DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Tristesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: La Tristesse   Dim 04 Mar 2012, 21:35

1. La nature de la tristesse

Saint Thomas d'Aquin définit la tristesse comme étant la douleur de l'âme. Cette douleur spirituelle, qui peut accompagner la douleur physique, s'en distingue quant à son mode de perception et quant à son objet. Elle se distingue d'abord de la douleur physique en ce qu'elle est saisie, non par les sens extérieurs, mais par l'imagination et la raison. Appréhendée par l'intelligence, elle consiste en une réaction douloureuse de la volonté vis-à-vis du mal, qui contrarie ce vers quoi elle tend comme vers son bien ; de sorte qu'elle réside proprement dans la volonté qui souffre d'être contrariée. C'est pourquoi la tristesse, comme telle, ne peut être ressentie par les tout-petits non encore parvenus à une vie consciente. ce qui ne veut pas dire que ces tout-petits ne puissent souffrir. Les bébés, même les embryons, peuvent être physiquement broyés par la souffrance.

D'autre part, la tristesse se distingue de la douleur physique quant à son objet. L'objet de la douleur physique est un mal qui est physiquement présent. Tandis que l'objet de la tristesse est un mal qui n'est pas nécessairement présent physiquement, mais qui, comme cause de douleur spirituelle, peut être passé ou futur. Cela signifie que le mal engendrant la tristesse repose sur une perception subjective sans doute actuelle, qui rend présent dans la conscience un mal qui n'est pas nécessairement présent physiquement. Par où l'on comprend que, dans la tristesse, l'imagination peut jouer un rôle plus ou moins grand. C'est ainsi, par exemple, que l'amertume est une tristesse qui plonge ses racines dans le passé, et que l'anxiété est une tristesse qui se rapporte à l'avenir. La tristesse, étant de nature spirituelle, n'est donc pas comme la douleur physique, liée au temps déterminé où le mal est extérieurement présent.

En elle-même la tristesse, comme réaction à la douleur de l'âme, n'est ni bonne ni mauvaise moralement. Elle est la réponse de notre sensibilité au mal dont l'âme a pris conscience. Elle est un signal d'ordre sensible que quelque chose ne va pas selon le désir de notre volonté en quête de bien. Elle est aussi parfois en nous comme un appel à chercher du secours pour retrouver la joie, car comme nous l'avons dit, nous ne sommes pas faits pour la tristesse mais pour la joie. Cela signifie que la tristesse, comme réaction naturelle au mal qui nous afflige, a besoin d'être contenue dans certaines limites; elle a besoin d'être modérée et équilibrée par la raison, c'est-à-dire par la vertu cardinale de force, qui s'exprime principalement par le courage et la patience. Si elle n'est en aucune façon maîtrisée par ces vertus, elle tend à prendre le contrôle de nos facultés sensibles d'abord, puis de nos facultés intellectuelles. Une très grande fragilité s'installant dans la personnalité est le résultat d'une tristesse incontrôlée, c'est-à-dire à laquelle on n'oppose aucune retenue venant de la raison. S'il est naturel de pleurer à cause d'une très vive peine, il n'est pas naturel de pleurer pour rien, d'être toujours à gémir, à se lamenter à la moindre contrariété.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80841
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La Tristesse   Dim 04 Mar 2012, 21:52

Philosophie du vivant 27 — La tristesse et la douleur (51 mn).

Les 4 niveaux de la tristesse et de la douleur.
Les causes de la tristesse : le mal présent; ses effets, son remède, son rapport à la vie morale.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6691
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 18:03

ce fil ne remporte pas un grand succès, c'est triste " HA BEN çA MARCHE ALORS !" alien
Revenir en haut Aller en bas
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 18:18

Il y a un lien intéressant entre la tristesse et la colère. Ce sont deux passions "irascibles", agressives. L'une mène à l'autre. On est triste à cause de quelqu'un ou quelque chose qui nous met en colère et, comme la colère engendre un désir de vengeance et que cette vengeance n'est en fait jamais satisfaite s'il n'y a pas le pardon, la colère engendre la tristesse, puisqu'on n'a pas réussi à se venger. Mais la tristesse engendre aussi la colère dans le sens que si quelqu'un ou quelque chose nous rend triste, on va essayer de se venger et donc se mettre en colère. Et on plus on se mettra en colère, au plus on sera triste de ne pas atteindre son but, qui ne peut être atteint que par le pardon. Et réciproquement, au plus on est triste, au plus on se met en colère.

L'expérience montre aussi que quand on se met en colère, après, on est souvent triste de s'être mis en colère. Et réciproque, quand on est triste, on est facilement irascible, grincheux...

Bref, la solution à la tristesse est peut-être la même que pour la colère: la patience, le pardon.
Revenir en haut Aller en bas
RenéMatheux



Masculin Messages : 11995
Inscription : 28/06/2008

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 19:01

scholasate a écrit:
Mais la tristesse engendre aussi la colère dans le sens que si quelqu'un ou quelque chose nous rend triste, on va essayer de se venger et donc se mettre en colère.
Où avez vous vu cela?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28500
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 19:03

"Mon âme est triste à en mourir..." Sad
Revenir en haut Aller en bas
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 20:08

RenéMatheux a écrit:
scholasate a écrit:
Mais la tristesse engendre aussi la colère dans le sens que si quelqu'un ou quelque chose nous rend triste, on va essayer de se venger et donc se mettre en colère.
Où avez vous vu cela?
Chez Evagre du Pont, référence sur la page "colère" de wikipedia.
Mais vous avez raison, le phénomène habituel, c'est le contraire : la colère engendre la tristesse, la tristesse est le fruit de la colère.
Ce que Evagre veut dire, c'est que, vis à vis de quelqu'un qui nous a contristé, on va se battre intérieurement contre lui au point de susciter des pensées de colère.
Revenir en haut Aller en bas
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 20:58

2. Les espèces de tristesses

Jusqu'ici nous n'avons parlé de la tristesse que comme une réaction naturelle de l'âme devant un mal qui l'afflige, et nous avons dit que, comme telle, la tristesse n'est ni bonne ni mauvaise moralement. Elle commence à être mauvaise, lorsque, dans son excès, elle se ferme au contrôle que les vertus morales ont pour mission d'exercer sur ce que les anciens appellent les passions de l'âme (qui sont ses mouvements intérieurs sensibles en réaction aux évènements extérieurs). En regard de l'ordre moral, la tristesse peut donc être bonne ou mauvaise, comme l'enseigne saint François de Sales. Ce grand maître spirituel, qui tenait son âme toujours égale en elle-même dans la joie de servir Dieu et son prochain, affirme, en effet, dans son Introdution à la vie dévote, qu'il y a deux sortes de tristesses, une bonne et une mauvaise, c'est-à-dire la tristesse selon Dieu, qui opère la pénitence pour le salut, et la tristesse du monde, qui opère la mort. Ces mêmes expressions se retrouvent littéralement chez saint Grégoire de Nysse.

De la tristesse inspirée de Dieu, saint François de Sales dit qu'elle produit dans l'âme deux bons effets ou vertus, à savoir: la miséricorde et la pénitence. Tandis que la tristesse du monde, - celle qui cherche à se soustraire à l'ordre moral -, engendre dans l'âme six graves maladies, à savoir : l'angoisse, la paresse, l'indignation, la jalousie, l'envie et l'impatience . Au sujet de la tristesse, saint François de Sales rapporte cette parole du Sage: La tristesse en tue beaucoup, et il n'y a point de profit en elle, parce que pour deux bons ruisseaux qui proviennent de la source de tristesse, il y en a six qui sont bien mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus Germanus



Masculin Messages : 680
Inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 22:03

scholasate a écrit:
Il y a un lien intéressant entre la tristesse et la colère. Ce sont deux passions "irascibles", agressives. L'une mène à l'autre. On est triste à cause de quelqu'un ou quelque chose qui nous met en colère et, comme la colère engendre un désir de vengeance et que cette vengeance n'est en fait jamais satisfaite s'il n'y a pas le pardon, la colère engendre la tristesse, puisqu'on n'a pas réussi à se venger. Mais la tristesse engendre aussi la colère dans le sens que si quelqu'un ou quelque chose nous rend triste, on va essayer de se venger et donc se mettre en colère. Et on plus on se mettra en colère, au plus on sera triste de ne pas atteindre son but, qui ne peut être atteint que par le pardon. Et réciproquement, au plus on est triste, au plus on se met en colère.

L'expérience montre aussi que quand on se met en colère, après, on est souvent triste de s'être mis en colère. Et réciproque, quand on est triste, on est facilement irascible, grincheux...

Bref, la solution à la tristesse est peut-être la même que pour la colère: la patience, le pardon.

C'est mon expérience d'adolescent. Je ressentais une subtile tristesse pendant 2 semaines. Ensuite, je contemplais la colère. À cette idée, une crainte se manifestait, la crainte d'exprimer la colère. Cela a créé un cycle pendant un certain temps. Je m'amusais à donner un nom à ces démons.

Le démon de Tristesse: Netosa (Satan à l'envers)

Le démon de Colère: Tarm-Kin-Toe

Le démon de Peur: Erva

Erva avait si peur qu'il se tenait à l'écart des 2 autres.
Revenir en haut Aller en bas
Enlui



Messages : 8019
Inscription : 04/10/2008

MessageSujet: Re: La Tristesse   Lun 05 Mar 2012, 22:39

Très joli Sanctus!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: ressens le manque de la présence dl a personne   Lun 05 Mar 2012, 23:21

Exclamation La tristesse peut provenir d'une cause en qui nous vivons une séparation, par exemple envers des personnes que l'on aime.
On ressent le manque de la présence de la personne, de ne plus le voir dans le champ de sa vision, de la ressentir auprès de soi.
Est-ce de l'égo d'aimer les gens qui nous ont été proches avec qui on en a vécus de bon moment durant leur présence auprès de soi?
Dès fois il arrive de penser si on aurait fait ci ou cela .
Des regrets peuvent passer au travers de notre regard. What a Face
Et bien dans certaine situation de la vie, il arrive d'en ressentir de la tristesse. Sad
Mais si elle n'était encore que ça car je crois que chacun a déjà pour une raison ou une autre, déversé une larme, une flaque de chagrin ou une rivière de désespoir durant ce chemin qui est aussi de porter sa propre croix et celle de supporter les autres.
Comment connaitre la tristesse de son prochain si on ne la connait pas soi-même ?
Comment pouvons nous se mettre à sa place et le comprendre si nous connaissons -nous pas par nous-mêmes cette tristesse ?!!
Soit, j'arrête là ! Smile
Que le Seigneur nous vienne en aide dans de telles circonstances, qui ne sont que passagères telle une averse qui tombe du ciel et arrose la terre et nécessaire pour comprendre ce que notre Seigneur veut que nous comprenons! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6691
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mar 06 Mar 2012, 02:25

scholasate a écrit:
Il y a un lien intéressant entre la tristesse et la colère. Ce sont deux passions "irascibles", agressives. L'une mène à l'autre. On est triste à cause de quelqu'un ou quelque chose qui nous met en colère et, comme la colère engendre un désir de vengeance et que cette vengeance n'est en fait jamais satisfaite s'il n'y a pas le pardon, la colère engendre la tristesse, puisqu'on n'a pas réussi à se venger. Mais la tristesse engendre aussi la colère dans le sens que si quelqu'un ou quelque chose nous rend triste, on va essayer de se venger et donc se mettre en colère. Et on plus on se mettra en colère, au plus on sera triste de ne pas atteindre son but, qui ne peut être atteint que par le pardon. Et réciproquement, au plus on est triste, au plus on se met en colère.

L'expérience montre aussi que quand on se met en colère, après, on est souvent triste de s'être mis en colère. Et réciproque, quand on est triste, on est facilement irascible, grincheux...

Bref, la solution à la tristesse est peut-être la même que pour la colère: la patience, le pardon.

bonsoir scholasate,

peut être faut il différencier entre attristé et triste !

l'attristement (c'est pas au 4quart français) peut venir d'une compassion envers une personne , une forme d'accompagnement intérieure a une peine d'on une personne ne se sort pas ou a des actes pénibles que cette personne fait et notre cœur s'attriste en portant intérieurement le fardeau de sa nuit (un peu comme jésus a partager notre nature de pécheur et en est arrivé a dire " Mon âme est triste a mourir) mais en fait IL demeurait le juste d'on Le Père ne perd pas le souvenir !

par contre la tristesse profonde serait presque une identité une perte de l’espérance l'épouse du néant, quelle puisse porter au désespoir et a la colère est assez normal puisqu'elle n'a pas d'orientation !!


quelqu'un a dit " l'homme est en colère contre lui-même " et aujourd'hui quand je repense aux jours ou j'étais sans le Christ je me dis j'étais triste même dans la joie et en colère devant le néant où j'allais chaque jour !

l'inverse de la colère c'est l'abandon, c'est l'humilité manifestée par Jésus la plus puissante des forces c'est d'accepter de perdre cette victoire Paisible de la Croix aucun homme fort ne l'a , les pseudos forts veulent gagner sinon ils n'ont rien, alors que celui Qui est Puissance accepte de perdre car IL Sait ne jamais pouvoir être vaincu, ni par la mort ni par la fin de Sa Vie car elle repose En Celui Qui Est , aussi la colère est souvent de ne pouvoir maitriser une chose ou un être , c'est c'est une immaitrise de soi le refus de l'humilité de perdre !

Jésus se fâchait mais n'était jamais en colère !

si Dieu se m'était en colère cela voudrait dire qu'IL Craint de perdre et que l’événement le dépasse !! Aurait Il réellement ce soucis Celui Qui EST ! ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mar 06 Mar 2012, 07:23

A propos de cette "bonne" tristesse, Théodoric, les pères du désert parlent du "deuil", penthos, et je me souviens de cette image donnée par l'un d'eux: Abraham, à qui Dieu a promis une terre ruisselante de lait et de miel, la première chose qu'il a possédée, en Terre sainte, à Hébron, c'est un tombeau, pour y pleurer sa femme. De même nous, les larmes versées sur notre abandon, notre fragilité, sont la porte d'entrée au paradis.
Revenir en haut Aller en bas
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mar 06 Mar 2012, 20:15

La bonne tristesse

Il est quand même important de retenir qu'il existe une bonne tristesse, qui a pour objet un mal très affligeant ­ lorsqu'on ne refuse pas d'en prendre conscience ­ à savoir le mal du péché, le mal de l'éloignement du bien suprême, absolument essentiel à notre bonheur , qui réside en Dieu. Prendre conscience de ses péchés et de toutes ses misères morales fait mal à l'âme qui ne s'est pas détournée complètement et définitivement du souverain Bien, c'est-à-dire Dieu que, malgré ses faiblesses, elle continue à désirer. Mais si cette prise de conscience est douloureuse pour l'âme, et par conséquent l'attriste, elle lui est très salutaire, car elle la conduit à se repentir et à rompre avec le péché, qui est le plus désastreux de tous les maux. L'âme éprouve alors la tristesse de la pénitence qui est pour elle, en tant que principe de conversion, la source d'une joie très pure. Car cette tristesse, qui fait qu'on s'afflige de ses péchés, réconcilie l'âme avec Dieu. Comme plusieurs pages de la Bible en témoignent, les larmes de cette bonne tristesse qu'est la pénitence lavent l'âme de ses péchés. Les plus beaux exemples sont ceux du saint roi David, de sainte Marie-Madeleine et de saint Pierre. C'est à la tristesse de la pénitence que se rapporte la béatitude : Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

L'autre bonne tristesse est celle de la miséricorde. La miséricorde (il s'agit ici de la miséricorde spirituelle) naît dans l'âme qui s'afflige de voir Dieu offensé par autrui, parce qu'elle l'aime ardemment. Cette tristesse de la miséricorde, qui naît toute entière de la charité et qui allume dans le coeur le zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes, est, elle aussi, source d'une très grande joie, et fait également l'objet d'une béatitude évangélique : Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

La bonne tristesse, qui s'exprime par la pénitence et la miséricorde, même si elle cause à l'âme une vraie douleur, n'en est nullement une maladie ; elle manifeste bien plutôt que l'âme qui l'éprouve est en bonne santé morale et psychologique. Par contre, une âme qui reste enfermée dans la prison de ses péchés, par un refus obstiné de les considérer comme tels et d'avoir à s'en repentir, est minée par la maladie morale de toutes la plus radicale : celle qui fait perdre le sens du bien et du mal et empêche absolument l'âme d'atteindre sa fin, c'est-à-dire d'entrer en possession du bonheur infini pour lequel elle est faite. Cela montre jusqu'à quel point l'enfermement dans le péché emprisonne l'âme dans une tristesse stérile et désespérante.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6691
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mar 06 Mar 2012, 22:14

scholasate a écrit:
A propos de cette "bonne" tristesse, Théodoric, les pères du désert parlent du "deuil", penthos, et je me souviens de cette image donnée par l'un d'eux: Abraham, à qui Dieu a promis une terre ruisselante de lait et de miel, la première chose qu'il a possédée, en Terre sainte, à Hébron, c'est un tombeau, pour y pleurer sa femme. De même nous, les larmes versées sur notre abandon, notre fragilité, sont la porte d'entrée au paradis.

HO Ben Alors on s'est fait rouler dans la farine là !!!! Very Happy


je crois que connaitre Le Christ en Vérité Est la joie Eternelle ,

mais ensuite devenir un Fils et un Habitant des cieux a la ressemblance de celui qui nous habite peut provoquer une assez grande tristesse devant notre capacité a déserter cette (mission) !

en fait c'est la Vie entre ombre et lumière qui est pénible , parce que autant nous nous réjouissons de faire le Bien et donc de venir a La Lumière " Qui Aime La Vérité viens a La Lumière pour que ses œuvres soient manifestée et parce qu'elles sont Lumière il ne craint pas " mais autant nos œuvres qui sont a cacher nous peines la force de la tristesse nous pèse et si on y veille peut nous faire préférer habiter la vallée de l'ombre et de la mort car après la mauvaise tristesse c'est le désespoir qui guette !

Heureusement nul ne peut cacher La Lumière du Christ et donc revenir au repentir et a La joie d'avoir Un Tel Seigneur et Sauveur !
Revenir en haut Aller en bas
scholasate



Masculin Messages : 1689
Inscription : 14/10/2010

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mer 07 Mar 2012, 07:52

Oui, le repentir, la "componction", sont d'autres façons de parler de ce "deuil".
Revenir en haut Aller en bas
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Jeu 08 Mar 2012, 21:24

3. La maladie de la tristesse

Si l'on considère maintenant la tristesse comme une disposition négative envahissante qui ne peut s'installer dans l'âme, en l'affaiblissant de plus en plus, que sous l'influence du démon, il n'y a pas de doute que cette sorte de tristesse est une maladie, et même selon saint François d'Asssise la pire des maladies de l'âme. En effet, ce saint dont on a écrit qu'il a été l'homme le plus joyeux que la terre ait porté, voyait dans la tristesse un poison spirituel mortel utilisé par Satan, qui n'est jamais si content, disait-il, que lorsqu'il a pu ravir à un serviteur de Dieu la joie de son âme. Il a toujours une réserve de poussière qu'il souffle dans la conscience par quelque soupirail afin de rendre opaque ce qui est pur ; mais dans un coeur gonflé de joie, c'est en vain qu'il essaie d'introduire son mortel poison. Les démons, assurait-il, ne peuvent rien contre un serviteur du Christ qu'ils trouvent plein de sainte allégresse ; tandis qu'une âme chagrine, morose et déprimée se laisse facilement submerger par la tristesse ou accaparer par de faux plaisirs.

Comme saint François d'Assise, saint François de Sales pense que la tristesse est un outil privilégié dont Satan se sert spécialement dans le combat qu'il mène contre les bons. Voici l'explication qu'il donne de la tactique diabolique vis-à-vis des bons :

L'ennemi se sert de la tristesse pour exercer ses tentations à l'endroit des bons; car, comme il tâche de faire réjouir les mauvais en leur péché, aussi tâche-t-il d'attrister les bons en leurs bonnes oeuvres ; et comme il ne peut procurer le mal qu'en le faisant trouver agréable, aussi ne peut-il détourner du bien, qu'en le faisant trouver désagréable. Le malin se plaît en la tristesse et mélancolie, parce qu'il est triste et mélancolique et le sera éternellement, et il voudrait que chacun fût comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Théodéric



Messages : 6691
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: La Tristesse   Jeu 08 Mar 2012, 22:41

Frodon a écrit:
3. La maladie de la tristesse

Si l'on considère maintenant la tristesse comme une disposition négative envahissante qui ne peut s'installer dans l'âme, en l'affaiblissant de plus en plus, que sous l'influence du démon, il n'y a pas de doute que cette sorte de tristesse est une maladie, et même selon saint François d'Asssise la pire des maladies de l'âme. En effet, ce saint dont on a écrit qu'il a été l'homme le plus joyeux que la terre ait porté, voyait dans la tristesse un poison spirituel mortel utilisé par Satan, qui n'est jamais si content, disait-il, que lorsqu'il a pu ravir à un serviteur de Dieu la joie de son âme. Il a toujours une réserve de poussière qu'il souffle dans la conscience par quelque soupirail afin de rendre opaque ce qui est pur ; mais dans un coeur gonflé de joie, c'est en vain qu'il essaie d'introduire son mortel poison. Les démons, assurait-il, ne peuvent rien contre un serviteur du Christ qu'ils trouvent plein de sainte allégresse ; tandis qu'une âme chagrine, morose et déprimée se laisse facilement submerger par la tristesse ou accaparer par de faux plaisirs.

Comme saint François d'Assise, saint François de Sales pense que la tristesse est un outil privilégié dont Satan se sert spécialement dans le combat qu'il mène contre les bons. Voici l'explication qu'il donne de la tactique diabolique vis-à-vis des bons :

L'ennemi se sert de la tristesse pour exercer ses tentations à l'endroit des bons; car, comme il tâche de faire réjouir les mauvais en leur péché, aussi tâche-t-il d'attrister les bons en leurs bonnes oeuvres ; et comme il ne peut procurer le mal qu'en le faisant trouver agréable, aussi ne peut-il détourner du bien, qu'en le faisant trouver désagréable. Le malin se plaît en la tristesse et mélancolie, parce qu'il est triste et mélancolique et le sera éternellement, et il voudrait que chacun fût comme lui.

Bonjour Frodon,

il est vrai que le démon peut utiliser les tempérament et rendre la vie bien pénible a certains avec cela !

mais même cela n'est pas une victoire du démon pour autant simplement un contretemps !

lorsque l'on entend Jésus dire " Mon Âme est triste a mourir " doit on penser que le démon a une victoire sur Dieu ? NON ! simplement nous avons du mal a percevoir que Le Seigneur accepte aussi de vivre cette dimension de tristesse et pourtant quelle Merveille d'être rejoint là par LUI :jesus: de comprendre que Dieu puisse être infiniment triste que cela existe en Lui de Toute Éternité non pas comme pain quotidien mais comme une possibilité qui ne soit ni reniement de la Foi ni de la Joie mais passage et accompagnement sur des chemins rendus raboteux mais où Notre Père nous regarde venir a Lui et comme le Père du fils Prodigue Est dans la JOIE , JOIE qu'IL partagera avec nous lorsu'IL nos serrera dans ces Bras Lieu du Festoiement !

et puis la tristesse ne mène t'elle pas a une forme de brisement en grande profondeur ?

si jésus l'a vécu , peut être faut il pour un chrétien y voir une Grâce de Communion au christ qui nous propose un trésor de Son cœur de Rédempteur !
par contre il ne faut rien subir par contre cœur mais chercher a comprendre spirituellement ce que Le seigneur peut donner là, même si cela peut paraître contradictoire , jésus n'a t-Il pas eu a gérer cela la Contradiction d'être le Juste et devoir être compté pour pécheur !?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Tristesse   Ven 09 Mar 2012, 00:47

Thomas était un grand psy. Ca me fait penser aussi à Maria Valtorta, j’ai beaucoup aimé l’expression « orgueilleux pessimistes », que je chipe parfois à Jésus (je l’ai peut-être même reprise sur Wikipédia dans des discussions qui n’en finissaient jamais). Nous ne sommes que des hommes, sujets parfois à la désespérance dans nos vies.

Mais se désespérer, sur telle chose importante ou telle autre, déprimer, perdre espoir, c'est ne compter que sur nous-mêmes (orgueil), croire que Dieu ne peut nous aider (ou l’oublier). C'est une faute, un péché. Si on le sait, il suffit alors tout simplement d’appeler Dieu à l’aide. Et si ça allait très mal, il faut frapper très fort à la porte jusqu’à ce qu’elle s’ouvre, crier même parfois. Souvent la porte semble ne pas s’ouvrir. Alors il faut pousser la porte soi-même. Une fois entrés, on se rend compte plus tard que c’est nous-mêmes qui avions fermé la porte. Aide-toi, le Ciel t’aidera.

http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2004/04-107.htm
4.107.
Jean répète le discours de Jésus sur le Thabor

"[…] Dieu avait déjà créé les anges. Une partie d'entre eux n'avaient pas voulu croire qu'était bon le niveau de gloire où Dieu les avait placés, ils s'étaient révoltés, et l'âme brûlée par le manque de foi en leur Seigneur, ils avaient essayé d'assaillir le trône inattaquable de Dieu.
Aux raisons pleines d'harmonie des anges croyants, ils avaient opposé leur discorde, leur injuste et pessimiste pensée, et le pessimisme, qui est manque de foi, les avait fait devenir des esprits de ténèbres, eux qui avaient été des esprits de lumière.

Que vivent éternellement ceux qui, au Ciel comme sur la terre, savent donner comme base à leur pensée un optimisme plein de lumière ! Jamais ils ne se tromperont complètement, même si les faits les démentent au moins en ce qui concerne leur esprit, qui continuera à croire, à espérer, à aimer par-dessus tout Dieu et le prochain, en restant par conséquent en Dieu jusqu'aux siècles des siècles !

Le Paradis était déjà libéré de ces orgueilleux pessimistes qui voient trouble même dans les oeuvres les plus lumineuses de Dieu, de même sur la terre, les pessimistes voient trouble même dans les plus franches et les plus lumineuses actions de l'homme. Voulant se mettre à part dans une tour d'ivoire, se croyant des perfections uniques, ils se condamnent à une obscure prison qui aboutit dans les ténèbres du royaume infernal, le royaume de la Négation. Car le pessimisme est Négation, lui aussi.

Dieu a donc fait la création. Pour comprendre le mystère glorieux de Notre être Un et Trin, il faut savoir croire et voir qu'au commencement était le Verbe et qu'il était avec Dieu[3], unis tous les deux par l'Amour très parfait que seuls peuvent répandre deux êtres qui sont des Dieux tout en étant un Seul Être; de même aussi, pour voir la création pour ce qu'elle est, il faut la regarder avec des yeux de croyant car elle porte dans son être l'ineffaçable reflet de son Créateur comme un fils porte l'ineffaçable reflet de son père. Nous verrons alors qu'ici aussi il y eut au commencement le ciel et la terre et qu'il y eut après la lumière, comparable à l'amour. Car la lumière est joie, comme l'est l'amour, Et la lumière est l'atmosphère du Paradis. Et l'Etre incorporel qu'est Dieu est Lumière, et Père de toute lumière intellectuelle, affective, matérielle, spirituelle, au Ciel comme sur la terre.

Au commencement, il y eut le ciel et la terre et c'est pour eux que fut donnée la lumière et par la lumière toutes choses furent faites. Comme au plus haut des Cieux les esprits de lumière furent séparés des esprits de ténèbres, ainsi dans La création les ténèbres furent séparées de la lumière et furent faits le jour et la Nuit. Le premier jour de la création eut son matin et son soir, avec son midi et son minuit. 118> Et quand le sourire de Dieu : la lumière, revint après la nuit, voilà que la main de Dieu, sa volonté puissante s'étendit sur la terre informe et vide, s'étendit sur le ciel que parcouraient les eaux, un des éléments libres du chaos, et Il voulut que le firmament séparât la course désordonnée des eaux entre le ciel et la terre pour servir de voile aux clartés paradisiaques et de limite aux eaux supérieures, pour empêcher les déluges de descendre sur le bouillonnement des métaux et des atomes, pour raviner et désagréger ce que Dieu réunissait.

L'ordre était, établi au ciel. Et l'ordre exista sur la terre par le commandement que Dieu prononça pour les eaux répandues sur la terre. Et la mer fut. La voilà. Sur elle, comme sur le firmament, est écrit : 'Dieu existe'. Quelle que soit l'intelligence d'un homme et sa foi, ou son absence de foi, devant cette page où brille une étincelle de l'infinité qu'est Dieu et qui est un témoignage de sa puissance, tout homme est obligé de croire, parce qu'aucune puissance humaine ni une organisation naturelle des éléments ne peut, même dans une mesure minime, répéter un semblable prodige. A croire, non seulement à la puissance mais à la bonté du Seigneur qui par cette mer donne à l'homme la nourriture et des chemins, des sels salutaires, tempère le soleil et donne libre champs aux vents, donne des semences aux terres éloignées les unes des autres, fait entendre la voix des tempêtes pour rappeler à l'Infini la fourmi qu'est l'homme, l'Infini qui est son Père, donne un moyen de s'élever, en contemplant des spectacles plus élevés, vers des sphères plus élevées.

Il y a trois choses qui nous parlent davantage de Dieu dans la création qui toute entière est un témoignage de Lui : la lumière, le firmament, la mer. L'ordre astral et météorologique, reflets de l'ordre divin; la lumière, que seul un Dieu pouvait faire; la mer, la puissance que Dieu seul, après l'avoir créée pouvait mettre dans des limites définies, en lui donnant le mouvement et la voix sans que, pour cela, comme élément agité de désordre, elle cause un dommage à la terre qui la porte sur sa surface.

Pénétrez le mystère de la lumière qui jamais ne s'épuise. Levez le regard vers le firmament où rient les étoiles et les planètes. Abaissez-le vers la mer. Voyez-la pour ce qu'elle est, non pas une séparation, mais un pont entre les peuples qui sont sur d'autres rives, invisibles, ignorées encore, mais qu'il faut croire qu'elles existent car c'est pour cela qu'il y a la mer. Dieu ne fait rien d'inutile.

Il n'aurait donc pas fait cette étendue infinie si elle n'avait pas eu comme limites, là-bas, au-delà de l'horizon qui nous empêche de voir d'autres terres, peuplées d'autres hommes, tous venus d'un Dieu unique, amenés là, par la volonté de Dieu, par les tempêtes et les courants pour peupler les continents et les régions. Et cette mer porte dans ses flots, dans la voix de ses eaux et de ses marées, des appels lointains. C'est un intermédiaire, non une séparation. Cette douce anxiété qui affecte Jean vient de l'appel de frères lointains. Plus l'esprit domine la chair, et plus il est capable d'entendre les voix des esprits qui sont unis, même s'ils sont séparés, comme les branches issues d'une unique racine sont unies, même si l'une ne voit même pas l'autre parce qu'un obstacle s'interpose entre elles.

Regardez la mer avec des yeux de lumière. Vous verrez des terres et des terres, éparses sur ses plages, à ses limites, et à l'intérieur des terres et des terres encore, et de toutes arrive un cri : 'Venez ! Apportez-nous la Lumière que vous possédez. Apportez-nous la Vie qui vous est donnée. Dites à notre cœur le mot que nous ignorons, mais que nous savons être la base de l'univers : amour. Apprenez-nous à lire la parole que nous voyons tracée sur les pages infinies du firmament et de la mer: Dieu. Illuminez-nous, parce que nous pressentons qu'il y a une lumière plus vraie encore que celle qui rougit les cieux et transforme la mer en un scintillement de gemmes. Donnez à nos ténèbres la lumière que Dieu vous a donnée après l'avoir engendrée par .son amour l'a donnée à vous mais pour tous, comme Il l'a donnée aux astres mais pour qu'ils la donnassent à la terre. Vous êtes les astres, nous la poussière. Mais formez-nous de la même façon que le Créateur a créé avec la poussière la terre pour que l'homme la peuplât, en L'adorant maintenant et toujours jusqu'à ce que vienne l'heure où il n'y aura plus de terre mais où viendra le Royaume. Le Royaume de la lumière, de l'amour , de la paix, comme le Dieu vivant vous a dit qu'il sera, car nous aussi nous sommes fils de ce Dieu et nous demandons de connaître notre Père.

Et sachez aller sur les routes de l'infini. Sans crainte et sans mépris à la rencontre de ceux qui appellent et qui pleurent, vers ceux qui aussi vous feront souffrir parce qu'ils pressentent Dieu, mais ne savent pas adorer Dieu, mais qui pourtant vous donneront la gloire parce que vous serez d'autant plus grands que, possédant l'amour vous saurez le donner, en amenant à la Vérité les peuples qui attendent".

C'est ainsi que Jésus a parlé, beaucoup mieux que je ne l'ai fait, mais au moins c'est sa pensée. […]."
Revenir en haut Aller en bas
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Mar 13 Mar 2012, 21:12

4. Les causes de la tristesse-maladie

La tristesse ne devient une maladie spirituelle, qui vide progressivement l'âme de toute force, que lorsqu'elle se laisse déprimer par le mal qui s'impose à elle, de quelque source qu'il vienne. Il est certes naturel de ressentir de la peine ou de la tristesse, quand on est privé d'un bien important qui est nôtre ou que nous désirons, parce qu'il concourt à notre bonheur, comme notre santé, notre réputation, nos parents, nos amis, notre emploi, nos biens matériels, et tout ce qui a véritablement raison de bien pour nous. Tout ce qui contrarie notre volonté dans la recherche de son bien ou de son attachement au bien est la cause d'une tristesse naturelle. Ainsi, l'absence d'amour, de communion, l'insécurité, le rejet, le mépris, la haine, l'indifférence, la discorde, la violence, la guerre sont des causes naturelles de tristesse. De même, les espoirs déçus, les échecs, le délai d'un bien désiré, et aussi la peur, l'anxiété devant le mal à venir, que l'imagination représente comme présent. Et aussi le doute, l'incertitude, la confusion dans la pensée, qui contrarient la soif de vérité dans l'intelligence. Tous ces maux, remplissant l'attention de la conscience actuelle, même s'ils étaient passés ou à venir, sont causes naturelles de tristesse.

Il n'y a maladie spirituelle que lorsque la volonté se laisse dominer ou abattre par l'un ou l'autre de ces maux, en raison d'une déficience des vertus morales de patience et de force, et par dessus tout des vertus surnaturelles de foi, d'espérance et de charité. Les maux passés, présents et à venir, faisant l'objet d'une appréhension actuelle par l'imagination et l'intelligence, mettent à dure épreuve les vertus par lesquelles nous pouvons les surmonter moralement et spirituellement. Le démon intervient toujours dans la maladie spirituelle de tristesse, parce qu'il agit sur notre sensibilité nous représentant comme insurmontables les maux auxquels nous devons faire face, et en même temps il lutte contre nos vertus en travaillant à les affaiblir ou à les détruire. Il tâche de communiquer à l'âme, non suffisamment pourvue de l'énergie des vertus, sa propre tristesse, qui accompagne toujours le triomphe du mal dans un être spirituel fait pour le bien.
Revenir en haut Aller en bas
tobie



Masculin Messages : 187
Inscription : 17/01/2012

MessageSujet: Re: La Tristesse   Sam 17 Mar 2012, 17:53

5. Les effets du mal de la tristesse

La maladie de la tristesse trouble l'âme, elle l'inquiète. Elle lui inspire de fausses peurs. Elle la dégoûte de la prière. Elle engourdit et accable l'esprit. Elle est une ennemie sournoise de l'intelligence, en lui fermant la voie du discernement et en l'empêchant de porter un jugement objectif sur la réalité. Par suite, elle gêne la liberté de la volonté, lorsqu'il s'agit de faire des choix, de prendre des résolutions, et de s'engager dans une action positive. Elle éteint le courage, ruine les forces vives de l'âme, qu'elle plonge finalement dans une extrême faiblesse. Elle est, affirme saint François de Sales, comme un dur hiver qui fauche toute la beauté de la terre et engourdit tous les animaux; car elle ôte toute suavité de l'âme, et la rend presque percluse et impuissante en toutes ses facultés.
Revenir en haut Aller en bas
 
La Tristesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA TRISTESSE VOUS ENVAHIT ? LISEZ CE QUI SUIT...
» Lorsque la tristesse vous envahit
» Bonjour tristesse
» POUR TA TRISTESSE
» ooohhh quel tristesse dans l'air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: