DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 14:47

Voici le texte de l'office de dimanche dernier :

Citation :
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,21-28.

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. »
Jésus l'interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme. »
L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri.
Saisis de frayeur, tous s'interrogeaient : « Qu'est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. »
Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.

J'ai une interprétation de ce texte qui à un certain niveau de lecture pourrait, à mon sens, définir l'hérésie. Je soumets mon interprétation aux membres du forum.

Que dit l'homme tourmenté ?

Il dit : "Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu."

Or le Christ n'est-il pas celui qui seul est Saint ? Il me semble que oui et donc que cette homme dit une vérité. (à confirmer)

Dans ce cas, le péché de l'homme n'est pas de dire que Jésus est le Saint de Dieu mais que dire : "Je sais fort bien qui tu es ".

Là est la faute, là est l'ogueil : penser connaitre le Christ, la Vérité. Car parmis tous les qualificatifs se rapportant au Christ il en choisit un (Christ Saint de Dieu) ce qui constitue une hérésie (qui signifie choix en grec).

Et voilà un enseignement nouveau! De la Vérité incarnée elle même nous savons maintenant que nous ne pouvons dire que nous la connaissons bien qu'elle demande à être aimée.

Il nous faut donc aimer la Vérité (charité) et sans s'imaginer la connaitre (humilité) lui être fidèle (foi).

Et le Christ fait sortir l'esprit mauvais, Lucifer, qui cultivait l'orgueil de l'homme, ce qui l'amenait à croire qu'il savait qui était Jésus. Le Christ parce qu'il est la Vérité fait corriger l'hérésie en faisant sortir le démon qui cultive l'orgueil qui enclinait à l'hérésie.


Voir aussi que l'homme dit au Christ : "Tu es venu pour nous perdre?". Et oui l'hérétique qui s'accroche à quelques vérités est dans l'illusion de savoir ce qu'il possède alors que le catholique qui se refuse à appréhender la Vérité semble, du point de vue de l'hérétique, perdu.


Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 17:16

C'est capillotracté comme explication.
Clairement c'est le démon qui s'exprime et non l'homme, en effet le Christ n'est pas venu perdre quiconque, sinon les démons lors de sa prochaine venue. En outre qui peut savoir qu'Il est le Saint de Dieu sinon les démons ?
D'ailleurs Jésus s'adresse au démon et non à l'homme quand Il dit: "silence sors de cet homme!".

Et s'il le fait taire c'est parce qu'Il ne veut pas que ce soit un démon qui rende témoignage aux hommes de qui Il est, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28488
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 17:23

Thumright
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 17:44

Fox77 a écrit:
C'est capillotracté comme explication..

Certes mais c'est interessant.

Car, dit SJA, le démon CHOISIT (= hérésie) une qualité du Christ mais peut-être en nie-t-il d'autres comme son extrême bonté et miséricorde.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 17:51

Il ne s'agit pas d'une qualité du Christ, c'est de Sa nature dont il est question. (Il est Dieu au milieu des hommes)
1Sa 2:2 a écrit:
Nul n’est saint comme l’Eternel ; Il n’y a point d’autre Dieu que toi ; Il n’y a point de rocher comme notre Dieu.
Ac 2:27 a écrit:
Car tu n’abandonneras pas mon âme dans le séjour des morts, Et tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption.
Os 11:9 a écrit:
Je n’agirai pas selon mon ardente colère, Je renonce à détruire Ephraïm ; Car je suis Dieu, et non pas un homme, Je suis le Saint au milieu de toi ; Je ne viendrai pas avec colère.


Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 18:06


Cher Fox77,

Ce qui est important ici est que le Christ est le Saint de Dieu.

Ce démon ou cet homme dit donc une vérité. Ce n'est donc pas cette partie de la phrase qui pose problème mais celle où il dit qu'il connait Dieu.

J'en conclus qu'il ne faut pas dire "je sais qui est le Jésus, c'est le Saint de Dieu" ou " Je sais ce qu'est la Vérité, c'est l'Ecriture".

Le Christ réprouve l'attitude de celui qui s'imagine connaitre la Vérité et pouvoir la circonscrire.



Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Lun 30 Jan 2012, 18:25


Je saisis votre point, qui est loin d'être sot, bien sur.

Ce matin, j'écoutais RCF (je crois ??) où il était diffusé une interprétation catholique d'un passage biblique.
Je me suis fait la réflexion suivante: "Comme ces explications sont compliquées, tarabiscotés et éloignées du sens du texte".
Pour aboutir à des explications très intellectuelles mais qui n'avaient plus rien à voir avec la signification du texte.
Bref, on aurait dit que l'exégèse était déjà apparu dans la tête de l'auteur, à partir de beaucoup d'autres élements (psychologie, sagesse humaines, réflexions) puis qu'il la justifiait avec un texte.

J'ai un peu le même sentiment dans le cas présent. (ce qui ne veut pas dire que vous ayez tort, mais que je trouve que vous forcez un peu le texte pour justifier cette -peut être- vérité)
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Mer 01 Fév 2012, 11:26


Il me semble que lorsqu'on aborde les écritures, nous ne sommes pas blanc comme neige et l'esprit vide.

Il est évident que la lecture que vous faites d'un texte dépend de vos précédentes lectures.

Mais vous savez j'ai découvert ce texte pas plus tard que dimanche dernier à la messe. Je n'ai pas cherché le texte pour justifier une pensée préalable. C'est Dieu qui a permis que j'aille à la messe et qui a fait que ce texte soit lu ce jour là à l'office.

Ainsi ma foi a, jusqu'ici, souvent progressé par des textes entendus lors de la sainte messe.

Mais vous, que comprenez vous de ce texte ?

Que le Christ est un super magicien qui fait bouh au mauvais esprit ?




Revenir en haut Aller en bas
Fox77



Masculin Messages : 2962
Inscription : 16/02/2011

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Mer 01 Fév 2012, 13:13

bonjour Sja,

il y a toujours divers niveaux de lecture pour un texte biblique. mais dans aucun de ces niveaux on ne peut prendre des libertés avec le sens premier du texte. En tout cas c'est mon opinion... et je la partage. Tongue

Qu'est ce que je comprend de ce texte?
Les mots "enseignement" et "autorités" semblent centraux.
Le récit illustre la parfaite adéquation entre enseignement et l'autorité du christ.
ll n'est pas un maitre de philosophie, il n'est pas un exorciste, il est le Saint de Dieu qui possède l'autorité spirituel et la sagesse divine.
C'est ce qui impressionne les témoins et donc l'auteur de l'évangile.
Ensuite ce récit rapporte des faits: c'est sabbat mais Jésus délivre cet homme. Jésus a le pouvoir de faire taire les démons et de les chasser.les démons n'ignorent pas qui il est, et ils le craignent.


Dernière édition par Fox77 le Mer 01 Fév 2012, 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Mer 01 Fév 2012, 19:04

SJA a écrit:
Voici le texte de l'office de dimanche dernier :
Citation :
Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1,21-28. Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes. Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. » Jésus l'interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme. » L'esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri. Saisis de frayeur, tous s'interrogeaient : « Qu'est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. » Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.
J'ai une interprétation de ce texte qui à un certain niveau de lecture pourrait, à mon sens, définir l'hérésie. Je soumets mon interprétation aux membres du forum. Que dit l'homme tourmenté ? Il dit : "Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu." Or le Christ n'est-il pas celui qui seul est Saint ? Il me semble que oui et donc que cette homme dit une vérité. (à confirmer) Dans ce cas, le péché de l'homme n'est pas de dire que Jésus est le Saint de Dieu mais que dire : "Je sais fort bien qui tu es ". Là est la faute, là est l'ogueil : penser connaitre le Christ, la Vérité. Car parmis tous les qualificatifs se rapportant au Christ il en choisit un (Christ Saint de Dieu) ce qui constitue une hérésie (qui signifie choix en grec). Et voilà un enseignement nouveau! De la Vérité incarnée elle même nous savons maintenant que nous ne pouvons dire que nous la connaissons bien qu'elle demande à être aimée. Il nous faut donc aimer la Vérité (charité) et sans s'imaginer la connaitre (humilité) lui être fidèle (foi). Et le Christ fait sortir l'esprit mauvais, Lucifer, qui cultivait l'orgueil de l'homme, ce qui l'amenait à croire qu'il savait qui était Jésus. Le Christ parce qu'il est la Vérité fait corriger l'hérésie en faisant sortir le démon qui cultive l'orgueil qui enclinait à l'hérésie. Voir aussi que l'homme dit au Christ : "Tu es venu pour nous perdre?". Et oui l'hérétique qui s'accroche à quelques vérités est dans l'illusion de savoir ce qu'il possède alors que le catholique qui se refuse à appréhender la Vérité semble, du point de vue de l'hérétique, perdu.


Je ne suis pas persuadé que l'on puisse à partir de la lecture de ce passage de l'Evangile tirer de telles conclusions et j'aurais tendance à donner raison à fox sur le fait que le Christ dans ce texte s'adresse au démon qui a pris possession de cet homme et non à l'homme lui-même ce que vous semblez suggérer. Je me permet de rappeler que dans un autre passage de la Parole de Dieu Jésus affirme sans équivoque qu'il est possible de connaître la Vérité: "Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira" (Jean 8;32). Il me semble qu'il s'agit essentiellement de la vérité sur l'homme qui est pécheur et de la vérité sur le Christ qui est l'unique Sauveur de l'homme pécheur et perdu. Le texte ou Jésus expulse un démon d'un possédé ne se rapporte pas à l'hérésie mais à la manifestation de la puissance du Christ à qui même les démons ne peuvent résister. On pourrait aussi mettre en parralèle l'exclamation du démon "Tu es le Saint de Dieu" à laquelle vous faites allusion avec la sublime confession de Pierre: "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant" (Matthieu 16;16).

Posons-nous la question suivante: qu'est-ce-qui distingue la confession de démon et celle de Pierre et de l'Eglise à sa suite ? C'est que la première est une reconnaissance inspiré par le mépris, car les démons éprouvent une aversion abissale pour tout ce qui est saint et ne le supportent pas, tandis que la confession de Pierre est l'expression d'un émerveillement et est le fruit d'une révélation du Père. Ainsi, si nous pouvons connaître la vérité sur Dieu et sur nous-même, c'est avant tout grâce à la révélation de Son être qu'Il nous accorde pour que nous puissions le connaître et l'aimer. Ce que l'on peut en revanche soutenir c'est que notre compréhension des vérités révélées par le Saint-Esprit à l'Eglise au moyen de l'Ecriture et de la Tradition ne cesse de s'approffondir et qu'elle demeure toujours partielle et incomplète. Il convient également d'insister sur le fait que Dieu révèle Sa vérité par le Christ à l'homme qui reconnaît sa fragilité et sa faiblesse (= humilité) tandis qu'il n'accorde pas cette grâce à ceux qui pensent que Dieu est inutile, que l'on peut s'accaparer Sa vérité et qui sont imbus d'eux-mêmes.

A propos de la question de la vérité, il me semble au contraire que le chrétien est celui qui recherche intensément la vérité en Dieu pour son salut et celui du monde et non pour se mettre lui-même en avant de façon présomptueuse. J'ajouterais que si l'on croit que les paroles du Christ sont vraies nous devons être attentifs lorsqu'il désigne justement le diable comme celui qui "n'est jamais resté dans la vérité, parce qu'il n'y a pas de vérité en lui" (Jean 8;44). En outre, si l'on pousse votre raisonnement jusqu'au bout on devrait conclure que tout les dogmes de l'Eglise qui définissent ce qui est vrai au regard de la foi qui est la sienne serait le fruit d'un orgueil et d'une arrogance. Il est juste de souligner que l'on ne peut jamais posséder toute la vérité et de faire preuve d'humilité en reconnaissant que nous avons toujours besoin de la lumière du Christ pour découvrir et approndir cette vérité qu'il est venu nous dévoiler non pour nous asservir mais pour nous libérer de toutes nos illusions trompeuses et mortelles.

Pour prolonger et stimuler notre réflexion, je me permet de faire référence au catéchisme de l'Eglise catholique qui nous apporte cette définition: "La foi est d'abord une adhésion personnelle de l'homme à Dieu; elle est en même temps, et inséparablement, l'assentiment libre à toute la vérité que Dieu a révélée" (Art. 150).


Que la paix du Christ vivant qui reviendra et qui nous aime soit avec vous thumleft
Revenir en haut Aller en bas
AntoineG



Messages : 611
Inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Jeu 02 Fév 2012, 00:00

Cher SJA,

L'hérésie est une faute caractéristique des hommes, pas du démon.

L'hérésie se rapporte à l'ignorance, comporte une part variable de responsabilité et peut donc constituer un péché mais cela n'est pas suffisant pour damner.

La réaction du démon dans le passage de l'Evangile que vous citez n'illustre pas l'hérésie mais la damnation d'un ange mauvais.

Pour la damnation, comme le précise le catéchisme, il faut une "aversion volontaire de Dieu et y persister jusqu'à la fin".

C'est justement cette aversion volontaire de Dieu, et plus précisément pour le Dieu Saint, que manifeste clairement l'esprit mauvais dans le passage de l'Evangile que vous citez. L'aversion est un rejet total, en bloc, qui rend la présence de l'autre insupportable. Le contraire exact de l'amour.

L'hérésie constitue certes un chemin dangereux qui peut conduire à l'aversion mais je suis sur que beaucoup d'hérétiques seront sauvés finalement. Ne sommes nous pas tous hérétiques, choisissant indûment telles qualités de Dieu, préférant telles vérités en Lui ? Dieu nous sauvera pourtant, je l'espère, car un petit morceau d'étoffe Lui suffit pour rattraper tout le vêtement brûlé si nous y consentons.

J'ajoute que l'analogie de l'hérésie, dans l'amour humain, c'est cette illusion typique du jeune époux qui ne veut voir chez son épouse que telles qualités qui l'attirent. Il découvrira peu à peu, par les purifications de la vie, une grandeur qu'il ne soupçonnait pas.

Votre message est intéressant ; mais il me semble qu'il faut chercher ailleurs dans l'Evangile une perspective sur l'hérésie. Peut-être par exemple la figure du borgne ?

Antoine
Revenir en haut Aller en bas
Oculus



Masculin Messages : 2561
Inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Jeu 02 Fév 2012, 13:37

La meilleure perspective sur l'hérésie c'est le chap 8 des actes des apôtres :La Bible de Jérusalem


Actes des Apôtres, chapitre 8 ; 9-24 : Simon le Magicien

Ac 8:9- Or il y avait déjà auparavant dans la ville un homme appelé Simon, qui exerçait la magie et jetait le peuple de Samarie dans l'émerveillement. Il se disait quelqu'un de grand,
Ac 8:10- et tous, du plus petit au plus grand, s'attachaient à lui. " Cet homme, disait-on, est la Puissance de Dieu, celle qu'on appelle la Grande. "
Ac 8:11- Ils s'attachaient donc à lui, parce qu'il y avait longtemps qu'il les tenait émerveillés par ses sortilèges.
Ac 8:12- Mais quand ils eurent cru à Philippe qui leur annonçait la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu et du nom de Jésus Christ, ils se firent baptiser, hommes et femmes.
Ac 8:13- Simon lui-même crut à son tour ; ayant reçu le baptême, il ne lâchait plus Philippe, et il était dans l'émerveillement à la vue des signes et des grands miracles qui s'opéraient sous ses yeux.
Ac 8:14- Apprenant que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu, les apôtres qui étaient à Jérusalem y envoyèrent Pierre et Jean.
Ac 8:15- Ceux-ci descendirent donc chez les Samaritains et prièrent pour eux, afin que l'Esprit Saint leur fût donné.
Ac 8:16- Car il n'était encore tombé sur aucun d'eux ; il avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Ac 8:17- Alors Pierre et Jean se mirent à leur imposer les mains, et ils recevaient l'Esprit Saint.
Ac 8:18- Mais quand Simon vit que l'Esprit Saint était donné par l'imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l'argent.
Ac 8:19- " Donnez-moi, dit-il, ce pouvoir à moi aussi : que celui à qui j'imposerai les mains reçoive l'Esprit Saint. "
Ac 8:20- Mais Pierre lui répliqua : " Périsse ton argent, et toi avec lui, puisque tu as cru acheter le don de Dieu à prix d'argent !
Ac 8:21- Dans cette affaire il n'y a pour toi ni part ni héritage, car ton cœur n'est pas droit devant Dieu.
Ac 8:22- Repens-toi donc de ton mauvais dessein et prie le Seigneur : peut-être cette pensée de ton cœur te sera-t-elle pardonnée ;
Ac 8:23- car tu es, je le vois, dans l'amertume du fiel et les liens de l'iniquité. "
Ac 8:24- Simon répondit : " Intercédez vous-mêmes pour moi auprès du Seigneur, afin que rien ne m'arrive de ce que vous venez de dire. "

Irénée de Lyon dans son livre fameux : Contre les Hérésies ( ou réfutation de la GNOSE
au nom menteur ) cite Simon le Magicien comme le Père des hérétiques .

On voit en effet deux attitudes dans Simon :
l'Adoration de la Puissance qu'est la magie ou le Miracle sur les Hommes
la Volonté d'acheter ( d'où "Simonie ") cette puissance ou l'esprit Saint
non dans un but de Non Pouvoir qui est celui de Dieu (qui par nature ne peut se révéler
qu'avec Puissance et Signes ) mais dans un But de Pouvoir temporel sur les Hommes.

Et d'ailleurs , Cher SJA , tout l'évangile de Marc est basé sur la Notion de Secret Messianique .
Le Démon Sait que Dieu est Puissant et il craint , ainsi qu'il est dit dans l'épître de Jacques .
Mais il est incapable de concevoir que la Puissance de Dieu est Non Pouvoir .
Il pense donc que la Sainteté est Puissance et Pouvoir , donc il s'adore lui même en Dieu ,
tel est son drame , il est incapable de sortir de lui même , c'est pour cela qu'il rentre dans les hommes .

Toute la tension de l'évangile de marc est de reconnaitre Jésus comme Messie .
Mais si le Messie commence par déployer sa Puissance par ses miracles et ses actes ,
ceci sera mis in fine au service du refus du pouvoir temporel et de l'acceptation de la croix .
Car La croix est Puissance du Non Pouvoir de Dieu .
jusqu'au dernier moment le démon tentera de faire avorter cette Non puissance :
tel est le drame de Juda qui pensait que Jésus basculerait dans l'action violente au moment de son arrestation et où la phrase de jésus : "remets ton épée au fourreau, ceux qui prennent l'épée, périront par l'épée " à Pierre , ruine toute sa stratégie d'instauration d'un Messie temporel .


Dernière édition par Oculus le Jeu 02 Fév 2012, 20:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Jeu 02 Fév 2012, 18:45

AntoineG a écrit:
Cher SJA,

L'hérésie est une faute caractéristique des hommes, pas du démon.

L'hérésie se rapporte à l'ignorance, comporte une part variable de responsabilité et peut donc constituer un péché mais cela n'est pas suffisant pour damner.

La réaction du démon dans le passage de l'Evangile que vous citez n'illustre pas l'hérésie mais la damnation d'un ange mauvais.

Pour la damnation, comme le précise le catéchisme, il faut une "aversion volontaire de Dieu et y persister jusqu'à la fin".

C'est justement cette aversion volontaire de Dieu, et plus précisément pour le Dieu Saint, que manifeste clairement l'esprit mauvais dans le passage de l'Evangile que vous citez. L'aversion est un rejet total, en bloc, qui rend la présence de l'autre insupportable. Le contraire exact de l'amour.

L'hérésie constitue certes un chemin dangereux qui peut conduire à l'aversion mais je suis sur que beaucoup d'hérétiques seront sauvés finalement. Ne sommes nous pas tous hérétiques, choisissant indûment telles qualités de Dieu, préférant telles vérités en Lui ? Dieu nous sauvera pourtant, je l'espère, car un petit morceau d'étoffe Lui suffit pour rattraper tout le vêtement brûlé si nous y consentons.

J'ajoute que l'analogie de l'hérésie, dans l'amour humain, c'est cette illusion typique du jeune époux qui ne veut voir chez son épouse que telles qualités qui l'attirent. Il découvrira peu à peu, par les purifications de la vie, une grandeur qu'il ne soupçonnait pas.

Votre message est intéressant ; mais il me semble qu'il faut chercher ailleurs dans l'Evangile une perspective sur l'hérésie. Peut-être par exemple la figure du borgne ?

Antoine

Cher Antoine, j'acquiesce dans l'ensemble à votre point de vue qui ne diffère du mien qu'en ce qui concerne à source et la concéquence de l'hérésie dont on néglige souvent l'importance dans la doctrine catholique alors que se place est centrale. C'est par rapport à elle finalement qu'on se définie en tant que catholique.

Citation :
L'hérésie est une faute caractéristique des hommes, pas du démon.


Dans les Evangiles, les malades, les égarés sont souvent décrits comme étant possédés par des démons que le Christ chasse.

Je pense qu'il faut considéré à un certain niveau de lecture que l'aveugle est celui qui ne veut pas voir et que l'homme possédé demeure un homme de volonté mal orientée.

Il faut toujours garder en mémoire que Satan n'est pas responsable du péché d'Eve comme Eve n'est pas responsable du péché d'Adam.

Citation :
L'hérésie se rapporte à l'ignorance, comporte une part variable de responsabilité et peut donc constituer un péché mais cela n'est pas suffisant pour damner.

L'hérésie peut se rapporter à l'ignorance (exemple d'une personne n'ayant jamais entendu parlé du Christ) mais elle peut aussi se rapporter à l'orgueil (cas des personnes qui pensent détenir la Vérité) et à la faiblesse (cas des personnes qui par manque d'espérance ou pour estomper leurs souffrances saisissent ce qu'elle peuvent et s'illusionne détenir la Vérité).

Ainsi l'hérésie n'est jamais un péché mais la résultante d'un péché lorsque qu'elle n'a pas pour source l'ignorance.

Quoique l'hérétique qui fait le choix d'assimiler la Vérité qui est Dieu bien absolu et immuable aux biens passagers (jouissance sexuelle, shot d'héroïne, gloire terrestre,…) peut à la fois être ignorant et pécheur.

Dans ce cas l'hérésie est la cause du péché.

Citation :
Pour la damnation, comme le précise le catéchisme, il faut une "aversion volontaire de Dieu et y persister jusqu'à la fin".

C'est justement cette aversion volontaire de Dieu, et plus précisément pour le Dieu Saint, que manifeste clairement l'esprit mauvais dans le passage de l'Evangile que vous citez. L'aversion est un rejet total, en bloc, qui rend la présence de l'autre insupportable. Le contraire exact de l'amour.

J'avoue ne pas avoir beaucoup réfléchit à ce problème d'aversion. Je vous remercie de la remarque. Le Christ peut très bien sanctionner l'aversion et non l'hérésie.

Cela dit cette aversion n'est telle la cause d'une hérésie puisque l'hérétique s'illusionne connaître Dieu, il déteste qu'elle que chose qui n'est pas Dieu.

En l'espèce, vous semblez dire que le démon qui prospère sur l'orgueil entraîne l'homme à détester Jésus parce qu'il est Dieu uniquement. Mais pourtant l'homme accuse Jésus de venir tourmenter, de venir demander des choses nouvelles, d'enseigner différemment.
N'est-ce justement pas parce que le Christ vient changer l'objet et la nature de la foi qu'Il apporte le tourment à des gens dont la foi et la croyance se confondaient ?

Citation :
L'hérésie constitue certes un chemin dangereux qui peut conduire à l'aversion mais je suis sur que beaucoup d'hérétiques seront sauvés finalement.
Ne sommes nous pas tous hérétiques, choisissant indûment telles qualités de Dieu, préférant telles vérités en Lui ?
Dieu nous sauvera pourtant, je l'espère, car un petit morceau d'étoffe Lui suffit pour rattraper tout le vêtement brûlé si nous y consentons.

C'est bien mon avis !

Nous sommes tous autant que nous sommes hérétiques. Même les Papes, même les saints !

Nous le sommes parce nous portons tous le péché originel.

Seule Marie toute humble et immaculée conception n'était pas hérétique, sa foi était (du fait de sa parfaite humilité) parfaite, c'est pourquoi elle a pu ceindre la Vérité jusqu'à l'enfanter: Le corps physique du Christ et son corps mystique qui est l'Eglise.
Revenir en haut Aller en bas
Sanctus Germanus



Masculin Messages : 680
Inscription : 19/01/2012

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Jeu 23 Fév 2012, 01:38

Citation :
Mais vous, que comprenez vous de ce texte ?

Que le Christ est un super magicien qui fait bouh au mauvais esprit ?


Que le Christ a l'autorité sur toutes choses.
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc   Jeu 23 Fév 2012, 09:16

Sanctus Germanus a écrit:
Citation :
Mais vous, que comprenez vous de ce texte ?

Que le Christ est un super magicien qui fait bouh au mauvais esprit ?


Que le Christ a l'autorité sur toutes choses.

A un certain niveau de lecture oui bien sur.

Revenir en haut Aller en bas
 
La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La définition de l'hérésie dans l'Evangile de Marc
» [Dico rêves] Céleri
» L'âme...
» Intercept
» signification d'une p-value

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: