DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph   Ven 30 Déc 2011, 13:18

La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph
Fête

L'Église a jugé qu'il pouvait être opportun d'inviter les générations de notre temps à considérer aujourd'hui les relations mutuelles de Jésus, de Marie et de Joseph, pour recueillir les leçons qu'elles comportent et profiter des secours si efficaces qu'offre leur exemple.

Un même évangile assigné dans le Missel au Dimanche dans l'Octave de l'Épiphanie comme à la fête récente de la sainte Famille, n'a pas été sans influence, on peut le supposer, sur le choix de la place qu'occupe désormais au calendrier la solennité nouvelle. Celle-ci d'ailleurs ne détourne pas entièrement notre pensée des mystères de Noël et de l'Épiphanie : la dévotion à la sainte Famille n'est-elle pas née à Bethléhem, où Marie et Joseph reçu­rent, après Jésus, les hommages des bergers et des mages ?

Et si l'objet de la présente fête dépasse les premiers moments de l'existence terrestre du Sauveur et s'étend aux trente années de sa vie cachée, ne trouve-t-on pas déjà à la crèche certains de ses aspects les plus touchants ?

Jésus, dans la faiblesse volontaire où le place son état d'enfance, s'abandonne à ceux que les desseins de son Père ont commis à sa garde ; Marie et Joseph exercent, dans une humble adoration à l'égard de celui-là même dont ils tiennent leur autorité, tous les devoirs que leur impose leur mission sacrée.

Plus tard l'Évangile, parlant de la vie de Jésus entre Marie et Joseph à Nazareth, la décrira par ces seuls mots : « Et il leur était soumis. Et sa mère conservait dans son cœur toutes ces choses, et Jésus croissait en sagesse, en âge et en grâce devant Dieu et devant les hommes. » (Luc. 2, 51-52). Si bref que soit à cet endroit le texte sacré, c'est une lumineuse vision d'ordre et de paix, dans l'autorité, la soumission, la dépendance, les égards mutuels qu'il dé­couvre à nos regards.

La sainte maison de Nazareth s'offre à nous comme le modèle parfait du foyer chrétien. Là, Joseph commande avec calme et sérénité, car il a conscience, en agissant ainsi, de faire la volonté de Dieu et de parler en son nom. Il sait qu'à l'égard de sa virginale épouse et de son divin Fils il est le moindre ; et pourtant son humilité lui fait accepter, sans crainte ni trouble, le rôle qui lui a été départi par Dieu d'être le chef de la sainte Famille, et comme un bon supérieur, il ne songe à faire usage de son autorité qu'afin de remplir plus complètement l'office de serviteur, de sujet, d'instrument.

Marie, ainsi qu'il convient à la femme, demeure modestement soumise à Jo­seph ; et à son tour, adorant celui à qui elle commande, elle donne sans hésiter ses ordres à Jésus dans les mille occa­sions que présente la vie de famille, l'appelant, réclamant son aide, lui imposant telle ou telle occupation, comme une mère le fait à son enfant.

Et Jésus accepte humblement cette suggestion : il se montre attentif aux moindres désirs de ses parents, docile à leurs moindres ordres. Dans tous les détails de la vie ordinaire, lui, plus habile, plus sage, plus saint que Marie et Joseph, et bien que tout honneur lui soit dû, il leur est soumis, et il le sera jusqu'aux jours de sa vie publique, car telles sont les conditions de l'humanité qu'il a revêtue et tel est le bon plaisir de son Père. « Oui, s'écrie saint Bernard, transporté d'enthousiasme devant un spectacle aussi sublime, le Dieu à qui les Anges sont sou­mis, à qui les Principautés et les Puissances obéissent, était soumis à Marie ; et non seulement à Marie, mais encore à Joseph à cause de Marie ! Admirez donc l'un et l'autre, et voyez ce qui vous paraît plus admirable, de la très gra­cieuse condescendance du Fils ou de la très glorieuse di­gnité de sa Mère. Des deux côtés, sujet d'étonnement ; des deux côtés, miracle. Qu'un Dieu obéisse à une créature humaine, voilà une humilité sans exemple ; et qu'une créa­ture humaine commande à un Dieu, voilà une sublimité sans égale[1]. »

Salutaire leçon que celle qui nous est présentée ici ! Dieu veut qu'on obéisse et qu'on commande selon le rôle et les fonctions de chacun, non selon le rang des mérites et de la vertu. A Nazareth, l'ordre de l'autorité et de la dépendance n'est pas le même que celui de la perfection et de la sainteté. Ainsi en est-il fréquemment dans toute société hu­maine et dans l'Église même : si le supérieur doit parfois respecter dans l'inférieur une vertu plus haute que la sienne, l'inférieur a toujours le devoir de respecter dans le supérieur une autorité dérivée de l'autorité même de Dieu.

La sainte Famille vivait du travail de ses mains. La prière en commun, les saints entretiens par lesquels Jésus se plaisait à former et à élever de façon croissante les âmes de Marie et de Joseph, n'avaient qu'un temps, et devaient cesser devant la nécessité de pourvoir aux exigences de l'existence quotidienne. Pauvreté et travail sont de trop grands moyens de sanctification pour que Dieu n'ait pas voulu les imposer au petit groupe béni de Nazareth.

Joseph exerçait donc assidûment son métier de charpentier, et Jésus, dès qu'il sera en âge de le faire, partagera son labeur. Au II° siècle, la tradition gardait encore le souvenir des jougs et des charrues fabriqués par ses mains divines[2].

Pendant ce temps Marie remplissait tous ses devoirs de maîtresse d'une humble maison. Elle préparait les repas que Joseph et Jésus devaient trouver après leur travail, veillait à l'ordre et à la propreté du logis, et sans doute, suivant la coutume d'alors, elle faisait elle-même en grande partie ses propres vêtements et ceux de la famille, ou bien exécutait pour le dehors certains travaux dont le salaire servirait à augmenter le bien-être de tous.

Ainsi, par sa vie obscure et active dans l'atelier de Joseph, Jésus a élevé et ennobli le travail manuel qui est le lot du plus grand nom­bre des hommes. En prenant pour lui et ses parents la situation de simple artisan, il a merveilleusement grandi et sanctifié la condition des classes laborieuses, qui peuvent venir chercher désormais, près de si augustes exemples, en même temps qu'un encouragement à la pratique des plus nobles vertus, un motif constant de contentement et de bonheur[3].

Telle nous apparaît la sainte Famille sous l'humble toit de Nazareth, véritable modèle de cette vie domestique avec ses relations mutuelles de charité et ses beautés ineffables, qui est la sphère d'action de millions de fidèles dans tout l'univers ; où le mari gouverne comme le faisait Joseph, tandis que la femme obéit comme le faisait Marie ; où les parents sont attentifs à l'éducation des enfants, et où ceux-ci tiennent la place de Jésus par leur obéissance, leur progrès, la joie et la lumière qu'ils répandent autour d'eux. Suivant l'expression d'un pieux auteur que nous nous plaisons à citer ici, par les grâces qui chaque jour et à chaque instant sont versées du ciel sur lui, par la multitude des vertus qu'il met en action, enfin par le bonheur dont il est l'écrin, le foyer chrétien est « comme le vestibule du Paradis[4] ».

Aussi ne faut-il pas s'étonner s'il est l'objet des continuelles attaques des ennemis du genre humain ; et si ceux-ci remportent parfois des triomphes plus signalés sur le royaume fondé ici-bas par Notre-Seigneur, « c'est lorsqu'ils réussissent à souiller le mariage, à détruire l'autorité des parents, à refroidir les affections et les devoirs qui lient l'enfant à son père et à sa mère. Aucune invasion de hordes barbares, s'avançant à travers une contrée florissante et la ravageant par le fer et le feu, n'est aussi odieuse aux regards du ciel qu'une loi qui sanctionne la dissolution du lien matrimonial, ou qui arrache les enfants à la garde et à la direction de leurs parents. Dans tout l'univers, par la miséricorde de Dieu, la famille chrétienne a été établie et défendue par l'Église, comme sa plus belle création et son plus grand bienfait envers la société. Or la lumière, la paix, la pureté et le bonheur du foyer chrétien, tout cela est dérivé de la vie menée par Jésus, Marie et Joseph, dans la sainte maison de Nazareth. »

Le culte de la sainte Famille se développa particulière­ment au XVIIe siècle, sous la forme de pieuses associations ayant pour fin la sanctification des familles chrétiennes sur le modèle de celle du Verbe incarné. Cette dévotion, introduite au Canada par les Pères de la Compagnie de Jésus, ne tarda pas à s'y propager rapidement. Deux siècles plus tard, devant les manifestations croissantes de la piété des fidèles à l'égard du mystère de Nazareth, le pape Léon XIII, par le Bref « Neminem fugit » du 14 juin 1892, établissait à Rome l'association de la Sainte Famille, dans le but d'unifier toutes les confréries instituées sous le même vocable. L'année suivante, le même Souverain Pontife décrétait que la fête de la Sainte Famille serait célébrée le troisième Dimanche après l'Épiphanie partout où elle était concédée, et la dotait d'une messe nouvelle et d'un office dont lui-même avait voulu composer les hymnes. Enfin Pie XI, en 1921, rendait cette fête obligatoire dans toute l'Église.

--------------------------------------------------------------------------------

[1]Homilia 1 supra Missus est.

[2]S. Justin, Dialogus cum Tryphone, 88.

[3]Léon XIII, Bref Neminem fugit du 14 juin 1892. [4]Coleridge. La vie de notre vie ou Histoire de Notre-Seigneur Jésus-­Christ, III, ch. 16.



Extrait de l'Année Liturgique de Dom Guéranger (restaurateur de l'ordre des Bénédictains en France, au XXème siècle), T. II, Le temps après Noël


©Evangelizo.org 2001-2010
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph   Ven 30 Déc 2011, 13:19

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph   Ven 30 Déc 2011, 13:25

Commentaire du jour :

Paul VI, pape de 1963-1978
Homélie à Nazareth du 05/01/64 (bréviaire Sainte Famille)


« Ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth »

Nazareth est l'école où l'on commence à comprendre la vie de Jésus, l'école de l'Évangile. Ici on apprend à regarder, à écouter, à méditer et à pénétrer la signification, si profonde et si mystérieuse, de cette très simple, très humble et très belle manifestation du Fils de Dieu. Peut-être apprend-on même insensiblement à l'imiter... Comme nous voudrions redevenir enfant et nous remettre à cette école humble et sublime de Nazareth ; comme nous voudrions près de Marie recommencer à acquérir la vraie science de la vie et la sagesse supérieure des vérités divines !...

Une leçon de silence d'abord. Que renaisse en nous l'estime du silence, cette admirable et indispensable condition de l'esprit, en nous qui sommes assaillis par tant de clameurs, de fracas et de cris dans notre vie moderne, bruyante et hypersensibilisée. Ô silence de Nazareth, enseigne-nous le recueillement, l'intériorité, la disposition à écouter les bonnes inspirations et les paroles des vrais maîtres ; enseigne-nous le besoin et la valeur des préparations, de l'étude, de la méditation, de la vie personnelle et intérieure, de la prière que Dieu seul voit dans le secret (Mt 6,6).

Une leçon de vie familiale. Que Nazareth nous enseigne ce qu'est la famille, sa communion d'amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable ; apprenons de Nazareth comment la formation qu'on y reçoit est douce et irremplaçable ; apprenons quel est son rôle primordial sur le plan social.

Une leçon de travail. Nazareth, maison du « fils du charpentier » (Mt 13,55) : c'est ici que nous voudrions comprendre et célébrer la loi sévère et rédemptrice du labeur humain ; ici, rétablir la conscience de la noblesse du travail ; ici, rappeler que le travail ne peut pas avoir une fin en lui-même, mais que sa liberté et sa noblesse lui viennent, en plus de sa valeur économique, des valeurs qui le finalisent. Comme nous voudrions saluer ici tous les travailleurs du monde entier et leur montrer leur grand modèle, leur frère divin, le prophète de toutes leurs justes causes, le Christ notre Seigneur.
Revenir en haut Aller en bas
 
La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph
» La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph
» La Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph et commentaire du jour "Ceux qui en voulaient à la vie de l'enfant"
» ''Fête de la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph''
» Le talmud sur la sainte-famille - témoin de l`hostilité du clergé juif de l`époque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: