DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 3 Nov - 21:59

que la 3eme guerre commence ...
vu que c'est ce que les occidentaux veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 3 Nov - 23:06

Les Etats-Unis et Israël s'apprêtent-ils à frapper l'Iran ?



qom.jpg

Le site nucléaire de Qom en Iran



Tout à l'heure, lors de sa courte déclaration à la presse en marge du G20, Barack Obama a insisté sur la question du nucléaire iranien. Il a dit :



"[Nicolas Sarkozy et moi] avons évoqué la menace posée par les progrès iraniens sur le nucléaire, l'AIEA va publier un nouveau rapport sur le programme iranien la semaine prochaine. Le Président Sarkozy et moi-même, nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut maintenir cette pression internationale sans précédent, pour que l'Iran remplisse ses engagements."



Pourquoi une telle déclaration au beau milieu de la crise grecque et alors que le dossier iranien ne fait pas partie de l'ordre du jour officiel ?



Israël et ses alliés occidentaux préparent-ils une action militaire ?



La rumeur à ce sujet a resurgi ces derniers jours.



Vendredi, un journaliste réputé du grand quotidien israélien "Yediot Ahronot" affirmait que Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Ehud Barak, avaient décidé de frapper l’Iran et qu’ils essayaient de convaincre le reste de leur gouvernement – pour l’instant sans succès.



D’autres journaux israéliens ont rapporté qu’Israël venait de tester un missile Jericho capable d’atteindre le territoire iranien. Ils ont ajouté que l’aviation israélienne a participé la semaine dernière à des exercices de ravitaillement en vol avec l’Italie et l’Otan – rappelant que, pour bombarder l’Iran, les appareils israéliens devraient justement être ravitaillés en vol.



Enfin, dans son édition d’hier, le quotidien britannique "The Guardian", d'ordinaire bien informé, a consacré toute sa manchette à l'information selon laquelle les Etats-Unis multiplieraient les plans de frappes contre l’Iran et que le Royaume Uni participerait à cette planification, son apport se limitant, en cas d’attaque, à un soutien maritime.



On ne peut évidemment exclure qu’à force de brandir cette menace, Israël se prépare réellement à une telle intervention et que, dans ce cas, malgré les réticences d’Obama d’engager l’Amérique dans un quatrième conflit en dix ans, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne (et peut-être la France) lui apportent son soutien, et que, donc, la déflagration ait bien lieu.



Plusieurs éléments crédibilisent cette hypothèse :



- la semaine prochaine l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique va donc remettre à membre de son Conseil, un rapport sur le programme nucléaire iranien. D’après les fuites, il sera moins dur que ne l’espéraient les Etats-Unis. Il devrait néanmoins lever les derniers doutes sur le caractère militaire des activités atomiques de l’Iran. Fort de ce document, Israël et les Occidentaux pourraient décider d’agir très vite.



- D’autant plus vite que, selon les spécialistes, l’hiver ne serait pas propice à une action aérienne du fait des nuages ;



- et que la campagne électorale aux Etats-Unis démarrant réellement à partir de janvier prochain, Barack Obama préférerait agir tout de suite.



- ajoutons qu'il y a quelques jours, le FBI dit avoir mis à jour un complot iranien visant à assassiner l'ambassadeur saoudien à Washington. Une telle information pourrait servir de justification de plus à une opération militaire.



Reste que l’hypothèse la plus probable est celle d’une campagne d’intoxication orchestrée de longue date.



En fait, dans la foulée du rapport de l'AIEA, les Occidentaux voudraient obtenir un durcissement des sanctions contre l’Iran. Cette fois, ils entendent viser la banque centrale iranienne qu’ils voudraient totalement isoler du reste du monde de façon à paralyser l’économie du pays. La commission des affaires étrangères du Sénat américain a décidé hier de proposer une loi dans ce sens au Congrès.



L’opération d’intoxication aurait donc pour but de dire aux Russes, aux Chinois et aux Bric que, s’ils continuent à refuser d’adopter au Conseil de Sécurité ces sanctions contre la banque centrale iranienne, des frappes seront inévitables - vraiment inévitables.

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/11/03/les-etats-unis-et-israel-s-appretent-ils-vraiment-a-frapper.html
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 3 Nov - 23:10

L'Iran met en garde les Etats-Unis contre un affrontement


BENGHAZI (Libye) - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a affirmé jeudi que l'Iran était préparé au pire, en mettant en garde les Etats-Unis contre le fait d'aller vers l'affrontement avec Téhéran.

En marge d'une conférence de presse à Benghazi, dans l'est de la Libye, M. Salehi a été interrogé sur des informations de presse selon lesquelles Washington pourrait accélérer la planification d'une frappe contre l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé.

Les Etats-Unis ont malheureusement perdu toute sagesse et prudence dans leur manière de traiter les questions internationales, a-t-il dit.

Ils ont perdu toute rationalité, nous sommes préparés au pire mais nous espérons qu'ils y réfléchiront à deux fois avant d'aller vers l'affrontement avec l'Iran, a-t-il ajouté.

Washington et d'autres puissances occidentales soupçonnent l'Iran de chercher à fabriquer des armes nucléaires, ce que l'Iran nie en affirmant que son programme nucléaire est à des fins pacifiques.

Les Etats-Unis ont souligné mercredi qu'ils cherchaient toujours une solution diplomatique dans le dossier du nucléaire iranien. Nous restons concentrés sur la voie diplomatique, sur un cap diplomatique en ce qui concerne les négociations sur l'Iran, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

Plus tôt, lors d'une conférence de presse commune avec le chef du Conseil national de transition libyen, Mustapha Abdeljalil, M. Salehi avait été interrogé sur les frappes de l'Otan en Libye, qui ont appuyé les rebelles libyens pour renverser Mouammar Kadhafi.

L'Otan n'est pas venue aider sans raison (...). Ils ont commis des erreurs. Le président iranien a critiqué ces erreurs, a-t-il dit.

Les troupes de Kadhafi ont essayé de tuer des gens le 19 mars, a répondu M. Abdeljalil. Sans l'Otan, il y aurait eu un massacre (perpétré) par les troupes de Kadhafi. Les combattants libyens ont amené la victoire sur le terrain, mais nous ne devons pas oublier les frappes aériennes de la coalition qui nous ont soutenus et aidés.

Concernant l'imam libanais chiite Moussa Sadr, mystérieusement disparu en 1978 en Libye, M. Abdeljalil a affirmé que l'une des priorités du nouveau gouvernement est d'enquêter sur ce que Kadhafi a fait au peuple libyen et aux gens de différentes nations.

Une fois l'enquête terminée, la Libye en fournira les détails aux gouvernements iranien et libanais, a-t-il ajouté.

M. Abdeljalil a enfin indiqué aux journalistes ne pas avoir abordé la question de la Syrie avec M. Salehi.

La Libye a apporté son soutien au mouvement d'opposition qui tente depuis plusieurs mois d'obtenir la fin du régime du président Bachar el-Assad, tandis que l'Iran appuie ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov - 10:08

L'Iran célèbre la prise d'otages à l'ambassade américaine de 1979

© AFP Un homme iranien et une petite fille marchent sur le drapeau américain lors d'une cérémonie à Téhéran, le 25 avril 2010
© AFP/Archives Atta Kenare

TEHERAN (AFP) - (AFP) - Des milliers d'Iraniens se sont rassemblés vendredi, en scandant "Mort à l'Amérique!", à l'occasion de l'anniversaire de la prise d'otages à l'ambassade américaine à Téhéran le 4 novembre 1979, qui a provoqué la rupture des relations diplomatiques entre l'Iran et les Etats-Unis.

Le rassemblement, devant ce que les Iraniens appellent "le repaire des espions", a aussi été l'occasion de saluer le Printemps arabe -- surnommé ici le "Réveil islamique" -- et de dénoncer Israël.

Le 4 novembre 1979, quelques mois après la révolution islamique qui avait renversé le shah, Mohammad Reza Pahlavi, soutenu par les Etats-Unis, 52 employés de l'ambassade américaine à Téhéran avaient été pris en otages par des étudiants islamistes et retenus pendant 444 jours.

En avril 1980, le président américain, Jimmy Carter, avait lancé une opération militaire spéciale pour les libérer, mais celle-ci avait échoué.

Ne parvenant pas à composer avec le régime islamique, Washington avait finalement décidé de rompre les relations diplomatiques, le 7 avril 1980.

Les relations entre Téhéran et Washington sont depuis très tendues.

L'Iran a été mis en cause récemment par les Etats-Unis dans un complot qui aurait été dirigé par l'unité Qods (forces spéciales des Gardiens de la révolution) pour tuer, sur le sol américain, l'ambassadeur d'Arabie saoudite. Téhéran a rejeté catégoriquement cette accusation.

Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux accusent par ailleurs l'Iran de vouloir se doter de l'arme nucléaire sous couvert d'usage civil, ce que Téhéran conteste.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov - 10:10

Nucléaire iranien - USA et Otan démentent préparer une intervention
par Gerard Fredj
Après les rumeurs qui ont couru jeudi sur des éventuels préparatifs anglo-américains, le département d'Etat s'est employé à faire retomber la tension en fin de journée.

"Nous avons déclaré a plusieurs reprises que nous ne cherchions pas de confrontation militaire avec l'Iran, mais que nous userions de tous les moyens de pression pour amener l'Iran à coopérer avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA)" a déclaré Victoria Neuland, porte-parole du département d'Etat US, ajoutant que les USA étaient persuadés qu'une solution diplomatique était encore possible dans le dossier du nucléaire iranien " le nombre de pays cherchant le même objectif continue de croître et la pression s'accentue".

Plus tôt dans la journée, le quotidien britannique The Guardian avait affirmé que le ministère de la Défense britannique préparerait des plans d'intervention pour participer aux côtés des Etats-Unis à une action militaire. Ils impliqueraient des frappes aériennes sur des installations ciblées et le déploiement de navires dans la région, sans déploiement terrestre.

L'AIEA est censée remettre, la semaine prochaine, un nouveau rapport sur le nucléaire iranien. Selon certaines sources, la Russie se serait opposée à ce qu'y figurent des éléments qui montreraient, de manière trop criante, que la filière nucléaire iranienne est militaire.

Les France et les USA, notamment, craignent que le rapport soit par trop édulcoré par souci de consensus.

L'Otan n'a "aucune intention d'intervenir" en Iran et soutient la recherche d'une solution diplomatique dans le dossier du nucléaire iranien, a déclaré aujourd'hui le secrétaire général de l'Alliance, Anders Fogh Rasmussen.

Israël de son côté fait planer la menace d'une intervention militaire, sans que l'on sache vraiment si l'hypothèse est sérieusement envisagée, ou s'il s'agit de pousser la communauté internationale à augmenter la pression sur l'Iran.

Hasard du calendrier, l'Otan a remis ces dernières semaines au gouvernement irakien, la maîtrise de son espace irakien. Autant dire que le ciel de ce pays dépourvu de radars, et passage obligé de toute action aérienne, est aveugle.

http://www.israel-infos.net/Nucleaire-iranien--USA-et-Otan-dementent-preparer-une-intervention-7233.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov - 10:17

Pour tuer dans l’œuf tout accord entre les Iraniens et les Occidentaux, l’État israëlien pourrait déclencher des frappes contre la République islamique d'Iran… sans même en aviser Washington.

Les allégations quasi hystériques du gouvernement américain selon lesquelles l’Iran aurait payé un trafiquant de drogue mexicain pour faire sauter l’ambassadeur saoudien dans un restaurant de Washington viennent déstabiliser un peu plus un Moyen-Orient déjà dangereusement ébranlé. Elles entraînent un peu plus l’interminable querelle américano-iranienne vers le conflit armé et attisent l’antagonisme latent entre l’Arabie saoudite et la République islamique d’Iran.

Par ailleurs, ces dernières semaines, d’intenses débats ont eu lieu dans les cercles de l’armée et des renseignements israéliens pour savoir s’il fallait ou non bombarder les installations nucléaires iraniennes. Apparemment, la principale interrogation était de savoir comment s’assurer de la participation des États-Unis ou, du moins, de son intervention armée aux côtés d’Israël au cas où les frappes déclencheraient un conflit plus vaste. Les échos de ces discussions ont causé un émoi considérable à Washington et dans certaines capitales européennes. Des experts militaires occidentaux auraient ainsi assuré que la fenêtre de tir pour une attaque aérienne israélienne se fermerait dans deux mois, l’arrivée de l’hiver rendant une telle opération beaucoup plus difficile.

La crainte qu’Israël décide d’attaquer sans prévenir Washington aurait été le principal motif de la visite, le 3 octobre, à Tel-Aviv, du secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta. Une visite qui aurait vraisemblablement visé à brider les ardeurs guerrières des faucons israéliens. Amos Harel, du quotidien israélien Haaretz, résume ainsi le message délivré par Panetta : l’Amérique se tient aux côtés de l’État hébreu, mais une frappe israélienne non coordonnée pourrait déclencher une guerre régionale. Les États-Unis s’emploieront à défendre Israël, mais ce dernier doit agir de manière responsable.

Au cours d’une conférence de presse conjointe avec le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, Panetta a déclaré que l’Amérique est « très préoccupée, et [qu’ils vont] travailler ensemble et faire tout ce qui est nécessaire » pour empêcher l’Iran de « constituer une menace pour la région ». Mais cela dépend « de la collaboration de nos pays ». Le mot « ensemble » a été répété plusieurs fois. En d’autres termes, Israël ne devrait pas agir sans avoir obtenu le feu vert américain.

L’État hébreu a souvent menacé d’attaquer l’Iran ces dernières années. Si le sujet est de nouveau à l’ordre du jour, c’est qu’Israël craint que l’Iran n’ait bientôt la capacité de produire une bombe atomique, d’autant que des rumeurs font état d’un rapport imminent de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dénonçant, preuves à l’appui, le caractère militaire du programme nucléaire de Téhéran. Pourtant, selon la plupart des experts du renseignement, l’Iran n’a pas encore pris la décision de fabriquer de telles armes. L’autre motif – plus probable – de l’inquiétude israélienne est de voir les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne – le P5+1 – accepter une offre iranienne de reprise des pourparlers. Israël craint en premier lieu que le P5+1 ne parvienne à un compromis qui permettrait à l’Iran de continuer à enrichir de l’uranium à des fins civiles. Un tel accord pourrait conduire le monde à accepter de coexister avec un Iran nucléaire. Si tel était le cas, Israël perdrait le monopole de la dissuasion nucléaire, un atout majeur pour le maintien de sa suprématie militaire régionale.

L’Iran a fait récemment de nombreux gestes en direction des États-Unis et de ses alliés. À New York, où il s’est rendu en septembre pour participer à l’Assemblée générale de l’ONU, le président Mahmoud Ahmadinejad a déclaré dans les colonnes du Washington Post que l’Iran arrêterait de produire de l’uranium enrichi à 20 % si des puissances étrangères lui fournissaient le combustible nécessaire pour son réacteur de recherche qui fabrique des isotopes médicaux. On estime à 850 000 le nombre d’Iraniens dépendants de ces isotopes pour traiter leurs cancers.

Amano invité

À la fin du mois de septembre, le négociateur en chef de l’Iran pour le nucléaire, Saïd Jalili, a envoyé une lettre à Catherine Ashton, haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères, demandant l’ouverture de nouveaux pourparlers avec le P5+1 pour tenter de résoudre ce vieux différend. Autre signe d’ouverture de Téhéran : dans une interview au Asia Times, le 28 septembre, le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a déclaré que son pays était « prêt à faire les efforts nécessaires pour rétablir la confiance mutuelle », ajoutant que s’il y avait des inquiétudes spécifiques, elles seraient résolues par la négociation… « Nous devons chercher des propositions innovantes. »

Fereydoun Abbassi Davani, chef de l’Organisation atomique d’Iran, a invité Yukiya Amano, secrétaire général de l’AIEA, à venir inspecter les installations nucléaires de la République islamique. « Nous encourageons vivement M. Amano à accepter cette invitation, a-t-il expliqué, car nous sommes à nouveau disposés à envisager un échange de combustibles [une grande quantité d’uranium faiblement enrichi contre une petite quantité d’uranium enrichi à 20 % à des fins médicales, NDLR]. » La prochaine réunion du conseil des gouverneurs de l’AIEA, les 17 et 18 novembre, à Vienne, est dans ces conditions très attendue.

Plusieurs voix influentes ont pressé les États-Unis de répondre favorablement aux signes d’ouverture iraniens. « Pourquoi ne pas tester le sérieux de l’Iran ? » s’interrogeait, le 30 septembre, Reza Marashi, dans un article du Huffington Post. Anciennement chargé du bureau Iran au département d’État, Marashi est aujourd’hui directeur de recherche au Conseil national américano-iranien. Dans l’International Herald Tribune du 29 septembre, Charles Ferguson, président de la Fédération des scientifiques américains, et Ali Vaez, directeur de l’Iran Project de la même fédération, ont encouragé Washington et ses alliés à prendre Ahmadinejad au mot. Ils ont même suggéré aux puissances occidentales de fournir à l’Iran 50 kg de combustible pour le réacteur de recherche de Téhéran, un geste humanitaire qui prouverait les bonnes intentions des États-Unis aux yeux du peuple iranien, tout en permettant de réduire les activités d’enrichissement de la République islamique.

Vraisemblablement, ces appels ne seront pas entendus. Le président Barack Obama s’est effondré sous la pression des puissants lobbies pro-Israéliens et devant un Congrès tout autant acquis à l’État hébreu. Soucieux d’assurer sa réélection l’an prochain, il ne devrait pas réitérer l’appel qu’il avait lancé durant sa campagne de 2008 en faveur d’une solution diplomatique avec l’Iran.

Calcul

Le danger est que le Premier ministre israélien cherche à briser l’actuel isolement politique de l’État hébreu en déclenchant une attaque spectaculaire contre l’Iran. Privé désormais du soutien de la Turquie et de l’Égypte, confronté à la révolte de la communauté internationale contre les ambitions du « Grand Israël », Benyamin Netanyahou pourrait estimer que le moment est venu de prendre l’initiative. Peut-être fait-il le calcul qu’un coup fatal porté à l’Iran affaiblirait une Syrie déjà déstabilisée et laisserait le Hezbollah orphelin. Israël ferait ainsi d’une pierre trois coups.

L’État juif va-t-il solliciter l’assentiment américain avant d’attaquer l’Iran ? Netanyahou serait-il convaincu qu’Obama, asservi aux intérêts israéliens, n’aurait d’autre choix que de le suivre ?

Selon l’édition du 6 octobre du TTU (Très très urgent), un bulletin des renseignements français, les États-Unis et Israël planifient un exercice militaire terrestre conjoint sans précédent en mai prochain, avec l’objectif de mettre sur pied une « force d’intervention » commune, prête à entrer en action en cas de conflit régional majeur. L’amiral James Stavridis, chef de l’Eurocom – le centre de commandement américain en Europe –, a récemment effectué une visite discrète dans l’État hébreu pour s’entretenir avec le général Benny Gantz, le chef d’état-major israélien. Selon le TTU, le plan vise à créer des postes de commandement américains en Israël et des postes de commandement israéliens dans l’Eurocom. La coopération entre les deux puissances a rarement été aussi étroite. Ce qui n’augure rien de bon pour le Moyen-Orient.

Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Israël - Iran : Téhéran bientôt sous les bombes ? | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique

http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2650p044-045.xml0/usa-diplomatie-ministre-israelisrael-iran-teheran-bientot-sous-les-bombes.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov - 23:03

Frappes contre l'Iran : Israël enquête sur les fuites

Les rumeurs évoquant un projet d'attaque divisent la classe politique.

Les fuites qui ont lancé le débat en Israël autour de possibles préparatifs d'une attaque contre les installations nucléaires iraniennes coïncident parfaitement avec le calendrier diplomatique. Un nouveau rapport de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) consacré à l'Iran doit être rendu public mardi. Il devrait contenir de nouvelles révélations sur les progrès réalisés par Téhéran dans son programme de recherche nucléaire militaire. Les services de renseignements occidentaux auraient aussi rassemblé ces derniers mois des informations alarmantes sur les avancées iraniennes dans ce domaine.

Les rumeurs d'une éventuelle action unilatérale israélienne surviennent donc à point nommé pour inciter les Occidentaux à faire preuve de fermeté à l'égard des Iraniens. Voire même pour inciter le Conseil de sécurité de l'ONU à voter de nouvelles sanctions contre l'Iran. Les bruits de préparatifs militaires israéliens n'ont pas non plus suscité de mises en garde particulières à Israël de la part des Occidentaux, et notamment des Américains. Nicolas Sarkozy, qui a réaffirmé le soutien de la France à Israël sur ce dossier, a été le seul à refuser d'envisager une attaque préventive contre l'Iran. Selon plusieurs médias israéliens, Nétanyahou et son ministre de la Défense Ehoud Barak auraient déjà décidé de recourir à l'option militaire, et chercheraient à convaincre les autres responsables israéliens.

Presque au même moment, des exercices de raids à longue distance de l'aviation israélienne ont eu lieu à la fin du mois dernier au-dessus de la Méditerranée, et Israël a procédé à des essais d'un nouveau missile balistique.

Avertissement à l'Iran, message destiné aux Occidentaux ou bien divergences d'opinion dans les sphères dirigeantes israéliennes, il reste difficile de savoir dans quelle mesure ces rumeurs sont fondées, ni si elles ont été répandues à dessein, et dans quel but.

Les discussions houleuses qui ont opposé ces derniers jours, par médias interposés, des officiels de tous bords sont typiques de la politique israélienne. Les phrases assassines et les informations judicieusement révélées aux journalistes sont une façon de porter sur la place publique des dissensions internes.
Aventure militaire

Le cabinet de Nétanyahou est resté silencieux ces derniers jours sur ce sujet. Une enquête interne aurait été confiée au Shin Beth pour découvrir les responsables de ces fuites, selon des révélations d'un journal koweïtien qui a déjà par le passé servi à relayer ce type d'informations. L'entourage de Nétanyahou soupçonnerait Meir Dagan et Yuval Diskin, les anciens chefs du Mossad et du Shin Beth, les services de renseignement extérieurs et intérieurs, tous deux opposés à une aventure militaire contre l'Iran, d'avoir fait part à la presse de discussions secrètes.

Mais il n'en reste pas moins certain que les Israéliens prennent très au sérieux la perspective de voir l'Iran se doter à terme d'une capacité nucléaire. En visite à Chypre, qui occupera en 2012 la présidence tournante de l'Union européenne, le président israélien Shimon Pérès a rappelé que la question du programme nucléaire militaire iranien ne concernait pas seulement Israël, mais le monde entier. Il a appelé les dirigeants des principales puissances à s'opposer fermement à la perspective d'un Iran nucléaire.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/04/01003-20111104ARTFIG00636-frappes-contre-l-iran-israel-enquete-sur-les-fuites.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 5 Nov - 13:28

Selon Shimon Peres, la perspective d'une option militaire contre l'Iran se rapproche
Mis à jour le 05.11.11 à 02h00

Le président israélien Shimon Peres a estimé vendredi que la perspective d'une option militaire contre l'Iran pour l'empêcher d'obtenir l'arme nucléaire se rapprochait.

Prié de dire par la télévision israélienne si "quelque chose nous rapprochait d'une option militaire plutôt que diplomatique" pour régler la question du nucléaire iranien, Peres a répondu: "Je le crois, je pense que les services de renseignement de tous ces pays regardent leur montre, préviennent leurs dirigeants qu'il ne reste plus beaucoup de temps" pour empêcher l'Iran de mettre la main sur l'arme atomique.

Le rapport que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'apprête à publier, probablement mardi, devrait prouver que l'Iran mène dans le domaine nucléaire diverses expériences ne pouvant se justifier que dans le cadre d'un programme militaire, dit-on dans les milieux diplomatiques occidentaux. (Lire )

Les médias israéliens ont rapporté cette semaine que le Premier ministre Benjamin Netanyahu tentait d'obtenir un consensus de son gouvernement en vue d'une attaque ciblée sur les installations nucléaires iraniennes.

Les puissances occidentales soupçonnent l'Iran de développer un programme nucléaire à but militaire et ont imposé plusieurs séries de sanctions contre le gouvernement iranien.

Téhéran, qui nie le droit à l'existence d'Israël, assure ne chercher rien d'autre que la production d'électricité, afin de réduire sa dépendance au pétrole.

http://www.20minutes.fr/ledirect/818124/selon-shimon-peres-perspective-option-militaire-contre-iran-rapproche

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Paco



Messages : 1762
Inscription : 01/08/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 5 Nov - 14:54

Philippe Fabry a écrit:
Selon Shimon Peres, la perspective d'une option militaire contre l'Iran se rapproche
Mis à jour le 05.11.11 à 02h00

Le président israélien Shimon Peres a estimé vendredi que la perspective d'une option militaire contre l'Iran pour l'empêcher d'obtenir l'arme nucléaire se rapprochait.

Prié de dire par la télévision israélienne si "quelque chose nous rapprochait d'une option militaire plutôt que diplomatique" pour régler la question du nucléaire iranien, Peres a répondu: "Je le crois, je pense que les services de renseignement de tous ces pays regardent leur montre, préviennent leurs dirigeants qu'il ne reste plus beaucoup de temps" pour empêcher l'Iran de mettre la main sur l'arme atomique.

Le rapport que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'apprête à publier, probablement mardi, devrait prouver que l'Iran mène dans le domaine nucléaire diverses expériences ne pouvant se justifier que dans le cadre d'un programme militaire, dit-on dans les milieux diplomatiques occidentaux. (Lire )

Les médias israéliens ont rapporté cette semaine que le Premier ministre Benjamin Netanyahu tentait d'obtenir un consensus de son gouvernement en vue d'une attaque ciblée sur les installations nucléaires iraniennes.

Les puissances occidentales soupçonnent l'Iran de développer un programme nucléaire à but militaire et ont imposé plusieurs séries de sanctions contre le gouvernement iranien.

Téhéran, qui nie le droit à l'existence d'Israël, assure ne chercher rien d'autre que la production d'électricité, afin de réduire sa dépendance au pétrole.

http://www.20minutes.fr/ledirect/818124/selon-shimon-peres-perspective-option-militaire-contre-iran-rapproche


Confused
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vin-vigne.com
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 6 Nov - 11:50





On sait maintenant que c’est inévitable,les seules questions à se poser sont quand et comment cela va évoluer?!

JERUSALEM – Le président israélien Shimon Peres a estimé samedi
soirqu’une attaque contre l’Iran de la part d’Israël et d’autres pays
était de plus en plus vraisemblable.

Les services de renseignements des divers pays qui surveillent
(l’Iran) s’inquiètent et pressent leurs dirigeants d’avertir que l’Iran
est prêt d’obtenir l’arme atomique, a-t-il affirmé à la seconde chaîne
privée de la télévision israélienne, selon les médias israéliens.

L’Iran rejette par avance les futures accusations de l’AIEA


TEHERAN – L’Iran réfute par avance les accusations d’un prochain rapport
de l’AIEA sur une dimension militaire de son programme nucléaire, qui sont
basées sur des faux documents, selon le ministre iranien des Affaires étrangères
Ali Akbar Salehi cité dimanche par la presse.

Ce rapport pourrait
justifier une frappe militaire préventive d’Israël contre l’Iran, selon les
médias israéliens qui se font l’écho depuis plusieurs jours de fuites sur un
débat entre les dirigeants de l’Etat hébreu sur l’opportunité d’une telle
frappe.

L’Agence internationale de l’énergie atomique devrait diffuser
mardi ou mercredi à ses membres un rapport apportant de nouveaux indices sur des
efforts iraniens pour développer des ogives nucléaires et des missiles capables
de les transporter, selon des diplomates auprès de l’agence onusienne.

La
propagande (occidentale) commence à dire que le prochain rapport de l’AIEA va
présenter des documents sur une activité de l’Iran en matière de missiles, mais
l’agence l’a déjà dit auparavant en présentant de tels documents et nous y avons
répondu, a déclaré M. Salehi selon l’agence Isna.

Nous estimons que ces
documents sont des faux et nous avons répété qu’ils sont sans fondement, a
ajouté le ministre qui s’exprimait en marge d’une rencontre samedi avec son
homologue du Burundi.

Mais si (l’AIEA) persiste à vouloir les utiliser,
nous sommes prêts à y faire face une fois pour toutes, a ajouté M.
Salehi.

La question nucléaire iranienne n’est pas technique ni juridique,
mais totalement politique, a-t-il également réaffirmé.

Téhéran a toujours
farouchement démenti chercher à se doter de l’arme atomique contrairement à ce
que soupçonne la communauté internationale, qui a soumis l’Iran à de sévères
sanctions économiques et politiques.

Le président israélien Shimon Peres
a averti samedi soir qu’une attaque d’Israël contre l’Iran était de plus en plus
vraisemblable, alors que le chef de la diplomatie israélienne Avigdor Liebermann
a estimé que le rapport de l’AIEA prouverait au delà de tout doute les objectifs
militaires du programme nucléaire iranien.

Interrogé sur les rumeurs
croissantes, ces derniers jours, d’une possible attaque contre les installations
nucléaires de l’Iran, M. Salehi avait affirmé jeudi que Téhéran était préparé au
pire.

Il avait également, lors d’un déplacement en Libye, mis en garde
les Américains contre un affrontement avec l’Iran.

Le chef d’état-major
des forces armées iraniennes, le général Hassan Firouzabadi, a pour sa part
affirmé mercredi que l’Iran punira Israël en cas d’attaque contre ses
installations nucléaires, qui produirait de sérieux dommages non seulement
contre le régime sioniste mais aussi contre les Etats-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 6 Nov - 21:18

Peres: une attaque contre l'Iran "plus proche" que l'option diplomatique

© AFP Le président israélien Shimon Peres à Nicosie le 3 novembre 2011
© AFP Andreas Lazarou

JERUSALEM (AFP) - (AFP) - Le président israélien Shimon Peres a averti dimanche que "la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran est plus proche qu'une option diplomatique" avant la publication par l'Agence Internationale pour l'Energie Atomique (AIEA) d'un rapport sur l'Iran.

"La possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran est plus proche que l'option diplomatique", a affirmé le président dans une interview au quotidien Israël Hayom.

"Je ne pense qu'il y ait déjà une décision à ce sujet, mais l'impression prévaut que les Iraniens s'approchent de l'arme atomique. Apparemment cela devrait se produire d'ici un an environ", a ajouté le président.

"Nous ne devons pas dévoiler à l'ennemi quelles sont nos intentions. Il faut être discrets pour tout ce qui est opérationnel", a poursuivi M. Peres.

Lors d'une précédente interview à la deuxième chaîne de télévision privée, le président avait affirmé que les "services de renseignements des divers pays qui surveillent (l'Iran) s'inquiètent et pressent leurs dirigeants d'avertir que l'Iran est prêt à obtenir l'arme atomique".

"Il faut se tourner vers ces pays pour qu'ils remplissent leurs engagements", a-t-il encore dit.

M. Peres a tenu ces propos alors que l'AIEA doit publier mardi ou mercredi, selon des diplomates auprès de l'agence onusienne, un rapport sur le programme nucléaire de l'Iran.

Lors d'une autre interview à la radio publique, M. Peres a affirmé que, selon les "signes avant-coureurs, l'Agence a en main des preuves que les Iraniens malgré leur dénégations vont bien produire un armement nucléaire".
© AFP Le bâtiment du réacteur de la centrale atomique de Bushehr, dans le sud de l'Iran, le 21 août 2010
© AFP Atta Kenare

"Jusqu'à présent, l'Agence avait accordé le bénéfice du doute à l'Iran. Ce rapport, s'il est publié, va lever le doute", a ajouté le président en préconisant un durcissement des sanctions "économiques et pétrolières" contre Téhéran.

L'Iran a pour sa part réfuté par avance les accusations du prochain rapport de l'AIEA en affirmant qu'elles sont basées sur des "faux documents", selon le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi cité dimanche par la presse.

L'hypothèse d'une frappe préventive d'Israël contre les installations nucléaires de l'Iran a repris corps ces derniers jours, à la faveur de fuites organisées vers les médias d'un débat qui divise les membres du cabinet de Benjamin Netanyahu.

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a démenti lundi des informations selon lesquelles il aurait d'ores et déjà décidé avec M. Netanyahu d'attaquer l'Iran.

Mais, il a ensuite ajouté qu'"il peut se créer des situations au Moyen-Orient dans lesquelles Israël devra défendre ses intérêts vitaux de façon indépendante, sans avoir à s'appuyer sur d'autres forces régionales ou autres".

Le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé pour sa part dimanche qu'il fallait continuer dans la voie des sanctions contre l'Iran, jugeant qu'une attaque israélienne préventive "pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice pour la région".

Haaretz a indiqué dimanche en citant des responsables américains que lors de la dernière visite en Israël le 3 octobre du Secrétaire d'Etat américain à la Défense Leon Panetta, MM. Netanyahu et Barak s'étaient contentés de répondre "en termes vagues" lorsque ce dernier leur a demandé de s'engager à coordonner avec Washington toute action contre l'Iran.

L'opinion israélienne est divisée pratiquement à égalité entre partisans (41%) et opposants (39%) d'une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, selon un sondage.

En attendant une éventuelle décision, Israël a procédé jeudi à un vaste exercice de défense passive simulant une attaque de missiles dans la région de Tel-Aviv, et a tiré mercredi avec succès un missile balistique doté d'un nouveau système de propulsion.

Les médias israéliens ont également fait état d'un exercice mené ces derniers jours par 14 avions israéliens en Sardaigne (Italie) pour s'entraîner à des missions "à longue distance".

"Les Etats-Unis savent que toute attaque du régime sioniste contre l'Iran produira de sérieux dommages non seulement contre ce régime mais aussi contre les Etats-Unis", a averti le chef d'état-major iranien, le général Hassan Firouzabadi.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 7 Nov - 22:06

Nucléaire : l'AIEA publie ses preuves contre Téhéran

Aidé par plusieurs experts étrangers, l'Iran serait en mesure de fabriquer une bombe atomique en quelques mois.

L'Iran a franchi des étapes cruciales dans sa marche vers la bombe nucléaire et, pour la première fois, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'apprête à le dire noir sur blanc. Dans un rapport qui doit être remis ce mardi aux différents États qui la composent, le «gendarme du nucléaire» fait état, comme le révélait Le Figaro du 14 octobre, de nouvelles preuves qui ne laissent aucun doute sur le caractère militaire du programme iranien.

Parmi ces révélations, dont certaines ont été fournies à l'agence de l'ONU par des pays occidentaux, dont la France, figurent de troublantes images de la base de Parchin qui abriterait, à une trentaine de kilomètres de Téhéran, des installations destinées à tester des explosions nucléaires, ainsi que des reproductions informatiques d'ogives nucléaires apparemment retrouvées dans les ordinateurs de scientifiques iraniens.

Selon différentes sources, le rapport de l'AIEA montre clairement que la marche iranienne vers la bombe nucléaire, ralentie en 2010 par le virus informatique Stuxnet mais soutenue aujourd'hui par de nouvelles centrifugeuses permettant de produire davantage d'uranium enrichi, a repris son rythme de croisière. Le programme est désormais si avancé que certains experts estiment que le régime iranien a la connaissance, la technologie et les ressources suffisantes pour assembler une ou deux bombes nucléaires en quelques mois s'il le décidait. En un mot comme en deux, l'Iran se rapproche dangereusement du seuil nucléaire.

Pour réaliser cette performance, le régime iranien a bénéficié, selon l'agence onusienne, des complicités et de l'aide de plusieurs scientifiques étrangers : Abdul Qadeer Khan, père de la bombe atomique pakistanaise, Vyacheslav Danilenko, ancien scientifique soviétique recruté par Téhéran dans les années 1990 qui a pendant cinq ans aidé les Iraniens à construire des détonateurs de haute précision, mais aussi des experts nord-coréens.

Selon des spécialistes proches du dossier, le rapport de l'AIEA aurait cependant été légèrement édulcoré au cours des dernières semaines. Certaines de ses plus importantes révélations, qui devaient initialement figurer dans le corps du texte, comme l'espéraient Français, Britanniques et Américains, auraient été renvoyées dans les annexes et les notes techniques, afin d'être moins voyantes.

Depuis que les informations du rapport, accablant pour l'Iran, ont commencé à être distillées, la Chine et la Russie, deux pays en affaires avec l'Iran, pour le pétrole et le nucléaire notamment, n'ont eu de cesse, en effet, de faire pression sur l'agence dans le but d'adoucir ses critiques vis-à-vis de leur allié et d'obtenir pour lui un nouveau délai.
Frappe militaire préventive

Washington et ses alliés occidentaux n'ont pas caché leur intention d'utiliser le rapport de l'AIEA, dont ils ont suivi de très près la rédaction, pour durcir leurs sanctions individuelles contre l'Iran et convaincre Moscou et Pékin de renforcer celles de l'ONU. Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA se réunit les 17 et 18 novembre prochain. Il peut soit décider d'accorder un répit supplémentaire à l'Iran, soit choisir de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU en vue de nouvelles sanctions économiques et financières.

Voulant éviter à tout prix cette seconde option, Moscou et Pékin se sont directement adressés au patron de l'AIEA, Yukiya Amano, pour l'exhorter à ne pas rendre publics certains détails. La Russie veut aussi faire échec à une éventuelle attaque militaire contre l'Iran. «Ce serait une très grave erreur aux conséquences imprévisibles », a prévenu hier Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe.

Le rapport de l'Agence a d'ores et déjà provoqué une réaction en chaîne diplomatique. Outre de nouvelles sanctions, les conclusions de l'AIEA pourraient en effet justifier une frappe militaire préventive d'Israël contre les installations nucléaires iraniennes. Le président israélien, Shimon Peres, a prévenu hier que la possibilité d'une attaque militaire contre l'Iran était «plus proche que l'option diplomatique ». Rejetant d'avance les nouvelles accusations de l'AIEA, l'Iran a prévenu qu'il «punirait » Israël en cas d'intervention et infligerait de «sérieux dommages » aux États-Unis.

En France, le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a estimé qu'une intervention israélienne contre l'Iran serait «totalement déstabilisatrice» pour la région. Paris milite pour un durcissement des sanctions contre Téhéran. Mais sans le feu vert de la Russie et de la Chine, elles ne pourront pas être avalisées par l'ONU.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/07/01003-20111107ARTFIG00670-nucleaire-l-aiea-publie-ses-preuves-contre-teheran.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 10:17

MOSCOU – La Russie a jugé mardi que la publication ces dernières
semaines de conclusions du rapport de l’AIEA sur le programme nucléaire
de l’Iran a alimenté les tensions entre les grandes puissances et
Téhéran, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Moscou ressent une forte déception et de l’incompréhension parce que
le rapport de l’AIEA sur l’Iran, sur lequel beaucoup a été dit et écrit
ces derniers jours, a été transformé en une nouvelle source
d’accroissement des tensions autour des problèmes liés au nucléaire
iranien, selon le ministère.

La Russie, qui affirme dans son communiqué ne pas avoir reçu le texte
complet du rapport, s’interroge sur la capacité de l’Agence
internationale de l’énergie atomique (AIEA) à assurer la confidentialité
de ses documents.

Depuis plusieurs semaines, des diplomates occidentaux ont indiqué
dans la presse que le rapport fait écho aux soupçons sur les ambitions
militaires du programme nucléaire iranien, ce que Téhéran a toujours
nié.

Le président israélien, Shimon Peres, avait en conséquence averti
dimanche que la possibilité d’une attaque militaire contre l’Iran —
ennemi juré d’Israël — était plus proche qu’une option diplomatique.

Mardi soir, dans un rapport confidentiel que l’AFP a pu consulter,
l’AIEA exprime de sérieuses inquiétudes concernant le caractère
militaire du programme iranien, sur la base d’informations crédibles en
sa possession.

La Russie a estimé par ailleurs que la publication des conclusions de
ce document mettait à mal les efforts diplomatiques dans ce dossier.

Nous avons nos doutes sur la justification des mesures liées à la
publication large du contenu du rapport, a souligné le ministère des
Affaires étrangères, jugeant que le principe sur le dossier iranien
devait être ne cause pas de préjudice et non pas plus c’est pire, mieux
c’est.

Enfin, le ministère relève qu’un scientifique russe serait mentionné
dans ce document car il est soupçonné d’avoir travaillé sur des aspects
militaires du programme nucléaire iranien.

Concernant les affirmations sur la prétendue participation d’un
scientifique russe à de possibles développements militaires dans le
cadre du programme nucléaire iranien (développements qui, dit-on, ont eu
lieu il y a plus de dix ans), nous relevons deux points, indique le
communiqué.

Premièrement, nous, et la partie russe ne le dit pas pour la première
fois, avons depuis longtemps transmis à l’AIEA tous les
éclaircissements nécessaires sur cette question. Deuxièmement, il n’y a
rien de nouveau ni de sensationnel dans ces affirmations, poursuit-il.

Washington et ses alliés occidentaux n’ont pas caché leur intention
d’utiliser le rapport de l’AIEA pour durcir encore leurs sanctions
individuelles contre l’Iran et essayer de convaincre Moscou et Pékin,
jusqu’alors réticents, de renforcer celles de l’ONU adoptées par quatre
résolutions depuis 2007.

Depuis Berlin, le président russe Dmitri Medvedev a mis en garde
mardi contre une rhétorique dangereuse, en référence aux menaces
d’intervention militaire contre Téhéran, tout en admettant que l’Iran
n’avait pas respecté tous ses engagements.

Afp
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 12:41

Ben oui ! Il faut que l'Iran ait la bombe, dit Moscou. Ce sera super après !

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 12:46

Arnaud Dumouch a écrit:
Ben oui ! Il faut que l'Iran ait la bombe, dit Moscou. Ce sera super après !
il ne dit pas vraiment ca ..
mais moi je suis pour que Iran ait la bombe et qu'on leur fout la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 12:51

Toute la question est : ficheront-ils la paix à Israël, à l'Inde païenne, à l'Arabie Sunnite ? Vous faites un pari risqué.

On le fit jadis avec Hitler après l'affaire autrichienne.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:00

"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:10

Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens ! Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:15

Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens ! Mr.Red

S'attaquer à l'Iran militairement c'est provoquer une troisième guerre mondiale...super Arnaud comme idée Confused et comme le dit Chirac l'utilisation de cette bombe ( hypothétique) n'est pas envisageable...d'autant plus que l'Iran serait irradié.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:20

Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens !

La seul nation qui a utilisé l'arme nucleaire contre des civiles c'est USA alors arrêter de parler de méchants Iraniens.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:21

joker911 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens !

La seul nation qui a utilisé l'arme nucleaire contre des civiles c'est USA alors arrêter de parler de méchants Iraniens.

Dans une guerre de DEFENSE.

Vous ne voyez pas la différence, vous, entre le Japon impérial et les USA, entre celui qui attaque et celui qui se défend ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:25

Arnaud Dumouch a écrit:
joker911 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens !

La seul nation qui a utilisé l'arme nucleaire contre des civiles c'est USA alors arrêter de parler de méchants Iraniens.

Dans une guerre de DEFENSE.

Vous ne voyez pas la différence, vous, entre le Japon impérial et les USA, entre celui qui attaque et celui qui se défend ?

Voila pourquoi je dit L'Iran n'est pas une menace meme si il a la bombe a condition que on l'attaque pas.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:27

Alexis232 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens ! Mr.Red

S'attaquer à l'Iran militairement c'est provoquer une troisième guerre mondiale...super Arnaud comme idée Confused et comme le dit Chirac l'utilisation de cette bombe ( hypothétique) n'est pas envisageable...d'autant plus que l'Iran serait irradié.

Il n'y aura pas besoin de bombarder si, enfin, la Chine et la Russie cessent de jouer leur petit jeu d'ambitions personnelles et s'associent à l'Occident pour durcir les sanctions.

Mais non, ils préfèrent utiliser l'Iran comme un pion dans leur guerre d'influence contre les USA.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:36

Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:
Alexis232 a écrit:
"Où l’Iran enverrait-il cette bombe ? Sur Israël ? Elle n’aura pas fait 200 m dans l’atmosphère que Téhéran sera rasée.", déclare le chef de l'Etat au Nouvel Obs.


Jacques Chirac - 2008

Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens ! Mr.Red

S'attaquer à l'Iran militairement c'est provoquer une troisième guerre mondiale...super Arnaud comme idée Confused et comme le dit Chirac l'utilisation de cette bombe ( hypothétique) n'est pas envisageable...d'autant plus que l'Iran serait irradié.

Il n'y aura pas besoin de bombarder si, enfin, la Chine et la Russie cessent de jouer leur petit jeu d'ambitions personnelles et s'associent à l'Occident pour durcir les sanctions.

Mais non, ils préfèrent utiliser l'Iran comme un pion dans leur guerre d'influence contre les USA.
Russie et Chine (entre autres) ont des intérêts économiques avec l'Iran et sont liés par l' organisation de coopération de Shanghai...on ne peut pas rayer d'un trait de plume tous ces paramètres pour faire plaisir à l'occident.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 13:46

Alexis232 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
Alexis232 a écrit:
Arnaud Dumouch a écrit:


Super ! Alors tout va bien ! Laissons les armes nucléaire proliférer aux mains de ces grands humanistes iraniens !

S'attaquer à l'Iran militairement c'est provoquer une troisième guerre mondiale...super Arnaud comme idée Confused et comme le dit Chirac l'utilisation de cette bombe ( hypothétique) n'est pas envisageable...d'autant plus que l'Iran serait irradié.

Il n'y aura pas besoin de bombarder si, enfin, la Chine et la Russie cessent de jouer leur petit jeu d'ambitions personnelles et s'associent à l'Occident pour durcir les sanctions.

Mais non, ils préfèrent utiliser l'Iran comme un pion dans leur guerre d'influence contre les USA.
Russie et Chine (entre autres) ont des intérêts économiques avec l'Iran et sont liés par l' organisation de coopération de Shanghai...on ne peut pas rayer d'un trait de plume tous ces paramètres pour faire plaisir à l'occident.

Merci alexis ...

l'Iran n'a pas d’intérêt d'utiliser sa bombe si il l'a car il sait qu'en retour il va être détruit.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 14:02

joker911 a écrit:

Merci alexis ...

l'Iran n'a pas d’intérêt d'utiliser sa bombe si il l'a car il sait qu'en retour il va être détruit.

Ahmadinejab a répondu à l'avance à cette objection : Nous détruirons Israël qui nous détruira en retour. Mais nous croyons en la vie éternelle de nos martyrs. Quant à notre peuple, 25 années de fécondité lui rendra sa force.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 14:04

Arnaud Dumouch a écrit:
joker911 a écrit:

Merci alexis ...

l'Iran n'a pas d’intérêt d'utiliser sa bombe si il l'a car il sait qu'en retour il va être détruit.

Ahmadinejab a répondu à l'avance à cette objection : Nous détruirons Israël qui nous détruira en retour. Mais nous croyons en la vie éternelle de nos martyrs. Quant à notre peuple, 25 années de fécondité lui rendra sa force.

I don't want that I don't want that I don't want that I don't want that
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 14:11

Les gens ne se rendent pas compte des conséquences que peut avoir une attaque à l’égard l'Iran,la Chine et la Russie (voir Inde et Brésil ) devront choisir un camps,un axe...tout porte à croire que ces pays ne soutiendront pas l'occident cette foi.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 9 Nov - 17:39




VIENNE – Voici les principales conclusions du rapport de
l’Agenceinternationale de l’énergie atomique (AIEA) concernant la
possible dimension militaire du programme nucléaire iranien, selon une
copie du document obtenue par l’AFP.

- L’agence a de sérieuses inquiétudes concernant une possible dimension militaire du programme nucléaire iranien.

- Après avoir examiné attentivement et de façon critique les vastes
informations à sa disposition, l’agence estime que ces informations
sont, globalement, crédibles.

- Ces informations indiquent que l’Iran a mené des activités liées au développement d’un engin nucléaire explosif.

- L’AIEA fait état d’efforts, dont certains ont abouti, de la part
d’individus ou d’entités militaires, à se procurer des équipements et
matériaux liés au nucléaire.

- Elle a aussi détecté des initiatives visant à développer par des moyens non-déclarés la
production de matériel nucléaire.

- L’Iran a acquis des informations et des documentations concernant
le développement d’armes nucléaires auprès d’un réseau
d’approvisionnement clandestin.

- L’Iran a travaillé au développement de son propre modèle d’arme nucléaire et a procédé à des tests sur des composants.

- Si certaines de ces activités peuvent avoir des applications aussi
bien civiles que militaires, d’autres sont spécifiquement liées à la
mise au point d’armes nucléaires.

- Les informations indiquent aussi qu’avant la fin de 2003, ces
activités ont été menées dans le cadre d’un programme structuré et que
certaines activités sont peut-être toujours en
cours.

Pour ce rapport, l’AIEA précise avoir bénéficié d’informations
fournies par dix pays membres, provenant probablement de leurs services
secrets, et disposer aussi de ses propres sources, en particulier de
photos satellitaires de la base militaire de Parchin, près de Téhéran.

Les différents éléments sont présentés dans une annexe de 12 pages,
qui rassemble toutes les informations recueillies par l’AIEA depuis la
fin 2002.

Le texte intégral du rapport et des annexes est disponible depuis mercredi matin sur le site
internet d’un cercle de réflexion américain spécialiste des questions
nucléaires, l’Institut de sécurité scientifique et international (ISIS):
http://www.isisnucleariran.org/assets/pdf/IAEA_Iran_8Nov2011.pdf



Israël: mutisme officiel après le rapport de l’AIEA sur l’Iran


JERUSALEM – Le bureau du Premier ministre israélien Benjamin
Netanyahu a refusé mercredi de commenter le rapport de l’Agence
internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui a évoqué une possible
dimension militaire du programme nucléaire iranien.

Nous étudions le rapport, s’est contenté d’affirmer un responsable du
bureau. M. Netanyahu a également donné comme instruction à ses
ministres de refuser de donner des interviews, selon la radio militaire.

La dirigeante de l’opposition et chef du parti centriste Kadima,
Tzipi Livni, a pour sa part affirmé dans un communiqué qu’Israël devait
utiliser ce rapport pour pousser le monde à agir plus fermement contre
le programme nucléaire iranien.

Maintenant que la vérité a été présentée au monde, Israël doit
pousser le monde libre à arrêter l’Iran. La détermination et la sagesse
diplomatique sont désormais cruciales, a ajouté Mme Livni.

Le président de la commission de la Défense et des Affaires
étrangères du Parlement, Shaoul Mofaz, également membre de Kadima, a,
comme le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman, prôné des sanctions
paralysantes contre l’Iran. L’option militaire est la dernière possible
et la pire, mais elle doit rester sur la table prête à l’usage.

La commentatrice politique de la radio, Ilil Sharar, a justifié la
discrétion du gouvernement par la crainte que toute déclaration ou
initiative israéliennes suscitent des oppositions dans le monde et
fassent le jeu de l’Iran.

Selon le quotidien Haaretz, Israël attend de pouvoir évaluer la
réponse du monde au rapport de l’AIEA et ne voudrait pas apparaître
comme l’élément moteur de la communauté internationale dans la campagne
contre l’Iran.

Le rapport ne fait que confirmer les renseignements recueillis par
Israël ces dernières années et transmis aux autres pays, a estimé la
radio publique israélienne, citant des
responsables.

Toute la question est de savoir si les pays occidentaux sur la base
de ce rapport détaillé vont tenir leur engagement de ne pas permettre à
l’Iran de se doter de l’arme nucléaire en imposant des sanctions
beaucoup plusdures, a indiqué l’un de ces responsables.

Le ministre de la Défense Ehud Barak avait pour sa part déclaré à la
radio publique mardi, peu avant la publication du rapport, qu’Israël n’a
pas encore décidé d’une opération militaire contre l’Iran.

Le chef d’état-major adjoint des forces iraniennes, le général
Massoud Jazayeri, a menacé mercredi Israël de destruction si ce pays
attaquait ses installations nucléaires, ajoutant que la riposte
iranienne ne serait pas limitée au Proche-orient.

Israël, considéré comme la seule puissance atomique dans la région,
n’a jamais confirmé ou démenti disposer d’un arsenal nucléaire. AFP



L’Iran menace Israël de destruction en cas d’attaque


TEHERAN – Le chef d’état-major adjoint des forces iraniennes, le
général Massoud Jazayeri, a menacé mercredi Israël de destruction si ce
pays attaquait ses installations nucléaires, ajoutant que la riposte
iranienne ne serait pas limitée au Proche-orient.

Le centre (nucléaire israélien) de Dimona est le site le plus
accessible que nous pouvons viser, et nous avons des capacités encore
plus importantes. A la moindre action d’Israël (contre l’Iran), nous
verrons sa destruction, a averti le général Jazayeri cité par la
télévision
iranienne en arabe Al-Alam.

Le président israélien Shimon Peres a averti dimanche que la
possibilité d’une attaque militaire contre l’Iran était plus proche
qu’une option diplomatique avant le rapport de l’Agence Internationale
pour l’Energie Atomique (AIEA) sur le programme nucléaire de l’Iran.

Ce rapport publié mardi et immédiatement rejeté en bloc par Téhéran
fait état d’informations crédibles étayant les soupçons occidentaux
quant à un caractère militaire du programme nucléaire iranien malgré les
dénégations de la République islamique.

Notre réponse à une attaque ne sera pas limitée au Proche-Orient,
nous avons des plans prêts pour réagir, a également affirmé le général
Jazayeri sans donner de précisions.

Les responsables militaires iraniens affirment régulièrement que
l’Iran, qui considère que les Etats-Unis seraient coresponsables d’une
éventuelle frappe israélienne, pourrait s’en
prendre à des objectifs militaires américains s’il était attaqué par Israël.

Ils ont à plusieurs reprises souligné que les forces américaines au
Moyen-Orient, et notamment dans le Golfe, étaient vulnérables à des
frappes de missiles ou des forces navales rapides iraniennes.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 10 Nov - 11:40

Israël accuse Mohamed El Baradei d’être un agent iranien !

De hauts responsables israéliens ont déclaré mardi soir que le rapport de l’AIEA indique que l’Iran développe une bombe nucléaire. Mais ça, on le savait. Autre information israélienne : l’ancien directeur de l’AIEA, Mohamed El Baradei, “est un agent iranien”.

L’ancien président de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, en parti responsable de la révolution islamiste en Egypte, est celui qui a caché pendant de longues années des éléments pourtant essentiels, prouvant la fabrication de la bombe atomique par les Iraniens !

Pendant des années, il a défendu le programme nucléaire iranien, affirmant qu’il était pacifique, permettant ainsi aux Iraniens de poursuivre leur activité avec la permission des Nations Unies… Déjà, à l’époque, Israël dénonçait Baradei.

Selon l’un des fonctionnaires de l’État, le nouveau rapport publié mardi révèle “à quel point il a travaillé pour les Iraniens.”

“Il a tout simplement sauvé l’Iran et a été constamment occupé à les couvrir, causant de graves dommages en permettant aux Iraniens de tromper le monde entier et de gagner du temps. L’histoire jugera Baradei comme celui qui a aidé l’Iran à obtenir l’arme nucléaire.”

“Les révélations d’aujourd’hui ne sont pas nouvelles, elles sont anciennes mais elles ont été cachés et non publiées,” a ajouté le responsable. “Maintenant, il s’avère que M. ElBaradei a conduit une politique active de dissimulation et de mépris. C’est très grave. C’est une personne méprisable.”

“M. ElBaradei n’a pas menti aux Israéliens, mais il a fait foiré le monde entier”, a ajouté Uzi Eilam, ancien chef de l’Agence Israélienne de l’Energie Atomique. “Il a été malhonnête lors de son mandat. C’est lui qui a permis de faire en sorte que le Conseil de Sécurité n’impose pas de graves sanctions.

Avi Retschild – JSSNews

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 11 Nov - 17:15

Iran : Panetta met en garde contre une attaque

Une action militaire contre l'Iran pourrait avoir des "conséquences inattendues" dans la région, a prévenu jeudi le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, quelques heures après que Téhéran a mis en garde contre toute attaque contre ses sites nucléaires. Panetta, qui dirige le Pentagone depuis le mois de juillet, a indiqué partager l'analyse de son prédécesseur Robert Gates, selon laquelle une frappe sur l'Iran ne ferait que retarder son programme nucléaire, que les puissances occidentales jugent de nature militaire et non civile comme le prétend la République islamique. Robert Gates estimait en outre qu'une telle action aurait pour effet d'unir le pays et de ne faire que renforcer sa détermination à se doter de l'arme nucléaire.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 13 Nov - 20:41

L’Iran perd son expert n°1 en missiles dans la tentative ratée d’adapter une tête nucléaire sur un Shahab 3.

L’Iran perd son expert n°1 en missiles dans la tentative ratée d’adapter une tête nucléaire sur un Shahab 3.

shahab3-

Le Brigadier Hassan Moghadam, chef du développement des missiles pour le Corps des Gardiens de la révolution et des unités de son programme nucléaire, a été tué dans l’une des deux explosions successives qui ont touché deux bases des Pasdaran à 46 kms à l’ouest de Téhéran, samedi 12 novembre. Le nombre officiel de victimes s’élève à 32 morts…

[ShahryarBlast12.11.11 (Copier)]

L’explosion n’a rien d’ordinaire sur la base des Padaran de Shahryar

Quatorze heures après que des explosions successives aient frappé deux bases des Gardiens de la Révolution (CGRI), à 46 kms à l’ouest de Téhéran, samedi 12 novembre, les explosions se sont poursuivies et les incendies font rage, révèlent des sources exclusives de Debkafile. Les bases sont situées à Malard, dans le secteur de Shahryar. L’installation de Moadarres a été la première à être touchée, alors qu’une deuxième explosion, bien plus vaste, survenait à Amir al-Mo’menin.

Leur ampleur était telle que le Croissant Rouge iranien a dépêché 45 ambulances vers les deux installations, et 23 bus en supplément, convertis en véhicules de premiers secours, ainsi qu’un hélicoptère, afin d’évacuer les blessés en condition critique. Cependant, il n’y a que six agents du personnel de secours qui ont eu accès à la base de Moadarres et aucun ne s’est vu autorisé à entrer dans Amir-al-Mo’menin, du fait du caractère sensible de l’installation…

[Sajil-missile-3_8802301396_L600 (Copier)]

Et si ce n'est pas un Shahab… c'est donc son frère le Sajjil (intercontinental)

Les incendies continuent à faire rage depuis des heures. Les rues avoisinantes ont été fermées et les journalistes tenus à distance de la scène.

Le nombre provisoire de tués, pour les deux explosions, est monté à 32.

Nos sources font état de preuves croissantes que la première explosion a été provoquée par la tentative ratée de monter une tête nucléaire sur un missile Shahab 3 de portée intermédiaire.

Elle a été suffisamment puissante pour briser des vitres et faire des dégâts dans des magasins à Téhéran. Les personnes rassemblées au coin de la rue, se sont étonnées et demandées si Israël avait attaqué des sites nucléaires iraniens, ou détruit des bases de missiles des Gardiens de la Révolution. Ils se sont souvenus des menaces du Guide Suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, jeudi 10 novembre, de mener la guerre dans les rues de Tel Aviv, si Téhéran était attaqué.

Le porte-parole des Pasdaran, le Brigadier Ramedan Sharif, a fermement nié ce qu’il a dit n’être que des « spéculations », selon lesquelles la base militaire était liée au programme nucléaire iranien. « Cette explosion n’est liée à aucun essai nucléaire », a-t-il affirmé, en réponse aux rumeurs qui se répandent. Il a insisté sur le fait que l’explosion avait eu lieu dans un dépôt de munitions, qui faisait partie du système « « d’autosuffisance », un terme qu’ils appliquent pour parler de leurs sites de munitions, mais aussi des usines fabriquant des composants de missiles.

Les autorités iraniennes, après avoir élevé le nombre de victimes à 32, font de la rétention d’information, concernant les blessés, dont la plupart ont été transférés vers les locaux des Pasdarans (GRI), plutôt que vers des hôpitaux civils. Plusieurs pourraient être des ingénieurs ou des experts scientifiques étrangers, dont la présence à Téhéran doit absolument être gardée secrète.

Le Conseil d’Urgence qui doit s’occuper des évènements extraordinaires susceptibles d’altérer la stabilité du régime, s’est réuni en session d’urgence, samedi soir.

http://www.lepost.fr/article/2011/11/12/2636562_l-iran-perd-son-expert-n-1-en-missiles-dans-la-tentative-ratee-d-adapter-une-tete-nucleaire-sur-un-shahab-3.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 13 Nov - 21:21

Nucléaire iranien: Obama sonde prudemment les présidents russe et chinois


HONOLULU (Etats-Unis) - Le président américain Barack Obama a sondé prudemment samedi ses homologues russe Dmitri Medvedev et chinois Hu Jintao à propos du programme nucléaire iranien, Moscou et Pékin s'opposant à de nouvelles sanctions contre Téhéran.

Moins d'une semaine après la publication du rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) soupçonnant fortement l'Iran d'avoir travaillé à la mise au point de l'arme atomique, M. Obama a rencontré ses deux homologues en tête-à-tête, en marge du sommet du Forum de coopération économique Asie-Pacifique à Hawaii.

Les pays occidentaux estiment que ce rapport justifie de nouvelles sanctions internationales contre l'Iran, mais Chinois et Russes se sont jusqu'à présent montrés hostiles à une telle éventualité.

La Russie et les Etats-Unis vont s'efforcer de trouver une réponse commune afin de conduire l'Iran à respecter ses obligations internationales en matière nucléaire, a déclaré M. Obama après son entretien avec M. Medvedev. Mais il n'a pas évoqué publiquement la question des sanctions.

M. Medvedev a déclaré à la presse avoir discuté de l'Iran avec son homologue américain, mais sans fournir de détails.

M. Obama a également évoqué l'Iran au début d'une rencontre avec M. Hu, mais de façon encore plus vague, réclamant simplement des efforts pour faire conjointement en sorte que les pays comme l'Iran respectent les règles et les critères internationaux.

Des responsables américains ont fait savoir qu'il n'y avait pas eu de désaccord au cours de ces entretiens sur la nécessité que Téhéran respecte le droit international en matière nucléaire. Et ils ont confirmé que M. Obama n'avait pas spécifiquement évoqué le sujet des sanctions.

La Russie comme la Chine ont dit qu'elles ne voulaient pas voir l'arme atomique arriver en Iran ni dans aucun autre Etat, a observé le secrétaire adjoint à la sécurité nationale, Ben Rhodes. Elles continuent à adhérer aux efforts diplomatiques pour dire à l'Iran de respecter ses obligations.

La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a exigé vendredi que l'Iran réponde dans les prochains jours au rapport de l'AIEA.

L'Iran a pour l'heure rejeté les accusations de l'AIEA, dont le rapport a été publié alors que des responsables israéliens agitaient depuis plusieurs jours la menace d'une attaque préventive contre des installations nucléaires iraniennes.

Depuis 2007, l'ONU a infligé à l'Iran quatre séries de sanctions économiques et financières. De leur côté, les Occidentaux, Américains et Européens en tête, ont pris des sanctions supplémentaires allant bien plus loin que celles décidées par les Nations unies.

Le dossier iranien a aussi une dimension de politique intérieure pour M. Obama.

Mitt Romney, l'un des favoris de la course à l'investiture républicaine pour la présidentielle, a promis samedi que l'Iran n'obtiendra pas l'arme nucléaire s'il est élu en novembre 2012, lors du débat entre candidats républicains consacré à la politique étrangère américaine.

Une chose dont vous pouvez être sûr c'est que l'Iran aura l'arme nucléaire si nous réélisons Barack Obama. Et si vous élisez Mitt Romney, si vous m'élisez président, il n'obtiendra pas l'arme nucléaire, a assuré M. Romney.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 13 Nov - 22:33

Philippe Fabry a écrit:
L’Iran perd son expert n°1 en missiles dans la tentative ratée d’adapter une tête nucléaire sur un Shahab 3.

L’Iran perd son expert n°1 en missiles dans la tentative ratée d’adapter une tête nucléaire sur un Shahab 3.

shahab3-

Le Brigadier Hassan Moghadam, chef du développement des missiles pour le Corps des Gardiens de la révolution et des unités de son programme nucléaire, a été tué dans l’une des deux explosions successives qui ont touché deux bases des Pasdaran à 46 kms à l’ouest de Téhéran, samedi 12 novembre. Le nombre officiel de victimes s’élève à 32 morts…

[ShahryarBlast12.11.11 (Copier)]

L’explosion n’a rien d’ordinaire sur la base des Padaran de Shahryar

Quatorze heures après que des explosions successives aient frappé deux bases des Gardiens de la Révolution (CGRI), à 46 kms à l’ouest de Téhéran, samedi 12 novembre, les explosions se sont poursuivies et les incendies font rage, révèlent des sources exclusives de Debkafile. Les bases sont situées à Malard, dans le secteur de Shahryar. L’installation de Moadarres a été la première à être touchée, alors qu’une deuxième explosion, bien plus vaste, survenait à Amir al-Mo’menin.

Leur ampleur était telle que le Croissant Rouge iranien a dépêché 45 ambulances vers les deux installations, et 23 bus en supplément, convertis en véhicules de premiers secours, ainsi qu’un hélicoptère, afin d’évacuer les blessés en condition critique. Cependant, il n’y a que six agents du personnel de secours qui ont eu accès à la base de Moadarres et aucun ne s’est vu autorisé à entrer dans Amir-al-Mo’menin, du fait du caractère sensible de l’installation…

[Sajil-missile-3_8802301396_L600 (Copier)]

Et si ce n'est pas un Shahab… c'est donc son frère le Sajjil (intercontinental)

Les incendies continuent à faire rage depuis des heures. Les rues avoisinantes ont été fermées et les journalistes tenus à distance de la scène.

Le nombre provisoire de tués, pour les deux explosions, est monté à 32.

Nos sources font état de preuves croissantes que la première explosion a été provoquée par la tentative ratée de monter une tête nucléaire sur un missile Shahab 3 de portée intermédiaire.

Elle a été suffisamment puissante pour briser des vitres et faire des dégâts dans des magasins à Téhéran. Les personnes rassemblées au coin de la rue, se sont étonnées et demandées si Israël avait attaqué des sites nucléaires iraniens, ou détruit des bases de missiles des Gardiens de la Révolution. Ils se sont souvenus des menaces du Guide Suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, jeudi 10 novembre, de mener la guerre dans les rues de Tel Aviv, si Téhéran était attaqué.

Le porte-parole des Pasdaran, le Brigadier Ramedan Sharif, a fermement nié ce qu’il a dit n’être que des « spéculations », selon lesquelles la base militaire était liée au programme nucléaire iranien. « Cette explosion n’est liée à aucun essai nucléaire », a-t-il affirmé, en réponse aux rumeurs qui se répandent. Il a insisté sur le fait que l’explosion avait eu lieu dans un dépôt de munitions, qui faisait partie du système « « d’autosuffisance », un terme qu’ils appliquent pour parler de leurs sites de munitions, mais aussi des usines fabriquant des composants de missiles.

Les autorités iraniennes, après avoir élevé le nombre de victimes à 32, font de la rétention d’information, concernant les blessés, dont la plupart ont été transférés vers les locaux des Pasdarans (GRI), plutôt que vers des hôpitaux civils. Plusieurs pourraient être des ingénieurs ou des experts scientifiques étrangers, dont la présence à Téhéran doit absolument être gardée secrète.

Le Conseil d’Urgence qui doit s’occuper des évènements extraordinaires susceptibles d’altérer la stabilité du régime, s’est réuni en session d’urgence, samedi soir.

http://www.lepost.fr/article/2011/11/12/2636562_l-iran-perd-son-expert-n-1-en-missiles-dans-la-tentative-ratee-d-adapter-une-tete-nucleaire-sur-un-shahab-3.html

faut rester prudent l'occident va essayer de trouver tout excuse valable pour attaquer ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 13 Nov - 22:35

Revenir en haut Aller en bas
Ray



Messages : 5316
Inscription : 13/11/2011

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 14 Nov - 0:38

joker911 a écrit:
faut rester prudent l'occident va essayer de trouver tout excuse valable pour attaquer ..
Je pense qu'au contraire, les puissances occidentales sont bien embêtées dans cette affaire et que si il y avait une volonté d'attaquer ça serait déjà fait depuis longtemps, vu qu'il est manifeste que l'Iran poursuit activement un programme nucléaire militaire.
(Et oui, contrairement à ce que pensent certains, l'Iran (enfin leurs dirigeants actuels) n'hésiteront pas une seule seconde à s'en servir si ils l'obtiennent.)
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 14 Nov - 4:17

Philippe Fabry a écrit:
Nucléaire iranien: Obama sonde prudemment les présidents russe et chinois


HONOLULU (Etats-Unis) - Le président américain Barack Obama a sondé prudemment samedi ses homologues russe Dmitri Medvedev et chinois Hu Jintao à propos du programme nucléaire iranien, Moscou et Pékin s'opposant à de nouvelles sanctions contre Téhéran.

Virus informatique ?

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 16 Nov - 10:32

Iran, le scénario de la catastrophe : Une attaque entre Noël et le début de la nouvelle année ?

lundi 14 novembre 2011 par Israël, par Grande-Bretagne, par Etats-Unis

« Selon de hauts fonctionnaires britanniques, l’attaque contre l’Iran pourrait avoir lieu entre Noël et le début de la nouvelle année, avec l’appui logistique étasunien.





http://www.jforum.fr/forum/international/article/iran-le-scenario-de-la-catastrophe?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter%20du%2014-11-2011
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 19 Nov - 15:35

Iran commence des exercices millitaires (4 jours) pour tester son armés, en vue d'une attaque de son territoire.
afp
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 27 Nov - 21:41

L'Iran menace la Turquie
Rassemblement de hauts dignitaires iraniens à l'académie militaire de l'armée de terre, à Téhéran, le 10 novembre 2011.
Rassemblement de hauts dignitaires iraniens à l'académie militaire de l'armée de terre, à Téhéran, le 10 novembre 2011.
REUTERS/Khamenei.ir/Handout
Par RFI

Un haut responsable militaire iranien a promis de frapper en Turquie les installation du bouclier anti-missile de l'Otan si jamais son pays était menacé d'une attaque. Jusqu'à présent, les responsables iraniens avaient affirmé à plusieurs reprises qu'en cas d'attaque contre leur pays ils frapperaient d'abord Israël en représailles.

C'est le commandant des forces aériennes des Gardiens de la Révolution, Amir ali Hajizadeh, qui a menacé de prendre la Turquie pour cible si jamais l'Iran devait faire face à une attaque. Cet homme commande les systèmes iraniens de missiles et ses déclarations sont à prendre dans le contexte du regain de tension autour des capacités nucléaires de l'Iran.

Au début du mois, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a publié un rapport qui fait état de graves inquiétudes concernant le programme nucléaire iranien. Les Etats-Unis ont renforcé leurs sanctions contre Téhéran alors qu'en Israël on a évoqué à nouveau l'hypothèse de frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

La Turquie, qui a offert sa médiation par le passé, pour tenter de résoudre la crise nucléaire iranienne, reçoit par ailleurs depuis 2011 un système de radar qui fait partie du bouclier antimissile de l'Otan, destiné, selon Washington a contrer à la menace nucléaire iranienne. Les déclarations du haut responsable militaire iranien restent pour l'instant au stade de la rhétorique, à usage à la fois interne et international. Il faut souligner que c'est la première fois que Téhéran menace directement la Turquie.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20111127-iran-menace-turquie

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80782
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 27 Nov - 21:53

Turquie Sunnite est en train de rêver "ottoman", Iran chiite est en train de rêver Nucléaire, Inde hindouiste.

Tout cela sent l'envie de se taper dessus.

_________________
Arnaud


Dernière édition par Arnaud Dumouch le Mar 29 Nov - 6:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Fidjouss



Messages : 547
Inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 28 Nov - 22:32

Arnaud Dumouch a écrit:
Turquie Sunnite est en train de rêver "ottoman", Iran chiite est en train de rêver Nucléaire, Inde hindouiste.

Tout cela sent l'envie de se taper dessus.

ça se tape deja dessus, mon cher Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mar 29 Nov - 8:58

ça peut se taper dessus encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 12:34


Plusieurs dizaines de
manifestants islamistes radicaux ont attaqué, occupé et saccagé mardi
l'ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran en réclamant sa fermeture. ( ©
AFP photo AFP)






TEHERAN (AFP) - La Grande-Bretagne a décidé
d'évacuer mercredi tous ses diplomates d'Iran au lendemain de l'attaque
par des manifestants de son ambassade à Téhéran qui a suscité des
réactions contradictoires au sein du régime iranien et un tollé
international.
Londres a évacué mercredi matin une partie de son
personnel diplomatique --une vingtaine de personnes-- vers Dubaï
(Emirats arabes unis) à bord d'un vol régulier, et les derniers
diplomates encore à Téhéran devaient suivre dans l'après-midi, selon des
sources diplomatiques occidentales à Téhéran.
L'opération se
déroule avec le concours du ministère iranien des Affaires étrangères et
de plusieurs ambassades européennes dont l'ambassade de France, où les
diplomates britanniques ont passé la nuit après avoir été évacués sains
et saufs mardi soir de la chancellerie et de l'ancienne résidence
britannique, occupées et saccagées par plusieurs dizaines de
manifestants.
Ces manifestants, officiellement présentés comme des
"étudiants bassidjis" (miliciens islamistes), ont dans un premier temps
bénéficié de la passivité des forces de l'ordre présentes en nombre
devant l'ambassade alors que leur action était suivie en direct par la
télévision iranienne.
Ils réclamaient la fermeture de la mission
britannique en représailles aux nouvelles sanctions adoptées la semaine
dernière par Londres contre le programme nucléaire iranien controversé.
L'ambassade
avait demandé expressément lundi aux autorités iraniennes de prendre
les mesures "adéquates" pour protéger ses locaux lors de la
manifestation prévue devant la chancellerie.
Cette attaque, au
lendemain du vote par le Parlement d'une loi prévoyant l'expulsion de
l'ambassadeur britannique à Téhéran et la réduction des relations entre
les deux pays, a fait monter la tension déjà vive entre Téhéran et les
pays occidentaux autour notamment du dossier nucléaire iranien.

Londres a averti qu'elle aurait des "conséquences graves", tandis que de
nombreuses capitales, de Washington à Moscou en passant par Paris ou
Berlin, ont sévèrement condamné ce que la secrétaire d'Etat américaine
Hillary Clinton a qualifié "d'affront à toute la communauté
internationale".
La mise à sac de l'ambassade britannique a été
également fermement dénoncée par l'Union européenne ainsi que par le
Conseil de sécurité de l'ONU qui a souligné son caractère
"inacceptable", et par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon qui
s'est déclaré "choqué" et indigné".
La Norvège, qui a actuellement
des relations tendues avec l'Iran, a annoncé avoir "fermé"
provisoirement son ambassade à Téhéran tout en précisant qu'aucune
décision d'évacuation de ses diplomates n'avait été prise.
Le
ministère iranien des Affaires étrangères a rapidement réagi en
exprimant "ses regrets pour le comportement inacceptable d'un petit
nombre de manifestants", et a promis que l'attaque de mardi aurait des
"suites judiciaires".
L'adjoint du chef de la police iranienne, le
général Ahmad Reza Radan, a confirmé mercredi qu'un nombre non précisé
d'assaillants avaient été arrêtés ou identifiés, et qu'ils seraient
remis à la justice. Selon l'agence Fars, "plusieurs dizaines" de
manifestants auraient été arrêtés.
Mais la ligne dure du régime se
réclamant du Guide de la République islamique, l'ayatollah Ali
Khamenei, a au contraire justifié mercredi l'action des manifestants
comme une réaction légitime face à la "politique dominatrice" de Londres
à l'égard de l'Iran.
"La colère des étudiants est due à plusieurs
décennies de politique dominatrice de la Grande-Bretagne en Iran", a
affirmé le président du Parlement Ali Larijani lors d'une intervention
devant le Majlis.
"L'action précipitée du Conseil de sécurité pour
condamner les étudiants iraniens vise à couvrir les crimes passés de la
Grande-Bretagne et des Etats-Unis", a ajouté M. Larijani, qui a
simplement appelé "au calme et au respect de la loi".
Le président
de la commission des Affaires étrangères du Parlement, Alaeddine
Boroudjerdi, a lui aussi expliqué le saccage de l'ambassade par
"l'émotion des étudiants" face au "passé historique détestable des
Britanniques en Iran qui a provoqué la haine de tout le pays".
Le
presse s'est abstenue mercredi de commenter l'attaque, mais lui a
accordé ses gros titres en soulignant surtout "la colère des étudiants"
contre la Grande-Bretagne.
© 2011 AFP
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 22:17

Israël a-t-il attaqué l’Iran hier à Ispahan ?

29 novembre 2011
Nathan Cahn
6 Commentaires

Ispahan, lundi 28 novembre, 14h 40, une mystérieuse explosion ébranle la ville 4 heures plus tard, aux alentours de 18h 30, l’agence de presse iranienne Fars annonce qu’un centre d’enrichissement d’uranium a explosé dans cette ville située à 340 kms de Téhéran.

Quand la nouvelle a été mise en ligne par le site internet du journal israélien Haaretz, tout le monde a pensé que Aman, le service de renseignements miltaires israéliens était responsable de cette opération spectaculaire. Mais l’Iran vit sous une dictature qui n’a rien à envier à la Syrie et depuis cette annonce tonitruante, on assiste à un cafouillage complet au niveau des sources d’information. Selon l’agence iranienne Mehr, rien ne permet d’affirmer que l’explosion s’est produite à proximité du centre nucléaire d’Ispahan. Et, à en croire, le site internet du journal iranien Farhang e-Ashti citant »des sources bien informées », elle a eu lieu près d’une académie militaire de la ville. Cette nouvelle est reprise par plusieurs sites d’opposants iraniens en exil mais ce n’est pas forcément une garantie de crédibilité. Auparavant, une autre agence de presse iranienne, l’agence Isna, affirmait que c’était une station essence qui avait explosé. Bref, les Iraniens cherchent la parade et on en saura plus seulement dans les jours qui viennent. Lorsque l’aviation israélienne avait bombardé une centrale nucléaire syrienne en construction, le même flou avait entouré l’opération pendant plusieurs mois. D’autant que les Israéliens n’ont pas intérêt, non plus à trop en dire. Le ministre des Renseignements, Dan Meridor, a estimé sur la radio militaire, Gaalei Tsahal, qu’il ne fallait pas «relier chaque explosion à James Bond et à des activités des services secrets». »Ils rencontrent des difficultés dans leur programme nucléaire, et ne sont pas arrivés jusqu’à présent là où ils voulaient en arriver », a-t-il ajouté.

Le président israélien Shimon Peres a toutefois déclaré la semaine dernière qu’ « une attaque contre l’Iran de la part d’Israël et d’autres pays est de plus en plus vraisemblable du fait du travail des services de renseignements des divers pays qui surveillent l’Iran, qui s’inquiètent et pressent leurs dirigeants à agir car l’Iran est prêt à obtenir l’arme atomique ».

Des fuites, (probablement volontaires) sur l’imminence d’une attaque israélienne contre l’Iran ont d’ailleurs été publiées dans la presse israélienne au début du mois. Une enquête des renseignements intérieurs (le Shin Bet) a été ouverte. L’ancien patron du Mossad, Meir Dagan (farouchement opposé à cette intervention militaire) est suspecté d’avoir volontairement transmis des informations à la presse. Mais les journalistes nagent en pleine intox’… Il est impossible, pour l’instant de savoir qui dit la vérité.

D’autant qu’Israël est déjà soupçonné d’avoir éliminé un général iranien, il y a 3 semaines.
17 personnes ont trouvé la mort dans l’explosion d’une base militaire à 40 km de Téhéran. Parmi elles, le Général Hasan Moghaddam, qui dirigeait tout le programme de développement de missiles en Iran. Lorsqu’un journaliste de Gaalei Tsahal a demandé au ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, si Israël était responsable de l’attaque, celui-ci s’est contenté de répondre calmement : «il y a eu une explosion, et nous espérons qu’il y en aura encore beaucoup d’autres». On n’en saura pas plus du côté de Jérusalem. Mais pour le magazine Times (qui n’est pas habitué aux informations infondées et aux titres tapageurs), il n’y a aucun doute : le Mossad a réussi un coup de maître dont quasiment aucun service secret au monde n’est capable. »Ne vous fiez pas aux Iraniens qui évoquent un accident, et ne vous étonnez pas si nous assistons à d’autres sabotages de ce type dans les prochains jours », a confié au journal un responsable haut placé d’un service de renseignement occidental. Et l’opération est très douloureuse pour les Iraniens car le brigadier général Hassan Tehrani Moghaddam était l’expert balistique numéro un des Pasdaran, les gardiens de la révolution.
Il n’aura échappé à personne que cette explosion (préparée de longue date si elle est effectivement le fait des Israéliens) a eu lieu quelques jours seulement après la publication par l’Agence Internationale Atomique (AIEA) d’un rapport accablant sur le caractère militaire du programme nucléaire iranien. A en croire le bloggeur américain Richard Silverstein, les Israéliens se sont appuyés sur le groupe d’opposition iranien Mojahedin-e-Khalq, Et lundi 14 novembre, c’est le Washington Post qui renchérissait en affirmant qu’un plan de sabotage des installations nucléaires iraniennes était sur les rails.
Par ailleurs, l’armée Israélienne a procédé mercredi dernier au tir réussi d’un missile balistique doté d’un nouveau système de propulsion permettant d’atteindre l’Iran. Cet engin peut aisément être doté d’une charge nucléaire (qu’Israël possède depuis les années 1950).

La société israélienne est divisée sur la question de l’option militaire : 41 % des Israéliens y sont favorables. Nicolas Sarkozy, qui a réaffirmé publiquement son soutien à Israël, dans son intervention à l’issue du G20, s’oppose, comme la totalité des membres permanants du Conseil de Sécurité, à l’option militaire. L’Iran de son côté a menacé de « punir » Israël en cas d’attaque et qu’il était « préparé au pire ». Un haut responsable des Gardiens de la Révolution affirme même que « des combats auront lieu dans les rues de Tel Aviv ».

Nathan Cahn

http://streetgeneration.fr/news/breves/58373/israel-a-t-il-attaque-liran-hier-a-ispahan/comment-page-1/

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 22:22

une source russe parle de 2 explosions et selon la source toujours ils pensent qu'apres analyse des images c'est une explosion du a une erreur dans le trest d'un missile balistique ..
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 22:26

Quel dommage ! Laughing

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 22:31


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 30 Nov - 22:55

De fait, les agences de presse iraniennes – Irna, Fars, Meher – se sont contredites l’une l’autre quant à l’explosion qui a secouer la ville qui abrite, à sa proximité, un important site nucléaire.

Mais, il ne sert à rien de multiplier les hypothèses et les supputations. Il suffit d’attendre que le ciel livre sa vérité, soit les images en provenance des satellites d’observation. Ainsi, avant-hier, l’Institut d’études de sécurité nationale à Washington a publié des images satellitaires de l’explosion survenue dans la base située à environ 40 kms de Téhéran, survenue voici une quinzaine.

La désolation totale : des immeubles éventrés, d’autres réduits à l’état de décombres, ce qui témoigne de la violence des explosions qui se sont produites en différents endroits. Des images qui démentent les explications données alors par les autorités iraniennes.

http://www.israelvalley.com/news/2011/11/30/33930/israelvalley-iran-que-sest-il-passe-a-ispahan-les-autorites-iraniennes-nient-toute-explosion

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 4 Déc - 11:55

TEHERAN – Le prix du pétrole grimpera à 250 dollars le baril si les
Etats-Unis et l’Europe décident des sanctions sur l’achat du pétrole
iranien, a prédit le chef de la commission économique du parlement
iranien, Arsalan Fathipour, cité dimanche par le quotidien Kayhan.

Si les Etats-Unis et certains pays européens imposent des sanctions
contre le pétrole et le gaz iranien, le prix du baril du pétrole
grimpera à 250 dollars, selon M. Fathipour.

L’Union européenne a élargi jeudi la liste des sociétés et des
personnalités iraniennes touchées par les sanctions visant le programme
nucléaire iranien controversé, et a annoncé l’étude de nouvelles mesures
contre les secteurs pétrolier et financier de l’Iran. La France et
l’Allemagne souhaitent notamment imposer un embargo sur l’achat de
pétrole iranien.

La Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Turquie sont les
principaux acheteurs de pétrole iranien, mais Téhéran vend tout de même
quelque 450.000 barils/jour –près de 18% de ses exportations– aux pays
de l’Union européenne, essentiellement l’Italie, l’Espagne et la France,
selon les chiffres du Département américain à l’Energie (EIA).

Dans le même temps, le Sénat américain a voté jeudi des sanctions
contre la banque centrale iranienne qui contrôle les transactions sur le
pétrole, malgré les réticences de l’administration du président Barack
Obama qui craint des perturbations sur le marché pétrolier.

Les tensions autour de l’Iran, deuxième producteur de l’OPEP après
l’Arabie Saoudite, ont fait monter le prix du pétrole ces derniers
jours.

Afp
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 4 Déc - 13:16







« Alliance stratégique » en Israël contre les frappes sur l’Iran : un répit ?




3 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Alors
que les foyers se multiplient pour déclencher un conflit mondial
opposant les forces de l’OTAN à la Russie
et la Chine, une « alliance stratégique » vient de se former en Israël
pour empêcher le gouvernement de se lancer dans un raid contre les sites
nucléaires iraniens. Menée par d’anciens dirigeants des forces de
sécurité israéliennes et vraisemblablement soutenue parmi
l’establishment, cette coalition montre que certains en Israël ne
souhaitent pas forcément que leur pays s’autodétruise tel une grenade
dégoupillée qu’on balance dans le grand jeu géopolitique britannique.


D’après le quotidien israélien Haaretz,
l’ancien patron du Mossad (services secrets extérieurs) Meir Dagan,
pour contrecarrer la politique folle de l’équipe au pouvoir, vient de
former une « alliance stratégique » politique formée d’experts
militaires et de sécurité. Il s’agit en particulier de Gabi Ashkenazi,
ancien chef d’Etat-major de l’armée de 2007 à 2011 et de Yuval Diskin,
ancien patron du Shin Bet (sécurité intérieure) de 2005 à 2011. Leurs
voix s’ajoutent à celles de l’ex-chef du Mossad Ephraim Halevy et de
l’ancien chef d’Etat-major Shaul Mofaz.


Par le passé, c’est la faction d’Ashkenazi qui avait cherché à
conclure un accord de paix avec la Syrie, ce qui n’était pas du goût du
Premier ministre Bibi Netanyahou et de son ministre de la Défense Ehud
Barak. Meir Dagan s’est lancé un nouveau défi, à savoir sauver l’Etat
d’Israël de lui-même en créant un « (…) mouvement populaire visant à opérer un changement rapide du régime politique actuel » car celui-ci « (…) constitue une menace pour l’avenir de l’Etat, et son maintien inchangé conduira à sa perte ».


Ashkenazi et Dagan ont pris contact avec le bureau du juge Micha
Lindenstrauss, actuellement Contrôleur de l’Etat, pour solliciter une
évaluation des prérogatives gouvernementales sur les pouvoirs de guerre.
A la tête d’une agence indépendante, Lindenstrauss est la terreur des
politiciens israéliens et n’hésite pas à formuler les critiques les plus
virulentes à l’égard de l’équipe gouvernementale.


Le fait que Meir Dagan, pour la deuxième fois en une semaine, ait pu
formuler ses critiques lors d’une émission à la télévision nationale à
heure de grande écoute, montre qu’il dispose d’un soutien
non-négligeable des élites du pays. « Je m’inquiète d’erreurs possibles et je préfère parler avant qu’une catastrophe se produise » , a-t-il dit.
« Je pense que s’engager les yeux ouverts dans une guerre régionale ne
se justifie que lorsque nous sommes sous attaque ou quand le couteau
s’enfonce déjà dans notre gorge. Ce n’est pas une alternative que l’on peut choisir à la légère. »


Alors qu’Ehud Barak prétend qu’un conflit avec l’Iran coûterait moins
de 500 vies dans le pire des cas, Dagan estime au contraire que « le niveau de destruction, de paralysie de la vie quotidienne et le nombre de morts serait élevé ». Récemment, Barak a déclaré qu’Israël disposait de moins d’un an pour effectuer une attaque militaire, une affirmation qui « préoccupe » Dagan pour qui ce calendrier est exagéré.


La guerre des ombres a commencé



Mais gardons-nous d’angélisme : Pour sa part, Meir Dagan est un
partisan des opérations clandestines dont il vante l’efficacité. Dans un article retraçant toutes les opérations clandestines de déstabilisation et autres assassinats depuis 2007, le journaliste d’Haaretz Yossi Melman reconnait que « la guerre contre l’Iran a déjà commencé ».


Rappelons qu’il y a quelques semaines, une forte explosion a frappé
une base militaire à 40km de Téhéran. Parmi les 18 morts, le général
Hassan Tehrani - Moghaddam, directeur du programme des missiles
balistiques iraniens. Cette semaine, une autre explosion a secoué la
ville d’Ispahan, la troisième ville d’Iran, où se trouve un site
nucléaire.


Interrogé par le quotidien Yedioth Ahronoth pour savoir si ces
actions de sabotage sur le territoire iranien sont l’œuvre de « la main
de Dieu » (une allusion à l’opération « Colère de Dieu »), Dagan a
répondu en souriant par l’affirmative. Gary Samore, le conseiller
d’Obama sur la question des armes de destruction de masse ne disait rien
d’autre en mai 2011 lorsqu’il se déclarait « content d’apprendre » que
les Iraniens avaient du mal avec leurs centrifugeuses.


Constatant que le nombre d’actes de sabotages a augmenté de 10 % cette année, Haaretz rappelle tous les dangers d’une telle politique. « Il
est certain que la patience de Téhéran est au point de s’épuiser. On
l’a vu avec la prise de l’Ambassade britannique par des étudiants cette
semaine. Ce n’était pas une rage spontanée : c’était un avertissement
d’un régime qui se rend compte que quelqu’un lui a déclaré la guerre
sans laisser de trace. Tôt ou tard, le régime des ayatollahs décidera de
réagir et ordonnera à ses services de renseignement et d’action de
riposter. »



Craintes au Pentagone, incertitude à Tel Aviv



Interrogé par Reuters
le 30 novembre, le général Martin Dempsey, chef d’Etat-major de l’armée
américaine, a douté être sur la même longueur d’onde stratégique
qu’Israël et a déclaré : « Je ne sais si Israël alerterait à l’avance les Etats-Unis, s’il décidait de lancer une action militaire contre l’Iran ». Les militaires américains craignent
que par l’attitude Israélienne et l’imprévisibilité d’Obama ne les
engage dans une guerre régionale qui tournerait de facto au conflit
mondial. Vendredi lors d’une conférence à Washington, le secrétaire à la
Défense américain, Leon Panetta, a sommé le gouvernement israélien de
remédier immédiatement à « son isolement grandissant ».


Entre temps, Ehud Barak avait réagit en déclarant que « Israël
est un Etat souverain et c’est son gouvernement, son armée et ses
forces de sécurité qui sont responsables de sa sureté, de son devenir et
de sa survie. Nous n’avons pas besoin de guerre inutiles mais nous
pourrions définitivement être mis à l’épreuve. »
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 4 Déc - 21:37





Teheran – L’Iran a abattu un drone américain RQ-170 dans l’est du
pays, frontalier de l’Afghanistan et du Pakistan, a affirmé dimanche une
chaîne de télévision iranienne, et l’Otan a indiqué qu’il s’agissait
peut-être d’un drone perdu en Afghanistan.
Le drone auquel les Iraniens font allusion pourrait être un drone
américain de reconnaissance qui effectuait une mission au-dessus de
l’ouest de l’Afghanistan en fin de semaine, a expliqué la force de
l’Otan en Afghanistan (Isaf).
Les opérateurs du drone ont perdu le contrôle de l’appareil et tentent
toujours de déterminer ce qu’il est devenu, a précisé l’Isaf dans un
communiqué publié dimanche soir.
La chaîne de télévision iranienne en arabe Al Alam n’a pas précisé où
cet appareil avait été abattu, mais a affirmé qu’il avait été peu
endommagé et que l’opération s’était déroulée il y a quelques heures.
Les unités de guerre électroniques et anti-aériennes ont réussi à
abattre un drone américain de type RQ-170 qui avait violé légèrement les
zones frontalières de l’Est du pays et ont pu s’en emparer alors qu’il a
été peu endommagé, a précisé l’agence Fars en citant un responsable
militaire ayant requis l’anonymat.
C’est un nouvel événement embarrassant pour la coalition en Afghanistan,
en particulier pour les Américains, après un bombardement meurtrier de
l’Otan en territoire pakistanais qui a tué, selon Islamabad, 24 soldats
pakistanais le 26 novembre.
Le RQ-170 Sentinel est un drone de reconnaissance très récent dont
l’existence, révélée en 2009 par des médias spécialisés, n’a été
reconnue qu’en 2010 par l’US Air Force.
Selon certains sites spécialisés, des appareils de ce type seraient
déployés en Afghanistan, notamment pour obtenir des renseignements sur
l’Iran et le Pakistan.
Téhéran a affirmé à plusieurs reprises ces dernières années avoir abattu
des drones américains, utilisés par les forces américaines soit dans le
Golfe soit dans des pays voisins de l’Iran.
Téhéran a affirmé en juin avoir montré à des experts russes deux drones
américains abattus au dessus du Golfe, sans préciser le modèle de ces
appareils ni la date à laquelle ils auraient été abattus.
Le général Amir Ali Hajizadeh, commandant des forces aériennes des
Gardiens de la révolution, a affirmé à cette occasion que l’Iran était
parvenu à copier ces drones.
sgh-mod-lma-ayv/cnp/dro

Afp
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2670
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 5 Déc - 20:29

L'Iran menace de s'en prendre aux appareils américains dans la région





















L'état-major des forces
armées iraniennes a menacé de mener des opérations contre tout "appareil
agresseur" au-delà même de l'espace aérien iranien après avoir annoncé
avoir abattu un drone américain RQ-170 "dans l'est du pays", frontalier
de l'Afghanistan et du Pakistan. ( © AFP Said Khatib)





TEHERAN (AFP) - L'état-major des forces
armées iraniennes a menacé de mener des opérations contre tout "appareil
agresseur" au-delà même de l'espace aérien iranien après avoir annoncé
avoir abattu un drone américain RQ-170 "dans l'est du pays", frontalier
de l'Afghanistan et du Pakistan.
"Du fait qu'il y a eu violation
très claire de l'espace aérien iranien, désormais les actions
opérationnelles et électroniques des forces armées de la République
islamique contre les appareils agresseurs ne seront plus limitées aux
frontières du pays", a déclaré un responsable militaire de l'état-major
des forces armées ayant requis l'anonymat, cité par les médias iraniens.
Dimanche,
l'armée iranienne a affirmé avoir abattu un drone de renseignement
américain RQ-170 "dans l'est du pays", frontalier de l'Afghanistan et du
Pakistan.
Cet avion sans pilote "avait violé légèrement les zones
frontalières de l'est du pays", a affirmé l'agence Fars citant
l'état-major militaire.
Selon cette source, les militaires
iraniens "ont réussi à enlever aux agresseurs (les opérateurs de
l'appareil, ndlr) le contrôle du drone, qui a été abattu avec peu de
dégât et se trouve désormais aux mains des forces armées".
Aucune image de l'appareil n'a été montrée par l'armée iranienne.
La
Force de l'Otan en Afghanistan (Isaf) a admis dimanche soir qu'il
pourrait s'agir d'un drone américain dont, selon elle, la trace a été
perdue au-dessus de l'ouest afghan.
Lundi, le Pentagone a indiqué n'avoir "aucune indication" que le drone perdu en Iran a été abattu.
"Nous
n'avons aucune indication que le drone que nous avons perdu a été
abattu à la suite d'une quelconque activité hostile", a déclaré à la
presse le capitaine de vaisseau John Kirby un porte-parole du ministère
américain de la Défense.
"Le drone auquel les Iraniens se réfèrent
pourrait être un drone américain de reconnaissance qui effectuait une
mission au dessus de l'ouest de l'Afghanistan en fin de semaine", a
expliqué l'Isaf.
"Les opérateurs du drone ont perdu le contrôle de
l'appareil et tentent toujours de déterminer ce qu'il est devenu", a
ajouté l'Isaf sans autre précision, notamment sur le type de l'appareil.
Le Pentagone s'est également refusé à confirmer le type d'appareil ni son état supposé à la suite de sa perte.
"Il
s'agit de missions de reconnaissance sensibles et nous n'en parlons
pas", a affirmé George Little, un autre porte-parole du Pentagone.
"Nous
somme toujours inquiets lorsque nous perdons un appareil, qu'il soit
piloté à distance ou pas, particulièrement dans un endroit où on ne peut
pas le récupérer", a de son côté admis le capitaine de vaisseau Kirby,
évoquant une éventuelle récupération des technologies de l'appareil par
les Iraniens.
Le RQ-170 Sentinel est un drone de reconnaissance de
haute altitude très récent dont l'existence, révélée en 2009 par des
médias spécialisés, n'a été reconnue qu'en 2010 par l'US Air Force.
Selon
certains sites spécialisés, des appareils de ce type seraient déployés
en Afghanistan, notamment pour obtenir des renseignements sur l’Iran et
le Pakistan.
La menace iranienne de s'en prendre à des drones
"agresseurs" au delà des frontières peut viser les appareils américains
qui opèrent en Afghanistan et au Pakistan mais aussi dans la région du
Golfe.
L'armée iranienne a affirmé à plusieurs reprises ces
dernières années avoir abattu des drones américains au dessus du Golfe
ou dans des régions frontalières.
En janvier, l'Iran avait affirmé avoir abattu deux drones américains dans le Golfe en dehors de l'espace aérien du pays.
Le
général Amir Ali Hajizadeh, commandant des forces aériennes des
Gardiens de la révolution, a annoncé en juin avoir montré à des experts
russes deux appareils abattus "dans les eaux internationales et les
zones contrôlées par la République islamique".
Il avait affirmé que l'Iran était parvenu à "copier" ces drones, dont il n'a pas indiqué le modèle.
Les Etats-Unis se sont inquiétés à plusieurs reprises de la construction de drones par l'Iran.
Il
y a quelques jours, un site conservateur Mashregh, qui publie
régulièrement des informations militaires, a mis en ligne ce qu'il a
présenté comme des films et des photos pris par des drones des Gardiens
de la révolution de plusieurs porte-avions américains opérant dans la
région.
© 2011 AFP
Revenir en haut Aller en bas
 
Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vers la guerre ? Un projet de loi iranien visant à bloquer le détroit d'Ormuz
» l'affaire DOMINICI
» Iran: De nombreuses conversions au Christ!
» Un supposé complot terroriste au Canada avec un Al Qaida en Iran.....
» L'affaire de l'Oeillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: