DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Vers un printemps russe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Vers un printemps russe ?   Sam 10 Déc 2011, 21:06

Des dizaines de milliers de Russes ont manifesté contre Poutine

© AFP Manifestation d'opposants le 10 décembre 2011 à Moscou
© AFP Yuri Kadobnov

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Au moins 50.000 personnes -jusqu'à 80.000 selon certaines estimations- ont manifesté samedi à Moscou pour contester la victoire du parti de Vladimir Poutine aux élections législatives du 4 décembre, une mobilisation sans précédent suivie un peu partout en Russie.

Il s'agit d'un mouvement d'une ampleur jamais vue contre Vladimir Poutine, arrivé au pouvoir en 2000, Premier ministre depuis 2008, et qui a annoncé son intention de revenir au Kremlin en mars prochain.

La police de Moscou a évalué le nombre des manifestants à 25.000. L'opposition a avancé des chiffres allant de 50.000 à 80.000 personnes.

Même la chaîne de télévision sous contrôle de l'Etat NTV a fait état de "dizaines de milliers" de manifestants qui "ne veulent pas de révolution, mais des élections justes, qui sont le meilleur remède contre les révolutions".

Les chaînes publiques Pervyi Kanal et Vesti ont également diffusé des sujets sur les manifestations en Russie.

Selon une source au Kremlin citée par le quotidien en ligne Gazeta.ru, la diffusion de ces sujets a été faite sur ordre du président russe Dmitri Medvedev, qui a également dit à la police de ne pas être brutale avec les manifestants.

A Moscou, il s'agit de la plus grande manifestation d'opposants depuis les années 1990. Et contrairement aux précédents rassemblements de ces derniers jours, "aucune interpellation" n'a eu lieu dans la capitale russe, a affirmé la police.
© AFP Des dizaines de milliers de manifestants le 10 décembre 2011 à Moscou
© AFP Yuri Kadobnov

L'évaluation de 50.000 manifestants semble plausible : la place Bolotnaïa, dans le centre de Moscou, où pouvaient se rassembler 30.000 personnes d'après la police, était pleine et la foule débordait largement sur les ponts enjambant la Moskova, les quais et des esplanades adjacents.

Fort de ce succès, les opposants ont prévu un nouveau rassemblement pour le 24 décembre.

"Rendons au pays les élections !", "Exigeons un nouveau comptage des voix!", "La Russie - sans Poutine !", était-il écrit sur des banderoles dans la foule.

A la tribune se sont succédé des représentants de l'opposition, un mélange disparate allant de l'extrême gauche aux libéraux en passant par le mouvement nationaliste "Les Russes".

"Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev ont fait une découverte très désagréable pour eux aujourd'hui. La Russie a un peuple", a déclaré Sergueï Mitrokhine, chef du parti libéral d'opposition Iabloko.

"Nous sommes le peuple !", lui a répondu la foule.

Un des dirigeants de l'opposition libérale, l'ancien ministre Boris Nemtsov, a souligné devant la presse que la mobilisation avait lieu "dans 90 villes de Russie".

"Les dizaines de milliers de personnes qui se rassemblent aujourd'hui ne se laissent pas faire quand Poutine et (le chef de la commission électorale Vladimir) Tchourov leur volent 12 millions de voix", a-t-il dit.
© AFP Les membres de la commission électorale le 9 décembre 2011 à Moscou
© AFP Yuri Kadobnov

"Ils ont trompé le peuple russe", a encore déclaré M. Nemtsov.

Il a précisé que l'opposition exigeait la libération des personnes emprisonnées depuis les premières manifestations le 5 décembre (1.600 interpellations à Moscou et à Saint-Pétersbourg), la fin de la "censure", et l'organisation de nouvelles élections.

Un journaliste de l'AFP avait observé dans le centre de Moscou une concentration sans précédent de forces de l'ordre, avec des centaines de camions des unités antiémeutes et des fourgons cellulaires, de part et d'autre du Kremlin, près de la Place Rouge, près du siège du FSB (Service fédéral de sécurité) sur la place de la Loubianka, jusqu'à la Place Pouchkine et sur un pont franchissant la Moskova.

La Place rouge, qui jouxte le Kremlin, était bloquée par des camions des forces de l'ordre et un grand nombre de policiers.

A Saint-Pétersbourg, ce sont 10.000 personnes, selon la police, qui ont manifesté dans le centre-ville. Environ 30 personnes ont été interpellées, a déclaré la police, citée par l'agence de presse Interfax.

Compte tenu du décalage horaire, les manifestations, en réponse à des appels lancés sur les réseaux sociaux -l'internet étant au centre de la mobilisation-, avaient commencé plusieurs heures avant celle de Moscou dans les villes d'Extrême-Orient et de Sibérie.
© AFP Manifestants le 10 décembre 2011 à Krasnodar dans le sud de la Russie
© AFP Mikhail Mordasov

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans l'Oural et en Sibérie, notamment à Ekaterinbourg et Novossibirsk.

Environ 1.500 personnes avaient manifesté à Vladivostok, port russe de la côte Pacifique, à sept fuseaux horaires de la capitale russe.

Les manifestants étaient au moins 1.500 à Tomsk (Sibérie) malgré une température de -10 degrés, et entre 2.000 et 3.000 à Tcheliabinsk (Oural), ont assuré des militants de l'opposition joints par l'AFP. Des rassemblements ont été signalés dans de nombreuses autres villes de Russie.

Selon Interfax, une centaine de personnes ont été interpellées dans le pays.

La seule réaction officielle à l'exceptionnelle journée de protestation à Moscou a été celle d'un responsable du parti Russie unie, Andreï Issaïev : "Ce n'est pas beaucoup pour une ville de plusieurs millions d'habitants. Néanmoins, nous allons analyser soigneusement ce qui a été dit et les motifs de mécontentement (des manifestants)".

Mais "c'est beaucoup par rapport à d'habitude", déclare en revanche Evgueni Gountmakher, de l'Institut du développement contemporain.

"Les gens ont pris goût aux manifestations de masse. C'est très inquiétant pour le pouvoir", a-t-il estimé.

"La classe dirigeante doit réfléchir : l'élection présidentielle est pour bientôt (en mars) et il n'y a plus aucune confiance envers les dirigeants. C'est une crise politique grave", ajoute Alexeï Malachenko du centre Carnegie.

Le Journal officiel russe a publié samedi les résultats officiels des élections confirmant la victoire du parti au pouvoir Russie unie avec 49,32% des voix et une majorité absolue de 238 mandats sur 450 à la Douma (chambre basse du Parlement).

La mission d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait déclaré à Moscou à l'issue du scrutin avoir relevé des irrégularités "fréquentes" et "de sérieuses indications de bourrage des urnes".

Une ONG, "L'Observateur citoyen", affirme sur son site internet (nabludatel.org) que le résultat réel de Russie unie est inférieur d'environ 20 points aux chiffres officiels.

Ces élections et la répression des manifestations qui ont suivi ont suscité de vives critiques des Etats-Unis, de l'UE, de la France et de l'Allemagne notamment.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Dim 11 Déc 2011, 10:51

Russie: les dirigeants silencieux après les grandes manifestations anti-Poutine

© AFP Manifestation à Saint-Petersbourg le 10 décembre 2011 pour dénoncer les faudfes aux législatives
© AFP Olga Maltseva

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Les dirigeants russes n'avaient pas réagi dimanche aux manifestations sans précédent la veille de l'opposition contestant la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives du 4 décembre, alors que des experts y voient un véritable défi pour le régime.

Ce mouvement d'une ampleur jamais vue depuis l'arrivée au pouvoir en 2000 de l'ex-agent du KGB a réuni samedi à Moscou de 50.000 à 80.000 personnes selon des estimations indépendantes (25.000 selon la police) et plusieurs milliers de manifestants dans une cinquantaine de villes du pays.

Ces manifestations ont été organisées pour dénoncer les fraudes qui, selon l'opposition, ont permis au parti au pouvoir Russie unie de remporter les législatives.

Le gouvernement russe n'a aucun commentaire à faire à ce sujet, a déclaré le porte-parole de M. Poutine, Dmitri Peskov, au principal site russe d'information en ligne, gazeta.ru.

La seule réaction officielle jusqu'ici à la plus grande manifestation d'opposition à Moscou depuis les années 1990 a été celle d'un responsable du parti au pouvoir Russie unie, Andreï Issaïev, estimant que ce n'était "pas beaucoup pour une ville de plusieurs millions d'habitants".
© AFP Manifestation à Moscou le 10 décembre 2011 pour dénoncer les fraudes aux législatives
© AFP Yuri Kadobnov

"Néanmoins, nous allons analyser soigneusement ce qui a été dit et les motifs de mécontentement (des manifestants)", a-t-il ajouté.

La mobilisation a été exceptionnelle à la manifestation à Moscou où les rassemblements d'opposants -- pour la plupart non autorisés -- réunissaient jusqu'à présent en général quelques centaines de personnes.

Alors qu'elles avaient observé un black-out depuis le début de la contestation, des chaînes de télévision contrôlées par l'Etat russe ont ouvert leurs journaux sur ce sujet samedi soir.

"Je n'arrive pas à y croire! Ont-ils vraiment décidé de parler de ça?", peut-on lire sur un compte Twitter de la chaîne publique Pervyi Kanal.

Selon une source au Kremlin citée par gazeta.ru, cette décision aurait été prise par le président Dmitri Medvedev qui aurait également donné pour instruction à la police de Moscou de se comporter avec modération.

La manifestation dans la capitale s'est achevée sans la moindre interpellation alors que des dizaines de personnes ont été appréhendées dans d'autres villes du pays.
© AFP L'ancien ministre Boris Nemtsov s'exprime le 10 décembre 2011 à Moscou lors d'une manifestation de l'opposition
© AFP Yuri Kadobnov

L'un des leaders de l'opposition qui organise la contestation, l'ancien ministre Boris Nemtsov, a indiqué dimanche à la radio Kommersant FM que de nouvelles manifestations étaient prévues les 17, 18 et 24 décembre.

"Nous allons poursuivre notre mouvement de protestation tant que nos exigences ne seront pas satisfaites", a déclaré M. Nemtsov.

L'opposition réclame l'organisation de nouvelles élections et la libération des personnes condamnées à des peines allant jusqu'à 15 jours de prison après avoir été interpellées lors des premières manifestations organisées à Moscou et Saint-Pétersbourg au lendemain du vote.

Ces élections sont "la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", après le mécontentement grandissant de la population face aux injustices et à la corruption, estime Evgueni Gontmakher, de l'Institut du développement contemporain.

"Les gens ont pris goût aux manifestations de masse et sont prêts à se mobiliser à nouveau à tout moment et pour n'importe quel prétexte", ajoute l'expert.

Cette mobilisation intervient à moins de trois mois de la présidentielle du 4 mars, à laquelle Vladimir Poutine a annoncé son retour au Kremlin où il pourrait rester théoriquement jusqu'en 2024 après avoir y avoir déjà passé huit ans (2000-2008).

"Il n'y a plus aucune confiance envers les dirigeants, c'est une crise politique grave", avertit Alexeï Malachenko, expert au Centre Carnegie de Moscou. "Si l'élection présidentielle avait lieu demain, Poutine aurait très peu de voix".

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Dim 11 Déc 2011, 12:26

Russie, le réveil

La répression qui s'est abattue en Russie au lendemain des élections législatives aux résultats falsifiés n'a pas arrêté la contestation. Révoltés par le mensonge et la corruption, les Russes ont manifesté hier par dizaines de milliers de la Sibérie jusqu'à Moscou.

En arrêtant massivement les opposants, avec 1 600 interpellations, le pouvoir espérait intimider la population. Il n'en est rien : les révolutions arabes ont donné espoir aux Russes et les nouvelles technologies leur donnent la possibilité d'agir. Leur impact est d'autant plus important que la société est en mouvement : « On voit une multitude d'initiatives locales, de petits collectifs tout autour de Moscou... et cela prend, par les nouvelles technologies, une ampleur nationale, » expliquait le spécialiste Mr. Prokofiev, à Paris lors de l'anniversaire de l'association Acer-Russie.

Qui sont-ils, ceux qui osent braver l'arbitraire du pouvoir et se mobiliser pour protester contre les abus ? « Un nouveau type d'association apparaît autour de personnes dont les droits ont été violés dans telle ou telle circonstance. Ils rassemblent des personnes ayant eu les mêmes problèmes, a expliqué la journaliste indépendante Zoïa Svetova à ce même colloque. La question est de savoir si ces gens peuvent se rassembler un jour pour créer un mouvement de protestation contre le régime de Poutine. »

Les manifestations qui se déroulent en ce moment laissent penser qu'un pas se fait dans cette direction. En témoignent les slogans : « Le pouvoir a volé notre vote et notre avenir. Non aux voleurs ! » La population qui souffre de mille manières de la corruption ne veut plus se laisser faire. Les tricheries du pouvoir pour remporter les élections ont fait déborder le vase rempli de patience et d'exaspération. Elles ont renforcé la volonté des Russes de prendre leur avenir en main.

Ce mouvement sera-t-il étouffé par des provocations, noyé dans le sang et la répression ? Ou est-il le début de l'unification des opposants démocrates et d'une libération profonde et pacifique de la Russie ?

Le rôle des démocraties est important. Elles doivent éviter de se laisser enfermer dans le scénario du pouvoir : « après moi, le déluge des nationalistes ». Au contraire, elles doivent soutenir les forces démocratiques et exiger : la libération des prisonniers d'opinion, le respect du droit, la liberté d'expression sans oublier d'envoyer des observateurs.

Ce qu'il faut chérir ce n'est ni le pouvoir russe ni le gaz mais l'amitié des Russes, très déçus par le fait qu'un ancien dirigeant européen a rejoint le consortium russe Gazprom ! Il faut être aux côtés de ceux qui aspirent à la liberté.
Jeanne Emmanuelle Hutin

http://www.ouest-france.fr/actu/editorial_-Russie-le-reveil-_3632-2020751_actu.Htm

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Dim 11 Déc 2011, 19:02

Russie: Medvedev balaie les critiques de l'opposition mais promet des vérifications

© AFP Manifestation à Saint-Petersbourg le 10 décembre 2011 pour dénoncer les faudfes aux législatives
© AFP Olga Maltseva

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Le président russe, Dmitri Medvedev, a balayé dimanche les revendications de l'opposition exigeant de nouvelles élections législatives mais a promis d'enquêter sur les allégations de fraude après des manifestations sans précédent contestant la victoire du parti au pouvoir.

Ce mouvement d'une ampleur jamais vue depuis l'arrivée au Kremlin en 2000 de Vladimir Poutine, devenu Premier ministre en 2008, a réuni samedi à Moscou de 50.000 à 80.000 personnes selon des estimations indépendantes (25.000, selon la police) et des milliers de manifestants dans une cinquantaine de villes du pays.

Ces manifestations ont été organisées pour dénoncer les fraudes qui, selon l'opposition, ont permis au parti Russie unie -- dirigé par Vladimir Poutine et dont M. Medvedev était tête de liste -- de remporter les législatives du 4 décembre.

Au cours des manifestations, l'opposition a réclamé l'organisation de nouvelles élections et déployé des banderoles "Escrocs et voleurs, rendez-nous les élections", une allusion à l'expression "Russie unie - le parti des voleurs et des escrocs", popularisée par le blogueur Alexeï Navalny, dénonçant la corruption.

"Je ne suis d'accord ni avec les slogans ni avec les déclarations des manifestants", a écrit M. Medvedev sur sa page Facebook.
© AFP Manifestation à Moscou le 10 décembre 2011 pour dénoncer les fraudes aux législatives
© AFP Yuri Kadobnov

"Néanmoins, j'ai donné l'ordre de vérifier toutes les informations qui proviennent des bureaux de vote et concernent le respect de la législation électorale", a réitéré M. Medvedev au lendemain de la mobilisation.

Au cours d'un déplacement à Prague jeudi, le président russe avait déjà déclaré: "Il faut examiner tous les soupçons d'irrégularités. Pour cela, nous avons la commission électorale et les tribunaux".

L'un des leaders de l'opposition, l'ancien ministre Boris Nemtsov, a aussitôt qualifié de "moquerie" les déclarations de M. Medvedev sur les vérifications.

En effet, les autorités ont d'ores et déjà refusé d'examiner la question de la démission du président de la commission électorale, une des revendications de l'opposition qui accuse ce dernier d'avoir orchestré les fraudes.

Pour sa part, Dmitri Peskov, porte-parole de Vladimir Poutine, a qualifié les manifestations de "protestation démocratique d'une partie de la population qui est mécontente des résultats officiels", selon un communiqué.
© AFP L'ancien ministre Boris Nemtsov s'exprime le 10 décembre 2011 à Moscou lors d'une manifestation de l'opposition
© AFP Yuri Kadobnov

"Nous respectons le point de vue des manifestants, nous entendons ce qu'ils disent et nous allons continuer à les écouter".

La mobilisation a été exceptionnelle à la manifestation à Moscou où les rassemblements d'opposants -- pour la plupart non autorisés -- réunissaient jusqu'à présent en général quelques centaines de personnes.

Alors qu'elles avaient observé un quasi black-out depuis le début de la contestation, des chaînes de télévision contrôlées par l'Etat russe ont ouvert leurs journaux sur ce sujet samedi soir.

Selon une source au Kremlin citée par le principal site russe d'informations en ligne gazeta.ru, cette décision aurait été prise par M. Medvedev qui aurait également donné pour instruction à la police de Moscou de se comporter avec modération.

La manifestation dans la capitale s'est achevée sans la moindre interpellation alors que des dizaines de personnes ont été appréhendées dans dans d'autres villes du pays.

"Nous allons poursuivre notre mouvement de protestation", a ajouté M. Nemtsov, annonçant de nouvelles manifestations les 17 et 18 décembre, et une grande manifestation le 24 si les exigences de l'opposition ne sont pas satisfaites d'ici là.

Cette mobilisation intervient à moins de trois mois de la présidentielle du 4 mars, à laquelle Vladimir Poutine a annoncé son retour au Kremlin où il pourrait rester théoriquement jusqu'en 2024 après avoir y avoir déjà passé huit ans (2000-2008).

"Il n'y a plus aucune confiance envers les dirigeants, c'est une crise politique grave", a averti l'expert Alexeï Malachenko.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Dim 11 Déc 2011, 20:44

Bon que dire sur ce sujet, la majorité voterai pour Poutine et sa partie. Car il y a pas d'autre meilleur que celle ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Dim 11 Déc 2011, 23:37

"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)

clown
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 00:10

Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)

clown

Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 00:27

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)

clown

Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?



Mais vous tombez vraiment dans des clichés enoooooooormeeeee Philippe,le stéréotype: Poutine ancien du KGB donc homme à la main de fer et donc ancien colonel SS et à fortiori un Hitler potentiel....il faut arrêter "ELLE" magazine...une axe du mal supplémentaire ?nous allons devoir envoyer l'OTAN en Russie?
Il faut arrêter avec cette lecture machiavélique & manichéenne ...

PS:ce mot "printemps" utilisé à tout va est rigolo Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 01:01

Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)

clown

Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?



Mais vous tombez vraiment dans des clichés enoooooooormeeeee Philippe,le stéréotype: Poutine ancien du KGB donc homme à la main de fer et donc ancien colonel SS et à fortiori un Hitler potentiel....il faut arrêter "ELLE" magazine...une axe du mal supplémentaire ?nous allons devoir envoyer l'OTAN en Russie?
Il faut arrêter avec cette lecture machiavélique & manichéenne ...

PS:ce mot "printemps" utilisé à tout va est rigolo Rolling Eyes

Je n'ai pas dit un Hitler, inutile de caricaturer. Simplement un homme formé par un appareil totalitaire, meurtrier et corrompu, pas du tout le genre de mec qui peut conduire son pays vers une démocratie apaisée.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 10:03

Elections en Russie: les plaintes pour fraudes ne changeront pas le résultat

© AFP Le Premier ministre russe Vladimir Poutine, le 9 décembre 2011 à Moscou
© RIA-NOVOSTI/AFP/Archives Yana Lapikova

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Le pouvoir russe considère que les fraudes dénoncées par l'opposition aux législatives ne portent que sur une quantité minime de bulletins et ne peuvent "en aucun cas" remettre en cause les résultats, a déclaré à l'AFP lundi le porte-parole de Vladimir Poutine.

"Même si vous additionnez tous ces prétendus témoignages, cela concerne à peu près 0,5% du nombre total de bulletins. Donc, même si l'on admet qu'ils puissent être contestés en justice, cela ne peut en aucun cas remettre en question la légitimité du scrutin ou les résultats définitifs", a déclaré le porte-parole du Premier ministre, Dmitri Peskov.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 10:04

Russie: l'ex-ministre des Finances prêt à se lancer en politique


MOSCOU - L'ex-ministre russe des Finances Alexeï Koudrine, qui avait démissionné en septembre, en désaccord avec la politique économique du président Dmitri Medvedev, a annoncé lundi son intention de se lancer en politique et de participer à la création d'un mouvement libéral.

Le processus de consolidation des forces libérales et démocratiques va se mettre en marche. Je suis prêt à y contribuer, a-t-il indiqué dans une interview lundi au quotidien Vedomosti.

Ces déclarations interviennent après des manifestations d'une ampleur sans précédent samedi de l'opposition qui conteste la victoire aux législatives du parti au pouvoir, à trois mois de la présidentielle à laquelle le Premier ministre Vladimir Poutine est candidat pour un troisième mandat après deux précédents en 2000-2008.

Très respecté dans les milieux financiers internationaux pour sa politique de maîtrise des dépenses budgétaires, M. Koudrine a précisé à Vedomosti qu'il n'avait pas voté pour le parti Russie unie de Vladimir Poutine aux législatives du 4 décembre.

Je continue de respecter (Vladimir Poutine) en dépit de désaccord sur plusieurs questions. Je ne dirais pas que moi et Vladimir Poutine partageons les mêmes idées, a-t-il ajouté.

Le parti libéral Iabloko, qui n'a pas franchi le seuil de 7% nécessaire pour entrer au Parlement, a accueilli avec scepticisme les déclarations de M. Koudrine.

Nous n'avons pas besoin d'un nouveau parti de droite. Iabloko couvre aujourd'hui complètement ce spectre, a déclaré le président de Iabloko Sergueï Mitrokhine.

Koudrine n'est pas une figure politique importante capable de consolider autour de lui des forces politiques, a-t-il souligné cité par l'agence Interfax.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 21:50

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)


Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?


si il y avait pas de fraude je suis sur que la partie de Poutine aurai eut plus des votes.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 23:21

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)


Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?


si il y avait pas de fraude je suis sur que la partie de Poutine aurai eut plus des votes.

What the fuck ?!?

Ok, donc le parti de Poutine, ancien officier du KGB qui a un jour déclaré, devant un aéropage d'anciens du KGB "nous voulions revenir au pouvoir, c'est chose faite", le parti de Poutine, qui est aujourd'hui l'une des plus grosses fortunes de Russie en même temps qu'il est au pouvoir et fait dézinguer les journalistes gênants comme Politkovskaïa et les individus comme Litvinenko, ce parti aurait été la victime des fraudes ?

Vous êtes débile ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 23:35

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Il faut faire revoter le peuple Russe,ce résultat ne nous convient pas..."
(il ne nous convient pas donc c'est forcément une fraude électorale...puis Poutine est un nazi)


Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?


si il y avait pas de fraude je suis sur que la partie de Poutine aurai eut plus des votes.

What the fuck ?!?

Ok, donc le parti de Poutine, ancien officier du KGB qui a un jour déclaré, devant un aéropage d'anciens du KGB "nous voulions revenir au pouvoir, c'est chose faite", le parti de Poutine, qui est aujourd'hui l'une des plus grosses fortunes de Russie en même temps qu'il est au pouvoir et fait dézinguer les journalistes gênants comme Politkovskaïa et les individus comme Litvinenko, ce parti aurait été la victime des fraudes ?

Vous êtes débile ?

mwais, l'ancien officier du KGB et ? au parlement européen il y a beaucoup d'ancien communistes, au parlement américain ce presque que des banquers,.. ?? je voit pas le rapport. plus grosse fortune de russie ce la compagnie "Gazprome". c'est pas prouvé que ce lui, en France cette année des journalistes ont était victime d'intimidation ( il y a ceux qui ont était viré car ça ne plaisait pas au patron de la télé " Sarkozy"), les voles dans les locaux, les écoutes téléphoniques,.. c'est pas si rose chez vous. et oui je suis sur que avec ou sans fraude le Parti de Poutine gagne la présidentiel de 2012, car je ne crois pas qu'il y a un autre parti plus juste. Poutine a sa personalité et ca plai, alors que vous avec votre lèche botte de Sarkozy vousq aller assister a une guerre FN - Socialistes.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Lun 12 Déc 2011, 23:36

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:


Poutine a perdu 15%.
Ce qui n'est pas convenable c'est qu'il aurait dû perdre plus, n'eût été la fraude. Et que Poutine est un ancien colonel du KGB en RDA (donc nécessairement un type aux mains très sales)... on aurait dit quoi, dans les années 60, si un ancien colonel SS était devenu chancelier d'Allemagne ?


si il y avait pas de fraude je suis sur que la partie de Poutine aurai eut plus des votes.

What the fuck ?!?

Ok, donc le parti de Poutine, ancien officier du KGB qui a un jour déclaré, devant un aéropage d'anciens du KGB "nous voulions revenir au pouvoir, c'est chose faite", le parti de Poutine, qui est aujourd'hui l'une des plus grosses fortunes de Russie en même temps qu'il est au pouvoir et fait dézinguer les journalistes gênants comme Politkovskaïa et les individus comme Litvinenko, ce parti aurait été la victime des fraudes ?

Vous êtes débile ?

mwais, l'ancien officier du KGB et ? au parlement européen il y a beaucoup d'ancien communistes, au parlement américain ce presque que des banquers,.. ?? je voit pas le rapport. plus grosse fortune de russie ce la compagnie "Gazprome". c'est pas prouvé que ce lui, en France cette année des journalistes ont était victime d'intimidation ( il y a ceux qui ont était viré car ça ne plaisait pas au patron de la télé " Sarkozy"), les voles dans les locaux, les écoutes téléphoniques,.. c'est pas si rose chez vous. et oui je suis sur que avec ou sans fraude le Parti de Poutine gagne la présidentiel de 2012, car je ne crois pas qu'il y a un autre parti plus juste. Poutine a sa personalité et ca plai, alors que vous avec votre lèche botte de Sarkozy vousq aller assister a une guerre FN - Socialistes.

et pour votre "vous êtes débile? "
-non, ce juste que je une autre opinion sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 09:10

joker911 a écrit:

et pour votre "vous êtes débile? "
-non, ce juste que je une autre opinion sur le sujet.

Ce n'est pas une opinion. Soutenir Poutine c'est votre opinion et votre droit.
En revanche imaginer que les fraudes puissent profiter à un autre parti que celui au pouvoir depuis dix ans, ça c'est absurde.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:18

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:

et pour votre "vous êtes débile? "
-non, ce juste que je une autre opinion sur le sujet.

Ce n'est pas une opinion. Soutenir Poutine c'est votre opinion et votre droit.
En revanche imaginer que les fraudes puissent profiter à un autre parti que celui au pouvoir depuis dix ans, ça c'est absurde.

non je vous a expliquer pourquoi je pense que la Russie unie va gagner, et montré a même temps que ce pas mieux ici en France. mais elle baise en peu dans les sondages donc peut être au prochains élections, c'est un autre parti qui vas gagner pour le moment c'est son parti qui gagne.
soutenir un dictateur pendant 30 ans et après aller bombarder son pays pour le reconstruire en suite c'est pas absurde?
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:24

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:

et pour votre "vous êtes débile? "
-non, ce juste que je une autre opinion sur le sujet.

Ce n'est pas une opinion. Soutenir Poutine c'est votre opinion et votre droit.
En revanche imaginer que les fraudes puissent profiter à un autre parti que celui au pouvoir depuis dix ans, ça c'est absurde.

non je vous a expliquer pourquoi je pense que la Russie unie va gagner, et montré a même temps que ce pas mieux ici en France. mais elle baise en peu dans les sondages donc peut être au prochains élections, c'est un autre parti qui vas gagner pour le moment c'est son parti qui gagne.
soutenir un dictateur pendant 30 ans et après aller bombarder son pays pour le reconstruire en suite c'est pas absurde?

Non, parce qu'il faut tenir compte de ce que les choses changent. C'est tout à fait différent d'entretenir des rapports avec un dictateur soutenu par son peuple et un dictateur dont le peuple est en rébellion ouverte.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:29

joker911 a écrit:

mwais, l'ancien officier du KGB et ? au parlement européen il y a beaucoup d'ancien communistes, au parlement américain ce presque que des banquers,.. ??

Les communistes français et les banquiers n'ont jamais eu pour moeurs de torturer les individus dans des salles sombres. Le KGB, oui. Que je sache, il n'y a pas d'anciens patrons de la Gestapo aux commandes en Allemagne !

je voit pas le rapport. plus grosse fortune de russie ce la compagnie "Gazprome".

Compagnie aux mains du gouvernement. Poutine serait à la tête d'une fortune de plusieurs milliards de dollars. C'est une crapule mafieuse qui se maintient avec sa clique au pouvoir pour ne pas avoir à rendre de comptes devant la justice.

c'est pas prouvé que ce lui, en France cette année des journalistes ont était victime d'intimidation ( il y a ceux qui ont était viré car ça ne plaisait pas au patron de la télé " Sarkozy"), les voles dans les locaux, les écoutes téléphoniques,.. c'est pas si rose chez vous.

Si cela est, rien à voir avec le fait de faire assassiner les gens, emprisonner (voire empoisonner) les opposants. Chez nous les élections ne sont pas truquées.

et oui je suis sur que avec ou sans fraude le Parti de Poutine gagne la présidentiel de 2012, car je ne crois pas qu'il y a un autre parti plus juste.

C'est possible, mais Poutine a tout fait pour empêcher des partis d'opposition de se développer. S'il jouait le jeu démocratique, ces partis existeraient et seraient beaucoup plus forts.

Poutine a sa personalité et ca plai

De moins en moins.

alors que vous avec votre lèche botte de Sarkozy vousq aller assister a une guerre FN - Socialistes.

Sarkozy lèche-botte ? De qui ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:36

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:

et pour votre "vous êtes débile? "
-non, ce juste que je une autre opinion sur le sujet.

Ce n'est pas une opinion. Soutenir Poutine c'est votre opinion et votre droit.
En revanche imaginer que les fraudes puissent profiter à un autre parti que celui au pouvoir depuis dix ans, ça c'est absurde.

non je vous a expliquer pourquoi je pense que la Russie unie va gagner, et montré a même temps que ce pas mieux ici en France. mais elle baise en peu dans les sondages donc peut être au prochains élections, c'est un autre parti qui vas gagner pour le moment c'est son parti qui gagne.
soutenir un dictateur pendant 30 ans et après aller bombarder son pays pour le reconstruire en suite c'est pas absurde?

Non, parce qu'il faut tenir compte de ce que les choses changent. C'est tout à fait différent d'entretenir des rapports avec un dictateur soutenu par son peuple et un dictateur dont le peuple est en rébellion ouverte.

non, dans les deux cas c'est un dictateur. Je suis tout a fait contre les dictateurs et les crimes contre l'humanité fait par Bush, et les autres personnes. ( Bush est condamné par immnestie international, mais na va pas être jugée, comme ce bien fait le monde, hien.)
Je suis contre les répressions et tout les autres formes de contrôle des peuples (en France ça ce passe grâce aux médias et avec le "politiquement correct" ). Mais il faut rester très très prudent avec les manifestations, car je viens de Russie et je sais que beaucoup de manifestation qu'il y a eux ce derniers années dans l'est de l’Europe ( révolution orange, jaune,..) ne sont que manipulation des Etats unis pour changer de régime.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:40

joker911 a écrit:
Mais il faut rester très très prudent avec les manifestations, car je viens de Russie et je sais que beaucoup de manifestation qu'il y a eux ce derniers années dans l'est de l’Europe ( révolution orange, jaune,..) ne sont que manipulation des Etats unis pour changer de régime.

Non c'est faux ça. Les USA soutiennent et financent, c'est certain, mais les révolutions ne sont possibles que si les peuples les veulent. L'Amérique se contente d'agir comme un catalyseur qui précipite la réaction.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:52

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:

mwais, l'ancien officier du KGB et ? au parlement européen il y a beaucoup d'ancien communistes, au parlement américain ce presque que des banquers,.. ??

Les communistes français et les banquiers n'ont jamais eu pour moeurs de torturer les individus dans des salles sombres. Le KGB, oui. Que je sache, il n'y a pas d'anciens patrons de la Gestapo aux commandes en Allemagne !

le gouvernement américain le fait ouvertement depuis toujours.

je voit pas le rapport. plus grosse fortune de russie ce la compagnie "Gazprome".

Compagnie aux mains du gouvernement. Poutine serait à la tête d'une fortune de plusieurs milliards de dollars. C'est une crapule mafieuse qui se maintient avec sa clique au pouvoir pour ne pas avoir à rendre de comptes devant la justice.

???? ce comme si ArcelorMittal
serai une compagnie Indien.

c'est pas prouvé que ce lui, en France cette année des journalistes ont était victime d'intimidation ( il y a ceux qui ont était viré car ça ne plaisait pas au patron de la télé " Sarkozy"), les voles dans les locaux, les écoutes téléphoniques,.. c'est pas si rose chez vous.

Si cela est, rien à voir avec le fait de faire assassiner les gens, emprisonner (voire empoisonner) les opposants. Chez nous les élections ne sont pas truquées.

Oui, mais vous êtes la 2eme terre de la démocratie vous devez montrer la route a suivre. et ce ne pas beaucoup mieux en France qu'en Russie qui est sortie de communisme seulement il y a 20 ans. Pour les trucages j'envie de dire que ce louche les précédents élections ou Medvedev gagne personne ne le conteste car Medvedev au début était pour l’Europe, maintenant qu'on sait que ce poutine qui représente la Russie unie et qui ne veut pas de bouclier européen, ni l'intervention en Syrie ni en Iran. on crie au fraude.

et oui je suis sur que avec ou sans fraude le Parti de Poutine gagne la présidentiel de 2012, car je ne crois pas qu'il y a un autre parti plus juste.

C'est possible, mais Poutine a tout fait pour empêcher des partis d'opposition de se développer. S'il jouait le jeu démocratique, ces partis existeraient et seraient beaucoup plus forts.

Vous rigolez? http://fr.wikipedia.org/wiki/Douma vous avez que lire. Et non la preuve ce que le parti de poutine a perdu 15%, ce vque je disait plus haut peut etre au prochaines elections dans 5 ans ce serai un autre parti au pouvoir.

Poutine a sa personalité et ca plai

De moins en moins.
Pas a tout le monde.

alors que vous avec votre lèche botte de Sarkozy vousq aller assister a une guerre FN - Socialistes.

Sarkozy lèche-botte ? De qui ?

Merkel, Obama, Les financiers,..
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mar 13 Déc 2011, 11:53

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Mais il faut rester très très prudent avec les manifestations, car je viens de Russie et je sais que beaucoup de manifestation qu'il y a eux ce derniers années dans l'est de l’Europe ( révolution orange, jaune,..) ne sont que manipulation des Etats unis pour changer de régime.

Non c'est faux ça. Les USA soutiennent et financent, c'est certain, mais les révolutions ne sont possibles que si les peuples les veulent. L'Amérique se contente d'agir comme un catalyseur qui précipite la réaction.

lais justement ce pour ca que ces révolutions n'ont jamais marché car les révolutionnaires après disait aux mêmes qu'ils était financé pour manifester.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 16:27

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Mais il faut rester très très prudent avec les manifestations, car je viens de Russie et je sais que beaucoup de manifestation qu'il y a eux ce derniers années dans l'est de l’Europe ( révolution orange, jaune,..) ne sont que manipulation des Etats unis pour changer de régime.

Non c'est faux ça. Les USA soutiennent et financent, c'est certain, mais les révolutions ne sont possibles que si les peuples les veulent. L'Amérique se contente d'agir comme un catalyseur qui précipite la réaction.

lais justement ce pour ca que ces révolutions n'ont jamais marché car les révolutionnaires après disait aux mêmes qu'ils était financé pour manifester.

Elles n'ont pas bien marché parce que les Russes ont tout fait pour les saboter à moyen terme.

C'est pourquoi si l'on veut qu'elles portent leurs fruits, il faut que les mafieux russes tombent.

Je me permets de vous rappeler, à vous qui êtes un fan des théories bidon du complot pour le 11/9, qu'il ne fait plus guère de doute pour personne aujourd'hui que les attentats "tchétchènes" de 1999 étaient l'oeuvre du FSB, l'héritier du KGB, pour affermir le pouvoir de Poutine. Et là, cela colle parfaitement au type de régime en place et aux méthodes du KGB. Là vous avez de vrais attentats sous fausse bannière, et là on a eu des témoins qui l'ont affirmé : Litvinenko, qui a été empoisonné pour cela, le gouvernement mafieux russe avouant par cet acte sa culpabilité.

Quel partisan de la théorie du complot du 11/9 a été assassiné ? Meyssan est-il chauve et décrépi sur un lit d'hôpital, comme ça :

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6344
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 16:41

Suis-je le seul à penser que le pentagone voit d'un trés bon oeil ce printemps Russe car cela lui laisse les mains libres en Syrie et donc en Iran ?

Les USA ont tout interêt à laisser ce nouveau printemps mijoter le temps que Poutine comprenne que ses bateaux doivent rester en Crimé là où il a toujours été prévu qu'ils soient.

On sent que les USA font un sacré manage autour de l'Iran et affaiblessent un à un ses soutiens.

Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 19:27

Citation :
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de dirigeants, voir de régime.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 19:35

Ray a écrit:
Citation :
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de dirigeants, voir de régime.

Pourquoi? Parce-que une autre nation la décidé pour l'Iran?
Revenir en haut Aller en bas
SJA



Masculin Messages : 6344
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 21:36

Ray a écrit:
Citation :
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de dirigeants, voir de régime.

C'est la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 14 Déc 2011, 23:08

De CNN:
“Entre 20 et 25 000 manifestants se sont rassemblés dans la capitale
Moscou, a dit Ria Novosti Samedi, citant la police. Il n’y a eu aucun
trouble et la sécurité a été renforcée.





1. Ce que les médias disent :

Vladimir
Ryzhkov, co-premier secrétaire du parti de la liberté du peuple, a dit
que 40 000 personnes étaient rassemblées et quelques 10 000 se
dirigeaient vers des lieux de protestation, a rapporté l’agence de
presse.”


Ce que les médias ne vous disent pas :

Vladimir
Ryzhkov est un membre de la NED, financée par le gouvernement
Etats-Unien.” La NED finançait également les observateurs des élections
que Ryzhkov cite comme sa justification pour remplir les rues de Russie
avec de la contestation.


2. Ce que les médias disent :

From CBS/AP:
“Des centaines de personnes ont été arrêtées dans de plus petites
manifestations plus tôt dans la semaine. Quelques-uns, incluant le
bloggeur influent de l’opposition Alexei Navalny, furent condamnés à 15
jours de prison.”


Ce que les médias ne vous disent pas :

Alexei Navalny, défendu by Neo-Con, Fortune 500 think-tank (page 18) Henry Jackson Foundation, était le co-fondateur de US NED-funded “Da!” ou “Democratic Alternative.” L’autre co-fondateur Mariya Gaydar coordonnerait les activités avec un autre US NED-funded movement, le Moscow Helsinki Group
qui mène la campagne “Stratégie 31”, mené par un autre activiste
“important” que les médias occidentaux mentionnent beaucoup: Ilya
Yashin.


3. Ce que les médias disent :

From the London Telegraph:
“Les élections russes: Boris Nemtsov appelle pour une nouvelle
élection. Boris Nemtsov, un personnage haut en couleur de l’opposition
libérale du pays, fut un de ceux qui furent arrêtés durant la
manifestation anti-Kremlin de Jeudi soir. Il a été relâché depuis.


Ce que les médias ne vous disent pas :

Boris Nemtsov mène le “Parti de la Liberté du Peuple” russe avec le sus-mentionné et collaborateur de la NED-USA (NdT: la NED est une vitrine reconnue de la CIA,
branche de l’USAID), Vladimir Ryzhkov. A part le fait d’être membre du
même parti, le conseiller politique de Nemtsov, Vladimir Kara-Murza (de
Solidarnost), a récemment pris part le 14 Septembre 2011, à un
évènement sponsorisé par la NED et intitulé: “Les élections en Russie:
Sondages et perspectives”.


4. Ce que les médias disent :

From the Guardian, Comment is Free:
“Pour avoir travaillé avec Golos, la seule organisation indépendante
de Russie pour l’observation des élections, pendant plus de huit ans,
je n’avais jamais imaginé que l’administration du président se serait
engagée dans une campagne ouverte contre notre organisation,
spécifiquement dans la semaine précédent les élections législatives pour
la Douma de Dimanche dernier.”


Ce que les médias ne vous disent pas :

Golos est financée par la NED, elle-même financée par le gouvernement des Etats-Unis. Cité sur le site internet de l’agence the official NED.org website:

“Regional Civic Organization in Defense of Democratic Rights and Liberties “GOLOS”

65
000 US$ afin de procéder à une analyse détaillée du cycle des
élections de l’automne 2011 et du printemps 2012 en Russie, ce qui
incluera une observation de la presse, de l’agitation politique, de
l’activité des commissions électorales et des autres aspects de
l’application de la législation électorale sur le processus d’élection
dans le long-terme.


Golos
tiendra des conférences de presse locales et nationales et publiera
des rapports sur ses trouvailles, ainsi que donnera un avis
méthodologique détaillé à ses observateurs et à ceux d’autres agences.”





Conclusion

Le
fil conducteur inséparable entre la mozaïque des groupes d’opposition
qui remplissent maintenant les rues de Russie est leur financement et
leur soutien de courtoisie par le gouvernement des Etats-Unis et la NED.


Les
médias occidentaux de masse refusent de reconnaître ceci et sont
complètement imperméables au fait que les observateurs qui ont reportés
de la “corruption” et “de la fraude électorale” sont en première
instance financés par la NED états-unienne, ceci incluant la très
souvent mentionnée GOLOS.


Quand certaines reconnaissances sont faites, elles sont minimisées et des mots comme “indépendant” sont toujours utilisés alors même que Golos est financée par un gouvernement étranger
qui est clairement en faveur de l’opposition russe; ceci est une
question importante et illustre parfaitement un conflit d’intérêt.


Quand
les médias omettent systématiquement les liens de l’opposition russe
avec le gouvernement des Etats-Unis qui facilite ses réseaux, ses ONG et
son activité politique, il existe une conspiration réelle. Exposer ces
liens entre le gouvernement américain et l’opposition russe est le
devoir de tout journaliste digne de ce nom, ainsi que de relater les
faits et la vérité de manière impartiale afin d’informer le public.


Ce
n’est seulement qu’avec un corps de journaliste honnête, motivé,
éthique et fonctionnant correctement que la démocratie peut réellement
fonctionner.


Alors que le gouvernement des Etats-Unis croasse sur le fait de promouvoir “la vraie démocratie” en Russie,
l’hypocrisie aveuglante qui émane des gouvernements occupés par la
clique des financiers de Wall Street et de la City de Londres, ne peut
que faire sonner le message creux.


Article original en anglais : Russian Protests: Western Media Lies, What the media says and what the media doesn't tell you. Paru le 10 décembre 2011.
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 15 Déc 2011, 10:05

joker911 a écrit:
Ray a écrit:
Citation :
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de dirigeants, voir de régime.

Pourquoi? Parce-que une autre nation la décidé pour l'Iran?
Que signifie "de lui-même" ?
Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 15 Déc 2011, 10:08

SJA a écrit:
Ray a écrit:
Citation :
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de politique.
Ce qu'il nous faut espérer, c'est que l'Iran comprenne de lui même qu'il lui faut changer de dirigeants, voir de régime.

C'est la même chose.
Pas tout à fait. Smile
Ta formulation sous-entend que le changement peut venir des dirigeants actuels. Je pense que non, d’où ma formulation légèrement modifiée. pirat
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Ven 16 Déc 2011, 12:14

Poutine voit sa popularité dégringoler à trois mois de la présidentielle

© AFP Vladimir Poutine s'addresse aux médias le 15 décembre 2011 à Moscou.
© Ria Novosti/AFP Str

MOSCOU (AFP) - (AFP) - L'homme fort de la Russie Vladimir Poutine confronté à une vague de contestation a vu dégringoler sa popularité dans les sondages à moins de trois mois de la présidentielle de mars, mais la presse libérale doute vendredi de ses intentions de réformer le pays.

Le Premier ministre russe, candidat à un troisième mandat au Kremlin, après deux précédents en 2000-2008, recueillerait 42% des voix si le scrutin avait lieu dimanche et serait donc contraint pour la première fois à un second tour, selon le dernier sondage de l'institut Vtsiom, proche du pouvoir.

Selon un autre institut, FOM, 44% des Russes disent avoir confiance en Poutine contre 46% il y a un mois.

"Nous enregistrons la même tendance (..) Il est très étonnant que la campagne électorale (pour les législatives du 4 décembre) n'ait pas fait monter la cote de popularité comme c'est toujours le cas"", a déclaré à l'AFP Denis Volkov de l'institut indépendant Levada qui n'a pas encore publié son dernier sondage.

Vladimir Poutine avait été élu président au 1er tour en 2000 avec 52,94% des voix et en 2004 avec 71,20% des suffrages.

"L'époque de la domination totale est révolue", résume le quotidien Izvestia.

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov, a tenté vendredi de minimiser cette érosion de la popularité la mettant sur le compte d'une "surcharge émotionnelle" après les législatives.

"La situation réelle montre que la cote de popularité va monter très prochainement", a assuré M. Peskov, cité par l'agence Interfax.

Les derniers sondages ont été publiés après une séance de questions-réponses télévisée de Vladimir Poutine avec les Russes jeudi au cours de laquelle il a pour la première fois formulé son attitude envers les manifestations massives contre son régime, en ironisant sur la contestation.

Il promis de tenir le pays face à la crise et aux menaces de déstabilisation étrangères et de démocratiser le régime. Il a laissé entendre que les partis de l'opposition radicale pourraient être enregistrés et qu'il pourrait revenir sur sa décision de supprimer l'élection des gouverneurs de région, actuellement nommés par le Kremlin.

La presse libérale a critiqué son discours "dépassé" et marqué par la "philosophie de la forteresse assiégée" jugeant qu'il ne ferait que grossir les rang de mécontents.

Les réponses de Vladimir Poutine pendant plus de quatre heures et demie ont révélé que le pouvoir "ne peut plus ignorer les protestations", écrit le quotidien des affaires Vedomosti dans un éditorial intitulé "Poutine d'hier".

Mais "Poutine a du mal (à l'accepter). Il est en retard", "Le style de son discours était dépassé, les blagues pas drôles", selon Vedomosti.

Le fait qu'il ait comparé le ruban blanc, devenu le symbole de la contestation, au préservatif et suggéré que les manifestants étaient payés "ne fera que grossir les rangs des manifestants", conclut le journal.

"Je ne suis pas d'accord avec une telle attitude", a déclaré dans le quotidien Nezavissimaïa Gazeta l'ancien ministre des Finances libéral Alexeï Koudrine que Vladimir Poutine a qualifié jeudi de son "ami".

"Poutine ne change pas (...) Il est toujours adepte de la philosophie soviétique des tchékistes (membres des services secrets), celle de la forteresse assiégée", écrit le journal d'opposition Novaïa Gazeta, qui publie en Une le dessin d'un homme dont le parachute est un préservatif.

"Les propositions avancées par Poutine pour changer son régime sont floues et risquent de renforcer les contestataires", estime le quotidien en ligne gazeta.ru.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Sam 17 Déc 2011, 17:37

Quelques milliers de manifestants à Moscou après le discours de Poutine

© AFP Des partisans du parti libéral Iabloko manifestent à Moscou le 17 décembre 2011.
© AFP Yuri Kadobnov

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Quelques milliers de personnes ont manifesté samedi à Moscou pour exiger "des élections libres", deux jours après la fin de non-recevoir opposée par le Premier ministre Vladimir Poutine à l'opposition qui conteste la victoire du parti au pouvoir aux législatives du 4 décembre.

"Rendez-nous nos voix !", "Personne ne doit avoir le monopole de la politique ni de l'économie!", proclamaient des banderoles brandies dans la foule, alors que des ballons verts portaient l'inscription "On m'a trompé !" ou "Recomptons !".

Une seule formation d'opposition, le parti libéral Iabloko, avait appelé à cette manifestation sur la place Bolotnaïa, dans le centre de Moscou, qui a rassemblé environ 3.000 personnes, selon l'estimation d'un journaliste de l'AFP. La police a estimé le rassemblement à 1.500 personnes.

Une coalition d'opposition comprenant plusieurs partis, mouvements et associations de la société civile avait rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dans le centre de Moscou le 10 décembre, 10.000 à Saint-Pétersbourg et des milliers dans un grand nombre de villes du reste du pays, une mobilisation sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000.

Les organisateurs avaient alors exigé l'invalidation des résultats des élections, lançant un appel pour une nouvelle mobilisation le 24 décembre, pour laquelle une autorisation a été demandée aux autorités pour 50.000 personnes à Moscou.

Jeudi, Vladimir Poutine, l'homme fort du pays, président de 2000 à 2008 puis chef du gouvernement faute de pouvoir enchaîner plus de deux mandats consécutifs, et qui a annoncé son intention de revenir au Kremlin à la présidentielle de mars, a cependant écarté l'idée d'une remise en cause du scrutin.

Il a jugé que les résultats, qui ont accordé 49,3% au parti au pouvoir Russie unie qu'il préside, avaient reflété "l'état des forces dans le pays".

M. Poutine a ironisé sur les manifestants, affirmant avoir d'abord cru à une mobilisation de lutte contre le sida dont les participants arboraient un "préservatif" à la poitrine et a affirmé que les organisateurs avaient payé de jeunes Russes pour y participer.

"Poutine a compris que ce ne serait pas aussi facile qu'il le pensait de gagner la présidentielle", a dit un manifestant samedi, Igor Vsevolodovitch.

"Les manifestations vont continuer jusqu'à la présidentielle", a-t-il prédit.

Elu deux fois dès le premier tour, l'ex-agent du KGB a vu ces derniers mois sa popularité baisser, et selon un sondage publié vendredi ne recueillerait que 42% des voix à la présidentielle si elle avait lieu dimanche.

Le Parti communiste, principale formation d'opposition représentée à la Douma (chambre basse), mais qui n'a jamais réellement inquiété le pouvoir et s'est tenu à l'écart des manifestations, a par ailleurs désigné lors d'un congrès samedi son dirigeant Guennadi Ziouganov comme candidat à la présidentielle.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Sam 24 Déc 2011, 13:30

Russie: des milliers de protestants dans les rues de Moscou


Le nombre de manifestants ne cessait de croître samedi à Moscou, à l'appel de l'opposition russe. Ils étaient environ 28'000 en début d'après-midi, selon la police et 40'000 d'après les manifestants, à contester la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives de début décembre.

Les manifestants brandissaient des pancartes dénonçant les fraudes au cours des législatives remportées par le parti au pouvoir le 4 décembre. Le scrutin a déclenché un mouvement de contestation sans précédent en Russie depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000.

L'opposition espère rassembler samedi au moins autant de monde que lors de la précédente manifestation, le 10 décembre, à laquelle entre 50'000 et 80'000 personnes ont défilé.
Manifestants insultés

L'écrivain Boris Akounine a été l'un des premiers à s'exprimer devant la foule. Il a dénoncé les propos de Vladimir Poutine, actuel Premier ministre et candidat à la présidentielle de mars 2012, qui a comparé la semaine dernière les opposants à des singes lors d'une émission de télévision.

"Celui qui va être élu président nous a répondu en nous insultant", a déclaré l'auteur de romans policiers. "Voulez vous que Poutine soit de nouveau notre président'", a-t-il ensuite demandé à la foule qui en coeur a répondu "Non!".

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Sam 24 Déc 2011, 14:27

Russie: manifestation monstre de l'opposition à Moscou

© AFP Manifestation de l'opposition russe contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives, le 24 décembre 2011
© AFP Yuri Kadobnov

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Une foule immense d'opposants russes s'est rassemblée samedi à Moscou, contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives du 4 décembre, une mobilisation supérieure au premier grand rassemblement quinze jours plus tôt.

L'opposition a revendiqué quelque 120.000 manifestants, tandis que la police parle de 29.000 protestataires dans un communiqué. Aucun chiffre indépendant n'était cependant disponible à 12H00 GMT.

La perspective Sakharov, au centre de Moscou, était noire de monde. Elle peut contenir quelque 55.000 à 60.000 personnes. Mais de nombreux manifestants continuaient d'affluer, en remplaçant ceux qui quittaient cette vaste avenue.

Le 10 décembre, lors de la première manifestation, la police avait estimé que 25.000 personnes avaient manifesté, tandis que les médias et l'opposition évoquaient entre 50.000 et 80.000.

L'un des leaders du mouvement de contestation des législatives, Alexeï Navalny a dès lors promis "un million" de manifestants à Moscou contre le régime de Vladimir Poutine, lors du prochain rassemblement, dont la date n'a pas encore été fixée.
© AFP Manifestation de l'opposition russe contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives, le 24 décembre 2011
© AFP Yuri Kadobnov

"La prochaine fois, nous allons faire descendre un million de personnes dans les rues de Moscou", a déclaré le célèbre blogueur anti-corruption, qui vient de sortir de prison après 15 jours de détention pour avoir participé à une manifestation interdite au lendemain des législatives.

Les manifestants ont par ailleurs reçu samedi le soutien de l'ex-ministre des Finances, Alexeï Koudrine, que M. Poutine décrivait la semaine dernière comme "un ami".

Il s'est rendu à la manifestation et a réclamé des "législatives anticipées", dénonçant la "falsification de résultats" de celles du 4 décembre, remportées avec près de 50% des voix par Russie unie, le parti au pouvoir.

L'écrivain Boris Akounine a été l'un des premiers à s'exprimer devant la foule, et a dénoncé les propos de Vladimir Poutine, actuel Premier ministre et candidat à la présidentielle de mars 2012, qui a comparé les opposants à des singes lors d'une émission de télévision.

"Celui qui va être élu président nous a répondu en nous insultant", a déclaré l'auteur de romans policiers, "Voulez vous que Poutine soit de nouveau notre président?", a-t-il ensuite demandé à la foule qui en choeur a répondu "Non!".

Les manifestants brandissaient de nombreuses pancartes dénonçant le pouvoir russe et des ballons blancs, couleur du mouvement de protestation. Ils criaient des slogans comme "le pouvoir au peuple" ou "la Russie sans Poutine".
© AFP Manifestation de l'opposition russe contre la victoire du parti de Vladimir Poutine aux législatives, le 24 décembre 2011
© AFP Yuri Kadobnov

"Nous avons compris que nous pouvons nous mobiliser. Il est impossible d'arrêter une foule comme celle-ci", estime un manifestant, Andreï Loujine, 32 ans, sympathisant du parti d'opposition Iabloko.

Ce mouvement d'opposition sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000 a été largement organisé par internet, rassemble des gens d'horizons très divers: partis nationalistes, d'extrême-gauche, libéraux, des associations, des ONG et des célébrités du monde la culture ou de la télévision.

Les opposants ont encore reçu samedi le soutien du Conseil consultatif pour les droits de l'Homme auprès du Kremlin, qui a vivement critiqué les fraudes lors des élections du 4 décembre.

Le Conseil a indiqué dans un communiqué "juger nécessaire d'adopter une nouvelle législation électorale dans le but d'organiser sur cette base des élections législatives anticipées" en raison notamment "de bourrages d'urnes, de falsifications"

Des rassemblements moins importants sont prévus dans des dizaines de villes de Russie.

Cette vague de mécontentement intervient alors que Vladimir Poutine compte se faire réélire à la présidence russe qu'il avait laissée en 2008 à son dauphin désigné, Dmitri Medvedev, faute de pouvoir accomplir un troisième mandat consécutif.

Le pouvoir, qui rejette les accusations de fraude, a néanmoins annoncé certaines réformes du système politique, visant notamment à faciliter l'enregistrement de partis politiques.

La contestation a reçu le soutien de nombreuses personnalités comme le dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, l'ex-champion du monde d'échecs, Garry Kasparov, ou encore Ksenia Sobtchak, une présentatrice de télé et fille d'un ancien maire de Saint-Pétersbourg qui fut le mentor politique de Vladimir Poutine.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Sam 24 Déc 2011, 18:56

Gorbatchev appelle Poutine à quitter le pouvoir maintenant


MOSCOU - L'homme fort de Russie Vladimir Poutine doit quitter le pouvoir maintenant face à la contestation sans précédent contre son régime, a déclaré samedi l'ex-président soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

Je conseillerais à Vladimir Vladimirovitch (Poutine) de partir maintenant, a déclaré le père de la perestroïka sur les ondes de la radio Echo de Moscou.

Il a déjà fait trois mandats : deux en tant que président (2000-2008), un en tant que Premier ministre - trois mandats, ça suffit, a souligné M. Gorbatchev.

Interrogé pour savoir s'il croyait à une telle possibilité, le prix Nobel de la paix a répondu : cela n'a rien de dramatique.

Actuellement Premier ministre, Vladimir Poutine est candidat à la présidentielle du 4 mars 2012.

Ironie du destin, le président soviétique Mikhaïl Gorbatchev a donné sa démission il y a vingt ans, le 25 décembre 1991, dans une déclaration qui a mis un point final à plusieurs mois d'agonie du régime soviétique.

Mikhaïl Gorbatchev a soutenu les organisateurs de la grande manifestation qui a mobilisé samedi 120.000 personnes, selon les organisateurs, 30.000 selon la police.

Il a aussi appelé le pouvoir à reconnaître qu'il y a eu beaucoup de falsifications et de manipulations aux élections législatives du 4 décembre et a demandé la tenue d'un nouveau scrutin.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 28 Déc 2011, 17:54

Poutine juge impossible le dialogue avec l'opposition russe

© AFP Le Premier ministre russe Vladimir Poutine le 26 décembre 2011 lors d'une réunion à Moscou
© AFP/Archives Alexei Nikolsky

MOSCOU (AFP) - (AFP) - Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a jugé mercredi impossible le dialogue avec une opposition à ses yeux sans interlocuteur valable ni programme, au moment où le pays est confronté à un mouvement de contestation sans précédent.

L'opposition qui a organisé la manifestation ayant rassemblé 70.000 à 100.000 personnes le 24 décembre à Moscou n'a "pas de programme commun et il n'y a là personne à qui parler", a déclaré M. Poutine, selon des images diffusées par la télévision russe.

Il était interrogé par des journalistes qui lui demandaient avec quel interlocuteur il pourrait dialoguer parmi les opposants présents aux manifestations des 10 et 24 décembre à Moscou, à l'appel d'une alliance hétéroclite allant de l'extrême gauche à l'extrême droite.

"Je ne sais même pas qui était là-bas", s'est-il exclamé.

Le premier grand rassemblement a réuni au moins 50.000 personnes contre les fraudes aux élections législatives du 4 décembre au profit du parti au pouvoir Russie unie, tandis que le second a clairement visé Vladimir Poutine et mobilisé davantage de monde.

"Nous n'étions jamais contre le dialogue avec l'opposition", a toutefois déclaré M. Poutine, "mais nous sommes contre toute forme d'extrémisme", a-t-il insisté, sans plus de précisions.

Le chef du gouvernement a souligné que des espaces de dialogue existaient, citant notamment la chambre civile russe, un organe auprès du Kremlin qui n'a aucun pouvoir de décision.

M. Poutine a aussi indiqué qu'il n'avait pas demandé à son ancien ministre des Finances, Alexeï Koudrine, d'aller à la manifestation du 24 décembre.

"Je ne l'ai pas envoyé, il y est allé de lui-même, c'est un grand garçon", a déclaré M. Poutine.

Lors du rassemblement, M. Koudrine - qui a quitté le gouvernement à l'automne après un conflit avec le président Dmitri Medvedev mais est resté proche de M. Poutine de l'aveu de ce dernier - avait appelé à un "dialogue" entre pouvoir et opposition, afin d'éviter une "révolution".
© AFP Des milliers de manifestants le 24 décembre 2011 à Moscou contre Vladimir Poutine
© AFP/Archives Kirill Kudryavtsev

Mardi, M. Poutine avait déjà minimisé l'importance de ce mouvement de contestation et opposé une fin de non-recevoir aux appels de l'opposition à annuler les résultats des législatives controversées du 4 décembre.

Les opposants réclament des élections libres en Russie et l'annulation du scrutin remporté le 4 décembre par le parti de M. Poutine, émaillé de fraudes selon les opposants et les observateurs. Il est à l'origine de cette mobilisation exceptionnelle.

Le Premier ministre, candidat à la présidentielle de mars, avait déjà dénigré à plusieurs reprises les opposants, les accusant notamment d'être à la solde des Occidentaux et les comparant à la tribu de singes du Livre de la Jungle.

L'opposition qui organise les manifestations n'a pour le moment pas annoncé la date de sa prochaine action, alors que la Russie s'engage dans une longue période de jours fériés du 1 au 10 janvier.

M. Poutine a par ailleurs rejeté mercredi les spéculations selon lesquelles il pourrait revenir au Kremlin avant la présidentielle du 4 mars, à la faveur d'une démission de Dmitri Medvedev.

"Nous n'avons pas parlé de cela", a déclaré M. Poutine en référence à ces rumeurs. "Il n'y a aucune raison de faire ça", a-t-il dit.

Certains médias et experts avaient avancé un tel scénario, estimant que le régime russe pourrait faire ce choix pour se durcir face au mécontentement de la rue.

Après deux mandats de président, de 2000 à 2008, M. Poutine avait cédé sa place à M. Medvedev, faute de pouvoir briguer un troisième mandat consécutif, selon la Constitution.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 28 Déc 2011, 18:54

Philippe Fabry a écrit:
[b]Poutine juge impossible le dialogue avec l'opposition russe.

Ben voyons ! Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 28 Déc 2011, 19:00

Vladimir Poutine, nommé ainsi en l'honneur de ce mets québécois:

Mr.Red

Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 28 Déc 2011, 20:32

C't'écoeurant, là !!!
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28463
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 28 Déc 2011, 21:28

J'en ai jamais mangé... ça n'a pas l'air si terrible que ça. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Ven 30 Déc 2011, 16:04

Il n’y aura pas de « Printemps Russe »



Bien peu d’analyses ont pris la mesure, ces dernières semaines, de ce qui se passe en Russie.

Le pouvoir de Vladimir Poutine est contesté, c’est exact, et sa volonté de redevenir Président a semblé être le geste de trop. Tout comme lors des manifestations en Tunisie et en Egypte, certains ont cru apercevoir très vite les signes de la démocratie, divers commentateurs ont déduit des manifestations à Moscou que la Russie allait s’ouvrir enfin. C’est là mal connaître la société russe, et s’aveugler (comme c’est hélas courant dans le contexte d’ignorance qui fait l’air du temps) sur l’emprise de l’histoire et de la culture dans les sociétés humaines en général.

En son temps, Anton Tchekhov disait que le poids du passé autoritaire pesait des milliers de tonnes sur les épaules du pays, et ces propos restent exacts aujourd’hui. Il existe dans le pays une mince strate sociale ouverte aux idées occidentales de droit et de liberté : ce sont ses membres que les journalistes européens et américains rencontrent par prédilection, sans voir que cette strate n’a aucun ancrage dans la population. Les partis qui portent ses idées sont très minoritaires et le resteront.

L’immense majorité de la population russe aspire à être gouvernée par un homme fort, fut-il brutal. C’est un trait culturel depuis des siècles. Il existait au temps d’Ivan le Terrible, de Catherine II et de Pierre le Grand. Un tsar faible ou hésitant a été, en général, un tsar qui finissait très mal : ce fut, ainsi, le sort de Nicolas II. Joseph Staline, dont le nom est synonyme de totalitarisme en Europe, suscite encore un respect frémissant dans le petit peuple russe.

Le tsarisme, jusqu’au moment du coup d’Etat léniniste de 1917, n’est jamais parvenu à faire entrer la Russie dans la modernité. L’opposition au dix-neuvième siècle s’est cristallisée autour de groupes anarchistes et nihilistes tels Narodnaia Volia. En face d’eux, croissait le mouvement slavophile exaltant la grandeur propre à la Russie, et s’appuyant sur une structure sociale féodale et sur la religion orthodoxe. Après le soulèvement de 1905, Piotr Stolypine tenta une réforme agraire destinée à faire émerger une classe moyenne de petits propriétaires agricoles : il fut assassiné en 1911. Ses projets ne lui survécurent pas. L’entrée du pays dans la Première Guerre Mondiale vint susciter l’ébranlement qui permit à Lénine, continuateur des nihilistes (l’ouvrage dans lequel il définit l’action des révolutionnaires professionnels, Que faire ?, porte, sans que ce soit un hasard, le même titre que l’ouvrage nihiliste de référence, le Chto Delat de Nikolaï Tchernychevski), de s’installer au pouvoir par la terreur et les massacres. Il fut un tsar sanguinaire, comme Staline après lui. Au féodalisme des temps tsaristes succéda un nouveau féodalisme. La matrice n’en était plus la « sainte Russie », mais le bolchévisme qui combattit l’orthodoxie pour lui substituer une religion de substitution : le marxisme léninisme. Une bureaucratie aux strates multiples reposant sur la peur, la gestion du mensonge, de la violence arbitraire et de la pénurie, se mit en place qui se substitua aux services tsaristes. Il y eut des famines organisées (la Grande Terreur décrite par Robert Conquest), un système concentrationnaire, la création d’un empire vivant de prédation et d’intimidations.

Comme l’a montré en son temps Richard Pipes, le père de mon ami Daniel Pipes, l’un des grands soviétologues de sa génération (les circonstances font que j’ai traduit des textes de Richard Pipes avant de traduire ceux de Daniel Pipes), le système ne pouvait survivre qu’en avalant davantage de pays et en faisant peur.

Quand Ronald Reagan signala que le système ne faisait plus peur et n’avalerait pas davantage de pays, Gorbatchev fut nommé pour tenter de sauver ce qui pouvait l’être. Il libéra la parole, ce qui mena le système à se désagréger de l’intérieur ; un système de mensonge, de violence arbitraire et de pénurie au sein duquel le mensonge se fissure, dans lequel la peur ne règne plus, et dans lequel la violence n’exerce plus son emprise se trouve face à la pénurie la plus nue.

Les dépenses effectuées pour tenter de maintenir en état l’appareil de violence achevèrent de ruiner une société qui l’était, en fait, déjà. L’empire s’est effondré il y a vingt ans. Ce furent les années Eltsine, qui furent des années de décomposition : il y eut des apparences de démocratisation, mais des apparences seulement. Les membres de la caste supérieure qui vivaient sur les seules richesses du pays, les matières premières, prirent des habits neufs, et plutôt que de gérer ces richesses au nom du « peuple » selon la doctrine marxiste-léniniste, se mirent à leur propre compte. Il y avait auparavant la caste supérieure et le petit peuple. Il y eut désormais les oligarques et le petit peuple.

Poutine, issu du KGB, vit la situation comme un glissement vers le chaos et considéra qu’il fallait à nouveau un tsar fort et brutal. Il se plaça dans cette position. Il mit les oligarques au pas, et ceux qui refusèrent de se soumettre à lui furent emprisonnés, brisés, condamnés à l’exil ou à la mort. Une bureaucratie de type soviétique se remit en place. Le petit peuple continua à souffrir et à vivre dans la pénurie.

Poutine a tenté de reconstituer un discours de la « grande Russie » emprunté au tsarisme et au mouvement slavophile, et d’y ajouter des éléments renvoyant à la grandeur passé de l’Union Soviétique, mais il n’est pas vraiment parvenu à installer une religion de substitution.

Ceux qui contestent aujourd’hui et manifestent en Russie sont, avant tout, des gens en quête d’une religion de substitution. En tête, on trouve les gens du parti communiste qui voudraient retrouver la « grandeur » soviétique, et ne se sont pas remis de l’effondrement d’il y a vingt ans, mais aussi des nationalistes crispés dont les nostalgies sont tsaristes, et le discours imprégné de fascisme. Ce sont des gens sur lesquels Poutine peut s’appuyer pour renforcer son propre mouvement. La Russie restera aux mains de Poutine et sera sans doute plus crispée, plus parée de vestiges communistes, plus nationaliste, plus fasciste.

Les adeptes du droit et de la liberté y resteront très minoritaires. Il y aura toujours des milliardaires cyniques et brutaux, un appareil bureaucratique de surveillance impitoyable, et un petit peuple pauvre.

La Russie restera un pays qui tire sa richesse des matières premières, et qui aura un intérêt concret à ce que le prix des matières premières reste très élevé : elle aura donc un intérêt concret à maintenir les tensions dans le monde musulman, et à soutenir des régimes tels que la république islamique d’Iran. La Russie aura un intérêt à maintenir des liens proches avec des pays tels que la Chine toujours officiellement communiste : outre que la Chine a besoin des matières premières russes, la Chine est elle-même un régime autoritaire de type fasciste. La Russie tentera de reconstituer son emprise sur les pays de son ancien empire, et c’est ce qu’elle fait d’ores et déjà. Elle tentera à nouveau d’installer son emprise sur l’Europe occidentale, qui a deux sources de matières premières pour le moment, et deux seulement, le monde musulman et la Russie.

Poutine fait des efforts particuliers pour reconstituer la grandeur de l’armée russe et, dans un contexte où l’Europe a des armées de plus en plus asthéniques, et où les Etats-Unis, sous l’effet de la doctrine Obama, se retirent des affaires du monde et rendent le Proche-Orient plus sûr pour l’islam radical, il peut y parvenir.

Les idées qui prédominent en Russie aujourd’hui ne sont pas des idées de droit et de liberté, non : les idées occidentales de droit et de liberté, l’idée même de démocratie connaissent, montrent toutes les enquêtes, des baisses de popularité très nettes en Russie aujourd’hui, les idées de dictature et de fascisme sont, elles, en nette hausse.

En parallèle, la Russie a une population qui vieillit plus vite encore que les populations européennes, et dont l’espérance de vie baisse année après année. Mais qu’importe le petit peuple s’il y a un tsar, une caste puissante, une armée.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/2011/12/il-n%E2%80%99y-aura-pas-de-%C2%AB-printemps-russe-%C2%BB/
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 12 Jan 2012, 16:18

MOSCOU (AFP) - La Russie doit renoncer à la "répression excessive" de la société, selon le programme de Vladimir Poutine publié jeudi en vue de la présidentielle du 4 mars, une promesse qui ne convainc pas l'opposition au moment où le régime fait face à une contestation sans précédent.

"Il nous faut repenser tout le système de protection des intérêts de la société et renoncer à la tendance à une répression excessive. Cette situation déforme notre société et la rend moralement malsaine", est-il écrit sur le site putin2012.ru qui fixe les grandes lignes des promesses électorales de M. Poutine.

Il promet pour la période 2012-2018 - soit la durée de son mandat au Kremlin s'il est élu - que des "mécanismes réels de contrôle des activités des autorités par la société civile seront créés".

L'ex-agent du KGB a jusqu'à présent toujours cultivé l'image d'un dur, insistant sur la nécessité d'un Etat fort et d'une démocratie "dirigée", où le développement de la société civile n'était pas prioritaire.

Le dirigeant du parti démocrate Iabloko (opposition), Sergueï Mitrokhine, a fait part de son étonnement à la lecture de ce texte.

"Ca ressemble au programme d'un candidat qui n'occupe pas les fonctions clés de l'Etat. Au minimum, M. Poutine doit nous expliquer pourquoi les thèmes soulevés ici n'ont jamais été mis en oeuvre", a-t-il dit à l'agence de presse Interfax, estimant dès lors que ces promesses resteront lettre morte.

"Je ne crois pas que ce sera mis en oeuvre, car il a l'habitude de diriger par la force", a jugé l'opposant.

Le nouveau ton de M. Poutine intervient au moment où il est confronté à une vague de protestation sans précédent depuis son arrivée au pouvoir en 2000, déclenchée par les législatives de décembre qui ont été marquées, selon des observateurs et l'opposition, par d'importantes fraudes.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Moscou les 10 et 24 décembre pour réclamer des élections libres et une "Russie sans Poutine".

Un prochain grand rassemblement est prévu le 4 février,

Les autorités n'ont pas tenté de disperser ces vastes manifestations, mais M. Poutine avait dénigré ce mouvement -comparant les opposants à des singes notamment- et l'a jugé piloté à partir de l'Occident.

Or, si le programme de M. Poutine se félicite du bilan des douze dernières années, il reconnaît que de nombreux efforts restent à faire et reprend des thèmes chers à ses détracteurs comme l'arbitraire de l'Etat et la corruption.

"Beaucoup de choses ne nous conviennent pas. Il s'agit du niveau de pauvreté, le mauvais climat des affaires, l'ampleur de la corruption, l'inefficacité d'une grande partie des fonctionnaires lorsqu'il s'agit de répondre aux problèmes des gens, à commencer par la sécurité des citoyens", relève-t-il.

Malgré ce discours d'ouverture, l'homme fort de la Russie ne participera pas à des débats télévisés entre candidats, a annoncé son porte-parole, Dmitri Peskov, affirmant que ses fonctions à la tête du gouvernement ne le lui permettaient pas.

Ironiquement, pendant les trois premières heures de fonctionnement du site putin2012.ru, lancé jeudi à 08H00 GMT, dans la rubrique "propositions des électeurs", les entrées les plus populaires appelaient à la démission de M. Poutine.

Sur le front de la politique étrangère, le programme de Poutine se tient à sa ligne habituelle et promet aux Russes qu'il luttera contre toutes les tentatives occidentales d'imposer leur volonté à Moscou.

Vladimir Poutine compte revenir après la présidentielle de mars au Kremlin, qu'il avait dû quitter faute de pouvoir effectuer un troisième mandat consécutif après ceux de 2000-2008.

Il est le grand favori du scrutin, mais selon les derniers sondages, sa popularité est en forte baisse et il n'est pas assuré de remporter le scrutin dès le premier tour.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 12 Jan 2012, 22:19

Dromaeosaurus a écrit:


Il n’y aura pas de « Printemps russe »



Je trouve très pertinente l'analyse que tu rapportes. Poutine est un brutal (pour rester correct), et le peuple de ce vaste et grand pays, chargé d’une lourde histoire, très difficile à gouverner, souhaite un chef puissant – encore plus après la parenthèse Gorbatchev, encensée chez nous et honnie chez eux. Je me demande si ce n’est pas ce dont Obama a pris acte, en prenant récemment des décisions très autoritaires dans son propre pays - juste à la fin de l'année... (pour marquer le coup, ou au contraire pour mieux faire passer la pilule en période de fêtes).

A côté, la Chine amorce pour le moment un gros déclin. Mais ces deux grands sont aussi les « vétoistes » de service à l’ONU, qui pourraient très bien s’allier sur de nouveaux thèmes, et je ne me risquerai pas pour ma part à faire un pronostic sur l’avenir de cette Chine. Je me risque d’ailleurs de moins en moins à faire des pronostics géopolitiques.

Tous ces puissants sont dans l’erreur, c’est la peur qui les fait agir. Mal. A l’opposé, il ne faut jamais négliger tout ce qui se fait de bien dans de nombreuses petites nations, qui mettent bien davantage leur intelligence au service du bien commun (même s’ils avancent très lentement au milieu de ce village planétaire, où ils parviennent pourtant à tracer de temps en temps de nouveaux sentiers.

Et ça on ne le fait pas assez remarquer, alors que c’est d’une extrême importance, ça redonnerait du moral aux troupes d’en parler plus souvent. On ne met pas suffisamment en avant toutes les belles choses qui se font dans le monde, et c’est bien dommage, rien de tel pour donner l’exemple et susciter des vocations.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Mer 18 Jan 2012, 11:57

Russie: le parquet relève 3.000 cas de fraudes durant les législatives


MOSCOU (AFP) - (AFP) - Le parquet russe a relevé près de 3.000 cas de fraudes lors des élections législatives du 4 décembre, allant de listes électorales faussées à des financements illégaux de campagne, en passant par des conflits d'intérêts, selon un rapport publié mercredi.

"Environ 3.000 violations de la loi électorale ont été mises en évidence. (...) Selon des arrêtés des procureurs, 95 personnes ont été condamnées à des peines administratives", indique un rapport du parquet que le procureur général de Russie, Iouri Tchaïka, a remis au président Dmitri Medvedev.

Ce rapport, disponible sur le site internet du Kremlin, précise que dans les régions de Leningrad et de Pskov (nord-ouest), ainsi que dans le district autonome des Yamal-Nénets (Grand Nord), des personnes travaillant pour des candidats ou ayant des casiers judiciaires faisaient partie des commissions électorales.

Dans la région de l'Altaï (Sibérie), sur les listes électorales se trouvaient 986 personnes n'ayant pas le droit de voter, dont 372 car elles étaient en prison.

Dans plusieurs régions sibériennes, dont la région de Krasnoïarsk et de Novossibirsk, des violations dans l'établissement des listes électorales ont également été relevées.

De plus, le parquet a noté plusieurs cas de campagnes menées de manière illégale, notamment le jour précédent et le jour des élections, ainsi que des cas de financement illégal de campagne.

Les élections législatives du 4 décembre ont été remportées par le parti du Premier ministre Vladimir Poutine, Russie unie, avec près de 50% des suffrages, mais selon des observateurs et l'opposition, le scrutin a été marqué par des fraudes massives.

Depuis, des dizaines de milliers de Russes sont descendus dans la rue pour réclamer de nouvelles législatives et une "Russie sans Poutine", faisant de ce mouvement de contestation le plus important depuis l'arrivée de M. Poutine au pouvoir il y a 12 ans. Une nouvelle manifestation est prévue pour le 4 février.

De leur côté, les autorités refusent d'organiser de nouvelles législatives.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 02 Fév 2012, 10:52

Russie: il fait froid, renoncez aux manifestations


MOSCOU - Le chef des services sanitaires russes, Guennadi Onichtchenko, a catégoriquement déconseillé jeudi aux Moscovites de manifester samedi par -18°C alors que de grands rassemblements sont prévus, deux contre le régime de Vladimir Poutine et un en sa faveur.

Je déconseille catégoriquement de prendre part à ces actions, a déclaré M. Onichtchenko, cité par l'agence Interfax.

Les prévisions météo sont extrêmement défavorables, il fera -18°C samedi. C'est une température trop basse pour Moscou compte tenu de l'humidité.

M. Onichtchenko estime que les Moscovites qui se promènent peu n'ont généralement pas de vêtements appropriés pour résister au froid. Personne ne porte plus de chaussettes chaudes, a-t-il déploré.

M. Onichtchenko a déjà fait des déclarations en ce sens avant le premier grand rassemblement de l'opposition le 10 décembre à Moscou, déconseillant de descendre dans la rue parce que la grippe faisait rage.

Le patriarche orthodoxe Kirill a pour sa part déclaré qu'il n'était pas dans les moeurs des croyants orthodoxes de descendre dans la rue, leur conseillant de prier.

Les orthodoxes ne vont pas manifester (...) Nous le savons bien parce que nous vivons dans un pays à majorité orthodoxe. Ces gens ne vont pas manifester, leurs voix sont inaudibles, ils prient dans les monastères, dans les cellules de moines, chez eux, a dit le patriarche mercredi au cours d'une liturgie dans le Cathédrale Christ Sauveur.

Ils s'inquiètent pour ce qui se passe avec notre peuple en traçant des parallèles historiques avec l'immoralité des années pré-révolutionnaires, avec le chaos et la destruction du pays dans les années 1990.

Les opposants à Vladimir Poutine, Premier ministre et favori de la présidentielle du 4 mars, organisent samedi une marche à laquelle sont attendues plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Une coalition nationaliste favorable au pouvoir a pour sa part appelé à manifester le 4 février contre les opposants à Vladimir Poutine, accusés de vouloir organiser une révolution en Russie.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 02 Fév 2012, 10:53

Citation :
Le patriarche orthodoxe Kirill a pour sa part déclaré qu'il n'était pas dans les moeurs des croyants orthodoxes de descendre dans la rue, leur conseillant de prier.

Un autre exemple de la proximité entre le pouvoir et l'Eglise orthodoxe, qui déconseille d'aller manifester contre Poutine ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
BoANo1



Masculin Messages : 596
Inscription : 02/02/2012

MessageSujet: Re: Vers un printemps russe ?   Jeu 02 Fév 2012, 11:12

ça craint mon frère voudrais aller en Russie pour ses vacances que faire ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/groups/BoAfans/
 
Vers un printemps russe ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers un printemps russe ?
» Vers un printemps espagnol ?!
» Trois astronautes en route vers l'ISS à bord d'un Soyouz
» Petit livre russe : "L'homme dans l'espace"
» Le ''printemps arabe'' accélère le génocide des chrétiens dans les pays musulmans ( vidéo )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: