DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vers une attaque contre la Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Etes vous pour :
Une zone de protection humanitaire ?
43%
 43% [ 16 ]
Ne rien faire ?
27%
 27% [ 10 ]
Le soutien à Hassad ?
22%
 22% [ 8 ]
une attaque de la Syrie ?
8%
 8% [ 3 ]
Total des votes : 37
 

AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 15 Déc 2011, 21:19

Syrie: la Russie propose une résolution au Conseil de sécurité de l'ONU


NEW YORK - La Russie a surpris la communauté internationale en dévoilant jeudi un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant les violences en Syrie perpétrées par toutes les parties, selon une copie du texte que l'AFP a pu consulter.

La résolution condamne la violence perpétrée par toutes les parties, y compris l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes. Le projet s'inquiète aussi de l'approvisionnement en armes, illégal, des groupes armés en Syrie.

L'ambassadeur français à l'ONU, Gérard Araud, a immédiatement salué dans un communiqué un événement extraordinaire puisque la Russie a enfin décidé de sortir de son inaction et de nous présenter une résolution sur la Syrie.

Le texte qui nous est présenté est un texte qui mérite évidemment beaucoup damendements car il est déséquilibré. Mais cest un texte sur la base duquel nous allons négocier, a-t-il ajouté.

Un autre diplomate occidental a estimé, sous couvert d'anonymat, que le texte est pour l'instant, de notre point de vue, déséquilibré.

Alors que selon l'ONU, plus de 5.000 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations en Syrie depuis le mois de mars, le Conseil de sécurité n'a pas réussi jusqu'à maintenant à se mettre d'accord sur une résolution qui condamnerait le régime du président Bachar al-Assad.

La Russie, qui occupe ce mois-ci la présidence tournante du Conseil, a usé de son veto le 4 octobre pour torpiller un projet de résolution. La Chine avait également utilisé son veto.

Le chef de l'ONU Ban Ki-moon avait prévenu mercredi que cela ne peut plus durer, en faisant référence à la répression en Syrie, estimant qu'il était temps que la communauté internationale agisse.

Plus de 5.000 personnes sont mortes en Syrie. Cela ne peut plus durer. Au nom de l'humanité, il est temps que la communauté internationale agisse, a déclaré le secrétaire général de l'ONU lors d'une conférence de presse.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe doivent tenir une réunion urgente samedi au Caire pour répondre à la proposition de la Syrie d'admettre des observateurs sur son sol en échange de la fin des sanctions décidées par la Ligue.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 15 Déc 2011, 21:20

Les Russes espèrent ainsi mettre les violences existant du côté de l'insurrection sur le même plan que celles perpétrées par le régime.

Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 15 Déc 2011, 23:21

Philippe Fabry a écrit:
Les Russes espèrent ainsi mettre les violences existant du côté de l'insurrection sur le même plan que celles perpétrées par le régime.


ce qui est tout a fait logique. et ce qui devait déjà être fait en Libye. Car ce pas parce que t'es un anti Khadaffi que tu as le droit de tuer légalement.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 00:32

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Les Russes espèrent ainsi mettre les violences existant du côté de l'insurrection sur le même plan que celles perpétrées par le régime.


ce qui est tout a fait logique. et ce qui devait déjà être fait en Libye. Car ce pas parce que t'es un anti Khadaffi que tu as le droit de tuer légalement.

Non, en effet.

Mais ces gens agiraient-ils ainsi si Bachar avait tenu ses promesses de réforme depuis 8 mois ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 00:34

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Intéressant. Cela montre que mettre la pression a des résultats : les gens se divisent sur l'attitude à adopter, il y a des réactions intempestives...
Si Obama n'avait pas été aussi mou pendant ses trois premières années de mandat...

Vous pensez VRAIMENT que le problème est dans la mollesse d'Obama ?

Obama n'est pas Cartère, c'est un type « tenu » issu de la gauche radicale, du tiers-mondisme et de mouvements proches de l'islamisme.

Je pense que le problème vient partiellement de sa mollesse à agir. Après je ne me prononce pas sur les raisons de cette mollesse. J'avoue que les éléments à charge avancés par Millière m'interrogent beaucoup.
Ce qui me pose problème, c'est pourquoi l'Amérique semble aujourd'hui se remettre en branle alors qu'Obama est toujours au pouvoir. A-t-il abandonné les affaires étrangères à Clinton et aux think tanks, trop préoccupé qu'il est par les problèmes intérieurs et les élections à venir ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 10:16

Syrie: neuf mois de répression, la Russie propose une résolution à l'ONU

© AFP Réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie le 4 octobre 2011
© UnPhoto/AFP/Archives Eskinder Debebe

NEW YORK (AFP) - (AFP) - La Russie a surpris la communauté internationale en dévoilant jeudi un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU sur la Syrie, alors que sur le terrain, après neuf mois de troubles, de nouvelles violences ont fait au moins 27 morts.

La Russie, qui était opposée jusqu'à maintenant à toute résolution condamnant la répression de la révolte contre le régime Assad, a présenté un texte condamnant la violence perpétrée "par toutes les parties, y compris l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes".

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a indiqué que les Etats-Unis étaient prêts à travailler avec la Russie sur son projet, tout en précisant que le texte contient en l'état "des éléments que nous ne pourrions pas soutenir", comme "l'apparente parité" entre les forces de l'ordre et l'opposition.

L'ambassadeur de France à l'ONU, Gérard Araud, a salué "un événement extraordinaire, puisque la Russie a enfin décidé de sortir de son inaction". "Le texte qui nous est présenté mérite évidemment beaucoup d?amendements car il est déséquilibré. Mais c?est un texte sur la base duquel nous allons négocier", a-t-il dit à la presse.

Sur le terrain, de nouvelles violences ont opposé les forces syriennes aux déserteurs faisant au moins 27 morts du côté des forces du régime dans la province de Deraa (sud), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les militants pro-démocratie ont appelé sur Facebook à de nouvelles manifestations vendredi, alors que la contestation est entrée jeudi dans son 10e mois, le régime se montrant indifférent à la multiplication des pressions.

Avant l'annonce du projet de résolution russe, le ministre des Affaires étrangères français Alain Juppé a fait part de son exaspération face à la répression.

"Près de 5.000 morts, 3 millions de Syriens affectés par la répression sanglante, d'innombrables exactions et crimes contre l'humanité quotidiens: combien de victimes faudra-t-il encore pour que le monde comprenne que Bachar al-Assad doit partir ?", a-t-il dit lors d'une visite en Libye.

La France a en outre demandé à la Syrie de "respecter l'intégrité et la souveraineté territoriale du Liban", après une incursion d'une patrouille syrienne dans ce pays, qui a fait deux blessés.

A Strasbourg, le Parlement européen a appelé M. Assad à "abandonner immédiatement le pouvoir" et à mettre fin à sa répression "brutale". Dans une résolution, le Parlement réclame également des sanctions supplémentaires de l'Union européenne.

Le régime d'Assad "a usé pendant les neuf derniers mois de tous les moyens violents possibles pour tenter de réprimer la Révolution, perpétrant des crimes contre l'humanité contre des vieillards et des enfants", ont accusé les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent les manifestations sur le terrain.

Le Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité des courants de l'opposition en Syrie, a appelé de nouveau la communauté internationale à protéger la population civile "par tous les moyens". Son premier congrès général se tiendra du 16 au 18 décembre à Tunis.

Un groupe d'opposants syriens affirmant représenter la majorité des mouvements d'opposition en territoire syrien a annoncé jeudi à Istanbul la création d'une "Alliance nationale" des forces révolutionnaires pour renverser le régime, précisant qu'il avait été accepté au sein du CNS.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 13:04

Bonjour.
Philippe Fabry a écrit:
.
Et ne pas oublier que les américains savent faire la guerre et sont prévoyants : lors de la première guerre du Golfe, ils avaient emporté dans leurs bagages, au cas où, plusieurs milliers de pigeons voyageurs.

Arnaud Dumouch a écrit:
Cher Alexis, Ce n'est pas ces forces là qui font réfléchir. Leur budget est faible et leur technologie informatique à la mesure de leurs ventes à l'étranger d'ordinateur ! Laughing

Ce qui fait peur, c'est leur potentiel nucléaire.
C'est ça le problème pour les russes, les chinois, et les autres.
S'il ne s'agissait que de tenir face à une attaque américaine brève et violente comme celles qui ont si bien fonctionné contre l'Irak (quoique l'armée irakienne n'a pas vraiment combattu, mais les dictateurs ignorent toujours qu'ils ne sont pas aimés, donc pas défendu), ou contre la Serbie, la défense anti aérienne (aviation plus missiles) Russe est très très amplement suffisante, mais s'il faut faire une guerre longue, c'est une autre paire de manche.

Exemple : Au début de la guerre du pacifique, les américains avaient sept porte-avions, dont 4 dans le pacifique, tandis que les japonais disposaient alors de onze porte-avions.
Pendant la durée de la guerre les japonais construiront, de mémoire, je crois, une quinzaine de porte avions supplémentaires (14?), les américains.................. près de 150 !!! (donc 120 porte-avions « simplifiés », certes, mais efficaces quand même.
Côté aviation, les américains passeront de moins de 4500 avions de combat en fin 1941, à plus de 40.000 en 1944........ C'est dans ce domaine que pour reprendre les termes d'Arnaud : ils sont insurpassables.

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Intéressant. Cela montre que mettre la pression a des résultats : les gens se divisent sur l'attitude à adopter, il y a des réactions intempestives...
Si Obama n'avait pas été aussi mou pendant ses trois premières années de mandat...

Vous pensez VRAIMENT que le problème est dans la mollesse d'Obama ?

Obama n'est pas Cartère, c'est un type « tenu » issu de la gauche radicale, du tiers-mondisme et de mouvements proches de l'islamisme.
Sauf à imaginer que tu te situes à droite de Pinochet, je ne comprends pas comment tu peux affirmer qu'Obama est issu de la gauche, radicale ou pas d'ailleurs, mais le fait de rajouter radical est encore plus suspect. Et Sarkozy, tu le places où ?
Pour ce qui est de la proximité avec l'islamisme, là tu sombres dans le ridicule.


Philippe Fabry a écrit:

Et puis les Chinois sont technologiquement très à la rue : les avions qu'ils développent ont vingt ans de retard sur ce que produisent les américains.
Plus tout à fait, surtout depuis le « coup de pouce israélien » (Participation à la réalisation du chasseur J10, avec les technologies du prototype de chasseur israélien Lavi).
Ils peuvent aussi faire un peu de rétro ingéniérie à partir de certains avion Russes plus récents, mais les versions d'exportation que les russes acceptent de livrer ne sont pas du tout du même niveau que celles dont ils s'équipent.
Mais de toute façon, les avions modernes ne représentent qu'une petite partie de l'aviation chinoise qui reste dominée par de vielles imitations du vieux Mig 21.

Philippe Fabry a écrit:

Autres éléments :
- Pour faire des progrès technologiques, il faut des élites intellectuelles. Or ni la Chine ni la Russie n'ont des élites à la hauteur des américaines. Deux étudiants chinois sur trois ne rentrent jamais au pays ; et la plupart sont aux USA, la Chine est victime d'une terrible fuite des cerveaux
- Pour faire des progrès technologiques, il faut de l'argent. Le budget militaire américain est 12 fois le budget russe, 8 fois le budget chinois et cinq fois les deux cumulés. Et si vous ajoutez au budget militaire américain le français, le britannique (qui sont plus gros que le russe !) le canadien, l'allemand, le japonais,l'italien, l'espagnol, l'australien et le coréen (du sud) soit les alliés indéfectibles, vous arrivez à 7 fois le budget cumulé Chine/Russie.
Le budget militaire est un élément d'appréciation, en aucun cas une preuve permettant de mesurer une puissance militaire, parce qu'il ne tient pas compte des différences, parfois énormes, de coûts de production, et de rémunération du personnel.
Exemple : le budget militaire de la France est supérieur à celui de la Russie, pourtant l'armée Russe est très très supérieure à l'armée française.

Philippe Fabry a écrit:

Je pense que le problème vient partiellement de sa mollesse à agir. Après je ne me prononce pas sur les raisons de cette mollesse.
Personellement, je n'ai pas constaté la moindre mollesse. Il n'est pas nécessaire de fonctionner par imprécations, et menaces pour être « non mou ». On peut être en recherche d'apaisement et sans concession sur l'essentiel.

Philippe Fabry a écrit:
J'avoue que les éléments à charge avancés par Millière m'interrogent beaucoup.
Moi, c'est l'honnêteté de ce monsieur qui m'interroge beaucoup.

Philippe Fabry a écrit:
Ce qui me pose problème, c'est pourquoi l'Amérique semble aujourd'hui se remettre en branle alors qu'Obama est toujours au pouvoir. A-t-il abandonné les affaires étrangères à Clinton et aux think tanks, trop préoccupé qu'il est par les problèmes intérieurs et les élections à venir ?
Ou peut être parce que Obama est bien différent de ce que tu le laisses supposer...........

Amicalement, Alain
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 14:09

aroll a écrit:


Philippe Fabry a écrit:

Autres éléments :
- Pour faire des progrès technologiques, il faut des élites intellectuelles. Or ni la Chine ni la Russie n'ont des élites à la hauteur des américaines. Deux étudiants chinois sur trois ne rentrent jamais au pays ; et la plupart sont aux USA, la Chine est victime d'une terrible fuite des cerveaux
- Pour faire des progrès technologiques, il faut de l'argent. Le budget militaire américain est 12 fois le budget russe, 8 fois le budget chinois et cinq fois les deux cumulés. Et si vous ajoutez au budget militaire américain le français, le britannique (qui sont plus gros que le russe !) le canadien, l'allemand, le japonais,l'italien, l'espagnol, l'australien et le coréen (du sud) soit les alliés indéfectibles, vous arrivez à 7 fois le budget cumulé Chine/Russie.
Le budget militaire est un élément d'appréciation, en aucun cas une preuve permettant de mesurer une puissance militaire, parce qu'il ne tient pas compte des différences, parfois énormes, de coûts de production, et de rémunération du personnel.
Exemple : le budget militaire de la France est supérieur à celui de la Russie, pourtant l'armée Russe est très très supérieure à l'armée française.

Oui, cela ne fait aucun doute ; sauf, me semble-t-il, dans le cadre d'une guerre longue. La capacité à remplacer les pertes me paraît alors dépendre pas mal de la capacité de financement. Cela dit il me semble qu'il y a de nombreux doutes quant à la qualité de la formation de la troupe russe. Je ne parle pas des pilotes de chasse, mais j'ai beaucoup entendu, durant la guerre de Géorgie, de commentateurs noter que, malgré l'écrasante supériorité du géant russe, il fallait noter pour l'essentiel des fantassins en guenilles et au moral faiblard.


Philippe Fabry a écrit:

Je pense que le problème vient partiellement de sa mollesse à agir. Après je ne me prononce pas sur les raisons de cette mollesse.
Personellement, je n'ai pas constaté la moindre mollesse. Il n'est pas nécessaire de fonctionner par imprécations, et menaces pour être « non mou ». On peut être en recherche d'apaisement et sans concession sur l'essentiel.

Personnellement, j'ai constaté de la mollesse, ou en tout cas ce que j'ai pris pour de la mollesse. Mais au vu des évènements actuels, je me demande si ce n'était pas reculer pour mieux sauter. Auquel cas c'est finement joué.

Philippe Fabry a écrit:
J'avoue que les éléments à charge avancés par Millière m'interrogent beaucoup.
Moi, c'est l'honnêteté de ce monsieur qui m'interroge beaucoup.

Il avance des éléments qui posent question, en particulier sur les conseillers d'Obama. Après, dire qu'Obama est un crypto-musulman, je ne vais pas jusque-là.

Philippe Fabry a écrit:
Ce qui me pose problème, c'est pourquoi l'Amérique semble aujourd'hui se remettre en branle alors qu'Obama est toujours au pouvoir. A-t-il abandonné les affaires étrangères à Clinton et aux think tanks, trop préoccupé qu'il est par les problèmes intérieurs et les élections à venir ?
Ou peut être parce que Obama est bien différent de ce que tu le laisses supposer...........

Oui, c'est effectivement possible, comme je le disais plus haut.


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 14:14

Syrie: plus de 200.000 manifestants dans la ville de Homs

© AFP Capture d'image d'une vidéo diffusée sur YouTube,montrant une large manifestation dans la vile de Homs, le 27 mai 2011.
© YouTube/AFP/Archives -

DAMAS (AFP) - (AFP) - Plus de 200.000 Syriens ont manifesté vendredi dans les rues de la ville de Homs, dans le centre du pays, un des hauts lieux de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, a affirmé l'Obervatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Plus de 200.000 manifestants sont sortis dans plusieurs quartiers de la ville de Homs après la prière du vendredi", appelant à la chute du président Assad, a précisé l'OSDH, basé en Grande-Bretagne.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 15:17

Philippe Fabry a écrit:


Oui, cela ne fait aucun doute ; sauf, me semble-t-il, dans le cadre d'une guerre longue. La capacité à remplacer les pertes me paraît alors dépendre pas mal de la capacité de financement. Cela dit il me semble qu'il y a de nombreux doutes quant à la qualité de la formation de la troupe russe. Je ne parle pas des pilotes de chasse, mais j'ai beaucoup entendu, durant la guerre de Géorgie, de commentateurs noter que, malgré l'écrasante supériorité du géant russe, il fallait noter pour l'essentiel des fantassins en guenilles et au moral faiblard.
C'est même LE POINT FAIBLE de l'armée russe (et peut être aussi d'armées "soeurs"), c'est l'effet de l'âme slave. La propagande occidentale (oui ça existe aussi) nous a décrit pendant des décennies une menace soviétique faite de soldats menaçants et très méchants heureusement mal équipés, alors que la réalité est presque inverse, c'est à dire un armement de très bonne qualité entre les mains de mélancoliques peu enclin au combat (sauf lorsqu'il faut sauver les meubles parce que tout semble perdu comme contre les allemands pendant la seconde guerre mondiale).
Si l'on compare au super professionalisme et à la détermination des soldats américains, il y a un gouffre.
En fait, pour être efficace, l'armée russe a besoin, soit d'être dans une situation très difficile (comme lors de l'invasion allemande), soit de prozac..........


Philippe Fabry a écrit:

Il avance des éléments qui posent question, en particulier sur les conseillers d'Obama. Après, dire qu'Obama est un crypto-musulman, je ne vais pas jusque-là.
Il est surtout "ultra, ultra, ultra" pro républicain et neo conservateur absolu (au point d'être un des dernier au monde à continuer de dire que l'Irak possédait bien des armes de destruction massive en 2003), il est donc toujours suspect lorsqu'il parle d'Obama (les républicains ont même été jusqu'à favoriser l'absurde accusation d'islamisme d'Obama, sauf Mc Cain plus honnête que les autres).

Amicalement, Alain
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 15:21

aroll a écrit:
Philippe Fabry a écrit:


Oui, cela ne fait aucun doute ; sauf, me semble-t-il, dans le cadre d'une guerre longue. La capacité à remplacer les pertes me paraît alors dépendre pas mal de la capacité de financement. Cela dit il me semble qu'il y a de nombreux doutes quant à la qualité de la formation de la troupe russe. Je ne parle pas des pilotes de chasse, mais j'ai beaucoup entendu, durant la guerre de Géorgie, de commentateurs noter que, malgré l'écrasante supériorité du géant russe, il fallait noter pour l'essentiel des fantassins en guenilles et au moral faiblard.
C'est même LE POINT FAIBLE de l'armée russe (et peut être aussi d'armées "soeurs"), c'est l'effet de l'âme slave. La propagande occidentale (oui ça existe aussi) nous a décrit pendant des décennies une menace soviétique faite de soldats menaçants et très méchants heureusement mal équipés, alors que la réalité est presque inverse, c'est à dire un armement de très bonne qualité entre les mains de mélancoliques peu enclin au combat (sauf lorsqu'il faut sauver les meubles parce que tout semble perdu comme contre les allemands pendant la seconde guerre mondiale).
Si l'on compare au super professionalisme et à la détermination des soldats américains, il y a un gouffre.
En fait, pour être efficace, l'armée russe a besoin, soit d'être dans une situation très difficile (comme lors de l'invasion allemande), soit de prozac..........

Je me souviens, il y a quelques années, avoir lu un article terrible sur la situation de soldats russes sous-payés obligés de se prostituer pour survivre. C'est sûr que c'est pas l'idée qu'on se fait d'un ennemi menaçant.


Philippe Fabry a écrit:

Il avance des éléments qui posent question, en particulier sur les conseillers d'Obama. Après, dire qu'Obama est un crypto-musulman, je ne vais pas jusque-là.
Il est surtout "ultra, ultra, ultra" pro républicain et neo conservateur absolu (au point d'être un des dernier au monde à continuer de dire que l'Irak possédait bien des armes de destruction massive en 2003), il est donc toujours suspect lorsqu'il parle d'Obama (les républicains ont même été jusqu'à favoriser l'absurde accusation d'islamisme d'Obama, sauf Mc Cain plus honnête que les autres).

C'est effectivement ce que j'ai plusieurs fois fait remarquer à Droma
.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 15:46

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:



Les chinois ont prouvé en 2007 qu'ils sont capable de détruire des satellites,c'est là que la guerre technologique (des armements) va se jouer car en effet détruire les satellites de l'adversaire c'est neutraliser une armée entière même si elle est 10 fois plus puissante.

Ouais...

Sauf que pour neutraliser une armée entière dix fois plus puissante il faut détruire dix fois plus de satellites. Actuellement l'espace est à 80% américain. Il faut dégommer un sacré paquet de satellites pour les paralyser, et pendant ce temps tous les satellites chinois seraient flingués.

Et ne pas oublier que les américains savent faire la guerre et sont prévoyants : lors de la première guerre du Golfe, ils avaient emporté dans leurs bagages, au cas où, plusieurs milliers de pigeons voyageurs.

Les Russes aussi ont une force de frappe antisatellite, une troïka Russie- Chine-Iran ça fait réfléchir avant de vouloir à tout prix se lancer dans cette aventure dont le détonateur est la Syrie.

Pour ce qui est des armes antisatellite tout est question de technologie,si les russes et les chinois coopèrent (transfert de technologie) ils peuvent dépasser les USA dans ce domaine d'ici quelques années. (mais bon la guerre qui approche n'est pas une guerre des étoiles sauf surprise)

Et surtout à condition que pendant ces années les USA restent au point mort.

Les Russes n'ont pas d'intérêt fondamental à coopérer avec la Chine, dont les intérêts ne sont identiques que quand il s'agit de s'opposer à l'Amérique. Pour le reste, la Chine est un danger majeur pour la Russie.

Et puis les Chinois sont technologiquement très à la rue : les avions qu'ils développent ont vingt ans de retard sur ce que produisent les américains.

Autres éléments :
- Pour faire des progrès technologiques, il faut des élites intellectuelles. Or ni la Chine ni la Russie n'ont des élites à la hauteur des américaines. Deux étudiants chinois sur trois ne rentrent jamais au pays ; et la plupart sont aux USA, la Chine est victime d'une terrible fuite des cerveaux
- Pour faire des progrès technologiques, il faut de l'argent. Le budget militaire américain est 12 fois le budget russe, 8 fois le budget chinois et cinq fois les deux cumulés. Et si vous ajoutez au budget militaire américain le français, le britannique (qui sont plus gros que le russe !) le canadien, l'allemand, le japonais,l'italien, l'espagnol, l'australien et le coréen (du sud) soit les alliés indéfectibles, vous arrivez à 7 fois le budget cumulé Chine/Russie.

Exact.

PS: étant donné que l’algorithme nous apprend que la Chine sera inéluctablement la "nouvelle Rome" dans quelques siècles prenez de l'avance !! et soutenez les chinois,dès maintenant !! Quand ils découvriront votre découverte & soutien (lol) maybe ils vous considéreront comme le Pythagore des sciences historiques dans leur panthéon Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 15:54

Alexis232 a écrit:


PS: étant donné que l’algorithme nous apprend que la Chine sera inéluctablement la "nouvelle Rome" dans quelques siècles prenez de l'avance !! et soutenez les chinois,dès maintenant !! Quand ils découvriront votre découverte & soutien (lol) maybe ils vous considéreront comme le Pythagore des sciences historiques dans leur panthéon Laughing Laughing

Pas la nouvelle Rome, mais la nouvelle Athènes.

Impossible de soutenir les Chinois dès maintenant ! S'ils ne sont pas soumis par l'Amérique, ils ne seront jamais la nouvelle Athènes !

Pour le bien de la Chine et du monde à long terme, il faut soutenir l'Amérique !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 15:56

Philippe Fabry a écrit:

Je me souviens, il y a quelques années, avoir lu un article terrible sur la situation de soldats russes sous-payés obligés de se prostituer pour survivre. C'est sûr que c'est pas l'idée qu'on se fait d'un ennemi menaçant.[/color]
Sous la présidence de Boris Eltsine, le budget de l'armée a été réduit à 0 pendant trois ans. Les soldats faisaient pousser des pommes de terre entre les chars pour bouffer...................
Pour eux, l'arrivée de Poutine a presque été une bénédiction, sauf que même s'ils sont de nouveau payé, ils sont loin d'être riches.
La Russie est un pays de seulement 100 millions d'habitants, avec des revenus juste correctes et qui veut avoir une puissante armée, alors forcément, au prix d'un Mig 35 ou d'un Su 37, il faut bien faire des économies ailleurs (salaires des soldats, uniforme, etc...)

Amicalement, Alain
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 16:04

aroll a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Je me souviens, il y a quelques années, avoir lu un article terrible sur la situation de soldats russes sous-payés obligés de se prostituer pour survivre. C'est sûr que c'est pas l'idée qu'on se fait d'un ennemi menaçant.[/color]
Sous la présidence de Boris Eltsine, le budget de l'armée a été réduit à 0 pendant trois ans. Les soldats faisaient pousser des pommes de terre entre les chars pour bouffer...................
Pour eux, l'arrivée de Poutine a presque été une bénédiction, sauf que même s'ils sont de nouveau payé, ils sont loin d'être riches.
La Russie est un pays de seulement 100 millions d'habitants, avec des revenus juste correctes et qui veut avoir une puissante armée, alors forcément, au prix d'un Mig 35 ou d'un Su 37, il faut bien faire des économies ailleurs (salaires des soldats, uniforme, etc...)

Amicalement, Alain

Cela dit, géostratégiquement parlant, la Russie a-t-elle vraiment le choix ? Avoir une armée réduite pour un pays aussi vaste, ce serait excessivement dangereux. La Russie est trop grande et trop vide. Ses grands champs orientaux de matières premières seraient une proie appétissante pour une Chine surpeuplée.
A vrai dire, à long terme, la seule chose qui garantit la viabilité d'une Russie aussi gigantesque, c'est son arsenal nucléaire. Mais il est probable que dans les siècles à venir, elle sera démembrée.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 16:06

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:


PS: étant donné que l’algorithme nous apprend que la Chine sera inéluctablement la "nouvelle Rome" dans quelques siècles prenez de l'avance !! et soutenez les chinois,dès maintenant !! Quand ils découvriront votre découverte & soutien (lol) maybe ils vous considéreront comme le Pythagore des sciences historiques dans leur panthéon Laughing Laughing

Pas la nouvelle Rome, mais la nouvelle Athènes.

Impossible de soutenir les Chinois dès maintenant ! S'ils ne sont pas soumis par l'Amérique, ils ne seront jamais la nouvelle Athènes !

Pour le bien de la Chine et du monde à long terme, il faut soutenir l'Amérique !


Dans leur Acropole alors... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 16:49

Philippe Fabry a écrit:

Cela dit, géostratégiquement parlant, la Russie a-t-elle vraiment le choix ? Avoir une armée réduite pour un pays aussi vaste, ce serait excessivement dangereux. La Russie est trop grande et trop vide. Ses grands champs orientaux de matières premières seraient une proie appétissante pour une Chine surpeuplée.
A vrai dire, à long terme, la seule chose qui garantit la viabilité d'une Russie aussi gigantesque, c'est son arsenal nucléaire.
Ou le sexe.............. et ainsi elle sera moins vide........ C'est ce que l'on appelle joindre l'utile à l'agréable. Very Happy

Amicalement, Alain
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 16:53

aroll a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Cela dit, géostratégiquement parlant, la Russie a-t-elle vraiment le choix ? Avoir une armée réduite pour un pays aussi vaste, ce serait excessivement dangereux. La Russie est trop grande et trop vide. Ses grands champs orientaux de matières premières seraient une proie appétissante pour une Chine surpeuplée.
A vrai dire, à long terme, la seule chose qui garantit la viabilité d'une Russie aussi gigantesque, c'est son arsenal nucléaire.
Ou le sexe.............. et ainsi elle sera moins vide........ C'est ce que l'on appelle joindre l'utile à l'agréable. Very Happy

Amicalement, Alain

Dans les deux cas la présence de bombes atomiques est nécessaire. Laughing

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 17:04

Philippe Fabry a écrit:
aroll a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Cela dit, géostratégiquement parlant, la Russie a-t-elle vraiment le choix ? Avoir une armée réduite pour un pays aussi vaste, ce serait excessivement dangereux. La Russie est trop grande et trop vide. Ses grands champs orientaux de matières premières seraient une proie appétissante pour une Chine surpeuplée.
A vrai dire, à long terme, la seule chose qui garantit la viabilité d'une Russie aussi gigantesque, c'est son arsenal nucléaire.
Ou le sexe.............. et ainsi elle sera moins vide........ C'est ce que l'on appelle joindre l'utile à l'agréable. Very Happy

Amicalement, Alain

Dans les deux cas la présence de bombes atomiques est nécessaire. Laughing
Oooh joli!! Very Happy

Amicalement, Alain
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 17:26

aroll a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Cela dit, géostratégiquement parlant, la Russie a-t-elle vraiment le choix ? Avoir une armée réduite pour un pays aussi vaste, ce serait excessivement dangereux. La Russie est trop grande et trop vide. Ses grands champs orientaux de matières premières seraient une proie appétissante pour une Chine surpeuplée.
A vrai dire, à long terme, la seule chose qui garantit la viabilité d'une Russie aussi gigantesque, c'est son arsenal nucléaire.
Ou le sexe.............. et ainsi elle sera moins vide........ C'est ce que l'on appelle joindre l'utile à l'agréable. Very Happy

Amicalement, Alain

il y a beaucoup publicité en Russie pour que les gens font plus d'enfants, en offrant des prime a partir de 3-4 enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 20:15

Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:

Intéressant. Cela montre que mettre la pression a des résultats : les gens se divisent sur l'attitude à adopter, il y a des réactions intempestives...
Si Obama n'avait pas été aussi mou pendant ses trois premières années de mandat...

Vous pensez VRAIMENT que le problème est dans la mollesse d'Obama ?

Obama n'est pas Cartère, c'est un type « tenu » issu de la gauche radicale, du tiers-mondisme et de mouvements proches de l'islamisme.

Je pense que le problème vient partiellement de sa mollesse à agir. Après je ne me prononce pas sur les raisons de cette mollesse. J'avoue que les éléments à charge avancés par Millière m'interrogent beaucoup.
Ce qui me pose problème, c'est pourquoi l'Amérique semble aujourd'hui se remettre en branle alors qu'Obama est toujours au pouvoir. A-t-il abandonné les affaires étrangères à Clinton et aux think tanks, trop préoccupé qu'il est par les problèmes intérieurs et les élections à venir ?

Je n'ai pas lu le premier livre que Millière a écrit sur la présidentielle d'Obama (mais la plupart de ses articles sur la question), il faut tout de même souligner que c'est loin d'être le seul à dire ce qu'il dit, la bibliographie de son livre est très fournie. Aux Etats-Unis ces choses là sont connues par un public large, non pas grâce aux grands médias de masse comme CNN (qui n'ont pas fait leur travail en 2008) ou aux universitaires bobo de la côte est, mais chez ceux qui écoutent Fox Niouzes, il y a eu aussi des livres du genre « Deconstructing America » (déconstruisant l'Amérique).

Même en France, Millière n'est pas le seul à parler d'Obama, Evelyne Joslain qui est spécialiste du mouvement conservateur US a écrit un livre très académique sur Obama (De la déconstruction de la démocratie en Amérique)

Je ne crois pas du tout qu'Obama se désintéresse de la politique étrangère, simplement il y a plusieurs choses qu'il faut prendre en compte quand on analyse son action. Sur Israël par exemple, Obama ne peut pas dire le dixième de ce qu'il pense, et il est contrait d'utiliser son veto quand ça ne lui plait pas, car les Etats-Unis sont ce qu'ils sont. Le dossier Syrien est assez complexe. L'enjeu est aussi une lutte d'influence entre l'Iran chiite et l'Arabie Saoudite sunnite (plus la Turquie d'Erdogan, ce qui explique les prises de poisition turques), ce qui implique que le Hamas retournera tout simplement à ses fondamentaux. Soyons sûrs que si le régime d'Assad tombe il y a un régime inféodé aux Frères musulmans et à l'Arabie Saoudite qui est prêt en rechange.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 20:33

Citation :
Sauf à imaginer que tu te situes à droite de Pinochet

Droite ou gauche, ça n'a aucun sens. Le régime de Pinochet était autoritaire au plan politique, mais il a su donner toute sa place à la société civile, ce qui a permis à son pays de devenir le plus prospère d'Amérique du Sud. J'aurais tendance à respecter bien davantage Pinochet que Sarkozy, au moins Pinochet a eu l'intelligence et le soucis de s'entourer d'économistes compétents.

Citation :
, je ne comprends pas comment tu peux affirmer qu'Obama est issu de la gauche

Ben c'est un fait : le parti Démocrate est situé à gauche du paysage politique US, et au sein du Parti Démocrate, Obama incarne une aile TRES à gauche ...

Citation :
, radicale ou pas d'ailleurs, mais le fait de rajouter radical est encore plus suspect.

Ben là encore c'est un fait. Obama est un agitateur social disciple d'Alinski qui est un crypto-trotskiste, il a été membre d'une Eglise antisémite suprématiste, il a eu des amis terroristes, il a fréquenté les milieux palestiniens et tiers-mondistes.

Citation :
Et Sarkozy, tu le places où ?

Il ne vaut pas guère mieux qu'Obama, mais en France, on a une classe politique absolument affligeante. Sarkozy est un étatiste intrerventionniste brouillon et autoritaire, imbu de sa personne, arrogant, intrigant (ne pas oublier que c'est lui qui a fait capoter le CPE pour sa petite ambition), profondément inculte que ce soit en économie ou sur ce que doit être un état de droit. Un politicien professionnel et un « ingénieur social » dans tout ce que ça a de plus détestable. Qu'il soit de droite ou de gauche n'a strictement aucun intérêt là dedans, sauf pour les Français qui aiment bien les étiquettes et élire des bons socialistes de droite.

Citation :
Pour ce qui est de la proximité avec l'islamisme, là tu sombres dans le ridicule.

Et vous, vous sombrez dans l'invective. Ne serait-ce qui s'est passé au Caire quand il a prononcé son discours devrait vous inciter à remettre en question vos certitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 20:48

Citation :
Il avance des éléments qui posent question, en particulier sur les conseillers d'Obama. Après, dire qu'Obama est un crypto-musulman, je ne vais pas jusque-là.
Il est surtout "ultra, ultra, ultra" pro républicain et neo conservateur absolu (au point d'être un des dernier au monde à continuer de dire que l'Irak possédait bien des armes de destruction massive en 2003), il est donc toujours suspect lorsqu'il parle d'Obama (les républicains ont même été jusqu'à favoriser l'absurde accusation d'islamisme d'Obama, sauf Mc Cain plus honnête que les autres).

C'est effectivement ce que j'ai plusieurs fois fait remarquer à Droma.

Je ne vois pas en quoi ce serait un problème d'être pro-républicain ou néo-conservateur ? A part en France où le travail de décérébrage fait bien son travail, vu que 95% des gens préfèrent les démocrates, et qu'un type comme Finkielkraut, pour avoir le droit de passer à la télé, doit systématiquement préciser qu'il est proche de la gauche israëlienne.

Millière est un ancien gauchiste palestinophile qui est revenu de la palestinophilie suite à un voyage dans un camp de réfugiés au Liban, à l'époque où il travaillait dans le cinéma avec JL Godard. Il est aussi proche du mouvement des parties de thé aux Etats-Unis, et des cercles libéraux en France.

Quand aux armes de destruction massive, si vous n'êtes pas d'accord, vous n'avez qu'à vérifier les sources que cite Millière, comme Wikilikse ou le rapport Duelfer. Pour les autres, Saddam Hussein a eu largement le temps de faire disparaite la plupart des stoks grâce aux manoeuvres de Chirac et Villepin.

Accuser Obama d'islamisme est absurde : je ne dis pas qu'Obama est musulman, je dis simplement qu'il est proche au plan politique de la vision du monde des frères musulmans, ce qui est factuel. A mon avis en son fors intérieur, il n'est pas plus musulman qu'il n'est « chrétien » (mais ça n'engage que moi).
Revenir en haut Aller en bas
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 21:11

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
Sauf à imaginer que tu te situes à droite de Pinochet

Droite ou gauche, ça n'a aucun sens. Le régime de Pinochet était autoritaire au plan politique, mais il a su donner toute sa place à la société civile, ce qui a permis à son pays de devenir le plus prospère d'Amérique du Sud. J'aurais tendance à respecter bien davantage Pinochet que Sarkozy, au moins Pinochet a eu l'intelligence et le soucis de s'entourer d'économistes compétents.
Pinochet était une ordure, et je n'ai aucune estime pour ses amis.

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
, je ne comprends pas comment tu peux affirmer qu'Obama est issu de la gauche

Ben c'est un fait : le parti Démocrate est situé à gauche du paysage politique US, et au sein du Parti Démocrate, Obama incarne une aile TRES à gauche ...
Être de cette gauche là, c'est être simplement de droite libérale pour nous, mais c'est sûr que si ta référence c'est Pinochet..........

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
, radicale ou pas d'ailleurs, mais le fait de rajouter radical est encore plus suspect.

Ben là encore c'est un fait. Obama est un agitateur social disciple d'Alinski qui est un crypto-trotskiste, il a été membre d'une Eglise antisémite suprématiste, il a eu des amis terroristes, il a fréquenté les milieux palestiniens et tiers-mondistes.
C'est sûr que lorsque l'on a cette immonde ordure de Pinochet comme modèle, on doit avoir d'autres critères que moi pour désigner qui sont les trotskistes et les terroristes...............

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
Et Sarkozy, tu le places où ?

Il ne vaut pas guère mieux qu'Obama, mais en France, on a une classe politique absolument affligeante. Sarkozy est un étatiste intrerventionniste brouillon et autoritaire,
Heureusement que Pinochet n'était pas autoritaire, lui au moins. Laughing

Dromaeosaurus a écrit:
imbu de sa personne, arrogant, intrigant (ne pas oublier que c'est lui qui a fait capoter le CPE pour sa petite ambition), profondément inculte que ce soit en économie ou sur ce que doit être un état de droit. Un politicien professionnel et un « ingénieur social » dans tout ce que ça a de plus détestable. Qu'il soit de droite ou de gauche n'a strictement aucun intérêt là dedans, sauf pour les Français qui aiment bien les étiquettes et élire des bons socialistes de droite.
Repose toi, tu vas faire une attaque.

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
Pour ce qui est de la proximité avec l'islamisme, là tu sombres dans le ridicule.

Et vous, vous sombrez dans l'invective. Ne serait-ce qui s'est passé au Caire quand il a prononcé son discours devrait vous inciter à remettre en question vos certitudes.
J'ai failli te demander ce qui te gênait dans son discours, puis je me suis dit que c'était évident: toute personne qui propose une autre solution que l'élimination physique de tous ces salauds de palestiniens est certainement un horrible gaucho-islamo-pédé..........

Alain
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 21:17

J'ai rien à retirer à ce que j'ai dit, et je répète que je préfère encore l'ami de Margaret Thatcher, aux ordures communistes qui auraient pu le remplacer.

Citation :
Être de cette gauche là, c'est être simplement de droite libérale pour nous

Mieux vaut lire ça que d'être aveugle sans doute... What the fuck ?!?

Citation :
J'ai failli te demander ce qui te gênait dans son discours, puis je me suis dit que c'était évident: toute personne qui propose une autre solution que l'élimination physique de tous ces salauds de palestiniens est certainement un horrible gaucho-islamo-pédé..........

Ouais c'est ça, allez prends ta pelle et ton seau et va jouer, j'ai rien à dire aux cuistres, fin du débat en ce qui me concerne. Idea
Revenir en haut Aller en bas
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 21:19

Dromaeosaurus a écrit:
Citation :
Il avance des éléments qui posent question, en particulier sur les conseillers d'Obama. Après, dire qu'Obama est un crypto-musulman, je ne vais pas jusque-là.
Il est surtout "ultra, ultra, ultra" pro républicain et neo conservateur absolu (au point d'être un des dernier au monde à continuer de dire que l'Irak possédait bien des armes de destruction massive en 2003), il est donc toujours suspect lorsqu'il parle d'Obama (les républicains ont même été jusqu'à favoriser l'absurde accusation d'islamisme d'Obama, sauf Mc Cain plus honnête que les autres).

C'est effectivement ce que j'ai plusieurs fois fait remarquer à Droma.

Je ne vois pas en quoi ce serait un problème d'être pro-républicain ou néo-conservateur ?
Beaucoup d'entre eux ont la fâcheuse habitude d'utiliser le mensonge et la manipulation pour nuire à leurs adversaires politiques (Obama musulman et pas américain, entre autres).
Ils font preuve d'une remarquable aptitude à être systématiquement contre des mesures pourtant évidentes dans une civilisation digne de ce nom.

Dromaeosaurus a écrit:
A part en France où le travail de décérébrage fait bien son travail, vu que 95% des gens préfèrent les démocrates, et qu'un type comme Finkielkraut, pour avoir le droit de passer à la télé, doit systématiquement préciser qu'il est proche de la gauche israëlienne.

Millière est un ancien gauchiste palestinophile qui est revenu de la palestinophilie suite à un voyage dans un camp de réfugiés au Liban, à l'époque où il travaillait dans le cinéma avec JL Godard. Il est aussi proche du mouvement des parties de thé aux Etats-Unis, et des cercles libéraux en France.
Le fait qu'il est eu une évolution n'excuse pas ses dérives, mensonges et délires.

Dromaeosaurus a écrit:
Quand aux armes de destruction massive, si vous n'êtes pas d'accord, vous n'avez qu'à vérifier les sources que cite Millière, comme Wikilikse ou le rapport Duelfer. Pour les autres, Saddam Hussein a eu largement le temps de faire disparaite la plupart des stoks grâce aux manoeuvres de Chirac et Villepin.
C'est fort ce que tu fumes?

Dromaeosaurus a écrit:
[ Accuser Obama d'islamisme est absurde : je ne dis pas qu'Obama est musulman, je dis simplement qu'il est proche au plan politique de la vision du monde des frères musulmans, ce qui est factuel. A mon avis en son fors intérieur, il n'est pas plus musulman qu'il n'est « chrétien » (mais ça n'engage que moi).
La même vision du monde que les frères musulmans????????????
Ben mon coco, tu oses tout toi............. Laughing

Alain


Dernière édition par aroll le Ven 16 Déc 2011, 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
aroll



Messages : 1365
Inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 21:22

Dromaeosaurus a écrit:
J'ai rien à retirer à ce que j'ai dit, et je répète que je préfère encore l'ami de Margaret Thatcher, aux ordures communistes qui auraient pu le remplacer.

Citation :
Être de cette gauche là, c'est être simplement de droite libérale pour nous

Mieux vaut lire ça que d'être aveugle sans doute... What the fuck ?!?

Citation :
J'ai failli te demander ce qui te gênait dans son discours, puis je me suis dit que c'était évident: toute personne qui propose une autre solution que l'élimination physique de tous ces salauds de palestiniens est certainement un horrible gaucho-islamo-pédé..........

Ouais c'est ça, allez prends ta pelle et ton seau et va jouer, j'ai rien à dire aux cuistres, fin du débat en ce qui me concerne. Idea
Bye Bye
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 16 Déc 2011, 21:33

Droma, Aroll, j'ai beaucoup d'estime pour chacun de vous deux, alors il me serait agréable de ne pas vous voir vous traiter ici de tous les noms. Je vous sais chacun capable de dialogue civilisé et constructif, alors tentez d'oublier les derniers posts et de revenir à un échange apaisé.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 16:17

Barack Obama reçoit des agents iraniens à la Maison Blanche


Je vais revenir bientôt sur la situation d’ensemble dans le monde musulman, mais le départ complet des troupes américaines d’Irak, que vient d’annoncer Barack Obama, transforme une victoire acquise sous l’administration Bush en une défaite aux conséquences potentiellement cataclysmiques.

L’Irak va passer sous domination iranienne : c’est d’ailleurs quasiment fait, car Nouri al Maliki, voyant la tournure des événements, a pris les devants et a commencé à faire tous les gestes nécessaires. Le voir participer à une conférence de presse en compagnie de Barack Obama à la Maison Blanche a eu quelque chose de nauséabond. Avoir entendu Barack Obama se féliciter a eu quelque chose de plus nauséabond encore.

Tous les soldats de la coalition tombés en Irak sont morts pour rien. Tous les blessés ont été blessés pour rien. Tout l’argent dépensé l’a été en pure perte. Mais il y a plus grave. De multiples données concordantes indiquent qu’al Qaida est en train de reprendre pied en Irak, ce qui n’a rien d’étonnant dès lors que le principal financier d’al Qaida ces dernières années a été la République islamique d’Iran. La population sunnite va sans aucun doute subir les contrecoups de ce qui se dessine, la population kurde aussi.

Il existe par ailleurs un camp de la résistance iranienne en Irak, à Ashraf. Ce camp abrite surtout des membres des Moudjahidins du Peuple. Et si ce mouvement a été autrefois radical, il fait aujourd’hui partie intégrante du Conseil national de la résistance iranien et bénéficie du soutien du mouvement conservateur américain, et a contribué au soulèvement anti-khomeyniste qui a culminé au printemps 2009, lors de la réélection truquée de Mahmoud Ahmadinejad.

Les gens d’Ashraf sont sans armes. Ils se sont placés sous la protection de l’armée américaine à la chute de Saddam Hussein. Cette protection va disparaître à la fin du mois de décembre. Les Gardes Révolutionnaires iraniens, la faction la plus dure et la plus fanatique du régime, ont reçu la directive de procéder à un massacre. Non seulement le gouvernement Maliki fermera les yeux, mais il contribuera à ce massacre.

Barack Obama est complice. L’Union Européenne aussi, bien entendu. Les gens d’Ashraf demandent une protection humanitaire, ou la possibilité d’être accueillis en tant que réfugiés politiques dans le monde occidental. Une réunion a eu lieu à Paris, samedi 10 décembre, à laquelle ont participé des hommes porteurs d’éthique, tels André Glucksmann.

Si un massacre a lieu à Ashraf, ce sera un massacre très annoncé et très prévisible. Je sais que de multiples attentats ont tué en Irak ces dernières années. Je sais que les Chrétiens ont été et sont toujours persécutés sans que quiconque s’émeuve. Je sais que si un massacre a lieu, ce ne sera qu’un massacre de plus.

Je sais que plus de quatre mille Américains sont morts en Irak, et aussi des hommes et des femmes de quarante pays.

Je sais que le bilan de Barack Obama en matière de violations des droits de l’homme et d’abandons de populations, au pire est accablant.

Mais avoir entendu Obama se féliciter a eu quelque chose de très nauséabond. L’avoir vu au côté de Nouri al Maliki, surtout. Sans se gêner le moins du monde (mais pourquoi se gênerait-il ?), Nouri al Maliki s’est rendu à Washington en compagnie de Hadi Farhan al Amiri, ministre des transports du gouvernement irakien, ancien commandant des Gardes Révolutionnaires iraniens. Cela vous donne-t-il une idée de ce qui se passe en Irak ?

N’imaginez surtout pas que Barack Obama ne sait pas. Voyez plutôt ce qui est : Barack Obama est complice, oui.

Les grandes consciences européennes diront que Barack Obama agit bien. Ce sont des grandes consciences aveugles et à géométrie très variable et à valeurs éthiques très fluctuantes.

Les grands analystes de la grande presse diront que tout cela, c’est de la faute de Bush.

Ils sont aussi prévisibles qu’un vieillard atteint de la maladie d’Alzheimer et s’obstinant à mettre sur un vieux phonographe un disque rayé et hors d’usage.

Tant que des gens penseront être informés en lisant les grands analystes de la grande presse, nous continuerons à avancer vers le naufrage. Et nous continuerons à avoir les dirigeants politiques que, sans doute, nous méritons.

Pendant que Barack Obama recevait Nouri al Maliki, Nicolas Sarkozy en France recevait son ami Mahmoud Abbas, en l’embrassant avec chaleur sur les marches de l’Elysée. Le drapeau palestinien venait de se dresser au dessus de l’Unesco, dans le ciel de Paris, et le rapprochement entre l’Autorité Palestinienne et le Hamas avait franchi des pas décisifs. Deux raisons de faire la fête, n’est-ce pas ?

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

PS. Si j’avais voulu accabler Barack Obama, j’aurais noté qu’il a laissé un drone américain tomber aux mains de l’armée iranienne et a renoncé à le détruire : ce qui permettra à l’armée iranienne d’en étudier tous les secrets électroniques. Comme il est très poli, Barack Obama a demandé poliment à Ahmadinejad de lui rendre le drone. Ahmadinejad n’a pas répondu poliment. Etonnant, non ?

http://www.dreuz.info/2011/12/barack-obama-recoit-des-agents-iraniens-a-la-maison-blanche/
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 17:34

Syrie: la Ligue arabe envisage de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU


DOHA - La Ligue arabe envisage de saisir le Conseil de sécurité des Nations unies pour adopter les décisions arabes sur la Syrie, a déclaré samedi le Premier ministre du Qatar, Hamad ben Jassem Al-Khalifa.

Les ministres arabes des Affaires étrangères qui se réunissent le 21 décembre vont discuter de cette question, a précisé cheikh Hamad à l'issue d'une réunion du comité ministériel de la Ligue arabe sur la Syrie.

Il a ajouté que la démarche de la Ligue arabe auprès du Conseil de sécurité était destinée à faire adopter (par cette instance) les décisions arabes plutôt que d'autres, en référence à la proposition de résolution de la Russie.

Cheikh Hamad a justifié la même démarche par ce qu'il a qualifié de tergiversations de la Syrie et qu'en l'état actuel il n'y a pas le moindre espoir pour sortir de la crise.

Nous avons tout essayé et nous n'avons abouti à rien jusqu'ici, a encore dit le responsable du Qatar dont le pays préside la comité ministériel arabe.

Avant l'ouverture de la réunion, le numéro deux de la Ligue arabe Ahmed ben Helli a fait état de signes positifs de Damas, qui pourrait accepter des observateurs arabes.

Il y a des signaux positifs (...) je m'attends à une prochaine signature du protocole sur l'envoi d'observateurs arabes, a déclaré à l'AFP M. Ben Helli, secrétaire général adjoint de la Ligue arabe.

La réunion de Doha a coïncidé avec la visite à Damas d'une délégation irakienne qui a qualifié de positifs ses entretiens avec le président syrien Bachar al-Assad.

Je suis en route pour rencontrer la Ligue arabe au Caire, après avoir eu des discussions positives avec le président Assad, a déclaré à l'AFP le conseiller pour la Sécurité nationale irakienne, Falah al-Fayyad, chef de la délégation.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 17:35

Dromaeosaurus a écrit:

PS. Si j’avais voulu accabler Barack Obama, j’aurais noté qu’il a laissé un drone américain tomber aux mains de l’armée iranienne et a renoncé à le détruire : ce qui permettra à l’armée iranienne d’en étudier tous les secrets électroniques. Comme il est très poli, Barack Obama a demandé poliment à Ahmadinejad de lui rendre le drone. Ahmadinejad n’a pas répondu poliment. Etonnant, non ?

Et comment aurait-il pu le détruire ?

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 17:57

Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:

PS. Si j’avais voulu accabler Barack Obama, j’aurais noté qu’il a laissé un drone américain tomber aux mains de l’armée iranienne et a renoncé à le détruire : ce qui permettra à l’armée iranienne d’en étudier tous les secrets électroniques. Comme il est très poli, Barack Obama a demandé poliment à Ahmadinejad de lui rendre le drone. Ahmadinejad n’a pas répondu poliment. Etonnant, non ?

Et comment aurait-il pu le détruire ?

Bonne question ; je ne connais pas du tout ce domaine, mais j'imagine que pour ce genre de matériel il y a des systèmes d'auto-destruction, comme pour les sondes de la guerre des étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 19:13

Dromaeosaurus a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:

PS. Si j’avais voulu accabler Barack Obama, j’aurais noté qu’il a laissé un drone américain tomber aux mains de l’armée iranienne et a renoncé à le détruire : ce qui permettra à l’armée iranienne d’en étudier tous les secrets électroniques. Comme il est très poli, Barack Obama a demandé poliment à Ahmadinejad de lui rendre le drone. Ahmadinejad n’a pas répondu poliment. Etonnant, non ?

Et comment aurait-il pu le détruire ?

Bonne question ; je ne connais pas du tout ce domaine, mais j'imagine que pour ce genre de matériel il y a des systèmes d'auto-destruction, comme pour les sondes de la guerre des étoiles.

Ouais...
Enfin dans ce cas Obama l'aurait fait détruire. Faut pas non plus psychoter et imaginer qu'il laisse sciemment de l'équipement high-tech entre les mains de l'ennemi.

Notons aussi que c'est un piratage qui aurait permis aux iraniens de s'en emparer. Qui aurait possiblement bloqué toute commande d'auto-destruction.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 20:14

Je lui ai demandé des précisions, voici sa réponse :

« Il n'y a pas de système d'autodestruction des drones, mais lorsque le drone est tombé à terre suite à un dysfonctionnement, il était possible de le détruire par une frappe ciblée d'un autre drone. Cela a été proposé par l'armée. Obama a refusé, disant que ce serait pris comme un acte de guerre par l'Iran. Obama a choisi de demander poliment qu'on lui rendre son jouet. »
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 20:25

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 17 Déc 2011, 21:04

Dromaeosaurus a écrit:
Je lui ai demandé des précisions, voici sa réponse :

« Il n'y a pas de système d'autodestruction des drones, mais lorsque le drone est tombé à terre suite à un dysfonctionnement, il était possible de le détruire par une frappe ciblée d'un autre drone. Cela a été proposé par l'armée. Obama a refusé, disant que ce serait pris comme un acte de guerre par l'Iran. Obama a choisi de demander poliment qu'on lui rendre son jouet. »

Ok.

Ben sur ce coup-là je pense qu'Obama a eu raison. Sans cela les USA seraient aujourd'hui en guerre avec l'Iran. Or s'ils veulent entrer en guerre autant ne pas se faire imposer le calendrier à cause d'un truc comme ça.

D'ailleurs, si ça se trouve, des opérations sont déjà planifiées et les Iraniens n'auront pas le temps de profiter de leur découverte : le retro-ingeneering, ça prend du temps.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Dim 18 Déc 2011, 18:14

[quote="Philippe Fabry"]
Dromaeosaurus a écrit:
Ok.

Ben sur ce coup-là je pense qu'Obama a eu raison. Sans cela les USA seraient aujourd'hui en guerre avec l'Iran. Or s'ils veulent entrer en guerre autant ne pas se faire imposer le calendrier à cause d'un truc comme ça.

D'ailleurs, si ça se trouve, des opérations sont déjà planifiées et les Iraniens n'auront pas le temps de profiter de leur découverte : le retro-ingeneering, ça prend du temps.

Je ne suis pas d'accord, je pense qu'Obama a humilié l'armée américaine et s'est ridiculisé avec sa demande, mais je comprends qu'on puisse accorder le bénéfice du doute à Obama, on ne peut pas juger quelqu'un à partir d'un acte isolé ; toutefois, les Etats-Unis en temps habituel ne se privent pas de bombarder des bases arrières dans des pays dans lesquels ils ne sont pas formellement en guerre, comme au Pakistan. Le fait est que des drônes américains survolent l'Iran (à mon avis pour de bonnes raisons), si Obama n'est pas capable d'assumer les conséquences, il doit demander à ce que ça cesse ou laisser son état major prendre les bonnes décisions.

Un acte de guerre autrement plus grave que de détruire un drône perdu, c'est la démolition de l'ambassade d'Israël par l'Egypte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Dim 18 Déc 2011, 18:31

A la demande générale ... dwarf

L’hiver islamique prend des couleurs de plomb



Qui parle encore de printemps arabe ? Plus grand monde aujourd’hui. Le résultat des élections en Tunisie, comme c’était très prévisible, a montré la domination du parti En-nahda, autour duquel toute coalition gouvernementale devra se trouver constituée. En Egypte, comme c’était très prévisible encore, les Frères musulmans ont remporté une nette victoire, et des mouvements salafistes, plus radicaux, plus extrêmes que les Frères musulmans, ont obtenu vingt cinq pour cent des voix. Comme l’a écrit Barry Rubin, « les totalitaires ont triomphé ».

Si des élections sont organisées dans la Libye de l’après Kadhafi, dans les décombres de l’épuration ethnique en cours contre les Africains à la peau noire, les résultats seront sans aucun doute bien pires.

Les vents étant à la « démocratie », des élections ont eu lieu au Maroc, qui ont donné des résultats du même ordre: quarante pour cent pour le parti islamiste de la « justice et du développement ».

Après le départ du président Saleh, le Yemen reste dans une situation insurrectionnelle qui devrait déboucher sur un gouvernement très radical et lié à al Qaida. En Syrie, le choix sera entre le maintien du régime Assad au terme d’un bain de sang, et le remplacement du régime par des islamistes.

J’ai été l’un des premiers à user de l’expression « hiver islamique » qu’on commence à retrouver partout aujourd’hui, et c’est une expression plus que jamais pertinente. Car ce n’est pas seulement le monde arabe qui est touché, mais tout le monde musulman. La Turquie a basculé depuis trois ans dans la direction souhaitée par Erdogan. L’Iran, malgré des troubles intérieurs, est aux mains de chiites fanatiques et apocalyptiques qui cherchent à construire des armes atomiques, et qui tiennent de jour en jour des discours de plus en plus teintés d’imprécations. L’Afghanistan glisse à nouveau lentement vers le pouvoir des taliban. Le Pakistan continue, lui, à jouer le rôle de protecteur des pires factions djihadistes, et porte un regard bienveillant sur les activités des madrassas extrémistes, et sur celles des groupes terroristes qui songent à des attentats tels ceux de Bombay.

Face à cette situation d’ensemble, un régime tel celui de l’Arabie saoudite, pourtant aux mains des wahhabites, fait presque figure de modéré. Des Etats minuscules mais puissants financièrement peuvent se sentir pousser des ailes et rêver de domination ; le Qatar, par exemple.

Face à cette situation d’ensemble aussi, le jeu de la Russie est intéressant à observer : alliée de l’Iran et de la Syrie d’Assad, elle fait son possible pour préserver les régimes en place à Téhéran et à Damas, mais ne s’empêche pas de courtiser la Turquie. Le jeu de la Chine est semblable à celui de la Russie.

Face à cette situation d’ensemble encore, l’Europe apparaît de plus en plus nettement pour ce qu’elle est : un conglomérat de puissances flasques sur la voie de la déchéance et déjà plus qu’à demi soumises, au vu de l’effondrement économique et financier qui les menace.

Les Etats-Unis des années Obama, eux, montrent ce qui ressemble chaque jour davantage à une complicité d’ensemble servile, parfois zélée. Et ce n’est pas du tout un hasard : l’administration Obama est pour beaucoup dans ce qui se passe dans le monde musulman.

C’est Obama qui a dès 2009 entériné le basculement d’Erdogan, accepté la répression du soulèvement de la population iranienne, prononcé un discours à Al Alzhar destiné à montrer la soumission des Etats-Unis à la umma.

C’est Obama qui a abandonné Saad Harari au moment où celui-ci était renversé, en janvier 2011, par le Hezbollah. Et c’est lui qui a poussé au départ de Ben Ali, puis à celui de Moubarak, avant de faire de l’armée américaine la force d’appoint permettant à la France et au Royaume-Uni, eux-mêmes subordonnés du Qatar, de renverser Kadhafi pour le plus grand profit des amis les plus radicaux du chef de la famille al Thani.

Au vu du résultat des élections en Egypte, Obama a discerné une menace non pas dans les résultats électoraux, mais dans le maintien au pouvoir de l’armée, et a qualifié les Frères musulmans de « force démocratique ».

Au vu de la situation en Syrie, il a, ces jours derniers, pris une décision forte : après avoir préparé un gouvernement islamiste de rechange en concertation avec son ami Erdogan au cas où Assad tomberait, il a envoyé un nouvel ambassadeur présenter ses lettres de créance à Assad.

Et pour ce qui concerne la situation en Iran, il continue à se comporter comme on peut l’attendre de lui : tout en abandonnant l’Irak à son grand voisin, ce qui permettra aux Gardes Révolutionnaires de massacrer les dissidents réfugiés à Ashraf, il parle de sanctions, à la condition qu’elles ne soient pas efficaces, et à cette fin, vient de demander aux démocrates du Congrès d’exclure toute sanction susceptible de toucher les transactions de la Banque nationale de Téhéran.

En ce contexte, Israël apparaît plus isolé et plus menacé que jamais, et il n’y a rien d’étonnant à ce que des dirigeants européens redoublent de pressions anti-israéliennes, aux fins de montrer que leur tapis de prière est orienté dans la bonne direction.

Il n’y a rien d’étonnant non plus à ce qu’Obama continue à tenter de pousser la tête des dirigeants israéliens sous l’eau. Tandis qu’à New York, il se déclare « ami » d’Israël, il laisse parler Hillary Clinton qui voit en Israël un pays d’ « apartheid » où les « droits de l’homme sont menacés ». Il laisse discourir Leon Panetta qui (excusez du peu) dans un centre financé par le milliardaire israélien Haïm Saban, vient dire que si Israël est isolé et entouré d’islamistes, c’est de la faute d’Israël qui n’a pas fait toutes les concessions requises et qui doit les faire d’urgence sous peine de « risquer de disparaître ». Il laisse un ambassadeur des Etats-Unis en Belgique déclarer que l’antisémitisme musulman est lui-même de la faute d’Israël.

Le seul signe positif, et c’est à peine si on peut parler de signe positif, est qu’au sein de ce qui monte, il existe un clivage : face à une hégémonie shiite envisagée par l’Iran, et allant de Téhéran à Beyrouth en passant par Bagdad et Damas, le monde sunnite a organisé une contre-offensive islamiste sunnite. Mais c’est une très maigre considération, dès lors qu’islamistes chiites et sunnites détestent l’Occident et Israël, les uns comme les autres.

Comme je l’ai déjà écrit : depuis des décennies, quand les Etats-Unis sont forts, une paix relative règne sur terre, les ennemis de la liberté se tiennent plutôt cois. Quand les Etats-Unis sont faibles, la paix recule, les ennemis de la liberté avancent. Et quand les Etats-Unis ont à leur tête un homme qui ressemble à un suppôt des ennemis de la paix et de la liberté, il se passe ce qu’il se passe.

On ne refait pas l’histoire, mais il semble évident qu’un monde où Obama n’aurait pas été élu en novembre 2008 aurait été très différent. L’hiver islamique n’aurait pas déferlé. Le régime iranien aurait été endigué et aurait pu finir par tomber. Erdogan aurait continué à réfréner ses ardeurs. Moubarak serait sans doute toujours en place, Ben Ali et Kadhafi aussi. Les Frères musulmans seraient toujours dans l’opposition. Les Coptes ne seraient pas pourchassés comme ils le sont aujourd’hui. Israël ne serait pas isolé. La situation économique du monde arabe et du monde musulman ne serait pas aussi catastrophique.

L’Europe déclinerait quand même, mais il n’y aurait pas eu cette accélération dans le déclin : on ne peut, dans un monde d’interdépendances planétaires, dissocier la faillite financière de l’Europe de la quasi faillite financière dans laquelle les Etats-Unis se trouvent plongés.

Si Obama est battu en novembre 2012, les dégâts qu’il laissera seront effroyables. Sur les cinq continents. J’en dresserai la liste un autre jour, et elle sera longue.

Son successeur devra faire face à une tâche pour laquelle il faudrait un nouveau Reagan, et j’aimerais être sûr qu’il y a du Reagan chez Newt Gingricht, présentement en tête dans les sondages. Je ne suis pas du tout certain qu’il y ait du Reagan en Mitt Romney.

Si Obama devait être réélu, je n’ose imaginer ce qui pourrait se passer. Je n’ose même pas commencer à essayer d’imaginer, non. Je n’ai jamais eu un goût prononcé pour les films d’horreur.

Et en lisant les imbécillités que peuvent encore écrire sans se lasser les crétins obamalatres et obamaphiles, je n’ai plus même envie de sourire.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Dim 18 Déc 2011, 19:23

[quote="Dromaeosaurus"]
Philippe Fabry a écrit:
Dromaeosaurus a écrit:
Ok.

Ben sur ce coup-là je pense qu'Obama a eu raison. Sans cela les USA seraient aujourd'hui en guerre avec l'Iran. Or s'ils veulent entrer en guerre autant ne pas se faire imposer le calendrier à cause d'un truc comme ça.

D'ailleurs, si ça se trouve, des opérations sont déjà planifiées et les Iraniens n'auront pas le temps de profiter de leur découverte : le retro-ingeneering, ça prend du temps.

Je ne suis pas d'accord, je pense qu'Obama a humilié l'armée américaine et s'est ridiculisé avec sa demande, mais je comprends qu'on puisse accorder le bénéfice du doute à Obama, on ne peut pas juger quelqu'un à partir d'un acte isolé ; toutefois, les Etats-Unis en temps habituel ne se privent pas de bombarder des bases arrières dans des pays dans lesquels ils ne sont pas formellement en guerre, comme au Pakistan.

Sauf que les rapports ne sont pas les mêmes avec le Pakistan. le Pakistan est, théoriquement, un allié des USA, et donc censé aider les USA, parfois en les laissant frapper leurs ennemis chez eux.
Rien à voir avec un pays ouvertement hostile.
Et il ne faudrait pas oublier qu'un acte de guerre contre l'Iran, ce peut être des missiles du Hezbollah contre Israël. Donc sur ce coup il est difficile, sans contradiction, d'attaquer Obama pour sa mollesse et sa haine supposée d'Israël.


Le fait est que des drônes américains survolent l'Iran (à mon avis pour de bonnes raisons), si Obama n'est pas capable d'assumer les conséquences, il doit demander à ce que ça cesse ou laisser son état major prendre les bonnes décisions.

On a eu dit que c'était un drone déréglé qui venait du Pakistan. Vrai ? Faux ?

Un acte de guerre autrement plus grave que de détruire un drône perdu, c'est la démolition de l'ambassade d'Israël par l'Egypte.

Un acte de guerre est le fait d'un gouvernement, pas celui d'une population déchaînée (après, que l'on ait "laissé faire" la population, la question est ouverte).

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
SJA



Masculin Messages : 6345
Inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Lun 19 Déc 2011, 09:53

Dernière nouvelle !

Une photogaphie des iraniens en train d'examiner le drone américan.

Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Lun 19 Déc 2011, 10:26

Excellente !

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mer 21 Déc 2011, 14:08

Syrie: 111 civils tués mardi, l'opposition en appelle au Conseil de sécurité

© AFP Image tirée d'une vidéo diffusée sur YouTube le 15 décembre 2011 montrant des soldats syriens devant les corps de civils tués par des forces de sécurité à Rastan, dans la province de Homs
© YouTube/AFP/Archives

DAMAS (AFP) - (AFP) - Le Conseil national syrien (CNS), qui rassemble la majorité des courants d'opposition, a réclamé mercredi des réunions d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU et de la Ligue arabe à la suite de "massacres" perpétrés par les forces du régime dans le nord du pays.

Avec 111 civils tués selon des militants, la journée de mardi a été l'une des plus meurtrières depuis le début mi-mars de la révolte contre le régime du président Bachar al-Assad, dont la répression a fait, selon une estimation de l'ONU, plus de 5.000 morts en neuf mois.

"A la lumière des massacres horribles" perpétrés par le régime du président Bachar al-Assad contre des "civils non armés en particulier dans les montagnes de Zaouia, à Idleb (nord) et à Homs (centre)", le CNS appelle à une réunion d'urgence de la Ligue arabe et du Conseil de sécurité, selon un communiqué.

Le CNS demande en particulier au Conseil de sécurité de déclarer les villes attaquées "zones de sécurité" afin qu'elles bénéficient d'une protection internationale, et d'obliger les forces du régime à se retirer de ces zones.

L'opposition parle encore d'un "génocide à grande échelle" dans les montagnes de Zaouia, à Idleb et à Homs et exhorte les agences humanitaires à intervenir en urgence.

Damas a aussitôt accusé l'opposition de vouloir saboter la mission d'observation de la Ligue arabe, qui doit débuter jeudi.

"Depuis que la Syrie a signé le protocole, elle est pleinement engagée à faciliter la mission de la Ligue arabe à venir voir la réalité de la crise", a affirmé à l'AFP Jihad Makdissi, le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères.

"Malheureusement, l'opposition syrienne tente sans cesse de saboter le protocole et de chercher à pousser à une intervention étrangère au lieu d'accepter l'appel à un dialogue", a-t-il ajouté.

La France a dénoncé une "tuerie d'ampleur sans précédent" mardi et appelé la Russie à "accélérer" les négociations au Conseil de sécurité sur son projet de résolution.
© AFP Carte de localisation des violences en Syrie mardi
© AFP

Ce projet prévoit de condamner les violences "commises par toutes les parties", mais Paris n'a jugé inacceptable en l'état car il ne fait pas de différence entre les forces répressives du régime et les manifestants.

Le CNS fait état de 250 personnes tuées ces dernières 48 heures, sans préciser s'il s'agit seulement de civils.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a parlé mercredi d'un "massacre" commis la veille à Kafroueid, où 111 civils ont été tués par les forces de sécurité alors qu'ils tentaient de fuir ce village situé dans la région de Jabal al-Zaouia, à 330 km au nord de Damas.

Ce nouveau bilan porte à 123 le nombre de civils tués pour la journée de mardi en Syrie, 12 autres ayant péri sous les balles des forces de sécurité à Homs (centre), un haut lieu de la contestation, selon l'OSDH.

De violents combats entre l'armée régulière et des déserteurs ont en outre fait une centaine de morts et de blessés mardi parmi les militaires dissidents dans cette même province d'Idleb, proche de la frontière turque, selon l'OSDH.

Dans le même temps, un journaliste travaillant à Damas pour As Safir, un quotidien prosyrien libanais, a été arrêté mardi dans la capitale syrienne lors d'une manifestation hostile au régime, a affirmé mercredi à l'AFP un responsable de la rédaction du journal.

Sur le plan diplomatique, le N.2 de la Ligue arabe, Ahmed Ben Helli, a annoncé mardi qu'une équipe dirigée par Samir Seif al-Yazal, assistant du secrétaire général, se rendrait à Damas jeudi.

Alors que le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, avait expliqué lundi que les observateurs pourraient "accéder aux points chauds mais pas aux points militaires sensibles", Human Rights Watch a appelé Damas à leur garantir "un accès total".

A Ryad, le Conseil de coopération de Golfe (CCG) qui regroupe les six monarchies de la péninsule arabique, a demandé au gouvernement syrien de stopper immédiatement "la machine à tuer" et de libérer les détenus, "comme premier pas pour entamer l'application du protocole" sur l'envoi d'observateurs.

Ces observateurs doivent en effet être envoyés pour suivre l'application d'un plan de sortie de crise qui prévoit l'arrêt de la répression, la libération de personnes emprisonnées lors de manifestations et le retrait de l'armée des villes.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 30 Déc 2011, 14:25

Syrie: manifestations anti-régime en présence des observateurs arabes

© AFP Capture d'écran de You Tube montrant l'arrestation d'un homme par les forces de sécurité syrienne le 29 décembre 2011à Damas
© AFP

DAMAS (AFP) - (AFP) - Les militants pro-démocratie ont appelé à de nouvelles manifestations vendredi, invitant les Syriens à "marcher vers les places de la Liberté", la répression ne faiblissant pas, même dans les villes où sont déployés les observateurs de la Ligue arabe.

Plus de 60.000 manifestants se sont dirigés vers la mairie à Douma, dans la banlieue de Damas, où des observateurs de la Ligue arabes étaient censés se trouver, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Des heurts ont alors éclaté, les forces de sécurité faisant notamment usage de bombes à clous pour disperser la foule, selon l'organisation basée en Grande Bretagne, qui a fait état de 24 blessés.

A Deraa (Sud), berceau de la contestation, un manifestant de 32 ans est décédé et quatre autres ont été blessés lorsque les forces de sécurité ont tiré à balles réelles près de la mosquée Al-Omari.

Dans la région d'Idleb (nord ouest) les manifestants se sont dirigés depuis des mosquées vers la place de la Liberté à Maaret al-Noman.

Des manifestations appelant à la chute du régime ont eu lieu aussi dans des localités de la région d'Alep, indique l'OSDH.

En prévision d'une visite des observateurs vendredi à Idleb, "des chars de l'armée syrienne ont été retirées" des villes de Khan Cheikhoune et de Saraqeb, alors que des véhicules de transports de troupes repeints en bleu, étaient déployés dans ces régions, a affirmé à l'AFP le chef de l'OSDH.

Dans la région de Homs (centre), deux civils et deux soldats dissidents ont été tués vendredi dans une embuscade tendue par les forces armées près de la ville de Tal Kalakh, à la frontière libanaise, a indiqué l'OSDH.

Un groupe d'observateurs est arrivé vendredi à Harasta, dans la banlieue de Damas, ont annoncé dans un communiqué les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent la mobilisation sur le terrain.

Jeudi, les forces de sécurité avaient tué au moins 25 personnes alors que les observateurs se trouvaient à Hama, Idleb, Homs, Deraa et Douma, foyers de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad.

"Nous vous demandons de faire la distinction entre l'assassin et la victime. Notre Révolution qui a commencé depuis neuf mois est pacifique", ont écrit les militants sur leur page Facebook Syrian Revolution 2011, à l'adresse des observateurs.

Depuis l'arrivée lundi des observateurs arabes, chargés de surveiller la situation dans le cadre d'un plan visant à mettre fin aux violences, "130 civils, dont six enfants, ont été tués en Syrie", déplorent les LCC.
© AFP Un manifestant anti-régime dans les rues de Homs le 27 décembre 2011
© AFP

Tout en exprimant des doutes sur son efficacité, des opposants syriens ont jugé que la présence des experts arabes "assurait en quelque sorte une protection" aux manifestations réprimés dans le sang par les forces du régime.

Haytham Maleh, avocat des droits de l'Homme et membre du Conseil national syrien (CNS), principal mouvement de l'opposition syrienne, a demandé que les observateurs s'acquittent de leurs obligations en "restant dans les villes qu'ils visitent pour protéger les habitants".

Ils doivent "vérifier l'application" par le régime de toutes les clauses de l'initiative arabe, a-t-il dit en jugeant leur nombre insuffisant.

Le plan de sortie de crise de la Ligue arabe prévoit l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation dans le pays pour les observateurs arabes et la presse.

Washington a jugé vendredi utile la présence d'observateurs de la Ligue arabe en Syrie.

"Il y a des observateurs sur le terrain qui jouent un rôle à un certain niveau", a déclaré devant la presse la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, tout en se disant préoccupée que "la violence perdure".

L'opposition et les pays occidentaux accusent le régime de réprimer dans le sang les manifestations alors que les autorités syriennes imputent les troubles à des groupes "terroristes".

Selon l'ONU, plus de 5.000 personnes ont été tuées depuis le début de la révolte, à la mi-mars.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mar 03 Jan 2012, 15:50

Syrie: la mission des observateurs arabes au centre d'une controverse

© AFP Capture d'écran de YouTube des observateurs de la Ligue arabe le 30 décembre 2011 à Idlib en Syrie
© YouTube/AFP

DAMAS (AFP) - (AFP) - Les militants pro-démocratie ont accusé mardi de "manque de professionnalisme" les observateurs de la Ligue arabe dépêchés en Syrie pour tenter de faire cesser les violences, le secrétaire général de la Ligue admettant que les tirs sur les manifestants anti-régime se poursuivaient.

Trois civils ont encore été tués mardi à Homs (centre) par les forces de sécurité qui ont tiré dans plusieurs quartiers de cette ville, haut lieu de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) alors que la télévision d'Etat faisait état de la présence d'observateurs dans les régions de Homs, Deraa (sud) et Idleb (nord-ouest).

Face à une répression qui ne faiblit pas en dépit de la mission des observateurs, les Comités locaux de coordination (LCC), qui organisent les manifestations sur le terrain, ont appelé le chef de la Ligue arabe et les observateurs à avoir une attitude "objective, impartiale et honnête ainsi qu'un sens des responsabilités (...) et à annoncer leur impuissance à mener seuls cette mission et demander l'aide des organisations internationales concernées".

"Nous voulons dire à Nabil al-Arabi que le manque de professionnalisme des observateurs et le non respect des horaires de leur arrivée dans des lieux précis ont fait que de nombreuses personnes ont été tuées", ont-ils dénoncé.

"Le travail des observateurs, qui devaient en principe surveiller l'application du plan arabe visant à faire cesser les assassinats est entravé quotidiennement par le régime", ont indiqué les LCC.

"Les officiers et les soldats de l'armée portent des costumes de policiers, conduisent des véhicules militaires repeints et changent le nom des lieux, mais cela ne signifie pas que l'armée s'est retirée des villes et des rues ni que le régime applique les clauses du protocole" arabe, soulignent les LCC.

Selon eux, 390 personnes ont été tuées depuis que les observateurs ont entamé leur mission le 26 décembre.

Nabil al-Arabi avait demandé lundi "l'arrêt total des tirs" en Syrie où la répression a fait plus de 5.000 morts depuis mars, selon l'ONU.

"Un des objectifs de la mission était d'assurer la libération de 3.484 personnes détenues par le gouvernement syrien en quatre étapes. La libération d'un nouveau groupe sera annoncée bientôt. Les chars se sont retirés des villes et de leurs environs. Mais selon certaines informations des tireurs embusqués continuent à opérer depuis les toits de bâtiments et il y a des violences continuelles", a affirmé M. Arabi.

La communauté internationale doit "s'assurer que les observateurs de la Ligue arabe ont tous les moyens et toute la liberté de faire correctement leur travail", a estimé mardi le président français Nicolas Sarkozy.

Il a en outre répété que M. Assad devait "quitter le pouvoir" et "laisser son peuple décider librement de son destin", estimant que ses "massacres" suscitaient "à juste tire l'écoeurement et la révolte".
© AFP Capture d'écran d'une vidéo AFP montrant les forces de sécurité syriennes se dirigeant vers des manifestants anti-régime à Homs, le 1er janvier 2012
© AFP

Peu auparavant, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé s'était dit "dubitatif" quant au déroulement de la mission arabe, estimant que "les conditions dans lesquelles se déroulent aujourd'hui cette mission d'observateurs méritent d'être clarifiées".

Seule l'Algérie a exprimé un avis plus optimiste, jugeant que la mission permettra d'évaluer "d'une manière plus crédible" la situation en Syrie.

Par ailleurs, l'agence officielle Sana a annoncé qu'"un groupe terroriste a visé un gazoduc près de Rastane", dans la province de Homs.

Mais sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011", les militants ont accusé "les gangs d'Assad d'avoir fait exploser le gazoduc afin d'en accuser les habitants au moment où les observateurs étaient attendus dans la région".

Entre-temps, 25 prisonniers d'opinion ont entamé une grève de la faim mardi pour réclamer une visite des observateurs arabes dans la prison d'Adra près de Damas, a indiqué l'OSDH.

Dans la province de Banias (nord-ouest), des étudiants ont défilé dans le village de Bayda malgré une présence massive des forces de sécurité alors que les militants ont hissé le drapeau syrien de l'indépendance sur la citadelle Al-Marqab.

L'OSDH a en outre appelé M. Arabi à réclamer la libération de Faten Rajab Fawaz, professeur de physique interpellée le 26 décembre à Douma, près de Damas, où elle anime la contestation et dont on n'est depuis sans nouvelles.

Sur le plan diplomatique, Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien (CNS), principal mouvement d'opposition, devait avoir des entretiens mardi au Portugal, membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU qui défend "une prise de position de cette instance sur la Syrie".

De son côté, le parti Baas au pouvoir a annoncé la tenue de son 11è congrès régional en février, date à laquelle étaient initialement prévues des élections législatives reportées sine die.

Par ailleurs, le quotidien Al-Watan, proche du pouvoir, a annoncé qu'une flotte russe menée par le porte-avions Amiral Kouznetsov accostera dans les prochains jours à la base navale de Tartous (centre-ouest).

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
boulo
Administrateur


Masculin Messages : 9344
Inscription : 25/12/2011

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mar 03 Jan 2012, 18:21

Bref , les observateurs de la ligue arabe seraient aussi inefficaces que les casques bleus de l'ONU en d'autres lieux ...

_________________
" Faux départ . Enquête sur les EMI/NDE " , par Sonia Barkallah , se trouve dans " Témoignages ... " . Dernière réponse le 31/12/2015 1h33 .
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mer 04 Jan 2012, 17:09

Damas accuse les Etats-Unis d'ingérence dans la mission des observateurs

© AFP Une image YouTube montrant des manifestants anti-régime brandissant l'ancien drapeau syrien dans la province d'Idleb le 3 janvier 2012
© YouTubeAFP/Archives -

DAMAS (AFP) - (AFP) - Le régime du président Bachar al-Assad a accusé mercredi les Etats-Unis de s'ingérer dans la mission des observateurs arabes chargés de rendre compte de la situation en Syrie en proie depuis plus de neuf mois à une révolte populaire réprimée dans le sang.

L'intervention des forces de sécurité contre les manifestants pour la démocratie mobilisés depuis la mi-mars a fait mercredi au moins cinq morts.

"Les déclarations américaines (...) sont une ingérence flagrante dans la (mission) de la Ligue arabe, et une tentative injustifiée d'internationaliser" la crise, a affirmé le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères Jihad Makdessi dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont estimé mardi que la Syrie n'avait pas respecté ses engagements vis-à-vis de la Ligue arabe et qu'il était "largement temps" pour le Conseil de sécurité de l'ONU d'agir pour "soutenir les aspirations légitimes des Syriens".

"La Syrie ne va pas rendre compte aux Etats-Unis du niveau de son engagement dans le protocole de la Ligue arabe", a répliqué M. Makdessi accusant Washington d'"attiser la violence", avant la présentation samedi à la Ligue arabe des résultats de la mission des observateurs.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), quatre civils ont été tués par les tirs des forces de sécurité et quatre autres blessés à Homs (centre), haut-lieu de la contestation contre le régime, où les corps de six personnes ont par ailleurs été remis à leurs proches. Un civil a été tué à Hama (centre).

Les observateurs de la Ligue arabe se sont rendus mercredi dans ces deux villes dans le cadre de leur mission. Ils se trouvaient également à Daël (région de Deraa, sud) et à Harasta, près de Damas, selon la télévision publique.

Des militants pro-démocratie les ont appelés à se rendre sur la place Sabaa Bahrat, au coeur de Damas, où ils avaient prévu de manifester contre le régime.

"Nous invitons les observateurs de la Ligue arabe à assumer leur responsabilité en protégeant les manifestants pacifiques. Nous disons au régime que nos droits sont violés et que nous luttons pour les récupérer", ont-ils écrit sur Facebook.

Mais ce sont des centaines de partisans du régime qui se sont rassemblés sur cette place, arborant des drapeaux syriens et scandant des slogans pro-Assad, selon une journaliste de l'AFP.
© AFP Image YouTube montrant des Syriens le 3 janvier 2012 en deuil portant le cercueil d'un homme qui aurait été tué à Homs
© YouTube/AFP -

Cette manifestation "soutient les réformes et rejette le terrorisme", a indiqué la télévision publique. Les autorités imputent à des groupes "terroristes" les violences qui ensanglantent le pays.

"Toutes les rues conduisant à Sabaa Bahrat ont été fermées et les services de sécurité contrôlaient les voitures", selon les Comités locaux de coordination (LCC) qui organisent les manifestations sur le terrain.

Sur le plan politique, l'opposition peine à s'entendre pour constituer un front uni contre le régime du président Bachar al-Assad.

Mardi, le Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité des courants de l'opposition, a démenti avoir conclu un accord avec le Comité national pour le changement démocratique (CNCD), un autre groupe de l'opposition.

Samedi, le CNCD avait annoncé dans un communiqué la signature d'un accord politique "définissant les principes de la lutte démocratique pour la période de transition" en Syrie.

Selon des analystes, les principaux points de désaccord entre ces deux formations portent sur une éventuelle intervention militaire étrangère en Syrie et sur le soutien à l'ASL.

Le CNS est une coalition des plus importants partis de l'opposition dont des partis islamistes, notamment des membres des Frères musulmans, libéraux et nationalistes. Le CNCD, dirigé par Hassan Abdel Azim, regroupe des partis "nationalistes arabes", kurdes, socialistes et marxistes.

Une personnalité de l'opposition a déploré mercredi "les divisions" au sein de l'opposition. "Il faut du temps avant de voir l'opposition s'unir. Si elle l'était, le régime serait tombé l'été dernier", a-t-il affirmé à l'AFP sous couvert d'anonymat.

"Nous sommes condamnés à nous entendre tôt ou tard car la situation dans le pays ne supporte point l'absence d'une stratégie et d'une vision communes de l'opposition syrienne", a indiqué à l'AFP Haytham Manna, responsable du CNCD à l'étranger et qui était cosignataire de l'accord contesté.

Selon le département d'Etat, le sous-secrétaire d'Etat aux Affaires du Proche-Orient, Jeffrey Feltman, se trouvait mercredi au Caire pour des entretiens à la Ligue arabe sur le dossier syrien.

Selon les LCC, 390 personnes ont été tuées depuis le début le 26 décembre de la mission des observateurs. Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a admis que les tirs sur les manifestants anti-régime se poursuivaient.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 06 Jan 2012, 17:09

Une intervention en Syrie n’est plus taboue







Burhan Ghalioun, président du Conseil national syrien, principal mouvement de l’opposition.

Un rapport endossé par l’opposition détaille les conditions d’une frappe aérienne.

Le
Conseil national syrien, principal mouvement de l’opposition, serait-il
désormais favorable à une intervention militaire occidentale? Le
mouvement publie sur son tout nouveau site, syriancouncil.org, un rapport intitulé Une zone de sécurité pour la Syrie. La création d’une «zone tampon» est revendiquée par le CNS depuis son congrès de Tunis en décembre dernier.
Mais le texte va beaucoup plus loin en décrivant la conséquence
inévitable, selon les auteurs, de la libération d’une partie du
territoire syrien. Elle supposera d’abord une «campagne de frappes
aériennes préventives» contre le système de défense aérienne syrien,
afin de permettre aux aviations occidentales de protéger la zone
libérée. «Les frappes pourraient être réalisées par des avions français,
britanniques et turcs, avec le soutien aérien des Émirats arabes unis,
du Qatar et de la Jordanie»

La ressemblance avec l’intervention en Libye est revendiquée par le
texte, rédigé par le politologue Michael Weiss et produit par le
Strategic Research and Communication Centre. Ce centre de réflexion basé
à Londres se propose de fournir des travaux de recherche au Conseil
national syrien. L’éditeur du rapport, Oussama Monajed, est d’ailleurs
le conseiller du président du CNS, Burhan Ghalioun. Et le texte a été
«revu», comme indiqué sur sa page de garde, par le général Akil Hachem,
conseiller militaire du Conseil national syrien.

Pourtant, ce texte ne peut être considéré comme une déclaration
politique officielle du CNS, tempère Bassma Kodmani, membre du comité
exécutif du mouvement. «Oui, nous demandons la création d’une zone
tampon. Nous explorons toutes les voies possibles. Non, nous ne
souhaitons pas une intervention occidentale. Ce rapport est un travail
de réflexion.»

La validation de cette réflexion par des responsables du CNS traduit
néanmoins le bouillonnement des idées au sein d’une opposition soucieuse
de ne pas se couper des manifestants, qui réclament tous les jours une
protection internationale. Le rapport fournit d’ailleurs le mode
d’emploi pour obtenir l’aval de l’ONU en contournant le Conseil de
sécurité, verrouillé par la Chine et la Russie, alliés du régime de
Damas.

Le précédent de la Corée


Selon l’auteur, l’Assemblée générale pourrait autoriser
l’intervention armée, pourvu qu’elle la vote à la majorité. Un précédent
existe, celui de la guerre de Corée, parrainée par l’Assemblée générale
pour passer outre au veto de l’URSS au Conseil de sécurité.

L’Assemblée pourrait invoquer l’ar­ticle 51, qui autorise
«l’autodéfense». Celle des États de la région, qui considéreraient que
la guerre civile en Syrie les menace directement. Ou l’autodéfense de la
Syrie même, à condition que le CNS soit reconnu comme le seul
représentant du peuple syrien.

Les solutions politiques paraissent d’autant plus urgentes que la
situation militaire se dégrade. Selon l’auteur, la résistance armée sur
le terrain est «atomisée» en groupes indépendants. L’Armée syrienne
libre (ASL), écrit-il, ne peut être prise au mot quand elle assure
représenter les déserteurs. L’ASL annonce une initiative spectaculaire
dans les prochains jours. «Mais il n’est pas certain qu’elle contrôle
même les offensives les plus en vue sur le terrain», écrit Michael
Weiss.

http://www.lefigaro.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mar 10 Jan 2012, 20:38

Le Djihad selon Obama



Obama n’est pas un adepte du djihad, direz-vous. Il n’est officiellement pas musulman. Et c’est exact : il a été baptisé par le pasteur antisémite Jeremiah Wright, fondateur de la Trinity United Church of Christ, et transfuge de The Nation of Islam, à l’âge de vingt ans, et il a officiellement renoncé à l’islam à ce moment. Mais aucun Président n’aura autant fait pour la cause de l’islam. Aucun Président n’aura autant fait pour la cause du djihad.

Après avoir beaucoup œuvré pour que le « printemps arabe » se révèle être ce qu’il était destiné à être depuis le départ, un réveil islamique, et après avoir fait son possible pour que les Frères musulmans arrivent au pouvoir en Tunisie, en Libye, en Egypte et au Yemen, après avoir entériné le basculement de la Turquie en direction d’un islam radical lui-même proche de celui prôné par les Frères musulmans, et encouragé le retour du Hamas vers l’organisation dont il est la « branche palestinienne » (tout en encourageant le rapprochement entre Autorité palestinienne et Hamas), Obama fait appel au chef spirituel des Frères musulmans, Youssef Al Qaradawi, pour négocier le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan à l’automne 2012, après le départ des troupes américaines.

N’ayant jamais entendu agir seulement en faveur des sunnites, Obama a, en parallèle, favorise l’avancée de l’Iran vers l’arme atomique en pratiquant obstinément, depuis janvier 2009, une politique de la « main tendue » en direction de Khamenei et Ahmadinejad, en se contentant de la mise en place de « sanctions » dont se sont trouvés exemptés les principaux alliés du régime (Russie et Chine), et dont se sont exemptés eux-mêmes les principaux pays européens (Allemagne et France en tête), et en écartant plusieurs fois la menace du recours à l’option militaire.

Obama a, ces derniers jours, abandonné l’Irak aux mains des agents iraniens et d’un gouvernement Maliki rallié à l’Iran. Il a fait preuve d’une réserve remarquable vis-à-vis des massacres subis par la population syrienne, et d’une mansuétude tout aussi remarquable vis-à-vis du régime Assad, principal allié de l’Iran dans la région.

Une continuité chiite radicale se trouve ainsi établie qui va de Téhéran à Beyrouth où le Hezbollah règne en maître.

Ce qu’Obama n’a pas anticipé ou a pensé hâtivement pouvoir gérer, est l’hostilité entre islamistes sunnites et islamistes chiites, et cette hostilité aujourd’hui gagne en importance.

Comme c’était prévisible, l’abandon de l’Irak conduit à une contre-offensive sunnite menée par al Qaida sur le mode d’attentats successifs.

Comme c’était prévisible aussi, la répression en Syrie a conduit à une autre contre-offensive sunnite, et une armée syrienne sunnite soutenue par les Frères musulmans, par la Turquie, par le Qatar et par l’Arabie Saoudite s’est créée en territoire turc, à même de transformer le conflit en guerre civile prolongée. Un Conseil National Syrien, se présentant comme gouvernement en exil, et largement tenu par les Frères musulmans, s’est constitué.

Les Etats-Unis ayant reconnu le Conseil National Syrien et ayant contribué à sa formation, en coopération avec le régime Erdogan, le régime iranien a réagi d’autant plus vivement qu’il subit présentement des dissensions intérieures vives.

Les menaces iraniennes sur le détroit d’Ormuz en découlent.

Ces menaces doivent-elles être prises au sérieux ?

Disons que le régime iranien peut envisager une confrontation dès lors qu’ils perçoivent les Etats-Unis en position de faiblesse, et dès lors qu’ils savent disposer de puissants alliés (la Russie et la Chine).

Disons que le régime peut penser qu’il est de son intérêt de pousser les Etats-Unis à réagir, et le pensera plus encore si les dissensions intérieures s’accentuent.

Disons que le régime estime que les Etats-Unis ne réagiront pas, et qu’il s’agit pour lui de souligner la faiblesse des Etats-Unis.

Disons que le régime anticipe une action israélienne contre ses installations nucléaires et entend, si celle-ci devait survenir, avoir préalablement montré aux Etats-Unis le pouvoir éventuel de nuisance de l’Iran pour le cas où les Etats-Unis décideraient de s’impliquer.

C’est dans ce contexte que doivent être lues, je pense, les manœuvres israélo-américaines qui se mettent en place et sont prévues pour le printemps prochain, et c’est dans ce contexte aussi que doit être lue l’arrivée de troupes américaines en Israël dont Jean Patrick Grumberg a traité récemment dans Dreuz.

Ces manœuvres constituent en superficie un message électoral à destination de la population américaine : les Etats-Unis sous Obama restent au côté d’Israël.

En profondeur, elles ont, dans l’immédiat un double rôle : d’une part, dissuader l’Iran d’aller trop loin et de faire le geste de trop qui pousserait les Etats-Unis à réagir (le cas échéant, les Etats-Unis ne reculeront pas, et l’Iran a intérêt à faire que le cas échéant ne se concrétise pas), d’autre part, dissuader Israël d’agir (une action israélienne alors que des troupes américaines sont sur le sol israélien impliquerait directement les Etats-Unis et impliquerait l’aval direct des Etats-Unis).

L’objectif de l’administration Obama est, autant que faire se peut, de maintenir un statu quo jusqu’aux élections de novembre 2012. D’ici là, escompte-t-on à la Maison Blanche, l’Iran pourra s’agiter, continuer à avancer vers l’arme nucléaire, rendre sa nucléarisation irréversible. D’ici là, Israël se tiendra tranquille. Et d’ici là un régime syrien affaibli sera maintenu en place, avec, face à lui, un régime de rechange prêt à l’emploi en Turquie.

En cas de réélection Obama, ce statu quo sera-t-il tenable ? On peut en douter.

Une administration Obama II jouerait sans doute la stabilité en Iran et le renforcement de l’emprise de l’islam radical sunnite dans les terres sunnites : Obama vient de décider de vendre pour trente milliards de dollars d’armement supplémentaire à l’Arabie Saoudite, renforce ses liens avec le Qatar et le Bahrein et appuie très visiblement le régime Erdogan en Turquie. Elle laisserait l’ordre chiite iranien prendre en main l’Irak. Il est difficile de prévoir ce qu’elle ferait concernant la Syrie.

Il est aisé de prévoir ce qu’elle ferait concernant Israël. C’est dit explicitement dans les discours de Leon Panetta et d’Hillary Clinton. Et c’était dit dans les discours d’Obama avant qu’il entre en période électorale.

Le « conflit israélo-palestinien » devrait se régler aux conditions acceptables par le monde islamique, et si les conditions iraniennes ne sont pas présentables, les conditions sunnites le sont, semble-t-il davantage. Elles sont simples : retour aux « frontières de 1967 », partage de Jérusalem, création d’un Etat palestinien à Gaza et dans l’intégralité de la Judée-Samarie, avec « continuité territoriale » et Jérusalem Est pour capitale. Gouvernement de l’Etat palestinien confié à une Autorité palestinienne réconciliée avec le Hamas. On pourrait s’attendre à ce que les installations nucléaires israéliennes soient mises sur la table de négociation et être présentées comme un objet de marchandage dans le cadre d’un Proche-Orient sans armes nucléaires et dans lequel l’Iran renoncerait dès lors qu’Israël renoncerait aussi.

La présence de troupes américaines en Israël révélerait alors son rôle à moyen terme : placer Israël en situation de souveraineté limitée et face à une offre que le gouvernement israélien aurait du mal à refuser. Si le grand frère est là pour vous protéger, vous n’avez pas besoin de dissuasion nucléaire, et vous devez écouter les conseils pressants du grand frère. Comment résister au grand frère ? C’est la question à laquelle Netanyahu est confronté depuis l’arrivée au pouvoir d’Obama.

Cela signifie-t-il que je ne crois pas du tout que les manœuvres israélo-américaines sont le prélude à une action contre l’Iran ? Cela signifie que j’y crois fort peu, effectivement. Obama est dans une perspective générale de retrait. Il vient d’abaisser considérablement le budget de l’armée américaine. Il a pour principale conseillère, pour ce qui concerne le Proche-Orient, Samantha Power, qui prônait la présence de troupes américaines en Israël pour imposer la paix.

Je ne crois pas non plus, inutile de le dire, à une intervention en Syrie : Obama n’affrontera pas la Russie qui, quelles que soient les rumeurs ici ou là, reste au côté d’Assad. Je ne crois d’ailleurs rien en ces matières, j’analyse.

Aucun Président n’aura autant fait pour la cause de l’islam, disais-je. Aucun Président n’aura autant fait pour la cause du djihad. L’objectif d’une administration Obama II ne serait pas un élan d’amitié soudain et inexplicable de la part d’Obama envers Israël. Ce serait un Proche-Orient plus sûr pour l’islam radical.

Le conflit entre islamistes sunnites et islamistes chiites, ne sera, en ce cas, pas réglé. Ce sera un conflit entre ennemis d’Israël et ennemis de l’Occident. Ces ennemis d’Israël et de l’Occident seront, bien sûr, toujours amis avec d’autres ennemis d’Israël et de l’Occident.

L’élection américaine de novembre 2012 sera décidément cruciale. Elle concernera bien plus que les Etats-Unis, vraiment bien plus que les Etats-Unis.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Guy Millière pour www.Dreuz.info

http://www.dreuz.info/2012/01/le-djihad-selon-obama/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Jeu 12 Jan 2012, 23:53

Syrie : Les Forces spéciales britanniques, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée.
Plusieurs articles dans les médias britanniques confirment que les Forces spéciales britanniques (UKSF) entraînent les rebelles syriens. Le modèle sous-jacent est similaire à celui de la Libye où les Special Air Services (SAS) britanniques étaient sur le terrain avant le lancement de l’intervention militaire de l’OTAN.


11 JANVIER 2012

Une intervention de l’OTAN, calquée sur celle de la Libye, est envisagée en vertu de la responsabilité de protéger (R2P). L’Armée syrienne libre (ASL) est une création paramilitaire de facto de l’OTAN.

Les reportages confirment que des agents de l’armée et du renseignement sont déjà sur le terrain en Syrie :

Il ya de plus en plus de rumeurs indiquant que les Forces spéciales britanniques assistent d’une manière quelconque les forces alignées contre le régime syrien.

« Des reportages de la fin novembre de l’an dernier mentionnent que les Forces spéciales britanniques ont rencontré des membres de l’Armée syrienne libre (ASL), le bras armé du Conseil national syrien. Le but apparent de ce contact initial était d’établir la puissance des forces rebelles et d’ouvrir la voie à toute forme future d’opération d’entraînement.

Des reportages plus récents ont indiqué que des Forces spéciales britanniques et françaises ont entraîné activement des membres de l’ASL sur une base en Turquie. Certains reportages mentionnent qu’un entraînement a lieu également en Libye et au nord du Liban. Des agents du MI6 britannique et du personnel de l’UKSF (SAS/SBS (Special Boat Service)) auraient entraîné des rebelles pour le combat en zone urbaine et leur auraient fourni des armes et de l’équipement. Des agents de la CIA et des forces spéciales des États-Unis apporteraient de l’aide aux rebelles dans le secteur des communications. » (British Special Forces Training Syrian Rebels ?, Elite UK Forces, 5 janvier 2012. C’est l’auteur qui souligne.)

Ces reportages confirment sans équivoque une interférence étrangère dans les affaires d’un État souverain.

Il ne s’agit pas d’une révolte populaire.

L’insurrection ainsi que les meurtres de civils ont été commandités dès le début par des puissances occidentales.

Des agents des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Turquie fournissent des armes aux rebelles, en violation du droit international. Des reportages confirment que les rebelles sont des tireurs qualifiés et des membres d’organisations associées à Al-Qaïda.

« La Grande-Bretagne se prépare à un combat en Syrie qui pourrait être plus important et plus sanglant que la bataille contre Kadhafi. Le ministre de la Défense dresse des plans secrets pour une zone d’exclusion aérienne sous l’égide de l’OTAN, mais celle-ci doit d’abord être appuyée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Alors que les troubles et les tueries s’intensifient au sein de l’État arabe en crise, un représentant de la sécurité a révélé que des agents du MI6 et de la CIA sont déjà en Syrie pour évaluer la situation.

Des forces spéciales discutent également avec des soldats dissidents.

Ils veulent savoir de quelles armes et de quels instruments de communications les forces rebelles auront besoin si le gouvernement décide de les aider.

Une source bien placée a affirmé : « Le MI6 et la CIA sont en Syrie pour infiltrer et connaître la vérité. ».

« Nous avons les SAS et les SBS qui ne sont pas très loin. Ils veulent savoir ce qui se passe et se renseignent sur l’équipement dont les soldats dissidents ont besoin. » (Deborah Sherwood, Syria will be bloodiest yet, Daily Star, 1er janvier 2012. C’est l’auteur qui souligne.))

Michel Chossudovsky
Global Research, 7 janvier 2012.


Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

http://www.silviacattori.net/article2669.html

Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Ven 13 Jan 2012, 09:30

Alexis232 a écrit:
Syrie : Les Forces spéciales britanniques, la CIA et le MI6 appuient l’insurrection armée.
Plusieurs articles dans les médias britanniques confirment que les Forces spéciales britanniques (UKSF) entraînent les rebelles syriens. Le modèle sous-jacent est similaire à celui de la Libye où les Special Air Services (SAS) britanniques étaient sur le terrain avant le lancement de l’intervention militaire de l’OTAN.


11 JANVIER 2012

Une intervention de l’OTAN, calquée sur celle de la Libye, est envisagée en vertu de la responsabilité de protéger (R2P). L’Armée syrienne libre (ASL) est une création paramilitaire de facto de l’OTAN.

Les reportages confirment que des agents de l’armée et du renseignement sont déjà sur le terrain en Syrie :

Il ya de plus en plus de rumeurs indiquant que les Forces spéciales britanniques assistent d’une manière quelconque les forces alignées contre le régime syrien.

« Des reportages de la fin novembre de l’an dernier mentionnent que les Forces spéciales britanniques ont rencontré des membres de l’Armée syrienne libre (ASL), le bras armé du Conseil national syrien. Le but apparent de ce contact initial était d’établir la puissance des forces rebelles et d’ouvrir la voie à toute forme future d’opération d’entraînement.

Des reportages plus récents ont indiqué que des Forces spéciales britanniques et françaises ont entraîné activement des membres de l’ASL sur une base en Turquie. Certains reportages mentionnent qu’un entraînement a lieu également en Libye et au nord du Liban. Des agents du MI6 britannique et du personnel de l’UKSF (SAS/SBS (Special Boat Service)) auraient entraîné des rebelles pour le combat en zone urbaine et leur auraient fourni des armes et de l’équipement. Des agents de la CIA et des forces spéciales des États-Unis apporteraient de l’aide aux rebelles dans le secteur des communications. » (British Special Forces Training Syrian Rebels ?, Elite UK Forces, 5 janvier 2012. C’est l’auteur qui souligne.)

Ces reportages confirment sans équivoque une interférence étrangère dans les affaires d’un État souverain.

Il ne s’agit pas d’une révolte populaire.

L’insurrection ainsi que les meurtres de civils ont été commandités dès le début par des puissances occidentales.

Des agents des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Turquie fournissent des armes aux rebelles, en violation du droit international. Des reportages confirment que les rebelles sont des tireurs qualifiés et des membres d’organisations associées à Al-Qaïda.

« La Grande-Bretagne se prépare à un combat en Syrie qui pourrait être plus important et plus sanglant que la bataille contre Kadhafi. Le ministre de la Défense dresse des plans secrets pour une zone d’exclusion aérienne sous l’égide de l’OTAN, mais celle-ci doit d’abord être appuyée par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Alors que les troubles et les tueries s’intensifient au sein de l’État arabe en crise, un représentant de la sécurité a révélé que des agents du MI6 et de la CIA sont déjà en Syrie pour évaluer la situation.

Des forces spéciales discutent également avec des soldats dissidents.

Ils veulent savoir de quelles armes et de quels instruments de communications les forces rebelles auront besoin si le gouvernement décide de les aider.

Une source bien placée a affirmé : « Le MI6 et la CIA sont en Syrie pour infiltrer et connaître la vérité. ».

« Nous avons les SAS et les SBS qui ne sont pas très loin. Ils veulent savoir ce qui se passe et se renseignent sur l’équipement dont les soldats dissidents ont besoin. » (Deborah Sherwood, Syria will be bloodiest yet, Daily Star, 1er janvier 2012. C’est l’auteur qui souligne.))

Michel Chossudovsky
Global Research, 7 janvier 2012.


Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

http://www.silviacattori.net/article2669.html


après on se demande pourquoi le gouvernement ouvre le feu sur sa population...
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Sam 14 Jan 2012, 19:03

Le Qatar pour l'envoi de troupes arabes en Syrie

© AFP L'émir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Than, photographié à tunis le 13 janvier 2012.
© AFP FETHI BELAID

DAMAS (AFP) - (AFP) - L'émir du Qatar s'est dit favorable à l'envoi de troupes arabes en Syrie afin de "mettre fin à la tuerie" dans le pays, secoué depuis dix mois par une révolte populaire réprimée dans le sang, la première prise de position de ce type d'un dirigeant arabe.

Les Etats-Unis ont accusé de leur côté l'Iran de fournir des armes à Damas pour aider le régime du président Bachar al-Assad à réprimer la contestation.

Interrogé par la chaîne américaine CBS sur la nécessité d'envoyer des troupes arabes en Syrie, l'émir du Qatar, Cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, a répondu: "afin de mettre fin à la tuerie (...) un certain nombre de soldats devraient se rendre sur place", selon un extrait de l'entretien devant être diffusé dimanche.

CBS souligne que l'émir du Qatar est le premier dirigeant arabe à se prononcer publiquement en faveur de l'envoi de troupes en Syrie, où la répression a fait au moins 5.000 morts depuis la mi-mars, selon les Nations unies.

Les exactions se poursuivent dans le pays malgré la présence depuis le 26 décembre de dizaines d'observateurs arabes chargés de surveiller l'application d'un plan de sortie de crise. Quatre cents personnes ont été tuées depuis le début de leur mission, selon un responsable de l'ONU.

Samedi, quatre civils, dont un adolescent de 13 ans, ont encore péri sous les balles des forces de sécurité à Homs (centre), selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Deux autres ont succombé des suites de leurs blessures reçues hier à Homs et Idleb (nord).

Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a déclaré samedi à l'AFP que la mission des observateurs serait "réévaluée" lors d'une réunion le 21 janvier au Caire.

Il n'était pas clair s'il insinuait un éventuel retrait des observateurs de Syrie ou un réexamen pour rendre la mission plus efficace.

Vendredi soir, il avait déclaré que la Ligue "examin(ait) en ce moment si le maintien de la mission est bénéfique, face à la poursuite des violences", selon des propos rapportés par l'agence officielle égyptienne Mena.

Un nouveau rapport du chef de la mission des observateurs est attendu le 19 janvier.

Les opposants veulent que la Ligue arabe, incapable d'aider selon eux à protéger les civils, transmette le dossier à l'ONU.

Le Premier ministre britannique David Cameron s'est dit vendredi prêt à "soumettre une nouvelle résolution" au Conseil de sécurité pour condamner la répression, qui serait "basée sur ce que dit et fait la Ligue arabe".

La Russie, qui s'est opposée à toute résolution condamnant Damas, a proposé son propre projet de résolution. Mais le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, a critiqué les amendements occidentaux, estimant qu'ils avaient pour but de procéder à un changement de régime à Damas.

Washington a accusé de son côté Téhéran de fournir des armes à Damas pour réprimer les protestataires. "Le gouvernement américain est persuadé que l'Iran a fourni des munitions à la Syrie", a indiqué un responsable américain à l'AFP sous couvert de l'anonymat.

Le général iranien Qassem Soleimani, commandant de l'unité Qods (force spéciale des Gardiens de la révolution), était à Damas en janvier, ont précisé des responsables américains, qui considèrent cette visite comme le signe le plus concret que l'aide iranienne comprend du matériel militaire.

Washington a en outre fait part de son "inquiétude à la Russie et à Chypre", alors qu'un navire russe transportant une "cargaison dangereuse" devait rejoindre la Syrie, après avoir fait escale à Chypre, selon une source au sein de la compagnie d'exploitation du bateau. D'après des médias russes, il pourrait transporter jusqu'à 60 tonnes d'armes et d'équipement militaire.

Un général déserteur de l'armée syrienne, Moustapha al-Cheikh, qui s'est réfugié récemment en Turquie, doit par ailleurs annoncer samedi la création d'un "Conseil supérieur militaire" pour planifier les opérations contre le régime de Damas et organiser les défections dans l'armée, a affirmé à l'AFP l'un de ses conseillers, Fahad Almasri. Le général al-Cheikh est le plus haut gradé ayant défection.

L'Armée syrienne libre (ASL), qui revendique quelque 40.000 militaires ayant fait défection, aura pour mission d'exécuter ces opérations", a-t-il précisé.

Les autorités syriennes, qui ne reconnaissent pas l'ampleur de la contestation et attribue les troubles à des "bandes armées" ont accusé un "groupe terroriste" d'avoir posé un engin piégé sur une voie ferrée, faisant dérailler un train transportant du fioul à Idleb (nord-ouest), selon l'agence officielle Sana, qui a fait état de trois blessés.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mar 17 Jan 2012, 15:12

Syrie: Damas refuse l'envoi de troupes arabes sur son sol

© AFP Le président syrien s'adresse à ses partisans lors d'une rare apparition publique à Damas le 11 janvier 2012
© AFP/Archives Wael Hamedan

DAMAS (AFP) - (AFP) - La Syrie a rejeté mardi tout déploiement de soldats arabes sur son territoire, comme l'a proposé le Qatar pour faire cesser les violences qui ont fait selon l'ONU plus de 5.000 morts en dix mois.

Cette prise de position syrienne intervient avant une réunion ce week end de la Ligue arabe au Caire pour réévaluer la mission des observateurs arabes en Syrie, critiquée pour son incapacité à faire cesser l'effusion de sang.

"La Syrie rejette les déclarations de responsables du Qatar sur l'envoi de troupes arabes qui amplifient la crise, font avorter l'action arabe et ouvrent la voie à une intervention étrangère", a indiqué le ministère syrien des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Le peuple syrien refuse toute intervention étrangère sous n'importe quelle appellation. Il fera face à toute tentative qui porte atteinte à la souveraineté de la Syrie et à l'intégrité de son territoire", selon le communiqué.

"Il serait regrettable que du sang arabe coule sur le territoire syrien pour servir des (intérêts) connus", ajoute le ministère sans autre précision.

L'émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, s'est dit samedi favorable à l'envoi de troupes arabes en Syrie afin de "mettre fin à la tuerie" dans le pays.

Le chef de l'organisation panarabe, Nabil al-Arabi, a indiqué que cette idée pourrait être examinée lors du comité ministériel de la Ligue arabe dimanche.

Les exactions se poursuivent en Syrie malgré la présence depuis le 26 décembre de dizaines d'observateurs arabes chargés de surveiller l'application d'un plan de sortie de crise prévoyant en premier lieu l'arrêt des violences.
© AFP Image d'une vidéo YouTube le 16 janvier 2012 montrant des observateurs de la Ligue arabe discutant avec des civils à Ariha, à 335 km au nord de Damas.
© YouTube/AFP -

Pour sa part Riad al-Assaad, chef de l'ASL, constituée de déserteurs et qui revendique 40.000 combattants, a appelé dans un communiqué les 22 membres de la Ligue arabe à "transférer rapidement le dossier syrien devant le Conseil de sécurité de l'ONU".

L'ONU a annoncé qu'elle commencera à former dans les prochains jours des observateurs de la Ligue afin de les aider à évaluer la répression sanglante en Syrie, selon une porte-parole.

Mais les soldats dissidents réclament une action plus musclée, demandant un "recours au chapitre 7 de la charte de l'ONU, afin de préserver la paix". Ce chapitre donne au Conseil de sécurité la possibilité d'entreprendre "toute action qu'il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix".

"La situation a atteint un point inacceptable. J'espère sincèrement que le Conseil de sécurité va traiter (cette crise) d'une manière sérieuse et cohérente", a dit lundi le chef de l'ONU Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse à Abou Dhabi, en marge d'un sommet sur l'énergie.

La Russie et la Chine, alliés du régime de Damas, ont bloqué en octobre un projet de résolution au Conseil de sécurité demandant des sanctions contre le régime syrien.

Moscou, qui accuse les pays occidentaux de vouloir changer le régime de Damas, a distribué lundi à ses partenaires du Conseil de sécurité une nouvelle version de son projet.

Ce texte, qui ne semble pas modifier sur le fond la position russe, sera discuté mardi après-midi au niveau des experts. Paris l'a jugé "très loin" des réalités.

Lundi, le Conseil national syrien (CNS), une coalition des plus importants partis de l'opposition, et l'ASL avaient décidé de "la mise en place d'un bureau de liaison et d'un téléphone rouge afin de suivre les développements sur le plan politique et sur le terrain".

L'Iran, grand allié de la Syrie dans la région, a démenti mardi des accusations de la France sur l'envoi d'armes en Syrie.

Sur le terrain, quatorze civils ont été tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), "huit Syriens ont été tués par une charge qui a explosé lors du passage de leur minibus sur la route reliant Idleb à Alep" (nord), a indiqué l'organisation qui ignore l'identité des auteurs de l'attentat.

Dans la même province, un militant a été tué par un tireur embusqué à Khan Cheikhoune.

A Homs (centre), épicentre de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, des transports de troupes blindés circulant dans la rue al-Qahira "ont ouvert le feu aveuglément, tuant un civil et en blessant neuf autres", a par ailleurs indiqué l'organisation basée en Grande-Bretagne.

Quatre autres civils -dont une femme de 39 ans- ont été tués à Homs par des tirs des forces de sécurité et de tireurs embusqués, selon la même source.

Parallèlement, à Alep, deuxième ville de Syrie, les forces de sécurité ont mené des perquisitions dans la Cité universitaire après une manifestation organisée la veille par des étudiants. Les forces de sécurité ont cassé les meubles dans les chambres et arrêté certains étudiants.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Vers une attaque contre la Syrie    Mer 18 Jan 2012, 11:59

Syrie: la Russie s'oppose à des sanctions et au déploiement de troupes


© AFP/Archives Karen Bleier

MOSCOU (AFP) - (AFP) - La Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, s'oppose à toute sanction contre la Syrie et à l'éventuel envoi de troupes étrangères dans ce pays, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

"Nous ne soutiendrons aucune sanction" contre Damas, a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse, ajoutant que tout Etat qui souhaite une intervention militaire en Syrie ne recevrait "aucun mandat du Conseil de sécurité de l'ONU".

M. Lavrov a indiqué que la Russie userait de son veto pour bloquer toute proposition visant à recourir à une intervention militaire en Syrie, après des déclarations en ce sens effectuées samedi par l'émir du Qatar.

"Si quelqu'un veut à tout prix recourir à la force, il est peu probable que nous puissions nous y opposer. Mais que cela reste à leur propre initiative et relève de leur conscience. Ils n'auront aucun mandat du Conseil de sécurité de l'ONU", a ajouté le chef de la diplomatie russe.

L'émir du Qatar, cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani, s'est dit favorable samedi à l'envoi de troupes arabes en Syrie, afin de "mettre fin à la tuerie" dans le pays, secoué depuis dix mois par une révolte populaire réprimée dans le sang, la première prise de position de ce type d'un dirigeant arabe.

Damas a répondu mardi que la Syrie rejetait le déploiement de troupes arabes proposé par le Qatar, afin de faire cesser les violences dans le pays, affirmant que le peuple syrien y fera face.

La Russie, allié traditionnel de Damas, a jusqu'ici bloqué tous les projets de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression de la contestation par le régime du président Bachar al-Assad, et s'est attirée les critiques de l'Occident.

En décembre, Moscou a proposé une résolution condamnant les violences perpétrées "par toutes les parties, y compris l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes". Mais les puissances occidentales ont jugé ce texte trop timoré.

Aux yeux de M. Lavrov, ceux qui critiquent le projet de résolution russe oublient de prendre en compte les agissements en Syrie "d'extrémistes armés de l'opposition contre des bâtiments publics, des hôpitaux, des écoles, et les actes de terreur qui sont perpétrés".

"Pourquoi ne devrions-nous pas parler de cela? Nos partenaires occidentaux ont une approche partiale", a-t-il ajouté.

Moscou s'oppose fermement à toute ingérence dans la crise syrienne et est contre un embargo du Conseil de sécurité de l'ONU sur les livraisons d'armes à la Syrie, dont Moscou est le principal fournisseur depuis la période soviétique.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Vers une attaque contre la Syrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Complot turc pour entrer en guerre ouverte contre la Syrie
» MENSONGE ET ATTAQUE CONTRE L`EGLISE CATHOLIQUE
» Canada : condamnation de l’attaque contre l'ONU en Afghanistan
» Opération Lüttich, la contre attaque de Mortain
» Le complot contre la Syrie (1) [Ali Dani]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: