DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 l'héritage eugéniste et nazi du Planning Familial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
julia



Messages : 3743
Inscription : 12/04/2009

MessageSujet: l'héritage eugéniste et nazi du Planning Familial   Ven 04 Nov 2011, 16:39

En France, quand on écoute les gens, on entend parler du "planning". Le "planning" semble faire partie des institutions acceptées et officielles.

Pourtant, quand on y regarde de plus près, on fait des découvertes troublantes.


Le planning, c'est en France le MFPF (Mouvement Français pour le Planning Familial) ; il s'agit bien d'un mouvement militant.
En 1973-74, dans les premiers numéros de "Libération", alors journal ouvertement d'extrême gauche, on retrouve le Planning dans toutes les campagnes de l'extrême gauche, signataire de multiples pétitions, et derrière notamment toute la campagne visant à imposer l'avortement.


C'est à la même époque et dans les mêmes milieux d'extrême gauche qu'on retrouve la promotion de Wilhelm Reich, théoricien communiste de la révolution sexuelle, et Le Petit Livre Rouge du Lycéen dans lequel, entre les recettes pour fumer du haschisch et de la marijuana, on trouve les recettes pour pratiquer une sexualité tous azimuts hors des liens honnis du mariage, avec tout le boniment contraceptif.


Aujourd'hui l'extrême gauche de cette époque est installée dans les instances du pouvoir politique et dans les médias.
Ses idées, jadis farfelues et extrémistes, sont répandues dans les médias ordinaires, comme étant la normalité ; c'est ainsi que le "planning" est maintenant reconnu comme une institution utile à la société et respectable dans ses fondements.


Cependant cette observation sur un passé récent n'est que la partie émergée de l'iceberg.
Pour bien comprendre la nature du "planning familial", il faut remonter au début du XXème siècle, notamment à sa célèbre et honorée fondatrice, Margaret Sanger, qu'un homme comme Baulieu, le promoteur du RU 486, révère à la télévision.


La création du "planning" en France, dans les années 50, est rapportée dans le chapitre "Une histoire de femme...". Nous nous attacherons ici à l'étude de la fondatrice aux États-Unis du mouvement et de son esprit. Nous utiliserons donc plus volontiers les termes P.P.F.A. (Planned Parenthood Federation of America, Fédération américaine pour la parenté planifiée) et I.P.P.F. (International Planned Parenthood Federation, Fédération internationale pour la parenté planifiée).


La P.P.F.A. a été créée en 1942, année de lancement de la Solution Finale en Allemagne nazie , ce qui n'est pas une coïncidence.


L'I.P.P.F. est créée en 1952 et regroupe toutes les associations de planning du même esprit ; dont le M.P.P.F. en France.


En réalité la P.P.F.A. n'est pas née en 1942. Elle n'est que la continuation de l'A.B.C.L. (Ligue américaine pour le contrôle des naissances)(6) fondée en 1919 par la même Margaret Sanger. [De même l'I.P.P.F. reprenait à Londres les locaux de la Eugenist Society].


Portrait de Margaret Sanger


Il ne s'agit pas d'une quelconque suffragette mais d'une femme intelligente, toute orientée vers le mal, un génie satanique, à l'origine, et de nos jours encore, de massacres à l'échelle industrielle ; est-ce en raison de son appartenance rosicrucienne ?(7)


Une socialiste révolutionnaire


Sanger était formée auprès de socialistes révolutionnaires comme Eugène Debs, Emma Goldman (agitatrice féministe), Francisco Ferrer etc. dont la "théologie" se fonde sur les écrits de Ellen Key, féministe suédoise, sur Nietzsche avec sa moralité subjective (éthique situationniste, dirions-nous aujourd'hui), et sur l'eugénisme.
Pour elle, "le lit du mariage est l'influence la plus délétère de l'ordre social", la maternité un esclavage, et la sexualité hors mariage un must.

Elle détruisit son premier mariage dans son premier adultère avec le sexologue Havelock Ellis.


Pour elle et le mouvement, pas de Dieu ; c'est l'État, principe suprême, qui décide en dehors de toute considération de morale intangible.
Il faut détruire la famille, vue comme une "institution bourgeoise", pour la remplacer par un contrôle étatique de la reproduction et de l'éducation, le Lebensborn.
Ainsi l'État peut exercer son contrôle sur la "production" des individus du futur, tant au plan quantitatif que "qualitatif" (8).


L'idée raciste et eugéniste


La doctrine eugéniste de Francis Galton donna naissance à une pensée fort à la mode au début du siècle, des années 1920 à 1940. Une chaire d'eugénisme fut créée à l'université de Londres dès 1904. L'adhésion à l'eugénisme se répandit alors très rapidement dans les milieux universitaires, particulièrement en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis.


Une des motivations principales de Margaret Sanger, tout au long de sa vie, fut l'obsession du retour à la "sélection naturelle" des populations qui vivaient dans les taudis et "qui à cause de leur nature animale se reproduisaient comme des lapins et outrepasseraient bientôt les limites de leur taudis ou de leur pays, et contamineraient alors les meilleurs éléments de la société avec des maladies et des gènes inférieurs" (9).

"L'acte le plus charitable qu'une famille nombreuse puisse faire pour l'un de ses enfants en bas âge, c'est de le tuer"(1920).

"Les services de maternité pour les femmes des taudis sont nuisibles à la société et à la race. La charité ne fera que prolonger la misère des inaptes"(1922).


"Aucune femme et aucun homme n'aura le droit de devenir parents sans un permis de parenté"(1934).


La politique raciste


Dans la Revue pour le contrôle des naissances (10), Sanger écrivit en mai 1919 : "Plus de naissances chez les personnes aptes et moins chez les inaptes ' voilà le but principal du contrôle des naissances". Le numéro de novembre 1921 portait en manchette : "Le contrôle des naissances, pour créer une race de pur-sangs !".


Les liens entre le mouvement eugéniste et le mouvement de "birth control" sont nombreux, et visibles jusqu'en 1942. Margaret Sanger l'explique :


"Le contrôle des naissances, qui a été critiqué comme étant négatif et destructif, est vraiment la plus grande et authentique méthode eugénique et son intégration au programme de l'Eugénique donne immédiatement un pouvoir concret et réaliste à cette science. En fait, le contrôle des naissances a déjà été accepté par les plus lucides et les plus clairvoyants des eugénistes eux-mêmes, comme la plus constructive et la plus nécessaire des mesures de la santé raciale"(11).


"Avant que les eugénistes et tout ceux qui travaillent à l'amélioration de la race puissent réussir, ils doivent d'abord faciliter le contrôle des naissances. Tout comme les promoteurs du contrôle des naissances, les eugénistes, par exemple, cherchent à porter assistance à la race par l'élimination des inaptes. Tous deux poursuivent le même but mais insistent sur des méthodes différentes"(12).


Le soutien aux nazis


La Revue pour le contrôle des naissances fourmillait d'écrits élitistes émanant des eugénistes les plus renommés et respectés (scientifiques, médecins, psychologues).


L'un d'eux, le Dr Lothrop Stoddart, diplômé de Harvard, directeur à la Ligue américaine pour le contrôle des naissances, écrivit en 1940 un livre(13) dont le chapitre intitulé "Au tribunal eugénique" exprimait son admiration pour la façon dont les Allemands purifiaient leur race par la stérilisation des inaptes : "La loi de stérilisation extirpe les plus mauvais traits génétiques de la race germanique d'une manière scientifique et vraiment humanitaire".

Dans l'éditorial de la Revue pour le contrôle des naissances en avril 1932, on trouve un "Plan pour la paix" et parmi les mesures préconisées :


"Appliquer une politique sérieuse et ferme de stérilisation et de ségrégation à cette fraction de la société... dont l'héritage est tel qu'ils peuvent transmettre des traits contestables à leur descendance.

Préparer des terrains agricoles et des bâtiments pour ces personnes mises de côté, où on leur apprendrait à travailler, sous la supervision d'instructeurs compétents, pour le restant de leur vie".


C'est le projet de camp de concentration !
Quelle différence y a-t-il avec ce texte de la même époque : "Ceux qui sont physiquement et mentalement en mauvaise santé ne doivent pas perpétuer leurs souffrances dans les corps de leurs enfants. L'État doit placer la race au centre de toute la vie" ? Seul l'auteur est différent : c'est Adolf Hitler dans Mein Kampf. C'est d'ailleurs le régime nazi qui légalisa et encouragea la contraception et l'avortement des Juifs et des Slaves, considérés comme des races inférieures.


Il n'y a donc rien d'étonnant à ce qu'une connivence se soit établie entre le mouvement du "birth control" et les nazis.
Cette connexion apparaît encore plus clairement dans des articles de la Revue pour le contrôle des naissances : en 1933, "La stérilisation eugénique : un besoin urgent" de Ernst Rüdin, directeur de la stérilisation génétique sous Hitler, puis fondateur de la Société Nationale-Socialiste pour l'hygiène raciale ; toujours en 1933, "La stérilisation sélective" de Léon Whitney, qui loue et défend la politique raciale du IIIème Reich.


Dans le numéro de novembre 1939 de la Revue pour le contrôle des naissances paraît une étude comparative des politiques de contrôle des naissances de l'Italie et de l'Allemagne(14) qui approuve le programme allemand, car il a été "bien plus soigneusement mené. Le besoin de qualité aussi bien que de quantité y est reconnu".


Harry Laughlin, un des militants les plus actifs dans la Ligue américaine pour le contrôle des naissances, est l'auteur d'une loi-cadre de stérilisation eugénique qui fut directement adoptée par Hitler et valut à Laughlin le titre de Docteur Honoris Causa de la Faculté de Médecine de l'Université de Heidelberg, alors centre du racisme "scientifique".


Il y a d'autres relations de ce genre, et encore aujourd'hui, avec des mouvements racistes pour la suprématie blanche.


Une stratégie peut en cacher une autre


Aujourd'hui, ce racisme agit toujours au planning familial, mais de façon cachée :


Acte I : le "Projet Négro" de 1939 qui s'inquiétait de ce que "La masse des nègres, particulièrement dans le Sud, continue désastreusement de se reproduire sans frein, le résultat en est que cette croissance parmi les nègres vient de la fraction la moins intelligente et apte, plus encore que parmi les blancs". La proposition était faite(15) d'embaucher trois ou quatre pasteurs noirs, avec une bonne expérience du travail social et des facilités de communication, pour sillonner le Sud en prêchant le contrôle des naissances(16). Ainsi la motivation raciste serait cachée derrière une motivation religieuse.


Acte II : aujourd'hui les noirs représentent 11% de la population des États-Unis, et de 32 à 43% des avortements(17). Est-ce une "coïncidence" ?


Parfois les intentions transparaissent : "Chaque pays aura à décider sa propre forme de coercition, et devra déterminer quand et comment elle devrait être employée. A présent, les moyens sont la stérilisation et l'avortement obligatoires. Peut-être un jour sera-t-il possible d'imposer un contrôle des naissances" (18). Malheureusement quelquefois elles se traduisent en actes : l'avortement forcé en Chine socialiste(19) en est l'exemple.


Le génie du marketing


Sur les conseils d'un consultant en relations publiques, le mouvement se résigna à abandonner le vocable de "contrôle des naissances". La Ligue américaine pour le contrôle des naissances, désormais dénommée, en 1939, Fédération américaine pour le contrôle des naissances(20) devint la Fédération américaine pour le planning familial(21), car l'opinion américaine commençait à s'émouvoir des camps de concentration et de l'antisémitisme, et abandonna ses diatribes eugénistes, racistes, antisémites et révolutionnaires qu'elle remplaça par un nouveau projet :


campagne d'affiliation de groupes locaux et de recrutement massif à la base ;

lancement d'une campagne de propagande pour les classes moyennes, basée sur le patriotisme et les valeurs familiales(22) ;

offensive pour s'allier les groupes d'influence : corps médical, clergé, travailleurs sociaux, enseignants...;

invention du mythe de la "surpopulation"(23).

Rapidement cette stratégie lui acquit, ainsi qu'au planning familial, l'admiration et le respect de presque tout le pays, et notamment de toutes les personnes impliquées dans les services sociaux.


Il n'est pas étonnant alors, dans les années 50, de voir les Églises Méthodistes(24) promouvoir le stérilet, instrument abortif, alors qu'avant 1930 toutes les Églises étaient contre la contraception(25).


Le champ du planning s'étend d'une manière rapide : il s'agit d'exploiter les vices d'une humanité déchue: la recherche de la facilité, la peur de prendre des responsabilités.


La subversion


Dès le début, Margaret Sanger s'engagea dans des relations sexuelles illicites(26), qu'elle considéra comme conformes à la nouvelle morale qu'elle voulait instaurer. Aujourd'hui encore, le planning encourage la promiscuité sexuelle et l'homosexualité ; il dispose de plusieurs outils à cet effet :


l'éducation sexuelle dans les écoles ;

les cliniques basées dans les écoles, distribuant des "contraceptifs" et pratiquant des avortements sans le consentement parental ;

la distribution gratuite de préservatifs et de pilules... pour prévenir le SIDA !

Le moyen le plus utilisé pour masquer la sordide réalité, c'est d'utiliser des termes reconnus comme "positifs" et même des valeurs chrétiennes, associés à un langage dégradant. Exemples :


la promiscuité sexuelle devient la LIBERTÉ sexuelle,

la maîtrise de soi devient du REFOULEMENT sexuel,

les homosexuels deviennent une MINORITÉ OPPRIMÉE, et l'homosexualité une manifestation de la DIVERSITÉ,

l'abstinence devient la MISÈRE sexuelle,

l'avortement (meurtre d'un enfant) devient le DROIT de la femme, un CHOIX MORAL,
l'élimination des improductifs devient la mort dans la DIGNITÉ, ou un homicide par COMPASSION,

le poison RU 486 devient la propriété MORALE des femmes
,

etc.


Récolter l'argent public


Margaret Sanger a toujours su prendre l'argent où il se trouvait : son premier mari était un bourgeois aisé, son second mari un riche industriel (Noah Slee, patron de l'huile "Trois-en-Un", voir photo de couverture) qui devint le donateur principal des campagnes de sa femme.


Elle réussit même à subvertir des fondations anciennement chrétiennes comme les fondations Mellon, Rockefeller, Ford... Leur argent servit à blanchir sa réputation de raciste et à ouvrir des portes à Washington pour libéraliser la contraception et amorcer des pompes à argent public : chaque dollar privé recueilli se multiplie en finançant des lobbyistes et des collecteurs de fonds.




--------------------------------------------------------------------------------

Revenir en haut Aller en bas
 
l'héritage eugéniste et nazi du Planning Familial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel pour sauver la médecine prénatale de la dérive eugéniste
» Héritage d'objets religieux catholiques
» Sites d'éveil et de jeux (Les jeux d'Eugénie et quelques autres...)
» Héritage minéraux, demande de renseignements
» Allende, la face cachée : antisémitisme et eugénisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: