DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La succession apostolique est-elle une réalité historique ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 01:38

Bonjour à tous,

Je m'intéresse actuellement à la question de la succession apostolique dans la Bible et chez les pères de l'Eglise. Avons-nous des témoignages historiques qui démontrent qu'il y a bien eut une succession apostolique et si oui lesquels ? N'hésitez surtout pas à me présenter les textes j'en suis très avide et si vous avez des ouvrages ou des enseignements à me recommander afin que je puisse prolonger ma réflexion sur ce thème qui me paraît tout à fait déterminant dans la compréhension de l'Eglise je suis preneur. Je présume que Arnaud a certainement réalisée une vidéo sur ce sujet je vais peut-être commencé par fouiner de ce côté Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 06:30

Cher Bigsam68,

Bien sûr que la succession apostolique est une réalité historique. Lisez St. Iréné de Lyon, deuxième Évêque de Lyon au IIe siècle entre 177 et 202. Il est un des Pères de l'Église et le premier occidental à réaliser une œuvre de théologien systématique.


Voici ce qu'il dit concernant la succession apostolique dans son Traité Contre les Hérésies, Livre III:

Citation :
Ainsi donc, la Tradition des apôtres, qui a été manifestée dans le monde entier, c'est en toute Église qu'elle peut être perçue par tous ceux qui veulent voir la vérité. Et nous pourrions énumérer les évêques qui furent établis par les apôtres dans les Églises, et leurs successeurs jusqu'à nous.
[...]
Mais comme il serait trop long, dans un ouvrage tel que celui-ci, d'énumérer les successions de toutes les Églises, nous prendrons seulement l'une d'entre elles, l'Église très grande, très ancienne et connue de tous, que les deux très glorieux apôtres Pierre et Paul fondèrent et établirent à Rome ; en montrant que la Tradition qu'elle tient des apôtres et la foi qu'elle annonce aux hommes sont parvenues jusqu'à nous par des successions d'évêques, nous confondrons tous ceux qui, de quelque manière que ce soit, ou par infatuation, ou par vaine gloire, ou par aveuglement et erreur doctrinale, constituent des groupements illégitimes : car avec cette Église, en raison de son origine plus excellente, doit nécessairement s'accorder toute Église, c'est-à-dire les fidèles de partout, — elle en qui toujours, au bénéfice de ces gens de partout, a été conservée la Tradition qui vient des apôtres.
[...]
Voilà par quelle suite et quelle succession la Tradition se trouvant dans l'Église à partir des apôtres et la prédication de la vérité sont parvenues jusqu'à nous. Et c'est là une preuve très complète qu'elle est une et identique à elle-même, cette foi vivifiante qui, dans l'Église, depuis les apôtres jusqu'à maintenant, s'est conservée et transmise dans la vérité.
Source: http://catholicapedia.net/Documents/saint_irenee-de-lyon/St.Irenee-de-Lyon_Traite-Contre-les-Heresies_Livre-3.pdf


Voici ce qu'il dit concernant la succession apostolique dans son Traité Contre les Hérésies, Livre IV:


Citation :
C'est pourquoi il faut écouter les presbytres qui sont dans l'Église : ils sont les successeurs des apôtres, ainsi que nous l'avons montré, et, avec la succession dans l'épiscopat, ils ont reçu le sûr charisme de la vérité selon le bon plaisir du Père. Quant à tous les autres, qui se séparent de la succession originelle, quelle que soit la façon dont ils tiennent leurs conventicules, il faut les regarder comme suspects : ce sont des hérétiques à l'esprit faussé, ou des schismatiques pleins d'orgueil et de suffisance, ou encore des hypocrites n'agissant que pour le lucre et la vaine gloire.
[...]
Ce sont de tels presbytres que nourrit l'Église. Le prophète a dit à leur sujet : « Je donnerai tes princes dans la paix et tes évêques dans la justice ». Et le Seigneur disait d'eux : « Quel sera le fidèle intendant, bon et sage, que le Seigneur établira sur les gens de sa maison pour leur donner la nourriture en temps voulu ? Heureux ce serviteur que le Seigneur, lors de sa venue, trouvera agissant de la sorte ! » Paul enseigne le lieu où on les trouvera : «Dieu, dit-il, a établi dans l'Église premièrement les apôtres, deuxièmement les prophètes, troisièmement les docteurs ». C'est en effet là où furent déposés les charismes de Dieu qu'il faut s'instruire de la vérité, c'est-à-dire auprès de ceux en qui se trouvent réunies la succession dans l'Église depuis les apôtres, l'intégrité inattaquable de la conduite et la pureté incorruptible de la parole. Ces hommes-là gardent notre foi au seul Dieu qui a créé toutes choses ; ils font croître notre amour envers le Fils de Dieu qui a accompli pour nous de si grandes "économies" ; enfin ils nous expliquent les Écritures en toute sûreté, sans blasphémer Dieu ni outrager les patriarches ni mépriser les prophètes.
[...]
à l'égard de l'Esprit de Dieu, qui procure la connaissance de la vérité, qui met les "économies" du Père et du Fils sous les yeux des hommes, selon chaque génération, comme le veut le Père, c'est une connaissance vraie, comportant : l'enseignement des apôtres ; l'organisme originel de l'Église répandu à travers le monde entier ; la marque distinctive du Corps du Christ, consistant dans la succession des évêques auxquels les apôtres remirent chaque Église locale ; parvenue jusqu'à nous, une conservation immuable des Écriture, impliquant trois choses : un compte intégral, sans addition ni soustraction, une lecture exempte de fraude et, en accord avec ces Écritures, une interprétation légitime, appropriée, exempte de danger et de blasphème;
[...]
Source: http://catholicapedia.net/Documents/saint_irenee-de-lyon/St.Irenee-de-Lyon_Traite-Contre-les-Heresies_Livre-4.pdf


Je vous conseil de lire le Catéchisme de l'Église sur cette question (qui bien sûr fournit les références bibliques) et Lumen Gentium (Vatican II) concernant la succession apostolique . J'en cite quelques passages:

Citation :
CEC
IV. L’Église est apostolique

857 L’Église est apostolique parce qu’elle est fondée sur les apôtres, et ceci en un triple sens :

– elle a été et demeure bâtie sur " le fondement des apôtres " (Ep 2, 20 ; Ap 21, 14), témoins choisis et envoyés en mission par le Christ lui-même (cf. Mt 28, 16-20 ; Ac 1, 8 ; 1 Co 9, 1 ; 15, 7-8 ; Ga 1, 1 ; etc.) ;

– elle garde et transmet, avec l’aide de l’Esprit qui habite en elle, l’enseignement (cf. Ac 2, 42), le bon dépôt, les saines paroles entendues des apôtres (cf. 2 Tm 1, 13-14) ;

– elle continue à être enseignée, sanctifiée et dirigée par les apôtres jusqu’au retour du Christ grâce à ceux qui leurs succèdent dans leur charge pastorale : le collège des évêques, " assisté par les prêtres, en union avec le successeur de Pierre, pasteur suprême de l’Église " (AG 5) :

Père éternel, tu n’abandonnes pas ton troupeau, mais tu le gardes par tes bienheureux apôtres sous ta constante protection. Tu le diriges encore par ces mêmes pasteurs qui continuent aujourd’hui l’œuvre de ton Fils (MR, Préface des apôtres).

La mission des apôtres

858 Jésus est l’Envoyé du Père. Dès le début de son ministère, il " appela à lui ceux qu’il voulut, et il en institua Douze pour être avec lui et pour les envoyer prêcher " (Mc 3, 13-14). Dès lors, ils seront ses " envoyés " (ce que signifie le mot grec apostoloi). En eux continue sa propre mission : " Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie " (Jn 20, 21 ; cf. 13, 20 ; 17, 18). Leur ministère est donc la continuation de sa propre mission : " Qui vous accueille, M’accueille ", dit-il aux Douze (Mt 10, 40 ; cf. Lc 10, 16).

859 Jésus les unit à sa mission reçue du Père : comme " le Fils ne peut rien faire de Lui-même " (Jn 5, 19. 30), mais reçoit tout du Père qui l’a envoyé, ainsi ceux que Jésus envoie ne peuvent rien faire sans Lui (cf. Jn 15, 5) de qui ils reçoivent le mandat de mission et le pouvoir de l’accomplir. Les apôtres du Christ savent donc qu’ils sont qualifiés par Dieu comme " ministres d’une alliance nouvelle " (2 Co 3, 6), " ministres de Dieu " (2 Co 6, 4), " en ambassade pour le Christ " (2 Co 5, 20), " serviteurs du Christ et dispensateurs des mystères de Dieu " (1 Co 4, 1).

860 Dans la charge des apôtres, il y a un aspect intransmissible : être les témoins choisis de la Résurrection du Seigneur et les fondements de l’Église. Mais il y a aussi un aspect permanent de leur charge. Le Christ leur a promis de rester avec eux jusqu’à la fin des temps (cf. Mt 28, 20). " La mission divine confiée par Jésus aux apôtres est destinée à durer jusqu’à la fin des siècles, étant donné que l’Évangile qu’ils doivent transmettre est pour l’Église principe de toute sa vie, pour toute la durée du temps. C’est pourquoi les apôtres prirent soin d’instituer (...) des successeurs " (LG 20).

Les évêques successeurs des apôtres

861 " Pour que la mission qui leur avait été confiée pût se continuer après leur mort, les apôtres donnèrent mandat, comme par testament, à leurs coopérateurs immédiats d’achever leur tâche et d’affermir l’œuvre commencée par eux, leur recommandant de prendre garde au troupeau dans lequel l’Esprit Saint les avait institués pour paître l’Église de Dieu. Ils instituèrent donc des hommes de ce genre, et disposèrent par la suite qu’après leur mort d’autres hommes éprouvés recueilleraient leur ministère " (LG 20 ; cf. S. Clément de Rome, Cor. 42 ; 44).

862 " De même que la charge confiée personnellement par le Seigneur à Pierre, le premier des apôtres, et destinée à être transmise à ses successeurs, constitue une charge permanente, permanente est également la charge confiée aux apôtres d’être les pasteurs de l’Église, charge dont l’ordre sacré des évêques doit assurer la pérennité ". C’est pourquoi l’Église enseigne que " les évêques, en vertu de l’institution divine, succèdent aux apôtres, comme pasteurs de l’Église, en sorte que, qui les écoute, écoute le Christ, qui les rejette, rejette le Christ et celui qui a envoyé le Christ " (LG 20).

L’apostolat

863 Toute l’Église est apostolique en tant qu’elle demeure, à travers les successeurs de S. Pierre et des apôtres, en communion de foi et de vie avec son origine. Toute l’Église est apostolique en tant qu’elle est " envoyée " dans le monde entier ; tous les membres de l’Église, toutefois de diverses manières, ont part à cet envoi. " La vocation chrétienne est aussi par nature vocation à l’apostolat ". On appelle " apostolat " " toute activité du Corps mystique " qui tend à " étendre le règne du Christ à toute la terre " (AA 2).

864 " Le Christ envoyé par le Père étant la source et l’origine de tout l’apostolat de l’Église ", il est évident que la fécondité de l’apostolat, celui des ministres ordonnés comme celui des laïcs, dépend de leur union vitale avec le Christ (cf. Jn 15, 5 ; AA 5). Selon les vocations, les appels du temps, les dons variés du Saint-Esprit, l’apostolat prend les formes les plus diverses. Mais c’est toujours la charité, puisée surtout dans l’Eucharistie, " qui est comme l’âme de tout apostolat " (AA 3).

865 L’Église est une, sainte, catholique et apostolique dans son identité profonde et ultime, parce que c’est en elle qu’existe déjà et sera accompli à la fin des temps " le Royaume des cieux ", " le Règne de Dieu " (cf. Ap 19, 6), advenu dans la Personne du Christ et grandissant mystérieusement au cœur de ceux qui Lui sont incorporés, jusqu’à sa pleine manifestation eschatologique. Alors tous les hommes rachetés par Lui, rendus en lui " saints et immaculés en présence de Dieu dans l’Amour " (cf. Ep 1, 4), seront rassemblés comme l’unique Peuple de Dieu, " l’Épouse de l’Agneau " (Ap 21, 9), " la Cité Sainte descendant du Ciel, de chez Dieu, avec en elle la Gloire de Dieu " (Ap 21, 10-11) ; et " le rempart de la ville repose sur les douze assises portant chacune le nom de l’un des douze apôtres de l’Agneau " (Ap 21, 14).

Source: http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P23.HTM


Lisez aussi le texte lumineux de Vatican II, Constitution Lumen Gentium (voire aussi les notes de bas de page pour les références à la Tradition, l'Écriture et la patristique)

Citation :

Lumen Gentium (Vatican II)

20. Les évêques, successeurs des Apôtres

La mission divine confiée par le Christ aux Apôtres est destinée à durer jusqu’à la fin des siècles (cf. Mt 28, 20), étant donné que l’Évangile qu’ils doivent transmettre est pour l’Église principe de toute sa vie, pour toute la durée du temps. C’est pourquoi les Apôtres prirent soin d’instituer, dans cette société hiérarchiquement ordonnée, des successeurs.

En effet, ils n’eurent pas seulement pour leur ministère des auxiliaires divers [40], mais, pour que la mission qui leur avait été confiée pût se continuer après leur mort, ils donnèrent mandat, comme par testament, à leurs coopérateurs immédiats d’achever leur tâche et d’affermir l’œuvre commencée par eux [41], leur recommandant de prendre garde à tout le troupeau dans lequel l’Esprit Saint les avait institués pour paître l’Église de Dieu (cf. Ac 20, 28). Ils instituèrent donc des hommes, de ce genre, leur donnant pour la suite charge d’ordonner qu’après leur mort des hommes éprouvés recueillent leur ministère [42]. Parmi les différents ministères qui s’exercent dans l’Église depuis les premiers temps, la première place, au témoignage de la Tradition, appartient à la fonction de ceux qui, établis dans l’épiscopat, dont la ligne se continue depuis les origines [43], sont les instruments* de transmission de la semence apostolique [44]. Ainsi, selon le témoignage de saint Irénée, c’est la Tradition apostolique qui se manifeste [45] et se conserve dans le monde entier par ceux que les Apôtres ont faits évêques et par leurs successeurs jusqu’à nous [46].

Ainsi donc, les évêques ont reçu, pour l’exercer avec l’aide des prêtres et des diacres, le ministère de la communauté [47]. Ils président à la place de Dieu le troupeau [48], dont ils sont les pasteurs, par le magistère doctrinal, le sacerdoce du culte sacré, le ministère du gouvernement [49]. De même que la charge confiée personnellement par le Seigneur à Pierre, le premier des Apôtres, et destinée à être transmise à ses successeurs, constitue une charge permanente, permanente est également la charge confiée aux Apôtres d’être les pasteurs de l’Église, charge à exercer sans interruption par l’ordre sacré des évêques [50]. C’est pourquoi le saint Concile enseigne que les évêques, en vertu de l’institution divine, succèdent aux Apôtres [51], comme pasteurs de l’Église, en sorte que, qui les écoute, écoute le Christ, qui les rejette, rejette le Christ et celui qui a envoyé le Christ (cf. Lc 10, 16) [52].

Source: http://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_const_19641121_lumen-gentium_fr.html#_ftn40

Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28504
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 13:25

Saint Clément de Rome a écrit:
XLII, 1. Les Apôtres nous ont annoncé la bonne nouvelle de la part de Jésus-Christ. Jésus-Christ a été envoyé par Dieu. 2. Le Christ vient donc de Dieu et les Apôtres du Christ. Cette double mission elle-même, avec son ordre, vient donc de la volonté de Dieu. 3. Munis des instructions de Notre Seigneur Jésus-Christ, pleinement convaincus par sa résurrection, et affermis dans leur foi en la parole de Dieu, les Apôtres allaient, tout remplis de l'assurance que donne le Saint-Esprit, annoncer partout la bonne nouvelle de la venue du Royaume des cieux. 4. A travers les campagnes et les villes, ils proclamaient la parole, et c'est ainsi qu'ils prirent leurs prémices ; et après avoir éprouvé quel était leur esprit, ils les établirent évêques et diacres des futurs croyants. 5. Et ce n'était pas là chose nouvelle : depuis de longs siècles déjà l'Écriture parlait des évêques et des diacres ; elle dit en effet: " J'établirai leurs évêques dans la justice, et les diacres dans la foi" (Is 60, 17),

[...]

XLIV, 1. Nos Apôtres aussi ont su qu'il y aurait des contestations au sujet de la dignité de l'épiscopat ; 2. c'est pourquoi, sachant très bien ce qui allait advenir, ils instituèrent les ministres que nous avons dit et posèrent ensuite la règle qu'à leur mort d'autres hommes éprouvés succéderaient à leurs fonctions.
3. Ceux qui ont ainsi reçu leur charge des Apôtres, ou, plus tard, d'autres personnages éminents, avec l'assentiment de toute l'Église, s ils ont servi le troupeau du Christ d'une façon irréprochable, en toute humilité, sans trouble ni mesquinerie, si tous ont rendu un bon témoignage depuis longtemps, nous pensons que ce serait contraire à la justice de les rejeter de leur ministère. 4. Et ce ne serait pas une petite faute de déposer de l'épiscopat des hommes qui présentent à Dieu les offrandes avec une piété irréprochable.
5. Heureux les presbytres qui ont déjà parcouru leur carrière ! Pour ceux-ci du moins, elle s'est déroulée jusqu'au bout et a rapporté son fruit. Ils n'auront plus à craindre qu'on vienne les chasser du poste qui leur a été assigné. 6. Car nous voyons que vous avez retiré à plus d'un bon presbytre un ministère qu'il exerçait d'une manière irréprochable et qui lui valait l'estime de tous.
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3921
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 14:29

1) 5 articles extrait des livres sur la succession apostolique

http://v.i.v.free.fr/spip/spip.php?rubrique103

2) - Un livre en consultation libre sur la succession apostolique dans le nouveau testament :

http://www.clerus.org/clerus/dati/2001-09/14-13/SuccApost.html

- Un article sur la succession apostolique dans le NV :

http://v.i.v.free.fr/pvkto/succession-apostolique.html

3) Un article sur la succession apostolique avec bcq d'extrait de Benoit xvi :

http://eucharistiemisericor.free.fr/index.php?page=0806084_tradition_succession

4) La succession apostolique chez st Irenée

http://christus-web.com/les-successions-episcopales/

5) Un numero payant (12€) de communion sur la succession apostolique :

http://www.communio.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=318&Itemid=917


Avec ça tu as de quoi te faire une petite idée
Revenir en haut Aller en bas
fredsinam



Messages : 3921
Inscription : 30/11/2008

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 14:38

Voici une serie de cours donnés au college des bernardins certains sont en libre telechargement d'autres on ne peut que les écouter sur le site . Dans les cours il y en a bcq sur les pères de l'Eglise

http://www.collegedesbernardins.fr/index.php/formation/cours-audio/cours-telechargeables-ou-en-ecoute.html?audio_category=section
Revenir en haut Aller en bas
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Jeu 17 Nov 2011, 17:19

Merci à chacun de vous pour votre contribution. A vrai dire, j'avais déjà ma petite idée sur la question, mais il est toujours nécessaire de la consolider et de la confronter à d'autres approches. AInsi, j'ai commencé par prendre connaissance des arguments qui sont proposés par les détracteurs de la succession apostolique et j'ai trouvé leurs arguments inconsistants à la lumière du témoignage biblique et des pères apostoliques. A mon sens, il ne fait aucun doute, et les témoignages historiques le confirment, qu'il y a effectivement eut une succession apostolique. En effet, le Nouveau Testament témoigne sans ambiguité du fait que le Christ a transmis Son autorité aux apôtres, dont Pierre fut une figure éminente. C'est une évidence difficile à contester. Néanmoins, je me suis fait la réflexion suivante. Est-il possible et plausible que les apôtre, après avoir obéient aux ordres du Christ et avoir continués Sa mission comme Il le leur avait demandé, n'aient pas eut la prévoyance d'instruire et de former des hommes dans la foi et de leur transmettre l'autorité qu'ils avaient eux-mêmes reçues du Christ afin qu'ils gouvernent l'Eglise après leurs morts ? Est-ce-que la thèse protestante, qui consiste à dire que seule l'autorité du Christ est infaillible tandis que l'autorité de l'Eglise serait toute humaine et relative, est recevable ? Ma conclusion est négative car si l'approche protestante de l’autorité était exacte, c’est-à-dire si l’autorité du Christ serait la seule fiable et infaillible, et que par la suite elle serait dégressive, alors on jette automatiquement la suspiçion sur les écrits du Nouveau Testament qui ont tous été rédigés ou inspirés par les apôtres. En effet, cela signifierait que Jésus aurait transmis aux apôtres une autorité humaine et relative, et que par conséquent, les textes qu'ils ont rédigés ou inspirés deviennent automatiquement eux aussi tout humain et tout relatif. En tout cas, je ne vois pas d’autre alternative possible. En relativisant l'autorité de l'Eglise on relativise du même coup l'autorité des textes sacrés salut
Revenir en haut Aller en bas
Rex T.



Masculin Messages : 655
Inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 00:44

bigsam68 a écrit:
Néanmoins, je me suis fait la réflexion suivante. Est-il possible et plausible que les apôtre, après avoir obéient aux ordres du Christ et avoir continués Sa mission comme Il le leur avait demandé, n'aient pas eut la prévoyance d'instruire et de former des hommes dans la foi et de leur transmettre l'autorité qu'ils avaient eux-mêmes reçues du Christ afin qu'ils gouvernent l'Eglise après leurs morts ? Est-ce-que la thèse protestante, qui consiste à dire que seule l'autorité du Christ est infaillible tandis que l'autorité de l'Eglise serait toute humaine et relative, est recevable ? Ma conclusion est négative car si l'approche protestante de l’autorité était exacte, c’est-à-dire si l’autorité du Christ serait la seule fiable et infaillible, et que par la suite elle serait dégressive, alors on jette automatiquement la suspiçion sur les écrits du Nouveau Testament qui ont tous été rédigés ou inspirés par les apôtres. En effet, cela signifierait que Jésus aurait transmis aux apôtres une autorité humaine et relative, et que par conséquent, les textes qu'ils ont rédigés ou inspirés deviennent automatiquement eux aussi tout humain et tout relatif. En tout cas, je ne vois pas d’autre alternative possible. En relativisant l'autorité de l'Eglise on relativise du même coup l'autorité des textes sacrés salut

Belle réflexion. Vous savez, quand on devient shismatique, on relativise tout...même les textes bibliques les plus explicites...


Revenir en haut Aller en bas
petero



Masculin Messages : 8227
Inscription : 01/01/2007

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 06:56

bigsam68 a écrit:
Bonjour à tous,

Je m'intéresse actuellement à la question de la succession apostolique dans la Bible et chez les pères de l'Eglise. Avons-nous des témoignages historiques qui démontrent qu'il y a bien eut une succession apostolique et si oui lesquels ? N'hésitez surtout pas à me présenter les textes j'en suis très avide et si vous avez des ouvrages ou des enseignements à me recommander afin que je puisse prolonger ma réflexion sur ce thème qui me paraît tout à fait déterminant dans la compréhension de l'Eglise je suis preneur. Je présume que Arnaud a certainement réalisée une vidéo sur ce sujet je vais peut-être commencé par fouiner de ce côté Mr. Green

La succession apostolique, c'est Jésus qui l'a institué. Le premier à avoir été Apôtre c'est le Christ, car l'Apôtre c'est "l'envoyé". Jésus est l'Apôtre du Père et les 12 sont les Apôtres que Jésus s'était choisi.

Que fait Jésus avant de partir ? Il impose les mains à ses Apôtres, leur transmettant la charge de baptiser en son Nom, de remettre les péchés en son Nom, d'enseigner toutes les nations en son Nom. Et cette charge, cette part dans le ministère de Jésus, que Jésus a transmis à ses Apôtres, elle va être de suite transmise à un successeur, à quelqu'un qui va assumé cette charge particulière. C'est ce que font les Apôtres avec le ministère que Judas avait reçu du Christ. Ils le transmettent à un disciple qui va devenir avec eux, ministre du Christ ; un disciple qui va succéder dans le ministère que Judas avait reçu du Christ.

Il ne fait donc aucun doute que les Apôtres ont fait du ministère de Judas, ils l'ont fait du ministère de Pierre ; tout comme ces mêmes Apôtres, pour se faire aider, ont fait ce que Jésus a fait ; il ont partagés leur ministère en ordonnant par exemple les diacres pour les aider dans leur mission, puis des presbytres.

Pour les protestant, c'est la Bible qui a pris la succession des Apôtres.

Petero
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 07:16

De plus, dès le vivant des Apôtres, la succession commence à leur mort :

Citation :

Actes 1, 22 en commençant au baptême de Jean jusqu'au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection."
Actes 1, 23 On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.
Actes 1, 24 Alors ils firent cette prière : "Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi
Actes 1, 25 pour occuper, dans le ministère de l'apostolat, la place qu'a délaissée Judas pour s'en aller à sa place à lui."

C'est même le premier actes des Apôtres.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
bigsam68



Masculin Messages : 1218
Inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 14:18

Arnaud Dumouch a écrit:
De plus, dès le vivant des Apôtres, la succession commence à leur mort :

Citation :

Actes 1, 22 en commençant au baptême de Jean jusqu'au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection."
Actes 1, 23 On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.
Actes 1, 24 Alors ils firent cette prière : "Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi
Actes 1, 25 pour occuper, dans le ministère de l'apostolat, la place qu'a délaissée Judas pour s'en aller à sa place à lui."

C'est même le premier actes des Apôtres.

D'accord et ou insérez-vous Saint Paul qui fut reconnu et désigné comme un apôtre de Jésus-Christ sans avoir ni connu le Seigneur durant son pèlerinage terrestre et sans avoir été mandaté par les douze, mais directement après avoir reçu une révélation sur la route de Damas.
Revenir en haut Aller en bas
giacomorocca



Masculin Messages : 1300
Inscription : 20/08/2010

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 15:03

bigsam68 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
De plus, dès le vivant des Apôtres, la succession commence à leur mort :

Citation :

Actes 1, 22 en commençant au baptême de Jean jusqu'au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection."
Actes 1, 23 On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.
Actes 1, 24 Alors ils firent cette prière : "Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi
Actes 1, 25 pour occuper, dans le ministère de l'apostolat, la place qu'a délaissée Judas pour s'en aller à sa place à lui."

C'est même le premier actes des Apôtres.

D'accord et ou insérez-vous Saint Paul qui fut reconnu et désigné comme un apôtre de Jésus-Christ sans avoir ni connu le Seigneur durant son pèlerinage terrestre et sans avoir été mandaté par les douze, mais directement après avoir reçu une révélation sur la route de Damas.

Saint-Paul connu le Christ sur le chemin de Damas et a reçu sa mission directement du Christ comme les autres apôtres:

Actes 18, 3-16
3. Et c’est en allant, il approche de Damas.
Soudain brille autour de lui et l’enveloppe une lumière venue du ciel.
4. Il tombe à terre. Il entend une voix lui parler:
« Shaoul, Shaoul, pourquoi me persécutes-tu ? »
5. Il dit: « Qui es-tu, Adôn ? »
Et lui: « Moi, je suis Iéshoua‘, que, toi, tu persécutes.
6. Mais lève-toi, entre en ville. Il te sera dit ce que tu devras faire. »
7. Les hommes qui vont avec lui s’arrêtent, muets:
ils entendent bien la voix mais ne voient personne.
8. Shaoul se réveille de terre. Les yeux ouverts, il ne voit rien.
Ils l’amènent par la main et le font entrer à Damas.
9. Il est trois jours sans voir; il ne mange ni ne boit.
10. Or, il est un adepte à Damas du nom de Hananyah.
L’Adôn lui dit dans une vision: « Hananyah ! »
Il dit: « Me voici, Adôn. »
11. L’Adôn lui dit: « Lève-toi. Va dans la rue appelée Droite.
Demande, dans la maison de Iehouda, un nommé Shaoul, de Tarse.
Oui, voici, il prie. »
12. Et il voit, en vision, un homme du nom de Hananyah
qui entre, impose sur lui ses mains pour qu’il puisse voir de nouveau.
13. Hananyah répond:
« Adôn, j’ai entendu plusieurs dire sur cet homme
combien de mal il a fait à tes consacrés à Ieroushalaîm.
14. Ici aussi, il a autorité, par les grands desservants,
pour lier tous ceux qui invoquent ton nom. »
15. Mais l’Adôn lui dit: « Va: il est pour moi un instrument de choix,
pour porter mon nom en face des goîm, des rois,
et en face des Benéi Israël.
16. Oui, je lui montrerai moi-même
combien il devra souffrir pour mon nom. »
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80848
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: La succession apostolique est-elle une réalité historique ?   Ven 18 Nov 2011, 17:47

bigsam68 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
De plus, dès le vivant des Apôtres, la succession commence à leur mort :

Citation :

Actes 1, 22 en commençant au baptême de Jean jusqu'au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection."
Actes 1, 23 On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias.
Actes 1, 24 Alors ils firent cette prière : "Toi, Seigneur, qui connais le coeur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi
Actes 1, 25 pour occuper, dans le ministère de l'apostolat, la place qu'a délaissée Judas pour s'en aller à sa place à lui."

C'est même le premier actes des Apôtres.

D'accord et ou insérez-vous Saint Paul qui fut reconnu et désigné comme un apôtre de Jésus-Christ sans avoir ni connu le Seigneur durant son pèlerinage terrestre et sans avoir été mandaté par les douze, mais directement après avoir reçu une révélation sur la route de Damas.

Saint Paul est sans doute reconnu par les autres Apôtres comme Apôtre et, du coup, il se présente lui-même comme tel dans ses épîtres :
Citation :

1, 1 Paul, apôtre du Christ Jésus, par la volonté de Dieu, aux saints et fidèles dans le Christ Jésus.
Ephésiens 1, 2 A vous grâce et paix de par Dieu notre Père et le Seigneur Jésus Christ.


_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
 
La succession apostolique est-elle une réalité historique ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La succession apostolique
» Benoît XVI excommunie l'archevêque Emmanuel Milingo
» Question à l'abbé Zins : SÉDÉVACANTISME
» D'où viens-tu ?
» La licéité du Sacre épiscopale de Mgr Guérard des Lauriers et de ceux qu'il a conférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Théologie catholique ╬-
Sauter vers: