DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE

Théologie Spirituelle Catholique
Pour déposer une intention de prière:Agapé
ATTENTION : Les publicités ci-dessous sont indépendantes de notre volonté !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Au coeur d'une secte. Témoignage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:13

Chris Prols a écrit:
Je vais vous donner la réponse sous forme de charade.

Mon premier est le synonyme argotique de crétin

Les femmes se maquillent mon deuxième

mon troisième n'est pas aujourd'hui, ni demain

mon tout est l'égout collecteur de toutes les hérésies.
... je trouve pas scratch
con-fard-hier ... ça donne rien.
un indice ?
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:20

Le fard, c'est pour se maquiller les...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:22

Chris Prols a écrit:
Moi aussi j'ai été, pour mon malheur, plus de trente ans dans une secte, dont j'ai eu un mal fou à sortir.

C'était pas la joie...
est-ce que tu veux dire par là que tu es, -pardon-, vous êtes devenu intégriste ultra-réac 'il y a seulement deux-trois ans ?

qu'est-ce qui s'est passé dans votre vie il y a deux-trois ans ?
Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:41

J'ai eu une NDE en passant par le ventilateur de ma salle de bain !
Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28490
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:46

Chris Prols est sorti d'une soi-disant "secte" pour entrer dans une vraie secte. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Abenader



Masculin Messages : 5787
Inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 16:50

Chris Prols a écrit:
Le fard, c'est pour se maquiller les...

Cils !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 17:30

Je retire mon message précédent.
Je commence à comprendre...

Revenir en haut Aller en bas
Chrysostome



Masculin Messages : 28490
Inscription : 01/11/2008

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 17:33

marie-agapé a écrit:
Chris Prols a écrit:
Le fard, c'est pour se maquiller les...
concilier ? je ne trouve rien sur le net.
pour "concilière" je suis tombée sur un truc qui m'a fait froid dans le dos, un forum de dingues complets mais ça n'a pas l'air d'une secte pour autant, juste un jeu pour de pauvres mâles au cerveau bien dérangé -- pardon Seigneur pour ces jugements ! Prions pour eux --
Mais ça ne dit pas dans quelle mouvance vous étiez monsieur Prols.


Il va répondre qu'il était dans l'Église "conciliaire", qui ne serait plus l'Église catholique...

En fait, il a quitté l'Église catholique pour entrer dans la secte sédévacantiste. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 17:34

(merci simon, j'ai retiré mon message car j'ai compris entre temps)

Jusque là nous étions à partager sereinement. Je trouve déplorable ce type d'intervention.






Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 17:39

Chris Prols a écrit:
J'ai eu une NDE en passant par le ventilateur de ma salle de bain !

Il faut vous laver SANS VOTRE ARMURE ! Mr.Red

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 20:20

marie-agapé a écrit:
Chris Prols a écrit:
Moi aussi j'ai été, pour mon malheur, plus de trente ans dans une secte, dont j'ai eu un mal fou à sortir.

C'était pas la joie...

Vous ?... ça alors ! ça confirme ce que je disais, que tout le monde peut se faire prendre, même des chrétiens, même catholiques, et même traditionalistes !
A moins que vous ne soyez devenus catho-tradi-sédévacantiste après cette expérience malheureuse ?

Pourriez-vous nous dire de quelle type de secte il s'agissait ? (quelle mouvance ? je ne vous imagine pas dans un groupe new-age ou esotérique).

Merci du témoignage en tout cas, on se sent moins seul...


Il parle de ce qu'il appelle la secte conciliaire, Marie.

C'est quand même de mauvais gout, Chris, de comparer des sectes antichrétiennes à 100ù% et des chrétiens qui seraient dans l'hérésie. Ce n'est pas du " même tonneau " quand même ! Rolling Eyes

Ayons au moins cette solidarité commune, non, ? ;)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 20:35

marie-agapé a écrit:
Doumé a écrit:
Ces invitations désignent, le plus souvent, que l'on aie trouvé grâce (ou amitié ?) avec un frère ou une sœur, comme ils disent. Là aussi, on nous spécifie bien que ce mot est vital pour les relations d'âmes. Nous les permanents, sommes rarement les bienvenus............

En tous cas, quand il manque du monde à la vaisselle ou pour un "coup de bourre", nous sommes présent les premiers car vus moins " évolués " que les autres, donc justifiés ; et épuisés ...
C'est un aspect de votre témoignage qui m'étonne. Dans le groupe où j'étais (et il me semble avoir vu ça dans tous les milieux que j'ai visité), c'étaient les "permanents" qui étaient considérés comme "supérieurs" car "plus engagés que les autres et plus proche du ou des maîtres". Quand j'étais dans la communauté à plein temps, je percevais bien ce regard envieux de certains, et je me disais "s'ils savaient !", car nous n'étions certainement pas considérés comme supérieurs aux yeux des "chefs" de ce groupe, et notre sort n'étaient certainement pas enviable.

Je ne comprends pas pourquoi les permanents de votre groupe étaient considérés comme moins évolués.


J'aurais du préciser davantage sans doute. Il y avait les permanents dirigeants genre caste supérieure qui officiaient dans les bureaux, la gestion, la communication, la direction administrative en rapport direct avec le guru, et il y avait les permanents à l'entretien, aux cultures, aux constructions, aux corvées... Quand j'ai postulé pour la communauté, une personne du groupe de Bordeaux m'a confié : " ne vas pas te fourrer là, ceux qui font ce boulot sont des rustres mais on a besoin d'eux. J'y suis parti quand même : il fallait que je vois pour discerner, constater de moi-même... Ensuite, ceux de Bordeaux m'ont cité en exemple, mais ne serait jamais parti pour autant faire la même chose. Quant aux congressistes, ils ne nous voyaient pas la plupart du temps, car trop occupés à leur ascèse personnelle, leur propre évolution (sic)
De même que pour vous, Marie, nous n'étions pas considérés comme supérieurs aux yeux des "chefs" de notre groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 11 Oct 2011, 21:16

Doumé a écrit:
J'aurais du préciser davantage sans doute. Il y avait les permanents dirigeants genre caste supérieure qui officiaient dans les bureaux, la gestion, la communication, la direction administrative en rapport direct avec le guru, et il y avait les permanents à l'entretien, aux cultures, aux constructions, aux corvées... Quand j'ai postulé pour la communauté, une personne du groupe de Bordeaux m'a confié : " ne vas pas te fourrer là, ceux qui font ce boulot sont des rustres mais on a besoin d'eux. J'y suis parti quand même : il fallait que je vois pour discerner, constater de moi-même... Ensuite, ceux de Bordeaux m'ont cité en exemple, mais ne serait jamais parti pour autant faire la même chose. Quant aux congressistes, ils ne nous voyaient pas la plupart du temps, car trop occupés à leur ascèse personnelle, leur propre évolution (sic)
De même que pour vous, Marie, nous n'étions pas considérés comme supérieurs aux yeux des "chefs" de notre groupe.
Ok je vois mieux. C'était une très grosse structure en fait, avec beaucoup de monde, et donc les personnes qui faisaient les tâches d'entretien étaient un peu à part, et travaillaient au service des autres.
Je trouve déplorable la réflexion de la personne qui vous a dit "ne va pas te fourrer là dedans, ce sont des rustres mais on a besoin d'eux"... cela montre bien toute la perversité de la pensée qui règne dans ces milieux.
Finalement c'est la même chose que dans certaines entreprises où les gens finissent pas se suicider tellement ils sont mal considérés. Mais la différence, c'est qu'une entreprise agit au nom de l'argent et du pouvoir, alors que ces mouvement osent dire qu'ils agissent au nom de Dieu et de l'amour.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mer 12 Oct 2011, 07:59

Suite du témoignage romancé :

— Francis, on peut se voir ?

— Écoute Germain je n'ai pas le temps, plus tard, plus tard...

Germain continuait à prendre des notes avec de plus en plus d'inquiétudes :
" La souffrance disparaît dans ce bonheur new-âge " ici et maintenant ". S'il doit y avoir des sacrifices, c'est d'abord pour soi. Cette quête d'une perfection personnelle amène, pour le chercheur sincère, une frustration de plus en plus grande tant cette sérénité ne peut se posséder, malgré les promesses. Ce n'est  pourtant pas le soucis de ceux qui oublient rapidement cette quête et s'installent dans un pouvoir quelconque. Le piège se trouve malheureusement, pas seulement dans les sectes mais en toutes organisations. Seuls ceux qui ne " s'installent pas ", avancent, et il y en a si peu. Le Christ disait qu'il n'avait pas un endroit où reposer sa tête et combien la porte était étroite.
Lors des conférences du Maître, les questions à poser sont interdites. Normal lorsque tout conférencier le demande avec, toutefois des questions-réponses à la fin. Pour un gourou à l'oriental, pas de questions car le Maître enseigne. Je ne m'en posais pas trop de question jusqu'au jour où j'ai vu quelqu'un lever la main, au fond de la salle, et se faire bâillonné puis enlevé prestement avant d'avoir pu dire un mot. Certains permanents sont complices de cela et forment les services secrets de la secte. A vrai dire, je n'en ai jamais rien su verbalement, on ne m'a rien confié étant peu fiable pour cela, probablement ? La seule certitude : dans mon cas, on ne fait pas attention à vous et cette situation apporte l'avantage indéniable de voir beaucoup de choses : plus vous êtes petit, plus le monde s'ouvre et se dévoile . L'humus (humilité) est voisin du ciel... "

Quelques constatations plus légères :
" Le soleil brûle cet été là, chacun palabre sur l'avenir du monde, les catastrophes devant venir pour le purifier... Comment vous faire pénétrer profondément l'atmosphère de cet endroit ? Il s'en dégageait un parfum magique et envoûtant, comme un encens aux odeurs ambiguës et nous laissant comblés dans un mystère suave. Ce Maître disait savoir ce que peu savent, un peu comme un privilégié des dieux nous montrant un escalier vers l'infini : les questions les plus folles, les mystères, enfin dévoilés ... Pouvez-vous imaginer des chercheurs de toute une vie, quelquefois, arriver enfin au but, ici ? L'alchimie, par exemple, creusée dans les athanors de la pensée jusqu'au grand œuvre ! Non pas une ou des théories, mais réellement des chercheurs actifs de la légendaire pierre philosophale, dont certains ont consacré leur vie, mais également sur le plan mystique : transformer le vieil homme, les métaux vils, nos défauts, en or que sont les vertus. Basile Valentin, le Cosmopolite, Saint-Germain et Nicolas Flamel faisaient rêver vers le fameux " solve-coagula " cher aux alchimistes et le Maître amenait son public sur ces hauteurs.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mer 12 Oct 2011, 17:38

Je relève les phrases "clé" :

- S'il doit y avoir des sacrifices, c'est d'abord pour soi.

====> C'est un enfermement terrible pour celui qui le vit, car il devient sa propre échelle de valeur, il mesure "son avancée" et fonctionne en vase clos, égocentré. Mais cette idée du "sacrifice personnel" est aussi bien pratique pour le "pseudo-maître" qui veut prendre le pouvoir : il peut ainsi justifier toutes les violences et manipulations.

- Cette quête d'une perfection personnelle amène, pour le chercheur sincère, une frustration de plus en plus grande tant cette sérénité ne peut se posséder, malgré les promesses.

====> Il y a en effet la promesse d'une joie ou sérénité qui n'est jamais présente, jamais réelle. La quête de perfection mène à l'idéalisation de soi, couplée à une mésestime de soi, engendrant une très grande tension intérieure. Elle ne mène jamais à la paix intérieure. Je crois que des chrétiens peuvent vivre la même chose s'ils tombent dans ce piège de vouloir "plaire à Dieu" en se perfectionnant.

- Ce n'est  pourtant pas le soucis de ceux qui oublient rapidement cette quête et s'installent dans un pouvoir quelconque.

====> tout est là ! c'est la base de l'attitude sectaire : pour les "chefs" la recherche spirituelle est remplacée par la certitude d'avoir trouvé quelque chose... qui permet de prendre pouvoir sur les autres. Je crois que l'Eglise est tombée dans ce travers aussi, pendant longtemps. Les personnes avaient l'impression que leur foi leur donnait tous les droits. Aujourd'hui elle est humble, mais manque de moyens pour faire passer son message.

- Lors des conférences du Maître, les questions à poser sont interdites.

====> ben voyons... j'ai vu ça dans les groupes orientaux et ésotériques oui. J'ai aussi vu d'autres pratiques : les questions sont autorisées, mais la personne qui pose la question est "mise sous les feux de la rampe", acculée et mise à nue devant tous, de telle façon qu'elle regrette amèrement de l'avoir fait.


- Il s'en dégageait un parfum magique et envoûtant, comme un encens aux odeurs ambiguës et nous laissant comblés dans un mystère suave. Ce Maître disait savoir ce que peu savent, un peu comme un privilégié des dieux nous montrant un escalier vers l'infini : les questions les plus folles, les mystères, enfin dévoilés ... Pouvez-vous imaginer des chercheurs de toute une vie, quelquefois, arriver enfin au but, ici ?


====> oui... une longue quête spirituelle, sincère, des tas des questions restées en suspend, et soudain tout s'éclaire, tout est là, toutes les questions trouvent réponses. L'art de Lucifer est de nous séduire avec ce qui nous tient le plus à coeur. Si c'est Dieu, il nous servira du "Dieu à sa sauce" et nous éblouira avec ses connaissances faussées et ses mensonges.
L'Eglise, elle, répond souvent à nos questions en disant que "c'est un mystère.......". Pour les personnes avides de connaissances, ça ne satisfait pas.
Elle a peut-être sa part de responsabilité dans la fuite des chrétiens vers l'ésotérisme. Elle n'a pas su adapter son message aux hommes du 20e/21e siècles qui sont beaucoup plus instruits qu'avant et ont besoin de réponses réfléchies, d'approfondissement, et de la prise en compte de l'ouverture au monde de l'après vie (ou après mort). Les gens ont soif de réponses sur les sujets profonds qui donnent sens à la vie et à la mort, et du coup ils se laissent fasciner par les réponses pratiques et flatteuses de certains courants spirituels (réincarnation, initiations, nous sommes des dieux, etc). Bref, tout ce qui permet d'éviter de regarder en face la Croix de Jésus-Christ.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mer 12 Oct 2011, 22:24

marie-agapé a écrit:
Je relève les phrases "clé" :

- Ce n'est  pourtant pas le soucis de ceux qui oublient rapidement cette quête et s'installent dans un pouvoir quelconque.

====> tout est là ! c'est la base de l'attitude sectaire : pour les "chefs" la recherche spirituelle est remplacée par la certitude d'avoir trouvé quelque chose.. qui permet de prendre pouvoir sur les autres. Je crois que l’Église est tombée dans ce travers aussi, pendant longtemps. Les personnes avaient l'impression que leur foi leur donnait tous les droits. Aujourd'hui elle est humble, mais manque de moyens pour faire passer son message.

L'attitude des bien-pensants, Marie, dans l’Église, dans les sectes, chez les tradis, partout...
Combien de prêtres souffrants d'une bonne envahissante, de catéchistes ou laïcs imposants leur vues dans la liturgie, l'évangélisation et j'en passe. Combien de petits chefs dans les séminaires, parmi les corps enseignants, dans toutes structures où l'ambitieux peut s'installer...
En fait, si l'homme ne se surveille pas, il a vite fait de développer un esprit sectaire, au moins par lui-même.

L’Église devient plus humble, mais l'être humain reste ce qu'il est : une créature fragile.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mer 12 Oct 2011, 22:34

Suite du témoignage romancé :

" Les conférences du Maître se veulent pratiques en citant les plus grands astrologues qui décrivent le plan des demi-dieux au service du Très Haut ; et l'on espère pouvoir enfin utiliser ces connaissances sacrées pour transformer notre profane réalité dans un accomplissement spirituel sublime ... Les religions officielles ne nous ayant pas convaincus ou donnés ce que nous cherchions, la quête surgit dans ces mystères, ces mouvements spirituels étranges plein d'une science enfin révélée. "

L'endroit, beau et austère, jouit d'une clarté presque surnaturelle tant la lumière de cette région, lavée par le mistral, resplendit. Le thym, les cigales, n'empêchent pas une chaleur écrasante au mois d'août, et les tensions inévitables, comme partout. Ici, plus qu'ailleurs, elles prennent une intensité exacerbée par l'idéal promis. Rien de direct, seulement une indifférence polie ponctuée par de vraies générosités, des rires et des peurs. Nous voulons un monde meilleur !
— Il faut faire vite, dépêchez, dépêchez !
— Attention de ne pas saluer avec un récipient vide, frère !
— Tu as rasé ta moustache ? Oh, on n'osait pas te le dire, tu as bien fait !
— Pourquoi ? Superstitions ou science ésotérique bien assimilée ?
— Tu as compris ce qu'a dit le Maître sur la sublimation sexuelle ?
— En tout cas, Jordan et Mylène donnent l'exemple, mais les Brandon...

Conflits propres à toutes communautés certes, mais pour les élus...
— Il faut sortir le moins possible du domaine jusqu'au départ, afin de ne pas baisser nos vibrations, frère !
— Bien sûr sœur, bien sûr !

Germain ne voyait plus Francis muté à un des postes de l'imprimerie, et lorsqu'ils se croisaient, son regard ne s'abaissait pas vers lui. Comme pour se rassurer, Germain transcrivait inlassablement de nouvelles notes dans son cahier :
" Magie nous amenant vers cet art, les mancies : sciences des correspondances, ignorée et raillée de tous. Science précise, méthodique, utilisant les cinq règnes (minéraux, végétaux, animaux, hommes et anges) associés aux cinq éléments (terre, eau, air, feu et éthérique). Ne rions pas ! La magie ne sort pas d'une simple légende du pieux folklore d'hommes ayant peur des éléments ; chamans, animistes et sorciers vous prouveraient facilement le contraire. L'ennui, dans une secte plus encore qu'ailleurs, provient de la classification de cette magie en noire, rouge, blanche, soi-disant. L'ennui surtout du dévoilement d'une réalité dénigrée en donnant les moyens de l'accomplir. Mais quelle tentation ! Un pouvoir insoupçonné proposé, découvert, pour transformer le monde vers le bien, disaient-ils ... Le pouvoir de combattre le mal et les entités ténébreuses, le pouvoir de maîtriser les obstacles naturels, un espoir fou donné enfin, une ambiance magique dans des conférences mystérieuses amplifiées de chants mystiques et puissants, d'espoirs inassouvis. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Jeu 13 Oct 2011, 17:10

Suite...

Germain s'exaltait encore, il le voulait malgré ses doutes en retraçant son parcours sur un cahier : " Oui, les chants, magie du verbe que tous les musiciens pressentent dans une vibration agissante. Qui n'a pas reconnu là, dans ces moments d'émotion, la puissance que la musique exerce sur nous et combien ses effets sont différents (et mesurables) des tambours lourds, rythmes saccadant du métal, jusqu'à la légèreté d'une symphonie. Là encore existe une science abondamment utilisée par des spécialistes. Fiat ! Départ vers le haut ou le bas ! Atmosphères encore, et savamment orchestrées dans ces contextes. Cabale aussi : science des nombres et des lettres, arbres séphirothiques montant vers les hiérarchies .. Mystères, n'est-ce pas ? Les lettrés s'y sont perdus quelquefois, tant un gourou sait manier tous ces mondes aux traditions religieuses et culturelles. Innocent et sans dangers penserez-vous ? Oui, de l'extérieur. A l'intérieur, plus rien de pareil, le contexte vous amène où vous ne voudriez pas aller. L'isolement des élus, de ceux qui savent et aideront les autres, achève le désir d'utiliser un libre arbitre objectif. J'étais à l'intérieur ; et comment en sortir ? "

Il s'inquiétait :
" Octobre 1983. Huit mois ont passé dans cet eldorado que je n'espérais plus. Huit mois de découvertes, joies, accomplissements et déconvenues telles que je les ai décrites. Rien n'est acquis pour moi, rien n'est sûr non plus. Pourtant, peut-on repartir d'un rêve grandiose après si peu de temps ? Doutes ou pas, ma première vraie famille est née là. Elle n'est pas de chair et de sang, elle ne diffuse pas ces souvenirs vécus que l'on se repasse de notre enfance, mais elle est plus profonde et spirituelle : elle a enfanté dans mon âme un renouveau d'espoirs et d'horizons inaccessibles par le passé... Je serais tenté de mettre un mouchoir sur mes doutes qui s'accentuent car mon cœur a trouvé dans cette vie communautaire une paix sereine et vivante. Tenté encore d'éteindre mes interrogations car mon âme préfère peut-être un mensonge chaleureux qu'une vérité douloureuse et solitaire ; une vie comme avant ...

" Réfléchis et crève de folie ", avais-je écrit autour de mes 20 ans. C'était alors une recherche intellectuelle. Dans cette quête plus profonde, je comparais avec passion religions et cultures, célébrités sulfureuses et mystiques, ésotérisme et exotérisme. Paracelse, Aggippa, Nostradamus, Raymond Lullé mêlés aux grands saints de la chrétienté, du judaïsmes et d'autres horizons achevaient de me former à une synthèse personnelle. Oh ! Danger que de s'affranchir du système donné généreusement par notre Maître ! Je me gardais bien d'en parler, n'étant sûr de rien... Il me revenait mes expériences de l'enfance et mes espoirs déçus ; peu à peu une présence d'amour prenait forme dans une relation personnelle progressive, peu à peu le doute de l'Amour prenait possession de mon être dans une lumière entrevue. L'éblouissement viendrait plus tard ...


Revenir en haut Aller en bas
FreedomForKingKong78



Masculin Messages : 2396
Inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Jeu 13 Oct 2011, 21:57

Merci beaucoup de nous donner ce témoignage en partage.
Moi aussi j'attends la suite :wo
Je salue l'effort !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.planfrance.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Ven 14 Oct 2011, 15:13

Suite du témoignage romancé :

C'est à ce moment que Germain rencontra Marie, celle qui allait devenir sa femme. Pour ce nouveau bonheur, il oublia quelques mois le reste. La jeune femme habitait tout près du domaine, amenée, tirée, tractée par une mère new-âge furieusement excentrique, un genre de personnage qu'on ne croit sorti que des romans, à la fois adorable et haïssable.
Tremblant, il confiait dans son journal ces mots joyeux :
" Ma " future " avait été embarquée par sa mère dans un traquenard spirituel quelques années plus tôt et n'avait pu sortir du piège qu'en trouvant du travail au zoo placé juste à côté. Elle subissait une pression pour venir de temps en temps dans la secte mais faisait semblant, étant tributaire du logement familial de la mama possessive. Son esprit indépendant et têtu n'était pas dupe. Amoureux, armé d'un idéal, mon cœur remerciait Dieu. Pourtant, ce pont avec la réalité prosaïque du monde qui continuait à tourner tout près de nous, me faisait doucement réaliser l'anachronisme de ces deux vies concurrentes. Moi qui ne sortait quasiment jamais du domaine commençait à me dire que, si je voulais fonder une famille, il faudrait faire des concessions jusqu'au " grand changement ". Je décidais donc à franchir doucement l'enceinte sacrée, les barbelés de mon âme, pour prendre la température des abords. Le fait aussi d'être un couple change les regards des célibataires car, là comme ailleurs, le mariage était sujet délicat avec, quelquefois, de vieux réflexes de l'entourage, plus terre à terre que spirituels. "

Par chance, la secte pensait aussi à réduire son personnel pour causes financières et autres, affirmait-elle ; le responsable avait annoncé un " dégraissage " pour la fin de l'été 84, comme dans le " civil ", promouvant avec forces aux permanents leur joie de vivre en continuant de diffuser " l'Enseignement " dans les groupes fraternels disséminés un peu partout sur la planète. Rien de plus grave que l'ordinaire de notre quotidien pensait Germain, mais une douche froide quand même dans la manière de nous l'apprendre, un freinage brutal après une envolée lyrique... D'aucuns n'y auraient trouver à redire, mon esprit avait pourtant du mal à digérer ces événements trop vite arrivés. "
Le départ s'annonçait pour l'automne. Il laissa Francis insensible et hautin envers nous ; heureusement je n'étais plus seul, mais mon cœur se serra d'un nouveau deuil ; lui continuait son chemin...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 15 Oct 2011, 09:43

Suite du témoignage romancé :



Automne et faux départ : Germain, accosté par un agriculteur bio fidèle de la secte qui recrutait chaque année des bonnes volontés,  s'engagea à travailler dans sa ferme, près de Lyon. Sa compagne y viendrait plus tard, après les vendanges, et presque en douce de la "mama" inquiète de voir partir sa fille avec un ouvrier : dur d'être fraternelle malgré les beaux principes inculqués. Ainsi, le jeune initié fit ses premières semailles dans cette petite propriété isolée. Trop isolée, sans doute : une sorte de phalanstère reproduisant le domaine qu'il venait de quitter avec les difficultés d'un idéal confronté aux dures réalités de la vie. Une prise de conscience progressive s'installa dans son esprit, il méditait l'écart entre le virtuel enseigné et le réel quotidien de cette famille qui les accueillait avec leurs problèmes. Quatre mois plus tard, reconnecté de plein pied, Germain amenait sa dulcinée vers sa ville natale : Bordeaux. Nouveau départ, nouvelle vie...



Repartir à zéro donc, contacter le groupe fraternel de la ville, au moins prendre la température. " Nous avions encore l'illusion, écrit-il, de pouvoir vivre quelque chose de cet Enseignement reçu et projetions les pieux désirs d'une nouvelle expérience, l'espoir de créer une fraternité à petite échelle, des idées plein la tête à proposer au groupe reconstitué après sa mise en veilleuse, fin 82. La désillusion fut insidieuse mais édifiante.  Accueilli comme un héros parti " au charbon " et revenu victorieux avec une nouvelle recrue, une réalité que je n'avais pas perçu deux ans plus tôt se fit jour. Il faut dire que mes yeux étaient plus lucides,  plus aptes à scruter un petit groupe d'une douzaine de personnes. S'y trouvaient disséminés un ancien théosophe, la réincarnation de Ram et son épouse (sic) et, en majorité, des professeurs plus quelques pionniers en retraite. Nous avons vite compris, Marie et moi, qu'il ne serait pas question d'amener des enfants, éléments perturbateurs qui gêneraient pour la méditation demandant un silence absolu durant les conférences. Une interdiction tacite de discuter ou approfondir les dogmes de la secte planait au-dessus de nos têtes ; impossible même d'entendre mon témoignage dont le peu que j'avais dit avait été soigneusement contrôlé, censure oblige ; bref, une vision encore plus restrictive que ce que nous avions connu, une déception amère qui achevaient notre rêve et mes idéaux épiques... "


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 15 Oct 2011, 12:35

Doumé a écrit:
Nous avons vite compris, Marie et moi, qu'il ne serait pas question d'amener des enfants, éléments perturbateurs qui gêneraient pour la méditation demandant un silence absolu durant les conférences.
Voilà encore un élément clé de l'enseignement ésotérique : les enfants sont totalement exclus, considérés comme des éléments perturbateurs. Le lien parents-enfants est aussi rabaissé à un simple lien de "parents adoptifs" puisqu'on accueille une âme qui a déjà peut-être eu 1000 vies avant et donc 1000 autres parents, et qui en aura sans doute encore bien d'autres. Donc le parent n'est qu'un élément passager dans la vie de l'âme-enfant. Les parents ont un rôle strictement "éducateur", selon les vues de l'enseignement en question bien évidemment.
Cette attitude, en opposition totale avec l'enseignement de Jésus : "Faites venir à moi les petits enfants", reflète bien l'orgueil qui est à la base de toute cette quête spirituelle. Non seulement il n'est pas question de "redevenir comme des petits enfants", mais il y a une forme de mépris pour tout ce qui serait de l'ordre de l'innocence. Une personne est fière de raconter qu'elle a déjà eu des tas de vies, qu'elle est "évoluée". Personne ne vous dit jamais "moi j'ai l'impression d'être une âme toute jeune". Les âmes "jeunes" sont sensées être les personnes les plus viles ou baignée dans l'épreuve nécessaire à son évolution. Les âmes "anciennes" sont sensées être les personnes sages, délivrée des épreuves (si on a des épreuves dans notre vie, tout le monde vous regarde d'un oeil accusateur et jugeant : "quoi tu en est encore là ?"), évoluant vers les hautes sphère de la "connaissance", sur le chemin de "l'initiation". Donc que ce soit au niveau de la personne ou de l'âme, l'ésotérisme méprise l'enfance, l'innocence.

Anecdote :
Lors des conférences ésotériques que j'ai suivi un temps (sauf que moi c'est récent, ça ne remonte pas à 30 ans comme toi Doumé), tout le monde écoute religieusement dans le silence. Pas de question ni pendant, ni après. Jamais d'enfant. Sauf une fois : une jeune maman qui devait débarquer dans ce monde là sans savoir est venue avec son petit de 5 ans environ. Maman style baba-cool qui avait amené à son fils un jeu fait de bâtons et de billes à assembler. Le petit a été adorable toute la soirée, jouant tranquillement et silencieusement dans l'allée feutrée de la salle (style salle de ciné). Or il découvre que l'allée est en pente. Quelle joie de laisser aller ses billes dans l'allée ! elles roulent sur des mètres (la salle est très grande) et arrivent en bas, au pied de l'estrade. Je le regarde faire et je prends plus de plaisir à le regarder qu'à écouter la conférence... Il descend donc vers l'estrade à plusieurs reprises récupérer ses billes, et remonte tout doucement. Mais à un moment donné, intrigué quand même par ce monsieur qui est sur l'estrade, il s'arrête, regarde, observe. Il finit par se glisser tout délicatement sur les fauteuils du 1er rang qui sont vides (car trop prêts de l'estrade, c'est pas pratique), et toujours aussi discrètement se glisse de fauteuils en fauteuils et arrive à environ 3 mètres de l'orateur. Là, c'en est trop ! Monsieur le conférencier s'arrête de parler, regarde "la chose" qui est là sous ses yeux avec noirceur, et dit avec force "ça, ça ne va pas ça". Notez que "ça", c'est l'enfant. Je suis estomaquée. Je regarde la salle : personne ne moufte, personne ne semble choqué. La mère est sans doute aussi interloquée que moi. Le conférencier, de toute évidence, ne va pas reprendre la parole avant que l'on ait ôté "la chose" de devant lui. Alors qu'il était parfaitement silencieux et discret comme j'ai rarement vu un enfant de cet âge !
Je ne me souviens plus si c'est la mère qui est allé le chercher où l'enfant qui est parti de lui-même.
Ce fût la dernière fois que j'assistais à ces conférences. C'était "la goutte qui faisait déborder le vase".
Apparemment, j'étais la seule à être choquée. Je ne pense pas que la jeune maman soit revenue. Tant mieux pour elle !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 15 Oct 2011, 12:48


Je précise qu'après cet incident de l'enfant à la conférence, j'ai arrêté de suivre les conférences, mais je n'ai pas rejeté l'enseignement de suite. Pourtant je voyais bien que c'est l'enseignement lui-même qui induisait cette attitude. Mais c'était encore très confus, et les liens créés avec les personnes font que l'on peut modérer nos jugements, excuser des attitudes, comme on le fait habituellement dans tous groupes d'ailleurs, y compris dans nos familles.

Pour arriver à la conclusion qu'il faut rompre tout lien, et rejeter 100% de l'enseignement en question, c'est beaucoup plus difficile. Car dans l'enseignement se mêlent des tas de choses dont certaines semblent si belles, si prometteuses pour créer "un monde meilleur". Alors on met les dérives sur le compte des personnes, sans remettre la totalité de l'enseignement en question, car tout rejeter c'est comme briser toute la structure mentale sur laquelle on s'est construit depuis plusieurs années...
Revenir en haut Aller en bas
FreedomForKingKong78



Masculin Messages : 2396
Inscription : 15/11/2010

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 15 Oct 2011, 13:05

Bonjour,
Citation :


Car dans l'enseignement se mêlent des tas de choses dont certaines semblent si belles, si prometteuses pour créer "un monde meilleur"

Le plus insidieux des mensonges est celui qui recèle une part de vérité.
Un magnifique paquet cadeau rempli de serpents ...
Citation :

Monsieur le conférencier s'arrête de parler, regarde "la chose" qui est là sous ses yeux avec noirceur, et dit avec force "ça, ça ne va pas ça". Notez que "ça", c'est l'enfant. Je suis estomaquée. Je regarde la salle : personne ne moufte, personne ne semble choqué.

"Voir" implique une remise en cause totale de notre style de vie, peut-être que tout le monde n'en est pas capable, ou au moins au même moment.

Prions pour ces personnes à la recherche de vérité sur des chemins où il est aisé de se perdre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.planfrance.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 15 Oct 2011, 13:24

FreedomForKingKong78 a écrit:

Le plus insidieux des mensonges est celui qui recèle une part de vérité.
Un magnifique paquet cadeau rempli de serpents ...

"Voir" implique une remise en cause totale de notre style de vie, peut-être que tout le monde n'en est pas capable, ou au moins au même moment.

Prions pour ces personnes à la recherche de vérité sur des chemins où il est aisé de se perdre.
Tout à fait, ces deux points sont importants pour comprendre l'engrenage que peut représenter ces enseignements.
La remise en cause va plus loin que le style de vie : c'est toute notre structure de pensée qui doit se briser, puisqu'elle est devenue notre prison (plus ou moins dorée). Cela peut faire très peur. J'ai vécu cela plusieurs fois dans ma vie, c'est vertigineux. La dernière fois, Dieu a eu pitié de moi et m'a envoyé son Esprit Saint pour me mettre directement sur de nouveaux "rails" (pour éviter que je ne déraille Rolling Eyes ). Il m'a littéralement soulevée dans les airs et déposée sur une nouvelle route, éclairée de Sa lumière.
Gloire à Toi Seigneur !


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 08:43

marie-agapé a écrit:
Doumé a écrit:
Nous avons vite compris, Marie et moi, qu'il ne serait pas question d'amener des enfants, éléments perturbateurs qui gêneraient pour la méditation demandant un silence absolu durant les conférences.
Voilà encore un élément clé de l'enseignement ésotérique : les enfants sont totalement exclus, considérés comme des éléments perturbateurs. Le lien parents-enfants est aussi rabaissé à un simple lien de "parents adoptifs" puisqu'on accueille une âme qui a déjà peut-être eu 1000 vies avant et donc 1000 autres parents, et qui en aura sans doute encore bien d'autres. Donc le parent n'est qu'un élément passager dans la vie de l'âme-enfant. Les parents ont un rôle strictement "éducateur", selon les vues de l'enseignement en question bien évidemment.

Oui, mais en tout cas ce n'est pas dit : juste des réflexions insidieuses avec le prétexte qu'une spiritualité doit se " pratiquer " dans les meilleures conditions : en fait, un parfait égoïsme spirituel qui veut se justifier... Le pire est qu'on ne peut en discuter : les adeptes sont sûrs de leur bonne foi, donc d'avoir raison : Chut ! Le Maître enseigne !

Et ils se disent fraternels... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 08:54

marie-agapé a écrit:
FreedomForKingKong78 a écrit:

Le plus insidieux des mensonges est celui qui recèle une part de vérité.
Un magnifique paquet cadeau rempli de serpents ...

"Voir" implique une remise en cause totale de notre style de vie, peut-être que tout le monde n'en est pas capable, ou au moins au même moment.

Prions pour ces personnes à la recherche de vérité sur des chemins où il est aisé de se perdre.
Tout à fait, ces deux points sont importants pour comprendre l'engrenage que peut représenter ces enseignements.
La remise en cause va plus loin que le style de vie : c'est toute notre structure de pensée qui doit se briser, puisqu'elle est devenue notre prison (plus ou moins dorée). Cela peut faire très peur. J'ai vécu cela plusieurs fois dans ma vie, c'est vertigineux. La dernière fois, Dieu a eu pitié de moi et m'a envoyé son Esprit Saint pour me mettre directement sur de nouveaux "rails" (pour éviter que je ne déraille Rolling Eyes ). Il m'a littéralement soulevée dans les airs et déposée sur une nouvelle route, éclairée de Sa lumière.
Gloire à Toi Seigneur !

Comme vous dites : La remise en cause va plus loin que le style de vie : c'est toute notre structure de pensée qui doit se briser, puisqu'elle est devenue notre prison (plus ou moins dorée).
Le piège est extrêmement insidieux et ceux qui ne sont pas passés par là auront beaucoup de mal à comprendre, réaction naturelle. Ma belle-mère est dans cette secte depuis près de 35 ans. Elle a eu des preuves d'éléments troubles dans la secte, notamment sur le guru, eh bien elle a d'abord dit : " mais je ne connais que ces personnes, que vais-je faire toute seule ? ". Quelques jours après, elle a recouvert ces souvenirs sous un mouchoir et a continué sa vie comme si de rien n'était... Il y a des gens qui ne veulent pas voir la Vérité, seul importe pour eux une nouvelle famille, des connaissances aux mêmes idéaux, mêmes versatiles... Les personnes dans les sectes ont généralement eu des blessures d'enfances venant de familles divisées. Elles cherchent alors une considération, et cela quelquefois à tout prix...
Revenir en haut Aller en bas
MIKAELE



Féminin Messages : 393
Inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 15:59

Merci de ce témoignage, dont j'attends la suite avec intérêt, Doumé, c'est très éclairant en particulier pour des personnes telles que moi, qui n'ont vécu le phénomène sectaire que par personne interposée, et non directement, ce qui est complètement différent. La compréhension ne vient pas de l'intérieur en quelque sorte, mais en restant en dehors, on peut néanmoins percevoir aussi certains mécanismes avec acuité. J'ai pu ainsi constater que toute personne qui s'embarque dans une dérive sectaire est persuadée de détenir la Vérité, et elle cherchera toujours à faire basculer, dans un premier temps du moins, l'autre vers cette Vérité; de simple appel ou invitation, ce souhait de partage, d'abord débonnaire, se mue très vite en une volonté sans discussion, qui deviendra une injonction, puis un ordre d'adhésion assorti de menaces:plus question d'atermoiements, ni d'alternative, il faut absolument changer pour penser autrement, se remettre en question, suivre ou alors être décapité. Il y a dans cette communion sectaire, un total besoin de mimétisme, certes aussi le partage aveugle et sans concessions du même idéal et des mêmes croyances, puisqu'il n'y a plus de recul, plus de distance, plus de critique; c'est conforme à la bonne blague qui circule sur le net "C'est quand le gourou est cru, que l'adepte est cuit".... croyance non distanciée, plus aveuglement, plus abandon de l'esprit critique égale enfermement. Alors, il suffit peut-être d'une faille dans l'enfance, comme vous le dites, sans doute, mais il faut également qu'il y ait un manque de reconnaissance, un ou des complexes sous-jacents, une mauvaise estime de soi-même, au tréfonds de soi une revanche à prendre, un ennui, une recherche parfois sincère de s'élever spirituellement en effet pour avoir recours à ce genre de signe d'appartenance fort. En tout état de cause, j'ai trouvé que cela poussait ces personnes à une grande violence vis à vis de leur entourage, entourage qu'elles assassinent, souvent par des mots, ce sont pour moi des "assassins sans couteau".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 17:54

Doumé a écrit:
Comme vous dites : La remise en cause va plus loin que le style de vie : c'est toute notre structure de pensée qui doit se briser, puisqu'elle est devenue notre prison (plus ou moins dorée).
Le piège est extrêmement insidieux et ceux qui ne sont pas passés par là auront beaucoup de mal à comprendre, réaction naturelle. Ma belle-mère est dans cette secte depuis près de 35 ans. Elle a eu des preuves d'éléments troubles dans la secte, notamment sur le guru, eh bien elle a d'abord dit : " mais je ne connais que ces personnes, que vais-je faire toute seule ? ". Quelques jours après, elle a recouvert ces souvenirs sous un mouchoir et a continué sa vie comme si de rien n'était... Il y a des gens qui ne veulent pas voir la Vérité, seul importe pour eux une nouvelle famille, des connaissances aux mêmes idéaux, mêmes versatiles... Les personnes dans les sectes ont généralement eu des blessures d'enfances venant de familles divisées. Elles cherchent alors une considération, et cela quelquefois à tout prix...

Oui tout à fait. On n'insistera jamais assez sur ce point : il est TRES difficile de quitter un mouvement spirituel sectaire. Les personnes qui sont prises dedans ont besoin d'aide, et de beaucoup de compréhension et d'amour si elles veulent en sortir.

Il est important de ne pas tout mettre dans le même panier : les forces obscures à l'origine des sectes, les dirigeants des sectes, les adeptes, et les sympathisants. Certains sites chrétiens diabolisent les adeptes, mais oublient que ce sont avant tout des victimes (sauf si elles prennent des positions de dirigeants, de dominants, de prédateurs, ou si elles mettent un zèle particulier à répandre leur doctrine pour gagner du pouvoir sur les autres).

Les véritables coupables sont les forces obscures à l'origine de ces enseignements, mouvements et groupes. Après, il y a les dirigeants, et là il faut savoir dans quelle mesure le ou les dirigeant sont au service de ces forces obscures de leur plein grè. Leur principal péché est généralement l'orgueil, la totale infatuation, la prétention d'être égal de Dieu. En cela, ils se font les alliés de ces forces et sont donc coupables. Mais même dans ce cas, ils n'en restent pas moins humains, les "ennemis" que nous devons aimer et aider à revenir dans le droit chemin par nos prières.

Après, concernant les adeptes et sympathisants, il y a tous les dégrés d'implication, et des raisons diverses et complexes (psychologiques) qui poussent une personnes vers ce type d'enseignement ou de groupe. Il faut faire la différence entre ceux qui sont attirés par ce genre de groupe par quête de connaissance pouvant leur donner du pouvoir, ou par des penchants mauvais qui entrent en résonance avec un discours déviant, et ceux qui sont attirés par une quête spirituelle authentique, ceux qui cherchent vraiment à se rapprocher de Dieu. Il y a très nettement, dans les groupes sectaires, les dominants et les dominés. Mais même là il faut se méfier. J'ai lu des témoignages bouleversants de personnes qui étaient des dominants dans leur mouvement, parfois cruels, et ce sur des années, et qui pourtant ont vécu un réveil (soudain ou graduel) et après s'en être sortis tentent d'analyser les mécanismes pervers qui les ont poussés à devenir des bourreaux. Un long chemin de reconstruction psychologique... (on peut voir les mêmes mécanismes dans d'autres milieux, professionnels, militaires, etc...)

J'aimerais faire passer ce message aux chrétiens : ne méprisez pas vos frères et soeurs pris dans des sectes, même ceux qui semblent très assidus et qui défendent le mouvement avec force. Car vous n'avez aucune idée des tourments intérieures qu'ils traversent peut-être, parfois accompagnées de pression extérieures, quand il ne s'agit pas de menace. La plupart des adeptes de sectes sont dans un chaos émotionnel tel qu'il leur est impossible d'envisager de prendre une décision qui pourrait les projeter dans un chaos plus grand encore. Le simple fait de réfléchir plus profondément à ce qu'ils vivent, à ce que leur apporte l'enseignement, le groupe, et confronter éventuellement cela avec des personnes extérieures peut être source d'une anxiété majeure, le sentiment d'un possible anéantissement de l'être. Cela est bien-sûr entretenu par le mouvement, l'extérieur étant toujours présenté comme très dangereux, et occasion de "chute". Pour le groupe, échanger avec l'extérieur est assimilé à trahir son engagement envers Dieu, ou envers le Maître qui est totalement assimilé à Dieu, même si ce n'est pas toujours dit ouvertement.

La personne ne peut plus raisonner par elle-même. Toutes ses facultés de pensées sont soumises à l'enseignement et aux dirigeants, aux "maîtres". Mais surtout, elles sont sous le joug de forces qui les dépassent et qui se font passer pour Dieu, ou pour "le Divin", "la mère divine", etc.... C'est un piège terrible.

De plus, comme l'appartenance au groupe et à l'enseignement implique de couper peu à peu (ou de façon radicale) les liens avec la famille de sang et avec les amis n'adhérant pas au groupe en question, la personne finit par n'avoir plus que des amis dans le groupe. Elle ne connait plus personne en dehors, elle n'a plus de travail, plus de logement, plus de vie sociale, plus de contact avec le monde. L'idée de s'y retrouver plongée SEULE, avec en plus "la colère de Dieu" (le faux Dieu de la secte) ou du "Maître", de "l'éveillé", de "l'avatar", etc... contre soi, c'est impensable, insurmontable. Les adeptes sont comme des papillons auxquels ont a lié les ailes, suspendus dans le vide, et donc accrochés avec force à l'enseignement "sauveur" comme seule bouée de survie.

Les personnes qui sont dans ces mouvements ont besoin de nos prières, de notre écoute, de notre témoignage de vie dans la foi, l'espérance et l'amour de Jésus-Christ. Elles ont besoin, plus que tout, de s'entendre dire qu'elles sont profondément aimées de Dieu.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 18:05

MIKAELE a écrit:
Merci de ce témoignage, dont j'attends la suite avec intérêt, Doumé, c'est très éclairant en particulier pour des personnes telles que moi, qui n'ont vécu le phénomène sectaire que par personne interposée, et non directement, ce qui est complètement différent. La compréhension ne vient pas de l'intérieur en quelque sorte, mais en restant en dehors, on peut néanmoins percevoir aussi certains mécanismes avec acuité. J'ai pu ainsi constater que toute personne qui s'embarque dans une dérive sectaire est persuadée de détenir la Vérité, et elle cherchera toujours à faire basculer, dans un premier temps du moins, l'autre vers cette Vérité; de simple appel ou invitation, ce souhait de partage, d'abord débonnaire, se mue très vite en une volonté sans discussion, qui deviendra une injonction, puis un ordre d'adhésion assorti de menaces:plus question d'atermoiements, ni d'alternative, il faut absolument changer pour penser autrement, se remettre en question, suivre ou alors être décapité. Il y a dans cette communion sectaire, un total besoin de mimétisme, certes aussi le partage aveugle et sans concessions du même idéal et des mêmes croyances, puisqu'il n'y a plus de recul, plus de distance, plus de critique; c'est conforme à la bonne blague qui circule sur le net "C'est quand le gourou est cru, que l'adepte est cuit".... croyance non distanciée, plus aveuglement, plus abandon de l'esprit critique égale enfermement. Alors, il suffit peut-être d'une faille dans l'enfance, comme vous le dites, sans doute, mais il faut également qu'il y ait un manque de reconnaissance, un ou des complexes sous-jacents, une mauvaise estime de soi-même, au tréfonds de soi une revanche à prendre, un ennui, une recherche parfois sincère de s'élever spirituellement en effet pour avoir recours à ce genre de signe d'appartenance fort. En tout état de cause, j'ai trouvé que cela poussait ces personnes à une grande violence vis à vis de leur entourage, entourage qu'elles assassinent, souvent par des mots, ce sont pour moi des "assassins sans couteau".

Ce que vous dites est très juste, mais il faut garder à l'esprit que pour la plupart des adeptes-victimes (comme dit plus haut, ceux qui ne prennent pas la position de bourreau ou de dominant au sein du mouvement) le plus grand mal qu'ils font, la plus grande violence est envers eux-mêmes.
La somme de violence que les adeptes s'infligent est aussi leur prison : comment se relever de ça, se pardonner ?
Il y a très certainement toujours une blessure personnelle à l'origine oui. Selon la forme de cette blessure, et selon les penchants psychologiques de la personne, elle choisira la voie du bourreau ou de la victime. Les deux souffrent au final, leur âme est profondément blessée. Mais pour les victimes, il est sans doute plus facile de se relever devant le Seigneur et par Son Amour. Alors que les bourreaux ont parfois nourrit l'orgueil au point de dédaigner totalement l'amour de Dieu. Là, ils sont en grands danger.

Il faut aussi comprendre que le besoin compulsif à professer la doctrine est induit par les forces qui dominent le mouvement. Il y a manipulation mentale, mais aussi influence invisible.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 19:08

MIKAELE a écrit:
Merci de ce témoignage, dont j'attends la suite avec intérêt, Doumé, c'est très éclairant en particulier pour des personnes telles que moi, qui n'ont vécu le phénomène sectaire.

Alors, il suffit peut-être d'une faille dans l'enfance, comme vous le dites, sans doute, mais il faut également qu'il y ait un manque de reconnaissance, un ou des complexes sous-jacents, une mauvaise estime de soi-même, au tréfonds de soi une revanche à prendre, un ennui, une recherche parfois sincère de s'élever spirituellement en effet pour avoir recours à ce genre de signe d'appartenance fort. En tout état de cause, j'ai trouvé que cela poussait ces personnes à une grande violence vis à vis de leur entourage, entourage qu'elles assassinent, souvent par des mots, ce sont pour moi des "assassins sans couteau".

Pas toujours ; heureusement cela dépend des personnes, toutes différentes, grâce à Dieu... Le problème vient de ceux installés dans un pouvoir ou des désirs mal cernés en eux, et qui peuvent amener aux fanatismes divers...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Dim 16 Oct 2011, 19:18

Suite du témoignage :

Le couple prit peu à peu ses distances avec le mouvement, mais le virus ésotérique ne fut pas éteint ni endormi, seulement voué à d'autres cheminements sensés ou non : on ne se débarrasse pas impunément d'une façon de pensée accueillie puis martelée sans cesse, on ne peut pas renoncer en un jour aux relations amicales presque exclusives d'un groupe, d'autant plus si de belles choses avaient été vécues. Marie, pourtant moins impliquée, était aussi fragilisée que Germain, comme des petits enfants devant se reconstruire...
— Allo, Marie, C'est moi. J'espère que tu vas au groupe fraternel ? On m'a dit qu'ils ne vous voyaient plus !
— Non, non maman; seulement on doit trouver du boulot et...
— Et ton ouvrier de mari s'en fiche, c'est ça hein ?
— Pourquoi tu dis ça maman ?
— Que veux-tu que je te dise d'autre, c'est bien vrai non ?
— Écoute maman, on en parlera une autre fois. Ne t'inquiète pas, tout va bien...

La mama veillait au grain. Elle avait mal accepté que ses filles se marient en s'éloignant d'elle, l'une partant aux états-unis, mais avec un caméraman, l'autre, horreur, avec un ouvrier peut-être mécréant... " M'étonne pas, marmonnait-elle "
Pour ne rien arranger, voilà qu'ils espaçaient de plus en plus le rendez-vous dominical du groupe fraternel. Le monde devenait fou !

Germain venait de se marier avec Marie, et à l'Église. Sa belle famille, catholiques pratiquants, avaient brandi la menace d'une rupture s'ils n'obtempéraient pas rapidement. La naissance prochaine d'un enfant accélérait les évènements et ce n'est pas la brebis galeuse, la mama, qui gâcherait la cérémonie tout de même ! Un enfant ! Un enfant pour voir la vie autrement, ratisser un passé trop ardu ! L’Église n'était pas un problème : ils croyaient en Dieu, non ?


Je précise que nous avions déjà du recul. L'ensemble des adeptes n'avaient pas cette vision, trop archaïque à leur sens. Quant aux bien-pensants catholiques, nous fûmes indulgents envers eux, comme face à un obstacle secondaire. D'autres se seraient peut-être éloignés de toutes formes de religion à ce moment là...
Revenir en haut Aller en bas
MIKAELE



Féminin Messages : 393
Inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Lun 17 Oct 2011, 18:24

Doumé a écrit:


Pas toujours ; heureusement cela dépend des personnes, toutes différentes, grâce à Dieu... Le problème vient de ceux installés dans un pouvoir ou des désirs mal cernés en eux, et qui peuvent amener aux fanatismes divers...

Je faisais allusion à un autre type d'expérience sectaire que la vôtre, lorsque très souvent un déchirement se produit à l'appel d'une seule personne en dépit de ses proches et là, cela "ne dépend pas des personnes", malheureusement, cela n'a rien à voir, ce qui est donné à vivre est tout simplement atroce, comme un rapt, c'est un drame humain qui engloutit parfois vingt ou trente ans de vie commune, de bonheur et de complicité partagés, disloque et sépare des familles, anéantit des relations parents enfants à jamais, brise des vies et cela, toujours, j'insiste toujours, avec une grande violence psychique. Et les cas ne cessent de se multiplier...
Les dérives sectaires ont changé de visage depuis votre expérience, la nébuleuse sectaire a envahi des secteurs autres que le spirituel pour s'infiltrer dans des domaines comme la santé, le bien-être et la formation professionnelle, et partout la manipulation mentale a aiguisé ses armes, poli son méta langage, affûté son discours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Lun 17 Oct 2011, 18:39

Là, je pense, Makaele, que nous rentrons dans le domaine des influences démoniaques qui, probablement, s'intensifient dans le monde actuel. Ceci dit, je crois profondément que ces influences ne peuvent s'exercer, le plus souvent, que parce que les gens ont mis de côté toutes valeurs morales ou, du moins, les négligent...

Une personne faisant le bien, une personne croyant en Dieu avec foi et persévérance, ne peut se laisser amener avec facilité dans ces tourments sans toutefois être attaquée via ses proches à l'occasion. La prière et les actes de charité peuvent beaucoup pour arrêter le cercle vicieux de ces phénomènes.
Revenir en haut Aller en bas
MIKAELE



Féminin Messages : 393
Inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Lun 17 Oct 2011, 19:34

Oui, Doumé, je ne suis pas loin de penser également que l'Adversaire est de plus en plus à l'oeuvre derrière toutes ces fausses quêtes de sens auxquelles déjà en premier lieu, la société elle-même n'est plus en mesure le plus souvent de donner des réponses claires. Dans cette situation générale fragilisée à l'extrême, le recours à des spiritualités alternatives, à des spiritualités de substitution (je dirais volontiers spiritualités de "bazar", superficielles et frelatées), suffit à remplir un vide existentiel exacerbé par la précarité de notre époque; le décor est planté, les esprits démoniaques n'ont même plus à se baisser pour ramasser à la pelle les âmes paumées. Je suis beaucoup plus pessimiste que vous par contre, sur le rempart que pourraient constituer les valeurs morales, car dans sa très grande malignité, Satan est venu semer le doute jusque dans nos pauvres vies normales, il est venu dévoyer la Charité, l'Esprit de Bien, l'Amour du prochain; mon sentiment est que nous vivons une période de très grande confusion, et j'ai constaté qu'avoir une vie droite ne suffit plus désormais à être armé pour ce genre de luttes. Que faut-il de plus alors? Par delà l'Amour véritable et la Charité qui le surpasse, la foi, la foi profonde et comme vous le dites, la prière pour tirer le monde de ces hérésies. Pas toujours facile, pas forcément à la portée de tout le monde...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Lun 17 Oct 2011, 21:32

MIKAELE a écrit:
Oui, Doumé, je ne suis pas loin de penser également que l'Adversaire est de plus en plus à l'oeuvre derrière toutes ces fausses quêtes de sens auxquelles déjà en premier lieu, la société elle-même n'est plus en mesure le plus souvent de donner des réponses claires. Dans cette situation générale fragilisée à l'extrême, le recours à des spiritualités alternatives, à des spiritualités de substitution (je dirais volontiers spiritualités de "bazar", superficielles et frelatées), suffit à remplir un vide existentiel exacerbé par la précarité de notre époque; le décor est planté, les esprits démoniaques n'ont même plus à se baisser pour ramasser à la pelle les âmes paumées. Je suis beaucoup plus pessimiste que vous par contre, sur le rempart que pourraient constituer les valeurs morales, car dans sa très grande malignité, Satan est venu semer le doute jusque dans nos pauvres vies normales, il est venu dévoyer la Charité, l'Esprit de Bien, l'Amour du prochain; mon sentiment est que nous vivons une période de très grande confusion, et j'ai constaté qu'avoir une vie droite ne suffit plus désormais à être armé pour ce genre de luttes. Que faut-il de plus alors? Par delà l'Amour véritable et la Charité qui le surpasse, la foi, la foi profonde et comme vous le dites, la prière pour tirer le monde de ces hérésies. Pas toujours facile, pas forcément à la portée de tout le monde...

Oui, nous vivons une époque difficile, terrible même. Les gens sont paumés, fascinés, manipulés, bernés, et les instincts les plus bas sont flattés. Le drame est que cela touche aux valeurs spirituelles et morales justement.
J'ose espérer que ce déclin, accepté par Dieu, est là pour aider l'humanité à voir la misère d'un monde coupé de Son Amour. J'ose espérer qu'il en ressortira un bien encore plus grand, un élan de foi plus grand encore. Sinon, c'est que nous sommes en train de vivre la fin des temps et la kénose de l'Eglise dont parle Arnaud dans ses vidéos. Et là aussi il en ressortira un bien plus grand, dans l'autre monde.

Pour l'heure, je crois que la seule chose que nous ayons à faire est d'intensifier notre vie de foi, de prière, d'amour de Dieu et d'abandon à Sa Volonté. Intensifions notre confiance en Lui, sachant que rien ne peut arriver sur terre sans son accord. N'oublions pas Sa promesse : il reste avec nous jusqu'à la fin des temps, et l'Esprit Saint est avec nous. Il nous faut nourrir la confiance et l'espérance.


Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 06:29

Dans le monde actuel, on nous fait prendre le mal pour le bien et le bien pour le mal. l'altruisme est une notion obsolète qui nous fait du tort, il faut penser à son épanouissement personnel, la sexualité devient une obligation quotidienne ou presque alors avec le devoir de "s'éclater" et si le partenaire n'est pas satisfaisant, on le jette à la poubelle comme un vieux mouchoir en papier.
éduquer ses enfants avec des règles morales, s'ils sont trop disciplinés, çà commence à sembler suspect (sont ils maltraités?), leur refuser l'un ou l'autre plaisir tout simplement parce que le moment ne s'y prête pas ou que çà coute de l'argent, c'est être un monstre qui refuse de faire plaisir.....
une connaissance me disait l'autre jour que je ne devais pas aller si souvent voir mes parents qui ne sont pas très bien point de vue santé, car fréquenter les malades, les vieux et les gens pas bien, çà "bouffe" notre énergie donc, pour la préserver, il ne convient que de s'entourer de gens en pleine forme physique et mentale. etc etc etc.... ce n'est pas une critique, car bien sûr, il fut un temps où j'ai lu aussi pas mal d'ouvrages allant en ce sens et je le croyais. ce sont des messages qui pénètrent en nous de manière bien insidieuse.

je constate aussi que de dire que l'on est croyant, c'est un peu comme si on sortait du moyen âge, hors, les horoscopes et tarots n'ont jamais eu autant la cote, et les kits poupées et aiguilles pour jeter des sorts à qui vous dérange, çà se vend bel et bien..... le tout est de savoir : est ce que çà marche???? j'aurais tendance à penser que oui, malheureusement et que donc plus que jamais on a besoin de se protéger ou plutôt de nourrir son esprit de l'Evangile pour discerner avec clarté toutes ces choses qui font du tort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 08:11

Suite et fin :

Germain tourna à droite en regardant derrière lui avec prudence, comme si on le suivait. Le vieux magasin, au détours d'une rue de la vieille ville, semblait le fuir. Il interpella une passante :

— Madame ? la librairie " L'en Dehors ", c'est bien ici ?

— Ils ont déménagé monsieur, je ne sais où.

— Merci.

Il n'avait pas osé parlé de son escapade à Marie. Après toutes leurs déconvenues, Germain ne savait plus où il en était, ne comprenait plus ce qu'il avait entrevu, vécu. Marie, elle, tournait la page avec une nonchalance féminine déconcertante, ou simplement par tempérament pratique, ou autre chose pensait-il. Lui ne vivait pas ainsi, il le regrettait presque mais il n'y pouvait rien.
Et voilà que les anars d'hier avaient disparu. Ils auraient pu le raisonner, lui prouver que la vérité se trouvait chez eux, hein ?
Il remonta la petite allée et s'enfonça dans la rue du Mirail afin de s'acheter un croissant géant près du lycée de Laura et Francis. Une boulangerie moderne remplaçait celle de ses souvenirs encore chauds. Décidément, rien n'allait plus : le miracle ne pouvait durer évidemment. La devanture rutilante de la boutique semblait à présent misérable comme une jeune fille qui aurait mis une robe trop belle, l'embrun du pain se cantonnait à l'intérieur des murs, l'âme avait plié bagage aurait dit Francis. En face, son vieux studio engoncé au fond du couloir crasseux inoubliable le narguait en ricanant : " Tu n'aurais jamais du partir, Germain, jamais...! "

Une odeur de moisi pénétra tout  à coup dans ses poumons comme un coup de poing et la tête lui tourna. Il frissonnait encore en pénétrant juste derrière le vieux bâtiment, dans la rue sainte-Catherine noire du monde houleux des samedis bordelais.
" Foutue journée ! grinça-t-il.
Travailler de nouveau, mais pourquoi ? Fonctionner encore comme une machine bien huilée qui ne pense pas. L'image de sa petite fille, le visage de Marie, tous ces êtres aimés lui donnaient un but, lui suscitait un sourire, une nouvelle énergie; enfin, quelque chose où se raccrocher, quelque but noble, un sens à sa vie mal tournée. Mais sinon, que faire ? Renoncer à aller plus loin, rentrer dans le rang conformiste programmé jusqu'à la fin, et la fin de quoi ?

— Tu réfléchis trop, Germain, c'est fini tout ça, fais-toi une raison, disait Marie.

Le bon sens féminin, ah ! si elle s'y mettait aussi, sa complice, sa tendre épouse, son bonheur...


Oui, le danger réside dans le vide laissé après la sortie d'une secte. Et là, pour ma part, l'ignorance de la majeure partie des gens sur ce sujet, y compris celle des chrétiens et leur indifférence polie, ne nous ont pas aidés. Heureusement, le ciel veille, d'autant plus lorsqu'on est de bonne volonté. Smile
Revenir en haut Aller en bas
adamev



Masculin Messages : 12248
Inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 10:58

Dans le monde actuel, on nous fait prendre le mal pour le bien et le bien pour le mal. l'altruisme est une notion obsolète qui nous fait du tort, il faut penser à son épanouissement personnel, la sexualité devient une obligation quotidienne ou presque alors avec le devoir de "s'éclater" et si le partenaire n'est pas satisfaisant, on le jette à la poubelle comme un vieux mouchoir en papier.
éduquer ses enfants avec des règles morales, s'ils sont trop disciplinés, çà commence à sembler suspect (sont ils maltraités?), leur refuser l'un ou l'autre plaisir tout simplement parce que le moment ne s'y prête pas ou que çà coute de l'argent, c'est être un monstre qui refuse de faire plaisir.....


Tout cela n'est vrai que pour ceux qui l'acceptent ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
MIKAELE



Féminin Messages : 393
Inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 11:23

...
Sur ces sujets, je vous invite à partager la réflexion de Soeur Marie-Ancilla (site mancilla.op.free.fr et ouvrages....)
"Qui dit bien-être dit aussi nuisances. Tout ce qui fait obstacle au bien-être doit
être éliminé. Il faut nettoyer, purifier, guérir, aussi bien la mémoire, que la
famille, l'arbre généalogique, etc.; la prière est alors utilisée pour couper les
liens, pour purifier et libérer. On en attend des changements positifs… Mais ce
bien-être entraîne souvent des ruptures familiales; ceci est dans la logique même
du chemin emprunté qui conduit à regarder l'autre sous l'angle du bien-être qu'il
doit m'apporter. Si je perçois sa présence ou son influence comme contraire à
mon bien-être, la solution radicale sera de le repousser à cause de sa nuisance…
Nous sommes dans le même contexte que la recherche d'émission de "bonnes
vibrations", "d'ondes harmonieuses", "d'énergie positive", que l'on trouve dans le
Nouvel Âge. Les personnes ne comptent plus, quoi qu'on en dise; c'est une
spiritualité de l'exaltation du moi: le moi au centre, les autres ne doivent en
aucun cas perturber mon bien-être, ils sont en réalité asservis ou deviennent
étrangers à celui qui emprunte ces nouveaux chemins spirituels.
Nous sommes dans une spiritualité dont l'amour est le grand absent, la
prospection permanente de l'ego ne laisse pas de place à l'autre perdu dans les
méandres de cette recherche utopique du paradis perdu. Ne serait-ce pas une
religiosité méphistophélique introduite subtilement dans l'Eglise sous couvert de
psycho-spirituel, par un Nouvel Âge masqué, prometteur de meilleur avec son
cortège du pire?"
Revenir en haut Aller en bas
panpan-tutu



Féminin Messages : 908
Inscription : 10/05/2011

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 12:19

Citation :
Tout cela n'est vrai que pour ceux qui l'acceptent ainsi.

c'est bien vrai, Adamev, mais parfois on l'accepte sans s'en rendre vraiment compte, parce que le matraquage au quotidien est là, parfois même sur le lieu du travail. Dans nombre d'entreprises aujourd'hui, il y a des formations un peu bizarres : cultiver le positivisme, savoir dire non, savoir dépasser ses limites, bref... et si on a pas un tant soi peu été éduqué avec des valeurs morales dont le soucis de l'autre, le commun des mortels se rendra compte de son erreur quand lui même sera vieux et/ou malade.... et donc en viendra au suicide ou à l'euthanasie (administrée bien avant que le degré de souffrance morale et physique ait atteint son paroxysme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 13:00

MIKAELE a écrit:
...
Sur ces sujets, je vous invite à partager la réflexion de Soeur Marie-Ancilla (site mancilla.op.free.fr et ouvrages....)
"Qui dit bien-être dit aussi nuisances. Tout ce qui fait obstacle au bien-être doit
être éliminé. Il faut nettoyer, purifier, guérir, aussi bien la mémoire, que la
famille, l'arbre généalogique, etc.; la prière est alors utilisée pour couper les
liens, pour purifier et libérer. On en attend des changements positifs… Mais ce
bien-être entraîne souvent des ruptures familiales; ceci est dans la logique même
du chemin emprunté qui conduit à regarder l'autre sous l'angle du bien-être qu'il
doit m'apporter. Si je perçois sa présence ou son influence comme contraire à
mon bien-être, la solution radicale sera de le repousser à cause de sa nuisance…
Nous sommes dans le même contexte que la recherche d'émission de "bonnes
vibrations", "d'ondes harmonieuses", "d'énergie positive", que l'on trouve dans le
Nouvel Âge. Les personnes ne comptent plus, quoi qu'on en dise; c'est une
spiritualité de l'exaltation du moi: le moi au centre, les autres ne doivent en
aucun cas perturber mon bien-être, ils sont en réalité asservis ou deviennent
étrangers à celui qui emprunte ces nouveaux chemins spirituels.
Nous sommes dans une spiritualité dont l'amour est le grand absent, la
prospection permanente de l'ego ne laisse pas de place à l'autre perdu dans les
méandres de cette recherche utopique du paradis perdu. Ne serait-ce pas une
religiosité méphistophélique introduite subtilement dans l'Eglise sous couvert de
psycho-spirituel, par un Nouvel Âge masqué, prometteur de meilleur avec son
cortège du pire?"

Réflexion très juste. Merci de nous faire connaître les écrits de cette Soeur.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 13:04


Voici un lien direct vers les articles de Soeur Marie-Ancilla :

Articles de Soeur Marie-Ancilla

Certains thèmes ont l'air très intéressants. Je vais les lire...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 16:13

cath1250 a écrit:

je constate aussi que de dire que l'on est croyant, c'est un peu comme si on sortait du moyen âge, hors, les horoscopes et tarots n'ont jamais eu autant la cote, et les kits poupées et aiguilles pour jeter des sorts à qui vous dérange, ça se vend bel et bien..... le tout est de savoir : est ce que çà marche???? Oh que oui ça marche ! Heureusement, c'est aussi un domaine où les amateurs sont peu doués, face aux " vrais " qui, eux, se légitiment en parlant presque toujours que de magie blanche... Confused
j'aurais tendance à penser que oui, malheureusement et que donc plus que jamais on a besoin de se protéger ou plutôt de nourrir son esprit de l'Evangile pour discerner avec clarté toutes ces choses qui font du tort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 16:46

J'embraye à présent sur le millénarisme. En effet, ce millénarisme possède des points communs avec les sectes, en ce sens qu'il manque d'espérance théologale et espère humainement des évènements par forcément voulus par Dieu. Il se divise grosso modo en deux courants : le charismatique millénariste donc (ce qui veut dire que beaucoup de charismatiques n'en sont pas) et le millénarisme politique.

En sortant de la secte, et après ma conversion, j'ai été influencé par ces deux courants.

D'abord, le millénarisme charismatique. Dès que j'ai ouvert mon magasin, j'ai été assailli par ceux qui cheminent à tout prix derrière tel et tel prophète actuel, telle et telle apparition. Non que les dits prophètes ou apparitions soient nécessairement millénaristes, mais en tout cas compris ainsi. Je ne cite donc pas de nom, l'important n'est pas là. L'important vient de ce désir impatient de la venue de notre Seigneur et provient d'une compréhension discutable de ce que nos derniers Papes nomment " la civilisation de l'amour " à venir.
En l'an 2000, n'avez-vous pas connu des chrétiens, certains qu'avec le 3ème secret de Fatima révélé, ou La réalisation des messages de Garabandal ou ceux de telle autre apparition, que tout allait changer et notamment à partir du Grand Avertissement, des trois jours des ténèbres, de venus de comètes, etc... ? L'essentiel sera alors de discerner entre espoir humain et espérance théologale, le tout sera de ne pas sombrer dans un espoir déçu pouvant mener à l'abandon de la foi, au suicide même quelquefois !

Le second millénarisme, lui, se veut politique sans forcément se revendiquer millénarisme d'ailleurs. J'y ai plongé aussi en discutant avec certains tradis et sédévacs qui considèrent une Église puissamment alliée au temporel afin de contrer l'apostasie que nous vivons. Arnaud en parle, entre autres, dans cette vidéo : http://fr.gloria.tv/?media=196147

En fait, après avoir vécu ces expériences, je crois pouvoir affirmer que le malin agit de la même façon avec les sectes et ces courants d’Église mal maîtrisés : Une impatience humaine, une projection de nos désirs ici-bas, un espoir qui n'est pas l'espérance Théologale unie à la Foi et la Charité en actes. En un mot, celui qui vit ces trois vertus, ou du moins y aspire et prie afin qu"elles grandissent en lui, celui-là ne pourra se désespérer ni tomber dans l'aigreur ou l'apostasie. Voilà ce que je voulais dire en complément de mon témoignage.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Dumouch
Administrateur


Masculin Messages : 80800
Inscription : 19/05/2005

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Mar 18 Oct 2011, 16:46

salut

_________________
Arnaud
Revenir en haut Aller en bas
http://eschatologie.free.fr
Pierre75



Messages : 940
Inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 22 Oct 2011, 01:46

Bonsoir Doumé,
merci pour votre témoignage très intéressant et qui rend compte au jour le jour du quotidien des adeptes.
J'aurai quand même des petites critiques à formuler :
- ce qui rend dangereux une secte, c'est les "expériences spirituelles" que certains y vivent et la force de persuasion des discours. Il serait intéressant d'intégrer ces éléments de séduction. Ce qui manque souvent aux récits d'aventure, c'est d'avoir des méchants vraiment méchants et intelligents (donc qui pourraient nous faire craquer et nous fasciner...).
- La description des "permanents" n'est peut-être pas trop claire. Etait-ce des gens désargentés au départ, qui ont été accepté dans la secte en échange de leur travail ? Dans ce cas, ceux qui assistent aux Congrès sont des membres payants. A préciser!
- Avez-vous l'excellent documentaire d'ARTE sur une secte, il y a 3 ou 4 mois? Un cinéaste devient membre de la Méditation Transcendantale ; durant la 1ère demi-heure, on croit voir un film de propagande pour la MT, puis peu à peu il détruit tout, il filme en direct ses différentes phases, d'abord positives, puis par petites touches de plus en plus négatives, jusqu'au Congrès de succession du maître récemment décédé... C'est fascinant, mais je ne me souviens plus l'auteur et le nom du docu..
Revenir en haut Aller en bas
Pierre75



Messages : 940
Inscription : 07/01/2009

MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 22 Oct 2011, 01:54

Ah je l'ai retrouvé : "David et les Yogis volants"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Sam 22 Oct 2011, 14:34


Vos questions Pierre75 vont permettre d'approfondir le sujet.

Je n'ai pas vu le documentaire que vous citez "David et les yogis volants" et malheureusement il est introuvable sur le net. Arte ne le diffuse plus en replay.

Le "David" en question c'est David Lynch, le réalisateur. Il est un grand supporter de la MT et a cherché à la diffuser dans les écoles, etc... Evidemment pas à aussi grande échelle que le pape de la MT Deepak Chopra qui fait des séminaires en entreprises et à qui on déroule le tapis rouge partout. Saviez-vous que la MT est enseignée dans certaines écoles aux USA, dans certaines entreprises ? C'est une catastrophe. Mais pour moi cela fait partie du plan de Lucifer sur terre ; apporter une paix factice, des guérisons et la santé du corps, l'exaltation de l'âme coupée de Dieu et qui se prend pour Dieu. Cela correspond tout à fait à ce qu'Arnaud décrit dans sa théologie. Un monde parfait sans Dieu : 666.

La MT est extrêmement dangereuses, car justement elle donne accès à ce pseudo "monde parfait" sans Dieu. Là aussi, c'est un sujet que je connais bien, pas de l'intérieur mais ce serait trop long à raconter.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coeur d'une secte. Témoignage   Lun 24 Oct 2011, 16:01

Pierre75 a écrit:
Bonsoir Doumé,
merci pour votre témoignage très intéressant et qui rend compte au jour le jour du quotidien des adeptes.
J'aurai quand même des petites critiques à formuler :
- ce qui rend dangereux une secte, c'est les "expériences spirituelles" que certains y vivent et la force de persuasion des discours. Il serait intéressant d'intégrer ces éléments de séduction. Ce qui manque souvent aux récits d'aventure, c'est d'avoir des méchants vraiment méchants et intelligents (donc qui pourraient nous faire craquer et nous fasciner...). Oui vous avez raison, mais c'est de l'ordre de la dramaturgie du roman, et non du témoignage mis ici.
- La description des "permanents" n'est peut-être pas trop claire. Etait-ce des gens désargentés au départ, qui ont été accepté dans la secte en échange de leur travail ? Dans ce cas, ceux qui assistent aux Congrès sont des membres payants. A préciser!
Non, pas tous. Moi j'étais au chômage (que j'ai arrêté) et je suis venu comme bénévole permanent, logé, nourri. les congressistes payaient leur repas et logement tout en participant bénévolement (pour ceux qui le voulaient) aux cultures et entretiens du domaine. En fait, c'est nous les permanents qui faisions 90% du travail.
- Avez-vous l'excellent documentaire d'ARTE sur une secte, il y a 3 ou 4 mois? Un cinéaste devient membre de la Méditation Transcendantale ; durant la 1ère demi-heure, on croit voir un film de propagande pour la MT, puis peu à peu il détruit tout, il filme en direct ses différentes phases, d'abord positives, puis par petites touches de plus en plus négatives, jusqu'au Congrès de succession du maître récemment décédé... C'est fascinant, mais je ne me souviens plus l'auteur et le nom du docu..
Revenir en haut Aller en bas
 
Au coeur d'une secte. Témoignage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Agora-flash: quelques infos...
» Eglise du Christ de Paris -
» La secte:Coeur Douloureux et Immaculé de Marie
» Témoignage-vidéo de Micheline Boisvert et du Coeur d'Accueil de Jésus !
» secte Eckankar:témoignage de Catherine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DOCTEUR ANGÉLIQUE FORUM CATHOLIQUE :: Témoignages, discernement, cas concrets ╬-
Sauter vers: