DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:07

Complot iranien présumé à Washington: Téhéran crie au coup monté

L'Iran a rejeté en bloc les accusations américaines l'impliquant dans un projet d'assassinat de l'ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, criant à un coup monté de Washington qu'il a mis en garde mercredi contre toute velléité de "confrontation".
Le ministre américain de la Justice Eric Holder a annoncé mardi l'inculpation de deux ressortissants iraniens accusés d'avoir projeté d'assassiner l'ambassadeur d'Arabie saoudite, Adel Al-Jubeir dans le cadre d'un complot "conçu, organisé et dirigé" par l'Iran


"Scénario ridicule fabriqué de toutes pièces" pour créer des tensions entre l'Iran et ses voisins arabes du Golfe, a immédiatement rétorqué Téhéran.
"Les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite sont basées sur le respect mutuel et une telle accusation sans fondement ne mènera nulle part", a dit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast.
Washington cherche à la fois à "détourner l'attention de ses problèmes domestiques" et à créer des divisions au sein des pays musulmans afin de "sortir Israël de son isolement actuel", a-t-il estimé.
Téhéran a toutefois laissé transparaître son inquiétude quant aux suites possibles des accusations américaines en mettant en garde les Etats-Unis contre toute velléité de "confrontation".
"Nous ne cherchons pas la confrontation, mais s'ils nous l'imposent les conséquences seront plus dures pour eux" que pour l'Iran, a affirmé le chef de la diplomatie Ali Akbar Salehi.

L'Iran a également saisi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le Conseil de sécurité sur les "conséquences dangereuses" que pourraient avoir les accusations américaines sur la stabilité dans le Golfe et au Moyen-Orient.
Dans une lettre officielle, l'ambassadeur d'Iran à l'ONU, Mohammad Khazaee, a également appelé les "voisins musulmans à se montrer vigilants contre les campagnes vicieuses (des Etats-Unis) visant à ébranler la paix et les relations d'amitié entre les pays de la région".
"Cette procédure solennelle et la rapidité inhabituelle des réactions iraniennes montrent que l'Iran prend l'affaire très au sérieux", a relevé un diplomate occidental à Téhéran.
A l'appui des craintes iraniennes, Londres a assuré Washington de son appui pour de nouvelles sanctions contre l'Iran, tandis que l'Union européenne avertissait Téhéran que l'affaire aurait "des conséquences très graves" si les accusations américaines étaient prouvées.
Washington a d'ores et déjà annoncé son intention de faire monter la pression internationale contre Téhéran, déjà soumis à de sévères sanctions de l'ONU et des pays occidentaux pour son programme nucléaire controversé ainsi que pour ses violations des droits de l'Homme.
Les autorités saoudiennes sont demeurées relativement discrètes, se bornant à condamner "une violation odieuse des conventions internationales" dans un communiqué de leur ambassade à Washington.
Mais cette affaire, relève-t-on dans les milieux diplomatiques à Téhéran, intervient alors que les relations de l'Iran avec l'Arabie saoudite se sont fortement détériorées, après l'intervention militaire saoudienne à Bahreïn en mars pour aider à réprimer une révolte de la population majoritairement chiite, comme en Iran, contre la dynastie sunnite de l'émirat.
Téhéran a vivement critiqué cette intervention, s'attirant en retour l'accusation d'ingérance dans les affaires intérieures de ses voisins pour chercher à les déstabiliser.
Ryad a également accusé l'Iran d'avoir fomenté des manifestations violentes la semaine dernière dans l'Est chiite de l'Arabie saoudite, laissant entendre que l'affaire aurait des suites.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/complot-iranien-presume-a-washington-teheran-crie-au-coup-monte-12-10-2011-1650504.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com


Dernière édition par Philippe Fabry le Jeu 20 Oct 2011 - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:08

Les USA sont-ils allés vite en besogne ?

L'Iran (ou une partie des Pasdaran) est-il coupable ?

Est-ce un coup monté ?

Je pense que nous allons entendre parler de cette affaire, alors ouvrir un sujet dédié me paraît justifié.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:13

Coïncidence ?

Citation :
Le fils du chah d'Iran appelle l'armée à rejoindre le peuple (15/10/2011, 13h10)

Reza Pahlavi, le fils du dernier chah d'Iran, appelle les forces de sécurité iraniennes à s'insurger contre le régime et à rejoindre les rangs populaires.

Le fils du dernier chah d’Iran renversé par la révolution islamique, Reza Pahlavi, a appelé mercredi les forces de sécurité du régime iranien à "rejoindre les rangs du peuple" afin d’opérer un rassemblement national en vue de la mise en place d’une démocratie dans ce pays.

"Je lance (...) un appel aux forces militaires et coercitives de la République islamique: mes compatriotes, héros de la guerre et garants de l’indépendance nationale, ne levez plus vos armes en direction de votre propre peuple. N’obéissez plus à ceux en qui vous avez cru et qui n’ont fait que vous mentir", a déclaré M. Pahlavi lors d’une conférence de presse à Paris.

"Vous êtes les soldats de l’Iran. Vous êtes le refuge du peuple iranien. Il y a dans l’Iran de demain une place pour vous et vous faites partie de la solution démocratique. Je vous invite donc à rejoindre les rangs du peuple", a-t-il lancé. L’armée a joué un rôle considérable dans la chute des régimes tunisien et égyptien de Zine El Abidine Ben Ali en janvier et de Hosni Mouabarak en février.

L'Iran comme la Syrie?

M. Pahlavi a également expliqué que les Iraniens suivaient de près la situation en Syrie. "Les Iraniens suivent attentivement la Syrie pas seulement pour ce que cela représente pour le peuple syrien", a-t-il dit.

"Il y a depuis longtemps un axe Damas-Téhéran", a-t-il expliqué et "ce qu’il pourrait se passer en Syrie est un préambule au régime iranien: c’est ce qui inquiète le régime islamique réellement. Ils feront tout pour empêcher la chute du régime syrien car cela pourrait être le début de la fin en Iran".

Quant aux Iraniens, "ils sont pleins d’espoir, parce qu’ils savent que si on réussit en Syrie on réussira aussi en Iran", a-t-il poursuivi. Et "c’est dans ce contexte que les Iraniens verront si la volonté internationale est de mettre un terme au régime syrien. Cela voudra dire que peut-être ils sont prêts aller plus loin en qui concerne l’Iran", a-t-il ajouté.

Estimant que les révolutions arabes avaient "puisé leur inspiration dans le mouvement vert iranien" de 2009, Reza Pahlavi a enfin déclaré que "dans tout ce jeu, l’unique mission qui (le) réclame c’est d’être un fédérateur" de l’opposition, du fait de son nom.

http://www.lematin.ch/actu/monde/le-fils-du-chah-diran-appelle-larmee-rejoindre-le-peuple


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:24

bah faut bien aller casser du matos militaire ailleurs et mettre la main sur les derniers puits de pétroles !
c'est vrai ça peut occuper encore l'info soutenir le commerce et détourner des vrais problèmes !
qu'est ce qu'ils font pas quand même pour rendre les gens heureux !
Ben Ladden leurs manque déjà faut s'en inventer un autre (petit conseil achetez en un qui flotte l'autre a coulé c'est dommage !)Mr.Red

les faiseurs de guerres pour la paix , j'y crois pas , de plus vu le tableau générale j'ai du mal a être positif, qui disait déjà " on ne cueille pas de bons fruits sur un arbre malade !" ou encore " ils lient de pesant fardeaux sur le dos des hommes mais eux ne les touchent pas du bout du doigt et ils disent mais ils ne font pas !" a son nom m'échappe mais par là bas tous y croient !! Embarassed Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:27

Citation :
WASHINGTON (Reuters) - L'Arabie saoudite a juré mercredi que l'Iran paierait cher un présumé projet d'assassinat de son ambassadeur à Washington révélé la veille à propos duquel les Etats-Unis envisagent de demander de nouvelles sanctions à l'Onu.

Washington accuse le gouvernement iranien d'être impliqué mais Téhéran dément en bloc les allégations américaines et y voit "un complot diabolique", une manoeuvre "grossière" et "puérile".

"La charge de la preuve est accablante et montre clairement la responsabilité officielle de l'Iran. Quelqu'un en Iran devra en payer le prix", a dit le prince saoudien Turki al Faisal, ancien chef des services de renseignement saoudiens et ancien ambassadeur à Washington.

Le vice-président américain, Joe Biden, s'est lui aussi montré offensif, affirmant que l'Iran serait tenu responsable et que Washington travaillait à convaincre ses partenaires de la nécessité d'une action contre le comportement "scandaleux" de l'Iran. Cela pourrait se traduire, a-t-il dit, par des sanctions internationales bien qu'"aucune option ne soit écartée".

Un diplomate occidental basé à Ryad voit déjà l'affaire être portée "devant le Conseil de sécurité, car il s'agit de l'attaque d'un diplomate étranger sur le sol américain".

Les autorités américaines ont accusé mardi deux Iraniens, dont l'un est naturalisé américain, d'avoir fomenté l'assassinat de l'ambassadeur Adel al Djoubeïr dans un restaurant de Washington, en relation avec un cartel de narcotrafiquants mexicains. Washington soupçonne ouvertement les Pasdaran, les gardiens de la révolution, pilier du régime iranien, et leur branche opérationnelle, la force Al Qods.

ALERTE MONDIALE

L'administration américaine s'appuie sur les déclarations d'un Iranien naturalisé Américain, Mansour Arbabsiar, 56 ans, arrêté le 29 septembre et qui a coopéré avec les autorités américaines. Son complice se trouverait encore en Iran.

Mansour Arbabsiar dit avoir été recruté par de hauts responsables d'Al Qods. Ces forces spéciales ne sont pas connues pour avoir déjà opéré aux Etats-Unis.

Dans les heures suivant le dépôt de la plainte, le gouvernement américain a imposé des sanctions économiques contre cinq Iraniens dont quatre responsables d'Al Qods.

"Ce que le gouvernement iranien a tenté de faire donne des frissons et doit nous interpeller", a dit l'Attorney General (ministre de la Justice) Eric Holder.

Le département d'Etat a émis une alerte mondiale concernant les déplacements de citoyens américains, expliquant que "ce projet (...) pourrait signi fier une position plus agressive du gouvernement iranien en vue d'activités terroristes".

Les autorités iraniennes ont opposé "un démenti catégorique et dans les termes les plus forts à ces allégations honteuses", selon les termes de l'ambassadeur d'Iran à l'Onu, Mohammad Khazaee. Il dénonce "le bellicisme américain et la machine de propagande" dans une lettre adressée à Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies.

Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a qualifié les accusations américaines de "grossières". "C'est un jeu puéril et amateur", a-t-il dit, accusant les Etats-Unis de vouloir nuire aux relations entre Téhéran et Ryad.

PAS DE MOBILE ÉVIDENT

Le mobile d'un tel crime n'est pas évident. L'Iran a déjà assassiné des dissidents à l'étranger, mais le meurtre d'un ambassadeur d'un pays étranger serait d'un tout autre niveau.

L'Iran et l'Arabie Saoudite sont certes des rivaux régionaux, voire religieux, mais ils ont encore des liens diplomatiques et ont même signé il y a dix ans un accord de sécurité. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'est rendu à Ryad en 2007.

Les tensions politiques se sont cependant accrues récemment entre l'Arabie saoudite, sunnite, et l'Iran chiite.

Les forces saoudiennes sont intervenues en mars à Bahreïn pour venir en aide à la monarchie sunnite contestée par la population, majoritairement chiite.

Les Saoudiens, qui se considèrent comme la tête de proue du monde sunnite, soupçonnent l'Iran chiite, dont la population est en majorité perse plutôt qu'arabe, de visées expansionnistes. Ce mois-ci, après des combats de rue dans l'Est, Ryad a accusé des membres de la minorité chiite de comploter avec l'étranger - référence à l'Iran - pour provoquer l'instabilité .

TROP RISQUÉ ?

Mais l'analyste iranien Saïd Leylaz a du mal à imaginer le gouvernement iranien prendre de tels risques.

"Tuer l'ambassadeur saoudien en Amérique n'a aucun intérêt pour l'Iran. Les conséquences de ce complot sont graves (...) Cela pourrait provoquer une confrontation militaire entre l'Iran et les Etats-Unis en 2012", dit cette analyste.

Des télégrammes diplomatiques américains dévoilés par WikiLeaks l'année dernière montrent que Ryad a plusieurs fois poussé Washington à hausser le ton dans le dossier du nucléaire iranien, lui demandant d'envisager l'usage de la force.

Pour l'heure, Téhéran, accusé par l'Occident de développer un programme nucléaire dans un but militaire, est visé par plusieurs sanctions internationales. La secrétaire d'Etat Hillary Clinton espère que cette affaire incitera les pays qui les appliquent trop légèrement à "faire un pas supplémentaire".

L'histoire de ce présumé complot est digne d'un "scénario hollywoodien", selon les mots du directeur du FBI, Robert Müller.

Mansour Arbabsiar aurait contacté un membre d'un cartel mexicain pour lui proposer de tuer l'ambassadeur saoudien en échange d'un million et demi de dollars.

Le narcotrafiquant était en réalité un agent infiltré de l'agence fédérale américaine de lutte contre la drogue (la DEA), ce qui a permis aux autorités américaines de suivre les projets de cet Iranien naturalisé depuis cinq mois.

Mansour Arbabsiar a été arrêté en transit à l'aéroport JFK de New York. Il aurait alors accepté de coopérer avec les autorités américaines et téléphoné sous leur contrôle à son complice, Gholam Chakouri, qui, ignorant qu'il était écouté, lui aurait donné le feu vert pour mettre le projet à exécution.

Avec Parisa Hafezi à Téhéran, les rédactions de Washington et New York; Henri-Pierre André et Clément Guillou pour le service français, édité par Gilles Trequesser

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 18:51

Philippe vous devenez complotiste Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 20:59

joker911 a écrit:
Philippe vous devenez complotiste Laughing

Laughing

Pas exactement, les conspirationnistes pensent que les américains auraient pu organiser un complot tuant 3000 des leurs pour provoquer un choc, ce qui est invraisemblable.

Là, il s'agit seulement d'un attentat déjoué et attribué à l'Iran : aucune victime victime américaine. C'est le genre de manoeuvre qui est vraisemblable.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 21:03

Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Philippe vous devenez complotiste Laughing

Laughing

Pas exactement, les conspirationnistes pensent que les américains auraient pu organiser un complot tuant 3000 des leurs pour provoquer un choc, ce qui est invraisemblable.

Là, il s'agit seulement d'un attentat déjoué et attribué à l'Iran : aucune victime victime américaine. C'est le genre de manoeuvre qui est vraisemblable.

dans les deux cas c'est un "complot" .

héhé j'avais rien dit a propos de conspirationnistes Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 12 Oct 2011 - 21:08

joker911 a écrit:
Philippe vous devenez complotiste Laughing

Eh oui !!! LOL
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 11:32

Complot présumé: Téhéran devra "rendre des comptes", prévient Washington

© AFP Vue extérieure de l'ambassade d'Arabie saoudite le 11 octobre 2011 à Washington
© AFP Jewel Samad

WASHINGTON (AFP) - (AFP) - Les Etats-Unis ont prévenu mercredi que Téhéran devrait "rendre des comptes" après la mise au jour d'un complot présumé contre l'ambassadeur d'Arabie saoudite sur le sol américain, tandis que l'Iran a rejeté avec véhémence une affaire selon lui montée de toutes pièces.

La justice américaine a annoncé mardi l'inculpation de deux ressortissants iraniens accusés d'avoir tenté d'assassiner l'ambassadeur Adel Al-Jubeir.

Le président des Etats-Unis Barack Obama s'est entretenu mercredi au téléphone avec le roi Abdallah d'Arabie saoudite. Les deux dirigeants se sont mis d'accord sur le fait que "ce complot représente une violation flagrante des normes, de la morale et des lois internationales", et ont fait part de leur résolution à "faire rendre des comptes aux responsables", selon la même source.

Prendre l'ambassadeur d'Arabie saoudite pour cible "est une action révoltante et les Iraniens devront rendre des comptes", a affirmé mercredi le vice-président des Etats-Unis Joe Biden. "Nous sommes en train de mobiliser l'opinion publique mondiale pour continuer à isoler (les Iraniens) et à punir leur comportement", a-t-il assuré à l'antenne de la télévision ABC.

L'Iran a rejeté avec force les accusations de Washington, le ministre des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi dénonçant un "scénario malveillant" et assurant qu'en fin de compte, les Etats-Unis "vont s'excuser auprès de l'Iran".
© AFP Photo fournie le 12 octobre 2011 par les autorités locales américaines de Manssor Arbabsiar après son arrestation
© AFP Ho

Le général Hossein Salami, l'adjoint du chef des Gardiens de la révolution, a également démenti toute implication de membres de l'armée d'élite du régime islamique. Les Etats-Unis ont mis en cause dans le complot les Brigades Al-Qods, une unité spéciale des Gardiens de la révolution.

Paraissant écarter d'éventuelles représailles militaires, le Pentagone a déclaré mercredi que la réponse devait être diplomatique et judiciaire.

"L'armée américaine nourrit depuis longtemps des inquiétudes sur la mauvaise influence iranienne dans la région. Mais pour ce qui concerne cette affaire, c'est un problème diplomatique et judiciaire", a déclaré John Kirby, un porte-parole du Pentagone.

"Le but pour l'heure est de continuer à imposer une pression financière et diplomatique sur les Iraniens", a déclaré un autre porte-parole du Pentagone, George Little.

A l'ONU, les Etats-Unis ont entamé des réunions individuelles avec les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité pour trouver une riposte diplomatique.

Pour la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, l'Iran s'est engagé dans "une escalade dangereuse". Elle a demandé mercredi "aux autres nations" de s'associer aux Etats-Unis pour "condamner cette menace à la paix internationale et à la sécurité".
© AFP L'ambassadeur saoudien Adel Al-Jubeir le 27 novembre 2007 à Annapolis
© AFP/Archives Nicholas Kamm

L'Arabie saoudite a condamné la "tentative odieuse et immorale" de tuer son ambassadeur à Washington, selon un responsable non identifié, cité par l'agence saoudienne SPA. Ce responsable n'a pas cité l'Iran.

Les monarchies arabes du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont également condamné le complot présumé. Le chef du CCG, Abdellatif al-Zayani, a affirmé qu'il "nuirait sérieusement aux relations entre le CCG et l'Iran"

L'Union européenne a mis en garde l'Iran contre des "conséquences très graves" si les accusations américaines étaient avérées, tandis que le gouvernement britannique se disait prêt à soutenir d'éventuelles mesures "pour que l'Iran réponde de ses actes".

L'affaire est "une violation scandaleuse du droit international, dont les auteurs et les commanditaires devront rendre compte", a affirmé le ministère français des Affaires étrangères.

Les deux suspects poursuivis aux Etats-Unis sont accusés d'avoir préparé l'attentat depuis mai dernier. Manssor Arbabsiar, 56 ans, qui dispose de la double nationalité américaine et iranienne, a été arrêté le 29 septembre à l'aéroport Kennedy de New York, selon le ministère de la Justice. L'autre suspect, Gholam Shakuri, membre des Brigades Al-Qods, reste en fuite.

L'attentat a été déjoué car Arbabsiar aurait rencontré à plusieurs reprises un informateur américain qu'il croyait être membre d'un cartel de la drogue mexicain. Ce dernier lui aurait proposé d'organiser l'attentat pour la somme de 1,5 million de dollars.

Le New York Times, citant une source anonyme proche de l'enquête, a affirmé que les auteurs du complot prévoyaient en outre de payer un cartel mexicain de la drogue pour faire sauter l'ambassade d'Israël à Washington et celles d'Israël et d'Arabie saoudite à Buenos Aires.

Reflétant la montée de la tension, le département d'Etat américain a lancé une "alerte mondiale" au terrorisme sur son site internet de recommandation aux voyageurs.

Les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé avoir ajouté la compagnie aérienne iranienne Mahan Air à leur liste noire des entités visées par les sanctions américaines contre Téhéran. Selon le département du Trésor, Mahan Air apporte "un soutien financier matériel et technique" à la Force al-Qods.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 11:37

Etant donné qu'il paraît curieux que l'Iran se soit lancé dans une telle aventure, mais que d'autre part je vois mal les USA monter ceci de toutes pièces pour aller à la guerre (à ce moment là il eût été plus utile de faire croire à une menace contre les américains eux-mêmes.

Ce qui paraît le plus plausible est que la force Al-Qods, supposée derrière cette tentative, ait agi de son propre chef pour tenter un coup d'éclat et se donner de l'importance dans la République Islamique. Dans ce genre de régime totalitaire, il est fréquent de voir des luttes de factions plus ou moins radicales et capables d'agir de façon autonome pour prendre l'ascendant sur les autres. Tuer un ambassadeur saoudien sur le sol américain, gifler simultanément les deux grands ennemis de l'Iran, voilà de quoi gagner du prestige dans un tel régime.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 16:04

Le complot terroriste imputé à l'Iran soulève une vague de scepticisme

Les États-Unis et l’Arabie saoudite en sont convaincus, l’Iran aurait fomenté un complot pour assassiner l'ambassadeur saoudien aux États-Unis. Ainsi, sur ordre de Téhéran, un revendeur de voitures d’occasion résidant au Texas, qui dispose de la double nationalité américaine et iranienne, aurait sollicité un cartel de narcotrafiquants mexicains pour l’aider à faire exploser une bombe dans un restaurant de Washington ssouvent fréquenté par l'ambassadeur Adel Al-Djoubeïr. Le tout contre la somme de 1,5 million de dollars.

Modus operandi

Ce "scénario hollywoodien", selon les propres termes du directeur du FBI, Robert Müller, est loin d’avoir convaincu certains éminents experts de l’Iran et spécialistes des cartels de drogue mexicains. L'amateurisme du modus operandi est en particulier pointé du doigt.

"Que le plus gros soutien mondial du terrorisme se serve d'un vendeur de voitures d'occasion texan et de narcoterroristes pour un attentat aussi énorme et sans précédent semble défier l'imagination", analyse pour l’AFP Suzanne Maloney, spécialiste du Moyen-Orient à l'institut Brookings basé à Washington. Le complot "ne ressemble pas au dispositif terroriste professionnel de l'Iran", poursuit-elle.

De son côté, Kenneth Katzman, spécialiste du Moyen-Orient au Centre de recherche du Congrès américain et fin connaisseur de l’Iran, affirme qu’il serait "ridicule" de croire le scénario qui a été avancé. "Il n’existe aucun précédent voire de raison rationnelle pour que l’Iran puisse confier l’exécution d’un complot, quel que soit le lieu, à un intermédiaire non-musulman, tel que les gangs de narcotrafiquants", explique-t-il dans un message à l’attention d’autres experts du Golfe persique, publié en ligne.

Un argument également soulevé par Gary Sick, professeur à l’université de Columbia, grand spécialiste de l'Iran et ancien conseiller à la Maison Blanche. "L'Iran a été accusé d’avoir commandité plusieurs assassinats en Europe et des attentats en Argentine et ailleurs. Mais les victimes des assassinats étaient des contre-révolutionnaires iraniens dans les années 1980, et les attentats ont toujours été réalisés par des intermédiaires de confiance - normalement une branche du Hezbollah", explique-t-il sur son blog personnel.

Même sentiment d’incrédulité parmi les observateurs des cartels de drogue. "Ce que veulent les cartels, c'est faire leur commerce en secret, pas faire un autre travail", note Raul Benitez, du Centre de recherche sur l'Amérique du Nord à l'université nationale autonome du Mexique (UNAM). "Cela ressemble plutôt au scénario d'une télénovela ou d'un bon film", renchérit José Reveles, auteur de livres sur les trafiquants de drogue, interrogé par l’AFP.
Questions sur le mobile du complot

Mais alors, quelles seraient les motivations d’un tel acte susceptible de provoquer un conflit dans la région du Golfe. "Tuer l'ambassadeur saoudien en Amérique n'a aucun intérêt pour l'Iran, affirme l'analyste iranien Saïd Leylaz, interrogé par l’agence Reuters. Les conséquences de ce complot sont graves [...] Cela pourrait provoquer une confrontation militaire entre l'Iran et les Etats-Unis en 2012."

D’aucuns penchent plutôt pour la piste d'électrons libres au sein de l'appareil iranien ou celle d’un acteur isolé. "Même s'il faut rester prudent, cette théorie n’est pas impossible, commente Gauthier Rybinski, spécialiste de politique internationale à France 24, dans la mesure où l’on assiste aujourd’hui à une bataille au plus haut niveau du régime iranien entre le camp du Guide suprême Ali Khamenei et le président Mahmoud Ahmadinejad."

Selon le journaliste, dans cette affaire, des factions plus au moins contrôlées auraient pu tenter de décrédibiliser l’un ou l’autre des deux hommes. "En l’occurrence, il pourrait s’agir de prouver que lorsque les services sont sous la coupe d’Ahmadinejad, ils font preuve d’amateurisme, n’atteignent pas leur objectif et pis, se font prendre la main dans le sac." Car, rappelle Gauthier Rybinski, "lorsque l’Iran officiel trempe dans un attentat ou une action criminelle, en général on le suppose, on le suppute mais on en a rarement la preuve immédiate".

http://www.france24.com/fr/20111013-iran-complot-terroriste-ambassadeur-saoudien-etats-unis-americains-doute-theorie-analyse

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 21:59

L'Iran prépare une bombe nucléaire

INFO LE FIGARO - Preuves à l'appui, l'AIEA va dénoncer sans ambiguïté le caractère militaire du programme nucléaire de Téhéran.

Ce devrait être le rapport le plus dur et le plus complet jamais écrit par l'Agence internationale de l'énergie atomique sur l'état d'avancement du programme nucléaire iranien. Restée pendant des années ambiguë, puis prudente, l'AIEA, à l'occasion de son prochain conseil des gouverneurs, le 17 novembre à Vienne, s'apprête, selon les informations obtenues par Le Figaro, à dénoncer, preuves à l'appui, le caractère militaire de ce programme qui vise à doter l'Iran de la bombe. «Ce rapport sera l'un des plus importants sur le sujet», affirme un spécialiste proche du dossier.

À Paris et dans les chancelleries qui s'inquiètent du développement de la prolifération nucléaire, le caractère militaire du programme iranien est depuis longtemps un secret de Polichinelle, alimenté par des photos satellites, des rapports d'experts ou des confessions de dissidents. Mais l'agence de l'ONU, tout en s'inquiétant publiquement des activités d'enrichissement de l'Iran, ne l'a jamais affirmé aussi clairement qu'elle s'apprête à le faire le mois prochain. Pourquoi maintenant ?

D'abord parce que, malgré la contestation politique qui a placé le régime sur la défensive depuis 2009, l'Iran persévère dans sa marche rapide vers la bombe. Installations de nouveaux fourneaux, création de centrifugeuses supplémentaires, poursuite des activités d'enrichissement…

Rien de neuf sous le soleil, diront les spécialistes du dossier, dont certains estiment que l'AIEA aurait pu et dû frapper du poing sur la table beaucoup plus tôt. Mais le départ de Mohamed ElBaradei, qui a quitté la tête de l'agence fin 2009, aurait selon eux libéré la parole des spécialistes de l'agence et permis l'arrivée d'équipes nouvelles, plus professionnelles. Le patron égyptien de l'AIEA a en effet longtemps été soupçonné de minimiser le programme nucléaire iranien, voire d'en dissimuler certains éléments.
Course contre la montre

Mais le contexte diplomatique et géopolitique explique également le changement de ton de l'AIEA. Dans les capitales occidentales, on est persuadé qu'il faut agir sur le dossier avant 2012, année d'élections très importantes. À Moscou d'abord, où le retour annoncé de Vladimir Poutine à la présidence pourrait se traduire par un durcissement de la position russe vis-à-vis de l'Occident. Alors que des tensions se profilent en amont du sommet de l'Otan à Chicago sur la défense antimissile, le pouvoir russe devrait être tenté, pensent les diplomates, de jouer la carte iranienne pour faire valoir ses positions. À Washington, où les difficultés rencontrées par Barack Obama pourraient contraindre le président américain à se détourner momentanément de certains dossiers internationaux au profit de la scène intérieure. À Paris, où l'éventualité d'une défaite de Nicolas Sarkozy, qui a fait du dossier iranien l'une de ses priorités internationales, risquerait d'affaiblir la détermination de la France vis-à-vis de Téhéran. À Pékin enfin, où l'arrivée au pouvoir de la cinquième génération du Parti communiste chinois, couplée aux élections législatives et présidentielle de Taïwan, pourrait faire disparaître le dossier iranien de l'agenda. À cela, s'ajoute la conviction de certains observateurs que les sanctions internationales prises à l'encontre de Téhéran commencent à avoir des effets, même si les conséquences économiques sont encore camouflées par le pouvoir.

Il s'agit donc d'une course contre la montre, engagée depuis plusieurs mois déjà par l'ensemble des capitales occidentales afin d'atteindre le pouvoir iranien avant qu'il ne soit trop tard et tant que le contexte géopolitique le permet.

Pour arriver à leurs fins, les nations ont fourni de nombreux documents relatifs au programme nucléaire iranien à l'AIEA. Elles planchent également sur de nouvelles sanctions, destinées à faciliter un éventuel effondrement du régime. Car si certains experts estiment qu'il est peut-être trop tard pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe, ils redoutent par-dessus tout que la nucléarisation de l'Iran ait lieu sous le régime actuel. Ils aimeraient également éviter qu'Israël ne décide de lancer des frappes préventives contre les centrales iraniennes, avec les lourdes conséquences qu'aurait une telle action sur la région.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/13/01003-20111013ARTFIG00709-l-iran-prepare-une-bombe-nucleaire.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 22:31

Israël a la bombe je voit pas pourquoi Iran l'aurait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28466
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 22:36

Ce n'est pas confirmé, il me semble, qu'Israël a la bombe.

Et si c'est vrai, je les comprends de vouloir se défendre par tous les moyens possibles.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 22:44

Simon1976 a écrit:
Ce n'est pas confirmé, il me semble, qu'Israël a la bombe.

Et si c'est vrai, je les comprends de vouloir se défendre par tous les moyens possibles.

Israël a la bombe.

Et oui vous avez raison Iran a besoin de la bombe pour se défendre par tout les moyens possible.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28466
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 22:46

joker911 a écrit:
Et oui vous avez raison Iran a besoin de la bombe pour se défendre par tout les moyens possible.

Je parlais d'Israël.

Je crois que la bombe dans les mains de l'Iran est une bien plus grande menace qu'entre les mains d'un peuple qu'on veut chasser de chez lui à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 22:49

Simon1976 a écrit:
joker911 a écrit:
Et oui vous avez raison Iran a besoin de la bombe pour se défendre par tout les moyens possible.

Je parlais d'Israël.

Je crois que la bombe dans les mains de l'Iran est une bien plus grande menace qu'entre les mains d'un peuple qu'on veut chasser de chez lui à nouveau.

Je le sais. C’était Ironique.

Chasser de chez lui Very Happy j'adore.

Moi j'ai rien contre le fait que Iran a la bombe au moins Israel va se calmer maintenant u alors Israël declanchera la 3eme guerre a lui tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28466
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 23:31

On peut dire la même chose pour Israël: s'il a la bombe, l'Iran et les autres voisins vont y penser deux fois avant d'attaquer.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 13 Oct 2011 - 23:34

joker911 a écrit:
Israël a la bombe je voit pas pourquoi Iran l'aurait pas ?

Parce qu'Israël c'est une démocratie de 7 millions d'habitants au milieu de régimes instables ou totalitaires contenant 200 millions d'habitants hostiles.

L'Iran est un régime totalitaire fanatique à la tête de 70 millions d'habitants.

A vrai dire, cela serait beaucoup moins problématique si l'Iran était une démocratie libérale. Ils pourraient bien avoir 250 bombes, ça ne serait pas effrayant.

Mais un taré qui en a une seule, ça c'est inquiétant.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 0:46

Iran: Londres dénonce une "escalade", Moscou et Pékin font preuve de prudence

LONDRES/NATIONS UNIES (AP) — Le présumé complot visant à assassiner l'ambassadeur d'Arabie saoudite aux Etats-Unis marque une "escalade" dans le soutien apporté par l'Iran au terrorisme à l'étranger, a estimé jeudi le chef de la diplomatie britannique.

William Hague a déclaré aux parlementaires britanniques que Londres travaillait avec les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et d'autres pour convenir d'une réponse internationale sévère au projet d'assassinat présumé du diplomate saoudien dans son restaurant préféré de Washington.

Le directeur du FBI Robert Mieller a déclaré que l'attentat à l'explosif contre Adel Al-Jubeir aurait pu coûter la vie à de nombreuses personnes.

Deux suspects iraniens, dont un membre présumé de la force d'élite iranienne Al Qods, ont été inculpés à New York. Il s'agit de Manssor Arbabsiar, un citoyen américain qui possède un passeport iranien. L'homme âgé de 56 ans a été arrêté le 29 septembre à l'aéroport international John F. Kennedy. L'autre individu, Gholam Shakuri, présenté comme membre de la force Al-Qods par les autorités, serait en fuite en Iran.

Selon les autorités judiciaires américaines, Arbabsiar est passé aux aveux, confirmant sa participation au projet. Les deux hommes sont accusés d'avoir engagé à Mexico un homme -qui était aussi un informateur de l'administration américaine de lutte contre la drogue et a fourni aux autorités des détails sur le présumé complot.

"Cela semble constituer une importante escalade dans le parrainage de l'Iran du terrorisme en dehors de ses frontières", a déclaré William Hague à la Chambre des Communes, tenant des propos semblables à ceux de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Rodham Clinton mercredi. "Nous sommes en contact étroit avec les autorités américaines et travaillerons pour convenir d'une réponse internationale, en compagnie des Etats-Unis, du reste de l'Union européenne et de l'Arabie saoudite", a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie britannique a affirmé que Londres avait connaissance d'indications selon lesquelles "ce déplorable complot était dirigé par des éléments du régime iranien, avec l'implication de hauts membres de la force Al Qods, (unité) des Gardiens de la révolution".

A Vienne, son homologue saoudien, le prince Saoud Al Fayçal a accusé l'Iran de "meurtre" et déclaré que son pays travaillait sur une "réponse mesurée" à la tentative présumée d'assassinat de l'ambassadeur de son pays aux Etats-Unis.

Si les alliés des Etats-Unis jugent les preuves américaines d'un complot iranien convaincantes, la Russie et la Chine ont elles réagi avec prudence. L'ambassadrice des Etats-Unis auprès des Nations unies Susan Rice s'est adressée mercredi aux représentants des 14 autres Etats membres du Conseil de sécurité dans le cadre d'une campagne diplomatique visant à utiliser le complot présumé comme tremplin pour une condamnation internationale accrue de l'Iran, et peut-être de nouvelles sanctions.

L'ambassadeur de la France auprès de l'ONU Gérard Araud a qualifié les preuves de "très convaincantes", son homologue russe Vitali Tchourkine a déclaré que Moscou aller se pencher sur ces éléments "très, très sérieusement". Quant à l'ambassadeur adjoint de Chine à l'ONU Wang Min, il a noté que l'enquête était toujours en cours. AP

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111013.FAP6631/iran-londres-denonce-une-escalade-moscou-et-pekin-font-preuve-de-prudence.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80766
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 5:41

joker911 a écrit:
Philippe Fabry a écrit:
joker911 a écrit:
Philippe vous devenez complotiste Laughing

Laughing

Pas exactement, les conspirationnistes pensent que les américains auraient pu organiser un complot tuant 3000 des leurs pour provoquer un choc, ce qui est invraisemblable.

Là, il s'agit seulement d'un attentat déjoué et attribué à l'Iran : aucune victime victime américaine. C'est le genre de manoeuvre qui est vraisemblable.

dans les deux cas c'est un "complot" .

héhé j'avais rien dit a propos de conspirationnistes Very Happy

Des complots sont possibles. C'est la "théorie du complot", expliquant le monde entier par un gigantesque jeu de marionnettes, qui est impossible.

Et les théorie du 11 septembre avec équipes de la CIA et du Mossad minant le WTC des semaines à l'avance sont de ce genre.

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 10:19

Barack Obama n'exclut aucune option à propos de l'Iran

Barack Obama a déclaré jeudi que les Etats-Unis n'écarteraient aucune option à propos de l'Iran, une expression utilisée régulièrement par la diplomatie américaine pour désigner une éventuelle action militaire.

Lors d'une conférence de presse, le président américain a dit que le complot présumé iranien visant à assassiner à Washington l'ambassadeur de l'Arabie saoudite amènerait les Etats-Unis à prendre de dures sanctions économiques afin d'accentuer l'isolement du régime de Téhéran.

Les Etats-Unis, a-t-il dit, continueront "à mettre en oeuvre les sanctions les plus sévères et à mobiliser la communauté internationale pour faire en sorte que l'Iran soit de plus en plus isolé et paie le prix de ce genre de comportement".

Il a ajouté: "Nous n'écartons aucune option en termes de manière de traiter avec l'Iran mais vous pouvez vous attendre à une poursuite de notre part de pressions susceptibles d'avoir un impact direct sur le gouvernement iranien (...)."

De son côté, la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, a révélé sans plus de précisions que les Etats-Unis avaient eu "des contacts directs" avec l'Iran sur cette affaire.

Mardi, les Américains ont affirmé avoir déjoué une tentative de complot visant à assassiner l'ambassadeur saoudien dans un restaurant de Washington ourdie par deux hommes liés aux service secrets iraniens.

L'Iran a vivement démenti ces allégations.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/barack-obama-n-exclut-aucune-option-a-propos-de-l-iran_1040440.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 10:38

Cette histoire de complot c'est un peu comme une arme à destruction massive au niveau des relations US -Iran,l'agenda révélé par Wesley Clark
suit son cours.
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 11:13

ce complot + la bombe, vous avez pas un air de déjà vu ?

et pour l'histoire de Israel - Iran je trouve l'un comme l'autre ce sont des tyrannies différentes certes mais des tyrannies commem.
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28466
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 13:25

Disons qu'Israël n'opprime pas ses citoyens qui manifestent, contrairement à l'Iran en 2009.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 14 Oct 2011 - 14:06

Ryad déterminé à riposter

Depuis mardi, les USA accusent l’Iran d’avoir organisé un attentat à la bombe contre l’ambassadeur d’arabie saoudite, Adel al-Jubeir, à Washington. L'Iran a rejeté en bloc les accusations américaines, criant à une manipulation destinée à diviser les pays musulmans, a protéger Israël et à accroître la pression sur la République islamique déjà soumise à de sévères sanctions internationales pour son programme nucléaire controversé.



Le président Barack Obama a affirmé jeudi que le complot déjoué aux Etats-Unis pour assassiner l'ambassadeur d'Arabie saoudite était lié à des "individus au sein du gouvernement iranien". Il a exigé que de hauts responsables du gouvernement de Téhéran rendent des comptes.



"Nous ne plierons pas devant les pressions (de l'Iran) et nous lui demanderons des comptes pour toute action hostile, à laquelle l'Arabie saoudite apportera une riposte appropriée", a averti le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud Al-Fayçal, cité vendredi par des médias saoudiens. "Ce n'est pas la première fois que l'Iran est soupçonné de mener des telles actions", a dénoncé le prince Saoud, cité par le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat.



"Les options possibles n'offrent à l'Arabie saoudite que des mesures politiques et des pressions sur l'Iran par l'intermédiaire des institutions internationales", a expliqué l'analyste saoudien Abdallah Hamid Eddine, soulignant que Ryad ne devrait pas "s'engager dans des initiatives séparées".

http://info.france2.fr/monde/ryad-determine-a-riposter--70823251.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 15 Oct 2011 - 0:19

Un ex-agent de la CIA accuse l’Arabie saoudite et Israël d’être derrière l’attentat déjoué des Iraniens



Roulement de tambour. Alors que la menace nucléaire iranienne refait parler d’elle, Téhéran est aussi dans le collimateur pour avoir tenté, selon l’Administration Obama, d’assassiner un diplomate saoudien aux Etats-Unis. Problème : des voix inattendues s’élèvent pour dénoncer une supercherie justifiant une attaque militaire contre l’Iran.

Mais quelle mouche a piqué FOX ? Réputée pour son patriotisme réactionnaire, la chaîne américaine a pourtant diffusé hier soir une interview digne d’une web-tv crypto-gauchiste. Un ancien juge fédéral reconverti dans le talk-show, Andrew Napolitano, s’est entretenu avec Michael Scheuer, l’homme jadis responsable-au sein de la CIA- de l’unité chargée de traquer Oussama Ben Laden.
Interrogé à propos du complot iranien présumé qui visait l’assassinat d’un ambassadeur saoudien sur le sol américain, Michael Scheuer évoque (à 1’55 de la vidéo ci-dessous) une hypothèse décapante :

« Les seuls gens qui pourraient bénéficier de cela seraient les Israéliens et les Saoudiens. Si j’étais à la recherche d’une opération de contre-espionnage pour cerner l’origine de cette information, je serais très tenté de vérifier la piste d’un instigateur israélien ou saoudien. Car, sur le long terme, Israël et l’Arabie saoudite sont deux ennemis bien plus dangereux pour les Etats-Unis que l’Iran. Celui-ci est un pays de troisième rang sur le plan militaire que nous pourrions facilement gérer.

Le Congrès est emballé à l’idée de faire la guerre à l’Iran. Écoutez les sénateurs Graham, McCain et Joe Liberman : ils sont dans les mains des Israéliens. Les Saoudiens sont très influents. Quand vous observez ce genre de choses, vous devez vous poser la question : qui profiterait de cette guerre ? Israéliens et Saoudiens adoreraient voir notre argent et nos jeunes gens être tués pour combattre leur ennemi en Iran ».

Déjà sceptique lui-même quant à l’allégation d’un attentat conçu par Téhéran, l’animateur va encore plus loin : « Vous vous êtes engagé dans le contre-terrorisme l’essentiel de votre vie. Dites-moi, Michael, pourrait-il s’agir là d’un cas dans lequel le gouvernement américain aurait été mené en bateau par des entités étrangères (...), quelqu’un qui voulait fomenter de l’animosité entre l’Iran et les Etats-Unis ? ».

Réponse de l’initié du renseignement : « Je ne pense pas que cela soit impossible. Bien sûr, je n’ai pas d’information en ce sens mais quand vous tirez les conclusions -à qui bénéficie une action militaire contre l’Iran, il s’agit seulement des Israéliens et des Saoudiens. Et il y a un précédent pour cela. Nous avons déjà mené deux guerres contre l’Irak en faveur des intérêts israéliens et saoudiens. Nous sommes toujours poussés à faire tuer nos concitoyens pour leurs intérêts. Cela peut se reproduire. »

Michael Scheuer n’a pas exactement le profil d’un antisioniste primaire. Employé dans la CIA de 1982 à 2004, il fut notamment chargé de la « station Alec » de 1996 à 1999 –celle destinée notamment à la collecte d’informations sensibles sur al-Qaida. Par la suite, les attentats du 11-Septembre ont conduit à sa réinstallation dans l’unité en tant que conseiller du nouveau responsable. Après sa démission en 2004, il deviendra professeur à l’Université Georgetown mais se verra progressivement écarté ailleurs de certaines positions honorifiques en raison de sa critique de l’expansionnisme militaire ou du soutien systématique à l’Etat hébreu-tous deux jugés contraires à l’intérêt du peuple américain.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Un-ex-agent-de-la-CIA-accuse-l-Arabie-saoudite-et-Israel-d-etre-derriere-l-attentat-dejoue-des-8564.html


Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28466
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 15 Oct 2011 - 13:11

Israël, un ennemi pour les USA ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
Fidjouss



Messages : 547
Inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Sam 15 Oct 2011 - 15:53

Simon1976 a écrit:
Israël, un ennemi pour les USA ? scratch

Israel espionne régulierement les E.U et je les sens bien capables d'inventer un tel complot pour pousser le congrés et Obama à la guerre, parce que dixit Rabbin Yoseph : “Les Gentils n'existent que pour servir les juifs” Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Dim 16 Oct 2011 - 12:15

Des «électrons libres» à mettre au pas


(Québec) Le «complot» pour assassiner un diplomate saoudien à Washington ramène la crise iranienne, reléguée au second plan par les péripéties du «printemps arabe», sous les feux de l'actualité. Une première conséquence de cette histoire est sans doute d'amplifier la lutte pour le pouvoir en Iran au sein même du régime islamique, à Téhéran.

Le président Barack Obama a retenu l'hypothèse que les plus hauts dirigeants iraniens, le guide de la révolution, l'ayatollah Ali Khamenei, et le président de la république Mahmoud Ahmadinejad en tête, n'étaient pas nécessairement impliqués dans ce complot, mais que l'Iran devait néanmoins «rendre des comptes».

L'ayatollah Khamenei voit pour sa part dans les démarches judiciaires en cours aux États-Unis une manoeuvre pour «isoler» l'Iran dans la communauté internationale.

La réaction, fort prudente, d'Obama correspond au quasi-consensus parmi les spécialistes de la politique iranienne pour qui les détails connus de ce complot ne permettent tout au plus que de les attribuer ou les associer à des «électrons libres» au sein du pouvoir iranien, notamment parmi les Gardiens de la révolution, plutôt qu'au pouvoir iranien en tant que tel. C'est en ce sens que le complot est annonciateur de nouvelles tourmentes au sein de la hiérarchie iranienne.

Voilà 32 ans, depuis la révolution islamique de 1979 en fait, qu'États-Unis et Iran se regardent comme des chiens de faïence et rivalisent d'influence au Proche et au Moyen-Orient. Le meurtrier attentat de Beyrouth contre le QG de l'armée américaine dans la capitale libanaise, en 1983, est la plus spectaculaire péripétie de cette lutte d'influence. Mais, si le complot est ce que l'on présume qu'il est, ce serait la première fois que la lutte serait portée en sol américain. On voit mal à quelle impérieuse raison d'État répond cette innovation. À qui profite le crime? se demande-t-on forcément.

Ali Khamenei ne pouvait guère dire autre chose. Il ne pouvait plaider coupable, pour lui-même ou pour son régime. Il ne pouvait évoquer ces «électrons libres» alors que c'est au nom de la souveraineté pleine et entière de son pays qu'il plaide pour le programme nucléaire iranien si contesté et pour la possible destruction duquel il dénonce la collusion de l'Arabie Saoudite et d'Israël.

Si l'isolement de l'Iran est cause ou enjeu de l'actuelle polémique, c'est pour toutes raisons que celles qu'évoque Khamenei.

Le «printemps arabe» a en effet marginalisé l'Iran, au Proche et au Moyen-Orient, à cause de son régime politique.

Il était courant de définir l'Iran comme une «éternelle quasi-démocratie», quand les réformateurs, aujourd'hui pourchassés, étaient au pouvoir de 1997 à 2005, sous l'ex-président Khatami, alors que les vieilles dictatures arabes, dont celle bien sûr d'Hosni Moubarak en Égypte, étaient en place. Le contraste était saisissant entre ces deux États phares du Moyen-Orient. L'Iran jouissait alors d'un préjugé favorable, lequel n'est plus aujourd'hui qu'un vague souvenir.

L'Iran n'est peut-être pas devenu une dictature comparable à celle de l'Égypte d'hier, mais une ample mise au pas est en cours. Cette mise au pas s'exerce contre les réformateurs, qui ont pris la rue lors de la présidentielle plus ou moins truquée de 2009, et dont les «rêves» étaient fort analogues à ceux des «révolutionnaires» arabes aujourd'hui, non contre les «électrons libres» dont on ne sait plus s'ils sont les gardiens de la révolution ou du temple.

Aujourd'hui, alors que la démocratie se cherche une place dans le monde arabe, c'est au tour du régime iranien de faire image de dinosaure.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/201110/15/01-4457685-des-electrons-libres-a-mettre-au-pas.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 17 Oct 2011 - 17:37

Complot iranien aux Etats-Unis : "Un scénario refusé par Quentin Tarantino"

De nombreux experts émettent des doutes à propos de la rocambolesque tentative d’attaque terroriste iranienne sur le sol américain annoncée par le ministre de la Justice Eric Holder mardi. Le point sur leurs arguments.

http://www.jforum.fr/forum/international/article/complot-iranien-aux-etats-unis-un?utm_source=activetrail&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter%20du%2017/10/2011
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mar 18 Oct 2011 - 10:16

L'ONU accuse l'Iran d'exécuter secrètement des centaines de condamnés

Plus de trois cents exécutions secrètes ont été perpétrées l'an dernier en Iran, affirme un rapport de l'ONU. Elles ont été perpétrées dans la prison de Vakilabad, à Machad, dans le Nord-Est, "en violation de la loi iranienne", sans la présence des avocats et des membres de la famille des suppliciés, indique le document rédigé par Ahmed Shaheed, nouveau rapporteur de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Iran. Depuis le début de l'année, au moins cent quarante-six exécutions secrètes auraient été commises en Iran, selon le rapporteur, qui cite des témoignages et des organisations de défense des droits de l'homme.

Quatre-vingt-trois personnes, dont trois prisonniers politiques, ont été officiellement exécutées pour le seul mois de janvier 2011, selon ce rapport. Le document, qui sera présenté mercredi à l'Assemblée générale de l'ONU, évoque des violations des droits de l'homme "systématiques" dans le pays et "l'augmentation dramatique du nombre des exécutions". Au moins une personne a été condamnée à mort en 2011 pour apostasie tandis que plus de cent exécutions officiellement annoncées étaient liées à des crimes liés au trafic de drogue. La peine capitale a été aussi appliquée pour des viols, des homicides, des actes immoraux et des enlèvements, selon ce document.

Parmi les personnes condamnées à mort, plus de cent ont moins de 18 ans, bien que l'exécution de mineurs soit interdite par des conventions internationales auxquelles adhère l'Iran, selon le rapporteur. Selon ce rapport publié dans un premier temps par la revue Foreign Policy, des centaines de militants, de journalistes, d'étudiants, de metteurs en scène, d'artistes, d'avocats ont été emprisonnés par le régime du président Mahmoud Ahmadinejad depuis sa réélection, en 2009.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mar 18 Oct 2011 - 10:46

En Iran, le Guide jette un pavé dans la mare

Ali Khamenei évoque une suppression du poste de président de la République.

Simple avertissement à Mahmoud Ahmadinejad ? Ou réelle volonté de changer la Constitution ? En évoquant une suppression du poste de président de la République, occupé par son rival Mahmoud Ahmadinejad, le numéro un du régime, l'ayatollah Ali Khamenei, a mis les milieux politiques iraniens en ébullition. «Dans la situation actuelle, le régime politique du pays est présidentiel et le président de la Répu­blique est élu directement par le peuple, ce qui est bien, a lancé dimanche le guide suprême, lors d'une visite en province. Mais si un jour, dans un avenir lointain, nous avons le sentiment qu'un régime parlementaire est meilleur pour choisir le chef de l'exécutif, il n'y a pas de problème pour changer le système actuel.»
Rival gênant

En Iran, le guide détient l'essentiel des pouvoirs, notamment en matière de défense et de politique étrangère, le président de la République s'apparentant à une sorte de premier ministre «fusible». Depuis le printemps dernier, un conflit sans précédent oppose à l'intérieur du camp conservateur les partisans d'Ahmadinejad à la ligne dure du ré­gime, rassemblée autour d'Ali Khamenei, des gardiens de la révolution et de la majorité du Parlement.

Les hostilités ont été déclenchées lorsque le guide a mis son veto au limogeage du ministre des Renseignements, l'un de ses proches, par Ahmadinejad. En riposte, les députés ultraconservateurs ont ensuite cherché - en vain - à convoquer le président pour le questionner sur sa politique, tandis qu'Ahmadinejad refusait de signer plusieurs lois votées par le Majlis. Le guide «a ouvert la voie à un débat sur une réforme constitutionnelle», écrivait lundi le quotidien Etemaad. Ce débat a, en fait, été lancé le mois dernier par des députés conservateurs, qui s'inquiètent des velléités du camp présidentiel de présenter ses propres candidats aux législatives de mars 2012.

Avec la présence du guide suprême, «nul besoin d'avoir un président», soutient ainsi Hamid Reza Katouzian, le président de la commission de l'énergie au Parlement. Comme souvent en Iran, plusieurs lectures peuvent être faites des déclarations du guide. En remplaçant un président élu au suffrage universel par un premier ministre choisi par le Parlement, Khamenei voudrait éliminer un rival gênant. «Mais il serait ensuite en première ligne et s'exposerait», observe un diplomate qui connaît bien l'Iran. Peu importe que le régime perde encore un peu plus de sa légitimité démocra­tique : «Il ne lui en reste plus beaucoup», ajoute cet observateur, en référence au trucage de l'élection présidentielle de 2009, qui permit au chef de l'État de se maintenir au pouvoir - alors avec la bénédiction de Khamenei. Mais depuis, la volonté d'Ahmadinejad de «présiden­tialiser» à outrance le régime a irrité son aile la plus conservatrice, ainsi que le clergé, cet autre pilier de la République islamique. Le complot présumé contre l'ambassadeur saoudien à Washington pourrait être le dernier épisode de ces ­luttes en coulisses.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mar 18 Oct 2011 - 22:42

Iran-États-Unis : questions autour d'un complot

Le Point.fr - Publié le 18/10/2011 à 16:11 - Modifié le 18/10/2011 à 17:08
De nombreuses zones d'ombre existent sur la tentative d'assassinat par l'Iran de l'ambassadeur saoudien à Washington.

La guerre froide a débuté entre l'Arabie saoudite et l'Iran. Sous l'égide de Washington, Riyad a engagé dimanche une procédure contre la République islamique devant le Conseil de sécurité de l'ONU pour "complot odieux". À l'origine, l'annonce il y a une semaine par les États-Unis d'une tentative d'assassinat manquée contre l'ambassadeur saoudien à Washington, Abdel al-Jubeir, un conseiller du roi qui avait joué un grand rôle pour défendre le royaume après les attentats du 11 Septembre. La justice américaine a révélé dans la foulée l'inculpation de deux ressortissants iraniens.

Mansour Arbabsiar, citoyen américano-iranien de 56 ans vivant au Texas, aurait sollicité, contre 1,5 million de dollars, un cartel de narcotrafiquants mexicains pour l'aider à faire exploser une bombe dans un restaurant de Washington fréquenté par l'ambassadeur. Son complice, Gholam Shakuri, est accusé d'être membre de l'unité al-Qods, forces spéciales à l'étranger du corps iranien des Gardiens de la révolution, armée parallèle, véritable "État dans l'État" iranien. Mais Shakuri a eu plus de chance, en réussissant à s'envoler à temps pour Téhéran.

Un coupable simplet

L'attentat aurait été déjoué grâce à l'infiltration dans le cartel mexicain d'un informateur américain. Après son arrestation le 29 septembre dernier à l'aéroport JFK de New York, Arbabsiar aurait admis sa participation au complot, selon le ministère américain de la Justice. Il aurait confié avoir été "recruté, payé et dirigé par des hommes qu'il pensait être des hauts responsables des Qods" qui auraient approuvé les moyens utilisés pour l'attentat, son financement et "le bilan humain qui en résulterait probablement". "Même si cela se lit comme les pages d'un scénario de Hollywood, l'impact aurait été bien réel et de nombreuses vies auraient été perdues", a déclaré Robert Mueller, directeur du FBI.

À Corpus Christi, ville d'où est originaire l'Américano-Iranien, la participation d'Arbabsiar dans un "complot international" a pour le moins étonné la population. Une enquête de terrain menée par le Washington Post décrit un homme pour le moins "distrait", si ce n'est "comique", ayant échoué dans toutes ses entreprises, de la concession de véhicules à la vente de kebabs. "C'est un gars maladroit qui souriait toujours", déclare Mitchel Hamauei, propriétaire d'un magasin. "Laissez-moi le dire d'une autre manière : Il n'a pas de cerveau." "Peut-être quelqu'un lui a offert de l'argent. Il n'a pas l'intelligence suffisante pour dire non", s'interroge pour sa part Tom Hosseini, autre propriétaire. Pire, d'après le Washington Post, Mansour Arbabsiar était surnommé "Jack" en raison de son goût prononcé pour le whisky.

"Troublant amateurisme" (chercheur)

"Cette histoire paraît rocambolesque : on ne voit pas très bien ce que pourrait tirer l'Iran d'un tel acte alors que ses relations avec les États-Unis et l'Arabie Saoudite sont déjà exécrables", estime Mohammad-Reza Djalili*, professeur émérite à l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. "Ceci est d'autant plus étonnant que la République islamique, qui n'a jamais commis d'attentat sur le sol américain en plus de 30 ans, avait abandonné l'idée de s'en prendre à ses opposants à l'étranger", ajoute le chercheur. "L'Iran a constaté l'inefficacité de tels actes, mais surtout le pouvoir actuel fait face à des difficultés intérieures depuis la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad à la présidence en 2009."

En témoigne cette surprenante déclaration du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei. Pour s'éviter une nouvelle fronde populaire, le numéro un du pouvoir iranien a évoqué lundi la possibilité de supprimer le poste de président de la République au profit d'un régime parlementaire. Autres faits troublants relevés par Mohammad-Reza Djalili, "le fait de s'attaquer à une personne secondaire du système saoudien et de sous-traiter auprès de trafiquants de drogue mexicains témoigne d'un certain amateurisme".

Échéances électorales américaines

Dans son blog, le professeur et historien du Moyen-Orient à l'université du Michigan Juan Cole va encore plus loin : "Je ne comprends pas comment les médias américains peuvent relayer de telles accusations à propos de Mansour Arbabsiar", explique l'historien, qui qualifie les allégations américaines de "drôles". "J'en conclus qu'ils (les Américains) ne sont pas honnêtes et que c'est désormais au tour d'Obama d'agiter la menace extérieure alors qu'il risque une défaite face au républicain Mitt Romney l'année prochaine (à la présidentielle, NDLR)."

De fait, le président américain n'a pas mâché ses morts jeudi : "Le fait que l'Iran ait été impliqué dans un tel complot montre à quel point ce pays a évolué en dehors des normes acceptables de comportement sur la scène internationale, depuis bien trop longtemps" a-t-il affirmé. Des propos qui tranchent avec la main tendue aux ayatollahs par ce même Obama en mars 2009.

Le nouvel Obama

Pour Mansouria Mokhefi, directrice du programme Maghreb et Moyen-Orient à l'Institut français des relations internationales (Ifri), ce changement de ton américain a avant tout deux buts précis. "Il s'agit tout d'abord pour les États-Unis de montrer à l'Arabie saoudite qu'ils lui sont toujours dévoués et de la rassurer, après avoir lâché Moubarak lors de la révolution égyptienne." Mais cette nouvelle rhétorique aurait également des visées électorales américaines. "Victimes d'une chute de sa popularité, de critiques féroces de l'opposition et de la défection de l'Américain moyen, le président Obama est dans une position très délicate en vue de sa réélection. Par conséquent, il fait tout à l'intérieur pour montrer qu'il est aussi fort et déterminé que George W. Bush en ce qui concerne la sécurité du pays." La chercheuse en veut pour preuve son bond dans les sondages après l'assassinat d'Oussama Ben Laden.

Cette volte-face de Barack Obama a d'ailleurs été saluée la semaine dernière par Dick Cheney, non sans un certain cynisme. Le vice-président américain du temps de Bush a ainsi félicité le président américain pour avoir "clairement changé en direction de mesures énergiques", après avoir fait abattre par un drone l'islamiste américain Anwar al-Awlaki au Pakistan. Cheney est même allé jusqu'à demander à Obama de présenter ses excuses à George Bush pour l'avoir accusé de "réaction exagérée" après le 11 Septembre.

Le pouvoir des Gardiens

Ali Alfoneh est expert sur l'Iran à l'American Enterprise Institute à Washington. Il comprend les nombreuses réserves émises après l'inculpation de l'Iranien Arbabsiar, mais ce spécialiste du corps des Gardiens de la révolution estime pour sa part que l'organisation a beaucoup à gagner d'une telle tentative d'assassinat, "peu importe son issue". "Contrairement à son discours hostile uniquement destiné aux médias, Ahmadinejad souhaite depuis un an négocier avec les Américains. Cela attise l'inquiétude des Gardiens, déjà échaudés par l'intervention de l'Arabie saoudite à Bahreïn qui, avec 1200 soldats, est parvenue à réprimer les manifestations chiites." D'après Ali Alfoneh, l'organisation avait donc besoin d'un "coup médiatique" sur la scène internationale pour se relancer.

Mais à quoi bon provoquer le courroux de puissances mondiales telles les États-Unis, et surtout l'Arabie saoudite ? "Ce corps a besoin de crises et d'ennemis extérieurs pour accroître son influence à l'intérieur de la politique iranienne", répond l'expert. "Il profite de l'échec total de la main tendue d'Obama qui a été perçue comme un nouveau signe de faiblesse à Téhéran. Les Gardiens estiment qu'étant donné leur enlisement en Irak et en Afghanistan, les États-Unis ne peuvent s'en prendre à l'Iran."

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Théodéric



Messages : 6683
Inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 19 Oct 2011 - 3:37

Simon1976 a écrit:
joker911 a écrit:
Et oui vous avez raison Iran a besoin de la bombe pour se défendre par tout les moyens possible.

Je parlais d'Israël.

Je crois que la bombe dans les mains de l'Iran est une bien plus grande menace qu'entre les mains d'un peuple qu'on veut chasser de chez lui à nouveau.

bonjour simon1976,

les pires menaces nucléaires sont celles des pays qui ne savent pas qu'ils ont des bombes, du genre Tchernobyl ou Fukushima !
les Français ne savent pas qu'ils en ont partout !! Shocked c'est ceux là les plus dangereux ! What a Face

et comme disait Poutine aux ricains " vous vous dite défenseurs des droits de l'homme, mais vous êtes qu'en même les seuls au monde a avoir jeté des bombes atomiques sur des populations civiles !"

a lire ce fil je me dit " réunion de braves catho prés a atomiser la terre pour de pieuses raisons, afin de ne pas permettre au crime islamique d'avoir le dernier mot !"
je fini par me demander si catho a un rapport avec chrétien car dans vos options rien que pour les concevoir il faut tirer un trait sur l’évangile , donc si l'évangile passe a la trappe pour des préoccupations temporelles , Jésus doit être une donnée a géométrie variable !
mais je ne vois nul part cela dans l'enseignement du Christ ! Il me parait plus absolu dans Ses Affirmations voir même irréductibles ! Very Happy dans le genre " FAITE CE QUE JE VOUS DIS SI JE SUIS VOTRE SEIGNEUR !" mais bon encore un fanatique certainement ce !
heureusement que l'on a l'option nucléaire pour s'en sortir , ou comme disent les païens "pour se sauver !" comme ci s'entretuer ça avait jamais sauvé une âme !!?
moi je crois vraiment que la seule façon d'être Sauvé c'est LUI
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 19 Oct 2011 - 16:35

Le virus Duqu, petit frère de Stuxnet, arrive en Iran

Rédigé par JSS le Oct 19th, 2011 and filed under Ayatolland d’Iran, Orient. Vous pouvez suivre les réponses à cet article grâce au RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback à cet article

D’abord il y a eu le virus informatique Stuxnet, qui a largement ravagé le programme nucléaire iranien. Aujourd’hui, il y a “Duqu,” un autre virus… Tout aussi ravageur….

Les responsables iraniens ont confirmé plus tôt cette année que le virus Stuxnet a frappé les ordinateurs du personnel à la centrale de Bouchehr, mais cependant souligné qu’il n’avait pas affecté les principaux systèmes. Alors, les experts informatiques étrangers ont fait en sorte que le nouveau virus s’en prenne aux principaux systèmes.

D’abord il y a eu le virus informatique Stuxnet, qui a largement ravagé le programme nucléaire iranien. Aujourd’hui, il y a “Duqu,” un autre virus… Tout aussi ravageur….

Les responsables iraniens ont confirmé plus tôt cette année que le virus Stuxnet a frappé les ordinateurs du personnel à la centrale de Bouchehr, mais cependant souligné qu’il n’avait pas affecté les principaux systèmes. Alors, les experts informatiques étrangers ont fait en sorte que le nouveau virus s’en prenne aux principaux systèmes.

Le ver informatique a pour but de saboter les installations d’enrichissement d’uranium à Natanz – où la capacité opérationnelle de la centrifugeuse a diminué de moitié au cours de la dernière année. Les experts en sécurité disent que le virus pourrait bien être une attaque informatique lancée depuis un autre état… Mais que rien n’est certain.

Mardi, la société de sécurité informatique Symantec a déclaré dans un rapport que le nouveau virus a été trouvé par un laboratoire de recherche avec des connexions internationales. Il a un code malveillant qui “semble être très semblable à Stuxnet.” Il a été nommé Duqu parce qu’il crée des fichiers avec «DQ» dans le préfixe.

“Certaines parties de Duqu sont identiques à Stuxnet, mais son but est complètement différent”, a déclaré Symantec. “Duqu est en fait le précurseur d’une future attaque d’un nouveau Stuxnet.”

Stuxnet est un logiciel malveillant qui cible les systèmes de contrôle industriel construit par la firme allemande Siemens. Il est soupçonné d’avoir paralysé les centrifugeuses à uranium iraniennes.

Le nouveau virus informatique Duqu est conçu pour recueillir des données et rendre plus facile une nouvelle cyber-attaque. “Duqu ne contient aucun code lié aux systèmes de contrôle industriel et est avant tout un cheval de Troie d’accès à distance,” a déclaré Symantec. “Les créateurs de Duqu sont très certainement ceux de Stuxnet», a déclaré Symantec.

Sheina Averburgh – JSSNews

http://jssnews.com/2011/10/19/le-virus-duqu-petit-frere-de-stuxnet-arrive-en-iran/

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 19 Oct 2011 - 22:50

Nucléaire iranien: un virus semblable à Stuxnet identifié

La société de sécurité informatique Symantec a mis en garde sur son blogue contre l'existence d'un virus informatique semblable à Stuxnet qui, fin 2010, a attaqué le programme nucléaire iranien, selon une note actualisée mercredi.

Menace nommée «Duqu» par le laboratoire de recherche qui l'a découverte et qui a alerté Symantec le 14 octobre, elle partage une bonne partie de son code source avec Stuxnet, mais «a un objectif complètement différent» selon Symantec.

Duqu est d'abord un «RAT» (remote access Trojan), un outil d'accès à distance, selon Symantec, et ne s'autoréplique pas. Son but n'est donc pas de saboter directement un système de contrôle industriel comme Stuxnet.

La société de sécurité informatique en fait ainsi un «précurseur d'une future attaque similaire à Stuxnet».

Duqu a pour objectif de collecter des données et autres informations auprès d'entités telles que des fabricants de systèmes de contrôle dans l'industrie, afin de lancer des attaques plus facilement contre des tierces parties, explique Symantec.

Les pirates sont par exemple à la recherche de plans de conception qui pourraient les aider à s'attaquer à une installation de contrôle industriel, indique la société.

Détecté en 2010, le virus Stuxnet a infecté un logiciel Siemens de contrôle des automates industriels très utilisé dans les secteurs de l'eau, des plates-formes pétrolières et des centrales électriques.

Sa fonction serait de modifier la gestion de certaines activités pour entraîner la destruction physique des installations touchées, selon les experts, et il aurait principalement frappé l'Iran.

Des experts cités par le New York Times avaient estimé en janvier dernier que les services de renseignements israéliens et américains avaient conjointement mis au point le virus Stuxnet pour saboter le programme nucléaire iranien.

Ce projet aurait vu le jour avec l'aide, volontaire ou non, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne, selon les sources du quotidien.

Des experts avaient déjà soupçonné à plusieurs reprises Israël d'être à l'origine du virus Stuxnet, qui a touché les centrifugeuses iraniennes produisant de l'uranium enrichi.

En septembre, le ministre russe des Affaires étrangères avait publiquement désigné Israël et les États-Unis comme les auteurs de ce qu'il avait qualifié de «cyberguerre».

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 20 Oct 2011 - 14:04

Iran : l'ONU l'accuse de répression brutale contre ses citoyens

http://depeches.ameriquebec.net/2011/10/19-iran-l%E2%80%99onu-laccuse-de-repression-brutale-contre-ses-citoyens.qc


_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 20 Oct 2011 - 14:07

Iran: dialogue de sourds à l'ONU sur la situation des droits de l'homme


Iran Manif - Les experts du Comité des droits de l'ONU examinant pour la deuxième journée consécutive, les mesures prises par l'Iran pour promouvoir les droits civils et politiques ont déploré le 18 octobre l'insuffisance des réponses apportées par la délégation iranienne.

Les 18 experts du Comité sont chargés de passer en revue les politiques des Etats parties au Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Après avoir entendu la délégation iranienne composée d'une vingtaine de personnes venues d'Iran, les experts ont fait part de leur incompréhension face aux réponses apportées par Téhéran, notamment sur l'application de la peine de mort, le sort réservé aux femmes et aux homosexuels ainsi que les conditions de détention.

"Je ne comprends pas pourquoi on a imposé des peines de mort à des mineurs. Je ne comprends pas pourquoi on pratique la lapidation", a ainsi déclaré Fabián Omar Salvioli, expert argentin.

"Hier vous nous avez dit que la polygamie n'était pas interdite...nous avons besoin d'une réponse claire et rapide", a asséné pour sa part le tunisien Abdelfattah Amor.
L'experte française Christine Chanet a jugé les réponses iraniennes "partielles et floues", soulignant que la délégation n'avait toujours pas donné de liste exhaustive sur le nombre de sentences de mort prononcées et exécutées.

"Je constate que le pays est très embarrassé par cette question. Tout cela est passé sous silence", a-t-elle dit.

"Je constate qu'il n'y a pas de réponses précises par rapport à des questions précises", a déclaré pour sa part l'experte roumaine Iulia Antoanella Motoc, déplorant l'absence de "statistiques exactes" du nombre de morts et de personnes disparues lors des évènements violents qui ont entouré la présidentielle de 2009.

Dans ses réponses sur la peine de mort, la délégation iranienne a expliqué qu'elle ne concernait en principe que les "crimes les plus graves" mais que parfois elle pouvait être prononcée pour "d'autres délits (qui) peuvent être considérés comme de moindre importance".
"Mais jusqu'à présent ces condamnations (pour des délits moins importants) n'ont jamais été suivies d'une exécution" a assuré la délégation.

Celle-ci a par ailleurs affirmé que 70% des peines capitales prononcées sont liés à des délits relatifs au trafic de stupéfiants.

http://www.iranmanif.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1946:iran-dialogue-de-sourds-a-lonu-sur-la-situation-des-droits-de-lhomme-&catid=5:les-droits-de-lhomme&Itemid=14

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Jonas et le signe



Masculin Messages : 12292
Inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 20 Oct 2011 - 14:23

Ils assimilent probablement le prosélytisme chrétien ou la propagande démocratique à des "stupéfiants"... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 20 Oct 2011 - 15:32

on verra bien mais de tout facon personne ne veut une guerre ouverte ..
Revenir en haut Aller en bas
vincent1606



Messages : 11
Inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 21 Oct 2011 - 2:07

toi tu es un humain normalement constitué, donc en toute logique tu ne veux pas entendre parler de guerre, et je pense la même chose que toi

Seulement mon ami, il existe sur cette terre des humains ayant une toute autre vision du monde. je pense en autre à rockfeller, bush, sarko,obama ... qui eux ont besoins de parler de guerres pour dominer le monde.
Dans notre passé récent, les "attentats" du 11 septembre ont permis à ces gens de faire 2 choses importantes en parallèle :

- déclarer la guerre à des terroristes invisibles, ils ont envahis l’Afghanistan et l Irak(le premier pour faire passer des pipeline et gazoduc, et l autre bien sûr pour mettre la main sur ses puits de pétrole)
- prétextant de protéger la population, ils ont déclaré la guerre contre nous en réduisant nos libertés individuelles afin de mieux nous contrôler.
Ces guerres contre le terrorisme ne pourra jamais être gagnée puisqu'il n existe pas d'ennemi Identifiable pour la population.

Une chose amenant une autre, ils vont/ont déclarer la guerre à des pays qui refusent de se plier à la dictature de ces gens et donner leurs richesses(comme le qatar,l’arabie saoudite..): la Lybie, la Syrie ,l’Iran, le Venezuela.
Sans être devin, je vais te dire ce qu'il va se passer par exemple en Lybie, les français et les anglais qui ont menés la guerre vont envoyer leurs commerciaux pour récupérer le pétrole, puis on va commencer à entendre parler d’attentats comme en irak. Nos gouvernements vont monter des populations les unes contre les autres(des religions différentes dans un pays suffisent à attiser la haine de lautre), Attentat est le meilleurs outil pour auto-détruire une population.

L’occidental moyen lui restera lobotomiser devant BFM ITV TF1...On lui rabachera en permanence que les pays cités sont de dangereuses menaces et qu ‘il est important de les détruire. Et à force que l’on nous répète la même chose nous trouvons ca normal de faire la guerre maintenant.

Toutes ces guerres modernes sont instrumentées par de puissants financiers, afin de créer un seul gouvernement mondial.ils ont déja presque supprimer les frontières et les monnaies avec :
- Lunion europeene
- L’union de l’amérique du nord(canada,USA, Mexique)
- L’union africaine
- L’union asiatique

A terme, une seule monnaie une seule armée, et l’exploitation des futurs moutons esclaves lobotomisés et pucés.

Voilà ce qu’il nous attend si nous nous bougeons pas pour créer un autre monde.

edit: les choses se répètent:
Citation :
un mal menace les hommes, les femmes et les enfants de notre grande nation. Nous devons prendre les mesures afin d'assurer notre sécurité intérieure et protéger notre mère patrie
george w bush?obama?sarkosy?....? et non ...adolphe hitler en présentant la gestapo au peuple....

Petit résumer rapide des débuts de la 2ème guerre mondiale:

en février 1933, hitler met le feu au bâtiment de son propre parlement allemands et accusa des terroristes communistes (de nos jours: le 11/09)
quelques semaines plus tard il fit voter "l'enabling act" qui éradique la constituion allemande et détruisis les liberté du peuple(de nos jours: le patriot act)
puis il mena une série de guerres préventives toutes justifiées devant le peuple allemands comme nécessaires pour maintenir la sécurité intérieur(de nos jours: Irak Afganistant)
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 28 Oct 2011 - 23:09

Frappes contre l'Iran: Netanyahu et Barak pour l'armée et le Mossad contre

Belga | 28 Octobre 2011 21h29

Agrandir
Diminuer
Imprimer
Réagir (0)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak sont favorables à des frappes contre les installations nucléaires iraniennes, mais l'armée et les services de renseignement s'y opposent, rapportent vendredi soir les médias.
Selon les correspondants militaires des principales chaînes de télévision, MM. Netanyahu et Barak pressent les autres membres du gouvernement de soutenir une action militaire contre l'Iran. Toutefois, le chef d'état-major, le général Benny Gantz, le patron du Mossad, Tamir Pardo, le chef du renseignement militaire, le général Aviv Kochavi, et le chef du Shin Beth (Sécurité intérieure), Yoram Cohen, sont hostiles à une telle attaque. Cette opposition devrait empêcher, du moins dans l'immédiat, le recours à l'option militaire, estiment les correspondants militaires. "Le front iranien est la priorité", a affirmé jeudi le directeur du département politique du ministère de la Défense, Amos Gilad, cité par le site d'information Ynet et les télévisions, lors d'un discours devant des étudiants. "Benjamin Netanyahu est le premier à avoir considéré l'Iran comme une menace majeure. Le ministre de la Défense comprend également l'ampleur de cette menace", a souligné Amos Gilad, en réaffirmant que "toutes les options (étaient) sur la table". Israël et plusieurs pays occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

http://www.rtl.be/info/monde/international/833524/frappes-contre-l-iran-netanyahu-et-barak-pour-l-armee-et-le-mossad-contre

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Lun 31 Oct 2011 - 14:59

Le ministre de la Défense israélien dément avoir décidé d’attaquer l’Iran

31. octobre 2011, 09h48


Le ministre de la Défense israélien Ehud Barak a démenti lundi les rumeurs affirmant que son pays allait attaquer l'Iran, tout en rappelant qu'"il faut agir par tous les moyens nécessaires et n’écarter aucune option".
En 2011, deux personnes (lui-même et Benjamin Netanyahu) ne suffisent pas pour attaquer l'Iran, a déclaré lundi à la radio israélienne Ehud Barak.

En 2011, deux personnes (lui-même et Benjamin Netanyahu) ne suffisent pas pour attaquer l'Iran, a déclaré lundi à la radio israélienne Ehud Barak. © KEYSTONE

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a démenti lundi des informations des médias israéliens selon lesquelles il aurait décidé, avec le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu, d’attaquer l’Iran malgré l’opposition des chefs de l’armée et du renseignement.

"Il ne faut pas être un grand génie pour comprendre qu’en 2011 en Israël, deux personnes ne peuvent pas décider d’agir seules", a ironisé Ehud Barak à la radio militaire.

"Il y a au ministère de la Défense et au bureau du Premier ministre des milliers de pages de minutes sur les discussions qui ont eu lieu (sur l’Iran) en présence de dizaines de responsables et de ministres", a souligné Ehud Barak.

Le ministre s’est borné à réaffirmer que les "progrès de l’Iran pour se doter de l’arme nucléaire constituent la menace principale pour la sécurité de la région, et d’Israël en particulier".

"Il faut agir par tous les moyens nécessaires et n’écarter aucune option", a-t-il argué tout en reconnaissant que "les pressions internationales et les sanctions sont importantes". "Comme je l’ai déjà dit plus de vingt fois, Israël ne peut pas se permettre d’avoir affaire à un Iran nucléaire", a assuré le ministre de la Défense.

Ce dernier réagissait à des fuites des médias israéliens qui ont prêté à Benjamin Netanyahu et à son ministre de la Défense l’intention de frapper les installations nucléaires iraniennes.

Une nouvelle Shoah

"Netanyahu et Barak apparaissent comme ceux qui poussent à l’action. Netanyahu pense que Mahmoud Ahmadinejad (le président iranien) c’est Hitler et que s’il n’est pas arrêté à temps, une nouvelle Shoah se produira.

La popularité qu’il a acquise avec la récente libération de Gilad Shalit (ndlr: le soldat israélien récemment échangé contre 477 détenus palestiniens) donne à Netanyahu un sentiment de puissance", a écrit l’influent éditorialiste du Yédiot Aharonot, Nahum Barnéa.

Les correspondants militaires des principales chaînes de télévision ont également affirmé que MM. Netanyahu et Barak pressaient les autres membres du gouvernement de soutenir une action militaire contre l’Iran.

Toutefois, le chef d’état-major, le général Benny Gantz, le patron du Mossad, Tamir Pardo, le chef du renseignement militaire, le général Aviv Kochavi, et le chef du Shin Beth (Sécurité intérieure), Yoram Cohen, sont hostiles à une telle attaque, selon les médias.
Israël et les pays occidentaux accusent l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert d’un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Mer 2 Nov 2011 - 17:18

Israël: débat sur des frappes contre l'Iran

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense Ehud Barak tentent de lever l'opposition d'une majorité de ministres contre une attaque visant les installations nucléaires iraniennes, a indiqué aujourd'hui le quotidien Haaretz.

Lundi, M. Barak avait démenti des informations des médias israéliens selon lesquelles il aurait d'ores et déjà pris la décision avec M. Netanyahu d'attaquer l'Iran, malgré l'opposition des chefs de l'armée et du renseignement.

Selon le journal israélien, la majorité des membres du "forum" des huit ministres les plus importants, est elle aussi opposée à une telle opération. Seuls MM. Netanyahu, Barak et le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman soutiennent "l'option militaire" contre l'Iran.

En revanche, le ministre de l'Intérieur et chef du parti ultra-orthodoxe Shass, Elie Yishaï, Dan Méridor (ministre chargé des services de renseignements), Benny Begin (ministre sans portefeuille), Moshé Yaalon (ministre chargé des Affaires stratégiques) et Youval Steinitz (Finances) y sont contre.

Selon ces opposants, Israël doit continuer à tenter de mobiliser les pays occidentaux pour exercer des pressions économiques sur l'Iran dans la mesure où Israël ne peut pas se permettre d'agir militairement seul sans coordination avec les Etats-Unis.

Le Haaretz, citant des ministres et des hauts responsables de la Défense et des Affaires étrangères, affirme que le rapport que doit rendre public l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) le 8 novembre sur le programme nucléaire iranien aura "une influence décisive" sur le gouvernement israélien.

Israël, ennemi juré de la République islamique d'Iran, et les pays occidentaux accusent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément. L'Etat hébreu est considéré comme une puissance atomique dans la région mais il n'a jamais confirmé ou nié avoir des têtes nucléaires.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/02/97001-20111102FILWWW00321-israel-debat-sur-des-frappes-contre-l-iran.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 3 Nov 2011 - 22:29

Iran : Londres et Washington étudient des frappes

Les États-Unis et le Royaume-Uni envisagent des tirs de missiles préventifs sur des installations nucléaires iraniennes.

Après Israël, le Royaume-Uni et les États-Unis envisagent une attaque préventive contre l'Iran en réaction à l'inquiétude croissante sur son programme nucléaire. Selon le Guardian, le ministère de la Défense britannique préparerait des plans d'intervention pour participer aux côtés des Etats-Unis à une action militaire. Ils impliqueraient des frappes aériennes sur des installations ciblées et le déploiement de navires dans la région, sans déploiement terrestre.

Après la fin de la campagne de Libye, l'Iran est revenu au premier plan des préoccupations de l'état-major britannique, rapporte le quotidien. Un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique sur l'Iran attendu la semaine prochaine pourrait apporter des preuves de l'avancée d'un programme nucléaire militaire dans le pays. Les conclusions de ce rapport pourraient pousser les Américains à militer pour une intervention, rejoignant ainsi Israël, où l'option d'une attaque serait quasiment décidée. Dans ce cas, Londres participerait aux opérations.

Barack Obama ne souhaitait pas ouvrir un nouveau front avant l'élection présidentielle de l'an prochain. Mais l'inquiétude liée aux rapports des services de renseignements et à la montée du ton belligérant en Iran pourraient accélérer les choses.
Réacteurs enterrés sous une montagne

Les sanctions et les attaques informatiques contre les installations nucléaires iraniennes n'auraient pas réussi à empêcher le pays de développer son arsenal. Les Iraniens auraient installé leurs réacteurs les plus performants dans une base militaire enterrée sous une montagne près de la ville de Qom, à 150 kilomètres au sud-ouest de Téhéran. Le ministère de la Défense britannique craint, sur la foi de rapports de renseignement, que l'Iran puisse avoir caché toutes ses installations d'ici un an, les rendant inatteignables par des missiles.

«Le gouvernement britannique estime qu'une stratégie parallèle de pression et d'engagement est la meilleure approche pour répondre à la menace nucléaire iranienne et éviter un conflit régional. Nous voulons une solutions négociée, mais toutes les options doivent rester sur la table», a déclaré un porte-parole du ministère de la Défense, cité par le Guardian. Si elle était décidée, une intervention pourrait avoir lieu au printemps. D'autres responsables relativisent l'imminence d'une telle action et expliquent que les militaires étudient toutes les options pour être prêts à répondre au cas où.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/11/03/01003-20111103ARTFIG00479-londres-et-washington-etudient-des-frappes-contre-l-iran.php

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
joker911



Messages : 2669
Inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Jeu 3 Nov 2011 - 22:59

que la 3eme guerre commence ...
vu que c'est ce que les occidentaux veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov 2011 - 0:06

Les Etats-Unis et Israël s'apprêtent-ils à frapper l'Iran ?



qom.jpg

Le site nucléaire de Qom en Iran



Tout à l'heure, lors de sa courte déclaration à la presse en marge du G20, Barack Obama a insisté sur la question du nucléaire iranien. Il a dit :



"[Nicolas Sarkozy et moi] avons évoqué la menace posée par les progrès iraniens sur le nucléaire, l'AIEA va publier un nouveau rapport sur le programme iranien la semaine prochaine. Le Président Sarkozy et moi-même, nous sommes d'accord sur le fait qu'il faut maintenir cette pression internationale sans précédent, pour que l'Iran remplisse ses engagements."



Pourquoi une telle déclaration au beau milieu de la crise grecque et alors que le dossier iranien ne fait pas partie de l'ordre du jour officiel ?



Israël et ses alliés occidentaux préparent-ils une action militaire ?



La rumeur à ce sujet a resurgi ces derniers jours.



Vendredi, un journaliste réputé du grand quotidien israélien "Yediot Ahronot" affirmait que Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Ehud Barak, avaient décidé de frapper l’Iran et qu’ils essayaient de convaincre le reste de leur gouvernement – pour l’instant sans succès.



D’autres journaux israéliens ont rapporté qu’Israël venait de tester un missile Jericho capable d’atteindre le territoire iranien. Ils ont ajouté que l’aviation israélienne a participé la semaine dernière à des exercices de ravitaillement en vol avec l’Italie et l’Otan – rappelant que, pour bombarder l’Iran, les appareils israéliens devraient justement être ravitaillés en vol.



Enfin, dans son édition d’hier, le quotidien britannique "The Guardian", d'ordinaire bien informé, a consacré toute sa manchette à l'information selon laquelle les Etats-Unis multiplieraient les plans de frappes contre l’Iran et que le Royaume Uni participerait à cette planification, son apport se limitant, en cas d’attaque, à un soutien maritime.



On ne peut évidemment exclure qu’à force de brandir cette menace, Israël se prépare réellement à une telle intervention et que, dans ce cas, malgré les réticences d’Obama d’engager l’Amérique dans un quatrième conflit en dix ans, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne (et peut-être la France) lui apportent son soutien, et que, donc, la déflagration ait bien lieu.



Plusieurs éléments crédibilisent cette hypothèse :



- la semaine prochaine l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique va donc remettre à membre de son Conseil, un rapport sur le programme nucléaire iranien. D’après les fuites, il sera moins dur que ne l’espéraient les Etats-Unis. Il devrait néanmoins lever les derniers doutes sur le caractère militaire des activités atomiques de l’Iran. Fort de ce document, Israël et les Occidentaux pourraient décider d’agir très vite.



- D’autant plus vite que, selon les spécialistes, l’hiver ne serait pas propice à une action aérienne du fait des nuages ;



- et que la campagne électorale aux Etats-Unis démarrant réellement à partir de janvier prochain, Barack Obama préférerait agir tout de suite.



- ajoutons qu'il y a quelques jours, le FBI dit avoir mis à jour un complot iranien visant à assassiner l'ambassadeur saoudien à Washington. Une telle information pourrait servir de justification de plus à une opération militaire.



Reste que l’hypothèse la plus probable est celle d’une campagne d’intoxication orchestrée de longue date.



En fait, dans la foulée du rapport de l'AIEA, les Occidentaux voudraient obtenir un durcissement des sanctions contre l’Iran. Cette fois, ils entendent viser la banque centrale iranienne qu’ils voudraient totalement isoler du reste du monde de façon à paralyser l’économie du pays. La commission des affaires étrangères du Sénat américain a décidé hier de proposer une loi dans ce sens au Congrès.



L’opération d’intoxication aurait donc pour but de dire aux Russes, aux Chinois et aux Bric que, s’ils continuent à refuser d’adopter au Conseil de Sécurité ces sanctions contre la banque centrale iranienne, des frappes seront inévitables - vraiment inévitables.

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/11/03/les-etats-unis-et-israel-s-appretent-ils-vraiment-a-frapper.html

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
Philippe Fabry
Administrateur


Masculin Messages : 13954
Inscription : 31/01/2009

MessageSujet: Re: Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)    Ven 4 Nov 2011 - 0:10

L'Iran met en garde les Etats-Unis contre un affrontement


BENGHAZI (Libye) - Le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, a affirmé jeudi que l'Iran était préparé au pire, en mettant en garde les Etats-Unis contre le fait d'aller vers l'affrontement avec Téhéran.

En marge d'une conférence de presse à Benghazi, dans l'est de la Libye, M. Salehi a été interrogé sur des informations de presse selon lesquelles Washington pourrait accélérer la planification d'une frappe contre l'Iran en raison de son programme nucléaire controversé.

Les Etats-Unis ont malheureusement perdu toute sagesse et prudence dans leur manière de traiter les questions internationales, a-t-il dit.

Ils ont perdu toute rationalité, nous sommes préparés au pire mais nous espérons qu'ils y réfléchiront à deux fois avant d'aller vers l'affrontement avec l'Iran, a-t-il ajouté.

Washington et d'autres puissances occidentales soupçonnent l'Iran de chercher à fabriquer des armes nucléaires, ce que l'Iran nie en affirmant que son programme nucléaire est à des fins pacifiques.

Les Etats-Unis ont souligné mercredi qu'ils cherchaient toujours une solution diplomatique dans le dossier du nucléaire iranien. Nous restons concentrés sur la voie diplomatique, sur un cap diplomatique en ce qui concerne les négociations sur l'Iran, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

Plus tôt, lors d'une conférence de presse commune avec le chef du Conseil national de transition libyen, Mustapha Abdeljalil, M. Salehi avait été interrogé sur les frappes de l'Otan en Libye, qui ont appuyé les rebelles libyens pour renverser Mouammar Kadhafi.

L'Otan n'est pas venue aider sans raison (...). Ils ont commis des erreurs. Le président iranien a critiqué ces erreurs, a-t-il dit.

Les troupes de Kadhafi ont essayé de tuer des gens le 19 mars, a répondu M. Abdeljalil. Sans l'Otan, il y aurait eu un massacre (perpétré) par les troupes de Kadhafi. Les combattants libyens ont amené la victoire sur le terrain, mais nous ne devons pas oublier les frappes aériennes de la coalition qui nous ont soutenus et aidés.

Concernant l'imam libanais chiite Moussa Sadr, mystérieusement disparu en 1978 en Libye, M. Abdeljalil a affirmé que l'une des priorités du nouveau gouvernement est d'enquêter sur ce que Kadhafi a fait au peuple libyen et aux gens de différentes nations.

Une fois l'enquête terminée, la Libye en fournira les détails aux gouvernements iranien et libanais, a-t-il ajouté.

M. Abdeljalil a enfin indiqué aux journalistes ne pas avoir abordé la question de la Syrie avec M. Salehi.

La Libye a apporté son soutien au mouvement d'opposition qui tente depuis plusieurs mois d'obtenir la fin du régime du président Bachar el-Assad, tandis que l'Iran appuie ce dernier.

_________________
"Les désastres nous enseignent l'humilité" Saint Anselme de Canterbury
« N’attendre de l’État que deux choses : liberté, sécurité. Et bien voir que l’on ne saurait, au risque de les perdre toutes deux, en demander une troisième. » Frédéric Bastiat
Pensez à visiter mon blog : http://www.historionomie.com
Revenir en haut Aller en bas
http://mafuturologie.free.fr
 
Iran : vers le clash ? (L'affaire du complot iranien à Washington & autres)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vers la guerre ? Un projet de loi iranien visant à bloquer le détroit d'Ormuz
» l'affaire DOMINICI
» Iran: De nombreuses conversions au Christ!
» Un supposé complot terroriste au Canada avec un Al Qaida en Iran.....
» L'affaire de l'Oeillet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Philosophie réaliste, Discussions diverses-
Sauter vers: