DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vers une attaque contre la Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Etes vous pour :
Une zone de protection humanitaire ?
43%
 43% [ 16 ]
Ne rien faire ?
27%
 27% [ 10 ]
Le soutien à Hassad ?
22%
 22% [ 8 ]
une attaque de la Syrie ?
8%
 8% [ 3 ]
Total des votes : 37
 

AuteurMessage
Pierre75



Messages : 940
Inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mer 29 Fév 2012, 19:22

Bonsoir Lebob,
je partage vos préventions envers le "Réseau Voltaire" et ses manipulations. J'ai d'ailleurs indiqué plusieurs fois l'excellent site "ConspiracyWatch" lors de polémiques sur le 11 Septembre ici-même.
Mais n'empêche que pour les événements actuels, je suis mal à l'aise : que pensez-vous des suites incertaines de l'intervention en Libye, voire en Egypte ? Celles-ci ne vous posent-elles pas question ?
Revenir en haut Aller en bas
Lebob



Messages : 4651
Inscription : 17/02/2012

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 01 Mar 2012, 09:19

Bien entendu que cela pose des questions.

Mais nous serions mal avisés de noous plaindre du choix exprimé démocratiquement par les Libyens et les Egyptiens alors que nous n'arrêtons pas de répéter que la démocratie est le système politique idéal (ou, du moin,le mois mauvais, comme disait W. Churchill).

Ce qui arrive n'est pas franchement surprenant lorsqu'on sait que les islamistes étaient les seules forces d'opposition à peu près structurées et que les populations des pays en question n'ont pas réellement d'éducation politique (et souvent pas d'éducation tout court). Sans oublier l'idée largement répandue dans le monde arabe que les dictateurs sont des marionettes de l'occident. Ce qui génère par réaction un choix anti-occident où les barbus deviennent les candidats qui s'imposent.

Ils le regreteront un jour, mais ce sera trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 01 Mar 2012, 16:33




Syrie : l’envers du mouroir


Bahar Kimyongür Auteur de « Syriana, la conquête continue » (Ed. Couleur Livres & Investig’action, 2011).

Dictature contre démocratie est le credo simpliste censé résumer la réalité géopolitique syrienne. Si le régime de Damas est incontestablement responsable d’atrocités, il est aussi titulaire d’un CV politico-idéologique qui n’est pas du goût de certaines puissances notamment régionales. A la fois laïc, nationaliste, panarabe, pro-palestinien, allié de l’Iran, du Hezbollah, des BRICS (1) et de l’ALBA, l’Etat syrien réunit tous les ingrédients pour s’attirer simultanément les foudres de Washington, des pétromonarchies du Golfe, d’Israël et des groupes salafistes. Mais aussi pour nourrir fantasmes et clichés. En voici quelques-unes :

1. Laïcité et religion d’Etat. On dit du pouvoir syrien qu’il est aux mains d’une « clique alaouite » (2). Or, la Syrie est un Etat laïc depuis 1973. Discrets, les alaouites sont absents du champ religieux. S’il y a une religion institutionnelle en Syrie, c’est l’Islam sunnite. Écoles coraniques et mosquées sont en effet gérées par le ministère des fondations religieuses (waqfs). Certes, la transmission dynastique du pouvoir et le népotisme caractérisent le régime. Cette situation inacceptable existe cependant dans toute la région, que l’on soit en république, en monarchie ou en théocratie : les Saoud d’Arabie saoudite, les Al Thani du Qatar, les Hariri au Liban… S’agissant des Assad, l’indignation sélective est de mise. Or, les Assad dirigent le pays avec d’autres baassistes issus d’autres communautés. Le gouvernement d’Adel Safar compte 19 ministres d’origine sunnite sur 31. Certains ministres sont chrétiens, kurdes, chiites ou druzes.

2. Le salafisme syrien, un danger réel. Depuis les Omeyyades, la Syrie est le berceau de l’Islam flamboyant et universaliste mais il est également celui du djihad contre les hérésies. Les thèses de l’inquisiteur sunnite syrien du XIVe siècle Ibn Taymiyya sont encore en vogue dans le pays. Parmi ses fervents disciples, il y a le cheikh Al-Arour, un « télécoraniste » syrien de la chaîne saoudienne Wissal TV qui menace de « hacher les alaouites et de donner leur chair aux chiens. » A Baba Amr, quartier rebelle de Homs, « Pacifiques jusqu’à l’extermination des alaouites » était un slogan omniprésent avant l’assaut meurtrier lancé par l’armée gouvernementale. Le consultant religieux d’Al Jazeera Al Qardawi appelle à verser le sang des « infidèles » qui règnent à Damas. Quant au principal juriste saoudien Al-Luhaydan, il prône l’extermination d’un tiers de Syriens pour sauver les deux tiers. (3) Les sunnites qui « trahissent » ces prêches sont logés à la même enseigne. Saria, fils du grand mufti de Syrie, a été tué parce que son père refusait d’adhérer à ces discours haineux. N’est-il pas étonnant que nos médias ignorent ces appels au meurtre vus et entendus par des millions de téléspectateurs arabes ?

3. Bons terroristes. En Occident, l’Armée syrienne libre (ALS) a la cote. Ce groupe mobilise pourtant des djihadistes financés entre autres par le sultan saoudien Bandar Ben Sultan, promoteur du terrorisme international et grand ami de Bush. Encadrée par des Libyens naguère actifs au sein d’Al Qaida, l’ALS reçoit l’appui logistique du renseignement français. (4) Ses brigades portent des noms de conquérants musulmans comme Khalid Ibn Al Walid, Mu’awiya ou Abu Bakr. Le 21 décembre 2011, la Brigade Farouk, cette filiale de l’ALS à Homs qui enleva cinq ingénieurs iraniens s’était d’abord autoproclamée « Mouvement contre l’expansion chiite ». (5) C’est l’ALS qui aurait pilonné le quartier où périrent huit Syriens ainsi que le journaliste français Gilles Jacquier. (6) Le confessionnalisme déclaré de l’ALS en dit long sur ce qu’elle réserve aux minorités en cas de prise de pouvoir. Le soutien de la DGSE à ce groupe terroriste est tout aussi éloquent.

4. Mauvaises victimes. Curieusement, les victimes civiles pro-régime n’apparaissent jamais sur les écrans radars de nos médias. Personne n’a évoqué l’assassinat de Mohamed Qabbani (17 ans), un hacker de « l’armée électronique syrienne ». Son groupe avait pourtant piraté plusieurs sites dont la page facebook du « Soir » la veille de son assassinat, une raison évidente pour parler de lui. Personne ne s’est indigné de la mort du journaliste Chukri Abou Al-Bourghol du quotidien pro-régime At-Thawra. Qu’elles soient pro ou anti-Bachar, terroristes ou pacifistes, les « victimes civiles » sont mises d’office sur le compte du gouvernement. Dès lors, comment ne pas s’interroger sur la fiabilité du bilan de 6.000 morts avancé par l’ONU ?

Puissent la dégénérescence du drame syrien et le martyre de Homs en particulier, nous inciter à redoubler de prudence face aux obus de la propagande de guerre. Avant que Damas ne suive Tripoli et Bagdad dans la liste des capitales arabes bombardées, conquises et humiliées par nos justiciers autoproclamés.

(1) Le bloc des BRICS s’est toutefois fissuré le 16 février dernier lors de l’AG de l’ONU condamnant la répression en Syrie.

(2) Bernard-Henry Lévy, « La règle du jeu », 16 novembre 2011.

(3) Asia Times Online, 15 juillet 2011.

(4) Le Canard enchaîné , 23 novembre 2011.

(5) Communiqué envoyé au bureau de l’AFP à Nicosie, 3 janvier 2012.

(6) Le Figaro , 20 janvier 2012.


http://www.lesoir.be/debats/cartes_blanches/2012-02-29/syrie-l-envers-du-mouroir-900056.php

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 02 Mar 2012, 21:48

Syrie : jamais trop tard pour sortir de la violence

Le Saint-Siège en appelle à la responsabilité des Syriens


ROME, vendredi 2 mars 2012 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège s’adresse à la conscience du peuple syrien, qui a la « responsabilité principale » pour sortir du conflit : « il n’est jamais trop tard pour sortir de la violence ».

Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU à Genève, est intervenu durant la 19e Session du Conseil des droits de l’homme, qui a ouvert un « débat urgent » sur la Syrie, le 28 février 2012.

Mgr Tomasi exhorte à « ne pas succomber à la logique de la violence, où la violence engendre plus de violence », affirmant qu’ « il n’est jamais trop tard pour sortir de la violence ».

Il assure que le Saint-Siège suit « avec une grande préoccupation » les épisodes de violence « dramatiques et croissants » en Syrie. Il exprime sa « solidarité avec les victimes de la violence » et il réclame « une assistance humanitaire et médicale urgente » pour les blessés.

Bien que le Saint-Siège « se réjouisse » des initiatives des organisations internationales au service de la paix, l’archevêque rappelle que « la responsabilité principale » repose sur le peuple de Syrie. C’est à lui de « donner la priorité à la voie du dialogue, de la réconciliation et de l’engagement pour la paix », selon l’appel lancé récemment par Benoît XVI (cf. Zenit du 12 février 2012).

Les Syriens sont appelés à se souvenir de leur « héritage » historique de « coexistence entre les diverses communautés » et ceci « quels que soient la religion ou le milieu ethnique ». Tous, insiste-t-il, partagent en effet des « valeurs communes » de dignité et justice pour tous, « indépendamment de leur foi ou de leur ethnie ».

A l’issue d’un sommet européen à Bruxelles, la communauté internationale a vivement condamné le régime et demandé de nouvelles sanctions. Le président Français Nicolas Sarkozy a annoncé la fermeture de l’ambassade française en Syrie, aujourd’hui, 2 mars 2012.

La Croix Rouge internationale devrait arriver aujourd’hui dans la ville de Homs, qui a été bombardée sans relâche dans la nuit du 28 au 29 février 2012. Les responsables demandent une « trêve humanitaire », à savoir l’arrêt des combats durant deux heures par jour, pour pouvoir porter secours aux blessés.

Anne Kurian

http://www.zenit.org/article-30299?l=french
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 02 Mar 2012, 22:34

Simon1976 a écrit:
Syrie : jamais trop tard pour sortir de la violence

Le Saint-Siège en appelle à la responsabilité des Syriens


ROME, vendredi 2 mars 2012 (ZENIT.org) – Le Saint-Siège s’adresse à la conscience du peuple syrien, qui a la « responsabilité principale » pour sortir du conflit : « il n’est jamais trop tard pour sortir de la violence ».

Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège à l’ONU à Genève, est intervenu durant la 19e Session du Conseil des droits de l’homme, qui a ouvert un « débat urgent » sur la Syrie, le 28 février 2012.

Mgr Tomasi exhorte à « ne pas succomber à la logique de la violence, où la violence engendre plus de violence », affirmant qu’ « il n’est jamais trop tard pour sortir de la violence ».

Il assure que le Saint-Siège suit « avec une grande préoccupation » les épisodes de violence « dramatiques et croissants » en Syrie. Il exprime sa « solidarité avec les victimes de la violence » et il réclame « une assistance humanitaire et médicale urgente » pour les blessés.

Bien que le Saint-Siège « se réjouisse » des initiatives des organisations internationales au service de la paix, l’archevêque rappelle que « la responsabilité principale » repose sur le peuple de Syrie. C’est à lui de « donner la priorité à la voie du dialogue, de la réconciliation et de l’engagement pour la paix », selon l’appel lancé récemment par Benoît XVI (cf. Zenit du 12 février 2012).

Les Syriens sont appelés à se souvenir de leur « héritage » historique de « coexistence entre les diverses communautés » et ceci « quels que soient la religion ou le milieu ethnique ». Tous, insiste-t-il, partagent en effet des « valeurs communes » de dignité et justice pour tous, « indépendamment de leur foi ou de leur ethnie ».

A l’issue d’un sommet européen à Bruxelles, la communauté internationale a vivement condamné le régime et demandé de nouvelles sanctions. Le président Français Nicolas Sarkozy a annoncé la fermeture de l’ambassade française en Syrie, aujourd’hui, 2 mars 2012.

La Croix Rouge internationale devrait arriver aujourd’hui dans la ville de Homs, qui a été bombardée sans relâche dans la nuit du 28 au 29 février 2012. Les responsables demandent une « trêve humanitaire », à savoir l’arrêt des combats durant deux heures par jour, pour pouvoir porter secours aux blessés.

Anne Kurian

http://www.zenit.org/article-30299?l=french

Prions pour que la violence cesse dans le monde !

Que toute forme de violence disparaisse.

:sts:
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 02 Mar 2012, 22:35

"Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.

Là où il y a la haine, que je mette l'Amour,"

I love you fleur 6
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 02 Mar 2012, 22:37

Simon1976 a écrit:
"Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix.

Là où il y a la haine, que je mette l'Amour,"

I love you fleur 6

Thumright I love you
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28473
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 31 Mar 2012, 19:47

Actualité Reuters

Damas annonce la fin du soulèvement, 21 morts samedi - Publié le 31/03/2012 à 18:03

BEYROUTH (Reuters) - Le soulèvement entamé il y a un an en Syrie est désormais terminé, mais les forces gouvernementales resteront dans les villes pour y "maintenir l'ordre", conformément au plan de sortie de crise de Kofi Annan, émissaire de l'Onu et de la Ligue arabe, affirme le ministère syrien des Affaires étrangères.

Le diplomate ghanéen a reconnu au gouvernement le droit de réagir aux violences, a déclaré Djihad Makdissi, porte-parole du ministère, vendredi soir à la télévision publique.

D'après un porte-parole de l'Armée syrienne libre (ASL), les rebelles cesseront de combattre quand l'armée régulière aura retiré ses chars, ses pièces d'artillerie et ses armes lourdes des zones tenues par l'opposition.

Sur le terrain, les violences ont continué, avec 21 morts, dont deux enfants et dont certains portaient des traces d'actes de torture, rapportent les opposants.

L'armée a poursuivi son offensive contre les bastions de l'opposition, en attaquant notamment le quartier de Khalidiya de Homs (centre), épicentre de la contestation.

"Des obus de mortier tombent chaque minute et les explosions ébranlent le quartier", a confié un opposant.

Six personnes sont mortes dans la province, deux par des tueurs embusqués et deux lors des échanges de tirs.

Dans la province de Damas (sud-ouest), des rebelles ont affronté des troupes de l'armée régulière près d'une base à Djarameh. Dans la capitale, un homme a succombé à ses blessures infligées lors d'une manifestation.

Dans la province méridionale de Deraa, cinq personnes ont été tuées par des tirs de mitrailleuse à Kharbat Ghazaleh, et trois ont péri des suites de leurs blessures vendredi.

Des rebelles ont abattu six soldats, dont un colonel à Daïr az Zour, selon l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme (OSDH).

Un chanteur engagé aux côtés de l'opposition est décédé à Kafr Rouma lors d'un raid de l'armée à son domicile.

"ASSURER LA STABILITÉ"

En dépit de ces violences, les autorités disent avoir repris le contrôle de la situation, après des succès enregistrés contre des fiefs rebelles à Homs, Hama et Idlib. L'insurrection est elle toujours divisée et la possibilité de voir une intervention militaire extérieure sur le modèle de la Libye est quasi nulle.

"La bataille pour le renversement de l'Etat est terminée. Notre objectif est d'assurer la stabilité et de créer les conditions nécessaires aux réformes et au développement de la Syrie tout en empêchant certains de saboter la voie des réformes", a estimé Djihad Makdissi.

Le gouvernement, a-t-il précisé, a accepté le plan Annan en échange de la reconnaissance de sa souveraineté et de son droit au rétablissement de l'ordre. "Lorsque la sécurité sera assurée pour les civils, l'armée partira. Elle n'a pas à attendre de décision de Kofi Annan pour partir. Il s'agit d'une question syrienne", a insisté Djihad Makdissi.

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, fidèle allié du régime syrien, a déclaré vendredi que les rebelles armés se montraient incapables depuis un an de renverser Bachar al Assad, estimant que l'option d'une intervention militaire étrangère en Syrie était désormais "close".

Le plan de sortie de crise de l'émissaire, approuvé par l'Onu et entériné par la Ligue arabe, prévoit notamment un cessez-le-feu immédiat, un accès à l'aide humanitaire pour les populations civiles et l'ouverture d'un dialogue entre le pouvoir et l'opposition.

Ahmad Fawzi, porte-parole du médiateur de l'Onu et de la Ligue arabe, a levé les ambiguïtés sur la proposition de trêve en précisant qu'il incombait à l'armée syrienne d'agir la première en retirant ses blindés, son artillerie lourde et ses soldats des villes.

Le plan invite aussi les déserteurs de l'armée passés dans les rangs de l'Armée syrienne libre (ASL), qui vient de se doter d'une structure de commandement, à cesser le feu.

Les Etats-Unis et les pays du Golfe ont demandé samedi à Annan d'établir un calendrier de mise en oeuvre par le président Bachar al Assad de son plan de sortie de crise.

Les opposants rencontreront les chefs de la diplomatie des puissances occidentales, dont la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, lors de la conférence des "Amis de la Syrie" organisée à Istanbul, pays qui abrite de nombreux réfugiés syriens.

Plus de 9.000 personnes ont été tuées par les forces fidèles au régime de Bachar al Assad depuis le début du soulèvement à la mi-mars 2011, selon les données des Nations unies. Damas évoque la mort de 3.000 membres des forces de sécurité.

Jean-Philippe Lefief et Benjamin Massot pour le service français, édité par Jean-Stéphane Brosse

http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/damas-annonce-la-fin-du-soulevement-21-morts-samedi-31-03-2012-1447106_240.php
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mar 17 Avr 2012, 14:59



La Russie s’attend à une Attaque en Iran pour cet été


















F. Michael Maloof, G2 Bulletin



9 avril 2012



Washington - L’armée russe prévoit
qu’une attaque sera dirigée contre l’Iran vers cet été et elle a
travaillé à un plan d’action ; selon des sources russes
informées, des troupes russes seraient envoyées à travers la
Géorgie voisine pour stationner en Arménie, qui possède avec la
République Islamique une frontière.



Le chef du Conseil de Sécurité
russe Viktor Ozerov a déclaré que le Quartier Général Militaire russe
avait préparé ce plan d’action pour l’éventualité d’une
attaque en Iran. Dimitry Rogozin, qui était il y a peu
l’ambassadeur russe auprès de l’Organisation du Traité de l’Atlantique
Nord, l’OTAN, a mis en garde contre une attaque en Iran. “L’Iran
est notre voisin“, a dit Rogozin. “Une action militaire dirigée
contre l’Iran, c’est une menace directe pour notre sécurité“. Rogozin
qui est à présent l’adjoint du premier ministre russe, est
considéré comme antioccidental. Il est en charge du secteur de
défense russe.



Selon les sources du ministère de
la défense de Russie, l’armée russe ne croît pas qu’Israël dispose du
potentiel militaire pour vaincre les défenses aériennes
iraniennes et pense en outre que l’engagement de l’armée des USA
sera nécessaire.



La préparation des mouvements de
troupes de l’armée russe ne signifie pas seulement que la Russie protège
ses intérêts vitaux dans la région, mais qu’elle
pourrait aussi assister l’Iran si une telle attaque avait lieu.
Ces sources ajoutent qu’il est possible que la concentration des forces
armées russes dans la région, pourrait être le résultat
du potentiel de combats entre l’armée russe et les forces
israéliennes, américaines, ou les deux.



Des sources informées disent que
les Russes ont averti des ’conséquences imprévisibles’ d’une éventuelle
attaque de l’Iran, quelques unes des personnalités russes
disant que l’armée russe prendra part à cette possible guerre dans
la mesure où elle serait une menace pour ses intérêts vitaux dans la
région.



Le quotidien influent russe Nezavisimaya Gazeta a cité une source militaire russe qui a déclaré que la situation qui
s’installe en Syrie et en Iran ’pousse la Russie à
accélérer le programme d’amélioration de ses groupements militaires dans
les régions du Sud-Caucase, de la Caspienne, de la Mer Noire
et de la Méditerranée’. Cette dernière information découle d’un
ensemble de rapports et de fuites de porte parole officiels et d’agences
de presse gouvernementales selon lesquelles une attaque
israélienne est quasi certaine vers l’été.



Du fait de l’impact sur les
intérêts vitaux de la Russie dans la région, les sources disent que les
préparatifs russes pour une elle attaque ont commencé il y a
deux ans avec la modernisation de la base 102 de Gumri, en
Arménie. Il est dit de cette base occupe une position géopolitique
majeure dans la région.



Les familles de militaires russes
de la base de Gumri en Arménie, proche de la Géorgie et de la Turquie
ont été d’ores et déjà évacuées, disent des sources
russes. ’La Base Militaire 102 est un point clé, un avant-poste
russe dans le Sud-Caucase’, a déclaré une source militaire russe au
quotidien. ’Elle occupe une position géopolitique très
importante, mais le Kremlin craint de perdre cette situation’.



Avec le retour de Vladimir Poutine à
la présidence de a Russie, la perspective qu’il déclencherait une
nouvelle attaque sur la Géorgie comme il l’avait fait en
août 2008 devient également une possibilité, disent ces sources
informées.



Les Russes croient que la Géorgie
coopérerait avec les Etats-Unis en bloquant tout approvisionnement
destiné à la Base Militaire 102, qui est approvisionnée
essentiellement par voie aérienne. Jusqu’à présent, la Géorgie
bloquait la seule voie de transport routière que les fournitures
militaires russes pourraient emprunter.



Le carburant pour la base russe en
Arménie arrive d’Iran, et les responsables politiques russes pensent que
ce passage frontalier pourrait-être bloqué en cas de
guerre. Selon Yuri Netkachev, l’ancien commandant adjoint des
forces russes en Transcaucasie, ’Il sera peut-être nécessaire de
recourir aux moyens militaires pour briser le blocage routier
géorgien et dégager des corridors de transport menant à
l’Arménie’. La géographie de la région suggère, compte tenu des routes
et de la topographie du pays qu’un tel corridor
d’approvisionnement passe obligatoirement au milieu de la Géorgie,
près de la capitale Tbilissi.



En septembre, l’armée russe prévoit de faire ses exercices militaires annuels appelés Kavkaz 2012. Les
sources informées
russes disent cependant que les préparatifs et les déploiements
d’équipements et de personnels militaires ont déjà commencé en prévision
d’une possible guerre avec l’Iran. Selon ces sources, un
nouveau commandement et un nouvel équipement de surveillance ont
été déployés dans la région, capables d’employer Glonass, le système GPS
russe, pour la prise d’informations de
ciblage.



’La force aérienne du District
Militaire Sud a été réarmée à presque 100% par des nouveaux avions et
hélicoptères’, selon l’expert Pavel Felgenhauer de la
Fondation Jamestown basée à Washington. En 2008, Fegenhauer avait
relevé qu’en servant de couverture aux déploiement de leurs forces, ce
sont les manœuvres Kavkaz 2008 qui ont permis le succès
de l’invasion de la Géorgie de la même année.



Le Ministre de la Défense Anatoly
Serdyukov a déjà annoncé que les nouveaux Spetznaz, ou Unités de Forces
Spéciales, seront déployés dans Stavropol et Kislovodsk,
qui se trouvent dans les régions du Nord Caucase.



Des sources russes disent que
l’Armée russe pense que si les USA entrent en guerre avec l’Iran, elle
pourrait déployer des forces en Géorgie et des navires de
guerre dans la mer Caspienne avec l’aide possible de
l’Azerbaïdjan, qui a depuis déclaré qu’elle ne donnerait pas son
autorisation pour que son territoire soit utilisé par Israël pour lancer
des attaques contre son voisin l’Iran.



Des spéculations ont été faites,
étant données les relations rapprochées entre Israël et l’Azerbaïdjan,
selon lesquelles l’état juif pourrait utiliser des bases
pour lancer des attaques contre les sites nucléaires de l’Iran
voisin. Israël a récemment accepté de vendre à l’Azerbaïdjan pou 1,6
milliards en équipements militaires.



La perspective que des troupes
aéroportées d’assaut russes par hélicoptère, également appelées unités
VDV, pourraient être installées dans les provinces
sécessionnistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud est un sujet encore
plus grand d’irritation pour le président de Géorgie Michaël
Saakashvili. Ces deux provinces ont été prises par l’armée russe
au cours de la guerre russo-géorgienne d’août 2008. Elles ont été
déclarées pays indépendants par Moscou, mais le Kremlin indique à
présent quelles pourraient être annexées par la
Russie.



De même, le Lieutenant Général
Vladimir Shamanov, commandant des VDV, a annoncé que les troupes russes
en Arménie recevront le renfort de troupes parachutistes,
ainsi que des hélicoptères d’attaque et de transport. “Le fer de
lance (de la région de Transcaucasie) peut recevoir l’ordre de prendre
la direction du sud pour empêcher le déploiement présumé
de bases US en Transcaucasie, pour faire le lien avec l’Arménie et
prendre le contrôle du corridor énergétique des états du Sud Caucase et
de la Caspienne par lequel les hydrocarbures azéri,
turkmène, ceux d’autres pays de la Mer Caspienne peuven arriver en
Europé’, a déclaré Felgenhauer. “En un seul coup de balai militaire, la
Russie pourrait se garantir le contrôle de tous les
états du Caucase et de la Mer Caspienne qui par le passé,
constituaient les marches de son empire, créant un fait accompli auquel
l’Occident, trop absorbé par l’Iran, ne pourrait répondre’,
a-t-il ajouté.



“En même temps, une petite guerre
victorieuse devrait réunir la nation russe derrière le Kremlin, lui
permettant d’écraser les mouvements rémanents
pro-démocratiques à propos d’élections justes. Avec un bonus
supplémentaire, l’action militaire de la Russie pourrait abattre
définitivement le régime Saakashvili’. Poutine n’a pas caché son
aversion pour Saakashvili et avec son retour à la présidence, il
peut envisager que la chute du président géorgien est une tâche
inachevée. Tout comme en 2008, Poutine n’aura pas à trop se
soucier d’envoyer des troupes en Géorgie, dans la mesure où la
réponse des USA et des pays européens à l’invasion et à l’occupation qui
a suivi étaient muettes.





mardi 10 avril 2012,
Jean Eckian ©armenews.com



Traduction Gilbert Béguian pour Armenews





Lire aussi :




Bruits de bottes dans le Caucase Sud












La Russie masse des troupes sur la frontière
nord de l’Iran en prévision d’une attaque de l’Occident, et déploie de
façon permanente sa flotte au large de la Syrie




la suite >>>
Revenir en haut Aller en bas
 
Vers une attaque contre la Syrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Complot turc pour entrer en guerre ouverte contre la Syrie
» MENSONGE ET ATTAQUE CONTRE L`EGLISE CATHOLIQUE
» Canada : condamnation de l’attaque contre l'ONU en Afghanistan
» Opération Lüttich, la contre attaque de Mortain
» Le complot contre la Syrie (1) [Ali Dani]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: