parle pas, si on le questionne il élude) a été une très riche expérience. J’ai tendance à mélanger ce qu’il nous a dit avec ce que j’ai ensuite entendu sur une K7. Je tâcherai d’ajouter un post.

Sœur Emmanuel réside à Medjugorje avec sa communauté, et s’occupe en particulier de la diffusion des messages de la Sainte Vierge dans le monde entier. Elle raconte que les seules victimes de la guerre, dans le village même, ont été une poule, une vache, et un cochon…

Dans cette oasis de paix, je suis retourné pour la saint-Sylvestre de cette même année 1994, en avion cette fois. À zéro heure, avant de m’endormir, je ne suis pas du tout surpris – et même j’avais eu l’intuition que cela arriverait – d'entendre les villageois, plein de foi, enthousiastes à l’idée de pouvoir bientôt libérer leur pays, fêter la nouvelle année dans un joyeux concert de rafales de mitraillettes.
Sur le chemin du retour, de l'autocar qui nous emmène à l'aéroport de Split, j’aperçois une jeep bâchée de l'O.N.U. s'éloignant de nous par une rue transversale. Un casque bleu assis à l'arrière nous regarde passer. À ce soldat de la paix, peut-être tourmenté de ne pouvoir participer plus activement à l'arrêt des massacres, j’adresse un signe amical du bras. Je suis heureux qu’il me rende mon salut.

Arrivée à l’aéroport. En gravissant la passerelle de l'avion, je jette un dernier coup d’œil au tarmac. L’avion est entouré de jeeps pleines de militaires. Je me demande pourquoi nous sommes si bien protégés – mais après tout le pays est en guerre. Après toutes les informations recueillies à Medjugorje – depuis 1981 des milliers de messages destinés à sauver le monde ont été délivrés ici, que déjà quatorze millions de pèlerins du monde entier ont commencé à mettre en pratique –, après ce pèlerinage, je me dis qu’il règne sur ces pistes une solennité conforme à la situation.
Et j’ai la pensée que nous allons être comme des petits messagers, essayant, chacun de son côté, d’accomplir sa petite mission personnelle, son devoir de citoyen du monde.
J’étais parti, lors de mon premier voyage surtout, pour éprouver ma foi. Chaque fois, je suis revenu un peu plus apaisé.

Merci, Medjugorje

Mes K7 (ou CD) préférées :
« VIVRE MEDJUGORJE »***
« MEDJUGORJE, LE PÈRE JOZO RACONTE »***
« À Medjugorje, UNE MÈRE POUR GUÉRIR DU VIDE »***
« LES 24 h de LA GOSPA »
« FATIMA - MEDJUGORJE »
« L’ANGOISSE »
« LA REINE DE LA PAIX PARLE AUX FAMILLES »
« L’ÉDUCATION DES ENFANTS »



Six ans plus tard j’écrivais ceci

...L'Esplanade

Là je me suis assis, café rue Montorgueil
Une terrasse au soleil, vingt-six mai en vacances
Une chaise, bière et café pour faire bonne mesure.
Savoir se reposer, douceur avec soi-même.

Du temps pour l'apaisement, un espace au bonheur
Le nom de ce café ? C'était « À l'Esplanade »
Une belle esplanade, qui part de Saint-Eustache.

Le soleil pour témoin, et des gens pour voisins
Esplanade et promenade, vacances en balades.

Un congé mérité, après tant travaillé.
Je l'avais mérité, je l'ai bien attrapé.
Conscience professionnelle ? Oui, je crois en avoir.
Acharnement sur soi, point trop souvent n'en faut.

Nos aïeux ont créé, pour nous, congés payés
Au prix de dures luttes, et dans l’adversité.
Allons-nous mépriser ce qu'ils nous ont légué
Et n'en pas profiter, nous, leur postérité ?

Ô, douceur envers soi, confiance, humilité.

Car si l'on veut toujours être au cœur de l'action
Sans jamais reconnaître que nos convictions
Nécessitent parfois une modération,
Le monde pourrait pâtir de notre déraison.

Entrons bien loin en nous. Et là, je demanderai :
« Pour faire toutes ces choses, les offrir à ma vie
De quoi ai-je besoin, d'une remise en question ?

De modifier un peu la forme de mon action ?
Avec juste raison quitter toutes mes peurs,
Libérer mes passions, et impliquer mon cœur ? »

Oh ! Quel courage il faut pour avoir cette confiance
Ne plus dire : « Cela, je ne veux pas l'entendre ! »
Mois de mai. J’ai fêté demi-siècle de vie.
Me faut-il donc encore tout remettre en question ?

Ne puis-je être tranquille, me reposer enfin ?
Me faut-il accepter un tout nouveau destin
Accepter d'être enfin celui que Dieu veut Sien ?
Tout remettre en les mains de Quelqu’un qui sait Tout,
Et puis admettre enfin que seul je ne suis rien
Si ce n'est celui que tout doucement deviens :
Un être de faiblesse, mais plein de force aussi.

Mais laissons faire le temps, et dis-moi, ô mon Dieu
Ce que je dois faire, ce que Tu veux de moi.
Donne-moi la confiance, et tout ce qui me manque
Patience, quiétude et paix. Accepter tout ce que
Pour moi Tu as choisi ; alors Tu m'aideras.
Aide-moi, aide-moi, mon Dieu. Aide-moi, mon Dieu, aide-moi.

Il est écrit : « De Toi, nous pouvons tout attendre »
Alors montre-le-moi, sans Toi je ne puis rien.
Oui, en Toi je peux tout ! J'attends, Seigneur, j'attends.
À nous deux, nous verrons ce que Tu fais de moi.
Fais qu'un jour je puisse dire : Merci, encore Merci !

Plus d'un million de fois, tu as changé ma vie
Et cette dernière fois où je t'ai appelé
Et où j'étais un peu, ô oui, désespéré,
Tu es encore venu, et tu viendras encore
Puisque cette fois-là, je t'ai encore dit oui.

Alors tu me prendras tout au creux de ton bras :
« Enfant, ne sais-tu pas que Je suis ton papa ?
Celui que J'ai voulu, à qui J'ai tout donné,
Et même jusqu'à Ma vie ?

Enfant, ne sais-tu pas que si Je t'ai mis là
C'est parce que pour toi J'ai voulu toute joie ?
Pour toi, pour ton prochain et même aussi pour Moi.

Que Me servirait-il d'être Amour, Paix, et Joie
Si Je ne pouvais, à nul autre qu'à Moi
Donner, donner, donner, et aussi accepter
Tout ce que tu Me donnes, confiance, confiance, confiance,
Comme un enfant demande à son tendre papa :
« Papa je veux la Lune ! Alors ! Tu me la donnes ? »

Oui Mon enfant, voilà
Voilà pour toi la Lune, et le Soleil aussi
Voici aussi la Terre, je l'ai faite pour toi
Et si tu me disais : « Je ne puis accepter
Je n'ai pas mérité, pourquoi me les donner ? »
Sache que Je suis ton Père.
Et te prie d'accepter de faire Mon bonheur.

Si tu ne les veux pas, pour Moi au moins prends-les
Puis tu Me les rendras, un jour si tu le veux.

Mais d'ici là, accepte, ô enfant bien aimé,
Ce que J'ai voulu comme bonheur pour toi.
Accepte, accepte, accepte. Accepte Je te prie.

Plus tard nous parlerons. Alors tu comprendras
Que si l'on veut la joie, il faut bien la vouloir.
Et si on te la donne, tu peux bien l'accepter.

Plus tard nous parlerons, mais pour l'instant, crois-moi :
Accepte d'être heureux, et Je vivrai en toi.
Nous en reparlerons, oui Je te le répète,
Mais pour l'instant, enfant, accepte enfin Ma joie. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Témoignages sur Medjugorje   Sam 14 Avr - 9:57

Merci d'avoir posté ce témoignage que je lirai plus tard.
Avant j'avais un doute sur medjugorje et un jour en me levant, j'ai commencé à voir en Medjugorje comme Authentique.
Plus je vois les voyants et plus j'y crois.

Votre soeur en Christ
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Témoignages sur Medjugorje   Sam 14 Avr - 9:57

Voici quelque photos de la Gospa.











Votre soeur en Christ
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16650
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Témoignages sur Medjugorje   Sam 14 Avr - 10:17

Merci Petit messager, je lirai cela plus tard aussi et merci pour les photos mariejésus I love you

_________________
"A Jésus par Marie" (devise des Enfants de Marie)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Témoignages sur Medjugorje   Sam 14 Avr - 20:24

Merci mariejesus. J'aime bien ton arrivée sur le forum "sur les chapeaux de roue" sunny

Sujet lié : « 1994 »

http://docteurangelique.forumactif.com/t13876-1994
Revenir en haut Aller en bas
 
Témoignages sur Medjugorje
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Témoignages sur Medjugorje
» Info sur la nouvelle commission d'enquete sur Medjugorje
» Recueil de témoignages positifs d'Évêques en faveur de Medjugorje !
» Le Miracle du Soleil se répète à Medjugorje !
» Information sur la commission d'enquete versus Medjugorje

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: