DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Concile de Laodicée en 364

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
saint Zibou



Masculin Messages : 9442
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Concile de Laodicée en 364   Mer 03 Mai 2006, 10:36

THE COUNCIL OF LAODICEA IN PHRYGIA PACATIANA 364 A.D.
What are the lost books of the Bible? They were texts and letters suppressed by early "Church Fathers". There was an important historical event, back in the 4th century. It is called the Council of Laodicea. It changed history two significant ways. At this council they determined what would and would not be considered canon. They decided what would and would not be included in the Bible or read at church. (Canon #60.)
CANON LX.

THESE are all the books of Old Testament appointed to be read: 1, Genesis of the world; 2, The Exodus from Egypt; 3, Leviticus; 4, Numbers; 5, Deuteronomy; 6, Joshua, the son of Nun; 7, Judges, Ruth; 8, Esther; 9, Of the Kings, First and Second; 10, Of the Kings, Third and Fourth; 11, Chronicles, First and Second; 12, Esdras, First and Second; 13, The Book of Psalms; 14, The Proverbs of Solomon; 15, Ecclesiastes; 16, The Song of Songs;17, Job; 18, The Twelve Prophets; 19, Isaiah; 20, Jeremiah, and Baruch, the Lamentations, and the Epistle; 21, Ezekiel; 22, Daniel.

And these are the books of the New Testament: Four Gospels, according to Matthew, Mark, Luke and John; The Acts of the Apostles; Seven Catholic Epistles, to wit, one of James, two of Peter, three of John, one of Jude; Fourteen Epistles of Paul, one to the Romans, two to the Corinthians, one to the Galatians, one to the Ephesians, one to the Philippians, one to the Colossians, two to the Thessalonians, one to the Hebrews, two to Timothy, one to Titus, and one to Philemon.

CANON LIX.

No psalms composed by private individuals nor any uncanonical books may be read in the church, but only the Canonical Books of the Old and New Testaments.


CANON LX.

THESE are all the books of Old Testament appointed to be read: 1, Genesis of the world; 2, The Exodus from Egypt; 3, Leviticus; 4, Numbers; 5, Deuteronomy; 6, Joshua, the son of Nun; 7, Judges, Ruth; 8, Esther; 9, Of the Kings, First and Second; 10, Of the Kings, Third and Fourth; 11, Chronicles, First and Second; 12, Esdras, First and Second; 13, The Book of Psalms; 14, The Proverbs of Solomon; 15, Ecclesiastes; 16, The Song of Songs;17, Job; 18, The Twelve Prophets; 19, Isaiah; 20, Jeremiah, and Baruch, the Lamentations, and the Epistle; 21, Ezekiel; 22, Daniel.

And these are the books of the New Testament: Four Gospels, according to Matthew, Mark, Luke and John; The Acts of the Apostles; Seven Catholic Epistles, to wit, one of James, two of Peter, three of John, one of Jude; Fourteen Epistles of Paul, one to the Romans, two to the Corinthians, one to the Galatians, one to the Ephesians, one to the Philippians, one to the Colossians, two to the Thessalonians, one to the Hebrews, two to Timothy, one to Titus, and one to Philemon.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Yves Tarrade



Masculin Messages : 3598
Inscription : 15/03/2006

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Mer 03 Mai 2006, 10:52

Alors là, Cher Alain, il faut remonter avant la Tour de Babel !
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Mer 03 Mai 2006, 14:41

Je peux écrire l'histoire de ce concile.

Extrait de Petite histoire des conciles par Suzanne Desternes, avec imprimatur de 1962 à Paris, par Jean HOTTOT, v.g.

Dans l'éclat de Byzance

20 mai 325 : dans la vaste église au centre du palais impérial de Nicée, ville proche de Byzance, des évêques, en grand nombre, sont assis face à face. Ils viennent de tous les points du monde chrétien, de Syrie, de Palestine, de Phénicie, d'Égypte, de Libye, de Mésopotamie, de Cappadoce, d'Arménie, de Grèce, d'Italie, des Gaules, d'Espagne. C'est le concile convoqué par L'empereur Constantin, les représentants spirituels de cet "univers" (oecuméné) sur lequel il règne. Il y a là deux cent cinquante évêques, entourés d'une foule de prêtres, de diacres, d'acolytes, d'interprètes. Parmi eux, on voit des personnages célèbres, les confesseurs de la foi, Potamon d'Héraclès et le vénérable Paphnuce, évêque de Thébaide, qui ont eu un œil arraché par Maximin le persécuteur : Paul de Néo-Césarée qui porte aux mains la trace des fers ardents que l'empereur Licinius lui a fait appliquer, les thaumaturges Spiridon et Jacques de Nisbe qui ont ressuscité des morts, le fameux évêque de Cordoue, Hosius, l'homme dont on parle tant à cause de son influence dur Constantin, les prêtres Vite et Vincent, délégués par le pape Sylvestre trop âgé pour venir en personne.

Une atmosphère joyeuse règne. Tous ces hommes sont frères: ils professent la même foi, ils ont souffert, lutté pour le Christ. Quelle joie pour eux de se connaître, de mesurer la grandeur de leur Église, cette Église hier encore persécutée, et qui, aujourd'hui s'étend de L'Orient à l'Occident, chaque jour plus puissante.

Bientôt un signal annonce l'arrivée de l'empereur. Les clercs se lèvent et Constantin paraît. Il vient ici sans escorte armée, suivi seulement de quelques familiers, et, les yeux baissés, il avance, entre deux rangées de prêtres, jusqu'à son trône. De haute taille, très beau, majestueux dans sa pourpre, étincelant d'or et de pierreries, il garde cependant un maintien modeste. Pour s'asseoir sur le trône d'or, il attend un signe des évêques, puis à son tour, il fait inviter ceux-ci à s'asseoir, marque spéciale de sa bienveillance car, devant César, on doit rester debout.

La séance est ouvert. "O mes amis, mon vœu suprême était de vous voir assemblés et le voici accompli. Pour moi, je considère comme redoutable à l'égal d'une guerre, d'une bataille toute sédition à l'intérieur de l'Église de Dieu et j'en ai plus de contrariété que des choses du dehors… Examinez ici les causes de votre discussion, déliez tous les nœuds de la controverse selon les lois de la paix…"L'empereur évoque ensuite l'Église de la foi que supportent douze colonnes, dont le faîte s'élève jusqu'aux étoiles, puis certaines scènes de la vie de jésus. Quant à lui, dit-il, il a consacré sa personne à Dieu, et il veut la concorde et l'unité car les discordes dans l'Église atteignent gravement l'État. Que "dans l'union intime des âmes, la concorde soit rendue au monde", dit-il. Et pour atteindre ce résultat, qu'on ne pénètre des Évangiles et des écrits des Apôtres.

Quinze ans plus tôt, les chrétiens étaient encore persécutés, traqués, honnis. Dans cette assemblée, qui ne s'en souvient ? Nombreux sont ceux qui pourraient montrer les marques de leurs cicatrices, qui pourraient raconter d'horribles tortures. Et aujourd'hui !… aujourd'hui, le plus grand souverain du monde, Constantin, l'empereur de Byzance, les accueille avec faste, les comble d'honneurs. Pour faciliter leur long voyage, il a mis à leur disposition la poste impériale, il paie leurs frais de séjour. Chose plus importante encore, il les invite à faire régner la concorde entre les hommes.

À suivre..


Remarquez que Constantin était devenu l'empereur de Byzance. Il avait quitté Rome.
Remarquez également l'absence du pape Sylvestre. Il avait envoyé des délégués car il était malade à ce qu'ils disent. Ceci peut faire penser que même si le pape de Rome n'y était pas que cela n'avait pas trop d'importance pour la tenue d'un concile.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9442
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Mer 03 Mai 2006, 15:13

Sylvie a écrit:
Je peux écrire l'histoire de ce concile.

Extrait de Petite histoire des conciles par Suzanne Desternes, avec imprimatur de 1962 à Paris, par Jean HOTTOT, v.g.

Dans l'éclat de Byzance

20 mai 325 : dans la vaste église au centre du palais impérial de Nicée, ville proche de Byzance, des évêques, en grand nombre, sont assis face à face. Ils viennent de tous les points du monde chrétien, de Syrie, de Palestine, de Phénicie, d'Égypte, de Libye, de Mésopotamie, de Cappadoce, d'Arménie, de Grèce, d'Italie, des Gaules, d'Espagne. C'est le concile convoqué par L'empereur Constantin, les représentants spirituels de cet "univers" (oecuméné) sur lequel il règne. Il y a là deux cent cinquante évêques, entourés d'une foule de prêtres, de diacres, d'acolytes, d'interprètes. Parmi eux, on voit des personnages célèbres, les confesseurs de la foi, Potamon d'Héraclès et le vénérable Paphnuce, évêque de Thébaide, qui ont eu un œil arraché par Maximin le persécuteur : Paul de Néo-Césarée qui porte aux mains la trace des fers ardents que l'empereur Licinius lui a fait appliquer, les thaumaturges Spiridon et Jacques de Nisbe qui ont ressuscité des morts, le fameux évêque de Cordoue, Hosius, l'homme dont on parle tant à cause de son influence dur Constantin, les prêtres Vite et Vincent, délégués par le pape Sylvestre trop âgé pour venir en personne.

Une atmosphère joyeuse règne. Tous ces hommes sont frères: ils professent la même foi, ils ont souffert, lutté pour le Christ. Quelle joie pour eux de se connaître, de mesurer la grandeur de leur Église, cette Église hier encore persécutée, et qui, aujourd'hui s'étend de L'Orient à l'Occident, chaque jour plus puissante.

Bientôt un signal annonce l'arrivée de l'empereur. Les clercs se lèvent et Constantin paraît. Il vient ici sans escorte armée, suivi seulement de quelques familiers, et, les yeux baissés, il avance, entre deux rangées de prêtres, jusqu'à son trône. De haute taille, très beau, majestueux dans sa pourpre, étincelant d'or et de pierreries, il garde cependant un maintien modeste. Pour s'asseoir sur le trône d'or, il attend un signe des évêques, puis à son tour, il fait inviter ceux-ci à s'asseoir, marque spéciale de sa bienveillance car, devant César, on doit rester debout.

La séance est ouvert. "O mes amis, mon vœu suprême était de vous voir assemblés et le voici accompli. Pour moi, je considère comme redoutable à l'égal d'une guerre, d'une bataille toute sédition à l'intérieur de l'Église de Dieu et j'en ai plus de contrariété que des choses du dehors… Examinez ici les causes de votre discussion, déliez tous les nœuds de la controverse selon les lois de la paix…"L'empereur évoque ensuite l'Église de la foi que supportent douze colonnes, dont le faîte s'élève jusqu'aux étoiles, puis certaines scènes de la vie de jésus. Quant à lui, dit-il, il a consacré sa personne à Dieu, et il veut la concorde et l'unité car les discordes dans l'Église atteignent gravement l'État. Que "dans l'union intime des âmes, la concorde soit rendue au monde", dit-il. Et pour atteindre ce résultat, qu'on ne pénètre des Évangiles et des écrits des Apôtres.

Quinze ans plus tôt, les chrétiens étaient encore persécutés, traqués, honnis. Dans cette assemblée, qui ne s'en souvient ? Nombreux sont ceux qui pourraient montrer les marques de leurs cicatrices, qui pourraient raconter d'horribles tortures. Et aujourd'hui !… aujourd'hui, le plus grand souverain du monde, Constantin, l'empereur de Byzance, les accueille avec faste, les comble d'honneurs. Pour faciliter leur long voyage, il a mis à leur disposition la poste impériale, il paie leurs frais de séjour. Chose plus importante encore, il les invite à faire régner la concorde entre les hommes.

À suivre..


Remarquez que Constantin était devenu l'empereur de Byzance. Il avait quitté Rome.
Remarquez également l'absence du pape Sylvestre. Il avait envoyé des délégués car il était malade à ce qu'ils disent. Ceci peut faire penser que même si le pape de Rome n'y était pas que cela n'avait pas trop d'importance pour la tenue d'un concile.

Sylvie

Je crains, chère Sylvie, que vous ne confondiez Laodicée et Nicée...
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Mer 03 Mai 2006, 19:45

Cher Alain,

Citation :
Je crains, chère Sylvie, que vous ne confondiez Laodicée et Nicée...

:oops: C'était pour vérifier si quelqu'un me lisait :oops:

Mais non, j'ai fait une erreur. Alors je ne poursuivrai pas le texte. Dans mon livre sur l'histoire des conciles je n'ai pas celui que vous parlez.

Suite à celui de Nicé I, il saute à celui de Constantinople I en 381.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
saint Zibou



Masculin Messages : 9442
Inscription : 01/01/2006

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Sam 13 Mai 2006, 01:18

Ce concile de Laodicée de 364 a été officiellement reconnu par l'Église byzantine au canon II du concile quini-sexte ou in trullo en 692. Ce concile in trullo n'a pas été reconnu par Rome. Donc, le canon vétéro-testamentaire hiéronymien a bien été reconnu comme tel par l'Église orientale, quoi qu'en disent toutes les dames de fer du monde! Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie



Messages : 2017
Inscription : 20/05/2005

MessageSujet: Re: Concile de Laodicée en 364   Sam 13 Mai 2006, 14:40

Cher Alain,

L'Église byzantine et latine étaient unies à l'époque. Avant le schisme tous les conciles ont eu lieu dans l'orient. Le pape n'y était pas toujours présent.

Avez-vous le texte en français. Déjà les textes des conciles sont ardus à lire dans notre langue alors imaginez dans une qui ne nous est pas familière.

Sylvie
Revenir en haut Aller en bas
 
Concile de Laodicée en 364
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'épître aux Laodicéens
» Les racines chrétiennes de la Turquie
» Ere astrologique (Rudolf Steiner)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Archives :: Archives : Théologie dogmatique, morale et divers-
Sauter vers: