DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 19:18

"Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés" (Matthieu 6;12)

Certaines communautés chrétiennes enseignent que la pardon est obligatoire et doit être inconditionnel. A la limite, on peut presque avoir le sentiment que c'est la victime qui se retrouve culpabilisée si elle ne parvient pas à accorder son pardon ou si le coupable n'a exprimé aucun regret et que c'est la victime qui se retrouve sous pression au prétexte que "si tu ne pardonnes pas Dieu ne te pardonnera pas non plus" . Je m'interroge sur la valeur que peut avoir un pardon qui est accordé sans avoir été ni demandé ni accueilli. Un exemple concret. Dire à Dieu "j'offre mon pardon à cette personne pour le mal qu'elle m'a fait" alors que cette personne n'est ni dans une démarche de repentance ni dans une démarche de réparation, n'est-ce-pas en définitive un pardon virtuel puisque pour que le pardon soit véritable il faut nécessairement qu'il soit demandé, accordé et accueilli ? De mon point de vue, on peut certes demander à Dieu de nous pardonner pour le mal que nous avons pu commettre, lui demander de nous aider à surmonter la colère ou l'amertume que l'offense nous a infligée et implorer Son pardon pour celui qui nous a offensé, mais il est incohérent de vouloir donner son pardon à quelqu'un qui ni ne le demande ni ne souhaite l'accueillir. Je me suis même fait la réflexion que dans certains cas la justice doit nécessairement précéder le pardon et qu'il n'est pas possible de pardonner autrement car la justice apporte une reconnaissance d'un préjudice qui favorise le pardon. Enfin, le pardon ne conduit pas nécessairement à la réconciliation, c'est-à-dire au rétablissement d'une relation. Par exemple, une personne qui a été victime d'un inceste durant son enfance par un proche parent peut éventuellement décider un jour d'accorder son pardon si le coupable exprime un repentir mais ceci ne conduira pas au rétablissement de la relation c'est-à-dire à la réconciliation. D'ailleurs en cette circonstance le pardon peut devenir un cercle vicieux et maintenir la victime dans son état de victime. J'avais vu un reportage il y a quelques années consacré aux problèmes d'abus sexuels sur des religieuses par certains prêtres qui justement maintenaient leur victime dans le silence par ce stratagème du pardon obligatoire et inconditionnel. Quel est votre avis sur cette question qui est me semble-t-il tout à fait déterminante dans notre vie chrétienne et ne peut-il pas y avoir des dérives inacceptables qui peuvent être le résultat de cette conception du pardon ? salut
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 19:39

Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus dit au paralysé: "Mon fils, tes péchés sont pardonnés." L'autre n'a pas demandé le pardon pour ses péchés mais voulait seulement être guéri.

Mais dans le Sermon sur la montagne, Jésus nous dit que si nous ne pardonnons pas, notre Père céleste ne nous pardonnera pas non plus.

Dans le 1er cas, le pardon serait inconditionnel mais conditionnel dans le 2e cas ?

Y a-t-il deux sortes de pardon ?

Oui, c'est une belle réflexion ! ;)
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 20:30

Il me semble que la définition la plus pragmatique est que pour que le pardon soit réellement donné il faut qu'il soit réellement reçu ce qui implique nécessairement qu'il soit réellement demandé. Il convient d'ajouter que pardonner doit être une décision libre et personnelle et que c'est aussi souvent un processus qui peut prendre du temps surtout quand l'offense est grave et la blessure profonde. Ce qui me dérange ce sont les discours limite culpabilisants que certaines tiennent en mettant des pressions pour obliger le pardon sans respecter les étapes qui peuvent être nécessaires préalablement. Je trouve que c'est un non-respect de la personne et un non-respect de sa souffrance ou de sa colère qui peut être légitime...
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 20:48

Je me permet encore de proposer l'extrait d'un article consacré à cette question abordé sur wikipédia et qui semble rejoindre mes propres observations:


Le pardon sans la responsabilisation

Le pardon reçu lors du sacrement de réconciliation, ou confession, implique que la personne qui a commis une faute en assume la responsabilité et cherche à la réparer. D'après plusieurs observateurs, la culture du pardon, propre à l'Église, a toutefois donné lieu à des dérives dans le cas des abus sexuels. Pour l'historien Philippe Levillain, « l'Église a longtemps pensé que la confession valait absolution et que la rémission des péchés devait suffire à faire cesser les pratiques délictueuses ». Une juriste qui a travaillé sur ces questions avec l’épiscopat français estime que « le clergé a considéré la pédophilie comme une faiblesse passagère, au même titre qu’une liaison avec une femme ou un homme, alors que l’on est là face à un acte criminel ». De même, Stephane Joulain estime que « la théologie du pardon a parfois joué un rôle dans l'étouffement des affaires de pédophilie, longtemps jugées par le clergé comme un péché ou un égarement passager. La théologie catholique est marquée par la conversion, la résipiscence du délinquant. Des prêtres ont pu dire à des victimes à propos de l'abuseur : « Dieu lui a pardonné, vous finirez bien par lui pardonner aussi ». ».

En réponse à ces dérives, le livret Lutter contre la pédophilie, repères pour les éducateurs, publié en 2002 par les évêques de France, aborde la question du secret professionnel dans l'Église : "Il ne doit pas fonctionner comme un lieu de non-droit ou une échappatoire devant les responsabilités juridiques et morales de chacun"

Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Abus_sexuels_sur_mineurs_dans_l'%C3%89glise_catholique#Le_pardon_sans_la_responsabilisation


Par conséquent, questionner une certaine culture du "pardon automatique et systématique" me semble non seulement important mais nécessaire. J'avais déjà eut l'occasion de lire des ouvrages de psychologues de confession chrétienne qui mettaient également l'accent sur cet aspect des choses et qui mettaient en garde sur les dérives que cette conception du pardon peut engendrer.
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 21:05

Le père Stéphane Joulain, qui exerce également la profession de thérapeute, affirme à ce sujet, reprenant une citation de Benoit XVI, que "le pardon ne remplace pas la justice" (source: http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/P.-Stephane-Joulain-Le-pardon-ne-peut-pas-remplacer-la-justice-_NG_-2012-02-07-766232).

Au-delà des scandales liés aux affaires de moeurs, il me semble qu'il convient d'aborder cette problématique du pardon, y compris lié à des offenses moins graves, dans la même perspective. En effet, toute offense n'est pas nécessairement susceptibles d'être répréhensible devant la loi, mais pour pouvoir accorder son pardon il faut au préalable qu'il y ait une reconnaissance de la part de celui qui est responsable de l'offense. Agir autrement conduit effectivement à une déresponsabilisation de la personne et à une banalisation du mal commis. Ma position est donc que le pardon nécessite la justice c'est-à-dire un aveu de la faute, une reconnaissance du tort, une conscience du préjudice causée et un désir sincère de réparation.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 21:32

Sur la croix, le Christ a pardonné inconditionnellement:

"Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

Saint Étienne, de même.

Le pardon inconditionnel serait-il lié à l'amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 22:20

Il ne peut y avoir de pardon sans réparation!
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 22:43

Le pardon est inconditionnel car il est d'origine divine comme l'amour.


Dernière édition par Renaud le Lun 20 Fév 2012, 01:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 22:57

le pardon est inconditionnel si il s'adresse à l'offensé,à l'offenseur et à D.ieu!
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Dim 19 Fév 2012, 23:53

Simon1976 a écrit:
Sur la croix, le Christ a pardonné inconditionnellement:

"Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

Saint Étienne, de même.

Le pardon inconditionnel serait-il lié à l'amour ?

Donc vous soutenez que tous ceux qui ont participés à la crucifixion de Jésus-Christ et l'ont tournés en dérision ont finalement tous obtenu miséricorde même s'ils ne se sont pas détournez de leurs péchés pour se tourner vers Dieu et implorer Son pardon ? Le pardon et le salut serait automatique et n'engagerait pas notre responsabilité ? Je ne pense pas que l'on puisse soutenir que sur la croix le Christ a donner son pardon remarquez que le texte ne déclare pas "je vous pardonne" ou "vos péchés vous sont pardonnés" de manière positive, cela n'aurait d'ailleurs aucun sens sans une démarche de repentance et de confession. Les paroles de Jésus sur la Croix expriment ce qu'il enseignait à savoir l'amour des ennemis et la prière pour les persécuteurs. Ainsi, on peut mesurer à quel point le Christ a été cohérent jusqu'au bout. "Père pardonne-leur" (Luc 23;34), ou comme le formula Etienne, "Seigneur, ne leur impute pas ce péché" (Actes 7;60), est l'illustration de l'enseignement de Jésus.

Jésus a prier pour le salut de ses bourreaux, c'est-à-dire pour qu'ils sortent de leur ignorance et qu'ils puissent ainsi obtenir le pardon du Père à travers le don de sa vie. Ceci exprime la volonté de Dieu qui veut que tous les hommes parviennent au salut, ceux qui sont loins comme ceux qui sont proches. Je ne crois pas personnellement qu'il faille interprèter les paroles de Jésus agonisant sur la croix ou celles d'Etienne au moment de son martyr, comme une sorte d'amnistie facile mais comme l'expression du désir généreux de voir tout homme, même le plus pécheur, s'orienter vers un repentir sincère qui l'ouvre à la vie divine et le conduit sur le chemin de l'éternité. En ce qui me concerne, je crois à l'amour inconditionnel de Dieu mais je ne crois pas au pardon inconditionnel. Le pardon inconditionnel signifierait que la repentance, en définitive, serait accessoire et que l'on pourrait tout excuser, même les pires attrocités, au nom de l'amour.

Or, je ne vous apprendrais rien en vous rappelant que l'amour de Dieu est un amour exigeant: "Si vous ne vous repentez, vous périrez" (Luc 13;3). De mon point de vue, le pardon inconditionnel serait la négation de toute justice. Or, saint Paul nous rappel que Dieu "rendra à chacun selon ses oeuvres: vie éternelle pour ceux qui, par leur persévérance à bien faire, recherchent gloire, honneur et incorruptibilité, mais colère et indignation à ceux qui, par révolte, se rebellent contre la vérité et se soumettent à l'injustice"

Un article du catéchisme de l'Eglise catholique semble rejoindre ce que je développe et qui m'est toujours apparu comme une évidence: "Il n'y a pas de limites à la miséricorde de Dieu, mais qui refuse délibérément d'accueillir la miséricorde de Dieu par le repentir rejette le pardon de ses péchés et le salut offert par l'Esprit-Saint. Un tel endurcissement peut conduire à l'impénitence finale et à la perte éternelle" (article 1864).

Sur la question de l'ignorance et de la responsabilité, voici l'éclairage que nous apporte le catéchisme: "Mais il arrive que la conscience morale soit dans l'ignorance et porte des jugements erronés sur des actes à poser ou déjà commis. Cette ignorance peut souvent être imputée à la responsabilité personnelle. Il en va ainsi lorsque l'homme se soucie peu de rechercher le vrai et le bien et lorsque l'habitude du péché rend peu à peur la conscience presque aveugle. En ces cas, la personne est coupable du mal qu'elle commet" (article 1790-1791).

A la lumière de ces textes, il me semble que l'on peut déduire que le pardon de Dieu n'est pas inconditionnel et que l'ignorance n'est pas synonyme de déresponsabilisation ou d'impunité. Il serait effarant que les choses en soient autrement car cela reviendrait à banaliser la réalité du mal, la gravité du péché et la nécessité de la justice. "Père pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font", autrement dit, Père éclaire leur conscience sur leur responsabilité de ne pas pactiser avec le mal dont ils se rendent coupables afin qu'ils reviennent à Toi de tout leur coeur et obtiennent ainsi le pardon des péchés. Prier pour les coupables est un geste de bonté extrême de la part du Christ mais ceci ne revient pas à les innocenter sans que ces derniers ne fassent l'aveu de leur culpabilité et ne se détournent de leurs péchés. Et en l'occurence, condamner un innocent, est à priori un péché mortel. J'ajouterais que l'amour des ennemis ne consiste pas à ne pas tout faire pour, si possible, les empêcher de nuire.

Comme le souligne magnifiquement un proverbe oriental: "Rien n'obtient le pardon plus promptement que le repentir" cheers
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 02:09

Quand nous pardonnons à l'offenseur, nous lui pardonnons vis à vis de nous avec l'aide de Dieu.
Cela veut dire que nous nous réconcilions avec Dieu.
Cela ne veut pas dire que nous absolvons l'offenseur de ses péchés vis à vis de Dieu.
Ce pardon là concerne l'offenseur et Dieu.
L'offenseur est libre de ne pas demander le pardon de Dieu.
Ce n'est pas à l'offensé de décider que l'offenseur doit demander le pardon de Dieu.
Demander le pardon de Dieu doit être une décision libre.
Revenir en haut Aller en bas
Didi



Féminin Messages : 75
Inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 11:50

je suis d'accords avec ce que qui vient d'être dit. ET selon moi, je pense que comme nous ne sommes pas omniscient, nous ne savons pas ce qui c'est passé dans la vie de la personne donc nous ne pouvons pas la juger et devons lui pardonner. Par contre Dieu qui sait tout pourra décider de lui pardonner ou non. Si qq'un refuse notre pardon je crois qu'on doit prier pour elle pour qu'elle l'accepte.
Vu que Dieu, ns pardonne ns aussi, ns devons apprendre à pardonner
Revenir en haut Aller en bas
Didi



Féminin Messages : 75
Inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 11:50

comme l'explique la parabole ds Matthieu 18
Alors Pierre s'approcha de lui, et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu'à sept fois ?
22 Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois.
23 C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.
24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.
25 Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée.
26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.
27 Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.
28 Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois.
29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai.
30 Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait.
31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.
32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié ;
33 ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi ?
34 Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait.
35 C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Didi



Féminin Messages : 75
Inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 12:25

"
Dans l'Évangile d'aujourd'hui, Jésus dit au paralysé: "Mon fils, tes péchés sont pardonnés." L'autre n'a pas demandé le pardon pour ses péchés mais voulait seulement être guéri. "

il est interessant de mettre cette écriture en parallèle avec la parabole des 10 lépreux
LUC 17
12 Comme il entrait dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre. Se tenant à distance, ils élevèrent la voix, et dirent :
13 Jésus, maître, aie pitié de nous !
14 Dès qu'il les eut vus, il leur dit : Allez vous montrer aux sacrificateurs. Et, pendant qu'ils y allaient, il arriva qu'ils furent guéris.
15 L'un deux, se voyant guéri, revint sur ses pas, glorifiant Dieu à haute voix.
16 Il tomba sur sa face aux pieds de Jésus, et lui rendit grâces. C'était un Samaritain.
17 Jésus, prenant la parole, dit : Les dix n'ont-ils pas été guéris ? Et les neuf autres, où sont-ils ?
18 Ne s'est-il trouvé que cet étranger pour revenir et donner gloire à Dieu ?
19 Puis il lui dit : Lève-toi, va ; ta foi t'a sauvé.

Les 10 ont été guéris physiquement, mais un seul a été sauvé (reçu le pardon de ses péchés)
Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 12:27

Citation :
Le pardon n'est pas un choix dans nos vies, que l'on prend en fonction de l'offense que l'on reçoit
Jésus nous a tout pardonné sur la croix, alors que nous n'étions pas même né.
Nous aussi, choisissons dors et déjà de tout pardonner, par avance.
C'est une décision, une posture de vie et non un choix.
Je le pense.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 13:12

Parce que, selon les protestants, il n'est plus nécessaire de "réparer" nos fautes dans le purgatoire après la mort puisque le Christ l'a fait sur la croix.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 13:37

Simon1976 a écrit:
Parce que, selon les protestants, il n'est plus nécessaire de "réparer" nos fautes dans le purgatoire après la mort puisque le Christ l'a fait sur la croix.

ah bon ? les protestants ne croient pas au purgatoire ? je ne savais pas. C'est pour cela qu'ils ne prient pas pour les morts ? c'est le paradis ou l'enfer après la mort.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 13:38

Effectivement. Mais ce n'est pas la foi de l'Église.
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 13:44

Simon1976 a écrit:
Effectivement. Mais ce n'est pas la foi de l'Église.

ça éclaire quand même ! I love you

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 13:49

:chapeau:
Revenir en haut Aller en bas
Didi



Féminin Messages : 75
Inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 15:43

c'est quoi pour les catholiques le purgatoire?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Lun 20 Fév 2012, 16:37

Didi a écrit:
c'est quoi pour les catholiques le purgatoire?

Le lieu où ceux qui sont sauvés achèvent leur purification avant d'entrer dans la vision béatifique.

Voici ce que dit le Catéchisme de l'Église catholique à ce sujet:

III. La purification finale ou Purgatoire

1030 Ceux qui meurent dans la grâce et l’amitié de Dieu, mais imparfaitement purifiés, bien qu’assurés de leur salut éternel, souffrent après leur mort une purification, afin d’obtenir la sainteté nécessaires pour entrer dans la joie du ciel .

1031 L’Église appelle Purgatoire cette purification finale des élus qui est tout à fait distincte du châtiment des damnés. L’Église a formulé la doctrine de la foi relative au Purgatoire surtout aux Conciles de Florence (cf. DS 1304) et de Trente (cf. DS 1820 ; 1580). La tradition de l’Église, faisant référence à certains textes de l’Écriture (par exemple 1 Co 3, 15 ; 1 P 1, 7), parle d’un feu purificateur :

Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur (Mt 12, 31). Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur (S. Grégoire le Grand, dial. 4, 39).

1032 Cet enseignement s’appuie aussi sur la pratique de la prière pour les défunts dont parle déjà la Sainte Écriture : " Voilà pourquoi il (Judas Maccabée) fit faire ce sacrifice expiatoire pour les morts, afin qu’ils fussent délivrés de leur péché " (2 M 12, 46). Dès les premiers temps, l’Église a honoré la mémoire des défunts et offert des suffrages en leur faveur, en particulier le sacrifice eucharistique (cf. DS 856 ;), afin que, purifiés, ils puissent parvenir à la vision béatifique de Dieu. L’Église recommande aussi les aumônes, les indulgences et les œuvres de pénitence en faveur des défunts :

Portons-leur secours et faisons leur commémoraison. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père (cf. Jb 1, 5), pourquoi douterions-nous que nos offrandes pour les morts leur apportent quelque consolation ? N’hésitons pas à porter secours à ceux qui sont partis et à offrir nos prières pour eux (S. Jean Chrysostome, hom. in 1 Cor. 41, 5 : PG 61, 361C).


Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 08:11

bigsam68 a écrit:
"Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés" (Matthieu 6;12)

Certaines communautés chrétiennes enseignent que la pardon est obligatoire et doit être inconditionnel.

Cher Bigsam, le pardon est conditionnel. Ce qui est inconditionnel, c'est une attitude qui fait qu'on est prêt à pardonner si l'autre revient et se repent.



Dieu lui même ne pardonne pas le blasphème contre l'Esprit Saint, c'est-à-dire l'attitude froide et lucide de celui qui méprise tout repentir.

De même, le prêtre ne peut donner l'absolution sacramentelle si la personne n'a pas ces 4 conditions, un minimum :

1° Confession (on explique son péché).
2° Contrition (je regrette d'avoir péché).
2° Volonté de ne pas recommencer.
4° Volonté de réparer dans la mesure du possible.

C'est donc que le pardon est une chose qui répond à un repentir.

Je dirais même plus : lorsqu'une femme trompée, sur le conseil d'un prêtre naïf, donne le pardon à son mari sans exiger un changement de comportement, elle fait son malheur et celui de son mari.

Cette video essaye de l'expliquer :


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Sanctus Germanus



Masculin Messages : 680
Inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 15:09

Il ne faut pas chercher pardon auprès des autres. Si j'ai fait mal à quelqu'un, c'est à Dieu que je dois demander pardon et non à cette personne. Par contre, si quelqu'un m'a fait du mal, je dois tendre la joue gauche. Je lui pardonne gratuitement, comme ça.

C'est donc inconditionnel voir même sacrificiel. Au prix de ma vie.


Dernière édition par Sanctus Germanus le Mer 22 Fév 2012, 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 15:24

Sanctus Germanus a écrit:
Il ne faut pas chercher pardon auprès des autres. Si j'ai fait mal à quelqu'un, c'est à Dieu que je doit demander pardon et non à cette personne. Par contre, si quelqu'un m'a fait du mal, je dois tendre la joue gauche. Je lui pardonne gratuitement, comme ça.

C'est donc inconditionnel voir même sacrificiel. Au prix de ma vie.

Je ne suis pas trop d'accord là-desus.

Il faut d'abord aller se réconcilier ave son frère pour avoir le pardon de Dieu.

"Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou." (Matthieu 5, 20 – 26)

Quant à tendre l'autre joue Rolling Eyes en théorie oui, mais en pratique !!! Crying or Very sad

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus Germanus



Masculin Messages : 680
Inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 15:28

Merci Espérance. Je considérais le Notre Père sans regarder d'autres versets. À la lumière de ce que tu écris, ça a plus de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 15:46

Espérance a écrit:
Sanctus Germanus a écrit:
Il ne faut pas chercher pardon auprès des autres. Si j'ai fait mal à quelqu'un, c'est à Dieu que je doit demander pardon et non à cette personne. Par contre, si quelqu'un m'a fait du mal, je dois tendre la joue gauche. Je lui pardonne gratuitement, comme ça.

C'est donc inconditionnel voir même sacrificiel. Au prix de ma vie.

Je ne suis pas trop d'accord là-desus.

Il faut d'abord aller se réconcilier ave son frère pour avoir le pardon de Dieu.

"Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou." (Matthieu 5, 20 – 26)

Quant à tendre l'autre joue Rolling Eyes en théorie oui, mais en pratique !!! Crying or Very sad

salut

Tendre l'autre joue est au-dessus de nos forces. On a plutôt tendance à vouloir se venger. rambo
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 15:52

Simon1976 a écrit:


salut

Tendre l'autre joue est au-dessus de nos forces. On a plutôt tendance à vouloir se venger. rambo

:colors:

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
BoANo1



Masculin Messages : 596
Inscription : 02/02/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 17:30

Moi je dis que quant on pardonne

Le pardon doit venir du fond du coeur

Qu'il doit être vrai sans ambiguïté

Le pardon est un trésor
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/groups/BoAfans/
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 17:32

Thumright I love you
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 17:44

BoANo1 a écrit:
Moi je dis que quant on pardonne

Le pardon doit venir du fond du coeur

Qu'il doit être vrai sans ambiguïté

Le pardon est un trésor

tu as raison I love you

:bisou:

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
BoANo1



Masculin Messages : 596
Inscription : 02/02/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 18:05

Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/groups/BoAfans/
Mister be



Masculin Messages : 9241
Inscription : 11/02/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 19:30

La première personne à pardonner c'est soi!
Revenir en haut Aller en bas
Espérance
Administrateur


Féminin Messages : 16698
Inscription : 14/01/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Mer 22 Fév 2012, 21:26

Mister be a écrit:
La première personne à pardonner c'est soi!

oui et ce n'est pas le plus facile !! parce que souvent, on culpabilise.

_________________
Forum de prières de Docteur Angélique : http://agape.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
BoANo1



Masculin Messages : 596
Inscription : 02/02/2012

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Jeu 23 Fév 2012, 08:11

Espérance a écrit:
Mister be a écrit:
La première personne à pardonner c'est soi!

oui et ce n'est pas le plus facile !! parce que souvent, on culpabilise.

Je confirme

j'ai tellement fait souffrir les gens avant de rencontrer Dieu

que je sais ce que c'est et Espérance a raison
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/groups/BoAfans/
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Jeu 23 Fév 2012, 21:45

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Bigsam, le pardon est conditionnel. Ce qui est inconditionnel, c'est une attitude qui fait qu'on est prêt à pardonner si l'autre revient et se repent.
Non, l'offensé pardonne à l'offenseur sans la moindre condition sinon ce n'est pas le pardon c'est du troc.
La réconciliation c'est autre chose.

Votre position se base sur un parallèle avec l'attitude divine.
Vous pensez que l'homme doit pardonner à la façon de Dieu.
Or nous ne sommes pas dans la position de Dieu.
Entre l'offensé et l'offenseur il y a un rapport humain de pécheur à pécheur.

Lorsque Jésus demande au Père de pardonner à ceux qui le tuent, il n'a pas préalablement demandé leur repentance.
Jésus parle à ce moment là en tant qu'homme crucifié.
En tant qu'homme il n'a pas à juger, il pardonne.
Toute la vie de Jésus est pardon.
Jésus prend tout le péché du monde sur ses épaules sans préalablement demander repentance à chacun.
Il le prend réellement, il prend notre péché, nous en délivre si nous croyons réellement en lui.
C'est Jésus homme que nous devons imiter et non pas nous prendre pour Dieu.
Prendre le péché des autres c'est leur pardonner.
Jésus est Dieu parce qu'il a pris en lui tous nos péchés pour nous en délivrer au nom du Père.

Pour en revenir à l'attitude de Dieu.
Que sait on de Dieu? Qu'il est amour.
Que peut vouloir l'amour sinon nous délivrer de la souffrance du péché?
Peut-on imaginer que Dieu veut faire du troc avec nous?
Jésus a vu que le péché du monde était son péché.
Par conséquent, lorsque quelqu'un nous offense nous devons, à l'imitation de Jésus, considérer que si nous voyons un péché dans cette offense c'est notre péché.
Nous devons confesser à Dieu que nous sommes pécheur d'avoir vu un péché en notre offenseur.
Voilà en quoi consiste le pardon qui nous est demandé.
S'il y a eu péché ou pas de notre offenseur vis à vis de Dieu, cela ne nous regarde pas.
Cela regarde Dieu et notre offenseur.

Je ne sais pas si j'ai été très clair, c'est assez complexe...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Jeu 23 Fév 2012, 22:42

Oui, nous devons pardonner comme Dieu pardonne. Et même quand le pardon est demandé et reçu, ce n'est plus comme 'avant'. Car l'offense reçue (comme donnée) reste dans la mémoire. Certes, cette offense ne fait plus souffrir, mais elle change le comportement des deux 'parties'. C'est en cela que la réconciliation est une seconde étape, plus importante même que le pardon lui-même. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 12:24

Doris, vous ne m'avez pas bien lu.
Nous ne pardonnons pas comme Dieu car nous ne sommes pas Dieu.
Nous devons pardonner comme Jésus, en tant qu'homme.
Seul Dieu efface le péché.

Quand nous pardonnons à celui qui nous a offensé, Dieu nous accorde son pardon pour notre péché qui était la rancune, la haine que nous avions.

En Dieu nous sommes l'unique pécheur du monde dans lequel nous vivons.
Quelle condition pourrions nous alors mettre pour pardonner à l'autre?

En Dieu chaque homme demande à Dieu le pardon des péchés de tous les pécheurs car ces péchés sont les siens, réellement.

Quand il en sera ainsi nous serons tous dans le Royaume de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 13:06

Simon1976 a écrit:
Espérance a écrit:
Sanctus Germanus a écrit:
Il ne faut pas chercher pardon auprès des autres. Si j'ai fait mal à quelqu'un, c'est à Dieu que je doit demander pardon et non à cette personne. Par contre, si quelqu'un m'a fait du mal, je dois tendre la joue gauche. Je lui pardonne gratuitement, comme ça.

C'est donc inconditionnel voir même sacrificiel. Au prix de ma vie.

Je ne suis pas trop d'accord là-desus.

Il faut d'abord aller se réconcilier ave son frère pour avoir le pardon de Dieu.

"Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou." (Matthieu 5, 20 – 26)

Quant à tendre l'autre joue Rolling Eyes en théorie oui, mais en pratique !!! Crying or Very sad

salut

Tendre l'autre joue est au-dessus de nos forces. On a plutôt tendance à vouloir se venger. rambo

Tendre l'autre joue ne signifie pas que nous devions devenir des paillassons mais que notre attitude doit être marquée par le souci de ne pas rendre le mal pour le mal dans un excès de colère. En effet, face à ceux qui cèdent à la violence, si nous y cédons nous-mêmes, comment pourrions-nous prétendre ensuite être des artisans de paix ? Pour sortir de l'engrenage de la violence, il faut bien renoncer à la violence qui nous habite. Toutefois, renoncer à la violence et à la vengeance ne signifie pas renoncer à la justice qui est la condition du pardon. Le pardon chrétien se fonde sur la notion de repentance sans laquelle il perd son sens et sa valeur. Un pardon sans repentir et sans réparation conduit à la déresponsabilisation et à l'impunité. Pour pardonner, il faut toujours être deux, sinon le pardon reste virtuel. Ce que Jésus nous demande, c'est de ne pas cèder à nos pulsions destructrices, et non de laisser faire ceux qui font le mal sur la terre. Renoncer aux représailles, ce n'est pas renoncer à la justice et ce n'est pas synonyme de donner un pardon facile sans condition. Si on regarde attentivement l'enseignement de Jésus sur le pardon, on remarque qu'il est exigent mais qu'il n'est pas inconditionnel: "Si ton frère à péché, reprends-le; et, s'il se repent, pardonne-lui" (Luc 17;3). "S'il se repent" indique clairement qu'il y a une condition au pardon et agir autrement revient à dénaturer le sens chrétien du pardon. En tout cas, c'est mon avis salut
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 13:11

prière
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 13:47

Renaud a dit: "Entre l'offensé et l'offenseur il y a un rapport humain de pécheur à pécheur."

En effet mais il y a aussi un rapport de coupable et de victime. Il y a donc une nécessité de repentir et de réparation, et dans certains cas de condamnation judiciaire.

Renaud a dit: "Jésus prend tout le péché du monde sur ses épaules sans préalablement demander repentance à chacun."

Ceci est pas conforme à l'enseignement des prophètes ni à celui du Christ et des apôtres:

- "Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l'Eternel. N'est-ce-pas qu'il change de conduite et qu'il vive ?" (Ezéchiel 18;23

- "Si vous ne vous repentez, vous périrez" (Luc 13;3)

- "Pierre leur dit: repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés..." (Actes 2;38)

- "Si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur ?" (1 Pierre 4;18) etc

Renaud a dit: "Que sait on de Dieu? Qu'il est amour"

Oui mais pas seulement:

- Dieu est saint (voir 1 Pierre 1;15-16, 1 Jean 2;20, Apocalypse 3;8 etc)
- et Dieu est juste (voir Deutéronome 32;4, 1 Jean 2;29, etc)

Deux autres versets bibliques sont révélateurs à cet égard: "Car ce sera bien l'effet de la justice de Dieu de rendre la tribulation à ceux qui vous l'infligent" (2 Thessaloniciens 1;6) et encore "A moi la vengeance, c'est moi qui rétribuerait, dit le Seigneur" (Romains 12;19)

Renaud a dit: "Quand nous pardonnons à celui qui nous a offensé, Dieu nous accorde son pardon pour notre péché qui était la rancune, la haine que nous avions."

Oui mais pour pardonner il faut être deux sinon le pardon reste virtuel. A mon sens, nous ne sommes pas tenus de pardonner ceux qui ne reconnaissent pas leur tort en revanche il ne s'agit pas non plus d'entretenir de la rancune ou d'oublier que d'un ennemi nous pouvons nous faire un ami en lui témoignant de la bonté (voir Proverbes 25;21-22 et Romains 12;20). Nous devons accepter ce que nous ne pouvons pas changer et tourner la page en confiant ceux qui nous ont fait du tort à la miséricorde divine en espérant qu'ils puissent changer de conduite. Il faut aussi prendre en considération la souffrance de la victime lorsque l'offense est grave ou irrémédiable. De surcroit, lorsque l'offense est grave ou irrémédiable, le pardon peut être difficle et nous ne pouvons pas extorquer un pardon qui doit se donner librement et volontairement. Il est néanmoins exact que nous sommes tous potentiellement offenseur et offensé. Ainsi, le fait d'être conscient de nos propos fragilités et de nos propres limites devrait nous amener à témoigner une véritable compréhension qui ne s'apparente pourtant pas à tout excuser sans condition. Comme dit le proverbe: "Faute avouée, à moitié pardonnée", c'est-à-dire que l'on obtient plus facilement l'indulgence lorsqu'on reconnaît ses torts et que l'on regrette le mal commis Thumright


Dernière édition par bigsam68 le Ven 24 Fév 2012, 14:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 13:54

Arnaud Dumouch a écrit:
bigsam68 a écrit:
"Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés" (Matthieu 6;12)

Certaines communautés chrétiennes enseignent que la pardon est obligatoire et doit être inconditionnel.

Cher Bigsam, le pardon est conditionnel. Ce qui est inconditionnel, c'est une attitude qui fait qu'on est prêt à pardonner si l'autre revient et se repent.



Dieu lui même ne pardonne pas le blasphème contre l'Esprit Saint, c'est-à-dire l'attitude froide et lucide de celui qui méprise tout repentir.

De même, le prêtre ne peut donner l'absolution sacramentelle si la personne n'a pas ces 4 conditions, un minimum :

1° Confession (on explique son péché).
2° Contrition (je regrette d'avoir péché).
2° Volonté de ne pas recommencer.
4° Volonté de réparer dans la mesure du possible.

C'est donc que le pardon est une chose qui répond à un repentir.

Je dirais même plus : lorsqu'une femme trompée, sur le conseil d'un prêtre naïf, donne le pardon à son mari sans exiger un changement de comportement, elle fait son malheur et celui de son mari.

Cette video essaye de l'expliquer :


Cher Arnaud vous résumez à merveille ce que je voulais signifier: la culture du pardon ne peut pas se couper de la culture de la responsabilité et de la nécessité de justice et d'équité autrement ça peut se transformer en véritable cercle vicieux prière


Je livre encore à votre réflexion chers amis internautes un extrait du catéchisme de l'Eglise catholique qui reflète parfaitement la conception chrétienne du pardon: "Beaucoup de péchés causent du tort au prochain. Il faut faire le possible pour le réparer (par exemple restituer des choses volées, rétablir la réputation de celui qui a été calomnié, compenser des blessures). La simple justice exige cela. Mais en plus, le péché blesse et afaiblit le pécheur lui-même, ainsi que ses relations avec Dieu et avec le prochain. L'absolution enlève le péché, mais elle ne remédie pas aux désordres que le péché a causés. Relevé du péché, le pécheur doit encore recouvrer la pleine santé spirituelle. Il doit donc faire quelque chose de plus pour réparer ses péchés: il doit "satisfaire" de manière appropriée ou "expier" ses péchés. Cette satisfaction s'appelle aussi pénitence" (article 1459).

Il convient donc aussi de veiller à ne pas banaliser les péchés qui causent du tort au prochain et qui consiste à faire comme si rien ne s'était passé. Je pense notamment à des péchés particulièrement graves comme les génocides. Il n'y a pas seulement une relation de pécheur à pécheur mais une relation de coupable à victime. Le coupable doit être reconnu comme coupable, et condamné pour ses crimes, et la victime doit être reconnu comme victime, c'est le préalable à toute démarche de pardon et de réconciliation future éventuelle.


Dernière édition par bigsam68 le Ven 24 Fév 2012, 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 14:20

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Ven 24 Fév 2012, 22:24

Bigsam et Arnaud, vous mélangez tout, ça m'afflige, ça me fatigue.


Dernière édition par Renaud le Sam 25 Fév 2012, 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MIKAELE



Féminin Messages : 393
Inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 07:58

Dans la démarche de demande de pardon vers Dieu, quatre étapes sont nécessaires et inévitables, tout catholique le sait, je dirais, par coeur:
- l'examen de conscience, la prise de conscience et l'analyse de ses péchés ou de ses fautes
- le repentir qui passe par le regret et la reconnaissance de ses péchés: la contrition
- la confession: Psa. 38:18 -- « Car je vais déclarer mienne l'iniquité : Je serai désolé de mon péché. » Le publicain frappe sur sa poitrine, et dit, « que Dieu soit miséricordieux envers moi pauvre pécheur »16. Le Fils Prodigue dit, « Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils »17.
- la pénitence (ou satisfaction, dont parle justement Bigsam, il a raison!)
Dans la relation humaine et la dimension humaine, le processus ne peut que rester le même. Il ne peut à mon sens y avoir pardon, si l'on n'a pas respecté ce cheminement: je constate et j'analyse ce que j'ai pu faire de mal à l'autre, j'en prends conscience, je le regrette profondément et je le reconnais, je le dis et non seulement je cherche à réparer, mais je promets de ne plus le faire.
Je ne vois pas bien en quoi Arnaud et Bigsam mélangeraient tout?
Revenir en haut Aller en bas
Renaud



Masculin Messages : 2405
Inscription : 17/07/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 10:53

Bigsam et Arnaud mélangent le pardon que Dieu accorde au pécheur et le pardon que le pécheur accorde au pécheur qui ne sont pas de même nature.

Si l'offensé demande la contrition de l'offenseur c'est que l'offensé se prend pour Dieu.

C'est le cas quand Arnaud dit : "Cher Bigsam, le pardon est conditionnel. Ce qui est inconditionnel, c'est une attitude qui fait qu'on est prêt à pardonner si l'autre revient et se repent."

Si vous avez bien lu ce que j'ai dit plus haut, vous comprenez que si la position d'Arnaud et de Bigsam m'afflige c'est à cause de mon propre péché.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 11:24

Renaud a écrit:

Si l'offensé demande la contrition de l'offenseur c'est que l'offensé se prend pour Dieu.
é.
Cher Renaud, votre position se révèle absurde dès qu'on l'applique au concret.

Imaginez la scène suivante, du XIX° s.

Madame est trompée par Monsieur qui a une maîtresse et quelques prostituées.

Monsieur le curé intervient auprès de Madame et lui dit de pardonner inconditionnellement, que sa récompense sera grande au Ciel, qu'elle ne doit pas demander un repentir et changement de comportement de Monsieur, que ce serait se prendre pour Dieu.

Résultat : Monsieur se frotte les mains et continue sa petite vie. Madame se désespère et est "punie", lors de son arrivée dans l'autre monde, par la damnation de son mari.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 13:06

Renaud a écrit:
Bigsam et Arnaud, vous mélangez tout, ça m'afflige, ça me fatigue.

Certes nous avons une compréhension différente des étapes à suivre dans le cadre du pardon ce n'est pas dramatique mais en ce qui me concerne j'ai pu constater concrètement les dérives ou peuvent conduire le pardon inconditionnel et de nombreux témoignages et analyses corroborent mon point de vue. Arnaud a avancer plusieurs exemples qui illustrent l'engrenage ou peut conduire une certaine compréhension du pardon qui donne l'absolution sans condition. Je comprend aussi les reproches que peuvent nous adresser certains non-chrétiens sur une certaine culture du pardon automatique et systématique qui ne tiendrait pas compte des notions de repentir, d'équité, de réparation et de protection des victimes. La seule obligation du chrétien est de ne pas rendre le mal pour le mal, de renoncer à la vengeance et de souhaiter le bien véritable de chaque homme. Mais dans certains cas, vous en conviendrez, il faut empêcher de nuire, imposer des limites et mettre les personnes face à leurs responsabilités pour qu'un vrai changement puisse être possible. Or, le pardon automatique et systématique favorise exactement le contraire et tend à banaliser le mal commis tout en déresponsabilisant les personnes sans répondre à l'exigence d'équité dans les relations humaines.

Vous dites: "Si l'offensé demande la contrition de l'offenseur c'est que l'offensé se prend pour Dieu."

Pas du tout ce n'est que du bon sens le pardon ne peut pas faire l'impasse sur l'exigence d'équité sinon ça devient un cercle vicieux ou le coupable n'a pas besoin de faire amende honorable et ou la victime doit se taire et faire comme si rien ne s'était passé. Sous prétexte que nous sommes tous pécheurs il ne faudrait absolument plus distinguer l'offenseur et l'offensé, le coupable et la victime! C'est totalement absurde! Et pardonnez-moi mais je maintiens que le fait d'accorder son pardon à quelqu'un qui ni ne le demande ni ne le reçoit ça s'appelle un pardon virtuel mais vous êtes libre d'être d'un avis différent. Ne pas pardonner à celui qui reconnait ses torts, qui souhaite réparé le mal commis et qui s'efforce sincèrement de ne pas recommencer est certes un manque de charité (quoi que certaines choses peuvent être difficiles à pardonner car ayant engendrées de grandes souffrances parfois irréversibles), mais pardonner à celui qui ne reconnait pas ses torts, qui n'a pas l'intention de réparer le mal commis et qui est prêt à recommencer à la première occasion est un non-sens.

Pour en revenir au pardon de Dieu, sur la Croix, il n'y en a qu'un seul à qui Jésus à promis qu'il serait avec Lui au paradis, celui qui a exprimé un repentir sincère. Pour ceux qui étaient présents et qui le raillaient, il ne leur a pas accorder l'abolution sans condition mais il a prié pour eux, c'est très différent. Oui, le Juste a intercèdé pour les coupables et il a aussi donné sa vie pour ceux qui le crucifiaient et le raillaient, Il ne les a pas créé pour les perdre et Il n'est pas venu pour les condamner. Néanmoins, le royaume des cieux est ouvert à ceux qui se repentent.

Bonne journée et que la paix soit avec vous salut


Dernière édition par bigsam68 le Sam 25 Fév 2012, 13:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80863
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 13:08

Chr Bigsam, salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28510
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?   Sam 25 Fév 2012, 13:09

Thumright
Revenir en haut Aller en bas
 
Le pardon, conditionnel ou inconditionnel ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» LE PARDON Compilation de textes
» Conditionnel
» Une belle leçon de pardon....
» Pardon
» Le pardon avec Jean Montbourquette.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: